Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le Vietnam

 | 
Hoai Huong Aubert-Nguyen
, 
Michel Espagne

Troisième partie. Construction des savoirs

6. L’économie hybride du post-Champa

Le commerce plaine-montagne et les « marchés des sources » (nguồn) à l’époque des seigneurs Nguyễn (XVIe-XVIIIe siècles)

Andrew Hardy

Testo integrale

1Un élément notable dans la formation de l’identité particulière du Vietnam, entre intégration culturelle et diversité, est à rechercher du côté de la période post-Champa et de ses marchés des sources.

2La période durant laquelle les seigneurs Nguyễn gouvernent — du XVIe au XVIIIe siècle — marque un tournant dans le processus de longue durée de la transition économique dans le centre-Vietnam. Avant le XVIe siècle, le modèle économique dominant est celui du Champa. Il est basé sur un système mixte reposant sur les échanges maritimes, les échanges plaine-montagne et l’agriculture. Après le XVIIIe siècle, les échanges commerciaux n’occupent plus qu’une position marginale dans l’économie de la région, qui est désormais devenue largement dépendante de l’agriculture.

  • 1 En cela, le modèle économique du Champa comporte des similarités avec d’autres modèles d’Asie du S (...)

3Ces deux modèles peuvent être distingués par leur orientation géographique respective. Dans celui du Champa, de grandes richesses sont créées par la circulation de biens de haute valeur marchande entre les hautes terres et la mer, par l’intermédiaire de ports installés dans la plaine côtière, servant de pôles d’échange et de comptoirs commerciaux pour des produits provenant, pour la plupart d’entre eux, des régions montagnardes1. Ce modèle est orienté est-ouest.

4Le modèle vietnamien, au contraire, est basé sur la riziculture ; la production est organisée à la fois par les colons-migrants venus du nord et par les indigènes ; la majorité des biens proviennent de la plaine côtière elle-même. Ce modèle est donc orienté nord-sud. Les orientations géographiques de ces deux modèles sont représentées par la figure 1.

5Du XVIe au XVIIIe siècle, les deux modèles coexistent. D’un côté, une expansion agricole le long de la plaine côtière — du Quảng Nam jusqu’au Gia Ðịnh — due à l’installation et à l’intégration des migrants originaires du nord au sein des populations locales, se traduit par l’augmentation de la surface des terres mises en culture, et plus particulièrement en riziculture. De l’autre, les échanges maritimes amont-aval continuent de prospérer à travers Hội An et, dans une moindre mesure, à travers les autres ports situés le long de la côte.

  • 2 Les recherches sur l’expansion vietnamienne vers le sud ont été regroupées sous le nom de nam tiến(...)

6Durant cette période, la région centre du Vietnam présente donc une économie qu’on peut qualifier d’hybride. Tout est dès lors affaire de point de vue. Cette économie peut être considérée sous l’angle du modèle émergent, le modèle vietnamien. C’est ainsi que les historiens ont étudié cet ensemble de transformations historiques, sous le nom de nam tiến ou « marche vers le Sud2 ». Si, récemment, le terme est passé de mode, c’est probablement parce qu’il ne permet pas de rendre suffisamment compte de la force et des effets d’intégration des contacts culturels tels qu’ils se nouent entre les différents acteurs mis en rapport par le processus

Figure 1. Orientations économiques du Champa, du Vietnam et du territoire des seigneurs Nguyễn pendant la période de transition (XVIe-XVIIIe siècles)

Figure 1. Orientations économiques du Champa, du Vietnam et du territoire des seigneurs Nguyễn pendant la période de transition (XVIe-XVIIIe siècles)
  • 3 Pour une critique du concept de marche vers le Sud, voir Keith W. Taylor, « Surface Orientations i (...)

7de l’expansion vietnamienne, à l’intérieur des territoires des royaumes champa et khmer3.

8À l’inverse, prendre la mesure de la persistance de caractéristiques du système économique champa après l’effondrement politique du royaume au XVe siècle ne suffit pas, si cela conduit à ne cibler que l’obstination du même à se reproduire face à l’autre qui finit inexorablement par le supplanter…

9Il nous paraît plus approprié et fondé de reconnaître à cette hybridité les caractéristiques d’une véritable dynamique — de transition, entre deux périodes historiques — et la cohérence, la densité d’un modèle, qu’on nommera ainsi modèle post-Champa.

10Pour contribuer à l’élucidation de ce modèle et du jeu afférent de contacts culturels, nous nous concentrerons sur le principal point de contact et d’échange, social et économique, entre les différentes populations des hautes terres et des basses terres. Ce point de contact est un type spécifique de marché, connu en vietnamien sous le nom de nguồn ou đầu nguồn, ce qui qui signifie littéralement « source ». L’expression se réfère à la fois à l’élément aquatique (source d’eau ou cours d’eau alimentant une rivière, un fleuve), et à la dimension économique (la source comme lieu d’approvisionnement en biens et en marchandises). La traduction proposée : marché des sources, rend compte de cette polysémie.

  • 4 Cet article est le développement d’idées introduites dans trois précédentes publications : « ‘ Ngu (...)

11L’étude de ces lieux permettra à la fois d’appréhender un fonctionnement — d’éclairer concrètement ce caractère hybride de la région durant la période post-Champa — et de mieux cibler les raisons pour lesquelles se clôt cette période, avec la crise du XVIIIe siècle4.

Le modèle économique post-Champa

12Ces deux modèles, vietnamien et post-Champa, ne font pas que présenter des orientations géographiques différentes (nord-sud et est-ouest).

13S’ajoutent deux autres contrastes importants : le terrain qu’ils recouvrent et les groupes ethniques qu’ils comprennent.

14Schématiquement parlant, le modèle vietnamien est géographiquement et ethniquement homogène. Il s’implante sur des terrains propices à la pratique de la riziculture inondée et, de ce fait, tend à intégrer les autres groupes ethniques dans son système social et économique, qui est donc assimilateur et unificateur. Au contraire, le modèle du Champa opère sur un territoire étendu et d’une grande diversité topographique, comprenant aussi bien des forêts, des montagnes que des plaines côtières, englobant ports et îles et s’étendant jusqu’en haute mer ; il y a, sur ce territoire hétérogène, mise en réseau d’une grande variété de groupes ethniques, mais pas, pour autant, unification de ces derniers : socialement et économiquement, ces groupes continuent de présenter des modèles d’organisation très divers.

15Il y a donc contradiction entre le modèle du Champa, qui promeut la circulation et favorise la diversité et les caractéristiques distinctives du modèle vietnamien, qui sont l’uniformité et la centralisation et qui tendent à amoindrir à la fois la circulation et les différences.

16Cette contradiction ne s’est pas résolue à la hâte. Il y a survivance au niveau local — durant les siècles suivant le démantèlement, à partir de 1471, du Champa en tant que royaume unifié — de plusieurs pratiques économiques, culturelles et politiques et donc, comme nous l’avons dit, cohérence d’un modèle intermédiaire post-Champa.

17Cette période est, probablement et précisément à cause de sa nature transitoire, particulièrement pauvre sous le rapport des sources disponibles : quelques textes, datant du xvi e et du XVIIe siècle, ne délivrent que de très maigres informations ; le XVIIIe siècle est à peine mieux documenté. Cependant, malgré cette indigence, il est clairement attesté que l’une des plus importantes survivances du Champa sous la dynastie des Nguyên est le système d’échange amont-aval.

18Dans la mesure où il est peu probable que les pratiques commerciales du Champa aient survécu telles quelles, sans être soumises à aucun processus de changement, nous sommes enclins (sous bénéfice des arguments et preuves restant à réunir) à définir le « marché des sources », objet de la présente étude, comme une innovation caractéristique de cette période post-Champa ; vont de pair apparition de ce type de place et conservation des caractéristiques principales du modèle du Champa, à savoir son orientation géographique et la diversité des territoires et des groupes ethniques.

19Comment ce système post-Champa fonctionne-t-il à travers les différents contextes géographiques et ethniques que son orientation amont-aval nécessite ? Nous pouvons synthétiser ses caractéristiques en mettant en avant deux éléments principaux :

  1. Le premier est le système de places d’échanges, incluant :
  • Les ports côtiers, le plus important étant Hội An5 (durant la période du Champa, les îles situées le long des côtes — Cu Lào Chàm, Cu Lào Ré, etc. — ont également été utilisées comme des points de transbordement. Cette pratique disparaît durant la période post-Champa. Dans l’actuelle province de Quảng Nam, le mouvement s’accompagne de l’émergence de la ville de Ðà Nẵng, point de débarquement pour les visiteurs étrangers) ;
  • Les marchés des sources, points de collecte et de taxation des biens circulant entre les hautes terres et les plaines. Ces bourgs-marchés sont localisés le long des fleuves principaux, à l’extrémité de la plaine côtière ;
  • Des marchés subsidiaires, liés aux marchés des sources. Ce sont des places d’approvisionnement en biens divers achetés auprès des populations montagnardes, localisés plus en altitude sur les hautes terres, ou des lieux situés entre les marchés des sources et les ports, servant de point de collecte pour les marchandises qui circulent entre les hautes terres et les plaines ;
  • De multiples lieux situés dans les montagnes où les populations échangent des biens au gré de négociations informelles — dans les villages ou dans les sentiers forestiers plutôt que dans les marchés réguliers ; les transactions reposent en grande partie sur la médiation des anciens du village.
  1. Les places d’échanges sont liées entre elles par une série de relais d’échanges, gérés, en fonction de leur localisation, par des groupes divers. La figure 2 représente une section théorique de ce système d’échanges à travers les hauts plateaux de Tây Nguyên. Des acteurs spécifiques opèrent dans des régions géographiques distinctes : les Chinois dans les zones maritimes et les basses terres, les Việt dans les zones de basses terres et celles de moyennes altitudes, de multiples et différents groupes montagnards dans des zones montagneuses, et ainsi de suite. Chaque groupe circule entre les différentes places d’échanges, dans une seule section de la route commerciale. Aucun groupe n’opère seul à travers tout le système, dont l’hétérogénéité ethnique est ainsi assurée.

Figure 2. Le système des relais dans le système commercial est-ouest durant la période des seigneurs Nguyễn (XVIe -XVIIIe siècles)

Figure 2. Le système des relais dans le système commercial est-ouest durant la période des seigneurs Nguyễn (XVIe -XVIIIe siècles)

20L’importance des marchés des sources repose sur leur position de pivot au sein de l’ensemble des relais d’échange. Le bourg qui se développe autour d’un tel marché est habité par des agents chinois appartenant aux grandes maisons de commerce des ports côtiers, ainsi que par des Việt travaillant pour ces agents, comme à leur propre compte. Le marché est aussi régulièrement fréquenté par des populations montagnardes. La comparaison de plusieurs documents — la compilation de documents portant sur le sud (Phủ biên tạp lục) de Lê Quý Đôn (XVIIIe siècle), les archives officielles de la dynastie des Nguyễn (XIXe siècle), les récits écrits par les premiers voyageurs français et les résultats des terrains ethnographiques — nous permettent de nous faire une idée du fonctionnement de ce système.

Les places d’échanges

  • 6 Pierre Dourisboure, Les sauvages Ba-hnars (Cochinchine orientale) : souvenirs d’un missionnaire, P (...)
  • 7 Ces relations méritent à elles seule une étude, les marchands étant la plupart du temps des agents (...)

21Un ouvrage du missionnaire Pierre Dourisboure, datant du XIXe siècle, nous offre une bonne vision des conditions de voyages à travers les montagnes vietnamiennes du centre et nous permet également de mesurer la complexité des contacts culturels amont-aval. Publié en 1873, ce texte retrace les étapes suivies par les fondateurs de la mission de Kon Tum et leurs premières tentatives pour atteindre les hauts plateaux, afin d’échapper aux persécutions des années 18406. En 1842, deux autres missionnaires français parviennent jusqu’aux plateaux par la route la plus accessible, en remontant le fleuve Ba qui traverse l’actuelle province de Phú Yên. Ils sont finalement capturés dans les zones montagnardes par des marchands Việt et livrés aux mandarins. D’autres tentatives dans les actuelles provinces de Quảng Ngãi et de Quảng Nam échouèrent de façon similaire, à cause toujours des relations étroites entre les marchands việt et les mandarins7.

  • 8 Ibid., p. 9

22En 1848, l’évêque français envoie un jeune catholique việt en mission au marché des sources d’An Sõn afin de trouver une route reliant les plateaux aux fleuves de la province de Bình Ðịnh. Dourisboure décrit An Sõn comme un « grand centre de commerce entre les Annamites et les sauvages » à partir duquel « les Annamites font [] un commerce considérable chez les sauvages dont ils parcourent sans cesse les tribus, mais aucun d’eux ne peut songer à y fixer sa demeure. Les sauvages, de leur côté descendent pour leurs ventes ou achats jusqu’à An Son, sans jamais oser franchir cette limite8. » Il commente également brièvement l’importance politique passée de cet endroit : « C’est ce village qui a été, vers la fin du siècle dernier, le berceau de la révolte contre le roi Gia-Long. […] Depuis cette mémorable époque, An-Son (jadis Tay-Son) inspire toujours des craintes à la politique soupçonneuse des rois d’Annam ; aussi leurs lois défendent-elles, sous la menace des peines les plus sévères, aux Annamites de s’établir sur les terres des sauvages, et à ceux-ci de dépasser An-Son, pour entrer en Annam. »

  • 9 Ibid., p. 11.
  • 10 Ibid., p. 14-15

23Le programme du jeune catholique, dessiné par l’évêque, est le suivant : « Je me ferai marchand […] et tout en faisant semblant de commercer, je m’avancerai dans l’intérieur jusque par-delà des limites que ne franchissent pas les autres marchands9. » Après avoir travaillé comme cuisinier pour un marchand việt, il devient marchand à son propre compte, apprenant la langue et la topographie des lieux, jusqu’à ce qu’« un jour, les sauvages résolurent de s’emparer de ses marchandises, qu’ils se figuraient devoir être très précieuses, et de le prendre, lui et ses gens, pour les vendre comme esclaves au Laos10 ». Ayant réussi à s’échapper, il informe l’évêque que la route des hautes-terres n’est pas fréquentée par les marchands vietnamiens.

  • 11 Ibid., p. 27.
  • 12 Ibid., p. 29.

24Cette route est empruntée un an plus tard par deux missionnaires, Combes et Fontaine. À partir de Trạm Gò, sur la côte ouest de la plaine de Bình Ðịnh, ils voyagent jusqu’au village de Kon Phar : « arrivés là, ils avaient dépassé la limite au-delà de laquelle ne s’avancent pas les marchands annamites, et ils pouvaient sans craindre prendre la direction du sud-ouest11 ». Avant leur départ, l’évêque les avait mis en garde contre le bourg d’An Sõn et leur avait bien recommandé d’éviter de croiser le chef d’un village bahnar nommé Kiêm : « comme il parlait bien la langue d’Annam et faisait avec les marchands cochinchinois un grand commerce, ceux-ci le prenaient pour arbitre dans les différends qui s’élevaient entre eux et les sauvages. Sa supériorité était donc généralement reconnue, et les mandarins annamites, pour mieux le gagner et se servir de son ascendant, lui avaient procuré un diplôme. […] Ils en avaient fait un agent dévoué du gouvernement annamite12 ».

25Malheureusement, lors de leur arrivée à Kon Phar, « la première personne qu’ils y rencontrèrent fut le fameux Kiêm… »

26Kiêm se révéla aussi puissant que les missionnaires l’avaient redouté, mais nettement plus favorable à leur entreprise que ce qu’ils avaient anticipé.

27Quelques années plus tard, après l’établissement réussi de la mission de Kon Tum, un mandarin vietnamien du district de Tuy Viễn — district dans lequel se trouve An Sõn — devait rapporter à la cour quelques aspects de la vie sociale et économique de cette région. Le contenu du rapport est organisé par rubriques, sous divers intitulés administratifs : « Pratiques et coutumes », « Production locale », « Rivières et montagnes », etc. Il contient des détails sur les montagnards au milieu desquels vivent les missionnaires et également des informations sur la ville-marché d’An Sõn (nommée ici Phýõng Kiệu), que les pères catholiques traversent désormais sans craindre d’être capturés.

  • 13 Phong tục : Ngýời Thýợng ở các sách ðộng làm nhà sàn ðể ở, làm nghề chãn nuôi súc vật (trên sàn ng (...)
  • 14 Sản vật : Gỗ kiền kiền, soong, nhựa trám, dầu hoả, trầm hýõng, tốc hýõng, ngà voi, mật ong, sáp on (...)
  • 15 Sông núi : Nguồn Phýõng Kiệu : thuộc thôn An Khê ở ðịa giới phía tây tổng Phú Phong của huyện hạt. (...)

Pratiques et coutumes
Les montagnards des villages des hautes terres construisent des maisons sur pilotis et élèvent du bétail pour vivre (les habitants vivent sur les plates-formes, le bétail en-dessous). Ils attachent des ficelles pour établir des relations de confiance, se vêtent simplement et en fonction de leur activité, ne commettent pas de vol et aiment posséder des biens en bronze comme des plateaux, des marmites, des gongs et des récipients comme des jarres en terre cuite13.
Productions locales
Du bois de kiền-kiền, des casseroles, de la résine, des lampes à huile, du bois d’aigle, de l’ivoire, du miel d’abeille, de la cire d’abeille, de la teinture brune, des paons, des buffles et des chevaux sont issus des cantons de Phú Phong et de Nhõn Nghĩa, disponibles dans les marchés des sources et dans les hautes terres (en faible quantité)14.
Les rivières et les montagnes
Le marché des sources de Phýõng Kiệu : il fait partie du village de An Khê, situé sur la frontière ouest du canton de Phú Phong, dans le district du même nom. Ce territoire est empli de miasmes. Un fort y a été construit pour surveiller l’endroit. Auparavant, c’était un lieu d’échanges, comprenant une frontière et des officiers des douanes postés pour le superviser. An Khê était à l’origine la première ferme des [frères] Tây Sõn ; le terrain est plat et étendu. Ce marché des sources se situe sur le fleuve Ba, qui est connecté avec la région des hautes terres à quelques lieux en amont du fleuve. Après quelques jours de voyage, on rencontre le fleuve Ðôn. Les rivières ruissellent toutes vers le sud et rejoignent le fleuve Ðà Ðiễn, dans le comté de Phú Yên. Si l’on continue 12 ou 13 jours vers l’ouest, on atteint le fleuve Ba La, qui s’écoule vers l’ouest et rejoint le fleuve Khung Giang [Mékong]. Quelques fois, des chefs religieux provenant de l’Océan de l’Ouest [L’Europe] viennent ici et les chefs religieux de notre pays vivent ici pour enseigner leur religion aux montagnards15.

28Une comparaison résumée de ces deux sources (le récit de Dourisboure et le rapport de mandarin du district de Tuy Viễn) nous donne les informations suivantes :

  • Avant la fin du XVIIIe siècle, An Sõn est un lieu d’échanges important. Par la suite, sous la dynastie des Nguyễn, des restrictions au commerce, portant autant sur l’importation que sur l’exportation, sont mises en place suite à la rébellion des Tây Sõn, dont An Sõn aura été le point d’origine. Au XIXe siècle, les marchands Việt et montagnards continuent de se côtoyer, mais dans une moindre mesure qu’auparavant ;
  • Les marchands việt entretiennent des relations personnelles avec les chefs montagnards afin de faciliter les relations commerciales ;
  • Les produits forestiers circulent vers l’aval et les objets en bronze et en céramique circulent vers l’amont (il est à noter que le produit le plus prisé par les montagnards et provenant des plaines — le sel — est manquant dans la liste du mandarin) ;
  • Il existe une limite territoriale que les marchands ne franchissent pas : elle se situe dans les montagnes pour les Việt et dans les plaines pour les montagnards. Cette pratique a été établie sous la dynastie des Nguyễn pour le marché d’An Sõn — politiquement sensible — et étendue aux pratiques commerciales des autres lieux d’échanges ;
  • Le gouvernement vietnamien établit une présence militaire, par la construction d’un fort, l’instauration d’une frontière et la présence d’agents des douanes.

29Ces documents nous donnent un aperçu de la situation du marché des sources dans la période suivant l’apogée de sa prospérité. Le déclin de ces marchés au XIXe siècle est bien documenté pour le cas d’An Sõn, particulièrement défavorisé pour des raisons politiques liées au fait que la dynastie des Nguyễn continue de craindre les Tây Sõn. Mais An Sõn n’est pas le seul marché à subir cette défaveur, partagée en effet par d’autres places commerciales et par le port de Hội An.

  • 16 « Ðồng Khánh Ðịa Dý Chí » (La géographie descriptive de l’empereur Ðồng Khánh), section sur la pro (...)
  • 17 Đại Nam nhất thống chí (« Géographie du Đại Nam unifié »), vol. 3, Huế, Nxb Thuận Hóa, 1997, p. 37 (...)

30Comme l’indiquent ces documents, le marché des sources a plusieurs fonctions. Il est d’abord et avant tout une place d’échanges, connectée aux hautes terres et aux plaines par la rivière et les sentiers forestiers. C’est ensuite une zone frontière et un lieu de taxation des échanges transfrontaliers, muni du personnel ad hoc et d’un équipement militaire. Enfin, c’est une division administrative, l’équivalent d’un canton (tổng ) dans les plaines : au XIXe siècle, quatre-vingts villages des hauts plateaux (sách) sont énumérés comme étant sous la responsabilité du marché des sources (nguồn) de Phýõng Kiệu16. Les archives de la dynastie des Nguyễn listent sept marchés des sources dans la province de Bình Định, chacun comportant son poste de contrôle frontalier et douanier (thủ sở), sa place d’échanges (trýờng giao dịch) et son fort (đồn bảo)17. Leur fonction économique est primordiale : l’activité principale de ces postes est d’administrer la collecte des taxes sur le commerce tandis que le fort fournit un lieu sécurisé pour les marchandises et pour les revenus générés par le commerce.

31Nous lisons, dans le premier chapitre de l’ouvrage Trên ðất Nghĩa Bình, le récit d’une mission ethnographique conduite en 1977 où l’historien Nguyễn Quang Ngọc identifie les vestiges de ce marché des sources :

  • 18 Phan Huy Lê, Phan Ðai Doãn, Vũ Minh Giang, Nguyễn Quang Ngọc, Trên ðất Nghĩa Bình (« Sur la terre (...)

Le marché [trýờng] d’An Khê, dans l’actuel village d’An Luỹ, demeure encore, érigé il y a longtemps et reconstruit en 1968-1969 sur l’ancienne place du marché. La population locale explique que le mot trýờng signifie marché, place d’échange. Au sud du marché d’An Khê, il existe encore une zone de rizières de faible altitude nommée vulgairement le marché de Rộc, ainsi qu’un arbre nommé « l’arbre du marché », qui s’élève à 30 mètres de haut pour une circonférence de 4,5 mètres. Il convient de signaler qu’à 300 mètres à l’ouest du marché d’An Khê, il subsiste encore aujourd’hui un monticule de terre, nommé « le tertre du marché », désigné par les locaux comme l’ancienne place du marché d’An Khê18.

32Ces bourgs sont d’une indéniable importance économique au XVIIIe siècle du fait des taxes que leurs marchés envoient à la cour de Phú Xuân, comme le démontrent les archives de Lê Quý Đôn. Ce dernier indique comme suit le revenu, collecté en 1774, de quatre marchés des sources de la province de Bình Định :

  • Le marché des sources de Hà-nhiễu, dans la préfecture de Qui-nhân, doit payer une taxe annuelle s’élevant à 166 ligatures 300 sapèques19, ainsi que la taxe thổ-nghi de 27 ligatures 300 sapèques ; trois pots de miel, quatre rouleaux de nattes de rotin, 99 catties de coton, 3 sacs de ouates de coton et de soie d’un pesant chacun, 105 ligatures de sapèques, 25 pots de fruits de canarium, 60 plantes de rotin-dragon, 2 pots d’huile parfumée, 3 325 grandes lampes, 60 petites lampes, 70 bols de cire d’abeille ;
  • Le marché des sources de Trà-ðinh et le marché des sources de Trà-vân doivent payer une taxe annuelle de 2 550 ligatures de sapèques. Auparavant, la taxe des marchés des sources de Trà-ðinh et de Trà-vân servait à payer le salaire du mandarin de droite intérieur nommé Khoan, et le marché des sources de Cầu-bồng devait payer 11 thoi 2 lýợng20 d’argent de la meilleure qualité ;
  • Les autres marchés des sources de la province sont ceux de Ðá Bàn, qui paie une taxe de 1 000 ligatures de sapèques et de Ô Liêm, qui paie une taxe de 749 ligatures 300 sapèques. Plus au nord, les revenus sont tout aussi impressionnants : dans la province de Quảng Ngãi, ils s’échelonnent de 610 ligatures de sapèques au marché des sources de Bà Ðịa à 3 000 ligatures pour celui de Cù Ba Cây Mít, et dans la province de Quảng Nam, de 198 ligatures à Ðông Lỗ à 2 060 ligatures à Chiên Ðàn. Il faut également noter que le montant collecté dans les régions ayant pour principale ressource le bois d’aigle, comme au marché des sources de Nha Trang, est multiplié par trois, à savoir 10 000 ligatures.
  • 21 En 1774, les recettes collectées à partir des marchés des sources de la province de Bình Định (6,2 (...)

33Un rapide et simple calcul, basé sur les chiffres de Lê Quý Ðôn pour l’année 1774, indique que les recettes fiscales monétaires des marchés des sources de la région entière (34 716 ligatures) équivalent à presque la moitié des revenus en monnaie provenant de tous les étangs, les montagnes et les marchés (76 467 ligatures). Cela représente une proportion considérable de l’économie commerciale du pays21. Cette somme peut également être comparée au montant des taxes collectées sur l’exportation (souvent des mêmes marchandises) au port de Hội An, qui atteint 30 800 ligatures. Une comptabilité complète requiert des calculs bien plus complexes : en effet, la majorité des taxes de ces marchés sont payées en biens et non en espèces monétaires. Ces biens ont une grande valeur mais leur conversion en équivalent monétaire est un exercice bien incertain. À cela s’ajoute le fait que l’année 1774 est une année exceptionnelle car elle est une des dernières années de la fin de la crise du régime des seigneurs Nguyễn, durant laquelle ces marchés sont considérablement surtaxés.

34Cependant, cette lecture superficielle des chiffres de la compilation de Lê Quý Ðôn indique que, même si nous prenons en compte les troubles économiques et les taux anormaux d’imposition de cette période, la taxation des échanges entre les hautes terres et les basses terres dans les marchés des sources représente une proportion très importante des ressources du régime des Nguyễn.

Les relais

35Ce type de marché, comme nous l’avons vu, est un élément central dans le modèle commercial amont-aval. Sa centralité est d’ailleurs renforcée à travers ses fonctions de principal lieu de contact entre les différents groupes ethniques : il s’agit du principal point de passage de témoin dans le système de relais qui anime le commerce est-ouest dans le modèle économique post-Champa. Même si certains montagnards prennent part aux marchés côtiers, ce sont ces centres de relais qui sont primordiaux pour leurs relations commerciales avec les Việt, les Chinois et les Cham.

  • 22 Charles-Marie Trinquet, « Le plateau d’An-Khé », Revue Indochinoise, 1906, p. 1061-1070, 1152-1165

36Nous l’avons vu, un récit détaillé sur le marché des sources d’An Sõn est livré par le premier chapitre de Trên ðất Nghĩa Bình, qui contient de riches données ethnographiques et d’autres détails intéressants. Un article de 1906 écrit par un officier militaire colonial posté à An Sõn, Charles-Marie Trinquet, contient également une description de cette zone frontalière22. Dans ces deux sources datant du XXe siècle, le plateau de An Khê est habité par des populations bahnar et việt, qui entretiennent des relations commerciales : les marchandises circulent entre les populations việt des plaines, et les Bahnar et d’autres groupes ethniques de la région montagneuse.

  • 23 Ce lieu était connu à l’époque de Lê Quý Ðôn comme Chiên Ðàn. Lê Quý Đôn, Phủ biên tạp lục, vol. 2 (...)

37Pour comprendre un environnement commercial plus complexe, il convient de s’intéresser à une place d’échanges située plus au nord, au marché des sources de Trà My dans l’actuelle province de Quảng Nam, autrefois centre majeur de collecte de cannelle23. Au début du XXe siècle, un auteur français fait les observations suivantes, après une présentation des résultats de son étude détaillée de la collecte et de la préparation des produits forestiers de haute valeur marchande :

  • 24 Brière, « Culture et commerce de la cannelle en Annam », Bulletin économique de l’Indochine, n ° 3 (...)

Des manipulations aussi compliquées nécessitent un personnel considérable et, de fait, toute la population habitant les marchés de cannelle est, aux saisons de la vente, tout entière occupée à les exécuter. En dehors de ces époques, où une réelle activité se manifeste dans les centres d’échanges, la population de ces villages retourne à ses rizières et à ses jardins. Le plus important de ces centres est le marché de Tra-my. Rien de plus coquet que ce village blotti dans le fond de la vallée du Sông-Tan [Sông Tranh], à l’abri de superbes jardins tout plantés d’aréquiers, de poivriers, de théiers, etc. Tout autour se développe un énorme cirque de montagnes boisées. Malheureusement, si le pays est riche, il est aussi malsain. Quand on visite Tra-my, on est frappé de l’air misérable des habitants, malgré l’admirable fertilité du terrain qu’ils cultivent. La fièvre mine sourdement cette population, adonnée presque toute entièrement à l’opium, persuadée que l’usage de cette drogue la préserve, dans une certaine mesure, de l’influence délétère de ce climat de montagne. Les habitations sont pourvues d’un double toit, le premier en paillote, le second en terre et en chaux destiné à protéger l’intérieur des incendies allumés par les Moïs. De temps à autre, une incursion de ces derniers se produit ; quelques habitants sont emmenés en esclavage ; néanmoins la population est en voie d’augmentation lente, les habitants de la plaine étant peu à peu attirés par l’appât des bénéfices réalisés par la cannelle24.

  • 25 Recherches de terrain menées dans le district de Trà My, province de Quảng Nam, juin 2007, et dans (...)

38Une mission de terrain menée dans cette même zone, en 2007-2008, a livré plusieurs informations sur la route que suivait la cannelle, à partir des plantations dans les montagnes, situées à la portée de ce bourgmarché et cultivées majoritairement par les populations de l’ethnie Co, jusqu’au port de Hội An. Les planteurs de l’ethnie Co amènent la production au marché périodique de Trà My ou la vendent aux marchands việt qui travaillent pour des collecteurs chinois et viennent dans les villages Co. À partir du centre de récolte de Trà My, la marchandise est transportée jusqu’aux rues chinoises (phố) de Tam Kỳ — en passant par des chemins forestiers — d’où elle est alors chargée sur des jonques et transportée sur la rivière jusqu’à Hội An25.

39Comme le remarque Lê Quý Đôn, Hội An est le principal port de la région qui exporte non seulement des produits provenant des hautes terres de la province de Quảng Nam, mais également des produits provenant de plusieurs marchés des sources de la région :

  • 26 Lê Quý Đôn, Phủ biên tạp lục, vol. 2. p. 72. Ðại phàm những hóa-vật ðýợc sản xuất từ các phủ Thãng (...)

Concernant la majorité des biens produits dans les préfectures de Thanghoa, Ðiện-bàn, Qui-nhân, Quảng-nghĩa et Bình-khang et dans le territoire de Nha-trang, il y a des endroits où les populations transportent des biens le long des routes fluviales, ou à cheval par voies terrestres, et tous les biens arrivent et se concentrent dans une rue de Hội-An26.

  • 27 Recherches de terrain menées dans le district de Sõn Hà, province de Quảng Ngãi, 2009-2012.

40Les résultats de l’enquête de terrain menée plus au sud, dans la province de Quảng Ngãi, confirment cette information27. Jusqu’au XXe siècle, le port de Thu Sà, près de l’estuaire des fleuves Trà Khúc et Vệ, est habité principalement par des marchands chinois qui expédient des marchandises de l’intérieur des terres vers la côte, puis de ce port jusqu’à Hội An, vers le nord du Vietnam ou jusqu’à Hong Kong. En amont — au marché des sources de chaque fleuve — jusqu’à l’extrémité ouest de la plaine côtière, les représentants chinois des maisons de commerces de Thu Sà et les agents des douanes việt emploient des agents commerciaux việt pour collecter les marchandises des Hrê dans les montagnes ; la transaction s’effectue dans les environs de la muraille et, lorsque la sécurité le permet, au marché des sources ou dans les villages des Hrê. Plus à l’ouest, le commerce est dirigé par les membres des ethnies Ca Dong et Sédang. Ce dernier groupe descend régulièrement des hauts plateaux pour vendre des gongs et d’autres marchandises provenant du Laos. L’ensemble des intermédiaires consiste, d’est en ouest, en Chinois, Việt, Hrê, Ca Dong, Sédang et Lao, chacun gérant une portion spécifique de la route commerciale.

***

41Comme cela a été noté, au Champa comme en d’autres lieux d’Asie du Sud-Est, les populations montagnardes travaillent pour les royaumes des plaines en tant que relais politiquement autonomes, approvisionnant la côte en produits forestiers, d’où ils étaient alors revendus comme biens de luxe dans les réseaux commerciaux internationaux d’Asie de l’est. Après le déclin du Champa, un nouveau modèle d’organisation sociale émerge dans les plaines du centre, avec l’établissement de migrants vietnamiens côtoyant des populations indigènes déjà présentes. Un nouveau système économique basé sur la riziculture s’installe, modèle qui se rapproche davantage du système vietnamien du nord. Mais durant cette période de transition — du XVIe au XVIIIe siècles — les deux modèles coexistent.

42Ce système économique hybride est un facteur primordial du succès et de la longévité du régime des seigneurs Nguyễn. La richesse engendrée par l’exportation de produits forestiers a permis à cette dynastie de mener la lutte avec ses rivaux du nord, les Trịnh, et de financer l’expansion du royaume vers le sud. Ensuite, au cours du XIXe siècle, le modèle vietnamien prend son essor ; le modèle post-Champa survit, désormais affaibli, à travers un système d’échanges amont-aval d’échelle uniquement locale. C’est durant cette période que la région côtière du Vietnam s’est dotée de caractéristiques économiques qui subsistent encore aujourd’hui, avec notamment son relatif désavantage économique par rapport aux deltas du nord et du sud.

  • 28 Le mot « vermoulu » est de Léopold Cadière. Voir son « Quelques figures de la cour de Vo-Vuong », (...)

43L’importance de ce système des marchés des sources, pour les seigneurs Nguyễn, est soulignée par les circonstances de la disparition de leur régime. Au moment de la rébellion des Tây Sõn, le régime connaît en effet un état de crise politique croissant depuis plusieurs décennies. C’est une erreur, selon nous, de considérer cette rébellion comme une cause fondamentale d’effondrement du régime. Le soulèvement des frères Tây Sõn doit plutôt être considéré comme la touche finale de l’effondrement d’un édifice depuis longtemps vermoulu28.

44L’aîné des frères Tây Sõn, Nguyẽn Nhạc, exerce, au milieu du XVIIIe siècle, deux professions au marché des sources dénommé (selon les textes) Tây Sõn/An Sõn/An Khê/Phýõng Kiệu/Cầu Bông. Il pratique le commerce avec les montagnards et prélève les taxes sur le commerce pour les autorités du marché. La surtaxation du commerce amont-aval et les autres effets du dysfonctionnement administratif de l’époque ont un impact certain sur la prospérité du commerce ; le système économique post-Champa subit alors des pressions considérables. La rébellion de Nguyẽn Nhạc est donc un symptôme économique de cette pression politique. Si le fait que le soulèvement des Tây Sõn débute dans un des principaux marchés des sources de la région n’est pas une coïncidence, c’est, pensons-nous, parce que les marchés des sources jouaient un rôle considérable dans l’économie hybride qui a émergé de la rencontre entre les civilisations cham et vietnamienne, et a ainsi permis de soutenir le régime des seigneurs Nguyễn pendant deux siècles.

Note

1 En cela, le modèle économique du Champa comporte des similarités avec d’autres modèles d’Asie du Sud-Est, notamment celui du monde malais. Voir Geoffrey Benjamin, « On Being Tribal in the Malay World », dans Geoffrey Benjamin & Cynthia Chou, Tribal Communities in the Malay World, Historical, Cultural and Social Perspectives, Singapore & Leiden, ISEAS & IIAS, 2003, p. 10 [7-76]. Voir aussi Kathleen D. Morrison & Laura L. Junker, Forager-Traders in South and Southeast Asia, Long-Term Histories, Cambridge University Press, 2002. L’importance des relations plainemontagne au Champa et dans le centre-Vietnam est également mise en avant par Jacques Dournes, « Recherches sur le haut Champa », France-Asie, 24 février 1970 : p. 143-162, et par Oscar Salemink, « A view from the mountains : A critical history of lowlander-highlander relations in Vietnam », dans Upland transformations in Vietnam, Thomas Sikor, Nghiem Phuong Tuyen, Jennifer Sowerwine & Jeff Romm (eds), Singapore, NUS Press, 2011, p. 27-50.

2 Les recherches sur l’expansion vietnamienne vers le sud ont été regroupées sous le nom de nam tiến, terme utilisé notamment par les historiens du Sud-Vietnam, entre 1955 et 1975. Voir le numéro spécial de Sử Địa [« Histoire et géographie »] dans « Nam tiến của dân tộc Việt Nam » [« La marche vers le Sud de la nation vietnamienne »], 19-20, 1970 ; et le livre de Phan Khoang, Việt sử : xứ Ðàng Trong, 1558-1777 (cuộc Nam-tiến của dân tộc Việt-Nam) [« L’histoire vietnamienne : le territoire de Ðàng Trong, 1558-1777 (la marche vers le Sud de la nation vietnamienne) »], Saigon, Khai Trí, 1970 [691 p.].

3 Pour une critique du concept de marche vers le Sud, voir Keith W. Taylor, « Surface Orientations in Vietnam : Beyond Histories of Nation and Region », Journal of Asian Studies 57/4, 1998, p. 949-978.

4 Cet article est le développement d’idées introduites dans trois précédentes publications : « ‘ Nguồn’trong kinh tế hàng hóa ở Ðàng Trong » (« La source dans l’économie commerciale à Ðàng Trong »), dans Chúa Nguyễn và Výõng Triều Nguyễn trong lịch sử Việt Nam từ thế kỷ XVI ðến thế kỷ XIX (« Les seigneurs Nguyễn et la cour de Nguyễn dans l’histoire du Vietnam du XVIe siècle au XIXe siècle »), Hanoi, Nxb Thế giới, 2008, p. 55-65 ; « Núi và biển trong lịch sử kinh tế Chãmpa và Việt Nam » (« La montagne et la mer dans l’histoire économique du Champa et du Vietnam »), dans Vãn hóa biển miền Trung và vãn hóa biển Tây Nam Bộ (« La culture maritime de la région centrale et la culture maritime du Sud-Ouest »), Hanoi, Nxb Từ điển Bạch hoa, 2008, p. 88-102 ; « Eaglewood and the Economic History of Champa and Central Vietnam », in Andrew Hardy, Mauro Cucarzi & Patrizia Zolese (éds), Champa and the Archaeology of My Son (Vietnam), Singapore, NUS Press, 2008, p. 107-126.

5 Sur le commerce maritime pratiqué à Hội An, voir les chapitres 2 et 3 de Li Tana, Nguyen Cochinchina, Southern Vietnam in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Ithaca, New York, Cornell, 1998 [194 p.] ; Chingho A. Chen, « Historical Notes on Hôi-An (Faifo) », in Eclipsed Entrepots of the Western Pacific, John E. Wills Jr. (ed.), Aldershot, Ashgate, 2002, p. 285-361. Sur la coexistence des populations cham et việt dans la région de Hội An durant la période post-Champa, voir Charles Wheeler, « One Region, Two Histories : Cham Precedents in the History of the Hoi An », in Vietnam, Borderless Histories, Nhung Tuyet Tran & Anthony Reid (eds), Madison, University of Wisconsin Press, 2006, p. 157-193.

6 Pierre Dourisboure, Les sauvages Ba-hnars (Cochinchine orientale) : souvenirs d’un missionnaire, Paris, de Soye, 1873 [449 p.].

7 Ces relations méritent à elles seule une étude, les marchands étant la plupart du temps des agents de commerce des autorités locales.

8 Ibid., p. 9

9 Ibid., p. 11.

10 Ibid., p. 14-15

11 Ibid., p. 27.

12 Ibid., p. 29.

13 Phong tục : Ngýời Thýợng ở các sách ðộng làm nhà sàn ðể ở, làm nghề chãn nuôi súc vật (trên sàn ngýời ở, dýới sàn súc vật ở), kết giây làm tin, ãn mặc tiết kiệm, không ãn trộm của nhau, thích có các vật dụng bằng ðồng nhý mâm, nồi, chiêng, công và ðồ ðựng nhý chỉnh sành.

14 Sản vật : Gỗ kiền kiền, soong, nhựa trám, dầu hoả, trầm hýõng, tốc hýõng, ngà voi, mật ong, sáp ong, củ nâu, chim công, trâu, ngựa sản ở 2 tổng Phú Phong, Nhõn Nghĩa, các nguồn và ở vùng ngýời Thýợng (ðều không nhiều).

15 Sông núi : Nguồn Phýõng Kiệu : thuộc thôn An Khê ở ðịa giới phía tây tổng Phú Phong của huyện hạt. Ðất quá nhiều lam chýớng. Có dựng một ðồn canh phòng. Trýớc ðây là nõi buôn bán, ðặt viên tấn thủ ðể trông coi. An Khê vốn là trại cũ của Tây Sõn, ðất khá bằng phẳng rộng rãi. Nguồn này có sông Ba, phía trên sông vài dặm tiếp liền với vùng ngýời Thýợng. Ði vài ngày ðýờng lại có sông Ðôn. Các sông ðều chảy xuống phía nam, ðổ vào sông Ðà Diễn ðạo Phú Yên. Lại ði về phía tây 12-13 ngày ðến sông Ba La, chảy về phía tây rồi ðổ vào Khung Giang. Thỉnh thoảng có ðạo trýởng ngýời Tây dýõng ðến, còn ðạo trýởng ngýời nýớc ta thì thýờng trú ở ðây ðể dạy ðạo cho ngýời Man.

16 « Ðồng Khánh Ðịa Dý Chí » (La géographie descriptive de l’empereur Ðồng Khánh), section sur la province de Bình Ðịnh, district de Tuy Viễn. Manuscrit conservé à l’Institut des études Hán-Nôm, Hanoi.

17 Đại Nam nhất thống chí (« Géographie du Đại Nam unifié »), vol. 3, Huế, Nxb Thuận Hóa, 1997, p. 37-38.

18 Phan Huy Lê, Phan Ðai Doãn, Vũ Minh Giang, Nguyễn Quang Ngọc, Trên ðất Nghĩa Bình (« Sur la terre de Nghĩa Bình »), Qui Nhõn, Sở vãn hóa thông tin Nghĩa Bình, 1988, p. 16. Thôn An Lũy hiện nay vẫn còn Anh Khê trýờng ðýõc xây dựng từ lâu và ðýợc trùng tu lại vào nãm 1968-1969 trên khu vực trýờng sở giao dịch ngày xýa. Nhân dân ðịa phýõng ðều giải thích thống nhất là trýờng có nghĩa là trýờng sở buôn bán, trýờng giao dịch. Ở phia nãm An Khê trýờng hiện nay còn khu ruộng trũng mang tên thô Rộc trýờng và cây ké Rộc trýờng cao 30 m chu vi 4,5 m. Ðáng chú ý là ở cách An Khê trýờng 300 m về phía tây, nay còn một gò ðất cao mang tên gò chợ, theo nhân dân kể lại thì chợ An Khê trýớc ðấy.

19 Monnaie vietnamienne : 1 ligature (quan ) = 10 tiền ; 1 tiền = 60 sapèques (ici — chữ). Donc 1 ligature = 600 sapèques.

20 Lê Quý Đôn, Phủ biên tạp lục (« Écrits divers sur les districts frontaliers »), Saigon, Phủ quốc vụ khanh đăc trách văn hoá, 1972, vol. 2, p. 30.
— Nguyên Hà-nhiễu thuộc phủ Qui-nhân hàng nãm phải nạp số tiền thuế là 166 quan 5 tiền, cùng thuế thổ-nghi 27 quan 5 tiền, mật-ong 3 tĩn, chiếu mây hạng nhỏ 4 cuốn, bông gòn 99 cân, kỳ-hoa miên-hoa 3 bao cân nặng 105 quan tiền, cảm-lãm 25 lâu (sọt), long-đằng 60 cây, dầu thõm 2 tĩn, ðèn lớn 3 325 chiếc, ðèn nhỏ 60 chiếc, sáp-ong 70 bát.
— Nguyên Trà-ðinh và nguyên Trà-vân hàng nãm phải nạp số thuế là 2 250 quan tiền. Trýớc ðây, tiền thuế nguyên Trà-ðinh và nguyên Trà-vân ðýợc dành ðể cấp ngụ-lộc cho quan Ngoại-hữu Truongphúc-Loan, nên hai nguyên nầy phải nạp 5 thoi giáp-ngân.
— Nguyên Trà-vân còn phải nạp riêng 590 cây ðèn dầu cảm-lãm ðể cất chứa vào kho dầu.
— Nguyên Cầu-bông [= An Sõn] hàng nãm phải nạp số thuế là 150 [0] quan. Trýớc ðây, số thuế nguyên Cầu-bông ðýợ dành ðể cấp lýõng cho quan Nội-hữu-chýởng tên là Khoan, nên nguyên Cầu-bông nầy phải nạp 11 thoi 2 lýợng giáp-nhân.

21 En 1774, les recettes collectées à partir des marchés des sources de la province de Bình Định (6,255 quan tiền ) représentent à eux seuls 8 % du revenu collecté à travers tout le territoire des Nguyễn à partir des montagnes, des étangs, des passages et des marchés (76,467 quan 2 tiền 54 chữ). Ibid., p. 9.

22 Charles-Marie Trinquet, « Le plateau d’An-Khé », Revue Indochinoise, 1906, p. 1061-1070, 1152-1165.

23 Ce lieu était connu à l’époque de Lê Quý Ðôn comme Chiên Ðàn. Lê Quý Đôn, Phủ biên tạp lục, vol. 2, p. 29.

24 Brière, « Culture et commerce de la cannelle en Annam », Bulletin économique de l’Indochine, n ° 33, septembre 1904, p. 945-946 [935-950].

25 Recherches de terrain menées dans le district de Trà My, province de Quảng Nam, juin 2007, et dans le district de Nam Trà My, province de Quảng Nam, mars 2008.

26 Lê Quý Đôn, Phủ biên tạp lục, vol. 2. p. 72. Ðại phàm những hóa-vật ðýợc sản xuất từ các phủ Thãng-hoa, Ðiện-bàn, Qui-nhân, Quảng-nghĩa, Bình-khang cùng dinh-sở Nha-trang, chỗ thì ngýời ta chuyên-chở hàng-hoa bằng thuyền theo ðýờng thủy, hay chở bằng ngựa theo ðýờng bộ, ðều ðổ sô ðồn về phố Hội an cả.

27 Recherches de terrain menées dans le district de Sõn Hà, province de Quảng Ngãi, 2009-2012.

28 Le mot « vermoulu » est de Léopold Cadière. Voir son « Quelques figures de la cour de Vo-Vuong », Bulletin des amis du vieux Hué, 4, 1918, p. 271 [253-306].

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1. Orientations économiques du Champa, du Vietnam et du territoire des seigneurs Nguyễn pendant la période de transition (XVIe-XVIIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/478/img-1.jpg
File image/jpeg, 190k
Titolo Figure 2. Le système des relais dans le système commercial est-ouest durant la période des seigneurs Nguyễn (XVIe -XVIIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/478/img-2.jpg
File image/jpeg, 79k

© Demopolis, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540