16. Les écrits de Friedrich Bodenstedt sur le Caucase

Un regard sur la diversité ethnique et culturelle de la région

Hamlet Isaxanli

1Au fil des siècles, les toponymes acquièrent une complexité qui dépasse largement leur fonction originelle d’assignation géographique. C’est le cas de « Caucase ». Au départ, les mots « Caucase » ou « Grand Caucase » désignaient simplement la chaîne de montagnes qui s’étend de la mer Noire à la Caspienne. Ensuite, ce sont les terres au nord et au sud de ces montagnes (entre les deux mers, donc) qu’on a appelées « Caucase ».

2Cette région se compose, au nord des montagnes du Grand Caucase, de provinces autonomes russes (ce qu’on appelle le district fédéral du Caucase du Nord), et, au sud, de l’Azerbaïdjan, de l’Arménie et de la Géorgie, regroupés sous l’appellation « Caucase du Sud », ou encore « Transcaucasie ». Ce dernier nom est tout sauf neutre, puisqu’il reflète le point de vue russe, et est traduit du mot russe Zakafkazija. Les chaînes de montagne du Caucase du Sud sont appelées « Petit Caucase ». Certains auteurs préfèrent appeler le Caucase du Sud « Caucase central », dans la mesure où ils estiment que l’appellation « Caucase du Sud » devrait être réservée à certaines provinces turques et iraniennes à la frontière du Caucase central. Dans cette perspective, le « Grand Caucase » inclut non seulement l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Géorgie mais aussi des provinces voisines russes, turques et iraniennes.

3 Le Caucase est également traversé par la frontière qui sépare l’Europe et l’Asie, même si le tracé exact de celle-ci n’a jamais été clairement établi. Doit-on considérer que c’est la chaîne du Grand Caucase qui tient lieu de frontière, ou bien la dépression de Kouma-Manytch, au nord ? La question de savoir si le sud du Caucase (Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie) fait partie ou non de l’Europe est laissée en suspens par les accords récents. On peut penser au livre de Kurban Said, Ali et Nino, et à la comparaison qu’il effectue entre Europe et Asie. Même s’il a pu exister, à certaines époques, une fédération du Caucase, celle-ci a toujours été éphémère. En revanche, le Caucase a de tout temps été un lieu de tension où s’opposaient plusieurs puissances voisines. En particulier, ce fut le cas de l’Empire romain, puis l’Empire byzantin (à l’ouest), contre la Perse (au sud). À cette opposition succéda celle entre les Turcs (au nord) et le califat islamique (au sud). Puis, vinrent les Ottomans (à l’ouest), l’Iran (au sud) et la Russie (au nord). Beaucoup d’empires se sont efforcés de conquérir le Caucase et d’y asseoir leur domination. La région est déjà présente dans les récits mythologiques grecs, turcs et caucasiens. En réalité, on trouve des Caucasiens dans le monde entier : « Caucasien » désigne une « race », aussi appelée « europoïde ». Le terme est apparu en allemand à la fin du XVIIIe siècle pour désigner un habitant du Caucase du Sud ou du Caucase en général, lequel servait d’archétype à l’Européen. Aux États-Unis, on utilise le mot « caucasien » pour parler des Blancs en général. Le Caucase est une région multiethnique, multiculturelle, plurilingue, qui est l’une des plus riches du monde en termes de diversité culturelle et naturelle. À ce titre, elle est un petit paradis pour les chercheurs qui s’intéressent aux questions culturelles. La longue histoire du Caucase inclut des périodes de coexistence harmonieuse entre des nations capables de coopérer sur les plans économique, politique, humain et culturel. Mais la région est aussi le lieu de nombreuses tensions internes qui ont conduit à des conflits et à des guerres (jusqu’aux conflits interethniques d’aujourd’hui, largement internationalisés) et, bien sûr, elle a été le théâtre de plusieurs guerres de conquête.

4Ce sont d’abord des voyageurs individuels qui ont été à l’origine des contacts entre cultures. Ces voyageurs, se documentant sur ces régions, comparaient ensuite ce qu’ils avaient vu à leur propre culture, et compilaient leurs observations dans des récits de voyage. C’est ainsi que se diffusent des impressions sur des régions, des pays, des peuples, issues de perspectives variées et qui peuvent être très laudatrices, exprimer le choc ou la surprise, mais aussi de nombreux préjugés, et se révéler très critiques.

5De nombreux Européens ont voyagé dans le Caucase et on leur doit un certain nombre de mémoires. Ils furent de plus en plus nombreux à partir du XVIIe siècle, parmi lesquels beaucoup d’Allemands. Certains étaient des savants (historiens, archéologues, philologues, écrivains, traducteurs littéraires…) ; d’autres étaient diplomates, missionnaires, ou encore négociants et marchands. Leurs écrits permettent d’éclairer d’un jour nouveau l’histoire et la géographie du Caucase, ses peuples et leurs traditions, la langue et la littérature, la vie domestique et la culture. Ce sont des sources importantes pour toutes les études portant sur la région, et elles ont donné lieu à de nombreux travaux universitaires. De façon plus générale, le Caucase a été une source d’inspiration privilégiée pour des artistes de différents pays, ce qui a permis le développement de tout un corpus littéraire autour de la région.

6Certains de ces voyageurs européens avaient pour destination l’Iran, et traversaient donc le Caucase, qu’ils évoquaient dans leurs écrits. D’autres, surtout au XIXe siècle, voulaient visiter la Russie et incluaient alors le Caucase dans leur itinéraire et leur champ d’investigation. Des savants et artistes russes se rendirent dans le Caucase non seulement pour leur travail, mais aussi parce qu’ils y étaient envoyés en exil (le Caucase était alors appelé « la Sibérie où il fait chaud »), ou parce qu’ils voulaient y vivre et y créer. En parallèle à la politique de russification du Caucase menée par les autorités gouvernementales, il y a eu aussi, dans une certaine mesure, une « caucasification » des Russes. Les Européens et les Russes qui visitaient le Caucase au XIXe siècle ont noué des liens avec des intellectuels et des artistes de la région, lesquels ont ensuite joué un rôle majeur dans les transferts culturels observés.

7Friedrich von Bodenstedt (1819-1892), un jeune intellectuel allemand, fait partie de ces jeunes Européens invités en Russie pour y enseigner et qui, après y avoir vécu quelque temps, se sont rendus dans le Caucase. Là, il apprit le turc azéri, un peu de persan, enseigna et se lança dans divers projets littéraires. À son retour en Allemagne, il écrivit de nombreux livres sur le Caucase. Une quinzaine d’années après que Bodenstedt eut quitté la région, c’est l’écrivain français Alexandre Dumas (1802-1870) qui arriva depuis la Russie, et publia ensuite ses mémoires (1858-1859), intégralement traduits en azéri en 2010.

ILL. 1. Friedrich Martin von Bodenstedt. Gravure, 1876, d’après un portrait par C. Kolb © Archiv fur Kunst und Geschichte, Berlin

8Jusqu’ici, dans l’œuvre de Bodenstedt sur le Caucase, on s’est surtout intéressé à ce qui concernait son mentor, le poète et éducateur azéri Mirza Schaffy Vazeh (sur l’identité duquel on a beaucoup spéculé). Mais les travaux de Bodenstedt dans leur ensemble se révèlent la source la plus rigoureuse et la plus précieuse sur le Caucase, même si pour l’instant ils n’ont pas suscité suffisamment d’intérêt critique.

Friedrich Martin von Bodenstedt, une vie

  • 1 Ludwig Fränkel, « Bodenstedt, Friedrich », in Allgemeine Deutsche Biographie, herausgegeben von der (...)
  • 2 Sergej Romanjuk, « Poslednie pjat’moskovskih dnej poèta », Literaturnaja gazeta, no 39-6481, 8 octo (...)
  • 3 Ludwig Fränkel, op. cit.

9Friedrich Martin von Bodenstedt (1819-1892) est un poète, écrivain, critique littéraire, ethnographe et historien allemand1. Né à Peine, près de Hanovre, il voyagea dans de nombreux pays, mais revint toujours en Allemagne. Après avoir étudié la littérature, les langues, la philosophie et l’histoire à l’université, il se rendit en Russie à l’automne 1840 et y passa environ trois ans. Il visita d’abord Saint-Pétersbourg, puis se rendit à Moscou et plus tard dans d’autres villes russes. À Moscou, il devint précepteur auprès des deux fils du prince Mikhaïl Galitzine, cousin du gouverneur général de Moscou. Il apprit le russe, fit connaissance d’Alexandre Herzen et de Lermontov. Il a laissé d’ailleurs des pages précieuses sur ses entretiens avec Lermontov2 et une correspondance avec de grands écrivains russes tels que Fiodor Tiouttchev, Léon Tolstoï, Ivan Tourgueniev et Nicolaï Nekrassov. Bodenstedt accepta une offre d’emploi à l’école normale de Tbilissi (Tifliskaja Aleksandrijskaja Gimnazija) ; il y fut engagé comme directeur et y enseigna également les langues et littératures occidentales. C’est entre la mi-octobre et la mi-novembre 1843 qu’il partit pour le Caucase. Il apparaît qu’au bout de quelque temps il démissionna de son poste de directeur, vraisemblablement désireux d’avoir plus de temps pour voyager, pour étudier et pour écrire. Son mentor était alors Alexandre Neidhardt, le superintendant du Caucase. On peut faire remonter leur amitié au séjour de Bodenstedt à Moscou. En tout, Bodenstedt passa environ un an et demi dans le Caucase. Il participa à la cérémonie de bienvenue du successeur de Neidhardt à Tbilissi, le vice-roi M. S. Vorontsov, en mars 1845. En avril 1845, il quitta Tbilissi (« où il avait passé une période merveilleuse3 ») pour Leipzig, en longeant la côte de la mer Noire, traversant la Crimée, Istanbul (où il passa « quelques semaines agréables »), passant par la côte de la mer Égée et traversant l’Italie.

  • 4 Ibid.

10Après ce temps relativement long passé à l’étranger, Bodenstedt, de retour dans son pays natal, commença à écrire. Sa production fut prolifique et enthousiaste. Il traduisit des textes littéraires russes, anglais et persans, composa des poèmes, écrivit des nouvelles, des pièces, des études sur l’histoire et la littérature, des récits de voyage et des mémoires. Bodenstedt fut nommé représentant de l’Allemagne dans diverses réunions internationales. Au Congrès international du libre-échange, qui se tint à Paris en 1849, Victor Hugo le pria de faire un discours ; Bodenstedt répondit que l’absence de drapeau allemand parmi tous ceux des pays participants l’obligeait à décliner. Hugo réfuta aussitôt l’objection : « Monsieur, vous êtes le drapeau vivant de l’Allemagne4 ! »

  • 5 Ibid. ; Friedrich von Bodenstedt : Dichter, Schriftsteller und Peiner Ehenburger, op. cit.

11Bodenstedt travailla comme professeur de langues et littératures slaves, puis également de littérature anglaise, à l’université de Bavière, à Munich. Il fut également directeur de théâtre et éditeur d’un journal. D’après ses biographes, il était grand, blond, humble, un peu naïf, mais doté d’une forte confiance en lui et d’une certaine tendance à la vantardise5.

Écrits de Bodenstedt sur le Caucase et les Caucasiens

  • 6 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen. Ein Beitra (...)

12Bodenstedt se consacra d’abord à la traduction de poésie russe et ukrainienne, publiant des ouvrages en 1843 et 1845. Son premier livre consacré au Caucase, Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen (« Les Peuples du Caucase et leur combat pour se libérer du joug russe »), fut publié en 1848 à Francfort-sur-le-Main. C’est une œuvre ample, en deux volumes, de 572 pages, avec une introduction de seize pages incluant des informations techniques sur la publication6. Comme le titre l’indique, le livre est consacré à l’histoire, au mode de vie et à la lutte indépendantiste des peuples du Caucase ; il se concentre sur le Caucase du Nord. On y trouve des informations détaillées sur Chamil (1797- 1871), sur la première période (de 1834 à 1859) du mouvement de résistance que mena celui-ci, ainsi que sur les prémisses du mouvement avant qu’il n’en prenne la tête. Des chapitres sont également consacrés au soufisme, que Bodenstedt présente comme un mouvement de pensée humaniste. Par ailleurs, le livre contient un certain nombre de gravures intéressantes représentant des Caucasiens et divers aspects du Caucase. Des analyses qualitatives et quantitatives sont menées sur plusieurs villes et régions du Caucase. Un chapitre est intitulé « Les Tatars du Caucase, descendants de la race turque » (pages 122-147). Par « Tatar », on désignait alors les peuples de Russie qui parlaient des langues turciques : à Kazan, en Crimée, à Astrakhan, en Sibérie, etc. Dans les sources russes de l’époque, « Tatar » est également appliqué aux peuples du Caucase récemment colonisés par la Russie (les Tatars du Caucase), qu’on appelle aujourd’hui Azéris ou Turcs Azéris.

13D’après le livre de Bodenstedt, une large majorité de la population de Derbend, qui s’élevait alors à vingt-huit mille habitants, était composée de Tatars chiites. La population du Karabagh s’élevait à soixante-mille habitants, dont deux tiers de Tatars et un tiers d’Arméniens. À Gandja (gouvernement d’Elisavetpol), on comptait cinquante-cinq mille habitants, dont neuf mille Arméniens.

  • 7 Friedrich Bodenstedt, Les Peuples du Caucase et leurs luttes de liberté contre les Russes, traducti (...)

14Cette œuvre importante fut republiée dans une édition augmentée en 1855, et une traduction française parut à Paris en 18597. En revanche, seuls quelques chapitres furent traduits en russe et, malheureusement, il n’y eut pas d’autre traduction, ni dans les langues majeures ni dans les langues du Caucase.

ILL. 2. Illustration de l’édition originale de Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen : ein Beitrag zur neuesten Geschichte des Orients.

  • 8 . Id., Tausend und ein Tag im Orient (Mille et un jours en Orient), Berlin, Decker, 1850.
  • 9 Ludwig Fränkel, « Bodenstedt, Friedrich », op. cit.
  • 10 Friedrich Bodenstedt, Thousand and One Day in Orient, traduit par Richard Waddington, Londres, Rich (...)
  • 11 Id., Gesammelte Schriften (Œuvres choisies), 12 volumes, Berlin, Decker, 1862.

15Le deuxième livre de Bodenstedt sur le Caucase s’intitule Tausend und ein Tag im Orient (« Mille et un jours en Orient »). Il fut publié en 1850 à Berlin8. Ce livre (« son œuvre en prose la plus célèbre9 »), en trois volumes et cinquante-trois chapitres, est centré sur la figure de Mirza Schaffy, poète, calligraphe et enseignant azéri. Il suscita un vif intérêt, encore plus que l’ouvrage précédent. Le personnage de Mirza Schaffy séduisit les lecteurs contemporains par son discours sincère et émouvant, par sa poésie, son sens de l’humour, son caractère, sa philosophie. Presque immédiatement, en 1851, parut à Londres une traduction en anglais10. Bodenstedt lut et corrigea lui-même les passages les plus ardus de la traduction anglaise. Ces mémoires furent aussi incorporés dans l’édition en douze volumes d’œuvres choisies de l’auteur, publiées entre 1865 et 186911.

  • 12 Id., Die Lieder des Mirza Shaffy (Les Chants de Mirza Schaffy), Berlin, Decker, 1851.
  • 13 Hamlet Isaxanli, « History and Policy of Translating Poetry : Azerbaijan and its Neighbors », META, (...)

16Rudolf von Decker, qui dirigeait la maison d’édition où Tausend und ein Tag im Orient fut publié, suggéra alors à Bodenstedt de traduire des poèmes de Mirza Schaffy ; cela donna Die Lieder des Mirza Shaffy (« Les Chants de Mirza Schaffy »), en 185112. Bodenstedt y affirme : « J’ai traduit les chants de Mirza Schaffy en allemand sans porter atteinte aux originaux » ; et encore : « Les chants que j’ai entendus, je les ai chantés à mon tour » (p. 54). Ce livre devint le plus grand succès de librairie en Allemagne à cette période (fin XIXe-début XXe). Il fut réimprimé 142 fois du vivant de Bodenstedt ; en 1921 parut une nouvelle édition — la 168e ! — agrémentée de magnifiques illustrations. Des compositeurs allemands et russes adaptèrent les poèmes (les « chants », selon la traduction de Bodenstedt) en chansons et selon d’autres genres musicaux. La traduction allemande des Chants de Mirza Schaffy, et la traduction anglaise des Rubaiyat d’Omar Khayyâm par FitzGerald en 1859, conduisirent à la très grande popularité de ces deux auteurs en Occident : on leur voua un culte proche du fanatisme13. Les Chants furent traduits dans de nombreuses autres langues européennes et extra-européennes ; en 1880, Elsa d’Esterre-Keeling, écrivaine, traductrice et pédagogue, en fit une traduction anglaise. Tausend und ein Tag im Orient (« Mille et un jours en Orient ») ne connut, en revanche, « que » cinq éditions du vivant de l’auteur (en 1850, 1853, 1859, 1865 et 1891).

  • 14 Friedrich Bodenstedt, Mirzә Şәfi haqqιnda xatirәlәr, traduit par Akif Bayramov, Bakou, Yazıçı, 1987

17Après cette présentation de Bodenstedt et de ces trois ouvrages, je souhaiterais me concentrer sur Mille et un jours en Orient. Ce livre est intéressant à au moins deux titres : d’abord, grâce à la personnalité truculente de Mirza Schaffy telle que décrite et largement créée par Bodenstedt (« le livre, mal agencé, serait tombé dans l’oubli sans Mirza Schaffy ») ; ensuite, dans la perspective des études caucasiennes. Il n’existe aucune traduction complète de ce livre dans une autre langue que l’allemand ; la version anglaise est la plus proche de l’original. Les parties du livre qui concernent Mirza Schaffy ont été traduites en azéri dans des éditions abrégées et avec quelques erreurs14. Mais les longues descriptions du Caucase, pourtant très intéressantes, ne l’ont jamais été.

18Bodenstedt, qui parlait de « Morgenland » (« pays du matin ») pour désigner l’Orient et d’« Abendland » (« pays du soir ») pour désigner l’Occident, fait remarquer que ses livres précédents étaient de facture plus académique, et promet l’inclusion dans ce nouvel opus de petites descriptions, de résumés et de passages poétiques et vivants. De mon point de vue, ce livre est aussi important que le précédent pour les études sur le Caucase. Dans Les Peuples du Caucase et leur combat pour se libérer du joug russe, les études historiques et géographiques sont principalement tirées de sources préexistantes. Mille et un jours en Orient, en revanche, est presque entièrement fondé sur les observations directes de Bodenstedt, sur ses recherches ethnographiques consacrées aux peuples, aux nations, aux régions et aux cultures qu’il a connus pendant ses voyages. Par conséquent, il contient d’avantage de réflexions originales.

  • 15 Id., Aus Ost und West, Sechs Vorlesungen, Berlin, Decker, 1861.
  • 16 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Divan des Abbas-Kuli-Khan von Baku, poème, 1862, 4 : 121-123.

19En 1861, Bodenstedt publia Aus Ost und West (« D’Orient et d’Occident »), un recueil de six conférences15. La troisième d’entre elles est intitulée « Die Stellung der Frauen im Orient und Occident » (« La situation des femmes en Orient et en Occident »). Il y cite un exemple tiré de la pièce Monsieur Jordin et le derviche Masteli-chah, de M. F. Akhundov (1812-1878), où l’auteur compare les femmes d’Azerbaïdjan et de Paris. Bodenstedt traduit également des poèmes d’A. Bakikhanov, génial touche-à-tout azéri du premier XIXe siècle, en qui il voit « un grand poète16 », et les publie sous le titre Aus dem Divan des Abbas-Kuli-Khan von Baku (« Depuis le divan du khan Abbas-Kuli de Bakou »). Un des poèmes célèbres tirés de ce recueil, « Fatma joue du tar », n’est plus disponible que dans ses traductions en russe et en allemand, car l’original n’a pas survécu jusqu’à nous.

  • 17 Id., Aus Morgenland und Abendland. Neue Gedichte und Sprüche, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1882.
  • 18 « Poèt’ i professor’ Fridrih’ Bodenstedt 1819-1887 », in Russkaja starina, tome 54-j, Sant-Peterbur (...)

20En 1882, Bodenstedt publie un autre livre de traductions de poèmes orientaux, Aus Morgenland und Abendland. Neue Gedichte und Sprüche (« D’Orient et d’Occident. Nouveaux poèmes et proverbes »). Le recueil contient des traductions de Saadi, Rumi, Jami, et des proverbes de Mirza Schaffy17. De manière générale, Bodenstedt fut un traducteur de littérature orientale particulièrement prolifique. Il fut « pour l’allemand ce que Vassili Joukovski fut pour le russe18. » Ses publications comprennent des extraits de classiques russes, persans et anglais (Pouchkine, Lermontov, Tourgueniev, Shakespeare, Khayyam, Saadi, Rumi, Hafiz, Jami notamment) et de la littérature azérie. Son travail de chercheur et d’enseignant s’est également concentré sur ces littératures.

  • 19 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Nachlasse Mirza Schaffy’s, Berlin, Hofmann & Comp, 1874.
  • 20 Voir par exemple S. Mumtaz, Mirzə Şəfi Vazeh [Mirza Schaffy Vazeh], Bakou, Nurlan, 2005 [1re éditio (...)

21En 1874, il fait paraître Aus dem Nachlasse Mirza Schaffys (« Œuvres posthumes de Mirza Schaffy »), un volume beaucoup plus conséquent que les Chants de Mirza Schaffy19. Dans un long « supplément explicatif », il révèle ou prétend révéler que Mirza Schaffy n’était en fait pas poète et que les Chants n’étaient pas traduits de Schaffy mais avaient été écrits par lui-même. L’édition suivante des Chants, parue à Berlin en 1875, porte sur la couverture le nom de Bodenstedt, qui se présente comme le véritable auteur, ayant jusque-là pris le pseudonyme de Mirza Schaffy. En réalité, Mirza Schaffy exista bel et bien et c’était un poète. Il écrivait en persan et en azéri20 ; il était talentueux, mais resta largement inconnu.

ILL. 3. Friedrich Bodenstedt et Mirza Schaffy © Collections d’histoire théâtrale et musée Hebbel, musées du Schleswig-Holstein et de Hamburg.

  • 21 Adolph Bergé, « Mirsa Schaffi », Zeitschrift Der Deutschen morgenländischen Gesellschaft, vol. XXIV (...)
  • 22 Cf. Kurt Sundermeyer, Friedrich Bodenstedt und die « Lieder des Mirza-Schaffy », thèse de doctorat, (...)

22Avant que Bodenstedt ne fasse cette déclaration fracassante, un spécialiste du Caucase russe, Adolf Bergé (1826-1886), de père français et de mère allemande, avait écrit un article sur Mirza Schaffy21 publié en 1870. Ce texte fut déterminant pour entériner l’idée que Bodenstedt était l’auteur des Chants. La vérité est que si Bodenstedt avait avait été reconnu lui-même comme poète, il n’aurait pas dénié à Schaffy sa paternité des poèmes. La grande amitié entre Bodenstedt et Schaffy, décrite avec enthousiasme par Bodenstedt en personne, devenait rupture. La revendication par Bodenstedt de la paternité des textes créa la confusion dans les champs littéraires tant allemand qu’azéri. Les spécialistes de littérature ont fait de ce mystère un objet d’étude et de débats. Dans le cadre de cet article, je n’aurai malheureusement pas la place de rentrer dans les détails de la relation qui unissait Bodenstedt et Schaffy ; les recherches qui ont été menées à ce sujet, que ce soit en Allemagne ou en Azerbaïdjan, ne sont pas exemptes de préjugés et de points de vue orientés22.

Bodenstedt à propos de la diversité ethnique et culturelle du Caucase

23Nous allons maintenant nous intéresser à Mille et un jours en Orient, qui peut être considéré comme l’une des sources les plus précieuses pour les études sur le Caucase. Ce livre, écrit au milieu du XIXe siècle, contient non seulement un compte rendu de divers événements historiques de ce siècle et des siècles précédents, mais aussi des informations complètes sur la culture et la société du Caucase, et sur un certain nombre de personnages historiques, dont les noms ne sont pas mentionnés, ou seulement en passant, dans d’autres sources. Nous allons donc nous intéresser à la diversité ethnique et culturelle du Caucase telle qu’elle est décrite dans ce livre (qui n’a, jusqu’ici, pas été étudié pour cela, ainsi que nous l’avons exposé plus haut).

24Plutôt que de prendre le livre dans l’ordre, nous en ferons l’analyse en considérant le point de vue de l’auteur sur un certain nombre de problèmes. Pour ne pas entraver la lecture, nous n’indiquons pas les pages de chaque citation ; celles-ci peuvent être trouvées facilement dans l’original allemand ou dans sa traduction anglaise. Nous ferons ponctuellement référence à d’autres livres de Bodenstedt lorsqu’ils sont pertinents pour l’analyse.

25Bodenstedt était un observateur précis et pointilleux :

J’aurais pu écrire un roman ; j’aurais estompé certains détails déplaisants, comblé les trous de l’histoire avec des épisodes passionnants, inventé des protagonistes sentimentaux et vertueux, rendu les situations plus complexes, et mis dans la bouche des personnages de belles paroles. Mais moi, au contraire, je mets sous les yeux du lecteur la réalité nue ; je reste sourd aux appels de l’imagination.

26Quand Bodenstedt vivait à Tbilissi, où il fréquentait Mirza Schaffy et d’autres, et quand il voyageait à travers le Caucase, il prit de nombreuses notes concernant des questions diverses : l’histoire et la géographie, la mythologie et la religion, la langue, la littérature et la musique, les traditions et les modes de vie, la culture matérielle, les femmes ; fréquemment, il établissait des comparaisons entre l’Europe et le Caucase.

Sur les langues

  • 23 Kurt Sundermeyer, op. cit.
  • 24 « Poèt’ i professor’ Fridrih’ Bodenstedt 1819-1887 », op. cit.

27« En Géorgie, le premier soin que j’eus fut de trouver un instructeur en tartare [autre orthographe pour « tatar »] afin d’apprendre au plus vite cette langue si indispensable à la vie dans le Caucase » (1850) ; Bodenstedt appelle le tatar « la lingua franca de l’Est » (1874). Mirza Schaffy lui apprit également le persan. Certains auteurs, comme Kurt Sundenmeyer23, ont supposé, dans les années 1930, que Mirza Schaffy lui avait enseigné non seulement le tatar et le persan, mais aussi le géorgien et l’arménien ; dès 1897, la revue historique Russkaja starina avait commis la même erreur24. Mais, en 1874, Bodenstedt avait précisé que Schaffy ne lui enseigna que le tatar et un peu de persan, en 1850 et en 1874. La déclaration suivante ne laisse pas de place au doute : « Sur la route [en Géorgie occidentale], j’ai rencontré un prêtre géorgien à dos d’âne (à Akhalkalaki je n’ai jamais vu de cheval ; tout le monde voyage à dos d’âne) et je lui ai dit quelques mots en géorgien ; mais, comme je ne parlais pas cette langue, nous avons continué en russe. » Par ailleurs, il est avéré que Mirza Schaffy ne parlait que le tatar, le persan et l’arabe.

28Bodenstedt fait remarquer que les Arméniens parlent le tatar en sus de leur langue maternelle. Leurs chansons folkloriques sont en tatar ; lorsqu’ils parlent, les Géorgiens comme les Arméniens utilisent de nombreuses expressions tatares. Bodenstedt note les mots tatars (azéris) suivant leur prononciation (en effet, il écrivait avant la publication des pièces d’Akhundov qui fixèrent des règles d’écriture). On trouve par exemple dans les notes de Bodenstedt axşamιnιz xeyir olsun (« bonsoir »), vallah, elədir (wallah, « c’est comme ça »), yaxşι yol (« bon voyage »), yaxşι oldu (« c’était bien »), çox (« beaucoup »), çörək (« pain »), atlar hazιrdιr/atlar haserler (« les chevaux sont prêts »), Allah verdi (« Dieu a donné », expression qui était utilisée dans le Caucase après un toast, au sens de « bon voyage »), kef eləmək/keef elimäkj (« s’amuser »), dilbilir (« philologue » ; Bodenstedt affirme que lui et Budagov inventèrent ce mot pour expliquer ce qu’est un « philologue »), eşşək [ischekj] (« âne »), çubuq (« bâtonnet, cigarette »), qəlyan (« hookah »), qələmdan (« trousse à crayons »), saləm alekem – alekem saləm (« bonjour » et réponse), bülbül (« rossignol »), qιzιlbaşi (« roux » ; surnom donné aux partisans du shah Ismaïl Ier, fondateur de la dynastie séfévide), Gürcüstan (Géorgie), Göyçə gölü (lac de Gegham), Alagöz dağι (mont Aragats), Asslan-Bey, ou Arzlan-Bey (Bodenstedt note que l’orthographe correcte est « Arzlan Bey » mais que cela se prononce « Asslan Bey »).

29Bodenstedt et Mirza Schaffy conversaient en tatar (en azéri). On peut l’établir par un certain nombre d’expressions apparaissant dans Mille et un jours en Orient. À cette époque, dans les salons poétiques organisés par Mirza Schaffy (les Divani-hikmet, « cercles de sagesse »), des poèmes étaient récités aussi bien en tatar qu’en persan. « Lorsque nous rencontrions des problèmes de communication, notre ami L. Budagov nous venait en aide. [Budagov, d’ethnie arménienne, était philologue]. Il enseignait le persan dans un lycée, et parlait couramment allemand, anglais et français. Il aimait particulièrement interpréter les chants de ces cultures dans un style oriental. C’est à ce moment que je réalisai comme les autres nations perdaient à ne pas connaître des hommes comme Mirza Schaffy. »

Sur la littérature, la poésie, la musique

30Bodenstedt répète en plusieurs endroits que les cours de langue qu’il prenait auprès de Mirza Schaffy étaient fondés sur la poésie. Mirza Schaffy lui récitait ses propres vers, des poèmes persans classiques et des textes de Fuzûlî, appartenant au canon turcique ; puis il les analysait. Bodenstedt écrit que, quand Mirza Schaffy récitait des vers, c’était « comme s’il chantait ». Visiblement, la tradition orientale consistant à déclamer des poèmes (qu’ils soient en arabe, en persan, en langues turciques) en mettant beaucoup d’intonation et de pathos, a évoqué pour Bodenstedt l’écoute d’œuvres musicales. « Mirza Schaffy récitait avec beaucoup d’expressivité. Quand je lis platement des poèmes que j’ai traduits depuis des langues étrangères, il se fâche. »

  • 25 Nous devons ici nous attarder sur quelques erreurs commises par Johann Christoph Bürgel, dans son i (...)

31Lorsqu’il parle de « langues étrangères », significativement, c’est aux langues occidentales que Bodenstedt fait référence25.

  • 26 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Nachlasse Mirza Schaffy’s, Berlin, Hofmann & Comp, 1874.

32Plus tard, en 1874, il décrit Mirza Schaffy et la littérature tatare en ces termes26 : Mirza Schaffy est né Tatar, mais a été formé en persan. Les Tatars n’ont pas la littérature riche et vive des Persans, mais leur langue est comme le français de l’Orient ; par ailleurs elle a été largement influencée par le persan.

33Bodenstedt ne se trompait pas quant à la richesse de la poésie persane. Dès les XIe et XIIe siècles, des poètes persanophones mais aussi turcophones (et même quelques auteurs du sous-continent indien) avaient choisi d’écrire intégralement en persan. D’autres écrivaient à la fois en persan et dans leur langue maternelle ; puis ils furent de plus en plus nombreux à n’écrire que dans leur langue maternelle. Mehmet Fuzûlî écrivait dans trois langues : en azéri principalement, mais aussi en persan et en arabe. Au XIXe siècle, les poètes Abbasgoulou agha Bakikhanov et Mirza Schaffy écrivaient principalement en persan, même si on leur doit quelques très belles œuvres poétiques en azéri.

34Mirza Schaffy mentionna à Bodenstedt des œuvres de Hafiz et d’autres poètes persans, ainsi que de Fuzûlî, pour la littérature en langues turciques. D’autres grands poètes de langues turciques, comme Imad-ad-din Nassimi, Alicher Navoï ou Molla Panah Vagif, ne faisaient pas partie du programme d’enseignement de Mirza Schaffy et, par conséquent, Bodenstedt n’en entendit pas parler. D’autres voyageurs et artistes ayant passé du temps dans le Caucase à la même époque font état de leur même impression d’un usage assez généralisé de la langue tatare. Bodenstedt avait également raison d’affirmer que le tatar était influencé par le persan. Par ailleurs, les deux langues, tatar et persan, avaient auparavant été influencées par l’arabe.

35Bodenstedt exprima en plusieurs endroits son admiration pour la poésie orientale, que ce soit dans Mille et un jours en Orient ou dans d’autres ouvrages. Lorsqu’il rencontra Omar Afandi, un ami de Mirza Schaffy, il lui exprima son admiration en citant Fuzûlî : « Je suis venu à vous comme un exilé affamé ; comme une goutte d’eau se mêlant à l’océan. » Dans le supplément au volume d’œuvres posthumes de Mirza Schaffy, Bodenstedt discute de questions littéraires : le genre du ghazal, la forme du rubaï (quatrain), le système de rimes, les problèmes de traduction — et en donne les principaux motifs.

36Bodenstedt évoque également l’attitude très négative de Mirza Schaffy envers les livres imprimés et reproduit son discours enflammé à ce sujet : « Il n’avait pas beaucoup de livres chez lui. Les livres imprimés l’irritaient, le mettaient en colère. » Ici il faut nous arrêter sur l’origine de cette aversion. Mirza Schaffy, comme d’autres mirzas (« lettrés »), gagnait sa vie en tant que copiste, ce qui requérait une grande maîtrise de l’art calligraphique. À la fois leur statut économique et leurs œuvres étaient dépendants de ce métier. D’autres écrivains, comme Abbasgoulou agha, ne s’arrêtaient pas à ce type de question. Au contraire, Abbasgoulou agha s’efforçait de faire publier ses livres aussitôt que possible. Il était conscient de l’importance de l’imprimerie.

37Bodenstedt fait aussi quelques remarques en passant sur la littérature géorgienne et arménienne. « La littérature géorgienne contient de nombreux ouvrages de théologie, d’histoire et de géographie (j’en sais peu de chose ; je ne parle pas géorgien), et a une riche tradition poétique. Elle est très différente de la littérature arménienne. J’ai lu Roustavéli dans une traduction russe, mais cela ne m’a pas plu ; en revanche les petites chansons géorgiennes sont très plaisantes… »

38Dès ses premiers jours dans le Caucase, Bodenstedt s’émerveilla des couleurs et de la variété de la région. À propos d’une fête de bienvenue, il écrit : « Des Géorgiens, des Arméniens, des Tatars, des musiciens agiles au beau visage qui chantaient des textes de Hafiz… tout était nouveau — comme les Mille et une nuits ! » C’est de là que Bodenstedt tira le titre de son livre. En visitant Erevan, il rencontra Khatchatour Abovian (qu’il orthographie Obowian) : « Khatchatour Obowian me gratifia de chants en tatar, en kurde et en arménien. » Plus tard, Bodenstedt apporta certains de ces chants au salon littéraire de Mirza Schaffy : « Ensemble, nous apprîmes des chants tatars de l’aveugle Keshishoglu, et du combat qui l’opposa à Allahverdi (Obowian m’avait dit quelques mots de Keshishoglu) ». Bodenstedt fournit aussi des informations sur des événements liés à la poésie et à la musique. Il parle du chanteur Gaytimaz, à Erevan, et de Yusif, fils d’un marchand arménien, qui, dans la demeure du marchand à Akhalkalaki, chantait de magnifiques chansons ; l’un et l’autre s’accompagnaient au saz (luth à manche long) ou au tengir.

Sur la vie intellectuelle, les traditions, les coutumes

39Le sujet de Bodenstedt c’est, avant tout, son maître préféré Mirza Schaffy, sa personnalité, ses réflexions, son mode de vie, son attitude envers ses collègues, envers les femmes, etc.

40Mirza Schaffy disait son admiration pour Abbasgoulou Khan et Omar Afandi ; il était clair qu’il n’était pas envieux d’eux. Il maintenait des relations cordiales avec les savants et les hommes en général, qu’ils soient chiites ou sunnites. Bodenstedt l’interrogea un jour sur sa tolérance ; Schaffy fit une réponse brève : que chacun, dit-il, s’occupe de ses affaires. Cependant, d’après Bodenstedt, Mirza Schaffy offensa parfois les religieux, notamment quand il déclara : « Le cri d’un enfant innocent m’est plus agréable à l’oreille que l’appel à la prière d’un vieux religieux. » ; et Bodenstedt ajoute : « En retour, ils dirent que Mirza était immoral. » Les paroles d’Omar Afandi, que Mirza Schaffy appelait « le plus sage des hommes, après moi », sont également éclairantes : « Il n’y a aucune intelligence dans la tête d’un idiot ; un arbre ne peut pas pousser sur un rocher. Il n’y a rien de plus difficile que d’apporter l’intelligence à un idiot, ou de rendre idiot un homme intelligent. »

41Bodenstedt consacre aussi certains passages à la haute société de Tbilissi, et aux événements qui l’animent : « Les fonctionnaires et les officiers russes sont en haut de la société de Tbilissi ; autour d’eux, il y a les riches familles géorgiennes et arméniennes (les Eristaf, les Tourmanov, les Chavchavadze, les Karganov, les Andronikov, les Orbelian…). Daniel, le sultan de Jelussui [aujourd’hui Ilisu, en Azerbaïdjan], a dansé une lezginka avec la princesse Orbelian au grand palais Sardar. Toutes les femmes les regardaient, et admiraient le maintien et les gestes du sultan. Malgré la haine que lui vouaient les musulmans pieux, il fit honneur au pays et à sa couronne dans cette danse. Plus tard, j’appris que ses amis tuèrent des Russes et l’expulsèrent. Daniel se plaça sous la protection de Chamil, et devint son premier régent. » À ces mots de Bodenstedt, on peut ajouter que le nom de Daniel revient fréquemment dans une lettre de Vorontsov à Iermolov, selon laquelle le fils de Daniel était fiancé à la fille de Chamil.

42Les observations de Bodenstedt concernent également les Européens et les Russes vivant à Tbilissi et dans le Caucase en général, ainsi que les populations autochtones. Il se souvient notamment de la remarque d’un officier russe cantonné à Gagra, sur la guerre, la dangerosité du Caucase, et les côtes inhospitalières de l’Abkhazie : « La Sibérie serait plus agréable. Là-bas, on peut gagner sa vie sans craindre sans cesse de la perdre ; le seul danger dont il faut s’inquiéter, c’est la mort naturelle. Ici, le soleil qui se lève sur les rives de la mer Noire apporte avec lui la mort et la corruption ; si le destin nous épargne et nous garde en vie, alors nous perdons un bras ou une jambe… »

43Bodenstedt commente les propos du soldat russe avec un mélange d’admiration et d’ironie : « Les soldats russes apprennent vite, et s’échinent à la tâche pour obéir à n’importe quels ordres… » Il cite aussi la réponse que fit l’officier russe à un officier allemand qui prenait part à la guerre russo-turque et était convaincu de l’impossibilité d’une avancée et de l’inutilité d’une attaque : « Comment ça, impossible ? Mais l’empereur nous en a donné l’ordre ! »

44Quant aux docteurs vivant à Tbilissi, Bodenstedt les divisait en deux catégories : les Allemands, qu’il voyait comme extraordinairement consciencieux (ce qui était aussi, de son point de vue, leur principal défaut) ; et les Russes et les Polonais, irresponsables et sournois. Sans citer de source, il classifie de même les différentes nationalités vivant à Tbilissi en plusieurs catégories, selon le degré de sournoiserie qu’il dit percevoir chez chacune d’entre elles. Ainsi, les Grecs seraient les plus rusés, juste devant les Juifs (curieusement, il ne mentionne pas les Tatars ; peut-être étaient-ils à ses yeux incapables de ruse ?) Dans son système, deux Juifs valent un Russe, deux Russes valent un Persan, deux Persans valent un Arménien, et deux Arméniens, un Grec.

45Bodenstedt s’intéresse aussi aux mouvements migratoires liés aux guerres de conquête du Caucase, et à leurs effets. Par exemple, il affirme : « Après que Paskevitch eut conquis Achalzig, une majorité des Turcs aisés partit pour l’Anatolie, et beaucoup d’Arméniens de Turquie partirent pour le Caucase (ceux qui voulaient être sujets de l’Empire russe) ; ils remplirent plus d’espace que ce que les Turcs en partant n’avaient laissé. » Il fait aussi remarquer que « les navires grecs et turcs transportent des esclaves de la Circassie à la Turquie ; ils font du commerce d’esclaves. »

46Bodenstedt, qui avait voyagé en Géorgie et vécu à Tbilissi, connaissait visiblement très bien la façon de vivre des Géorgiens et s’exprime très ouvertement à leur sujet : « Les Géorgiens n’ont pas l’hygiène des Européens [ « avec quelques exceptions », semble-t-il parfois suggérer]. Lorsqu’ils pratiquent des sports et des jeux de rue, notamment le funambulisme, les Géorgiens semblent mettre de côté leur paresse congénitale et s’y adonnent avec enthousiasme. Les danses géorgiennes ressemblent aux grecques ; ils chantent en même temps qu’ils dansent. […] La naissance d’une fille est un malheur, surtout si c’est le premier enfant, ou s’il y en a plusieurs à la suite [cela était vrai aussi d’autres peuples du Caucase] […] En Imérétie, on vit comme on vit dans la plupart des pays d‘Orient, : dans l’instant et sans souci de l’avenir. Il n’y a quasiment pas de vols ici. C’est un peuple pacifique chez lui, courageux dans la bataille. […] Le peuple géorgien se divise en thavads (seigneurs), aznavours (nobles), vadshars (marchands), mtsshaxurs (serfs), olexis (le petit peuple) et monas (esclaves). »

47Dans son premier livre, Bodenstedt s’était particulièrement intéressé aux nations vivant sur les contreforts du Grand Caucase (surtout dans la partie nord), à leur mode de vie et à leurs combats. Mille et un jours en Orient témoigne de la continuité de cet intérêt. Mais les informations qu’on y trouve semblent ne pas être issues d’observations directes, mais plutôt de ouï-dire. Voici quelques extraits de ce que Bodenstedt écrit de Derbent et de Kaytakh ou Kara-Kaytakhto au nord-ouest du Caucase : « Dans cette contrée sauvage du Caucase, personne n’a encore lu Werther ; leur façon d’aimer n’est pas aussi sentimentale que la nôtre. » Dans ce contexte, soulignons que les stéréotypes — Orient romantique, Occident rationaliste — étaient bien ancrés dans l’imaginaire collectif à l’est comme à l’ouest. Ici, Bodenstedt inverse ces stéréotypes. Il cite également comme typiques de cette région « des intrigues imbriquées, des cycles de trahisons, des mariages et encore des mariages […] des vendettas […], des négociations matrimoniales. »

Sur les femmes

48Les femmes en général, et celles du Caucase en particulier, sont l’un des sujets favoris de Bodenstedt. Il consacra tout un livre aux personnages féminins chez Shakespeare (1874). Dans Mille et un jours en Orient, les conversations intimes avec Mirza Schaffy sur les femmes et l’amour, et sur les aventures de Schaffy, tiennent une place importante. Il est difficile d’y démêler ce qui relève de la fiction. Nous allons nous intéresser aux histoires d’amour de Mirza Schaffy, car ses vues sur les femmes ne sont pas dénuées d’intérêt.

49Alors qu’il revenait juste d’un voyage à Erevan, Bodenstedt raconte à Mirza Schaffy l’histoire suivante : « En Arménie, j’ai traversé des villages fort sales ; là, les femmes arméniennes avaient les mains vraiment sales. Heureusement que le baisemain ne fait pas partie des coutumes de ce pays. » Mirza Schaffy lui fait une réponse appropriée, en vantant la dignité de ces femmes : « Honte aux hommes dont les épouses ont les mains sales ! Apprends à une femme que les hommes vont désormais lui baiser la main, et elle les gardera toujours propres. Si ce sont ses pieds que tu baises, ce sont ses pieds qu’elle tiendra propres. »

50Mirza Schaffy parle de la sagesse et de la force des femmes. Il démontre par analogie que les femmes méritent d’être adorées, comparant l’amour qui leur est dû à un hymne : « Les sunnites considèrent que le sultan est l’ombre de Dieu sur terre ; pour les chiites, c’est le shah. En réalité, ce sont les femmes qui sont l’essence de Dieu sur terre. »

51Bodenstedt s’exprime peu sur la beauté féminine. Il trouve que les femmes de Novotcherkassk sont les plus belles de toute la Russie (« du bon vin, de belles femmes » ; « aucune autre ville de Russie ne possède de telles femmes »). Quant aux filles et aux femmes de Géorgie, il a des idées contradictoires à leur sujet, et affirme que « les filles géorgiennes sont très belles, mais elles enlaidissent en vieillissant. » Il insiste sur la différence entre les femmes qu’il a pu voir dans l’église Saint-David, magnifiques, et celles aperçues au marché qui, géorgiennes ou arméniennes, semblent ne pas aimer les femmes de l’église. Ce sont des femmes sans enfants qui vont prier à Saint-David. Mirza Schaffy commente la chose en ces termes : « Je suis étonné que David, si longtemps après sa mort, parvienne à réunir tant de jolies femmes. Y a-t-il un autre endroit au monde où l’on puisse voir autant de jolies jambes nues ? »

ILL. 4. Femme orientale, illustration tirée de Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen : ein Beitrag zur neuesten Geschichte des Orients.

52Bodenstedt raconte sa rencontre, à Gori, une ville de garnison russe, avec une fille issue de l’élite géorgienne, et s’interroge alors sur l’image que les Européens se font de la Géorgienne : « Je rencontrai Maria Eristaff, une jeune princesse au visage avenant et aux beaux cheveux épais, qui était le centre de toutes les conversations en Géorgie. En Europe, on s’imagine que les Géorgiennes sont grandes, élancées, ont un beau visage, des cheveux longs, un front large et noble, des yeux noirs et mystérieux. Elles apporteraient la joie et le plaisir, et laisseraient en s’en allant des regards amoureux et fascinés. Beaucoup de voyageurs d’Europe sont déçus quand ils arrivent en Géorgie ; et certains trouvent même que la réalité est l’exact (et laid) contraire de ce qu’ils imaginaient. La vérité est quelque part entre les deux. Les Géorgiens dans leur ensemble constituent l’une des plus belles races du monde. Mais je préfère les hommes. Jusqu’ici, jamais je n’ai été frappé de la beauté d’un visage de femme (quand elles couvrent leur tête, on ne peut plus voir leur front étroit, et cela ne leur va pas). Mais les Géorgiennes ont du charme. Elles ont des nez très longs. » Il continue en affirmant que « les filles sont si adroites dans la manière de soulever leur voile qu’elles se laissent apercevoir [c’est le cas également en Iran aujourd’hui] ».

53Dans D’Orient et d’Occident, Bodenstedt s’intéresse particulièrement aux femmes. Il prend parti dans une polémique avec le grand intellectuel et poète azéri Mirza Fatali. Akhundov, dans une de ses comédies, donnait, d’un ton mi-ironique, mi-sérieux, une image des relations entre les sexes à Paris et en Orient ; Bodenstedt prend cela au pied de la lettre et, voulant lui répondre, il arrive à cette conclusion intéressante : « M.F. Akhundov, célèbre auteur tatar de comédies, fait dire à l’un de ses personnages [Hatamkhan agha, dans Monsieur Jordin et le derviche Masteli-chah] que « la polyandrie française n’est en rien inférieure à notre polygamie. La polygamie, cela veut dire qu’un homme ne peut se contenter d’une seule épouse ; la polyandrie, qu’une femme ne peut se contenter d’un seul époux. La première est une tradition populaire ici [dans l’Orient musulman] ; la seconde, à Paris. Il y a là une vérité qu’on ne peut nier, même hors de Paris. Mais on peut aussi ajouter que chez nous, la polyandrie est impossible, illégale, condamnable. La polygamie, son contraire, est fondée sur la religion de l’Orient, sur des traditions, et pour ces raisons elle continue de produire ses effets destructeurs, parce qu’aucune loi ne peut l’empêcher, et que rien ne la sanctionne. Mais cela ne veut pas dire que les femmes orientales ne rêveraient pas de s’adonner à la polyandrie ! Elles en ont le désir, et ont beaucoup de talent pour la chose ; il ne leur manque que l’opportunité ! Même si on leur en faisait l’offre, elles pourraient difficilement en profiter. »»

Sur la culture matérielle

  • 27 Marie-Félicité Brosset, Histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, 7 volumes, (...)
  • 28 Frédéric Dubois de Montpéreux, Voyage autour du Caucase, chez les Tscherkesses et les Abkhases, en (...)

54Pendant ses voyages dans le Caucase, Bodenstedt prit des notes sur les paysages naturels, le climat à différentes saisons, les monuments, les travaux agricoles, la vie quotidienne, le niveau de vie. Il se réfère à Marie-Félicité Brosset (1802-1880) et à Frédéric Dubois de Montpéreux (1798-1950), archéologue et ethnographe franco-suisse, pour préciser ses descriptions et leur emprunter une terminologie géographique. Brosset, artiste ayant surtout travaillé en Russie, avait voyagé dans le Caucase en 1847 et 1848, et avait écrit une Histoire de la Géorgie en sept volumes (1849-1858)27 ; Frédéric Dubois de Montpéreux, lui, s’était trouvé dans le Caucase et en Crimée de 1831 à 1834 et il en tira par la suite un riche ouvrage en six volumes, publié de 1839 à 184928. Les volumes contenaient de nombreuses cartes, des outils, des schémas, des images, et décrivaient un grand nombre de monuments (y compris certains qui n’ont pas survécu jusqu’à nous). Les observations personnelles de Bodenstedt sont aussi d’un grand intérêt.

55Il décrit les habitations partout dans le Caucase, sans craindre de multiplier les détails. De manière générale, Mille et un jours en Orient est une source ethnographique très riche. À Tbilissi, il catégorise les habitations comme suit : « De grandes maisons russes modernes, construites par le gouvernement ; des maisons arméniennes confortables ; des maisons géorgiennes, persanes et tatares nues et inachevées ». Il s’intéresse aussi à la célèbre Assemblée tatare (qui inclut la mosquée), et à l’ancien palais Sardar à Erevan, construit sur le point le plus élevé de la ville. Celui-ci lui fit une forte impression : « Il y avait des tableaux du shah et de ses sujets, des scènes mythologiques, Catherine II et son fils, qui sera plus tard l’empereur Paul Ier. À l’intérieur, on trouvait de magnifiques fontaines, des vitraux superbes. »

56Bodenstedt fait des descriptions de châteaux, de mosquées, d’églises mais aussi de simples habitations, ainsi que de l’architecture d’Akhaltsikhé : « Les Turcs l’appelaient le Fort, alors que les Géorgiens l’appellent le Nouveau Fort (Akhal-Tsikhé) ; il présente un mélange d’architecture turque et géorgienne, et les Turcs y ont ajouté quelques ornements. » Bodenstedt s’intéresse aussi à la campagne autour de Koutaïssi et à son potentiel agricole : il note un climat agréable, de l’eau en abondance, un sol fertile, mais une agriculture peu développée et une démographie faible. Il donne des informations détaillées sur les méthodes agricoles utilisées, les fruits, les baies, l’élevage, tout en décrivant les bâtiments d’Akhalkalaki : « Comme dans les régions géorgiennes, les maisons à Akhalkalaki n’ont pas de fenêtres, leur toit est plat et troué pour laisser passer la lumière. »

57Bodenstedt insiste sur le fait que, selon ce qu’il lui a été donné d’observer, les Européens se font de l’Orient une image luxuriante qui est très éloignée des réalités du Caucase. Il affirme que, dans les maisons qu’il a visitées, il n’a vu que très peu d’objets de valeur : « Je n’ai rien vu de ce « luxe oriental » dont on parle dans les livres et les récits de voyage sur les Tatars, les Perses et les Géorgiens. Ils vivent comme dans des étables. Les maisons des riches n’ont rien à voir avec les maisons de la classe moyenne européenne. Elles ne contiennent que trois types d’objets de valeur : des tapis, des armes, des vêtements. » Bodenstedt note aussi que « contrairement à Istanbul et à Izmir, il n’y a pas de cafés à Tbilissi. »

Sur les boissons et le vin

58Lors de son trajet entre la Russie et le Caucase, Bodenstedt se passionne pour tout ce qu’il voit et entend : les femmes, les langues, l’architecture, la musique, les coutumes ; mais aussi pour ce qui se goûte : le vin. De son passage dans les steppes au sud de la Russie, il conclut que les cosaques du Don s’enivrent, sont paresseux et que ce sont leurs femmes qui travaillent ; que Novotcherkassk est un pays où le vin est bon et où les femmes sont belles.

59Il écrit ainsi que dans les tout premiers jours de sa traversée du Caucase, en route vers Tbilissi, il avait l’impression d’être dans le pays des Mille et une nuits. On l’invite à boire du vin et à écouter de la musique dans des paysages luxuriants et avec des gens passionnants. « Le vin de Kakhétie, d’une robe couleur de sang, ne cause pas de maux de tête. » Et, à propos de Mirza Schaffy, il raconte que « quand il voulait que j’écrive [sous sa dictée] un poème ou quoi que ce soit, il commençait par se servir du vin de Kakhétie, qu’il buvait lentement, plongé dans ses pensées, puis il tirait sur une pipe bourrée de bon tabac. Ensuite, il récitait. »

  • 29 Friedrich Bodenstedt, Mirzә Şәfi haqqιnda xatirәlәr, op. cit.

60Il conclut finalement que les chrétiens de Russie et du Caucase boivent trop d’alcool : « Ils boivent plus de vin qu’un chameau ne boit d’eau ». Il remarque que, tandis qu’en Europe on dit « boire du vin comme si c’était de l’eau », on dit l’inverse en Géorgie. Il demande à son mentor Mirza Schaffy, fin connaisseur du goût et des dangers du vin, pourquoi, si le vin apporte la sagesse, les Russes et les Géorgiens sont si déraisonnables (dans une traduction soviétique en azéri de 1861, « les Russes et les Géorgiens » est traduit par « les gens de là-bas »29.) Comme d’habitude, Mirza Schaffy trouva une réponse imparable : les Russes ne sont pas si bêtes car, s’ils l’étaient, ils n’auraient pas pu conquérir tant de nations et régner sur elles ; et en ce qui concerne les Géorgiens, il existe un poème sur le vin et les sages qui en boivent [il faut avoir un certain talent pour le vin].

61L’un des passages les plus intéressants des souvenirs de Bodenstedt est celui qui concerne Abbasgoulou khan (de son nom complet Abbasgoulou agha Bakikanov), fils du dernier khan de Bakou, et génial touche-à-tout azéri, à la fois poète, philologue, historien, théologien et philosophe. Il fréquentait le salon littéraire de Mirza Schaffy. Bodenstedt se souvient d’une bataille poétique (chaque participant récite un poème à son adversaire) à laquelle participait Abbasgoulou khan, qu’il décrit comme « parmi les plus érudits, passionné par la Russie, parlant couramment le russe, ayant écrit sur l’histoire du Daghestan [en réalité, l’est du Caucase ; il avait écrit aussi sur l’histoire des régions orientales du Caucase azéri] ». L’adversaire d’Abbasgoulou khan était Mirza Schaffy. Bodenstedt raconte qu’ils citaient le Coran, déclamaient des poèmes de Saadi, de Hafiz et de Fuzûlî, et relate sa conversation avec Abbassgoulou khan. Une fois ce dernier parti, Bodenstedt demanda à Mirza Schaffy : « Pourquoi n’avez-vous rien bu devant le khan ? » Mirza Schaffy répondit simplement : « Abbasgoulou khan est un homme pieux. Il est plus âgé que moi, et plus puissant. C’est un grand homme. Parce que je devais lui témoigner mon respect, je n’ai rien bu. »

Sur l’Europe comparée au Caucase

62Ainsi qu’on l’a vu plus haut, Bodenstedt recourt fréquemment à des comparaisons avec l’Europe lorsqu’il décrit le mode de vie du Caucase. C’est le cas en particulier à propos des traditions amoureuses et maritales en Géorgie et au Daghestan (puisque personne n’y avait lu Werther, la conception werthérienne de l’amour y était inconnue). Il polémique également sur les femmes, l’agriculture, le niveau de vie, le luxe et le vin. Bodenstedt demeure très eurocentré, malgré son intérêt sincère pour le Caucase, pour son histoire et pour sa culture. Il continue d’affirmer tout au long de ses écrits que l’Orient est en retard par rapport à l’Europe, une idée qui se trouve exprimée en plusieurs occasions. Lors d’un séjour à Tbilissi, à propos d’un lycée, il remarque : « Ce lycée me fait penser à un Européen parmi un peuple de troglodytes. » Dans la tradition des orientalistes européens du XIXe siècle, Bodenstedt ne recule jamais devant une expression tranchée. Il affirme aussi que, comparée à l’Europe, la Russie est très arriérée, et ce malgré la vaste culture russe et les effets positifs et négatifs de l’influence russe dans le Caucase, dont il prend scrupuleusement note.

63Il passe également au crible tout ce que l’Orient a assimilé de la culture occidentale (et russe) : « Qu’est-ce que les Géorgiens ont appris des Russes, dont la civilisation demeure mal connue ? Peu de choses : leur habillement, qui ne leur est pas propre, l’usage des couverts plutôt que des doigts, les chaises, etc. Malgré les écoles ouvertes par les Russes, il faudrait au moins un siècle pour que les Géorgiens commencent à avoir une réelle production culturelle. Les nations les moins développées sont comme des enfants : elles apprennent tout ce qu’elles savent de la nation qui les domine, que cela leur soit nécessaire ou non. »

64Sur le point de retourner dans son Allemagne natale, Bodenstedt assiste à la cérémonie de bienvenue organisée pour le gouverneur du Caucase Mikhaïl Vorontsov à Tbilissi. Nommé le 27 décembre 1844, le nouveau gouverneur (namestnik) arriva à Tbilissi le 25 mars de l’année suivante, et Bodenstedt quitta la ville au mois d’avril. La cérémonie lui paraît splendide, sans comparaison avec ce qui se fait en Europe : « On avait rempli certaines fontaines de vin rouge, la ville était décorée de lumières […] il y avait des feux de Bengale, tout semblait une mer de flammes, comme si, dans les montagnes environnantes, un volcan venait d’entrer en éruption. »

65Finalement, on peut voir Bodenstedt comme l’agent d’un transfert culturel à double sens. Il diffusa des connaissances sur l’Orient en Occident (dans ses écrits, de 1848 à sa mort) ; mais il parla aussi de l’Occident à ses amis d’Orient et les aida à mieux comprendre l’histoire, la littérature, les principes éducatifs, la religion et la vie quotidienne de l’Occident.

***

66Le Caucase est l’une des régions du monde qui concentre le plus de diversité, grâce à ses paysages, à ses langues, à ses religions. Au cours de l’histoire, les différentes nations du Caucase ont été en contact avec celles qui les entouraient : les Persans, les Turcs, les Russes ; dans l’Antiquité, les Assyriens, les Grecs, les Romains ; plus tard, les Arabes. Tandis que l’Europe devenait une puissance mondiale, l’intérêt manifesté par les habitants du Caucase pour la culture européenne grandit, et inversement. Après la conquête russe et la longue domination russe du Caucase, l’effondrement de l’Union soviétique aboutit à la formation de trois États indépendants dans le sud du Caucase. Ces événements géopolitiques furent des moments de bascule pour l’évolution économique, politique et culturelle du Caucase. Des contacts imprévus entre cultures, et des échanges culturels divers, furent chaque fois à l’origine de nouvelles formes culturelles et laissèrent des traces dans la culture plutôt expansive du Caucase.

67Ils furent nombreux à voyager dans le Caucase, à écrire sur la région, sur leur expérience et sur leurs observations : militaires, diplomates, missionnaires, marchands, scientifiques, artistes, enseignants, voyageurs… Ils contribuèrent ainsi à l’historiographie du Caucase pour laquelle, dans bien des cas, il est difficile de trouver d’autres sources. Parmi eux, Friedrich Bodenstedt, jeune Allemand de vingt-quatre ans passionné de littérature, apprit l’azéri, qu’il appelle le tatar, et le persan, grâce à son professeur Mirza Schaffy, poète, pédagogue et calligraphe originaire de Gandja. Bodenstedt explora également bien d’autres régions du Caucase.

68À son retour en Allemagne, il se mit immédiatement au travail, et son livre Les Chants de Mirza Schaffy lui valut un immense succès dès sa publication en 1851. Bodenstedt, en tant que traducteur, mais aussi Mirza Schaffy et les Chants, devinrent célèbres. Plus tard, quand l’idée se fit jour que Bodenstedt était peut-être le véritable auteur du livre, les controverses se multiplièrent.

69L’héritage le plus important de Bodenstedt tient probablement dans ses ouvrages historiques, ethnographiques et littéraires sur le Caucase. Son premier livre, écrit en 1848, Les Peuples du Caucase et leur combat pour se libérer du joug russe, et le second, Mille et un jours en Orient, en 1850, constituent des contributions majeures à l’étude de la région. Le Caucase demeura l’un de ses sujets favoris et il lui consacra encore plusieurs livres.

70Parce que Bodenstedt n’a, jusqu’ici, pas suscité l’intérêt des chercheurs en tant qu’expert du Caucase, il est capital aujourd’hui d’analyser et de classer toutes les informations qu’il fournit sur le Caucase, en particulier ce qui relève de ses observations personnelles. Parfois, il manifestait un certain recul vis-à-vis des informations qu’on lui donnait, mais, le plus souvent, il ne faisait que les répéter. C’est particulièrement visible dans les cas où son expérience personnelle ne suffisait pas à compléter ou à corroborer les choses. Il comparait systématiquement l’Orient, et surtout le Caucase, à l’Occident. Même si un transfert culturel à double sens reliait les deux régions, Bodenstedt conserva un point de vue eurocentré.

71Quoique lui-même ne soit pas entièrement exempt de préjugés, il réfléchissait cependant aux clichés sur l’Orient ayant cours en Europe, et aux clichés sur l’Occident ayant cours en Orient. À partir de ses observations, il conclut que les habitants du Caucase ont à la fois une tradition de sagesse et de tolérance (incarnée par Mirza Schaffy et d’autres), et une tradition où dominent « les intrigues, les trahisons […] dans les contrées sauvages du Caucase. »

72Il ne fait aucun doute que l’œuvre de Bodenstedt est une source précieuse pour les historiens. Elle reflète toute la diversité ethnique et culturelle du Caucase : sa géographie, ses langues, sa littérature, sa musique, sa culture matérielle, ses coutumes, ses traditions, son niveau de vie, ses mythes et ses religions, ses femmes, son vin, mais aussi ses guerres, ses migrations, et bien d’autres choses encore.

73(Traduit de l’anglais par Chloé Thomas)

ILL. 1. Portrait de Nezâmi de Gandja, par Gazanfar Khaligov © Musée de la littérature azerbaïdjanaise Nizami Gandjavi (Bakou).

Notes

1 Ludwig Fränkel, « Bodenstedt, Friedrich », in Allgemeine Deutsche Biographie, herausgegeben von der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, vol. 47, Leipzig, 1903, p. 44 – 67, sur http://de.wikisource.org/w/index.php?title=ADB:Bodenstedt, _Friedrich_von & oldid = 2169072 (page consultée le 9 janvier 2015 à 14 h 22 UTC) ; « Friedrich von Bodenstedt : Dichter, Schriftsteller und Peiner Ehenburger » (« Friedrich von Bodenstedt : poète, écrivain et citoyen d’honneur de la ville de Peine »), in Stadt Peine. Archiv Sonderblatt, no 1, 1999.

2 Sergej Romanjuk, « Poslednie pjat’moskovskih dnej poèta », Literaturnaja gazeta, no 39-6481, 8 octobre 2014.

3 Ludwig Fränkel, op. cit.

4 Ibid.

5 Ibid. ; Friedrich von Bodenstedt : Dichter, Schriftsteller und Peiner Ehenburger, op. cit.

6 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen. Ein Beitrag zur Kenntnis des Orients, Francfort-sur-le-Main, Lizius, 1848 [deuxième édition augmentée, 1855].

7 Friedrich Bodenstedt, Les Peuples du Caucase et leurs luttes de liberté contre les Russes, traduction de M. le Prince E. de Salm-Kyrburg, Paris, E. Dentu, 1859.

8 . Id., Tausend und ein Tag im Orient (Mille et un jours en Orient), Berlin, Decker, 1850.

9 Ludwig Fränkel, « Bodenstedt, Friedrich », op. cit.

10 Friedrich Bodenstedt, Thousand and One Day in Orient, traduit par Richard Waddington, Londres, Richard Bantley, 1851.

11 Id., Gesammelte Schriften (Œuvres choisies), 12 volumes, Berlin, Decker, 1862.

12 Id., Die Lieder des Mirza Shaffy (Les Chants de Mirza Schaffy), Berlin, Decker, 1851.

13 Hamlet Isaxanli, « History and Policy of Translating Poetry : Azerbaijan and its Neighbors », META, Volume 59, no 2, Les Presses de l’Université de Montréal, 2014, p. 310-329, p. 316-7.

14 Friedrich Bodenstedt, Mirzә Şәfi haqqιnda xatirәlәr, traduit par Akif Bayramov, Bakou, Yazıçı, 1987.

15 Id., Aus Ost und West, Sechs Vorlesungen, Berlin, Decker, 1861.

16 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Divan des Abbas-Kuli-Khan von Baku, poème, 1862, 4 : 121-123.

17 Id., Aus Morgenland und Abendland. Neue Gedichte und Sprüche, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1882.

18 « Poèt’ i professor’ Fridrih’ Bodenstedt 1819-1887 », in Russkaja starina, tome 54-j, Sant-Peterburg, 1887, p. 407-503, p. 409.

19 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Nachlasse Mirza Schaffy’s, Berlin, Hofmann & Comp, 1874.

20 Voir par exemple S. Mumtaz, Mirzə Şəfi Vazeh [Mirza Schaffy Vazeh], Bakou, Nurlan, 2005 [1re édition : 1926]) ; Mirza Schaffy Vazeh, Şeirlər məcmuəsi [Recueil de poèmes], préparé par H. Mammadzadeh, édité par A. Mirahmadov, Bakou, Elm, 1987.

21 Adolph Bergé, « Mirsa Schaffi », Zeitschrift Der Deutschen morgenländischen Gesellschaft, vol. XXIV, Leipzig, Brockhaus, 1870, p. 425-432, consulté sur ia601403. us.archive.org/24

22 Cf. Kurt Sundermeyer, Friedrich Bodenstedt und die « Lieder des Mirza-Schaffy », thèse de doctorat, Kiel, Stecker & Company, 1930-1932 ; Mirza Schaffy Vazeh, Şeirlər məcmuəsi, op. cit. ; Johannes Mundhenk, Friedrich Bodenstedt und Mirza Schaffy in der aserbeidschanischen Literaturwissenschaft, Hamburg, Helmut Buske, 1971.

23 Kurt Sundermeyer, op. cit.

24 « Poèt’ i professor’ Fridrih’ Bodenstedt 1819-1887 », op. cit.

25 Nous devons ici nous attarder sur quelques erreurs commises par Johann Christoph Bürgel, dans son intervention au colloque qui s’est tenu au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg en 2004, et dans l’article qui en est issu. Johann Christoph Bürgel, « Friedrich (von) Bodenstedt, a German orientalist of the 19th century, and his Lieder des Mirza Schaffy », communication donnée au colloque international sur l’étude de la culture persane en Occident, Musée national de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg, 2004, p. 1-13, consulté sur archivindomed.altervista. org/bodenburgel.pdf.
De manière générale, les recherches de Bürgel sont orientées et manquent de recul critique. Finalement, il ne fait que répéter des affirmations que l’on trouve dans des publications antérieures, y compris dans le supplément publié par Bodenstedt lui-même en 1874. Par exemple, il reprend la vieille antienne selon laquelle les poèmes de Mirza Schaffy (ou de Bodenstedt, selon Bürgel) auraient été écrits en réaction à ce qui se passait en Prusse à la même époque (p. 4). Ludwig Fränkel, en revanche, s’oppose fermement, et avec des arguments solides, à l’idée que les chants de Mirza Schaffy puissent constituer des critiques voilées de la politique prussienne. Il affirme que l’une des raisons du succès des chants est précisément que ceux-ci sont apolitiques. Ici, nous nous contenterons de pointer les imprécisions de Bürgel en ce qui concerne les langues. Visiblement, Bürgel ne connaît pas bien les langues turciques, et confond l’azéri et le turc ottoman. Il commet notamment l’erreur d’affirmer que le tatar parlé dans le Caucase était du turc ottoman, alors qu’il s’agit d’azéri. Pour étayer sa thèse, il cite l’expression axşamιnιz xeyir olsun (qui se prononce « achschaminiz cheir olssun », et veut dire « bonsoir »), qu’il dit être typique du turc ottoman et ne pas exister en azéri. Mais c’est là une expression azérie typique ; en turc ottoman, l’on dirait iyi akşamlar.

26 Friedrich Bodenstedt, Aus dem Nachlasse Mirza Schaffy’s, Berlin, Hofmann & Comp, 1874.

27 Marie-Félicité Brosset, Histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, 7 volumes, Saint-Pétersbourg, 1848-1858, consulté sur Google Books.

28 Frédéric Dubois de Montpéreux, Voyage autour du Caucase, chez les Tscherkesses et les Abkhases, en Colchide, en Géorgie, en Arménie et en Crimée, 6 volumes, et un atlas en annexe, librairie de Gide, Paris, 1839-1849.

29 Friedrich Bodenstedt, Mirzә Şәfi haqqιnda xatirәlәr, op. cit.

Auteur

Hamlet Isaxanli

Fondateur de l’université Khazar de Bakou, comité des directeurs et membre fondateur de l’Académie eurasienne.