Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Quatrième partie. Échos littéraires

20. L’utopie caucasienne dans la littérature et la politique russes :

Alexandre Griboïedov et Iouri Tynianov

Ekaterina Dmitrieva

Texte intégral

1Les deux personnalités dont il est question dans cet article sont l’écrivain et diplomate russe Alexandre Griboïedov (1795-1829) et le critique littéraire Iouri Tynianov (1894-1943). Ce dernier fut l’un des principaux représentants du formalisme russe ; quant à Griboïedov, il est l’auteur de la comédie Le Malheur d’avoir de l’esprit, que tous les écoliers russes connaissent par cœur. Mais il rédigea aussi un « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase », qu’il considérait, si l’on en croit certaines sources, comme sa plus grande réussite. Et pourtant, les mentions de ce texte sont extrêmement rares. Il fut écrit en collaboration avec Piotr Demianovitch Zaveleiski, futur gouverneur de Tiflis (Tbilissi), et signé par les deux hommes dans cette même ville le 17 juillet 1828. Deux mois plus tard, Griboïedov fut envoyé en tant que ministre plénipotentiaire résident, représentant de la Russie, à Tabriz, dans l’actuel Azerbaïdjan iranien — la ville avait alors le statut de mission étrangère —, puis, de là, en Perse, où il devait périr, écharpé par une foule de fanatiques musulmans.

  • 1 Iurij Tynjanov, Smer’t Vazir-Muhtara, Leningrad, Priboj, 1929 (La mort du Vazir-Moukhtar, traduit p (...)
  • 2 Id., Kuehla, Leningrad, Cubus, 1925.
  • 3 Id., Puškin, 1re partie, Hudožestvennaja Literatura, 1936.

2Un siècle après la mort de Griboïedov, Iouri Tynianov rédigea sa biographie romancée1. Le formalisme était alors très mal vu par les autorités soviétiques, et les représentants de ce mouvement cherchaient à poursuivre leurs activités professionnelles par d’autres moyens. Certains, comme Tomachevski et Eichenbaum, se concentrèrent sur leur carrière universitaire ; Tynianov se tourna vers la fiction et se mit à écrire des romans biographiques. Avant de se pencher sur la carrière et la vie de Griboïedov, il écrivit une biographie de Wilhelm Küchelbecker ; celui-ci, ami de lycée de Pouchkine devenu décabriste, se rendit en Allemagne au début des années 1820 ; il s’y consacra à la critique du romantisme allemand et plus particulièrement du roman de Novalis Heinrich von Ofterdingen. En 1826, il fut emprisonné, puis exilé en Sibérie en raison du rôle qu’il avait joué dans l’insurrection décabriste2. Tynianov travailla également jusqu’à la fin de sa vie sur une biographie romancée de Pouchkine3.

3Contrairement aux deux autres romans de Tynianov qui retraçaient toute la vie de leur protagoniste, La mort du Vazir-Moukhtar, consacré à Griboïedov, se concentre sur les onze derniers mois de la vie de celui-ci, avec quelques digressions rétrospectives. Tynianov transpose même certains éléments plus anciens à l’année 1828. L’ouvrage ne comporte presque aucune mention de l’activité d’écrivain du héros, toute l’action tournant autour du « Projet » caucasien. Selon Tynianov, Griboïedov a signé avec cette proposition sa propre condamnation à mort.

  • 4 Alexandre Pouchkine, « Rouslan et Lioudmila ».

4D’où les interrogations suivantes : pourquoi Tynianov, contraint après la défaite du formalisme de se tourner vers la fiction et les héros littéraires, a-t-il précisément évité la question de la littérature dans son œuvre, se concentrant plutôt sur la diplomatie et la politique étrangère russes ? Pourquoi le Caucase était-il un sujet central à ses yeux ? Aurions-nous tort de lire dans la biographie de Griboïedov un message caché, un récit qui n’évoquerait pas tant les « légendes des temps reculés4 » que des questions contemporaines de Tynianov ?

5Mais cette histoire se greffe sur un autre mystère, qu’elle dissimule : quel rôle le « Projet » caucasien a-t-il véritablement joué dans le destin de Griboïedov, et quels buts ce dernier poursuivait-il à travers cette entreprise ?

Itinéraire d’une vie

  • 5 Syn otečestva, no 30, 1816.
  • 6 Iurij Tynjanov, Arhaisty i novatory, Leningrad, Priboj, 1929.

6Avant de nous intéresser à ce « Projet » qui, selon Tynianov, eut des conséquences funestes pour Griboïedov, passons en revue les principaux événements de la vie de celui-ci. Né à Moscou, diplômé de la Pension noble de Moscou, il étudia à l’université de la ville de 1810 à 1812. Il assista alors à des conférences sur l’éthique et la politique, et s’intéressa tout particulièrement à l’archéologie, à l’histoire et à la littérature. Sa première comédie burlesque, Dmitri Drianskoi (le texte ne nous est pas parvenu), tournait en ridicule les querelles entre professeurs russes et allemands à l’université de Moscou. Griboïedov obtint ensuite le commandement d’un régiment de hussards. 1815 marqua le véritable lancement de sa carrière littéraire ; il avait alors quitté l’armée et vivait à Saint-Pétersbourg. Il traduisit cette année-là une pièce de Creuzé de Lesser, Le Secret du ménage (1809), et publia une parodie de comédie française, Les Jeunes époux. Au printemps 1816, il fit paraître un article intitulé « Analyse d’une traduction libre de la ballade Lénore de Bürger »5. C’était à la fois une critique virulente de la traduction de Joukovski et une défense de celle de Katenine ; sa prise de position plaçait Griboïedov dans le camp des « archaïstes » littéraires6. La même année, son nom rejoignit la liste des membres de la loge maçonnique Les Amis Réunis.

  • 7 Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine :
    Блистательна, полувоздушна,
    Смычку волшебному послушна,
    Толп (...)

7En 1817, il entra dans la fonction publique, au Collège des Affaires étrangères, menant alors une vie de bohème au sein d’un cercle d’écrivains et d’acteurs. La même année, il prit part à un duel à deux contre deux opposant Zavadovski et Cheremetiev, puis Griboïedov et Iakoubovitch, à propos de la danseuse Avdotia Istomina, immortalisée par Pouchkine dans Eugène Onéguine7. L’amant d’Istomina, Cheremetiev, fut mortellement blessé au ventre. Zavadovski dut le ramener en ville sans tarder et les témoins reportèrent leur affrontement (il eut lieu l’année suivante à Tiflis, et Griboïedov fut touché à la main gauche). L’opinion publique tint Griboïedov pour responsable de l’issue tragique des événements. Il accepta alors un poste de secrétaire de mission diplomatique en Perse, qui était peut-être une sorte d’exil déguisé.

8En août 1818, Griboïedov partit pour Tabriz, où se trouvait la mission diplomatique. Inquiet du sort des soldats russes retenus en captivité en Iran, il écrivit dans son journal de voyage en 1819 : « Troubles au sujet des prisonniers. Rage et tristesse… Je donnerais ma vie pour mes infortunés compatriotes. » De janvier 1820 à 1823, Griboïedov vécut entre Tiflis et la Perse. Il étudia l’arabe, le turc, le géorgien et le persan. À la même époque, il commença à travailler à sa comédie Le Malheur d’avoir de l’esprit. En février 1822, il devint secrétaire diplomatique du général A.P. Iermolov, qui se trouvait à la tête des troupes russes de Tiflis et occupait le poste de commandant en chef de la Géorgie. Griboïedov aurait travaillé la même année à une pièce intitulée 1812, apparemment destinée à célébrer le dixième anniversaire de la victoire russe sur la France napoléonienne.

9Au début de l’année 1823, il prit un congé et retourna en Russie, où il resta environ deux ans. Il composa la première version de sa célèbre valse en mi mineur et acheva une traduction libre du « Prologue sur le théâtre » de Faust. Il écrivit également un opéra-vaudeville en collaboration avec Viazemski, Qui est le frère, qui est la sœur, ou De tromperie en tromperie. Après s’être installé à Saint-Pétersbourg, il termina Le Malheur d’avoir de l’esprit à l’automne 1824. Il ne parvint ni à publier ni à faire jouer sa comédie, mais le texte, lu dans les salons et diffusé en copies manuscrites, connut un grand succès. Il suscita d’innombrables débats au sein du monde littéraire. Pourtant, découragé par la décision de la censure d’interdire sa pièce, Griboïedov retourna dans le Caucase. Il n’assistera qu’à une seule représentation de sa comédie, mise en scène par les officiers de la garnison russe d’Erevan.

10Sur le chemin de la Géorgie, à Kiev, Griboïedov retrouva ses amis M. P. Bestoujev-Rioumine, A.Z. Mouraviev, S.I. Mouraviev-Apostol et S.P. Troubetskoï, membres d’une société secrète. Cette rencontre faillit avoir des conséquences dramatiques, car au cours de l’enquête qui suivit l’insurrection décabriste, Troubetskoï et E.P. Obolensky désignèrent Griboïedov comme membre de la société secrète. Soupçonné d’être décabriste, il fut détenu à la forteresse de Grozny puis conduit à Saint-Pétersbourg, où les enquêteurs échouèrent à prouver son lien avec les insurgés. Ryleïev, l’un des meneurs de l’insurrection, prit la défense de Griboïedov en déclarant qu’il l’avait sondé mais ne l’avait pas jugé apte à les rejoindre. L’accusé lui-même nia catégoriquement toute implication dans le mouvement, arguant du fait que le quatrième acte de sa comédie présentait les conspirateurs sous un jour peu flatteur à travers le personnage de Repetilov. Griboïedov fut relâché avec un « certificat de bonne santé » ; il fut reçu par Nicolas Ier et élevé au rang de conseiller à la Cour, bien que secrètement surveillé pendant quelque temps. Il retrouva son poste diplomatique dans le Caucase au début du mois de septembre 1826, alors que la guerre entre la Russie et la Perse venait d’éclater.

  • 8 Ce traité entre l’Empire russe et la Perse (l’Iran) mettait fin à la guerre russo-persane de 1826-1 (...)

11Commence alors la période de sa vie qui nous intéresse tout particulièrement. Le général I. F. Paskievitch, qui avait épousé une cousine de Griboïedov, fut nommé commandant en chef de la Géorgie en remplacement de Iermolov ; cela ouvrit au diplomate de nouvelles perspectives de carrière. En 1828, Griboïedov participa à l’élaboration du traité de paix de Turkmanchai8, particulièrement favorable à la Russie ; lorsqu’il présenta le texte à Saint-Pétersbourg, il fut récompensé et élevé au rang de ministre plénipotentiaire résident en Perse. En juillet 1828, de retour à Tiflis, il signa donc (voir supra) ce « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase », qui prévoyait une transformation économique radicale de la région. Le 9 septembre 1828, jour de son départ pour la Perse, Griboïedov donna à Paskievitch, pour qu’il l’examine, une note additionnelle, concernant le projet, que Zaveleiski lui avait dictée.

12Il partit juste après pour la Perse — pour Téhéran plus précisément — afin de mettre à exécution les dispositions du traité de Turkmanchai, c’est-à-dire percevoir des indemnités et renvoyer au pays les sujets russes. Il se présenta également au shah, puisque le traité prévoyait que le gouvernement russe reconnaisse Abbas Mirza, qui avait signé le document, comme héritier du trône de Perse.

13Les événements qui suivirent sont bien connus. Après la guerre et l’humiliation du traité de Turkmanchai, un puissant sentiment antirusse s’était développé en Perse. Peu après l’arrivée de Griboïedov à Téhéran, l’ambassade russe fut prise d’assaut par la foule. L’incident se déclencha lorsqu’un eunuque arménien s’échappa du harem du shah et que deux Arméniennes s’évadèrent de celui de son beau-fils. Tous trois sollicitèrent la protection de la légation russe, puisque le traité de Turkmanchai garantissait aux Géorgiens et aux Arméniens qui vivaient en Perse le droit de retourner en Géorgie et en Arménie orientale. Le shah demanda pourtant à Griboïedov de lui livrer les trois demandeurs d’asile. Griboïedov refusa. Sa décision provoqua un soulèvement à travers la ville, et plusieurs milliers de Perses encerclèrent l’ambassade russe en exigeant qu’on leur livre les trois Arméniens.

  • 9 Selon certaines sources russes, des agents britanniques craignant l’influence russe à Téhéran et de (...)

14Le 30 janvier 1829, une foule de musulmans surgit des mosquées et envahit l’ambassade. L’eunuque qui s’était échappé et Griboïedov, qui se défendit à l’aide de son épée, furent parmi les premiers à être assassinés. Seule la cicatrice que Griboïedov avait sur la main gauche, trace de son duel contre Iakoubovitch, permit d’identifier son corps mutilé9.

15La vie de Griboïedov se prête parfaitement à la rédaction d’un roman ou d’une biographie romancée. Et pourtant, dans son ouvrage, Tynianov se concentre uniquement sur les deux dernières années de la vie de l’écrivain, en particulier sur son « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase ». Plusieurs raisons peuvent justifier cette décision, l’histoire du « Projet » et de la note additionnelle dont il fut assorti constituant une sorte de roman policier, plus encore que Tynianov lui-même ne pouvait l’imaginer.

Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase : histoire d’un quiproquo

  • 10 A. L. Grišunin, V. M. Markovič, Alexandre S. Griboedov, Russkie pisateli. 1800- 1917. Biografičeski (...)

16À en juger par ses lettres du milieu des années 1820, la popularité dont jouissait Griboïedov, les progrès de sa carrière et son mariage avec la femme qu’il aimait — la belle Nina Tchavtchavadzé, fille de son ami, l’écrivain géorgien Alexandre Tchavtchavadzé — ne suffisaient pas à apaiser le trouble de sa conscience civique et artistique. Sa comédie, malgré l’intérêt qu’elle suscitait, n’avait pas été publiée. Les décabristes, parmi lesquels Griboïedov avait de nombreux amis, avaient connu un destin tragique. L’hypothèse fut émise que « Griboïedov cherchait à lutter contre une impression de stagnation en affirmant des principes d’engagement citoyen […], en se mettant au service d’une cause, et non pas de certains individus, et en tentant d’accomplir des réformes progressistes dans la mesure de ce qui était alors réalisable10 ». Cette tentative se traduisit par son projet de création d’une compagnie russo-caucasienne.

  • 11 N. Calma, « Kommerčeskie zamysly Griboedova », in Literaturnoe nasledstvo, t. 19-21, Moskva, 1935, (...)

17En réalité, l’idée d’exploiter les ressources naturelles de la Transcaucasie remonte à 1823, lorsque Griboïedov, A. V. Vsevolojski et T. Ethier lancèrent l’idée d’une entreprise d’échange de biens avec la Perse11.

18Les obligations de Griboïedov impliquaient de fréquentes visites en Géorgie et dans le Caucase. Il eut ainsi l’occasion d’explorer la région, son industrie et son agriculture, son commerce et sa culture, les mœurs et les coutumes locales. Conscient du retard de développement industriel du Caucase du Sud par rapport à l’Europe, il eut l’idée d’une grande entreprise commerciale et industrielle pour commercer avec la Perse, dans une certaine mesure sur le modèle de la Compagnie des Indes orientales et de la Compagnie russe d’Amérique.

19Le « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase » fut achevé en juillet 1828. Cette entreprise avait pour buts de renforcer la position de la Russie dans le Caucase, d’intégrer le Caucase à l’ère d’influence économique, politique et culturelle de la Russie et de réunir la Russie et le Caucase en un seul et même pays. En partant pour la Perse le 9 septembre 1828, Griboïedov remit à Paskievitch, on l’a rappelé, un texte additionnel intitulé « Note sur l’établissement de la compagnie russe du Caucase ». Griboïedov n’avait plus que quatre mois à vivre et ne devait jamais connaître le destin réservé à son projet.

  • 12 Tiflisskie gubernskie vedomosti, no 18, 19, 20, 1831, p. 137-155.

20Après sa mort, en 1831, Zaveleiski, auteur du texte, tenta de réaliser au moins partiellement leur projet commun et de mettre en place une compagnie commerciale transcaucasienne à Tiflis. Il publia dans le journal Tiflisskie Vedomosti (« Nouvelles de Tiflis ») une « Introduction » au « Projet » légèrement modifiée, qui comprenait plus de la moitié du document qu’il avait rédigé avec Griboïedov12. Mais cette tentative avorta également.

  • 13 A. Malčinski, « Neizsannaja zapiska P.D. Zavelejskogo », in Russkij vestnik, no 9, 1891, p. 3-7.
  • 14 A. S. Griboedov, Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, édité par S. A. Fomišev, Sankt-Peterburg (...)

21Les lecteurs russes ne prirent pas connaissance du « Projet » avant la publication de son « Introduction » par I. A. Chliapkine en 1889, puis en 1891 accompagnée de la « Note » de Griboïedov dans la revue Russkij Vestnik (« Le Messager russe »)13. Cette deuxième publication fut l’œuvre d’A. Malchinski, un individu à la réputation trouble qui exécutait des tâches pour la police secrète14. Aux fragments du texte de Griboïedov, s’ajoutait une reformulation de la partie manquante du « Projet », fondée sur une source inconnue, ainsi que des commentaires négatifs que Malchinski attribuait au colonel I.G. Bourtsov, un ancien décabriste, et à Paskievitch.

  • 15 Ibid.

22On a parfois suggéré que la mauvaise réputation de Malchinski expliquait que lors de la préparation de la première édition universitaire des œuvres de Griboïedov entre 1911 et 1916, son éditeur Nikolai Piksanov n’ait inclus ni la « Note » ni le « Projet », se contentant de les mentionner brièvement15.

  • 16 A. S. Griboedov, Sočinenija, éd. par Vladimir Orlov, Leningrad, Goslitizdat, 1940, p. 585-608, 645- (...)

23Cette publication à la fiabilité douteuse dans le Russkii Vestnik tomba dans les mains de Tynianov au milieu des années 1920 et, comme nous allons le voir, détermina en grande partie l’intrigue de son roman, qui donne un rôle important à la critique négative de Bourtsov. Griboïedov voyait en Bourtsov, qui était décabriste, un homme qui partageait ses idées. Dans le recueil suivant des œuvres de Griboïedov, publié en 1940, le « Projet » et la « Note » furent inclus. Les éditeurs, dirigés par Vladimir N. Orlov, acceptaient majoritairement la version de Malchinski et expliquaient l’échec du projet par la critique acerbe de Bourtsov, qui aurait convaincu Paskevitch de le rejeter définitivement16.

  • 17 N. Calma, Kommerčeskie zamysly Griboedova, op. cit., p. 173.

24Cette version influença la perception qu’eurent les chercheurs du projet de Griboïedov et les amena à s’interroger sur la noblesse de ses intentions, prétendument contraires aux « idées humanistes des décabristes ». On considéra la critique de Bourtsov comme la preuve d’un désaccord entre Griboïedov et les décabristes. Certains chercheurs virent le projet comme « une preuve manifeste de la politique [tsariste] d’exploitation menée dans la première moitié du XIXe siècle », considérant que le but de la compagnie russe du Caucase était « la colonisation planifiée de la région »17. Une ombre tomba sur Griboïedov, qui fut étiqueté comme colonialiste impérial.

  • 18 M. V. Nečkina, Griboedov i dekabristy, Moskva, 1951, p. 522, 525. Cf. commentaires de S. A. Fomišev (...)

25Toutefois, la tendance à opposer Griboïedov aux décabristes se dissipa avec le temps, et le « Projet », au contraire, fut de plus en plus souvent perçu comme résultant de positions décabristes. Le pathos décabriste de la proposition passa même pour la raison de son rejet : « Le gouvernement rejeta le projet de Griboïedov et de Zaveleiski car il n’y reconnut pas ses idées, ce qui est parfaitement compréhensible », commenta l’historienne soviétique Netchkina18.

  • 19 Istoričeskij arhiv, vol. 6, 1951, p. 324-390.
  • 20 Ibid.

26Au début des années 1950, on retrouva dans le département des manuscrits du Musée historique un autre document, qui s’intitulait « Notes de l’actuel conseiller d’État Joukovski sur la version préliminaire du projet de Griboïedov et Zaveleiski portant sur l’établissement d’une compagnie russe du Caucase. 1828. » Publié par O. P. Markova, il confirmait étrangement la version de Malchinski… tout en la contredisant19. Il comprend des notes concises rédigées par le général Joukovski lorsqu’il eut pour la première fois l’occasion d’examiner l’intégralité du « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase ». Le document comprenait également l’« Introduction » publiée pour la première fois en 1831 par Zaveleiski (voir ci-dessus), ainsi que la partie du « Projet », que l’on croyait perdue, énonçant les conditions et les règles d’exercice de la future compagnie. Les notes de Joukovski étaient divisées en paragraphes. Les trois derniers contenaient des informations sur la critique de Bourtsov, ce qui confirma sa participation aux discussions sur le projet (le texte de Bourtsov n’a pas survécu, mais il fut ainsi résumé par Joukovski : « Après réflexion, le colonel Bourtsov donna une réponse incertaine ; il était très inquiet [uzhasalsia] de l’échelle de l’entreprise, craignant des conséquences fâcheuses pour la compagnie, étant donné l’inadéquation des moyens à la nature du projet20 »).

  • 21 Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, op. cit., p. 569-570.

27Les notes critiques rédigées par Joukovski au sujet du projet de Griboïedov coïncidaient en partie avec celles que Malchinski avait attribuées à Bourtsov lors de la publication de 1891. Cette découverte atténua les soupçons qui pesaient sur Malchinski concernant une éventuelle falsification de documents ; mais elle révéla aussi que bien qu’il eût fondé ses propos sur un document authentique, il n’avait pas hésité à les attribuer à la mauvaise personne. La principale information qu’apporta ce nouveau document était que le projet de Griboïedov avait été rejeté par Joukovski, qui l’évoque avec sévérité et sarcasme, et non pas l’ancien décabriste Bourtsov, dont la réponse n’avait été qu’« incertaine21 ».

  • 22 I. K. Enikopolov, Griboedov v Gruzii, Tbilissi, 1954, p. 102-129.

28Mais le mystère entourant le projet perdu de Griboïedov ne s’arrête pas là. En 1954, l’archiviste I. K. Enikopolov publia deux autres documents, également découverts dans les archives historiques de la fondation Paskievitch et qui concernaient le projet de Griboïedov : des « Commentaires » (zamečanija) et une « Opinion sur l’établissement de la compagnie russe du Caucase » (Mnenie ob učreždenii Rossiiskoj Zakavkazskoi kompanii)22. Grâce aux remarques figurant dans la marge des « Commentaires » et qui coïncidaient avec les critiques mentionnées dans l’article de Malchinski, on put déterminer qu’il s’agissait du document utilisé par ce dernier en 1891. C’est ce document qu’il présenta comme « une critique de Bourtsov », alors qu’il était en fait de la main du général Joukovski.

  • 23 N. O. Tarhova, « Proekte Rossijaskoj Zakavkazskoj Kompanii (Po materialam arhiva I. F. Paskeviča) » (...)

29Enikopolov attribua le second document, « Opinion sur l’établissement de la compagnie russe du Caucase », à Bourtsov. Il cita comme preuves des coïncidences entre, d’une part, les opinions économiques et politiques qui y figuraient et, d’autre part, les points de vue décabristes tels qu’ils s’exprimaient dans la charte de l’Union de la Prospérité et dans les « Principes pratiques de l’économie politique » (Praktičeskih načalah političeskoi èkonomii) compilés par P. I. Pestel. Plusieurs autres chercheurs appuyèrent l’hypothèse de l’attribution à Bourtsov. Pourtant, une comparaison textuelle des documents démontra par la suite que Joukovski, et non Bourtsov, était aussi l’auteur de l’« Opinion », qui avait été conçue comme un résumé des notes de Joukovski sur le projet de Griboïedov. Les chercheurs se retrouvaient donc avec trois documents : 1) « Commentaires sur la création de la compagnie… » (« Zamečanija na sozdanii kompanii… »), la critique de Joukovski portant sur différentes parties perdues du texte de Griboïedov, publiée par Enikopolov en 1954 ; 2) l’« Opinion sur l’établissement de la compagnie… », la réponse finale apportée par Joukovski à la version préliminaire du projet, qui résume une partie de ses notes et également publiée en 1954 par Enikopolov ; 3) les « Notes de l’actuel conseiller d’état Joukovski » publiées en 1950 par Markova, qui est une version ultérieure des « Commentaires » préparés par le même Joukovski à la demande de G. V. Rosen, commandant en chef de la Géorgie à partir de 1831, que les idées exprimées par Griboïedov intéressaient grandement. Comme nous l’avons vu, les « Notes » comportaient également un résumé de la réponse de Bourtsov23.

Le « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase » : entre philanthropie, calcul économique et ambition

  • 24 Le texte et les notes conservés ont été récemment publiés dans A. S. Griboedov, Polnoe sobranie soč (...)

30Que penser du « Projet » de Griboïedov, dont seuls des fragments nous sont parvenus, publiés en 1831 à Tiflis, en 1891 dans la revue Le Messager russe et cités dans les notes découvertes ultérieurement du général Joukovski, qui avait été chargé d’évaluer la version préliminaire du document24 ? Tout d’abord, gardons à l’esprit que le projet Griboïedov, malgré un caractère fantaisiste remarqué par ceux qui l’ont évalué (Bourtsov et Joukovski), prenait véritablement en compte l’expérience de compagnies de commerce établies de longue date. Dans le texte original de l’« Introduction » au projet, les compagnies utilisées comme références sont explicitement nommées : la Compagnie des Indes orientales et la Compagnie russe d’Amérique, qui profitaient de « privilèges exclusifs » (Zaveleiski avait laissé ce paragraphe de côté lors de la publication de 1831 dans les Nouvelles de Tiflis). La puissante Compagnie des Indes orientales était gérée par son propre gouverneur et disposait de représentants diplomatiques ; le gouvernement britannique ne s’immisçait que très peu dans la conduite de ses affaires. La charte de la Compagnie russe d’Amérique était bien connue en Russie ; par ailleurs, Griboïedov comptait parmi ses amis le dirigeant de la chancellerie de la compagnie, Ryleïev, et pouvait donc avoir connaissance du détail de ses activités.

  • 25 Ibid., p. 574.

31En effet, la plupart des privilèges envisagés par Griboïedov et Zaveleiski pour la compagnie russe du Caucase rappelaient la charte de la Compagnie russe d’Amérique, notamment le droit d’attribuer des terres à la compagnie dans tous les districts des provinces transcaucasiennes, la possibilité de lui octroyer des droits sur tous les produits de ces terres, y compris les richesses souterraines, l’établissement de termes préférentiels pour le commerce des biens russes et étrangers, le droit pour la compagnie d’avoir recours à une main-d’œuvre locale et enfin le monopole de la compagnie sur tous ces privilèges. Les privilèges de la Compagnie russe d’Amérique étaient renouvelés tous les vingt ans ; Griboïedov souhaitait que le monopole de la compagnie du Caucase soit garanti pour cinquante ans25.

32Mais la compagnie imaginée par Griboïedov se distinguait nettement des compagnies existantes par d’autres aspects. Le diplomate avait l’intention de favoriser le développement des forces productives et des industriels locaux, et d’établir une médiation commerciale entre la Russie et l’Europe. Le document prévoyait, parmi les avantages évoqués, la liberté diplomatique de la compagnie dans ses relations avec les neuf khanats transcaucasiens (« Entrer en relation avec les propriétaires résidant dans les provinces transcaucasiennes […], y établir des institutions et une activité commerciale »), ce qui entrait en contradiction avec les intérêts de l’État russe, qui cherchait à recourir aux marchés caucasien et asiatique pour écouler ses propres marchandises. Il n’est donc guère surprenant que Joukovski ait critiqué le projet, puisqu’il souhaitait développer les forces productives russes, et non celles du Caucase du Sud. Lorsque Zaveleiski tenta, comme mentionné ci-dessus, de créer un dépôt commercial transcaucasien en 1831, il exclut de son programme le développement de l’industrie locale.

33Aujourd’hui encore, il est difficile d’analyser le projet de Griboïedov sans qu’aucune ambiguïté demeure. Certes, il était motivé par le souci de développer l’économie de ce paradis à travers notamment la création de forces productives propres, affichant ainsi des objectifs économiques, tout en prévoyant d’apporter la civilisation et la connaissance aux Caucasiens. Le but de Griboïedov à travers la compagnie était d’enrichir non seulement l’élite transcaucasienne (les propriétaires terriens et les marchands), mais aussi les gens ordinaires. En protégeant le Caucase du Sud d’éventuelles invasions turques et persanes, l’armée russe offrirait à la population locale la possibilité de mener une existence paisible ; le confort et la vie des habitants seraient préservés. Leurs manières s’amélioreraient automatiquement grâce à leur implication dans la compagnie. Griboïedov décrit ces mécanismes en détail au sein des différents milieux sociaux.

34La compagnie transcaucasienne était censée devoir infliger un coup sévère au commerce britannique au Moyen-Orient et affaiblir la puissance coloniale de l’Empire britannique dans cette région clé de la politique internationale. Les Britanniques étaient très probablement conscients de cette menace — d’où l’hypothèse selon laquelle ils auraient encouragé la prise d’assaut de l’ambassade russe de Téhéran, que Griboïedov en personne dirigeait. Cependant, l’aspect le plus problématique du projet était la question du statut assigné à la Russie. D’un côté, les activités de la compagnie devaient consolider la présence russe dans le Caucase, assurer l’intégration de cette région dans l’espace économique, politique et civilisationnel russe, et réunir la Russie et le Caucase en un seul et même pays. D’un autre côté, les libertés et privilèges qu’il était question d’octroyer à la compagnie témoignaient d’une intention contraire — d’un désir d’acquérir un pouvoir quasi illimité et de tenir à distance l’autocratie russe.

  • 26 O. P. Markova, « Novye materialy », in Istoričeskij arhiv, vol. 6, 1851, p. 344.

35Un chercheur explique que « le projet Griboïedov-Zaveleiski, qui accordait au gouvernement un rôle minime dans la vie de la région, était entièrement conçu pour favoriser les initiatives et les activités privées ; il allait à l’encontre de la politique coloniale du gouvernement et pour cette raison était voué à l’échec26 ». En revanche, bien que la version préliminaire du projet ait prévu quatre « présidents » à la tête de la compagnie, il ne fait aucun doute que si elle avait été effectivement créée, Griboïedov aurait joui d’un pouvoir presque illimité.

36Et pourtant, contrairement aux compagnies existantes comme celle des Indes orientales ou la Compagnie russe d’Amérique, la compagnie du Caucase fut dès l’origine pensée comme une utopie ; ce n’est donc pas un hasard si le gouvernement refusa sa création. Griboïedov et Zaveleiski voulurent créer une sorte d’État idéal à l’intérieur de l’État, et c’est précisément la nature utopique de ce projet qui étonnamment l’inscrit non pas tant dans l’histoire économique et politique que dans la perspective de l’assimilation littéraire du Caucase par la Russie. Nous devons donc momentanément laisser de côté la dimension historique du projet pour nous pencher sur ce que l’on appelle le « texte caucasien » de la littérature russe, c’est-à-dire l’espace utopique que la littérature russe de l’époque attribuait au Caucase et dans lequel le projet de Griboïedov s’inscrit très harmonieusement.

L’utopie caucasienne

  • 27 N. K. Gudzij, « Povest o gruzinskoj carice Dinare », in Istorija drevnerusskoj literatury, Moskva, (...)

37L’origine du thème caucasien dans la littérature russe remonte à des temps très lointains. Lorsque Moscou noua des relations diplomatiques avec la Géorgie à la fin du XVe siècle, un cercle de copistes moscovites rédigea un texte intitulé L’histoire de la reine Dinara de Géorgie. Cent trente copies ont survécu, ce qui prouve sa grande popularité. Il s’agit d’un roman militaire qui a pour personnage principal une reine idéale et qui relate son incroyable victoire sur les Perses suite à l’intercession de la Sainte Vierge. La reine Tamar (Tamar la Grande, vers 1160-1213) servit sans doute de modèle à Dinara27.

  • 28 Voir I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, Tver, Marina Butasova, 2016, p. 26. V (...)

38Les pèlerinages jouaient un rôle important dans les relations entre la Russie et le Caucase, qui se trouvait sur la route de la Terre sainte. L’itinéraire maritime empruntait la Volga jusqu’à la mer Caspienne, puis la Perse, tandis que l’itinéraire terrestre passait par le Caucase du Nord, le Daghestan, Derbent, Tiflis et Trabzon, jusqu’à Jérusalem. Plusieurs textes suggèrent que les apôtres André et Simon le Cananéen auraient séjourné dans le Caucase28. Les guerres russo-turques du XVIIIe siècle eurent une grande importance politique, mais aussi poétique. C’est avec son « Ode sur la prise de Khotin » que Lomonosov instaura le système syllabo-tonique, qui remplaça dans la poésie russe le système syllabique, jusqu’alors largement utilisé en raison des influences polonaise et française.

  • 29 Poème « Félitsa » (1782).
  • 30 Poème « Le retour de Perse de Zoubov » ( « На возвращение Зубова из Персии », 1797).
    О юный вождь ! (...)
  • 31 Poème de Pouchkine, « J’ai vu les confins arides de l’Asie… » (Я видел Азии бесплодные пределы, 182 (...)

39La paix de Koutchouk-Kaïnardji qui mit fin à la guerre russo-turque en 1774 inspira au poète Derjavine un qualificatif élogieux pour désigner Catherine II : « Félitsa, princesse des hordes de Koutchouk-Kaïnardji29 ». La Grande Catherine figura dans la poésie russe sous cette appellation jusque dans les années 1800 au moins. On peut également mentionner l’ode dans laquelle Derjavine décrit la campagne du comte Zoubov en Perse ; elle contient une autre expression décrivant le Caucase de manière poétique : le « terrible pays des miracles » (Užasnyj kraj čudes)30. Cette formule fut utilisée pendant près d’un siècle31.

  • 32 I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op. cit., p. 43.

40Le premier ouvrage en prose à prendre le Caucase pour sujet fut le roman de Vassili Narejni L’Année noire, ou les Princes des montagnes (Černyj god, ili Gorskie kniaz’ia). Diplômé de l’université de Moscou, Narejni fut nommé en 1801 secrétaire du premier dirigeant russe de Géorgie, Kovalevski, dans le gouvernement géorgien qui venait d’être formé. Inspiré par sa lecture de Schiller, il entama en 1803 la rédaction d’un roman sur des brigands et des voleurs, dans l’esprit des contes allemands. Achevé en 1803, il ne fut publié qu’en 1829, alors que le thème caucasien était déjà fermement établi dans la littérature russe. La principale raison pour laquelle l’auteur n’a pas voulu le publier de son vivant serait la suivante : la vision satirique qu’il donnait de la Géorgie, sous une forme allégorique, se trouvait aux antipodes du positionnement officiel, et son allégorie, en particulier la peinture des abus de pouvoir de Kovalevski, aurait été trop facilement comprise par ses contemporains32.

  • 33 Nathan Eidelman, « Byt’ možet za hrebtom Kavkaza… » Russkaja literaturnaja I obščestevennaja mysl’ (...)

41On considère très souvent que le développement du romantisme a donné « une voix » au Caucase dans la littérature russe. L’attrait des splendeurs naturelles et des mœurs et coutumes pittoresques de cette région, qui était déjà considérée comme appartenant à l’Empire russe, augmenta grandement aux yeux des poètes et des romanciers russes. Le rôle du Caucase dans la vie sociale et intellectuelle russe gagna aussi en importance. Comme l’écrit l’historien russe Nathan Eidelman, « Toute la Russie allait au Caucase : les exilés comme les hommes libres, les Bestoujev comme les Pouchkine. À l’époque [les années 1820], le Caucase était l’un des centres spirituels de la Russie33. »

  • 34 Voir Jakov Gordin, Kavkaz : zemlja i krov’. Rossija v kavkazskoj voine XIX veka, Sankt-Peterburg., (...)
  • 35 Alexandre Pouchkine, épilogue du Prisonnier du Caucase.

42Après la guerre de 1812 et le retour de Paris des troupes russes, une nouvelle doctrine émergea, guidée par des principes civilisateurs et humanistes, dictée par la logique selon laquelle la « lumière » de la civilisation pouvait libérer le Caucase comme la Russie s’était libérée de Napoléon. Bien sûr, il ne faut pas oublier que certains libéraux et membres de l’opposition étaient eux aussi partisans du renforcement de la présence russe à l’est (ou, pour le dire plus simplement, de la conquête du Caucase). Comme l’avait déclaré le décabriste Lounine lors de la guerre russo-turque de 1828, « la prise d’Akhaltsikhé est plus importante que l’occupation de Paris. Ici, notre plus grand ennemi a été vaincu sur le front principal34 ». Rappelons-nous également les mots de Pouchkine : « Soumets-toi, Caucase, voici Iermolov ! » (Smiris’, Kavkaz, idet Ermolov)35.

  • 36 Russkij vestnik, no 5, 1870, p. 259. Cf. I.L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op (...)

43Ce qui est paradoxal, c’est que la guerre du Caucase qui s’étendit de 1817 à 1864, la plus longue de l’histoire de la Russie, non seulement marqua l’apparition du thème caucasien dans la littérature russe, mais sembla même faire naître un certain amour pour cette région. Le Caucase était baigné dans une rivière de sang, mais la littérature russe l’évoquait avec amour. Dans « Le Prisonnier du Caucase », par exemple, Pouchkine décrit cette contrée comme un « nouveau Parnasse ». En 1827, Bestoujev-Marlinski, alors en exil en Sibérie (en Iakoutie, plus exactement), écrivit à son jeune frère Michael, exilé dans le Caucase : « Es-tu devenu poète après avoir vu le Caucase ? Ne pas l’être serait presque impoli, quand on se trouve si près du ciel36. »

  • 37 M. A. Takho-Godi, Kavkaz i kavkazskie plenniki glazami putešestvennikov načala XIX veka. Disponible (...)

44Autre paradoxe : ce territoire conquis est souvent dépeint par les écrivains russes comme un pays de liberté. Des héros professant le culte de la liberté y sont organiquement liés. Pour les romantiques, le Caucase est devenu un Orient russe. Dans le poème de Pouchkine « Le Prisonnier du Caucase », il joue le même rôle que la Louisiane dans Atala de Chateaubriand. Mais c’est ici que la dualité du mythe caucasien devient évidente. Dans son poème, écrit en partie sur le modèle du « Pèlerinage de Childe Harold » de Byron, en partie sur celui d’Atala, Pouchkine érige la liberté en valeur absolue. C’est l’objet de la quête du héros, « dans un monde désolé » (Svoboda, On odnoj tebja ešče iskal v pustynnom mire). Il se rend dans le Caucase, et c’est justement là, sur une terre de liberté absolue, qu’il est fait prisonnier. À vrai dire, c’est dans la littérature française, et non russe, qu’apparaît pour la première fois le thème du captif dans le Caucase ; Les prisonniers du Caucase, écrit en 1815 par Xavier de Maistre, relate la captivité et l’évasion du major Kascambo, que les Tchétchènes acceptaient de libérer contre une rançon colossale de 10 000 roubles37.

  • 38 I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op. cit., p. 85-152.

45Le personnage de Pouchkine est libéré par une Circassienne qui s’éprend de lui ; et c’est justement elle, « une enfant des montagnes », qui meurt lors du dénouement du poème, puisque son amour n’est pas partagé. Pouchkine associe les thèmes de la liberté et de la captivité, de la beauté de la nature caucasienne et de la mort causée par les actions d’un Européen, que subissent les peuples libres du Caucase. Plus tard, ce thème apparaîtra de nouveau avec Lermontov, dans Un héros de notre temps, l’histoire d’une vierge des montagnes qui meurt d’être tombée amoureuse d’un homme appartenant à une autre culture et une autre religion. Pourtant, étonnamment, c’est « Le prisonnier du Caucase » de Pouchkine qui ancra dans la conscience collective des Russes l’idée que les peuples caucasiens les appréciaient, voire les aimaient38.

46On peut dire que le Caucase, tel qu’il apparaît dans les classiques de la littérature russe, a tous les traits d’une utopie — un territoire jouissant d’une extraordinaire liberté, l’Orient russe, un paradis terrestre et, ce qui n’est pas le moins intéressant, un lieu où l’on peut faire passer des lois spéciales, loin de toute intervention étatique. L’image du Caucase comme terre de dangers s’est effacée devant celle d’une sorte de « station thermale » où l’on soignerait le corps et l’esprit.

  • 39 Ibid., p. 37.

47En fait, l’une des premières utopies politiques associées au Caucase remonte au règne de Paul Ier qui, contrairement à sa mère, désirait maintenir la paix dans la région. Il aurait voulu créer une fédération des princes des montagnes afin de transformer en coopération la rivalité commerciale, économique et militaire qui existait entre la Perse, la Russie et la Turquie39.

  • 40 Voir en particulier les sections « Le motif de l’utopie dans l’œuvre du comte V. A. Sollogoub » et (...)

48Entre 1830 et 1840, les efforts de paix menés en plein cœur de la guerre du Caucase ont aussi favorisé l’émergence d’une littérature et de projets utopiques. En collaboration avec les représentants de l’intelligentsia géorgienne A. Tchavtchavadzé et R. Eristavi, l’écrivain Vladimir Sollogoub, un aristocrate au service du gouverneur du Caucase, et le comte Vorontsov entreprirent de développer une nouvelle branche de la littérature russe, à savoir une littérature caucasienne. Vorontsov tenta de lancer une nouvelle politique éducative dans le Caucase40. Mais force est de constater qu’aucun de ces projets ne se réalisa. L’idée d’un processus de paix par le biais de la culture, mené par l’Empire russe dans le Caucase se révéla illusoire.

49Léon Tolstoï fut le dernier écrivain russe majeur à écrire sur le Caucase. Dans son roman Les Cosaques, publié au début de sa carrière, il exprime l’espoir d’un Caucase terre de justice, gouverné par la communauté cosaque. Cette utopie fut réfutée par les circonstances historiques. Dans « Hadji Mourat », texte célèbre et plus tardif, l’auteur ne fait plus preuve d’aucune pitié dans sa peinture du Caucase, espace géopolitique peuplé d’hommes forts et fiers, mais destiné à rejoindre un vaste empire. La religion, qui avait réuni la Russie et le Caucase, s’efface au second plan. Tolstoï présente Nicolas Ier et Chamil, le chef des rebelles, comme des personnages ambivalents ; quant au noble héros qui représente les meilleures qualités des peuples caucasiens, il meurt.

  • 41 A. Bestužev-Marlinski, Sočinenija (2 vol.), t. 2, Moskva, GIHL, 1958, p. 201.

50Déjà avant Tolstoï, le décabriste Bestoujev-Marlinski, mentionné ci-dessus, refusait d’idéaliser le Caucase, ne connaissant que trop les dangers d’une telle posture : « Les poètes ont fait de ce géant couronné de glace […] une sorte de pâtisserie aux amandes dégoulinante41. »

51Ce contexte compliqué est en lien direct avec le sujet de notre article. Les notions de liberté et d’indépendance étatique s’associent dans cette région à celles d’exil et de punition, et pourtant, l’utopie reste possible. Voyons tout cela comme un cadre nous permettant de mieux comprendre à la fois la dernière année de la vie de Griboïedov et le récit qu’en a fait Iouri Tynianov.

Une erreur historique qui s’avéra fatale pour la littérature russe

52Je reviens pour conclure à la question posée au début de cet article : pourquoi Tynianov, qui manifesta par ailleurs un intérêt si profond pour la littérature russe, plaça-t-il au centre de son roman, écrit une centaine d’années après les événements relatés, non pas la superbe comédie de Griboïedov Le Malheur d’avoir de l’esprit, mais son projet de compagnie transcaucasienne ? Pourquoi a-t-il tissé l’intrigue de son roman autour du « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase », qu’il présenta comme un geste volontaire de la part de Griboïedov par lequel il finit par donner sa vie ? La situation n’est pas sans similitudes avec, par exemple, l’acceptation par Pouchkine du duel avec d’Anthès. Ce geste volontaire, tel qu’il est décrit par Tynianov, inscrit Griboïedov dans la martyrologie de la littérature russe.

53L’histoire du « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase » et de la « Note » qui l’accompagnait revêt un intérêt textologique. Pourquoi l’identité de l’auteur de la critique qui condamna le projet — l’ancien décabriste Bourtsov ou le péremptoire général Joukovski — suscita-t-elle une telle controverse ? La découverte effectuée dans les années 1950 qui permit d’attribuer la critique très négative du projet à Joukovski et non à Bourtsov rendit le mystère plus facile à résoudre. Si les chercheurs qui considéraient le décabriste Bourtsov comme le principal opposant à Griboïedov devaient imaginer des raisons complexes au désaccord existant entre les deux anciens compagnons, les recherches menées entre les années 1960 et 1980 imputèrent la ruine du projet au réactionnaire Joukovski, tandis que l’opinion « incertaine » de Bourtsov semblait presque positive comparée à celle pleine de sarcasme du général. Ainsi, l’échec du projet s’expliquait par l’attitude suspicieuse et hostile des « cercles officiels » à l’égard de Griboïedov.

54Certes, Iouri Tynianov, décédé en 1943, ne put avoir connaissance de ces découvertes tardives ; mais c’est précisément la version erronée (d’un point de vue historique) présentée par Malchinski, qui rendait Bourtsov responsable de l’échec du projet, qui prit une importance centrale dans le roman, car l’intrigue est fondée sur un conflit entre d’anciens alliés décabristes séparés par la vie, qui s’affrontent autour d’un projet de transformation du Caucase. D’après Tynianov, Griboïedov espérait améliorer et mettre en œuvre les projets avortés des décabristes.

55Tynianov lui-même était convaincu que « chaque période met en avant les événements passés qui lui correspondent et oublie les autres ». L’un des thèmes qui revient sans cesse dans son roman est celui de la trahison du décembrisme, qui ne se départ jamais d’un vestige de loyauté. Il décrit Griboïedov comme un radical qui a survécu à l’écrasement de la rébellion et a reconsidéré ses anciens idéaux décabristes. Il évoque ses liens avec les insurgés, mais aussi ce qui les a séparés. Il insiste sur ce qui le distingue des rebelles et expose sa vision de ce qui aurait pu se passer si l’insurrection de 1825 avait été couronnée de succès. Par le biais du personnage de Griboïedov, Tynianov prétend que la victoire des décabristes n’aurait pu mener qu’au remplacement d’une forme de tyrannie par une autre, d’un régime policier despotique par un autre.

56Les héros des poèmes romantiques russes d’avant 1825 partaient vers l’est, vers le Caucase, dans l’espoir d’échapper à « l’esclavage de la ville étouffante ». Le Griboïedov de Tynianov se rend dans un État qui n’existe pas encore. Alexandre parle du Caucase comme d’une « Sibérie torride », et Nicolas Ier en a fait une terre d’exil pour les décabristes. Pourtant, Tynianov compare le Caucase au Nouveau Monde, et Griboïedov s’y rend avec l’espoir de trouver un lieu où il est peut-être encore possible de réaliser quelque chose. Ces espoirs et ces pensées deviendront le Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase, qu’il considérera comme l’œuvre de sa vie. Et c’est là que l’incroyable se révèle. Comme le montre Tynianov, le projet de Griboïedov, tout comme les projets des décabristes, n’offre finalement rien de nouveau, rien de meilleur. Ils ne proposent tous qu’une nouvelle forme d’asservissement.

57On observe un processus similaire dans l’expérience de la Révolution française et de la dictature jacobine, et le Griboïedov de Tynianov en est conscient. En même temps, en considérant le « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase » de Griboïedov, Tynianov ne peut s’empêcher de penser à la révolution de 1917. Son Griboïedov a la vague intuition que la tyrannie, le despotisme, l’autocratie et l’oppression conserveront toujours leur pouvoir destructeur.

  • 42 Arkadi Belinkov, Iurij Tynjanov, Moskva, 1961.

58« C’est peut-être pour cette raison qu’il est vain de créer de la nouveauté dans l’espoir de faire mieux que ce qui existe déjà, et l’on pressent que la tyrannie, le despotisme, l’autocratie et l’oppression destructrice existeront toujours. » Cette conclusion fut énoncée par le biographe de Tynianov, le dissident Arkadi Belinkov, qui à son tour vit un écho à l’œuvre de Tynianov dans sa propre époque, les années 195042. Pour ainsi dire, l’utopie caucasienne de Griboïedov déboucha sur une impasse comme l’utopie soviétique aux yeux de Tynianov cent ans plus tard, et comme la politique de « dégel » de Khrouchtchev encore trente ans plus tard.

59Le « Projet d’établissement d’une compagnie russe du Caucase » de Griboïedov reste donc un test révélateur de la possibilité de construire un État parfait « dans un pays pris isolément ». Il s’inscrit en même temps dans une tradition d’utopie caucasienne prégnante dans la littérature russe.

***

60Pour conclure, je citerai un extrait de La mort du Vazir-Moukhtar de Tynianov qui renferme l’idée d’un effondrement de l’utopie caucasienne. L’auteur décrit les membres d’une secte du Wurtemberg qui croient que la parousie est imminente et que Dieu est sur le point d’apparaître en Géorgie, en Turquie et en Perse. Ils se rendent donc en Russie et s’installent dans le Caucase. L’un d’eux rencontre Griboïedov :

  • 43 Iurij Tynjanov, Smert’ Vazir-Muhtara, op. cit., Leningrad, Priboj, 1929, p.

Alexandre [Griboïedov] vit un homme étrange doté d’une moustache rousse à l’allemande.
 – Exzellenz, commença l’Allemand, je suis un pauvre adepte d’une secte du Wurtemberg. On nous a envoyés ici et ma quarantaine s’achève aujourd’hui. Je sais que vous partez pour la Perse.
 – En quoi puis-je vous aider ? demanda doucement Griboïedov.
 – Nous croyons en la venue prochaine du Christ en Perse. Exzellenz, si vous entendez parler de lui, écrivez-moi. Mon nom est Meyer.
Alexandre regarda le pauvre homme à la moustache rousse et lui répondit en allemand d’un air grave :
 – Donnez-moi votre adresse, M. Meyer, et si je rencontre den lieben Gott en Perse, je lui dirai de vous écrire. Mais connaissez-vous l’hébreu ?
 – Non, répondit l’Allemand dont la moustache se gonfla comme la voile d’un bateau.
 – Eh bien, je serais fort étonné que der liebe Gott connaisse l’allemand, et je crains fort que vous ne parveniez pas à vous comprendre.43

61Manifestement, ni Griboïedov avec son projet caucasien ni le nouvel État révolutionnaire avec son utopie communiste n’ont trouvé de langage adéquat pour communiquer avec dem lieben Gott.

62(Traduit de l’anglais par Pauline Tardieu-Collinet)

Notes

1 Iurij Tynjanov, Smer’t Vazir-Muhtara, Leningrad, Priboj, 1929 (La mort du Vazir-Moukhtar, traduit par Lily Denis, Paris, Gallimard, 1969).

2 Id., Kuehla, Leningrad, Cubus, 1925.

3 Id., Puškin, 1re partie, Hudožestvennaja Literatura, 1936.

4 Alexandre Pouchkine, « Rouslan et Lioudmila ».

5 Syn otečestva, no 30, 1816.

6 Iurij Tynjanov, Arhaisty i novatory, Leningrad, Priboj, 1929.

7 Alexandre Pouchkine, Eugène Onéguine :
Блистательна, полувоздушна,
Смычку волшебному послушна,
Толпою нимф окружена,
Стоит Истомина ; она,
Одной ногой касаясь пола,
Другою медленно кружит,
И вдруг прыжок, и вдруг летит,
Летит, как пух от уст Эола
Presqu’aérienne, étincelante,
Docile aux magiques archets,
Au milieu d’un essaim de nymphes,
On aperçoit Istomina.
Elle touche d’un pied le sol ;
L’autre trace des cercles lents.
Elle bondit soudain, s’élance,
Vole comme un léger duvet ; (traduction de Jean-Louis Backès)

8 Ce traité entre l’Empire russe et la Perse (l’Iran) mettait fin à la guerre russo-persane de 1826-1828, en des termes favorables à la Russie. Il fut signé en 1828 dans le village de Turkmanchai près de Tabriz. Il octroie à la Russie les territoires d’Erevan et de l’Arménie orientale, ainsi que le khanat de Nakhitchevan.

9 Selon certaines sources russes, des agents britanniques craignant l’influence russe à Téhéran et des réactionnaires persans mécontents du traité de Turkmanchai auraient incité la foule au soulèvement. Des sources anglaises prétendent au contraire que l’attitude de Griboïedov en tant qu’ambassadeur était provocatrice et insultante vis-à-vis de la Perse, et qu’il se moquait des coutumes locales. Cette dernière allégation est peu crédible, étant donné l’excellente connaissance qu’avait Griboïedov des usages de la région. En compensation de l’attaque de la légation et de l’assassinat de l’ambassadeur, et afin d’éviter une nouvelle guerre, le shah envoya son petit-fils Khosrow Mirza à Saint-Pétersbourg, pour offrir à Nicolas Ier le diamant Shah.

10 A. L. Grišunin, V. M. Markovič, Alexandre S. Griboedov, Russkie pisateli. 1800- 1917. Biografičeskij slovar’, vol. 2, Moskva, Fianti, 1992, p. 22.

11 N. Calma, « Kommerčeskie zamysly Griboedova », in Literaturnoe nasledstvo, t. 19-21, Moskva, 1935, p. 143-173.

12 Tiflisskie gubernskie vedomosti, no 18, 19, 20, 1831, p. 137-155.

13 A. Malčinski, « Neizsannaja zapiska P.D. Zavelejskogo », in Russkij vestnik, no 9, 1891, p. 3-7.

14 A. S. Griboedov, Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, édité par S. A. Fomišev, Sankt-Peterburg, 2006, p. 568.

15 Ibid.

16 A. S. Griboedov, Sočinenija, éd. par Vladimir Orlov, Leningrad, Goslitizdat, 1940, p. 585-608, 645-646.

17 N. Calma, Kommerčeskie zamysly Griboedova, op. cit., p. 173.

18 M. V. Nečkina, Griboedov i dekabristy, Moskva, 1951, p. 522, 525. Cf. commentaires de S. A. Fomišev, Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, op. cit., p. 568.

19 Istoričeskij arhiv, vol. 6, 1951, p. 324-390.

20 Ibid.

21 Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, op. cit., p. 569-570.

22 I. K. Enikopolov, Griboedov v Gruzii, Tbilissi, 1954, p. 102-129.

23 N. O. Tarhova, « Proekte Rossijaskoj Zakavkazskoj Kompanii (Po materialam arhiva I. F. Paskeviča) », in Problemy tvorčestva A. S. Griboedova, éd par A. S. Fomičev, Smolensk, 1994, p. 285-295. Sur la personnalité de Bourtsov, voir V. B. Makarov, Decembrist Ivan Grigorevich Burtsev, Saratov, 1982.

24 Le texte et les notes conservés ont été récemment publiés dans A. S. Griboedov, Polnoe sobranie sočinenij (3 vol.), t. 3, op. cit., p. 325-346.

25 Ibid., p. 574.

26 O. P. Markova, « Novye materialy », in Istoričeskij arhiv, vol. 6, 1851, p. 344.

27 N. K. Gudzij, « Povest o gruzinskoj carice Dinare », in Istorija drevnerusskoj literatury, Moskva, 1953, p. 255.

28 Voir I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, Tver, Marina Butasova, 2016, p. 26. Voir également Harsha Ram, The Imperial Sublime: A Russian Poetics of Empire, Madison, University of Wisconsin Press, 2003 ; Susan Layton, Russian Literature and Empire: Conquest of the Caucasus from Pushkin to Tolstoy, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

29 Poème « Félitsa » (1782).

30 Poème « Le retour de Perse de Zoubov » ( « На возвращение Зубова из Персии », 1797).
О юный вождь ! Сверша походы,
прошел ты с воинством Кавказ,
зрел ужасы, красы природы.
Oh, jeune chef ! Toi qui dans tes campagnes
As franchi le Caucase avec une armée
Toi qui as vu les horreurs et les beautés de la nature.

31 Poème de Pouchkine, « J’ai vu les confins arides de l’Asie… » (Я видел Азии бесплодные пределы, 1820). Cf. : Ужасный край чудес !… там жаркие ручьи/ Кипят в утесах раскаленных… Le terrible pays des miracles !… . Là-bas des rivières ardentes écument à travers les rochers brûlants…

32 I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op. cit., p. 43.

33 Nathan Eidelman, « Byt’ možet za hrebtom Kavkaza… » Russkaja literaturnaja I obščestevennaja mysl’ pervoj poloviny XIX veka. Kavkazskij kontekst, Moskva, 1990, p. 253.

34 Voir Jakov Gordin, Kavkaz : zemlja i krov’. Rossija v kavkazskoj voine XIX veka, Sankt-Peterburg., Zvezda, 2000, p. 20.

35 Alexandre Pouchkine, épilogue du Prisonnier du Caucase.

36 Russkij vestnik, no 5, 1870, p. 259. Cf. I.L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op. cit., p. 101.

37 M. A. Takho-Godi, Kavkaz i kavkazskie plenniki glazami putešestvennikov načala XIX veka. Disponible en ligne : http://www.darial-online.ru/2001_1/taxogo.shtml

38 I. L. Bagration-Mukhraneli, Drugaja žizn i bereg dalnij, op. cit., p. 85-152.

39 Ibid., p. 37.

40 Voir en particulier les sections « Le motif de l’utopie dans l’œuvre du comte V. A. Sollogoub » et « Le motif de la paix culturelle » dans la monographie de Bagration-Mukhraneli.

41 A. Bestužev-Marlinski, Sočinenija (2 vol.), t. 2, Moskva, GIHL, 1958, p. 201.

42 Arkadi Belinkov, Iurij Tynjanov, Moskva, 1961.

43 Iurij Tynjanov, Smert’ Vazir-Muhtara, op. cit., Leningrad, Priboj, 1929, p.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search