Version classiqueVersion mobile

Nikolaus Pevsner, arpenteur des arts

 | 
Émilie Oléron Evans

2. L’universitaire déplacé

Texte intégral

  • 1 Ash/Söllner, Forced Migration and scientific Change, op. cit., p. 12.

1L’émigration est à la fois déplacement et replacement dans un pays et un groupe socio-culturel, quête d’une nouvelle fonction à occuper et fondation d’une institution (pour reprendre Lazarsfeld) dans laquelle on occuperait cette fonction. Pour un universitaire, « [l’]appartenance à une discipline […] pourrait être une ancre de stabilité dans la crise personnelle et professionnelle qui touche de nombreux émigrés, mais pas si cette discipline occupe une position différente dans les cultures concernées1 ». Cette nuance est déterminante et invite à réévaluer l’expression officielle « universitaire déplacé » (displaced scholar), utilisée par la SPSL pour désigner les intellectuels de langue allemande qui bénéficient de son aide alors qu’ils fuient les persécutions dans leur pays d’origine.

2Puisque la SPSL travaille autant que possible à l’intégration professionnelle des émigrés qu’elle assiste, le terme d’« universitaire » est entendu dans son sens étymologique de membre actif d’une institution dont la vocation est la transmission du savoir. À l’attribution d’un rôle dans le système académique correspond donc l’attribution d’une place, conférée avant tout par cooptation des pairs, qui reconnaissent et admettent l’un des leurs lors de prises de fonction aux allures de rites de passage. « Universitaire déplacé » est alors un oxymore : un universitaire ne peut en être vraiment un s’il se retrouve complètement coupé de sa discipline et de son institution parente. L’internationalisme de la pensée scientifique, qui ne peut s’appliquer que ponctuellement et partiellement à des institutions académiques dont la structure et les pratiques sont ancrées dans une culture nationale, n’aura donc qu’une portée toute relative.

LA SPSL, INSTITUTION MÉDIATRICE DES TRANSFERTS

  • 2 Pour une typologie des pays d’accueil des émigrés de langue allemande dans les années 1930 et 1940 (...)

3Pour celles et ceux qui font le choix de quitter l’Allemagne au début des années 1930 et de fuir ainsi les tensions politiques et sociales qui accompagnent la montée du national-socialisme, les possibilités d’émigration sont limitées2. L’Angleterre semble avoir les moyens de faire face à une potentielle offensive et ainsi une chance de conserver son autonomie, ce qui en fait une destination privilégiée. Parmi les émigrants qui décident de traverser la Manche, malgré la grande diversité de situations (des anonymes jusqu’aux personnalités de renommée internationale), des solidarités communautaires se mettent en place. Ces réseaux semblent particulièrement actifs dans le cas de la communauté scientifique, dont Pevsner fait partie.

L’émigration vers la Grande-Bretagne dans les années 1930

  • 3 Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 20.
  • 4 Voir Waltraud Strickhausen, « Großbritannien », in : Krohn/Kohlaas, Handbuch der deutschsprachigen (...)

4Alors que la promesse de construire « un pays digne de ses héros3 » après la Première Guerre mondiale n’a pas été remplie et fut cause, au contraire, de désillusion, le gouvernement britannique applique dans les années 1930 une politique d’immigration restrictive qui s’explique également par un renforcement de l’isolationnisme économique, une montée rapide du chômage, et la politique d’apaisement menée entre 1937 et 19394. Les mesures de régulation s’appuient sur des lois de 1914 et de 1920 qui donnent la possibilité de rejeter sans appel certains candidats à l’immigration, créant intentionnellement l’image, sinon d’un espace clos, du moins d’un pays de transit.

  • 5 Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 24.

5Les réfugiés adultes doivent émigrer dans un délai de deux ans et, pour être autorisés à rester dans l’intervalle, avoir des garants dans le pays ou apporter la preuve qu’ils disposent d’assez d’argent pour subsister. Au nom de la préférence nationale, beaucoup de professions leur sont interdites. Le plus important pour le gouvernement britannique est de s’assurer que les réfugiés ne deviendront pas une charge pour l’État, mais aussi de les amener à envisager leur séjour comme une étape et à considérer la Grande-Bretagne elle-même comme une plate-forme vers un pays d’accueil proprement dit, par exemple les États-Unis. La situation se durcit en 1938 avec la mise en place d’un système de visas pour les réfugiés des pays de langue allemande, qui laisse le droit au ministère de l’Intérieur de n’accepter que ceux qui seront « un atout pour le royaume5 », ce qui revient à privilégier les élites socio-économiques ou intellectuelles.

  • 6 Voir Louise London, Whitehall and the Jews, 1933-1948 : British Immigration Policy, Jewish Refugee (...)
  • 7 Edward Timms, « In Freud’s Shadow : The double Exile of Wilhelm Stekel », in : Brinson, England, a (...)
  • 8 Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 21.
  • 9 Voir Bernard Wasserstein, « The British Response », in : Britain and the Jews of Europe, 1939-1945(...)

6Malgré ce repli symbolique et politique, la Grande-Bretagne a toutefois accueilli près de 80 000 réfugiés venus d’Allemagne, d’Autriche et de Tchécoslovaquie entre 1933 et 19396, ce qui est à la fois un « accident historique », car « l’entrée en guerre empêcha nombre de ceux qui avaient été admis en tant que transmigrants de continuer leur voyage vers d’autres destinations7 », et la survivance d’un mouvement humanitariste qui n’a jamais été tout à fait vaincu par « l’esprit de clocher » britannique8. Les mouvements individuels spontanés de compassion et le sentiment d’un devoir moral envers les réfugiés existent bel et bien parmi la population, même s’ils sont contrebalancés par des craintes communes à la plupart des pays d’accueil9 : les répercussions économiques négatives de l’arrivée de ces nouvelles forces de travail, ou la présence insidieuse parmi les arrivants d’agents de la propagande ennemie, voire d’espions. L’accueil des réfugiés du national-socialisme reste donc longtemps mitigé :

  • 10 Berghahn, Continental Britons, op. cit., p. 138.

[Presque] personne en Grande-Bretagne ne les croyait quand ils affirmaient que les nazis présentaient une menace sérieuse ; en conséquence, très peu de Britanniques comprenaient pourquoi ils étaient partis de chez eux […]. Cette incrédulité était en partie liée à une ignorance totale de la situation sur le continent, […] mais aussi au respect considérable, voire à l’admiration envers le régime hitlérien, au moins jusqu’à l’entrée en guerre, et ce malgré la persécution des Juifs et des autres minorités10.

7Le moment de l’installation constitue une phase d’isolement, puisque la mentalité de populations portées à considérer en priorité leur intérêt économique propre et les restrictions imposées par la politique d’immigration constituent autant d’obstacles à l’instauration de communautés de migrants sur le sol britannique.

Le sort de la communauté scientifique

  • 11 Voir William Beveridge, Power and Influence, [s.l.], Hodder & Stoughton, 1953, p. 243-245.
  • 12 Voir Leó Szilárd, « Reminiscences », in : Fleming/Bailyn, Intellectual Migration, op. cit., p. 94- (...)
  • 13 Voir William Beveridge, « Introductory note », in : Bentwich, Rescue and Achievement of Refugee Sc (...)

8Dès le début de la période considérée, l’immigration de la communauté scientifique vers le Royaume-Uni et les États-Unis est aisée par rapport à celle d’autres catégories socio-professionnelles. Les scientifiques les plus célèbres sont accueillis avec enthousiasme, mais on voit aussi émerger une solidarité communautaire, à travers la création, dans le courant de l’année 1933, du comité d’urgence pour l’aide aux Allemands déplacés et aux intellectuels étrangers (Emergency Committee in Aid of Displaced German and Foreign Scholars) à New York, de la Société de soutien aux scientifiques allemands à l’étranger (Notgemeinschaft deutscher Wissenschaftler im Ausland) à Zurich, et de l’AAC à Londres11. En avril 1933, l’économiste autrichien Ludwig von Mises et le physicien hongrois Leó Szilárd persuadent le directeur de la London School of Economics (LSE), William Beveridge, rencontré lors d’un séjour à Vienne, d’agir en faveur des universitaires menacés12. Beveridge lance à la LSE le Fonds pour une université libre (Academic Freedom Fund), alimenté par des contributions du personnel, puis étend ensuite ce projet au reste des universités britanniques, avec le soutien de la Royal Society. La fondation de l’AAC est annoncée le 24 mai 1933 dans la presse13.

  • 14 Id., A Defence of free Learning, Londres, Oxford University Press, 1959, p. 7.
  • 15 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit.
  • 16 « Rapport d’activité » du 1er août 1933, SPSL 1/7. Ce document décrit également en détail les prin (...)

9Cette association se donne pour but de défendre l’universalisme de la science et la libre circulation des idées et des individus. Ce n’est pas, dans l’esprit de ses fondateurs, une organisation politique, car sa seule raison d’être est la solidarité intellectuelle avec les milieux universitaires allemands, que leur gouvernement a privés de la liberté d’étudier sans interférence idéologique ou légale. Rétrospectivement, Beveridge décrit le lancement de l’AAC comme « le soulèvement spontané de notre université et de ceux qui y travaillaient, pour défendre la liberté de l’enseignement contre l’attaque d’Hitler14 ». C’est d’abord un réseau d’aide à l’émigration, qui ne se limite pas aux personnalités éminentes de la recherche mais veut aussi inclure les jeunes chercheurs. En juin 1933, une liste des postes disponibles dans les différentes facultés est établie. Sur le même principe que le projet initial à la LSE, la majorité des fonds vient d’universitaires qui reversent une partie de leur salaire15. En août 1933, l’AAC est parvenue à récolter 9690 £, redistribués selon les besoins et le mérite des universitaires candidats au déplacement16.

  • 17 Voir Erichsen, « Fluchthilfe », op. cit., p. 81.
  • 18 Voir Wolfgang Benz, Flucht aus Deutschland : Zum Exil im 20. Jahrhundert, Munich, DTV, 2001.

10En 1936, après trois ans d’existence, il devient difficile de maintenir l’efficacité d’un système établi dans l’urgence. L’AAC devient alors un organisme permanent, la SPSL17, par fusion avec la Notgemeinschaft qui s’est installée à Londres en 1935 et a publié une « Liste des universitaires déplacés18 ». Au lieu du principe d’assistance qui renvoie au destin précaire des universitaires réfugiés, la notion de protection choisie comme nouvel intitulé rappelle l’universalité de la responsabilité endossée et la pérennité de son action en faveur de la science et de l’enseignement. Ce titre estompe en théorie la division entre les « universitaires déplacés » et leurs collègues britanniques.

11À l’origine, les bourses d’aide étaient attribuées pour un an, puisqu’il fallait avant tout pallier une crise temporaire. Afin d’aider le maximum d’universitaires déplacés, ce principe est maintenu même quand il devient clair que leur situation précaire risque de se prolonger. Un comité d’allocation des bourses est chargé d’examiner et de sélectionner les dossiers de candidature par discipline. Ces dossiers doivent ensuite être approuvés par un comité exécutif pour bénéficier d’une aide financière ou pratique. Afin de s’assurer que l’argent sera bien investi, la commission choisit les universitaires à qui l’aide sera la plus profitable. Même pour ceux-là, cependant, le nombre limité d’universités signifie que les capacités d’accueil s’épuisent rapidement, avec des variations selon les disciplines. Or l’histoire de l’art, comme c’est le cas pour beaucoup de matières dans la branche des sciences humaines, n’offre que peu de débouchés.

Nikolaus Pevsner et la SPSL

  • 19 Voir lettre de Nikolaus Pevsner à l’AAC, 5 juillet 1933, SPSL.
  • 20 Voir lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 8-9 février 1934, AP.
  • 21 Lettre de Pevsner, février 1934, op. cit.

12Pevsner se renseigne en juillet 1933 sur les possibilités de trouver un emploi à l’étranger19 par l’intermédiaire de l’association. Il obtient une bourse quelques mois après son arrivée pour participer à un projet de recherche d’un an à l’université de Birmingham à partir d’avril 193420, dans le domaine du design industriel. Il hésite à accepter, craignant, en s’éloignant de Londres, qui concentre les rares institutions vouées à l’histoire de l’art, de se trouver relégué en périphérie de la vie universitaire et d’être ensuite confiné, dans l’esprit de futurs employeurs potentiels, dans un champ de recherche qui n’est pas le sien : « Il est peut-être trop tôt pour nous installer, et trop tôt, vu de l’extérieur, pour donner une impression de tournant définitif. Je devrais peut-être chercher à m’intégrer plutôt ici [à Londres, N.D.A.] dans les projets d’histoire de l’art21. »

  • 22 Questionnaire, 9 octobre 1934, SPSL.

13Dans les cas où les postes disponibles sont rares, les universitaires sont incités à étendre leur recherche d’emploi au plus grand nombre possible de domaines de compétence, notamment dans l’enseignement secondaire, voire en entreprise. Dans un questionnaire d’octobre 1934, Pevsner doit indiquer s’il serait prêt « à accepter un poste dans le secteur industriel ou commercial » une fois que sa bourse de recherche sur le design industriel aura expiré. Il répond : « Je doute que ma formation m’ait préparé à un poste dans l’industrie. Néanmoins, mon travail à Birmingham, qui doit déboucher sur un livre sur le design industriel, pourrait servir22. » C’est effectivement sur la base de l’expertise acquise pendant cette expérience qu’on lui propose en 1935 un poste de conseiller en achats pour le nouveau magasin londonien de Gordon Russell, fabricant de mobilier et d’accessoires à Broadway. En acceptant ce poste dans le commerce, il se met à l’abri d’une situation précaire.

  • 23 Voir lettre de l’AAC à Nikolaus Pevsner, 26 avril 1935, Ibid.
  • 24 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 2 juin 1935, AP.

14Une autre possibilité serait de continuer à candidater auprès d’universités au Canada ou en Australie, comme initié dans le courant de l’année 1935, alors que son espoir s’amenuise de voir déboucher les cours donnés ici et là dans des institutions britanniques sur un projet professionnel plus concret. La SPSL fait partie du réseau international d’entraide de la communauté scientifique et travaille en collaboration avec la fondation Carnegie, qui finance pour deux ans le salaire d’universitaires allemands sélectionnés pour leur mérite et envoyés dans les colonies ou dominions britanniques. Toutefois, les universités concernées n’offrent aucune garantie d’emploi permanent après cette période23. L’émigration vers un autre pays, avec le soutien de l’association, est une possibilité que Pevsner envisage encore en juin 1935, quand il présente le pour et le contre d’un contrat de deux ans en Australie à son épouse : « Pour l’Australie : un nouveau pays, un nouveau départ, plus d’argent immédiatement, et je suis fait pour ce métier, mais pour Russell : plus de possibilités d’évolution, permanent, pas seulement deux ans puis encore l’anxiété, Londres, pas l’autre bout du monde24. »

L’internationalisme de la science et les enjeux nationaux

  • 25 Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 20.

15L’opération de sauvetage d’universitaires par leurs pairs est un succès si on la compare aux résultats de démarches similaires dans les autres corps de métier. Pour William Beveridge, la liberté de la science, notion qui sert de justification morale à ce mouvement d’entraide pratique, est « la chose la plus importante au monde » pour les universités25. Les valeurs qui transcendent tous les nationalismes, érigées paradoxalement en source de fierté nationale, deviennent des lieux communs dans les récits d’après guerre, comme l’illustre ce passage du livre de Francesca Wilson sur les réfugiés :

  • 26 Francesca Wilson, They came as Strangers. The Story of Refugees to Great Britain, Londres, Hamilto (...)

Alors que l’Europe abandonnait ses idéaux humanistes et sa liberté chèrement acquise et que les gouvernements de Grande-Bretagne et de France se compromettaient avec des pouvoirs obscurs, il est réconfortant de se souvenir qu’une lampe brûlait encore dans ces terribles années 1930 : le monde académique anglo-saxon s’est révélé digne de son héritage, et a donné les preuves de sa foi en une solidarité de la connaissance26.

  • 27 Ibid., p. 226.
  • 28 Berghahn, Continental Britons, op. cit., p. 79.

16L’université britannique est devenue une force de rassemblement qui a pris le relais des autorités politiques après qu’elles ont échoué dans leur devoir moral de défense des « idéaux humanistes » internationaux. L’héritage en question est celui du « concept médiéval de l’université », dans lequel « la connaissance est une » et la nationalité des intellectuels n’entre pas en considération27, puisque les échanges entre scientifiques ont toujours été internationaux : « Un réseau de contacts humains a émergé, et il a prouvé son importance en cette heure de grand péril non seulement pour l’érudition, mais aussi les individus28. »

  • 29 Voir Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 66 et suivantes.
  • 30 Gerhard Hirschfeld, « Durchgansland Grossbritannien ? Die britische “Academic community” und die w (...)
  • 31 Marks/Weindling/Wintour, In Defence of Learning, op. cit., p. 6.

17Toutefois, le discours héroïque a posteriori ne doit pas dissimuler des réalités moins honorables, à commencer par l’exploitation intéressée des travaux de scientifiques de haut niveau qui contribuent à l’effort de guerre dans le domaine de l’armement. De plus, le concept d’« universalisme de la science » perd de sa pertinence dans les champs de la connaissance qui n’ont pas d’application pratique immédiate. Le mouvement de solidarité est alors loin d’aller de soi, car les pressions financières que connaissent certaines universités dans la première moitié des années 1930 les poussent à refuser leur aide aux réfugiés29, tandis que le personnel en place se sent parfois menacé par la compétition potentielle. (L’association des enseignants d’université se prononce ainsi contre l’installation de chercheurs émigrants30.) Surtout, « l’antisémitisme, bien qu’il n’ait pas été exprimé avec autant de véhémence qu’en Amérique du Nord, courait sous la surface de la société britannique et se ressentait dans le gouvernement et même dans les cercles académiques31 ».

  • 32 Ibid.

18En faisant graduellement évoluer les mentalités, la SPSL a certainement contribué pour une grande part à la mobilisation et la politisation de la communauté scientifique britannique, et sa réussite tient à un sens aigu de la diplomatie : dans les premiers temps, l’association tient en effet un discours délibérément modéré. À cause du sentiment anti-Juif latent, « les grands universitaires d’origine juive n’étaient pas invités à rejoindre son conseil ni à occuper des positions éminentes, pour éviter le ressentiment de donateurs et de sympathisants potentiels32 ». La SPSL place la science au-dessus de la politique et cherche ainsi dans un premier temps à ménager les autorités allemandes, dont la coopération est nécessaire pour recenser les universitaires réfugiés, et pour ne pas s’aliéner les universités britanniques réticentes à l’idée de s’impliquer dans le réseau d’entraide si la défense des réfugiés était perçue comme une cause juive.

  • 33 Voir Zimmerman, « The Society for the Protection of Science and Learning », op. cit., p. 40 et sui (...)

19En novembre 1937, après une réunion internationale des institutions d’aide aux réfugiés, la SPSL change progressivement de ton, quittant sa posture de neutralité : sa base apolitique lui a permis de rallier les soutiens, et avec la fin de la politique d’apaisement, elle fédère l’université autour de la défense de la liberté de la science dans le monde, comme partie intégrante du combat idéologique global mené par les Alliés33. La difficulté de concilier ces idéaux internationaux avec le pragmatisme imposé par la situation reste toutefois indéniable : l’association joue un rôle crucial de médiatrice auprès du gouvernement dans les démarches administratives imposées aux réfugiés, qu’il s’agisse de permis de séjour, de demandes d’autorisation d’enseigner ou de dossiers de naturalisation.

  • 34 Voir « Rapport annuel », 1938, SPSL.

20Sous le discours universaliste, la SPSL a donc surtout alimenté le discours britannique sur la place de la connaissance, et apporté sa pierre à un processus d’insertion nationale des intellectuels déplacés dans l’Université — un processus dont il convient de relativiser l’ampleur : le rapport d’activité de 1938 établit que 524 universitaires ont été placés définitivement dans 36 pays différents (161 aux États-Unis et 128 en Grande-Bretagne). 378 travaillent désormais dans des institutions universitaires et 146 dans l’industrie. D’autre part, 306 personnes ont été placées temporairement34. Le processus d’institutionnalisation de la SPSL trouve son aboutissement en 1939, année à partir de laquelle l’association reçoit des subventions du gouvernement.

  • 35 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit.

21On recense après la guerre 2540 universitaires déplacés, mais 612 d’entre eux seulement sont restés en Grande-Bretagne35 (en fait, la plupart des intellectuels immigrés déclarent avoir décliné une ou des propositions de retour dans leurs institutions ou dans leur pays d’origine). Le discours universaliste de la communauté scientifique s’est peu à peu fondu dans une représentation culturelle nationale, rehaussée par l’existence même de l’association d’entraide. On salue dans la SPSL une manifestation supplémentaire de la victoire de l’esprit européen des Lumières, le Royaume-Uni étant présenté comme le dernier bastion de l’Europe contre la barbarie nazie.

LE CAMP D’INTERNEMENT COMME SEUIL

22Au moment de l’entrée en guerre du Royaume-Uni en septembre 1939, Nikolaus Pevsner a d’ores et déjà publié deux livres, regagné un semblant de stabilité grâce à son travail pour Gordon Russell et gagné une place que sa naturalisation était sur le point d’officialiser. Cependant, les événements entraînent une nouvelle dislocation des trois composantes identitaires définies par Grimm. Relégué dans la catégorie des ressortissants de pays ennemi, Pevsner est interné pour quelques semaines, pendant l’été 1940. Les camps d’internement mis en place sur le territoire britannique pendant la Seconde Guerre mondiale repoussent les réfugiés et émigrés de langue allemande dans une situation de seuil renouvelée, où ils doivent encore une fois faire face à une temporalité transitoire, à l’isolement culturel et à un statut politique qui scelle leur précarité. De plus, après la libération de Pevsner, la problématique du retour et de la reconstitution d’une place culturelle et sociale se pose encore une fois, car son isolement temporaire a rompu, parfois radicalement, les liens de substitution qu’il était parvenu à établir.

Le point de vue des réfugiés de langue allemande

  • 36 Zweig, Le monde d’hier, op. cit., p. 407.

23Dans le climat politique de la fin des années 1930, avant le déclenchement des hostilités, certains réfugiés de langue allemande constatent avec inquiétude la montée en agressivité du national-socialisme et l’absence de réaction des Britanniques, dont Zweig interprète l’attitude face à la propagande comme un mélange de « loyauté » et de « volonté sincère d’accorder leur confiance à tous les autres sans exiger de preuves de leur bonne foi36 ». Zweig a préféré se tenir à l’écart des discussions politiques entre 1934 et 1940 :

  • 37 Ibid.

Je n’avais rien pu faire en Autriche contre l’ineptie des couches dirigeantes, comment aurais-je pu l’essayer ici, où je me sentais l’hôte de cette bonne île, et savais fort bien que si, — avec notre connaissance plus claire et mieux informée —, je faisais allusion au danger dont Hitler menaçait le monde, on aurait pris cela pour une opinion dictée par l’intérêt personnel37 ?

  • 38 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, octobre 1934, AP.

24Pevsner remarque quant à lui en 1934 que, pour l’opinion publique britannique, tout en Allemagne est « d’un seul tenant38 ». Alfred Kerr offre une analyse similaire mais bien plus sévère dans son journal en 1937 :

  • 39 Kerr, Ich kam nach England, op. cit., p. 131.

De nos jours, [les politiciens britanniques] sont bien sûr, comme autrefois, les « amis des Allemands » par excellence ; le mot « allemand » représente quelque chose de noble […]. Pourtant, les nazis l’ont rendu traître, mensonger, cruel, lâche, hâbleur, servile. Ce sont des esprits infantiles que ces Anglais qui confondent le concept de l’Allemagne d’aujourd’hui et celui d’autrefois. Mieux : ils sont comme les abonnés d’un journal qui a changé d’avis une dizaine de fois sans qu’ils ne le remarquent39.

  • 40 Sebastian Haffner, Germany : Jekyll and Hyde, Londres, Secker & Warburg, 1940, p. xxxi.

25Sebastian Haffner (1907-1999), écrivain et journaliste allemand, fait la synthèse du climat intellectuel de son pays et de sa perception de l’étranger dans l’essai Germany : Jekyll and Hyde (« Allemagne : Jekyll et Hyde ») qu’il commence à rédiger en septembre 1939. De la même génération que Pevsner, Haffner, né Raimund Pretzel à Berlin en 1907, a connu un parcours parallèle dans la constellation des réfugiés de langue allemande en Grande-Bretagne. L’introduction de Jekyll and Hyde décrit Haffner comme « un Allemand “aryen” qui a vécu toute sa vie en Allemagne. Il a reçu une formation d’avocat et a travaillé six ans sous le régime nazi. Ayant été élevé dans la tradition libérale, il a décidé de quitter le pays de sa naissance40 ». Ce portrait laisse entendre que c’est son attachement à la Bildung et au principe de l’État de droit qui a incité le journaliste à émigrer en Angleterre en juillet 1938, alors qu’aucune menace ne pesait directement sur sa situation personnelle.

  • 41 Ibid., Als Engländer maskiert : Ein Gespräch mit Jutta Krug über das Exil, Munich, DTV, 2004, p. 3 (...)
  • 42 Id., Jekyll and Hyde, op. cit., p. xxxvi.

26Pendant son séjour, Haffner constate que l’opinion britannique et les dirigeants politiques se contentent de généralisations et d’amalgames au sujet de l’Allemagne : « Ils dispos [ent] de très peu d’informations. Soit l’opinion [est] que tous les Allemands [sont] devenus des nazis, soit qu’il exist [e] en Allemagne une opposition exemplaire qui [va] bientôt prendre le pouvoir41. » Jekyll and Hyde propose une analyse différenciée de la population allemande, pour favoriser une stratégie de propagande pertinente de la part des Alliés : « On parle parfois aux Allemands comme s’ils étaient anglais. Le même pamphlet essaye parfois d’influencer les nazis, les vrais patriotes, et les partisans de l’opposition allemande. Le résultat : ils manquent leur cible et éveillent la méfiance générale42. »

  • 43 Ibid., p. 204-205.
  • 44 Ibid., p. 214.
  • 45 Voir Haffner, Jekyll and Hyde, op. cit., p. 221-223.

27La référence au roman de Robert Louis Stevenson vise à créer une affinité intellectuelle avec les lecteurs britanniques et à les prédisposer à donner une place à l’émigration allemande dans le combat au côté des Alliés : « Une grande partie de la pensée politique allemande est active aujourd’hui hors d’Allemagne, […] partout où l’esprit allemand se sent plus chez soi pour le moment que dans le Reich allemand43. » Le départ de nombreux émigrés est « une forme particulière de résistance nationale44 » qui pourrait être utilisée par les forces alliées pour constituer une légion allemande, pour fonder une académie qui représenterait la véritable Bildung (d’autant plus que les intellectuels et artistes ont fui le régime nazi dans des proportions très élevées), ou pour mettre en place une institution politique qui officialiserait l’existence de l’« autre Allemagne » et préparerait la reconstruction du pays après la guerre45.

Le Royaume-Uni et les ressortissants de pays ennemis

  • 46 Voir Wasserstein, Britain and the Jews of Europe, op. cit., p. 86.
  • 47 Voir Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 19.
  • 48 [German Jewish Aid Committee], While You are in England. Helpful Information and Guidance for ever (...)

28À l’annonce de l’entrée en guerre de l’Angleterre, le 3 septembre 1939, s’installe un climat d’hostilité généralisée qui finit par jouer sans discernement46 contre l’ensemble des réfugiés. Un mouvement similaire de germanophobie a mené durant les années 1914-1918 à l’internement des ressortissants allemands47. Dans les années 1930, même si la politique d’apaisement laisse présager l’assouplissement de la méfiance envers les émigrés de langue allemande, le comité d’aide aux Juifs allemands (German Jewish Aid Committee ) publie un guide intitulé While You are in England. Helpful Information and Guidance for every Refugee (« Pendant votre séjour en Angleterre : informations et conseils utiles pour tous les réfugiés »)48. Il est recommandé de ne pas parler ou lire de l’allemand en public et de ne pas critiquer le gouvernement, ni la politique d’émigration.

  • 49 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 24 et suivantes.

29Une attitude discrète doit permettre aux réfugiés de se fondre dans la population et de ne pas attiser le ressentiment populaire dans un contexte de crise économique. Dès 1938 pourtant, le Comité de défense de l’Empire (Committee of Imperial Defence), composé de représentants de l’état-major et des ministres du Cabinet, organise une série de réunions sur le thème du contrôle des étrangers en temps de guerre, lors desquelles est envisagée l’expulsion de tous ceux qui sont arrivés en Grande-Bretagne après le 1er janvier 1919, sans qu’on détermine précisément comment mettre en place une telle mesure. L’alternative de l’internement s’impose peu à peu, et en août 1938, le ministère de l’Intérieur produit une liste de vingt-sept camps potentiels49.

  • 50 Une mesure similaire est prise au même moment aux États-Unis.
  • 51 Voir Johnson Herschel, « European War 1939/895 », Archives nationales des États-Unis, Washington, (...)

30En septembre 1939, le statut officiel des émigrants de langue allemande devient celui de « ressortissants de pays ennemis50 » et une zone de protection est instaurée le long des côtes Est et Sud. Une centaine de tribunaux recense les réfugiés à partir d’octobre 1939, en les classant en trois catégories : dans la catégorie A, les émigrants sont automatiquement internés, car jugés susceptibles d’aider leurs compatriotes ou de freiner l’effort de guerre ; les personnes classées dans la catégorie B ne sont pas internées, mais leur mobilité et leurs possibilités d’emploi sont limitées, et il leur est interdit de posséder une voiture, un appareil-photo ou des cartes à grande échelle ; enfin, la catégorie C (pas d’internement, pas de restriction) rassemble les émigrants décrits comme « victimes de l’oppression nazie pour des motifs raciaux, religieux ou politiques », et les résidents de longue date51. D’après les témoignages, la plupart des réfugiés qui doivent se présenter devant les tribunaux le font de bonne grâce et semblent y voir une occasion de montrer leur loyauté ou du moins leur bonne volonté. À l’issue de ce recensement, 600 personnes sont internées, et 6 800 doivent se plier aux restrictions de la catégorie B. La majorité des personnes recensées, dont Pevsner, sont déclarées « fiables » et classées dans la catégorie C.

  • 52 Voir Louis De Jong, The German Fifth Column in the Second World War, Chicago, University of Chicag (...)
  • 53 Daily Express, Londres, 16 janvier 1940.
  • 54 Sunday Express, Londres, 28 janvier 1940.
  • 55 Daily Mail, Londres, 24 mai 1940.

31Lorsque se répandent en Grande-Bretagne des informations sur l’offensive allemande du printemps 1940 contre le Danemark et la Norvège, puis la Belgique, la France et les Pays-Bas, une vague de panique populaire s’élève, provoquée par la crainte de la présence dans le pays d’une « cinquième colonne ». La rumeur a commencé à circuler dès la guerre d’Espagne, et l’avancée rapide de l’armée allemande en Europe laisse maintenant présumer l’existence d’un réseau souterrain international52. L’Evening Standard affirme en février 1939 que quatre cents agents de la Gestapo se trouvent en Angleterre et que certains se font passer pour des réfugiés juifs. Les soupçons d’espionnage, de sabotage et d’infiltration sont relayés par les journaux sur un ton alarmiste, comme dans le Daily Express : « Serions-nous un peu trop laxistes ? Prenons-nous trop de risques ? Voilà les questions qu’on entend les gens poser53 », ou dans le Sunday Express : « Être un réfugié en Angleterre devient non seulement une vie plaisante mais aussi prospère54 », ou encore dans le Daily Mail : « Il faut retirer aux tribunaux locaux, qui avancent à tâtons, la responsabilité de regrouper les ressortissants de pays ennemis. Les réfugiés d’Autriche et d’Allemagne, hommes et femmes, devraient être envoyés sans délai dans un coin isolé du pays et gardés sous surveillance rapprochée55 ! »

32Les milieux politiques sont tout aussi hostiles que la presse. Dans une intervention à la BBC en mai 1940, George Nevile Bland, diplomate, déclare :

  • 56 Cité dans Eric Koch, Deemed Suspect : A Wartime Blunder, Toronto, Methuen, 1980, p. 33.

Soyez prudents, en ce moment, et ne faites jamais entièrement confiance à ceux et celles qui ont des connexions allemandes ou autrichiennes. Si vous connaissez des personnes de cette catégorie encore en liberté, ouvrez l’œil, peut-être n’ont-elles rien à se reprocher, mais […] aujourd’hui nous ne pouvons pas nous permettre de courir ce risque56.

  • 57 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 74 et suivantes.
  • 58 Voir De Jong, The German Fifth Column, op. cit., p. 95 et suivantes.

33La chute de quatre pays en un temps record confirme le soupçon selon lequel les forces ennemies disposent de moyens exceptionnels, sans lesquels leur victoire n’aurait pas été possible. L’hypothèse de la présence massive d’agents sur le sol britannique est sans doute peu crédible, mais on rapporte que les autres nations ont justement été victimes de leur crédulité57. Des précautions sont donc prises : le ministère de l’Intérieur demande au public de guetter l’arrivée de parachutistes, les habitants des zones rurales se constituent en milices, et des ligues de volontaires de défense locale se forment58. Quant aux ressortissants étrangers, ils voient leurs libertés sévèrement restreintes.

« Embarquez-moi tout ça ! »

  • 59 Voir Koch, Deemed Suspect, op. cit., p. 25 et suivantes.
  • 60 Cité dans Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 153. L’expression apparaît dans les minutes d’une s (...)

34Le 12 mai 1940, l’ordre est donné d’organiser l’internement des ressortissants des pays contre lesquels la Grande-Bretagne est en guerre. Plusieurs facteurs expliquent ce durcissement politique : Winston Churchill doit montrer que l’ère de Neville Chamberlain et de l’apaisement est terminée ; il veut aussi éviter un retournement de loyauté parmi les réfugiés dont les familles vivent encore sous la menace nazie59. L’expression employée par Churchill à l’annonce de l’entrée en guerre de l’Italie, quand on lui demande ce qu’il adviendra des émigrés italiens présents sur le territoire britannique, est devenue symptomatique du traitement des ressortissants des pays ennemis : « Embarquez-moi tout ça60 ! » («  Collar the lot ! »). Cette même injonction prive tout à coup les réfugiés de leur individualité : les nuances introduites par les tribunaux dans un souci de justice sont abolies, ce qui renvoie l’étranger à sa condition première d’exclu du groupe majoritaire. L’identité des personnes déplacées n’est plus déterminée que par la négation, par l’absence de la nationalité britannique.

  • 61 Voir Michael Seyfert, Im Niemandsland : Deutsche Exilliteratur in britischer Internierung, Berlin, (...)
  • 62 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 150.

35À partir de juin 1940, les hommes des catégories B et C sont envoyés dans une dizaine de camps répartis sur tout le territoire, souvent relégués dans les confins, par exemple sur l’île de Man, ou en Écosse, où les internés sont logés dans des baraques et dans des tentes. Dans le sud de l’Angleterre, des camps de vacances sont réquisitionnés pour accueillir les prisonniers, d’autres sont installés dans des écoles à Edimbourg, Southampton et Londres61. Le rejet des ressortissants de pays ennemis en marge de la communauté britannique devient systématique et répressif. Toutefois, le but des autorités gouvernementales est avant tout de les déplacer hors du territoire, selon un plan mis en action au printemps 1940 avec le début des déportations vers les pays du Commonwealth, en particulier le Canada et l’Australie. Par exemple, le Canada accepte, dans un premier temps, de recevoir 7 000 personnes62.

  • 63 H. G. Wells, « J’accuse », Reynolds News, 28 juillet 1940.
  • 64 Voir François Lafitte, The Internment of Aliens, Harmondsworth, Penguin, 1940, p. 70.

36L’internement généralisé soulève une vague de protestations, illustrée par l’article de H. G. Wells dans la revue New Republic le 26 août 1940, « J’accuse », dans lequel il dénonce la rupture du lien culturel qui avait commencé à se créer et la trahison de la Grande-Bretagne envers ceux qu’elle a recueillis63. En effet, les tribunaux chargés de la catégorisation par A, B ou C devaient aussi établir en parallèle si les personnes interrogées étaient « réfugiées des persécutions nazies », un statut qui leur donnait droit au soutien du gouvernement. C’est le cas de plus de 55 000 personnes. Le chevauchement des deux catégories n’est pas sans poser problème, car il mène parfois à l’internement dans le même camp de partisans du régime national-socialiste et d’opposants à ce dernier64.

  • 65 Voir Seyfert, Im Niemandsland, op. cit., p. 47.
  • 66 Voir [Judex], Anderson’s Prisoners (Refugee Case-book), Londres, Gollancz, 1940, p. 11.
  • 67 Richard Friedenthal, Die Welt in der Nußschale, Munich, Piper, 1956, p. 203.

37L’opinion publique est alertée par l’annonce de mauvais traitements infligés aux internés à bord du Dunera en route pour l’Australie, ou de l’Ettrick, dont les 2 600 passagers sont fouillés et privés de leurs effets personnels par l’armée à leur arrivée au Canada65. C’est la nouvelle du naufrage de l’Arandora Star, coulé par une torpille allemande le 2 juillet 1940, qui change le malaise en véritable indignation nationale. Au Parlement, on exige la séparation sur les navires entre les personnes de confession juive et ceux qui sont soupçonnés d’être des sympathisants du national-socialisme66. La politique de confinement des ressortissants de pays ennemis, qui les place injustement dans un entre-deux politique, social et culturel, est remise en cause. Richard Friedenthal, poète interné au camp d’Hutchinson sur l’île de Man, considère que cela revient à vivre un double exil : « Nous ne sommes personne. […] Pour les Anglais qui nous ont internés, nous sommes allemands, et pour les Allemands… que sommes-nous au juste pour les Allemands67 ? »

38L’opinion publique est de moins en moins convaincue par l’argument de la prudence contre des ressortissants de pays ennemis dont le statut n’a vraiment changé que de nom. Dans un discours devant la Chambre des lords, l’évêque de Chichester, George Bell, proteste contre la relégation des réfugiés et des exilés de langue allemande au rang d’ennemis de l’intérieur :

  • 68 George Bell, évêque de Chichester, 6 août 1940, cité dans Anderson’s Prisoners, op. cit., p. 13.

Cette guerre n’est pas en premier lieu une guerre nationale, c’est, comme beaucoup d’hommes politiques britanniques l’ont déjà affirmé, une guerre d’idéologies et de principes. La question de savoir qui sont les alliés et les ennemis de la Grande-Bretagne ne peut donc pas être résolue selon le critère de la « nationalité sur le passeport » mais en des termes qui prennent en compte le caractère nouveau de cette guerre, c’est-à-dire en fonction d’une citoyenneté idéologique68.

39Il est de l’intérêt de la nation de laisser les réfugiés libres de vivre et d’exprimer un nationalisme affectif, un lien avec leur pays d’adoption.

40La différenciation entre nationalisme et idéologie apparaît déjà dans Jekyll and Hyde. Ce n’est pas contre la nation allemande que l’on se bat, insiste Haffner, mais contre l’idéologie nazie, afin de libérer l’Europe de persécutions radicales et de restaurer le principe de l’égalité devant la loi :

  • 69 Ibid., p. 17.

Aux yeux du monde, nous tiendrons ou nous tomberons pour un principe international qui nous est aussi cher qu’il l’est aux Américains, aux Français, aux Tchèques, aux Hollandais, aux Belges, aux Polonais, aux Allemands, aux Autrichiens et aux Italiens, et qui est repoussant non seulement pour Hitler, Mussolini, Franco et leurs sbires européens, mais aussi pour un certain nombre de Britanniques, dont quelques-uns ont été relégués là où ils ne pourront plus nuire, mais dont beaucoup occupent encore une position forte dans le pays69.

  • 70 Ibid.

41Haffner construit l’image d’une communauté culturelle plutôt que politique, fondée sur des valeurs partagées et sur un sentiment d’adhésion : « La condition pour accepter un camarade dans ce combat ne devrait pas être “Où êtes-vous né ?” […] mais plutôt “êtes-vous comme nous du côté de la liberté et de l’égalité”70 ? » L’identité devient un choix.

Nikolaus Pevsner au camp de Huyton

  • 71 Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 55.
  • 72 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 4 juillet 1940, AP.
  • 73 Lettre de Pevsner, 1er août 1940, GP 6/135.

42Comme le raconte Beveridge, les intellectuels déplacés qui dépendent de la SPSL sont aussi concernés par l’internement : « La quasi-totalité de nos 500 et quelques universitaires d’Allemagne, d’Autriche et d’Italie, a disparu du jour au lendemain71. » Pevsner est arrêté en juillet 1940. Il est autorisé à envoyer un télégramme informant sa famille qu’il se trouve à Kempton Park, dans le comté de Sussex, avec la formulation type : « Je me porte bien et je t’enverrai ma future adresse plus tard72. » Il décrit ce camp de transit comme une expérience de « profonde dépression » : « de vastes pièces pleines de courants d’air, un lit et à manger irrégulièrement, des officiers méchants73 ».

  • 74 Ibid.

43Pevsner est ensuite transféré à Huyton, un camp installé dans un lotissement en construction à Liverpool, et ouvert dès le 17 mai 1940. Dans un premier temps, il est logé dans une tente, puis se porte volontaire pour travailler dans les services administratifs, ce qui le fait avancer dans la hiérarchie interne. On le loge dans la meilleure partie du camp, les maisons du lotissement, encore dépourvues de meubles : « 12 à 16 hommes par maison, tous sur des paillasses sauf les plus âgés, tous avec des couvertures mais pas de draps, etc. C’est primitif, mais ce n’est pas insupportable. » Bien que précaires, les conditions pratiques sont comparables au contexte difficile dans lequel vit la majorité de la population britannique en temps de guerre, et Pevsner s’inquiète de cet état de fait : « Le camp s’améliore de façon assez spectaculaire, c’est trop, je pense ». Sa crainte est en effet que « l’opinion publique ne soit affectée, si nous n’inspirons plus la pitié aux gens74. »

  • 75 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.
  • 76 Lettre de Pevsner, 9 août 1940, AP.
  • 77 Lettre de Pevsner, 22 août 1940, op. cit. Pevsner pensait sans doute que la situation de l’île de (...)

44Certains avantages lui sont accordés quand il devient enseignant dans l’école improvisée : « Puisque j’ai depuis le début montré un grand intérêt pour l’éducation, les cours d’anglais, etc., et que l’officier du nouveau camp est entreprenant et, sur le plan personnel, sympathique, j’ai réservé, avec son aide, la meilleure maison de l’endroit pour servir d’école75. » Trois pièces sont consacrées à l’enseignement dans cette institution de fortune qui rencontre l’approbation générale : « Mon College », comme le surnomme Pevsner, « est florissant, j’enseigne neuf leçons par semaine, toutes en anglais, et deux cours d’histoire de l’art, sur le thème que j’avais préparé pour Birkbeck College76 ». Éviter l’inactivité et garder l’esprit alerte sont bien sûr des avantages évidents de ce projet, mais un autre aspect plus menaçant ne doit pas être oublié : « Il est essentiel d’avoir un emploi qui protège d’être “expédié” ; au Canada, quand j’aidais aux inscriptions, ou sur l’île de Man, maintenant. Je ne veux y aller sous aucun prétexte. Ne serait-ce qu’à cause d’Hitler77. » L’internement provoque un cas extrême d’incertitude identitaire, et la restauration d’un semblant de quotidien est une manière d’étouffer la crainte d’être traité comme une monnaie d’échange, ou d’être pris dans le feu des hostilités si le conflit atteignait la Grande-Bretagne.

Reformuler la triade lingua, securitas et dexteritas

  • 78 Lettre de Pevsner, 1er août 1940, GP 6/135.

45Les semaines que Pevsner passe à Huyton valent comme un dispositif accéléré de transfert, comparable à son arrivée dans le pays. Alors que le dialogue constant avec sa femme et ses enfants avait instauré un ordre et une régularité dans le récit de son émigration et confirmé sa progression vers la stabilité, son nouvel isolement est aggravé par l’irrégularité des services de courrier, qui crée un décalage impossible à compenser : « Puisque ma première vraie lettre est partie et que tu l’as peut-être déjà reçue maintenant, je dois commencer la suivante immédiatement, même si je ne sais pas quand je l’enverrai78. » Pevsner doit en outre écrire en anglais (une règle assouplie par la suite), qui n’est pas la langue de l’intimité.

  • 79 Ibid.
  • 80 [Rudolf Olden], « “Enemy Aliens” − Hitler Victims treated as Outlaws », Manchester Guardian, 28 ju (...)

46Les lettres envoyées à sa famille révèlent son évidente frustration, d’autant plus qu’il avait l’impression d’avoir trouvé sa place dans la société britannique : « Le choc soudain d’être devenu un étranger dangereux et pour lequel on a de l’aversion est odieux79. » De nombreux témoignages d’internés vont dans ce sens. Rudolf Olden, secrétaire de l’Exil-PEN-Club, parvient à envoyer une lettre au Manchester Guardian peu avant son arrestation, publiée anonymement le 28 juin 1940 sous le titre « “Ressortissants de pays ennemis” : les victimes d’Hitler traitées comme des hors-la-loi. » Le devoir du gouvernement britannique est de gagner la confiance des opposants à Hitler, qui pourraient contribuer à contrecarrer le pouvoir du national-socialisme. Or c’est l’inverse qui se produit : « Comment tient-on parole ? On les appelle “ressortissants de pays ennemis”, on leur impose des restrictions humiliantes, on les licencie, on les traque chez eux, on leur confisque leurs postes de radio, on les embarque, on les interne80 ? »

  • 81 Voir Charmian Brinson, Anna Müller-Härlin et Julia Winckler, His Majesty’s loyal Internee : Fred U (...)
  • 82 Voir Emma Chambers et Karin Orchard (éd.), Schwitters in Britain, Londres, Tate, 2013.
  • 83 Voir « Kulturarbeit und geistiges Leben in den Lagern » et « Gefangenschaft und Selbstverständigun (...)
  • 84 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

47L’expérience collective risque d’aliéner les internés à la cause britannique et de les amener, par opposition, à se constituer en communauté, même si un fossé culturel tout aussi profond les sépare parfois idéologiquement de leurs codétenus. Les analyses récentes des camps d’internement en Grande-Bretagne présentent souvent de tels exemples de regroupement identitaire, marqués par l’organisation de spectacles et d’expositions d’œuvres d’art produites dans les camps (par exemple, l’écrivain Fred Uhlman81 et le peintre Kurt Schiwtters82 font partie des internés les plus connus d’Hutchinson, sur l’île de Man) ou la création d’organes de presse, comme The Camp : Hutchinson Square Journal83. Cependant, la conscience identitaire bien particulière identifiée chez Pevsner se décline aussi dans la phase d’internement : « Je ne ressens pas la masse de fils de fer barbelés comme un grief moral, ni les sentinelles avec leurs baïonnettes, qui s’ennuient tout autant que nous. Ce dont je souffre, c’est de ce “nous” que j’essaye d’éviter. Je ne veux pas être “nous” avec 90 % des gens ici84. »

  • 85 Cité dans Seyfert, Im Niemandsland, op. cit., p. 51.

48Pevsner conserve son individualité au sein de l’embryon de vie sociale qui se reconstitue autour de lui. Cet état d’esprit n’est pas si exceptionnel parmi les internés, et la pratique d’activités culturelles ne fait pas l’unanimité dans les camps, même si certains (comme l’écrivain Max Zimmering, également interné à Huyton) y voient une « responsabilité sociale85 ». Pevsner, quant à lui, préfère adopter une attitude indépendante et refuse de se voir imposer de l’extérieur une catégorisation qu’il réfutait déjà parmi les émigrés et réfugiés de langue allemande. Contrairement à d’autres internés qui demandent l’aide du gouvernement britannique au titre de leur statut de réfugié, il rejette tout autant le qualificatif d’étranger que celui d’ennemi et considère son internement comme une erreur judiciaire, causée par le retard pris par les services de naturalisation.

  • 86 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

49Pour cette raison, il accorde une importance bien plus grande aux cours d’anglais de l’école qu’aux événements organisés par les autres universitaires internés, qui lui semblent déplacés : « J’apprécie les leçons, et certains des cours, mais il y a des poseurs qui organisent (je ne plaisante pas) un Huyton Yearbook aux ambitions académiques86. » Il expose plus longuement son avis dans la lettre suivante :

  • 87 Lettre de Pevsner, op. cit., 2 août 1940, 2 août 1940.

Un programme de conférences bien trop grand et pompeux est organisé par la « ville » (ça brasse de l’air). Jusqu’ici je suis intervenu sur les architectes modernes, le design moderne, la peinture moderne. Cela ne me plaît pas trop. Je préfère les petits cours de langue, où tu sais que tu peux aider les gens. Il faut maintenir ici la gentillesse humaine contre toutes les organisations vaines et contre tous ces fâcheux qui ne font qu’alimenter l’incroyable irréalité87.

50Plutôt que contribuer à l’atmosphère confinée du camp et se retrouver enfermé à nouveau dans un rôle, celui de l’universitaire qui joue à l’université, Pevsner a une approche concrète de la situation : il faut mettre à profit l’internement pour favoriser ses chances d’intégration (par l’outil de communication linguistique) une fois libéré.

Expériences de la libération et du retour

  • 88 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 55 et suivantes.
  • 89 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.
  • 90 Lettre de Pevsner, 2 août 1940, op. cit.

51Dans un débat parlementaire de juillet 1940, le ministre de l’Intérieur John Anderson promet d’exempter d’internement ou de libérer ceux qui sont à l’abri de tout soupçon après enquête, et ceux qui peuvent justifier d’un travail d’importance nationale, ce qui inclut la science et l’éducation88. Informé de cette évolution favorable, Pevsner prépare sa défense en mettant l’accent sur « une connaissance unique des produits industriels britanniques de bonne qualité et propres à l’exportation, et une expérience journalistique89 ». Il est plus aisé de démontrer les répercussions pratiques de son enquête sur le design à Birmingham, que de ses autres recherches en histoire de l’art90.

52Parallèlement à ces démarches personnelles, l’internement de Pevsner est signalé à la SPSL par Gertrud Bing, collaboratrice de l’Institut Warburg installé à Londres :

  • 91 Lettre de Gertrud Bing (Institut Warburg) à Esther Simpson (SPSL), 20 août 1940, SPSL.

Je voudrais savoir si quelque chose est fait pour Nikolaus Pevsner. J’ai le sentiment qu’il est en bien mauvaise posture. […] Il serait tout à fait possible, et c’est également l’opinion de [Fritz] Saxl, de plaider pour lui en tant qu’universitaire, car ses cours à Londres ont toujours rencontré un grand succès, et le livre sur l’histoire des académies que Cambridge Press a publié récemment est un ouvrage profond et intéressant91.

  • 92 Voir la lettre de Nikolaus Pevsner à la SPSL, 22 septembre 1940, op. cit.

53Ces arguments se situent sur un plan différent de l’approche plus pragmatique et sans doute plus réaliste adoptée par Pevsner. Parmi les collègues du Warburg, la logique universaliste de la science tente de contrer une logique nationaliste, mais cette confrontation est nécessairement plus tendue en temps de guerre, puisqu’il est alors difficile d’aller contre l’argument de la sécurité du pays. C’est pourtant la SPSL qui obtient la libération de Pevsner. Sur 518 demandes de remise en liberté déposées par le biais de l’association, seules vingt ont été refusées, concernant uniquement des personnes qui n’y étaient pas directement affiliées. La procédure de libération, dans l’ensemble, est assez lente (il en est encore question dans un discours d’Archibald Hill à la Chambre des communes en décembre 1940), mais pour Pevsner elle est se déroule assez rapidement, grâce à l’intervention de Frank Pick, directeur général du ministère de l’Information, et de ses autres garants, dont John A. R. Munro, recteur du Lincoln College à Oxford et John Maud, directeur de Birkbeck College92.

  • 93 Voir Harries, Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 256.
  • 94 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 18 août 1940, AP.

54Dans une lettre datée du 22 septembre 1940, Pevsner donne l’impression que l’internement a certes été une expérience éprouvante, mais que le retour à la normale est une épreuve tout aussi difficile. Résumant sept années d’effort pour s’adapter à son changement de vie, il admet son incapacité à subvenir aux besoins de sa famille sans aide financière, malgré la multiplicité des démarches entreprises. Ce qui le rend particulièrement amer est le fait que les éditeurs de la revue The Studio, pour qui il a développé une série d’articles en avril 194093, ont profité de son internement pour l’évincer. Pourtant, il a continué à correspondre avec les rédacteurs alors qu’il était à Huyton, directement ou par l’intermédiaire de son épouse, à qui il a même écrit sur un ton rassurant : « Je crois que je vais pouvoir garder cet emploi après ma libération94. » Cet espoir ayant été déçu, Pevsner analyse les raisons de son renvoi :

  • 95 Idem, lettre à Esther Simpson, 4 octobre 1940, SPSL.

Dès le début, j’ai eu l’impression que l’un des directeurs n’appréciait pas l’idée d’intégrer un expert venu de l’extérieur. C’est maintenant lui qui a repris mon travail. Leur argument est que mon internement les a irrévocablement contraints à trouver un nouvel arrangement et que, puisque cela semble fonctionner plutôt bien, ils ne voient pas pourquoi ne pas s’y tenir. Tout ceci est assez déplorable, mais je suppose que c’est une expérience que beaucoup vont vivre sous une forme ou une autre, à leur retour des camps d’internement95.

  • 96 Lettre de Pevsner à Simpson, 22 septembre 1940, op. cit.
  • 97 Voir la lettre d’Esther Simpson à Nikolaus Pevsner, 4 novembre 1940, op. cit.
  • 98 Lettre de Nikolaus Pevsner à Esther Simpson, 1er décembre 1940, op. cit.

55Il doit donc se résoudre à solliciter l’aide de la SPSL96 qui lui accorde début novembre une bourse de 200 £97. Toutefois, Pevsner a la possibilité de renvoyer l’argent le mois suivant, après qu’il a trouvé un emploi un peu inattendu : « J’ai commencé mon travail d’ouvrier avec pelle et pioche. […] Je suis sûr que vous comprendrez que je préfère gagner cette somme plutôt que de l’accepter sans rien faire en échange, ni recherche, ni cours, ni rien98. »

D’UNIVERSITAIRE À BALAYEUR DE RUE : UNE PLONGÉE DANS LA CULTURE POPULAIRE

56Les 1er et 25 septembre 1941, Pevsner raconte dans la revue Die Zeitung, publiée à Londres, comment il est devenu nettoyeur dans les rues de la capitale ravagées par les bombardements de la guerre éclair :

  • 99 Nikolaus Pevsner [Ramaduri], « Schuttschipper-Erinnerungen », manuscrit inédit, 1940, GP 2/23.

Début novembre est paru dans les journaux un appel d’[Ernest] Bevin promettant un emploi à tous les chômeurs, anglais et étrangers, pourvu qu’ils soient prêts à aider à déblayer les logements détruits. […] Depuis mon internement, j’avais passé des mois en recherches vaines. Je me suis dit : pourquoi n’essayerais-je pas, tout objet de luxe que je suis, écrivain et universitaire, de gagner de l’argent honnêtement et utilement, en rendant service à l’Angleterre, puisqu’on ne me permettait pas d’aider d’une manière qui soit plus appropriée à ma situation99 ?

La voix de l’« autre Allemagne » en Grande-Bretagne

  • 100 Voir Werner Röder et Herbert Strauss (éd.), Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigrati (...)

57Le journal Die Zeitung est à la convergence de l’idéal de la Bildung et du projet de préservation de l’identité culturelle, menacée par le régime national-socialiste, d’une « autre Allemagne » qui souhaite contribuer dans l’exil à la formation du discours des Alliés. Le nom de Sebastian Haffner est souvent associé à ce projet éditorial. Il n’en est pas le créateur, même si sa notoriété apporte une aura de professionnalisme et une caution politique. La situation en l’Allemagne à son départ pour l’Angleterre est telle que Haffner se considère comme un réfugié politique. En février 1940, il est interné dans le Devon et transféré en mai sur l’île de Man, où il rencontre Hans Lothar (1900-1944), ancien directeur de la Frankfurter Zeitung, qui a quitté l’Allemagne en 1936100. L’internement exacerbe chez Haffner l’ambition de reconstituer à l’étranger l’Allemagne véritable.

  • 101 Voir Haffner, Als Engländer maskiert, op. cit., p. 43-44.

58Il propose à Lothar de créer un journal d’exilés germanophones et d’en faire la voix de la résistance politique allemande dans le paysage journalistique international101, ce qu’atteste cet extrait du tout premier article, dans le premier numéro daté du 12 mars 1941 :

  • 102 Die Zeitung, 12 mars 1941.

Ce journal donne aux émigrés allemands le signal du rassemblement et de l’offensive. On a souvent considéré les émigrés allemands comme des réfugiés et parmi eux, certains ont peu à peu développé une mentalité de réfugiés. Mais le monde n’a pas besoin de réfugiés. Le monde a besoin de combattants. Les émigrés allemands seront des combattants, ou tomberont. Ce journal souhaite les aider à devenir des combattants102.

59En appelant à la sortie de l’état passif de l’émigré pour participer intensivement au transfert de la culture et de l’essence de l’Allemagne et ainsi la protéger du national-socialisme, le journal pose comme ligne éditoriale un ambitieux projet de contre-propagande.

  • 103 Voir Wilhelm Sternfeld, « Die Zeitung : A London Journal 1941-1945 », The Wiener Library Bulletin, (...)
  • 104 Haffner, Als Engländer maskiert, op. cit., p. 49.

60Die Zeitung est diffusé en Angleterre et, à moindre échelle, en Allemagne, jusqu’au 1er juin 1945, d’abord quotidiennement puis chaque semaine à partir de janvier 1942. Son comité de rédaction est constitué à l’origine du rédacteur en chef Hans Lothar, de Wolfgang von Einsiedel, Sebastian Haffner, Peter de Mendelsohn, Julius Oskar Reichenheim et Hans Uhlig103. Après la disparition de Lothar en janvier 1944, la direction du journal est reprise par Dietrich Mende. Le projet est financé par le ministère de l’Information, dont l’influence relève presque de la censure : la rédaction de Die Zeitung est en effet supervisée par un officier de liaison, ce qui s’explique pour Haffner par le fait que « les Anglais ne voulaient pas (à juste titre) fixer prématurément de ligne de conduite définie dans leur rapport à l’Allemagne pour l’après-guerre. Ils ne savaient pas ce qui allait advenir de l’Allemagne et devaient composer avec les Russes et les Américains104 ». L’observateur du ministère participe donc aux conférences de rédaction et délimite le champ d’action du journal.

  • 105 House of Commons Debates, 10 juin 1942, vol. 380, paragraphes 1047-1048.
  • 106 Ibid.

61Lors d’un débat à la Chambre des communes en juin 1942, le ministre de l’information Brendan Bracken doit rendre des comptes sur la présence au Royaume-Uni de cet organe de presse germanophone, qui a atteint un tirage de 16 000 exemplaires par numéro et une diffusion internationale. La question des destinataires, notamment, préoccupe ceux qui voient le projet d’un œil critique : « Ne serait-il pas préférable […] que les contributeurs donnent leur point de vue dans nos propres journaux, puisqu’ils parlent tous bien anglais ? C’est un gâchis de papier précieux105. » La députée Eleanor Rathbone rappelle que tous les émigrés ne parlent pas forcément anglais et ajoute en faveur de Die Zeitung : « Ce journal a une signification très particulière en tant qu’il représente un moyen de transmettre notre point de vue aux Allemands dans ce pays qui seront, nous l’espérons, les dirigeants de la nouvelle Allemagne après la guerre106. »

  • 107 Thomas Mann, Die Zeitung, 12 mars 1941.

62Thomas Mann soutient le journal avec enthousiasme, dès le premier numéro, dans lequel est publié son télégramme de félicitations : « Faites que Die Zeitung soit une arme efficace dans la bataille pour l’honneur des hommes, et de l’humanité allemande107. » Cette publication devient l’espace d’expression de la culture allemande à l’étranger, à travers des articles comme l’hommage rendu à Goethe par l’écrivain Friedrich Burschell :

  • 108 Friedrich Burschell, « Goethe : Zu seinem Todestag », Die Zeitung, 22 mars 1941.

Non seulement les Allemands en exil ont le devoir de préparer une Allemagne libre, une meilleure Allemagne, il leur revient aussi la tâche de préserver l’héritage magistral de la véritable tradition allemande et de ne pas laisser sombrer dans l’obscurité de notre temps le souvenir des figures, des œuvres et des idées qui sont oubliées, insultées ou altérées dans l’Allemagne d’aujourd’hui, mais qui pourrait être d’une aide incalculable au retour et à la renaissance espérés du peuple allemand108.

63C’est donc un projet national, par des Allemands, pour les Allemands en général, visant à leur donner le courage de combattre et de défendre le sens profond de la Bildung.

Pevsner, gentleman-ethnologue

  • 109 Nikolaus Pevsner [Peter Naumburg], « Englische Künstler malen den Krieg : Ausstellung der War Arti (...)
  • 110 Voir Wilhelm Pinder, Der Naumburger Dom und seine Bildwerke, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 1925.

64Pevsner s’implique très tôt dans Die Zeitung. Son premier article est publié dans le numéro du 17 mars 1941, au cinquième jour de la parution du journal. Il y intervient en qualité de critique d’art, une fonction qui lui est familière, et fait le compte rendu d’une exposition d’artistes de guerre à la National Gallery109. Il a choisi d’écrire sous le pseudonyme « Peter Naumburg ». La ville de Naumbourg dans la région de Saxe-Anhalt tient une grande place dans son histoire personnelle, car c’est un lieu de villégiature familial, associé à un quotidien paisible et hors de l’emprise du temps. En prenant le nom de ce havre auquel ses souvenirs le rattachent, Pevnser rend hommage à une certaine idée de l’Allemagne. De plus, la cathédrale Saints-Pierre-et-Paul de Naumbourg est l’épicentre de nombreuses analyses de l’historien d’art Wilhelm Pinder (le mentor de Pevsner), sur la valeur de l’art allemand110. Les notions que ce nom évoque sont donc multiples : c’est le fleuron du Moyen âge, l’apogée du gothique, un style à résonance internationale mais porteur d’une grande fierté nationale.

  • 111 Nikolaus Pevsner [Ramaduri], « Meine Kollegen, die Schuttschipper », Die Zeitung, 1er septembre 19 (...)

65Plus inhabituel est le feuilleton Meine Kollegen, die Schuttschipper (« Mes collègues, les déblayeurs ») et Schuttschipper-Psychologie (« Psychologie du déblayeur »). Le titre du manuscrit, dont la moitié environ sert finalement aux deux articles du Zeitung, était Schuttschipper-Erinnerungen (« Souvenirs d’un déblayeur »). Dans la version finale du reportage, Pevsner se déplace donc de la position de protagoniste à celle d’observateur, voire, comme il l’explique lui-même, d’ethnologue : « Ce travail [est] extrêmement instructif, sur le plan psychologique et, dirait-on, ethnologique : où aurais-je pu vivre dans une telle intimité avec les représentants d’une classe dont les cercles ne touchent jamais les miens ni les vôtres111 ? » Bien qu’ils soient tous occupés à la même tâche, la distinction sociale s’affirme dans les rapports avec ses collègues, presque à son corps défendant :

  • 112 Id., « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.

Ils ne savent pas que je suis allemand. Le son de l’anglais cultivé leur est de toute façon étranger. Malgré mon écharpe et mon bonnet d’ouvrier, mon surnom est The Gentleman. Malgré mon bon vieux costume avec le pantalon gris qui a connu ses meilleurs jours il y a sept ans, et la veste aux grandes tâches vertes qui datent du ravalement de la clôture du jardin en l’an 35. L’un d’entre eux a dit, non sans bienveillance, que je ressemblais au prince de Galles, un autre a renchéri en affirmant que je pourrais aller ainsi habillé, directement à l’hôtel Cumberland, qui représente donc dans ses rêves le Ritz de la classe supérieure112.

66Un changement de perception s’opère pour Pevsner : avec les stigmates culturels de l’accent et de l’habillement qui le signalent d’ordinaire comme Allemand, il se retrouve placé par les autres ouvriers dans les rangs des gentlemen anglais.

67Cette évolution va de pair, on le voit, avec une nouvelle forme de mise à distance et la création d’une autre dichotomie, non plus nationale, mais sociale. La différence est ici que Pevsner ne manque pas de se réclamer de ce statut composite, constitué dans le seuil : s’il est gentleman à cause de son « air » anglais, ce qui suffirait presque pour l’être aux yeux des ouvriers londoniens, cela le rapproche d’autant de l’idéal du Bildungsbürger qu’il convoitait autrefois, incarné par les Kurlbaum. Il souligne constamment cette distinction de classe :

  • 113 Ibid.

Ai-je quelquefois pensé, alors que je regardais, par-delà le bureau et la fenêtre, les arbres secoués par le vent, la pluie régulière ou le robinet recouvert de givre en contrebas, aux travailleurs dans la rue, qui recevaient dans les yeux la poudre fine des décombres, portée par un vent qui les faisait tituber, dont la pluie traversait les vieilles nippes et qui collectaient de leurs mains gantées les briques gelées au sol113 ?

68Dans cette description, l’attention au détail et l’attitude contemplative de l’historien d’art forment un contraste avec l’activité dans laquelle sont plongés les « travailleurs ».

La société britannique vue de l’intérieur

  • 114 Ibid.

69Pevsner remarque que son nouvel emploi lui permet de se fondre dans le décor, une position idéale pour l’observateur : « Il est curieux de voir comment le regard des gens qui contemplent un tel lieu de destruction peut passer à travers les travailleurs qui s’affairent, comme s’ils n’étaient pas là. Je n’ai jamais autant eu l’impression d’être un moineau ou une mouche. J’ai sûrement fait la même chose114 ». Déblayer les décombres l’amène à contempler la société de l’intérieur, au cœur d’un environnement quotidien qu’il est possible de reconstituer à travers ce qu’il compare à des fouilles archéologiques :

  • 115 Ibid.

Qui sont les ceux et celles qui ont vécu ici ? Quels meubles allons-nous trouver, quelles images, quels livres ? Pourquoi pas par exemple ici, où on se croirait dans la Turmstrasse à Berlin, une caisse pleine de savon Yardley ? […] Le linge propre, faute de commode, est rangé sous le matelas (chacun sa propre méthode de séchage et de chauffage ?). Et ici une gravure, le pont près de St. John’s College, à Cambridge, où cet homme était conseiller municipal115.

  • 116 Nikolaus Pevsner, « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.
  • 117 Ibid.

70Les remarques d’ordre sociologique sont souvent porteuses d’une référence implicite à la société allemande. Ce que perçoit Pevsner passe au filtre de certains préjugés dont il semble trouver la confirmation dans son expérience, plutôt qu’une réfutation : « Les objets retirés des décombres ne sont presque jamais réclamés par leurs propriétaires, qui ont une assurance ou préfèrent réclamer une compensation aux autorités municipales, qui font peu de cas du sort de ces objets. Il s’agit ici, je le crains, d’une vieille aversion anglaise à l’organisation116. » Le style journalistique permet à Pevsner de se livrer à des considérations que l’on sent très personnelles : « Moi-même, j’aurais aimé pouvoir acheter une pile de livres pour deux sous, alors que je les ai vus servir à allumer du feu. On a également brûlé un piano. C’est le propriétaire qui a eu l’idée117. » L’autodafé à modeste échelle pratiqué par les travailleurs et les anciens propriétaires des logements en ruines ne peut manquer d’évoquer l’actualité contemporaine et les autodafés de l’Allemagne nazie. Ce n’est pas seulement un problème d’organisation pratique mais plutôt l’effet d’une mentalité pragmatique à l’extrême, à laquelle un Allemand éduqué selon les principes de la Bildung ne peut s’associer. Le gaspillage sous la forme d’une perte matérielle se double d’un manque de respect pour les symboles culturels que l’on fait disparaître.

  • 118 Ibid.

71Dans ce passage qui est resté inédit et qui tient donc plus du journal personnel, Pevsner prend la mesure du rapport à l’Histoire qu’ont les Britanniques, très différent à ses yeux de sa propre approche. Ce calme et cette résilience, il les retrouve partout, et semble les approuver. Dans tous les chantiers auxquels il participe, Pevsner ne voit qu’une seule famille essayer de récupérer des objets personnels des ruines de leur appartement. Les autres, dit-il, « ne sont sans doute pas aussi sentimentaux, que ce soit les victimes des bombardements ou les collègues. C’est rassurant quant à l’issue de la guerre118 ». Une image se forme d’un peuple capable de se concentrer sur l’avenir et dénué de ce sentimentalisme qui a souvent été identifié comme l’une des causes culturelles de la dérive du nationalisme en Allemagne.

  • 119 Ibid.
  • 120 Pevsner, « Meine Kollegen, die Schuttschipper », op. cit., p. 3.

72Pevsner retranscrit les témoignages et les histoires de bombardement, se faisant le médiateur de l’histoire culturelle orale du peuple britannique en temps de guerre. Ce qui le frappe dans ces histoires c’est qu’elles sont « dénuées de pathos, bien qu’ils y aient parmi elles, ici ou là, de véritables tragédies119 », une caractéristique qu’il analyse plus en détail dans la version publiée de son premier article pour Die Zeitung : « De telles tragédies sont racontées dans le silence. Cela montre là encore ce tact qui est la qualité la plus remarquable des Anglais, qualité qui unit tous mes mates, jeunes ou vieux, dégourdis ou gauches, paresseux ou travailleurs, et les distingue des groupes correspondants des autres pays120. »

  • 121 Id., « Schuttschipper-Psychologie », Die Zeitung, 25 septembre 1941, p. 3.
  • 122 Id., « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.

73La grande dignité des Britanniques se déploie aussi dans leur respect de la propriété privée, même lorsqu’elle est étalée au grand jour : « Les ouvriers aiment mieux être honnêtes que d’acquérir des bagatelles, quand bien même ces bagatelles seraient rares et utiles121. » Ils accomplissent un travail pour le bien commun et ne cherchent pas à en tirer des bénéfices personnels : « Qu’on pense seulement que les maisons de beaucoup de ses travailleurs n’ont plus de vitres et qu’une boîte en carton ou un couteau à pain pourraient leur être très utiles. Là encore, cela s’explique par l’honnêteté anglaise, les portes laissées ouvertes122. » Cette caractéristique participe de l’essence de la culture britannique :

  • 123 Id., « Schuttschipper-Psychologie », op. cit., p. 3.

Nul besoin de préciser que tout cela se fait sans autocongratulation. La discrétion anglaise, le calme anglais ne sont pas seulement des produits de l’éducation dans les écoles privées [public schools], ce sont aussi des traits caractéristiques des cantonniers, même si leur manière de parler dépasse tant celle du travailleur allemand en gros mots et en vulgarité brutale123.

  • 124 Ibid.

74Le second article se conclut par une laudatio : « Ô Angleterre, apaisante pour les nerfs, civilisée de part en part, bien tempérée124 ! » Pevsner salue les qualités qui fondent la légitimité du combat des Britanniques dans les rangs des Alliés, pour la préservation de la civilisation occidentale face à la barbarie étrangère, un trait qu’il est essentiel de souligner dans un journal destiné à perpétuer cette intention civilisatrice. De fait, en plus de ses collègues, cette couche de la société britannique qu’il n’a jusqu’ici qu’entrevue lors de certaines conférences publiques faites devant des associations de travailleurs, Pevsner rencontre aussi une autre catégorie d’émigrés, dont la multiplicité ethnique est visiblement exploitée pour donner une touche de pittoresque à ses articles, mais aussi unifiée symboliquement dans le portrait collectif des nettoyeurs de rue, en une communauté pluri-ethnique que rassemble la cause à laquelle ils prêtent leurs efforts : la reconstruction de leur pays d’accueil, en gage de leur reconnaissance.

***

75Le parcours identitaire de Pevsner débouche sur un bilan dressé en 1958 en réponse à une lettre envoyée à tous les universitaires inscrits sur le registre de la SPSL que l’association a aidés dans les années 1930 et 1940. Cette lettre demande aux émigrés de raconter leurs souvenirs en tant qu’universitaire déplacé ou, comme le dit Pevsner lui-même, « universitaire errant » :

  • 125 Cité dans Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 120.

Grâce à la générosité et à l’ouverture d’esprit dont ce pays a fait preuve, il n’y eut pas d’errance, seulement le déplacement dans un cadre plus accueillant. J’ai été contacté deux ou trois fois par l’Allemagne ces dernières années, pour savoir si j’allais y retourner et occuper une chaire, mais notre famille est ici, notre vie et mon travail sont ici. Après tout, nous avons vécu à Londres plus longtemps que dans toute autre ville125.

Notes

1 Ash/Söllner, Forced Migration and scientific Change, op. cit., p. 12.

2 Pour une typologie des pays d’accueil des émigrés de langue allemande dans les années 1930 et 1940, voir Krohn/Kohlhaas, Handbuch der deutschsprachigen Emigration, op. cit., partie II : « Zufluchtsländer : Arbeits- und Lebensbedingungen », p. 251 et suivantes.

3 Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 20.

4 Voir Waltraud Strickhausen, « Großbritannien », in : Krohn/Kohlaas, Handbuch der deutschsprachigen Emigration, op. cit., p. 251-270 et Peter et Leni Gilman, Collar the Lot! : How Britain interned and expelled its wartime Refugees, Londres, Quartet, 1980, p. 23 et suivantes.

5 Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 24.

6 Voir Louise London, Whitehall and the Jews, 1933-1948 : British Immigration Policy, Jewish Refugees, and the Holocaust, New York, NY : Cambridge University Press, 2000.

7 Edward Timms, « In Freud’s Shadow : The double Exile of Wilhelm Stekel », in : Brinson, England, aber wo liegt es ?, op. cit., p. 47-58, ici p. 49.

8 Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 21.

9 Voir Bernard Wasserstein, « The British Response », in : Britain and the Jews of Europe, 1939-1945, Londres, Leicester University Press, 1999, p. 183-221.

10 Berghahn, Continental Britons, op. cit., p. 138.

11 Voir William Beveridge, Power and Influence, [s.l.], Hodder & Stoughton, 1953, p. 243-245.

12 Voir Leó Szilárd, « Reminiscences », in : Fleming/Bailyn, Intellectual Migration, op. cit., p. 94-151.

13 Voir William Beveridge, « Introductory note », in : Bentwich, Rescue and Achievement of Refugee Scholars, op. cit., p. ix-xv.

14 Id., A Defence of free Learning, Londres, Oxford University Press, 1959, p. 7.

15 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit.

16 « Rapport d’activité » du 1er août 1933, SPSL 1/7. Ce document décrit également en détail les principes de fonctionnement de l’association. Voir Nicholas Baldwin, « Das Archiv der SPSL », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, vol. 36, n° 4, 1988, p. 793-795 ; Regine Erichsen, « Fluchthilfe », in : Krohn/Kohlhaas, Handbuch der deutschsprachigen Emigration, op. cit., p. 62-81 et David Zimmerman, « The Society for the Protection of Science and Learning and the Politicization of British Science in the 1930s », Minerva, vol. 44, 2006, p. 25-45.

17 Voir Erichsen, « Fluchthilfe », op. cit., p. 81.

18 Voir Wolfgang Benz, Flucht aus Deutschland : Zum Exil im 20. Jahrhundert, Munich, DTV, 2001.

19 Voir lettre de Nikolaus Pevsner à l’AAC, 5 juillet 1933, SPSL.

20 Voir lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 8-9 février 1934, AP.

21 Lettre de Pevsner, février 1934, op. cit.

22 Questionnaire, 9 octobre 1934, SPSL.

23 Voir lettre de l’AAC à Nikolaus Pevsner, 26 avril 1935, Ibid.

24 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 2 juin 1935, AP.

25 Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 20.

26 Francesca Wilson, They came as Strangers. The Story of Refugees to Great Britain, Londres, Hamilton, 1959, p. xviii.

27 Ibid., p. 226.

28 Berghahn, Continental Britons, op. cit., p. 79.

29 Voir Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 66 et suivantes.

30 Gerhard Hirschfeld, « Durchgansland Grossbritannien ? Die britische “Academic community” und die wissenschaftliche Emigration aus Deutschland », in : Brinson, England, aber wo liegt es, op. cit., p. 59-70, ici p. 61.

31 Marks/Weindling/Wintour, In Defence of Learning, op. cit., p. 6.

32 Ibid.

33 Voir Zimmerman, « The Society for the Protection of Science and Learning », op. cit., p. 40 et suivantes.

34 Voir « Rapport annuel », 1938, SPSL.

35 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit.

36 Zweig, Le monde d’hier, op. cit., p. 407.

37 Ibid.

38 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, octobre 1934, AP.

39 Kerr, Ich kam nach England, op. cit., p. 131.

40 Sebastian Haffner, Germany : Jekyll and Hyde, Londres, Secker & Warburg, 1940, p. xxxi.

41 Ibid., Als Engländer maskiert : Ein Gespräch mit Jutta Krug über das Exil, Munich, DTV, 2004, p. 31.

42 Id., Jekyll and Hyde, op. cit., p. xxxvi.

43 Ibid., p. 204-205.

44 Ibid., p. 214.

45 Voir Haffner, Jekyll and Hyde, op. cit., p. 221-223.

46 Voir Wasserstein, Britain and the Jews of Europe, op. cit., p. 86.

47 Voir Seabrook, The Refuge and the Fortress, op. cit., p. 19.

48 [German Jewish Aid Committee], While You are in England. Helpful Information and Guidance for every Refugee, Tiptree, Anchor Press, 193 [?].

49 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 24 et suivantes.

50 Une mesure similaire est prise au même moment aux États-Unis.

51 Voir Johnson Herschel, « European War 1939/895 », Archives nationales des États-Unis, Washington, dossier 740.00115.

52 Voir Louis De Jong, The German Fifth Column in the Second World War, Chicago, University of Chicago Press, 1956, p. 40 et suivantes.

53 Daily Express, Londres, 16 janvier 1940.

54 Sunday Express, Londres, 28 janvier 1940.

55 Daily Mail, Londres, 24 mai 1940.

56 Cité dans Eric Koch, Deemed Suspect : A Wartime Blunder, Toronto, Methuen, 1980, p. 33.

57 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 74 et suivantes.

58 Voir De Jong, The German Fifth Column, op. cit., p. 95 et suivantes.

59 Voir Koch, Deemed Suspect, op. cit., p. 25 et suivantes.

60 Cité dans Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 153. L’expression apparaît dans les minutes d’une séance du cabinet ministériel à l’annonce de l’entrée en guerre de l’Italie le 10 juin 1940.

61 Voir Michael Seyfert, Im Niemandsland : Deutsche Exilliteratur in britischer Internierung, Berlin, Arsenal, 1984.

62 Voir Gilman, Collar the Lot, op. cit., p. 150.

63 H. G. Wells, « J’accuse », Reynolds News, 28 juillet 1940.

64 Voir François Lafitte, The Internment of Aliens, Harmondsworth, Penguin, 1940, p. 70.

65 Voir Seyfert, Im Niemandsland, op. cit., p. 47.

66 Voir [Judex], Anderson’s Prisoners (Refugee Case-book), Londres, Gollancz, 1940, p. 11.

67 Richard Friedenthal, Die Welt in der Nußschale, Munich, Piper, 1956, p. 203.

68 George Bell, évêque de Chichester, 6 août 1940, cité dans Anderson’s Prisoners, op. cit., p. 13.

69 Ibid., p. 17.

70 Ibid.

71 Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 55.

72 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 4 juillet 1940, AP.

73 Lettre de Pevsner, 1er août 1940, GP 6/135.

74 Ibid.

75 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

76 Lettre de Pevsner, 9 août 1940, AP.

77 Lettre de Pevsner, 22 août 1940, op. cit. Pevsner pensait sans doute que la situation de l’île de Man était plus vulnérable, en cas d’invasion, que les camps situés à l’intérieur des terres.

78 Lettre de Pevsner, 1er août 1940, GP 6/135.

79 Ibid.

80 [Rudolf Olden], « “Enemy Aliens” − Hitler Victims treated as Outlaws », Manchester Guardian, 28 juin 1940. (Olden souligne.)

81 Voir Charmian Brinson, Anna Müller-Härlin et Julia Winckler, His Majesty’s loyal Internee : Fred Uhlman in Captivity, Londres, Vallentine Mitchell, 2009.

82 Voir Emma Chambers et Karin Orchard (éd.), Schwitters in Britain, Londres, Tate, 2013.

83 Voir « Kulturarbeit und geistiges Leben in den Lagern » et « Gefangenschaft und Selbstverständigung : Literarische Arbeit in den Internierungslagern » dans Seyfert, Im Niemandsland, op. cit., p. 51 et suivantes et p. 65 et suivantes ; Anna Müller-Härlin, « Fred Uhlman’s Internment Drawings », in : Shulamith Behr et Marian Malet (éd.), Arts in Exile in Britain 1933-1945. Politics and Cultural Identity, Amsterdam, Rodopi, 2004, p. 135-166 ; Richard Dove, « “Wer sie nicht erlebt hat, der begreift sie nie”. The Internment Camp Revue What a life ! » et Jennifer Taylor, « “Something to make people laugh” ? Political content in Isle of Man Internment Camp Journals July-October 1940 », in : Richard Dove (éd.), “Totally un-English” ? Britain’s Internment of “enemy Aliens” in Two World Wars, Amsterdam, Rodopi, 2005, p. 121-138 et p. 139-152.

84 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

85 Cité dans Seyfert, Im Niemandsland, op. cit., p. 51.

86 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

87 Lettre de Pevsner, op. cit., 2 août 1940, 2 août 1940.

88 Voir Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 55 et suivantes.

89 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 1er août 1940, GP 6/135.

90 Lettre de Pevsner, 2 août 1940, op. cit.

91 Lettre de Gertrud Bing (Institut Warburg) à Esther Simpson (SPSL), 20 août 1940, SPSL.

92 Voir la lettre de Nikolaus Pevsner à la SPSL, 22 septembre 1940, op. cit.

93 Voir Harries, Nikolaus Pevsner, op. cit., p. 256.

94 Lettre de Nikolaus Pevsner à Carola, 18 août 1940, AP.

95 Idem, lettre à Esther Simpson, 4 octobre 1940, SPSL.

96 Lettre de Pevsner à Simpson, 22 septembre 1940, op. cit.

97 Voir la lettre d’Esther Simpson à Nikolaus Pevsner, 4 novembre 1940, op. cit.

98 Lettre de Nikolaus Pevsner à Esther Simpson, 1er décembre 1940, op. cit.

99 Nikolaus Pevsner [Ramaduri], « Schuttschipper-Erinnerungen », manuscrit inédit, 1940, GP 2/23.

100 Voir Werner Röder et Herbert Strauss (éd.), Biographisches Handbuch der deutschsprachigen Emigration nach 1933, vol. 1 : Politik, Wirtschaft, öffentliches Leben, Munich, Sauer, 1980, p. 461.

101 Voir Haffner, Als Engländer maskiert, op. cit., p. 43-44.

102 Die Zeitung, 12 mars 1941.

103 Voir Wilhelm Sternfeld, « Die Zeitung : A London Journal 1941-1945 », The Wiener Library Bulletin, vol. 5, janvier-mars 1951, p. 6 ; Charmian Brinson et Marian Malet, « Die Zeitung », in : Abbey, Between Two Languages, op. cit., p. 215-243 et Donal McLaughlin, « Women only ? The Feuilleton of Die Zeitung (1941-1945) » in : Ian Wallace (éd.), Aliens − Uneingebürgerte. German and Austrian Writers in Exile, Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 237-251.

104 Haffner, Als Engländer maskiert, op. cit., p. 49.

105 House of Commons Debates, 10 juin 1942, vol. 380, paragraphes 1047-1048.

106 Ibid.

107 Thomas Mann, Die Zeitung, 12 mars 1941.

108 Friedrich Burschell, « Goethe : Zu seinem Todestag », Die Zeitung, 22 mars 1941.

109 Nikolaus Pevsner [Peter Naumburg], « Englische Künstler malen den Krieg : Ausstellung der War Artists in der National Gallery », Die Zeitung, 17 mars 1941, p. 3.

110 Voir Wilhelm Pinder, Der Naumburger Dom und seine Bildwerke, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 1925.

111 Nikolaus Pevsner [Ramaduri], « Meine Kollegen, die Schuttschipper », Die Zeitung, 1er septembre 1941, p. 3.

112 Id., « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.

113 Ibid.

114 Ibid.

115 Ibid.

116 Nikolaus Pevsner, « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.

117 Ibid.

118 Ibid.

119 Ibid.

120 Pevsner, « Meine Kollegen, die Schuttschipper », op. cit., p. 3.

121 Id., « Schuttschipper-Psychologie », Die Zeitung, 25 septembre 1941, p. 3.

122 Id., « Schuttschipper-Erinnerungen », op. cit.

123 Id., « Schuttschipper-Psychologie », op. cit., p. 3.

124 Ibid.

125 Cité dans Beveridge, A Defence of free Learning, op. cit., p. 120.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search