Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Deuxième partie. Internationales de l'éducation et savoirs scolaires métissés

5. Connexions franco-romandes et bigarrures pédagogiques

Texte intégral

  • 1 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La (...)

1Dans Les quatre parties du monde, Serge Gruzinski développe un argumentaire fort pertinent sur la manière de penser l’interrelation et les phénomènes de métissages. Sensible à l’idée de cloisonnement, il fait remarquer que « des différences et des distances souvent exagérées, réifiées et parfois même imaginées de toutes pièces finissent par enterrer les continuités, escamoter les coïncidences ou les passages qui rendaient viable au jour le jour la coexistence entre les êtres et les sociétés1 ». Avisé de ce constat, il s’agira donc de placer ici les phénomènes de circulations et de métissages au centre de la discussion, afin d’éclairer les multiples connexions pédagogiques qui se concrétisent dans l’espace franco-romand du long XIXe siècle.

Quand la France recrutait du made in Switzerland

  • 2 Roger Francillon, De Rousseau à Starobinsky. Littérature et identité suisse, Lausanne, Presses pol (...)

2On pourrait croire que, durant la période de construction identitaire romande, toute implication avec les milieux parisiens pouvait être perçue d’un mauvais œil. Roger Francillon précise à dessein que « les écrivains qui, tels Victor Cherbuliez ou Édouard Rod, ont préféré s’installer à Paris pour y faire carrière, sont regardés avec méfiance et considérés un peu comme des “traîtres” à la patrie romande2 ». Alain Clavien, dans sa thèse sur les Helvétistes, a cerné ce rapport « trouble et ombrageux » entretenu par les intellectuels romands avec Paris, fait d’attirance et de rejet :

  • 3 Alain Clavien, Les Helvétistes : intellectuels et politique en Suisse romande au début du siècle, (...)

Attirance, parce que Paris offre la possibilité de s’évader du cadre restreint du champ romand, de court-circuiter certaines instances de légitimation romandes : même s’il fait bon accueil à la production suisse, le public romand n’en lit pas moins les succès parisiens avec empressement. Rejet parce que cette reconnaissance de l’autorité parisienne revient à accepter une situation de dominé, une relation asymétrique, ce que les intellectuels dominant le champ littéraire romand refusent évidemment3.

  • 4 Sur le sujet, on lira Jean-Daniel Morerod (dir.), Les Romands et la Gloire, Actes du colloque de L (...)
  • 5 Voir François Pharisa, « Victor Tissot entre succès et polémiques », AF, 76/2014, p. 57-68 ; Serge (...)

3L’appel d’une vie meilleure, comportant ses hypothétiques rêves de gloire, a pourtant tenté plus d’un Romand4. Parmi les trajectoires les plus accomplies, on citera celle du Fribourgeois Victor Tissot (1844-1917)5. Après des études de droit à Fribourg-en-Brisgau, Tübingen, Leipzig et Vienne, Tissot passe un an dans la capitale française où il collabore à la rédaction du Dictionnaire de Larousse ainsi qu’à celle du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau, impulsant l’entrée de quelques Suisses dont celle de son ami Alexandre Daguet. Au passage, on notera que ce dernier, alors rédacteur de L’Éducateur, prévoyait de fonder un Journal d’éducation récréatif avec Tissot, alors de passage à Paris entre 1866 et 1867 :

  • 6 Lettre de V. Tissot à Daguet, Paris, 1867, AEN, Fonds Daguet.

Je n’ai pas oublié le projet dont vous m’avez entretenu une fois à Fribourg, celui de fonder ensemble un Journal d’éducation récréatif. J’étudie les gens ici, chaque soir, dans les cabinets de lecture, et je pense que vous pourriez tenter quelque chose qui aurait chance de succès, nous ne nous adresserions pas seulement en Suisse, mais aussi à la France, à l’Allemagne, etc. Depuis que je me suis lancé dans la librairie, j’en connais un peu les ficelles, et surtout le secret de mettre en état une publication nouvelle. Comme vous le disait Cherbuliez, et comme me le rappelait dimanche Houssaye, un journal d’éducation bien rédigé et formant volume chaque année est l’entreprise littéraire qui court le moins de risques6.

  • 7 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française 1870-1914, Paris, PUF, 1959, p. 322.

4Rappelé au pays en 1867, Tissot entre à la Gazette de Lausanne et lance en 1871 les suppléments littéraires hebdomadaires qu’il déclinera en France lorsqu’il deviendra rédacteur en chef du Figaro entre 1888 et 1893. Tissot se fixe dans la capitale française en 1874 et s’y forge rapidement une audience internationale grâce à la publication de ses Voyages au pays des milliards (1875) vendus à plus de 100 000 exemplaires (quarante éditions en deux ans). Claude Digeon dira de lui qu’il a « donné un nouveau visage de l’Allemagne7 » en France.

5Les pédagogues aussi vont trouver grâce dans l’hexagone, emportant avec eux des références pédagogiques essentiellement germaniques. Au début du XIX e siècle, ce sont essentiellement des éducateurs protestants que l’on fait venir à Paris. Ainsi, le théologien Adam Vuillet (1814-1892), formé à l’académie de Lausanne, est appelé dès 1844 à diriger l’École normale protestante de Paris (1844-1858). Il commence à y publier ses manuels d’histoire et de géographie qui ont contribué à répandre le goût et l’étude de ces sciences. Frédéric Gauthey (1795-1864), un artisan du Réveil, enseigne également plus de dix-huit ans en France. Après avoir fondé l’école normale du canton de Vaud en 1833, il accepte la direction de celle de Courbevoie de juillet 1846 à sa mort en 1864. On sait que la Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France songeait à créer une école capable de former des instituteurs sous le cachet de l’Église évangélique, raisons pour lesquelles on se rapprocha de ce spécialiste de Pestalozzi :

  • 8 Souvenirs du Pasteur L. F. F. Gauthey, directeur des écoles normales du canton de Vaud et de l’éco (...)

La grande question, celle d’où dépendait l’avenir de l’institution, était le choix du directeur. Le nom de Gauthey était honorablement connu par ses publications et par la position qu’il avait occupée en Suisse. Un de ses anciens élèves, instituteur à Paris, le désigna à M. le pasteur Montandon. D’ailleurs, plusieurs membres du comité le connaissaient personnellement […] L’ami de Pestalozzi, de Girard, de Vinet, de Fellenberg, consentit à venir dispenser à de jeunes Français les trésors de son savoir, de sa piété et de son expérience. Pour se mettre en règle avec l’administration, et d’après l’avis de Victor Cousin, alors ministre, il consentit à subir, à Besançon, un examen d’instituteur8.

  • 9 Paroz publia en 1879 son cours de pédagogie qu’il intitula L’École primaire. Cahier de pédagogie d (...)
  • 10 Julien Bourquin, Des portes qui s’ouvrent ou la vie de Jules Paroz (1824-1906), Neuchâtel et Paris (...)
  • 11 Voir L’École normale, 1858-1859, p. 1, 17, 33, 69, 84, 113, 177, 193, 225, 237, 289, 369.
  • 12 Duruy souhaitant bénéficier de ses conseils, l’invita à lui adresser un mémoire sur les rapports e (...)
  • 13 Ibid., p. 157.
  • 14 Jean-Magloire Baudoin (1818-1882), docteur de l’université d’Iéna, observa les écoles professionne (...)
  • 15 Julien Bourquin, op. cit., p. 119.

6Si ces éducateurs ont répandu des innovations pédagogiques dans leur patrie d’exil, d’autres collaborations franco-romandes y contribuèrent tout autant. Ce fut notamment le cas pour l’éducateur protestant Jules Paroz (1824-1906), spécialiste de Pestalozzi9 et de la méthode intuitive, qui reçut en 1858 à Berne la visite de Pierre Larousse10. Le grammairien parisien venait prier son confrère suisse de fusionner son journal avec sa propre revue L’École normale. Rappelons qu’en novembre 1848, Paroz fonde une modeste feuille pédagogique, L’Éducateur populaire, qui permet une diffusion transcantonale des principes pestalozziens auprès des instituteurs romands. Outre un aspect financier intéressant, la coopération avec Larousse encourage Paroz à rédiger une Histoire universelle de la pédagogie qui sera publiée par livraisons dans L’École normale dès 185811. De passage à Paris lors de l’Exposition universelle de 1867, l’éducateur protestant tente de convaincre Larousse de publier une version allégée de son Histoire universelle. Absorbé par la tâche, l’auteur du Grand Dictionnaire décline l’offre et l’œuvre de Paroz paraît chez Charles Delagrave dès 1872 (cinq rééditions successives et des traductions en russe, grec, roumain, italien, espagnol, et partiellement en allemand). Cette somme lui vaudra une renommée européenne et les considérations du ministre de l’Instruction publique française Victor Duruy12. Paroz est également approché par l’éditeur Charles Delagrave pour participer à l’aventure de la Revue pédagogique, dirigée par un compatriote, James Guillaume, qui lui fait savoir que « [son] autorité est grande en France et [ses] bons conseils seront entendus et suivis13 ». On notera encore que l’inspecteur général Jean-Magloire Baudouin, observateur avisé des écoles helvétiques14, propose à Paroz de prendre la direction d’une école secondaire fondée par de riches propriétaires allemands aux portes de Paris. Celui-ci consigne dans ses Mémoires qu’il aurait accepté le poste si M. Baudouin s’était rendu chez lui comme promis à la veille du congrès de la SIR à Neuchâtel (1870) : « il a peut-être craint mes principes évangéliques15 » écrit-t-il sournoisement. Toutefois, sachant Daguet désespéré à Fribourg, placé par le nouveau gouvernement conservateur à un poste peu en adéquation avec ses ambitions et ses qualités, il écrit à son ancien professeur :

  • 16 Lettre de J. Paroz à Daguet, Berne, 8 octobre 1865, AEN, Fonds Daguet.

Vous m’avez parlé hier de difficultés, etc., que vous auriez à Fribourg, de votre désir de le quitter, si une chance favorable se présentait. Cette pensée ne cesse de me poursuivre et c’est elle qui me met la plume à la main : je souffre de vous sentir dans une position qui ne répond ni à vos besoins, ni à vos talents. Dernièrement, M. Baudoin (sic), inspecteur général à Paris, et précepteur dans la famille du duc d’Orléans, a demandé un directeur à M. Sandoz pour une école secondaire que de riches Allemands de Paris ont ouverte à Bourg-la-Reine, près de Sceaux ; c’est à un quart d’heure de la capitale en chemin de fer. On offrait le logement et 3 000 à 3 600 F […]. Voilà donc un poste avantageux, me semble-t-il, pécuniairement parlant. M. Baudoin veut un directeur au courant des méthodes allemandes. Vous serez certainement mieux qualifié que moi pour ce poste, et je viens vous y rendre attentif, si vos difficultés, comme les miennes, sont d’une nature pécuniaire. Je vous verrais avec peine quitter la Suisse, il me semble même que cela ne doit pas se faire, et je m’accuse de trahison en vous écrivant ; mais on est quelquefois obligé de faire ce qu’on n’aimerait pas faire16.

  • 17 En 1846, Daguet décline l’appel du gouvernement vaudois à la chaire d’histoire à l’académie de Lau (...)

7Si Daguet n’accepte ni ce poste, ni les autres propositions qu’on lui fait en Suisse et en Belgique17, il reçoit quelques années plus tard une proposition fort attrayante. Son ancien collègue et ami Ferdinand Buisson l’appelle à le rejoindre à Paris pour élever une œuvre internationale d’éducation :

  • 18 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur », L’Éducateur, 17/1882, p. 259.

Ce sont ces mêmes articles qui valaient au rédacteur en chef de votre feuille, de la part de M. Buisson, aujourd’hui directeur de l’Instruction primaire de la République française, la proposition flatteuse de s’associer à lui pour la publication de l’œuvre internationale d’éducation que méditait alors cet auteur du Dictionnaire universel de la Pédagogie […] Mon refus, dans cette circonstance, fut dicté par mon attachement à l’œuvre nationale commencée par vous, avec vous, et qu’il eût fallu interrompre pour concourir dignement à l’entreprise de mon ancien collègue à l’écadémie de Neuchâtel18.

  • 19 Alexandre Daguet, « Eugène Rambert », L’Éducateur, 24/1886, p. 377. Eugène Rambert (1830-1886) fut (...)

8Daguet décline à nouveau cette offre et argumente ce choix en invoquant la fidélité que son collègue Eugène Rambert (1830-1886) voua à son pays lorsqu’il refusa « de se fixer à Paris et déclina les propositions brillantes qui lui avaient été faites pour l’attacher à la Revue des Deux Mondes19 ». Pourtant, malgré sa haute conscience patriotique, Daguet envisagea l’exil parisien. Il a sans doute fallu cette mise en garde de Henri-Frédéric Amiel et l’avertissement procuré par l’exemple scabreux de Juste Olivier qui avait suivi Sainte-Beuve dans la capitale française, pour flétrir ses adultères patriotiques :

  • 20 Lettre de H.-F. Amiel à Daguet, Genève, 15 novembre 1879, Bibliothèque de Genève, Salles des manus (...)

Une transplantation à Paris m’apparaît comme riche en déboires sans nombre, quand on n’a plus trente ans et qu’on n’a pas la flexibilité de dos, de langue et de caractère nécessaire pour se faire de puissants protecteurs. Je vous en prie, regardez à cinq fois avant de prendre ce parti. Juste Olivier qui l’a pris à la fleur de l’âge et qui avait beaucoup de circonstances favorables, s’en est mal trouvé cependant et l’a toujours regretté. Quelles que soient les amertumes possibles de votre situation en Suisse, elles sont probablement un mal moindre que celles dont abondent les émigrations tardives. D’ailleurs, si vous avez des ennuis ou des jaloux ou des ingrats dans votre pays, c’est pourtant en Suisse que vous avez vos partisans, vos appréciateurs, vos amis, les services rendus, toutes les attaches qui soutiennent, tous les appuis qui réconfortent. Vous me permettez bien de vous dire ingénument mon impression, laquelle, j’en conviens, est sans valeur puisque j’ignore vos motifs et vos chances. Mais ce sont les craintes d’un ami20.

  • 21 Henri-Frédéric Amiel, Journal intime, t. XII, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1994, p. 223.

9Amiel clôt l’affaire en inscrivant dans son Journal intime : « Le pauvre cher homme est, paraît-il, usé à Neuchâtel. Il songe à un établissement à Paris ! C’est stupéfiant21. » C’est par conséquent un autre Romand, James Guillaume, qui occupera le poste proposé à Daguet, même si Ferdinand Buisson dut s’y reprendre à deux reprises et que des circonstances personnelles hâtèrent l’exil du Neuchâtelois en mai 1878.

James Guillaume, un Neuchâtelois à Paris

  • 22 Pour davantage de précisions sur l’itinéraire de James Guillaume (1844-1916), voir Marc Vuilleumie (...)
  • 23 Après avoir travaillé dans l’imprimerie de son frère jusqu’en 1872, il survit grâce à quelques tra (...)

10James Guillaume (1844-1916) naît en février 1844 à Londres22. Sa famille paternelle, active dans le monde horloger du Valde-Travers, détient une succursale dans la capitale britannique. Neuchâtel, ancienne cité prussienne devenue républicaine lors de la révolution de 1848, rappelle toutefois le père de James qui s’occupe dès lors essentiellement de politique. Après avoir fréquenté les écoles de la cité, le jeune homme s’installe à Zurich en septembre 1862. Autrefois sceptique envers ces enseignants qu’il n’écoutait jamais, il se passionne au contact de deux professeurs allemands réfugiés en Suisse, le philologue Hermann Köchly (1815-1876) et le célèbre professeur d’esthétique Friedrich Theodor Vischer (1807-1887). De retour en pays neuchâtelois, il passe fin 1864 l’examen du professorat des écoles industrielles et enseigne à l’école industrielle du Locle jusqu’en 1869. Cette première incursion réelle dans le monde ouvrier s’avère décisive. Désireux de se consacrer tout entier à l’instruction du peuple, il organise des cours du soir pour les apprentis, puis des conférences d’histoire afin d’élever les connaissances générales des ouvriers jurassiens. Parallèlement, il poursuit ses lectures : Feuerbach, Darwin, Fourier, Louis Blanc ou Proudhon qu’il considérait d’ailleurs comme un sophiste dans sa jeunesse. C’est au contact des révolutionnaires européens rencontrés lors des congrès de l’AIT et du congrès de Genève (1867) de la Ligue de la paix et de la liberté que sa pensée prend toute sa profondeur. Sa rencontre avec Bakounine ne fait que confirmer ses vues. Ses activités militantes ne restent pas sans conséquence sur sa situation personnelle, puisqu’il est renvoyé de son poste de professeur au milieu de l’été 1869 et vit ensuite de petits boulots23. Sa renommée de dangereux révolutionnaire, qui le poursuit, l’incite à hâter son départ pour Paris, de peur de perdre le travail de traduction que lui promet une maison d’édition parisienne. Guillaume part seul le 1er mai 1878, jour d’ouverture de l’Exposition universelle. Dans une lettre à sa femme, il explique :

  • 24 James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, Paris, Stock, 1905, p. 304.

Il m’est bien difficile de le dire par lettre toutes les idées que j’ai relativement à Paris et à nos futurs arrangements… Je pense d’abord, qu’il m’est impossible de continuer à vivre à Neuchâtel : je n’y trouverai plus de travail ; c’est donc la question du pain, en tout premier lieu, qui me pousse à Paris. Il y a deux autres questions encore dont je ne te parle qu’en passant, mais qui ont pour moi, comme tu sais, beaucoup de valeur : 1. mon développement intellectuel : à Neuchâtel j’étouffe et je m’abrutis, je ne fais pas de mes facultés l’usage que je dois en faire ; 2. mon devoir comme socialiste24.

  • 25 « Depuis longtemps j’avais le désir d’aller vivre à Paris, pour être plus à portée de me livrer au (...)

11Deux raisons principales ont donc poussé Guillaume à rejoindre Paris : ses engagements avec une grande maison d’édition parisienne, sans doute Hachette, ainsi que l’effervescence socialiste qui commençait à exciter la population ouvrière de Paris où se trouvaient déjà Andrea Costa (1851-1910) et Pierre Kropotkine. Deux jours après son arrivée dans la capitale, on retrouve Guillaume à la tâche. Il va pouvoir, enfin, se consacrer à sa période historique favorite25 et retourner aux sources de l’éducation sous la Révolution française afin de réenchanter le paradis perdu des hommes de la IIIe République. À Paris, on découvre un homme radieux, qui écrit en date du 3 mai « se sentir dans sa vraie patrie », avant de poursuivre quelques jours plus tard :

  • 26 Lettre de Guillaume à sa femme, mai 1878, in James Guillaume, L’Internationale : documents et souv (...)

Je t’écris de la Bibliothèque nationale, en attendant qu’on m’apporte les livres que j’ai demandés pour travailler… J’ai déjeuné au Palais Royal, à deux pas ; et ensuite, en fumant ma cigarette dans le jardin, au milieu des fillettes qui jouaient, je pensais à la joie que la nôtre aurait à courir là, sous ces arbres, autour de ces pièces d’eau ; et je pensais aussi : c’est dans ce jardin qu’a commencé la Révolution française ; c’est monté sur une chaise comme celle sur laquelle je suis assis que Camille Desmoulins a appelé le peuple aux armes la veille de la prise de la Bastille26.

12Cette thèse d’une renaissance personnelle et intellectuelle parisienne semble d’ailleurs se confirmer avec le temps. Le cadre tolérant, laïc, dans lequel il évolue aux côtés de Buisson semble lui convenir parfaitement :

  • 27 Lettre de Guillaume à sa mère, 1881, citée par Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit li (...)

Par M. Buisson, j’ai fait peu à peu la connaissance d’à peu près toutes les personnes qui ont un nom ou une fonction importante dans l’instruction publique ; on me fourre de temps en temps dans une commission, et j’y vais siéger sans scrupule, attendu qu’il ne s’agit que de pédagogie et non de politique. J’ai conservé une entière liberté de langage avec M. Buisson et ceux que je connais, et je m’en trouve très bien ; on sait ce que je pense, on ne me demande que ce qui est compatible avec mes idées. Tout ce monde-là est tolérant en raison même de son intelligence, du moment qu’on a reconnu que vous n’êtes pas un imbécile, on vous traite avec sympathie ; en Suisse au contraire, on ne me pardonnait pas de n’être pas un imbécile : c’était là mon grand crime27.

  • 28 James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, Paris, Stock, 1905, p. 325.

13Concernant les contingences de sa vie parisienne, Guillaume raconte qu’il aurait pu devenir professeur de grec à l’école Monge, sous les auspices du philosophe Joseph de Bagnaux (1831-1882) et du grammairien Wierzejski, s’il n’était entré au service de Ferdinand Buisson pour œuvrer au cœur du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction et de la Revue pédagogique28. L’historiographie s’accorde sur son rôle de cheville ouvrière de l’ouvrage, qui ne fut d’ailleurs pas un secret pour les contemporains : Buisson a multiplié les remerciements et les témoignages de reconnaissance à son fidèle bras droit :

  • 29 Ferdinand Buisson, « Hommage à James Guillaume », Vie ouvrière, 20 février 1914, p. 214.

C’est à James Guillaume que j’ai dû de pouvoir publier, il y a trente ans, un ouvrage qui, à cette époque, apportait à la France un véritable trésor de documents et de matériaux pour l’œuvre scolaire que la République allait entreprendre. Le Dictionnaire de pédagogie mettait sous les yeux de tous un tableau complet de la législation et des institutions scolaires du monde entier, en même temps que des études originales sur l’histoire des doctrines sur les doctrines elles-mêmes. Quiconque est au courant de ce qui s’est fait pour l’école en France sous la Troisième République, sera d’accord avec nous pour dire qu’une place est due, et une des plus grandes, dans l’histoire de notre éducation nationale, une place aussi dans l’estime et la reconnaissance publiques à cet homme qui, au rebours des autres, a mis son point d’honneur dans le silence, dans le travail et dans l’obscurité voulue, à ce grand et modeste éducateur des éducateurs français29.

  • 30 Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit libertaire dans la première Internationale (AIT)  (...)

14La laïcité à la française a donc particulièrement convenu à James Guillaume et l’a même fait grandir en quelque sorte. Marc Vuilleumier rappelle combien ses proches amis parisiens ont contribué à le diriger vers certaines grandes entreprises, notamment Lucien Herr, « lequel, inlassablement, le poussa à rédiger son œuvre majeure : les quatre volumes de l’Internationale, Documents et souvenirs (1864-1878), qui parurent de 1905 à 191030 ».

En mission dans les congrès suisses

15Le premier congrès des instituteurs de la Suisse romande se tient à Fribourg (1866) et a pour fonction essentielle de créer du relationnel entre les instituteurs romands. Il s’agit d’estomper les préventions et autres stéréotypes cantonaux encore particulièrement prégnants, notamment entre les cantons catholiques et protestants. L’esprit de corps qui règne lors de ces rencontres est remarqué par les visiteurs étrangers. M. Heinemann, instituteur protestant de Paris, membre de la Société des institutrices et des instituteurs du département de la Seine, relève au sujet du congrès de Saint-Imier de 1874 :

  • 31 Compte-rendu du Ve congrès scolaire de la Société des Instituteurs de la Suisse romande tenu à Sai (...)

J’aurai beaucoup de choses à raconter à mon retour. Je parlerai à mes collègues de votre solidarité, de votre amitié et surtout de la manière distinguée dont vous savez exercer l’hospitalité. À Paris nous n’avons pas les mêmes prérogatives que vous. D’abord il nous manque l’esprit de corps et nous sommes trop peu nombreux. Nous avons besoin de travailler comme vous le faites, à l’instruction de notre population qui est bien ignorante, bien plus ignorante qu’en Suisse31.

16Par ailleurs, il faut dire que les villes qui accueillent ces congrès se transforment pour l’occasion. Le décorum grandiose et solennel de ces fêtes a, à l’évidence, permis de valoriser l’image du corps professoral dans l’opinion publique ; les visiteurs sont frappés par cette mise en scène inédite.

17Le congrès de 1870, qui a lieu à Neuchâtel les 20 et 21 juillet 1870, se tient dans des circonstances singulières puisqu’il débute, on l’a déjà vu, au lendemain de la déclaration de guerre française à la Prusse. Cette conférence marque l’entrée en scène d’un passeur emblématique de la pédagogie franco-romande. Il s’agit de Charles Defodon (1832-1891), rédacteur en chef du Manuel de l’instruction primaire et délégué de la Société pour l’instruction élémentaire :

  • 32 Compte-rendu du congrès pédagogique de Neuchâtel en 1870, et rapport sur l’exposition scolaire de (...)

J’y suis venu comme délégué de la Société pour l’instruction élémentaire de Paris, d’une Société qui date aujourd’hui de cinquante-cinq ans ; qui, fondée dans de tristes jours où notre pays était envahi par l’étranger, avait compris dès lors que le seul moyen de relever un peuple, c’est de l’instruire, et qui depuis n’a cessé de poursuivre ce but, malgré toutes les difficultés et malgré les résistances. Et puis, je suis venu à vous, j’oserai le dire, en mon propre nom. Rédacteur en chef d’un journal scolaire qui tient à honneur de suivre les doctrines des Pestalozzi et des Girard, de vos illustres compatriotes […] j’ai voulu, après avoir visité les expositions scolaires de la France, répondre à l’invitation que vous nous aviez faite en 1867, en visitant et en étudiant l’exposition solaire de la Suisse romande, persuadé que je trouverais dans cette visite et dans cette étude l’occasion de bien des observations et de bien des rapprochements intéressants et utiles32.

  • 33 Voir l’article « Charles Defodan (sic) » (on n’a curieusement jamais corrigé cette coquille), NDP,(...)

18À partir de cette visite neuchâteloise, cet ancien secrétaire de Victor Cousin s’impose comme la principale tête de pont, avec Buisson et Daguet, des relations pédagogiques entre la Suisse romande et Paris. Spécialiste des questions scolaires internationales, notamment grâce à son rôle-clé dans la réalisation de l’exposition scolaire à Paris en marge de l’Exposition universelle de 1867, Defodon est ensuite régulièrement délégué par Hachette pour visiter les expositions scolaires départementales ou étrangères33. Ses visites aux congrès romands de 1870, 1872, 1874 et 1884 sont systématiquement rapportées et commentées dans le Manuel de l’instruction primaire.

  • 34 Alexandre Daguet, « Nécrologie », L’Éducateur 16/1877, p. 246.
  • 35 Charles Defodon, « Nécrologie », Manuel général de l’instruction primaire, n ° 26, 30 juin 1877, p (...)
  • 36 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 51.

19Un autre Français à moitié suisse par son séjour sur les bords du Léman à Nyon34 est présent, comme Defodon, à Saint-Imier en juillet 1874. Fondateur de la Société d’éducation de Lyon, Jean Georges Hoffet (1803-1877) appartient à une famille protestante originaire de Strasbourg. Parfaitement bilingue, il administre des prédications aux ouvriers allemands et suisses établis à Lyon. Il y préside d’ailleurs la Société de moralisation et de secours pour les ouvriers alsaciens, suisses et allemands, fondée pour empêcher la démoralisation presque inévitable des ouvriers qui arrivaient à Lyon sans connaître la langue française35. Fasciné par l’utilité des congrès romands, Hoffet souhaite importer le concept outre-Rhône : « En France, l’idée n’a malheureusement pas encore pu être exécutée. J’ai l’entière conviction que sans des conférences pédagogiques, jamais les instituteurs ne pourraient faire les progrès qu’ils devraient faire36 ».

20En 1880, Ferdinand Buisson mandate Bonaventure Berger (1826-1890), le premier directeur du musée pédagogique et de la Bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, pour assister au congrès des instituteurs de la Suisse allemande à Soleure. Deux ans plus tard, c’est l’inspecteur Guillaume Jost, originaire de Strasbourg et dont Daguet relève à plusieurs reprises l’excellence de l’allemand, qui assiste à celui de Bâle :

  • 37 Discours de G. Jost au Lehrertag de Bâle de 1884, reproduit dans A. Daguet, « Le Lehrertag de Bâle (...)

Depuis longtemps nos gouvernements ont l’habitude d’envoyer à l’étranger des délégués chargés d’étudier l’organisation des écoles, les méthodes d’enseignement, toutes les questions administratives, financières, pédagogiques qui intéressent le progrès de l’instruction élémentaire. Nous voulons savoir comment les nations voisines comprennent ces questions, et comment on fait passer dans la pratique les règles de la pédagogie théorique. Nous suivons en cela l’antique maxime : Prüfet alles und behaltet das Beste (examinez tout et retenez ce qui est bon). Mais c’est surtout depuis 1871, depuis l’établissement définitif du gouvernement républicain, que ces questions sont devenues vitales pour nous, car, comme l’a dit un de nos grands esprits, c’est dans la puissance de l’éducation que réside la force d’une république […] Quel pays, Messieurs, se prête mieux que le vôtre à ces enquêtes ? Quel pays a fait plus pour l’instruction du peuple ? Dans quel pays nous sentons-nous plus à l’aise, nous Français, qu’au milieu de ce peuple libre, habitué depuis longtemps à la liberté dont il a fait un si noble usage ? […] M. Fallières, notre ministre de l’Instruction publique, a visité récemment ces écoles de Bâle, et c’est certainement à elles qu’il a songé quand il a dit, hier, dans une fête scolaire à Moissac : Les palais de la démocratie, ce sont les écoles37.

  • 38 Alexandre Daguet, « Chronique scolaire », L’Éducateur, 13/1882, p. 205.
  • 39 Alexandre Daguet, « L’exposition nationale de Zurich, jugée par M. Dumesnil, conseiller d’État de (...)

21On sait par ailleurs que Berger profite de son passage en Suisse pour visiter les écoles de plusieurs cantons en 1880 et que Jost parcourt une partie du pays en 1881. Ces missions sont à l’origine de la programmation d’excursions scolaires dans les pays voisins en faveur des élèves-maîtres français38. En 1883, Ferdinand Buisson et Georges Dumesnil se rendent à Zurich pour visiter l’exposition nationale suisse39. À l’évidence, les congrès des instituteurs suisses vont rapprocher les hommes d’école romands de leurs collègues français et contribuer à parfaire les connaissances des systèmes pédagogiques germaniques de ces derniers. Au fur et à mesure des rencontres, des liens se créent et des coopérations se dessinent, faisant de la Suisse une sorte d’intermédiaire entre le Nord et le Midi.

Un trait d’union entre le Nord et le Midi

  • 40 « Convocation au congrès d’instituteurs de Neuchâtel (1870) », Le Manuel général de l’instruction (...)

La Suisse, par sa position au centre de l’Europe et au confluent des races latine et germanique, semble prédestinée à devenir de plus en plus le trait d’union entre les grands peuples qui l’entourent40.

  • 41 J’emprunte cette idée à Anne-Marie Thiesse, entretien avec l’auteure, ENS-Paris, juin 2011.

22Quel fut le rôle de la Suisse (romande) dans le passage de savoirs pédagogiques en France ? On peut en premier lieu penser qu’il était pratique, pour des pédagogues français peu à l’aise avec la langue allemande, de transférer chez eux des méthodes germaniques préalablement traduites et expérimentées dans le giron romand. De plus, il est probable que la Romandie a joué pour la France le rôle de « sas de décontamination41 » des idées allemandes dans le sens où il s’avérait plus aisé de puiser des savoirs pédagogiques en Suisse que chez l’ennemi allemand, même si les contacts et les missions restèrent conséquents entre les deux pays rivaux. Ce qui est certain, c’est que la Suisse s’est imposée durant le XIXe siècle comme un intermédiaire, sinon comme un passeur entre les cultures du nord et du sud de l’Europe.

  • 42 Ibid., p. 40.
  • 43 Amiel développe cette idée dans son texte programmatique Du mouvement littéraire dans la Suisse ro (...)
  • 44 Daniel Maggetti, op. cit., p. 125 sq.
  • 45 Alexandre Daguet, « Union de la Suisse française et de la Suisse allemande », L’Éducateur, 14/1869 (...)

23Culturellement, il est intéressant de constater qu’à partir des années 1840 et de la rupture du lien forcé avec la France proclamée par des auteurs comme Henri-Frédéric Amiel, Eugène Rambert ou Joseph-Marc Hornung, l’élite romande s’accorde sur un point : la Romandie – et la Suisse plus généralement – incarnent une posture médiane au sein du concert des nations européennes. Daniel Maggetti propose dans sa thèse une synthèse détaillée de ce repositionnement stratégique et explique qu’au début du siècle, avec des auteurs francophiles comme Alexandre Vinet, Jean-Jacques Porchat ou Juste Olivier, la Suisse romande demeurait fortement dépendante de Paris. Ainsi, « l’absence de référence à l’Allemagne montre qu’on n’attribue pas encore à la Suisse française ce statut de nation intermédiaire calqué sur la représentation de l’Helvétie, et destiné à la détacher de la France42 ». Le fait que des intellectuels comme Amiel – formé à Berlin – ou son ami Daguet se soient nourris de références essentiellement germaniques marque une rupture. Dès lors, pour Amiel comme pour son rival Joseph-Marc Hornung, la Suisse doit jouer le rôle d’intermédiaire entre la France et l’Allemagne43. La pensée du belge Lucien Jottrand (1804-1877) s’avère encore plus explicite, puisqu’il fait de la Suisse romande la messagère des valeurs protestantes en France44. Daguet indique que « c’est à nous Suisses français ou romans (sic), à colliger tous ces avantages des deux civilisations et à servir de trait d’union aux diverses nationalités45 ». De ce fait, n’est-il pas étonnant de constater la responsabilité quasi prophétique qu’il assigne à la pédagogie de son pays :

  • 46 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 64.

Si la mission politique et sociale de la Suisse, au milieu des grandes nations qui l’entourent, est une mission de paix, de neutralité, de médiation, de bienfaisance, le rôle de la pédagogie suisse ne serait-il pas de servir d’intermédiaire et de trait d’union entre les systèmes d’éducation du Nord et du Midi46 ?

  • 47 Alexandre Daguet, « Pédagogie et Encyclopédie françaises », L’Éducateur, 10/1880, p. 148.

24Dans cette perspective, il n’est pas rare de voir Daguet intervenir en médiateur paternaliste lors de tensions franco-allemandes. Il réagit par exemple à une attaque de Célestin Hippeau contre les Allemands parue dans L’École nouvelle : « Nous ne ménageons pas les Allemands, quand ils offensent la langue française et font du teutonisme. Mais le chauvinisme ne vaut pas mieux et devrait avoir disparu des journaux scolaires, comme il a disparu d’un grand nombre d’organes de la presse politique47. » Dans l’imaginaire européen se fixe peu à peu l’image d’une Suisse qui apporte son crédit à l’élaboration culturelle européenne, comme l’exprime l’ancien président de la république espagnole Emilio Castelar :

  • 48 Alexandre Daguet « Pestalozzi et la Suisse loués par Emilio Castelar », L’Éducateur, 2/1876, p. 17 (...)

Les cités républicaines sont celles qui ont le plus contribué à l’éducation de l’espèce humaine […] Athènes lui a donné ses statues, Rome ses lois, Florence les arts de la Renaissance, Gênes, la lettre de change pour le commerce, Venise, les glaces, Pise, la loi du pendule, Strasbourg, l’imprimerie. Tout le mouvement intellectuel de la France au XVIe siècle eût été perdu, s’il n’eût trouvé un asile à Genève ; sans la Hollande, l’Angleterre devenait réactionnaire avec les Stuarts. Zurich a exercé une grande influence sur le mouvement intellectuel de l’Allemagne. Là ont séjourné Schelling et Fichte ; là écrivirent Klopstock et Gessner ; là encore brillait le théologien, le physionomiste Lavater ; c’est là aussi qu’est né Pestalozzi48.

25Mais on ne saurait trop souligner combien cette position médiane de la Suisse va en faire une plateforme des idées pédagogiques occidentales. Dans ce sens, sa presse pédagogique incarne un réceptacle hybride qui s’est nourri des questionnements et des innovations pédagogiques de son temps.

Annexes

Les Suisses du Dictionnaire de Buisson

Réinvesti depuis une dizaine d’années par les historiens de l’éducation, le Dictionnaire de Pédagogie et d’instruction primaire de Buisson a évolué du statut de lieu de mémoire reconnu, mais finalement peu exploité, à celui de source de première main49. Si l’on évoque les Suisses du Dictionnaire, c’est à l’évidence à James Guillaume que l’on pense immédiatement. Toutefois, huit autres Helvètes sont approchés par Buisson et figurent de ce fait sur la liste des collaborateurs pressentis pour la première édition de 187850. Trois d’entre eux ne livreront aucun article. C’est le cas de Raphael Horner, leader du mouvement pédagogique catholique à Fribourg et directeur du Bulletin pédagogique51. Si Buisson pense pour un temps l’engager, non sans demander conseil à Daguet52, il semble que ce dernier ait réussi à éliminer du projet son principal opposant de Fribourg. Buisson lui en rendit compte : « Vous savez assez mes idées pour ne pas me supposer une grande tendresse pour l’abbé Horner ou tout autre ultramontain. J’ai eu tort de mettre son nom sur la liste puisqu’on y attribue (sic) le sens que vous dites ; je l’ai fait par honnêteté, sans y attacher la moindre importance53. » Par ailleurs, s’il est difficile d’argumenter sur les causes de l’ajournement de la collaboration du Fribourgeois Magnin, professeur à Wiesbaden, s’agissant de Xavier Ducotterd (1836-1920), un autre Fribourgeois exilé en Allemagne, les choses sont d’autant plus complexes à cerner qu’il s’apprêtait à livrer un article de grande portée consacré à l’intuition :

Du reste je n’ai pas renoncé à un article sur Herbart. C’est un travail que je ferai aussitôt que j’aurais achevé celui dont je me suis chargé pour M. Buisson de Paris, pour lequel vous travaillez aussi. Je traite le mot : intuition54.

Le parcours de ce disciple de Karl Volkmar Stoy (1815-1885), spécialiste de l’Anschauung, qui a tenté de propager le système de Herbart dans l’espace francophone, est digne d’intérêt55. En 1861, Daguet trouve un poste de précepteur dans un pensionnat de jeunes gens de Wiesbaden pour cet ancien étudiant particulièrement zélé. C’est donc dans le Hesse que Ducotterd conçoit et publie sa fameuse méthode pour l’apprentissage intuitif de la langue française en tant que seconde langue, basée sur les seize tableaux de Wilke, qu’il tentera d’institutionnaliser dans l’Europe francophone56 :

Je vais commencer avec un ami allemand un ouvrage basé sur le principe de l’intuition pour l’enseignement de l’allemand en pays français. J’ai déjà l’assentiment du ministre de l’Instruction publique de Belgique, M. Vanhumbeck. J’ai aussi soumis mon projet à M. Ferry ; je vais en faire de même auprès des gouvernements de Neuchâtel, de la Suisse française en général. L’ouvrage doit être fini pour le mois d’avril prochain57.

Ducotterd enseigne ensuite à Bürgstadt, en Saxe royale et termine sa carrière au gymnase catholique de Francfort. Avant cette dernière étape, il fait un passage par Heidelberg où Stoy vient de prendre ses quartiers. Il s’agit d’une rencontre décisive puisqu’il se convertit dès ce jour à la psychologie d’après les principes de Herbart et s’affiche en disciple de Stoy qui lui ouvre les colonnes de l’Allgemeine Deutsche Schulzeitung. Ducotterd s’engage à diffuser les principes de l’herbartisme en Suisse romande, notamment par l’envoi d’une série d’articles à L’Éducateur. En 1871, il soutient l’idée d’un système pensé comme un tout organique, « qui renferme les conditions nécessaires de son futur développement contre un éclectisme autoritaire, subjectif et éphémère58 ». Ardent défenseur de l’éclectisme pédagogique, Daguet publie malgré tout l’article de Ducotterd, non sans faire remarquer que « la thèse qu’on va lire est dirigée contre l’éclectisme pédagogique que L’Éducateur a fait profession de suivre jusqu’à ce jour, de préférence à un de ces systèmes exclusifs dont l’auteur se déclare le champion, pour faire prévaloir celui auquel il a voué ses sympathies, le système Herbart, représenté par M. Stoy59 ». Dès 1874, les relations semblent se crisper entre Daguet qui se sent négligé en termes d’articles et Ducotterd qui constate amèrement que la Suisse romande reste imperméable à la psychologie d’outre-Rhin. Aussi en novembre 1878 écrit-il à Daguet :

Pourquoi, cher Rédacteur, ne fait-on dans notre pays aucun effort pour rompre avec une psychologie surannée, mythologique et stérile, au moyen de laquelle on ne saurait résoudre aucun problème psychologique, ni aucune question pédagogique ? Car enfin la pédagogie, comme science, ne peut être en réalité que le corollaire de la psychologie et que l’application des lois de celle-ci à la pratique.

Avant de conclure :

Mais à quoi bon m’étendre sur des choses que, chez nous, on est accoutumé à considérer comme des brouillards ou des spéculations nébuleuses d’outre-Rhin, qui m’exposeraient à passer auprès de vous pour un einseitigen Systemenmenschen. Malgré cela je dirai encore mon dernier mot : c’est que, si en Allemagne, il y a des brouillards dans certaines sphères, il y en a chez nous de plus épais encore qu’il faudrait sérieusement chercher à dissiper, à commencer par les ténèbres dans lesquelles la psychologie y est encore plongée. Une réforme sur ce terrain ouvrirait à la pédagogie des voies fraîches et toutes nouvelles sur lesquelles le perfectionnement et les progrès de nos méthodes d’enseignement se feraient avec beaucoup plus de facilité et avec des succès jusqu’ici inconnus60.

Rien d’étonnant donc à ce que Ducotterd ait pris ses distances avec Daguet pour se rapprocher des ultramontains fribourgeois. Il visite Raphaël Horner à l’été 1882 et déclare que « les idées pédagogiques de Horner se parvenaient (sic) avec les miennes sur beaucoup de points. Il paraît être grand partisan de la pédagogie allemande ; il y avait même du Herbart et du Stoy dans ses arguments61 ». L’absence de sources nous empêche de documenter les raisons particulières de la suppression de Ducotterd de l’équipe des collaborateurs du Dictionnaire. Il est néanmoins envisageable que Daguet ait intercédé une nouvelle fois auprès de Buisson pour écarter son ancien étudiant, de plus en plus proche de l’ultramontanisme fribourgeois62.

Si l’on se préoccupe maintenant des collaborateurs suisses qui ont effectivement livré des articles au Dictionnaire, il faut souligner en premier lieu que Buisson a décidé de soumettre l’organisation générale de la partie helvétique à Daguet :

Maintenant si vous aviez loisir pour prendre une tâche un peu plus lourde, je serais très enchanté de vous confier la direction de toute la partie suisse dont je n’ai pas encore disposée, sauf quelques articles promis par M. Aimé Humbert, de Kinkelin, etc. Il y a d’ailleurs quelques sujets théoriques ou historiques qui doivent vous intéresser et que je vous confierais bien volontiers pour peu que vous me les signaliez, sûr d’avancer que les lecteurs seraient heureux de mon choix. Touchez-m’en un mot à l’occasion s’il vous plaît et veuillez-vous mettre en mesure le plus tôt possible de m’envoyer les bonnes pages que j’attends63.

Le statisticien bâlois Hermann Kinkelin (1832-1913) ne livrera finalement aucun écrit. Quant à Daguet, il publie quatre articles, dont le plus important est consacré à son mentor le Père Girard. Curieusement, il semble qu’il ait même demandé à figurer personnellement dans le Dictionnaire :

Comme vous n’êtes pas encore mort (Dii omen avertant), je ne peux vous consacrer un article à la lettre D du dictionnaire pédagogique. C’est dommage, j’aurai plaisir à dire tout le bien que je pense de vous mais je le dirai dans le rapport sur l’exposition, dont je suis hélas, chargé. Pourquoi ne feriez-vous pas quelque article en fin de C ou en D pour que votre nom arrive avant la lettre G (Girard). Voulez-vous me faire Comenius (long article) pour le 20 janvier ou Crevier (court) pour le 1er février ou Crousaz (15 février) ou quelques suisses importants64 ?

C’est Auguste Demkès, directeur de l’école primaire communale de la rue des Batignolles, qui se charge finalement de l’article « Crevier » et James Guillaume de l’article « Crousaz ». Daguet rédige encore une brève notice sur l’anthropologue suisse Alexandre-César Chavannes, une note sur les « congrès pédagogiques de Suisse » ainsi qu’un article conséquent sur Comenius, cosigné par la fröbelienne genevoise Caroline Progler. Or, à en croire Buisson, qui montre là à quel point il était sensible à l’actualité pédagogique et scientifique, leur travail ne semble pas avoir pas tenu toutes ses promesses :

Vous allez recevoir votre Comenius, et vous vous plaindrez mais à tort. Vous aviez rédigé toute la partie biographique sans tenir compte de l’ouvrage tout récent de Lindner qui a changé considérablement de dates et même de faits jusqu’ici admis. J’ai été obligé de le refaire en entier. Le reste, ce qui vous reste, est d’ailleurs l’important, c’est l’appréciation pédagogique65.

Comme Daguet, la majorité des collaborateurs suisses du Dictionnaire de Pédagogie et d’instruction sont des anciens collègues de Buisson rencontrés à l’académie de Neuchâtel. À commencer par son recteur, Aimé Humbert (1819-1900) dont l’itinéraire fut allemand, japonais puis suisse. Formé à l’académie de Lausanne puis à Tübingen, Humbert fréquente le cercle du poète souabe et ami d’Uhland Karl Mayer66. Président de l’Union horlogère fondée en 1858, il est dépêché en 1862 par le gouvernement suisse au Japon comme envoyé extraordinaire pour conclure le premier traité de commerce nippo-suisse67. À son retour, il est appelé à Lausanne par son ami Louis Bridel à la direction d’un pensionnat de jeunes Espagnols convertis au protestantisme par Manuel Matamoros68. Recteur de la nouvelle académie de Neuchâtel dès 1866, il y occupe également un poste de professeur de pédagogie et d’instruction civique69. À la fin de son rectorat, il continue à y enseigner la littérature française jusqu’à ce que la maladie le contraigne à prendre sa retraite en 1893. Dans le Dictionnaire, il signe les articles « Francke » et « Fellenberg », dont il avait déjà produit une version dans la Galerie suisse d’Eugène Secrétan (1880). Par ailleurs, le Fribourgeois Cyprien Ayer (1825-1884), ancien élève de Daguet avec lequel il se brouille vers 1857, est engagé comme professeur d’économie politique, géographie comparée, géographie générale et grammaire générale dès l’ouverture de l’académie de Neuchâtel à l’automne 1866. Herdérien convaincu, germanophile et plutôt hostile à la France, Ayer élabore une théorie des races historiques dans laquelle il assigne à la Suisse « le point de contact des deux races et des deux civilisations70 ». C’est toutefois pour ses compétences grammaticales que Buisson le recrute, puisqu’il signe une série d’articles comprenant « analyse grammaticale (complétée par des exercices de synthèse) », « contraction », « dérivation » et « genre ». Édouard Desor (1811-1882) enseigne lui aussi la géologie et la paléontologie à l’académie dès 1866, et signe l’article « blocs erratiques ». Scientifique d’envergure mondiale, il présida le premier congrès international d’anthropologie et d’archéologie, qui se tint à Paris en 186871. Buisson recrute également Eugène Borel (1835-1892), un politicien et avocat neuchâtelois qui a fait ses études à Munich et Heidelberg et était devenu conseiller fédéral en 1872, à l’âge de trente-sept ans. En charge du département des postes et télégraphes, il fut l’acteur principal de la naissance de l’Union postale universelle (1874) qui s’établit selon ses souhaits dans la capitale helvétique. Borel rédige l’article « Suisse » dans l’édition de 1887. On peut d’ailleurs se demander pourquoi celui-ci n’a été confié à Daguet, auteur d’une Histoire de la Confédération suisse aux multiples rééditions et traduite en plusieurs langues.

Nous terminerons ce panorama des Suisses du Dictionnaire de Pédagogie et d’instruction avec le Neuchâtelois Georges Calame, né à la Chaux-de-Fonds le 13 mai 1849. Ancien secrétaire de la Revue critique, il devient professeur à l’école Monge à Paris. On sait que Calame fut un ancien élève de l’École des hautes études en archéologie orientale, ce qui explique qu’il ait signé un article consacré aux écoles arabes-françaises. Il livre également une brève notice sur le père du sport éducatif anglais Thomas Arnold et une biographie importante du pédagogue allemand Gustav Friedrich Dinter.

Il se confirme ainsi qu’une communauté pédagogique transnationale prend forme des deux côtés du Rhône et que les échanges tant humains qu’intellectuels abondent dès le milieu du XIXe siècle. Alexandre Daguet, par sa position centrale de rédacteur en chef de L’Éducateur et de guide de l’école romande devient, avec l’appui de Buisson, un marchepied vers la pédagogie suisse. L’élite scolaire française fréquente également les congrès romands et s’y forme. Les cadres de l’école de la République, à l’instar des inspecteurs généraux, étudient et parcourent la Suisse en quête de pratiques et d’innovations susceptibles d’être réinterprétées dans leur propre pays.

Notes

1 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La Martinière, 2004, p. 33.

2 Roger Francillon, De Rousseau à Starobinsky. Littérature et identité suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2011, p. 63-64.

3 Alain Clavien, Les Helvétistes : intellectuels et politique en Suisse romande au début du siècle, Lausanne, Éditions d’en bas, 1993, p. 14-15.

4 Sur le sujet, on lira Jean-Daniel Morerod (dir.), Les Romands et la Gloire, Actes du colloque de Lausanne du 17 novembre 2001, Société d’histoire de la Suisse romande, 2006.

5 Voir François Pharisa, « Victor Tissot entre succès et polémiques », AF, 76/2014, p. 57-68 ; Serge Rossier, « Victor Tissot (1845-1917). Un homme d’affaires littéraires », Cahiers du musée gruyérien, 2009, p. 31-48 ; Alain Bosson, « Victor Tissot, auteur à succès dans le Paris de la Belle Époque », Cahiers du musée gruyérien, 2009, p. 49-54.

6 Lettre de V. Tissot à Daguet, Paris, 1867, AEN, Fonds Daguet.

7 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française 1870-1914, Paris, PUF, 1959, p. 322.

8 Souvenirs du Pasteur L. F. F. Gauthey, directeur des écoles normales du canton de Vaud et de l’école normale de Courbevoie près Paris, publiés par la Société des livres religieux de Toulouse, Toulouse, 1869, p. 58.

9 Paroz publia en 1879 son cours de pédagogie qu’il intitula L’École primaire. Cahier de pédagogie d’après les principes de Pestalozzi ; il s’agissait des résultats de trente années d’études passées essentiellement à la compréhension et à la diffusion de l’œuvre de Pestalozzi, mais aussi des divers systèmes qu’il alla étudier en France, en Prusse, en Wurtemberg, dans le Grand-Duché de Bade ainsi qu’en Suisse allemande.

10 Julien Bourquin, Des portes qui s’ouvrent ou la vie de Jules Paroz (1824-1906), Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1954, p. 118-119.

11 Voir L’École normale, 1858-1859, p. 1, 17, 33, 69, 84, 113, 177, 193, 225, 237, 289, 369.

12 Duruy souhaitant bénéficier de ses conseils, l’invita à lui adresser un mémoire sur les rapports entre l’instruction et les progrès de la moralité. Voir Julien Bourquin, op. cit., p. 119.

13 Ibid., p. 157.

14 Jean-Magloire Baudoin (1818-1882), docteur de l’université d’Iéna, observa les écoles professionnelles de Suisse lors d’une mission mandatée par Victor Duruy en 1863 et participa au congrès de Neuchâtel en 1870. Baudoin fut également envoyé à Constantinople en 1866 afin d’étudier plusieurs écoles spéciales turques fondées sous le patronage de la France.

15 Julien Bourquin, op. cit., p. 119.

16 Lettre de J. Paroz à Daguet, Berne, 8 octobre 1865, AEN, Fonds Daguet.

17 En 1846, Daguet décline l’appel du gouvernement vaudois à la chaire d’histoire à l’académie de Lausanne. En 1864, il refuse la direction des écoles primaires et industrielles de la Chaux-de-Fonds. En 1875, il pense pour un temps prendre la direction d’une école de Bruxelles mais y renonce finalement.

18 Alexandre Daguet, « Rapport sur la marche de l’Éducateur », L’Éducateur, 17/1882, p. 259.

19 Alexandre Daguet, « Eugène Rambert », L’Éducateur, 24/1886, p. 377. Eugène Rambert (1830-1886) fut professeur ordinaire de littérature française à l’académie de Lausanne (1855-1860), puis à l’École polytechnique fédérale de Zurich (1860-1881) et à nouveau à Lausanne (1881-1886). Médiateur entre la Suisse allemande et la Suisse romande, il a traduit avec son épouse les nouvelles de Gottfried Keller.

20 Lettre de H.-F. Amiel à Daguet, Genève, 15 novembre 1879, Bibliothèque de Genève, Salles des manuscrits, Archives Amiel 92, Ms fr 3092.

21 Henri-Frédéric Amiel, Journal intime, t. XII, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1994, p. 223.

22 Pour davantage de précisions sur l’itinéraire de James Guillaume (1844-1916), voir Marc Vuilleumier, « James Guillaume, sa vie, son œuvre », in L’internationale : documents et souvenirs, Paris, Lebovici, 1985, vol. 1 (1864-1872), p. I-LVII ; Dorothea Roth, « James Guillaume : seine Jugend in Neuenburg (bis 1862), sein Studium in Zürich (1862-1864) und seine Begegnung mit dem Sozialismus (1868) », Schweizerische Zeitschrift für Geschichte, 15/1965, p. 30-86.

23 Après avoir travaillé dans l’imprimerie de son frère jusqu’en 1872, il survit grâce à quelques traductions et leçons particulières.

24 James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, Paris, Stock, 1905, p. 304.

25 « Depuis longtemps j’avais le désir d’aller vivre à Paris, pour être plus à portée de me livrer aux recherches historiques sur la Révolution française qui toujours – et déjà lorsque j’étais étudiant à l’université de Zurich – avaient occupé ma pensée », in James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, op. cit., p. 304.

26 Lettre de Guillaume à sa femme, mai 1878, in James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, op. cit., p. 325.

27 Lettre de Guillaume à sa mère, 1881, citée par Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit libertaire dans la première Internationale (AIT) » (version électronique consultable sous http://www.increvables-anarchistes.org/articles/themes/biographies/james-guillaume).

28 James Guillaume, L’Internationale : documents et souvenirs, t. IV, Paris, Stock, 1905, p. 325.

29 Ferdinand Buisson, « Hommage à James Guillaume », Vie ouvrière, 20 février 1914, p. 214.

30 Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit libertaire dans la première Internationale (AIT) », article en ligne (http://www.pelloutier.net/glossaire/detail.php?id=72).

31 Compte-rendu du Ve congrès scolaire de la Société des Instituteurs de la Suisse romande tenu à Saint-Imier les 20, 21 et 22 juillet 1874, Saint-Imier, Imprimerie E. Grossniklaus, 1874, p. 49.

32 Compte-rendu du congrès pédagogique de Neuchâtel en 1870, et rapport sur l’exposition scolaire de la Suisse romande, Neuchâtel, Imprimerie G. Guillaume Fils, 1870, p. 51.

33 Voir l’article « Charles Defodan (sic) » (on n’a curieusement jamais corrigé cette coquille), NDP,http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2523

34 Alexandre Daguet, « Nécrologie », L’Éducateur 16/1877, p. 246.

35 Charles Defodon, « Nécrologie », Manuel général de l’instruction primaire, n ° 26, 30 juin 1877, p. 246.

36 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 51.

37 Discours de G. Jost au Lehrertag de Bâle de 1884, reproduit dans A. Daguet, « Le Lehrertag de Bâle et le comité romand », L’Éducateur, 23/1884, p. 354.

38 Alexandre Daguet, « Chronique scolaire », L’Éducateur, 13/1882, p. 205.

39 Alexandre Daguet, « L’exposition nationale de Zurich, jugée par M. Dumesnil, conseiller d’État de la République française », L’Éducateur, 1885, p. 98-100. Voir également Pierre Centlivres, « Expositions nationales et nation helvétique. La quête d’identité », Revue européenne des sciences sociales, t. XLIV, 135/2006, p. 123-143.

40 « Convocation au congrès d’instituteurs de Neuchâtel (1870) », Le Manuel général de l’instruction primaire, n ° 28, 9 juillet 1870, p. 550.

41 J’emprunte cette idée à Anne-Marie Thiesse, entretien avec l’auteure, ENS-Paris, juin 2011.

42 Ibid., p. 40.

43 Amiel développe cette idée dans son texte programmatique Du mouvement littéraire dans la Suisse romane et de son avenir, Genève, Imprimerie E. Carey, 1849.

44 Daniel Maggetti, op. cit., p. 125 sq.

45 Alexandre Daguet, « Union de la Suisse française et de la Suisse allemande », L’Éducateur, 14/1869, p. 219.

46 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 64.

47 Alexandre Daguet, « Pédagogie et Encyclopédie françaises », L’Éducateur, 10/1880, p. 148.

48 Alexandre Daguet « Pestalozzi et la Suisse loués par Emilio Castelar », L’Éducateur, 2/1876, p. 17-18.

49 Voir Patrick Dubois, Le « Dictionnaire » de Ferdinand Buisson : aux fondations de l’école républicaine, Bern, Peter Lang, 2002 ; Laurence Loeffel, Ferdinand Buisson, apôtre de l’école laïque, Paris Hachette, 1999 ; Daniel Denis et Pierre Kahn (sld.), Nouveau regard sur l’école républicaine : enquête sur les disciplines dans le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, Paris, CNRS Éditions, 2003.

50 Selon la liste proposée par Patrick Dubois, op. cit., p. 241-243.

51 Sur la trajectoire fribourgeoise de l’abbé Horner, on lira Valérie Lussi Borer, Formations à l’enseignement et science de l’éducation. Analyse comparée des sites universitaires de Suisse romande (fin du XIXe – première moitié du XXe siècle), thèse de doctorat, université de Genève, 2008, p. 65-128.

52 « Y a-t-il effectivement une Société, un groupe, une association fribourgeoise derrière le Bulletin pédagogique de Hauterive ? M. Horner m’offre quelques articles. Que me conseilleriez-vous ? », (lettre de F. Buisson à Daguet, Paris, sans lieu ni date, AEN, Fonds Daguet. Voir également L’Éducateur, 9/1880, p. 131.

53 Lettre de F. Buisson à Daguet, Paris, sans lieu ni date, AEN, Fonds Daguet.

54 Lettre de X. Ducotterd à Daguet, Francfort, 19 octobre 1877, AEN, Fonds Daguet.

55 Voir la notice de Jean-Marie Barras, Au temps de l’école normale, Fribourg, Imprimerie Saint-Paul, 2005, p. 177-180.

56 Xavier Ducotterd, Die Anschauung auf den Elementarunterricht der französischen Sprache angewendet. Nach den 16 Wilke’schen Bildern, Wiesbaden, Verlag vom Limbarth, 1868.

57 Lettre de X. Ducotterd à Daguet, Francfort, 7 octobre 1881, AEN, Fonds Daguet.

58 Xavier Ducotterd, « Systèmes et éclectisme », L’Éducateur, 15/1871, p. 225-231 ; 16/1871, p. 241-245 ; 18/1871, p. 273-278.

59 Ibid, p. 225.

60 Daguet publie cette lettre de X. Ducotterd dans L’Éducateur, 24/1879, p. 406-407.

61 Lettre de X. Ducotterd à Daguet, Francfort, 22 octobre 1885, AEN, Fonds Daguet.

62 « Ainsi, vous le voyez, cher directeur, ce ne sont pas les ultramontains qui m’ont fait catholique, mais bien les adversaires du catholicisme, ennemi mortel du catholicisme » (lettre de X. Ducotterd à Daguet, Francfort, 7 août 1886).

63 Lettre de F. Buisson à Daguet, Paris, sans lieu ni date, AEN, Fonds Daguet.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Karl Mayer appartient à l’école poétique souabe (Schwäbische Dichterschule) qui fédéra les poètes romantiques de Tübingen autour de Justinus Kerner et de Ludwig Uhland.

67 En ethnologue, Humbert rapporte ses souvenirs nippons dans Le Japon illustré, 2 vol., Paris, Hachette, 1870. Voir également Joseph Allimann, Pour le commerce, la civilisation et le christianisme ! : Aimé Humbert, instigateur du débouché japonais pour l’industrie suisse (1859-1862), mémoire de master, université de Neuchâtel, 2009.

68 Manuel Matamoros Garcia (1834-1866) est considéré comme le fondateur du protestantisme espagnol.

69 Histoire de l’université de Neuchâtel. Tome 2 : la seconde académie (1867-1909), Hauterive, G. Attinger, 1994, p. 60.

70 Cyprien Ayer, « Les nationalités et les États de l’Europe en 1861 », Revue suisse, 1861, p. 331. Voir également l’analyse de Daniel Maggetti, L’invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, p. 145-148.

71 Voir Marc-Antoine Kaeser, « Une science universelle ou “éminemment nationale” ? Les congrès internationaux de préhistoire (1865-1912) », Revue germanique internationale, 12/2010, p. 17-31 ; du même auteur, L’univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l’œuvre et la vie d’Édouard Desor (1811-1882), Paris, L’Harmattan, 2004.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search