Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Troisième partie. Mosaïque des métropoles et des paysages

14. Bakou à la croisée des cultures

Du xixe siècle au début du xxe siècle

Irada Baghirova

Texte intégral

1Après l’invasion russe du début du XIXe siècle, le Caucase musulman et l’Azerbaïdjan en particulier durent faire face à l’introduction d’une civilisation porteuse de valeurs étrangères et connurent alors une période de transformations culturelles qui modifièrent profondément l’histoire de la région. Ce mouvement se prolongea tout au long du XIXe siècle et jusqu’au début du XXe siècle, et affecta quasiment tous les aspects de la vie sociale et culturelle locale. La politique menée par le gouvernement central modifia radicalement le statut des différents groupes sociaux, comme en témoigne la diversité des origines de la population actuelle de l’Azerbaïdjan, en particulier à Bakou :

  • 1 E-M. Auh, « Meždu prisposobleniem i samoutverždeniem. Rannij ètap poiskov nacional’noj identičnosti (...)

De larges zones d’échanges furent créées, parmi lesquelles les industries, qui s’étaient particulièrement développées autour de Bakou, alors un centre d’exploitation et de traitement du pétrole, tentèrent d’employer une force de travail mobile possédant une même culture et, surtout, une langue unique et standardisée. Cette nouvelle situation confronta les masses, et surtout les élites, à de nouvelles difficultés1.

  • 2 G. Gubajdullin, « K voprosy ob ideologii Gasprinskogo », in Gasyrlar avazy (Èho vekov), Naučno doku (...)

2En dépit des aspects négatifs de la conquête, les nations musulmanes de l’Empire russe, parmi lesquelles l’Azerbaïdjan, entrèrent en contact avec les idées culturelles et sociopolitiques alors développées en Europe. Selon le linguiste et historien Gaziz Gubaydulin (1887 – 1937), tandis que la pression exercée par le capitalisme européen stimula le mouvement moderniste en Égypte, en Iran, en Turquie et en Inde, les provinces orientales de l’Empire tsariste furent quant à elles influencées par le développement du capitalisme russe2. La conquête russe n’eut pas seulement des effets politiques, législatifs, sociaux et économiques : elle introduisit également un certain nombre d’innovations dans le domaine spirituel et culturel. Les peuples musulmans de l’empire, tout d’abord, eurent accès à la culture et aux théories sociales et politiques européennes. Par ailleurs, le contact entre la civilisation européenne, incarnée par la Russie, et la civilisation musulmane traditionnelle entraîna l’apparition d’une nouvelle strate sociale, bien spécifique, l’intelligentsia azerbaïdjanaise.

La russification de Bakou

3La volonté de l’Empire russe de russifier et de christianiser les populations musulmanes du Caucase, notamment dans l’actuel Azerbaïdjan, n’alla pas sans rencontrer des obstacles majeurs. Selon l’ethnologue russe S. Lourié :

  • 3 S. Lur’e, « Ot drevnego Rima do Rossii XX Veka : preemstvennost’ imperskoj politiki », in Obščesrve (...)

Le principal défaut de cette politique était de considérer les musulmans « russes » d’un point de vue interne à l’empire : on pensait qu’ils s’habitueraient peu à peu à de nouvelles conditions, se rapprocheraient des populations russes chrétiennes et finiraient par décider de les rejoindre. On ignora complètement le fait que les musulmans faisaient partie du monde islamique, dont ils continueraient toujours de se sentir proches et avec lequel ils essaieraient de maintenir des relations3.

  • 4 I.P. Petruševskij, « Sistema russkogo kolonial’nogo upravlenija v Azerbajdžane v perv. Polovine XIX (...)

4Cependant, les autorités durent par la suite prendre en compte ce facteur. Mise en place en 1840, la réforme administrative abolissant l’ancienne gestion militaire du Caucase établit un système de provinces éliminant les frontières ethniques et politiques traditionnelles dans la région. En outre, les représentants de l’aristocratie azerbaïdjanaise locale furent éliminés du pouvoir — les beys et les aghas virent leurs terres confisquées — et remplacés par des Russes4.

  • 5 « Iz zpisok barona Korfa », in Russkaja starina 1900, Janvar’, T. 101, p. 43.
  • 6 . S. Èsadze, Istoričeskaja zapiska ob upravlenii Kavkazom. Tiflis, 1907, t. 1, p. 80-81.

5La réforme imposa l’usage exclusif du russe dans l’administration, et le doublement du nombre de représentants officiels russes5. Mais les représentants de l’empire se rendirent vite compte qu’ils avaient besoin d’une base sociale plus solide pour mener à bien cette réforme administrative. Le prince Vorontsov, nommé premier gouverneur du Caucase en 1844, s’attacha à résoudre ce problème. Il rendit leurs terres à de nombreux seigneurs azerbaïdjanais, faisant ainsi d’eux une classe privilégiée, et noua des alliances6 avec eux.

  • 7 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, Izd 2e Sankt-Peterburg, 1847, t. XXIV, Otd 1 no 23307
  • 8 K. Odžagova, Gorodskoe samoupravlenie Baku v konce XIX- načale XXvv, Baku, 2003, p. 26.
  • 9 GIAAR (Archives nationales de la république d’Azerbaïdjan), F. 50, L. 1, R. 4, p. 41.

6Par ailleurs, en 1849, fut adoptée une loi sur « l’instruction des indigènes du Caucase et de Transcaucasie à destination des institutions d’éducation supérieure et spécialisée de l’Empire », dont la finalité était de préparer les représentants officiels de l’empire à leur mission au service de l’État7. Si elle s’appliquait avant tout aux peuples chrétiens de la région — Arméniens et Géorgiens —, elle eut un certain impact sur la noblesse azerbaïdjanaise. En conséquence de ces nouvelles dispositions, on ouvrit des écoles, des institutions culturelles et des établissements d’éducation, ainsi que des maisons d’édition. Sur le plan politique, en 1870, la douma de Bakou, dont les membres étaient élus pour quatre ans sur la base de leurs titres fonciers, commença ses activités8. Elle était constituée pour moitié de députés élus par des électeurs non chrétiens. Par conséquent, en 1877, lors de l’élection du premier parlement, 2900 Azerbaïdjanais votèrent pour élire le même nombre de députés que 499 électeurs russes et arméniens9. La discrimination était criante, mais c’était la première fois que des musulmans avaient le droit de participer à des élections locales.

7Avec la révolution industrielle du XIXe siècle, il devint nécessaire d’exploiter de nouvelles ressources d’énergie pour soutenir le développement économique. Cette période marque ainsi le début de la transformation de la ressource la plus importante, le pétrole, en une arme politique et économique, et, par suite, l’émergence de nouvelles relations interétatiques. L’Azerbaïdjan, dont l’histoire est profondément marquée par les effets socio-économiques et politiques de l’exploitation du pétrole, fut concerné au premier chef par ce processus.

8L’abolition du système d’impôts agricoles en 1872 sonna le début du développement rapide de l’industrie pétrolière. Le manque de capitaux domestiques obligea le gouvernement tsariste à attirer des capitaux étrangers et, en 1872, les étrangers furent dotés des mêmes droits que les sujets russes concernant l’exploitation des hydrocarbures. Dès lors, l’industrie pétrolière de Bakou connut un afflux spectaculaire de capitaux étrangers qui transformèrent la ville en un Klondike pétrolier dont la réputation dépassa vite les frontières russes.

Bakou et le pétrole

  • 10 Monopolističeskij kapital v neftjanoj promyščlennosti Rossii. 1882-1914. Dokumenty i materialy. Mos (...)

9Parmi les leaders de cette nouvelle industrie figurait la société des frères Nobel, fondée par un entrepreneur suédois, Ludwig Nobel, et le baron P. Bildering. Très vite, la compagnie exerça le monopole de la production et de l’exportation de pétrole en Russie10.

  • 11 M. Ju Mir-Babaev, « Transkavkazskij truboprovod i brat’ja Rotšil’d », Azerbajdžanskoe neftjanoe hoz (...)
  • 12 Il est intéressant de noter que l’ingénieur en chef de la compagnie Rothschild était David Landau, (...)

10En mai 1883, l’une des plus grandes sociétés pétrolières de Bakou, la Compagnie pétrolière de la Caspienne et de la mer Noire, dirigée par de célèbres banquiers parisiens, les frères Rothschild, entama ses activités dans la région11. Rapidement, elle se partagea l’exclusivité du pétrole russe avec la société des frères Nobel12.

ILL. 1. Tours de forage appartenant à la famille Nobel à Bakou © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.

ILL. 2. Raffinerie des frères Nobel à Bakou © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.

  • 13 V. A. Pritula, Transport nefti i gaza, Moskva, Gostehizdat, 1848, p. 72.

11Afin d’exporter le pétrole sur le marché international, les Rothschild financèrent la construction d’un oléoduc entre Bakou et Batoumi, dont la construction fut achevée en 190713.

  • 14 M. D. Ibragimov, Neftjanaja promyšlennost’ Azerbajdžana v period imperializma, Baku, Elm, 1984, p.  (...)

12Les activités des Rothschild en Russie et dans l’actuel Azerbaïdjan cessèrent en 1912 : ils cédèrent leur entreprise à la Royal Dutch Shell, compagnie néerlando-britannique. Depuis la fin du XIXe siècle, les capitaux anglais étaient de plus en plus présents sur le marché de Bakou. En 1898, six compagnies britanniques étaient déjà installées ; en 1903, elles étaient deux fois plus nombreuses, avec un capital global de 60 millions de roubles14.

  • 15 Ibid., p. 16-17.
  • 16 Ibid., p. 68.

13La Compagnie pétrolière russe de Bakou, ou encore la Compagnie pétrolière européenne figuraient parmi les plus importantes sociétés d’exploitation. En 1897, un célèbre magnat du pétrole azéri, Haji Zeynalabdin Taghiyev (ou Taguiev), vendit sa compagnie cinq millions de roubles aux Britanniques G. Gladston et J. Moore. Cette opération donna naissance à une société par actions, Oleum15. Mais Tagiyev parvint à garder la main sur 13,7 % des actions et devint membre du conseil d’administration de la société aux côtés de E. Gubbart, directeur de la Banque d’Angleterre16.

  • 17 S. M. Sadyhzade, Proniknovenie anglijskogo kapitala v neftianuju promyšlennost’ Azerbajdžana (1896- (...)

14Au début de la Première Guerre mondiale, un large consortium industriel et financier, qui rassemblait toutes les entreprises pétrolières britanniques, vit le jour à Bakou et à Londres. La part commerciale des activités de la compagnie, dont le capital s’élevait à 28 millions de roubles, était entièrement contrôlée par la Shell17. Dès lors, celle-ci devint le plus grand exploitant de pétrole en Russie et le deuxième à l’échelle mondiale, derrière la Standard Oil américaine. Bien évidemment, toute entreprise privée est guidée par ses propres intérêts et fonctionne sur l’exploitation maximale de la force de travail ; Bakou fut elle aussi le théâtre de ces mécanismes économiques. Mais cela ne s’arrêtait pas là : les investissements et les progrès technologiques qui attirèrent les compagnies dans cette région eurent également un impact majeur sur l’économie et la vie locale.

La croissance d’une ville cosmopolite

  • 18 Izvestija Bakinskoj gorodskoj Dumy, 1915, no 5-6, p. 7.
  • 19 L. S. Bretanickij, Baku v krepostnyh stenah, Moskva-Leningrad, 1976, p. 93 et 95.

15Après le tremblement de terre qui affecta Chemakha, l’ancienne capitale historique, en 1859, Bakou devint le centre de la province. Puis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la croissance rapide de la ville accompagna le développement de l’industrie pétrolière. En 1826, Bakou comptait quelque 4500 habitants ; on en recensait 155786 en 1903, et 214679 en 191318. Au tout début du XXe siècle, la ville comptait 878 nouveaux bâtiments ; on en dénombrait 1404 en 191019.

  • 20 V. V. Pokšiševskij, Polojenie bakinskogo proletariata nakanune revolucii 1917 gg, Baku, 1927, p. 8.
  • 21 G. I. Rovtovcev, Bloeznennost’naselenija bakinskih neftjanyh promyslov (po dan-nym obrašaemosti nas (...)

16Le développement des champs pétroliers, des raffineries, d’une compagnie maritime desservant la Caspienne, le changement de capitale et la construction de voies de chemin de fer vers la mer Noire, tout cela transforma le statut de Bakou. Aucune autre ville russe ne connut une évolution et une transformation si rapides. Le paysage ethno-démographique de la ville fut lui aussi bouleversé. Des milliers de travailleurs arrivèrent des quatre coins de la Russie et de l’Iran. Rapportée à la masse des ouvriers azerbaïdjanais, la proportion d’immigrés en provenance de Russie, d’Arménie et du sud de l’Azerbaïdjan passa entre 1903 et 1917 de 65,1 % à 77,8 % puis à 132 %20. En outre, l’ingénierie et le secteur bancaire accueillirent de nombreux spécialistes, anglais, français, allemands, finlandais et autres21.

17La population de Bakou resta toutefois majoritairement composée d’Azéris, présents à tous les niveaux sociaux, des ouvriers et paysans aux magnats du pétrole. Une grande partie des ouvriers employés dans les gisements de pétrole étaient originaires du sud de la région (en Iran). Venaient ensuite les Arméniens, dont certains possédaient des parts importantes dans des entreprises d’exploitation et de commercialisation. Un Arménien, M. Gukasov, fut à la tête du conseil du Congrès des industriels du pétrole. Il y avait aussi beaucoup de Russes parmi les propriétaires de gisements. On peut aussi citer les Moloques (ou Molokanes), membres d’une secte russe longtemps, persécutée installée dans la région au milieu du XIXe siècle, qui étaient ouvriers et artisans, ou encore chauffeurs.

  • 22 G. Tomson, Bakinskie Vospominanija 1914-1917 gg, Baku, « QNT Nəşriyyatı », 2013, p. 20.
  • 23 A. I. Junickij, Istorija cerkvej i prohodov Bakinskoj gubernii, 1906, p. 15 http://baku.eparhia.ru/ (...)

18C’est à cette époque de croissance que remonte la construction d’églises chrétiennes. Dès le début du XXe siècle, la ville, outre ses mosquées, et une synagogue, comptait six églises orthodoxes, deux églises grégoriennes arméniennes, une église catholique et deux temples luthériens22. Certains de ces édifices furent bâtis avec l’aide d’entrepreneurs azerbaïdjanais. Par exemple, la cathédrale orthodoxe des Myrrhophores fut construite en 1909 grâce au soutien du magnat et philanthrope cité plus haut, H. Z. Taghiyev, en sus des dons de fidèles23. Notons que, en 2003, la reconstruction de la cathédrale fut financée par l’entrepreneur et philanthrope azerbaïdjanais A. Kurbanov.

19En vingt ans, Bakou devint un centre cosmopolite majeur, lieu d’une intense activité non seulement industrielle, mais aussi culturelle. Un nouveau mode de vie combinant de manière innovante des éléments à la fois asiatiques et européens vit le jour sous les influences conjuguées de la bourgeoisie azerbaïdjanaise, représentée entre autres par H.Z. Taghiyev, M. Nagiev et Sh. Asadullaev, de représentants de la bourgeoisie européenne et russe, par exemple L. et E. Nobel, S. M. Shibaev, A. Benkendorf, de la bureaucratie impériale, ainsi que d’une intelligentsia internationale composée de techniciens et d’humanistes porteurs d’idéologies réformistes, libérales et socialistes.

20Avec l’augmentation de la population et des revenus pétroliers, il devint nécessaire de construire des logements et de développer toutes sortes d‘activités. Grâce aux immenses capitaux disponibles, on put embaucher des architectes européens et russes pour concevoir de nouveaux bâtiments, empruntant aux styles les plus divers, classique, rococo, art nouveau, etc.

21Le long des berges, là où était installée une grande société maritime (Caucase et Mercure), se trouvaient le palais du gouverneur et, à côté, le Jardin du khan. Derrière le front de mer, les rues pavées étaient bordées de maisons de style européen. À flanc de colline s’étendait la ville asiatique aux toits plats et aux ruelles étroites. On pouvait également voir les ruines du palais du khan et sa magnifique architecture islamique du XVe siècle et, plus loin, la Mosquée du shah, construite en 1078. Au bord de la mer, près des fortifications de l’ancienne ville s’élevait la tour de la Vierge (ainsi dénommée d’après un thème courant dans les légendes orientales), qui servait alors de phare. La « ville noire », où étaient installées toutes les raffineries, n’était pas éloignée de la jetée qui menait à la plage ; ce quartier devait son nom à l’épaisse fumée rejetée par la combustion des déchets pétroliers.

Architectures de Bakou — La contribution polonaise

22Au tournant du XXe siècle, de belles contributions à l’architecture de la ville furent le fait d’architectes polonais, dont les plus célèbres sont Goslavsky, Ploszko, Skureich et Skibitsky.

23Entre 1893 et 1904, Joseph Goslavsky fut l’un des principaux architectes et ingénieurs de Bakou. On lui doit un très grand nombre de bâtiments du centre-ville. Diplômé de l’Institut du génie civil de Saint-Pétersbourg en 1891, il fut envoyé à Bakou pour y construire la cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski.

ILL. 3. Cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.

  • 24 . Les millionnaires de Bakou, qui avaient fréquenté toutes les stations touristiques d’Europe, déci (...)

24Cet édifice, construit en 1898, était la plus grande église orthodoxe de la ville. Elle fut démolie durant l’époque soviétique, en 1936. Grand admirateur des classiques, Goslavsky y rendait également hommage à d’autres styles architecturaux, comme cela se fit couramment durant la seconde moitié du XIXe siècle. Il élabora et réalisa douze autres projets en sept ans, parmi lesquels le palais de Taghiyev rue Gorchakovskaya (aujourd’hui musée d’histoire de l’Azerbaïdjan, rue Taghiyev), un immeuble de trois étages dans la rue Nikolaevskaja (aujourd’hui au 7, rue Istiglalijat), la villa Taghiyev dans le village de Mardakian24, dans la péninsule d’Apchéron, le bâtiment de l’école polytechnique de Bakou dans la rue Stanislavsky (aujourd’hui au 20, rue Azadlig), ou encore le bâtiment de la branche locale de la Société technique impériale dans la rue Torgovi (aujourd’hui Nizami).

  • 25 Š Fatullaev-Figarov Juzef Goslavskij//http://www.polonia-baku.org/ru/goslawski.phtml

25La fin du XIXe et le début du XXe siècle virent également l’apparition de structures industrielles en Azerbaïdjan, par exemple une usine de textile dans la ville de Zikh près de Bakou, conçue par Goslavsky et construite sous la responsabilité de Taghiyev, qui avait décidé de créer une industrie légère en raison du coût très bas du pétrole et du coton (en Iran et en Asie centrale). Cette usine était située près de la mer, un emplacement particulièrement judicieux offrant des échanges directs avec les ports d’Iran, d’Asie centrale et de Russie25.

26L’une des œuvres les plus réussies de Goslavsky est l’École musulmane pour femmes — fondation de Taghiyev — dans la rue Nikolaevskaya (aujourd’hui 8, rue Istiglaliyat). L’établissement possédait une cour fermée, côté sud, par un mur fortifié. Cette disposition était particulièrement bien adaptée aux conditions locales et au climat de la ville. En 1918-1920, le bâtiment hébergea le parlement de la République démocratique d’Azerbaïdjan et il abrite aujourd’hui l’Institut des manuscrits de l’Académie nationale des sciences.

ILL. 4. L’École musulmane pour femmes © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.

27Le dernier chef-d’œuvre de Goslavsky est le bâtiment de la Douma de Bakou. Son architecture est de composition classique. C’était le seul bâtiment strictement administratif de la ville à adopter ce style et à proposer une interprétation originale de motifs baroques. Aujourd’hui, il abrite les bureaux du maire de la ville. Goslavsky est mort en 1904 à l’âge de 39 ans.

28En 1897, Goslavsky invita un autre architecte polonais, Joseph Ploszko, à le rejoindre à Bakou. Ce dernier a conçu les plus beaux bâtiments de la ville, dont il occupa le poste d’architecte en chef après la mort de Goslavsky. Les œuvres de Ploszko empruntent au classicisme européen, à un style gothique vénitien et français de très haute qualité, revisité dans un esprit très moderne pour ce début du xxe siècle. L’architecte trouva bientôt des clients parmi les millionnaires locaux, qui admiraient son génie créatif. Ploszko fut proche du magnat du pétrole Aga Musa Nagiyev, mais compta aussi parmi ses clients Murtuza Mukhatarov, Nuri Amiraslanov, la famille du riche Polonais Rylsky et bien d’autres encore.

29À Bakou, le premier bâtiment réalisé par Ploszko, qui est aussi le plus célèbre, est le monumental Ismaïlia. En 1907, Nagiyev avait demandé à l’architecte de créer un bâtiment destiné à héberger des œuvres de bienfaisance à la mémoire de son fils mort, Ismaïl. L’œuvre conçue par Ploszko contribua véritablement à embellir la ville. Ismaïlia, splendide palais de style gothique vénitien très harmonieux, donne à admirer la maîtrise de l’architecte et l’art des maçons. À l’heure actuelle, le bâtiment est occupé par le conseil de l’Académie nationale des sciences d’Azerbaïdjan.

ILL. 5. L’Ismaïlia © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.

30Parmi les autres œuvres cultes de Joseph Ploszko figurait l’église de l’Immaculée Conception de la bienheureuse Vierge Marie, dont la construction fut achevée en 1912. Qualifié de « polonais », l’édifice était de style gothique. Il fut principalement financé par la famille Rylsky et par Vitold Zglenitsky, les premiers à avoir foré la Caspienne. L’église, située dans les quartiers prestigieux de Bakou, était un des joyaux de la ville. Elle fut démolie dans les années 1930.

  • 26 Son propriétaire connut un destin tragique. Quand Bakou fut envahie par les bolchéviques en 1920, M (...)

31Les bourgeois, que le boom pétrolier enrichissait à vue d’œil, déplacèrent la compétition économique sur le champ de l’architecture en se faisant construire des villas et des palais de plus en plus majestueux. Murtuza Mukhtarov, dont il a déjà été question, demanda à Ploszko de lui construire un palais de style gothique. Mukhtarov, qui était marié à une riche héritière d’Ossétie, Elizaveta Tuganova, fille du colonel Aslan-bek Tuganov, offrit à cette dernière le palais en gage d’amour. Situé dans la rue de Perse (aujourd’hui rue Mukhtarov), le bâtiment est un mélange de différents styles architecturaux : art nouveau, baroque, classique et autres. Encore dans la deuxième moitié du XXe siècle, le palais Mukhtarov était le plus impressionnant bâtiment de la ville26.

ILL. 6. Le palais Mukhtarov. Collection privée Irada Baghirova.

  • 27 Š. Fatullaev-Figarov Josef Ploško, http://www.polonia-baku.org/ru/ploszko.phtml

32Après la prise du pouvoir par les soviétiques dans les années 1920, Ploszko resta à Bakou comme ingénieur et, avec Z. Akhmedbekov, participa à l’élaboration du projet de jardins à Abchéron. En 1925, après près de trente ans passés en Azerbaïdjan, il partit pour Varsovie puis rejoignit la France27.

33La gare centrale fut à l’origine conçue par l’architecte polonais Eugene Skibinsky. Le vaste et célèbre magasin d’alimentation anciennement situé passage Tagievsky est l’œuvre de Kazimierz Skurevich, à qui l’on doit aussi le projet de boulevard de Bakou.

34Au total, ce sont près de cinq cents bâtiments qui furent construits en Azerbaïdjan par des architectes polonais. Ces derniers eurent un impact fondamental sur le paysage architectural unique de Bakou, qui devint pour eux comme une seconde patrie.

  • 28 F. Handžanbekova, Bakinskie šedevry rukami pol’skih arhitektorov http://www.1news.az/society/201212 (...)

35Signalons aussi qu’on doit au talentueux ingénieur d’origine polonaise Pavel Pototsky d’avoir contribué de manière décisive au développement de l’industrie pétrolière au début du XXe siècle. Installé à Saint-Pétersbourg, il avait été invité à rejoindre Bakou pour organiser les travaux de forage dans la baie de Bibi-Heybat. Une zone maritime fut délimitée et Pototsky mit en place un ingénieux système d’extraction. En 1922, alors qu’il était devenu aveugle, il imagina un remblai entourant près de cent hectares d’eau et supervisa personnellement tous les travaux, décrits avec grande précision dans son projet. Il ne vécut pas suffisamment longtemps pour voir la fin des travaux, mais il demanda à être enterré sur la côte entourant la baie de Bibi-Heybat28.

Une révolution culturelle

36En plus d’être un haut lieu de production et de commerce du pétrole, Bakou, qui avait l’avantage de posséder un port et d’héberger la Compagnie maritime de la Caspienne, servit de dépôt pour les marchandises circulant du Caucase et de la Perse jusqu’aux provinces de Russie et à l’étranger, via la mer Noire29.

  • 30 M. D. Nikitin, « Orientalizm » è Saida, teorija kolonial’nogo diskursa i vzaimodejstvie Vostoka i Z (...)

37Parallèlement à ce développement économique, une certaine renaissance culturelle vit le jour à Bakou dans les premières décennies du XXe siècle. La société azerbaïdjanaise de l’époque connut un mouvement de modernisation typique, caractérisé par le passage d’une société traditionnelle à une société moderne, de la pré-industrie à l’industrie, de la fermeture à l’ouverture, d’un niveau faible à un haut degré de différentiation structurelle, du corporatisme à l’individualisme, du despotisme à la démocratie, etc30.

38La période décrite plus haut correspond à un moment décisif de transformation d’une société orientale traditionnelle. En dépit des nombreuses conséquences négatives de la colonisation russe, qui eut notamment pour effet de briser les conditions de vie et les systèmes de valeurs traditionnels et de spolier les ressources naturelles locales, les nations musulmanes furent de plus en plus soumises à l’influence de la Russie et, à travers elle, de la civilisation occidentale. Elles intégrèrent un système de relations mondiales, prirent peu à peu le contrôle sur les institutions politiques et créèrent de nouvelles infrastructures économiques.

  • 31 G. Zapletin, Širin-Zade, Russkie v istorii Azerbajdžana, Baku, 2008, p. 156.
  • 32 Meline Toumani, « For the love of Layla », The New York Times, 27 février 2009.

39Cependant, la véritable révolution culturelle eut lieu à partir du moment où ce patrimoine oriental infiniment riche, qui avait produit de nouvelles formes littéraires, philosophiques et historique ainsi que des genres inédits d’art dramatique et de musique, s’ouvrit au monde. L’un des acteurs de cette ouverture fut A. O. Chernyaevsky, enseignant exceptionnel et inspecteur du Séminaire des enseignants transcaucasiens de Gori, qui contribua de manière décisive à familiariser les jeunes Azerbaïdjanais avec les cultures russe et européenne à la fin du XIXe siècle. Né à Chemakha, il maîtrisait parfaitement le dialecte local et fut l’auteur de l’un des premiers livres en langue azerbaïdjanaise, Vatan Dili (« La langue de la patrie »). Avec S. Velibekov, il publia la deuxième partie de Vatan Dili, dans laquelle la plupart des fables et des poèmes avaient été composés par G. Karadagski. Le contenu des fables était inspiré des œuvres du grand poète russe Krylov, car ce genre n’existait pas dans la littérature azerbaïdjanaise. De célèbres écrivains, éducateurs et journalistes de langue azérie, parmi lesquels Firidun bey Kocharli, Rashid bey Efendiyev, Safarali bey Velibekov, Mahmoud bey Makhmudbekov, Teymur bey Bayramalibekov, Suleyman Sani Akhundov, Jalil Mammadguluzadeh, Nariman Narimanov et d’autres, furent les étudiants de Chernyaevsky au séminaire de Gori. On a donné son nom à une école du village de Maraza, dans la région de Chemakha, devant laquelle on installa son buste. Son personnage est évoqué dans un roman de I. Shikhly (Dali Kur), célèbre auteur azerbaïdjanais de la période soviétique31. Uzyir Hajibeyov, grand compositeur azerbaïdjanais et créateur du premier opéra asiatique, Leyli et Majnun, fut également étudiant du séminaire. Il est intéressant de noter qu’il fut inspiré par la production que proposa Chernyaevsky de l’opéra de Rossini, Le Barbier de Séville32. Pour la première fois, en 1908, sur la scène du théâtre de H.Z. Taghiyev, fut proposée à Bakou une synthèse de la musique symphonique européenne et de l’improvisation mugham orientale.

ILL. 7. Le théâtre Taghiyev © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.

ILL. 8. Première affiche de Leyli et Majnun, dans le quotidien Kaspiy, no 9, 14 janvier
1908.

  • 33 È. Abasova, K. Kasimov, Uzeir Gadžibekov – muzykant-publicist – Isskustvo Azerbajdžana, Baku, 1968, (...)
  • 34 « Сelebration of anniversaries with which UNESCO is associated in 2008- 2009 », Sector for External (...)

40Étant donné que les femmes musulmanes n’avaient pas le droit de monter sur scène, le rôle de Leyli fut interprété par A. Faradzhev et celui de Majnun par un chanteur renommé, H. Sarabski33. L’opéra continue de faire aujourd’hui recette dans de nombreux pays et, en 2008, pour son centième anniversaire, il fut donné sous l’égide de l’UNESCO34.

ILL. 9. La troupe de théâtre des frères Hajibeyov © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.

ILL. 10. Le théâtre Phénomène (aujourd’hui Théâtre de marionnettes) © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.

41La première performance théâtrale en azéri, tirée d’une pièce de M. F. Akhundov, Le Vizir du khanat de Lankaran, fut jouée à Bakou en 1873. À Bakou et à Shusha (Karabakh), on joua de nombreuses pièces de G. Vezirov et Akhundov, dont la représentation avait jusqu’alors été empêchée par des mollahs et des croyants fanatiques qui voyaient dans le théâtre un ennemi du canon islamique et un péché importé par les Européens.

  • 35 . A. A. Alieva, Azerbajdžanskij teatr za 100 let. Azerb. Gos. Izd-vo, 1974, p. 35..

42En dépit de tous ces obstacles, on continua de donner des représentations, et la première troupe professionnelle d’acteurs, « la Troupe de théâtre musulmane », fut formée en 1897. Ils jouèrent des pièces azerbaïdjanaises, russes et des classiques européens (Shakespeare, Molière, Schiller). En 1919, sous la première république d’Azerbaïdjan, fut fondé le Théâtre national d’Azerbaïdjan35. Le théâtre Mailov était lui aussi actif, on y joua des pièces russes et arméniennes. De célèbres artistes russes et étrangers passèrent en tournée à Bakou. En 1904, par exemple, la danseuse américaine Isadora Duncan effectua une représentation dans la ville à l’occasion de sa tournée russe.

  • 36 . A. Benningsen, Pečat’i nacional’noe dviženie russkih musul’man do 1920 goda, traduit du français (...)

43La période fut également marquée par un essor sans précédent de la presse : près de soixante journaux et périodiques en diverses langues paraissaient à Bakou. Selon l’historien A. Benningsen, entre 1875 et février 1917, 172 titres musulmans étaient imprimés et circulaient dans l’Empire russe, dont plus de 66 % en langues azéri et tatar36.

  • 37 Zakavkaz’e, 10 avril 1907, et 16 septembre.1908.

44Des journaux russes comme « La Caspienne » et « Bakou » ainsi que des imprimés tels que « Le Caucase » ou « La Nouvelle Revue », publiés à Tbilissi, faisaient paraître des textes de membres de l’élite progressiste locale formée en Russie, tels que A. M. Topchibashev, E. Sultanov, M.E. Rasulzade, G. Minasazov, S. Mehmandarov, F. Kocharli et autres37. Grâce à cela, un vaste lectorat russophone put prendre connaissance des difficultés rencontrées par le pays et par les nations musulmanes en général, et eut accès à la diversité culturelle et historique du pays.

ILL. 11. Famille allemande à Elenendorf, 1910. DR.

45Le visage multinational de Bakou ne se limitait pas à trois groupes ethniques principaux. Allemands, Polonais, Juifs, Estoniens, Lituaniens et autres y tenaient des maisons de commerce et des œuvres de bienfaisance. Les Allemands qui s’installèrent en Azerbaïdjan au début du XIXe siècle sur ordre du tsar jouèrent notamment un rôle fondamental dans le développement de l’industrie locale. Ils se distinguèrent tout particulièrement dans les domaines du vin et des fonderies de cuivre. Les vins produits par les maisons Forer Frères et Hummel Frères remportèrent de nombreux prix lors d’expositions universelles, leurs champagnes alimentant les cours russes et européennes. À la fin du XIXe siècle, le célèbre groupe électrotechnique Siemens construisit une fonderie de cuivre à Kedabek. Par ailleurs, les Allemands contribuèrent grandement au développement de la science et de la culture azerbaïdjanaises. Ils furent les premiers à se lancer dans des recherches archéologiques ; le célèbre archéologue Y. Gummel publia plusieurs articles et créa un musée d’histoire locale dans la colonie allemande d’Elenendorf (aujourd’hui Shamkir).

ILL. 12. Synagogue à Bakou. DR.

  • 38 S. A. Vengerov, « German Vil’gel’movič Abih », Kritiko biografičeskij slovar’russkih pisatelej i uč (...)

46V. Abih, membre de l’Académie des sciences de Russie et Emil Lenz, un physicien qui avait étudié les causes des fluctuations du niveau de la Caspienne38, participèrent tous deux de manière décisive à importer la science géologique en Azerbaïdjan. Les Allemands apportèrent par ailleurs des contributions importantes à l’architecture de Bakou : le plus célèbre d’entre eux, N. A. von der Nonne, architecte et ingénieur militaire, fut maire de la ville entre 1889 et 1902 et dessina à cette occasion un plan de la ville. Le Centre culturel allemand joua également un rôle fondamental ; on lui doit l’église luthérienne située au cœur de la ville.

  • 39 I. S. Bagirov, Političeskie partii i organizacii Azerbajdžana v načale XX veka. Baku, Èlm, 1997, p. (...)
  • 40 Kaspij, 21 janvier et 8 septembrev1906.

47Au début du XXe siècle, d’importantes populations juives rejoignirent le sud du Caucase après les massacres de Kichinev et de Belostok. Beaucoup s’installèrent à Bakou, centre industriel et culturel. Ils participèrent de manière active à la vie locale et créèrent des organisations publiques et politiques, parmi lesquels le Parti travailliste social-démocrate juif de Bakou — Poalei Zion (« les Travailleurs de Sion ») —, le Bund ou encore l’organisation sioniste-socialiste39. Kadima, une association culturelle et d’éducation à caractère sioniste, était elle aussi active : elle visait à promouvoir l’art national auprès des autorités locales. Elle organisait aussi des conférences sur « l’histoire palestinienne et le sionisme40 ».

48En 1908-1909, des œuvres de bienfaisance lituanienne et estonienne regroupant des représentants de ces pays virent aussi le jour à Bakou.

Après 1917

49Après la révolution de février 1917 qui renversa la monarchie des Romanov, la vie culturelle et sociale de Bakou connut un nouvel élan.

  • 41 Ibid., 18 mars 1917.

50Le 6 mars, l’un des premiers actes du nouveau gouvernement fut d’abolir toutes les restrictions religieuses et nationales pour les citoyens résidant en Russie. Cette nouvelle déclencha l’enthousiasme des citoyens non russes, qui virent là l’espoir d’obtenir la pleine reconnaissance de leurs droits civiques et politiques sous le nouveau système démocratique. À côté des autorités locales, des conseils et des comités nationaux se formèrent à Bakou et à Elisavetpol (aujourd’hui Gandja), ainsi que dans bien d’autres villes russes. Dans la deuxième moitié du mois de mars, on créa un Conseil national arménien : parmi ses cinquante membres, dix-sept étaient des représentants du parti Dashnaktsyutun41. Celui-ci eut un impact important sur la communauté arménienne : il publiait le journal Arev et possédait des représentants au gouvernement provisoire et au soviet des députés ouvriers de Bakou.

51Le 21 mars fut créé le Conseil national juif, composé de plusieurs membres du Bund, de la jeunesse juive et de la communauté juive.

  • 42 Ibid., 24 mars 1917.

52En mars 1922, des Ukrainiens se réunirent et décidèrent de former un groupe national appelé la « Gromada ukrainienne de Bakou ». La disposition principale concernait la structure de l’Ukraine et l’établissement des principes à suivre pour favoriser le meilleur développement national, culturel et politique du pays. Il fut également décidé que le groupe harmoniserait ses activités avec la Rada centrale d’Ukraine42.

  • 43 « Baku », 29 mars 1917.

53En mars 1926 se tint à Balakhani une réunion d’ouvriers tatars de Kazan, qui décidèrent de créer une organisation spéciale dont la mission serait de diffuser auprès du prolétariat tatar les idéaux démocratiques en vue des élections à l’Assemblée constituante43.

  • 44 I. S. Baghirova, ibid., p. 317.

54Les conseils et organisations créés à cette époque se caractérisent tous par une même loyauté envers les nouvelles autorités, leurs revendications se limitant à quelques principes fondamentaux d’autonomie culturelle et nationale. Le Comité des organisations non gouvernementales musulmanes, qui réunissait des personnalités azerbaïdjanaises44, joua un rôle important dans la société locale en tant qu’une des premières institutions du gouvernement national créé en mars.

55Le gouvernement de la République démocratique d’Azerbaïdjan, formé en 1918 et renversé par les troupes soviétiques en 1920, continua de mener une politique de tolérance et de soutien inconditionnel à toutes les cultures et à toutes les ethnies. Ainsi, par exemple, en dépit des événements sanglants de mars 1918, quand les bolcheviques massacrèrent près de 10 000 Azerbaïdjanais à Bakou avec le soutien de la Dachnak (Fédération révolutionnaire arménienne), toutes les nationalités vivant en Azerbaïdjan, y compris les Arméniens, étaient représentées au parlement réuni en décembre 1918.

56Le roman de Kurban Saïd, Ali et Nino, qui relate les événements tragiques de la période et symbolise les échanges réciproques entre Orient et Occident, représente un phénomène culturel exceptionnel. En 1937, ce roman, qui retrace l’histoire de Bakou au début du siècle, fut publié en allemand en Autriche. Situé au Caucase et en Iran, il raconte une histoire d’amour entre deux jeunes gens : Ali Khan Shirvanshir, Azerbaïdjanais et musulman, et Nino Kipiani, Géorgienne et chrétienne. Le roman décrit en détails la vie des différentes nationalités à Bakou sur fond historique : la Première Guerre mondiale, la guerre civile et les événements de mars 1918, l’arrivée de l’armée britannique, la création de la République démocratique d’Azerbaïdjan, l’occupation de Bakou par les bolchéviques et l’élimination des centres de résistance nationale.

  • 45 Č. Gusejnov, Kto že avtor « Ali i Nin ? Roman o nacii « Bakincev polon tajn i zagadkov », in « Eho  (...)
  • 46 L. Ehrenfels, « Ali & Nino »// « Azerbaijan International », 2004, p. 10, p. 14-15 ; A. Nariskaja, (...)

57Le destin de l’auteur de ce roman qui connut plus de cent rééditions et fut traduit en trente-trois langues est encore plus intéressant. Sa véritable identité est encore un mystère, Kurban Saïd n’étant qu’un pseudonyme. Pour de nombreux chercheurs, il s’agirait de l’écrivain azerbaïdjanais et homme politique Yusif Vazir Chamanzaminli, dont la vie correspond étrangement à celle du personnage principal du roman. D’autres avancent le nom de Lev Nussimbaum, un écrivain allemand d’origine juive, fils d’un magnat du pétrole de Bakou45. Enfin, d’autres attribuent la paternité de cette œuvre à la baronne E. Erenfelds Bodmerskhof, à laquelle on trouve associé le pseudonyme de Kurban Saïd dans un catalogue d’éditeur allemand datant de 1935-193946.

58Le roman prend notamment pour thème la confrontation et l’interaction, dans le Caucase, entre l’Occident et l’Orient, l’Asie et l’Europe, l’islam et la chrétienté, autant de cultures à la fois différentes et semblables.

***

59Tous les événements et catastrophes du début du XXe siècle contribuèrent à façonner l’image multiethnique et cosmopolite de Bakou. La révolution industrielle et le boom pétrolier transformèrent la petite ville provinciale en une métropole diversifiée. Cette évolution était en grande partie liée à l’influence réciproque des cultures musulmane et chrétienne, qui participèrent à l’essor de Bakou et l’auront fait accéder à une place de choix parmi les villes les plus développées et les plus prospères tout au long des transformations politiques et socio-culturelles du XXe et du début du XXIe siècle.

60(Traduit de l’anglais par Camille Joseph)

Notes

1 E-M. Auh, « Meždu prisposobleniem i samoutverždeniem. Rannij ètap poiskov nacional’noj identičnosti v srede mysul’manskoj intelligencii i voznikovenie novogo obščestva na jugo-vostočnom Kavkaze (1875-1905 », in Azerbajdžan i Rossija : obščestvo i gosudarstva. Otv. Red. I sost. D. E. Furman. Moskva, Letnij sad 2001, p. 51.

2 G. Gubajdullin, « K voprosy ob ideologii Gasprinskogo », in Gasyrlar avazy (Èho vekov), Naučno dokumental’nyj žurnal ¾, 1998, p. 7.

3 S. Lur’e, « Ot drevnego Rima do Rossii XX Veka : preemstvennost’ imperskoj politiki », in Obščesrvennye nauki i sovremennost’ 4, 1997, p. 131.

4 I.P. Petruševskij, « Sistema russkogo kolonial’nogo upravlenija v Azerbajdžane v perv. Polovine XIX veka », in Kolonial’naja politika rossijskogo carizma v Azerbajdžane v 20-60-x godah XIX veka, Moskva-Leningrad, Izd-vo AN SSSR, 1936, č 1, p. 23

5 « Iz zpisok barona Korfa », in Russkaja starina 1900, Janvar’, T. 101, p. 43.

6 . S. Èsadze, Istoričeskaja zapiska ob upravlenii Kavkazom. Tiflis, 1907, t. 1, p. 80-81.

7 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, Izd 2e Sankt-Peterburg, 1847, t. XXIV, Otd 1 no 23307

8 K. Odžagova, Gorodskoe samoupravlenie Baku v konce XIX- načale XXvv, Baku, 2003, p. 26.

9 GIAAR (Archives nationales de la république d’Azerbaïdjan), F. 50, L. 1, R. 4, p. 41.

10 Monopolističeskij kapital v neftjanoj promyščlennosti Rossii. 1882-1914. Dokumenty i materialy. Moskva-Leningrad, 1961, p. 689.

11 M. Ju Mir-Babaev, « Transkavkazskij truboprovod i brat’ja Rotšil’d », Azerbajdžanskoe neftjanoe hozjajstvo, 2007, no 11-12, p. 68.

12 Il est intéressant de noter que l’ingénieur en chef de la compagnie Rothschild était David Landau, père du futur prix Nobel Lev Landau, et que l’un des directeurs de la compagnie n’était autre que le célèbre chimiste Adolf Gukhman, membre de la Société technique impériale de Russie. F. Sadıqlı, « Azərbaycan hələ XIX əsrin sonunda neft ixrac edən ölkə kimi tanınırdı », Azərbaycan, 2013.-17. sentyabr.

13 V. A. Pritula, Transport nefti i gaza, Moskva, Gostehizdat, 1848, p. 72.

14 M. D. Ibragimov, Neftjanaja promyšlennost’ Azerbajdžana v period imperializma, Baku, Elm, 1984, p. 103

15 Ibid., p. 16-17.

16 Ibid., p. 68.

17 S. M. Sadyhzade, Proniknovenie anglijskogo kapitala v neftianuju promyšlennost’ Azerbajdžana (1896-1914 gg), Avtoreferat diss., d’Azeris kand. Ist. Nauk. Baku, 1967, p. 31

18 Izvestija Bakinskoj gorodskoj Dumy, 1915, no 5-6, p. 7.

19 L. S. Bretanickij, Baku v krepostnyh stenah, Moskva-Leningrad, 1976, p. 93 et 95.

20 V. V. Pokšiševskij, Polojenie bakinskogo proletariata nakanune revolucii 1917 gg, Baku, 1927, p. 8.

21 G. I. Rovtovcev, Bloeznennost’naselenija bakinskih neftjanyh promyslov (po dan-nym obrašaemosti naselenija v lečebnicy v 1908 i 1910 gg., Baku, Tipografija « Truenik » A. A. Kuindži, 1912, p. 16.

22 G. Tomson, Bakinskie Vospominanija 1914-1917 gg, Baku, « QNT Nəşriyyatı », 2013, p. 20.

23 A. I. Junickij, Istorija cerkvej i prohodov Bakinskoj gubernii, 1906, p. 15 http://baku.eparhia.ru/church/cathedral/

24 . Les millionnaires de Bakou, qui avaient fréquenté toutes les stations touristiques d’Europe, décidèrent de créer chez eux des lieux de villégiature. Le village de Mardakian était tout indiqué et, très vite, de nombreux entrepreneurs y établirent leur résidence. L’un des édifices les plus intéressants est la villa Taghiyev, conçue par Goslavsky en 1893-1895.

25 Š Fatullaev-Figarov Juzef Goslavskij//http://www.polonia-baku.org/ru/goslawski.phtml

26 Son propriétaire connut un destin tragique. Quand Bakou fut envahie par les bolchéviques en 1920, Mukhtarov prit lui-même les armes contre les soldats de l’Armée rouge. Mais le palais tomba entre leurs mains, et il se suicida.

27 Š. Fatullaev-Figarov Josef Ploško, http://www.polonia-baku.org/ru/ploszko.phtml

28 F. Handžanbekova, Bakinskie šedevry rukami pol’skih arhitektorov http://www.1news.az/society/20121223034936267.html

29 http://www.ourbaku.com/index.

30 M. D. Nikitin, « Orientalizm » è Saida, teorija kolonial’nogo diskursa i vzaimodejstvie Vostoka i Zapada : k vyrabotke novogo ponimanija problemy. Saratov State University : https://www.sgu.ru/archive/old.sgu.ru/files/nodes/9877/14.pdf

31 G. Zapletin, Širin-Zade, Russkie v istorii Azerbajdžana, Baku, 2008, p. 156.

32 Meline Toumani, « For the love of Layla », The New York Times, 27 février 2009.

33 È. Abasova, K. Kasimov, Uzeir Gadžibekov – muzykant-publicist – Isskustvo Azerbajdžana, Baku, 1968, t. XII, p. 17.

34 « Сelebration of anniversaries with which UNESCO is associated in 2008- 2009 », Sector for External Relations and Cooperation (ERC), Paris, 2008. [http://old.unesco.kz/publications/clt/Anniversaries_2008-9.pdf]

35 . A. A. Alieva, Azerbajdžanskij teatr za 100 let. Azerb. Gos. Izd-vo, 1974, p. 35..

36 . A. Benningsen, Pečat’i nacional’noe dviženie russkih musul’man do 1920 goda, traduit du français par S. M. Poljakov, Bakou 1971, p. 7, p. 49-50, p. 58.

37 Zakavkaz’e, 10 avril 1907, et 16 septembre.1908.

38 S. A. Vengerov, « German Vil’gel’movič Abih », Kritiko biografičeskij slovar’russkih pisatelej i učennyh (ot načala russkoj obrazovannosti do naščih dnej). — Sankt Peterburg, Semenovskaja Tipo-Litografija (I. Efrona), 1889, p. 8-11 ; È. H. Lenc, Russkij biografičeskij slovar’ A. A. Polovceva, Sankt Peterburg, 1896-1913, p. 192-194.

39 I. S. Bagirov, Političeskie partii i organizacii Azerbajdžana v načale XX veka. Baku, Èlm, 1997, p. 287.

40 Kaspij, 21 janvier et 8 septembrev1906.

41 Ibid., 18 mars 1917.

42 Ibid., 24 mars 1917.

43 « Baku », 29 mars 1917.

44 I. S. Baghirova, ibid., p. 317.

45 Č. Gusejnov, Kto že avtor « Ali i Nin ? Roman o nacii « Bakincev polon tajn i zagadkov », in « Eho », 2004, 9 octobre, no 196.

46 L. Ehrenfels, « Ali & Nino »// « Azerbaijan International », 2004, p. 10, p. 14-15 ; A. Nariskaja, Roman odnogo neizvestnogo, in Kommersant no 43 (89), 2008, 07, 11.

Table des illustrations

Légende ILL. 1. Tours de forage appartenant à la famille Nobel à Bakou © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende ILL. 2. Raffinerie des frères Nobel à Bakou © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende ILL. 3. Cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski © Musée national d’histoire de l’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende ILL. 4. L’École musulmane pour femmes © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende ILL. 5. L’Ismaïlia © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende ILL. 6. Le palais Mukhtarov. Collection privée Irada Baghirova.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende ILL. 7. Le théâtre Taghiyev © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende ILL. 8. Première affiche de Leyli et Majnun, dans le quotidien Kaspiy, no 9, 14 janvier1908.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende ILL. 9. La troupe de théâtre des frères Hajibeyov © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende ILL. 10. Le théâtre Phénomène (aujourd’hui Théâtre de marionnettes) © Archives filmiques et photographiques, Administration générale des archives de la république d’Azerbaïdjan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende ILL. 11. Famille allemande à Elenendorf, 1910. DR.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende ILL. 12. Synagogue à Bakou. DR.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3372/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Docteur en sciences historiques, Institut d’histoire A. A. Bakikhanov, Académie des sciences d’Azerbaïdjan.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search