Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Annexes

Annexe III. Chronologie de la pédagogie franco-romande

Texte intégral

Français-e-s en Suisse (romande)

Suisses (romand-e-s) en France

Fin du XVIIe siècle
Plus de 60 000 huguenots se réfugient en Suisse, notamment à Genève.

1790
Fondation du club helvétique à Paris.

1792
La France tente d’envahir Genève.

1792
Massacre des gardes suisses aux Tuileries (10 août).

1798
Les troupes françaises envahissent la Suisse au début de l’année. Naissance de la République helvétique une et indivisible sur le modèle de la constitution française (28 mars). Albert Stapfer nommé ministre des sciences et des arts.

1799
Madame Guizot, rousseauiste, emmène son fils François à Genève, où il fait son éducation jusqu’en 1805.

1802
Napoléon Bonaparte impose l’Acte de Médiation. La Suisse devient un protectorat français.

1815
Girard découvre la méthode mutuelle grâce à l’ouvrage de Lasteyrie Nouveau système d’éducation pour les écoles primaires.

1815
Clias organise les écoles de gymnastique de la ville de Paris.

1816
Jullien de Paris et Casimir Perier visitent les écoles du Père Girard à Fribourg.

 

1817
Charles Louis Napoléon Bonaparte se réfugie au château d’Arenenberg en Thurgovie avec sa mère.

1817
Girard reçu membre honoraire de la Société pour l’enseignement élémentaire.

 

1823
Louis Michel applique le système de Girard dans son institution de Lyon.

1830
À Thoune, le général Dufour se charge de l’éducation militaire du futur Napoléon III, jusqu’en 1836.

1830
Juste Olivier complète sa formation pédagogique à Paris du 17 avril au 6 août. Fait la connaissance d’Hugo, de Vigny, de Lamartine et se lie avec Sainte-Beuve qu’il attire à Lausanne.

1834
Max Buchon étudie au collège Saint-Michel de Fribourg, jusqu’en 1837.

 

1837
Sainte-Beuve commence le 6 novembre son cours sur Port-Royal à l’académie de Lausanne, qu’il conclut le 25 mai 1838. En septembre, Victor Cousin visite l’école normale de Lausanne, puis les écoles du Père Girard à Fribourg.

1838
Affaire Louis-Napoléon Bonaparte exilé en Suisse avec sa mère dès 1817.

1839
Louis Michel publie une analyse détaillée de la méthode Girard dans son Journal d’éducation (Paris).

1840
Jullien de Paris visite les écoles du Père Girard à Fribourg en septembre.

1840
En avril, Henri-Frédéric Amiel est introduit auprès de Victor Cousin par Adolphe Pictet, qui lui demande de le recommander à ses amis berlinois.
Girard nommé chevalier de l’ordre royal de la Légion d’honneur (5 mai)
En septembre, Daguet assiste avec l’historien Vuilleumier et Jacques Porchat au Congrès historique de Besançon et rencontre Marc-Antoine Jullien de Paris.

1842
Le socialiste Édouard de Pompéry, rédacteur de la Démocratie pacifique, propose de financer le Cours de Girard et visite ses écoles à Fribourg.

1842
En septembre, Daguet et Naville père assistent au Congrès de Strasbourg et rencontrent Enrico Mayer.

1844
Rapet à Fribourg pour convenir des arrangements de la publication du Cours de langue de Girard (25 septembre).

1844
Première édition de l’Enseignement régulier de la langue maternelle. Girard reçoit le prix Montyon.
Victor Cousin nomme Girard membre de l’Institut de France, suite à la mort de Fellenberg (21 novembre).
Le Vaudois Adam Vuillet dirige l’école normale protestante de Paris jusqu’en 1858.

1845
Eugène Rambert enseigne à Paris.

1846
Victor Considérant s’arrête à Genève le 19 septembre. Il tient 8 conférences à Lausanne du 23 septembre au 3 octobre. Le 7 octobre, il est au Locle. Du 15 au 28 octobre, il donne des conférences à Genève.

1846
Frédéric Gauthey devient le directeur de l’école normale protestante de Courbevoie jusqu’à sa mort en 1864.
Seconde édition de l’Enseignement régulier de la langue maternelle de Girard chez Dezobry et Magdeleine (mai).
À la suite de la révolution radicale vaudoise, Juste Olivier s’installe à nouveau à Paris où il va vivre jusqu’au début de la guerre franco-prussienne.

1849
Daguet devient membre de l’Institut catholique Athénée universel de Paris.

1850
Xavier Marmier est à Fribourg pour l’inauguration de la statue du Père Girard.

1850
Lettre de Daguet à Cousin pour trouver un professeur de philosophie pour l’école cantonale de Fribourg.

1851
Georges Joseph Schmitt passe la frontière et arrive à Bâle le 10 décembre, avec quelques proscrits alsaciens. Max Buchon se réfugie trois mois chez Daguet à Fribourg, puis s’installe à Berne.

1852
Georges Joseph Schmitt s’installe à Aarau le 31 mai (sa famille le rejoint le 30 juin).Quinet refuse la direction de la chaire d’histoire de la philosophie à l’académie de Genève. Propose la candidature au gendre de Michelet, Dumesnil.

 

1853
Le Vaudois Louis Niedermeyer réorganise l’école parisienne d’Alexandre Choron.

1854
Georges Joseph Schmitt est reçu au Cercle littéraire et du commerce de Fribourg, présenté par Jullien Schaller (14 décembre). Il remplace Cyprien Ayer à la rédaction du Confédéré de Fribourg, l’organe des républicains français en Suisse (Schmidt rentre à Mulhouse en 1869).
Gustave Courbet visite Buchon à Berne en septembre.

 

1855
Recommandé par Quinet au conseiller genevois radical Tourte, Marc Dufraisse devient professeur de législation comparée à l’école polytechnique fédérale de Zurich nouvellement créé. Y enseigne durant 15 ans.
Champfleury visite Buchon à Berne en juin.

 

1856
Daguet est délégué au Congrès historique d’Annecy.

1857
Premier séjour des Quinet en Suisse allemande, durant l’été (Bâle, Olten, Lucerne, ascension du Rigi, Amsteg, col du Gothard, Altdorf, Engelberg, Thoune, Interlaken et Bâle)

1858
Second séjour des Quinet en Suisse allemande (Schaffhouse, Winterthur, Saint-Gall, Appenzell et Toggenbourg). Ils passent ensuite trois semaines à Zurich proches de Flocon et Dufraisse. Au lieu de rentrer en Belgique, ils mettent le cap sur le Léman, sur les conseils de Michelet et Dufraisse.
Les Quinet passent quelques semaines à Amphion, puis s’installent à Veytaux le 1er novembre 1858, leur lieu d’exil durant dix ans (accueillis par Merlin de Thionville, Bétant et Charles Gleyre). Pierre Larousse visite Jules Paroz à Berne. Fusion de L’Éducateur populaire avec L’école normale.

1858
Juste Olivier enseigne à l’école de la Chaussée-d’Antin, un établissement de jeunes filles protestantes. Il reçoit Sainte-Beuve, Aimé Steinlen, Charles Gleyre, Eugène Rambert ou Adam Mickiewicz dans sa maison parisienne.

1859
Premier passage des Quinet à Genève. Dès 1861, ils y font régulièrement un ou deux séjours par an. Quinet refuse pour la seconde fois la direction de la chaire d’histoire de l’académie de Genève.

1861
Premier des douze séjours genevois entre 1861 et 1870 pour les Quinet (3 semaines à un mois). Fréquentent Ernest Naville, Adolphe Pictet, Jules Pictet de la Rive, Alphonse Favre, Auguste de la rive, etc.
Jules Barni vient s’installer à Genève, et devient titulaire de la chaire d’histoire générale.
Émile-Joseph-Maurice Chevé est à Genève pour faire publicité de la méthode musicale chiffrée Galin-Paris-Chevé.

 

1862
Séjour genevois des Quinet remplacé par une visite à Zurich, Berne et Fribourg. Charles Bergeron s’établit à Lausanne. Sa demeure est le rendez-vous des exilés, notamment de Flocon, Brückner, Tamisier, Leroux et Schmidt de Fribourg.

1863
Jules Barni est reçu au Cercle littéraire et du commerce de Fribourg, présenté par G. J. Schmitt (29 juin).
Henri Bordier passe par Fribourg pour se rendre à Munich.

 

1864
Ferdinand Flocon est reçu au Cercle littéraire et du commerce de Fribourg, présenté par G. J. Schmitt (29 juin).
Sur la recommandation de Jules Ferry, Antonin Proust visite Quinet le 17 août. Charras et Clémenceau visitent Quinet à Veytaux (3 octobre).

1865
Charras meurt à Bâle le 23 janvier. Clémenceau assiste aux funérailles. Congrès de l’Association internationale pour le progrès des sciences sociales à Berne (28 août au 2 septembre). Jules Ferry y participe. Première visite de Bakounine à Veytaux.

 

1866
Mort de Ferdinand Flocon à Lausanne le 15 mai.
Première visite de Jules Ferry à Veytaux en septembre.
F. Buisson est engagé comme professeur de philosophie à l’académie de Neuchâtel. Rencontre avec Daguet.
Durant l’hiver, Barni donne une série de conférences à Fribourg, sous les auspices du Cercle littéraire et du commerce.

1867
Pierre Leroux, sans le sou, se trouve à Lausanne et fréquente Charles Secrétan (épaulé par F. Buisson).
Gabriel Monod visite Quinet à Veytaux le 5 juin. Visite de Barni à Veytaux le 11 août.
Congrès de l’AIT à Lausanne (2-8 septembre).
1er Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté à Genève, 9-12 septembre, organisé et présidé par Jules Barni. Bakounine en est une des vedettes. Edmond Stahr et Fanny Lewald fréquentent les Quinet à Veytaux jusqu’au milieu de l’an 1868.

1867
En Sorbonne, Alexandre Daguet propose la création d’une Association pédagogique universelle (22 août).
La délégation romande est reçue par le ministre Duruy, marié à une Suissesse.

1868
2e Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté à Berne, 21-25 septembre.

1868
Daguet est nommé membre associé de la Société pour l’instruction élémentaire de Paris.

1869
Séjour de Quinet à Genève, rencontre Alexandre Herzen (10 mai au 11 juin). 3e Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté à Lausanne, 14-18 septembre. J. Ferry y rencontre F. Buisson, son futur collaborateur au ministère de l’instruction publique.
Seconde visite de Ferry à Veytaux. Visite d’Etienne Vacherot à Veytaux.

 

1870
Jean Macé se réfugie à la Neuveville et rencontre Daguet à Neuchâtel.
Charles Defodon et Jean-Magloire Baudoin assistent au IIIe congrès de la SIR à Neuchâtel (20-21 juillet).

1870
La guerre franco-prussienne contraint Juste Olivier à rentrer en Suisse.
La SIR organise une collecte pour les orphelins de guerre.

1871
Mission de Jean-Baptiste Fonssagrives en Suisse (hygiène scolaire).
Le normalien Georges Renard s’exile en Suisse après la Commune et arrive à Vevey où il enseigne. Devient titulaire d’une chaire à l’académie de Lausanne jusqu’en 1900, date à la quelle il est nommé professeur au Collège de France (Maggetti).

1871
Internement de l’armée Bourbaki. Les cantons suisses organisent des cours pour les soldats français (février-mai).
Début de la correspondance Daguet-Passy.

1872
Charles Defodon et Jean-Georges Hoffet assistent au IVe congrès de la SIR à Genève (29-31 juillet).
Élisée Reclus arrive en Suisse et s’établit en mars à Lugano.

1872
Histoire de la pédagogie de Jules Paroz chez Delagrave à Paris.

1873
Charton visite Daguet à Neuchâtel et quelques écoles de Suisse romande.

 

1874
Gustave Courbet est reçu au Cercle littéraire et du commerce de Fribourg (20 mai).

1874
Le Fribourgeois Victor Tissot se fixe à Paris.

1875
Après un bref passage chez Courbet, Élisée Reclus s’installe à Vevey le 7 septembre 1875 (il y reste jusqu’au 2 octobre 1879).

1875
Voyage au pays des milliards de Victor Tissot.
Victor Cherbuliez s’installe à Paris. Il y incarne le prototype du romancier brillant et salonard ; devenu citoyen français, il est reçu à l’académie française en 1881 (Maggetti).

1878
James Guillaume arrive à Paris le 1 er mai, jour d’ouverture de l’Exposition universelle.

1879
M. Bertrand est le délégué du Ministère de l’instruction publique au VIIe Congrès de la SIR à Lausanne (14-15 juillet) Jules Gourdault s’installe à Saxon en Valais pour la composition de sa Suisse pittoresque.

1879
Daguet est nommé Officier d’académie de la République française sous le ministre Bardoux (3 janvier).
Daguet pense à un établissement à Paris. Son ami Amiel l’en dissuade. Édouard Rod s’établit à Paris.

1880
Lettre de Gabriel Compayré à Daguet, pour s’abonner à L’Éducateur (5 janvier). Edmond Cottinet se trouve en Suisse pour étudier les colonies de vacances. Bonaventure Berger assiste au Lehrertag de Soleure.

1881
Mission de Gustave Vapereau en Suisse.

 

1882
Guillaume Jost assiste au Lehrertag de Bâle.
Nouvelle excursion des maîtres-élèves en Suisse romande, dirigée par Quénard et Laporte d’Amiens.

1884
Charles Defodon assiste au IXe congrès de la SIR à Genève (5-7 août).

 

1885
Daguet décline l’offre de sous-présider le congrès international du Havre. Numa Droz y assiste à sa place.

1886
Ferdinand Buisson et Félix Pécaut assistent au Xe Congrès de la SIR à Porrentruy (8-10 août).

 

1887
Samuel Cornut s’installe à Paris et y vit jusqu’en 1916, en donnant des cours et en écrivant.

1888
Jules Steeg, Edmond Cottinet et Pauline Kergomard assistent au Ier congrès international des colonies de vacances à Zürich.

1891
Victor Tissot devient rédacteur au Figaro, jusqu’en 1893.

1901
Gabriel Compayré effectue un pèlerinage Pestalozzi en septembre (Zurich, Stans, Yverdon, Lausanne).

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search