Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Vietnam

 | 
Hoai Huong Aubert-Nguyen
, 
Michel Espagne

Troisième partie. Construction des savoirs

8. Pratiquer la médecine enseignée à la française

L’accès des médecins vietnamiens à l’exercice libéral et ses enjeux dans l’entre-deux-guerres

Laurence Monnais

Texte intégral

1En mai 1929, le Dr Nguyễn Văn Luyện (1898-1946) fait paraître dans le magazine de santé hanoien Vệ sinh báo. Journal de vulgarisation d’hygiène, un article intitulé « La médecine occidentale et la nôtre » [Thuốc tây và thuốc ta]. On y lit :

  • 21 Nguyễn Văn Luyện, « Thuốc tây và thuốc ta » (« Les médicaments occidentaux et les nôtres »), Vệ si (...)

[…] La médecine occidentale utilise beaucoup de remèdes que l’on retrouve dans notre propre pharmacopée […] Nos scientifiques doivent se concentrer sur l’analyse de l’efficacité de nos remèdes selon la méthode expérimentale occidentale […] ; l’expérience servira de base et les tests comme preuve pour pratiquer cette médecine. L’utilisation des remèdes occidentaux augmente de jour en jour mais on ne peut mettre de côté les remèdes dont nous avons hérité [NB : entre autres parce qu’ils sont adaptés aux constitutions vietnamiennes, précise plus loin l’article] […]21.

  • 22 François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005.

2Ces mots sont inattendus et quelque peu transgressifs eu égard au double fait que Luyện vient de soutenir son doctorat en médecine à Paris (1928) et qu’il s’apprête à s’installer à son compte à Hanoi (janvier 1931) : à l’époque, la médecine vietnamienne traditionnelle est absente, voire mise au ban de l’effort de médicalisation du Vietnam. Simple étrangeté de surface ? À déconstruire les propos de ce professionnel de la santé, on se rendra compte qu’ils attestent l’existence d’un double mouvement, d’incorporation du modèle biomédical auquel les médecins colonisés ont été formés, mais aussi d’adaptation en retour de cette médicalisation à la française à laquelle ils devaient allégeance et dont ils étaient destinés à devenir les héritiers naturels. Exception ordinaire, pour reprendre François Dosse22, la carrière de Luyện — avec celle, en filigrane, de quelques-uns de ses collègues — permet d’illustrer certaines caractéristiques d’un groupe négligé dans les histoires de la santé tant coloniales que vietnamiennes ; un groupe pourtant révélateur de transferts culturels complexes qui ont à voir avec leur statut multiple de scientifique, de professionnel, de colonisé et de thérapeute bien sûr, mais d’abord et avant tout de médiateurs culturels : celui des médecins vietnamiens ayant exercé la médecine en libéral avant 1945.

Un bref portrait quantitatif et qualitatif

  • 23 Nous avons assurément participé à façonner cette historiographie, coincée, comme les autres, par d (...)

3On tient généralement pour acquis que la prise en charge de la santé dans les colonies françaises fut l’œuvre de médecins blancs, fonctionnaires et militaires, ayant œuvré dans le cadre de systèmes publics de santé, telle l’Assistance médicale indigène (AMI). Des médecins orientés vers la prévention collective des maladies tropicales les plus meurtrières et assistés dans cette mission par quelques poignées de praticiens indigènes mal considérés et exploités23.

  • 24 Les sources dont on dispose sur ces médecins sont à la fois hétérogènes, dispersées et très fragme (...)

4Ce tableau mérite en fait quelques retouches, on s’en rend compte si l’on se met à explorer des sources alternatives aux sources coloniales habituelles. Au-delà de mémoires et d’archives privées qui n’ont que trop rarement survécu, il s’agit d’abord et surtout de la presse populaire de l’époque, foisonnante, bilingue (en français et en quốc ngữ) et diverse, qui nous informe de multiples façons sur ces médecins (articles de fond dont ils sont auteurs ou protagonistes, mention des honneurs reçus ou d’une nouvelle affectation, encarts publicitaires pour leur cabinet ou clinique) mais aussi des listes de patentés, voire d’abonnés au téléphone à partir de la fin des années 1930. Grâce à ces sources variées, ce sont en fait 576 diplômés en médecine d’origine vietnamienne que l’on a pu recenser pour la période 1905-1940, ce qui représente environ la moitié des médecins ayant travaillé en Indochine à un moment de leur carrière, toutes origines ethniques confondues. Plus d’un quart de ces praticiens (27 %, contre 10 % des médecins français) et ce chiffre est probablement inférieur à la réalité24 auraient par ailleurs, à un moment donné de leur carrière, choisi la voie de l’exercice libéral, échappant ainsi au carcan de l’Assistance. Entre 70 et 75 % si l’on se concentre sur les années 1930.

L’école de médecine de Hanoi et ses meilleurs étudiants

  • 25 Pour plus de détails sur l’histoire de l’école de médecine de Hanoi voir : Laurence Monnais-Rousse (...)

5Pour comprendre les raisons d’être de ce mouvement, avant de s’interroger sur ses implications concernant l’espace vietnamien de la santé, il faut revenir sur les conditions de formation de ces médecins. Ils sont en effet a priori tous issus de l’école de médecine de Hanoi, qui a ouvert ses portes en 1902, élément pionnier dans la fondation d’une université indochinoise25.

  • 26 Nombreux sont les médecins coloniaux qui, dès les années 1860 et la domination de la Cochinchine, (...)
  • 27 Le certificat d’études physiques, chimiques et naturelles (dit PCN) deviendra à partir de 1934 cer (...)
  • 28 Archives nationales du Vietnam (ANVN), centre n° 1 (Hanoi), Fonds de la résidence de Ha Dong, doss (...)

6L’objectif est clair en 1902 : former des auxiliaires indigènes, des techniciens médicaux qui œuvreront à la médicalisation de l’Indochine sous la houlette des médecins français et sauront, comme il se doit, défaire l’influence des charlatans, autrement dit des thérapeutes chinois et vietnamiens dont les colonisateurs n’avaient pas manqué de mesurer l’influence sur la société26. En 1904, le pastorien et découvreur du bacille de la peste Alexandre Yersin, premier directeur de l’école (apparemment piètre administrateur, il démissionnera d’ailleurs assez vite) énumère au résident supérieur du Tonkin les compétences dont pourront se prévaloir les jeunes diplômés : formés sur trois ans (six en métropole dont l’année préparatoire post-baccalauréat PCN avec formation en physique, chimie, sciences naturelles27), ils sauront examiner un malade, diagnostiquer les maladies courantes, prescrire et préparer les médicaments usuels (leur droit de prescription restera toutefois longtemps limité) ; ils maîtriseront l’art du pansement et celui de la vaccination et, aptes à procéder à quelques opérations (ouverture d’abcès, panaris, sondage de la vessie), seront de « précieux auxiliaires du chirurgien français, sachant administrer le chloroforme et manier les instruments »28. Dans les faits, ces auxiliaires tinrent lieu de chargés de propagande en faveur des bienfaits civilisateurs de la prévention collective, par la vaccination entre autres, et leur rôle fut celui de courroie de transmission entre la médecine occidentale si supérieure et la population colonisée.

  • 29 Le doctorat d’état est en effet réservé aux citoyens français (les Vietnamiens naturalisés y ont d (...)

7À l’annonce de son ouverture, l’école aurait reçu 375 dossiers de demandes de jeunes hommes, du Nord comme du Sud ; trente devaient être retenus, sur la base de leurs motivations et de leurs performances scolaires — quoique tous n’aient pas achevé le cycle secondaire et qu’un certain nombre n’eût pas la maîtrise du français, ce qui obligera l’école à engager des interprètes. La première cohorte, de cinq diplômés seulement, sort en 1905 à l’heure, ce n’est évidemment pas un hasard, de la formalisation de l’AMI. Ils ont donc le titre de médecins auxiliaires indigènes et ne peuvent pratiquer que la médecine indigène ; autrement dit, ils ne sont habilités à prodiguer leurs soins qu’aux colonisés, gratuitement qui plus est, dans le cadre fonctionnarisé de l’Assistance. Affectés aux quatre coins de la péninsule indochinoise, ils doivent accomplir deux ans de stage avant d’être titularisés… et mutés tous les deux ans en moyenne, voire moins. Quelques fils de bonne famille — issus du milieu mandarinal mais aussi de celui des affaires — partiront toutefois pour la France, une bourse du gouvernement colonial en poche, afin de poursuivre des études doctorales. Dès 1908, trois étudiants jugés particulièrement prometteurs sont ainsi envoyés à la faculté de médecine de Paris sur proposition du nouveau directeur de l’école de Hanoi, le Dr Cognacq. L’événement est significatif. Témoignant d’un fonctionnement a priori méritocratique, il marque la possibilité pour les meilleurs étudiants de sortir du carcan d’une profession technique. Reste que, sujets vietnamiens et non citoyens français, ces étudiants ne pourront obtenir qu’un doctorat universitaire et non un doctorat d’État, permettant seul d’exercer pleinement la médecine au regard de la loi médicale française de 1892, appliquée à l’Indochine29. « Leur place [sera toute] indiquée dans nos laboratoires [et] dans nos grands centres hospitaliers […] » explique Cognacq ; « mais […] il ne saurait être question de leur donner une plus grande liberté d’action ni de les libérer de la surveillance d’un médecin européen […] » précise-t-il.

Expatriation, expertise et hiérarchies

  • 30 Centre des archives d’Outre-Mer (CAOM), Fonds des amiraux, dossier 2564, « Instruction publique. G (...)

8Cette immigration universitaire va augmenter de façon linéaire ; dans les années 1920, l’on trouve des étudiants vietnamiens à la faculté de médecine de Paris, mais également à celles de Bordeaux, Montpellier, Lyon, Marseille, Toulouse. Certains arrivent même à convaincre l’administration hanoienne de leur permettre de rester en métropole après avoir soutenu leur thèse, afin de suivre un stage de spécialité ou de recherche. C’est le cas de Nguyễn Vãn Thịnh (1888-1946). Comptant parmi les premiers boursiers du gouvernement en 1909, il est reçu avec les honneurs (deuxième) au diplôme de médecine coloniale de l’université de Paris l’année suivante, consécration universitaire qui pousse le ministre de l’Instruction publique à l’autoriser à s’inscrire en doctorat. Ses excellents résultats seront rapportés aux autorités de l’Indochine par le biais de lettres élogieuses de grands pontes parisiens30. En 1912, le voici externe des hôpitaux ; alors qu’il accomplit son service à l’hôpital Saint-Antoine, il est accueilli par l’institut Pasteur et trouve le temps de collaborer à diverses revues spécialisées. Il ne rentrera au Vietnam pour servir l’AMI que pour quelques années : on le retrouve en effet de nouveau à Paris en 1919, avec la bénédiction du gouvernement général. Deux ans plus tard il soutient une thèse sur le béribéri sous la direction du grand spécialiste des maladies tropicales de l’époque, le Dr Jeanselme.

  • 31 Le baccalauréat est désormais accessible via un certain nombre de lycées dans le cadre du système (...)

9Avec les années 1930, cette immigration académique semble se tarir, mais cela s’explique par l’accession de l’école de Hanoi au rang de faculté, en 1933. Dès la Première Guerre mondiale, l’administration coloniale a dû repenser la mission du médecin indigène — et par extension sa formation — alors que les effectifs médicaux en provenance de la métropole s’amenuisent ; on a été forcé par conséquent de faire appel aux auxiliaires pour mener à bien des tâches qui n’étaient jusque-là pas les leurs : ils allaient devoir diriger des postes médicaux d’importance, prescrire des médicaments sans solliciter d’autorisation et par là même faire la preuve de leurs compétences, de leur polyvalence et de leur autonomie. Et c’est en fait dès 1919 que l’on ouvre une filière doctorale à Hanoi ; le cursus est de six ans et le prérequis d’être titulaire d’un baccalauréat pour s’inscrire en année PCN31. Les étudiants de cette filière doivent encore faire leur thèse dans une université en France. Mais sur la base du triptyque métropolitain théorie-travaux pratiques-stages, on mise déjà sur le plus déploiement de l’éventail des disciplines enseignées (histologie, anatomopathologie, bactériologie) ; la variété de la formation clinique et scientifique proposée par les structures hospitalières alentour et les laboratoires de recherche de pointe affiliés déterminent autant qu’ils légitiment l’évolution institutionnelle de l’école. En 1926, est créé en annexe à cette dernière un institut médico-légal qui ouvre sur la conquête d’une nouvelle autonomie : celle d’agir en tant qu’expert auprès des tribunaux et de procéder à des autopsies. Le recrutement professoral s’opère quant à lui de plus en plus parmi les agrégés de l’école de médecine tropicale de Marseille, le Pharo, parmi les assistants des hôpitaux coloniaux métropolitains ou encore les pastoriens. Six nouvelles chaires d’enseignement magistral voient bientôt le jour dont une de parasitologie et une de médecine tropicale (1937). Hanoi fait finalement soutenir ses premiers doctorats en 1935. Entre-temps, en janvier 1936 plus précisément, un décret du ministère des Colonies amendait la loi de 1892 pour permettre aux sujets de tout l’Empire d’accéder au doctorat d’État.

  • 32 Plusieurs s’associeraient assez précocement pour revendiquer plus de droits et d’autonomie sur le (...)

10Si le succès de ce programme doctoral est évident, il restera néanmoins terni jusqu’en 1939 par la coexistence de deux catégories de médecins vietnamiens, une hiérarchie abolie en France depuis plus de quarante ans avec la disparition des officiers de santé (1893). Plus mal vécu sans doute encore, les titulaires d’un doctorat (bác sĩ) sont assimilés à leurs confrères non docteurs (y sĩ), les uns étant comme les autres fonctionnaires de l’état colonial dans le cadre latéral de l’AMI réservé aux médecins indochinois, avec une même grille de traitement et d’avancement. Alors que les rangs de cette profession à deux vitesses grossissent de façon assez rapide, répondant à une volonté officielle de vietnamisation du personnel médical (dès 1921, il y a plus de médecins vietnamiens que de médecins français dans l’Assistance), il n’en reste pas moins que les titulaires d’un doctorat sont trop souvent maintenus à des postes subalternes, constamment mutés dans des régions rurales et insalubres dont leurs confrères français ne veulent pas et confrontés à des difficultés récurrentes d’avancement. Ce malgré leur expertise, une production scientifique à la pointe de leur domaine (qu’il s’agisse de la léprologie, de la nutrition, des déterminants sociaux de la santé ou de la mortalité infantile, sujet de thèse de Luyện) et un engagement sur le terrain fréquemment remarqué (par une médaille des épidémies ou de service à la vaccination). On peut imaginer les frustrations qui animaient alors certains et comprendre leur envie de quitter le fonctionnariat, pour mettre leur expertise au service d’une clientèle privée32. Mais encore eût-il fallu qu’ils en aient le droit…

De la sphère publique à la sphère privée

11La possibilité pour les médecins vietnamiens d’exercer en libéral ne s’est en effet concrétisée que très lentement. Une restriction voulue de la part des autorités coloniales : s’il était difficile de mettre en doute le bagage scientifique et la grande expérience du terrain pathologique indochinois de ces professionnels de la santé dès la fin du premier conflit mondial, on craignait à Hanoi que ces derniers ne veuillent s’installer qu’en ville, risquant d’y faire une concurrence déloyale aux médecins français (qui eux avaient le droit de faire du privé, qu’ils aient été fonctionnaires ou non) et hypothéquant la diffusion de soins essentiels en milieu rural, là où l’AMI les employait en priorité. Le fait que la très grande majorité d’entre eux n’ait qu’un doctorat universitaire (voire pas de doctorat du tout) permettait au gouverneur général de contrer assez facilement les demandes en ce sens, en se réfugiant derrière la loi. Une toute petite brèche s’était là encore ouverte à l’heure du premier conflit mondial — dans les conditions de pénurie que l’on a déjà évoquées — quand en 1915, on autorisa les médecins indigènes à percevoir des honoraires de malades soignés hors des hôpitaux de l’AMI. Entre 1920 et 1931, plusieurs textes allaient formuler les modalités d’une autorisation plus franche mais qui resterait distribuée au compte-gouttes, nominative, donnée pour une localité prédéterminée et révocable ; surtout il fallait avoir préalablement servi au moins dix ans dans le service public pour s’en prévaloir. Ce n’est finalement qu’en mars 1937 que l’autorisation — on ne parle toujours pas de droit — était étendue à tout médecin diplômé de Hanoi.

Un vent de liberté lucratif

  • 33 ANVN, centre n° 2 (Hô Chi Minh Ville), Tòa Đại Biểu Chính Phủ Nam Việt, S 09-6, « Liste nominative (...)

12Quoi qu’il en soit, c’est bien avec les années 1930 que s’accomplit cette émancipation du joug fonctionnarial, au profit surtout des médecins passés par la France. Vers 1940, environ cent vingt praticiens évoluent en toute liberté, dont plus de quatre-vingt dans la seule colonie cochinchinoise, désormais rassemblés en un syndicat des médecins civils de l’Indochine. Si beaucoup sont passés par la France, y sĩ et bác sĩ vont coexister pendant un temps dans cet espace du soin privé. Mais à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la grande majorité des médecins vietnamiens du privé est titulaire d’un doctorat d’état : selon un recensement effectué par les autorités coloniales, c’est le cas de 88 % (50 sur 57) des médecins pratiquant en privé à Saigon en 194433. Il faut dire que, à l’époque, la filière auxiliaire a disparu depuis plus d’une décennie déjà (1932), faute de candidats, et que la faculté de médecine monte son quotient de diplômés à soixante-quinze jeunes docteurs par an en 1938. Dès le début des années 1920, il n’était pas non plus rare de voir un y sĩ profiter d’un congé administratif pour retourner sur les bancs de l’école, à Hanoi ou à Paris, afin d’obtenir ce doctorat tant convoité, voire de se spécialiser et espérer ainsi disposer un jour d’une pratique lucrative. Au-delà de la liberté de mouvement (et de pratique) que la sortie de l’Assistance permettait, les médecins libéraux auraient en effet gagné entre deux et cinq fois plus que leurs collègues du cadre latéral.

13Le parcours de Nguyễn Vãn Luyện révèle cette progressive libéralisation de la profession médicale vietnamienne et l’évolution de sa stature professionnelle mais aussi probablement socio-économique. Originaire du Tonkin, Luyện entre à l’école de médecine de Hanoi en 1916 à l’âge de dix-huit ans (sans avoir terminé ses études secondaires) ; il en sort comme il se doit trois ans plus tard. Après ses deux ans de stage, il intègre officiellement l’AMI et est nommé à son premier poste, au Tonkin, en 1921.

  • 34 CAOM, Fonds du gouvernement général (Gougal), dossier 51 402, « Dossier de Nguyễn Văn Luyện ».
  • 35 Báo đông pháp, n° 503, 24 avril 1928.
  • 36 Publicité, Vệ sinh báo, n° 61, janvier 1931.

14En 1925, alors qu’il travaille à la léproserie de Huong Phong (Phu Tho, Tonkin), il demande au directeur de l’instruction publique de l’Indochine de pouvoir se faire créditer le baccalauréat dont il dit être désormais détenteur et l’examen PCN en fin de première année préparatoire qu’il vient de réussir afin de poursuivre ses études doctorales en France34. Il obtient gain de cause ; dès l’année suivante il reçoit même une bourse d’un an, qui sera renouvelée l’année suivante, lui permettant de soutenir sa thèse à Paris en 1928. Thèse qui reçut les félicitations du jury et même les honneurs de l’Académie de médecine, annonce le quotidien hanoien Báo đông pháp le 24 avril 192835. L’on ne connaît pas précisément les raisons qui vont finalement pousser le jeune docteur à quitter les rangs de l’AMI (on peut en soupçonner certaines) ; ce que l’on sait c’est que, revenu au Vietnam dès mai 1928 et envoyé le mois suivant à Hung Yen (au Tonkin toujours) en qualité de médecin indochinois de quatrième classe, il se mettait en disponibilité deux ans plus tard et… ouvrait un cabinet médical de médecine générale, pédiatrie et maladies vénériennes, 8 rue de la Citadelle à Hanoi36.

  • 37 Sur la notion de classe moyenne appliquée au Vietnam colonial voir : Van Nguyen-Marshall, Lisa B. (...)
  • 38 Toutes proportions gardées, il faut savoir que selon les estimations de l’historien George Weisz ( (...)

15Concernant leurs émoluments, il faut bien comprendre aussi que l’intrusion dans l’espace de santé vietnamien de médecins exerçant en libéral ne put se faire qu’en réponse à l’émergence de ce que l’on peut appeler un espace colonisé du soin et d’abord d’un bassin critique de malades et de patients susceptibles de pouvoir payer de leur poche un médecin formé à l’occidentale : à l’heure où Luyện s’installe, il fallait en effet débourser entre deux et cinq piastres ($) pour une consultation en cabinet (sans compter le coût associé à une ordonnance) ; à titre de comparaison, une journée d’hospitalisation dans une clinique privée atteignait en moyenne trois piastres et un traitement contre le rhume disponible en pharmacie (sans ordonnance cette fois), 0,5 $ — rappelons que recourir aux services de l’Assistance restait gratuit pour les indigents, à savoir la grande majorité de la population. Cette privatisation des soins médicaux aurait par conséquent été circonscrite aux principaux centres urbains, à Hanoi (où l’on peut relever une trentaine de cabinets vers 1940) et surtout à Saigon-Cholon (près de soixante) là où le changement social passait par l’émergence de nouveaux groupes sociaux (dont des commerçants et des professions libérales), d’une classe moyenne diraient certains, en lien avec un dynamisme économique indéniable37 ; mouvement qui ne pouvait par ailleurs concerner qu’une minorité de la population citadine, éduquée et masculine38.

À propos de l’offre et de la demande

  • 39 Publicité, Le Progrès annamite, n° 13, 20 juin 1933.
  • 40 Publicité, L’écho annamite, n° 183, 19 au 20 juin 1940.
  • 41 Certains parmi ces médecins libéraux continueraient même d’ailleurs à œuvrer dans ou pour l’AMI en (...)

16Pour que cette pratique privée puisse s’épanouir, il fallait, sinon qu’ait eu lieu une transformation des repères profanes en santé, du moins que le goût de la biomédecine venue avec le colonisateur et celui d’une relation thérapeutique à l’occidentale se soient développés. La question n’était pas seulement de pouvoir se payer un médecin, il fallait le vouloir, reconnaître dans le médecin vietnamien formé à la française un expert en santé digne de confiance et capable de répondre à des besoins précis, voire de guérir. Et cette acculturation était bien en cours dans l’entre-deux-guerres : on notera à cet égard l’importance donnée dans les encarts publicitaires, annonçant l’ouverture d’un cabinet ou vantant la réputation d’un praticien ayant déjà pignon sur rue, à l’énumération des diplômes obtenus (surtout s’ils l’ont été en France là encore), des stages effectués (à l’étranger mais aussi auprès d’institutions de recherche comme les instituts Pasteur d’Indochine) et même de la carrière, le cas échéant, menée au sein de l’AMI, gage évident de sérieux, de compétence et de polyvalence. La tradition confucéenne, historiquement forte au Vietnam, de valorisation des diplômes et de l’expérience ne saurait être la seule explication de ces tactiques promotionnelles. En 1933, le Dr Lê Vãn Chinh, diplômé de la faculté de médecine de Toulouse (1920) se présente ainsi : « médecin qui a plus de trente ans de pratique en médecine ; a été au Tonkin, en Annam, en Cochinchine ; a fait cinq séjours en France et a été dans plusieurs hôpitaux »39. Le y sĩ Nguyễn Vãn KhoÒe, quant à lui, s’installe à Tra Vinh-ville en 1940 et évoque « vingt-six ans de pratique » ajoutant qu’il est « [] ex-préparateur de bactériologie à Phnom Penh ; ex-médecin adjoint de chirurgie des hôpitaux mixtes de Phnom Penh et Lalung-Bonnaire de Cholon, ex-médecin adjoint au centre antituberculeux de Cochinchine […] ex médecin-chef de Kompong Speu, Siem Reap, Stung Treng […], Mallicole-Sud aux Nouvelles Hébrides […] et Tra-vinh »40 ; on notera d’ailleurs qu’il s’est installé à son compte dans la région de sa dernière affectation publique41.

  • 42 La professionnalisation du spécialiste ne sera formalisée qu’après la Seconde Guerre mondiale en F (...)

17Autre preuve de cette acculturation : l’apparition de cabinets spécialisés, une tendance métropolitaine récente et toute biomédicale42. Si la présence (majoritaire) de spécialistes des maladies vénériennes, des dermatologues, gynéco-obstétriciens, pédiatres et ophtalmologues renvoie à une prise en charge de maladies prévalentes en Indochine ou de domaines de la santé qui sont l’objet d’anxiétés populaires incontestables (telle la santé reproductive), celle de cabinets à la pointe de technologies récentes (et de ce fait forcément coûteuses) offrant des traitements aux rayons X ou des séances d’électrothérapie manifestent une confiance de certains thérapeutes dans leur pouvoir d’attraction et, par extension, l’appropriation par une certaine clientèle de nouveaux repères thérapeutiques et diagnostiques. Luyện, pédiatre et spécialiste des maladies vénériennes, n’échappe d’ailleurs pas au mouvement proposant de l’électrothérapie à sa clinique attenante à son cabinet. La technique est alors utilisée à diverses fins thérapeutiques dont le traitement des hémorroïdes, de la blennorragie, de l’eczéma, de certaines douleurs neuromusculaires ; associée à des rayons X, elle sert aussi de physiothérapie.

Défenseurs d’un pluralisme médical ? Pour une médecine accessible à l’heure du droit à la santé

18Cette médicalisation à l’occidentale des villes vietnamiennes n’aurait toutefois pas exclu des entorses au modèle biomédical, entorses que vont d’ailleurs oser promouvoir certains médecins libéraux ; dont Luyện. À l’époque de son installation rue de la Citadelle, il est déjà un contributeur assidu du magazine en santé Vệ sinh báo, d’où est tiré l’extrait de 1929 évoqué en prologue, magazine fondé et dirigé par une des plus grosses pharmacies françaises de la capitale coloniale à l’époque, la pharmacie Chassagne ; la collusion est évidente, mais autant mettre de côté des a priori éthiques très contemporains. Comme lui, un certain nombre de médecins vietnamiens s’investissent à l’époque dans le journalisme, d’opinion ou spécialisé (magazines féminins, scientifiques), des tribunes dont ils usent probablement pour se faire un nom sur la scène philanthropique ou politique locale mais aussi à des fins d’éducation de la population. Le Dr TrânÌ Vãn Ðôn (1887- ?) est ainsi le fondateur en 1923 de la revue de vulgarisation scientifique Khoa học tạp chí, trois ans après avoir soutenu son doctorat à Paris sur l’ascaridiose chez l’Annamite. Installé à Saigon quelques années plus tard, après avoir accompli ses dix ans réglementaires dans le cadre de l’Assistance, il continuera d’écrire des articles de vulgarisation scientifique mais également de prodiguer des conseils de bonne santé dans différentes tribunes dont le journal féminin Phụ nữ tân van, publiant dans ce dernier pas moins de soixante articles. En 1934, il deviendra le premier vice-président vietnamien de la Société médicochirurgicale de l’Indochine, société professionnelle et savante regroupant la très grande majorité des médecins français et vietnamiens en exercice dans la péninsule.

  • 43 « Accusé de réception », L’Annam nouveau, n° 144, 16 juin 1932. Ce manuel, découpé en trois partie (...)

19Dans le Vệ sinh báo, Luyện parle pour sa part de pédiatrie, de maladies vénériennes bien sûr ; il le fait en termes simples, insistant sur les bienfaits de la prévention au quotidien. Ses interventions ainsi que celles de ses confrères peuvent assurément susciter plusieurs interprétations de la part de l’historien ; le phénomène est révélateur d’une nouvelle élite colonisée et professionnelle qui cherche à faire sa place, à se distinguer et à imposer certaines valeurs. Mais dans le cas précis de Luyện, optons pour une volonté franche de s’investir (ce qui ne veut pas dire qu’il ne cherche pas en parallèle à disposer d’une clientèle lucrative) dans l’amélioration de la santé du public en s’adaptant à ses besoins, ses attentes et à ses moyens aussi. En 1925, alors qu’il est en poste pour l’AMI à Phu Tho et sur le point de quitter le Vietnam pour la métropole, il fait ainsi paraître un vade-mecum de puériculture intitulé Sản dục chiÒ nam dont il fera reproduire de larges extraits dans le Vệ sinh báo — le mémento connaîtra plusieurs rééditions successives. Un second suivra, en 1932, cette fois consacré au péril vénérien et aux moyens de le prévenir et de le guérir (Phong tình y án)43. En juillet 1934, il se lance même dans l’édition de son propre magazine de santé, le Bao an y báo (Revue de vulgarisation médicale).

  • 44 En dépouillant cette rubrique on ne peut d’ailleurs manquer de relever que certains patients virtu (...)

20Tirant à 1500 exemplaires (ce qui n’est pas négligeable à l’époque) jusqu’à janvier 1938, chaque numéro du Bao an y báo, de trente à quarante pages, commence toujours par un éditorial de Luyện, touchant une question d’actualité sanitaire. Il s’y exprimera sur deux sujets en priorité : la valeur et la place que devrait avoir la médecine traditionnelle dans le paysage des soins vietnamiens ; et la primauté de la gratuité des soins et d’un accès le plus démocratique possible à des médicaments essentiels (c’est-à-dire traitant des problèmes répandus et ayant fait la preuve de leur efficacité). Suivent généralement quelques articles touchant la santé maternelle et infantile bien sûr de même que des conseils de bonne santé au quotidien et un formulaire thérapeutique qui propose des recettes de remèdes simples, parfois à base de produits disponibles localement. À cela s’ajoute un espace (entre quatre et huit pages) dédié aux lecteurs du journal qui peuvent, par son biais, demander conseil à la rédaction. Un système de consultation virtuelle avant l’heure en somme qui n’est pas sans rappeler les consultations épistolaires, fréquentes en Europe jusqu’à la fin du XVIIIe siècle au moins alors que l’accès à un médecin dûment formé reste limité44. Mentionnons enfin que près de la moitié de chaque numéro est constituée de publicités pour des cabinets médicaux, dont le sien bien sûr, des pharmacies et des médicaments, occidentaux et disponibles sans ordonnance, destinés à traiter une grande variété de symptômes et petits problèmes de santé courants.

  • 45 Laurence Monnais, C-Michele Thompson et Ayo Wahlberg (éd.), Southern Medicine for Southern People.
  • 46 Laurence Monnais, Médicaments coloniaux : l’expérience vietnamienne, 1905-1940 (Paris : Les Indes (...)

21On repère au travers de ce magazine plusieurs adaptations du modèle biomédical tel que véhiculé par le monde universitaire français et par l’AMI : une certaine insistance est ainsi mise sur le médicament comme outil de soins courant et sur l’automédication. Or les médecins coloniaux de l’époque restent très sceptiques à l’endroit du produit pharmaceutique (même dans le cadre d’une relation thérapeutique strictement codifiée) et promeuvent la prévention collective avant tout. Par contraste, la médecine vietnamienne, du nord (thuốc bắc), d’obédience chinoise marquée, et surtout du Sud (thuốc nam), fondée sur une pharmacopée locale très large puisant dans une biodiversité végétale extraordinaire, a toujours misé sur le remède45. Des déviations qui peuvent être vues comme autant de marques d’indigénisation, de naturalisation de la médicalisation coloniale susceptibles de répondre aux attentes, y compris consuméristes (le Bao an y báo et bien d’autres journaux vietnamiens des années 1930 sont saturés de publicités pour des produits thérapeutiques miracle vendus par une industrie pharmaceutique occidentale mais aussi asiatique en pleine expansion46), mais aussi aux besoins en santé de la population colonisée et à certaines de ses mœurs en matière de santé. L’investissement journalistique de Luyện montrerait donc à la fois l’évolution des repères de santé d’une partie de la population vietnamienne et sa propre participation à cette évolution en qualité d’expert en santé, formé à l’occidentale mais travaillant dans le privé. Dans ce cadre, il dispose en effet d’une certaine marge de manœuvre ; il peut critiquer subtilement le système de santé public qu’il connaît bien, revendiquer aussi, avec pragmatisme d’abord, un droit à la santé et d’abord à des soins essentiels, ce que plusieurs journaux d’opinion vietnamiens à l’époque commencent également à mettre en avant rappelant avec amertume ou ironie la faiblesse des effectifs médicaux hors des centres urbains — et l’impossibilité par conséquent, pour le gros de la population vietnamienne, d’accéder à des médicaments efficaces car très majoritairement soumis à prescription. Un droit à la santé qui pourrait passer par un recours (éclairé !) à la médecine traditionnelle (faisant ici écho à une autre tradition confucéenne forte, d’automédication éclairée), un système médical dont la modernisation, la scientifisation assurément possible et d’ailleurs en marche à l’époque, permettra à terme de l’incorporer dans un système de soins national adapté.

  • 47 Sur la réinvention de la médecine vietnamienne de la fin de la période coloniale à nos jours et la (...)
  • 48 Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé, un système de santé intégratif est un (...)
  • 49 Entrevue avec Henriette Bui, Paris, janvier 1997.
  • 50 ANVN, centre n° 1, RST 47 950, « Demande de création d’un office de propagande pour la médecine fr (...)
  • 51 Il reste encore plus difficile de savoir dans quelle mesure des médecins français auraient pris go (...)

22Une médecine traditionnelle moderne que Luyện serait même un des premiers, en 1929, à appeler notre médecine (thuốc ta)47 promouvant avant l’heure un système de santé intégratif et défendant sur le terrain des pratiques de pluralisme médical48. Henriette Bùi Quang Chiêu (1906-2012), première femme vietnamienne docteur en médecine (1934), allait elle aussi suivre cette voie, dans son cas en intégrant l’acupuncture dans son offre de soins à son cabinet de Saigon à la fin des années 193049. Diplômé de Hanoi au début des années 1930, le Dr Lê Vãn Phấn envoyait pour sa part une lettre au résident supérieur du Tonkin en novembre 1935 lui demandant une subvention pour l’ouverture d’une officine de propagande pour la médecine française (Việt Nam y quán), boulevard Gia Long, à Hanoi. Nous voudrions ouvrir cette « maison médicale, lui écrit-il, pour contrer l’ignorance de la masse et soustraire la population annamite à l’influence néfaste des médicastres et des charlatans […]. Nous cherchons à faire triompher la médecine occidentale en la complétant par l’étude rationnelle de la médecine sino-annamite, c’est-à-dire par la recherche et l’étude des produits médicamenteux utilisés dans ce pays depuis des millénaires ». Renseignements pris auprès de la direction locale de la santé, le résident supérieur comprend en fait que Phấn collaborait avec une firme pharmaceutique sino-vietnamienne installée sur la route de Hué. Il lui opposa alors une fin de non-recevoir. Ce qui n’empêcherait pas ledit médecin de faire connaître son cabinet privé, en précisant qu’il avait dans cette démarche le soutien des hautes autorités et de l’élite intellectuelle du pays ; il se proposait même d’offrir des consultations au tarif le plus bas à ceux et celles qui voudraient recourir à une thérapie mixte50. Il existait probablement aussi à l’époque des cabinets mixtes (offrant les deux types de médecine) où même une clientèle blanche se serait rendue à l’occasion51. Sans jamais que ni les uns ni les autres n’en viennent à renier leur formation à la française, la valeur de leur expertise, sa qualité scientifique — et tout en affichant certaines couleurs politiques en accord avec une vision de la bonne prise en charge sanitaire et de la médicalisation de leurs futurs concitoyens.

***

  • 52 Je tiens à remercier David Marr et plusieurs membres du Vietnamese Studies Group pour ces informat (...)

23Le Dr Nguyễn Văn Luyện aurait été un nationaliste convaincu et respecté mais ouvertement anticommuniste52. Durant le second conflit mondial, il publiera un quotidien, d’information cette fois, intitulé Tin mới. Journal quotidien d’information. Orienté sur l’actualité internationale du moment tout en continuant d’offrir des conseils d’hygiène aux femmes, pour elles et leurs enfants, le journal est saturé de publicités pour ses confrères et pour toutes sortes de médicaments. Membre fondateur du Parti démocratique du Vietnam (Đảng dân chủ Việt nam ) en juin 1944, auteur de Le Vietnam une cause de la paix en 1945 et co-auteur de la constitution vietnamienne de 1946, Luyện assistera à la conférence de Dalat et accompagnera Ho Chi Minh à Fontainebleau avant de mourir le 19 décembre 1946, à Hanoi, à l’âge de quarante-huit ans, en compagnie de son fils aîné, alors qu’il cherchait à s’occuper des blessés du mouvement insurrectionnel dirigé par le Viêtminh contre les Français. Sans que l’on puisse donc préjuger de son avenir postcolonial, ni politique ni professionnel. En revanche son vade mecum de puériculture fut réédité en 1957, à Saigon cette fois, comme une référence longtemps jugée absolument incontournable pour toutes les mères vietnamiennes.

  • 53 Michitake Aso et Annick Guénel, « The Itinerary of a North Vietnamese Surgeon Medical Science and (...)

24La reconstitution du parcours professionnel de Luyện, permet d’enrichir l’histoire coloniale de la santé vietnamienne mais aussi son histoire postcoloniale ; elle remet en cause l’idée que la prise en charge de cette dernière a été le fait de médecins forcément passés au communisme, trempés de science pour mieux défaire le pays de l’oppression occidentale, une historiographie convenue dont l’icône reste le célèbre chirurgien Tôn Thất Tùng (1912-1982)53. Quant à la médecine que les médecins libéraux ont pratiquée après 1945 et surtout 1954, au Sud (ou à l’étranger), les paris restent ouverts mais l’écriture de cette page de l’histoire de la santé vietnamienne devra prendre en considération la possibilité qu’ils aient précocement, et de façon appuyée, participé à la réinvention de la médecine vietnamienne. En somme, ces médecins constituent des médiateurs culturels d’avant-garde, intermédiaires et acteurs d’un processus de médicalisation hybride reposant sur à la fois sur des besoins et des convictions, une expertise et un pragmatisme éclairé. S’opèrent à travers eux et leurs parcours des transferts culturels complexes et à plusieurs échelles : entre la France colonisatrice et le Vietnam colonisé, entre les sphères publique et privée, entre professionnels et profanes et entre deux systèmes médicaux en pleine consolidation.

Notes

21 Nguyễn Văn Luyện, « Thuốc tây và thuốc ta » (« Les médicaments occidentaux et les nôtres »), Vệ sinh báo, n° 40, mai 1929, p. 3-7.

22 François Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005.

23 Nous avons assurément participé à façonner cette historiographie, coincée, comme les autres, par des sources disparates et discrètes sur ces subalternes et leurs activités. Sur l’AMI et son histoire indochinoise voir : Laurence Monnais-Rousselot, Médecine et colonisation. L’aventure indochinoise, 1860-1939, Paris, CNRS Editions (« Histoire »), 1999.

24 Les sources dont on dispose sur ces médecins sont à la fois hétérogènes, dispersées et très fragmentaires. De ce fait, il n’est pas toujours possible de savoir si un médecin a exercé à son compte ou nom à un moment de sa carrière.

25 Pour plus de détails sur l’histoire de l’école de médecine de Hanoi voir : Laurence Monnais-Rousselot, « La professionnalisation du “médecin indochinois” au XXe siècle : Des paradoxes d’une médicalisation coloniale », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 143, 2002, p. 36-43.

26 Nombreux sont les médecins coloniaux qui, dès les années 1860 et la domination de la Cochinchine, critiquent vertement l’empirisme de ces thérapeutes et la naïveté des malades qui y ont pourtant recours en masse. À l’heure d’une médecine occidentale qui revendique sa supériorité scientifique et de ce fait l’exclusivité, surtout dans le cadre colonial civilisateur, il n’était pas question de laisser se perpétuer cette concurrence (Laurence Monnais, « Traditional, Complementary and Perhaps Scientific ? Professional Views of Vietnamese Medicine in the Age of French Colonialism, » Southern Medicine for Southern People : Vietnamese Medicine in the Making, Laurence Monnais, C-Michele Thompson et Ayo Wahlberg (éd.), Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2012, p. 61-84).

27 Le certificat d’études physiques, chimiques et naturelles (dit PCN) deviendra à partir de 1934 certificat d’études physiques, chimiques et biologiques (dit PCB).

28 Archives nationales du Vietnam (ANVN), centre n° 1 (Hanoi), Fonds de la résidence de Ha Dong, dossier 3 767.

29 Le doctorat d’état est en effet réservé aux citoyens français (les Vietnamiens naturalisés y ont donc accès mais ils sont extrêmement peu nombreux à l’époque et n’embrassent pas forcément la profession médicale…).

30 Centre des archives d’Outre-Mer (CAOM), Fonds des amiraux, dossier 2564, « Instruction publique. Groupe d’enseignement indochinois en France, Médecins indigènes envoyés en France à l’effet de perfectionner leur instruction médicale, 1897/1905/1916 ».

31 Le baccalauréat est désormais accessible via un certain nombre de lycées dans le cadre du système d’enseignement franco-indigène mis en place en 1917.

32 Plusieurs s’associeraient assez précocement pour revendiquer plus de droits et d’autonomie sur le terrain dont autour de l’Amicale des médecins auxiliaires dans les années 1920.

33 ANVN, centre n° 2 (Hô Chi Minh Ville), Tòa Đại Biểu Chính Phủ Nam Việt, S 09-6, « Liste nominative des docteurs en médecine diplômés d’état (européens et indochinois) exerçant leur profession à titre privé sur le territoire de Saigon-Cholon, 1944 ».

34 CAOM, Fonds du gouvernement général (Gougal), dossier 51 402, « Dossier de Nguyễn Văn Luyện ».

35 Báo đông pháp, n° 503, 24 avril 1928.

36 Publicité, Vệ sinh báo, n° 61, janvier 1931.

37 Sur la notion de classe moyenne appliquée au Vietnam colonial voir : Van Nguyen-Marshall, Lisa B. Drummond et Danièle Bélanger (éd.), The Reinvention of Distinction. Modernity and the Middle Class in Urban Vietnam, Singapour, Springer-National University of Singapore Press (ARI-Springer Asia Series), 2012.

38 Toutes proportions gardées, il faut savoir que selon les estimations de l’historien George Weisz (« Regulating Specialties in France during the First Half of the Twentieth Century, » Social History of Medicine, vol. 15, n° 3, 2002, p. 463), il y avait près de 4 000 médecins à Paris pour une population seulement deux fois plus importante que celle de Saigon en 1935. Par ailleurs il est clair que la concurrence pouvait être rude entre praticiens libéraux (ce qui expliquerait en partie la surenchère de publicités pour les cabinets de l’un ou l’autre dans les pages de plusieurs quotidiens de l’époque) et que si certains avaient rapidement joui d’une notoriété — et d’une position économique-enviables d’autres avaient du mal à fidéliser une clientèle.

39 Publicité, Le Progrès annamite, n° 13, 20 juin 1933.

40 Publicité, L’écho annamite, n° 183, 19 au 20 juin 1940.

41 Certains parmi ces médecins libéraux continueraient même d’ailleurs à œuvrer dans ou pour l’AMI en parallèle — bénévolat au dispensaire antituberculeux public, enseignement à l’école de médecine, etc.

42 La professionnalisation du spécialiste ne sera formalisée qu’après la Seconde Guerre mondiale en France avec l’institution de diplômes de spécialités. Avant 1945, la pratique spécialisée reste en métropole comme au Vietnam souvent jumelée avec une pratique généraliste ; nombreux sont par ailleurs les étudiants vietnamiens qui ont eu l’occasion de se former à l’une à l’autre, disposant parfois de diplômes ou certificats de spécialisation en plus de leur doctorat.

43 « Accusé de réception », L’Annam nouveau, n° 144, 16 juin 1932. Ce manuel, découpé en trois parties qui reviennent chacune sur l’étiologie, les modes de transmission, la symptomatologie, les complications, les moyens de prévenir et guérir les principales maladies vénériennes fera l’objet d’un battage médiatique courant 1932. Les journaux insisteront tous sur le talent de vulgarisateur de son auteur et sur la valeur pragmatique, voire l’indispensabilité du texte dans tous les foyers. Il était alors proposé à la vente à la pharmacie Chassagne pour la modique somme de 0,60 $.

44 En dépouillant cette rubrique on ne peut d’ailleurs manquer de relever que certains patients virtuels habitent loin, voire très loin de la capitale coloniale (au Cambodge, au Laos parfois). Sur les consultations épistolaires voir : Joël Coste, « Les relations entre médecins et malades dans les consultations médicales françaises (milieu XVIe siècle — début XIXe siècle) », in Les relations médecin-malade. Des temps modernes à l’époque contemporaine, Elisabeth Belmas et Serenella Nonnis-Vigilante (dir.) (Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2013), p. 23-48.

45 Laurence Monnais, C-Michele Thompson et Ayo Wahlberg (éd.), Southern Medicine for Southern People.

46 Laurence Monnais, Médicaments coloniaux : l’expérience vietnamienne, 1905-1940 (Paris : Les Indes savantes, 2014), p. 186-90.

47 Sur la réinvention de la médecine vietnamienne de la fin de la période coloniale à nos jours et la construction de son identité voir : Laurence Monnais, C-Michele Thompson et Ayo Wahlberg (éd.), Southern Medicine for Southern People.

48 Selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé, un système de santé intégratif est un système de santé qui propose à une population donnée un accès simultané à plusieurs traditions médicales, ce de façon équilibrée et équitable, permettant des pratiques pluralistes en santé sécuritaires et efficaces. La Chine et le Vietnam constitueraient selon l’organisme des modèles du genre, mais à partir des années 1960 seulement.

49 Entrevue avec Henriette Bui, Paris, janvier 1997.

50 ANVN, centre n° 1, RST 47 950, « Demande de création d’un office de propagande pour la médecine française à Hanoi formulée par Le Van Phan, médecin indochinois à Hué, 1935 » ; Publicités, Báo đông pháp, n° 3081, 2 au 3 novembre ; n° 3082, 4 au 5 novembre 1935.

51 Il reste encore plus difficile de savoir dans quelle mesure des médecins français auraient pris goût à ce pluralisme. Si c’est le cas ils se sont abstenus de le crier sur les toits…

52 Je tiens à remercier David Marr et plusieurs membres du Vietnamese Studies Group pour ces informations sur les dernières années de Luyện.

53 Michitake Aso et Annick Guénel, « The Itinerary of a North Vietnamese Surgeon Medical Science and Politics during the Cold War. » Science, Technology & Society, vol. 18, n° 3, 2013, p. 291-306. Selon certaines estimations d’ailleurs, seul un tiers des médecins vietnamiens formés dans la colonisation aurait rejoint le Viêt minh.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540