Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Annexes

Annexe II. Autobiographie inédite d’Alexandre Daguet

Texte intégral

1L’auteur de ces lignes Jean-Alexandre Daguet est né à Fribourg le 12 mars 1816, d’une famille patricienne mais devenue pauvre et dont la situation présentait à la fin du régime de la Restauration cette particularité curieuse que tandis que le père d’Alexandre comme son grand-père paternel exerçait les fonctions subalternes d’huissiers d’État, l’un de ses oncles paternels signait Pierre de Daguet et siégeait au Grand Conseil aristocratique qui tombait en 1830. Privé de son père à l’âge de sept ans et sans fortune, Alexandre Daguet dut au système de gratuité qui régnait au collège et lycée de Fribourg l’avantage de pouvoir faire toutes ses études. C’était les jésuites qui dirigeaient le collège. Mais de bonne heure l’amour de la patrie, de l’humanité et du Dieu d’amour que lui inculquèrent successivement un jésuite exceptionnel le Père Lückmeyer – originaire de la principauté de Lippe-Detmold – et le Père Girard rentré à Fribourg en 1834, après 10 ans d’exil volontaire, le préservèrent des écarts de l’intolérance. L’étude de nos grands écrivains nationaux et les leçons du philosophe et publiciste Troxler achevèrent de donner à son esprit une direction nationale, humanitaire et vraiment religieuse. à l’âge de 21 ans (1837) Daguet était entré dans la vie pratique comme professeur de langues et d’histoire à l’école moyenne centrale (cantonale). Il enseigna 7 ans dans cette école où avec le feu sacré mais aussi avec l’inexpérience de la jeunesse il chercha à enflammer les jeunes gens pour les idées qu’il croyait salutaire au pays ; il fonda une société d’études, publia une revue littéraire et d’utilité publique (L’Émulation) et d’autres écrits, agissait au congrès scientifique de Strasbourg où il vengeait l’honneur suisse d’un oubli offensant et d’attaques déloyales, comme on peut le voir dans les actes de ce congrès (1842 publié en 2 volumes chez Silbermann à Strasbourg). Il correspondit avec le Nouvelliste, l’Helvétie, rédigea une adresse des libéraux à l’Avoyer Neuhaus, et s’attira la haine du parti ultramontain au point qu’il jugea à propos d’accepter les fonctions de directeur de l’école normale du Jura bernois qui lui avaient été offertes par Neuhaus sur la recommandation du Père Girard (1843).

2De 1843 à 1848, Daguet dirigea l’école normale mixte en religion du Jura, dans le sens des idées du Père Girard, chercha à répandre le patriotisme suisse en opposition aux tendances séparatistes, rédigea l’Helvétie en 1847, écrit dans la Revue suisse sur l’histoire littéraire et se voyait en 1846 appelé par Druey et le Conseil d’État de Vaud à la Chaire d’histoire à l’académie de Lausanne, qu’il commit la faute de refuser par suite de circonstances de famille, pour accepter en 1848 la tâche difficile de travailler à la réorganisation de l’Instruction publique à tous les degrés dans le canton de Fribourg comme recteur de l’école cantonale et vice-président du conseil de l’instruction publique. De 1848 à 1857, c’est-à-dire au milieu des éclairs et des tonnerres de l’insurrection, Daguet est à la brèche et dirige l’école cantonale (progymnase, gymnase, école normale, cours académiques), 24 professeurs et 250 élèves. Mais entrainé par la politique militante, il commet une seconde faute, celle de se laisser porter au Grand Conseil par la société patriotique dont il est président (1849). Les insurrections se multipliant et le sang ayant coulé, en 1851, le professeur député fait une motion de conciliation qui n’avait d’autre résultat que de le désigner à la vengeance de la garde civique qui l’appelle transfuge et veut le tuer à la sortie du Grand Conseil et à celle du pouvoir exécutif qui, sous un prétexte habile, mais déloyal lui retranche net la moitié de son traitement (1852).

3L’année suivante, Daguet toujours recteur de l’école cantonale et habitant le collège avec sa famille est fait prisonnier par les paysans insurgés (22 avril 1853). J’eus l’honneur d’être arrêté par le chef même des insurgés, le fameux Carrard qui me dit poliment du reste : « n’ayez pas peur Monsieur, dans deux heures tout sera fini », sans douter le malheureux que c’était lui qui devait deux heures après tomber sous les balles devant la porte du collège en faisant une sortie avec ses gens. Je restais à la tête de l’école cantonale jusqu’à sa chute en 1857 et au milieu des agitations continuelles qui avaient leur contre-coup (sic) parmi la jeunesse et le corps enseignant surtout. J’eus le bonheur de conserver assez de liberté d’esprit pour composer une histoire de la Suisse qui en est aujourd’hui à sa 6e édition et qui a été traduite en allemand et en italien ; et plusieurs autres ouvrages littéraires et historiques. Bonheur plus grand encore ! J’ai pu coopérer activement à l’érection de la statue du Père Girard dont j’ai composé les inscriptions et à l’inauguration de laquelle j’ai prononcé un discours qui a paru dans le Confédéré. C’est même sur mon initiation que le jour de sa mort (6 mars 1850) le Grand Conseil de Fribourg vota que ce grand homme avait bien mérité du pays et que son portrait serait placé dans toutes les écoles du canton.

4Au milieu des tribulations de cette époque j’eus la consolation d’être agrégé pour mes travaux à plusieurs académies et sociétés savantes de Genève, de Savoie, Turin, Palerme. Les membres du congrès historiques d’Annecy parmi lesquels se trouvaient 15 Suisses romands me chargèrent de complimenter en leur nom et en leur présence l’évêque Dupanloup alors disgracié à Rome et qui venait d’être nommé membre de l’académie française (août 1856). Il me serait impossible d’accepter aujourd’hui une pareille mission après ce qui s’est passé au Concile du Vatican. La société d’histoire de mon canton me fit président deux fois de suite. La société d’utilité publique et la société économique m’appelèrent également à leur tête. La réaction de 1856-7 m’avait éliminé comme recteur et même comme professeur. Je fus déclaré impossible par l’évêque et dus me suffire quelques mois par un travail de plume. C’est alors que j’écrivis l’ouvrage de circonstance intitulé : De l’enthousiasme de la Suisse pour la cause de Neuchâtel qui n’avait que le mérite d’être une édition fort augmentée et très adoucie d’un écrit allemand de courte haleine et très violent sur l’histoire politique de ce canton émancipé de la Prusse. Le conseil communal de Fribourg ayant décidé de rétablir l’école supérieure des filles, supprimée par le gouvernement cantonal, me plaça à la tête de cet Établissement auquel le gouvernement rendu ensuite son caractère primitif. Je dirigeai cette école de 1848 à 1866, continuant mes travaux qui, en 1861, me firent donner la Croix de l’ordre de Saint-Maurice et Lazare par Victor-Emmanuel sur la proposition de l’historien et ministre d’État Cibrario. Je sais qu’une distinction de ce genre ne donne aucun mérite, mais l’ayant reçue à une époque où le régime ultramontain me tenait à l’écart et me déclarait impossible pour la seconde fois, je me fis un plaisir de braver l’insolence de ceux qui disaient que je n’oserais pas la porter.

5En 1865, je pris part au congrès social de Berne où mon discours sur la morale indépendante excita un orage parmi les hôtes français du congrès qui me trouvaient trop évangélique. L’année suivante, je présidais un congrès pédagogique de 600 instituteurs de la Suisse romande dans la salle du Grand Conseil ; je devenais rédacteur en Chef de L’Éducateur qui est entré dans sa huitième année et je recevais de l’université de Berne le titre de docteur honoraire pour mon histoire de la Suisse (15 novembre 1866). De la fin de cette année date mon appel à l’académie de Neuchâtel où j’enseigne depuis 6 ans. En 1867 je fus envoyé à l’Exposition universelle de Paris comme président de la délégation suisse et je signais la publication des rapports rédigés par mes collègues de l’enseignement primaire et secondaire qui a paru en brochure. Depuis mon séjour à Neuchâtel j’ai publié entre autres plusieurs abrégés d’histoire pour les écoles, un Manuel d’éducation, une vie de Troxler, plusieurs articles dans le Musée neuchâtelois et je continue un grand travail intitulé « Grégoire Girard et son temps » que j’espère livrer au public ainsi que d’autres ouvrages si Dieu me prête vie.

  • 1 Je remercie M. Daniel Hess, le secrétaire de la Loge La Bonne Harmonie de Neuchâtel, qui a autoris (...)

6C’est là une esquisse très rapide quoique trop longue peut-être pour mes lecteurs, de la carrière que j’ai parcourue pendant le demi-siècle et plus que j’ai vécu. Je puis me rendre le témoignage que j’ai toujours aimé Dieu, l’humanité, la Patrie, le Peuple d’un amour ardent, sincère et profond ; que j’ai toujours soutenu les petits, les malheureux, les opprimés contre l’injustice, que je n’ai jamais reculé quand j’étais sûr de la bonté de ma cause et que j’ai fait les plus grands sacrifices à mes convictions. Mais j’ai eu l’imagination trop vive, trop ardente, trop impressionnable et j’ai payé mon large tribut aux erreurs et aux faiblesses de l’humanité, ce qui m’a rendu indulgent pour toutes celles des autres qui ne tentent pas la méchanceté, la vileté (sic) et la bassesse ; car je crois à la conscience, à la responsabilité humaine, à la fraternité universelle devant le Père Céleste1.

Alexandre Daguet (1816-1894), BPU Neuchâtel.

Notes

1 Je remercie M. Daniel Hess, le secrétaire de la Loge La Bonne Harmonie de Neuchâtel, qui a autorisé la publication de cette biographie rédigée par Daguet pour son entrée dans la Loge, tirée des Archives de la BPUN, Fonds de la Loge, La Bonne Harmonie, Correspondances FF. Décédés M. Daguet Doc II E Plan I.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search