Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Annexes

Annexe I. Repères biographiques d’Alexandre Daguet (1816-1894)

Texte intégral

1816-1843 : formation

1816

Naissance à Fribourg.

1823

École primaire à Fribourg.

1824

Mort de son père Jacques Nicolas Daguet, huissier et vitrier.

1827

Externe au collège des jésuites de Fribourg jusqu’en 1835.

1834

Fréquente le Père Girard, de retour de Lucerne.

1836

Études de droit chez le professeur libéral Jean-Marcellin Bussard.

1837

Maître d’histoire à l’école moyenne centrale de Fribourg.
Co-fondateur de la Société d’histoire de la Suisse Romande.

1838

Fonde la Société d’études des bords de la Saane, future Société d’études.

1840

Co-fondateur de la Société cantonale d’histoire et de la Société générale d’histoire de la Suisse. Membre du congrès historique de Besançon, y rencontre Marc-Antoine Jullien de Paris.

1841

Fonde L’Émulation (1841-1846 et 1852-1856).

1842

Membre du congrès historique de Strasbourg.

1843

Directeur de l’école normale du Jura bernois à Porrentruy.

1846

Décline l’appel du gouvernement vaudois à la chaire d’histoire de l’académie.

1847

Co-fondateur de la Société jurassienne d’Émulation à Porrentruy.

1848-1866 : retour à Fribourg

1848

Prend part à la réorganisation des études à Fribourg, au côté du Père Girard. Nommé directeur de l’école cantonale, de l’école normale et recteur des cours académiques à Fribourg, vice-président de la commission permanente des études pour le canton, enseigne l’histoire de la philosophie aux cours académiques, l’histoire générale et nationale, la littérature française au gymnase et la pédagogie à l’internat.

1849

Élu au Grand Conseil fribourgeois jusqu’en 1857.

1850

Appel pour l’érection d’un monument au Père Girard, inauguré en 1860.

1851

Histoire de la Nation suisse en 2 volumes.

1854

Mort de Françoise Daguet, mère d’Alexandre.
Élu associé de l’académie royale de Turin.

1856

Délégué au congrès historique d’Annecy.

1857

Les conservateurs reviennent au pouvoir à Fribourg. Le conseiller d’État genevois Tourle s’emploie à faire nommer Daguet à l’école polytechnique de Zurich.

1858

Directeur de l’école secondaire des jeunes filles jusqu’en 1866.

1861

Histoire de la Suisse, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours. Élu chevalier de l’ordre de Saint-Maurice et Lazare par le roi Victor-Emmanuel, pour son Histoire de la Confédération suisse.

1863

Membre de la Société d’histoire et d’archéologie de Genève.

1864

Refuse la direction des écoles primaires et industrielles de la Chaux-de-Fonds.
Premier président de la Société des instituteurs romands (SIR).

1865

Dirige L’Éducateur, organe de la SIR, de 1865 à 1889. Membre honoraire de l’assemblée historique de Palerme, sur la proposition du duc Lanza di Brolo

1866-1896 : le pédagogue à Neuchâtel

1866

Préside le premier congrès de la SIR à Fribourg.
Professeur d’histoire nationale à l’académie de Neuchâtel. Nommé en même temps que Ferdinand Buisson, Cyprien Ayer et Édouard Desor. Devient Docteur honoris causa de l’université de Berne.

1868

Membre de la commission des Quinze, nommée par l’assemblée de Genève, pour s’occuper du perfectionnement des hautes études dans la Suisse romande. Associé étranger de la Société pour l’enseignement élémentaire de Paris.

1870

Adhère, avec son beau-père l’avocat Alexandre Favrot, à l’Église vieille-catholique.

1871

Manuel d’éducation ou de pédagogie.

1872

Devient franc-maçon (Loge La Bonne Harmonie à Neuchâtel).

1875

Décline la direction d’une école à Bruxelles.

1878

Élu par le conseil fédéral membre suppléant du jury de l’Exposition de Paris pour le groupe II d’enseignement et gratifié de la médaille frappée à cette occasion. Eugène Rambert lui est préféré pour rédiger le compte-rendu de l’Exposition universelle.

1879

Fait officier d’académie de la République française sous le ministre Bardoux.
Pense pour un temps s’établir à Paris, alors que Ferdinand Buisson l’appelle à l’y rejoindre pour publier une « œuvre internationale d’éducation ». Son ami Amiel l’en dissuade.
Membre du comité central du congrès international de l’enseignement à Bruxelles.

1885

Obtient son entrée en sommeil de la loge maçonnique La Bonne Harmonie.

1889

Éviction de Daguet de L’Éducateur.

1893

Part en retraite et s’installe à Couvet.

1894

Décès d’Alexandre Daguet à Couvet chez sa fille Élisa.

1896

Le Père Girard et son temps. Histoire de la vie, des doctrines et des travaux de l’éducateur suisse publié à titre posthume chez Fischbacher à Paris grâce à l’appui de Ferdinand Buisson et Jules Steeg.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search