Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Deuxième partie. Internationales de l'éducation et savoirs scolaires métissés

4. Internationaliser, propager, contrôler

Texte intégral

  • 1 Voir Pascale Rabault-Feuerhahn et Wolf Feuerhahn, « La fabrique internationale de la science. Les (...)

1Dès la moitié du XIXe siècle, les synergies et les échanges internationaux s’accélèrent. Les enseignants, ou tout du moins leurs élites pensantes, s’inscrivent pleinement dans cette dynamique d’internationalisation, à l’instar des ouvriers qui se fédèrent au sein de l’Association internationale des travailleurs à Londres en 1864, ou encore des scientifiques européens qui se dotent de nouveaux lieux de savoirs1. La Suisse occupe une place importante dans ce processus, notamment avec la création de la Croix-Rouge en 1864, de l’Union postale universelle fondée à Berne en 1874 et comme on le verra dans ce chapitre de la Ligue internationale de la paix et de la liberté instituée par les républicains français installés dans le repli helvétique. De nouvelles grand-messes se succèdent sur le continent comme autant de lieux de production du savoir mais également comme moyens privilégiés de diffuser et surtout de contrôler les articulations d’une rénovation pédagogique dès lors amplifiée à l’échelle continentale.

La Ligue internationale de la paix et de la liberté

  • 2 Voir Philippe de Vargas, Le congrès de la paix et de la liberté de 1869 à Lausanne, université de (...)

2Les congrès de la Ligue internationale pour la paix et la liberté – à ne pas confondre avec la Ligue internationale de la paix fondée en mai 1867 par Frédéric Passy – naissent dans la poudrière du printemps 1867, lorsque Napoléon III se préoccupe de rattacher à la France le Luxembourg, également convoité par la Prusse2. Dans un contexte de guerre imminente, le rédacteur du journal nantais Le Phare de la Loire, Évariste Mangin, propose en mai 1867 de réactiver l’idée d’un congrès pour la paix, après celui de Paris en 1849 et celui de Francfort en 1850, afin de convoquer une nouvelle réunion sur le sol helvétique. Des républicains français, parmi lesquels Louis Blanc, Victor Hugo, Edgar Quinet, Charles Lemonnier, Élysée Reclus ou Jules Barni, rédigent un Manifeste publié dans la presse européenne. Plus de dix mille adhésions sont consignées, suite notamment à un vaste travail de lobbying effectué par le démocrate badois Armand Goegg, l’époux de Marie Goegg-Pouchoulin dont on verra le rôle central au sein de la Ligue. Le saint-simonien Charles Lemonnier (1806-1891) résume l’héritage et l’horizon programmatique de la Ligue, dont il fut un des principaux acteurs et organisateurs :

  • 3 Charles Lemonnier, Les États-Unis d’Europe, Paris, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1878 (...)

La Ligue suit directement la tradition de la Révolution européenne de 1789 ; elle est la fille de Kant et se porte pour héritière de la philosophie du XVIIIe siècle ; elle ne s’est point contentée d’affirmer que le seul moyen pratique de fonder la paix était de constituer, en regard de la République helvétique et de la République des États-Unis d’Amérique, une fédération analogue parmi les peuples d’Europe3.

3Une foule considérable se presse à Genève, du 9 au 12 septembre 1867, pour écouter Garibaldi, invité d’honneur du comité central. Notons qu’il fallut déplacer la date d’ouverture du congrès, initialement prévu le 5 septembre, à cause de l’assemblée de l’Association internationale du travail (AIT) qui se tint à Genève du 2 au 7 septembre. Marx, peu favorable, fit savoir que s’il était permis aux délégués de participer au congrès de la paix et de la liberté à titre personnel, il n’était pas souhaitable que l’AIT y soit représentée.

  • 4 Voir la préface de Jules Barni, Annales du congrès de Genève (9-12 septembre 1867), Genève, Véréso (...)

4Ce premier congrès de la Ligue est présidé par Pierre Jolissaint (1830-1896), un ancien élève d’Alexandre Daguet devenu leader de la section de St-Imier de la Ière Internationale, l’irréconciliable Jules Barni en assumant la vice-présidence. Comme le rappelle ce dernier, le but recherché est de jeter les bases d’une vaste confédération devant relier les peuples émancipés d’Europe, afin d’aboutir à la constitution des États-Unis d’Europe4. Or, il ne fait nul doute que l’exemple de la Suisse confédérale offre la structure idéale du système à propager :

  • 5 Discours de Jules Barni, Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, Lausann (...)

Notre idée s’appuie, d’ailleurs, sur une réalité vivante qui peut servir à la fois de modèle et de noyau à l’organisation de l’Europe. Je veux parler de la Suisse, où notre ligue a pour cette raison même établi son siège. La Suisse ne comprend-elle pas vingt-deux États indépendants, appartenant à des nationalités et parlant des langues diverses ? Et ces vingt-deux États ne forment-ils pas une Confédération qui, en laissant à chacun son autonomie, les unit pour le règlement et la défense de leurs intérêts communs, et entretient entre eux l’harmonie et la paix ? Et bien ! c’est ce système qu’il s’agit d’étendre à l’Europe entière. Ce que la Suisse est en petit, il faut que l’Europe le devienne en grand, si elle veut extirper à jamais de son sein le fléau de la guerre et des armées permanentes5.

5Ainsi, un demi-siècle après l’étude comparative de Jullien, la Confédération helvétique se retrouve à nouveau promue au rôle de laboratoire miniaturisé d’une Europe que l’on souhaite à son image. Barni valide la faisabilité de cette projection en prenant pour témoin l’histoire même de la Confédération :

  • 6 Ibid., p. 10.

Celui-là eût passé pour un insensé qui, à l’époque où les trois cantons forestiers formèrent le premier noyau de la Confédération helvétique, aurait prédit ce que deviendrait un jour la Confédération. À la vérité, il a fallu des siècles pour achever cette œuvre ; mais c’étaient des siècles de ténèbres et de barbarie. La civilisation marche aujourd’hui plus vite, et j’en trouve la meilleure preuve dans l’exemple de la Confédération helvétique6.

6Au terme de l’évènement, les congressistes votent en faveur de la création d’un journal. L’hebdomadaire Les États-Unis d’Europe paraîtra à partir du 5 janvier 1868 en deux éditions, l’une en allemand, l’autre en français et emprunte son titre à tirade du patriote italien Carlo Cattaneo (1801-1869), écrivant vers la fin 1848 : Avremo pace, quando avremo li stati uniti d’Europa (« nous aurons la paix lorsque nous aurons les États-Unis d’Europe »).

Les États-Unis d’Europe et la question de l’éducation

7Parmi plusieurs articles consacrés à la chose pédagogique, l’un d’eux, sous la plume d’un certain Jean le pédagogue propose quinze ans avant l’ouverture d’une chaire de sciences de l’éducation à la Sorbonne, occupée par Henri Marion la création de facultés pédagogiques. Théoriquement, celles-ci s’articuleraient autour de l’étude anthropologique, dont le mécanisme physico-psychologique développé par Pestalozzi représenterait l’élément clé. La faculté pédagogique tournerait autour de trois axes :

  • 7 Jean le Pédagogue, « De la création des facultés pédagogiques », Les États-Unis d’Europe, n° 15, 1 (...)

1. L’étude de l’homme et de ses forces y serait la chose principale ;
2. Les branches spéciales n’y seraient enseignées qu’en tant qu’elles des manifestations des forces humaines ou qu’elles constituent à leur tour des moteurs de ces forces ;
3. Le mode d’enseignement dans une faculté de pédagogie devrait être lui-même pédagogique, générateur de force d’après la méthode socratique de Pestalozzi, dans une étroite communion, se livrant ensemble dans une douce intimité aux plus nobles aspirations et préparant le levain de renaissance pédagogique pour des académies entières.7

  • 8 Clémence Royer, « La Ligue et les femmes », Les États-Unis d’Europe, n° 1, 6 janvier 1868, p. 4.

8Plusieurs autres causes viennent s’agréger à la Ligue et s’invitent régulièrement dans son journal, notamment celle de l’éducation des filles et la cause féministe. Dans le premier numéro de janvier 1868, Clémence Royer (1830-1902) demande l’admission et le concours des femmes au sein de la Ligue. Cette philosophe et scientifique nantaise s’installe en Suisse à Cully en 1856, puis à Lausanne où elle donne à l’académie un cours sur la philosophie de la nature (1859) réservé aux femmes. Auteure de la première traduction française De l’origine des espèces de Darwin, elle introduit l’œuvre du naturaliste anglais en France dès 1862. Sa demande va au-devant des souhaits de Royer, pour laquelle il est absolument nécessaire que les femmes concourent à l’idée de paix et rejoignent en grand nombre la Ligue, car « elles seules peuvent lui donner la puissance d’une popularité générale, la puissance de la vogue, le concours imposant de l’opinion universelle8 ».

  • 9 Marie Goegg, « Proposition de créer une Association internationale des femmes, en connexion avec l (...)
  • 10 Ibid.

9Marie Goegg-Pouchoulin (1826-1899), proche des réfugiés politiques allemands et notamment du chef révolutionnaire badois Armand Goegg qui deviendra son mari, réagit à la proposition de sa consœur et propose, dans le numéro suivant, de créer une Association internationale des femmes connectée à la Ligue internationale de la paix et de la liberté9. En phase avec la revendication de l’égalité des sexes dans la formation, dans la vie professionnelle ainsi que sur le plan juridique, l’éducation des filles y figure au premier plan. Il s’agit de regrouper les femmes dans des clubs locaux afin de former des cercles de lecture qui, sur le modèle des cercles d’hommes, offriront l’attrait de lectures instructives sous forme de journaux, de feuilles périodiques, de revues, de livres sur l’éducation. De plus, la féministe genevoise insiste pour que « les privilégiés de l’éducation et de l’instruction [considèrent] comme un devoir impérieux [de] faire part à d’autres moins favorisées qu’elles, de ce qu’elles ont appris, vu et observé10 ». Première présidente du comité directeur de cette ligue féministe basée à Berne dès 1868, Goegg-Pouchoulin doit toutefois s’en retirer en 1871 à cause de positions que l’on jugeait par trop extrémistes. Par son engagement, elle n’en a pas moins posé les fondations de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté fondée par Jane Addams en 1931.

L’entrée de Ferdinand Buisson sur la scène internationale

  • 11 Jean-Aristide Claris, La proscription française en Suisse 1871-1872, Genève, Imprimerie Blanchard, (...)

10Un an après l’assemblée de Genève, on se réunit à nouveau à Berne du 21 au 25 septembre 1868. Le deuxième congrès de la Ligue est présidé par Carl Vogt (1817-1895), médecin et naturaliste allemand qui s’est réfugié en Suisse à cause de ses idées libérales-démocrates. Si Vogt est connu pour avoir pris une part importante dans la fondation de l’université de Genève, il l’est également en tant qu’adversaire des thèses de Marx et des communistes qu’il fait passer pour des faussaires et des maîtres-chanteurs. Aussi ce congrès de Berne se déroule-t-il dans un climat de fortes tensions ; une vingtaine de collectivistes libertaires, parmi lesquels se trouvent Bakounine et James Guillaume, démissionnent et décident de créer l’Alliance internationale de la démocratie socialiste. Déjà amoindrie par les positions des pacifistes purs opposés à toute prise de position contre les gouvernements établis et ce départ des collectivistes, la ligue voit son maintien même fortement remis en cause. Certains congressistes, à l’image de Jean-Aristide Claris, un exilé de la Commune installé à Genève, incrimine son radicalisme bourgeois : « Pour opposer la ligue des peuples à la ligue des rois, et fonder les États-Unis d’Europe, il fallait chercher, tout d’abord, à se concilier les peuples. » Claris relève encore que « le chiffre relativement élevé de ses cotisations annuelles en fait une sorte d’association aristocratique dont l’accès est interdit au prolétaire. De là, l’isolement où elle se trouve à cette heure et le peu de sympathie que lui ont vouée les travailleurs11 ». L’affaire est reprise en main par Barni, qui propose la présidence d’honneur du congrès suivant, fixé à Lausanne en septembre 1869, à Victor Hugo. C’est lors de ce congrès que Ferdinand Buisson, resté actif au sein de la Ligue malgré le départ de son ami James Guillaume, expose ses idées sur l’instruction, dans un discours resté célèbre, intitulé « L’abolition de la guerre par l’instruction ».

  • 12 Selon l’expression de Pierre Nora, citée dans Vincent Peillon, Une religion pour la République. La (...)
  • 13 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », Les États-Unis d’Europe, n° 16, (...)
  • 14 Ibid.

11À Lausanne, le « fils spirituel du républicain Barni12 » prend position contre toute phraséologie. Il ne s’agit pas de mettre en place des mesurettes, mais bien d’œuvrer via la Ligue à un changement de perspectives radical, en ayant constamment en ligne de mire la transformation des masses par l’instruction. Les points principaux de son discours peuvent se hiérarchiser en quatre volets principaux. Tout d’abord, il est nécessaire de forger les conditions d’une « réforme ou plutôt d’une révolution européenne13 » qu’il juge décisive pour établir dans le monde la paix définitive. Il s’interroge sur les instruments à disposition pour extirper la guerre du domaine des esprits et assène que « le grand levier, le grand ressort à mettre en mouvement, c’est l’instruction. Par l’instruction, on peut réformer la nation dans le citoyen et le citoyen dans l’enfant ; et c’est jusque-là qu’il faut remonter, si nous voulons atteindre le mal dans son germe14 ».

  • 15 . Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 43.
  • 16 Annales du congrès de Genève (9-12 septembre 1867), Genève, Vérésoff et Garrigues, 1868, p. 146.
  • 17 Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 40.
  • 18 Ibid., p. 41.
  • 19 Ibid., p. 43.
  • 20 Voir Martine Brunet, « Ferdinand Buisson, la guerre et la paix », op. cit., p. 130-131.
  • 21 Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 42-43.

12Dans un deuxième temps, plusieurs interlocuteurs définissent l’opinion publique comme un référent fondamental du discours sur la paix ; il s’agit de l’utiliser « afin de chasser loin de l’esprit des enfants le “Dieu des armées”, le dieu des Napoléon15 ». Rappelons qu’en 1867 à Genève, Pierre Jolissaint a fait remarquer qu’« il existe à côté des armées permanentes une force non moins imposante qui est appelée à devenir la reine du monde, c’est l’opinion publique. Si ce n’est pas la reine du présent, ce sera inévitablement la reine de l’avenir16 ». Deux ans plus tard, à Lausanne, Buisson semble avoir retenu le mot de Jolissaint, quand il affirme que « nous sommes ici pour exercer une pression sur l’opinion publique17 ». Selon lui, voilà l’outil qui permettra de conquérir « ces quelques millions de Français qui labourent la terre et travaillent dans les ateliers […] et qui n’ont encore eu ni le temps ni le moyen de s’imprégner de toutes ces grandes idées18 ». Il s’agit donc de s’écarter des idées élevées répandues dans la grande presse, pour se préoccuper davantage des besoins du peuple. Obnubilé par la nécessité de la résistance par l’action, Buisson conclut qu’il est impératif, « au foyer, à l’école, sur la place publique, de travailler et former l’opinion publique19 ». Cela dit, c’est justement dans cette perspective de renversement de l’opinion publique qu’il faut comprendre les fameuses tirades prononcées par Buisson dans son discours de Lausanne, certes rédigé dans la hâte dans le train qui le ramène d’Italie et qu’il payera cher tant ses adversaires sauront les évoquer à des moments stratégiques20. Que ce soit le « je voudrais un Voltaire occupé pendant cinquante ans à tourner en ridicule rois, guerres et armées » et surtout le « habituer les enfants à se dire : un uniforme c’est une livrée, et toute livrée est ignominieuse, celle du prêtre et celle du soldat, celle du magistrat et celle du laquais21 », c’est toujours une foi dans la possibilité d’un changement radical par l’éducation qui est invoquée par Buisson, afin d’inverser l’imaginaire belliqueux en un idéal pacifiste dans l’opinion publique :

  • 22 Ibid., p. 42.

Ce n’est pas seulement dans les assemblées populaires, dans les journaux, dans les congrès, c’est dans les mœurs publiques qu’il faut combattre et extirper le militarisme. Il faut le combattre dans des habitudes en apparence insignifiantes, mais qui règnent partout et qui ont une influence incalculable sur l’éducation individuelle. Il faut le combattre dans le goût qu’on a pour l’uniforme ; il faut que la mère de famille indique de bonne heure à l’enfant cette idée, que les armes, qu’un sabre, un fusil, un canon, c’est un des instruments qu’il faut considérer des mêmes yeux que nous considérons, au château de Chillon, par exemple, les instruments de torture employés il y a quelques siècles. C’est sur l’éducation matérielle qu’on détruira la première racine du militarisme et l’on ne verra plus des milliers de badauds aller contempler une revue, on ne verra plus cette admiration pour les grades, pour l’épaulette, pour l’uniforme22.

  • 23 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », op. cit., p. 63.
  • 24 Voir à ce titre Martine Brunet, « Ferdinand Buisson et James Guillaume, une histoire d’amitié… », (...)
  • 25 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », Les États-Unis d’Europe, n ° 17 (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », n° 16, op. cit., p. 62.
  • 28 Edgar Quinet, « Discours », in Annales du congrès de Genève (9 au 12 septembre 1867), op. cit., p. (...)

13En troisième lieu, Buisson invite à une mobilisation générale des esprits. Il s’agit de répandre ces saines idées de justice, de solidarité et d’humanité « à grands flots, par les livres, par les brochures, par les journaux, par les conférences, par toutes les voies ouvertes ou qu’on peut s’ouvrir, les répandre avant tout dans la famille et dans l’école […] par une éducation foncièrement démocratique23 ». Buisson conçoit que c’est là une œuvre immense, « une nouvelle conversion du monde » qui ne peut seule se concevoir que par un dévouement personnel et total. Il juge enfin que ce changement radical ne sera entrepris ni par les gouvernements, car « ils ne le veulent pas », ni par la marche providentielle du progrès sur laquelle on ne peut compter. L’instruction s’impose pour Buisson – et pour les défenseurs d’une éducation libertaire que sont Guillaume et Bakounine avec lesquels il a noué des liens personnels24 – comme l’unique remède, mais un remède qui doit incarner l’action et s’incarner dans l’initiative personnelle : « Le remède c’est vous, c’est moi, c’est nous tous qui le possédons25. » Par conséquent, « instruire le peuple, c’est rendre impossible dans un avenir prochain la guerre au dehors, comme la tyrannie au dedans. Instruire le peuple, c’est faire des républicains et avouons-le franchement, faire des républicains c’est le plus sûr et c’est encore le plus court moyen de faire des républiques26 ». Obsédé par l’idée d’une réforme des consciences par le bas, Buisson clame qu’« il n’y a pas de plus grandes réformes sociales que celles qui sont comprises, voulues et faites par le peuple lui-même27 ». En cela, il rejoint son maître Quinet, pour qui le réveil du peuple est une condition sine qua non de la paix sur le continent : « les peuples ne se relèveront [que] quand ils auront acquis la conscience de leur chute » assène Quinet lors du congrès de Genève. Ainsi, « il faut que les hommes cessent d’être des machines et redeviennent des hommes. Il faut que les peuples cessent d’être des troupeaux et redeviennent des peuples28 ».

  • 29 Ibid.

14Ironie de l’histoire ou preuve de la concurrence acharnée à laquelle se livrent les principaux acteurs engagés dans les internationales de l’éducation, alors que Buisson marque de sa verve le congrès de Lausanne et propose de faire de la Ligue « une sorte de société internationale pour l’organisation universelle de l’éducation démocratique29 », son ami Alexandre Daguet travaille à la fondation d’une association pédagogique universelle qu’il est allé proposer aux instituteurs français lors de l’Exposition universelle de 1867.

Le pari manqué de l’Association pédagogique universelle30

  • 30 Ce volet consacré à l’Association pédagogique universelle a fait l’objet d’une publication : « Ent (...)
  • 31 Discours d’Alexandre Daguet lors du congrès de St-Imier, in Compte-rendu du Vecongrès scolaire de (...)

Si la mission politique et sociale de la Suisse, au milieu des grandes nations qui l’entourent, est une mission de paix, de neutralité, de médiation, de bienfaisance, le rôle de la pédagogie suisse ne serait-il pas de servir d’intermédiaire et de trait d’union entre les systèmes d’éducation du Nord et du Midi ? N’est-ce pas là un des caractères essentiels de ce programme de fédération universelle, proclamé à Paris en 1867, discuté et voté à Genève, et dont la réalisation définitive doit faire l’objet de la dernière séance de ce congrès31.

  • 32 Anne-Marie Thiesse, « Nations, internationalismes et mondialisation », Romantisme, n° 163, 2014, p (...)

15S’interrogeant sur les liens étroits mais aussi, au premier abord, paradoxaux entre le monde globalisé que nous connaissons et la réactivation intense des références au national, Anne-Marie Thiesse souligne que l’internationalisme du second XIXe siècle « valide le nouveau principe du monde des nations [par lequel] l’internationalité intellectuelle et culturelle est célébrée, mais où dans le même temps sont affirmés des esprits nationaux spécifiques qui divisent l’art et la science en unités radicalement distinctes et concurrentes32 ». Portée par Alexandre Daguet et la Société des instituteurs de la Suisse romande, l’Association pédagogique universelle, dont la création est décidée en 1872, a en effet facilité la mise en réseau, sous diverses formes, des défenseurs d’une pédagogie libérale-nationale et anticléricale devant faciliter l’avènement d’un réseau d’envergure ayant pour but de travailler à l’avènement de l’écolier-citoyen. Bien qu’il s’agisse d’une tentative manquée, dans le sens où l’association n’aboutira pas à la constitution d’une structure internationale stable sur le long terme, cette entreprise internationale demeure un maillon constitutif important de l’histoire du mouvement associatif pédagogique européen.

« Instituteurs de tous les pays, unissez-vous ! »

  • 33 Cité dans Michel Onfray, L’eudémonisme social, Paris, Grasset, 2008, p. 34. Voir également Flora T (...)
  • 34 Alexandre Daguet, « Rapport sur l’origine et la marche de la Société des Instituteurs de la Suisse (...)

16Comme le rappelle Michel Onfray, c’est Flora Tristan (1803-1844) qui, cinq ans avant le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels, exhorte dans L’Union ouvrière (1843) les prolétaires à s’unir fin d’aboutir à l’union universelle des ouvriers et des ouvrières33. Les enseignants suisses participent également à cette poussée internationaliste et s’associent afin de valoriser leur position et de construire un socle commun en matière d’éducation. Si les régents alémaniques se mobilisent au sein du Schweizerischer Lehrerverein (Société pédagogique de Suisse allemande) dès 1849, les instituteurs romands éprouvent rapidement le besoin de s’unir et de s’autonomiser par rapport à leurs confrères alémaniques. C’est lors de la cinquième réunion du Lehrerverein à Berne, en octobre 1863, que quelques enseignants provenant de la Suisse française, « se sentant un peu perdus au milieu de sept cents collègues germains34 », décident de se regrouper afin d’échanger leurs préoccupations pédagogiques. Un comité d’initiative est formé et la fusion des enseignants romands avec ceux du Lehrerverein est un temps envisagée. Le projet est vite délaissé tant la langue allemande demeure un fossé infranchissable :

  • 35 Ernest Savary, La Société pédagogique de la Suisse romande (1864-1914). Notice historique à l’occa (...)

La Suisse allemande peut déjà nous présenter les bienfaits d’une association pédagogique. Certes, nous n’eussions pas mieux demandé, pour la facilité de notre tâche, que de nous joindre à elle et de profiter ainsi de ce qui existe. Mais, après avoir mûrement étudié la chose, il nous est apparu qu’il serait de toute impossibilité de réunir dans une même assemblée les instituteurs des diverses langues de la Suisse. En effet, il ne peut être question de faire entrer dans une société de langue allemande des hommes qui n’en comprennent pas le premier mot, qui ne pourront ainsi prendre part en connaissance de cause aux délibérations, et dont le nombre d’ailleurs sera toujours dominé par la majorité qui les environnera. Nous pourrons d’ailleurs nous allier en tout temps avec nos frères allemands ; ce que nous réclamons ici, c’est le maintien de notre individualité. D’autre part, ce qui importe surtout d’avoir avec eux, c’est une communauté d’intentions. Or, notre programme est le même35.

  • 36 Voir Rita Hofstetter, « La Suisse et l’enseignement aux XIXe-XXe siècles. Le prototype d’une “fédé (...)
  • 37 Jean-Marie Barras, Au temps de l’école normale. D’Hauterive à Fribourg : chronique, contexte et té (...)

17De ce fait, quelque deux cent cinquante enseignants réunis en assemblée à Neuchâtel le 26 septembre 1864 fondent la Société des instituteurs de la Suisse romande (SIR) à laquelle se rallient les sociétés pédagogiques cantonales préexistantes. On ne saurait trop relever l’importance de ce regroupement des sociétés cantonales en un faisceau unique, quand on sait combien la prééminence des cantons en matière d’instruction est prégnante sur le territoire helvétique36. Quelques indices nous montrent cependant que cette nouvelle société ne fit pas l’unanimité. En effet, il existe une autre Suisse romande pédagogique, également guidée par un Fribourgeois, l’abbé Raphaël Horner (1842-1904), directeur de l’école normale d’Hauterive, qui n’ambitionne nullement de s’inscrire dans cette société régionale jugée par trop libérale et antichrétienne. C’est pourquoi Fribourg fonde sa propre société cantonale en novembre 1871, crée son organe, le Bulletin pédagogique et décide six ans plus tard de quitter la SIR qu’elle ne rejoindra qu’en 1969. Jean-Marie Barras rappelle à ce sujet que « si les idées pédagogiques que présentera le Bulletin seront le plus souvent novatrices, voire d’avant-garde, l’idéologie en sera carrément conservatrice37 ».

18Il faut également souligner qu’à peine six mois après cette union régionale, les projets intercantonaux de la SIR se doublent d’une ambition internationaliste soutenue par l’adversaire de Horner. Car si Daguet se fait d’abord connaître par son œuvre d’historien et promeut comme on l’a déjà évoqué une vision particulariste de la nation suisse, ses conceptions pédagogiques s’avèrent très clairement universalistes. Accompagné de quelques membres fondateurs de la SIR, il profite de l’Exposition universelle de 1867 pour intégrer la Suisse romande dans le concert pédagogique européen.

Un projet universaliste aux racines franco-romandes

  • 38 Lettre du 15 mars 1865, tirée de Rapports sur l’exposition scolaire de Paris en 1867, Lausanne, Im (...)
  • 39 Voir chapitre 5 et Jules Paroz, Mémoires d’un octogénaire, Porrentruy, Éditions du Pré-carré, 1981 (...)
  • 40 Pierre-Philibert Pompée (1809-1872) fut le directeur de l’école primaire supérieure municipale Tur (...)

19Le mouvement naît en mars 1865, quand le président de la SIR Frédéric Villommet interpelle son collègue parisien M. Pilate, membre de la conférence des institutrices et instituteurs protestants de la Seine : « Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir des congrès internationaux aussi bien que les économistes, les légistes, les ouvriers. Nous aimerions à vous voir prendre l’initiative… Il va sans dire que la première réunion aurait lieu à Paris38. » Par ces mots, Villommet donne l’impulsion à un projet d’association internationale qui répond à plusieurs préoccupations. La guerre austro-prussienne et les tensions entre la France et la Prusse suite à la victoire de celle-ci à Sadowa poussent en effet l’Europe scolaire à s’interroger sur les vertus pacificatrices de l’éducation. En août 1866 à Fribourg, les instituteurs romands rassemblés lors de leur premier congrès pédagogique officialisent le projet d’envoyer une délégation à Paris lors de l’Exposition universelle afin d’y étudier l’exposition scolaire et de susciter la création d’une association internationale d’instituteurs. Les principaux acteurs de l’école primaire romande composent la délégation présidée par Daguet. Tous collaborent à L’Éducateur et la plupart d’entre eux jouissent déjà de leur propre réseau avec le monde pédagogique français. Jules Paroz (1824-1906), ancien élève de Daguet et créateur de l’école normale évangélique de Grand-champ, a vu sa revue L’Éducateur populaire, fondée en 1848, absorbée par L’École normale de Pierre Larousse dès 185939. Il profite d’ailleurs de son séjour parisien pour lancer la publication de son Histoire de la pédagogie chez Charles Delagrave. Daguet a déjà rencontré Pierre-Philibert Pompée40 – le principal interlocuteur des Suisses à Paris – lorsque celui-ci visita les écoles de Girard à Fribourg.

  • 41 Voir Anne Rasmussen, « Les Congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867 (...)

20Le 22 août 1865, la délégation romande assiste, sur l’invitation du ministre Duruy, à l’une des fameuses conférences de la Sorbonne organisées pour le perfectionnement des instituteurs français présents à Paris lors de l’Exposition universelle41. Daguet fait ressurgir les liens franco-suisses, avant d’argumenter les fondements universels et les enjeux de son projet :

  • 42 Rapports sur l’exposition scolaire de Paris en 1867, op. cit., p. VIII.

Il y a entre nous, Messieurs et chers amis, plus d’un lien, plus d’un motif de rapprochement. Sans parler de la communauté de langue et du légitime pouvoir qu’exerce sur les esprits la riche et belle littérature française, qui est aussi la nôtre, n’y a-t-il pas pour tous les instituteurs identité de but, d’efforts, d’aspirations ? Ne désirons-nous pas tous former une jeunesse intelligente, éclairée, généreuse, pénétrée du même amour du bien et du beau, du saint enthousiasme de Dieu, de l’humanité et de la patrie ? En dépit de toutes les différences que peuvent mettre entre les peuples la nationalité et la diversité des méthodes, un fonds commun subsiste ; c’est qu’il n’y a qu’une éducation comme il n’y a qu’une humanité42.

21Daguet conclut par un appel à la formation d’une association internationale placée dans le sillage des idées des Lumières françaises :

  • 43 Ibid., p. VIII-IX.

Les grands principes qui unissent les peuples et les hommes n’ont jamais été affirmés avec plus de puissance et plus d’éclat que dans les grandes assemblées françaises qui ont proclamé la liberté et l’égalité civile et politique à la fin du dernier siècle. Ne serait-il pas beau, ne serait-il pas glorieux pour vous et pour nous, Messieurs, et chers collègues, de voir sortir de nos délibérations communes une institution qui fût le trait d’union des divers peuples, et réunit les instituteurs de tous les pays en congrès international. C’est à la fondation de ce congrès que j’ose vous convier et la délégation suisse serait heureuse d’y contribuer pour sa faible part43.

  • 44 Ibid., p. 137-138.

22Pierre-Philibert Pompée souscrit au projet et dans le sillage de la proposition suisse, indique par ailleurs vouloir mettre en place une exposition pédagogique internationale permanente à Paris, afin que les instituteurs de France puissent venir étudier à loisir les progrès susceptibles d’être importés dans leurs classes44. Cela étant dit, il faut souligner combien les structures nationales sur lesquelles doit reposer cette association internationale sont disparates et inégalement développées, ce qui fait dire à Daguet :

  • 45 Ibid., p. XIV.

Peut-être l’idée souriait-elle au fond médiocrement à l’administration française ; peut-être aussi ne pouvait-elle rien avoir de pratique dans une assemblée composée d’instituteurs venus de provinces éloignées et qui n’avaient jamais entendu parler d’une institution de ce genre ; peut-être encore, et c’est des trois versions la plus probables, les chefs de l’instruction publique en France pensèrent-ils sagement qu’avant de songer à une réunion internationale, c’est-à-dire des divers peuples, il était nécessaire de commencer par organiser une société générale des instituteurs français45.

  • 46 Les principaux délégués qui fréquentent les congrès romands et participent à l’élaboration des sta (...)

23Soucieuse de présider à la destinée de cette association, la délégation suisse propose de se servir des congrès pédagogiques romands comme point de rencontre des divers délégués qui proviennent de toute l’Europe et même des colonies46.

Une entreprise supervisée par la Suisse française

24Remise ainsi à l’ordre du jour du deuxième congrès de la SIR en août 1868 à Lausanne, la question est timidement traitée, d’autant que le spectre du choléra a retenu chez eux la plupart des invités étrangers. Néanmoins, les messages d’appui reçus pour l’occasion laissent à penser que l’entreprise possède déjà un début de réseau, en partie constitué à Paris grâce à l’appui de personnalités comme Jules Simon, Albert Le Roy, André Rousselle, tous trois membres de la Société pour l’instruction élémentaire, Pierre-Philibert Pompée et Adrien Guerrier de Haupt, le rédacteur de L’union des instituteurs . Notons encore que la Société centrale des instituteurs belges, représentée par Emmanuel van Driessche, instituteur franc-maçon impliqué dans les activités de la Ligue de l’enseignement, Pierre Wynen, président de la Société des instituteurs privés d’Anvers et le libre-penseur Jean-Joseph Campion, gérant de la revue pédagogique Le Progrès bruxellois ainsi que la Societa pedagogica italiana et son président Giuseppe Sacchi s’agrègent à ce premier réseau et se retrouvent lors des assemblées romandes.

  • 47 Compte-rendu du IVecongrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande tenu à Gen (...)

25Deux ans plus tard, lors du congrès neuchâtelois de 1870, la déclaration de guerre à la Prusse sonne momentanément le glas de toute idée d’union internationale. C’est donc lors des congrès de Genève (1872) et de Saint-Imier (1874) que la question d’une association internationale revient au centre des préoccupations. La vocation internationale dont jouit la Rome protestante a une incidence certaine dans la reprise du dialogue et du projet de fondation de l’Association pédagogique universelle. Pourtant, cet optimisme de façade n’efface en rien les obstacles qui surgissent lors de l’assemblée. Les effets de la guerre franco-prussienne se font sentir. Certains, comme l’instituteur vosgien Masson ou le professeur italien Pietro Preda, collègue de Daguet et de Buisson à l’académie de Neuchâtel, proposent d’exclure l’Allemagne. Preda soumet l’idée de fonder « pour le moment et en attendant mieux, une association des instituteurs de race latine, qui comprendrait les pays où l’on parle français, italien et espagnol47 ». La réponse de Daguet est sans équivoque :

  • 48 Ibid., p. 84

Ce que nous voulons, ce n’est donc pas une fédération partielle, exclusive. Surtout pas d’exclusion de l’Allemagne qui est avec la Suisse la terre classique de la pédagogie rationnelle et le berceau de l’invention de Gutenberg, sans lequel la diffusion actuelle des lumières eût été impossible. C’est le propre de tous les Nabuchodonosors français et allemands d’être éblouis de leurs victoires. Mais la haine de la France et de l’Allemagne, toute vivace qu’elle soit, ne sera pas éternelle, et si des représentants de ces deux grandes nations doivent se rencontrer et se tendre une main fraternelle, c’est à coup sûr sur le terrain neutre de la science et de l’éducation. […] Quoi qu’il advienne, ouvrons toutes grandes les portes de l’Alliance pédagogique. Il y aura déjà assez de difficultés de détail, d’obstacles financiers à vaincre. Ceux qui viendront à nous, Français ou Allemands, seront des hommes de cœur, élevés au-dessus des haines de race et de nation. Acceptons-les tous : paix aux hommes de bonne volonté sur la terre48.

  • 49 Alexandre Daguet, « Pédagogie de l’Allemagne », L’Éducateur, 1/1886, p. 6.

26On mesure ici le caractère pacificateur que Daguet attribue à la pédagogie, eu égard au premier chef aux tensions internationales. Relevons au passage que ce sera également via le canal de la pédagogie que l’inspecteur strasbourgeois Guillaume Jost, invité au XXVIe congrès des instituteurs allemands de Darmstadt en décembre 1885, tendra une main réconciliatrice à l’Allemagne : « Nous pouvons différer en politique, mais en ce qui concerne l’éducation populaire, nous ne connaissons pas de frontières. Il n’y a pas de pédagogie spécifiquement allemande, italienne, française et celui-là n’est pas un pédagogue qui croit n’avoir rien à apprendre chez les autres peuples49. »

  • 50 Compte-rendu du Vecongrès scolaire, op. cit., p. 98.

27Enfin, les discussions sur la terminologie à adopter pour nommer l’association s’avèrent houleuses. Plusieurs intitulés sont discutés : « Association universelle des instituteurs », « Société pédagogique universelle » ou encore « Ligue universelle d’enseignement ». Daguet défend même l’utilisation délicate de « Société internationale » et s’attache à faire taire certaines rumeurs suggérant qu’en Italie, « on a cru qu’il s’agissait d’une espèce d’internationale poursuivant des idées révolutionnaires50 ». L’assemblée aboutit finalement à un consensus et ses membres proclament, à l’unanimité, la création de l’Association pédagogique universelle :

  • 51 Compte-rendu du IVecongrès scolaire, op. cit., p. 88.

Le congrès scolaire, réuni à Genève le 31 juillet 1872, décide à l’unanimité la création d’une Association pédagogique universelle. Pour atteindre son but, le congrès charge son bureau d’adresser immédiatement un appel aux Sociétés pédagogiques des différents pays. Cet appel sera signé par le bureau du congrès actuel et par les délégués étrangers présents. Dès que trois sociétés de pays différents auront donné leur adhésion au projet de la Société pédagogique universelle, elles désigneront des délégués pour s’entendre sur la constitution même de la Société et pour aviser aux meilleurs moyens d’atteindre le but51.

  • 52 Compte-rendu du Vecongrès scolaire, op. cit., p. 91.

28Cependant, deux ans plus tard, dans un rapport qu’il rédige pour préparer les débats du congrès de Saint-Imier de 1874, l’instituteur vosgien Masson réitère son vœu de voir naître une association des membres du corps enseignant « de race latine ». Son collègue, M. Vion, appelle quant à lui à la création d’un bulletin élaboré sous l’égide de la France et voué à terme à devenir l’organe de l’enseignement laïque. Selon lui, un grand congrès constituant pourrait avoir lieu l’année suivante, à Pâques, à Paris, à l’occasion du congrès de géographie52. On se trouve ici en face d’une des rares contestations du leadership romand, que Daguet va réprimander d’une manière plutôt autoritaire, sinon arrogante :

  • 53 Ibid.

Nous aimerions bien pouvoir partager la confiance de M. Vion quant à la part que prendra son pays à notre œuvre, mais il nous semble que la question de débuter par la France est un peu prématurée et même hasardée. Il sera donc plus prudent, à notre avis, de tenir ailleurs le premier congrès dont il s’agit. Il ne suffit pas que l’esprit d’association existe dans un pays ; il faut de plus qu’il soit encouragé et non comprimé. Nos collègues de la France, bien disposés d’ailleurs à nous prêter un concours efficace, ne le pourront que par un zèle soutenu et une grande persévérance à réclamer pour eux le droit de réunion qu’on leur conteste, et qui seul peut donner essor à leurs légitimes aspirations53.

  • 54 Alexandre Daguet, « Un mot sur la question de la fédération universelle », L’Éducateur, 9/1876, p. (...)
  • 55 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

29Le congrès de Saint-Imier de 1874 marque ainsi le début des désillusions pour Daguet, qui ne dissimule plus son irritation. Le troisième jour, au moment d’aborder la question internationale, le temple où se tient le congrès se vide de ses instituteurs, peu concernés semble-t-il par ces préoccupations internationales : « Soit que cette question n’intéressa pas au même degré que les autres, soit qu’on trouva trop long le terme de trois jours, le temple était presque désert quand on traita ce sujet et l’auditoire réduit à 40 ou 50 personnes », peut-on lire dans le Journal de Genève du 29 juillet 1874. Lorsqu’on s’essaie timidement à une ébauche de statuts, la montée des intérêts nationaux, la volonté de tirer la couverture à soi marque un coup d’arrêt définitif au projet universaliste romand. Les tractations s’enlisent, n’aboutissent finalement qu’à des résultats très mitigés. Enfin, durant les préparatifs pour le congrès de Fribourg de 1877, l’inactivité de la commission chargée de traiter la question pousse Daguet à donner le coup de grâce. Cette entreprise s’avère en fait, selon lui, « un idéal impossible à réaliser dans les circonstances présentes, ou comme une utopie généreuse éclose au souffle exhilarant et enthousiaste des expositions universelles54 ». En dépit de cet échec, cette association va perdurer sous une autre forme : à cette tentative avortée de rassemblement physique va se substituer une communauté fort puissante à travers les publications. Le réseau occidental de la pédagogie libérale-nationale va dès lors, selon la fameuse formule de Norbert Elias, « étendre ses chaînes d’interdépendance55 » à l’emploi massif de la presse et des revues afin de traduire, transférer et diffuser les éléments d’un système éducatif pensé de manière collective – et de ce fait de plus en plus standardisé – dans le but d’ôter définitivement à l’Église le monopole de l’enseignement public.

L’association est morte, vive l’association !

30C’est dans cette perspective que Daguet s’attelle à la constitution d’un réseau européen de la presse pédagogique, qu’il appelle ainsi de ses vœux :

  • 56 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de L’É (...)

Si la fédération universelle par voie de congrès et de délégués est difficile à établir et à pratiquer, il n’en est pas de même de la fédération qui s’opère par la voie des journaux et de l’échange d’idées qu’elle établit entre les éducateurs et écrivains pédagogiques non seulement de l’Europe, mais des deux hémisphères.
C’est à cet échange surtout que nous pensions dès l’origine de notre Société et son organe, et nous n’avons rien négligé pour le créer, l’étendre à tous les peuples civilisés, à commencer par ceux dont la langue est généralement comprise et même à ceux dont la langue n’est connue que de quelques initiés. Les idées lumineuses ne sont pas l’apanage d’une seule nation ou de certains peuples, pas plus que d’un ou de plusieurs individus. Il ne faut rien mépriser, rien négliger. Puis, vous pouvez être utiles et apporter des lumières à ceux qui ne vous en donneraient pas. Quoi de plus beau d’ailleurs, de plus profitable et de plus touchant que ces relations de peuple à peuple, d’esprits à esprits, de corps enseignant à corps enseignant, d’un bout du monde à l’autre ? Si l’humanité doit jamais former une grande famille, c’est assurément par l’école que doit commencer cette fusion des divers groupes de l’humanité qu’on nomme les nations56.

  • 57 Voir Patrick Dubois, Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson. (...)
  • 58 Voir Béatrice Haenggeli-Jenni, Alexandre Fontaine et Patrick Bühler, « Une circulation idées pédag (...)
  • 59 Alexandre Daguet, « Les jardins de l’enfance et l’école de Chantepoulet à Genève. Conférences péda (...)

31Ainsi, dès le milieu des années 1870, Daguet propose régulièrement dans L’Éducateur une revue de la pédagogie européenne, c’est-à-dire des pays avec lesquels son journal est en relation par l’échange de leurs numéros. Si la pratique du courrier international n’est pas neuve et fut déjà pratiquée antérieurement par d’autres revues, les acteurs de ce réseau font de la presse pédagogique un point de rencontre et un élément médiateur fondamental de la diffusion d’une pédagogie libérale-nationale – essentiellement anticléricale – dont on peut reconstituer la constellation à partir du réceptacle offert par L’Éducateur. Dès ses premières semaines de publication en 1865, ce dernier était entré en relation avec la revue Patria e Famiglia du pédagogue lombard Giuseppe Sacchi, avec El Magisterio Espanol dirigé par le pédagogue Emilio Ruiz de Salazar ainsi qu’avec Los Annales de primera ensenaza rédigées par Mariano Carderera, directeur de l’instruction publique au ministère du Fomento à Madrid et par ailleurs rédacteur dans le premier Dictionnaire de pédagogie de Buisson57. Grâce à la traduction, plusieurs articles qui le plus souvent sont choisis pour légitimer des politiques scolaires locales, jouissent d’une diffusion européenne et facilitent la circulation de savoirs pédagogiques dans l’espace occidental58. Ces processus de transferts laissent apparaître des situations d’osmose et d’assimilation de savoirs qui transitent via les revues pour être adaptés par leur contexte d’accueil. Comme le relève Daguet, « les feuilles étrangères ne se bornent pas à échanger avec nous ; elles nous citent souvent, empruntent ou traduisent nos articles59 ». L’Allgemeine Deutsche Zeitung de Darmstadt réserve une place de choix aux articles de fond de L’Éducateur. L’anticlérical Christian Jessen reproduit in extenso plusieurs articles romands dans ses Freien pädagogischen Blätter publiées à Vienne. Dans les années 1871-1872, L’Éducateur entre en relation avec deux revues libérales anglaises, le School-board Chronicle et l’organe de la National-Education-League, toutes deux imprimées à Londres. Avide de faire connaître en Suisse les livres élémentaires de l’Union américaine, Daguet initie une collaboration avec Journal of Education de Boston en 1872. Ces échanges transnationaux, progressifs, suscitent la mise en place d’un réseau spécifique des revues pédagogiques, un lobby international regroupant les représentants d’une pédagogie éclectique et anticléricale.

Revues

Rédacteurs

Orientations

L’Éducateur

A. Daguet

Catholique libéral, maçon

Schweizerische Lehrerzeitung

J.-U. Rebsamen

Protestant libéral

L’Educatore della Svizzera italiana

G. Ghiringhelli

Chanoine radical

Le Progrès de Bruxelles

J.-J. Campion

Libre penseur, maçon

Le Manuel général de l’instruction primaire

C. Defodon

Catholique libéral

Revue pédagogique

F. Buisson

Protestant libéral

Patria e Famiglia

G. Sacchi

Patriote italien, libéral

Enrico Pestalozzi o l’Educazione nuova

V. di Castro

Patriote italien, libéral

Freien pädagogischen Blätter

C. Jessen

Libéral anticlérical

School Board Chronicle (London)

A. Bikkers

Libéral, maçon

De Vekker (La Haye)

M. Lallemand

Libéral

Los Annales de primera ensenaza

M. Carderera

Libéral

El Magisterio Espanol

E. Salazar

Libéral

Revues européennes en relation avec L’Éducateur (1865-1890)

  • 60 Voir Laurier Turgeon (dir.), Regards croisés sur le métissage, Laval, Les Presses de l’Université, (...)

32La communauté de langue entre la Suisse romande et la France va de fait privilégier les échanges et les métissages pédagogiques entre les deux espaces60. Peu après son retour à Paris en 1870, Buisson fait la publicité de L’Éducateur dans le Bulletin pour l’enseignement élémentaire de Paris :

  • 61 Ferdinand Buisson, « L’Éducateur de la Suisse romande », Bulletin pour l’enseignement élémentaire (...)

L’Éducateur est une solide et consciencieuse revue pédagogique publiée par les instituteurs de la Suisse romande. Parmi les nombreuses feuilles que nous parcourons, aucune ne contient des articles plus substantiels. Comme le Progrès, l’Éducateur n’est pas exclusif ; il recueille de tous les côtés les renseignements, les faits, les livres, les méthodes : aussi est-il d’une lecture tout à fait profitable pour l’instituteur qui aime sa profession et qui s’intéresse à tout ce qui se fait, au près et au loin, pour l’éducation du peuple61.

  • 62 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de l’É (...)

33De son côté, Daguet fait savoir dans L’Éducateur que les ministres de l’Instruction publique et des Cultes qui se sont succédés en France de Victor Duruy à Jules Simon, ont gratifié sa revue de l’envoi régulier du Bulletin administratif de leur département ministériel62. Comme souvent en Suisse, on cherche à légitimer les entreprises locales par l’approbation symbolique et le cachet de l’étranger. C’est dans cette perspective que le comité de rédaction de L’Éducateur adresse sa revue à plusieurs personnalités françaises. Victor Hugo accuse réception d’Hauteville-House le 18 avril 1869 :

  • 63 Réponse de Victor Hugo à Monsieur Biolley, président de la SIR, in Compte-rendu du Congrès pédagog (...)

Absorbé par des travaux urgents, je n’ai pu vous remercier plus tôt de votre excellente lettre. Voir le peu que je fais si bien compris, et par de telles intelligences, serait pour moi une douce récompense, si une récompense m’était due ; mais je suis loin de le penser. Le devoir, c’est là ce que je tâche de faire. Hors de là, je ne suis rien. Vous m’envoyez votre utile journal, je le lis avec intérêt et je vous prie de croire à toute ma cordialité63.

  • 64 Le congrès scolaire de Lausanne. Rapport sur la troisième session de l’assemblée générale des Inst (...)

34En outre, de nombreux articles sont reproduits dans des revues pédagogiques françaises : dans le Manuel général de l’instruction publique de Charles Defodon, dans l’Union des instituteurs d’Adrien Guerrier de Haupt64 ou dans le Bulletin pour l’enseignement élémentaire de Paris. Mais à l’évidence, c’est Ferdinand Buisson qui va s’attacher à faire connaître L’Éducateur en France et même beaucoup plus loin :

  • 65 Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date, Archives de l’État de Neuchâtel, Fonds Daguet

Je vous avais demandé l’article Éducateur pour le 29 avril. Si vous pouviez m’envoyer d’ici à 8 jours à défaut de cet article une note d’une page ou deux au plus sur l’origine du journal, ses fondateurs, son mode de publication, ses principales séries de travaux pédagogiques, etc., je pense qu’il vous serait agréable de profiter d’une bonne occasion que je puis vous offrir. Je ferais imprimer cet article-là dans un nouveau spécimen que je vais faire adresser à tous les journaux pédagogiques dont je sais l’existence en Europe et en Amérique. Ce serait donc un moyen de notoriété assez bon mis à votre portée. Vous me comprenez bien65.

  • 66 Ibid.

35Buisson s’intéresse particulièrement aux problématiques romandes développées dans les articles de fond de la revue et dans ce sens concède à Daguet : « Je n’ai pas besoin de vous dire que de mon côté je serais heureux d’avoir l’occasion, dans mon service d’inspecteur, de faire connaître et apprécier ici une publication où les Français en particulier auraient tout à apprendre66. » Ce sont d’ailleurs ces mêmes réseaux que Ferdinand Buisson va réactiver et utiliser afin de lancer son propre projet international.

Buisson et l’élaboration d’une pensée sur l’éducation internationale

  • 67 Klaus Dittrich donne une analyse de l’œuvre de médiation transnationale de Buisson dans « Appropri (...)
  • 68 Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation internationale, Paris et Berne, bureau de la Grand (...)

36Afin d’imposer et de légitimer sa vision internationale de l’éducation, Buisson dut non seulement trouver les moyens de rassembler les instituteurs européens mais également concevoir une théorie générale des nouveaux rapports entretenus par les nations européennes naissantes67. Il faut dire qu’il avait longtemps réfléchi à ces questions depuis le premier congrès de la Ligue internationale de la paix et de la liberté de Genève en 1867 ; sa pensée est résumée dans un article intitulé L’instruction et l’éducation internationale68 qui paraît à Paris et à Berne en 1905. Buisson prend pour prémisse la concurrence de l’élément national avec l’international comme « trait caractéristique de la civilisation à l’heure où nous sommes ». De ce fait, il apparaît essentiel que l’école éduque l’homme non seulement à son milieu, mais lui fasse également découvrir l’importance croissante des relations internationales ainsi que les progrès des échanges humains à l’échelon international, qu’ils soient de nature commerciale ou scientifique. Au côté idéal, voire utopique, s’adjoint une autre vision, paradoxale, que l’enfant doit également éprouver :

  • 69 Ibid., p. 18.

Nous ne devons pas lui laisser ignorer que cet idéal est encore loin d’être réalisé ; et, qu’en attendant qu’il le soit, chaque nation pouvant avoir encore à se défendre à main armée, tout citoyen est tenu de répondre à l’appel de sa patrie et de remplir virilement et courageusement le devoir militaire comme la première des obligations que la loi lui impose envers son pays69.

  • 70 Ibid., p. 9.
  • 71 Ibid., p. 11.
  • 72 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Par (...)
  • 73 Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation internationale, op. cit., p. 11.

37Selon Buisson, c’est ce paradoxe qui doit être enseigné à la jeunesse européenne. Le jeune Français, comme l’Allemand ou l’Italien doit « vivre le cœur plein des visions de la paix internationale qui seront un jour la réalité générale sur cette terre, mais l’œil attentif, l’âme tendue et roidie pour répondre au premier signal si la patrie [l]appelle70 ». Buisson initie son raisonnement en partant d’un fondement anthropologique et prend en compte la dualité de l’égoïsme instinctif et de l’altruisme qui lui fait contrepoids. Cet équilibre permet ainsi à l’homme d’accepter sa soumission au pacte social : « il se subordonne jusqu’à un certain point à la famille d’abord, première cellule de la société ; puis successivement et progressivement à une toute petite agglomération de familles, clan, tribu, gens71. » En cela, Buisson annonce en quelque sorte Benedict Anderson et sa communauté imaginée72, en affirmant que : « C’est la forme minuscule de la patrie [qui] s’étend et passe à l’état de groupement dépassant les limites où s’arrêtent la connaissance directe des relations de parenté et le souvenir des liens du sang73. »

  • 74 Ibid., p. 13-14.

38S’il est un point intéressant de ce développement, c’est celui des phases successives de la construction des sociétés que Buisson emprunte à Jean Izoulet (1854-1929). Ce normalien, secrétaire particulier de Paul Bert et détenteur de la chaire de philosophie sociale au Collège de France où il sera remplacé à sa mort par Marcel Mauss, explique que « chaque fois que le cercle s’agrandit, il y a une crise du patriotisme ». Ainsi, le devoir envers la petite patrie d’hier semble remis en question, compromis ou nié par l’avènement d’une patrie plus grande. Buisson admet le caractère paradoxal de ces fusions : « quelle invraisemblable entreprise que de faire évanouir ces patriotismes concrets et historiques, souvent opposés, plus souvent inconnus et indifférents les uns aux autres, le normand et le breton, le bourguignon et l’armagnac, le flamand et le provençal, pour en faire un jour l’âme française et la patrie française74.» D’Izoulet, Buisson reprend également la théorie d’un patriotisme de superposition structuré en cinq strates successives : le patriotisme municipal, provincial, national, continental et le dernier global ou planétaire. Dans cette perspective, l’humanitarisme est perçu comme une onde élargie du patriotisme et cet argumentaire est repris par Buisson pour affirmer que l’éducation internationale n’est ni antipatriotique, ni antinationale, ni même antimilitaire :

  • 75 Ibid., p. 15.

Elle n’exagère ni ne diminue le rôle de la patrie, le rôle des patries de l’espèce humaine. Elle sait qu’il n’y a pas d’humanité là où il n’y a pas de patrie, mais elle sait aussi que les patries tendent à s’humaniser et qu’elles finissent, comme on l’a dit, par communier dans l’espèce. Le patriotisme d’hier, c’était la haine des autres patries, celui de demain ce sera presque un interpatriotisme75.

39Soucieux d’insérer la France dans le mouvement pédagogique international, Buisson entre en scène au moment où son ancien collègue suisse s’apprête à donner le coup de grâce à son projet universaliste. En 1877, il écrit à Daguet :

  • 76 Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date, mais il s’agit assurément d’une lettre envoyé (...)

Une lettre de M. Campion m’encourage à faire auprès de vous une démarche qui ne sera peut-être pas plus heureuse que les précédentes. Il s’agit de ce fameux projet de société ou alliance internationale des instituteurs et amis de l’enseignement. Ce projet est né je crois à Genève, est-il enterré ? Si oui n’en parlons plus. Sinon, y aura-t-il à Fribourg cette année une séance consacrée à l’étude de la question ? Vous savez que j’avais songé à la création d’une société (internationale) d’études pédagogiques. […] Il paraît que les instituteurs de la Suisse romande et vous leur grand inspirateur vous ne croyez plus devoir encourager ce projet. Soit. Peut-être la chose ne se fera-t-elle pas ! Du moment qu’une voix aussi importante que celle de la Suisse manque à ce concert, il n’y a qu’à renoncer à l’idée. D’ailleurs nous autres Français nous ne demandons ni ne songeons, quoique nous ayons peut-être une autre réputation en Suisse, à nous annexer les sociétés étrangères. Au contraire si vous créez votre société ou alliance universelle, nous serons bien aisés d’y rentrer à la place qu’il vous plaira de nous assigner. Nous travaillons en ce moment à une certaine suite et dans un esprit pratique à l’amélioration de nos institutions scolaires. Et nous éprouvons le besoin de nous instruire, de nous informer, de nous tenir au courant de ce qui se fait de bon au près et au loin. Si donc il était possible de profiter du congrès de Fribourg pour un rapprochement à titre quelconque, fut-il même borné à l’établissement d’un échange régulier de communications et de renseignements entre les écoles de divers pays, je me ferais un plaisir d’aller à ce congrès et d’en suivre les travaux, si toutefois les étrangers peuvent y assister76 ?

40Rappelons-le, Buisson avait déjà réfléchi à la constitution d’une organisation internationale, souhaitant faire de la Ligue de la paix et de la liberté « une sorte de société internationale pour l’organisation universelle de l’éducation démocratique ». Si la réponse de Daguet nous est inconnue, il semble que celui-ci ait interprété les mots de Buisson comme une ingérence et réagi contre cette volonté, de la part de son ancien collègue, de renverser la situation à son avantage comme Buisson l’évoque dans une autre lettre :

  • 77 . Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date (courant 1877), Archives de l’État de Neuchât (...)

Vous vous méprenez sur le sens de ma proposition, si vous n’y voyez rien qui puisse donner ombrage à L’Éducateur et à la Société suisse. Au contraire, il s’agit de répondre à l’appel international de Genève et de Saint-Imier et de fonder quelque chose en conséquence d’un commun accord. Je vous en écrirai plus long sur ce sujet que je crois de nature à vous intéresser si je venais de voir ici M. Sandoz, qui est au courant de mes vues et intentions. Il vous en parlera et j’espère vous convaincra qu’il y a une envie bonne et utile à faire, où la Suisse ne peut refuser son concours à la France.77

  • 78 Voir Loïc Le Bars, « Amicales et syndicats dans l’enseignement primaire (1901-1919) », in Danielle (...)
  • 79 « Excursion des Membres de l’enseignement primaire en Suisse du 5 au 11 septembre 1903 », Manuel g (...)
  • 80 Ernest Savary, op. cit., p. 35-36.

41Ces échanges, marqués en filigrane par de tenaces batailles d’ego, ne se soldent par aucune réalisation concrète. Buisson s’essaiera une seconde fois à la réactivation du projet au tournant du XIXe siècle, dans le sillage de la fédération des amicales de France, créée en 1900, qui précède et constitue par ailleurs un terrain favorable à l’émergence du syndicalisme enseignant78. Dans le Manuel général de l’instruction primaire du 13 juin 1903, un comité d’action constitué pour l’occasion dévoile le programme d’une excursion des membres de l’enseignement primaire français en Helvétie79. Celle-ci doit marquer le début des grandes excursions pédagogiques en Europe, patronnées notamment par Buisson, Gabriel Compayré et Émile Levasseur. Ce qu’il convient surtout de souligner, c’est que ces organisateurs avaient pour intention de provoquer la constitution d’un comité international d’études pédagogiques afin d’établir des liens entre tous les instituteurs d’Europe. Ernest Savary, auteur d’une notice historique rédigée à l’occasion du jubilé cinquantenaire de la Société pédagogique de la Suisse romande, souligne à cet égard que « pendant l’été 1903, les instituteurs de la Suisse romande reçurent la visite d’une caravane de leurs collègues français qui venaient visiter notre pays et nous proposer la création d’une Union internationale d’instituteurs. Le projet fut accueilli avec empressement par les dirigeants de notre association mais, rentrés dans leurs foyers, les maîtres français oublièrent complètement ce qu’ils nous avaient proposé80 ! » En dépit de cette nouvelle déconvenue, il n’en demeure pas moins que ces diverses expériences de rapprochements internationaux constitueront un socle sur lequel les acteurs de l’éducation occidentale pourront s’appuyer après le premier conflit mondial pour réactiver et parachever cette lente mise en réseau, non sans provoquer d’ailleurs de substantiels avancements au niveau local.

Échec global, avancées locales

  • 81 Sur l’histoire des amicales et du syndicalisme enseignant, voir M. T. Laurin (Maurice Tortillet), (...)

42De fait, l’analyse de ces tentatives manquées permet de mieux comprendre les raisons des échecs constitutifs du mouvement associatif européen du second XIXe siècle. Tout d’abord, le manque de moyens financiers a lourdement pesé sur l’avenir de l’Association pédagogique universelle. Ensuite, il eût été nécessaire que tout pays qui souhaitait y prendre part disposât déjà d’un réseau de sociétés cantonales, régionales ou départementales. On l’a vu, Buisson ne s’est concrètement engagé dans le mouvement international qu’après la création de la fédération des amicales de France (1900) et l’avènement de structures locales et régionales sur lesquelles il pouvait légitimement reposer ses ambitions81. Enfin, il faut pointer la multiplicité des internationales de l’éducation qui, pour survivre, se vouent tout au long du second XIXe siècle une concurrence acharnée. Rappelons qu’en 1868, le professeur Hermann Karl von Leonhardi et la frœbélienne M me de Marenholtz-Bülow fondent l’Allgemeine Erziehungsverein dans le but d’engendrer une Confédération internationale des amis de l’éducation. Cette concurrence s’accroît encore avec la création d’une Société internationale, composée d’une cinquantaine d’instituteurs suisses, badois et bavarois. Fondée le 18 mai 1872 à Rorschach dans le canton de Saint-Gall, cette association est appuyée par la Schweizerische Lehrerzeitung (Revue des instituteurs de Suisse allemande) et s’incarne de fait comme le contrepoids germanique de l’entreprise romande.

  • 82 Voir l’article « Congrès d’instituteurs, congrès pédagogiques », Nouveau Dictionnaire de pédagogie (...)
  • 83 Les congrès d’instituteurs. Comptes-rendus des congrès pédagogiques internationaux, nationaux et r (...)
  • 84 Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 2005 [1997], p. 32-57.
  • 85 Heinz-Gerhard Haupt, « Une nouvelle sensibilité : la perspective transnationale », Cahiers Jaurès, (...)

43Toutefois, et malgré l’échec de l’Association pédagogique universelle, on prend conscience en France de l’importance des réunions internationales et de la nécessité de rassembler les instituteurs dans des structures départementales, regroupées ensuite dans un faisceau national. L’idée fait son chemin et en 1885, le maire du Havre Jules Siegfried convoque un congrès international d’instituteurs. Mais c’est davantage au plan national que ce rassemblement permet des avancées, lesquelles seront poursuivies lors du congrès convoqué à Paris en 1887. Une résolution tendant à la constitution, dans chaque département, d’une société autonome et amicale des instituteurs y est votée, la fédération de ces sociétés devant aboutir à l’Union amicale des instituteurs de France82. Il faut souligner que ce mouvement français de fédération départementale, combattue par le ministre Eugène Spuller au nom de la souveraineté et de l’unité nationales, s’inspire des sociétés pédagogiques belges et romandes, auxquelles l’éducateur franc-maçon Gustave Francolin (1835-1899), fondateur de l’école de sociologie, consacre plusieurs notices dans Les congrès d’instituteurs83. Née des discussions du Havre, cette feuille paraît dès novembre 1885 afin de légitimer la création d’une fédération des instituteurs français. Il faudra néanmoins attendre l’arrivée au pouvoir des républicains radicaux et le vote de la loi de 1901 sur les associations, pour voir les amicales se multiplier en toute légalité84. Ainsi, l’histoire des internationales de l’éducation doit aussi se penser au travers de ses maillons successifs antérieurs, même si la plupart d’entre eux se sont soldés par des échecs. Heinz-Gerhard Haupt souligne avec raison le danger d’écrire une histoire des interconnexions qui ne prendrait en compte que ses succès85. La mise en perspective de cet essai manqué d’Association pédagogique universelle rappelle que la lente constitution des internationalismes éducatifs demeure le fruit d’ardents combats, de concurrences nationales, de rivalités d’ego et de jeux diplomatiques fort subtils.

Notes

1 Voir Pascale Rabault-Feuerhahn et Wolf Feuerhahn, « La fabrique internationale de la science. Les congrès scientifiques de 1865 à 1945 », Revue germanique internationale, 12/2010, CNRS Éditions ; Anne Rasmussen, L’Internationale Scientifique (1890-1914), thèse d’histoire sous la direction de Jacques Julliard, EHESS, 1995, 2 volumes.

2 Voir Philippe de Vargas, Le congrès de la paix et de la liberté de 1869 à Lausanne, université de Lausanne, mémoire de licence, 1961 ; Martine Brunet, « Ferdinand Buisson, la guerre et la paix », Theolib, 2011, p. 119-131.

3 Charles Lemonnier, Les États-Unis d’Europe, Paris, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1878, p. 108-109.

4 Voir la préface de Jules Barni, Annales du congrès de Genève (9-12 septembre 1867), Genève, Vérésoff et Garrigues, 1868, p. VIII.

5 Discours de Jules Barni, Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, Lausanne, Association typographique, 1869, p. 9.

6 Ibid., p. 10.

7 Jean le Pédagogue, « De la création des facultés pédagogiques », Les États-Unis d’Europe, n° 15, 12 avril 1868, p. 60.

8 Clémence Royer, « La Ligue et les femmes », Les États-Unis d’Europe, n° 1, 6 janvier 1868, p. 4.

9 Marie Goegg, « Proposition de créer une Association internationale des femmes, en connexion avec la Ligue de la paix et de la liberté », Les États-Unis d’Europe, n° 10, 8 mars 1868, p. 38.

10 Ibid.

11 Jean-Aristide Claris, La proscription française en Suisse 1871-1872, Genève, Imprimerie Blanchard, 1872, p. 36.

12 Selon l’expression de Pierre Nora, citée dans Vincent Peillon, Une religion pour la République. La foi laïque de Ferdinand Buisson, Paris, Seuil, 2010, p. 20.

13 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », Les États-Unis d’Europe, n° 16, 19 avril 1868, p. 62.

14 Ibid.

15 . Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 43.

16 Annales du congrès de Genève (9-12 septembre 1867), Genève, Vérésoff et Garrigues, 1868, p. 146.

17 Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 40.

18 Ibid., p. 41.

19 Ibid., p. 43.

20 Voir Martine Brunet, « Ferdinand Buisson, la guerre et la paix », op. cit., p. 130-131.

21 Bulletin officiel du congrès de la paix et de la liberté de 1869, op. cit., p. 42-43.

22 Ibid., p. 42.

23 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », op. cit., p. 63.

24 Voir à ce titre Martine Brunet, « Ferdinand Buisson et James Guillaume, une histoire d’amitié… », La révolution prolétarienne, n° 777, juin 2012 ; Christiane Demeulenaere-Douyère, Paul Robin (1837-1912) : un militant de la liberté et du bonheur, Paris, Publisud, 1994 et de la même auteure, « Ferdinand Buisson et l’innovation pédagogique : l’exemple de l’Orphelinat Prévost de Cempuis », Journée d’étude sur Ferdinand Buisson, 30 mai 2000.

25 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », Les États-Unis d’Europe, n ° 17, 26 avril 1868, p. 66.

26 Ibid.

27 Ferdinand Buisson, « L’abolition de la guerre par l’instruction », n° 16, op. cit., p. 62.

28 Edgar Quinet, « Discours », in Annales du congrès de Genève (9 au 12 septembre 1867), op. cit., p. 164.

29 Ibid.

30 Ce volet consacré à l’Association pédagogique universelle a fait l’objet d’une publication : « Entre ambitions universalistes et concurrences internationales. Retour sur le pari manqué de l’Association pédagogique universelle (1863-1900) », Histoire de l’éducation, n° 139, septembre-décembre 2013.

31 Discours d’Alexandre Daguet lors du congrès de St-Imier, in Compte-rendu du Ve congrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande tenu à Saint-Imier les 20, 21 et 22 juillet 1874, Saint-Imier, Imprimerie Ernest Grossniklaus, 1874, p. 64.

32 Anne-Marie Thiesse, « Nations, internationalismes et mondialisation », Romantisme, n° 163, 2014, p. 23.

33 Cité dans Michel Onfray, L’eudémonisme social, Paris, Grasset, 2008, p. 34. Voir également Flora Tristan, L’Union ouvrière, Paris, 1844 [1843], p. 4.

34 Alexandre Daguet, « Rapport sur l’origine et la marche de la Société des Instituteurs de la Suisse romande », in Rapport sur la deuxième session de l’assemblée générale des instituteurs de la Suisse romande réunis le 6 août, Fribourg, Imprimerie Marchand, 1866, p. 7.

35 Ernest Savary, La Société pédagogique de la Suisse romande (1864-1914). Notice historique à l’occasion du jubilé cinquantenaire de cette société, Lausanne, Imprimeries réunies, 1914, p. 7.

36 Voir Rita Hofstetter, « La Suisse et l’enseignement aux XIXe-XXe siècles. Le prototype d’une “fédération d’États enseignants” ? », Histoire de l’éducation, n° 134, avril-juin 2012, p. 59-80.

37 Jean-Marie Barras, Au temps de l’école normale. D’Hauterive à Fribourg : chronique, contexte et témoignages, Fribourg, Imprimerie Saint-Paul, 2005, p. 40.

38 Lettre du 15 mars 1865, tirée de Rapports sur l’exposition scolaire de Paris en 1867, Lausanne, Imprimerie Borgeaud, 1868, p. V.

39 Voir chapitre 5 et Jules Paroz, Mémoires d’un octogénaire, Porrentruy, Éditions du Pré-carré, 1981, p. 161 ainsi que le compte-rendu de Pierre Caspard dans Histoire de l’éducation, 1981, vol. 13, n° 1, p. 95-96.

40 Pierre-Philibert Pompée (1809-1872) fut le directeur de l’école primaire supérieure municipale Turgot à Paris et le fondateur de l’école professionnelle d’Ivry. Médiateur dans l’espace franco-suisse, il étudia en Suisse la méthode Pestalozzi et rencontra le Père Girard (et Alexandre Daguet) à Fribourg. Lors de l’Exposition universelle de 1867, il fut désigné, grâce à ses bons rapports avec V. Duruy, pour faire partie du jury international des récompenses comme membre de la classe 90.

41 Voir Anne Rasmussen, « Les Congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867-1900) », Cahiers Georges Sorel, 7/1989, p. 23-44.

42 Rapports sur l’exposition scolaire de Paris en 1867, op. cit., p. VIII.

43 Ibid., p. VIII-IX.

44 Ibid., p. 137-138.

45 Ibid., p. XIV.

46 Les principaux délégués qui fréquentent les congrès romands et participent à l’élaboration des statuts de l’Association pédagogique universelle sont pour l’Italie, Vincenzo de Castro, professeur émérite de l’université de Padoue et membre du conseil-directeur de l’Association nationale pour l’éducation du peuple ainsi que J.-O. Mellé, professeur de belles-lettres à Turin ; pour la Belgique, Jean-Joseph Campion, président de la fédération des instituteurs belges ; pour la France, Charles Defodon, secrétaire de la Société pour l’instruction élémentaire à Paris, MM. Merle et Masson, instituteurs ainsi que François-Joseph Gastu, maire d’Alger et son adjoint d’El Biar ; pour la Hollande, J.-F. Humalda, inspecteur de la province de Frise ; pour la Grèce, M. Frédéricos, secrétaire du ministère de l’Instruction publique et ses adjoints MM. Lascaris et Grégorias ; pour la Russie, M. Smolian, inspecteur des écoles sibériennes et M. Swekowski, professeur à Kiev.

47 Compte-rendu du IVe congrès scolaire de la Société des instituteurs de la Suisse romande tenu à Genève les 29, 30 et 31 juillet 1872, Genève, Imprimerie Taponnier et Studer, 1872, p. 83.

48 Ibid., p. 84

49 Alexandre Daguet, « Pédagogie de l’Allemagne », L’Éducateur, 1/1886, p. 6.

50 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 98.

51 Compte-rendu du IVe congrès scolaire, op. cit., p. 88.

52 Compte-rendu du Ve congrès scolaire, op. cit., p. 91.

53 Ibid.

54 Alexandre Daguet, « Un mot sur la question de la fédération universelle », L’Éducateur, 9/1876, p. 135-136.

55 Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

56 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de L’Éducateur à l’étranger », L’Éducateur, 19/1876, p. 290.

57 Voir Patrick Dubois, Le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson. Répertoire biographique des auteurs, Paris, INRP, 2002, p. 51. L’édition de 1911 est accessible en ligne soushttp://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson

58 Voir Béatrice Haenggeli-Jenni, Alexandre Fontaine et Patrick Bühler, « Une circulation idées pédagogiques sur papier. Presse d’éducation, transferts et trajectoires transnationales des savoirs (1850-2000) », Revue suisse des sciences de l’éducation, numéro thématique, 36/1, 2014.

59 Alexandre Daguet, « Les jardins de l’enfance et l’école de Chantepoulet à Genève. Conférences pédagogiques données par M. Sante Polli, directeur de l’École normale de Milan », L’Éducateur, 14/1868, p. 220-223.

60 Voir Laurier Turgeon (dir.), Regards croisés sur le métissage, Laval, Les Presses de l’Université, 2003.

61 Ferdinand Buisson, « L’Éducateur de la Suisse romande », Bulletin pour l’enseignement élémentaire de Paris, juin-juillet 1871.

62 Alexandre Daguet, « Revue de la presse pédagogique en Europe et aux États-Unis et relations de l’Éducateur avec l’Étranger », L’Éducateur, 19/1876, p. 294-295.

63 Réponse de Victor Hugo à Monsieur Biolley, président de la SIR, in Compte-rendu du Congrès pédagogique de Neuchâtel en 1870, Neuchâtel, Imprimerie G. Guillaume Fils, 1870, p. 37-38.

64 Le congrès scolaire de Lausanne. Rapport sur la troisième session de l’assemblée générale des Instituteurs de la Suisse romande réunis les 5 et 6 août 1868, Lausanne, Imprimerie Borgeaud, p. 8.

65 Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date, Archives de l’État de Neuchâtel, Fonds Daguet.

66 Ibid.

67 Klaus Dittrich donne une analyse de l’œuvre de médiation transnationale de Buisson dans « Appropriation, Representation and Cooperation as Transnational Practices : The Example of Ferdinand Buisson », in Isabella Löhr et Roland Wenzlhuemer, The Nation State and Beyond : Governing Globalization Processes in the Nineteenth and Early Twentieth Centuries, Springer, 2013, p. 149-173.

68 Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation internationale, Paris et Berne, bureau de la Grande Revue, Ligue internationale de la paix et de la liberté, 1905.

69 Ibid., p. 18.

70 Ibid., p. 9.

71 Ibid., p. 11.

72 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002 [1983].

73 Ferdinand Buisson, L’instruction et l’éducation internationale, op. cit., p. 11.

74 Ibid., p. 13-14.

75 Ibid., p. 15.

76 Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date, mais il s’agit assurément d’une lettre envoyée dans le courant de 1877, année du congrès de Fribourg, Archives de l’État de Neuchâtel, Fonds Daguet.

77 . Lettre de F. Buisson à A. Daguet, sans lieu ni date (courant 1877), Archives de l’État de Neuchâtel, Fonds Daguet.

78 Voir Loïc Le Bars, « Amicales et syndicats dans l’enseignement primaire (1901-1919) », in Danielle Tartakowsky et Françoise Tétard, Syndicats et Associations. Concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2004, p. 37-46.

79 « Excursion des Membres de l’enseignement primaire en Suisse du 5 au 11 septembre 1903 », Manuel général de l’instruction primaire, n° 24, 13 juin 1903, p. 282.

80 Ernest Savary, op. cit., p. 35-36.

81 Sur l’histoire des amicales et du syndicalisme enseignant, voir M. T. Laurin (Maurice Tortillet), Les instituteurs et le syndicalisme (amicales et syndicats d’instituteurs), Paris, Librairie des sciences politiques et sociales, 1908 ; Frédéric Mole, L’école laïque pour une République sociale. Controverses pédagogiques et politiques (1900-1914), Rennes, PUR, 2010 ; Loïc Le Bars, « Amicales et syndicats dans l’enseignement primaire (1901-1919) », in Danielle Tartakowsky et Françoise Tétard, op. cit., p. 37-46 et dans le même volume, Bruno Poucet, « Association et syndicalisme dans l’enseignement privé dans la première moitié du XXe siècle », p. 107-116 ainsi que Jean-Paul Martin, « Ligue de l’enseignement, Amicales et Syndicats d’instituteurs sous la Troisième République », p. 361-370.

82 Voir l’article « Congrès d’instituteurs, congrès pédagogiques », Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, édition électronique, www.inrp.fr.

83 Les congrès d’instituteurs. Comptes-rendus des congrès pédagogiques internationaux, nationaux et régionaux, des conférences cantonales, des associations syndicats, unions et fédérations d’Instituteurs (gérant : G. Francolin), Paris, Imprimerie L. Hugonis, 1885-1889.

84 Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 2005 [1997], p. 32-57.

85 Heinz-Gerhard Haupt, « Une nouvelle sensibilité : la perspective transnationale », Cahiers Jaurès, no 200, avril-juin 2011, p. 178.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search