Version classiqueVersion mobile

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Introduction. La pédagogie comme transfert culturel

Texte intégral

  • 2 Voir Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le modèle universitaire allemand (188 (...)
  • 3 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXesiècle, Paris, Seuil, 2 (...)

1Comme le souligne l’éducateur suisse Alexandre Daguet, collègue et ami de Ferdinand Buisson à l’académie de Neuchâtel, la pédagogie occidentale s’est construite de manière collective, au prix d’innombrables emprunts transnationaux. Pensée globalement, elle est le fruit d’une « mobilisation générale » portée par divers acteurs singuliers et collectifs dès la fin du XVIIIe siècle et regroupés dans des réseaux qui avaient pour but commun l’amélioration de l’éducation des masses peu à peu cristallisée – non sans résistance – sous la bannière « laïcité-obligation-gratuité ». Ce programme ambitieux a impliqué la mise en place de superstructures et de connexions internationales devant hâter l’avènement d’un « écolier-citoyen » instruit à la source d’une morale scolaire laïcisée et engagé à prendre sa place dans la nation pour servir au mieux les besoins de l’État : que l’on pense aux réseaux philanthropiques qui ont notamment pesé dans la diffusion de l’enseignement mutuel ou aux missions pédagogiques confiées à des spécialistes qui devaient rendre compte de l’état d’avancement du pays scruté et en compiler les pratiques les plus efficientes2. Dès 1851, les expositions universelles jouent par ailleurs un rôle nodal dans l’élaboration commune de normes identitaires mais aussi pédagogiques. À cet égard, Anne-Marie Thiesse souligne que « tout groupe national se montrait fort attentif à ce qu’accomplissaient ses pairs et concurrents, s’empressant d’adapter pour son propre compte une nouvelle trouvaille identitaire, étant à son tour imité dès qu’il avait conçu un perfectionnement ou une innovation3 ».

2C’est pour ces raisons que l’on ne peut considérer l’école de Jules Ferry comme une invention made in France qui se serait élaborée en vase clos. Comme pour la plupart des espaces pédagogiques (Bildungsraum)4 qui se consolident durant le XIXe siècle, les structures scolaires mises en place sous la III e République résultent d’un jeu complexe de transferts culturels, d’absorptions de savoirs étrangers et de retraductions personnalisées. Il suffit de parcourir le Catalogue noir5 instauré par Ferdinand Buisson dès 1886 pour constater l’étendue des références étrangères à partir desquelles l’école de Ferry s’est modelée. Ce passeport de la mémoire métissée de l’école républicaine recense tout ce que l’Europe pédagogique a produit de règlements, de programmes, de lois scolaires, de manuels ou d’ouvrages théoriques comme autant de pratiques susceptibles d’être appliquées ad usum Galliae.

  • 6 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée : histoire de la souveraineté du peuple en France, Par (...)

3La Suisse occupe une place de choix dans le transfert de savoirs scolaires vers Paris et la présence d’une minorité française dans le repli helvétique s’avéra déterminante dans la mise en place de ces translations. D’où l’intitulé de ce livre, dont le principal dessein consiste à éclairer certaines références suisses de l’école républicaine. Si Pierre Rosanvallon a décelé un « moment suisse de la démocratie française6 » qui s’étendrait globalement de 1890 à 1905, il existe une période qui s’avéra tout aussi décisive dans le processus de structuration des relations pédagogiques franco-romandes. En effet, suite au coup d’État du 2 décembre 1851 et à l’avènement du Second Empire, un nombre important d’opposantes et d’opposants à Louis Napoléon Bonaparte – les irréconciliables – s’exilent en Suisse jusqu’à l’amnistie de 1859, sinon jusqu’à la proclamation de la III e République le 4 septembre 1871. Que l’on pense à Edgar Quinet, installé à Veytaux près de Montreux entre 1858 et 1870 et à ses hôtes plus ou moins réguliers comme Jules Ferry, l’historien Jules Michelet, Georges Clemenceau ou dans une moindre mesure Adolphe Thiers en exil à Vevey. Que l’on pense également au divulgateur de Kant en France, Jules Barni, placé par Quinet à la tête de la chaire de philosophie de l’université de Genève dès 1861 et surtout à Ferdinand Buisson, la cheville ouvrière des grandes lois scolaires. Professeur à l’académie de Neuchâtel entre 1866 et 1870, il y sera bientôt rejoint par Jules Steeg et Félix Pécaut, deux autres piliers de l’école républicaine. L’intense travail d’observation de la démocratie suisse et de ses systèmes éducatifs laisse présager plus d’un emprunt. C’est ce qu’indique clairement Buisson, lorsqu’il évoque a posteriori son séjour neuchâtelois durant lequel il n’a cessé de réfléchir aux emprunts éducationnels susceptibles d’être acclimatés en France afin de relever la nation :

  • 7 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916) : conférence faite à l’Aula de l’université de Neuchâtel (...)

Comment s’y préparer mieux qu’en venant faire l’étude et l’apprentissage de la vie républicaine dans la plus ancienne démocratie de l’Europe ? Pour la République française renaissante, l’éducation serait la première de toutes les réformes : où pourrait-on, mieux qu’en Suisse, en chercher l’inspiration, en recueillir les principes et la méthode ? Et c’est ainsi qu’ayant eu le bonheur d’être admis, je m’installai à Neuchâtel bien plus, vous le voyez, en étudiant qu’en professeur. Observer à l’œuvre une démocratie vivante, en saisir l’âme dans l’école, puisque tant vaut l’école, tant vaut la nation, noter enfin les grands traits qu’un jour nous essaierons de reproduire chez nous, non pas par voie de copie servile, mais par l’élan des mêmes forces de liberté et de raison : telle fut, du premier au dernier jour, ma préoccupation constante7.

  • 8 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris PUF, 1992 [1959].
  • 9 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République : aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900), Re (...)
  • 10 Voir Pierre Ognier, L’école républicaine française et ses miroirs, Berne, Peter Lang, 1988.

4De leur trajectoire helvétique, que retiendront ces proscrits, relégués hors d’une France dont ils repenseront bientôt la formule à l’aide de références empruntées entre Berlin et Moscou, entre Zurich et Genève ? Que restitueront-ils de leur terre de proscription, si ce ne sont les outils qui serviront à renouer avec les idées des Lumières incarnées par Condorcet. Il serait bien présomptueux d’affirmer que la IIIe République trouve ses fondements en Suisse, surtout quand on connaît, depuis l’étude de Claude Digeon8, le poids de l’Allemagne dans le processus régénératif français. Toutefois, Patrick Cabanel a raison de rappeler que « la Troisième République est née aussi autour de la terrasse de Veytaux9 » et Pierre Ognier d’affirmer que la Suisse comme la Belgique ont révélé leur fonction de référence imaginaire, largement idéalisée10. Car on ne saurait trop montrer – et c’est là le pari de cet ouvrage – que c’est également de Suisse romande que s’est préparée, bien avant l’arrivée des républicains aux affaires d’ailleurs, la réactivation d’une pédagogie libérale-nationale qui aura un rôle déterminant dans le processus créatif et rassembleur de la nation française.

Repenser la standardisation silencieuse des savoirs scolaires

  • 11 Cité par Alexandre Daguet, « Pédagogie française et comparée », L’Éducateur, 10/1883, p. 163-164.

5Au fur et à mesure de la consolidation des États-nations, on constate une gêne, sinon une défiance à assumer l’emprunt. Dans les années 1880, Félix Pécaut, figure titulaire de l’école républicaine et fondateur de l’école normale supérieure de jeunes filles de Fontenay-aux-Roses, se demande « si dans le zèle que l’on montre à étudier les pays étrangers pour leur emprunter ce qu’ils ont de mieux en matière de pédagogie on ne risque pas de faire fausse route et d’égarer le génie français par ces imitations exotiques et contre-nature11 ».

  • 12 Voir Bernd Zymek, Das Ausland als Argument in der pädagogischen Reformdiskussion : Schulpolitische (...)
  • 13 Ferdinand Buisson, « Projet d’établissement d’un musée pédagogique », Manuel général de l’instruct (...)

6Cette fidélité à la tradition ne s’accompagne nullement d’une diminution des circulations, bien au contraire. Mais concilier affirmation nationale et emprunt ne va pas de soi. On remarque que les autorités scolaires et politiques valorisent explicitement certains emprunts à opérer à l’international afin de légitimer leurs propres vues scolaires et orienter l’opinion publique pour précipiter leur réalisation à l’échelle locale12. Menant sa propagande en faveur de la création d’un musée pédagogique en France, Ferdinand Buisson s’alarme du fait que « tous les pays qui se préoccupent de l’instruction populaire possèdent aujourd’hui cette institution ; le nôtre est le seul, ou peu s’en faut, qui ne la connaisse pas13 ».

  • 14 Gita Steiner-Khamsi, « Reterritorialisation de l’importation éducationnelle. Explorations de la po (...)
  • 15 Jean Houssaye, « Pédagogies : import-export », Revue française de pédagogie, avril-juin 2006, p. 8 (...)
  • 16 Florian Waldow a argumenté l’existence de silent borrowing, dans le contexte de son étude sur la c (...)

7Une autre modalité liée au transfert demeure plus ambiguë. Lorsqu’une pratique pédagogique passe d’un contexte à l’autre (nations, régions, cantons, individus, etc.), on constate qu’elle est adaptée aux normes du contexte d’accueil afin d’y être greffée. Les médiateurs qui guident cette translation en façonnent une version singulière et autonome, souvent radicalement réinterprétée et qui autorise de ce fait la suppression de l’origine de l’emprunt. Gita Steiner-Khamsi notamment nous rend attentif à ces problèmes liés à la reterritorialisation de l’importation éducationnelle. Elle éclaire le processus hautement politisé de sélection des emprunts et convoque l’idée fort pertinente de nettoyage14. On remarque en effet que le succès et l’efficience de l’importation d’un savoir ou d’une méthode pédagogique dépendent de la capacité de ses médiateurs à en gommer plus ou moins grossièrement la généalogie. Jean Houssaye pointe également ce phénomène et explique que toute nouvelle pédagogie, « pour exister et s’imposer, se doit de s’opposer, et au besoin d’effacer, de passer sous silence, de diaboliser15 ». On ajoutera à ce constat que les autorités scolaires portaient une si grande énergie à s’approprier l’emprunt, à se le « faire soi », que celui-ci finissait par se confondre dans le panorama scolaire local et par un mécanisme de déni à en devenir une invention du cru. Ce processus de resémantisation et de nettoyage des filiations aboutit à ce que j’appellerai une standardisation silencieuse des savoirs scolaires16. Silencieuse parce que sous le couvert d’un processus d’acculturation plus ou moins radical, l’objet transféré est singularisé et perçu comme le fruit du génie national quand bien même on le retrouve décliné sous d’autres formes chez les voisins qui se targuent d’un discours similaire.

  • 17 On en trouvera une synthèse dans Jason Beech, « The theme of Educational Transfer in Comparative E (...)

8Les sciences de l’éducation – et c’est là un de leur principal atout – sont nées et se sont consolidées dans le sillage d’interactions internationales émanant traditionnellement du monde pédagogique, que l’on pense aux réseaux des jésuites et à leur Ratio Studiorum. On relèvera toutefois le caractère paradoxal de la naissance d’une science de l’éducation qui devient politiquement importante dans un contexte où l’universalisme lui-même devient une prétention nationale. Du reste, le fait que son fondateur Marc-Antoine Jullien, dit de Paris, soit également le père de l’éducation comparée ne fait que confirmer le constat du lien entre science de l’éducation et construction nationale. Dans le sillage de ses travaux, les historiens de l’éducation n’ont depuis cessé de s’interroger sur les systèmes scolaires pour définir leurs similitudes et différences, leurs avantages et inconvénients, leurs qualités et imperfections afin d’en importer les pratiques les plus efficientes17. En posant un regard rétrospectif sur cette histoire riche de deux siècles, Henk van Daele concède cependant que :

  • 18 Henk van Daele, L’éducation comparée, Paris, PUF, 1993, p. 108-109.

La grande majorité des comparatistes de la première moitié de notre siècle [XXe siècle] se limite à décrire, souvent d’une manière ethnocentrique, quelques systèmes nationaux d’enseignement en Europe occidentale et en Amérique du nord. S’inspirant des idées de Michael Sadler, James Russel et de Friedrich Schneider, ils sont tous convaincus que le système d’éducation de chaque pays, considéré – à tort ! – comme une unité homogène, est le résultat typique de l’histoire nationale et du « caractère d’un peuple18 ».

  • 19 Jürgen Schriewer, « L’éducation comparée : un programme ambitieux face à de nouveaux défis », in P (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 47.
  • 22 Voir Michel Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17, 1994 (...)

9Les spécialistes de l’éducation comparée sont donc conscients des promesses non tenues par une approche comparative qui n’a su proposer des explications convaincantes19. Jürgen Schriewer explique que « les évidences empiriques mises au jour par la comparaison ne permettent guère de corroborer les modèles explicatifs macrosociaux initialement posés20 ». Il s’agit également de répondre à de nouveaux défis liés à l’évolution même de la mondialisation. Dans ce sens, Schriewer constate que « les sociétés, les nations ou les civilisations […] s’estompent derrière des amalgames complexes où se superposent des entités historico-culturelles et des interdépendances globales, des configurations particulières et des processus d’interpénétration civilisationnelle, la formation d’hybrides et des métissages culturels21 ». De cette prise de conscience nodale découle le fondement méthodologique de ce livre. Au lieu d’opposer des systèmes scolaires dans un jeu comparatiste qui présuppose de facto des aires culturelles closes22, je me suis plutôt interrogé sur les phénomènes d’inclusion pour montrer, sans dévaloriser les particularismes, qu’il existe une mémoire scolaire suisse de la France comme il existe une mémoire française de l’école suisse. En d’autres termes, j’ai essayé de déconstruire le caractère essentiellement national (ou cantonal pour la Suisse) à partir duquel sont traditionnellement présentées les histoires des instructions publiques que plusieurs générations d’historiens ont contribué à compartimenter.

Décloisonner les espaces pédagogiques pour reformuler des connexions oubliées

  • 23 Neue Zürcher Zeitung am Sonntag, 28 août 2011, p. 14. Voir également Volker Reinhardt, Die Geschic (...)
  • 24 À cet égard, voir le Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France dirigé par Pascal Ory, publ (...)

10Volker Reinhardt a montré combien il s’avère essentiel, pour les nations européennes, de s’extraire de cette idée de Sonderfall (d’exception ou de cas particulier) pour apprendre à se représenter au sein d’un monde divers et métissé23. Cette recherche s’inscrit pleinement dans cette démarche, dans cette nécessité de réévaluer l’histoire des nations occidentales afin d’en éclairer les racines étrangères et en mesurer les dettes et les créances socioculturelles24. Ce travail paraît d’autant plus utile que nous traversons une période de crispation identitaire particulièrement profonde. Accepter que notre histoire soit aussi celle des autres constitue assurément un défi de taille pour l’ego-citoyen du XXIe siècle. Autant de défis qui nous engagent à prolonger le travail de reconnaissance des réseaux d’héritages subtilement pointé par Michel Espagne :

  • 25 Michel Espagne, « L’horizon anthropologique des transferts culturels – Introduction », Revue germa (...)

On ne compte plus les caricatures très parlantes présentant l’Europe comme une forteresse dont les clivages internes sont réduits au point d’en être gommés, dont la diversité des mœurs et de langues paraît oubliée, laissant en dehors de ses murs la véritable altérité, une altérité tellement inaccessible que, comme le soupçonne Édouard Saïd, la perception que nous en avons serait notre propre construction. À la vérité, des turqueries du XVIIe siècle à l’art nègre en passant par les persans de Montesquieu, le goût des jésuites pour la Chine ou l’égyptomanie napoléonienne, il se pourrait que des éléments extérieurs de la forteresse soient depuis bien longtemps des pierres de sa fondation même25.

  • 26 On trouvera une présentation détaillée des projets en cours sur le site du laboratoire d’excellenc (...)

11Pour rendre compte de ces mécanismes d’emprunts, j’ai étudié ces échanges pédagogiques au travers de la notion de transfert culturel. Introduite par un groupe de chercheurs franco-allemands dans le milieu des années 1980, la question des transferts culturels continue d’être le point de convergence de recherches diversifiées mais dessinant un espace théorique et méthodologique commun répondant à un même souci d’aborder de façon nouvelle les imbrications culturelles26.

  • 27 Voir Monique Mombert, L’enseignement de l’allemand en France 1880-1918. Entre « modèle allemand » (...)
  • 28 Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’éche (...)

12Encore peu employée par les historiens de l’éducation27, la méthodologie évolutive des transferts culturels a l’avantage de dépasser, tout comme le fait l’histoire globale, le cadre national pour mettre en avant l’idée de socle commun, d’osmose culturelle et placer la figure de l’étranger au centre du débat. Caroline Douki et Philippe Minard rappellent que « les compartimentages nationaux tendent en effet à escamoter ou rendre peu visibles tous les phénomènes d’interrelation et de connexions, en imperméabilisant les frontières, en détachant les objets des contextes et liens transétatiques28 ». Ainsi, pour les pères de la Kulturtransferforschung :

  • 29 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 1.

Le terme de transfert culturel marque un souci de parler simultanément de plusieurs espaces nationaux, de leurs éléments communs, sans pour autant juxtaposer les considérations sur l’un et l’autre pour les confronter, les comparer ou simplement les cumuler. Il signale le désir de mettre en évidence des formes de métissage souvent négligées au profit de la recherche d’identités, d’une recherche qui vise naturellement à occulter ces métissages, même lorsque les identités en résultent29.

  • 30 Monique Mombert, op. cit., p. 12.

13Dans cette perspective, Monique Mombert, dans son étude sur l’enseignement de l’allemand en France, a fait le choix méthodologique « de ne pas comparer des données statiques, mais de chercher à saisir des dynamiques30 », en suivant concrètement la trajectoire des emprunts au travers d’une analyse triple (sélection-médiation-réinterprétation). Quelles motivations, quels intérêts poussent en effet des instituteurs ou des cadres de l’instruction publique à importer une pratique pédagogique modelée ailleurs, celle-ci résultant parfois elle-même d’une ou de plusieurs translations antérieures ? Quels acteurs singuliers ou collectifs assurent le processus de médiation et de retraduction ? Quelle configuration prend le savoir transféré lorsqu’il change d’environnement culturel ? Cet emprunt est-il toujours assumé ou est-il au contraire l’enjeu de résistances ?

  • 31 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 11. Voir Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1 (...)
  • 32 Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du mond (...)
  • 33 Voir Julia Clancy-Smith, « L’école de la rue du Pacha à Tunis : l’éducation de la femme arabe et l (...)

14Afin d’aller vers des réponses à ces questionnements, j’ai tenté de réévaluer l’histoire des relations pédagogiques franco-suisses du XIXe siècle ; il s’agissait d’être particulièrement attentif aux médiateurs pluriels qui se sont chargés, pour de multiples raisons, d’entreprendre le transfert de pratiques et de savoirs scolaires entre ces deux espaces bien plus interdépendants qu’il n’y paraît. Est-il besoin de le préciser, si j’ai choisi de faire des relations entre la France et la Suisse romande l’épicentre de cette recherche, il ne fait aucun doute qu’une analyse similaire pourrait être menée dans d’autres constellations, car à l’évidence le XIXe siècle pédagogique relève d’une dissolution manifeste des pratiques scolaires déclinées à tout vent entre les puissances européennes engagées dans un jeu de concurrences acharnées. Pour autant et comme on le verra à de nombreuses reprises, se polariser sur ces deux espaces implique nécessairement d’avoir l’Europe entière en ligne de mire. Car, que ce soit lors du processus de création de la nation française, comme celui de la région romande, c’est à partir du concert européen que ces deux espaces ont effectué leurs propres gammes, composées très souvent de consonances germaniques. Les travaux d’Ernest Gellner, de Benedict Anderson ou d’Anne-Marie Thiesse, qui a montré qu’il n’y a « rien de plus international que la formation des identités nationales31 », sont là pour l’attester. Mieux encore, il aurait fallu considérer les circulations dans une perspective transcontinentale, afin de s’extraire de cet eurocentrisme pointé notamment par Jack Goody32. Car si l’on peut démontrer que l’école républicaine a construit son instruction publique, à l’instar des autres nations européennes, en absorbant pratiques et savoirs dans ce qui apparaît comme un socle commun de la pédagogie occidentale, alors il serait utile de faire réapparaître ces filiations en contexte colonial, là où l’école semble, en tout cas de prime abord, la plus nationalisée33.

Alexandre Daguet : entre nationalisme et universalisme

  • 34 On trouvera les principaux repères biographiques ainsi qu’une autobiographie inédite d’Alexandre D (...)

15L’historien et pédagogue romand Alexandre Daguet (1816-1894) sera notre guide dans ce travail de réévaluation34. Homme engagé dans tous les combats de son temps, historien de la nation, théoricien des idées éducatives, son activité scientifique est colossale : plus de mille contributions dans L’Éducateur, un Manuel de Pédagogie à succès (cinq éditions), une Histoire de la Confédération suisse traduite en trois langues et son Abrégé pour les écoles primaires réédité à seize reprises, ensemble auquel il faut adjoindre plus de cent cinquante articles historiques et une biographie de son maître le Père Girard publiée à titre posthume chez Fischbacher à Paris grâce à l’appui de cadres de l’école républicaine française.

  • 35 Les travaux et études consacrées à Daguet sont référencés dans la bibliographie.

16Si la trajectoire et l’œuvre nationale de cet intellectuel sont bien connues35, c’est plutôt la dialectique entre nationalisme et universalisme qu’il incarne que j’ai trouvé intéressant d’étudier. Car si son œuvre d’historien libéral-national est intégralement consacrée à l’appréhension des particularismes régionaux, cantonaux et nationaux de son pays, sa posture s’élargit et se décloisonne considérablement lorsqu’il devient rédacteur en chef de L’Éducateur, la revue des instituteurs romands fondée en 1865. C’est au nom d’un principe d’universalité de la pédagogie émancipée des a priori ethnocentriques que Daguet façonne puis développe la phase éclectique de la pédagogie dixneuvièmiste romande. Consulté par l’élite scolaire française, un réseau se dessine autour de ce creuset romand qui jouit d’une certaine autorité et dont la revue fait l’objet d’emprunts et permet une large circulation des méthodes hors des frontières nationales. Inversement, L’Éducateur se veut un ample réceptacle au sein duquel Daguet « essaie tout pour ne retenir que ce qui est bon ». L’essentiel de la pédagogie du moment y est traduit, exposé et réinterprété, formant par là même une mémoire infrastructurelle de la pédagogie occidentale. Ainsi, bien qu’il ait décliné l’appel de Ferdinand Buisson à édifier avec lui une « œuvre internationale d’éducation », son rôle de passeur dans l’espace franco-romand fut important et reste à découvrir, tout comme les liens qu’il a entretenus avec les cadres de l’école française. Étudier sa correspondance, riche de plus de trois mille lettres, révèle un réseau resté inédit qui intègre des figures de premier plan tels Ferdinand Buisson, Jules Steeg, Gabriel Compayré, Édouard Charton, Max Buchon, Gustave Courbet, Hyacinthe Loyson, Jean-Jacques Rapet, Frédéric Passy, Gustave Vapereau, Charles Defodon, Charles Lucas ou encore Jean Macé. C’est donc d’une histoire de médiateurs et de transferts culturels dont il sera question dans cet ouvrage, afin de pointer le rôle décisif d’acteurs singuliers ou collectifs dans l’acculturation de savoirs scolaires entre la Suisse et la France.

Notes

2 Voir Christophe Charle, « L’élite universitaire française et le modèle universitaire allemand (1880-1900) », in M. Werner et M. Espagne (éds.), Transferts. Les relations intellectuelles dans l’espace franco-allemand, Paris, Éditions recherche sur les civilisations, 1988, p. 346-358 ; Loïc Chalmel, Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle, Berne, Peter Lang, 2004 ; Damiano Matasci, « Le système scolaire français et ses miroirs, Les missions pédagogiques entre comparaison internationale et circulation des savoirs », Histoire de l’éducation, n° 125, 2010, p. 35-51.

3 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 2001 [1999], p. 13. Voir également Brigitte Schroeder-Gudehus et Anne Rasmussen, Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles, 1851-1992, Paris, Flammarion, 1992.

4 Lucien Criblez, Bildungsraum Schweiz, Berne, Haupt, 2008. Voir également Rita Hofstetter, Une école pour la démocratie. Histoire de l’école publique à Genève au XIXe siècle, Berne, Peter Lang, 1998 ; Jean-Michel Chapoulie, L’École et l’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, PUR, 2010 ; Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (éds.), « L’État et l’éducation en Europe, XVIIIe-XXIe siècles », Histoire de l’Éducation, n° 134, avril-juin 2012.

5 Une version numérisée est accessible surhttp://www.bibliotheque-diderot.fr/bibliotheque-numerique

6 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée : histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 294.

7 Ferdinand Buisson, Souvenirs (1866-1916) : conférence faite à l’Aula de l’université de Neuchâtel le 10 janvier 1916, Paris, Librairie Fischbacher, 1916, p. 11-12.

8 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris PUF, 1992 [1959].

9 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République : aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900), Rennes, PUR, 2003, p. 22.

10 Voir Pierre Ognier, L’école républicaine française et ses miroirs, Berne, Peter Lang, 1988.

11 Cité par Alexandre Daguet, « Pédagogie française et comparée », L’Éducateur, 10/1883, p. 163-164.

12 Voir Bernd Zymek, Das Ausland als Argument in der pädagogischen Reformdiskussion : Schulpolitische Selbstrechtfertigung, Auslandspropaganda, internationale Verständigung und Ansätze zu einer vergleichenden Erziehungswissenschaft in der internationalen Berichterstattung deutscher pädagogischer Zeitschriften 1871-1952, Ratingen, Kastellaun, 1975 ; Philipp Gonon, « Learning from European Neighbours : The role of the State in defining of Institutional Policies – The Case of Switzerland », in Heikkinen A. (éds.), Vocational Education and Culture-European Prospects from Theory and Practice, 1995, p. 22-36.

13 Ferdinand Buisson, « Projet d’établissement d’un musée pédagogique », Manuel général de l’instruction primaire, 2 mars 1878, p. 85.

14 Gita Steiner-Khamsi, « Reterritorialisation de l’importation éducationnelle. Explorations de la politique de l’emprunt éducationnel », in Martin Lawn et Antonio Novoa (éds), L’Europe réinventée. Regards critiques sur l’espace européen de l’éducation, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 103-128.

15 Jean Houssaye, « Pédagogies : import-export », Revue française de pédagogie, avril-juin 2006, p. 83-93.

16 Florian Waldow a argumenté l’existence de silent borrowing, dans le contexte de son étude sur la construction du système scolaire suédois, voir « Undeclared imports : silent borrowing in educational policy-making and research in Sweden », Comparative Education, 45/4, 2009, p. 477-494. Je remercie Lucien Criblez qui m’a guidé vers ces développements.

17 On en trouvera une synthèse dans Jason Beech, « The theme of Educational Transfer in Comparative Education : a view over time », Research in Comparative and International Education, vol. 1, 1/2006, p. 2-13. Pour une vue plus détaillée, voir notamment Nicholas A. Hans, « Exportation of Educational Ideas », Journal of Educational Sociology, vol. 29, 7/1956, p. 274-281 ; Konstantin Ushinsky, « On National Character of Public Education », in A. I. Piskunov (éds.), K. D. Ushinsky : selected works, Moscow, Progress Publishers, 1975 ; Michael Sadler, « How Far Can we learn anything of practical value from the study of foreign systems of Education ? », in J. Higginson (éds), Selections from Michael Sadler : studies in world citizenship, Liverpool, Dejall & Meyorre, 1979 ; Marcelo Caruso et Heinz-Elmar Tenorth (éds.), Internationalisierung : Semantik und Bildungssystem in vergleichender Perspektive, Frankfurt am Main, Lang, 2002 ; David Phillips et Kimberly Ochs, Educational Policy Borrowing : historical perspectives, Oxford, Symposium Books, 2004 ; Jürgen Schriewer, « L’internationalisation des discours sur l’éducation : adoption d’une « idéologie mondiale » ou persistance du style de « réflexion systémique » spécifiquement nationale ? », Revue française de pédagogie, 146/2004, p. 7-26 ; Jeremy Rappleye, « Theorizing Educational Transfer : toward a conceptual map of the context of cross-national attraction », Research in Comparative and International Education, 1/3, 2006, p. 223-240.

18 Henk van Daele, L’éducation comparée, Paris, PUF, 1993, p. 108-109.

19 Jürgen Schriewer, « L’éducation comparée : un programme ambitieux face à de nouveaux défis », in P. Laderrière, F. Vaniscotte, L’éducation comparée : un outil pour l’Europe, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 44. Voir également Mattei Dogan et Ali Kazancigil, Comparing Nations, Oxford & Cambridge, Blackwell, 1994.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 47.

22 Voir Michel Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17, 1994, p. 112.

23 Neue Zürcher Zeitung am Sonntag, 28 août 2011, p. 14. Voir également Volker Reinhardt, Die Geschichte der Schweiz : von den Anfängen bis heute, München, Beck, 2011.

24 À cet égard, voir le Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France dirigé par Pascal Ory, publié chez Robert Laffont en 2013.

25 Michel Espagne, « L’horizon anthropologique des transferts culturels – Introduction », Revue germanique internationale, 2004, p. 6.

26 On trouvera une présentation détaillée des projets en cours sur le site du laboratoire d’excellence labexTransferS (http://www.transfers.ens.fr). On trouvera une liste indicative travaux de la Kulturtransferforschung dans la bibliographie en fin de volume.

27 Voir Monique Mombert, L’enseignement de l’allemand en France 1880-1918. Entre « modèle allemand » et « langue de l’ennemi », Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001 ; Danièle Tosato-Rigo, « Une didactique des droits de l’homme ? Autour de quelques catéchismes républicains helvétiques », in Menschenrechte und moderne Verfassung. Die Schweiz im Übergang vom 18. zum 19. Jahrhundert. Akten des colloquiums an der Universität Freiburg, 18.-20. November 2010, Slatkine, Genève, 2012, p. 276-295 ; Christine Mayer, « Female education and the cultural transfer of pedagogical knowledge in the eighteenth century », Paedagogica Historica, 2012, 48/4, p. 511-526 ; Jean-François Goubet, Des maîtres philosophes ? La fondation de la pédagogie générale par l’Université allemande, Paris, Garnier, 2012 ; Sarah Scholl, « « Soyez courageux et dociles ! ». Les normes religieuses comme vecteur d’éducation au patriotisme en Suisse (1870 – 1914) », Revue suisse d’histoire, 3/2013, p. 343-363. Voir également Gita Steiner-Khamsi et Florian Waldow, Policy Borrowing and Lending in Education, World Yearbook of Education, Londres et New York, Routledge, 2012 et de la même, The global politics of educational borrowing and lending, Londres et New York, Teachers College, Columbia University, 2004.

28 Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 5/2007, p. 10.

29 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 1.

30 Monique Mombert, op. cit., p. 12.

31 Anne-Marie Thiesse, op. cit., p. 11. Voir Ernest Gellner, Nations et nationalisme, Paris, Payot, 1989 [1983] ; Benedict Anderson, L’imaginaire national : Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002 [1983].

32 Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, Paris, Gallimard, 2010 [2006]. Voir également Pascale Rabault-Feuerhahn (éds.), Théories intercontinentales. Voyages du comparatisme postcolonial, Paris, Demopolis, 2014.

33 Voir Julia Clancy-Smith, « L’école de la rue du Pacha à Tunis : l’éducation de la femme arabe et la plus « grande France » (1900-1914) », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 12/2000, p. 33-55 ; Paul Aubin, « La pénétration des manuels scolaires de France au Québec. Un castype : Les frères des écoles chrétiennes, XIXe-XXe siècles », Histoire de l’éducation, 85/2000, p. 3-24 ; Daniel Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Fayard, 2010 [2002] ; Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story : Madame Luce in Nineteenth-Century Algeria, Stanford, Stanford University Press, 2013 ; Benoît Falaize, Charles Heimberg, Olivier Loubes, L’école et la nation (3e partie : l’école et la dimension impériale, p. 322-470), Paris, ENS Éditions, 2013 ; Barnita Bagchi, Eckhardt Fuchs, Kate Rousmaniere (éds.), Connecting Histories of Education : Transnational and Cross-Cultural Exchanges in (Post-) Colonial Education, Oxford & New York, Berghahn Books, 2014.

34 On trouvera les principaux repères biographiques ainsi qu’une autobiographie inédite d’Alexandre Daguet dans les annexes I et II en fin de volume.

35 Les travaux et études consacrées à Daguet sont référencés dans la bibliographie.

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search