Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Première partie. Relier les espaces pédagogiques

3. Des irréconciliables en Romandie

Texte intégral

  • 2 Cité par A lexandre Daguet, « Littérature populaire », L’Émulation, 1/1852, p. 69.
  • 3 Correspondance d’Alexis de Tocqueville et d’Arthur de Gobineau, in Alexis de Tocqueville, Œuvres c (...)
  • 4 Marc Vuilleumier, « Quelques jalons pour une historiographie du mouvement ouvrier en Suisse », Cah (...)
  • 5 Alain-Jacques Tornare, « Cinq dates qui ont changé la Suisse », L’Hebdo, mis en ligne le 25.07.201 (...)
  • 6 Voir Olivier Meuwly, Les penseurs politiques du 19e siècle. Les combats d’idées à l’origine de la (...)
  • 7 Blaise Extermann, Une langue étrangère et nationale. Histoire de l’enseignement de l’allemand en S (...)

1Sous le Second Empire, la Suisse est perçue de manière tout à fait contrastée. Pour les républicains français qui s’y installent suite au coup d’état du 2 décembre 1851 et prennent par là même le surnom d’irréconciliables, elle est symbole de liberté ; d’autres la fustigent de manière plutôt véhémente. Dans la Revue des Deux Mondes, Saint-René Taillandier énonce en 1852 que la Suisse actuelle incarne « un des foyers les plus actifs de la perversité et de la corruption sociale, l’asyle (sic) des enfants perdus de l’athéisme germanique2 ». Arthur de Gobineau s’inscrit dans d’analogues perspectives et écrit de Berne à Tocqueville : « La position centrale de la Suisse en fait un club permanent des réfugiés les plus agressifs pour nous, pour l’Italie et pour l’Allemagne3. » Relativement peu étudié, ou de manière indirecte, le rôle des proscrits et des réfugiés européens fuyant la répression antilibérale d’Allemagne, d’Italie et de France, mériterait une étude globale sur la durée, afin de disséquer leur réelle implication dans l’élaboration de la Suisse moderne. Réclamée dès les années 1970 par l’historien suisse Marc Vuilleumier, l’entreprise n’est pas aisée et reste sujette à maintes résistances4. Alain-Jacques Tornare fait remarquer que « ce qui était insupportable déjà à l’époque, c’était le poids de l’étranger dans la formation, la réalisation de la Suisse5 ». Que l’on pense pourtant à l’itinéraire helvétique des frères Ludwig et Wilhelm Snell, qui émigrent en Suisse alémanique en 1824. Il ne fait nul doute que le projet de constitution libérale (mémorial de Küssnacht) proposé par Ludwig Snell a profondément pesé sur la rénovation de l’État comme sur l’avènement du radicalisme suisse6. Il en va de même du réfugié politique italien Pellegrino Rossi (1787-1848), le rapporteur de la commission chargée d’élaborer un projet d’acte fédéral lors de la Régénération. Blaise Extermann a par ailleurs souligné le rôle des réfugiés dans la structuration de l’enseignement de l’allemand en Suisse romande, en suivant l’itinéraire de figures marquantes comme Stephan Born, Hermann Krauss ou le catholique Jean Kleiser7. Il ne s’agit bien évidemment pas, dans ce chapitre, de dresser une histoire totale des émigrés ayant séjourné en Suisse romande. On se concentrera plutôt sur une minorité, les irréconciliables français, regroupés autour d’Edgar Quinet. Si certains d’entre eux, à l’instar de Max Buchon, possédaient déjà une certaine expérience de la Suisse avant le coup d’état, la plupart des figures majeures de la proscription du 2 décembre y affluent entre 1852 et 1858 :

Proscrits

Lieux

Durée

Jules Barni (1818-1878)

Genève

1861-1870

Ferdinand Flocon (1800-1866)

Lausanne

1851-1866

François Auguste Bruckner (1814-1876)

Lausanne

1857-1876

Pascal Duprat (1815-1885)

Lausanne

1856-1865

Clémence Royer (1830-1902)

Lausanne

1860-1865

Pierre Leroux (1797-1871)

Lausanne

 ?-1869

Edgar Quinet (1803-1875)

Veytaux

1858-1870

Victor Versigny (1819-1872)

Neuchâtel

1851-1864

François-Jean-Félix Cantagrel (1810-1887)

Neuchâtel

1857-1859

Georges Joseph Schmitt (1813-1875)

Fribourg

1852-1870

Max Buchon (1818-1869)

Berne

1851-1859

Jean-Baptiste-Adolphe Charras (1810-1865)

Bâle

1858-1865

Victor Chauffour (1819-1889)

Bâle

1852-1859

Marc Dufraisse (1811-1876)

Zurich

1855-1870

  • 8 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, p. 121.

2Comment s’insèrent-ils dans le tissu helvétique et comment s’organisent leurs réseaux ? Ont-ils joué un rôle de médiation entre leur patrie d’origine et leur terre d’accueil ? On abordera ces questions à travers l’itinéraire du Salinois Max Buchon (1818-1869) dont l’amitié avec Alexandre Daguet demeure minutieusement consignée dans une correspondance de plus de trente lettres qui s’étend de 1841 à 1868. Buchon fut, avec le peintre Gustave Courbet, l’un des deux Francs-Comtois accueillis et protégés par Daguet suite au 2 décembre pour l’un, et à la Commune de Paris pour l’autre. On soulignera surtout que Buchon entreprit, à l’instar de Daguet et grâce à ses séjours en Suisse et en Allemagne, un travail de déconstruction de la littérature française par la médiation d’une littérature germano-alémanique populaire et réaliste. De plus, l’itinéraire de ce passeur interculturel nous invite à réfléchir au rôle et à la condition de l’exilé en Suisse romande, comme à celui des intellectuels des provinces françaises. En effet, revendications romandes en Suisse et provinciales en France s’avéraient globalement connexes. Ainsi, Paris, cœur de la France, ne pouvait battre sans l’apport du sang des provinces pensées comme l’incarnation de la nation8.

Entre les rives, Max Buchon

  • 9 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 9 novembre 1844, AEN, Fonds Daguet.
  • 10 Voir notamment la thèse de Hugo Frey, Max Buchon et son œuvre, Besançon, Imprimerie de l’Est, 1940 (...)
  • 11 Frédérique Desbuissons, op. cit., p. 14.
  • 12 Max Buchon, Œuvres choisies, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1878, p. 3.

3Qui se cache derrière ce médiateur passionné, ce personnage complexe dont l’itinéraire se résume dans une de ses formules : « L’Allemagne, voilà toujours mon rêve au point de vue de l’art et Fourier mon oracle (sic), au point de vue de la croyance9 ? » Curieusement, les études10 consacrées à Max Buchon contrastent par leur nombre avec l’attitude modeste et réservée de cet auteur dont Frédérique Desbuissons montre qu’il n’a jamais véritablement cherché à s’imposer à Paris11. Bien davantage que la gloire personnelle, c’est sa passion pour la médiation interculturelle qui a guidé son existence. Buchon n’a cessé de multiplier les points de contact, s’incarnant en courtier d’idées entre les espaces germanique et latin. La connaissance de l’altérité le poussait continuellement à exhorter ses amis français à ouvrir les yeux vers l’extérieur : « Allez donc voir ce qui se passe en Russie, en Angleterre, en Hollande, en Allemagne, partout ; et vous comprendrez combien ils ont de glorieux complices au dehors, ceux de nos artistes qui s’appliquent si intrépidement à l’interprétation de la vie moderne12. »

4Natif de Salins tout comme Victor Considerant, Max Buchon fréquente le petit séminaire d’Ornans avec son lointain cousin Gustave Courbet. Son père, un ancien officier d’Empire, l’envoie dès 1834 à Fribourg en Suisse chez les jésuites de Saint-Michel, comme il est de bon ton dans les familles franc-comtoises, surtout depuis les ordonnances de juin 1828 promulguées sous le ministère Martignac. Buchon fréquente rapidement le cercle des patriotes libéraux-nationaux et se lie avec deux de ses condisciples, Alexandre Daguet et le poète gruyérien Nicolas Glasson. Rappelé par son père trois ans plus tard, Buchon revient à Salins sans diplôme. Ce premier séjour helvétique s’avère toutefois déterminant, puisque le Franc-Comtois y fonde l’ambition de consacrer sa vie à l’écriture. Les rentes léguées par sa mère facilitent un engagement littéraire qui le mène d’abord à Milan en repassant par la Suisse, puis en Allemagne.

  • 13 Hugo Frey, op. cit., p. 33.
  • 14 Alexandre Daguet, « Nécrologie de Buchon », L’Émulation, 1/1870, p. 13.
  • 15 Sur la traduction de la poésie allemande en langue française, voir notamment Michel Espagne, « La (...)

5Royaliste et dévoué d’abord à un romantisme pondéré13 – il avait publié un recueil dédié à la duchesse d’Orléans14 – la découverte de l’Allemagne et de ses poètes rustiques hâte sa conversion littéraire et politique. Vers la fin de l’an 1844, Buchon consacre ses premières traductions aux Poésies alémaniques de Johann Peter Hebel (1760-1826). Initié au dialecte par le Badois Scheibel, un ouvrier ébéniste qu’il rencontre à Salins, il s’attache ensuite à la traduction15 de quatre références majeures qui lui permettent d’embrasser l’ensemble de la poésie populaire germanique :

  • 16 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 20 janvier 1845, AEN, Fonds Daguet.

Je m’en suis tenu à ces quatre poètes-là parce qu’ils m’ont paru représenter chacun une manière bien distincte de la poésie allemande. Hebel, d’abord, ne ressemble à personne ! Uhland le légendaire, et le libéral résume parfaitement pour nous autres Français la manière de Brentano. Koerner personnifie toute la clique de 1813, Arndt, Schenkendorf et Rückert. Tandis que M. Heine me semble être pour l’Allemagne ce qui est à la France notre Alfred de Musset16.

  • 17 Ibid.
  • 18 Max Buchon, Poésies allemandes de J.-P. Hébel, Th. Koerner, L. Uhland, H. Heine, Salins, Imprimeri (...)
  • 19 Ibid., p. 11.

6En janvier 1845, ses ambitions littéraires se précisent et il écrit à son ami Daguet : « Je voudrais me faire une petite spécialité de l’Allemagne et de la littérature allemande, dont on ne connaît en France que des noms. Je t’avoue que je suis tout honteux, moi qui ne vis que de littérature, de ne connaître Hebel par exemple que depuis quelques mois et Uhland depuis 2 ans17 ! » Malgré les encouragements d’un ami médecin qui l’incite à tenter sa chance à Baden Baden, il publie finalement ce recueil chez lui à Salins18. En filigrane se dessine l’ambition médiatrice de Buchon : la culture et le progrès doivent rapprocher les deux rives du Rhin et il escompte, malgré « tant de fâcheuses et gratuites préventions » que « les voies de fer aideront bientôt à ce rapprochement si désirable19 ».

  • 20 Voir Max Buchon, Hébel et Auerbach. Scènes villageoises de la Forêt-Noire, Paris, Borrani et Droz, (...)
  • 21 Lettre de M. Buchon à Daguet, Tübingen, 12 février 1847, AEN, Fonds Daguet.
  • 22 Sur la relation épistolaire entre Bovet et Buchon, voir Henri Perrochon, Un ami d’Alexandre Daguet (...)

7Buchon prend ses quartiers à Tübingen vers la fin 1846 et réalise ainsi son rêve allemand. Il fréquente rapidement le philologue Karl Moritz Rapp (1803-1883), qui consacre une élogieuse recension de ses Poésies allemandes dans les Annales du présent (Jahrbücher der Gegenwart) de février 184720. Buchon professe des leçons de français et approche ainsi plusieurs personnalités de l’université. Non sans sarcasme, il confie à Daguet qu’il a « pour élève le professeur Vischer, professeur d’esthétique, et le privat-docent Schwegler, deux amis de Zeller, tous deux hégéliens, qui ont dû savoir, de l’érudition en masse ; cela patauge dans le grec et l’hébreu, comme dans du vrai duvet, cela se croit libre penseur21 ». Il y fait également la rencontre d’un ami de Daguet, le Neuchâtelois Félix Bovet (1824-1903)22. Celui-ci l’encourage à aller visiter Ludwig Uhland, réputé pour ses colères monumentales. À Tübingen, Buchon n’a vraisemblablement d’autres ambitions que ses traductions, envoyées au fur et à mesure à l’éditeur neuchâtelois Wolfrath qui les écoule dans sa Revue suisse.

  • 23 Lettre de M. Buchon à Daguet, Berne, 13 janvier 1854, AEN, Fonds Daguet.
  • 24 Sur Gotthelf, voir le chantier consacré aux commentaires de son œuvre, dirigé notamment par Marian (...)
  • 25 La publication se fait en vingt-cinq livraisons entre le 7 décembre 1855 et le 21 mars 1856. Le re (...)

8Très actif politiquement dès son retour à Salins, élu conseiller municipal, Buchon s’engage avec les radicaux bisontins pour l’élection de Ledru-Rollin à la présidence de la République. Amené au fouriérisme par Victor Considerant vers 1838, puis disciple de Proudhon, il tombe sous le coup d’un mandat d’arrêt au lendemain du coup d’État du 2 décembre 1851. Il trouve refuge chez Daguet à Fribourg, puis s’installe à Berne. Dans la capitale helvétique, il projette un temps d’entreprendre la traduction complète en prose des poésies de Heinrich Heine23, mais la découverte du Bauerndichter bernois Albert Bitzius (1797-1854), connu sous le pseudonyme de Jeremias Gotthelf, l’incite à se vouer à d’autres projets24. Gustave Courbet séjourne quelque temps à Berne en septembre 1854, alors que Champfleury (1821-1889) rejoint Buchon dans la capitale helvétique en juin 1855. De ces rencontres naît l’idée de composer un essai sur le réalisme, que Buchon publie bientôt dans L’Indépendant de Neuchâtel tenu par Victor Versigny, un autre irréconciliable exilé en Suisse25.

  • 26 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 5 janvier 1858, AEN, Fonds Daguet.
  • 27 L’Émulation, 13/43, p. 105.
  • 28 « Le mode des traductions que j’ai entreprise n’a été employé par personne ; et nous ne pondrons e (...)

9En outre, le Franc-Comtois s’initie au bärntütsch (dialecte bernois) avec une vieille dame sensible à ses charmes. Il publie ses Nouvelles bernoises à Paris et à Berne en 1854, mais son public tarde à se faire entendre. Amer, Buchon souffre de l’incompréhension de son entreprise de médiation : « Je ne chercherai à éditer le Gotthelf en Suisse qu’en désespoir de cause […] je peux faire plus d’argent peut-être qu’en France, mais si je ne réussis pas à faire accepter Gotthelf à Paris, dans 50 ans, il n’y sera toujours pas plus connu qu’aujourd’hui26. » Il faut dire que ses traductions rencontrent une réception contrastée. Daguet, par exemple, n’hésite pas à utiliser le terme de trahison : « Je puis dire trahir, malgré la fidélité et le talent remarquable de la traduction, car un poète comme Hebel ne peut être lu et goûté dans toute sa suavité qu’en allemand et dans le dialecte même qui a donné naissance à ses inimitables créations27. » Il y avait donc de la témérité à vouloir traduire du dialecte alémanique en français, alors que Buchon voyait dans ce procédé un acte innovant28.

Autour d’un transfert triangulaire

  • 29 Cité par Jean-Louis Cabanès (dir.), Romantismes, l’esthétique en acte, Paris, Presses universitair (...)
  • 30 Hugo Frey, op. cit., p. 80.
  • 31 Max Buchon, Œuvres choisies, op. cit., p. 175.
  • 32 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 7 décembre 1841, AEN, Fonds Daguet.

10L’écrivain romantique Charles Magnin, originaire de Salins comme Max Buchon, avait prédit que le XIXe siècle serait l’âge de l’esthétique29. S’essayer à un bilan littéraire de Max Buchon implique obligatoirement d’analyser son œuvre sous le prisme d’une médiation esthétique opérée entre l’Allemagne, la Suisse et la France. Comme l’indique Hugo Frey, c’est au-dehors, à l’étranger, que Buchon demandait le secret du réalisme30. Nourri des poèmes rustiques de Hebel, d’Auerbach, de Körner ou de Gotthelf, il tenta d’imposer une esthétique nouvelle en important les outils culturels des poètes alémaniques qu’il souhaitait naturaliser dans une France qu’il jugeait en retard : « En 1843, les paysanneries littéraires plus ou moins frelatées qui nous ont inondés depuis, n’étaient point écloses. Nos plus grands maîtres en étaient encore, ou peu s’en faut, à essayer le paysage littéraire. Sous ce rapport, les poésies allémaniques (sic) les avaient triomphalement devancés d’environ quarante ans31. » À l’image de littérateurs romands comme Rodolphe Töpffer ou Henri-Frédéric Amiel, le Franc-Comtois se livre à un travail de nettoyage en soulignant l’impéritie des Parisiens à ressentir l’âme helvétique : « Ces badauds de Paris, ils ont pour eux sans doute l’aménité des formes, la mélodie du langage, la désinvolture des manières, mais eux, ils n’ont pas comme vous une patrie. Ils n’ont vu la nature, ils ne l’ont étudié qu’au jardin du Luxembourg, au coin de la rue où ils sont nés32. » À Fribourg et plus généralement en Suisse française, Buchon suscita, non sans résistance, le passage d’une littérature ancrée dans un classicisme modéré à une littérature réaliste, davantage axée sur la tradition locale, ses divers acteurs ainsi que sur des particularismes qu’il s’agissait d’exalter. Pour autant, sa tentative de révéler Gotthelf en France prête à un constat mitigé. Paris n’était vraisemblablement pas préparée à accueillir le réalisme souvent outrancier d’un Gotthelf. À ce sujet, même un Daguet concédait que :

  • 33 Alexandre Daguet, « Littérature populaire de Suisse », op. cit., p. 392-393.

Les paysans de Gotthelf sont de vrais paysans. Mais pendant que les paysans de Pestalozzi font du bien à l’âme, d’où vient que ceux de Gotthelf nous répugnent parfois et nous crispent les nerfs. C’est que tout en peignant la misère morale du peuple, Pestalozzi, on le sent, aimait ce dernier de tout son cœur et ne se complaisait jamais dans le spectacle de son égoïsme et de sa bassesse33.

  • 34 Cité par Hugo Frey, op. cit., p. 100.

11Il n’est donc pas étonnant que Champfleury, lui-même sceptique envers l’importation de cette littérature bernoise, ait pu déclarer que « M. Bitzius ne serait jamais lu en France, sauf dans les librairies protestantes de la rue Basse-du-Rempart34 ». Néanmoins, la principale contribution de Buchon se révèle dans l’édification d’un trait d’union entre la Suisse, l’Allemagne et la France. Abreuvé à la source de ces trois cultures, il semble que son œuvre – aussi fragile et éclatée qu’elle soit – aboutit à un positionnement original. Obnubilé par la volonté de rapprocher ces espaces, Buchon les repense selon une formulation dénationalisée. De ce fait, il fait partie de ces exilés qui, à force de se nourrir des cultures qu’ils visitent et absorbent, à force de vouloir jeter des ponts, finissent par n’être compris ni d’un côté, ni de l’autre, et sont rejetés à cause de leurs positions médianes et par trop tolérantes. Par ailleurs, le parcours de Buchon s’apparente à une quête d’outils susceptibles de soigner son pays, d’où son intention de semer un peu de Suisse en France. Ce sera encore le cas en 1868, lorsqu’il signale à son ami Daguet son projet d’écrire une Histoire suisse à l’intention de ses compatriotes :

  • 35 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, février 1868, AEN, Fonds Daguet.

J’ai à te parler de choses plus sérieuses, je suis tellement préoccupé de la Suisse, comme contraste avec nos turpitudes françaises incurables, qu’il m’est venu, il y a quelque temps, l’idée d’un livre bien curieux qui serait à faire, et qui serait, je le crois très utile et très nouveau en France à savoir : la Suisse, historique, politique, industrielle, scientifique et artistique. Plus j’avance et plus je me confine dans cette certitude que notre public ne sait rien de la Suisse35.

  • 36 Voir Jean Batou, Mauro Cerutti et Charles Heimberg, Pour une histoire des gens sans Histoire. Ouvr (...)

12Cette Histoire suisse ne paraîtra jamais, la disparition de Buchon en 1869 ayant laissé cette publication à l’état de brouillon. Dans le sillage de Buchon, il convient de mentionner d’autres proscrits, restés dans l’ombre des grandes figures de l’exil et oubliés aujourd’hui, qui servirent leur patrie d’adoption dans des conditions particulièrement difficiles et contribuèrent à l’amélioration des conditions de vie dans leur pays d’accueil36. Amédée Saint-Ferréol, établi à Genève, fait remarquer que beaucoup d’entre eux trouvèrent un emploi grâce à l’implantation d’une nouvelle ligne de chemin de fer dans le canton de Vaud :

  • 37 Amédée Saint-Ferréol, Impressions d’exil à Genève, Brioude, Imprimerie Chouvet, 1877, p. 153.

Tous les réfugiés politiques ne se tirent d’ailleurs pas trop mal d’affaire, grâce surtout au chemin de fer de Lausanne. Par l’influence de l’ingénieur Lalane, l’ami de Guinard, des Cavaignac, ils s’y sont placés en assez grand nombre, pour que les Vaudois appellent la légion étrangère, le groupe de travailleurs français employés dans leur canton37.

  • 38 Marc Vuilleumier, « Georges Joseph Schmitt », op. cit., p. 75.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

13L’ingénieur des chemins de fer Charles Bergeron (1809-1883), d’origine bressane comme Quinet, réside à Lausanne entre 1862 et 1873. Il prend la direction de l’Ouest-Suisse (ligne Lausanne-Fribourg-Berne). Étant appelé de par ses fonctions à parcourir l’Europe, il assure le lien entre les proscrits de Suisse et ceux de Londres et de Bruxelles, en même temps qu’il renseigne ses compatriotes sur l’état d’esprit en France38. Le républicain socialiste Pierre Vésinier est également actif dans les chemins de fer. Expulsé de Genève, il se fixe à Sion en Valais où il travaille, tout en s’adonnant au commerce d’ouvrages hostiles à l’Empire et de publications licencieuses39. Le député Victor Versigny (1819-1872), farouche opposant à la loi Falloux-Parieu sur l’enseignement, se fixe à Neuchâtel suite au 2 décembre où il se marie avec la petite-fille de Babeuf. Avec Gustave Chaudey, il rédige L’indépendant, un journal radical neuchâtelois particulièrement lié aux intérêts du franco-suisse – la ligne reliant Pontarlier à Neuchâtel – dont Versigny fut l’administrateur. On y retrouve encore Pierre Malardier (1818-1894), instituteur nivernais, député républicain socialiste de 1848 à 1851, qui d’Angleterre entre en Suisse plus ou moins clandestinement40. Socialiste de type associationiste et patriote, il donne des leçons et participe à des réunions préparatoires du soutien à la Commune, ce qui lui vaudra une condamnation à quinze ans de prison.

Edgar Quinet et son cercle

  • 41 René Maurice, La fugue à Bruxelles. Proscrits, exilés, réfugiés et autres voyageurs, Paris, Éditio (...)
  • 42 Ibid., p. 217.

14Au lendemain du coup d’État du 2 décembre 1851, un grand nombre d’exilés, à l’instar de Victor Hugo ou d’Edgar Quinet, afflue dès le 12 décembre dans la capitale belge. Ils doivent peu à peu se résoudre à tirer un trait sur cette France confisquée qu’ils ne reverront au mieux qu’en août 1859, suite à l’amnistie proclamée par Napoléon III. Selon la formule de Madame de Staël, « être en exil, c’est être condamné à se survivre ». Il s’agit donc avant tout de se recréer une existence. Par conséquent, pour survivre, la majorité d’entre eux se reconvertissent en collaborateurs de la presse belge ou, comme Marc Dufraisse ou Victor Versigny, intègrent le professorat public. Dans ces conditions, l’entraide s’avère cruciale et les rassemblements solidaires se multiplient dans la maison de Quinet. On y croise l’éditeur Pierre-Jules Hetzel, Étienne Vacherot, Victor Chauffour, Victor Versigny. Cette proximité patriotique s’avère précieuse, car René Maurice rappelle qu’à Bruxelles, l’accueil est hostile. Léopold I er n’a pas oublié qu’après l’avènement de la République en février 1848, les mêmes ont tenté de renverser la royauté belge41. Toutefois, Maurice fait remarquer que pour être toléré à l’étranger, avoir de la fortune aide : contrairement aux futurs exilés de la Commune, ceux du coup d’État, pour la plupart issus de la bourgeoisie, n’en manquaient point42.

  • 43 Hermione Quinet, Mémoires d’exil, nouvelle série, Paris, Armand Le Chevalier, 1870, p. 148.
  • 44 Ibid., p. 149.

15Affectés par les mauvaises conditions météorologiques de Bruxelles, les Quinet se résolvent à trouver une autre terre d’adoption. Ils traversent la Suisse allemande durant l’été 1857 puis celui de 1858. De passage à Zurich, lors de ce second séjour, ils rencontrent Ferdinand Flocon et la famille de Marc Dufraisse qui les encouragent à venir s’installer sur les bords de la Limmat. Selon Hermione Quinet, une installation en Suisse allemande est impossible, car « l’obstacle invincible c’est l’allemand. Mon mari tenait à venir dans un pays de langue française, au milieu d’une population parlant français43 ». Pourtant, au lieu de rentrer en Belgique, les Quinet mettent le cap sur le lac Léman. Ils s’établissent pour un temps à Amphion, mais Dufraisse revient à la charge : « Non, il ne faut pas vous fixer sur la côte catholique de Savoie ; il faut préférer à cette terre papale et monarchique le sol anti-papal et républicain des Vaudois44. » Ainsi, le 1 er novembre 1858, ils prennent leurs quartiers dans leur maison de Veytaux, près de Montreux et du château de Chillon, pour un long exil qui durera plus de dix ans :

  • 45 Hermione Quinet, Mémoires d’exil (Bruxelles-Oberland), Paris, Librairie internationale, 1868, p. 8

L’exil, peine terrible, vraie mort civile, châtiment dû aux traîtres ; il remplacerait admirablement la peine de mort. L’exil efface l’exilé du souvenir de ses concitoyens, du cœur de ses parents ; l’exil paralyse chez la plupart les facultés créatrices ; toute carrière est brisée. Le commerçant, l’avocat, le notaire, l’avoué, le médecin, arrachés à leur centre d’action, ne peuvent exercer leur profession dans une société indifférente et même hostile. Le père de famille voit avec effroi l’avenir de ses enfants ; s’il les garde près de lui, l’éducation morale est sauvée, sans doute, mais le lien avec le pays est rompu. Il ne mariera pas ses filles. Qui épouserait la fille d’un proscrit ? Cela ne s’est pas vu une seule fois en huit ans d’exil45.

  • 46 . Ibid., p. 155.

16Malgré tout, les Quinet semblent avoir apprécié leur terre d’adoption. Hermione avoue même qu’« après la France, nul lieu sur la terre ne [lui] causa un attendrissement aussi doux que le lac Léman, vu pour la première fois dans la matinée du 5 septembre 185846 ».

  • 47 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Édition (...)
  • 48 Je m’appuie ici sur la recherche de Marcel Du Pasquier, Edgar Quinet en Suisse. Douze années d’exi (...)

17Sylvie Aprile rappelle « qu’entrer en exil, ce n’est pas seulement franchir une frontière, c’est entrer aussi dans de nouvelles communautés d’hommes et de femmes, se confronter aux autres habitants et autorités des pays d’accueil, c’est enfin se créer une mémoire, un imaginaire, des rites et une morale47 ». C’est exactement ce qu’Edgar Quinet entreprend. Il se trouve rapidement au centre d’un réseau de visites, d’amitiés et de correspondances, que ce soit avec les indigènes comme avec les autres proscrits48. Ainsi, durant leur exil à Veytaux, les Quinet se rendent régulièrement à Genève, où ils rencontrent des intellectuels de premier plan :

  • 49 Rodolphe Rey, cité dans Marcel Du Pasquier, op. cit., p. 69.

Toutes les idées, tous les systèmes qui agitent l’Europe pensante, ont leur écho parmi nous. De Bungener à Adolphe Pictet, de Merle d’Aubigné à Sayous et à Amiel, de M me de Gasparin à Marc Monnier et à Victor Cherbuliez, on rencontre toutes les nuances de la foi et du doute. Aujourd’hui, c’est moins l’uniformité qui nous menace que la dispersion. La trame de la pensée genevoise se complique et ses fils se croisent en sens divers49.

  • 50 Sur les liens entre Herzen et Quinet, voir Michel Mervaud, « Amitié et polémique : Herzen critique (...)
  • 51 Sur la trajectoire de Jules Barni, voir Mireille Gueissaz, « Jules Barni (1818-1878) ou l’entrepri (...)

18Quinet se lie avec les naturalistes Jules Pictet de la Rive et Adolphe Pictet, et surtout avec le philosophe Ernest Naville (1816-1906), le fils de l’éducateur, avec qui il discute les principales thèses de la Révolution et de la Création. Quinet est introduit à la Société de lecture de la ville et se rapproche de Jacques Adert, le directeur du Journal de Genève. Pendant l’été 1869, il rencontre la comtesse polonaise Revitzka, amie d’Adam Mickiewicz ainsi que le philosophe socialiste et révolutionnaire russe Alexandre Herzen50. Si, pour Quinet, Genève incarne indéniablement le centre névralgique des échanges savants en Suisse romande, il n’en refuse pas moins à deux reprises les propositions du gouvernement genevois d’accepter une chaire à l’académie. N’ayant que peu de sympathie pour le régime de James Fazy et soucieux de se consacrer pleinement aux œuvres qu’il médite (Merlin l’enchanteur, La Révolution), il décline une première offre en 1852 et propose la candidature du gendre de Michelet. Il réitère son refus en 1859, mais profite de l’occasion pour placer Jules Barni à la tête de la chaire d’histoire générale et de philosophie51.

  • 52 Charles Gleyre (1806-1874), entre à l’École des beaux-arts à Paris en 1825, puis dans l’atelier de (...)
  • 53 Lettre de C. Secrétan à Mme de Pressensé, 7 février 1868, citée dans Marcel Du Pasquier, op. cit., (...)

19Quinet se lie également à quelques Vaudois, dont l’historien Louis Vuillemin qui l’invite à participer à une séance de la Société d’histoire de la Suisse romande en 1868. Lors de son arrivée à Montreux, Quinet retrouve avec une émotion toute particulière l’un de ses plus chers amis, le peintre suisse Charles Gleyre (1806-1874)52 qu’il avait rencontré en Italie vers 1830. Quinet fréquente également le philosophe lausannois Charles Secrétan (1815-1895), disciple de Schelling, qu’il croise lors d’une promenade aux alentours de Chillon en compagnie de Pierre Leroux, un des pères du socialisme. Ce dernier mène à dire vrai une vie de misère à Lausanne. Secrétan se préoccupe beaucoup de sa santé et le fait savoir à Mme de Pressensé : « Si ses anciens amis saintsimoniens, si les Pereire, les Michel Chevalier, si les collaborateurs du Globe les Rémusat, les Sainte-Beuve savaient que cet homme plein de talent, après tout, a froid et faim, il me semble qu’ils feraient pourtant quelque chose53. » À cet égard, on soulignera également que Ferdinand Buisson implore Quinet de participer à une collecte de fonds entreprise en sa faveur par Marc Dufraisse.

  • 54 Voir Albert Thomas, « Le Second Empire (1852-1870) », in Jean Jaurès, Histoire socialiste, t. X, P (...)
  • 55 Voir Marc Vuilleumier, « Georges Joseph Schmitt, le Confédéré de Fribourg et les Républicains fran (...)
  • 56 Marc Vuilleumier, Immigrés et réfugiés en Suisse : aperçu historique, Zurich, Pro Helvetia, 1992, (...)
  • 57 Marcel Du Pasquier, op. cit., p. 94.

20C’est donc une constellation qui se structure autour de Quinet. Nous venons de citer Marc Dufraisse, dont Jaurès rappelle qu’il fut « un des premiers propagandistes de l’Association ouvrière, le collaborateur de Proudhon au Peuple54 ». Après un passage en Belgique, Dufraisse est nommé dès l’automne 1855, professeur de législation comparée à l’École polytechnique fédérale de Zurich, récemment fondée. Il a pour collègue un autre réfugié, l’architecte allemand Gottfried Semper (1803-1879). Il doit cette position à la recommandation de Quinet auprès de l’homme politique radical genevois Abraham Louis Tourte, membre du conseil directeur du Polytechnicum55. Également soutenu par le « sage de Veytaux », Anatole Dunoyer obtient la chaire d’économie de l’université de Berne. Il y a tout lieu donc de rappeler avec Marc Vuilleumier, « la part immense que les réfugiés et, d’une manière générale, les étrangers [ont pris] à l’enseignement secondaire et supérieur helvétique56 ». Par ailleurs, on l’a dit, Jules Barni occupe la chaire d’histoire générale à Genève dès 1861 où il donne son cours sur les Martyrs de la libre pensée. Divulgateur de Kant, homme de toutes les entreprises, Marcel Du Pasquier affirme qu’il « a exercé une action politique plus directe que Quinet dans notre pays57 ».

21Enfin, au-delà des exilés qui ont pu poser leurs bagages en Suisse, la maison des Quinet est un point de ralliement des pèlerins de l’exil et d’une jeune garde républicaine restée en France, qui se rend de temps à autre sur les bords du Léman. Georges Clemenceau, alors jeune étudiant en médecine, visite le maître de Veytaux début octobre 1864 en compagnie de Charras. En 1867 défilent Gabriel Monod puis Adolphe Joanne, le fameux éditeur des guides touristiques du même nom. Jules Ferry rencontre pour la première fois Quinet le 1er septembre 1866. En 1867, il assiste au congrès international de la paix et de la liberté de Genève, où il rencontre un certain Ferdinand Buisson, qui deviendra son bras droit dès son accession au ministère en 1879 et l’un des principaux médiateurs dans l’espace franco-suisse.

La Suisse française de Ferdinand Buisson

  • 58 Sur sa trajectoire et son œuvre, voir Samuel Tomei, Ferdinand Buisson (1841-1932) : protestantisme (...)
  • 59 Hermione Quinet, Mémorial d’exil, cité par Patrick Cabanel, Le Dieu de la République. Aux sources (...)
  • 60 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916), op. cit., p. 11.
  • 61 « Télégramme de nomination, signé Monnier », département des manuscrits de la Bibliothèque de la S (...)
  • 62 Daguet a été nommé professeur d’histoire générale et archéologie, histoire nationale, langue et li (...)

22Des doutes importants subsistent quant à la première destination de Ferdinand Buisson à son arrivée en Suisse58. S’est-il rendu dans la petite ville de Payerne, où son oncle Édouard Deribaucourt était pasteur depuis 1859 ? Ou fut-il accueilli par Jules Barni, arrivé dans la cité de Calvin en 1861 ? On sait que Barni dirige son ami vers Veytaux, où il est reçu par Quinet le 25 juillet 1866. Revenant sur cette rencontre, Hermione relève les synergies qui réunissaient les deux proscrits et écrit que « ce jeune homme était plus sympathique à nos idées que tout autre59 ». Quinet et Barni le pressent à se présenter à Neuchâtel, où les anciens auditoires où Charles Secrétan professait la philosophie s’apprêtent à être transformés en académie60. Après que Buisson eut remporté le concours malgré son jeune âge, le gouvernement neuchâtelois le nomme professeur de philosophie, de littérature comparée, de psychologie et de logique. Le 28 septembre 1866, il reçoit le télégramme suivant : « Nommé unanimité – F 3 200 – Envoyez-moi immédiatement programme du cours pour 66-6761. » L’acte de nomination de Buisson précise par ailleurs qu’il est engagé en même temps qu’un autre professeur bien connu en Suisse, l’historien libéral-national Alexandre Daguet62. Voici donc Buisson et Daguet engagés conjointement dans la même aventure, insérés dans une nouvelle équipe académique prestigieuse composée tant de professeurs émigrés que suisses :

  • 63 Histoire de l’université de Neuchâtel, op. cit., p. 60.

Cyprien Ayer

économie politique et statistique, géographie comparée, grammaire

Étienne Born

langue et littérature allemandes

Édouard Desor

géologie et paléontologie

Louis Favre

lecture expressive et dessin mathématique

Georges Grisel

dessin artistique

Adolphe Hirsch

astronomie et physique du globe

Aimé Humbert

pédagogie et instruction civique

Alfred Junod

gymnastique

Charles Kopp

physique, chimie élémentaire et mathématiques moyennes

Richard Monsell

langue anglaise

Frédéric Sacc

chimie

Charles Vouga

physiologie et anatomie comparée, géographie physique

Adolphe Neumann

philologie grecque et latine

Charles Lardy

droit pénal

Henri Jacottet

procédure civile63

  • 64 Journal de Genève du 13 mars 1869, p. 3.
  • 65 Journal de Genève du 20 décembre 1868, p. 4.

23Engagé pour six ans64, Buisson partage son temps entre ses cours à l’académie, la préparation de sa thèse sur Castellion et de nombreuses recherches dans les combles de l’Antistitium à Bâle, dans les salles basses de l’hôtel de ville à Genève ou dans les archives de Zurich. Il se marie avec sa cousine Pauline Emma Deribaucourt à Payerne dans la Broye vaudoise et devient rapidement père de deux enfants. Buisson prend ainsi pied dans la société romande et construit ses réseaux. Il livre à la Bibliothèque universelle un article sur « Le matérialisme et les sciences » qui paraît en août 1868 et rencontre à cette occasion Eugène Rambert et Edmond Tallichet. Il reconduit l’expérience quelques mois plus tard et propose cette fois-ci un texte intitulé « Les origines de la liberté religieuse en Suisse. Fragment de l’histoire du protestantisme au XVIe siècle, d’après des documents ignorés ou inédits65 ». Ainsi se prépare un autre événement – un scandale retentissant – qui va placer Ferdinand Buisson au centre des attentions en Suisse romande :

  • 66 Journal de Genève du 23 janvier 1869, p. 1.

Il faut avouer qu’il est extraordinaire de voir aujourd’hui une population se passionner pour des débats théologiques, mais c’est qu’à côté de la question de la foi, il y a aussi celle du sentiment national qui est vivement froissé de voir un jeune homme, étranger à la Suisse, se poser comme but le bouleversement de notre Église, où, grâce à Dieu, depuis de longues années, il régnait une paix parfaite66.

  • 67 On consultera en premier lieu la thèse de Anne-Claire Husser, Du théologique au pédagogique. Ferdi (...)
  • 68 « Cours en douze séances sur la littérature française contemporaine (poésie, théâtre, roman ; éloq (...)

24Il ne s’agit pas ici de traiter de la question théologique soulevée par les conférences romandes de Buisson, déjà étudiée par les spécialistes67. Nous souhaitons plutôt, par une analyse de la presse romande et des Souvenirs de James Guillaume notamment, mesurer l’impact de ces conférences de Buisson en Suisse romande. Le 5 décembre 1868, dans la salle du Grand Conseil à Neuchâtel, Buisson donne une conférence intitulée « Une réforme urgente dans l’instruction primaire ». Une foule importante s’y presse. Les nombreux auditeurs ont encore en souvenir le remarquable Cours de littérature que Buisson avait donné fin 1867 à Neuchâtel, puis à Lausanne à partir du 20 janvier 186868. Aimé Humbert, recteur de l’académie, rassurait encore les esprits au sujet du cours de son collègue :

  • 69 Lettre d’Aimé Humbert du 2 janvier 1868, Gazette de Lausanne du 6 janvier 1868, p. 3.

L’expérience faite à Neuchâtel permet de rassurer complètement les personnes qui pourraient craindre de s’engager ou de conduire leurs pupilles dans une excursion littéraire embrassant la poésie, le théâtre, le roman, l’éloquence, la presse, l’histoire, la critique, tout le mouvement intellectuel de la France, durant les trente-sept dernières années. D’un autre côté, l’on apprendra aussi avec plaisir que la prudence du professeur n’affaiblit nullement la franchise de ses appréciations, l’énergie de ses opinions, la chaleureuse expression de ses sympathies. Sa parole est militante, son éloquence est de l’action69.

25Ce n’est donc plus ce professeur prudent que l’on découvrit quelques mois plus tard. Car grande fut la stupeur, au sein des instituteurs et institutrices présents, piqués par l’intitulé de cette conférence soutenue par la Société d’utilité publique, lorsque Buisson s’attaqua à l’histoire sainte :

  • 70 Gazette de Lausanne du 22 janvier 1869, p. 1.

Les instituteurs, institutrices et élèves s’y poussèrent en foule, mais grand fut l’ébahissement et la douleur d’un bon nombre, lorsque la conférence annoncée sous un titre aussi anodin et sous le patronage de la Société d’utilité publique, se transforma en une attaque à fond contre la divinité et la sainteté de l’Ancien-Testament. Le public fut si outré de ce procédé que le nom de l’imprudent professeur fut bientôt dans toutes les bouches et que la conférence de M. le professeur Godet sur la sainteté de l’Ancien-Testament, qui eut lieu peu de jours plus tard, fut transformée par l’enthousiasme des auditeurs en une protestation éclatante70.

  • 71 Manifeste du Christianisme libéral, Neuchâtel, Imprimerie G. Guillaume fils, 1869.

26Grossièrement résumé, le projet de Buisson consistait à remplacer l’histoire sainte par l’histoire de l’humanité. C’est dans son Manifeste du Christianisme libéral71 publié début 1869 dans l’imprimerie du frère de James Guillaume, que Buisson synthétise les contours de la rénovation théologique qu’il entend susciter en Suisse romande et résume par cette devise :

  • 72 Ibid. p. 14-15.

Nous voulons donc :

Une église sans sacerdoce.
Une religion sans catéchisme.
Un culte sans mystères.
Une morale sans dogmatique.
Un Dieu sans système obligatoire.72

  • 73 Sur la conférence de Buisson au Locle, voir James Guillaume, L’Internationale, documents et souven (...)
  • 74 Voir James Guillaume, L’Internationale, documents et souvenirs, t. I, IIe partie, chap. III, p. 1- (...)
  • 75 Kopp propose de donner une conférence aux ouvriers du Locle au Cercle international (16 janvier 18 (...)
  • 76 Buisson reviendra au Locle pour y répéter une conférence donnée à Neuchâtel sous le titre de « Pro (...)
  • 77 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République, op. cit., p. 53.

27James Guillaume assiste à la conférence du 5 décembre 1868 et prie Buisson de répéter ce plaidoyer (sic) au Locle. D’abord prévu le 9 décembre, l’événement a finalement lieu le 1673. La venue de Buisson arrange particulièrement Guillaume et contribue aux intérêts des socialistes loclois. En faisant cause commune avec Buisson, on souhaite avant tout récupérer des adhérents dans les rangs des radicaux désabusés. C’est ce qui se produit, puisque le conseiller d’État Eugène Borel – futur collaborateur du Dictionnaire de pédagogie – se rapproche de Guillaume. De plus, le Dr Hirsch, collègue de Buisson à l’académie, se réconcilie avec le libertaire neuchâtelois, dans l’espoir d’une lutte conjointe contre l’ennemi commun, le clergé74. Enfin, un camarade d’étude de Guillaume aborde Charles Kopp, professeur de chimie à l’académie, pour lui faire connaître les intérêts du groupe socialiste du Locle75. La première conférence dans cette cité horlogère obtient un franc succès et Guillaume prie Buisson de revenir y parler de ses conceptions théologiques76. À cette occasion, c’est à nouveau un professeur de l’académie, le royaliste Auguste Jaccard, qui intervint non sans scrupule pour demander à la municipalité l’autorisation de faire usage du temple. Ainsi, il faut souligner l’appui substantiel que Buisson trouva parmi ses collègues. D’ailleurs, lorsqu’il lance en mars 1869, L’Émancipation, organe du christianisme libéral pour la Suisse romande, on sait qu’Édouard Desor et Adolphe Hirsch contribuent à cette feuille hebdomadaire77.

  • 78 Voir, entre autres, Jules Paroz, La Bible en éducation, réponse à la réforme urgente de M. le prof (...)

28Malgré la résistance qui s’organise dans les rangs des protestants orthodoxes romands78, Buisson poursuit ses conférences à la Chauxde-Fonds et au Locle, puis à nouveau à Neuchâtel, où il reproche à ses détracteurs d’avoir fait d’un problème pédagogique une question théologique. Le mercredi 25 janvier 1869, Buisson est à Genève où il répète sa conférence sur « L’histoire sainte dans l’instruction primaire ». Deux jours plus tard, on doit changer de salle car une foule immense se presse pour écouter le tribun sur la question du christianisme libéral. À nouveau, la contre-offensive s’organise et, le jeudi 4 mars, les pasteurs Barde et le célèbre polémiste Félix Bungener (1814-1874) défendent le protestantisme orthodoxe face au principal intéressé. Si la presse relève globalement la bonne tenue des débats, une attaque ad nominem touche toutefois Buisson. On lui reproche en effet d’avoir provoqué ce séisme parce qu’il se savait sur le départ. Buisson nie et s’en explique ainsi :

  • 79 Journal de Genève du 13 mars 1869, p. 3.

À la fin de l’année dernière, spontanément et dans le simple désir de rentrer en France où mon titre d’agrégé me donnait droit à une chaire de philosophie dans un lycée, j’ai demandé mon congé aux autorités de Neuchâtel qui ont mis ma place au concours. Ce concours ayant été clos sans qu’on m’eût désigné un successeur, le Conseil d’État, sur le préavis du Conseil académique, m’a demandé de reprendre et de conserver aussi longtemps que je le pourrais mes fonctions à l’académie79.

  • 80 Il repartira de Neuchâtel le 2 février 1870.

29Son départ avorté, Buisson va redoubler de zèle pour imposer son mouvement d’émancipation dans le giron romand. Il enrôle des théologiens libéraux comme Albert Réville, Louis Leblois ou Athanase Coquerel fils. La venue de deux autres personnages, qui assureront des fonctions importantes dans le gouvernement de Ferry, mérite d’être soulignée. Jules Steeg arrive le 9 octobre 1869 à Neuchâtel, mais repart pour des raisons de santé le 16. Il est remplacé par Félix Pécaut, qui débarque dans l’ancienne cité prussienne le 31 octobre80. Le 27 janvier 1870, Pécaut commence une série de conférences au Temple du Bas de Neuchâtel, devant un auditoire de près de 2000 personnes, sur la « religion du miracle et de l’autorité de la libre conscience ». Le père de James Guillaume écrit à son fils :

  • 81 Lettre de Georges Guillaume à son fils James, 27 janvier 1869, in James Guillaume, L’International (...)

M. Pécaut […] a traversé toute la France, par ces froids rigoureux, pour venir appuyer le mouvement d’émancipation des intelligences, commencé à Neuchâtel et qui va s’étendre à toute la Suisse romande ; car on ne peut plus en douter, l’heure est venue, et les cantons français vont enfin entrer à leur tour dans cette voie de libéralisme religieux où les ont précédés de plusieurs années la plupart des cantons allemands81.

30À l’heure du bilan, on voit donc que les conférences de Buisson ont fait grand bruit en Suisse romande et suscité un vrai débat théologique qui fut assurément apprécié par ses adversaires, de Philippe Godet à Félix Bovet, de Jules Paroz à Félix Bungener. Mais finalement, dans la presse suisse, il ressort de cette entreprise que Buisson s’est battu sur des questions qui ne relevaient point ou peu de la réalité neuchâteloise, sinon romande. En date du 10 mars 1869, le rédacteur du Journal de Genève dresse le bilan suivant :

  • 82 Journal de Genève du 10 mars 1869, p. 1.

M. Buisson, avec sa réforme urgente dans l’instruction primaire, s’est fourvoyé à Genève comme à Neuchâtel, en ce sens que l’enseignement religieux n’occupe aucune place officielle dans nos écoles. Nos régents peuvent être protestants, catholiques, incrédules, sans que cela compromette en rien leur position, et s’ils s’occupent d’histoire sainte, ce n’est que dans la mesure où elle se rattache à l’histoire de l’humanité. Le Consistoire seul, sous sa responsabilité, en dehors des heures de classe, et seulement pour les enfants dont les parents le désirent, fait donner, par des chapelains désignés par lui, des leçons d’histoire sainte, tantôt sur l’Ancien, tantôt sur le Nouveau Testament. S’il y a des réformes à faire, c’est au corps ecclésiastique qu’il faut s’adresser ; mais la question pédagogique reste intacte, aussi bien que le principe de liberté82.

  • 83 Gazette de Lausanne du 23 janvier 1869, p. 1.
  • 84 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916), op. cit., p. 13.
  • 85 Pierre Caspard, « Un modèle pour Ferdinand Buisson ? La religion dans la formation des maîtres à N (...)
  • 86 Correspondance d’Edgar Quinet, cité par Patrick Cabanel, Le Dieu de la République, op. cit., p. 66
  • 87 Georges Guyau, L’école d’aujourd’hui, I, Paris, Perrin, 1899, p. 73.

31Le rédacteur conclue par ces mots : « Enfin, nous avons écouté avec attention, nous avons lu avec soin, et nous n’avons découvert ni dans ce qu’a dit, ni dans ce qu’a écrit M. Buisson, rien qui fut absolument nouveau. » On trouve pareille positionnement dans la Gazette de Lausanne : « M. Buisson, après avoir préludé par demander la réforme urgente dans l’enseignement primaire, s’enhardit toujours plus et finit par exposer le système de protestantisme libéral, ne paraissant pas se douter que ce qu’il appelait une nouveauté était pour la bonne partie de son public une vieillerie83. » Voilà pour les faits et les tendances que l’on retrouve dans la presse romande. Qu’en est-il réellement, alors que de retour à Neuchâtel en 1916, Buisson lui-même parlera d’un fait de jeunesse, abordé « avec plus d’ardeur que de circonspection » alors qu’il était « tout pénétré de la théorie révolutionnaire [d]Edgar Quinet84 » ? Pierre Caspard a mis en relation les revendications de Buisson avec les réalités scolaires observables à l’époque de son séjour neuchâtelois. Par une analyse détaillée de la place et des enjeux de religion dans la formation des maîtres, il conclut que la réforme urgente souhaitée par Buisson a déjà été en grande partie réalisée85. D’autre part et comme on l’a déjà aperçu dans les critiques parues dans la presse romande, si l’histoire sainte était encore présente dans le cursus scolaire des Neuchâtelois, elle n’était plus dispensée par les enseignants. Patrick Cabanel propose un autre argumentaire, tout aussi pertinent. Selon lui, Buisson a agi certes sur le terrain romand, mais tout en pensant à la France. Dans une lettre du 24 avril 1869, Quinet lui écrit qu’« il serait beau que ce fût Neuchâtel qui éveillât Paris86 ». Georges Guyau réactivera cette idée d’une propédeutique neuchâteloise au cas français en 1899 : « M. Buisson, Steeg et Pécaut délaissèrent leur petit cénacle de Neufchâtel (sic), encore assoupi dans le demi-sommeil du protestantisme orthodoxe, pour venir éveiller Paris du sommeil catholique et pour prendre le gouvernail de l’esprit français87. »

À la recherche du peuple introuvable ?

  • 88 Georges Andrey, La Suisse romande, une histoire à nulle autre pareille !, Pontarlier, Cabédita, 20 (...)
  • 89 Voir L’Hebdo, n° 42, 18 octobre 2012, p. 49-50.

32L’intitulé du présent chapitre, « Des irréconciliables en Romandie », fait droit à une assertion qui demande à être explicitée. En effet, le terme Romandie fait aujourd’hui encore débat et c’est pourquoi Georges Andrey en a récemment redéfini les contours88. Il indique que le toponyme apparaît dans la Tribune de Lausanne en 1919, dans un article de Maurice Porta qui souligne : « Beaucoup de choses nous lient et nous lieront toujours à nos grands cousins d’outre-Jura. Cependant sommes-nous français ? Non pas. Nous sommes nousmêmes, la Romandie89. » Presque un siècle après les premières tentatives d’indépendance littéraire (et identitaire), voilà encore et toujours cette nécessité – d’autres diront ce complexe – de s’autonomiser par rapport au grand voisin d’outre-Jura. Le terme Romandie permet de soulever une question de fond. Car, si l’on se réfère au chapitre précédent, c’est bien dans une Romandie, c’est-à-dire dans un espace créé à partir de codes et de références métissées, mais foncièrement hostiles au modèle français, que les proscrits trouvent refuge. Pourtant, si l’on sait que les ouvriers français vont parfois faire l’objet de stigmatisation, les grandes figures de la proscription furent chaleureusement accueillies en Suisse romande. Qu’on évoque simplement l’hommage rendu par les chanteurs vaudois sous les fenêtres des Quinet, ou les funérailles que les Bâlois offrirent au colonel Charras, il s’avère que les proscrits n’ont jamais connu l’animosité toute théorique que l’on retrouve dans les textes programmatiques de l’intelligentsia romande du milieu du XIXe siècle. Au fond, ils ont été accueillis en semblables, en républicains.

  • 90 Voir Alexandre Daguet, « Chronique neuchâteloise », L’Éducateur, 19/1888, p. 314.
  • 91 Marcel Du Pasquier, La Suisse romande terre d’accueil et d’échanges. Évocations au cours de trois (...)

33Nous avons vu précédemment le mécanisme par lequel le catholique Daguet a tenté de régénérer la société fribourgeoise. Chacune de ses entreprises avait pour corollaire la déconstruction de l’héritage français, par l’activation de références alémaniques faisant du peuple l’unité fondamentale de la société helvétique. Croyant fermement que « la démocratie sans les lumières est un fléau90 », Daguet s’est attelé à un vaste travail d’instruction des masses, en faisant de Girard et de Pestalozzi – le fondateur du roman populaire selon lui – les deux figures tutélaires de son action pédagogique. De ce fait, on peut se demander si les irréconciliables, Quinet, Buisson et Barni en tête, n’ont pas entrepris pour la France ce qu’un Daguet a suscité pour Fribourg. N’ont-ils pas convoqué en Suisse une certaine idée du peuple, tout fascinés qu’ils étaient par l’acuité patriotique des petites gens qu’ils rencontraient ? Au sujet de Quinet, Marcel Du Pasquier souligne que « notre pays lui offrait le réconfortant spectacle d’une démocratie authentique. Il aurait voulu, pour le sien, l’école laïque et populaire réalisée chez nous, et s’étonnait, avec beaucoup d’étrangers, du développement intellectuel des gens simples91 ». On rajoutera que cette étude du peuple suisse ne se fixa pas sans une certaine idéalisation, exprimée notamment par ces considérations d’Hermione Quinet :

  • 92 Hermione Quinet, Mémoires d’exil (Suisse orientale-Bords du Léman), Paris, Armand Le Chevalier Édi (...)

La culture de ces paysannes est vraiment surprenante […] Il n’est pas rare de les entendre causer littérature ; il y en a qui connaissent les Méditations de Lamartine, Le dimanche, après le culte, elles rapportent de la bibliothèque communale quelques livres d’histoire de M. Guizot, les Girondins de Lamartine, l’Histoire de mes idées, surtout les romans populaires d’Urbain Olivier. Le paysan vaudois cause politique, administration avec une aussi parfaite connaissance des choses qu’un conseiller d’état suisse. Comment en serait-il autrement ? Il est le souverain ; dès son enfance, à l’âge de douze, il a déjà appris en classe le manuel des droits et des devoirs du citoyen vaudois. Ces hommes, ces enfants, que vous rencontrez dans la rue chargés d’instruments de travail, portent au cœur le sentiment de leur souveraineté et de leur affranchissement d’esprit, grâce à la république, grâce à l’école92.

  • 93 Voir Heinrich Pestalozzi, Écrits sur la méthode. Volume V. Comment Gertrude instruit ses enfants ( (...)
  • 94 Heinrich Pestalozzi, « Comment Gertrude instruit ses enfants », traduction du Dr Darin, Revue péda (...)
  • 95 Selon la formule de Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable, Paris, Gallimard, 1998.

34D’autres importations culturelles explicites nous incitent à persévérer dans cette hypothèse. Par exemple, peu après l’accession de Buisson à la direction de l’enseignement primaire, les ténors de l’école républicaine diffusèrent l’intégralité du « Comment Gertrude instruit ses enfants93 » dans la Revue pédagogique, comme pour mieux faire pénétrer l’essence de la méthode pestalozzienne en France94. Il est donc vraisemblable que ces théoriciens de la société française aient tenté de saisir ce fameux peuple introuvable95 en scrutant le corps et l’âme de la démocratie suisse.

Notes

2 Cité par A lexandre Daguet, « Littérature populaire », L’Émulation, 1/1852, p. 69.

3 Correspondance d’Alexis de Tocqueville et d’Arthur de Gobineau, in Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, t. IX, Paris, Gallimard, 1959, p. 168.

4 Marc Vuilleumier, « Quelques jalons pour une historiographie du mouvement ouvrier en Suisse », Cahiers Vilfredo Pareto, Genève, t. XI, 29/1973, p. 5-35. Voir également du même, Histoire et combats. Mouvements ouvriers et socialisme en Suisse 1864-1960, Lausanne, Éditions d’en Bas et collège du travail, 2012.

5 Alain-Jacques Tornare, « Cinq dates qui ont changé la Suisse », L’Hebdo, mis en ligne le 25.07.2012.

6 Voir Olivier Meuwly, Les penseurs politiques du 19e siècle. Les combats d’idées à l’origine de la Suisse moderne, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2007, p. 68-69 ; Anton Scherer, Ludwig Snell und der schweizerische Radikalismus (1830-1850), Freiburg, Paulusdruck, 1954 ; Stefan G. Schmid, « Ludwig Snell : ein Revolutionär in Küsnacht », Küsnachter Jahrheft, 45/2005, p. 67-75.

7 Blaise Extermann, Une langue étrangère et nationale. Histoire de l’enseignement de l’allemand en Suisse romande (1790-1940). Neuchâtel, Éditions Alphil, 2013.

8 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, p. 121.

9 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 9 novembre 1844, AEN, Fonds Daguet.

10 Voir notamment la thèse de Hugo Frey, Max Buchon et son œuvre, Besançon, Imprimerie de l’Est, 1940 et celle de Janine Joliot-Anguenot, Max Buchon, romancier réaliste et régionaliste, université de Besançon, 1980. Sur l’œuvre littéraire de Buchon, voir Rudolph Zellweger, Les débuts du roman rustique : Suisse, Allemagne, France, 1836-1856, Paris, E. Droz, 1941 et l’introduction de Frédérique Desbuissons dans Max Buchon, Le réalisme. Discussions esthétiques recueillies et commentées, La Rochelle, Rumeurs des Âges, 2007.

11 Frédérique Desbuissons, op. cit., p. 14.

12 Max Buchon, Œuvres choisies, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1878, p. 3.

13 Hugo Frey, op. cit., p. 33.

14 Alexandre Daguet, « Nécrologie de Buchon », L’Émulation, 1/1870, p. 13.

15 Sur la traduction de la poésie allemande en langue française, voir notamment Michel Espagne, « La fonction de la traduction dans les transferts culturels franco-allemands aux XVIIIe et XIXe siècles. Le problème des traducteurs germanophones », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, 1997, p. 413-427 ; Henri Van Hoof, Histoire de la traduction en Occident, Paris, Éditions Duculot, 1991 ; Christine Lombez, La traduction de la poésie allemande en français dans la première moitié du XIXe siècle. Réception et interaction poétique, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2009.

16 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 20 janvier 1845, AEN, Fonds Daguet.

17 Ibid.

18 Max Buchon, Poésies allemandes de J.-P. Hébel, Th. Koerner, L. Uhland, H. Heine, Salins, Imprimerie de G. Mareschal, 1846.

19 Ibid., p. 11.

20 Voir Max Buchon, Hébel et Auerbach. Scènes villageoises de la Forêt-Noire, Paris, Borrani et Droz, Berne, Dalp, 1853, p. XIII-XIV.

21 Lettre de M. Buchon à Daguet, Tübingen, 12 février 1847, AEN, Fonds Daguet.

22 Sur la relation épistolaire entre Bovet et Buchon, voir Henri Perrochon, Un ami d’Alexandre Daguet et de Félix Bovet, op. cit., p. 208-210.

23 Lettre de M. Buchon à Daguet, Berne, 13 janvier 1854, AEN, Fonds Daguet.

24 Sur Gotthelf, voir le chantier consacré aux commentaires de son œuvre, dirigé notamment par Marianne Derron et Christian von Zimmermann (www.gotthelf.unibe.ch).

25 La publication se fait en vingt-cinq livraisons entre le 7 décembre 1855 et le 21 mars 1856. Le recueil est publié à cent exemplaires à Neuchâtel chez Attinger la même année.

26 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 5 janvier 1858, AEN, Fonds Daguet.

27 L’Émulation, 13/43, p. 105.

28 « Le mode des traductions que j’ai entreprise n’a été employé par personne ; et nous ne pondrons en français que quelques traductions en prose de quelques bien rares morceaux allemands. Voilà le charme de ce qui entre autre a été cru bien longtemps intraduisible en vers, j’en suis persuadé » (lettre de M. Buchon à Daguet du 9 novembre 1844, AEN, Fonds Daguet).

29 Cité par Jean-Louis Cabanès (dir.), Romantismes, l’esthétique en acte, Paris, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2009.

30 Hugo Frey, op. cit., p. 80.

31 Max Buchon, Œuvres choisies, op. cit., p. 175.

32 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 7 décembre 1841, AEN, Fonds Daguet.

33 Alexandre Daguet, « Littérature populaire de Suisse », op. cit., p. 392-393.

34 Cité par Hugo Frey, op. cit., p. 100.

35 Lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, février 1868, AEN, Fonds Daguet.

36 Voir Jean Batou, Mauro Cerutti et Charles Heimberg, Pour une histoire des gens sans Histoire. Ouvriers, excluEs et rebelles en Suisse (XIXe-XXe siècles), Lausanne, Éditions d’en Bas, 1995.

37 Amédée Saint-Ferréol, Impressions d’exil à Genève, Brioude, Imprimerie Chouvet, 1877, p. 153.

38 Marc Vuilleumier, « Georges Joseph Schmitt », op. cit., p. 75.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 René Maurice, La fugue à Bruxelles. Proscrits, exilés, réfugiés et autres voyageurs, Paris, Éditions du Félin, 2003, p. 166 et 171.

42 Ibid., p. 217.

43 Hermione Quinet, Mémoires d’exil, nouvelle série, Paris, Armand Le Chevalier, 1870, p. 148.

44 Ibid., p. 149.

45 Hermione Quinet, Mémoires d’exil (Bruxelles-Oberland), Paris, Librairie internationale, 1868, p. 8.

46 . Ibid., p. 155.

47 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 12.

48 Je m’appuie ici sur la recherche de Marcel Du Pasquier, Edgar Quinet en Suisse. Douze années d’exil (1858-1870), Neuchâtel, La Baconnière, 1959, qui retrace de manière remarquablement documentée les relations d’Edgar Quinet avec les intellectuels romands et français, ainsi que les visites qu’il reçut à Veytaux.

49 Rodolphe Rey, cité dans Marcel Du Pasquier, op. cit., p. 69.

50 Sur les liens entre Herzen et Quinet, voir Michel Mervaud, « Amitié et polémique : Herzen critique de Quinet », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 17, n° 1, janvier-mars 1979, p. 53-79. Voir également Marc Vuilleumier, « En 1849, un écrivain russe à Genève : Alexandre Herzen et James Fazy », musées de Genève, 32/1963, p. 11-14 et du même, « Révolutionnaires de 1848 et exilés. Carl Vogt, Herzen et la Suisse », Autour d’Alexandre Herzen. Révolutionnaires et exilés du XIXe siècle. Documents inédits, Études et documents publiés par la Faculté des Lettres de l’université de Genève, section d’histoire, vol. 8, 1973, p. 9-252.

51 Sur la trajectoire de Jules Barni, voir Mireille Gueissaz, « Jules Barni (1818-1878) ou l’entreprise démopédique d’un philosophe républicain moraliste et libre-penseur », Les bonnes mœurs, 1994, p. 215-244.

52 Charles Gleyre (1806-1874), entre à l’École des beaux-arts à Paris en 1825, puis dans l’atelier de Louis Hersent. Dès 1828, il effectue un voyage en Italie qui aboutit en 1834 à une rencontre avec John Lowell, riche industriel américain, qui l’engage comme dessinateur pour une tournée autour du monde. Il retrouve Paris en 1838 en ramenant avec lui des centaines de dessins et des aquarelles. En 1843, il a un succès incontestable grâce à son chef-d’œuvre, Les illusions perdues (conservé au musée du Louvre). Gleyre reprend ensuite l’atelier de Paul Delaroche, qu’il dirige pendant plus de deux décennies et qui est le lieu de formation de deux générations de peintres suisses, tels Albert Anker ou François Bocion, ainsi que, dans les années 1860, des jeunes impressionnistes français Auguste Renoir, Alfred Sisley, Frédéric Jean Bazille et Claude Monet. Lors de l’Exposition universelle de Paris de 1867, il organise le pavillon suisse (tiré de l’article biographique de William Hauptmann dans le Dictionnaire historique de la Suisse, version du 12.07.2007, www.dhs.ch).

53 Lettre de C. Secrétan à Mme de Pressensé, 7 février 1868, citée dans Marcel Du Pasquier, op. cit., p. 59.

54 Voir Albert Thomas, « Le Second Empire (1852-1870) », in Jean Jaurès, Histoire socialiste, t. X, Paris, Jules Rouff, p. 86.

55 Voir Marc Vuilleumier, « Georges Joseph Schmitt, le Confédéré de Fribourg et les Républicains français. Documents inédits », tirage à part de la Revue suisse d’histoire, 24/1974, p. 89.

56 Marc Vuilleumier, Immigrés et réfugiés en Suisse : aperçu historique, Zurich, Pro Helvetia, 1992, p. 19.

57 Marcel Du Pasquier, op. cit., p. 94.

58 Sur sa trajectoire et son œuvre, voir Samuel Tomei, Ferdinand Buisson (1841-1932) : protestantisme libéral, foi laïque et radical-socialisme, 2 vol., Paris, Institut d’études politiques de Paris, 2004.

59 Hermione Quinet, Mémorial d’exil, cité par Patrick Cabanel, Le Dieu de la République. Aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900), Rennes, PUR, 2003, p. 24.

60 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916), op. cit., p. 11.

61 « Télégramme de nomination, signé Monnier », département des manuscrits de la Bibliothèque de la Société pour l’histoire du protestantisme français, Fonds Buisson, papiers personnels, carton n° 1, 022Y.1.04.

62 Daguet a été nommé professeur d’histoire générale et archéologie, histoire nationale, langue et littérature française (Histoire de l’université de Neuchâtel, t. 2 : la seconde académie, Hauterive, Attinger, 1994, p. 60).

63 Histoire de l’université de Neuchâtel, op. cit., p. 60.

64 Journal de Genève du 13 mars 1869, p. 3.

65 Journal de Genève du 20 décembre 1868, p. 4.

66 Journal de Genève du 23 janvier 1869, p. 1.

67 On consultera en premier lieu la thèse de Anne-Claire Husser, Du théologique au pédagogique. Ferdinand Buisson et le problème de l’autorité, ENS de Lyon, 2012 ; Patrick Cabanel, Les Protestants et la République de 1870 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 2000 ; Vincent Peillon, Une religion pour la République. La foi laïque de Ferdinand Buisson, Paris, Seuil, 2010 ; Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? L’invention d’une morale laïque sous la IIIe République (1880-1895), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008.

68 « Cours en douze séances sur la littérature française contemporaine (poésie, théâtre, roman ; éloquence, histoire, critique et philosophie) », voir la Gazette de Lausanne du 6 janvier 1868, p. 4.

69 Lettre d’Aimé Humbert du 2 janvier 1868, Gazette de Lausanne du 6 janvier 1868, p. 3.

70 Gazette de Lausanne du 22 janvier 1869, p. 1.

71 Manifeste du Christianisme libéral, Neuchâtel, Imprimerie G. Guillaume fils, 1869.

72 Ibid. p. 14-15.

73 Sur la conférence de Buisson au Locle, voir James Guillaume, L’Internationale, documents et souvenirs, t. I, Ière partie, chap. XII, p. 3-8.

74 Voir James Guillaume, L’Internationale, documents et souvenirs, t. I, IIe partie, chap. III, p. 1-3.

75 Kopp propose de donner une conférence aux ouvriers du Locle au Cercle international (16 janvier 1869). Un résumé de cette conférence, intitulée « Le socialisme jugé par la science moderne », se trouve dans James Guillaume, L’Internationale, t. I, IIe partie, chap. III, p. 4-5.

76 Buisson reviendra au Locle pour y répéter une conférence donnée à Neuchâtel sous le titre de « Profession de foi du protestantisme libéral ».

77 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République, op. cit., p. 53.

78 Voir, entre autres, Jules Paroz, La Bible en éducation, réponse à la réforme urgente de M. le professeur Buisson : conférence donnée à Neuchâtel le 18 janvier 1869, Neuchâtel, Samuel Delachaux libraire-éditeur, 1869.

79 Journal de Genève du 13 mars 1869, p. 3.

80 Il repartira de Neuchâtel le 2 février 1870.

81 Lettre de Georges Guillaume à son fils James, 27 janvier 1869, in James Guillaume, L’Internationale, documents et souvenirs, t. I, II e partie, chap. III, p. 7.

82 Journal de Genève du 10 mars 1869, p. 1.

83 Gazette de Lausanne du 23 janvier 1869, p. 1.

84 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916), op. cit., p. 13.

85 Pierre Caspard, « Un modèle pour Ferdinand Buisson ? La religion dans la formation des maîtres à Neuchâtel (XIXe siècle) », in Jean-François Condette, Éducation, religion, laïcité (XVIe-XXe s.). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Lille, Centre de gestion de l’Édition scientifique, 2010.

86 Correspondance d’Edgar Quinet, cité par Patrick Cabanel, Le Dieu de la République, op. cit., p. 66.

87 Georges Guyau, L’école d’aujourd’hui, I, Paris, Perrin, 1899, p. 73.

88 Georges Andrey, La Suisse romande, une histoire à nulle autre pareille !, Pontarlier, Cabédita, 2012, p. 209-305.

89 Voir L’Hebdo, n° 42, 18 octobre 2012, p. 49-50.

90 Voir Alexandre Daguet, « Chronique neuchâteloise », L’Éducateur, 19/1888, p. 314.

91 Marcel Du Pasquier, La Suisse romande terre d’accueil et d’échanges. Évocations au cours de trois siècles, Lausanne, Éditions SPES, 1966, p. 148.

92 Hermione Quinet, Mémoires d’exil (Suisse orientale-Bords du Léman), Paris, Armand Le Chevalier Éditeur, 1870, p. 223-224.

93 Voir Heinrich Pestalozzi, Écrits sur la méthode. Volume V. Comment Gertrude instruit ses enfants (introduction de Michel Soëtard et commentaires de Loïc Chalmel et Danièle Tosato-Rigo), Le Mont-sur-Lausanne, LEP, 2013.

94 Heinrich Pestalozzi, « Comment Gertrude instruit ses enfants », traduction du Dr Darin, Revue pédagogique, second semestre de 1880, p. 1-13, 140-159, 435-447, premier semestre de 1881, p. 408-420, second semestre de 1881, p. 25-33 et premier semestre de 1882, p. 1-10.

95 Selon la formule de Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable, Paris, Gallimard, 1998.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search