Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Vietnam

 | 
Hoai Huong Aubert-Nguyen
, 
Michel Espagne

Avant-propos

Hoai Huong Aubert-Nguyen et Michel Espagne

Texte intégral

1Il existe des représentations idylliques et oniriques du Vietnam transmises par des romans comme L’Amant de Marguerite Duras ou par des films qui illustrent tantôt une société indochinoise raffinée et menacée de disparition dans Indochine, tantôt la sensualité de la vie quotidienne dans l’Odeur de la papaye verte. Le Vietnam s’identifie alors à une suite de goûts, de senteurs, de paysages, à des végétations inconnues sous la chaleur écrasante, aux grandioses paysages de la baie d’Ha Long ou du cours du Mékong. Pourtant, le pays s’est aussi et avant tout confondu dans la conscience et l’imaginaire de beaucoup d’Européens, et plus particulièrement de Français, avec l’histoire de deux guerres et de leurs conséquences.

2La première est associée aux images de Dien Bien Phu ou du bagne de Poulo Condor et de ses cages à tigre, à celle de l’infirmière Geneviève de Galard ou du commissaire politique Georges Boudarel. Elle est souvent représentée à travers le prisme de deux conceptions opposées. L’une met en lumière les combats du Vietminh, dont les partisans apparaissent comme des héros de l’anticolonialisme et de la révolution sociale — cette vision occultant quelquefois des dérives inhumaines, notamment au cours de la révolution agraire. L’autre repose sur la nostalgie d’une époque magnifiée : celle des enseignants français contribuant à la démocratisation et à la diversification de la culture en Indochine, celle des gloires et de l’honneur militaires, qui transparaissent dans les films de Pierre Schoendoerffer, où la guerre d’Indochine est perçue in fine comme un combat antitotalitaire — vision qui ne peut s’affranchir d’un soupçon d’indulgence vis-à-vis de la féodalité annamite et du colonialisme. Ces deux conceptions sont évidemment inconciliables.

3Pour la guerre américaine, on pense à une petite fille brûlée par le napalm qui court sur une route de campagne, au chef de la police de Saigon exécutant un combattant vietcong, à la destruction de Hué et aux monstruosités provoquées par l’agent orange, ou plus tard aux derniers officiels américains quittant Saigon par le toit de l’ambassade puis aux boat people errant de Hong-Kong à l’Australie. Du côté des figures vietnamiennes, il y a l’image un peu estompée de l’empereur Bao Dai, celle de Thich Quang Duc s’immolant par le feu, de Ngo Dinh Diem assassiné puis celle de Ho Chi Minh, témoin asiatique du congrès de Tours, et de son général et stratège, enseignant dans le civil l’histoire de France, le général Giap et ses bo doi. Des films comme Apocalypse now, des romans d’émigrés écrits en anglais pour un public américain comme La nuit nous a surpris de Kien Nguyen ou Entre le ciel et la terre de Ly Hayslip, lui-même adapté dans un film américain, ont façonné une mémoire dominante de cette guerre qui s’est substituée à la mémoire coloniale française, dans laquelle chaque camp, supportant des pertes humaines et symboliques immenses, se définit malgré les antagonismes comme celui de la liberté.

4Si ces images contradictoires sont souvent liées à la guerre, leur présence obsessionnelle, accordant au fond bien peu de place à la perception proprement vietnamienne de l’histoire du XXe siècle, ont surtout effacé un fait assez simple. Loin de se résumer à un champ de bataille ou à un espace colonial dont l’émancipation a déclenché tous les mouvements de libération ultérieurs, en Afrique notamment, le Vietnam a été l’un des lieux les plus frappants de rencontres entre les peuples et les cultures dans l’histoire humaine, un creuset de civilisations par rapport auquel les melting pots les plus souvent invoqués comme celui des États-Unis se résument à des équations beaucoup plus simples. Il y a certainement un moment vietnamien de l’histoire globale, les transferts culturels qui ont formé le pays donnant un écho universel aux cataclysmes qui se sont abattus sur lui. Le Vietnam a pu être, pour un temps, beaucoup plus qu’un théâtre de guerre, le miroir privilégié d’un basculement du monde.

  • 1 On pense au récit du docteur Hocquard, Une campagne au Tonkin, réédité par Philippe Papin (1999) e (...)

5À la vérité, une science des choses vietnamiennes s’est développée en France depuis plus d’un siècle1. Elle s’enracine dans des récits de voyage ou d’expéditions qui ont depuis longtemps cédé la place à des recherches répondant à toutes les exigences de l’érudition historique, depuis les travaux historiques de Lê Thân Khôi jusqu’aux études de Philippe Langlet sur le bouddhisme vietnamien. Nombre d’auteurs de cet ouvrage font partie de la famille des vietnamologues, dont on pourrait dès maintenant reconstruire l’histoire, les terrains de recherche favoris, les habitudes de publication et les questionnements.

***

6Soixante ans après la bataille de Dien Bien Phu, il est désormais temps d’envisager le Vietnam sous l’angle des rencontres auxquelles il a servi de cadre, en soulignant ce que ces dernières, au-delà des traumatismes, générateurs de luttes fratricides mais aussi de formes et d’idées nouvelles, ont apporté à la définition d’une culture ou plutôt de plusieurs : car l’imaginaire européen ne serait sans doute pas le même sans la rencontre avec le Vietnam.

7Cette rencontre entre les cultures a pris une forme qui a profondément marqué les hommes qui en firent l’expérience dans les champs où ils œuvrèrent. Que l’on pense à Han Mac Tu ou à Marguerite Duras, ou encore à Victor Tardieu et Nam Son qui créèrent ensemble l’École supérieure des beaux-arts de l’Indochine, que l’on considère la philosophie, l’architecture, la médecine : tous ces domaines témoignent de la fécondité qui en a découlé.

8Dans son Kim Vân Kiêu, poème qui s’ouvre sur le thème de rencontres, notamment celle de Kim Trong et de Thuy Kiêu, Nguyen Du évoque ainsi l’union qu’elle fait naître entre les personnages, avant leur séparation :

  • 2 Nguyen Du, Kim-Vân-Kiêu, traduit du vietnamien par Xuân-Phuc et Xuân-Viêt, Connaissance de l’Orien (...)
  • 3 Nguyễn Du, Truyện Thúy Kiều, Institut de l’Asie du Sud-Est, Paris, 1986, p. 75-76.

Le jeune homme dit : « Aujourd’hui il vente, demain il peut pleuvoir. Les jours de printemps promettent-ils plus d’une rencontre heureuse ? Si vous méconnaissez ce cœur éperdu, il en souffrira, certes, mais sans nul profit pour personne. Engageons-nous d’abord pour quelque mutuelle promesse. […]
Elle dit : « Dans cette première rencontre, émue par votre cœur, comment pourrai-je faire taire mon cœur ? Puisque votre cœur généreux me porte de l’intérêt, cette promesse, je l’accepte pour la graver à jamais sur la pierre et sur l’or. » […]
Un serment fut prononcé, scellant leur union comme laque et colle2 […]
Sinh rằng : « Rày gió, mai mýa,
Ngày xuân ðã dễ tình cờ mấy khi !
Dù chăng xét tấm tình si,
Thiệt ðày mà có ích gì ðến ai ?
Chút chi gắn bó một hai [] »
Rằng : « Trong buổi mới lạ lùng
Nể long, có lẽ cầm lòng cho đang !
Đã lòng quân tử đa mang
Một lời, vâng tạc đá vàng thủy chung. […] »
Một lời gắn bó tất giao […]3

9S’il est donné à la poésie d’exprimer la complexité de l’histoire humaine, elle peut refléter comment se compose, à la croisée des cultures française et vietnamienne, un tableau qui les associe comme la laque et la colle, l’idée et le motif — le tableau d’un paysage inachevé.

  • 4 Les contributions ont d’abord été présentées dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu à l’ENS et (...)

10À qui ce livre s’adresse-t-il ? D’abord, à un public qui fut déjà celui du colloque4. Ce lectorat était notamment vietnamien, ou d’origine vietnamienne. C’était celui de personnes ayant quitté leur pays natal.

11Parmi ces lecteurs attendus, certains connaissent aussi bien Nguyen Du et Ho Xuân Huong que Victor Hugo ou Paul Verlaine, car ils se sont formés au contact de ces deux cultures. On peut penser aussi aux personnes qui sont venues travailler, étudier et se sont installées en France. À ceux qui ont rejoint la France pendant ou après la guerre d’Indochine et du Vietnam, et qui ont trouvé en France un pays d’accueil, à tous ceux qui se situent, pour diverses raisons, entre les deux cultures française et vietnamienne, aux Vietnamiens du Vietnam curieux de l’effet de miroir produit par les complexités de leur histoire.

12À ce premier public s’adjoindra tout naturellement celui des Français, historiens de l’art, de la peinture, de la littérature, urbanistes, anthropologues, linguistes, traducteurs, étudiants, voyageurs, artistes qui se sont intéressés au Vietnam et ont noué des relations fortes avec ce pays. Ils ont tous une expérience vécue des sujets abordés, une mémoire dont il convient de ne jamais trop s’éloigner. Tant de visiteurs du Vietnam ou de lecteurs curieux de sa culture peuvent s’intéresser à lui, qu’ils en soient ou non originaires, comme à une part cachée d’eux-mêmes.

13Quatre questions ont principalement orienté notre réflexion : Peut-on exporter le concept de transfert culturel, forgé pour étudier les passages d’une culture européenne à l’autre, aux relations entre la France et le Vietnam ? Et si oui, comment se sont élaborés les transferts culturels entre ces deux pays ? Comment ces relations culturelles s’inscrivent-elles dans les arts, la littérature, les sciences, l’histoire des idées, la société ? Comment ont-elles pu engendrer des idées et des formes nouvelles, à travers un mélange culturel ?

14Suivant ce fil directeur, nous avons d’abord choisi de voir pourquoi l’histoire culturelle du Vietnam est particulièrement propice à l’étude de transferts culturels, entre les Viêt et les minorités, entre les Viêt et les Chinois ou le Champa indianisé, avec la France ou les États-Unis, bref pourquoi un décloisonnement de l’histoire culturelle vietnamienne permet seul d’en apprécier la richesse et la complexité. L’ouvrage n’aborde pas la vie économique et sociale de l’Indochine puis du Vietnam, mais se concentre délibérément sur la culture savante, littéraire ou artistique. Étudier l’histoire de la pensée au Vietnam implique par exemple que, d’une part, l’on mette en parallèle la manière dont les Lumières ont pénétré l’espace intellectuel vietnamien et, d’autre part, qu’on prenne en compte le facteur religieux à travers deux des religions les plus répandues, le bouddhisme et le catholicisme.

15Les rencontres entre les cultures aboutissent à la construction de nouveaux savoirs. Parfois l’émergence de ces savoirs s’observe dans les échanges entre les Viêt et des minorités comme les Hrê, et on ne doit pas oublier le rôle joué par la pluralité du monde vietnamien dans les connaissances anthropologiques élaborées en France, notamment dans le cadre de l’École française d’Extrême-Orient, fondée en 1898 à Saigon, transférée à Hanoi en 1902, avant de s’étendre à l’ensemble des pays asiatiques. Des savoirs mixtes se sont constitués au Vietnam dans tous les domaines. Comment en serait-il autrement alors que l’école vietnamienne et l’université vietnamienne se sont, durant la première moitié du XXe siècle, fondées sur des modèles français réinterprétés et adaptés au contexte vietnamien ? Cette mixité s’observe au niveau de sciences particulières comme la médecine dite française dans son application au terrain vietnamien. L’institut Pasteur serait-il concevable sans ce contexte vietnamien auquel s’était tant attaché Yersin ? Les récits journalistiques portant sur le Vietnam, y compris ceux que l’on trouvait dans la presse illustrée des années 1950, sont eux aussi une forme de constitution d’un savoir mixte.

  • 5 Sans remonter au Barrage contre le Pacifique (1950), songeons simplement pour ces dernières années (...)

16Il convient de s’attacher plus particulièrement aux arts et à la littérature qui sont, en général, des marqueurs d’identité, mais qui dans le cas des relations franco-vietnamiennes pourraient être considérés comme des vecteurs de métissage. Les thèmes vietnamiens sont de plus en plus présents dans la littérature française5. Il y a l’architecture orientalisante qui se développe en Indochine et l’appropriation des paysages vietnamiens par des peintres français, tandis que les peintres vietnamiens adoptent des modèles français. Les romans vietnamiens utilisent, à côté de traditions remontant à la Chine, des modèles français, mais les contes vietnamiens peuvent de leur côté être transcrits pour un public francophone : les œuvres littéraires sont de plus en plus nombreuses à tisser les liens franco-vietnamiens comme si les deux histoires littéraires étaient liées par des liens structurels, des liens d’autant plus paradoxaux que la simple expression de la subjectivité paraît déterminée par les spécificités de deux langues très éloignées. L’évocation du Cambodge littéraire rappelle qu’on ne peut totalement séparer le Vietnam, dans ses rapports à la France, d’un ensemble plus vaste qui fut l’Indochine.

17On ne saurait s’engager dans l’histoire culturelle de l’espace vietnamien sans se préoccuper des sources, et, en particulier, du fait que la Bibliothèque nationale de France est détentrice d’une part importante de la mémoire vietnamienne, qu’il s’agisse des premières photographies prises dans le pays, des traces de spectacles qui y furent données ou encore de documents imprimés et manuscrits qui invitent à s’interroger sur l’histoire de l’écriture au Vietnam.

***

18Il serait présomptueux de prétendre aborder dans un même volume les multiples facettes du phénomène des imbrications et réinterprétations culturelles qui ont fait l’espace vietnamien. Enfin, s’il est vrai que les relations entre la France et le Vietnam sont le fruit d’une longue histoire depuis le XVIIe siècle, elles continuent naturellement à se construire aujourd’hui ; sans doute la référence à la France s’estompe-t-elle pour le Vietnam derrière un faisceau complexe de relations, celles que le Nord a entretenues avec la Russie, celle que le pays réunifié peut avoir avec les États-Unis. Ce volume se veut donc simplement une invitation à poursuivre l’exploration d’un champ dont il esquisse les contours possibles.

Notes

1 On pense au récit du docteur Hocquard, Une campagne au Tonkin, réédité par Philippe Papin (1999) et qui décrit le Vietnam des années 1880.

2 Nguyen Du, Kim-Vân-Kiêu, traduit du vietnamien par Xuân-Phuc et Xuân-Viêt, Connaissance de l’Orient, Gallimard/Unesco, Paris, 1961, p. 51-52.

3 Nguyễn Du, Truyện Thúy Kiều, Institut de l’Asie du Sud-Est, Paris, 1986, p. 75-76.

4 Les contributions ont d’abord été présentées dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu à l’ENS et à la BNF en juin 2014. Jean-Yves Mollier avait apporté une aide importante à la conception de cette rencontre.

5 Sans remonter au Barrage contre le Pacifique (1950), songeons simplement pour ces dernières années, parmi bien d’autres exemples, à la biographie romancée d’Alexandre Yersin par Patrick Deville Peste et choléra (2012) ou au roman de Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui (2014).

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540