Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero Le Vietnam 21. Ressources photographiques co...

Le Vietnam

 | 
Hoai Huong Aubert-Nguyen
, 
Michel Espagne

Cinquième partie. Les collections vietnamiennes de la Bibliothèque nationale de France

21. Ressources photographiques concernant le Vietnam

Les plaques de verre de la Société de géographie

Olivier Loiseaux

Texte intégral

1La Société de géographie a été fondée en 1821 avec pour but de concourir aux progrès de la géographie, d’encourager les études et les découvertes géographiques et de faire entreprendre des voyages dans des contrées inconnues.

2Une bibliothèque est prévue dès l’origine mais sans budget d’acquisitions. Elle s’enrichit essentiellement par don et échanges de publications. Sont conservés des récits de voyage, des revues de géographie, des cartes, des atlas et dans le dernier quart du XIXe siècle des photographies. Cette bibliothèque est installée en 1878 dans l’hôtel du 184 boulevard Saint-Germain que la Société de géographie fait construire

3La collection photographique nait à cette période sous l’impulsion de James Jackson, le bibliothécaire de la Société de géographie qui est lui-même photographe, soutenu dans cette entreprise par le secrétaire général de la société, Charles Maunoir.

4Jackson sollicite les dons par une circulaire envoyée à tous les membres. Plus de 15 000 photographies papier seront reçues pendant son mandat à la tête de la bibliothèque.

5Parallèlement, la Société de géographie organise depuis 1875 des conférences illustrées par des projections photographiques. Elle a à la fin du XIXe siècle son projectionniste attitré en la personne d’Alfred Molteni, issu d’une longue famille de fabricant d’appareils d’optique. Le principe est de faire réaliser pour chaque conférence une série de vues positives sur verre (de format 8 x 10 cm) qui seront projetées à l’aide d’un appareil utilisant la lumière oxhydrique. À l’issue de la conférence ces positifs de projection sont donnés à la Société de géographie.

6Ce fonds photographique qui s’enrichit depuis la fin du XIXe siècle comprend aujourd’hui 100 000 tirages papier et 40 000 plaques de verre. Il est en dépôt à la Bibliothèque nationale de France sous la responsabilité du département des Cartes et Plans.

7La collection de plaques de verre (positifs de projection mais aussi plaques négatives et stéréoscopiques) est en cours d’inventaire et de numérisation. Cette numérisation est visible dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et pour les documents sous droits d’auteur dans les salles de lecture de la BnF via Gallica intra-muros.

8Plus de 1 500 plaques de verre concernant l’Indochine sont déjà inventoriées dont les deux tiers se rapportent au Vietnam. C’est sur cette partie de la collection que portera cet article en deux parties : la collection des positifs de projection et le fonds Firmin-André Salles constitué de plaques négatives et positives.

Les projections de vues sur verre

9Une première conférence sur l’Annam et la Cochinchine est donnée en 1879 par Tran Nguyen Hanh, répétiteur à la chaire de vietnamien de l’école des langues orientales et membre de la Société de géographie commerciale de Paris. Cette conférence est illustrée mais par des clichés sur verre établis d’après des photographies d’Émile Gsell.

10C’est véritablement à partir de 1885-1890 que l’Indochine s’invite dans les thèmes des conférenciers à la Société de géographie.

11Pierre Mirande, médecin de la Marine, donne une conférence le 1er décembre 1893 sur les Ba-Bé, une région montagneuse du nord du Tonkin qu’il a visitée quelques mois auparavant. Il s’est rendu aux grottes de Pung, une montagne traversée par un fleuve, le Song Gam formant un tunnel long de 350 mètres. Mirande explique la complexité de cette curiosité géographique à l’aide de croquis cartographiques sur verre qu’il fait réaliser pour l’occasion par le cartographe de la Société de géographie, Jules Hansen. Les parois de ce tunnel donnent accès à deux immenses grottes occupées par plusieurs villages (fig. 1). Mirande visite les différentes communautés de cette région et photographie les habitants dans leurs occupations quotidiennes.

12Le lieutenant de vaisseau Marie Léon Escande est un officier de marine spécialisé dans l’hydrographie et la géodésie. Il participe à plusieurs opérations pendant la guerre du Tonkin et est remarqué pour ses travaux hydrographiques sur le fleuve Rouge (fig. 2). Au cours de ses campagnes, il effectue des levés du fleuve et procède à de nombreuses études hydrographiques tant la navigabilité du fleuve, voie de pénétration et axe stratégique vers la Chine, est un enjeu important. À son retour en France, il donne à la Société de géographie, le 15 février 1895, une conférence illustrée par des clichés photographiques qu’il a réalisés en complément de ses études.

13Gabrielle Vassal est une des premières femmes à donner une conférence à la Société de Géographie ; elle intervient à la tribune le 17 mars 1911. Après trois ans passés en Annam, aux côtés de son mari nommé sous-directeur de l’institut Pasteur de Nhatrang, elle livre ses souvenirs et laisse une centaine de clichés sur verre à la Société de géographie.

14Durant cette période, elle a eu l’occasion de se rendre dans les villages moïs sur le plateau du Lang Bian où est projeté l’installation d’un sanatorium. Elle relate plusieurs épisodes cynégétiques et montre son goût pour la chasse aux grands fauves.

15Léon Busy, intendant militaire en Indochine et au Tonkin entre 1898 et 1917 fut un des opérateurs d’Albert Kahn pour son projet des archives de la planète. Il a laissé à la Société de géographie, probablement pour une projection, une cinquantaine de clichés de la région de Lang Son, dans le nord du Tonkin, pris en 1920. Busy s’intéresse avant tout aux populations de cette région proche de la frontière chinoise et fait preuve d’une grande maîtrise dans la technique photographique à travers de saisissants portraits et scènes de groupes.

La collection Firmin-André Salles

16C’est en 1921 que Firmin-André Salles, membre de la Société de géographie, a donné sa collection de plusieurs milliers de photographies sur papier et plaque de verre.

17Pour la seule Indochine, cette collection est forte de plus d’un millier de plaques négatives et de positifs de projection s’étendant sur deux décennies (1885-1904). L’inventaire des positifs de projection est achevé. Les plaques négatives (9 x 12 cm ; 13 x 18 cm ou 18 x 24 cm) sont en cours d’inventaire et de numérisation.

18Firmin-André Salles est né à Tarbes en 1860 mais débute sa carrière comme commissaire de la marine, attaché au port de Brest. En 1884 Il prend part aux opérations conduites par l’amiral Courbet qui marquent le début de la guerre du Tonkin. Il pratique déjà la photographie, légende et date précisément ses clichés. Les toutes premières photographies que nous conservons sont réalisées dans ce cadre : une série de vues de la baie de Ha Long prises les les 5 et 6 juillet 1885 (fig. 3).

19En 1894, il réussit le concours d’inspecteur des colonies et retourne à ce titre en Indochine où il va rester quatre ans (1895-1898). Il assiste l’inspecteur général Verrier dans son travail. Son travail photographique est considérable et couvre tous les domaines.

20Il photographie les paysages, les ouvrages d’art, forts et ponts qui jalonnent la route Mandarine. Il s’intéresse à l’architecture : les monuments célèbres (tours Cham) se retrouvent dans ses clichés. Il porte un même intérêt aux événements de la vie coloniale et aux scènes de la vie quotidienne : travaux des champs, petits métiers des rues des grandes villes, processions et fêtes. D’une compréhension moins évidente, une série de portraits de sous-officiers des troupes indigènes où se mélangent préoccupations ethniques et anthropologiques, ou encore une saisissante galerie de portraits de détenus du bagne de Poulo Condor.

21Hanoi occupe une place particulière dans sa production photographique à travers deux séries de scènes : les principaux sites et monuments religieux aux abords du lac Hoan Kiem (fig. 4) et les rues commerçantes de la ville marchande (fig. 5).

22Par l’ampleur de son travail Firmin-André Salles peut être considéré comme l’un des pionniers du reportage photographique.

Pour consulter les images :
–– Bibliothèque numérique Gallica :http://gallica.bnf.fr/​Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&f_typedoc=images&q=salles+Vietnam
–– Exposition virtuelle « Visions de Hanoi » :http://expositions.bnf.fr/​socgeo/​vietnam/​01.htm

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search