Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Première partie. Relier les espaces pédagogiques

1. L’éveil d’une diplomatie scolaire

Texte intégral

  • 1 Voir Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions (...)
  • 2 Voir Pascale Casanova, La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999].
  • 3 Sur le réseau des Suisses à Berlin, voir Martin Fontius et Helmut Holzhey, Schweizer im Berlin des (...)
  • 4 Voir Loïc Chalmel, La petite école dans l’école. Origine piétiste-morave de l’école maternelle fra (...)

1Le XVIIIe siècle se singularise par son ouverture considérable sur l’espace public. Les savants, les érudits, les philanthropes et les marchands jouissent de réseaux qui se sont substantiellement développés depuis la maîtrise des quatre parties du monde1 engagée par les acteurs de la monarchie catholique (1580-1640) et la naissance d’une république mondiale des lettres vers la fin du XVIe siècle2. On évoquera par exemple le réseau constitué par les Suisses présents dans l’académie royale des sciences de Prusse, suite à son renouvellement de janvier 1744. Berlin, alors microcosme cosmopolite et capitale mondiale de la science, rassemble Leonhard Euler rapatrié de Saint-Pétersbourg par le président Maupertuis, les frères Bernoulli, Johann Georg Sulzer, Johann Caspar Lavater ou Johann Bernhard Merian3. La pédagogie s’inscrit pleinement dans ce tissu de circulations et l’on assiste, vers la fin du siècle, à l’émergence d’une « diplomatie scolaire » entendue comme un réseautage de plus en plus structuré constitué d’une élite en voyage et permettant les transferts de savoirs et de pratiques pédagogiques en Occident4.

  • 5 Voir Michel Espagne, L’ambre et le fossile. Transferts germano-russes dans les sciences humaines X (...)
  • 6 Voir Dominique Picco, « Le plan d’Ivan Betskoï pour l’Institut des demoiselles nobles de Smolny, m (...)
  • 7 Nicolas Gabriel Leclerc, Abrégé des études de l’homme fait, en faveur de l’homme à former, dédié a (...)

2Les idées pédagogiques s’exportent dorénavant d’Allemagne en Russie et se répandent dans toute l’Europe5. Nicolas Gabriel Clerc, dit Leclerc (1726-1798), savant français envoyé par Louis XV en mission à l’étranger, s’installe à Pétersbourg et y dirige les établissements de Catherine II avant de se charger de la traduction française des projets éducatifs de la tsarine qui devaient contribuer à faire émerger l’image d’une souveraine éclairée dans toute l’Europe6. De retour en France, Leclerc propose de ressusciter les idées novatrices du pédagogue allemand Johann Bernhard Basedow (1724-1790) et présente un plan d’éducation nationale à l’Assemblée constituante française7. Un moine préoccupé d’éducation dans la petite ville catholique de Fribourg en Suisse résume ce réveil d’une nouvelle conscience pédagogique née de la rupture fondamentale de 1789 et stimulée grâce à l’émergence d’une diplomatie scolaire résolument tournée vers les relations transnationales :

  • 8 Grégoire Girard, Discours de clôture du 9 septembre 1818 (1805-1822), Fribourg, Société fribourgeo (...)

Le Russe, le Polonais et le Grec se portent vers l’Occident pour demander ce que l’on fait pour l’instruction de la jeunesse. L’Anglais sort de son île, avide de recueillir sur la terre ferme quelques nouvelles ressources pour sa chère jeunesse : le Français passe la mer, animé du même désir ; il compare les écoles britanniques avec les écoles nationales pour composer son système amélioré. De retour sur le continent, il contemple avec satisfaction les modestes et touchantes institutions de la Hollande, les plus anciennes de toutes, et remonte le Rhin pour visiter la pensive Germanie. Nos Alpes sont comme le rendez-vous des voyageurs. Ici se fait l’échange de graves et bienveillantes pensées à la vue de nos rocs pelés, de nos glaciers, de nos riantes verdures et de nos belles eaux. Célèbre par deux grands noms, notre Helvétie est regardée comme une terre classique de l’éducation8.

Le nouvel horizon du Père Girard

  • 9 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son Temps. Histoire de la vie, des doctrines et des travaux de (...)

3Qui est donc ce moine franciscain, figure centrale mais également atypique des Lumières fribourgeoises du second XVIIIe siècle ? Grégoire Girard (1765-1850), plus connu sous le nom de Père Girard, entre dans l’ordre des Franciscains en 1782 puis s’en va à Wurtzbourg suivre des études de philosophie et de théologie. Sa trajectoire et son œuvre sont bien connues, notamment grâce à la biographie dressée par son élève de prédilection, Alexandre Daguet, qui hérita des papiers du maître lors de sa disparition. Soulignons toutefois que Daguet a cherché durant plus de quarante ans à éditer les Mémoires de son mentor en Suisse et ce n’est que grâce à l’appui de deux figures majeures de l’école républicaine, Ferdinand Buisson et Jules Steeg, que ses deux volumes paraîtront à Paris chez Fischbacher en 18969.

  • 10 Voir Supplément du catalogue de la Société économique de Fribourg, Imprimerie L.-J. Schmid, 1858 ( (...)

4La bibliothèque nous en apprend davantage sur l’horizon intellectuel de Girard10. Le moine cénobite est en effet un grand lecteur de Kant : de la Critique de la raison pure à la Métaphysique des mœurs, ce ne sont pas moins de treize ouvrages du philosophe de Königsberg que Girard a lu et enseigné après son retour d’Allemagne. Girard s’attacha à l’étude des deux Raisons, qu’il devait propulser et défendre dans les milieux ultramontains fribourgeois via une interprétation pour le moins personnelle :

  • 11 Ibid., p. 40.

Le philosophe de Königsberg professe d’abord l’idéalisme et devient ensuite, comme il paraît, un athée. Cependant, ce qu’il détruit d’une main, il le rétablit de l’autre. Parlant du devoir, il fait voir que la raison pratique nous ordonne la sainteté, sous promesse d’un bonheur proportionné au mérite ; puis que cette sainteté et cette proportion ne sauraient avoir lieu sans l’immortalité et un Dieu tout-puissant ; enfin, que la raison pratique nous oblige de croire à tous deux, bien que nous ne puissions rien en savoir. Cette philosophie n’est donc pas si immorale, elle n’est pas athée, comme on a voulu le dire ; mais elle prend un chemin insolite pour arriver par la vertu à la religion. En vérité, c’est un beau chemin. C’est celui que prend l’innocence opprimée, qui, s’appuyant sur la conscience, en appelle au témoignage et à la justice du ciel11.

  • 12 François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1 (...)

5D’ailleurs, si François Azouvi et Dominique Bourel ont éclairé l’histoire d’une préréception de la philosophie de Kant en Suisse12, relayée notamment de l’académie de Berlin par Johann Bernhard Merian et diffusée dans les cercles protestants de Genève, on doit également relever l’existence d’un milieu kantien, certes d’importance moindre, au sein des catholiques libéraux suisses dont Girard fut assurément un animateur. Mais sont également à prendre en compte des adversaires ou des déçus du kantisme et en premier lieu Johann Georg Feder ou Friedrich Ludewig Bouterweck, proche de Friedrich Heinrich Jacobi que le moine de Fribourg a dévoré, tout comme l’œuvre du théologien catholique Jakob Salat. Parmi ses auteurs fétiches, on trouve également Friedrich Eduard Beneke, l’adversaire de Hegel. Girard se forme aux lumières écossaises avec Francis Hutcheson, Adam Smith et Adam Ferguson. Par ailleurs, Fichte, Christian Wolf, Schleiermacher et Herder complètent sa bibliothèque, où l’on doit relever la présence surprenante des Œuvres philosophiques de La Mettrie, du Nouveau regard sur la Société de Robert Owen, de la Morale d’Épicure, ainsi que des œuvres complètes de Lessing et de Schelling.

6Le pédagogue Girard, très souvent comparé à son ami Pestalozzi, doit sa réputation, comme on le verra, à une déclinaison personnalisée de l’enseignement mutuel. Surtout, il participe à la protohistoire de la pédagogie, qui s’articule autour d’une multitude de connexions, d’absorptions et de transferts éducationnels pensés à l’international. C’est Marc-Antoine Jullien (1775-1848) qui, l’un des premiers, va convoquer les hommes d’école d’Europe occidentale afin de mener une étude comparative d’envergure, centrée dans un premier temps sur la constellation franco-suisse.

Le transfert manqué de Jullien de Paris

  • 13 Pedro Rossello, Marc-Antoine Jullien de Paris, père de l’éducation comparée et précurseur du Burea (...)
  • 14 Pierre de Vargas, « L’héritage de Marc-Antoine Jullien, de Paris à Moscou », Annales historiques d (...)
  • 15 Sur la trajectoire de Jullien, voir notamment Jacqueline Gautherin, « Marc-Antoine Jullien de Pari (...)
  • 16 Jacqueline Gautherin, op. cit., (version du BIE, 2000) p. 3.

7Bien que l’on ait hissé au pinacle Marc-Antoine Jullien en le proclamant père de l’éducation comparée et précurseur des organisations internationales, sa trajectoire demeure trouble13. Pierre de Vargas parle d’un « mystère Marc-Antoine Jullien » et rappelle qu’il incarne « deux traditions14 ». Homme politique, on le retrouve aux côtés de Robespierre. S’étant retourné férocement contre les Girondins – et donc contre Condorcet –, il prend une part importante dans la Terreur pour suivre après Thermidor un cheminement politique peu limpide. Puis vient le virage. Jullien se façonne un destin de pédagogue suite à sa rencontre avec Pestalozzi à Yverdon et diffuse sa pensée en France dans un écrit substantiel publié en 181215. Ainsi, la promotion de Jullien au cœur des sciences de l’éducation mériterait d’être rediscutée, en réinvestissant notamment sa trajectoire politique qui comporte nécessairement certaines clés de compréhension de l’œuvre pédagogique. On l’a dit, Jullien joue un rôle clé dans la fondation d’une « science de l’éducation » qu’il formule dans le sillage des recherches de Georges Cuvier, le promoteur de l’anatomie comparée16 :

  • 17 Marc-Antoine Jullien de Paris, Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparé (...)

L’éducation, comme toutes les autres sciences et tous les arts, se compose de faits et d’observations. Il paraît donc nécessaire de former, pour cette science, comme on l’a fait pour les autres branches de nos connaissances, des collections de faits et d’observations, rangées dans des tables analytiques, qui permettent de les rapprocher et de les comparer, pour en déduire des principes certains, des règles déterminées, afin que l’éducation devienne une science à peu près positive17.

  • 18 Claude-Henri de Saint-Simon, Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, Paris, 1803.
  • 19 Pierre de Vargas, op. cit., p. 427.
  • 20 Cité dans Marie-Claude Delieuvin, op. cit., p. 29. Voir également la lettre de Girard à Louis Perr (...)
  • 21 Pierre de Vargas, op. cit., p. 428.

8Jullien souhaite relier les hommes préoccupés de relever les masses populaires par l’éducation en se consacrant à la création d’une commission spéciale d’éducation. Parfait symbole des idées de son temps, cette commission intergouvernementale fait résonance au fameux Conseil de Newton pensé au début du siècle par Saint-Simon18. Jullien fonde également la Revue encyclopédique (1819) afin d’assurer la circulation de savoirs entre les nations et ne cache pas à son ami suisse, le pédagogue et agronome Philipp Emanuel von Fellenberg (1771-1844) qu’il la considère comme une « sainte alliance des esprits élevés19 ». On sait par ailleurs qu’il approche le Père Girard à Fribourg dans le but de créer un bureau d’éducation qui ne verra jamais le jour20. Faut-il entrevoir cette entreprise comme un nouveau témoignage d’un Jullien « dévoré du besoin de reconnaissance, déployant une ingéniosité toujours renouvelée pour dire aux puissants ce qui peut à la foi leur plaire et les capter ?21 ». La question mériterait d’autres investigations. Jullien cristallise son projet international en 1817 par l’établissement d’un « hyperinventaire » des méthodes et des us scolaires en vigueur dans l’Ouest de l’Europe. Cette Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée entrepris d’abord pour les vingt-deux cantons de la Suisse se propose, comme l’indique son intitulé, de considérer la Suisse comme terrain d’étude préalable, à cause notamment de la variété de sa nature, de ses religions et de ses langues :

  • 22 Marc-Antoine Jullien de Paris, op. cit., p. 16-17.

C’est donc à la Suisse que nous nous proposons d’appliquer, d’abord, notre instrument et nos tables d’observations. Nous sommes encouragés à entreprendre ce travail, à cause des résultats d’utilité qu’il doit procurer pour l’estimable nation suisse, appelée à donner en plus d’un genre de bons exemples à l’Europe, pour l’Europe elle-même, pour l’éducation et l’humanité22.

9Toutefois, si cette analyse trouve ses marques et son cadre à partir du cas helvétique, extensible ensuite comme le pense Jullien à l’Europe entière, on ne cite que trop rarement le fait que l’étude comparée des cantons suisses devait en premier lieu provoquer des remèdes afin de soigner le système scolaire français :

  • 23 Ibid, p. 19-20.

C’est en France que l’amélioration de l’enseignement élémentaire est un besoin plus généralement senti. C’est là que la première idée de former des tables analytiques et comparatives de faits et d’observations sur l’éducation, a dû surtout paraître l’un des plus sûrs moyens de bien étudier en ce genre la nature du mal pour lui opposer les remèdes convenables. […] On ne peut dissimuler que, chez cette même nation, l’instruction, mal dirigée et mal répartie, n’est pas encore descendue dans les classes inférieures, […] et n’a pas été appropriée aux véritables besoins des classes moyennes de la société23.

  • 24 Jean Houssaye, « Pédagogies : import-export », Revue française de pédagogie, avril-juin 2006, p. 8 (...)

10En d’autres termes, l’étude comparative élaborée par Jullien doit permettre le transfert spécifique des méthodes et des procédés jugés comme les meilleurs de la Suisse vers la France. Or, il convient de souligner que toute la problématique du transfert culturel est cristallisée dans cette translation. En voulant imposer « la même éducation internationale pour tous24 », Jullien omit deux invariants qui accompagnent nécessairement tout transfert éducationnel : le poids de la culture locale/régionale/nationale sur l’objet emprunté et surtout l’inévitable retraduction qui accompagne l’objet lors de son passage d’un contexte culturel à l’autre. On peut donc affirmer que cette entreprise théorique, sous ces conditions, était vouée à l’échec. Les philanthropes du premier XIXe siècle s’interrogèrent peu à peu sur les modalités des emprunts et y apportèrent des réponses décisives, en croisant et en déclinant les diverses méthodes étudiées sur le continent.

L’école transnationale des philanthropes européens

  • 25 « Lettre au Conseil fédéral », L’Éducateur, 7/1867, p. 99.

La pédagogie est une, et à part quelques dissemblances dans l’organisme scolaire, les manuels et les moyens d’instruction, elle est la même dans tous les pays civilisés. Or, d’où vient cette unité, cette communauté de principes et de méthodes, sinon de l’échange d’idées qui s’est opéré entre les peuples, vers la fin du XVIIIe siècle d’abord, et ensuite au commencement de celui-ci, lorsque les bienfaits d’un âge de paix et de philanthropie eurent succédé aux convulsions terribles d’une période de guerres et de conquêtes ?
Alexandre Daguet, L’Éducateur, 186725

  • 26 Voir Loïc Chalmel, Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIesiècle, Berne, Peter Lang, 200 (...)
  • 27 Michel Chalopin, L’enseignement mutuel en Bretagne de 1815 à 1850, université de Rennes, thèse de (...)

11On ne soulignera jamais assez, avec Loïc Chalmel, le rôle décisif des réseaux philanthropiques préoccupés par les dangers de l’ignorance scolaire et pleinement engagés dans la mise en place de structures scolaires publiques fondées autour d’une conscience sociale nouvelle26. Dans sa thèse sur l’enseignement mutuel en Bretagne, Michel Chalopin rappelle également que le début du XIXe siècle fut surtout l’affaire de négociants, de propriétaires ou d’hommes de lois convaincus de l’importance du développement d’écoles du peuple, en d’autres termes une affaire de notables27. Ainsi, étudier les réseaux de la philanthropie nous engage de fait au cœur des circulations transnationales et pour le cas suisse nous invite à considérer certaines racines étrangères d’une pédagogie romande en chantier.

  • 28 Voir Irène Herrmann, « La Harpe, la Suisse et la Russie : questions d’influence », in Olivier Meuw (...)

12Lorsque le Zurichois Hans Caspar Hirzel (1751-1817) fonde, avec quelques amis médecins, la Société suisse d’utilité publique en 1810, l’éducation des masses relève déjà d’une préoccupation nodale. Il s’agit, d’une part, de combattre la pauvreté par l’instruction et d’éduquer par la diffusion d’une morale d’inspiration kantienne. D’autre part, à l’instar de Johann Caspar Zellweger (1768-1855), commerçant en textiles de Trogen, on s’attache également à assurer l’instruction spécialisée d’une classe commerçante qui ne trouve nullement son compte dans les contenus proposés jusque-là par les établissements classiques. En Suisse, les circulations transcantonales sont déjà bien établies et la Suisse romande ne tarde pas à être contaminée par ces idées issues de la bourgeoisie alémanique. En février 1826, le patriote Frédéric-César de La Harpe (1754-1838), ancien précepteur du tsar Alexandre Ier de Russie, fonde la Société vaudoise d’utilité publique28. Dès ses débuts, celle-ci fait le choix de diffuser certaines méthodes pédagogiques hollandaises dans le canton, en créant à cet effet une des premières revues scolaires de Suisse française.

  • 29 Jacob Evert van Muyden-Porta, Mémoire sur la Société hollandaise d’utilité publique, présenté à la (...)

13Ce transfert de procédés scolaires hollandais en Suisse est l’œuvre de Jacob Evert van Muyden-Porta (1781-1848). Protestant né à Utrecht, il obtient un doctorat en droit (1804) suite à quoi il séjourne en Allemagne, en Autriche puis en Italie. En 1809, il s’installe à Lausanne où il assume les fonctions de juge cantonal. Député libéral au Grand Conseil vaudois dès 1833, il s’implique avec conviction dans la commission chargée d’améliorer l’instruction publique. Cette réforme doit, selon lui, nécessairement s’inspirer du système scolaire de son pays d’origine. En août 1827, il fait lecture d’un Mémoire sur la Société hollandaise d’utilité publique dans lequel il met en exergue une série de réformes scolaires entreprises dans le but de répandre les lumières pour faire avancer la moralité du peuple. Dans sa conclusion, Muyden-Porta propose de suivre le canevas pédagogique proposé par la société Tot Nut van’t Algemeen, arguant que « ce qui s’est fait avec tant de succès en Hollande, peut se faire également chez nous29 ». Une commission spéciale est créée afin d’intégrer concrètement ces méthodes et de tirer pleinement parti de l’expérience hollandaise. Elle fixe son attention sur trois objets principaux, dont on sait qu’ils ont obtenu d’excellents résultats dans leur contexte d’origine :

  1. Procurer de bons livres élémentaires, soit pour les régens (sic), pour les élèves. À défaut, Van Muyden proposait la traduction de ceux que fournissent en abondance l’Allemagne, l’Angleterre et la Hollande ;
  2. Susciter la création de conférences de régents ;
  3. Instituer des Bibliothèques populaires, qui en Hollande avaient radicalement amélioré les mœurs vulgaires des masses.30
  • 31 Journal d’éducation, 1829, p. 6.
  • 32 « Une première leçon de géographie et d’histoire », Journal d’éducation, 1829, p. 6-12.

14Pour faciliter le transfert et diffuser ces méthodes hollandaises aux instituteurs du canton de Vaud, la commission propose la création d’une feuille mensuelle. Là encore, les Vaudois trouvent l’inspiration hors des frontières nationales et le Journal d’éducation à l’usage des instituteurs et des pères de famille, rédigé par l’instituteur Brousson dès janvier 1829, s’inspire du Journal d’éducation et d’instruction publié à Paris par le comte de Lasteyrie. Le périodique atteint rapidement les trois cents abonnés. Bien qu’il soit réservé en premier lieu aux instituteurs du canton, le rédacteur réclame vite « l’assistance et la coopération des amis de l’éducation à Genève, et dans les autres cantons31 ». À son lancement, Brousson publie une série d’articles sur les principes d’instruction civique et morale du Père Girard et reproduit des extraits de son Explication du plan de Fribourg32. Toutefois, c’est bien vers la Hollande que se focalisent les attentions, même si l’on se garde de tout plagiat servile :

  • 33 « Note de la rédaction », Journal d’éducation, 1829, p. 49.

Les écoles primaires hollandaises occupent peut-être aujourd’hui le premier rang parmi celles de l’Europe. Il sera donc intéressant d’entendre un homme instruit et qui connaît bien ces écoles nous entretenir de la marche qui y est suivie. Son intention n’est aucunement de prescrire une marche pareille aux écoles du Canton de Vaud, mais de faire connaître ce qui peut se faire et ce qui se fait ailleurs, afin qu’on suive ce qui paraîtra de bon exemple33.

  • 34 Jacob Evert van Muyden Porta, « Matériaux pour servir à la composition d’un Manuel des Régens (sic(...)

15Cet homme instruit, Van Muyden-Porta, retrace d’abord la vie et l’œuvre du pasteur Nieuwold, surnommé le Pestalozzi hollandais. Dans une série de cinq articles substantiels, il propose un agrégat de matériaux devant servir à la composition d’un manuel des instituteurs vaudois, essentiellement extrait d’ouvrages hollandais et allemands34. En se basant sur l’expérience batave encore, plusieurs instituteurs et notables réunis dans le village d’Apples le 22 novembre 1828 décident la formation d’une société d’enseignement. Il s’agit, par des rencontres périodiques, de s’éclairer mutuellement, de sortir ainsi de l’étude solitaire et d’améliorer les diverses techniques d’enseignement en vigueur. La réflexion sur l’introduction de bibliothèques populaires donne lieu à un élargissement des perspectives. L’étude comparative s’internationalise et l’on s’attache désormais à l’analyse des expériences réalisées en Europe occidentale. En France d’abord, où le pasteur Jean-Frédéric Oberlin a eu l’idée de diffuser une collection de livres d’éducation afin d’occuper les familles durant les soirées de la mauvaise saison. De l’Angleterre et de l’Irlande, on retient l’idée des bibliothèques ambulantes. En Saxe enfin, on étudie l’expérience de l’instituteur Kretschmann, dont la bibliothèque populaire fit le tour du petit pays d’Altenbourg et hâta l’instruction morale, intellectuelle et patriotique de ce canton.

16Il est par ailleurs intéressant de constater que le Journal d’éducation joue le rôle de banc d’essai des diverses innovations pédagogiques formulées en Europe, selon un protocole établi. Il s’agit en premier lieu de compiler et de traduire ces méthodes grâce aux échanges épistolaires, aux voyages personnels ou à la presse, pour les diffuser dans le Journal. Dans un second temps, les instituteurs rendent compte de leurs expériences en publiant leurs observations et les divers moyens de se réapproprier la méthode en l’aménageant pour le contexte local. Selon ce protocole, c’est par la reproduction d’un article tiré du Journal d’éducation et d’instruction publié à Paris par de Lasteyrie que l’on s’essaie à l’enseignement universel de Joseph Jacotot (1770-1840) dans le canton de Vaud. Ce procédé est toutefois rejeté, suite à l’expérimentation peu convaincante pratiquée par un instituteur du village du Sentier.

17L’enseignement mutuel est également débattu dans le Journal et donne lieu à des appréciations contrastées. Il faut dire que Van Muyden-Porta fait partie du nombre de ceux qui ne se réjouissent pas de l’introduction de la méthode. Fait suffisamment curieux pour être cité, deux factions se constituent lors de la réunion annuelle de la Société d’utilité publique suisse à Lausanne en septembre 1830. L’enseignement mutuel est globalement défendu par les délégués romands. Inversement, de l’avis des membres alémaniques représentés par l’industriel Johann Caspar Zellweger et Van Muyden-Porta, l’équilibre parfait se trouve dans la combinaison des séminaires et des écoles-modèles propres à l’institution de Fellenberg et de son collaborateur Johann Jakob Wehrli (1790-1855) à Hofwyl :

  • 35 Actes de la Société suisse d’utilité publique. Réunion annuelle de Lausanne, 14 au 15 septembre 18 (...)

Je ne crains pas d’affirmer que dans l’école de Hofwyl les jeunes gens apprennent tout ce qui leur est nécessaire ; que l’instruction y est de manière à développer dans les élèves le sens moral et l’intelligence du droit et du devoir, si désirables dans les citoyens d’un pays de liberté ; que dans cette école l’enseignement très diversifié, est cependant réglé avec une économie remarquable ; enfin que les élèves-régens (sic), disciples de Wehrli, ont généralement les qualités que nous cherchons […] Il ne s’agit donc, ce me semble, que de la question de savoir, comment et avec quelles modifications une pépinière de régens, telle que nous l’offre le séminaire ou école-modèle de Hofwyl, pourra être adaptée aux différentes localités de la Suisse35.

18On le voit, une rupture notable apparaît donc entre les pasteurs romands et les industriels ou commerçants alémaniques. Au-delà d’une simple crispation entre les entités culturelles du pays, c’est bien plus de l’extension de la mainmise utilitariste de la bourgeoisie commerçante sur l’éducation des masses dont il s’agit. Chaque camp tente de transformer les idées novatrices à son avantage et les multiples déclinaisons de l’enseignement mutuel en Europe semblent en être, à une plus large échelle, une parfaite illustration.

De Madras à Fribourg : l’enseignement mutuel décliné

  • 36 Voir notamment Marcelo Caruso & Eugenia Roldan Vera, « Pluralizing Meanings : The monitorial syste (...)

19L’enseignement mutuel incarne une méthode phare du premier XIXe siècle et a pour principe que des élèves incarnés en moniteurs instruisent leurs camarades et assistent le maître. Plusieurs historiens, à l’instar de Marcelo Caruso, ont analysé les multiples déclinaisons de ce système d’enseignement coopératif diffusé sur cinq continents, qui alimentent l’idée d’un socle commun de la pédagogie36. Dans le sillage de ces travaux, il est intéressant de se pencher sur le processus de transfert de l’enseignement mutuel d’Angleterre vers la France, puis sur sa diffusion vers la Suisse et l’Italie grâce au travail de lobbyisme opéré par des acteurs-connecteurs de tendance libérale. Ainsi voit-on l’Europe scolaire s’essayer à cette méthode venue de Madras pour la retraduire plus ou moins radicalement selon les besoins pédagogiques et politiques locaux et les aptitudes des éducateurs et des philanthropes qui en font la propagande.

  • 37 En effet, M. Herbault semble avoir utilisé la méthode dans son école parisienne de l’hospice de la (...)

20Bien qu’un flou subsiste toujours sur les origines, françaises ou anglaises, de l’enseignement mutuel37, l’historiographie officielle privilégie le clergyman écossais Andrew Bell (1753-1832), qui eut l’idée de partager l’enseignement avec un de ses écoliers. Bell institutionnalise le self-tuition dans ses écoles de Madras dès 1789 ; il en fait la théorie et tente de le populariser à son retour à Londres en publiant An Experiment in Education made at the male Asylum in Madras (1797).

21Le quaker anglais Joseph Lancaster (1778-1838) propose de son côté sa propre version du monitorial system, sans avoir eu connaissance, soutient-il, des écrits de Bell : il y a en tout cas une divergence essentielle, concernant la composante religieuse à intégrer. Alors que Bell agence son système sur l’étude stricte de la religion anglicane, Lancaster n’enseigne aucun dogme et laisse son système ouvert à toutes les religions. Cette option de tolérance lui attire les foudres de l’Église anglicane et lui vaut diverses persécutions. Toutefois, le cadre rigoureux qu’a donné Lancaster à son système lui assure l’avantage en termes de popularisation. Lui-même s’engage personnellement dans son essaimage aux États-Unis (il meurt à New York en 1838) ; propagée par la Société pour la promotion du système lancastérien pour l’éducation des pauvres, fondée en 1808, la méthode connaît une rapide et large diffusion, des États-Unis à la Sierra Leone, de Lisbonne au Cap de Bonne-Espérance, de la Nouvelle-Galles à Paris.

  • 38 Marcelo Caruso, « Connecting men of progress. The international educational network of the French (...)
  • 39 Cité dans l’article « Société pour l’instruction élémentaire », édition électronique du NDP de 191 (...)
  • 40 Joseph Hamel, L’enseignement mutuel ou Histoire de l’introduction et la propagation de cette métho (...)

22En France, l’introduction de l’enseignement mutuel est dictée en premier lieu par des contingences politiques. Il s’agit avant tout de restreindre la mainmise des frères des écoles chrétiennes sur la chose scolaire ; la méthode anglaise, rebaptisée « enseignement mutuel » afin d’en gommer tant soit peu l’origine étrangère, est soutenue par un groupe de philanthropes libéraux particulièrement engagés en faveur de l’éducation des masses. Le philosophe de Gérando, Charles-Philibert de Lasteyrie, Alexandre de Laborde, Edme François Jomard et l’abbé Gaultier fondent la Société pour l’instruction élémentaire en 1815 et créent peu après Le Journal d’éducation populaire, organe de propagande du système mutuel qui sera consulté dans toute l’Europe ; l’abbé Gaultier, Jomard, Laborde et Jean-Baptiste Say visitent les écoles londoniennes de Bell et Lancaster et assurent le transfert de savoirs38. Globalement, l’enseignement mutuel répond aux exigences de cette élite libérale qui se donne pour mission, comme l’indique l’article premier des statuts de la société, de « former des hommes vertueux, amis de l’ordre, soumis aux lois, intelligents et laborieux39 ». Ce réseau franco-anglais s’avère suffisamment souple pour permettre certaines réadaptations. La Société centrale de Paris perfectionne par exemple les tableaux d’arithmétique créés par Lancaster40. Dans une Europe soumise à l’emprise de la Sainte-Alliance, la pédagogie parvient à creuser son sillon sous les dehors d’une science foncièrement empirique, s’élaborant en réseaux. Philanthropes et membres du clergé expérimentent, amalgament et adaptent des systèmes pédagogiques exportés de Londres vers Paris, de Montauban vers Lausanne, Genève et Fribourg.

  • 41 Ibid., p. 170.

23Ainsi l’enseignement mutuel, qui passe rapidement d’un contexte culturel à l’autre, se métisse sous des formes diverses et combinées. On s’essaie par exemple en France à fusionner la méthode de Pestalozzi et les principes de l’enseignement mutuel41. Curieux panachage, quand on sait que le pédagogue suisse fut un adversaire ardent du mutualisme. Néanmoins, un de ses anciens collaborateurs, le Vaudois François Barrault, qui avait tenté d’exporter sa méthode à Bergerac sur la demande de Maine de Biran, travaille à cette reformulation :

  • 42 Ibid., p. 171-172.

Barrault s’occupe maintenant à rechercher les moyens de fondre la méthode intuitive, et celle d’enseignement mutuel dans un seul corps de doctrine. Il a déjà composé des tableaux où se trouvent réunis les questions que les moniteurs doivent faire aux élèves et les réponses de ceux-ci. Dans ces réponses, l’enfant rend compte des raisons pour lesquelles il donne à toute question telle solution et non aucune autre. Par ce moyen, l’esprit s’exerce et se développe tandis que d’après la méthode d’enseignement mutuel, telle qu’elle est pratiquée dans toutes les écoles sans distinction, pour les leçons d’arithmétique, l’esprit des enfants reste constamment dans l’inaction, et n’apprend point à connaître les choses, mais seulement les signes par lesquels on les représente42.

  • 43 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. 1, p. 327.
  • 44 Voir Pierre Bovet, Écoles nouvelles d’autrefois. Louis Perrot et les débuts de l’enseignement mutu (...)

24L’enseignement mutuel se diffuse de France vers la Suisse grâce à l’écrit ainsi qu’à la propagande d’acteurs-connecteurs qui se déplacent dans toute l’Europe. Ainsi M. Frossard, fils du doyen de la faculté de Montauban, après avoir étudié la méthode dans l’école de Lancaster à Londres, fut le principal instigateur avec Frédéric-César de La Harpe des premières écoles mutuelles de Lausanne en juillet 181643. À Genève, Charles Pictet de Rochemont (1755-1824), ancien militaire au service de France, propose de combiner les principes de gradation du travail propre au système lancastérien avec les idées de l’éducateur bernois Fellenberg dans sa propre école agricole de Lancy44 . Mais c’est à Fribourg que le Père Girard va sans conteste en réaliser une des versions les plus efficientes, connue sous le nom de Girardines.

  • 45 Discours de clôture prononcés par le R. P. Grégoire Girard (1805-1822), Fribourg, Société fribourg (...)
  • 46 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. 1, p. 309.

25Le moine pédagogue a en effet découvert la méthode de Bell dans l’ouvrage du comte de Lasteyrie intitulé Nouveau système d’éducation pour les écoles primaires (1815). Mais rien ne serait plus inexact que d’imaginer qu’il ait mis en place à Fribourg une copie terme à terme des méthodes anglaises et françaises : « ce n’est point une copie que nous voulions faire, les copies ne vont pas partout, et il n’est pas toujours bon de vouloir les faire45 », souligne Girard en septembre 1816. Il adapte ces méthodes aux besoins de ses écoliers fribourgeois et aboutit dans son transfert triangulaire anglo-franco-romand à une réadaptation conséquente. Le moine pédagogue rééquilibre la méthode Lancaster – dont l’enseignement tout entier était remis aux élèves – par une distinction nette entre les objets d’études confiés aux moniteurs et ceux qu’il convient de réserver au maître46. Cette synthèse composite prit le nom d’enseignement mutuel gradué ou mixte. Dès juin 1816, elle est appliquée dans l’ensemble des quatre classes dirigées par Girard et procure rapidement des résultats appréciables, faisant dire à Pestalozzi qu’« avec de la boue, Girard a fait de l’or ». La déclinaison de Fribourg est dès lors prête à être à son tour exportée et reconfigurée dans plusieurs villes européennes.

Les Girardines à l’heure européenne

  • 47 Grégoire Girard, Méthodes et procédés d’éducation, op. cit., p. 53.
  • 48 Voir Marie Vergnon, Robert Owen, pédagogue de l’art industriel ?, thèse de doctorat, université de (...)
  • 49 Lettre de Robert Owen à Daguet, Sevenoaks Park, 1er janvier 1858, AEF, Fonds Daguet.

26L’exemple de la diffusion des Girardines s’avère particulièrement approprié pour sonder les modalités d’une translation qui fut tant locale, transcantonale que transnationale. Si l’introduction de la méthode attire, à ses débuts, badauds et familles, ainsi que quelques responsables gouvernementaux, dès 1816, c’est toute l’Europe scolaire qui fait le pèlerinage de Fribourg pour étudier les écoles du moine cénobite, à commencer par Marc-Antoine Jullien et Andrew Bell (3 août 1816). En août encore, outre celle du prince du Danemark, du roi détrôné de Suède Gustave III ou de Casimir Périer, Girard reçoit la visite du Dr James Pillans (1778-1864) d’Édimbourg. Pillans a repris la direction d’une High School fondée par Lancaster, mais, en regard des nombreuses attaques, a intelligemment substitué le répétiteur au moniteur et introduit la méthode dans l’enseignement secondaire. Malgré un défaut de gradation, cette méthode Pillans fut propagée en Suisse française via la Bibliothèque universelle de Pictet de Rochemont et imitée par certaines écoles de Genève47. En février 1818, l’empereur Alexandre Ier mandate le baron de Strandmann pour une mission pédagogique à Fribourg. Pestalozzi visite Girard le 6 juillet 1818. La même année, le cordelier reçoit un des grands penseurs du socialisme, Robert Owen, créateur d’un capitaliste paternaliste qu’il élabore aux commandes de ses fabriques de New Lanarck48. Owen a répondu à l’invitation de son ami genevois Charles Pictet de Rochemont qui l’emmène dans une tournée des figures pédagogiques européennes. Dans une lettre à Daguet, Owen souligne l’intérêt qu’il a trouvé à échanger avec le moine et relève les résultats très positifs de ses écoles consacrées à l’éducation des enfants pauvres49.

  • 50 Cité dans Pierre Bovet, Écoles nouvelles d’autrefois. Louis Perrot et les débuts de l’enseignement (...)

27En Suisse aussi on s’intéresse à l’œuvre de Girard et à l’enseignement mutuel mixte. Des instituteurs viennent étudier la méthode, souvent pour plusieurs semaines. En décembre 1816, des régents du Jura prennent leurs quartiers à Fribourg, puis des enseignants de la ville de Berne arrivent en février 1819, avant ceux d’Argovie (avril 1820) et de Zurich (mai 1820). Il est par ailleurs intéressant de pointer l’intense travail de lobbyisme entrepris par le moine pédagogue. Dans une lettre qu’il adresse au révérend Walmesley, secrétaire de la National Society for the Education of the Poor, Girard indique avoir eu « quelque influence sur deux cantons voisins, ceux de Berne et Neuchâtel50 ». Il collabore par ailleurs avec un instituteur, Louis Perrot (1785-1865), chargé par la commission d’éducation de la ville de Neuchâtel d’étudier et de propager, le cas échéant, le système mutuel dans les écoles de l’ancienne cité prussienne. Perrot, qui parcourt la Suisse romande et rencontre les principaux artisans du mutualisme incarne un médiateur précieux. Le Père Girard l’a bien compris et il charge son allié de faire de la propagande pour la création d’un centre de communications pédagogiques susceptible de relier les défenseurs romands du mutualisme, qui pourrait s’agréger à la Société économique de Fribourg fondée sur l’initiative de Girard. Par ailleurs, le voyage d’études entrepris par Perrot demeure un excellent indicateur du processus d’installation d’une méthode pédagogique et du rôle central de ses réseaux d’influence. À l’été 1816, Perrot visite l’école mutuelle de Saint-Gervais à Genève, y rencontre Bell et traduit ses Instructions for Conducting Schools. En octobre, il examine l’école fondée à Lausanne par le Français Frossard. En février 1817, il entreprend son tour des écoles mutuelles romandes, passe trois semaines dans les trois principaux établissements genevois, puis étudie le système Girard à Fribourg avant de s’arrêter chez Pestalozzi à Yverdon. Ayant dressé un rapport élogieux sur le nouveau système, ce dernier le met à l’essai dès la rentrée suivante. Enfin, la commission neuchâteloise estime au début 1819 que la nouvelle méthode est entrée dans les mœurs.

  • 51 Voir Daniela Vaj, « Une pédagogue genevoise méconnue : Mathilde Calandrini et la diffusion de l’éd (...)
  • 52 Sur la diffusion de l’enseignement mutuel en Italie, voir Anna Ascenzi et Giuseppina Fattori, L’al (...)

28Après avoir proposé cet aperçu de la diffusion plurielle du mode d’enseignement mutuel élaboré par le Père Girard, il nous reste à réfléchir à l’intérêt singulier que les éducateurs italiens ont voué à la déclinaison du cordelier fribourgeois, et à tenter d’expliquer ce qui s’apparente à un déferlement italien sur Fribourg. En premier lieu, on remarquera que la diplomatie scolaire était en vigueur dans le Nord italien bien avant la diffusion de l’enseignement mutuel. Il convient de mentionner l’exemple du père Moritz, envoyé en Prusse par le gouvernement lombard en 1785 pour y étudier les écoles normales, introduites plus tard par l’éducateur tessinois Francesco Soave (1743-1806). En revanche, c’est bien en Italie que la méthode mutuelle mixte élaborée par Girard fut la plus naturalisée, transférée par Bagutti à Milan, Raffaello Lambruschini et le marquis Ridolfi à Florence, Carlo Buoncompagni à Turin, Enrico Mayer à Livourne ou encore par la pédagogue genevoise Mathilde Calandrini qui va propager l’éducation populaire enfantine à Pise51. Or, un bref aperçu de la trajectoire politique de ces passeurs révèle l’enjeu spécifique de l’importation de l’enseignement mutuel en Italie. Le système devait, pour ces patriotes en quête de risorgimento, faciliter la diffusion à grande échelle d’une propagande libérale-nationale, de surcroît dans des territoires longtemps soumis à l’occupation autrichienne52. Vers la fin de l’année 1818, l’abbé tessinois Giuseppe Bagutti (1776-1837) se rend à Fribourg dans l’optique d’introduire l’enseignement mutuel dans plusieurs écoles de garçons de Lombardie. Au vu du succès de l’entreprise, une société fondatrice de l’enseignement mutuel se forme autour du comte et carbonaro Federico Confalonieri (1785-1846) afin d’instituer le mutualisme dans les écoles des filles. La déclinaison milanaise ayant trouvé un bon écho en Toscane, le marquis Cosimo Ridolfi (1794-1865) – fondateur du premier institut agricole d’Italie – visite Girard en 1820, dans le dessein de régénérer les écoles de la campagne florentine. On notera que Ridolfi symbolise, avec Giovan Pietro Vieusseux (1779-1863) et le pédagogue agronome Raffaello Lambruschini (1788-1874) le noyau de l’opposition libérale en Toscane. Or, ce dernier incarne le principal médiateur des idées éducatives de Girard dans la botte. En janvier 1836, il fonde la Guida dell’Educatore, éditée par Vieusseux, qui sert d’organe de presse aux girardistes italiens et facilite la propagation des idées de Girard et de Pestalozzi dans le Nord de l’Italie. On soulignera encore qu’Enrico Mayer, autre patriote du Risorgimento, visite Girard en septembre 1837 et publie ses principales appréciations dans la presse livournaise. En 1841, c’est le comte Carlo Buoncompagni (1804-1880), ministre de l’Instruction publique sous les rois Charles-Albert de Sardaigne et Victor-Emmanuel II et acteur clé de la laïcisation du système éducatif en Italie, qui vient chercher conseil sur les bords de la Sarine :

  • 53 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. II, p. 225-226.

Pendant les quelques jours que le chevalier Buoncompagni fut à Fribourg, il ne passa pas un jour sans aller frapper à la porte du pédagogue fribourgeois. Les entretiens de ces deux hommes d’élite, auxquels l’auteur de ce livre [A. Daguet] eut plus d’une fois le bonheur d’être admis, se passaient en questions de l’homme d’État italien et en réponses de l’éducateur suisse. Mais, de même que Cousin, Buoncompagni parut surtout frappé de la façon dont le Cordelier fribourgeois entendait la religion, et son introduction au catéchisme lui plut si fort qu’à son départ de Fribourg il pria le professeur Daguet d’en faire une copie et de la lui envoyer à Turin53.

  • 54 Alexandre Daguet, « Centième anniversaire de la naissance du Père Girard », L’Éducateur, 24/1865, (...)
  • 55 Alexandre Daguet, « La question scolaire devant le Grand-Conseil de Fribourg », L’Éducateur, 7/187 (...)
  • 56 Victor Cousin, De l’instruction publique en Allemagne, en Prusse et en Hollande, tome troisième, B (...)
  • 57 Ibid., p. 231-232.
  • 58 Voir Bruno Poucet, « Petite histoire de l’enseignement mutuel : l’exemple du département de la Som (...)

29L’œuvre de Girard reçoit donc un soutien particulièrement appuyé des pédagogues de l’Italie du nord, alors que l’Allemagne, comme l’indique Daguet, « le pays auquel Girard devait le développement de son génie et l’impulsion qui avait décidé de sa carrière, l’Allemagne, chose étonnante, devait rester la plus indifférente à son œuvre, de toutes les nations civilisées54 ». Ce rejet s’explique en premier lieu par la condamnation unanime dont le mutualisme fut l’objet, alors représenté comme un « caporalisme dont on rit en Allemagne55 ». À cet égard, Victor Cousin indique que lors de son voyage en Germanie, « il n’a pas trouvé un seul pédagogue qui fût partisan de ce mode d’enseignement56 ». Il rapporte par ailleurs que Diesterweg, presque seul dans son pays, avait montré quelque goût pour l’enseignement mutuel. Mais après une visite des écoles danoises qui pratiquaient ce système, il le condamn[a] comme réduisant l’éducation du peuple à un pur mécanisme57. Il faut dire que la méthode, empruntée paradoxalement aux frères des écoles chrétiennes, s’avérait rébarbative et machinale58. Les élèves pouvaient entendre plus de deux cents commandements par jour, comme par exemple :

  • 59 Joseph Hamel, L’enseignement mutuel ou Histoire de l’introduction et de la propagation de cette mé (...)

Entrée en classe, appel et prière
1. Pour obtenir un silence général : silence : un coup de sifflet ;
2. Faire tourner les enfans (sic) vers le moniteur général : front : un coup de sonnette ;
3. Faire mettre les enfans (sic) à genoux : un coup de sonnette ;
4. Les faire relever : un coup de sonnette.
Lecture
1. Pour faire préparer les enfans (sic) à sortir des bancs : sortez : les écartés à la hauteur de la ceinture ;
2. Les faire sortir des bancs : bancs : signe de la main droite portée de bas en haut ;
3. Envoyer les moniteurs de lecture prendre leurs bâtons : moniteurs lecture, allez : un coup de sonnette ;
4. Faire aller les enfans (sic) en cercle : toute la classe, allez : un coup sonnette ;
5. Pour faire commencer la lecture : commencez : deux coups de sifflets ;
6. Faire lire par cœur : lisez par cœur : deux coups de sifflets ;
7. Faire ranger les enfans (sic) contre le mur : formez la ligne : un coup de sifflet.59

30L’enseignement mutuel, encensé ou rejeté, traverse l’Europe et se décline au gré des visées philanthropiques ou politiques de ses médiateurs qui, dans le sillage de la tradition du Junkerfahrt, du grand tour, sillonnent le monde afin d’entrer en relation avec leurs pairs et d’étudier les divers systèmes éducatifs en vigueur. La démarche de Victor Cousin, figure sombre et toute-puissante de l’Université française, demeure à cet égard particulièrement significative, car elle exemplifie le vaste mouvement de compilations scolaires à partir duquel vont se forger les modèles dominants qui ont bâti l’école de ce continent.

Les racines germaniques de l’éclectisme pédagogique francophone

  • 60 Après un premier séjour en 1817, un second en 1818, il y retourne en 1824 et y sera emprisonné.
  • 61 Dominique Bourel, Souvenirs d’Allemagne, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 13.

31Avant l’importante mission pédagogique de 1831, Victor Cousin s’est rendu à trois reprises en Allemagne60. Dominique Bourel note qu’alors, en contact avec Hegel, Schelling ou Goethe, il devint « la tête de pont de la culture allemande à Paris, l’incontournable allié de tous les visiteurs61 ». C’est une des raisons pour lesquelles Guizot l’appelle à travailler à la régénération de l’école populaire française. Cousin initie une nouvelle mission en Allemagne et jette les bases d’une vaste compilation de données pédagogiques qui servira de prélude à la loi de 1833. Cinq ans plus tard, Guizot le mandate à nouveau pour aller étudier sur place l’instruction publique des Pays-Bas, déjà visitée en 1811-1812 par Georges Cuvier. Lois scolaires, règlements, visites d’établissements et discussions personnelles sont consignés dans deux rapports remis aux ministres respectifs.

32Lorsque l’on examine ces deux missions, on constate premièrement que les diverses étapes s’avèrent particulièrement brèves. Par exemple, lors de son voyage en Prusse, Cousin part de Paris le 24 mai 1831, arrive à Francfort le 27, visite Weimar le 31, Leipzig le 2 et passe un mois à Berlin, du 5 juin au tout début de juillet. En Hollande, il s’arrête en moyenne un à deux jours par ville, sauf à Rotterdam où il séjourne deux semaines. Les journées de travail sont donc denses. Cousin s’organise pour rencontrer les principaux représentants scolaires, profitant d’ailleurs souvent du réseau développé en 1812 par Cuvier. Il apparaît également que les notes consignées par Cousin lors de son passage en Suisse sont bien menues. Sur à peine dix feuillets, on trouve quelques annotations éparses concernant les écoles de Genève et de Lausanne, datées de septembre 1837. Aussi, pour ne pas s’arrêter à ces quelques impressions de voyage, insuffisantes pour se donner une idée précise de la situation pédagogique de la ville étudiée, Cousin charge ses interlocuteurs de lui collecter de plus ou moins grandes quantités de documents, qui transitent ensuite via les ambassades et les chancelleries. C’est par exemple le cas lorsque Cousin visite l’école normale de Lausanne en septembre 1837 et charge le rénovateur de l’école vaudoise André Gindroz (1787-1857) d’amasser des documents dans les principales villes de Suisse romande :

  • 62 Lettre de A. Gindroz à V. Cousin, Lausanne, 1er octobre 1837, BSFC, MSVC 231 : correspondance géné (...)

J’ai le plaisir de vous annoncer l’expédition du petit ballot des documents pédagogiques que vous avez recueillis au milieu de nous, dans votre trop courte apparition : le paquet contenant la part de Fribourg, m’est revenu il y a 2 ou 3 jours. La chancellerie d’un autre canton a fait à cette expédition par l’intermédiaire de M. de Montebello ; tout, je l’espère, vous arrivera en très bon état et promptement ; l’expédition a eu lieu hier, j’ai eu à surmonter quelques petites difficultés ; voilà la cause de ce petit délai. Le détour par Berne occasionnera encore quelque retard ; mais le paquet vous parviendra intact ; il échappera aux profondes investigations des douaniers. Une autre fois cependant je prendrai une voie plus simple ; et la diligence est toujours ce qu’il y a de mieux. Il me cesse, Monsieur, à vous prier de me faire savoir si vous avez besoin d’un supplément d’information et je m’empresserai de vous satisfaire. Dans une note écrite rapidement mais exacte, j’ai donné les explications les plus indispensables ; toutefois il serait bien possible qu’il y eût quelques omissions, ou des données insuffisantes. J’ai un autre envoi à vous faire, Monsieur ; mais je ne ferai pas recours à votre ambassadeur ; il faudra modestement se contenter de la diligence : on m’a renvoyé de Fribourg, votre chapeau… Je le ferai partir au plus tôt62.

  • 63 James Guillaume, « Niemeyer », NDP, 1911.
  • 64 Ibid.
  • 65 Théodore Fritz, Esquisse d’un système complet d’instruction et d’éducation et de leur histoire, av (...)

33Au travers de ces missions en Allemagne et en Hollande, c’est une res publica scolaire qui se met en mouvement. À mesure que son réseau s’agrandit, Cousin poursuit en filigrane la constitution d’une pédagogie éclectique qui tient sa source dans les travaux d’August Hermann Niemeyer (1754-1828). Né à Halle, Niemeyer se lie avec Lessing et surtout Klopstock qu’il rencontre à Hambourg en 1776. Suite à la défaite d’Iéna et la suppression de l’université de Halle, il est emmené à Paris et à son retour en 1807, Nolte l’appelle à participer à la création de l’université de Berlin. Parus en 1796, ses Grundsätze der Erziehung und des Unterrichts, dont la dernière édition date de 1828, vont dès lors nettement dominer la pédagogie allemande de la première moitié du XIXe siècle et attirer l’attention des voisins. Par cette démarche éclectique, Niemeyer souhaite « contribuer à faire connaître ce que le passé offre de vraiment méritoire, ainsi que les améliorations qui ont pu être réalisées depuis ; de mettre à la portée des éducateurs et des maîtres de la jeunesse ce qui a été dit ou fait de meilleur dans tous les temps, et d’arriver ainsi à établir, sur la base de l’expérience, les règles solides de l’éducation et de l’enseignement63 ». Niemeyer ajoute encore qu’il s’agit « bien [de] se persuader qu’il n’existe pas plus, en pédagogie, de méthode unique et exclusive, qu’il ne peut exister en religion d’Église possédant seule le privilège de conférer le salut64 ». Il est par ailleurs intéressant de constater qu’entre 1841 et 1843, le pasteur strasbourgeois Théodore Fritz publie une somme pédagogique en trois volumes considérée comme la première traduction française de la doctrine éclectique formulée par Niemeyer65. Fritz fait appel à Cousin dans le but de propager cet écrit en France :

  • 66 Lettre de T. Fritz à V. Cousin, Strasbourg, 29 janvier 1841, Bibliothèque de la Sorbonne, Fonds Co (...)

J’ai l’honneur de vous transmettre les deux premiers volumes d’un ouvrage sur l’instruction, que je viens de publier. Cet ouvrage embrasse l’ensemble complet de la pédagogique (sic) ; il est, autant que je sache, le premier de ce genre en France et pourrait, à ce qu’il me semble, être utile à l’étude de cette partie. Il m’a semblé, et des juges assez compétents et impartiaux ont été de mon avis, qu’un pareil ouvrage devrait servir de base aux leçons de pédagogique qui doivent se donner dans les écoles normales. M. Cottard, recteur de l’académie de Strasbourg, en a écrit dans ce sens à M. le Ministre de l’Instruction publique. Je vous serais fort reconnaissant, si votre suffrage fut favorable à cette demande. M. le baron de Gérando a bien voulu m’écrire des lignes bien flatteuses sur mon travail ; son jugement favorable m’enhardit à faire cette démarche auprès de vous66.

  • 67 Voir Jacques Billard, L’éclectisme, Paris, PUF, 1998.

34Si Victor Cousin, figure tutélaire de l’éclectisme67, n’a pas à notre connaissance donné suite à l’appel de son collègue strasbourgeois, l’Esquisse sera très largement diffusée en Suisse romande. Le Père Girard, son élève Alexandre Daguet et l’éducateur genevois François-Marc-Louis Naville en feront grand cas dans la presse romande, parce qu’ils y voyaient avant tout l’occasion de légitimer l’éclectisme pédagogique dont ils se réclamaient :

  • 68 Alexandre Daguet, « À propos de l’Histoire de la pédagogie de M. Paroz », L’Éducateur, 23/1869, p. (...)

Si la littérature scolaire de l’Allemagne est riche en histoires et en encyclopédies de l’éducation, il n’en est pas de même de la littérature scolaire de la France. À part quelques compositions incomplètes et un peu confuses, comme le Dictionnaire d’éducation de l’abbé Migne, le seul ouvrage vraiment intéressant qui nous soit tombé dans les mains est celui du pasteur Fritz, de Strasbourg (1843), que sa culture scientifique et l’avantage d’habiter une ville située aux confins de la France et de l’Allemagne avaient mis à même de s’initier au mouvement intellectuel des deux pays. Aussi, comme le faisait observer l’auteur de l’histoire littéraire de l’éducation morale et religieuse en France, M. Louis Burnier, l’ouvrage de M. Fritz est certainement ce que nous avons de plus complet dans notre langue en matière d’histoire de la pédagogie68.

35Les raisons qui ont poussé ces éducateurs romands à opter pour l’éclectisme pédagogique s’expliquent assez aisément. Indéfiniment pris à partie par les ultramontains locaux, ils considéraient l’éclectisme comme l’unique moyen de s’extirper des querelles religieuses et politiques de leur temps :

  • 69 Alexandre Daguet, « Circulaire du comité central de la Société des instituteurs de la Suisse roman (...)

« Essayez tout et retenez ce qui est bon ». Telle est et telle sera toujours notre devise sur ce terrain élevé et neutre de l’éducation, où nous désirons nous maintenir à l’exemple de nos devanciers des précédents congrès, étrangers et supérieurs aux tiraillements des partis religieux et politiques qui divisent notre patrie et s’agitent autour de nous69.

36D’ailleurs, il faut encore faire remarquer que si l’on considère le processus de mise en écriture de la pédagogie en Europe, l’œuvre de Niemeyer constitue un socle à partir duquel vont s’édifier les grandes histoires de la pédagogie du XIXe siècle et dont Friedrich Heinrich Christian Schwarz, Théodore Fritz, Jules Paroz ou Gabriel Compayré sont les héritiers. C’est donc dans le sillage de cette constellation pédagogique européenne qu’apparaît Alexandre Daguet. Avant de s’imposer comme un acteur central de la scène historique et pédagogique de son temps, il va devoir apprendre à évoluer dans les méandres politiques de sa ville natale et éluder en premier lieu un certain « problème français ».

Notes

1 Voir Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de la Martinière, 2004.

2 Voir Pascale Casanova, La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, 2008 [1999].

3 Sur le réseau des Suisses à Berlin, voir Martin Fontius et Helmut Holzhey, Schweizer im Berlin des 18. Jahrhunderts, Berlin, Akademie Verlag, 1996 ; André Bandelier, Des Suisses dans la République des lettres. Un réseau savant au temps de Frédéric le Grand, Genève, Slatkine, 2007.

4 Voir Loïc Chalmel, La petite école dans l’école. Origine piétiste-morave de l’école maternelle française, Berne, Peter Lang ; Florence Catherine, La Pratique et les réseaux savants d’Albrecht von Haller (1708-1777), vecteurs du transfert culturel entre les espaces français et germaniques au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2012.

5 Voir Michel Espagne, L’ambre et le fossile. Transferts germano-russes dans les sciences humaines XIXe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2014 ; Danièle Tosato-Rigo, « Nobles russes en terre républicaine : les Golowkin », in Deux siècles de présence en Pays de Vaud : actes du colloque du 11 juin 2011, Slatkine, Genève, 2012, p. 68-80.

6 Voir Dominique Picco, « Le plan d’Ivan Betskoï pour l’Institut des demoiselles nobles de Smolny, modèle ou contre-modèle éducatif ? », in F. Cadilhon, M. Combet & M. Figeac-Monthus (éds.), Construire l’éducation de l’Ancien Régime à nos jours, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, p. 101-128.

7 Nicolas Gabriel Leclerc, Abrégé des études de l’homme fait, en faveur de l’homme à former, dédié aux représentants de la nation, Paris, Librairie Maradan, 1789.

8 Grégoire Girard, Discours de clôture du 9 septembre 1818 (1805-1822), Fribourg, Société fribourgeoise d’éducation, 1950, p. 67.

9 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son Temps. Histoire de la vie, des doctrines et des travaux de l’éducateur suisse (1765-1850), 2 tomes, Paris, Librairie Fischbacher, 1896.

10 Voir Supplément du catalogue de la Société économique de Fribourg, Imprimerie L.-J. Schmid, 1858 (les ouvrages marqués d’une astérisque proviennent de la bibliothèque personnelle de Girard).

11 Ibid., p. 40.

12 François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991.

13 Pedro Rossello, Marc-Antoine Jullien de Paris, père de l’éducation comparée et précurseur du Bureau international d’éducation, Genève, 1943 et du même, Les précurseurs du BIE, un aspect inédit de l’histoire de l’éducation et des institutions internationales, Genève, BIE, 1943.

14 Pierre de Vargas, « L’héritage de Marc-Antoine Jullien, de Paris à Moscou », Annales historiques de la Révolution française, 301/1995, p. 409.

15 Sur la trajectoire de Jullien, voir notamment Jacqueline Gautherin, « Marc-Antoine Jullien de Paris (1775-1848) », Perspectives : revue trimestrielle d’éducation comparée, vol. XXIII, 3-4/1993, p. 783-798 ; Marie-Claude Delieuvin, Marc-Antoine Jullien de Paris (1775-1848) : théoriser et organiser l’éducation, Paris, L’Harmattan, 2003.

16 Jacqueline Gautherin, op. cit., (version du BIE, 2000) p. 3.

17 Marc-Antoine Jullien de Paris, Esquisse et vues préliminaires d’un ouvrage sur l’éducation comparée entrepris d’abord pour les vingt-deux cantons de la Suisse et pour quelques parties de l’Allemagne ; susceptible d’être exécuté plus tard, d’après le même plan, pour tous les États d’Europe, Paris, L. Colas, 1817.

18 Claude-Henri de Saint-Simon, Lettres d’un habitant de Genève à ses contemporains, Paris, 1803.

19 Pierre de Vargas, op. cit., p. 427.

20 Cité dans Marie-Claude Delieuvin, op. cit., p. 29. Voir également la lettre de Girard à Louis Perrot du 9 septembre 1817 dans Pierre Bovet, Écoles nouvelles d’autrefois. Louis Perrot et les débuts de l’enseignement mutuel en Suisse française, Genève, 1938, p. 36-37.

21 Pierre de Vargas, op. cit., p. 428.

22 Marc-Antoine Jullien de Paris, op. cit., p. 16-17.

23 Ibid, p. 19-20.

24 Jean Houssaye, « Pédagogies : import-export », Revue française de pédagogie, avril-juin 2006, p. 88.

25 « Lettre au Conseil fédéral », L’Éducateur, 7/1867, p. 99.

26 Voir Loïc Chalmel, Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle, Berne, Peter Lang, 2004.

27 Michel Chalopin, L’enseignement mutuel en Bretagne de 1815 à 1850, université de Rennes, thèse de doctorat, 2008, p. 3.

28 Voir Irène Herrmann, « La Harpe, la Suisse et la Russie : questions d’influence », in Olivier Meuwly (éds.), Frédéric-César de La Harpe 1754-1838, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2011, p. 48-55.

29 Jacob Evert van Muyden-Porta, Mémoire sur la Société hollandaise d’utilité publique, présenté à la Société vaudoise d’utilité publique, dans sa séance du 2 août 1827, Lausanne, Imprimerie de Hignou Aîné, 1827, p. 13.

30 Ibid. p. 14.

31 Journal d’éducation, 1829, p. 6.

32 « Une première leçon de géographie et d’histoire », Journal d’éducation, 1829, p. 6-12.

33 « Note de la rédaction », Journal d’éducation, 1829, p. 49.

34 Jacob Evert van Muyden Porta, « Matériaux pour servir à la composition d’un Manuel des Régens (sic), en partie extrait d’ouvrages hollandais et allemands », Journal d’éducation, 1829, p. 49-57, 73-81, 97-103, 217-224, 241-246. Sur les manuels scolaires vaudois, voir Sylviane Tinembart, Le manuel scolaire de français, entre production locale et fabrique des savoirs. Le cas des manuels et de leurs concepteurs dans le canton de Vaud au XIXe siècle, thèse de doctorat, université de Genève, 2015 ainsi que Lionel Kaufmann, Autorité du discours-discours d’autorité : les manuels d’histoire vaudois (1938-1998), thèse de doctorat, université de Lausanne, 2013.

35 Actes de la Société suisse d’utilité publique. Réunion annuelle de Lausanne, 14 au 15 septembre 1830, Lausanne, Imprimerie des Frères Blanchard, 1831, p. 138.

36 Voir notamment Marcelo Caruso & Eugenia Roldan Vera, « Pluralizing Meanings : The monitorial system of education in Latin America », Paedagogica Historica, 6/2010 ; Marcelo Caruso, « The Persistence of Educational Semantics : Patterns of Variation in Monitorial Schooling in Colombia (1821-1844) », Paedagogica Historica, 41 (6), p. 721-744 et du même, « Cheap, suitable, promising : monitorial schooling and the challenge of mass education in early liberal Spain (1808-1823) », Bordón, 65 (4), p. 33-45 ; Carlos Manique da Silva, Circulating the Monitorial System of Education : « The Portuguese Teacher Alexandre Luis da Cunha in the Atlantic World », in Caruso M., Koinzer T., Mayer C. & Priem K. (éds), Zirkulation und Transformation. Pädagogische Grenzüberschreitungen in historischer Perspektive, Böhlau Verlag, 2014, p. 177-190.

37 En effet, M. Herbault semble avoir utilisé la méthode dans son école parisienne de l’hospice de la Pitié dès le milieu du XVIIIe siècle, comme M. Paulet, irlandais d’origine, qui profita d’un soutien financier de Louis XVI pour fonder une maison d’éducation destinée aux enfants de militaires. Divisés en quatre groupes, ces petits officiers étaient dirigés par un enfant promu major, voir Fleming Voltelin van der Byl, Le chevalier Pawlet, éducateur oublié. Sa vie et son œuvre : son rôle et son importance dans l’histoire de l’Enseignement mutuel, Paris, Librairie Recueil Sirey, 1935.

38 Marcelo Caruso, « Connecting men of progress. The international educational network of the French Société pour l’instruction élémentaire (1815-1850) » (accessible sur ../https).

39 Cité dans l’article « Société pour l’instruction élémentaire », édition électronique du NDP de 1911, p. 2.

40 Joseph Hamel, L’enseignement mutuel ou Histoire de l’introduction et la propagation de cette méthode par les soins du Dr Bell, de J. Lancaster et d’autres, Paris, L. Colas, 1818, p. 163.

41 Ibid., p. 170.

42 Ibid., p. 171-172.

43 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. 1, p. 327.

44 Voir Pierre Bovet, Écoles nouvelles d’autrefois. Louis Perrot et les débuts de l’enseignement mutuel en Suisse française, Genève, 1938, p. 34. Sur les enjeux de l’enseignement mutuel à Genève, voir Christian Alain Muller, « L’enseignement mutuel à Genève ou l’histoire de l’“échec” d’une innovation pédagogique en contexte, 1815-1850 », Paedagogica Historica, vol. 41-1/2, p. 97-119 ainsi que Rita Hofstetter, Les lumières de la démocratie. Histoire de l’école primaire publique à Genève au XIXe siècle, Berne, Peter Lang, 1998, p. 133-140.

45 Discours de clôture prononcés par le R. P. Grégoire Girard (1805-1822), Fribourg, Société fribourgeoise d’éducation, 1950 [1816], p. 48.

46 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. 1, p. 309.

47 Grégoire Girard, Méthodes et procédés d’éducation, op. cit., p. 53.

48 Voir Marie Vergnon, Robert Owen, pédagogue de l’art industriel ?, thèse de doctorat, université de Lorraine, 2013 ; Michel Onfray, L’eudémonisme social, Paris, Grasset, 2008, p. 177-214.

49 Lettre de Robert Owen à Daguet, Sevenoaks Park, 1er janvier 1858, AEF, Fonds Daguet.

50 Cité dans Pierre Bovet, Écoles nouvelles d’autrefois. Louis Perrot et les débuts de l’enseignement mutuel en Suisse française, Genève, Institut J.-J. Rousseau, 1938, p. 27.

51 Voir Daniela Vaj, « Une pédagogue genevoise méconnue : Mathilde Calandrini et la diffusion de l’éducation populaire enfantine dans l’Italie du Risorgimento », Société genevoise d’études italiennes, 1999, p. 287-310.

52 Sur la diffusion de l’enseignement mutuel en Italie, voir Anna Ascenzi et Giuseppina Fattori, L’alfabeto e il catechismo. La diffusione delle scuole du mutuo insegnamento nello Stato Pontifico (1819-1830), Pise et Rome, università di Macerata, 2006.

53 Alexandre Daguet, Le Père Girard et son temps, op. cit., t. II, p. 225-226.

54 Alexandre Daguet, « Centième anniversaire de la naissance du Père Girard », L’Éducateur, 24/1865, p. 371. Sur la réception du mutualisme en Allemagne, voir Marcelo Caruso, « Locating Educational Authority : Teaching Monitors, Educational Meanings, and the Import of Pedagogical Models : Spain and the German States in the 19 th Century », in D. Phillips & K. Ochs (éds.), Educational Policy Borrowing : Historical Perspectives, Oxford, Symposium Books, p. 59-87.

55 Alexandre Daguet, « La question scolaire devant le Grand-Conseil de Fribourg », L’Éducateur, 7/1870, p. 99.

56 Victor Cousin, De l’instruction publique en Allemagne, en Prusse et en Hollande, tome troisième, Bruxelles, Société belge de Librairie Hauan & Cie, 1841, p. 248.

57 Ibid., p. 231-232.

58 Voir Bruno Poucet, « Petite histoire de l’enseignement mutuel : l’exemple du département de la Somme », Carrefours de l’éducation, 1/2009, n° 27, p. 7-18 ainsi que Raymond Tronchot, L’enseignement mutuel en France de 1815 à 1833, les luttes politiques et religieuses autour de la question scolaire, université de Lille, thèse de doctorat, 1973, p. 182 sq.

59 Joseph Hamel, L’enseignement mutuel ou Histoire de l’introduction et de la propagation de cette méthode par les soins du Dr Bell, de J. Lancaster et d’autres, Paris, L. Colas, 1818, p. 175-178.

60 Après un premier séjour en 1817, un second en 1818, il y retourne en 1824 et y sera emprisonné.

61 Dominique Bourel, Souvenirs d’Allemagne, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 13.

62 Lettre de A. Gindroz à V. Cousin, Lausanne, 1er octobre 1837, BSFC, MSVC 231 : correspondance générale, t. XVIII.

63 James Guillaume, « Niemeyer », NDP, 1911.

64 Ibid.

65 Théodore Fritz, Esquisse d’un système complet d’instruction et d’éducation et de leur histoire, avec indication des principaux ouvrages qui ont paru sur les différentes branches de la pédagogique, surtout en Allemagne, 2 vol., Strasbourg, 1841.

66 Lettre de T. Fritz à V. Cousin, Strasbourg, 29 janvier 1841, Bibliothèque de la Sorbonne, Fonds Cousin, MSVC 229 : Correspondance générale, t. XVI.

67 Voir Jacques Billard, L’éclectisme, Paris, PUF, 1998.

68 Alexandre Daguet, « À propos de l’Histoire de la pédagogie de M. Paroz », L’Éducateur, 23/1869, p. 378-379.

69 Alexandre Daguet, « Circulaire du comité central de la Société des instituteurs de la Suisse romande aux membres du corps enseignant et aux amis de l’éducation dans la Suisse romande », L’Éducateur, 13/1874, p. 202.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search