Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Deuxième partie. Internationales de l'éducation et savoirs scolaires métissés

6. L’Éducateur et ses références pédagogiques mêlées1

Texte intégral

  • 1 Certains développements de ce chapitre ont fait l’objet d’une publication : « Une revue à l’affût (...)
  • 2 Alain Choppin, « Le manuel scolaire, une fausse évidence historique », Histoire de l’éducation, 11 (...)
  • 3 Pierre Caspard (dir.), La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIesiècle-1940, t. I, Paris, IN (...)

1Dès le milieu du XVIIIe siècle, l’usage intensif de la presse d’éducation stimule la circulation de savoirs pédagogiques dans une Europe scolaire en construction. Les méthodes se discutent, s’échangent et s'adaptent en fonction des besoins des contextes particuliers. Alain Choppin rappelle avec raison que les revues pédagogiques ont longtemps occupé les fonctions de livre du maître ou du professeur, et tenu par là même un rôle déterminant2. Pierre Gaspard le souligne : « la presse constitue un maillon indispensable dans la connaissance de ce qu’a été, pendant près de deux siècles, le système d’enseignement, car elle présente à la fois l’espace où se déploient et le point où se focalise tout un ensemble de théories et de pratiques éducatives d’origine tant officielle que privée3. »

  • 4 Voir Alexandre Fontaine et Damiano Matasci, « Centraliser, exposer, diffuser : les musées pédagogi (...)

2L’échange massif de savoirs scolaires sur le continent laisse à penser que la plupart des revues pédagogiques se sont muées en interprètes d’une pédagogie toujours davantage métissée. Ce constat s’avère particulièrement probant pour L’Éducateur – l’organe de la Société des instituteurs de la Suisse romande (SIR) – qui peut être considéré comme un lieu de mémoire interculturelle pour diverses raisons. Il s’agit en premier lieu de souligner l’exceptionnelle ouverture internationale que son premier rédacteur, Alexandre Daguet, a insufflé à son contenu. Le périodique regorge en effet de références étrangères et dans cette perspective, interroger la masse importante d’articles et de recensions consignées sur la France fait sens. Bien entendu, la réciproque se vérifie clairement. La bibliothèque de Jean-Jacques Rapet (1805-1882), qui est à l’origine de la constitution du musée pédagogique, est par excellence un lieu de mémoire français de la pédagogie suisse. Acheté par l’État (loi du juin 1880), le fonds de cet éminent spécialiste de la pédagogie helvétique constitue une collection unique au monde, surtout en ce qui concerne les ouvrages relatifs à la pédagogie suisse dès lors instituée comme référence en France par Ferdinand Buisson4. Que l’on se remémore aussi les dizaines d’articles reproduits dans le Manuel général de l’instruction primaire par Charles Defodon (1832-1891) pour rendre compte des congrès romands auxquels il participait activement. De ce fait, le chercheur intéressé par les conférences pédagogiques suisses trouvera davantage d’informations sur le sujet dans la presse d’éducation française que dans les revues romandes. Cet usage transmémoriel des revues mérite donc d’être souligné. Lieu de mémoire interculturelle, L’Éducateur l’est également pour d’autres raisons. Sous le Second Empire, il a servi de fenêtre de dialogue pour des instituteurs français touchés par la censure. Dans cette perspective, analyser les références plurielles et métissées de L’Éducateur laisse apparaître, en filigrane, les grands traits d’une histoire romande de l’éducation française.

Dieu-Humanité-Patrie

  • 5 L’Éducateur, 1/1865, p. 3.

3Lors de la publication du numéro initial en janvier 1865, le comité directeur de L’Éducateur ne cache pas son ambition de supplanter les revues cantonales existantes afin de constituer un monopole : « Cette union est nécessaire encore si l’on désire (et on doit le désirer) que la feuille de la Suisse romande l’emporte sur les feuilles purement cantonales qui l’ont précédée dans la carrière5. » Il faut dire que dès les années 1850, des voix se font entendre pour lutter contre tout esprit cantonaliste. Qui mieux qu’Alexandre Daguet pouvait mener cette œuvre de médiation ? Intellectuel doué d’un savoir encyclopédique, historien national, Daguet théorisa la pédagogie libérale-nationale romande du second XIXe siècle et œuvra pour le rassemblement corporatif des instituteurs de Suisse française.

  • 6 Alexandre Daguet, « Coup d’œil sur la marche et les tendances de L’Éducateur », L’Éducateur, 18/18 (...)

4L’Éducateur – toujours en activité aujourd’hui sous la forme d’un mensuel – paraît du temps de Daguet le premier et le quinze de chaque mois et se divise en deux parties principales : une première consacrée aux articles de fond, théoriques et une seconde dévolue à la correspondance, aux notices bibliographiques et aux comptes-rendus. Une partie pratique fait son apparition en 1869, avec des exercices de mathématiques ou des dictées à utiliser directement en classe. Daguet réserve une place importante à l’étude des trajectoires de pédagogues illustres, présentées aux conducteurs de la jeunesse comme autant d’exemples à suivre. Le rédacteur en chef privilégie surtout « ceux qui ne furent pas seulement des théoriciens de cabinet comme Montaigne, Locke et Rousseau, mais de véritables éducateurs en théorie et en pratique, à l’exemple de Pestalozzi et de Girard, dont les noms forment le principal décor de cette enceinte6 ». Centré sur ces deux éducateurs qui sont à l’origine de la Suisse pédagogique, L’Éducateur a toutefois été pensé par Daguet comme une fenêtre ouverte sur les divers systèmes étrangers, comme un lieu d’ouverture qui sert avant tout à élargir l’horizon des instituteurs romands. Daguet promeut l’éducation d’un corps professionnel qu’il veut armer en termes de méthodes pédagogiques. C’est pourquoi il entreprend la diffusion d’une theoria éclectique, seule susceptible selon lui d’instituer un code commun dans chaque partie de la Suisse romande et arracher ainsi l’instituteur à son isolement :

  • 7 Alexandre Daguet, « Mission de la presse scolaire : l’importance de cette dernière pour l’institut (...)

La lecture d’une feuille pédagogique bien dirigée fait à l’esprit de l’instituteur l’effet d’une eau pure et savoureuse à celui qui a soif. L’intelligence est avivée, le savoir accru, la méthode perfectionnée, le cœur agrandi et ennobli. Quel est l’instituteur qui ne serait satisfait de voir ce que les autres font, ce qui se passe autour de lui et au-delà, de quelles questions on s’occupe et quels progrès s’accomplissent. Il y a cependant des instituteurs qui ne lisent aucun journal scolaire et ne s’inquiètent pas le moins du monde de ce qui se fait en pédagogie. Ils tiennent leur école demain comme hier et ne pensent même pas qu’ils aient à apprendre quelque chose : ils taxent de théories creuses ou arbitraires tout ce qui est en dehors de leur horizon ou contrarie leur routine, oubliant le fameux mot de Goethe, le coryphée de la littérature allemande : « Qui n’avance pas recule. » Nous ajouterons : Celui qui n’a pas l’habitude de porter ses regards au-delà de la banlieue où il se trouve, devient myope et sans cœur7.

5Entre 1865 et 1890, L’Éducateur possède un nombre d’abonnés relativement stable, ce qui équivaut à une moyenne de 1 200 tirages. Il touche ainsi la moitié du corps enseignant romand et est consulté par plusieurs personnalités de l’Europe pédagogique (F. Buisson, G. Compayré, G. Sacchi, J. -J. Campion, V. di Castro, K. V. Stoy, etc.). Il emprunte sa devise Dieu-Humanité-Patrie à l’école cantonale de Fribourg dirigée par Daguet entre 1848 et 1857, devise qui imprime le cadre idéologique de sa ligne rédactionnelle. Signalons encore que L’Éducateur a la particularité d’être une revue itinérante, changeant de lieu et de maison d’édition tous les deux ans et parcourant ainsi les principales villes de Suisse romande.

  • 8 Voir Patrick Dubois, « Le Dictionnaire de F. Buisson et ses auteurs (1878-1887), Histoire de l’édu (...)

6Lors de la constitution de la première équipe rédactionnelle, Daguet cherche avant tout à s’entourer de personnalités « fiables ». Il s’agit de prendre toutes les précautions afin de ne pas répéter l’expérience douloureuse de l’école cantonale de Fribourg, où les luttes politiques entre les membres du corps enseignant ont jeté le doute sur ses capacités à diriger une équipe pédagogique. Fort des apprentissages retenus lors de ce qui s’apparente à une fronde, le noyau initial des collaborateurs de la revue regroupe, pour l’essentiel, des anciens étudiants de Daguet proches des milieux libéraux-nationaux catholiques et protestants, parmi lesquels on trouve Auguste Biolley, Alexis Bourqui, Joseph Rey, l’herbartien Xavier Ducotterd et Jules Paroz. Ainsi, contrairement à un Ferdinand Buisson qui a dû jongler avec des monarchistes dans la première équipe rédactionnelle de son Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire8, Daguet a pu, globalement, s’appuyer sur l’homogénéité idéologique de ses collaborateurs, au nombre de trois cents sous sa période rédactionnelle. Dans cet environnement essentiellement masculin, une poignée d’éducatrices vont jouer un rôle déterminant dans la circulation de savoirs pédagogiques spécifiques et méritent de ce fait une attention particulière.

Caroline Progler et la diffusion de l’« évangile fröbelien »

7Énumérer les collaboratrices de L’Éducateur dans la période rédactionnelle d’Alexandre Daguet relève de l’anecdotique. Outre la notice sur les grandes difficultés de l’éducation morale d’Hortense Ray, décédée tragiquement en 1865 ou quelques rares poèmes de la neuchâteloise Amélie Pernod, les femmes et leurs revendications demeurent clairement au second plan lors de la phase initiale de la revue (1865-1889). Plusieurs arguments sont avancés par les instituteurs eux-mêmes : l’un pointe le manque d’aptitude, l’autre évoque la faiblesse féminine… Il faut dire que l’angoisse pernicieuse d’une féminisation du métier traîne ici et là, amères revendications que l’on retrouve sporadiquement dans le courrier des lecteurs :

  • 9 L’Éducateur, 4/1880, p. 54.

Comment peut-on admettre, d’une manière générale, que l’enseignement de l’arithmétique, de la géométrie, de la comptabilité, de l’agriculture, des sciences naturelles, de l’instruction civique, du dessin linéaire, soit bien donné dans les écoles mixtes par des régentes, du reste toujours dévouées. Nous admettrons des exceptions en faveur de quelques personnes du sexe très bien douées au point de vue de l’intelligence et de la didactique. Mais faire de l’exception la règle, c’est mettre la charrue devant les bœufs, c’est placer ces demoiselles dans une fausse et cruelle position, les habituer à un enseignement superficiel ou les obliger parfois à faire fi de certaines branches importantes du programme pour lesquelles ces dames ne sauraient avoir les aptitudes nécessaires. Nous n’entendons nullement par là les exclure de l’enseignement, hâtons-nous de le dire. Nous plaignons le sort de celles qui sont ainsi placées, et nous demandons pour elles, pour l’institutrice au cœur sensible et maternel, les degrés inférieurs de nos écoles mixtes trop peuplées9.

  • 10 Lettre de H.-F. Amiel à Daguet, Genève, 17 novembre 1865, Bibliothèque publique de Genève, salle d (...)

8L’une de ces femmes va néanmoins réussir à émerger de ce groupe, pour faire connaître et populariser un système pédagogique germanique en Suisse romande. Caroline Progler ( ?-1886) représente la plume genevoise qui intervient le plus souvent dans L’Éducateur, avec trente-sept contributions entre 1868 et 1884. Entièrement dévouée à la diffusion de l’œuvre de Fröbel, elle a trouvé dans ce périodique une plateforme particulièrement appropriée pour diffuser la doxa fröbelienne en Suisse occidentale. On notera que c’est Henri-Frédéric Amiel qui, en novembre 1865, a alerté son ami Daguet sur les qualités de l’œuvre de l’éducateur allemand : « Pourquoi ne parle-t-on pas de Fröbel dans l’Éducateur ? J’ai toujours cru et dis que les trois ou quatre premières années de la vie sont les plus importantes, et c’est la vue capitale de ce pédagogue, un des plus pénétrants qu’il y ait eu10. » Malgré cette invitation, Daguet restera d’abord sceptique à l’idée d’ouvrir ses colonnes aux méthodes du Pestalozzi allemand, notamment en raison de leur caractère particulièrement onéreux.

  • 11 Voir Michèle E. Schärer, Friedrich Froebel et l’éducation préscolaire en Suisse romande : 1860-192 (...)
  • 12 Voir Félix Guérig, « Recension de L’éducation nouvelle ou méthode de Frœbel », L’Éducateur, 12/186 (...)
  • 13 Marcel Du Pasquier, Edgar Quinet en Suisse. Douze années d’exil (1858-1870), Neuchâtel, Éditions d (...)

9L’histoire de l’éducation préscolaire et la diffusion de la pédagogie de Friedrich Fröbel en Suisse romande ont été remarquablement traitées par Michèle Schärer11. On doit toutefois s’interroger sur le régime circulatoire de la méthode fröbelienne. Il faut souligner le rôle de self-service que la Suisse a joué dans la diffusion des principes du pédagogue thuringien. En 1861, Édouard Raoux, fondateur du premier jardin d’enfants frœbélien à Lausanne en 1860, lance une revue mensuelle intitulée L’éducation nouvelle ou méthode Frœbel, dans le but de répandre la méthode en Suisse et en Europe. Il s’entoure de collaborateurs européens prestigieux, parmi lesquels on trouve la baronne prussienne von Marenholtz-Bülow, le Dr Karl Schmidt et le Dr Diesterweg de Berlin12. S’agissant de Bertha von Marenholtz-Bülow (1810-1893), nous savons qu’elle profita de l’appui d’Edgar Quinet et de Jules Barni – les deux irréconciliables exilés en Suisse – afin d’approcher la tribune du congrès de Berne de 1865 et d’y exposer les principes du Kindergarten. Elle y rencontra « le professeur Desor, le savant géologue neuchâtelois, l’historien Daguet et quelques autres, mais elle [fut] déçue, choquée surtout par les diverses professions de foi matérialistes qui lui [firent] qualifier le congrès de “foire des idées”13 ».

  • 14 James Guillaume : « Fröbel », Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié s (...)
  • 15 Cité par Caroline Progler dans « Le Centenaire de Frédéric Frœbel », L’Éducateur, 5/1882, p. 66.

10On ne saurait trop souligner que la diffusion européenne de Fröbel fut réalisée en grande partie par des femmes et que Genève y tient une place de choix. « Découragé, voyant que les pédagogues de profession ne l’accueillaient avec défiance, que les hommes de science refusaient de le prendre au sérieux, que les pouvoirs publics restaient indifférents, Fröbel résolut de s’adresser dorénavant aux femmes, et de remettre sa cause entre leurs mains14.» Ces ambassadrices se sentirent investies d’une responsabilité incontestable. Elles se muèrent en missionnaires afin de faire tomber les préjugés qui couraient sur l’œuvre de Fröbel. Ne pouvait-on pas lire dans le dictionnaire pédagogique de Max Ricci : « Jardin d’enfants : serre chaude pour le développement prématuré de l’enfance15 » ? Daguet contribua d’ailleurs à colporter un certain nombres d’idées préconçues, concernant notamment l’aspect ludique des Kindergarten, là où les adeptes préféraient parler de travail déguisé. Voilà d’ailleurs pourquoi Caroline Progler, malgré une maladie qui la rongeait, se démultiplia pour populariser la méthode fröbelienne en Suisse.

  • 16 Journal de Genève du 09.08.1911, p. 4. Sur la baronne Adele von Portugall (1828-1910), on lira Man (...)

11La dynamique interculturelle et l’extrême mobilité de ces femmes ont ainsi largement favorisé le prêche de ce que l’on appelait, selon le mot de Michelet, l’« évangile fröbelien ». À s’en tenir aux données biographiques, rappelons par exemple que la baronne Adele von Portugall (1828-1910) après avoir étudié la méthode Fröbel à Dresde, se rendit à Liverpool avant de s’installer à Genève en 1864 ; après dix ans passés à diriger les écoles de Chantepoulet, elle partit pour Mulhouse vers la fin 1873, revint sur les bords de l’Arve en 1876 pour prendre la direction des écoles enfantines de Genève avant de s’exiler à Naples en 1884. Un article qui a paru dans le Journal de Genève en août 1911 fait remarquer que « pour comprendre les pérégrinations de Mme de Portugall, il ne faut pas oublier qu’elle est un apôtre ; elle en a l’énergie, la conviction et l’autorité, elle en a le tempérament migrateur et remuant16 ».

  • 17 Voir L’Éducateur 23/1875, p. 353 ; 18/1876, p. 283 ; 8/1886, p. 113.
  • 18 Journal de Genève du 13.09.1876, p. 4.
  • 19 Journal de Genève du 09.08.1911, p. 4.
  • 20 Voir le faire-part dans le Journal de Genève du 23.01.1886, p. 4.

12Bien qu’il subsiste encore de nombreuses zones d’ombre dans le parcours de Caroline Progler17, les sources connues laissent entrevoir les grandes lignes de son œuvre de médiation. Elle rencontre Adele von Portugall à Genève en 1867. En 1875, lorsqu’elle s’engage à rédiger un rapport sur les écoles enfantines pour le futur congrès de Fribourg, elle dirige un jardin d’enfants à Mulhouse. Est-ce Mme de Portugall qui l’entraîne avec elle à Genève, écourtant son exil alsacien pour prendre la direction des écoles enfantines des bords de l’Arve ? À l’automne 1876, Caroline Progler ouvre des cours de français, d’arithmétique, de géographie, d’histoire, de sciences naturelles, d’allemand, d’anglais et d’ouvrages à l’aiguille (méthode Kettiger-Schaldenfeld) qu’elle donne chez elle, 8 place du Molard18. Nous l’avons vu, en 1884, les deux éducatrices s’installent à Naples afin d’y établir des jardins d’enfants. Elles apportent ainsi leur coopération à l’œuvre de Mme Schwab, fondatrice d’une vaste institution de jeunes filles placée sous l’égide de la reine d’Italie19. Caroline Progler y meurt le 19 janvier 1886, des suites d’une longue maladie20.

  • 21 Voir L’Éducateur 1879, p. 4, 50, 108, 115, 163, 193, 337 ; 1880, p. 35, 134.

13L’itinéraire de Caroline Progler, en tant que passeuse transnationale de l’œuvre de Fröbel, s’avère particulièrement significatif. Mais on ne saurait l’y réduire. Habituée des rendez-vous internationaux, elle se retrouve dans les lieux d’évaluation de la production pédagogique, notamment à Paris lors de l’Exposition universelle de 1878. À la demande de Daguet, elle établit une série de notes comparatives sur les diverses nations présentes à Paris qu’elle expose en neuf articles dans L’Éducateur21. On peut donc penser que C. Progler se fait remarquer à Paris, d’autant qu’elle avait préalablement envoyé un mémoire sur l’enseignement géographique au Manuel général de l’instruction primaire dirigé alors par Charles Defodon. La sous-commission de l’Exposition universelle le gratifie d’un prix, séduite qu’elle est par les fondements germaniques de sa méthode :

  • 22 L’Éducateur, 22/1878, p. 343. Mentionnons que le rapport du prix porte la signature des principaux (...)

Mlle Progler voudrait que les études géographiques ainsi comprises fussent préparées par des notions se rapportant à l’histoire naturelle. Suivant elle, c’est à cette préparation qu’il faut attribuer la supériorité des Allemands dans cette branche si importante de l’instruction. « De 5 à 10 ans, dit Mlle Progler, ce n’est pas la description de la terre, pas même celle de son pays natal que le petit élève doit apprendre ; encore moins une kyrielle de noms étrangers qui ne dise rien à son esprit et sont loin d’être la nourriture que réclame sa jeune intelligence. Ce qu’il doit apprendre, c’est à voir, à comparer, à tirer des conclusions, à juger par lui-même. Son esprit d’observation doit être éveillé, il doit apprendre à aimer la nature qui l’entoure, et pour cela il doit la connaître22.

14Cet exemple, parmi tant d’autres, nourrit l’hypothèse selon laquelle l’école helvétique aurait endossé le rôle d’espace de contournement du modèle scolaire prussien. Les cadres de l’école de la IIIe République vont tout du moins largement puiser dans ce réservoir romand, lui-même constitué par absorption d’un grand nombre de références pédagogiques germaniques. Si la diffusion opérée par Caroline Progler dans L’Éducateur se révèle tout à fait visible, certains emprunts demandent une lecture plus attentive, du fait surtout de la construction identitaire qui tend à dévaloriser certains transferts pour privilégier les aspects du cru.

Crispations interrégionales et circulations dissimulées

  • 23 La Sarine partage non seulement la ville bilingue de Fribourg, mais également la Suisse allemande (...)
  • 24 Alexandre Daguet, « Congrès des instituteurs suisses à Soleure », L’Éducateur, 4/1865, p. 59.
  • 25 Ibid.

15Comment évoluèrent, à moyen terme, les relations avec les frères d’outre-Sarine23 ? Sur la base d’une étude sur les relations confédérales dont on peut retracer le fil à partir de L’Éducateur et des comptes-rendus de congrès, on peut affirmer qu’il existe, dans les années consécutives à la fondation de la SIR, une réelle volonté d’échange et de rapprochement. En 1865, le landammann Vigier, de Soleure, adresse une invitation à assister au congrès du Lehrerverein dans sa ville. Il marque par là « son désir de voir la Suisse romande s’associer à la Suisse allemande pour traiter d’un commun accord les questions diverses posées par le programme du congrès24 ». Daguet s’empresse de répondre que « tout en ayant à cœur de s’affirmer et de faire acte d’autonomie, dans le domaine pédagogique et intellectuel en général, la Suisse romande tient aussi à honorer et regarde comme un devoir de rester fermement unie à la Suisse allemande, sa sœur aînée en liberté et en patriotisme25 ». Une vingtaine d’instituteurs romands y prend part, comme à celui de Saint-Gall en 1867.

  • 26 « Nos frères allemands ont brillé par leur absence aux congrès scolaire de Fribourg (1866) et de L (...)
  • 27 Alexandre Daguet, « Nécrologie de Joseph-Antoine Henne », L’Éducateur, 6/1871, p. 87.
  • 28 Compte-rendu du VIIecongrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande, Lausanne (...)

16Pourtant, à y regarder de plus près, les coopérations et les échanges, notamment lors des congrès respectifs, s’avèrent peu nourries, malgré d’innombrables appels à l’union confédérale. Dans L’Éducateur, on trouve déjà quelques mouvements d’humeur dès 186926. En 1871, Daguet déplore publiquement la piètre qualité des relations interrégionales : « L’isolement, un isolement déplorable continue à peser d’un point de vue intellectuel surtout entre les Suisses de langues différentes. Cet isolement est la plaie de la Suisse. La politique seule semble avoir le privilège de mettre en contact la Suisse allemande et la Suisse romande27. » Médiateur, comme Eugène Rambert et trait d’union entre les deux berges de la Sarine, Daguet tente lors du congrès de la SIR de 1879 à Lausanne, d’insuffler une nouvelle dynamique aux relations pédagogiques confédérales qui se résument à une courtoise indifférence réciproque : « Et parmi nous, Messieurs, combien en est-il qui nourrissent l’idée fausse que tout ce qui vient d’outre-Rhin, même d’outre-Reuss, est nécessairement obscur et nébuleux28. » Avant de conclure sur le rôle défensif et tout à fait singulier de la Suisse allemande :

  • 29 Ibid., p. 80-81.

Non ! Messieurs, il n’en est pas ainsi, et si les Allemands font bien d’imiter la clarté de notre langage, la brièveté relative de nos discours, nous avons beaucoup à gagner au contact de nos frères de la Suisse allemande pour la persévérance et le sérieux avec lesquels ils traitent les questions d’école. C’est aussi en vue du patriotisme, car le berceau de la liberté helvétique, où est-il ? sinon dans cette Suisse allemande dont nous parlons quelquefois avec tant de sans façon et qui est encore le rempart le plus fort contre les envahisseurs du dehors. L’Éducateur, depuis quinze ans qu’il existe, et son rédacteur, depuis qu’il a su tenir une plume, n’ont cessé de travailler au rapprochement et à l’union de la Suisse allemande, de la Suisse romande et de la Suisse italienne, sur le double terrain du patriotisme et de la culture, et il a vu avec peine, comme un obstacle à cette union, les tendances d’une partie du corps enseignant de Zurich et d’autres cantons […]. J’en conclus, non qu’il faut se séparer de la Suisse allemande, où les tendances de cette nature trouvent d’ailleurs une opposition spiritualiste que nous pouvons renforcer, mais, au contraire, travailler avec eux au perfectionnement, au progrès, entretenir avec eux des relations patriotiques, fraternelles, nous associer à tout ce qui se fait chez eux de bien, d’utile (en dépit de certaines théories), mais sans sacrifier aucune de nos convictions et sachant au besoin les défendre avec énergie29.

17Malgré cela, les rapports avec la Suisse allemande deviennent toujours moins importants, noyés dans la masse des échanges internationaux. À l’heure du bilan, Daguet conclut en 1886 que :

  • 30 Compte-rendu du Xecongrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande réuni à Por (...)

depuis la fondation de L’Éducateur, nous avons constamment eu en vue de servir de trait d’union entre les confédérés des trois langues et travaillé au rapprochement, à l’échange des idées, sans toujours y parvenir. Nos frères allemands eux-mêmes, qui nous accusent parfois de tiédeur et se plaignent qu’on n’assiste pas en nombre à leur Lehrertag, viennent-ils beaucoup aux nôtres ? Je traduis ou j’extrais souvent leurs articles ; traduisent-ils ou extraient-ils les nôtres30 ?

  • 31 Alexandre Daguet, « Biographie populaire des pédagogues suisses. Wehrli, l’éducateur thurgovien, l (...)
  • 32 Voir L’Éducateur, 18/1885, p. 281-283, 19/1885, p. 297-299 et 20/1885, p. 313-315.

18Voici pour le discours dominant. Pourtant, dans les faits, la place accordée à la Suisse allemande pédagogique dans L’Éducateur ne semble pas si maigre et effacée qu’il n’y paraît dans le discours. Ainsi, entre 1865 et 1889, on dénote quelque cent trente entrées (articles de fond ou chroniques scolaires) spécifiquement consacrées à la Suisse alémanique. Certes, on recense un nombre important d’articles rédigés sur les divers synodes du canton de Berne par Henri Gobat. Toutefois, on relate toujours les temps forts des Lehrertag. De plus, Daguet publie plusieurs biographies d’éducateurs alémaniques. On remarquera d’abord une notice sur le Thurgovien Johann Jakob Wehrli31 ainsi que sur l’éducateur démocrate appenzellois Heinrich Grunholzer (1819-1873). Daguet sauve également Josef Anton Federer (1794-1868), Thomas Scherr (1801-1870) et Johann Rudolf Steinmüller (1772-1835) d’un oubli certain, en faisant partager leurs trajectoires aux régents romands. C’est dans ce même souci de conservation nationale que le rédacteur de L’Éducateur soumet, en 1885 un Coup d’œil sur les Pédagogues et Écrivains pédagogiques de la Suisse allemande32.

  • 33 Alexandre Daguet, « Union de la Suisse française et de la Suisse allemande », L’Éducateur, 14/1869 (...)

19Néanmoins et malgré cette présence alémanique réduite mais stable dans L’Éducateur, on peut affirmer qu’à trop vouloir exiger son autonomie, il est probable que la SIR et sa revue se soient peu à peu distancées des projets initiaux d’union, se satisfaisant d’inviter les confrères d’outre-Sarine à participer à leurs congrès, ou de réhabiliter de temps à autre quelques figures de la pédagogie alémanique. Si Lausanne était au XVIIIe siècle la plus cosmopolite des villes suisses pour appartenir à l’Europe plutôt qu’à Berne, peut-être que L’Éducateur s’ouvrit à l’international pour se départir d’une « majorité germanique [qui] ferait sentir à la minorité welsche le poids de sa force numérique et d’une culture supérieure à certains égards33 ». On ne saurait trop souligner, en regard de ce constat, qu’il s’agit d’être particulièrement attentif aux périodes durant lesquelles les échanges semblent au premier abord inenvisageables, car c’est le plus souvent lorsque les espaces pédagogiques se critiquent et se dévalorisent mutuellement que les importations se révèlent les plus fécondes.

Une histoire romande de la pédagogie française

  • 34 Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le système universitaire allemand (1880-19 (...)

20Comme l’a mentionné Daguet, c’est souvent au travers des revues que l’on entre en relation avec les pays voisins ou plus lointains. C’est également par ce canal que les instituteurs se forgent une représentation des systèmes éducatifs de ces pays. La présence d’une grande quantité de matériaux français dans L’Éducateur a retenu notre attention. Il est ainsi possible de restituer une mémoire pédagogique de la France, compilée et commentée sous la plume des collaborateurs romands. Ces derniers ont dressé leur histoire romande de la pédagogie française en trois temps : une période initiale de rejet, de dévalorisation, suivie d’un tournant donnant naissance à une troisième phase, caractérisée par l’arrivée de Ferdinand Buisson à la tête de l’enseignement primaire en 1879. Dès lors, on remarque que la République va clairement déborder sur la Suisse romande scolaire. Bien entendu, la France sous l’Empire n’était pas la même que sous la République autoritaire, qui diffère elle-même de la République de Ferry et de Buisson. Au demeurant, ce n’est pas toujours l’histoire et ses faits intangibles qui guident le propos. Christophe Charle a bien montré l’écart entre l’enthousiasme des professeurs qui rentraient de leur séjour allemand et les rapports beaucoup plus retenus que l’on publiait dans la presse officielle. En effet, « on se met [tait] à l’école de l’Allemagne à cette époque non pour reconnaître sa supériorité mais pour la battre sur son terrain tout en gardant ses propres atouts34 ». Dans cette perspective, il est intéressant de s’attacher à l’évolution progressive de la perception de la pédagogie française par L’Éducateur en lien avec le processus structurel et identitaire de la SIR. Car son processus d’autonomie passe, on l’a vu, par une phase de prise de distance avec la Suisse allemande et de dévalorisation, voire d’exclusion de l’Allemagne et de la France. La revue à peine lancée, Jules Paroz publie un article sur le germanisme en pédagogie sous le titre évocateur de « Où allons-nous ? » :

  • 35 Jules Paroz, « Où allons-nous ? Un mot sur le germanisme en pédagogie », L’Éducateur, 11/1865, p. (...)

L’Allemagne arrive cependant toujours la dernière : c’est dans sa nature. Son principal mérite a consisté et consiste jusqu’à ce jour à élaborer avec une patience extraordinaire et une profondeur de pensée remarquable les grandes idées nées sur un autre sol. Mais l’Allemand n’est pas pratique. C’est ce que tout le monde répète et c’est aussi la première impression qui frappe un pédagogue suisse qui parcourt l’Allemagne. Un ami qui a visité les écoles normales de la Prusse y a trouvé des choses que le bon sens populaire et pratique de notre peuple rejetterait sans hésiter. Ne nous engouons donc pas trop de l’Allemagne. C’est un tort qu’on a eu en Suisse, en particulier à Berne et à Zürich, où l’on a accordé des honneurs et une prépondérance à des éléments qu’il eût fallu repousser. Mais les yeux s’ouvrent ; on commence à réclamer en faveur de l’élément national, trop longtemps méprisé, et à flétrir nos adultères pédagogiques35.

  • 36 L’Éducateur, 2/1869, p. 30.
  • 37 L’Éducateur, 23/1867, p. 366.

21Lorsque les instituteurs commencent à souligner le manque d’exercices pratiques et proposent de calquer la revue sur le modèle de L’École normale de Pierre Larousse, Daguet répond « que la Suisse romande n’est pas Paris et que l’imitation pure et simple tuerait l’organe de l’instituteur suisse plus sûrement que sa direction actuelle36 ». Il ajoute que « L’Éducateur n’appartient pas, Dieu merci, à cette tendance trop répandue dans certaines régions officielles, où ce qui vient de Paris doit nécessairement éclipser tout ce qui peut être fait de meilleur dans notre pays37. » Globalement, l’image que l’on donne de la pédagogie française dans L’Éducateur des années 1865-1870 est plutôt désavantageuse, d’autant qu’elle est entretenue par une série d’articles peu valorisants :

  • 38 Mlle Bassy, « Les vices de l’enseignement en France », op. cit., p. 152.

Un autre défaut de l’éducation française, c’est le peu d’attention accordée aux langues et aux littératures étrangères. Il est vrai que depuis quelques années l’étude des langues anglaise et allemande s’est introduite en France, mais plutôt toujours par désir de briller que par suite d’un besoin sérieux. Chose singulière, ni à Paris, ni dans la province, je n’ai rencontré un enfant désireux d’acquérir une langue étrangère. À quoi cela tient-il ? Je me suis expliqué cette énigme par le dédain que l’on professe en général pour tout ce qui n’est pas français. Rien n’échappe aux enfants, et on manque son but en voulant leur enseigner ce qu’on vingt fois déprécie devant eux. Et puis, le grand tort des Français est de ne pas croire à la supériorité intellectuelle de leurs voisins. Ils ont eu, jusqu’à présent du moins, l’intime conviction que le monde civilisé fini aux frontières de la France, et qu’il est inutile de savoir ce qui se passe au-dehors. J’ai vu des hommes distingués ignorer sur notre pays ce que tout le monde sait du leur. Comme c’est à peine si les Français connaissent les principaux faits de l’histoire nationale, il ne faut pas leur demander d’être forts sur celle des autres pays. Le tort d’une pareille insouciance est palpable, et je n’ai pas besoin d’ajouter que les événements récents viennent de prouver aux Français la nécessité de connaître les peuples voisins, ainsi que de s’associer au développement d’idées et de lumière qui pourrait se trouver ailleurs que chez eux. Je n’irai pas plus loin. Je n’ai pas prétendu entreprendre une critique sérieuse et complète ; je n’ai voulu tracer qu’une exquise à grands traits, abandonnant à d’autres, plus habiles que moi, le soin de faire ressortir plus en détail les vices qui caractérisent l’éducation française et dont l’existence persistante a tant contribué à porter atteinte à la gloire et à l’avenir de cette nation, grande quand même38.

  • 39 Alexandre Daguet, « L’instruction populaire et la littérature pédagogique de la république françai (...)
  • 40 Ibid., p. 218.

22Lorsque Daguet commente l’histoire de la pédagogie française dans un article de 187239, il relève le mérite des hommes d’école qui ont servi sous le Premier Empire. C’est le cas de Georges Cuvier, auquel Daguet voue une grande estime. Celui-ci relève la fondation de la première école normale primaire, créée en 1810 par Adrien de Lezay-Marnésia, préfet du Bas-Rhin qui s’est exilé en Suisse sous le Directoire. Mais c’est « la loi du 28 juin 1833 [qui] a été réellement la charte de l’instruction primaire dans ce grand pays40 ». À son sujet, Daguet relève néanmoins que :

  • 41 Ibid., p. 218.

pour être complètement libéral et assurer l’indépendance de l’instituteur, cette loi eût dû lui faire une position meilleure matériellement et moralement parlant. Encore aujourd’hui, l’instituteur, dans bien des localités, est le très humble valet, l’esclave-né de la commune, du maire et du curé, et on serait tenté de rire ou plutôt de pleurer en lisant ce mot d’indépendance accolé à celui de maître d’école, surtout quand on a lu l’histoire de celui dont Erckmann-Chatrian nous a fait la poignante et trop réelle peinture dans un de ses derniers livres41.

  • 42 Ibid., p. 219.

23Daguet attribue à Victor Cousin les premiers combats pour la gratuité et l’obligation, poursuivis ensuite par son disciple Jules Simon. Il souligne également que Victor Duruy s’y essaya et « échoua devant l’opposition combinée du clergé et des grands propriétaires qui payèrent plus volontiers pour la caserne que pour l’école42 ». Globalement et malgré les efforts remarqués de Duruy, la représentation de la France pédagogique demeure peu flatteuse :

  • 43 Auguste Biolley, « L’école par Jules Simon », L’Éducateur, 5/1867, p. 65-66.

La France, par exemple, qui, à tant d’autres égards, donne le ton et tient le sceptre de la puissance et de l’autorité, est restée, dans le domaine de l’instruction populaire, bien en arrière d’autres nations dont le poids, dans la balance de la civilisation générale, est bien inférieure au sien. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un regard sur la Carte de l’instruction publique en France, qui a été publiée ces derniers temps par différentes revues et journaux illustrés ; on verra combien les ténèbres, et même parfois les plus épaisses, l’emportent encore sur la lumière43.

24Dès les années 1870, lorsque l’identité pédagogique de la SIR est devenue stable et que L’Éducateur s’est forgé une place dans le giron national puis européen – et n’a donc plus d’intérêt à dévaloriser les systèmes étrangers – le discours sur la pédagogie française se modifie substantiellement. Les récentes avancées opérées par Jules Simon laissent à penser qu’il vaut mieux entretenir de bonnes relations avec cette nation qui fait preuve d’un zèle certain dans la rénovation de son système d’instruction :

  • 44 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur, organe de la Société pédagogique de la S (...)

Le pays voisin que nous sommes le plus porté à étudier et à imiter, c’est toujours la France, la France dont nous parlons et écrivons la langue avec amour sinon toujours avec pureté et élégance. La France d’ailleurs, quoique l’éducation populaire n’y ait jamais été organisée ni pratiquée comme en Allemagne et en Suisse, n’a pas laissé de nous éclairer, de nous instruire ces dernières années, d’abord par ses excellents journaux, parmi lesquels nous citerons le Manuel général de l’instruction primaire de M. Charles Defodon […]. La pédagogie française fait en partie les frais de cette rubrique de L’Éducateur, sans parler des articles de fond consacré à ceux de ces ouvrages qui offrent le plus d’actualité et d’intérêt pour nous44.

  • 45 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de l’É (...)

25De ce fait, du langage d’exclusion des années 1865, on passe à une dynamique collégiale : « C’est par la France que nous commencerons notre tableau de la presse universelle, par cette France qui fait tant pour se relever intellectuellement aussi bien que politiquement, et dont nous, Suisses français, nous sommes tributaires à tant d’égards45 ».

  • 46 On dénote, entre autres, quatre articles sur la pédagogie à l’usage de l’enseignement primaire de (...)
  • 47 Alexandre Daguet, « Histoire critique de l’éducation en France, de Gabriel Compayré », L’Éducateur(...)
  • 48 Patrick Dubois, Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson : aux fondations de l’école républicaine (187 (...)

26Avec l’accession de Jules Ferry au ministère de l’Instruction publique (4 février 1879) et le mandat de Ferdinand Buisson les données s’inversent et les références à cette France qui se modernise et rattrape son retard s’amplifient considérablement. Avec les écrits de Gabriel Compayré (Histoire critique de l’éducation en France, recensée en 1880), la pédagogie française s’impose dans L’Éducateur et monopolise dès lors la revue romande jusqu’à l’éviction de Daguet en 188946. Si la pédagogie républicaine est globalement encensée par Daguet – l’Histoire critique de Compayré « est à la fois un événement et un monument47 » – la science de l’éducation de Herbert Spencer constitue une sorte d’anti-modèle. Daguet attaque avant tout l’utilitarisme et le positivisme de la théorie éducative de Spencer et d’Alexander Bain dans une série de trois articles parus en 1880. Plusieurs raisons expliquent cette alliance avec les républicains français. Il s’agit d’abord, pour des théoriciens comme Daguet et Compayré de s’associer pour lutter contre l’utilitarisme qui hante la pédagogie de la seconde moitié du XIXe siècle. À cet égard, Patrick Dubois rappelle que le spectre de l’utilitarisme traverse certaines contributions du Dictionnaire de pédagogie et qu’il s’agit de combattre la séduction croissante des doctrines positivistes qui remettent en cause, au nom du réalisme l’éducation traditionnelle des élites et des humanités48. Ensuite, il s’agit de lutter contre l’ennemi commun, l’ultramontanisme, et le réseau européen mis en place au travers de la presse permet de relayer une doxa éclectique dans le but de neutraliser la pédagogie de systèmes.

27Enfin, on peut dire que dès les années 1880, la pédagogie de la République déborde sur la Suisse romande, au point de se demander si L’Éducateur ne devient pas une revue française. L’alliance entre Buisson et Daguet fait de la revue romande une espèce d’arrière-boutique des éditions Hachette et Delagrave. Une collaboration se met en place entre L’Éducateur et Hachette, par l’entremise de Ferdinand Buisson, et institutionnalise l’envoi d’ouvrages en Suisse :

  • 49 Lettre de F. Buisson à Daguet, sans lieu ni date, AEN, Fonds Daguet.

Votre journal est bien connu de la maison Hachette. Mais avant de quitter cette librairie, j’ai tenu à recommander de nouveau L’Éducateur en particulier pour les envois de livres scolaires. Vous en recevrez une première expédition demain ou après-demain. Mais je ne doute pas que si quelque article de L’Éducateur est consacré à l’un ou à l’autre de ces petits livres, vous ne manquerez pas d’en recevoir d’autres et d’être tenu ainsi au courant des publications Hachette49.

  • 50 Alexandre Daguet, « Pédagogie et bibliographie françaises », L’Éducateur, 7/1881, p. 101.
  • 51 Voir Jean-Yves Mollier, Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.
  • 52 Recensions dans L’Éducateur, 11/1875, p. 172-173 ; 17/1875, p. 266-267 ; 1/1876, p. 7-8 ; 11/1876, (...)
  • 53 L’Éducateur, 1881, p. 202.

28Ainsi, Daguet, pour qui « aucune librairie de France ne l’emporte en publications utiles et importantes sur celles de la maison Hachette50 », multiplie les recensions et les présentations d’ouvrages provenant de cette prestigieuse maison d’édition parisienne51. Les instituteurs romands suivent ainsi régulièrement l’avancement de la publication du Dictionnaire de Buisson, de celui de Vivien et plus encore celui de la Nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus52, tous trois publiés chez Hachette. Plus encore, l’école de Ferry devient un exemple. Lorsque ce dernier décrète la création d’instituteurs suppléants pour cas de maladie, Daguet souhaite décliner cette idée en Suisse romande : « Il y a là un bel exemple donné par la France à la Suisse, où une pareille institution rendrait de grands services53 ».

29Au terme de son mandat de rédacteur en chef (1865-1889), Daguet a donc réussi son pari d’ouverture, qui demeure le résultat de plus de vingt ans d’échanges progressifs, de rapprochements et de coopérations entre L’Éducateur et les principales feuilles pédagogiques occidentales. Les chroniques helvétiques côtoient toutes sortes d’informations relatives à l’enseignement pratiqué à l’étranger. Néanmoins, on remarquera qu’à l’exception d’articles dévolus aux deux Amériques, les références étrangères qui circulent dans L’Éducateur sont essentiellement euro-centrées. En regard de ce caractère hybride, la revue avait pour les uns perdu son caractère romand et suisse, pour les autres activés une sorte de missionnariat pédagogique :

  • 54 Lettre de Louis Zuccaro, abonné à L’Éducateur, à Alexandre Daguet, envoyée de Milan le 12 mars 188 (...)

Votre revue pédagogique, si dignement dirigée, si savamment rédigée au grand avantage des apôtres de la sainte mission de l’enseignement, se peut bien nommer décidément plus internationale que suisse, et en effet elle parcourt, dans son voyage d’irradiation comme la lumière, nombre de pays non seulement en Europe, mais encore au-delà de l’Océan54.

  • 55 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur 1880, 1881 et 1882 », L’Éducateur, 17/188 (...)

30Daguet se défendit de cette ouverture : « Malgré la part assez grande faite à la pédagogie étrangère dans nos colonnes, la place la plus considérable, la place d’honneur, on peut dire, n’en appartient pas moins toujours à la pédagogie suisse55 » assure-t-il en 1882.

  • 56 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.
  • 57 Jean-Loup Amselle, Branchements : Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, (...)

31En interrogeant les pratiques et savoirs étrangers qui ont circulé dans L’Éducateur, en questionnant la fonction nodale de ses passeurs et médiatrices, on remarque que la structure pédagogique proposée par L’Éducateur s’est constamment nourrie de l’altérité dont une des fonctions principales fut de légitimer les réformes projetées par les cadres romands. Cette perspective d’une « pensée métisse56 » invite les chercheurs en sciences de l’éducation à suivre la trajectoire des idées présentes dans les revues pour déconstruire et décloisonner les modèles nationaux. Plus qu’une recherche des différences, cette démarche cherche à reconstruire les inclusions et les branchements57 et de les considérer comme autant de témoins d’une construction collective de la pédagogie occidentale.

Notes

1 Certains développements de ce chapitre ont fait l’objet d’une publication : « Une revue à l’affût du monde (1865-1890) ? L’Éducateur comme relais des transferts et métissages pédagogiques en Suisse romande », Revue suisse des sciences de l’éducation, 36/1, p. 17-34.

2 Alain Choppin, « Le manuel scolaire, une fausse évidence historique », Histoire de l’éducation, 117/2008, p. 42.

3 Pierre Caspard (dir.), La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle-1940, t. I, Paris, INRP, Éditions du CNRS, 1981, p. 8.

4 Voir Alexandre Fontaine et Damiano Matasci, « Centraliser, exposer, diffuser : les musées pédagogiques et la circulation des savoirs scolaires en Europe (1850-1900) », Revue germanique internationale, CNRS Éditions, 20/2015.

5 L’Éducateur, 1/1865, p. 3.

6 Alexandre Daguet, « Coup d’œil sur la marche et les tendances de L’Éducateur », L’Éducateur, 18/1870, p. 277.

7 Alexandre Daguet, « Mission de la presse scolaire : l’importance de cette dernière pour l’instituteur », L’Éducateur, 4/1880, p. 50.

8 Voir Patrick Dubois, « Le Dictionnaire de F. Buisson et ses auteurs (1878-1887), Histoire de l’éducation, 85/2000, p. 25-47 ; du même, « La pédagogie catholique dans le « Dictionnaire de Pédagogie » de Ferdinand Buisson », in Pédagogie chrétienne, pédagogues chrétiens, colloque international d’Angers de septembre 1995, Paris, Éditions Don Bosco, 1996, p. 323-333.

9 L’Éducateur, 4/1880, p. 54.

10 Lettre de H.-F. Amiel à Daguet, Genève, 17 novembre 1865, Bibliothèque publique de Genève, salle des manuscrits, Archives Amiel 92, Ms fr 3092, p. 212.

11 Voir Michèle E. Schärer, Friedrich Froebel et l’éducation préscolaire en Suisse romande : 1860-1925, Lausanne, Les Cahiers de l’ÉÉSP, 2008.

12 Voir Félix Guérig, « Recension de L’éducation nouvelle ou méthode de Frœbel », L’Éducateur, 12/1865, p. 190-191.

13 Marcel Du Pasquier, Edgar Quinet en Suisse. Douze années d’exil (1858-1870), Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1959, p. 216.

14 James Guillaume : « Fröbel », Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire publié sous la direction de F. Buisson, Paris, Hachette, 1911.

15 Cité par Caroline Progler dans « Le Centenaire de Frédéric Frœbel », L’Éducateur, 5/1882, p. 66.

16 Journal de Genève du 09.08.1911, p. 4. Sur la baronne Adele von Portugall (1828-1910), on lira Manfred Berger, « Frauen in der Geschichte des Kindergartens : Baronin Adele von Portugall », version online (http://www.kindergartenpaedagogik.de/431.html).

17 Voir L’Éducateur 23/1875, p. 353 ; 18/1876, p. 283 ; 8/1886, p. 113.

18 Journal de Genève du 13.09.1876, p. 4.

19 Journal de Genève du 09.08.1911, p. 4.

20 Voir le faire-part dans le Journal de Genève du 23.01.1886, p. 4.

21 Voir L’Éducateur 1879, p. 4, 50, 108, 115, 163, 193, 337 ; 1880, p. 35, 134.

22 L’Éducateur, 22/1878, p. 343. Mentionnons que le rapport du prix porte la signature des principaux acteurs de l’école républicaine : Buisson, Jost, Berger, Cocheris, Defodon, etc.

23 La Sarine partage non seulement la ville bilingue de Fribourg, mais également la Suisse allemande de la Suisse romande. On appelle également cette frontière le Röstigraben (littéralement le « fossé de röstis »).

24 Alexandre Daguet, « Congrès des instituteurs suisses à Soleure », L’Éducateur, 4/1865, p. 59.

25 Ibid.

26 « Nos frères allemands ont brillé par leur absence aux congrès scolaire de Fribourg (1866) et de Lausanne (1868) […]. Notre étonnement a été grand en voyant que les considérations les plus propres à toucher nos frères allemands et les appels les plus chaleureux eussent trouvé si peu d’écho et eussent à peine excité l’attention dédaigneuse des journalistes et des hommes d’école de la Suisse allemande » (L’Éducateur, 14/1869, p. 218-219).

27 Alexandre Daguet, « Nécrologie de Joseph-Antoine Henne », L’Éducateur, 6/1871, p. 87.

28 Compte-rendu du VIIe congrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande, Lausanne, Imprimerie Adrien Borgeaud, 1879, p. 80.

29 Ibid., p. 80-81.

30 Compte-rendu du Xe congrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande réuni à Porrentruy les 8, 9 et 10 août 1886, Porrentruy, V. Michel, 1886, p. 74.

31 Alexandre Daguet, « Biographie populaire des pédagogues suisses. Wehrli, l’éducateur thurgovien, le père de l’école des pauvres », L’Éducateur, 23/1876, p. 353-356 ; 24/1876, p. 369-373 et 1/1877, p. 4-7.

32 Voir L’Éducateur, 18/1885, p. 281-283, 19/1885, p. 297-299 et 20/1885, p. 313-315.

33 Alexandre Daguet, « Union de la Suisse française et de la Suisse allemande », L’Éducateur, 14/1869, p. 219.

34 Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le système universitaire allemand (1880-1900) » in Michel Espagne et Michael Werner, Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988, p. 345-258.

35 Jules Paroz, « Où allons-nous ? Un mot sur le germanisme en pédagogie », L’Éducateur, 11/1865, p. 163.

36 L’Éducateur, 2/1869, p. 30.

37 L’Éducateur, 23/1867, p. 366.

38 Mlle Bassy, « Les vices de l’enseignement en France », op. cit., p. 152.

39 Alexandre Daguet, « L’instruction populaire et la littérature pédagogique de la république française », L’Éducateur, 14/1872, p. 217-222.

40 Ibid., p. 218.

41 Ibid., p. 218.

42 Ibid., p. 219.

43 Auguste Biolley, « L’école par Jules Simon », L’Éducateur, 5/1867, p. 65-66.

44 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur, organe de la Société pédagogique de la Suisse romande », L’Éducateur, 15/1874, p. 238.

45 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de l’Éducateur à l’étranger », L’Éducateur 19/1876, p. 291.

46 On dénote, entre autres, quatre articles sur la pédagogie à l’usage de l’enseignement primaire de Paul Rousselot en 1882, un article substantiel sur l’Histoire de la pédagogie de Compayré en 1883, quatre sur son Cours de 1886, un article sur la méthode active de Henri Marion en 1888.

47 Alexandre Daguet, « Histoire critique de l’éducation en France, de Gabriel Compayré », L’Éducateur, 1/1880, p. 4.

48 Patrick Dubois, Le Dictionnaire de Ferdinand Buisson : aux fondations de l’école républicaine (1878-1911), Berne, Peter Lang, 2002, p. 85 sq.

49 Lettre de F. Buisson à Daguet, sans lieu ni date, AEN, Fonds Daguet.

50 Alexandre Daguet, « Pédagogie et bibliographie françaises », L’Éducateur, 7/1881, p. 101.

51 Voir Jean-Yves Mollier, Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.

52 Recensions dans L’Éducateur, 11/1875, p. 172-173 ; 17/1875, p. 266-267 ; 1/1876, p. 7-8 ; 11/1876, p. 170-171 ; 15/1877, p. 234 ; 13/1878, p. 199 ; 4/1879, p. 58 ; 8/1880, p. 114-115 ; 7/1881, p. 101-102 ; 4/1883, p. 49-50 ; 3/1884, p. 39-20. Voir Federico Ferretti, « Géographie, éducation libertaire et établissement de l’école publique entre le XIXe et le XXe siècle : quelques repères pour une recherche », Cartable de Clio, n° 13, 2013, p. 187-199 et du même auteur, Élisée Reclus, Pour une géographie nouvelle, Paris, Éditions du CTHS, 2014.

53 L’Éducateur, 1881, p. 202.

54 Lettre de Louis Zuccaro, abonné à L’Éducateur, à Alexandre Daguet, envoyée de Milan le 12 mars 1880, L’Éducateur, 8/1880, p. 116-117.

55 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur 1880, 1881 et 1882 », L’Éducateur, 17/1882, p. 260.

56 Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.

57 Jean-Loup Amselle, Branchements : Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2005.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search