Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Troisième partie. Mosaïque des métropoles et des paysages

15. Tbilissi, centre d’échanges interculturels

Du xixe siècle au début du xxe siècle

Nino Chikovani

Texte intégral

1Tbilissi (Tiflis jusqu’à 1935), la capitale de la Géorgie, aura été au cours de sa longue histoire un lieu privilégié de rencontres et d’échanges entre différentes cultures. Le présent article traite de l’une des périodes les plus intéressantes à ce sujet. Lorsque, au début du XIXe siècle, l’Empire russe établit sa domination sur le Caucase, Tbilissi devint un centre politique officiel au rayonnement régional. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, des changements politiques et économiques importants s’accompagnèrent d’une modification significative de la composition ethnique et religieuse de la ville, de son activité culturelle et du mode de vie de ses habitants.

  • 1 Zaal Andronikashvili, Tbilissi cosmopolite (en géorgien), Tbilissi, Edition of the Institute of Tol (...)
  • 2 R. Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. D (...)
  • 3 Jozeph Salukvadze, « Tbilissi au croisement de l’histoire et des cultures », in Tbilissi à l’ère de (...)
  • 4 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dime (...)
  • 5 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of t (...)

2Pendant des siècles, Tbilissi fut un lieu de mélange de différents groupes ethniques et religieux (à l’instar de bien d’autres agglomérations du même type) plutôt qu’une ville véritablement géorgienne, à l’entendre d’un point de vue ethnique. Nul besoin de remonter loin dans le passé ; il y a quelques dizaines d’années encore, les habitants des « cours urbaines » (souvent appelées « cours à l’italienne », elles ont aujourd’hui presque disparu du paysage urbain) parlaient plusieurs langues couramment. Les familles mixtes, d’un point de vue ethnique ou religieux, n’étaient pas rares. Ceux qui arrivent dans ce genre de villes, que certains chercheurs qualifient de « cosmopoles », sont susceptibles de s’intégrer, au moins de façon temporaire, dans un endogroupe — en l’occurrence celui des Tbilissiens. Ce phénomène se produit sans qu’aucune politique d’assimilation soit nécessaire, grâce à la force d’intégration inhérente à ces villes1. Tbilissi eut ainsi la capacité de fondre les diverses influences extérieures et de les transformer en caractère propre — en d’autres termes le « mode de vie tbilissien », la « sous-culture tbilissienne »2. Elle resta en même temps une ville véritablement géorgienne, bien que le peuple géorgien ne fût pas majoritaire au sein de sa population3. Une éternité durant, jusqu’au XIXe siècle, Tbilissi apparut comme la seule ville digne de ce nom aux yeux des Géorgiens4, qui l’appelaient d’ailleurs tout simplement « la ville »5.

  • 6 Ibid., p. 40.

3Tbilissi était un centre politique et culturel non seulement pour les Géorgiens, mais aussi pour d’autres peuples caucasiens, comme les Azéris ou les Arméniens. Un groupe de chercheurs évoque un « cosmopolitisme multiculturel » pour décrire la réalité culturelle de cette ville6

4Le but de cet article est d’étudier le processus de transformation et d’évolution de ce « cosmopolitisme multiculturel » tout au long du XIXe et jusqu’au début du XXe siècle.

Le contexte historique

  • 7 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, H (...)

5La fin du royaume géorgien de Kartli-Kakhétie en 1801 marqua le commencement d’un processus d’annexion par l’Empire russe de l’ensemble des principautés et royaumes géorgiens, qui devait aboutir dans les années 1860. Au cours de cette période, la société géorgienne se modifia en profondeur. La noblesse géorgienne développa une réelle loyauté envers les nouveaux gouvernants — après une période marquée par les rébellions et les complots antitsaristes, dans les premières décennies du XIXe siècle. L’échec de la conspiration de 1832 affecta profondément leurs sentiments nationalistes. De nombreux nobles géorgiens se mirent au service de l’État ou de l’armée tsariste et « trouvèrent des accommodements confortables avec la domination russe7 ».

  • 8 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, Indiana University Press, Hoover Institution Pre (...)

6L’administration russe « encourageait le patriotisme aristocratique tout en limitant l’autonomie des nobles locaux ». Privés des postes qui leur étaient traditionnellement dévolus, ils étaient invités à entrer au service de l’État. Cette politique avait pour objectif, d’une part, d’accroître l’efficacité de l’administration caucasienne en recrutant des individus loyaux qui connaissaient les langues et les particularités de la région, d’autre part, de subordonner au pouvoir central, de façon directe et stricte, les anciens détenteurs de l’autorité8.

  • 9 Essais sur l’histoire de la Géorgie (en géorgien), vol. 5, Tbilissi, Sabchotasakartvelo, 1970, p. 1 (...)
  • 10 Shota Meskhia, David Gvritishvili, Mamia Dumbadze, Akaki Surguladze, Histoire de Tbilissi (en géorg (...)

7Pendant toute la première moitié du XIXe siècle, Tbilissi resta inchangée sous bien des aspects. Les commerçants et les artisans étaient organisés en corporations. Ces deux groupes, très diversifiés sur le plan ethnique et religieux, constituaient avec les citoyens (mokalakeni) et l’aristocratie de la ville les principales catégories sociales de la capitale9. L’établissement de l’armée et de l’administration russes provoqua une hausse non négligeable de la demande en certains produits, notamment agricoles et artisanaux. Le nombre d’artisans russes et européens s’accrut, répondant aux besoins d’une clientèle qui adhérait au mode de vie européen et prenait peu à peu une place prédominante dans la ville10.

  • 11 Essais sur l’histoire de la Géorgie (en géorgien), vol. 5, Tbilissi, Sabchotasakartvelo, 1970, p. 1 (...)
  • 12 Ibid., p. 112-113.
  • 13 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), op. cit., p. 396.

8Entre 1821 et 1865, la population de Tbilissi passa de 15374 à 67770 habitants (5,6 % de la population totale de la Géorgie11). Les statistiques révèlent que cette augmentation fut principalement due à l’arrivée de paysans de Géorgie orientale, de travailleurs venus de différentes régions de Transcaucasie et de Perse, et de migrants russes originaires des provinces intérieures de l’empire12. Le territoire de Tbilissi s’étendit, incorporant les banlieues. Des constructions d’un nouveau style — logements et bâtiments administratifs — apparurent. Se posa alors concrètement la question de l’organisation du développement de la ville13 : malgré un demi-siècle d’occupation russe, la vie à Tbilissi n’avait pas encore beaucoup changé.

  • 14 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, p (...)

9Le règne du vice-roi du Caucase Mikhaïl Vorontsov (1845-1854), à l’impressionnant parcours militaire et civil, marqua un tournant à cet égard. Comme l’écrit Stephen Jones, « Vorontsov, qui était un administrateur intelligent, a « européanisé » la société géorgienne. […] L’empire promettait stabilité, protection, puissance et civilisation, que ce soit sous la forme de salles de bal ou de livres. […] Les anciens conspirateurs qui avaient été châtiés voyaient ces avantages d’un bon œil. »14

  • 15 Shota Meskhia et al., History of Tbilissi, op. cit., p. 409.

10Vorontsov lança un plan de développement de la ville à long terme. Tbilissi devint une cité avenante dotée d’avantages manifestement européens. Les citoyens aisés se déplacèrent en calèches, les costumes nationaux s’effacèrent au profit de la mode européenne, les vieux meubles rustiques furent remplacés par d’autres plus confortables, le chuniri et la zurna (des instruments de musique traditionnels de Géorgie et d’Orient) disparurent au profit du piano, parfois du piano à queue15.

11À la même époque, un système éducatif fut mis en place dans le Caucase, avec la création de nouvelles écoles, de l’élémentaire au collège. Chaque année, à partir de 1849, 160 étudiants caucasiens se virent octroyer une bourse leur permettant d’étudier dans une université russe. Des journaux furent créés ; une bibliothèque et un théâtre russe ouvrirent leurs portes. Si tous ces efforts avaient pour but de diffuser la langue russe et de renforcer l’influence de l’empire, ils contribuèrent indirectement à l’enrichissement culturel de la ville. Certains faubourgs anciens furent incorporés à Tbilissi ; de nouveaux bâtiments furent construits — demeures d’aristocrates et de riches marchands ou édifices publics.

  • 16 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, p. 122.

12Les réformes menées au cours des années 1860, notamment les réformes agraires, bouleversèrent la vie économique de la Géorgie. Les liens économiques entre les différentes parties du pays se renforcèrent, ce qui mit fin à leur isolement et posa les fondations nécessaires à l’émergence d’une conscience nationale commune. Le tout nouveau réseau ferroviaire relia l’ouest et l’est du pays ; la première ligne (Tiflis-Poti) fut achevée en 1872. Un embranchement vers Koutaïssi fut ouvert en 1877, et Batoumi fut reliée au réseau en 1883. L’apparition du chemin de fer fut un événement de première importance qui entraîna l’intensification des flux migratoires entre les différentes régions du pays. Des villages géorgiens isolés, jadis autosuffisants et n’ayant que peu de contacts avec les villes, s’ouvrirent les uns aux autres16.

  • 17 Ibid., p. 116.

13Certains nobles géorgiens ne parvinrent pas à se montrer à la hauteur de ces nouveaux défis et virent leur statut économique et politique se détériorer rapidement. En quête d’une vie meilleure, ils migrèrent vers les villes, en particulier Tiflis/Tbilissi, pour devenir fonctionnaires ou entamer une carrière politique. Leurs domaines passèrent aux mains de riches marchands ou de paysans fortunés. En même temps que la noblesse, une partie de la paysannerie émancipée dans le cadre de la réforme agraire de 1864 vint s’installer en ville, à la recherche d’une solution aux problèmes économiques causés par son nouveau statut. Dans les villes, les Géorgiens issus de différentes catégories sociales se trouvèrent confrontés à une classe moyenne urbaine, bien enracinée et financièrement stable, sans homogénéité ethnique ; ses membres ne parlaient pas la même langue, appartenaient à différentes confessions, ne partageaient pas les mêmes valeurs. Les différences culturelles et linguistiques renforçaient les distinctions sociales entre classes17.

  • 18 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, o (...)
  • 19 Ronald G. Suny, op. cit., p. 116.
  • 20 Essays in the History of Georgia, vol. 5, p. 700.

14Entre 1886 et 1897, la population de Tbilissi (Tiflis) augmenta de 103 %. C’était alors une ville majoritairement peuplée d’immigrants : en 1897, seuls 43,7 % des habitants y étaient nés et y avaient grandi18. Les pourcentages respectifs de représentation des différents groupes ethniques au sein de la population se stabilisèrent peu à peu, mais le statut économique et politique du peuple géorgien resta fragile19 : les Russes contrôlaient la sphère administrative, tandis que la bourgeoisie arménienne dominait l’économie et s’efforçait de prendre le contrôle de la gestion de la ville20.

  • 21 Stephen F. Jones, « Georgia : The Long Battle for Independence », in Nationalism and the Breakup of (...)

15Comme l’explique Stephen Jones, l’Empire russe, par sa volonté de modernisation, a créé des conditions plus favorables au développement de la Géorgie : l’émergence d’une élite intellectuelle locale, l’alphabétisation croissante de la population, l’urbanisation, l’amélioration des communications entre les villes et les villages et l’établissement de relations avec l’Europe ont largement contribué à ce processus21.

Une histoire d’amour entre l’Asie et l’Europe

  • 22 Ronald G. Suny, op. cit., p. 90-91.
  • 23 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, o (...)
  • 24 Ibid., p. 33.

16Au début du XIXe siècle, la vie à Tbilissi était ponctuée de jours fériés, de fêtes et de jeux publics qui interrompaient fréquemment le rythme de la semaine de travail22 ; on n’y faisait guère plus que jouer aux cartes, s’affronter dans des concours de lutte et boire. En quelques décennies, « d’un coin perdu aux confins de l’Asie, […] Tiflis devint un centre urbain où les aristocrates géorgiens lisaient les journaux européens, se mêlaient au monde littéraire russe et faisaient parader leurs épouses vêtues à la dernière mode française23 ». Dès la fin des années 1850, l’âme géorgienne avait donc perdu sa coloration asiatique24.

  • 25 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of t (...)

17Deux missionnaires américains qui se rendirent en Géorgie en 1830 furent impressionnés par la diversité des habitants de Tbilissi, qui parlaient des langues différentes, portaient des costumes variés et représentaient de nombreuses nationalités : Russes, Arméniens de l’Empire ottoman, religieux géorgiens et arméniens, marchands arméniens originaires de différentes villes, paysans géorgiens, Laks, Persans, Circassiens25.

18Alexandre Dumas, qui visita la Géorgie à la fin des années 1850, décrit ainsi la partie asiatique de la ville

  • 26 Alexandre Dumas, Le Caucase (en géorgien), Tbilissi, Merani, 1988, p. 168 (Le Caucase, Paris, Libra (...)

Le principal caravansérail de Tiflis a été bâti par un Arménien […]. C’est un spectacle curieux que la vue de ce caravansérail, par toutes les portes duquel entrent […] des députations de toutes les nations de l’Orient et de l’Europe du Nord. Turcs, Arméniens, Persans, Arabes, Hindous, Chinois, Kalmouks, Turkomans, Tatars, Tcherkesses, Géorgiens, Mingréliens, Sibériens, que sais-je, moi ! Chacun avec son type, son costume, ses armes, son caractère, sa physionomie […]. À ces bazars, se rattache le réseau des rues commerciales, complètement séparé du quartier aristocratique. Chacune de ces rues est affectée à un genre d’industrie. Je ne sais pas comment ces rues s’appellent à Tiflis, je ne sais pas même si elles ont des noms ; mais, pour moi, elles n’en peuvent porter d’autres que la rue des Orfèvres, […] la rue des Armuriers, la rue des Fruitiers, […] la rue des Tailleurs, la rue des Cordonniers, et je dirai même la rue des Babouchiers et des Pantoufliers. […] Rien de plus curieux qu’un voyage à travers ces rues : l’étranger ne s’en lasse pas26.

  • 27 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of t (...)

19Tbilissi s’est agrandie tout au long du XIXe siècle. Les édifices, tout en conservant une allure orientale, témoignaient d’une forte influence de l’architecture européenne. « Meidan — la place située dans la partie orientale de la ville —, le marché, les corporations — tout cela est d’origine iranienne ; en revanche, le réseau ferroviaire et les quartiers ouvriers construits récemment dans la partie occidentale évoquent une ville européenne industrielle typique27. »

  • 28 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), Tbilissi, Bakur Sulakauri, (...)

20Parmi ces bâtiments, qui ont disparu aujourd’hui mais ont longtemps joué un rôle essentiel dans la ville, se trouvait un pont reliant depuis le XVe siècle les deux rives de la Koura : le pont Kakheti. Il se détériora avec le temps et ne fut reconstruit qu’en 1851 par les Russes Gagemeister et Rais. La traversée était alors soumise à une taxe. Au bout d’un an, un citoyen de Tbilissi, le commerçant Ivane Mnatsakanov, acheta l’ouvrage pour la somme de 25000 roubles et en fit cadeau à la ville. La taxe fut donc supprimée. Le pont et la rue adjacente furent rebaptisés du nom de Mnatsakanov. Trente ans plus tard, le pont en bois fut remplacé par un ouvrage en fer. Il fut finalement détruit dans les années 1950, suite à la reconstruction de l’ensemble du quartier28.

  • 29 Ibid., p. 17.
  • 30 Restauration des tombeaux d’Azéris éminents à Tbilissi : http://heydar-aliyev-foundation.org/en/con (...)

21À la place de l’actuel Jardin botanique de Tbilissi, se trouvait un cimetière musulman appelé Gorkhana (« la maison des tombes » en persan). Durant la période soviétique, il fut en grande partie nivelé par les tracteurs ; la mosquée qui se trouvait à proximité fut également détruite. Seules quelques tombes de personnalités furent conservées, puis érigées en panthéon, parmi lesquelles les tombeaux de Mirza Chafi Vazekh, Mirza Fatali Akhoundov et Fatali Khan Khoisel (Khoyski), l’un des fondateurs de la République démocratique d’Azerbaïdjan dont il fut premier ministre29. En 2006, la fondation Heydar Aliyev a restauré ces pierres tombales et leur entourage, ainsi que les tombes d’autres grandes figures azéries inhumées dans le panthéon30. Le lieu est bien entretenu aujourd’hui.

  • 31 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), p. 65.

22De la deuxième moitié du XIXe siècle aux années 1920, le cimetière catholique, accompagné d’une petite église et d’un clocher, se trouvait dans le quartier Sololaki, là où se croisent aujourd’hui la rue Chonqadze et la rue Gergeti. Le cimetière et le bâtiment — dédiés à la Dormition de la Vierge — étaient au centre d’un terrain appartenant à la confrérie Notre-Dame du Rosaire, sous l’autorité de l’Église catholique romaine de Tbilissi. Les catholiques géorgiens — les familles Andronikashvili, Zubalashvili, Tumanishvili, Djakeli, Chikovani, Mizandari et bien d’autres — y possédaient des tombeaux familiaux. On trouvait aussi dans le cimetière une magnifique roseraie, composée de plantes rapportées d’Inde et de la ville de Chiraz par le lieutenant-colonel Monsini, un ingénieur militaire anglais. Le cimetière fut détruit par les bolcheviques dans les années 1920 et remplacé par des logements et des bâtiments officiels31.

  • 32 Ibid., p. 21.

23Une mosquée chiite se dressait près du pont de Métékhi. Bien que bâtie par le shah de Perse Ismaïl, les Tbilissiens l’appelaient la mosquée du shah Abbas ou la Mosquée bleue (en raison des incrustations qui ornaient son dôme et son minaret). Elle fut détruite en 1950-1951, sous le prétexte de la reconstruction du pont de Métékhi. Aujourd’hui, seuls quelques vestiges des incrustations de l’édifice sont conservés au Musée national des beaux-arts de Géorgie ; le minbar — chaire en bois — a également survécu32. De nos jours, Tbilissi ne possède plus qu’une mosquée, sunnite, où sunnites et chiites prient ensemble.

  • 33 Sur le séminaire théologique, voir le Laboratoire d’étude du passé soviétique : http://sovlab.ge/ka (...)

24Certains bâtiments publics furent conçus et édifiés par des architectes européens ; la plupart d’entre eux restent aujourd’hui encore emblématiques de la ville. En 1835, à la demande de Jacob Zubalashvili, l’architecte suisse Bernadotte construisit le Palace Hotel dans le style néoclassique, très populaire en Russie à l’époque. Le bâtiment abrita d’abord un hôtel, puis un séminaire après avoir été racheté par l’exarchat en 1840. Ce séminaire occupa l’édifice jusqu’en 1905. En 1917, ce dernier retrouva sa fonction première et le Palace Hotel rouvrit ses portes. Il resta en service après l’établissement du pouvoir soviétique en 1921, et ce jusqu’en 1950. Le bâtiment fut alors reconstruit pour accueillir, à partir de 1952, le Musée des beaux-arts de Géorgie, également connu sous le nom de Musée Shalva Amiranashvili33.

  • 34 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), op. cit., p. 72.

25Au début du XIXe siècle, un bâtiment de deux étages destiné à accueillir le chef de la police fut construit sur la place de la Liberté, à l’emplacement de l’actuel hôtel de ville. Une tour de surveillance des incendies y fut ajoutée, puis l’édifice subit une restauration complète entre 1882 et 1886, à l’initiative du maire de l’époque, Alexandre Matinov, et sous la direction de l’architecte Alexandre Ozerov. Un étage supplémentaire fut ajouté, et la tour de guet devint le beffroi de l’hôtel de ville. Le bâtiment arbore depuis 1884 la principale horloge de la ville. Il fut reconstruit et agrandi jusqu’à revêtir son aspect actuel34.

  • 35 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 441.
  • 36 Ibid., p. 77.

26Dans les années 1840, le vice-roi Mikhaïl Vorontsov prit la décision d’ériger un opéra italien à Tbilissi, au milieu de l’actuelle place de la Liberté. Construit sur trois niveaux sur le modèle d’un caravansérail, le bâtiment accueillerait l’opéra aux premier et deuxième étages, tandis que le rez-de-chaussée abriterait des magasins. Vorontsov sollicita les marchands tbilissiens pour le financement des travaux, mais un seul individu, du nom de Tamamshev, répondit à l’appel. Ce dernier finança intégralement la construction de l’opéra, qui fut réalisé entre 1847 et 1851 d’après les plans de l’architecte italien Giovanni Scudieri ; c’est le célèbre peintre russe Gagarine qui peignit le rideau. Cet édifice impressionnant attirait le regard des passants. Les opéras italiens devinrent familiers pour le public tbilissien ; on entendait les enfants chanter des mélodies italiennes dans les cours de la ville35. L’opéra devint aussi le lieu d’expression de sentiments nationalistes. En 1867, des élèves du lycée classique agitèrent le drapeau royal géorgien dans l’orchestre. L’administration russe interdit alors les opéras italiens, remplacés par des opéras russes, mais elle dut rapidement revenir sur sa décision. En octobre 1874, au cours d’une représentation de la Norma, un incendie fut intentionnellement déclenché dans l’un des magasins du bâtiment, qui brûla entièrement. Aujourd’hui, les pavés de la place de la Liberté recouvrent les fondations — qui subsistent — de l’opéra36.

27En 1895, l’architecte allemand Paul Stern, à la demande du prince d’Oldenbourg, construisit un palais sur le territoire occupé par les colons allemands : il s’agit de l’actuel Musée de théâtre, de musique, de cinéma et de danse.

28L’architecte polonais Alexandre Shimkevich, architecte en chef de Tbilissi de 1885 à 1891 et élu au conseil de la ville à plusieurs reprises, construisit le palais de justice en 1894. En 1905-1906, il enseigna l’architecture et la peinture à l’école des beaux-arts de Tbilissi. Le palais de justice abrite aujourd’hui la Cour suprême de Géorgie.

  • 37 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dime (...)

29Shimkevich a également conçu le bâtiment de la Société artistique, aidé par Korneli Tatishchev, ingénieur en chef de la province. La construction s’effectua entre 1898 et 1901, grâce au soutien financier de la maison de commerce Isaya Pitoev. Depuis l’époque de la République démocratique de Géorgie, l’édifice est occupé par le théâtre national Roustavéli37.

  • 38 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), op. cit., p. 80.

30En 1892, on inaugura dans ce que l’on appelait alors le « Nouveau Jardin » (l’actuelle place de la Liberté) la statue d’Alexandre Pouchkine. C’est Niko Nikoladzé, un représentant de la deuxième génération du mouvement des Tergdaleuli, qui organisa une levée de fonds pour l’érection du monument et suggéra de rebaptiser du nom de l’écrivain russe la rue où il avait vécu lors de son séjour à Tbilissi. Le sculpteur polonais Felix Khodorovich réalisa la sculpture, tandis qu’un maçon italien répondant au nom de « Vinchentso Pileji », qui vivait à Tbilissi à l’époque, construisit le piédestal. Cette statue est aujourd’hui le plus ancien monument de la ville (elle a ravi ce titre à la statue de Mikhaïl Vorontsov érigée en 1867 et détruite par les bolcheviques)38.

  • 39 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dime (...)

31En 1910 fut inauguré un hôpital financé par le marchand arménien Mikhaïl Aramyants ; l’établissement s’appelle d’ailleurs toujours l’hôpital Aramyants. Le commerçant finança également la construction de l’hôtel Majestic. Celle-ci commença en 1911 d’après les plans de l’architecte russe Alexandre Ozerov, qui travaillait à Tbilissi à l’époque, et s’acheva en 1915 sous la direction de l’architecte tbilissien Gabriel Ter-Melikov. De nos jours, le bâtiment est l’hôtel Tbilissi Marriott39.

32Le bâtiment de la Banque de la Noblesse fut érigé entre 1913 et 1916 d’après les plans de l’architecte Anatoly Kalgin et du peintre Hainrich Hrinevski. Le décor de la façade est l’œuvre de Neofite, Vladimer et Lavrenti Agladzé. L’édifice héberge aujourd’hui la Bibliothèque nationale parlementaire de Géorgie.

  • 40 Ibid., p. 75.

33Tbilissi disposait des infrastructures les plus développées de toutes les villes du Caucase. D’après L’Agenda du Caucase (« Kavkazskijkalendar’ » de 1913, elle comptait une institution privée d’enseignement supérieur, des programmes d’études supérieures destinés aux femmes, cinq lycées pour garçons et cinq lycées pour filles. Au total, on dénombrait cent cinquante établissements d’enseignement différents. La majeure partie des journaux et des revues du nord et du sud du Caucase étaient imprimés à Tbilissi, dont dix-neuf en russe, dix en arménien, six en géorgien, deux en azéri et un en allemand. On trouvait en ville cinq théâtres, huit cinémas, dix hôpitaux, environ vingt pharmacies, trente-sept hôtels et des dizaines de banques et de compagnies d’assurance. S’ajoutaient à cela dix bibliothèques publiques, des églises orthodoxes, arméniennes, catholiques et luthériennes, deux synagogues et deux mosquées. La ville était équipée d’un réseau téléphonique et, depuis 1904, desservie par un tramway40. Au début du XXe siècle, Tbilissi comptait environ six cents usines et manufactures produisant du textile, des allumettes, du tabac, de la maroquinerie ou encore de la bière.

Les Caucasiens à Tbilissi

34De nombreuses personnalités d’origines caucasiennes diverses se sont illustrées en Géorgie. En 1861, l’Histoire du peuple adyguéen de Shora Nogmov, premier historien kabarde, fut publiée à Tbilissi. Le célèbre penseur ossète Ioane Ialghuzisdze-Gabaraev (1770-1830) fut chargé d’enseignement spirituel auprès de la famille royale d’Héraclius II et de Georges XII. Professeur et missionnaire actif, il maîtrisait le géorgien, l’ossète et le russe. En 1802, il recréa un alphabet ossète en s’appuyant sur la graphie géorgienne ; celui-ci fut utilisé aussi bien par les Ossètes du sud du Caucase que par ceux du nord. Ialghuzisdze traduisit des ouvrages liturgiques du géorgien à l’ossète et joua un rôle essentiel dans la christianisation des Ossètes du sud du Caucase. Quant à l’écrivain géorgien Daniel Chonqadze (1830-1860), il élabora des dictionnaires géorgien-ossète et ossète-géorgien, publiés plus tard par Shiffner.

35Dans les années 1900, les Ossètes commencèrent à développer leur propre centre culturel national à Tbilissi. En 1906, des Tbilissiens ossètes fondèrent la Société d’édition ossète. Giorgi Jioti et Vaso Tsabaiti en furent des membres actifs. La maison d’édition Ir fut fondée la même année à Vladikavkaz et à Tbilissi.

  • 41 David Matsaberidze et Ivane Tsereteli, « Narratifs de l’identité arménienne » in Narratifs identita (...)
  • 42 Groupes ethniques en Géorgie (en géorgien), Tbilissi, Librairie de défense publique de la Géorgie, (...)

36La société mentionnée ci-dessus créa une troupe théâtrale ossète, qui donna des représentations jusque dans les années 1980. Les dirigeants de la société émirent plusieurs requêtes auprès du gouvernement pour créer un journal ossète ; ils obtinrent finalement la permission en 1907 (le 13 février). Le 6 mars de la même année, le premier journal ossète de Tbilissi, Nog Tsard (« Nouvelle Vie) » fut publié (il s’agissait du deuxième journal en langue ossète de l’histoire, le premier, Iron Gazet (« Le journal ossète »), ayant été publié à Vladikavkaz en 1906). Avant même la publication du premier numéro, le journal géorgien Isari annonçait : « À partir de début mars, il sera possible de s’abonner à Nog Tsard, le journal ossète de Tbilissi qui paraîtra deux fois par semaine. » Le premier numéro fut tiré à 400 exemplaires ; le tirage atteignit ensuite les 1800 exemplaires. Petre Tedeti en fut le premier rédacteur en chef, et Gaioz Tskhvrbat lui succéda. Les journaux et magazines publiés à Tbilissi proposaient des textes d’écrivains ossètes en version originale, y compris ceux qui étaient censurés ou qu’il était impossible de publier à Vladikavkaz41. En 1913, un établissement d’enseignement secondaire destiné aux jeunes Ossètes ouvrit ses portes à Tbilissi42.

  • 43 Eka Makharashvili, Mirza Vazeh Schaffy and Mirza Fatali Akhundov — Azerbaijani writers who were in (...)

37Au XIXe siècle, Tbilissi était un centre important de la vie culturelle et intellectuelle azérie. Le poète, calligraphe et penseur azéri Mirza Vazekh, plus connu sous le pseudonyme de Mirza Chafi (1792/96-1852), vécut et travailla dans cette ville. Il est d’ailleurs surnommé le « Sage de Tbilissi ». Il naquit et grandit à Gandja, mais passa en 1840 l’examen de tatar du lycée de Tbilissi et commença à travailler en tant que professeur de persan et d’azéri (ou de « tatar », pour reprendre le terme de l’époque) dans une école d’enseignement secondaire locale. Il compta parmi ses élèves un célèbre journaliste, écrivain et poète géorgien, rédacteur en chef de la revue Tsiskari, du nom d’Ivane Kereselidze. En 1844, Mirza Chafi fonda un cercle littéraire et philosophique à Tbilissi, puis retourna à Gandja au bout de deux ans pour enseigner à l’école locale. Avant son départ, il dédia à la ville l’un de ses plus célèbres poèmes, « Adieu à Tbilissi ». De retour dès 1850, il donna des cours de persan et de tatar au lycée classique et au pensionnat de Raevski et Hakke. Il rédigea un Dictionnaire tatar-russe et un Livre de lecture, et créa dans le quartier de Sololaki un jardin qu’il céda à la ville. Il mourut à Tbilissi et fut enterré à l’emplacement de l’actuel Jardin botanique43.

  • 44 Friedrich M. Bodenstedt, One Thousand and one Days in the East, traduction anglaise abrégée de l’al (...)

38Certains poèmes de Mirza Chafi furent traduits en allemand par l’un de ses élèves, l’écrivain et traducteur allemand Friedrich Bodenstedt. Au cours de son séjour à Tbilissi (en 1844-1845), celui-ci suivit les cours d’azéri, de géorgien, d’arménien et de persan donnés par Mirza Chafi. Les traductions en question, regroupées sous le nom de « Chants de Chafi », furent publiées par Bodenstedt en 1851 dans l’ouvrage Mille et un jours en Orient, qui fut par la suite traduit en de nombreuses langues, y compris en géorgien44.

39L’écrivain, penseur, philosophe et dramaturge azéri Mirza Fatali Akhoundov (1812-1878) fut également l’élève de Mirza Chafi. Il passa presque la moitié de sa vie à Tbilissi et y mourut. Né à Shaki (Nukha), il reçut une éducation perso-arabe traditionnelle. Il commença à travailler à Tbilissi en 1834 en tant que traducteur de langues orientales à la chancellerie du vice-roi ; il enseignait en même temps le turc et le persan à l’école de Tbilissi. À la chancellerie, il se lia d’amitié avec d’éminentes personnalités géorgiennes, comme Platon Ioseliani, Dimitri Khipiani et Giorgi Eristavi. Il commença à écrire dans les années 1830. La mise en scène de sa pièce Vizir de khanat de Lencorane (1873, Bakou, en azéri) marqua la naissance d’un théâtre azéri professionnel. Akaki Tsereteli, qui avait étudié l’azéri à l’université de Saint-Pétersbourg, traduisit la pièce d’Akhoundov en géorgien (Mirza Fatali Akhoundov était l’un de ses auteurs favoris). La traduction d’Akaki Tsereteli fut publiée en 1898 dans la revue Krebuli sous le titre Vizir de khanat et jouée sur la scène géorgienne la même année. Akaki Tsereteli écrivit en 1898 dans le journal Tsnobis Purceli :

  • 45 Levan Bregadze, Mirza Schaffy Vazeh, Friedrich M. Bodenstedt, in Enlightement in Georgia. Ideas and (...)

Cette pièce fut composée par l’écrivain tatar Mirza Fatali Akhoundov, dont l’œuvre est traduite en plusieurs langues. Ses écrits sont parvenus jusqu’aux écrivains russes, et le critique littéraire Apollon Grigoriev […] l’a alors comparé à Molière. Comme nous, Géorgiens, ne connaissons ni cet auteur ni le mode de vie de nos voisins les Tatars, j’ai décidé de traduire l’une des pièces d’Akhoundov, Vizir de khanat45.

40C’est à Tbilissi que les comédies d’Akhoundov furent publiées pour la première fois, en russe et en azéri. L’homme de lettres avait pour amis proches de célèbres poètes et hommes publics géorgiens, dont Alexandre Tchavtchavadzé et Grigol Orbéliani. Ce dernier joua un rôle crucial dans la décision d’inhumer Akhoundov à l’emplacement de l’actuel Jardin botanique, alors que les dirigeants de la ville refusaient de l’enterrer dans le cimetière musulman ou à proximité.

  • 46 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 442.

41Le célèbre penseur, écrivain et historien azéri Abbasgoulou agha Bakikhanov passa plusieurs années à Tbilissi, où il exerça les fonctions de traducteur et d’interprète au sein de la chancellerie du général Iermolov. C’est là qu’il se lia d’amitié avec Alexandre Tchavtchavadzé, Nikoloz Baratachvili et Grigol Orbéliani, ainsi qu’avec d’autres écrivains et hommes célèbres russes et arméniens46.

  • 47 Levan Bregadze, Mirza Schaffy Vazeh, Friedrich M. Bodenstedt.

42Des revues azéries furent publiées à Tbilissi à partir du début du XXe siècle ; il s’agissait de publications satiriques, Mulla Nasreddin (publiée à partir de 1906 par Jalil Mamed-Guli-Zadeh) et Tartan-Phartan. Le gouvernement interdit la publication de Mulla Nasreddin à plusieurs reprises, en raison de son contenu critique. L’écrivain allemand Arthur Leist, qui vivait et travaillait à Tbilissi à l’époque, s’exprima en faveur de la revue. En 1908, il rédigea une lettre ouverte dans laquelle il commenta : « Ce qui fut accepté sans contestation pendant des siècles, ce que seuls les sages comme Mirza Chafi critiquaient, ce qui était tu et caché, tout cela fut dénoncé par Mulla Nasreddin au moyen des mots et de la caricature, avec force et brio, faisant rire certains et rendant les autres fous de colère47. »

43Des Arméniens célèbres résidèrent à Tbilissi, et plusieurs journaux arméniens y furent publiés, comme Mshak, Nordar et Horizon, pour n’en nommer que quelques-uns. La ville comptait également plusieurs écoles arméniennes.

44Hovhannes Toumanian naquit en 1869 dans le district de Lorri et mourut le 23 mars 1923 à Moscou. Il fréquenta l’école de son village, puis se rendit à Tbilissi afin de poursuivre au séminaire de Nersès des études qu’il dut interrompre pour des raisons financières. Dès 1886, il prit part activement aux cercles littéraires de la ville, écrivant des poèmes, des contes, des récits, des allégories et des ballades. Toumanian consacra de nombreuses œuvres à la Géorgie et à ses amis géorgiens (notamment « Réconciliation », « De la Géorgie », « L’âme de la Géorgie » et « Aux poètes géorgiens »). Le célèbre poète géorgien Titsian Tabidze écrivit à son sujet :

  • 48 Titsian Tabidze, Hovhaness Tumanyan, http://litklubi.ge/biblioteka/view-nawarmoebi (accès le 22 oct (...)

Les Géorgiens étaient convaincus de la sincérité de Hovhannes Toumanian, et les célébrations dont il fut l’objet à Tbilissi le prouvent. Son patriotisme ne l’a jamais empêché d’être Géorgien de cœur. […] L’influence qu’avait Hovhannes Toumanian sur son peuple est comparable à celle d’Ilia Tchavtchavadzé. […] Il entretenait des relations privilégiées avec les poètes géorgiens, assistait à leurs discours publics et faisait l’éloge de leurs œuvres. […] Il ne manquait jamais les anniversaires et autres événements en leur honneur, auxquels il se présentait toujours avec un discours écrit d’avance. Il recevait souvent chez lui des poètes musulmans. Il était aimé de tous48.

  • 49 Essays on the History of Georgia, vol. 5, p. 836.

45L’écrivain arménien Gabriel Sundukyan était aussi très populaire à Tbilissi. Sa pièce Pepo, écrite en 1871, fut jouée au théâtre géorgien en 1875 ; l’année suivante, elle fut publiée en géorgien dans le journal Droeba (1876), puis dans un ouvrage autonome en 1880. Gabriel Sundukyan (1825-1912) passa sa vie à Tbilissi. Il étudia dans différents lycées et pensionnats, sortit diplômé de la faculté d’histoire et de philologie de l’université de Saint-Pétersbourg, puis rejoignit la chancellerie du vice-roi à Tbilissi. Il prit par la suite la direction de la division spéciale en charge des routes du Caucase et reçut le grade de colonel civil. Il fut très actif au sein du conseil municipal. Sundukyan commença sa carrière littéraire dans les années 1860 et resta très lié au théâtre arménien, dont il fut l’un des fondateurs. Il écrivit sur le dialecte géorgien de la langue arménienne, qui contenait de nombreux mots et expressions issus du géorgien. Les références au folklore géorgien sont fréquentes dans ses textes, et il traduisit ses propres œuvres du géorgien en arménien49.

  • 50 Gevork Abov, Hačatur Abovjan : žizn’ i tvorčestvo, Erevan, 1948.
  • 51 Essays in the History of Georgia, vol. 5, p. 835.
  • 52 Hrach Tamrazyan, Shirvan-Zade, Moskva, Sovetskipisatel, 1967.

46Khatchatour Abovian (1805-1848), qui est considéré comme le fondateur de la littérature arménienne moderne et de la langue littéraire arménienne, a lui aussi vécu et travaillé à Tbilissi. Il étudia au séminaire de Nersès avant d’occuper un poste de responsable dans une école de 1837 à 184350. Arfiar Arfiaryan (1852-1908), écrivain et militant arménien influent, compte également parmi les résidents célèbres de la ville géorgienne ; correspondant du journal Mshak à Constantinople pendant la guerre russo-turque de 1877-1878, il écrivit pendant trente ans sur l’actualité politique et culturelle des Arméniens de l’ouest. L’écrivain, professeur et homme public arménien Ghazaros Aghayan (1840-1911) naquit et mourut à Tbilissi ; il enseigna à Tbilissi et en Arménie, et rédigea un manuel d’arménien. Michael Hovhannisyan, mieux connu sous le pseudonyme de Nar-Dos (1867-1933), fut un autre habitant de Tbilissi ; il obtint le statut d’écrivain du peuple pendant la période soviétique51. Alexandre Movsesyan (1858-1935), connu sous le nom de plume de Shirvanzade, œuvra à Tbilissi à partir de 1883. Il vécut à Paris de 1905 à 1910, puis revint à Tbilissi de 1910 à 1919. Il émigra de nouveau par la suite, avant son retour en Arménie soviétique en 1926. Il fut nommé écrivain du peuple d’Arménie et d’Azerbaïdjan pendant la période soviétique52.

  • 53 Pour plus de détails, voir chap. 3 de Identity Narratives in Georgia : at the Origins of Multiethni (...)
  • 54 Ronald G. Suny, Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the (...)
  • 55 Levan Bregadze, Grigor Artsruni, in Enlightement in Georgia. Ideas and Personalities, http://nateba (...)

47La vie et l’œuvre du penseur et essayiste arménien Grigor Artsruni (1845-1952) sont particulièrement intéressantes. Son grand-père fut déporté de Turquie en Géorgie en 1813 ; son père, un colonel de l’armée russe, occupa pendant deux ans (1866-1868) un poste à la tête du conseil municipal de Tbilissi. Né à Moscou et diplômé du lycée classique de Tbilissi, Grigor Artsruni fit ses études dans de prestigieuses universités européennes. En 1872, il fonda à Tbilissi le journal politique et littéraire Mshak (« Le Travailleur »), publié jusqu’en 1920. Mshak joua un rôle fondamental dans l’émergence d’une identité nationale arménienne53. Comme le remarque G. Suny, ce journal remettait sérieusement en cause le conservatisme traditionnel et religieux de la bourgeoisie arménienne54. Les opposants à Artsruni lui reprochaient son cosmopolitisme et l’accusaient de nier les spécificités de la nation arménienne. Artsruni avait pour amis proches de célèbres Géorgiens : Ilia Tchavtchavadzé, Akaki Tsereteli, Giorgi Tsereteli, Ivane Machabeli et Alexandre Jabadari. En 1879, suite à l’appel des dirigeants du théâtre géorgien, Grigor Artsruni aménagea une partie de son caravansérail (qui se trouvait à l’emplacement actuel du théâtre Griboïedov) qu’il mit à disposition de la troupe de façon permanente. Le célèbre dramaturge Avksenti Tsagareli se souvient des importants privilèges financiers accordés par Artsruni à la troupe, et du soutien pécuniaire qu’il apportait aux artistes55.

  • 56 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 444.

48Tbilissi faisait office de centre des recherches scientifiques menées dans le Caucase. En 1851, la branche caucasienne de la Société russe de géographie s’y établit. En 1864, fut créée une commission archéologique qui publia les Actes de la Commission archéologique caucasienne en douze volumes, rassemblant des informations d’une importance capitale sur l’histoire du Caucase56.

  • 57 Ibid., p. 445.

49Le Musée du Caucase de Tbilissi ouvrit en 1862. Un Comité archéologique du Caucase fut fondé peu après, transformé en 1873 en Société des amateurs d’archéologie57. Les jeunes intellectuels géorgiens participaient activement à la vie de ces sociétés.

  • 58 Ibid., p. 446.

50Il fut décidé en 1878 que le cinquième congrès archéologique russe se tiendrait dans la ville géorgienne. Le comité d’organisation fut présidé par l’historien géorgien Dimitri Bakradze, qui fit lors du congrès une intervention sur la paléographie géorgienne. Le congrès, qui s’ouvrit le 3 septembre 1883, fut un événement considérable dans la vie scientifique du Caucase58.

51L’expérience de la vie urbaine contribua grandement à la compréhension des différences ethniques, religieuses et culturelles et à leur expression politique sous la forme de nationalismes. À partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, une nouvelle génération d’intellectuels géorgiens émergea. De retour dans leur pays natal après avoir fréquenté les universités russes, ils introduisirent auprès du public géorgien les idées des penseurs européens et russes et participèrent à la création d’un nouveau cadre politique et culturel propice au développement de la société géorgienne.

  • 59 Michael D. Kennedy et Ronald G. Suny, Introduction, in Intellectuals and the Articulation of the Na (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, p. 123.

52« Selon les théoriciens modernistes du nationalisme, ce sont les intellectuels qui, en employant une rhétorique nationaliste, sont les principaux agents de sa propagation. Ils sont les créateurs non seulement de la nation, mais aussi du discours et des modes d’expression universels permettant la création de cette nation59 ». Ils jouent un rôle essentiel dans l’émergence de la conscience nationale, dans la propagation des valeurs communes, dans la création de liens entre les individus et dans la définition des caractéristiques et des frontières de la nation. Les intellectuels effectuent « un travail d’idéologie et d’imagination, qui consiste à rassembler des éléments culturels disparates, des souvenirs historiques choisis et des interprétations, tout en oblitérant ce qui gêne et ce qui manque d’héroïsme60. »« Ce sont les philologues, les historiens, les poètes, les romanciers, les professeurs et les journalistes qui sont les plus influents à cet égard61. »

53Les jeunes intellectuels géorgiens des années 1860-1870 étaient appelés les Tergdaleulebi (« Ceux qui ont bu l’eau du Térek », fleuve qui marque la frontière traditionnelle entre la Géorgie et la Russie). Ils définirent les contours et les principales orientations du projet national géorgien. La première phase de formation du nationalisme telle que l’a théorisée Miroslav Hroch décrit leurs activités à la perfection : lutte pour la formation d’une identité culturelle, réforme de la langue et intérêt grandissant pour l’histoire nationale.

54Le langage, la patrie et le rapport au passé et à l’histoire étaient au cœur du projet national. L’histoire était considérée comme un outil essentiel à la consolidation de la nation. Un nouveau langage public et démocratique, compréhensible par tous, se développa ; il fut promu en tant que nouveau langage standard par les revues et les journaux géorgiens (Iveria, Matsne, Droeba…), les écoles publiques, les théâtres, les bibliothèques et des associations telles que la Société d’alphabétisation de Géorgie ou la Société d’histoire et d’ethnographie.

55Le principal défi des fondateurs du projet national géorgien était de parvenir à s’autodéfinir en délimitant les frontières de leur endogroupe, tout en s’efforçant d’éviter la tentation du narcissisme ethnique et de gagner le respect des autres nations. Citons Vaja Pchavéla, poète et penseur renommé qui appartenait à cette génération :

  • 62 Vaja Pshavela, « Cosmopolitisme et patriotisme », in Œuvres (en géorgien), Tbilissi, 1986, p. 41 ; (...)

Certains pensent que le véritable patriotisme exclut le cosmopolitisme. Ils se trompent. […] En apprenant à respecter leurs propres traditions, les nations œuvrent chacune de leur côté pour la force et la beauté collectives du monde dans son ensemble. […] Celui qui prétend ressentir un amour égal pour chaque nation est un menteur. […] Le patriotisme naît des sentiments plutôt que de l’esprit ; le cosmopolitisme, quant à lui, est une affaire intellectuelle. […] Soyez à l’écoute des besoins de votre pays, de la sagesse de votre peuple, consacrez-vous à son bien-être, n’éprouvez aucune haine pour les autres nations et n’enviez pas leur bonheur, n’empêchez pas les autres nations d’atteindre leurs buts. Œuvrez pour le jour où votre nation ne pliera plus sous aucun joug, pour la faire avancer jusqu’à ce qu’elle égale celles qui dominent le monde62.

  • 63 Levan Gigineishvili, « Post- reform History Textbooks in Georgia : Changing Patterns and the Issue (...)

56L’action des Tergdaleulebi permit de renforcer la société géorgienne. Différentes parties du pays étaient désormais réunies par l’idée d’une nation géorgienne qui, bien qu’encore divisée, formait une entité à part entière. En tant que Géorgiens, les membres des différentes catégories sociales partageaient une identité commune plus fondamentale que tout autre sentiment d’appartenance63.

  • 64 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of t (...)
  • 65 Pour une analyse plus détaillée de la question, voir Marieta Bazinyan, « Constructing a Nation : Id (...)

57Un processus similaire se déroula au sein d’autres groupes ethniques. À force d’être constamment confrontés les uns aux autres, ils ressentirent le besoin de s’autodéfinir. Selon Ronald Suny, Tbilissi fut le berceau non seulement du nationalisme géorgien, mais aussi du nationalisme arménien64. Les journaux arméniens publiés à Tbilissi, en particulier le Mshak de Grigor Artsruni, jouèrent un rôle essentiel dans la définition de l’identité arménienne et dans la construction du projet national arménien. Comme pour les nationalistes géorgiens, la langue, la patrie et la religion constituaient des questions centrales pour les intellectuels arméniens qui collaboraient à Mshak65. Quant aux Azéris, qui ont participé activement à la vie culturelle de Tbilissi, ils ne manifestèrent aucun signe de mobilisation nationaliste, ne firent preuve d’aucun militantisme économique ou politique pendant cette période.

  • 66 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of t (...)

58Dans les villes, des Caucasiens d’origines diverses étaient en contact permanent à la fois avec d’autres membres de leur peuple et avec des étrangers ; c’est ainsi qu’un processus d’identification fondé sur les notions d’ethnie et de nation s’enclencha au sein des différents peuples. Leurs membres prirent toute la mesure des liens qui existaient entre eux, tout en s’éloignant de ceux qui ne partageaient ni leur langue ni leurs coutumes. L’élite intellectuelle émergente, influencée par les idées occidentales, fit sienne l’idée nouvelle de nation66 et s’engagea dans la construction concrète de nouvelles entités nationales.

  • 67 Ibid., p. 71-72.

59Une fois passées sous domination soviétique, en raison du caractère complexe et contradictoire de la politique soviétique à l’égard des nations, les républiques du sud du Caucase devinrent plus homogènes. Si l’on examine les récits géorgien, arménien et azéri des périodes soviétique et postsoviétique, on voit que l’histoire et la culture du peuple en question sont à chaque fois mises en valeur et dissociées de celles des autres peuples, au point de négliger certains éléments communs. Et pourtant, si l’on en croit Ronald Suny, même à une époque où les nationalismes triomphent, la palette colorée que composait il n’y a pas si longtemps la population cosmopolite de la ville devient source de nostalgie67.

60(Traduit de l’anglais par Pauline Tardieu-Collinet)

Notes

1 Zaal Andronikashvili, Tbilissi cosmopolite (en géorgien), Tbilissi, Edition of the Institute of Tolerance and Diversity, 2015, p. 227.

2 R. Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dimensions socio-culturelles de l’espace urbain et urbanisme (en géorgien), Tbilissi, Tbilissi University Press, 2010, p. 77.

3 Jozeph Salukvadze, « Tbilissi au croisement de l’histoire et des cultures », in Tbilissi à l’ère des changements. Dimensions socio-culturelles de l’espace urbain et urbanisme (en géorgien), Tbilissi, Tbilissi University Press, 2010, p. 11.

4 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dimensions socio-culturelles de l’espace urbain et urbanisme (en géorgien), op. cit., p. 10.

5 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population », in Tbilissi in the Era of Changes. Sociocultural Dimensions of Urban Space and City Planning, Tbilissi, Tbilissi University Press, 2010, p. 43.

6 Ibid., p. 40.

7 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, Harvard University Press, 2005, p. 6.

8 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, Indiana University Press, Hoover Institution Press, 1988, p. 68.

9 Essais sur l’histoire de la Géorgie (en géorgien), vol. 5, Tbilissi, Sabchotasakartvelo, 1970, p. 107.

10 Shota Meskhia, David Gvritishvili, Mamia Dumbadze, Akaki Surguladze, Histoire de Tbilissi (en géorgien), Tbilissi, Sakhelmcipogamomcemloba, 1958, p. 385-386, 401.

11 Essais sur l’histoire de la Géorgie (en géorgien), vol. 5, Tbilissi, Sabchotasakartvelo, 1970, p. 109-110.

12 Ibid., p. 112-113.

13 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), op. cit., p. 396.

14 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, p. 8.

15 Shota Meskhia et al., History of Tbilissi, op. cit., p. 409.

16 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, p. 122.

17 Ibid., p. 116.

18 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, op. cit., p. 25.

19 Ronald G. Suny, op. cit., p. 116.

20 Essays in the History of Georgia, vol. 5, p. 700.

21 Stephen F. Jones, « Georgia : The Long Battle for Independence », in Nationalism and the Breakup of an Empire : Russia and its Periphery, éd. par M. Rezum, Westport, Praeger Press, 1992, p. 80.

22 Ronald G. Suny, op. cit., p. 90-91.

23 Stephen F. Jones, Socialism in Georgian Colors. The European Road to Social Democracy, 1883-1917, op. cit., p. 6.

24 Ibid., p. 33.

25 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population », p. 42.

26 Alexandre Dumas, Le Caucase (en géorgien), Tbilissi, Merani, 1988, p. 168 (Le Caucase, Paris, Librairie théâtrale, 1859).

27 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population », op. cit., p. 43.

28 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), Tbilissi, Bakur Sulakauri, 2013, p. 11.

29 Ibid., p. 17.

30 Restauration des tombeaux d’Azéris éminents à Tbilissi : http://heydar-aliyev-foundation.org/en/content/view (date d’accès 24 septembre 2016).

31 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), p. 65.

32 Ibid., p. 21.

33 Sur le séminaire théologique, voir le Laboratoire d’étude du passé soviétique : http://sovlab.ge/ka/node/362 (date d’accès 24 septembre 2016).

34 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), op. cit., p. 72.

35 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 441.

36 Ibid., p. 77.

37 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dimensions socio-culturelles de l’espace urbain et urbanisme (en géorgien), p. 80.

38 Alexandre Elisashvili, Comment Tbilissi s’est transformée (en géorgien), op. cit., p. 80.

39 Revaz Gachechiladze, « Tbilissi au début du XXe siècle », in Tbilissi à l’ère des changements. Dimensions socio-culturelles de l’espace urbain et urbanisme (en géorgien), p. 79.

40 Ibid., p. 75.

41 David Matsaberidze et Ivane Tsereteli, « Narratifs de l’identité arménienne » in Narratifs identitaires en Géorgie : aux origines de la nation géorgienne multiethnique (1860-1918) (en géorgien), Tbilissi, 2014, p. 162-163.

42 Groupes ethniques en Géorgie (en géorgien), Tbilissi, Librairie de défense publique de la Géorgie, 2008, p. 73.

43 Eka Makharashvili, Mirza Vazeh Schaffy and Mirza Fatali Akhundov — Azerbaijani writers who were in love with Georgia, in 24saati Weekend, 27 février 2010, http://www.24hours.ge/weekend/story/3791 (date d’accès : le 22 octobre 2016).

44 Friedrich M. Bodenstedt, One Thousand and one Days in the East, traduction anglaise abrégée de l’allemand, lettre d’introduction d’Akaki Gelovani, Tbilissi, Sabchotasakartvelo, 1965.

45 Levan Bregadze, Mirza Schaffy Vazeh, Friedrich M. Bodenstedt, in Enlightement in Georgia. Ideas and Personalities, http://nateba.net/index.php/biographies/251 (date d’accès : le22 octobre 2016).

46 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 442.

47 Levan Bregadze, Mirza Schaffy Vazeh, Friedrich M. Bodenstedt.

48 Titsian Tabidze, Hovhaness Tumanyan, http://litklubi.ge/biblioteka/view-nawarmoebi (accès le 22 octobre 2016).

49 Essays on the History of Georgia, vol. 5, p. 836.

50 Gevork Abov, Hačatur Abovjan : žizn’ i tvorčestvo, Erevan, 1948.

51 Essays in the History of Georgia, vol. 5, p. 835.

52 Hrach Tamrazyan, Shirvan-Zade, Moskva, Sovetskipisatel, 1967.

53 Pour plus de détails, voir chap. 3 de Identity Narratives in Georgia : at the Origins of Multiethnic Georgian Nation (1860-1918), Tbilissi, 2014.

54 Ronald G. Suny, Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population, p. 57.

55 Levan Bregadze, Grigor Artsruni, in Enlightement in Georgia. Ideas and Personalities, http://nateba.net/index.php/biographies/251 (date d’accès : le 22 octobre 2016).

56 Shota Meskhia et al., Histoire de Tbilissi (en géorgien), p. 444.

57 Ibid., p. 445.

58 Ibid., p. 446.

59 Michael D. Kennedy et Ronald G. Suny, Introduction, in Intellectuals and the Articulation of the Nation, éd. par Ronald Grigor Suny et Michael D. Kennedy, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2001, p. 2-3.

60 Ibid.

61 Ronald G. Suny, The Making of the Georgian Nation, p. 123.

62 Vaja Pshavela, « Cosmopolitisme et patriotisme », in Œuvres (en géorgien), Tbilissi, 1986, p. 41 ; pour la traduction anglaise, voir V. Pshavela, et R. R. Gould, « Cosmopolitanism and Patriotism », in Asymptote, University of Bristol, oct. 2016, http://research-information.bristol.ac.uk/files/90452374/Cosmopolitanism_and_Patriotism_Asymptote.pdf

63 Levan Gigineishvili, « Post- reform History Textbooks in Georgia : Changing Patterns and the Issue of Minorities in Georgian History », in History Teaching in Georgia : Representation of Minorities in Georgian History Textbooks, CIMERA, Genève, 2007, p. 8.

64 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population », p. 40.

65 Pour une analyse plus détaillée de la question, voir Marieta Bazinyan, « Constructing a Nation : Identity Markers of Armenians (According to the “Mshak” Periodical Published during 1872-1892) », in Analytical Bulletin 8, Erevan, 2015, p. 67-80.

66 Ronald G. Suny, « Tbilissi in the Russian Empire : On the Ethnic, Social and Class Composition of the Population », p. 42.

67 Ibid., p. 71-72.

Auteur

Professeur, directrice de l’Institut d’études culturelles auprès de la Faculté des humanités, université d’État Ivane Javakhishvili, de Tbilissi, Géorgie.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search