Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Première partie. Relier les espaces pédagogiques

2. Daguet et le « problème français »

Texte intégral

  • 1 Anne-Marie Thiesse, « Nations, internationalismes et mondialisation », Romantisme, n° 163, 1/2014, (...)
  • 2 Certains développements de ce chapitre ont fait l’objet de publications : « Des livres pour fabriq (...)

1Anne-Marie Thiesse fait observer que nationalisme, universalisme et internationalisme ne furent nullement contradictoires dans l’esprit des façonneurs de nos États-nations. Si cette dimension transnationale du processus de construction nationale ne relève certes pas de l’évidence, c’est parce que le processus de formation des communautés imaginées (développées par Benedict Anderson) est fondé sur son propre déni1. Alexandre Daguet, illustre parfaitement ce constat. Car si Daguet s’est investi dans sa cité comme historien national en déjouant un certain « problème français » pour mieux valoriser les particularismes de son pays, il fut également de ceux qui proposèrent la création d’une association pédagogique internationale lors de l’Exposition universelle de Paris en 18672.

Un milieu, des flux, une réaction

  • 3 Voir la biographie en deux parties de Daguet dressée par Auguste Schorderet, « Alexandre Daguet et (...)
  • 4 Sur l’histoire de Fribourg, voir Roland Ruffieux (dir.), Histoire du Canton de Fribourg, 2 vol., F (...)

2Bien que certains de ses ascendants aient joué quelques rôles d’importance dans la société fribourgeoise des XVIIe et XVIIIe siècles, Alexandre Daguet (1816-1894) grandit dans une famille modeste du patriciat3. Son père accumule les fonctions subalternes d’huissier d’État et de vitrier pour de minces revenus qui s’évaporent parfois dans les jeux. Quant à sa mère, elle obtient un poste de confiance auprès d’une famille de la noblesse locale, dont un des membres, le baron et avoyer (premier magistrat dans certains cantons suisses) Charles Griset de Forell (1787-1860), parraine Alexandre lors de sa confirmation. On notera également l’alliance que les Daguet concluent en 1790 avec une prestigieuse famille française lors du mariage d’Étienne Pivert de Senancour, l’auteur d’Obermann, avec Marie-Françoise Daguet, parente éloignée d’Alexandre. Dans l’Europe de la Restauration, Fribourg est la capitale d’un des vingt-deux cantons de la Confédération restaurée4. Cette citadelle du catholicisme revient pour un temps aux mains des oligarchies patriciennes, mais la lutte pour le pouvoir, qui passe notamment par le contrôle des écoles publiques, est engagée par une bourgeoisie naissante. L’économie du canton, ballottée entre archaïsme et tentation moderne, demeure majoritairement agraire, la vie paysanne est encore hantée par le spectre de la disette.

3La situation géographique de la maison paternelle, attenante au couvent des Cordeliers, facilite les contacts amicaux avec le Père Girard. Ainsi, le jeune servant de messe grandit dans l’environnement immédiat de ce pédagogue de renom, visité comme on l’a vu dès 1816 par les grandes figures de l’Europe scolaire. Toutefois, la fraction ultramontaine fribourgeoise, bientôt épaulée par l’évêque Jenny, attaque de front la forme personnalisée d’enseignement mutuel qui a construit la notoriété du moine. Huit ans d’une bataille pédagogique acharnée auront finalement raison de Girard, liquidé au terme de cette lutte paradigmatique. Il s’en ira à Lucerne et Daguet, âgé de sept ans, ne fera que paraître sur les bancs de l’école mutuelle l’année même de sa suppression en 1823.

  • 5 Voir Olivier Meuwly, Les penseurs politiques du XIXesiècle. Les combats d’idées à l’origine de la (...)
  • 6 Alexandre Daguet, « Entretiens d’outre-tombe entre le P. Girard et le Président Laurent Frossard » (...)

4À l’automne 1827, orphelin de père, Daguet entre au collège Saint-Michel, un établissement de la Contre-Réforme fondé par les jésuites à la fin du XVIe siècle où les études sont gratuites. Il y acquiert une solide culture classique, un goût prononcé pour l’histoire où il excelle et la maîtrise du latin et de l’allemand. Cependant, on ne saurait trop souligner que ces huit années passées au collège européen de Fribourg, où plus de 70 % des sept cents élèves du pensionnat des jésuites venaient des départements de l’Ouest et du Midi de la France, vont modeler le libéralisme romantique du jeune homme5. Comme nombre de ses camarades, Daguet gardera sa vie durant une rancune tenace à l’égard de ses anciens maîtres, accusés de n’avoir pas su se consacrer aux aspirations de la cité : « quel intérêt réel des exotiques pouvaient-ils prendre à l’avancement moral et intellectuel de la république fribourgeoise et de la Confédération ?6 ». Dans son essai consacré à la réorganisation de l’instruction publique, il décrit que :

  • 7 Alexandre Daguet, Quelques idées pour la réorganisation de l’instruction publique dans le canton d (...)

L’esprit suisse et fédéral a été banni de nos écoles. Le vide rhétorique des jésuites, les tendances exclusives et intolérantes de l’obscurantisme, le cosmopolitisme implanté par le Pensionnat, et les corporations étrangères à nos mœurs et à notre politique républicaine, toutes ces funestes influences ont détruit, dans une partie de la jeunesse et parlant de la population fribourgeoise, l’amour de la patrie et des institutions helvétiques7.

  • 8 Au sujet du séjour d’Agrippa en Helvétie, on lira la notice d’Alexandre Daguet, « Cornélius Agripp (...)
  • 9 Alexandre Daguet, « Illustrations fribourgeoises », op. cit. p. 2.

5De plus, Daguet déplore amèrement l’attitude sélective avec laquelle les jésuites traitent leurs étudiants, privilégiant les enfants issus de la noblesse française. C’est pourquoi les externes fribourgeois, délaissés et frappés par cette distinction de classe, se regroupent dans de petits cénacles patriotiques. Daguet se lie ainsi à quelques camarades dont le goût pour la patrie n’a été que médiocrement servi au collège. Ces jeunes gens se retrouvent dans les bois environnants pour célébrer une nature consubstantiellement helvétique au son de l’Ode sur les Alpes de Albrecht von Haller. Ils s’extasient devant le panorama des Préalpes en dévorant des passages de l’Histoire de la nation suisse de Johann Heinrich Daniel Zschokke. À dix-neuf ans, Daguet fonde et préside un petit cercle littéraire et national, baptisé du nom pompeux de Société guillimanienne. Ce choix n’est guère surprenant quand on sait que Franz Guillimann (1568-1612) fut l’historien qui affranchit Fribourg de l’anathème lancé par Heinrich Cornelius Agrippa (1486-1535)8, qui lors d’un séjour d’un an présenta la cité catholique comme « dépourvue de toute espèce de culture et de science9 ». On notera encore que de cette association estudiantine naquit la Société d’études, creuset du libéralisme fribourgeois post-Régénération. Daguet y réunit les principaux façonneurs d’une identité fribourgeoise de langue française : l’écrivain régional Louis Bornet (1818-1880), précepteur en Silésie et à Cracovie puis directeur des écoles de La Chaux-de-Fonds, le poète et avocat anticlérical Nicolas Glasson (1817-1864) ainsi que l’hégélien de gauche Pierre Sciobéret (1830-1876).

L’héritage culturel français de Fribourg

  • 10 Alexandre Daguet, Histoire de la Confédération suisse, t. 2, Genève-Bâle-Lyon, H. Georg Librairie- (...)
  • 11 Grégoire Girard, Quelques souvenirs de ma vie avec des réflexions, Fribourg, Société fribourgeoise (...)
  • 12 Ibid., p. 47.
  • 13 Auguste Schorderet, « Alexandre Daguet et son Temps », AF, 2-3/1920, p. 60 sq.

6À lire les revendications de Daguet, pour qui « le Fribourg de la Restauration était un pays bourbonien plutôt que suisse10 », on peut donc affirmer que l’émigration française de 1789, son antirépublicanisme, l’arrivée des troupes françaises et le carlisme affirmé des jésuites font de la Grande Nation le principal bouc émissaire de cette jeunesse libérale. Le Père Girard, témoin de l’afflux des émigrés, précise « qu’en général, les réfugiés français nous sortirent pour ainsi dire de notre pays. Nous respirions au milieu d’idées, d’usages et de passions étrangères, perdant de plus en plus ce que nous avions de suisse et pourtant, nous n’en avions pas de reste11 ». Lorsque les troupes napoléoniennes entrent dans Fribourg le 2 mars 1798, le couvent de Girard est transformé en une caserne française : « on était entré dans la bibliothèque de vive force et nous vîmes de nos livres jetés dans le feu12 ». Un mois plus tard, l’abrogation de l’ancienne Confédération, remplacée par une République helvétique « une et indivisible » constituée sur le modèle de la République française est vécue par ces patriotes comme un traumatisme. Auguste Schorderet, le biographe de Daguet, y voit une des origines du libéralisme suisse, qui s’apparente à un mot d’ordre d’affranchissement de la tutelle française, ce mouvement s’étant traduit dans les faits par un effort de régénération de l’esprit national et un élan de patriotisme13.

  • 14 Georges Andrey, Les émigrés français dans le canton de Fribourg (1789-1815), Neuchâtel, Imprimerie (...)
  • 15 Voir Martin Nicoulin, La genèse de Nova Friburgo : émigration et colonisation suisse au Brésil (18 (...)
  • 16 Cité par Jan Pauchard, « L’histoire d’un exode suisse », L’Illustré, récupéré du site de la revue  (...)
  • 17 Cédric Krattinger, L’idéologie de Georges Joseph Schmitt diffusée dans Le Confédéré (1854-1869). E (...)

7Pourtant, au-delà des passions, Georges Andrey a montré que les émigrés français de la première vague (1789-1815) furent loin de confisquer la cité au détriment des indigènes. Il concède plutôt « qu’outre l’ostracisme qui a frappé les petites classes du tiers état, mendiants, vagabonds, paysans, ouvriers, on a vu que ceux qui ont bénéficié de l’asile, fussent-ils roturiers, nobles ou prêtres, n’ont pas manqué d’être l’objet, de la part du gouvernement, de tracasseries de tout genre et d’une certaine discrimination14 ». Il indique par ailleurs que la dureté des temps et notamment la famine de 1816 a poussé Fribourgeois et émigrés à la coopération. De plus, il ne faut pas oublier qu’au moment où cette émigration française tente de s’agréger à la société fribourgeoise, deux mille colons (dont huit cents Fribourgeois) s’en vont quérir une vie meilleure dans le district de Cantagalo au Brésil15. Au-delà des obstacles mis à l’intégration des migrants français dans le tissu fribourgeois, l’exode brésilien de Nova Friburgo rappelle qu’au début du XIXe siècle, c’est la Suisse qui se débarrassait de ses propres citoyens devenus réfugiés économiques. Gérard Bourgarel attire l’attention sur le fait « qu’on érige cet exode en une sorte de poya (montée aux alpages) mythifiée, alors qu’en réalité il s’agit d’une quasi-déportation16 ». Les contemporains relevaient déjà ces conditions déplorables. L’Alsacien Georges Joseph Schmitt, alors rédacteur du journal fribourgeois Le Confédéré, accusa les compagnies d’émigration de traiter les colons comme de la marchandise et dénonçait une véritable traite des blancs17.

8Mais il y a plus. On ne saurait trop souligner que cette coexistence entre émigrés français et locaux va se doubler d’importations culturelles décisives pour le canton, à commencer par la réactivation de la langue française, elle-même déjà reléguée par l’allemande lors de l’entrée de Fribourg dans la Confédération en 1481 :

  • 18 Alexandre Daguet, Notice sur la vie et les travaux de la Société d’études de Fribourg, depuis sa f (...)

Nos relations constantes avec la France et l’influence des écrits de Rousseau sur notre bourgeoisie, à la fin du siècle dernier, avaient préparé de loin une transformation, activée encore par la présence de nombreux élèves français que comptait le pensionnat des jésuites. Le triomphe des idées libérales et démocratiques en 1830 marque l’avènement définitif de la langue française devenue, semble-t-il, la langue littéraire du pays, le jour où elle en fut proclamée la langue officielle18.

  • 19 Alexandre Daguet, « Illustrations fribourgeoises », L’Émulation, 11/1842, p. 1. On notera qu’à la (...)
  • 20 Alexandre Daguet, « L’instruction publique à Fribourg », L’Éducateur, 14/1881, p. 216.
  • 21 Eulalie de Senancour (1791-1873), fille d’Étienne Pivert de Senancour et de Marie-Françoise Daguet (...)
  • 22 Cité par Philippe Gariel, « Eulalie de Senancour et ses amis fribourgeois, d’après sa correspondan (...)
  • 23 Paul Bondallaz, « Le mouvement littéraire en pays fribourgeois vers 1850 », AF, 1/1919, p. 2-3.

9Daguet impute la faiblesse du mouvement intellectuel de son canton « à ce contact, disons mieux, ce conflit de deux langues nées le même jour dans une cité à la fois romande et germanique, bourguignonne et souabe19 ». Il faut dire qu’avant d’être pensé comme un indéniable atout, ce bilinguisme fut souvent vécu comme problématique à Fribourg. À plusieurs reprises on songea à fermer les écoles allemandes. En connaissance de cause, Daguet indique qu’au début du XIXe siècle, « Girard concluait à leur suppression, soit pour faire cesser l’antagonisme alors assez vif des deux races, soit pour établir l’unité de culture20 ». La question revint en 1861, mais Daguet, alors inspecteur d’école par intérim, se prononça contre la suppression. Pourtant, dès 1853, sa lointaine cousine Eulalie de Senancour21, la fille de l’auteur d’Obermann, affirme dans L’Émulation que « cette ville est devenue presque française par sa langue, sa littérature, ses usages et sa sociabilité. Depuis soixante ans, elle accueille nos réfugiés politiques de tout bord et ses habitants ont tellement multiplié leurs alliances au-delà des Alpes et du Jura surtout, qu’en vérité un Fribourgeois pur-sang devient chose rare22 ». Avec Paul Bondallaz, nous rappellerons également que « ces gens apport[ai]ent les usages, les coutumes, les manières, le parler de leur patrie d’origine. Lettrés, instruits, rompus aux belles manières, ils form[ai]ent avec les éléments de la société indigène cultivée une sorte d’élite intellectuelle23 ». Daguet n’a-t-il pas omis de reconnaître que cette élite métissée contribua au développement de la vie culturelle locale, par l’instauration de plusieurs cercles et sociétés ? On pense également à l’œuvre pédagogique des trappistes et des trappistines, certes fort critiquée par Girard, et à quelques personnalités qui arrivèrent sur les bords de la Sarine avec leurs ambitions propres. À cet égard, le cas du voltairien Louis-Valentin Prat est instructif. Cet ancien élève de l’École polytechnique de Paris, originaire de l’Aveyron, fut engagé par le conseil d’éducation de la ville pour prendre la direction de l’école moyenne centrale, un établissement fondé par les libéraux fribourgeois pour former la jeunesse aux différentes branches de l’industrie et du commerce. Symbole de hautes luttes, constamment attaquée par le parti conservateur et les partisans des jésuites, l’école moyenne se voulait une version des écoles primaires supérieures instituées en France par la loi Guizot de 1833 et c’est donc logiquement à Paris qu’on chercha son directeur. Prat fut finalement choisi de préférence à Émile Villemereux, professeur au collège Henri IV, dont les prétentions salariales se montrèrent trop élevées pour Fribourg. Autant d’énergies venues de l’étranger qu’il importe de prendre en compte pour mesurer la complexité des composantes en jeu dans la formation de la Suisse moderne.

  • 24 Alexandre Daguet, « Histoire de la pédagogie », L’Éducateur, 2/1870, p. 19.

10Très critique du personnel de Saint-Michel, Daguet s’attache néanmoins au père Lückmeyer, un jésuite allemand en qui il voit « un des esprits les plus indépendants [qu’il] a rencontré, professeur de droit philosophique et dont les admirables leçons sur le droit naturel, contre le droit divin, contre l’esclavage, et pour la liberté de la presse excitèrent le courroux de bien des gens et déterminèrent son départ pour Dresde, où il sortit de l’Ordre et mourut peu après24 ». Au sortir du collège, il suit le séminaire du professeur radical Jean-Marcelin Bussard (1800-1853), un avocat germanophile fervent promoteur de la pratique kantienne, de l’instruction du peuple et de l’abolition de la peine de mort. En 1836, il est appelé comme professeur d’histoire à l’école moyenne centrale.

  • 25 Voir Daniel Furer, Gründervater der modernen Schweiz. Ignaz Paul Vital Troxler (1780-1866), univer (...)
  • 26 « Tu me demandais dans ta dernière lettre comment tu pourrais te mettre en rapport avec la Démocra (...)
  • 27 Henri Perrochon, « Le Franc-Comtois Mac Buchon », op. cit. p. 19.
  • 28 Lettre de Daguet à Victor Cousin, Fribourg, 15 août 1850, Bibliothèque de la Sorbonne, Fonds Cousi (...)
  • 29 Journal de Genève du 18 mai 1852, p. 1.
  • 30 Louis Reybaud, Études sur les réformateurs contemporains ou socialistes modernes : Saint-Simon, Fo (...)

11C’est par des lectures assidues que Daguet parachève sa formation. À cette époque, le jeune professeur voue une admiration sans borne à l’histoire populaire et nationale de Zschokke et de Johannes von Müller, les chantres de la nation suisse. Il se retrouve pour un temps dans le romantisme radical d’Ignaz Paul Vital Troxler (1780-1866)25 et ne reste pas insensible aux thèses saint-simoniennes et socialistes. En janvier 1845, Daguet écrit à son ami franc-comtois Max Buchon qu’il souhaite collaborer à la Démocratie pacifique de Victor Considerant26. Même si l’historien des lettres romandes Henri Perrochon clôt un peu vite la question en affirmant que « la prédication de Buchon n’eut pas grand succès [car] le côté religieux du fouriérisme effrayait Daguet27 », on peut affirmer que ce dernier a servi pour un temps de connecteur entre les cercles francs-comtois et romands. Certes l’homme n’est pas toujours facile à cerner, notamment lorsqu’il écrit à Victor Cousin qu’il ne voudrait voir pénétrer à Fribourg « le Matérialisme, l’Athéisme, ni aucune de ces doctrines dégradantes qui tournent l’esprit de la jeunesse uniquement vers la terre et la jouissance physique28 ». Mais on sait aussi que Daguet a affirmé « avoir été archi-révolutionnaire29 » dans une jeunesse nourrie de nombreuses lectures consacrées aux thèses socialistes (utopistes). Robert Owen fut l’une de ses références, vraisemblablement à cause de ses liens avec le Père Girard. En avril 1840, Daguet parcourt les Études sur les réformateurs contemporains ou socialistes modernes de l’économiste et homme de lettres français Louis Reybaud30 et s’attarde sur Owen au sujet duquel il annote :

  • 31 Alexandre Daguet, Notes de mes lectures d’avril 1840, AEF, Fonds Daguet.

Études sur l’économiste Owen : l’homme est bon, sortant des mains de Dieu s’est dit J. J. – l’homme n’est bon, ni mauvais dit Owen, il est le jouet des circonstances dont on l’entoure ; il devient mauvais, si elles sont mauvaises, bon si elles sont bonnes. Une bienveillance absolue sans restrictions et sans limites, une égalité tolérante, une grande liberté de mouvement, un retour vers les vérités éternelles dont l’homme porte les germes en lui, tels furent les premiers mots qu’il traduisit en mode d’action pour l’amélioration de New Lanarck31.

  • 32 Lettre de la légation suisse de Paris à Daguet du 5 juillet 1871, AEN, Fonds Daguet.

12Suite à l’écrasement de la Commune de Paris (1871), Daguet fut l’hôte et le protecteur d’un autre Franc-comtois, le peintre Gustave Courbet (1819-1877). Incarcéré à la prison de Mazas du 30 juin à fin juillet 1871, celui-ci reçoit le soutien de Daguet qui tente d’intervenir à Paris auprès de l’ambassadeur de Suisse. Courbet n’étant pas citoyen helvétique, la diplomatie ne pourra donner suite à cet appel32. Son engagement politique et les poursuites engagées contre lui par l’État français après la Commune l’obligent à se réfugier en Suisse en juillet 1873. S’il s’installe à la Tour-de-Peilz sur les bords du Lac Léman, il peut compter sur l’aide de son protecteur comme il le confesse à sa sœur Juliette :

  • 33 Lettre de G. Courbet à sa sœur Juliette, 3 mars 1872, Correspondance de Courbet, Paris, Flammarion (...)

M. Daguet de Neuchâtel est le professeur de philosophie que j’avais connu à Fribourg avec Buchon (qui a bien fait de mourir). Il m’avait fait préparer une chambre chez lui en prévision de mon arrivée en Suisse. Elle est toujours à ma disposition. Il m’a envoyé l’autre jour un peintre, M. Bachelin, de ses amis que je connais aussi pour m’engager à aller quelque temps en Suisse. Il assure que les gens de Neuchâtel, de Berne, de Fribourg, m’attendent et me font leurs compliments33.

  • 34 Voir le numéro thématique de la revue Patrimoine fribourgeois consacré au château de Gruyères, n° (...)

13Notons que Courbet participa lui aussi à la pénétration des idées de Charles Fourier dans le canton de Fribourg. Marc Vuilleumier a montré que le passage de Victor Considerant à Genève a permis aux fouriéristes du cru de se rassembler. Un de ceux-ci, le peintre Auguste Baud-Bovy (1848-1899), installera un phalanstère dans le château de Gruyère, fréquenté notamment par Jean-Baptiste Corot et Courbet34.

14Pour en conclure sur l’horizon intellectuel de Daguet, on notera encore qu’il est resté étranger à toute formation académique, même si l’idée d’un doctorat fut évoquée par Buchon, alors installé à Tübingen :

  • 35 Lettre de Buchon à Daguet du 12 février 1847, AEN, Fonds Daguet.

Mon cher, je reviens sur l’idée de ton doctorat. Tu devrais t’arranger de manière à pouvoir venir ici. Si tu dois rester à Lausanne cela ne te nuirait pas. Ici cela te coûtera 60 florins, 90 F de Suisse, plus un mémoire quelconque sur une question philosophique quelconque que tu ferais imprimer ou non avant de le remettre au recteur. On te donnerait le jour pour l’examen. Or, cet examen n’a pour but que de vérifier si celui qui se présente est réellement l’auteur du mémoire. On n’a donc pas besoin d’avoir la tête pleine d’idées en général. On a besoin seulement de posséder de manière à la défendre un peu, l’idée que l’on a formulée soi-même. Je tiens ces détails d’un examinateur qui est mon élève en français35.

15Ce n’est que trente ans plus tard qu’il recevra une marque d’estime pour ses services d’historien national, en devenant docteur honoris causa de l’université de Berne. Pour autant, c’est bien par l’édification d’une littérature nationale et fribourgeoise qu’il débuta son œuvre patriotique.

Une littérature suisse, rien que suisse ?

  • 36 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995 ; Alfred B (...)
  • 37 Cité dans Alexandre Fontaine, « L’intellectuel fribourgeois Alexandre Daguet, un exemple de modéra (...)

16Nous possédons, avec La construction de la littérature romande de Daniel Maggetti et les travaux d’Alfred Berchtold, de Roger Francillon et de Doris Jakubec36, des études exhaustives sur le processus de structuration de la littérature romande. Si ces auteurs se sont essentiellement consacrés à l’étude des écrivains protestants – le protestantisme est un élément essentiel dans le mécanisme de dissociation d’avec la France – l’étude du mouvement initié par Daguet éclaire les ambitions d’intellectuels catholiques résolus à former un groupe littéraire capable de peser sur l’échiquier romand. D’ailleurs, on ne saurait trop le souligner, grâce à l’héritage de tolérance religieuse héritée du Père Girard et du chanoine Charles-Aloyse Fontaine (1754-1834) qu’il reprend à son compte, Daguet va réussir à imposer le mouvement littéraire de son canton en adoptant les principales thèses et revendications de ses collègues protestants. Cette démarche ressemble à un travail d’équilibriste, surtout quand on sait que nombre de littérateurs protestants, à l’instar d’Henri-Frédéric Amiel, délaissèrent les cantons catholiques en prétextant le retard de leur développement culturel et leur stérilité littéraire. Ces mêmes positions iréniques respectées par Daguet devaient d’ailleurs lui apporter bien des incompréhensions dans son propre canton : « Je vous ferais observer que si vous avez été attaqué des deux côtés opposés, c’est que vous êtes ni catholique, ni protestant dans vos écrits et qu’ainsi vous mécontentez tout le monde37 », lui écrivit l’abbé Jean Gremaud en avril 1856.

  • 38 Le bimensuel L’Émulation, recueil agricole, industriel, commercial, historique et littéraire, para (...)
  • 39 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française, L’Émulation, 5/1856, p. (...)

17Avec la publication de L’Émulation38 en septembre 1841, Daguet se donne les moyens de son ambition : doter le canton de sa première revue culturelle et susciter l’éveil d’une littérature réaliste fribourgeoise « longtemps étouffée sous le boisseau de la scholastique et du germanisme officiel39 ». Mais le principal mouvement vers l’autonomie romande passe indéniablement par une mise en cause symbolique et une mise à distance de la littérature française. Daguet entend restaurer le mouvement intellectuel fribourgeois dans une visée authentiquement populaire et nationale, en empruntant le kit identitaire forgé par la littérature alémanique, Pestalozzi, Gotthelf et Johann Martin Usteri en tête. Mais l’hypothèse peut être faite que malgré un verrouillage de façade, la littérature romande s’est élaborée autour d’une multitude de références métissées ; c’est sous cette perspective que nous chercherons à éclairer ici ces importations culturelles, leurs enjeux comme leurs médiations.

  • 40 Jeanne Niquille, « Un portrait d’Alexandre Daguet », NEF, 62/1929, p. 206.
  • 41 Anne-Marie Thiesse, « La lente invention des identités nationales », Le Monde diplomatique, juin 1 (...)
  • 42 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », op. cit., p. 333-334.
  • 43 Alexandre Daguet, « Fêtes de l’Aïd-el-Kebir à Constantine. Fantasia arabe », L’Émulation, 11/1843, (...)
  • 44 Alexandre Daguet, « La Suisse et la Circassie », L’Émulation, 17/1841, p. 7-8.
  • 45 Daniel Maggetti, op. cit., p. 21.
  • 46 Simone de Reyff, « L’“idéal favori” d’Alexandre Daguet ou les pages littéraires de L’Émulation », (...)
  • 47 Alexandre Daguet, « Scènes de la vie d’un maître d’école par Jeremias Gotthelf », L’Émulation, 1/1 (...)
  • 48 Luigi Cicconi (1804-1856), poète et patriote italien, séjourne cinq ans à Paris dès 1835 où il se (...)
  • 49 Alexandre Daguet, « Des phases diverses de la poésie italienne et de sa mission actuelle (traduit (...)
  • 50 Voir Rahel Willi, « Un regard sur la Russie », Cahiers du musée gruyérien, 5/2005, p. 51-56.

18Dans un portait dressé au sortir du collège, le poète gruyérien Nicolas Glasson écrit au sujet de son camarade Daguet que « son âme toute républicaine et ennemie des sujétions monarchiques n’a point trouvé à sympathiser avec nos grands auteurs ». Je crois, ajoute Glasson, que « c’est pour cette raison qu’il a plus de goût pour les autres littératures, l’allemande, l’italienne par exemple. Il y retrouve ses idées de liberté et d’indépendance. Cependant, comme elles ne peuvent satisfaire pleinement ses penchants, il en rêve une autre qui soit suisse et rien que suisse40 ». Si Daguet, dans le sillage d’un de ses maîtres, le doyen Philippe-Sirice Bridel (1757-1845), va jouer pleinement la carte de l’helvétisation, peut-on pour autant parler d’une littérature exclusivement suisse ? Anne-Marie Thiesse relève très justement que c’est « par l’observation mutuelle, l’imitation, le transfert d’idées et de savoir-faire que les intellectuels européens des différentes nations ont forgé, au cours du XIXe siècle, ce modèle commun de production des identités41 ». Daguet ne déroge pas à cette tendance. Bien au contraire, puisqu’il a largement comme il l’avoue « cultiv[é] les littératures étrangères, celles surtout qui, par leur génie patriotique et populaire, peuvent servir à vivifier l’étude de la nôtre en lui fournissant des termes de comparaisons et de nouveaux éléments42 ». Daguet et ses collaborateurs vont chercher l’inspiration bien au-delà des frontières cantonales pour multiplier les importations culturelles. Ainsi, la nécessité quasi obsessionnelle de se décentrer d’une littérature française perçue comme écrasante va favoriser la recherche d’autres filiations au sein des littératures européennes. On visite le monde par procuration dans L’Émulation, véritable organe d’ouverture, par l’entremise de récits de voyages ou de traductions des grands textes populaires. Certes, une poignée d’écrits sont porteurs de valeurs universelles et cherchent à faire tomber les préjugés. Daguet commente un article consacré à la fête de l’Aïd-el-Kebir à Constantinople qu’il reprend du journal L’Algérie : « nous ne manquons pas de préjugés contre les Orientaux ; l’ignorance où, malgré de récents travaux, nous sommes encore des mœurs, des usages et du caractère, distinctif des races orientales, les barrières qu’ont élevées, entre elles et nous, les différences de religion, tout a contribué à accréditer, à répandre parmi nous des erreurs qu’il est important de combattre43. » Malgré cela, l’histoire littéraire proposée par L’Émulation est essentiellement une histoire comparée au travers de laquelle l’intelligentsia libérale-nationale fribourgeoise accumule les juxtapositions transnationales perçues comme autant de repères identitaires. On en trouve un échantillon explicite dans le portrait croisé que Daguet dresse de la Suisse et de la Circassie : « c’est dans leur position politique surtout qu’on trouve beaucoup d’analogie. Elles ont l’une et l’autre pour voisin une monarchie puissante qui les convoite44. » On aime à se contempler dans le miroir de l’étranger, tout en créant « des références et des cautions intellectuelles dont la valeur est partagée au niveau européen45 ». Bien davantage dictées par l’affirmation personnelle que par une réelle volonté de découverte des formes de l’altérité, les traductions répondent à un usage précis. À cet égard, Simone de Reyff rappelle que « l’altérité n’est féconde que dans la mesure où elle ramène le regard à sa propre identité46 ». Si les collaborateurs de la revue en voyage, ou en exil, adressent des articles sur l’Ukraine, sur Damas ou sur Moscou, la comparaison n’a la plupart du temps d’autres fonctions que de légitimer les vues, sinon les fantasmes que ces écrivains projettent sur Fribourg. Lorsque Daguet traduit un fragment des Scènes de la vie d’un maître d’école de Gotthelf, « il ne s’en faut guère que le tableau de la vieille école bernoise ne soit aussi celui de la vieille école fribourgeoise avant 183047 ». Il transcrit Luigi Cicconi48 car son épopée de la littérature italienne permet l’objectivation d’une littérature romande en recherche de validation : on y retrouve en effet une « domination française, domination étrangère et égoïste », l’émergence d’une « poésie toute nationale » à la chute de Napoléon, suivie d’une redécouverte de Dante et des auteurs du XIVe siècle, dont « l’étude devait régénérer l’Italie, l’affranchir de toute influence étrangère et, en retrempant la langue à ses belles et vives sources, lui rendre, avec ses éléments primitifs, une nouvelle vie pleine de vérité, de beauté et d’avenir49 ». Somme toute, la revue culturelle fribourgeoise propose des fragments minutieusement choisis dans les littératures européennes pour nourrir les revendications romandes. Nul hasard donc si L’Émulation publie la première traduction du Tarass Boûlba de Nicolas Gogol dès octobre 1843, traduction réalisée par Adrien Grivet, ancien élève de Daguet, à partir de l’original russe plutôt que d’une traduction intermédiaire50. Daguet ne dissimule nullement ses nombreux emprunts. Au contraire, il les revendique et les justifie paradoxalement au nom d’une quête des particularismes :

  • 51 Alexandre Daguet, « Des phases diverses de la poésie italienne et de sa mission actuelle », op. ci (...)

Et quant aux emprunts que l’on peut faire aux littératures étrangères, si l’on a soin, dans ces sortes d’importations intellectuelles, de s’adresser de préférence aux littératures réellement populaires comme l’est en partie celle de l’Allemagne, ou aux littératures vraiment nationales, comme le fut la littérature espagnole sous Philippe II, et comme l’est encore aujourd’hui la littérature italienne, ces emprunts, loin de nuire à l’idéal helvétique, aux lettres nationales, lui fourniront des points de comparaisons qui, en ajoutant de nouveaux éléments à ceux qu’elle possède, accroîtront son domaine, en augmentant sa vie51.

  • 52 . Ibid.

19Dans ce sens, Manzoni et Niccolini ont beaucoup emprunté aux littératures étrangères et Daguet relève que « l’idée chrétienne elle-même, qui fait la base des doctrines littéraires de l’auteur de Carmagnola, est une idée française ou germanique, un emprunt fait à Chateaubriand, ou aux grands critiques de l’Allemagne52 ».

S’émanciper du modèle culturel français

  • 53 Étienne Eggis (1830-1867), né à Fribourg, il devient précepteur en Bavière, avant de s’établir à P (...)

20Alexandre Daguet trouve en sa parente Eulalie de Senancour une médiatrice franco-romande particulièrement zélée. Cette Parisienne à moitié suisse se charge de faire connaître Fribourg dans la capitale française et parraine l’œuvre de son lointain cousin par plusieurs publications dans le Journal des femmes. Inversement, d’autres médiations jugées peu patriotiques ou trop cosmopolites sont dévalorisées, voire rompues. C’est le cas de l’auteur romantique Étienne Eggis53, protégé d’Arsène Houssaye à Paris et cousin de nos deux correspondants, dont les poèmes sont critiqués par Daguet et son beau-frère Xavier Kohler :

  • 54 Xavier Kohler, « Revue bibliographique. En causant avec la lune, poésies par Étienne Eggis », L’Ém (...)

On sent, en lisant son volume, que l’âme du jeune Fribourgeois s’est bien ouverte à la poésie dans notre Suisse, mais qu’elle s’est épanouie sous un ciel étranger, en subissant deux influences marquées, celle de l’Allemagne et de la France ; la première avec ce nébulisme (sic) trop commun aux auteurs d’outre-Rhin ; la seconde avec la manière fantastique et sonore, qui distinguait la plus belle époque du romantisme54.

21On remarquera que la France, ou plutôt une certaine France, demeure exempte de ces emprunts. Daguet résume la pensée d’une génération dans sa Revue des principaux écrivains de la Suisse française :

  • 55 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », op. cit., p. 2.

Le grand mouvement littéraire dans la Suisse française date de la fin du siècle dernier. Genève alors donnait au monde Rousseau et Bonnet. Benjamin Constant naissait à Lausanne où séjournèrent Voltaire, Haller, Gibbon. Madame de Staël tenait à Coppet sa brillante cour composée de l’élite des penseurs et des écrivains de l’Europe, les deux Schlegel, Chateaubriand, Lewis, etc. L’auteur d’Obermann, M. de Senancour, égarait ses sombres rêveries sous les sapins d’Agiez, aux portes de Fribourg. Les Lettres neuchâteloises sortaient de la plume fine et spirituelle de Madame de Charrière. Ce sont là les noms saillants. D’autres noms aimables ou sérieux de littérateurs et de philosophes nous apparaissent à leur suite et nous rappellent les habitudes littéraires qui régnaient aux bords du Léman parmi les hautes classes de la société. Car la littérature était chose nobiliaire, aristocratique. À la ville, elle ne franchissait guère les salons de certaines rues privilégiées ; à la campagne, elle se renfermait dans les villas et les gentilhommières55.

  • 56 Ibid.

22Les conclusions affichées par Daguet au sujet de cette littérature romande à la française sont sans équivoque : « Aussi, à peu d’exceptions près, qu’était cette littérature ? Aucune pensée propre, aucun esprit patriotique, national, ne l’inspirait. C’était un écho affaibli, une imitation plus ou moins servile de la littérature parisienne56 » :

  • 57 Ibid.

Notre Suisse française était un département de la France littéraire. Aujourd’hui même que par la richesse de ces productions littéraires et par le cachet original qui distingue une partie de ces œuvres, la Suisse française peut prétendre, comme la Belgique, à une certaine autonomie intellectuelle, nous voyons plusieurs de nos lettrés avec affectation à la remorque des idées et des formes étrangères. Mais il a de tout temps été permis de s’indigner contre cet esclavage, et de rechercher à relever le drapeau national en littérature comme en politique57.

  • 58 Thomas Lau a remarquablement montré la redirection des élites suisses vers le modèle culturel holl (...)
  • 59 Roger Francillon, De Rousseau à Starobinsky. Littérature et identité suisse, op. cit., p. 21.
  • 60 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, op. cit., p. 32.
  • 61 Roger Francillon, op. cit., p. 52.

23Par cette posture, Daguet ne fait que s’inscrire dans un processus qui prend sa source dans le sillage de la Saint-Barthélemy (1572) et de la révocation de l’Édit de Nantes (1685), événements qui devaient durablement peser sur les consciences européennes et jeter l’opprobre sur la pertinence du modèle culturel français58. Érudits britanniques et alémaniques s’unissaient bientôt afin de contrer l’hégémonie de ce dernier et de préparer l’offensive contre la culture unique (sic). Entre 1721 et 1723, Johann Jacob Bodmer et Johann Jacob Breitinger s’attaquent au saxon Johann Christoph Gottsched, thuriféraire des idées de Boileau, dans leur journal Die Diskurse der Mahlern . Les deux Zurichois se réclament d’une esthétique différente, incarnée par le quotidien The Spectator de Joseph Addison. Il s’agit bien, comme le précise Roger Francillon, de se distancer de l’influence prépondérante de la France en matière littéraire59. Et Anne-Marie Thiesse de conclure : « Espace britannique, espace helvétique : ce ne fut pas un hasard s’ils furent les deux plus ardents foyers de la lutte contre l’impérialisme culturel français. Ils étaient terre d’asile pour les victimes de son despotisme60. » Lors de la première moitié du long XIXe siècle, l’école littéraire romande s’efforce de bâtir son identité et de réaliser son autonomie au travers d’attaques souvent agressives contre cette culture française jugée par trop aristocratique. Avec son Grand Saint-Bernard (1839), le Genevois Rodolphe Töpffer (1799-1846) caricature, dans la ligne de l’helvétisme du XVIII e siècle, la contagion des modes parisiennes sur les braves Genevoises qui se piquaient de littérature61. Se distancier de Paris pour mieux assumer une littérature que l’on souhaite autonome, telle est également l’ambition de Charles Gruaz lorsqu’il lance l’Album de la Suisse romande en 1843. François Vallotton rappelle à ce sujet l’orientation idéologique du journal, qui stipule que :

  • 62 François Vallotton, L’édition romande et ses acteurs 1850-1920, Genève, Slatkine, 2001, p. 69.

La Suisse romande doit, selon nous, avoir une littérature nationale ; elle en est digne, elle en est capable. Sans doute la langue française étant la nôtre, la littérature française sera toujours la base de notre culture intellectuelle ; mais placés dans des conditions tout à fait différentes, dotés d’institutions libres et de mœurs républicaines, échappant à la force de la centralisation parisienne, nous pouvons nous frayer une route qui soit mieux appropriée aux allures originales de notre caractère et de notre esprit62.

  • 63 . Gazette de Lausanne du 21 octobre 1842, p. 1.

24On trouve d’ailleurs une pareille obsession indépendantiste chez un Daguet. En 1842, interpellé au congrès de Strasbourg par un savant qui lui fait remarquer que le peuple suisse est allemand, Daguet objecte que « le peuple suisse n’est pas allemand. Il est allemand, oui, en grande partie par la langue, par les mœurs, par les sympathies. Mais politiquement parlant, le peuple suisse est une nation souveraine. Elle n’appartient à personne. Elle n’est ni française ni allemande ! Elle est elle ! Et si jamais Français ou Allemand voulait attenter à son indépendance, elle retrouverait un Guillaume Tell63.

Absorber la littérature populaire alémanique

25Ainsi, c’est dans le sillage des auteurs alémaniques que Daguet trouvera son Tell. De Haller à Lavater, de Sulzer à Pestalozzi, c’est bien outre-Sarine que Daguet puise l’inspiration nationale, afin de supplanter une littérature parisienne dont il ne cesse de décrier le caractère mondain :

  • 64 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », L’Émulation, 1856, p. (...)

Empreinte d’un autre esprit, d’un esprit plus national, la Suisse allemande se faisait déjà une place à part dans la littérature d’outre-Rhin par ses écrivains et ses penseurs. Trois noms surtout, ceux du grand Haller, de Jean de Müller et de Lavater personnifient l’idéal suisse proprement dit dans cette phalange des hautes intelligences à la fin du XVIIIe siècle. On sait le beau rôle rempli par nos compatriotes dans le mouvement littéraire des pays germains, Bodmer et Breitinger imprimant aux lettres allemandes la direction qui seule pouvait les rendre fécondes et produire les chefs-d’œuvre qui ont immortalisé la terre de Klopstock et de Schiller ; Albert de Haller créant le genre de la poésie descriptive sur les bords de l’Aar comme Salomon Gessner, celui de la poésie pastorale aux rives de la Limmat ; Jean de Muller renouvelant entièrement le domaine de l’histoire, et Pestalozzi rajeunissait le champ de l’éducation, Sulzer celui de l’esthétique, et comme un Suisse allemand encore C. L. de Haller devait quelques années plus tard donner une nouvelle théorie de la politique, opposée à celle du contrat social, formulée par le Suisse français Rousseau64.

  • 65 Alexandre Daguet, « Littérature populaire. Scènes de la vie villageoise en Suisse », L’Émulation, (...)

26Rien d’étonnant donc à ce qu’il consacre la Suisse comme « une terre classique de la littérature populaire paysanne », dont il dresse la trame historique dans un article paru dans L’Émulation de 185265. Globalement, on résumera sa pensée en indiquant qu’avec Lienhard et Gertrude, Pestalozzi créée le roman villageois. Son successeur Johann Heinrich Daniel Zschokke (1771-1848), « Magdebourgeois de naissance, mais suisse par le cœur et par toute sa vie », perpétue le mouvement avec le Village des Faiseurs d’or (Goldmacher-Dorf ). Daguet lui reproche toutefois d’avoir utilisé la langue classique, le haut allemand et Zschokke se livre ainsi dans un style « trop idéal, trop attique, trop citadin […] resté parfaitement classique et académique, en dépit de toutes les familiarités domestiques et villageoises de son récit ». Or, à l’inverse, ces défauts n’apparaissent nullement chez Johann Peter Hebel (1760-1826), auteur d’un recueil de poèmes ancestraux rédigés en dialecte badois, dont les « petits poèmes allemanniques (sic) sont d’une originalité puissante et étrange qui déconcerte le lecteur accoutumé à la fadeur élégante et monotone des idylles de Gessner et Florian ». Daguet encense tout autant le romancier bernois Jeremias Gotthelf, pseudonyme de l’écrivain bernois Albert Bitzius (1797-1854) notre « Walter-Scott campagnard » qui a osé parler la langue du peuple de l’Oberland et de l’Emmental :

  • 66 Alexandre Daguet, « Littérature populaire de Suisse », op. cit., p. 392.

Bitzius (Gotthelf) était un écrivain d’une certaine puissance et d’une véritable originalité. Peu de romanciers ont pénétré comme lui dans l’essence de la vie villageoise telle qu’elle se manifeste dans le plus populeux des cantons suisses66.

27Pleinement conscient des potentialités identitaires de la culture orale et fermement inspiré par la littérature alémanique dialectale, c’est donc assez logiquement que Daguet tente d’imposer le patois dans L’Émulation. Dès le prospectus de 1841, le comité de la revue ne dissimule nullement ses intentions et revendique qu’il « vouera quelques études à cette belle langue romande, riche de mille nuances inconnues à la langue classique ». Aussi, lorsque L’Émulation publie un poème de Louis Bornet en gruérin (1841) et que Daguet encourage l’usage de l’idiome roman en parallèle du français, cette possible projection d’une culture fribourgeoise bilingue déchaine les passions :

  • 67 Alexandre Daguet, « De quelques essais dans le vieil idiome romand », L’Émulation, 10/1842, p. 7.

Nous les Fribourgeois, les Suisses romans (sic), nous avons deux langues. Le français d’abord, notre langue littéraire, langue de Racine et de Chateaubriand […] Mais à côté de la langue classique, nous en avons encore une autre, langue vulgaire, pauvre petite langue, bien humble, se cachant dans les petits coins, aimant la campagne, mais vieil et doux idiome, singulièrement naïf, pittoresque, énergique, voix des vallées et des monts alpestres, bruit de cascades et de torrents, son de clochettes et de troupeaux, idiome pastoral comme on n’en vit guère, fait au foyer et bon enfant comme on n’en verra jamais, idiome mélodieux, qui nous endormait au berceau, nous fit sauter de joie sur les genoux de nos grand’mères, nous émerveille encore de ses Coraulés nocturnes, et idiome si mélancolique, si embaumé de l’air de la patrie qu’il donne la mort à l’armailli sur la rive étrangère67.

  • 68 Voir Viviane Aeby, « Patois contre français. La querelle des “Tsévreis” », Cahiers du musée gruyér (...)
  • 69 Alexandre Daguet, « Panthéon bolzique. Mémoires d’un sonneur de Saint-Nicolas », L’Émulation, 13/1 (...)
  • 70 Voir Isabelle Eichenberger, « Nei, dasch zvüu, tu me connais ! », article en ligne.

28L’Émulation vit une brève mais féroce passe d’armes entre les partisans d’une production littéraire en gruérin et les défenseurs de la langue française classique, emmenés par le politicien Hubert Charles (1793-1882) qui s’est formé à Paris68. Selon lui, le français symbolise une langue pourvoyeuse de culture, de rationalisme et d’ouverture au monde. Les historiens qui ont traité de cette querelle linguistique indiquent que Charles et Daguet abrégèrent les hostilités pour ne pas mettre la pérennité de la revue en danger. La Suisse romande ne parviendra donc pas, à l’instar de sa sœur alémanique, à légitimer son propre idiome. Pourtant, quelques mois plus tard, Daguet impose, peut-être par provocation, sinon par fierté, un second idiome en opposition à la langue française en publiant un panthéon bolze69. Car qui mieux que les bolzes incarnent l’esprit populaire, avec leur idiome constitué dans la rue, fruit de l’exode des paysans du district alémanique de la Singine qui a contribué à peupler la basse-ville de Fribourg. Le mélange du français et du dialecte singinois a donné naissance à cet idiome commun. Roland Vonlanthen indique qu’il s’agit « d’un état d’esprit, un melting-pot de cultures franco-alémanique, campagnarde et urbaine. Des gens au caractère bien trempé et rebelles contre tout ce qui représente l’autorité70 ». C’est pourquoi Daguet leur élève un panthéon, en exaltant leur autonomie :

  • 71 Alexandre Daguet, « Panthéon bolzique », op. cit., p. 103.

nos bolzes sont assez riches de leur propre fonds, sans être obligés à recourir à un emprunt quelconque. Les bolzes sont naturels de l’Uechtland, et qui plus est, de Fribourg seul. Les bolzes forment un peuple Autochtone. Entendez-vous bien, Autochtone71.

29Puis, après les bolzes, l’historien s’essaie à la constitution de deux autres panthéons littéraires. Le premier, dévolu à Fribourg, s’avère essentiellement militaire, puisque « le Fribourgeois est né soldat ». En 1887 enfin, Daguet se fait le promoteur d’un Panthéon helvétique qu’il édifie sur l’exemple de la Walhalla constituée par Louis Ier de Bavière :

  • 72 Alexandre Daguet, « Idée d’un Panthéon helvétique », L’Éducateur, 16/1887, p. 254.

Depuis un demi-siècle et plus, nous rêvons, nous, pour la Suisse un Panthéon moins brillant, mais plus vraiment historique, un vrai temple de la gloire nationale où n’entreraient que les grandes individualités qui ont illustré réellement leur pays, dans les lettres, les arts et les sciences ou qui ont marqué dans l’Église et l’État par les services rendus. Ce temple serait placé comme la Walhalla sur une hauteur imposante qui dominerait tout le paysage. Mais les objections pleuvent lorsqu’il s’agit de la réalisation de ce beau rêve. L’argent d’abord, puis le choix du lieu et celui des personnages qui mériteraient de figurer dans ce temple de la mémoire72.

  • 73 Gonzague de Reynold, « Notre romantisme », La vie romantique au pays romand, Lausanne, Éditions Fr (...)
  • 74 À cet égard, Anne-Marie Thiesse a montré l’importance de la construction des identités locales dan (...)

30Dans son étude sur le réalisme et le romantisme en Suisse romande, Gonzague de Reynold distingue un double mécanisme structurel : le réalisme accorde aux régions et aux petites républiques nouvellement nées d’exister et de prendre conscience de leurs particularismes, de se constituer un esprit et des traditions. Quant au romantisme, il permettra aux cantons romands de s’attacher à la vieille Suisse. Ainsi, pour de Reynold, « il est naturel que le réalisme trouve surtout à s’exercer dans l’observation du milieu restreint de la cité, la patrie cantonale, et qu’on mette, en revanche, du romantisme dans l’effort de s’‘‘helvétiser’’, lorsque l’on peint ou décrit les Alpes, lorsque l’on évoque l’histoire suisse73 ». L’empreinte littéraire de Daguet peut donc se comprendre au travers de cette dialectique, cet équilibre entre romantisme national et réalisme régional. Autant de matriochkas patriotiques avec lesquelles il convenait de jongler et qui s’expliquent par les propriétés mêmes du fédéralisme suisse, partagé en trois niveaux politiques qu’il s’agissait de valoriser. Mais là encore, il ne s’agit nullement d’une spécificité helvétique, puisque l’on retrouve les mêmes phénomènes en France comme l’ont montré Anne-Marie-Thiesse et Jean-François Chanet dans leurs études sur les petites patries74. Il n’en reste pas moins, et c’est là tout le paradoxe de cet homme, que Daguet historien national et littérateur s’est fait le pourfendeur de la France et, éducateur, n’a cessé de multiplier les correspondances et les amitiés outre-Rhône au nom de l’universalité de la pédagogie.

Daguet pédagogue… et la France fut

31Sur les conseils du Père Girard, le jeune Daguet construit d’abord sa pensée pédagogique par l’étude des éducateurs allemands du XVIIIe siècle. Ses premières références sont à chercher chez August Hermann Francke, Johann Bernhard Basedow, chez les catholiques Friedrich Eberhard Rochow et Johann Michal Sailer, chez August Hermann Niemeyer et Gustav Friedrich Dinter, les maîtres de l’école éclectique. Ainsi Daguet n’a été l’homme d’aucun système. Il a suivi sa vie durant le conseil d’une de ses maximes préférées : « essayez tout et retenez ce qui est bon. » Il a ainsi poussé l’éclectisme et l’ouverture vers l’altérité dans des limites parfois difficilement tolérables pour ses contemporains, notamment lorsque les nations commençaient à se refermer sur elles-mêmes en dévalorisant les idées exotiques des voisins. Continuellement à l’affût de toute innovation, il s’est mis en relation avec ses homologues français. Restituer ces liens à partir de l’immense correspondance de Daguet est intéressant à plus d’un titre, car elle permet d’éclairer des réseaux effacés.

32On l’a vu, c’est au congrès de Besançon, en septembre 1840, que Daguet fréquente pour la première fois le monde scientifique français et se lie avec le pestalozzien Marc-Antoine Jullien. En juin 1849, il se rapproche de Paris en devenant membre titulaire de l’Institut catholique Athénée universel, un centre de conférences sur les sciences et les techniques qui demeure également un lieu de rassemblement de l’opposition libérale au gouvernement. Daguet va par ailleurs forger des liens durables avec la Savoie, avant même qu’elle devienne française en 1860. En 1857, sur la proposition de Vincent Bouvard, il est nommé membre honoraire de l’association florimontane d’Annecy, puis de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie de Chambéry. Professeur au lycée impérial de cette ville, Bouvard s’est formé à Fribourg auprès du Père Girard. Rappelons que c’est un réseau tout à fait spécifique qui se met en place entre Fribourg et Chambéry, puisque Bouvard – « le père des Suisses en Savoie » – va se faire le protecteur des professeurs fribourgeois libéraux destitués sous le régime conservateur de 1857.

  • 75 Alexandre Daguet, « M. Jean Macé, à Neuveville, et la Ligue de l’enseignement en France », L’Éduca (...)
  • 76 « Nous regrettons vivement qu’il n’ait pas jugé à propos de se fixer à Neuchâtel, où nous avons eu (...)

33La guerre de 1870 déloge Jean Macé de Strasbourg, où il se consacre au soulagement des blessés, et le contraint à prendre le chemin de la Suisse. Le grand instigateur de la Ligue de l’enseignement, au nombre des fugitifs, s’arrête au bord du lac de Bienne, dans la première localité de langue française qu’il trouve sur sa route75. Il profite de ce séjour forcé à La Neuveville pour y donner une conférence et faire connaître sa Ligue. Il rencontre Daguet à Neuchâtel76, qui se fera dès lors un des principaux diffuseurs du credo associationniste de Macé en Suisse romande et son défenseur dans L’Éducateur :

  • 77 Ibid.

Aussi l’œuvre de M. Macé a-t-elle fait son chemin, non seulement en France et en Algérie, mais en Belgique, en Italie, en Espagne, où il compte comme co-sociétaires des hommes comme Emilio Castelar, le recteur de l’académie De Castro et le populaire publiciste Firmin Caballero. La Ligue de l’enseignement mérite aussi toute la sympathie des instituteurs de la Suisse romande77.

34De plus, il convient de s’arrêter sur la débâcle lors de la guerre franco-prussienne de l’armée de l’Est commandée par Charles Denis Bourbaki (1816-1897) et sur son internement en Suisse à la fin janvier 1871 : il favorisa un transfert de savoirs scolaires entre la Suisse romande et la France. James Guillaume, témoin des événements, raconte l’entrée des troupes françaises dans la ville de Neuchâtel :

  • 78 James Guillaume, L’internationale : documents et souvenirs (1864-1878), t. II, IIIe partie, chap. (...)

Le 29 janvier et les jours suivants, j’assistai au lugubre défilé de l’armée Bourbaki, qui traversa presque toute entière la ville de Neuchâtel. Ce spectacle nous donna l’ineffaçable impression des atroces réalités de la guerre. Je vois encore les malheureux Français, lignards, zouaves, turcos, mobiles, dragons, descendant en une interminable colonne, incessamment renouvelée, la route des Terreaux, mornes, lamentables, affamés, écrasés de fatigue, les pieds presque toujours enveloppés de linges ou de paille. On ne pouvait pas, dans une ville de quinze mille habitants, loger trente à quarante mille hommes ; la troupe bivouaquait où elle pouvait ; la nuit venue, des soldats incapables de faire un pas de plus, restaient affalés dans la rue, sur les trottoirs, grelottants ; j’en recueillis une trentaine, deux soirs de suite, dans le local de l’imprimerie ; pendant ce temps, certains jeunes officiers, des bonapartistes assurément, sans s’occuper de leurs hommes, s’attablaient dans les cafés où la population, indignée, les huait. De toutes parts, les habitants s’empressaient pour soigner les blessés, les éclopés aux pieds gelés, les malades, qu’on installa dans les écoles et dans un temple, transformés en infirmerie ; chacun leur apportait des provisions, des vêtements, du linge, des chaussures. Au bout de quelques jours, la plus grande partie de l’armée avait été disséminée en différentes régions de la Suisse, et il ne resta à Neuchâtel et aux environs que quelques milliers d’hommes. Ces pauvres gens avaient apporté avec eux toutes sortes de maladies, entre autres la petite vérole noire, qui sévit pendant plusieurs mois à Neuchâtel. Les membres de l’Internationale furent parmi les plus zélés à se dévouer comme infirmiers volontaires ; et quelques-uns d’entre eux, qui se trouvèrent avoir la vocation, se transformèrent pendant un certain temps en infirmiers professionnels, rétribués par la ville78.

  • 79 Voir Stéphane José Gaggero, Politique d’accueil de l’armée Bourbaki, février-mars 1871, université (...)
  • 80 Rapport Davall, cité par Stéphane José Gaggero, op. cit., p. 61.

35Stéphane José Gaggero a analysé le zèle déployé par les autorités scolaires romandes pour occuper et scolariser ces soldats français79. En février 1871, le conseil d’État du canton de Vaud décide de leur organiser des conférences afin de pourvoir à leur instruction. À raison d’une heure par jour, des professeurs et des intervenants bénévoles dispensent des cours d’histoire, d’hygiène et de morale républicaine : « on leur développa les premiers principes de l’instruction civique, on exposa la Constitution qui régit la Suisse, sa situation politique, industrielle, commerciale, son organisation intérieure, civile et militaire80 ». On observe un déroulement similaire à Genève, où le régent Paul Pautry donne des cours de trois heures et demie par jour à une centaine d’internés. Ces leçons servent également de laboratoire pédagogique durant lesquelles le régent teste notamment diverses méthodes de lecture. Pareille situation à Fribourg, où tous les établissements d’instruction publique ont été évacués par les indigènes et ont servi à l’internement des militaires français. À cet égard, Daguet espère un transfert des valeurs républicaines vers la France :

  • 81 Alexandre Daguet, « Correspondance de Fribourg », L’Éducateur, 8/1871, p. 121-122.

Si les tristes événements qui viennent de s’accomplir, ont été généralement nuisibles à la cause de l’instruction populaire, espérons au moins que le séjour momentané de 85 000 soldats français en Suisse, aura pour conséquence le développement des institutions démocratiques en France. En général, les internés ont su apprécier les bienfaits de la liberté dont nous jouissons dans notre heureux pays ; ils ont compris que la paix, la prospérité et le bonheur d’un peuple, sont facilités grandement par la République. Puissent-ils, de retour dans leurs foyers, transmettre à leurs compatriotes les idées qu’ils ont puisées en Suisse, en se rappelant toutefois que la démocratie sans l’instruction est une chimère81.

  • 82 Alexandre Daguet, « La guerre de 1870. L’Humanité recule, instituteur, as-tu fait ton devoir ? », (...)
  • 83 . Lettre de F. Passy à Daguet, Pornic, 16 avril 1871, AEN, Fonds Daguet.
  • 84 Lettre de F. Passy à Daguet, Neuilly-sur-Seine, 3 avril 1871, AEN, Fonds Daguet.

36La guerre de 1870 mit indirectement Daguet en relation avec l’économiste Frédéric Passy, qui recevra en 1901 le premier prix Nobel de la paix avec Henri Dunant. Passy découvre en effet un article de Daguet dans le Progrès de Bruxelles. Interpellé par son plaidoyer contre la guerre franco-prussienne82, il lui écrit afin de reproduire ses lignes dans l’organe de la Société française des amis de la paix. Cet échange est à l’origine d’une amitié et d’une correspondance de plus de vingt ans, basée sur la conviction commune qu’une régénération de la société est possible via l’éducation pacifiste de la jeunesse : « La lutte est plus que jamais entre la barbarie et la civilisation ; et c’est à l’éducation de l’enfance qu’appartient la perte ou le salut de la Société européenne83 » écrit Passy en 1871. C’est que ce promoteur de l’instruction populaire demeurait particulièrement attentif à ce qui se faisait en Suisse française. En 1871, afin de mieux faire connaître la pédagogie romande en France, il propose à Daguet de soumettre L’Éducateur aux instituteurs français via le canal de la fameuse bibliothèque Franklin84.

  • 85 Gustave Vapereau, L’année littéraire et dramatique ou Revue annuelle des principales productions d (...)

37Suite au traumatisme de 1871 et au passage de Ferdinand Buisson à Neuchâtel, on note une évolution dans les rapports qu’entretient Daguet avec la France. Dorénavant, c’est essentiellement avec le monde protestant qu’il correspond. Il faut notifier qu’une erreur de Gustave Vapereau, qui l’introduit en France dans L’année littéraire de 1868 en tant qu’« historien dévoué au protestantisme85 » va achever d’établir sa réputation. Daguet rencontre probablement Henri Bordier (1817-1888) durant l’été 1863, lorsque ce dernier passe par Fribourg pour se rendre à Munich. Cet historien protestant, diplômé de l’École nationale des chartes, quitta comme Michelet son poste d’archiviste aux Archives nationales par opposition à Napoléon III, mais aussi afin de constituer la Bibliothèque du protestantisme français. À cet effet, il avait l’habitude de séjourner chaque été à Genève et de mener ainsi des recherches pour travailler sur une nouvelle édition de La France protestante (1877-1888), restée inachevée. Bordier profita largement des connaissances historiques de Daguet, leurs échanges se focalisant d’ailleurs sur les mythes fondateurs de la Suisse dont Bordier s’était fait une petite spécialité. C’est lui qui recommande le célèbre publiciste Édouard Charton (1807-1890) à son ami. Le fameux rédacteur du Magasin pittoresque souhaite en effet se rendre en Suisse romande afin d’étudier divers systèmes scolaires cantonaux :

  • 86 . Lettre de H. Bordier à Daguet, Paris, 5 mai 1873, AEN, Fonds Daguet.

Je suis persuadé que M. Édouard Charton n’aura pas moins de plaisir à vous entendre. Toutefois le but de son voyage est de recueillir des renseignements et non des compliments. Presque tous ceux qui savent lire connaissent le Magasin Pittoresque et peuvent croire sans peine que celui qui dirige depuis 40 ans cette excellente publication a été toute sa vie préoccupé de pédagogie. C’est donc un de vos confrères, mon cher Professeur, jadis élève de Pestalozzi et du Père Girard. Je n’ai pas besoin de plus longue introduction pour être persuadé que Monsieur Charton et vous aurez tous deux plaisir à causer ensemble et je vous recommande seulement de boire à ma santé. Ne vous gênez pas pour placer dans vos entretiens la démagogie à côté de la pédagogie, car M. Charton siège à notre Assemblée nationale de Versailles sur des bancs dont le rouge peut s’harmoniser avec votre républicanisme86.

  • 87 Lettre de É. Charton à sa femme Hortense, Neuchâtel, 9 mai 1873, in Édouard Charton, Correspondanc (...)
  • 88 Ibid, p. 1639.
  • 89 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 10 février 1875, AEN, Fonds Daguet.

38Charton visite les écoles neuchâteloises le 8 mai 1873, au titre de délégué cantonal de la Seine-et-Oise et de député. Son affectation récente au musée pédagogique (1872) prononcée par Jules Simon n’est certainement pas étrangère à ce bref séjour d’études. Il passe un jour et demi dans l’ancienne cité prussienne, y rencontre Daguet ainsi qu’un libraire et visite le musée87. Le lendemain il est à Lausanne et écrit à sa femme : « J’ai passé utilement plusieurs heures : mais j’espère bien en apprendre plus ici sur l’instruction primaire. Le professeur Daguet m’a donné quelques mots de recommandation88. » À partir de cette rencontre, les deux érudits échangent une amitié sincère et complice. Charton va publier plusieurs textes de son confrère suisse dans le Magasin pittoresque : « mon intention est de vous faire d’autres emprunts : je serai toujours heureux de vous citer. Nous avons, ce me semble, même but et mêmes sympathies89 », lui écrit-il en février 1875. Cette unité de vues s’explique par l’intérêt que les deux hommes vouent à l’œuvre du Père Girard. Rappelons que Charton fut le rédacteur du Bulletin de la société pour l’instruction élémentaire qui fit connaître l’enseignement mutuel sur le continent. Après 1848, ce saint-simonien fut appelé par Hippolyte Carnot au poste de secrétaire général du ministère de l’Instruction publique. Or, Carnot tenta de naturaliser la pédagogie de Girard en France. Nul hasard, donc, si Charton quémande à plusieurs reprises quelques textes du cordelier auprès de Daguet :

  • 90 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 18 mai 1875, AEN, Fonds Daguet.

Avez-vous publié votre livre sur le P. Girard ? En ce moment, j’ai soif de tout ce qui se rapporte à cet excellent homme : mais il est extrêmement difficile de se procurer ses écrits : les uns ne sont plus dans le commerce, les autres sont dans des recueils, qu’on ne trouve pas aisément. La notice de M. Ernest Naville est bonne, mais bien courte. Je ne compte que sur vous90.

39Mais c’est son Manuel de pédagogie, publié chez le frère de James Guillaume, qui intéresse Charton :

  • 91 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 20 avril 1873, AEN, Fonds Daguet.

Je suis ravi de votre manuel. C’est le meilleur de tous ceux que je connais. J’ai passé presque toute ma journée à le lire et à en faire des extraits. Je ne vois pas une seule de vos considérations qui ne me paraisse juste. Vous avez réveillé en moi le regret que j’ai eu longtemps de ne pas m’être fait instituteur : j’avais, je crois, la vocation. Je vous citerais plus d’une fois91.

  • 92 Lettre de B. Berger à Daguet, Paris, 2 mai 1882, AEN, Fonds Daguet.

40Avant qu’il soit refondu dans un ouvrage en 1871, on rappellera que ce cours fut diffusé dans L’Éducateur en quarante-cinq livraisons, espacées entre 1865 et 1868. De ce fait, Daguet a touché la moitié du corps enseignant romand et a pu poser sa vision sur la manière d’appréhender la pédagogie en Suisse romande. Pour autant, c’est de France qu’il reçoit des messages enthousiastes. Bonaventure Berger, le directeur du musée pédagogique, lui fait savoir que « [son] Manuel de pédagogie est au nombre des ouvrages de [la] Bibliothèque circulante et il est très demandé92 » et Charles Defodon lui écrit :

  • 93 Lettre de C. Defodon à Daguet, Paris, 17 septembre 1874, AEN, Fonds Daguet.

Vous ne m’avez pas envoyé votre Manuel de pédagogie, et je le regrette d’autant plus que, d’après une table des matières que j’ai trouvée dans un catalogue de la librairie Sandoz, il me semble que je pourrais en faire usage dans mon cours à l’École normale, et me donner ainsi l’agréable occasion d’en recommander la lecture à mes jeunes Normaliens ; je pense que je pourrais de même en dire de temps en temps quelques mots dans le Manuel général. J’espère donc que vous voudrez bien m’en adresser un exemplaire93.

41À partir de 1877, et plus encore après l’accession de Buisson à la direction de l’instruction primaire en février 1879, Daguet joue le rôle de référence suisse pour les pédagogues de la III e République. En mai 1878, peu avant l’Exposition universelle, l’inspecteur général Guillaume Jost vient chercher des renseignements auprès de Daguet :

  • 94 Lettre de G. Jost à Daguet, Paris, 29 mai 1878, AEN, Fonds Daguet.

Mon ami, M. Defodon, rédacteur de notre Manuel de l’enseignement primaire, m’autorise à me recommander de lui pour vous demander un renseignement sur la Suisse, et, le cas échéant, un service […]. Je dois préparer en vue de l’Exposition universelle un travail sur l’histoire, le développement, les résultats, la situation actuelle des conférences d’instituteurs en France et à l’étranger, et il me semble que sous ce rapport la Suisse occupe une place honorable pour le développement de cette institution si utile aux instituteurs, et peut être citée comme exemple94.

  • 95 Lettre de C. Lamarre à Daguet, Paris, 20 février 1878, AEN, Fonds Daguet.

42Clovis Lamarre, administrateur du collège Sainte-Barbe, vient s’enquérir de renseignements analogues : « Je dois publier chez M. Delagrave, éditeur, une vingtaine de volumes sur les nations qui prennent part à l’exposition, et j’ai pensé qu’il serait agréable à un citoyen de la Suisse de rédiger lui-même le travail qui concerne son pays95. »

  • 96 Persécuté par les ultramontains fribourgeois, il quitte sa ville natale pour diriger l’école norma (...)

43À soixante ans, Daguet s’est peu à peu imposé comme une tête de pont de la pédagogie franco-romande. Quand bien même le Conseil fédéral décide en dernier lieu de ne pas l’envoyer à Paris pour examiner l’Exposition universelle de 1878, il est élevé au rang d’officier d’académie sous le ministère Bardoux le 3 janvier 1879. Si Daguet a vécu un cheminement scientifique tourmenté dans son pays, marqué par deux exils96, c’est davantage à l’international qu’il s’est fait un nom. Ferdinand Buisson n’y est pas étranger, lui qui a constamment diffusé et valorisé les écrits de son collègue en France. Avant de devenir la cheville ouvrière de l’école républicaine, Buisson a trouvé refuge en Suisse romande, comme beaucoup d’autres irréconciliables. Mélangés aux autres réfugiés européens présents dans le repli helvétique et aux intellectuels du cru, ces proscrits français seront les acteurs mais aussi les premiers spectateurs d’une Suisse moderne en construction et dont James Guillaume résume l’émulation :

  • 97 Cité par Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit libertaire dans la Ière Internationale » (...)

Si nous pouvions bavarder, je vous raconterais une foule d’anecdotes et de détails, je vous ferais revivre tout ce milieu neuchâtelois de 1856 à 1866, où le hasard des circonstances avait amené tant de personnalités intéressantes : les Français Versigny, Cantagrel, Chaudey, Erdan, Pascal Duprat, Pierre Leroux, Mlle Clémence Auguste Royer (la traductrice de Darwin) ; les Allemands Karl Vogt et Édouard Desor, Moleschott, Gressly (Soleurois), l’Américain T. Barker, puis les champions du protestantisme libéral français d’alors : Félix Pécaut, Albert Réville, Jules Steeg et leur disciple F. Buisson, etc., etc.97

44Dès 1852, ce sont donc des exilés soucieux de recueillir des références spécifiques qui s’organisent dans leur fourmilière helvétique. Edgar Quinet incarne à l’évidence la figure tutélaire des irréconciliables en Romandie, la conscience de la France hors de France.

Notes

1 Anne-Marie Thiesse, « Nations, internationalismes et mondialisation », Romantisme, n° 163, 1/2014, p. 18.

2 Certains développements de ce chapitre ont fait l’objet de publications : « Des livres pour fabriquer des Romands. Littérature scolaire, transferts culturels et élaboration collective des identités européennes au XIXe siècle, in P. Bühler, T. Bühler, M. Helfenberger & F. Osterwalder (dir.), Erziehung in der europäischen Literatur des 19. Jahrhunderts, Bern, Haupt Verlag, 2014, p. 233-250 ; « Alexandre Daguet (1816-1894) : une histoire pour les Fribourgeois. La fabrication d’un romand cantonal », AF, 76/2014, p. 47-56.

3 Voir la biographie en deux parties de Daguet dressée par Auguste Schorderet, « Alexandre Daguet et son Temps », AF, 1/1920, p. 1-14 et 2-3/1920, p. 49-86.

4 Sur l’histoire de Fribourg, voir Roland Ruffieux (dir.), Histoire du Canton de Fribourg, 2 vol., Fribourg, Imprimerie Fragnière, 1981 ; Francis Python (dir.), Fribourg, une ville aux XIXe et XXe siècles, Fribourg, Éditions La Sarine, 2007 ; Alain-Jacques Tornare, L’Histoire des Fribourgeois et de la Suisse, Bière, Éditions Cabédita, 2012.

5 Voir Olivier Meuwly, Les penseurs politiques du XIXe siècle. Les combats d’idées à l’origine de la Suisse moderne, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2007, p. 61-91.

6 Alexandre Daguet, « Entretiens d’outre-tombe entre le P. Girard et le Président Laurent Frossard », L’Éducateur, 1/1875, p. 7.

7 Alexandre Daguet, Quelques idées pour la réorganisation de l’instruction publique dans le canton de Fribourg, Fribourg, L.-J. Schmidt, 1848, p. 7-8.

8 Au sujet du séjour d’Agrippa en Helvétie, on lira la notice d’Alexandre Daguet, « Cornélius Agrippa chez les Suisses », Archives de la Société d’histoire du canton de Fribourg, vol. 2, cahier 5, 1856, p. 132-170.

9 Alexandre Daguet, « Illustrations fribourgeoises », op. cit. p. 2.

10 Alexandre Daguet, Histoire de la Confédération suisse, t. 2, Genève-Bâle-Lyon, H. Georg Librairie-Éditeur, 1880, 7ème édition, p. 530.

11 Grégoire Girard, Quelques souvenirs de ma vie avec des réflexions, Fribourg, Société fribourgeoise d’éducation, 1948, p. 45.

12 Ibid., p. 47.

13 Auguste Schorderet, « Alexandre Daguet et son Temps », AF, 2-3/1920, p. 60 sq.

14 Georges Andrey, Les émigrés français dans le canton de Fribourg (1789-1815), Neuchâtel, Imprimerie Paul Attinger, 1972, p. 355.

15 Voir Martin Nicoulin, La genèse de Nova Friburgo : émigration et colonisation suisse au Brésil (1817-1827), Fribourg, Éditions universitaires, 1973.

16 Cité par Jan Pauchard, « L’histoire d’un exode suisse », L’Illustré, récupéré du site de la revue :nothing

17 Cédric Krattinger, L’idéologie de Georges Joseph Schmitt diffusée dans Le Confédéré (1854-1869). Entre radicalisme républicain et socialisme associationniste, université de Fribourg, mémoire de licence, 1997, p. 218.

18 Alexandre Daguet, Notice sur la vie et les travaux de la Société d’études de Fribourg, depuis sa fondation en 1838 jusqu’en 1854, Fribourg, L.-J. Schmidt, p. 38.

19 Alexandre Daguet, « Illustrations fribourgeoises », L’Émulation, 11/1842, p. 1. On notera qu’à la fondation de la ville en 1157, Berchtold IV de Zaehringen, de père souabe et de mère bourguignonne, hésita à adopter le roman ou l’alémanique comme langue officielle, faisant de Fribourg une ville bilingue « dès le berceau ».

20 Alexandre Daguet, « L’instruction publique à Fribourg », L’Éducateur, 14/1881, p. 216.

21 Eulalie de Senancour (1791-1873), fille d’Étienne Pivert de Senancour et de Marie-Françoise Daguet dont Alexandre est un parent éloigné. Née à Agy près de Fribourg, elle y vécut jusqu’en 1802, avant de rejoindre son père à Paris. Partagée entre ses deux identités, elle fera plusieurs séjours en Suisse. Elle meurt à Fontainebleau.

22 Cité par Philippe Gariel, « Eulalie de Senancour et ses amis fribourgeois, d’après sa correspondance inédite avec A. Daguet (1844-1857) », Revue de littérature comparée, 13/1933, p. 404.

23 Paul Bondallaz, « Le mouvement littéraire en pays fribourgeois vers 1850 », AF, 1/1919, p. 2-3.

24 Alexandre Daguet, « Histoire de la pédagogie », L’Éducateur, 2/1870, p. 19.

25 Voir Daniel Furer, Gründervater der modernen Schweiz. Ignaz Paul Vital Troxler (1780-1866), université de Fribourg, thèse de doctorat, 2009.

26 « Tu me demandais dans ta dernière lettre comment tu pourrais te mettre en rapport avec la Démocratie pacifique. Je t’en ai envoyé un numéro. Si tu veux lui adresser des articles helvétiens, politiques, bien soignés je ne doute pas qu’ils ne soient bien accueillis » (lettre de M. Buchon à Daguet, Salins, 20 janvier 1845, AEF, Fonds Daguet).

27 Henri Perrochon, « Le Franc-Comtois Mac Buchon », op. cit. p. 19.

28 Lettre de Daguet à Victor Cousin, Fribourg, 15 août 1850, Bibliothèque de la Sorbonne, Fonds Cousin, MSVC 224 : correspondance générale, t. XI.

29 Journal de Genève du 18 mai 1852, p. 1.

30 Louis Reybaud, Études sur les réformateurs contemporains ou socialistes modernes : Saint-Simon, Fourier, Owen, Paris, Librairie Guillaumin, 1839.

31 Alexandre Daguet, Notes de mes lectures d’avril 1840, AEF, Fonds Daguet.

32 Lettre de la légation suisse de Paris à Daguet du 5 juillet 1871, AEN, Fonds Daguet.

33 Lettre de G. Courbet à sa sœur Juliette, 3 mars 1872, Correspondance de Courbet, Paris, Flammarion, 1996, p. 404.

34 Voir le numéro thématique de la revue Patrimoine fribourgeois consacré au château de Gruyères, n° 16, décembre 2005. Sur les rapports entre Courbet et la Suisse, voir Laurence Madeline (dir.), Gustave Courbet, les années suisses, catalogue de l’exposition présentée au musée Rath de Genève, Versailles, Art Lys, 2014 ; Pierre Chessex, Courbet et la Suisse, Vevey, Säuberlin & Pfeiffer, 1982.

35 Lettre de Buchon à Daguet du 12 février 1847, AEN, Fonds Daguet.

36 Daniel Maggetti, L’Invention de la littérature romande 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995 ; Alfred Berchtold, La Suisse romande au cap du XXe siècle. Portait littéraire et moral, Lausanne, Payot, 1966 ; Roger Francillon et Doris Jakubec (éds), Littérature populaire et identité suisse. Récits populaires et romans littéraires : évolution des mentalités en Suisse romande au cours des cent dernières années, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1991 ; Roger Francillon, Histoire de la littérature en Suisse romande, 4 tomes, Lausanne, Payot, 1996-1999 et du même, De Rousseau à Starobinsky. Littérature et identité suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2011.

37 Cité dans Alexandre Fontaine, « L’intellectuel fribourgeois Alexandre Daguet, un exemple de modération pour notre temps », Spectrum, 1/2010, p. 20.

38 Le bimensuel L’Émulation, recueil agricole, industriel, commercial, historique et littéraire, paraît chez Louis-Joseph Schmidt (fils d’un imprimeur alsacien qui vint s’établir à Fribourg vers 1786) de 1841 à 1846, puis dans une seconde phase de 1852 à 1856. Sur l’histoire de la revue, on lira Jean-Maurice Uldry, L’Émulation (1841-1846 et 1852-1856). Analyse de la première revue culturelle fribourgeoise, mémoire de licence, université de Fribourg, 2003.

39 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française, L’Émulation, 5/1856, p. 369.

40 Jeanne Niquille, « Un portrait d’Alexandre Daguet », NEF, 62/1929, p. 206.

41 Anne-Marie Thiesse, « La lente invention des identités nationales », Le Monde diplomatique, juin 1999, p. 12.

42 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », op. cit., p. 333-334.

43 Alexandre Daguet, « Fêtes de l’Aïd-el-Kebir à Constantine. Fantasia arabe », L’Émulation, 11/1843, p. 85, article reproduit de L’Algérie.

44 Alexandre Daguet, « La Suisse et la Circassie », L’Émulation, 17/1841, p. 7-8.

45 Daniel Maggetti, op. cit., p. 21.

46 Simone de Reyff, « L’“idéal favori” d’Alexandre Daguet ou les pages littéraires de L’Émulation », Cahiers du musée gruyérien, 5/2005, p. 35.

47 Alexandre Daguet, « Scènes de la vie d’un maître d’école par Jeremias Gotthelf », L’Émulation, 1/1852, p. 358 (traduction de Gotthelf, Leiden und Freuden eines Schulmeisters, 1838).

48 Luigi Cicconi (1804-1856), poète et patriote italien, séjourne cinq ans à Paris dès 1835 où il se liera avec Chateaubriand, Mickiewicz, Hugo et collaborera à la Gazette de France notamment.

49 Alexandre Daguet, « Des phases diverses de la poésie italienne et de sa mission actuelle (traduit de l’italien de Luigi Cicconi) », L’Émulation, 13/1846, p. 203.

50 Voir Rahel Willi, « Un regard sur la Russie », Cahiers du musée gruyérien, 5/2005, p. 51-56.

51 Alexandre Daguet, « Des phases diverses de la poésie italienne et de sa mission actuelle », op. cit., p. 201-202.

52 . Ibid.

53 Étienne Eggis (1830-1867), né à Fribourg, il devient précepteur en Bavière, avant de s’établir à Paris. Porté par Arsène Houssaye, Eggis se fait connaître par ses recueils de poèmes. Incompris, il mène une vie de bohème, parcourt l’Europe et meurt de la tuberculose à Berlin en 1867. Voir Martin Nicoulin et Michel Colliard, Étienne Eggis, poète et écrivain, 1830-1867, Fribourg, Éditions de la Sarine, 1980 ainsi que Philippe Gariel, Fribourg et le romantisme : Étienne Eggis (1830-1867), Fribourg, Imprimerie Saint-Paul, 1930.

54 Xavier Kohler, « Revue bibliographique. En causant avec la lune, poésies par Étienne Eggis », L’Émulation, 1/1852, p. 121.

55 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », op. cit., p. 2.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Thomas Lau a remarquablement montré la redirection des élites suisses vers le modèle culturel hollandais suite à la révocation de l’Édit de Nantes dans “Stiefbrüder” : Nation und Konfession in der Schweiz und in Europa (1656-1712), Köln, Böhlau, 2008.

59 Roger Francillon, De Rousseau à Starobinsky. Littérature et identité suisse, op. cit., p. 21.

60 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, op. cit., p. 32.

61 Roger Francillon, op. cit., p. 52.

62 François Vallotton, L’édition romande et ses acteurs 1850-1920, Genève, Slatkine, 2001, p. 69.

63 . Gazette de Lausanne du 21 octobre 1842, p. 1.

64 Alexandre Daguet, « Revue des principaux écrivains de la Suisse française », L’Émulation, 1856, p. 2-3.

65 Alexandre Daguet, « Littérature populaire. Scènes de la vie villageoise en Suisse », L’Émulation, 1/1852, p. 65-74.

66 Alexandre Daguet, « Littérature populaire de Suisse », op. cit., p. 392.

67 Alexandre Daguet, « De quelques essais dans le vieil idiome romand », L’Émulation, 10/1842, p. 7.

68 Voir Viviane Aeby, « Patois contre français. La querelle des “Tsévreis” », Cahiers du musée gruyérien, 5/2005, p. 39-44.

69 Alexandre Daguet, « Panthéon bolzique. Mémoires d’un sonneur de Saint-Nicolas », L’Émulation, 13/1843.

70 Voir Isabelle Eichenberger, « Nei, dasch zvüu, tu me connais ! », article en ligne.

71 Alexandre Daguet, « Panthéon bolzique », op. cit., p. 103.

72 Alexandre Daguet, « Idée d’un Panthéon helvétique », L’Éducateur, 16/1887, p. 254.

73 Gonzague de Reynold, « Notre romantisme », La vie romantique au pays romand, Lausanne, Éditions Freudweiler-Spiro, 1930, p. 11.

74 À cet égard, Anne-Marie Thiesse a montré l’importance de la construction des identités locales dans le discours national, en éclairant la pédagogie de valorisation du local entreprise sous la IIIe République. Voir A.-M. Thiesse, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, ainsi que Jean-François Chanet, L’école républicaine et les petites Patries, Paris, Aubier, 1996.

75 Alexandre Daguet, « M. Jean Macé, à Neuveville, et la Ligue de l’enseignement en France », L’Éducateur, 20/1870, p. 307.

76 « Nous regrettons vivement qu’il n’ait pas jugé à propos de se fixer à Neuchâtel, où nous avons eu cependant l’occasion de le voir et de nous entretenir avec cet homme aussi intéressant que distingué », (A. Daguet, « M. Jean Macé, à Neuveville », op. cit., p. 307).

77 Ibid.

78 James Guillaume, L’internationale : documents et souvenirs (1864-1878), t. II, IIIe partie, chap. VI, p. 2.

79 Voir Stéphane José Gaggero, Politique d’accueil de l’armée Bourbaki, février-mars 1871, université de Neuchâtel, mémoire de master, 2010, notamment p. 58-70.

80 Rapport Davall, cité par Stéphane José Gaggero, op. cit., p. 61.

81 Alexandre Daguet, « Correspondance de Fribourg », L’Éducateur, 8/1871, p. 121-122.

82 Alexandre Daguet, « La guerre de 1870. L’Humanité recule, instituteur, as-tu fait ton devoir ? », L’Éducateur, 18/1870, p. 273-274.

83 . Lettre de F. Passy à Daguet, Pornic, 16 avril 1871, AEN, Fonds Daguet.

84 Lettre de F. Passy à Daguet, Neuilly-sur-Seine, 3 avril 1871, AEN, Fonds Daguet.

85 Gustave Vapereau, L’année littéraire et dramatique ou Revue annuelle des principales productions de la littérature française et des traductions des œuvres les plus importantes des littératures étrangères, classées et étudiées par genres, Paris, Hachette, 1868, p. 255-256.

86 . Lettre de H. Bordier à Daguet, Paris, 5 mai 1873, AEN, Fonds Daguet.

87 Lettre de É. Charton à sa femme Hortense, Neuchâtel, 9 mai 1873, in Édouard Charton, Correspondance générale 1824-1890, vol. II, éditée et annotée par Marie-Laure Aurenche, Paris, Honoré Champion Éditeur, 2008, p. 1638.

88 Ibid, p. 1639.

89 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 10 février 1875, AEN, Fonds Daguet.

90 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 18 mai 1875, AEN, Fonds Daguet.

91 Lettre de É. Charton à Daguet, Versailles, 20 avril 1873, AEN, Fonds Daguet.

92 Lettre de B. Berger à Daguet, Paris, 2 mai 1882, AEN, Fonds Daguet.

93 Lettre de C. Defodon à Daguet, Paris, 17 septembre 1874, AEN, Fonds Daguet.

94 Lettre de G. Jost à Daguet, Paris, 29 mai 1878, AEN, Fonds Daguet.

95 Lettre de C. Lamarre à Daguet, Paris, 20 février 1878, AEN, Fonds Daguet.

96 Persécuté par les ultramontains fribourgeois, il quitte sa ville natale pour diriger l’école normale de Porrentruy dans le Jura bernois entre 1843 et 1848. En 1866, il s’installe définitivement à Neuchâtel où l’académie l’a nommé professeur d’histoire et de pédagogie.

97 Cité par Marc Vuilleumier, « James Guillaume, de l’esprit libertaire dans la Ière Internationale », http://www.increvables-anarchistes.org/articles/themes/biographies/james-guillaume

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search