Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux heures suisses de l'école républicaine

 | 
Alexandre Fontaine

Préface

Michel Espagne

Texte intégral

1On sait que les outils intellectuels qui ont permis la construction d’une idéologie républicaine, celle qui a marqué la France depuis le milieu du XIXe siècle et continue à fournir le cadre de toute réflexion sur le lien social et la citoyenneté, ont été pour une large part forgés sur le territoire helvétique, lui-même servant souvent d’étape à des importations de la philosophie allemande. C’est en Suisse où il s’est réfugié que le traducteur de Kant Jules Barni élabore les principes d’un catéchisme républicain qui se combineront si aisément avec les principes d’autres germanisants réfugiés en Suisse, tel Edgar Quinet. La république laïque de Jules Ferry est tout particulièrement redevable à la Suisse d’impulsions essentielles dans le domaine de la pédagogie, celui où se constitue précisément l’unité nationale.

2Au-delà d’une constatation à laquelle invite la prosopographie des émigrés français en Suisse durant le Second Empire, il importait d’analyser dans tous ses détails la circulation européenne de modèles pédagogiques et les efforts de réécriture auxquels elle donne lieu. C’est maintenant fait et bien fait grâce au travail d’Alexandre Fontaine qui a inauguré un nouveau style de recherche sur l’histoire de l’enseignement. Il a choisi comme premier fil directeur un historien et pédagogue de la Suisse romande : Alexandre Daguet, les quelques 3 000 lettres de sa correspondance européenne et son journal l’Éducateur. Le projet exigeait d’éclairer les détails de réseaux franco-suisses et plus largement franco-germano-suisses qui sont au fondement d’une histoire culturelle européenne, pour comprendre comment les sciences de l’éducation sont nées au travers d’interactions internationales, pourquoi les fondements intellectuels de la IIIe République ont une dimension clairement internationale. Alexandre Fontaine a révélé que la méthodologie des transferts culturels, recherche attentive de communications oubliées entre des espaces nationaux et des dynamiques de réinterprétation, pouvait tout particulièrement s’appliquer au domaine pédagogique comme espace constitutif des phénomènes identitaires. Il fallait pour engager cette démonstration remonter jusqu’à la forte présence suisse à l’Académie royale des sciences de Prusse, observer qu’un des premiers inspirateurs de la pédagogie en Suisse, le père franciscain Grégoire Girard, avait été un lecteur particulièrement assidu de Kant.

3Le parcours intellectuel d’Alexandre Daguet, au cœur de la construction d’une identité suisse, était particulièrement bien choisi, car on voyait apparaître les mécanismes de construction d’une culture suisse à partir de mécanismes d’importation et d’exportation franco-helvétiques et germano-helvétiques. S’il y a en effet des éléments de biographie dans l’étude consacrée par Alexandre Fontaine à Daguet, il s’agit à l’évidence de la biographie d’un pays et d’une époque, de ce que l’on désigne par le terme de Gesellschaftsbiographie, de « biographie sociale ». Là encore, il convenait de choisir un corpus permettant de mettre en évidence le rôle spécifique de Daguet et le très large contexte dans lequel il s’inscrivait. En tant qu’historien, Daguet veut unir les cantons romands dans une fratrie régionale, ce qui le conduit à son Histoire de la Confédération suisse et à une attention particulière portée à Fribourg. Il est passionné par toutes les formes d’associations, qu’elles soient locales ou internationales et orientées vers un projet de paix universelle. C’est ainsi qu’on voit la société des instituteurs romands servir, avec l’aide de Daguet, de noyau à un projet d’association pédagogique universelle.

4C’est dans ce contexte qu’il s’agissait d’observer la diffusion de l’œuvre des pédagogues allemands, Friedrich Fröbel ou August-Hermann Niemeyer. L’Éducateur est aussi un organe où l’on peut mesurer les équilibres internes à la Suisse, et on peut y voir l’apparition de contributions françaises comme celles de Gabriel Compayré. La pédagogie française va, de fait, progressivement devenir une projection d’expérimentations ou de théories suisses. La Suisse a été au XIXe siècle un pays refuge, et c’est un des grands mérites du livre d’Alexandre Fontaine que de montrer tout ce que la pédagogie suisse doit à cette présence d’étrangers qui, à leur tour, ont fait essaimer en Europe et notamment dans la France de la IIIe République un modèle suisse réadapté aux caractéristiques du contexte d’accueil. L’amitié de Max Buchon et de Daguet, étudiée avec beaucoup d’attention est à cet égard très caractéristique. Très au fait de la culture allemande, le Salinois Max Buchon, qui se réclamait du fouriérisme, a été, un peu comme son compatriote le peintre réaliste Gustave Courbet, un protégé de Daguet et un actif médiateur entre Suisse et France. C’est Buchon qui contribua fortement à l’introduction du fouriérisme en Suisse romande. De Haller à Lavater, de Sulzer à Pestalozzi, de Zschokke à Gotthelf Daguet va chercher dans la littérature allemande l’inspiration nationale qui lui permettra de défendre la littérature suisse contre la prééminence française. Car il s’agit bien pour lui de déconstruire la littérature française en s’aidant de références allemandes ou alémaniques. Et pourtant le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, comme les travaux pédagogiques de Gabriel Compayré, ces piliers de la réflexion française sur l’éducation laïque, ne peuvent être pleinement analysés qu’en lien avec le modèle de Daguet.

5Le livre en vient de façon très naturelle à mettre en évidence des procédures de resémantisation à l’œuvre dans les transferts pédagogiques franco-suisses, qu’il s’agisse de la réinterprétation du cours de Girard, de la réappropriation du modèle de la gymnastique scolaire, des colonies de vacances, de la constitution de manuels suisses du citoyen français ou même de la circulation des modèles d’éducation musicale. Il apparaît, en conclusion, que la construction des systèmes pédagogiques nationaux résulte d’absorptions et de réinterprétations. On se prend à penser que l’approche engagée par Alexandre Fontaine de la circulation et de la réinterprétation des modèles pédagogiques dans des perspectives toujours liées à la construction d’ensembles nationaux trouverait facilement d’autres terrains d’application, par exemple dans la mise en place des systèmes d’enseignement propres aux pays africains ou asiatiques désireux de poser les bases d’un système culturel national. Elle présente en effet l’intérêt de dépasser radicalement le diffusionnisme pour mettre l’accent sur l’originalité liée à la réinterprétation d’un emprunt.

Auteur

Directeur du labex TransferS

© Demopolis, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540