Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne

 | 
Danièle Wozny
, 
Barbara Cassin

En français. Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne

Les collaborateurs

Texte intégral

1Né et éduqué en Tanzanie, HERMAN BATIBO a, depuis l’école primaire, toujours été fasciné par la multiplicité des langues : l’enseignement s’y donnait en swahili et en anglais à des enfants qui s’exprimaient en une dizaine de langues. Il fait ses études à l’université de Dar es Salam et vient en France, à Paris, où après des études de lettres classiques, l’apprentissage du français et de la linguistique, il se consacre à l’étude des langues africaines, notamment du sukuma, sa langue maternelle. Il enseigne à l’université de Dar es Salam, en Tanzanie, puis à l’université du Bostwana, où il fut directeur du département des langues africaines et de littérature de 1994 à 2003. Il a rejoint l’équipe de l’Acalan en 2006.

2Son ouvrage Language Decline and Death in Africa : Causes, Consequences and Challenges, paru en 2005, est consacré aux langues africaines menacées de disparition, notamment par la domination des langues africaines les plus parlées. Ses recherches portent sur les phénomènes de domination linguistique, le rôle des attitudes langagières, les processus de changement de langue et les mesures à prendre pour inverser ces tendances.

3Archéologue, anthropologue et historien de l’art, HAMADY BOCOUM est, depuis 2001, directeur du Patrimoine culturel du Sénégal et, depuis 2005, chef du Bureau d’architecture des monuments historiques. Depuis 2010, il dirige l’Ifan (Institut fondamental d’Afrique noire) à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar où il poursuit son enseignement et ses recherches, notamment sur la métallurgie du fer en Afrique. Il représente le Sénégal et plus largement le continent africain dans les enceintes internationales qui s’intéressent aux questions patrimoniales : il est, entre autres, membre du conseil d’administration du Fonds africain pour le patrimoine, membre du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, président de Icomos Sénégal.

4Il travaille en français, anglais, wolof et pulaar (ou fulfulde) et milite pour une reconnaissance internationale des productions culturelles africaines à travers expositions, publications, conférences. Il a assuré le commissariat de l’exposition « Arts d’Afrique » du Troisième festival mondial des arts nègres, qui s’est tenu à Dakar en décembre 2010.

5Philologue et philosophe, spécialiste de philosophie grecque, BARBARA CASSIN travaille sur les pratiques discursives, philosophie, rhétorique, sophistique, politique, traduction. Elle a notamment dirigé le Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles (Seuil, le Robert, 2004), lui-même traduit ou en cours de traduction/adaptation en anglo-américain (Dictionary of Untranslatables, Princeton, 2014), ukrainien (L’Esprit et la lettre, trois tomes parus), arabe (Centre culturel arabe, 1 vol. paru), roumain (Polirom, sous presse), espagnol-Mexique (Siglo XXI), portugais-Brésil, russe, italien, grec et hébreu. Directrice de recherches au CNRS, elle a reçu en 2012 le grand prix de philosophie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.

6Titulaire d’un diplôme d’études approfondies en ethnologie, obtenu à l’université d’État de Saint-Pétersbourg (Russie), MOULAYE COULIBALY a occupé successivement les postes de chargé du Patrimoine culturel, chef de division « patrimoine ethnographique » (direction nationale du Patrimoine culturel/ministère de la Culture du Mali). Actuellement, il est directeur national adjoint du Patrimoine culturel et chargé de cours de gestion du Patrimoine culturel à l’Institut universitaire du développement territorial de Bamako. Entre 1995 et 2014, il a effectué plusieurs missions de recherche sur le patrimoine aux plans national et international en matière de conservation, promotion et diffusion du patrimoine, suivi-évaluation des projets culturels et de mise en œuvre des textes juridiques nationaux et des conventions internationales régissant le patrimoine culturel. Il a publié, en 1994, Traditions et innovations dans la société bambara, éd. du Cercle de Ségou.

7Ancien khâgneux – helléniste et latiniste, au lycée Champollion de Grenoble et diplômé de la Sorbonne – doctorat ès Lettres (1977), FARY SILATE KA est linguiste chercheur, spécialiste de la langue peule (pulaar-fulfulde) à l’Ifan – Ch. Anta Diop de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il travaille essentiellement sur la promotion des langues africaines, notamment en dialectologie comparée et en terminologie et lexicographie. Ayant une expérience de presque toutes les langues du Sénégal et de quelques autres de l’Afrique, l’arabe, le sérère et le wolof notamment, son domaine d’intérêt s’étend ainsi à la comparative et la génétique linguistique. Il a publié divers travaux dont Le pulaar au Sénégal, étude dialectologique (1983), Problématique de la standardisation linguistique : le cas du pulaar/fulfulde (1991), De l’oral à la publication : guide de l’éditeur en langues africaines (2006), Pourquoi et comment l’Afrique doit s’unir ? (2012). Panafricaniste convaincu et militant pour l’unité et la renaissance culturelle africaines, il a toujours privilégié la mise à disposition de ses compétences au profit des organisations d’appui au développement des populations, à travers l’éducation et la formation par les langues africaines. Président de l’Académie sénégalaise des langues nationales (ASLN) et de la Commission fulfulde de l’Acalan (Fulcom), il est actuellement responsable du laboratoire de linguistique de l’Ifan-Ch. A. Diop. Il est le traducteur en fulfulde du présent ouvrage.

8SOUMANA KANE, traductrice du présent ouvrage en bamanakan, travaille au Centre national des ressources de l’éducation non formelle (CNR-ENF), à Bamako, au Mali.

9Titulaire d’un PhD de linguistique délivré par l’École des études orientales et africaines (SOAS) de l’université de Londres, Francisco SOZINHO MATSINHE a consacré ses recherches au contact des langues, au bilinguisme dans l’enseignement, à l’utilisation des langues africaines comme véhicules d’instruction dans le système scolaire et à la morphologie et à la syntaxe des langues bantu. De 1992 à 2009, il enseigne au département des langues africaines à l’université d’Australie du Sud (UNISA) et, depuis 2009, il est secrétaire exécutif de l’Académie africaine des langues (Acalan), agence de l’Union africaine dont la mission est de promouvoir, en partenariat avec les anciennes langues coloniales, les langues africaines dans tous les domaines de la vie sociale. Il intervient dans un grand nombre d’universités africaines, brésiliennes, australiennes, canadiennes et américaines.

10VINCENT NÉGRI est chercheur au CNRS, au sein du Centre d’études sur la coopération juridique internationale (CECOJI). Ses travaux portent sur le droit comparé et le droit international de la culture et du patrimoine culturel, ainsi que sur les rapports entre normes et cultures. Professeur associé à l’université internationale L. S. Senghor (Alexandrie), il enseigne également aux université de Paris 1, de Paris 11 et de Lyon 3. Depuis 1995, il est consultant pour l’Unesco et pour d’autres organisations internationales (Icom, Iccrom, Conseil de l’Europe,…). Il est coauteur du Dictionnaire comparé du droit du patrimoine culturel (ouvrage collectif, CNRS éditions, 2012). Parmi ses dernières publications : Le patrimoine culturel, cible des conflits armés. De la guerre civile espagnole aux guerres du XXIe siècle (direction d’ouvrage, Bruylant, 2014).

11MARGARET RIGAUD, ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud et docteur de l’université d’Oxford, s’est spécialisée dans la traduction des sciences sociales et humaines après dix ans d’enseignement à l’université de Cambridge.

12Archéologue et historien des sciences sociales, NATHAN SCHLANGER (PhD Cambridge, 1995) s’intéresse à la technologie et la culture matérielle, ainsi qu’à l’histoire de l’archéologie et aux politiques du patrimoine, notamment en Afrique coloniale et contemporaine. Parmi ses publications, L’Archéologie préventive en Afrique : enjeux et perspectives (2008, codirection, éditions Sépia), La Préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques (2012, codirection, éditions La Découverte), European Archaeology Abroad. Global Settings, Comparative Perspectives (2013, codirection, Sidestone Press). Chargé de mission à l’Inrap, membre de l’équipe de recherche de l’École du Louvre et de l’UMR 8215 Trajectoires, expert et membre du bureau du comité international pour la gestion du patrimoine archéologique (ICAHM) de l’ICOMOS, il est depuis septembre 2014 directeur d’études en archéologie à l’École nationale des Chartes.

13Après avoir enseigné les lettres classiques, DANIÈLE WOZNY s’intéresse à la circulation et à la médiation des savoirs : édition (directrice de la collection « alors » au Centre G. Pompidou), organisation du Premier Salon des médias de la science au Muséum national d’histoire naturelle en 1998, Train des sciences en Inde, expositions (notamment, co-commissaire de Parfums d’Égypte, musée national du Caire, de Quand les sciences parlent arabe, musée d’art islamique du Caire, de Tisser le paradis, musée national du tapis de Téhéran), organisation de rencontres, colloques, séminaires, émissions de télévision et de radio lors de ses missions à l’étranger comme attachée culturelle auprès des ambassades. De 2008 à 2013, elle a dirigé le pôle Patrimoine mondial au ministère français des Affaires étrangères.

14Réunis à la Fondation des Treilles, les contributeurs ont tissé en commun l’essentiel de cet ouvrage au rythme de discussions suivies de séances d’écriture solitaire puis de remise dans le groupe des papiers pour corrections et validation par tous. Certains passages moins consensuels ont fait l’objet d’une écriture en commun. Chacun de retour dans son pays, le travail s’est poursuivi par courrier électronique.

© Demopolis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540