Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Troisième partie. Mosaïque des métropoles et des paysages

13. La Géorgie entre la France, la Russie et la Perse, vue par les diplomates français

Irina Natchkebia

Texte intégral

Les renseignements des diplomates français sur la Géorgie

1Après de longues négociations qui prirent la tournure d’un bras de fer entre les deux pays, un traité d’alliance fut conclu le 4 mai 1807 entre la France d’un côté, représentée par le secrétaire d’État Hugues-Bernard Maret, et la Perse de l’autre, représentée par le plénipotentiaire Mirza Mohammad Reza Khan Qazvini, au camp impérial de Finkenstein en Prusse orientale. Le document se composait d’un préambule et de seize articles. Les articles 3 et 4 traitaient de la question de la Géorgie orientale.

2De quelles informations disposait l’empereur des Français concernant la Géorgie, qu’il avait promise au shah ?

3Avant 1805, date à laquelle Napoléon envoya des émissaires français en Perse, la Géorgie ne faisait pas partie de la sphère des intérêts politiques français, mais le gouvernement disposait déjà d’un certain nombre de renseignements à son sujet. Nous avons retrouvé des documents datés de 1795-1796 à 1804 dans les archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères français, rédigés par Jean-François Rousseau, consul général de France à Bassora, Guillaume-Antoine Olivier, envoyé par le Directoire auprès d’Agha Mohammad Khan en 1796, et Pascal Fourcade, consul français à Sinop.

  • 1 Tiflis a toujours suscité l’intérêt des descendants d’Agha Muhammad Khan. L’unique illustration de (...)
  • 2 Archives du ministère des Affaires étrangères, mémoires et documents, Perse, vol. 2, doc. 29, fol. (...)

4On apprend dans ces documents que les Français voyaient la Géorgie comme « un beau pays sauvage » sous domination russe, dirigé par la Perse jusqu’en 1783 et encore fortement influencé par cet empire. Furieux d’apprendre que Héraclius II et ses descendants avaient reconnu le pouvoir suprême de la Russie, le shah de Perse Agha Mohammad Khan avait en 1795 ravagé la capitale de la Géorgie, Tiflis (Tbilissi). Ses soldats commirent des actes d’une cruauté et d’une barbarie sans limites1. Les Russes n’avaient pas pris part à cette guerre, continuant plutôt à commercer, via la mer Caspienne, d’Astrakhan vers Rasht, Derbent et Bakou. La politique russe à cette occasion fut considérée comme cruelle, la Russie ayant laissé Agha Mohammad Khan piller et dévaster la Géorgie afin de conquérir plus tard cette région grâce à ses propres forces armées et l’annexer de façon permanente au territoire russe. Cette impression fut renforcée par la fuite en Perse du prince Alexandre, provoquée par l’incorporation du royaume de Kartli-Kakhétie à l’Empire russe à la mort de Héraclius II en 1798. Il est intéressant de noter que les rapports de Fourcade, Rousseau et Olivier soulignent tous l’aspiration de la Russie, à partir de 1783, à s’établir sur les territoires s’étendant du port de Trabzon, situé sur la mer Noire, dans l’Empire ottoman, au port de Gorgan, sur la mer Caspienne, en Perse, en raison de leur position avantageuse sur les plans militaire et commercial2.

  • 3 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 27, fol. 58v, 59v-60v.
  • 4 AMAE, CP/Perse, vol. 8 doc. 133, fol. 334r-334v ; AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 5-7, 15.

5La lettre d’Alexandre Romieu et les rapports d’Amédée Jaubert confirment cette information. Romieu exprime sa surprise devant la faiblesse de l’armée persane. Il insiste sur le fait que l’armée russe, bien que n’ayant guère plus de 10 000 ou 12 000 soldats en Géorgie, avait résisté avec succès à l’armée persane constituée de 40 000 à 80 000 hommes3. D’après les informations de Jaubert, la Russie conservait les territoires qu’elle occupait entre l’Araxe et la Koura. En hiver, l’armée russe stationnait à Tiflis. Les Géorgiens étaient extrêmement mécontents de la domination russe ; les Russes, en raison de la « dissolution de mœurs » et du « honteux libertinage » de leur armée, avaient perdu la sympathie d’une grande partie de la population géorgienne4.

  • 5 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 41, fol. 83r-83v.
  • 6 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 19, fol. 167r-168r.
  • 7 AMAE, CP/Perse, vol. 8, doc. 165, fol. 399r.

6Le manuscrit du Tableau Général de la Perse moderne écrit à la demande de Napoléon par Joseph Rousseau (fils de Jean-François Rousseau, commissaire des relations commerciales de France à Bagdad) se trouvait déjà entre les mains de Talleyrand en août 18065. Dans ce document, Rousseau décrit les frontières de la Géorgie, son climat, son territoire fertile et sa population. Il évoque l’invasion d’Agha Mohammad Khan et conclut la sous-partie consacrée à la Géorgie par ces mots : « Les Géorgiens commencent à se désabuser de l’idée qu’ils s’étaient formée d’abord de la modération du gouvernement russe. Ils se plaignent déjà de leur dureté, et attendent impatiemment l’occasion de secouer un joug, non moins pénible que celui des Persans, qu’ils se sont imposé eux-mêmes6. » Le fait d’avoir placé dans la même sous-partie la Géorgie et le royaume de Kandahar et du Zaboulistan, qui tenait une place stratégique dans l’itinéraire de l’expédition vers l’Inde7, souligne à nouveau l’importance géopolitique de la Géorgie occidentale, désormais rattachée à la Russie.

  • 8 Paul Gaffarel, La politique coloniale en France de 1789 à 1830, Paris, Félix Alcan, 1908, p. 391.
  • 9 Guillaume-Antoine Olivier, Voyage dans l’Empire Othoman, l’Égypte et la Perse, fait par ordre du Go (...)

7Le troisième volume du Voyage dans l’Empire Ottoman, l’Égypte et la Perse de G.-A. Olivier, que Napoléon réclamait avec insistance8, fut disponible en 1807, au moment de la signature du traité de Finkenstein. Le chapitre XX aborde les relations entre la Perse et la Géorgie. Olivier écrit qu’après la conquête des provinces méridionales de cette dernière, Agha Mohammad Khan « ne pouvait sans se déshonorer et sans se rendre indigne de la couronne qu’il avait usurpée, renoncer aux droits que la Perse avait sur la Géorgie ». Cette remarque d’Olivier révèle l’importance pour la nouvelle dynastie Qadjar de l’intégration de la Géorgie à la Perse, d’un point de vue tant moral que politique. L’auteur français appelle le royaume de Kartli-Kakhétie « la Géorgie de la Perse9 » ce qui renforça aux yeux des Européens l’idée que la Géorgie appartenait à la Perse et lui avait été arrachée de force par la Russie.

La Géorgie dans la presse française

  • 10 Le Moniteur, 1807, 13 janvier ; 27 janvier ; 22 février ; 23 mars ; 2 avril ; 19 avril ; 19 avril ; (...)
  • 11 Journal de l’Empire, 1807, vendredi 10/03 ; samedi 18/03 ; samedi 6/04.

8En réponse aux missions envoyées en Perse par Napoléon, l’ambassadeur de Fath Ali Chah, Mirza Mohammad Reza Khan Qazvini, arriva à Varsovie en mars 1807 ; Napoléon décida alors de conclure une alliance avec la Perse. Les journaux français avaient commencé dès janvier 1807 à publier des séries d’articles sur la Perse, qu’ils présentaient sous un jour extrêmement favorable et comme un allié potentiel de la France10. Trois numéros du Journal de l’Empire parus en mars et en avril traitèrent également de la Géorgie, ce qui n’est pas anodin. Dans ces longs articles, le célèbre savant Conrad Malte-Brun offrait aux lecteurs une présentation assez complète de l’histoire, de la religion, de la culture et de la civilisation géorgiennes. Ces nombreuses parutions, qui servaient les intérêts du gouvernement, n’étaient probablement pas dues au hasard. Dans l’introduction de sa première lettre, datée du 10 mars 1807, Malte-Brun précise que des communications officielles du gouvernement français mentionnent l’expansion de la Russie en direction du Caucase. Attirer l’attention sur cette région était une façon de présenter la Géorgie comme une province russe récemment conquise et de montrer les peuples rebelles du Caucase encerclés de toutes parts par « les armées moscovites ». La Perse et la Turquie asiatique n’avaient donc plus de frontière naturelle avec la Géorgie. Malte-Brun présente la Géorgie comme un superbe pays sous domination russe, susceptible d’intéresser « le géographe, le naturaliste, l’historien et le littérateur » en raison de ses nombreux objets d’intérêt : « Une nature grande et singulière, des peuples antiques, des langues peu connues. Enfin, une vaste carrière à des recherches savantes. » L’auteur conclut sur des informations d’ordre général au sujet du Caucase11.

  • 12 Jean Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, Fayard, 1995, p. 35.

9Ainsi, la presse française s’employa à présenter la Perse, allié potentiel de la France, sous un jour extrêmement positif, tout en publiant plusieurs articles conséquents sur la Géorgie, méconnue en Europe. Ces textes contribuèrent à l’établissement d’un lien, dans l’esprit des Français, entre, d’une part, la Géorgie et, d’autre part, non seulement la Perse, l’Empire ottoman et la Russie, mais aussi l’Inde. Le fait que Malte-Brun en ait été l’auteur laisse à penser que la parution de ces nombreux articles sur la Géorgie peu de temps avant la conclusion du traité franco-persan a servi les intérêts du gouvernement français. C’est un bon exemple de l’influence de la propagande sur l’opinion publique ; Napoléon en était parfaitement conscient, et n’hésitait pas si nécessaire à employer cette arme puissante12. Mais l’empereur des Français devait être persuadé de sa propre invincibilité pour ne pas craindre de provoquer la colère de l’Angleterre ou de la Russie en publiant de telles informations.

La question de la Géorgie dans le projet de traité et dans le traité franco-persan

  • 13 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 94, fol. 161r-163v.
  • 14 AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 5.

10Avant l’élaboration du texte final du traité de Finkenstein à Varsovie en avril 1807 (le jour exact n’est pas mentionné), le gouvernement français proposa le Projet du Traité entre S. M. l’Empereur des Français, Roi d’Italie et S.M. l’Empereur de Perse, daté lui aussi d’avril 1807. Ce projet comportait déjà 16 articles, et le troisième et le quatrième concernaient déjà la Géorgie : « Article 3. Dans le cas où les armées persanes reprendraient sur les Russes la Géorgie et se rendraient maîtresses de Tiflis, S.M. l’Empereur des Français, roi d’Italie, s’engage à employer ses bons offices, pour que dans ce traité à intervenir la souveraineté pleine et entière de cette province soit assurée à S. M. l’Empereur de Perse. Article 4. Dans ce même cas S. M. l’Empereur de Perse consent à envoyer annuellement à S. M. l’Empereur des Français le nombre de mameloucks géorgiens nécessaires pour tenir au compte le corps de mameloucks attaché à sa garde13. » En mentionnant Tiflis dans l’article 3, les auteurs du projet de traité ont probablement pris en compte le fait que la ville avait été ravagée par Agha Mohammad Khan ; pour les Français, c’était une ville dévastée qui serait facile à conquérir. Mais l’on peut penser que Napoléon, au moment de l’élaboration du traité définitif, a pris en considération le fait mentionné par Amédée Jaubert que l’armée russe, dans le cadre de la guerre russo-persane (1804-1813), prenait ses quartiers d’hiver à Tiflis14, qui serait donc correctement défendue.

  • 15 Pierre-Amédée Jaubert, Voyage en Arménie et en Perse, fait dans les années 1805-1806, Paris, Pélici (...)
  • 16 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 19, fol. 98v-99r.

11L’article 4 du projet montre que Napoléon tenait à disposer de soldats géorgiens appelés « mamelouks » dans sa garde personnelle. Il semble que Bonaparte ait été convaincu dès la campagne d’Égypte de la valeur militaire de ces mamelouks, achetés dans le Caucase — notamment en Géorgie — et qu’il qualifia d’« esclaves ». Jaubert, qui avait accompagné Napoléon en Égypte, décrit les mamelouks comme des guerriers célèbres pour leur courage15, et Joseph Rousseau insiste sur le fait que les Perses appréciaient la bravoure et la fidélité des Géorgiens16. Ainsi, l’opinion de Napoléon selon laquelle les soldats géorgiens feraient en Inde de bien meilleurs combattants que les soldats européens n’était pas sans fondement.

12Le traité franco-persan prévoyait « paix, amitié et alliance » entre la France et la Perse (art. 1). Napoléon garantissait au shah « l’intégrité de son territoire actuel » (art. 2), reconnaissait la Géorgie « comme appartenant légitimement » au shah (art. 3) et s’engageait lui-même à « contraindre la Russie à l’évacuation de la Géorgie et du territoire persan » (art. 4). Par conséquent, les articles 3 et 4 définitifs visaient encore la Géorgie.

  • 17 « Article 3 : S. M. l’Empereur des Français, roi d’Italie, reconnaît la Géorgie comme appartenant l (...)

13L’article 2 du traité ne définit que de vagues obligations vis-à-vis de la Perse. Napoléon garantit au shah l’inviolabilité de son territoire, ce qui sous-entend logiquement le territoire tel qu’il était au moment de l’élaboration du traité, sans les acquisitions postérieures. Le territoire de la Géorgie n’est pas précisément défini dans le traité, car il n’existait aucune carte ni aucun document déterminant les frontières entre la Perse et la Géorgie. Les Persans ont très probablement entendu par « Géorgie » le royaume de Kartli-Kakhétie, c’est-à-dire la Géorgie orientale qui, depuis 1801, faisait partie de la Russie. Les articles 3 et 4 du traité17, destinés à appâter la Perse, entraient dans une stratégie à long terme de la part de la France ; quant à l’article 2, il donnait à la France la possibilité d’agir en accord avec ses propres intérêts selon la direction prise par les événements politiques à l’échelle internationale, et tout se passa exactement comme la France l’avait prévu.

  • 18 AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 8, p. 21-24.
  • 19 AMAE, CP/Perse, vol. 8, doc. 64, fol. 182r-189v.
  • 20 Jaubert, Voyage, p. 163, p. 225.
  • 21 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 97, fol. 166r-167v.

14Napoléon semble avoir élaboré les articles 3 et 4 du traité sans prendre en considération les projets de la Russie en Transcaucasie (Caucase du Sud) et dans le bassin caspien, tels que les avaient rapportés les émissaires français. Apparemment, il était si pressé d’intervenir en Inde qu’il répondit en priorité au message de Fath Ali Chah que lui avait communiqué Jaubert, l’informant que si, après avoir chassé les Russes, Napoléon décidait de traverser la Perse avec son armée, le shah lui prouverait son amitié et sa loyauté en prenant part à l’expédition18. Il n’est pas anodin que l’unique opposant à Jean-François Rousseau (qui avait suggéré à Napoléon la stratégie à suivre pour chasser les Anglais de l’Inde19), l’adjudant-général Alexandre Romieu, était alors décédé ; le projet de campagne de l’Inde de J.-F. Rousseau était alors la priorité. Jaubert, émissaire de Napoléon, rapporta de Perse des informations qu’il avait lui-même recueillies ; il avait eu plusieurs entretiens avec deux soutiens de la France : le prince héritier Abbas Mirza, grand ennemi de la Russie, et le premier vizir de Fath Ali Chah, Mirza Chafi. Le principal sujet de leurs discussions avait été la guerre russo-persane. Les inquiétudes exprimées par Fath Ali Khan, le naib (« tenant lieu ») du beglarbegi (gouverneur-général) d’Azerbaïdjan, au cours d’une conversation avec Jaubert en mai 1806 sont caractéristiques de la position des hauts dignitaires persans vis-à-vis de la Géorgie : « Notre souverain actuel [Fath Ali Chah], en saisissant les rênes du gouvernement, a su tout réunir dans ses mains puissantes. Si l’on excepte la Géorgie, province qui depuis longtemps ne fait plus en réalité partie de l’empire, toute la Perse lui est soumise20. » L’empereur avait une entière confiance en Jaubert, qui avait déjà accompli pour lui de nombreuses missions diplomatiques dans diverses régions de l’Empire ottoman après son retour d’Égypte. C’est d’ailleurs au chevalier Jaubert que la copie du traité franco-persan fut confiée21.

15Ainsi, en mettant la question géorgienne au premier plan du traité d’alliance, Napoléon suggéra en perspective de résoudre le principal problème qui se posait à la Perse, à savoir libérer la Géorgie de la domination russe pour la rendre à l’Empire persan, et il fonda ses relations avec ce dernier sur cette promesse.

La question géorgienne dans les négociations diplomatiques du général Gardane (1807-1809)

  • 22 AMAE, Protocoles, Copie des instructions pour M. le général Gardane, camp impérial de Finkenstein, (...)

16Quelques jours après la conclusion du traité de Finkenstein, le 10 mai 1807, Napoléon remit au général Gardane des instructions précises sur sa mission en Perse. Gardane fut chargé d’obtenir des informations détaillées au sujet de la Perse et des itinéraires vers l’Inde, d’organiser une vigoureuse diversion à la frontière russe au moment opportun, et de fournir à la Perse une occasion de récupérer les provinces géorgiennes que leur avaient enlevées les Russes « par leurs armes, par leurs intrigues », que les Russes « [s’étaient] fait céder par le dernier prince de ce pays [la Géorgie] ». La Perse était considérée à la fois comme un ennemi de la Russie et comme le moyen de lancer une expédition vers l’Inde22.

  • 23 Albert Vandal, Napoléon et Alexandre Ier, l’alliance russe sous le Premier Empire, De Tilsit à Erfu (...)
  • 24 Archives Nationales, France, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 22.

17Et pourtant, le 7 juillet 1807, soit 65 jours après la conclusion du traité de Finkenstein entre la France et la Perse, un traité de paix fut signé à Tilsit23 entre Napoléon et le tsar Alexandre Ier. Le document, qui ne comportait aucune mention de la Perse, annulait le traité franco-persan. Napoléon avait donc ignoré la volonté de Fath Ali Chah : « Je lui demanderai [à Napoléon] de former une alliance conforme à nos intérêts, avec pour condition qu’aucune négociation de paix entre le roi de Perse et la Russie n’aura lieu sans que l’Empereur des Français y participe. En contrepartie, Napoléon ne négociera pas avec l’État russe sans prendre en considération les intérêts de la Perse24. »

  • 25 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 2, fol. 50v.

18Malgré la conclusion de ces deux traités contradictoires, la mission française arriva à Téhéran le 4 décembre 1807. Les instructions concernant l’expédition vers l’Inde restaient inchangées, mais le général Gardane était désormais chargé de régler la paix entre la Russie et la Perse25. L’échange suivant eut lieu le 20 février 1808 au cours des négociations entre le ministre plénipotentiaire français et le premier vizir Mirza Chafi. À la question du général : « Que sait Sa Majesté de la sympathie que lui portent les Géorgiens ? », le vizir répondit : « Comme un grand nombre des enfants du roi Héraclius II et la plupart des nobles géorgiens se trouvent à la cour d’Abbas Mirza, nombreuses sont les familles qui ont rejoint notre camp, mais la majorité de la population se range du côté de la Russie, uniquement en raison de la religion, qu’ils ont en commun avec les Russes. » Mirza Chafi exagère le nombre des fils de Héraclius présents à la cour du prince héritier, car seuls les princes Alexandre et Teimouraz s’y trouvaient ; mais le vizir ne cache pas la raison principale qui poussait les Géorgiens de l’Est à prendre le parti de la Russie, à savoir la religion. En réponse à la question suivante du général français : « Quel était le dessein de Sa Majesté Fath Ali Chah lorsqu’il confia ses intérêts à Sa Majesté Impériale l’empereur Napoléon ? », Mirza Chafi déclara : « Notre souverain ayant remis son destin entre les mains de son frère l’empereur Napoléon, notre vœu le plus cher est que la Géorgie, le Daghestan et Erevan reviennent à la Perse de la façon la plus satisfaisante possible, et d’empêcher que les Russes ne nous accablent de réparations à leur verser suite à la guerre menée contre eux. Nous refusons d’être traités ainsi. Nous avons toute confiance en la justice, la sincérité et l’obligeance de notre frère. » La réponse du premier vizir du shah confirme que le principal intérêt que trouvaient les Perses à l’alliance avec la France était la possibilité de récupérer la Géorgie et les territoires conquis par la Russie pendant la guerre, et non la perspective de participer à l’expédition vers l’Inde.

  • 26 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 25, fol. 177r-178r.
  • 27 James Morier, A Journey Through Persia, Armenia, and Asia Minor, to Constantinople, in the Years 18 (...)

19Au cours des mêmes négociations, il fut question de l’adoption par l’armée persane d’un système militaire européen — français, plus exactement ; le vizir objecta l’exemple du sultan ottoman Selim III qui, ayant fait adopter le système militaire européen à son armée, s’était vu détrôner par ses propres soldats, révoltés contre les innovations qui leur étaient imposées. Les Persans se montraient donc très prudents. Fath Ali Chah prit la décision de ne faire appliquer cette réforme qu’en Azerbaïdjan dans un premier temps, par Abbas Mirza, dans l’idée que « lorsque les Persans seraient convaincus du bénéfice apporté par cette réforme et habitués à ce nouveau commandement », le shah l’appliquerait à tout l’empire26. L’exemple ottoman n’était pas l’unique cause de la prudence de Fath Ali Chah. D’après les informations obtenues par James Morier, secrétaire à l’ambassade d’Angleterre en Perse de 1807 à 1811, « les Français à l’époque étaient impatients de se rendre à Chiraz afin d’entraîner les troupes nouvellement levées ; mais le roi, qui les avait déjà empêchés lors d’une occasion précédente d’envoyer un résident à Buchehr de peur qu’il ne découvre qu’il y avait toujours un comptoir anglais en Perse, les empêcha cette fois-ci d’avancer vers Chiraz, de peur que les Anglais ne découvrent l’arrivée de leurs concurrents27 ». Ainsi, Fath Ali Chah n’attendait pas seulement que les Persans s’habituent au style européen pour « appliquer ces réformes » ; il cherchait aussi à éviter de contrarier ses voisins du sud, les dirigeants de la Compagnie britannique des Indes orientales. En décidant de limiter l’application des nouvelles règles militaires à l’Azerbaïdjan, le shah fit preuve de pragmatisme. Il espérait libérer les territoires occupés par la Russie et « reprendre le contrôle » de la Géorgie.

  • 28 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 25, fol. 245v-246r.
  • 29 Édouard Driault, La politique orientale de Napoléon – Les missions de Sébastiani et de Gardane, 180 (...)
  • 30 Alfred de Gardane, Mission du général Gardane en Perse sous le Premier Empire, Paris, librairie de (...)

20Grâce au traité de Tilsit, les Russes se retrouvèrent libres d’agir comme ils l’entendaient vis-à-vis de la Perse. En mai 1808, le maréchal Goudovitch demanda à la cour de Téhéran de reconnaître les territoires déjà occupés par la Russie et proposa en échange un armistice d’un an. Le shah rejeta catégoriquement cette proposition, tandis que le gouvernement français refusait d’orienter les négociations de paix avec la Russie dans une direction favorable à la Perse28. La position de la France est exposée très clairement dans la lettre envoyée par le ministre Champagny à Gardane en juin 1808. Le ministre y soulignait le fait que le traité de Finkenstein « ne faisait que confirmer l’intégrité territoriale de la Perse telle qu’elle était alors », et que puisqu’ils « avaient déjà perdu la Géorgie, la France ne pouvait pas après avoir signé le traité de Tilsit intercéder en faveur de la restitution des territoires occupés par les Russes29. » Le général Gardane avertit Champagny que la Perse n’engagerait aucune action contre l’Inde tant que rien ne serait fait pour régler son différend avec la Russie30.

  • 31 Dumas, Un fourrier de Napoléon vers l’Inde, p. 62-63.
  • 32 Les territoires que la Russie disputait à la Perse étaient en réalité des principautés semi-indépen (...)
  • 33 Gardane, Mission, p. 182-184, 186-187, 192-194.

21Le peu de cas fait par la France de la question russo-persane rendait délicate la position du ministre plénipotentiaire français. Le 20 août 1808, au cours d’une audience, le shah exigea du général Gardane que Napoléon adopte une position claire quant à son intention de chasser les Russes de Géorgie31. Le 26 août, Gardane écrivit donc à Champagny que « tant que le territoire persan serait à la merci de la Russie, le chah ne ferait rien contre l’Hindoustan, et qu’il n’agirait en aucune façon tant que la Géorgie serait entre les mains de la Russie ». Aux yeux des Persans, la Russie bafouait l’intégrité de leur territoire en établissant ses frontières aux environs de la Koura, de l’Araxe et de l’Akhourian, malgré la garantie par Napoléon de l’intégrité territoriale de leur pays dans l’article 2 du traité franco-persan32. Par ailleurs, le shah exigeait l’exécution des articles 3 et 4, le départ des Russes de Géorgie et la restitution « sans un coup de feu » des territoires occupés33. Le général Gardane se trouvait confronté à une situation extrêmement compliquée à gérer.

  • 34 Erevan était la capitale politique du khanat d’Erevan, que gouvernait une branche locale de la dyna (...)
  • 35 Mohammad Ali Mirza Dolatshah (1789-1821), gouverneur des régions montagneuses du Kurdistan, du Khou (...)
  • 36 Actes, vol. III, doc. 836, p. 464-465 ; doc. 849, p. 475-476.
  • 37 Journal de l’Empire, 1808, lundi 07/10 ; lundi 10/10 ; mardi 11/10 ; mercredi 12/10 ; samedi 15/10  (...)

22Le 14 septembre 1808, le maréchal Goudovitch envoya un ultimatum à Abbas Mirza, en lui conseillant urgemment de ratifier le traité qu’il lui avait proposé et en l’avertissant que rien n’arrêtait un pays tel que la Russie. C’était exiger de la Perse qu’elle renonce définitivement à la Géorgie et qu’elle cède la forteresse d’Erevan ainsi qu’Etchmiadzine34. Si Abbas Mirza acceptait cette proposition, les liens commerciaux qui s’établiraient entre la Perse et la Russie seraient plus bénéfiques au prince qu’une guerre ; la Russie reconnaîtrait Bâbâ Khan (Fath Ali Chah) comme shah de Perse et Abbas Mirza comme héritier du trône. Goudovitch promit d’aider la Perse à conquérir Bagdad et les provinces de Bassora et Bayazed, et fit remarquer à son interlocuteur que cette offre lui rendrait un grand service étant donné que sa légitimité au trône de Perse était contestée par son frère aîné Mohammad Ali Mirza Dolatshah3536. Abbas Mirza refusa. Au même moment, à la fin du mois de septembre 1808, Napoléon négociait avec d’autres dirigeants européens contre l’Angleterre à Erfurt. En octobre 1808, le détail de cette entrevue fut publié dans le Journal de l’Empire, qui insista particulièrement sur les relations amicales qu’entretenaient la France et la Russie37.

  • 38 . Gardane, Mission, p. 247 – 252.
  • 39 AMAE, CP/Perse, vol. 10, doc. 220, fol. 440r – 443v ; doc. 225, fol. 450r-452r.

23Par conséquent, le maréchal Goudovitch installa son camp près d’Erevan et lança les opérations militaires le 25 septembre. Suite au début du siège de la forteresse d’Erevan, les Anglais demandèrent au shah de recevoir l’émissaire britannique, sir Harford Jones Brydges, dans le but de nouer des relations avec l’Angleterre. L’émissaire promit l’assistance de son pays et la restitution des territoires occupés par les Russes, y compris la Géorgie38. En cas d’échec, ils s’engageaient à soutenir les prétentions de la dynastie Zand au trône de Perse et de partir en guerre contre Fath Ali Chah39.

  • 40 Gardane, Mission, p. 230-248.
  • 41 AMAE, CP/Perse, vol. 11, doc. 65, fol. 110r-112r.

24Le 23 novembre, Fath Ali Chah déclara n’avoir plus aucun doute sur l’existence de relations d’amitié entre la France et la Russie ; il rappela à Gardane le contenu du traité de Finkenstein, que le général en personne avait apporté à Téhéran au nom de la France et dont aucun point n’avait été respecté40. Le shah exigea de la France qu’elle lui envoie de nouvelles troupes pour libérer la Géorgie41.

  • 42 Actes, vol. III, doc. 895, p. 508-510.
  • 43 AMAE, CP/Perse, vol. 10, doc. 279, fol. 470r.

25Alors que le maréchal Goudovitch, qui ne parvenait pas à prendre la forteresse d’Erevan42, rendait l’action antirusse de Gardane responsable de son échec, Abbas Mirza se plaignait de ne pas recevoir d’aide du général, celui-ci n’ayant toujours pas reçu d’ordre de Napoléon allant dans ce sens43. Les deux camps accusaient donc le général Gardane, qui devait faire preuve d’une grande discrétion pour honorer deux traités contradictoires, tous deux conclus par Napoléon.

26Vu les circonstances, Fath Ali Chah décida de recevoir l’émissaire britannique, sir Hartford Jones Brydges. Gardane, qui se trouvait dans une position inconfortable à tous points de vue, se sentit insulté par cette décision et quitta Téhéran pour Tabriz le 13 février 1809.

  • 44 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 40, fol. 221r.
  • 45 AMAE, CP/Perse, vol. 14, doc. 289, fol. 294r-297r.
  • 46 James Morier écrit : « Lors d’un entretien avec Mirza Bozurk au cours duquel nous discutions de l’u (...)

27Le 12 mars 1809, l’Angleterre et la Perse conclurent un traité qui annulait tous ceux précédemment conclus par chacune des parties avec d’autres pays44. Sir Harford Jones Brydges engagea la Perse à relancer avec vigueur l’offensive contre la Russie, assurant au shah que les innombrables trésors de l’Inde permettraient à l’armée persane de reconquérir la Géorgie sans difficultés45. L’émissaire britannique employa donc la même stratégie que la France en faisant miroiter à la Perse la possibilité de reprendre la Géorgie à la Russie. Ainsi, pendant cette courte période de l’histoire, l’Inde — « le joyau de la Couronne britannique » — fut protégée d’une éventuelle expédition menée par Napoléon via la Perse grâce à la Géorgie orientale, l’ancien royaume de Kartli-Kakhétie qui appartenait alors à la Russie et fut qualifié d’« ornement » par Mirza Bozorg46, premier vizir d’Abbas Mirza.

  • 47 Le 17 août 1809, le général Gardane écrivit au ministre Champagny qu’il avait suivi les instruction (...)

28En avril 1817, le général Gardane prit la décision de quitter la Perse pour l’Europe, via Erevan et Tiflis, avec tous les membres de sa mission47. Le ville de Tiflis était alors un point de passage important entre la Perse et l’Europe — conséquence du traité franco-russe de Tilsit.

La Notice sur la Géorgie du lieutenant Trézel

  • 48 Camille Alphonse Trézel (1780-1860) fut général de division (1837), pair de France (1846) et minist (...)

29Dans les archives du ministère français de la Défense est conservé un manuscrit intitulé Notice sur la Géorgie, daté du 31 mai 1809 et signé du lieutenant Camille Alphonse Trézel48, aide de camp du général Gardane. Trézel décrit en détail le trajet de la mission française d’Erevan à Mozdok via Tiflis en mai 1809. Ce document fournit de nombreux renseignements sur le paysage, les routes, la population (densité, nationalités, religions, métiers), les petites communautés, l’agriculture, les forces armées russes et les relations qu’entretenaient les Russes avec les montagnards géorgiens et caucasiens.

30Le lieutenant Trézel dresse un tableau précis de la ville de Tiflis, qui adoptait de plus en plus de traits européens sous l’effet de la domination russe. Il écrit :

  • 49 La population musulmane des territoires du Caucase du Sud que se disputaient la Russie et la Perse, (...)

Attristés depuis deux ans par le séjour des villes silencieuses de l’Asie, […] nous jouissions avec avidité de tout le mouvement d’une cité chrétienne et de mille choses qui échappaient à notre attention ou nous paraissaient autrefois importunes. Le roulement des chars chargés de denrées ou d’attirails et de munitions de guerre, la course rapide de quelque voiture de luxe, les sons discordants des cloches de plusieurs églises, des marchés bruyants ou se trouvent pêle-mêle des Géorgiens, des Arméniens, des Persans49 et une affluence de soldats russes, les chants, la musique des troupes, ce mélange confus d’objets nouveaux qui rappelaient vivement la patrie, tout excitait en nous une émotion indéfinissable.

31Il décrit la vie quotidienne des habitants de la ville. Contrairement aux maisons asiatiques, les habitations de Tiflis ne sont pas protégées par de hauts murs, et les familles passent leurs soirées sur des terrasses découvertes et peu élevées, se voyant l’une l’autre et discutant. En sortant de l’église, les dames se rendent dans les jardins et sur les promenades qui embellissent les environs. Trézel raconte que c’était un plaisir de regarder les Géorgiennes, à la beauté naturelle, marcher sur les rives de la rivière par une belle soirée de mai. Un petit diadème blanc ceignait leur front et retenait un long voile de lin qui tombait en arrière jusqu’au sol et soulignait leurs silhouettes gracieuses et majestueuses. Cette description détaillée des dames de Tiflis fournit un exemple des mœurs européennes qui se sont répandues dans cette ville et offrent un contraste frappant avec la vie urbaine en Orient ; là-bas, les femmes n’apparaissaient jamais en public parmi les hommes et sortaient toujours accompagnées et couvertes d’un tchador lorsqu’elles rendaient visite à leur famille ou allaient aux bains publics.

  • 50 Il s’agit d’Anna, fille du prince Mamuka Orbéliani et épouse du roi David II d’Iméréthie (1784-1789 (...)
  • 51 Le fils du couple royal, le prince Constantin, participa à la Guerre patriotique de 1812 et fut déc (...)
  • 52 Anton II (1764-1827), catholicos-patriarche de Géorgie orientale, l’un des fils de Héraclius II. So (...)
  • 53 Cette princesse qui n’est pas nommée est probablement la princesse Teklé, la plus jeune fille du ro (...)
  • 54 Le catholicos arménien Nersès (1760-1857).

32Alexandre Ier, ayant eu connaissance du projet du général Gardane de passer par Tiflis pour rentrer en France, ordonna au général Tormassov, commandant en chef de la région du Caucase (1809-1811), de recevoir la mission française avec tout le respect qui lui était dû. Au dîner de gala organisé par Tormassov pour la mission, Trézel rencontra l’ancienne reine d’Iméréthie50, sur le point d’accompagner son fils51 qui partait le lendemain pour une université de Saint-Pétersbourg, le prince Anton52, revêtu de la dignité de catholicos, et la princesse sa sœur53 — tous deux enfants du dernier vali, Héraclius II —, le patriarche arménien54, et enfin un seigneur géorgien, frère du général-prince Bagration. Aucun des convives ne comprenait le français ni même le russe, mais le dîner se déroula sans encombre. Le but de Tormassov était de montrer aux émissaires de Napoléon la bonne entente qui régnait entre les autorités russes et l’élite géorgienne. Il tenait également à leur faire comprendre que l’orientation politique adoptée par la famille royale ne faisait pas l’unanimité. Les Russes savaient que certaines personnalités éminentes entretenaient des relations avec la Perse et que deux princes royaux géorgiens, Alexandre, fils du roi Héraclius II, et Teimouraz, fils de Georges XII, avaient émigré en Perse.

33Le dernier chapitre de la Notice, intitulé « Situation des Russes en Géorgie », mérite que l’on s’y attarde. Comme l’ont fait d’autres agents français, le lieutenant Trézel évoque le traité conclu entre la Russie et le roi Héraclius II en 1783, le saccage de Tbilissi par Agha Mohammad Khan en 1795 et le sort des jeunes Géorgiens des deux sexes emmenés en esclavage en Perse, la plupart occupant les fonctions les plus basses au sein de l’armée et du gouvernement à l’époque du séjour de Trézel en Perse.

34Trézel explique que toutes les peuplades des montagnes menaient une guerre de détail contre la Russie, qui devait installer de petites garnisons retranchées pour convoyer les marchandises depuis Tiflis et Mozdok par des chemins encore impraticables aux voitures. Les communications entre le quartier général et les divers cantonnements de l’armée ne s’effectuaient pas sans danger et occasionnaient « une consommation journalière de cosaques ». Les cosaques ne pouvaient quitter leur poste par crainte d’être attaqués par des Lezghiens, des Ossètes ou des Turcs, et leurs appréhensions n’étaient pas sans fondements : peu de temps avant le passage de la mission française à Tiflis, les Lezghiens avaient volé tous les chevaux du régiment d’infanterie de Kherson, à une lieue de la ville. Les régiments de Bambak et de Gyumri, sur la route de Kars, étaient approvisionnés en vivres et en munitions depuis Tiflis ; ils risquaient de se retrouver dans une situation critique, isolés du reste de l’armée, si les Persans et les Turcs d’Akhaltsikhé les attaquaient simultanément sur les deux rives du Lori. Le lieutenant était convaincu que l’union des forces persanes et turques représenterait une menace sérieuse pour les Russes, qui n’occupaient pas encore les villes d’Akhaltsikhé, Kars, Bayazed, Erevan et Nakhitchevan.

35Le lieutenant note une information importante, à savoir que les généraux envoyés dans le Caucase avaient reçu l’ordre du gouvernement russe de traiter la population locale avec bienveillance et respect, afin de gagner la confiance du territoire nouvellement conquis. L’officier français ne cache pas son dégoût de voir des officiers russes expérimentés remettre toutes sortes de décorations militaires à n’importe quel « chef de horde, qui aura bien voulu accepter un rang de major ou de colonel dans l’armée ». Les officiers russes étaient contraints de quémander la coopération des chefs locaux s’ils devaient faire passer un convoi sur leur propriété, la meilleure escorte s’avérant inutile si la voiture n’était pas protégée par un chef ossète en personne ou par « quelques-uns de ses bandits », ceux-ci étant grassement payés pour leurs services.

  • 55 Château de Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), Perse 1807-1857, 1M no 1673, C (...)

36Les informations dont disposait Camille Trézel semblent indiquer que les grandes familles géorgiennes bénéficiaient de prérogatives et de bonnes positions. De nombreux tavadi (princes) recevaient une pension du gouvernement russe. Un séminaire et une école militaire avaient été créés à Tbilissi — ce qu’avait également noté le général Gardane55. Le tsar consacrait de larges sommes à la construction d’une route reliant Tbilissi à Mozdok. Les troupes russes réparties sur le territoire géorgien achetaient tout à un prix exorbitant ; leur nourriture était importée de Russie, mais elles laissaient toute leur solde en Géorgie. Le gouvernement ne percevait pas même un dixième du montant des dépenses nécessaires au maintien de la conquête du pays. D’après Trézel, « malgré tous ces avantages, les Géorgiens ont montré peu de zèle pour leur nouvelle patrie ». Au sein de la noblesse, seuls les Orbéliani, les Tsitsianov et les Bagration étaient favorables à la Russie ; les autres sentaient bien qu’au lieu de constituer un État digne de ce nom, la Géorgie ne serait bientôt plus qu’une petite province russe, et cette humiliation blessait leur fierté. Le soutien des Géorgiens était si ténu que les Russes ne purent former qu’un bataillon de 400 à 500 hommes, n’osant peut-être pas, d’après le lieutenant, en armer davantage.

  • 56 Château de Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), Notice sur la Géorgie, 1M no 1 (...)

37L’armée russe dispersée en Géorgie se composait de 35 bataillons d’infanterie de ligne, trois régiments de dragons et cinq régiments de cosaques du Don. Elle rassemblait au total 30 000 individus. Ces unités étaient réparties entre l’Iméréthie, le Daghestan, la ville de Shirvan, l’ensemble de la Géorgie et le district de Bambak. Plusieurs unités gardaient Astara et le khan de Langheran, qui étaient sous protection russe. Trézel affirme que, les garnisons établies, on ne pouvait mettre en campagne « que 17 bataillons, deux régiments de dragons et la moitié de Cosaques, environ douze mille hommes en tout ». Ces forces avaient été suffisantes jusqu’alors pour mettre les Persans en déroute, mais il fallait prendre en compte les attentes respectives des Russes et des Persans vis-à-vis de ce conflit. Si Saint-Pétersbourg n’avait pas le désir de s’engager davantage, Fath Ali Chah au contraire était prêt à envoyer toutes ses forces armées sur ce terrain. Les Persans étaient encore susceptibles de reprendre la Géorgie à la Russie ; il leur suffisait de garantir aux Géorgiens la restauration de l’ancien gouvernement et de leur promettre une amélioration de l’administration interne du pays, et ceux-ci seraient prêts à renouer les relations lâches qu’ils entretenaient avec l’Empire persan. Selon l’officier français, il aurait été bon pour la Russie de s’établir solidement en Géorgie et de prendre tranquillement le contrôle du Caucase56.

38Ainsi, contrairement à ce qui transparaît dans les notes des consuls français de l’Empire ottoman et des émissaires de Napoléon en Perse, le lieutenant Trézel apparaît à travers son rapport favorable à la politique menée par l’Empire russe en ce qui concerne la Géorgie et le Caucase en général.

Les lettres des princes royaux géorgiens à Napoléon

  • 57 AMAE, CP/Perse, vol. 12, doc. 122, fol. 231r-231v.
  • 58 AMAE, CP/Perse, vol. 11, doc., fol. 222v-222r.
  • 59 Joseph Michel Tancoigne, Lettres sur la Perse et la Turquie d’Asie, Paris, Nepveu, 1819, vol. II, p (...)

39Les princes royaux Alexandre et Teimouraz confièrent des lettres destinées à Napoléon au général Gardane, lors de son retour en Europe. Il ne fait aucun doute qu’en raison du traité franco-persan, les Bagration, qui s’étaient exilés en Perse, avaient espéré obtenir le soutien de l’empereur des Français. En comparant les versions persanes des lettres des princes avec la traduction française effectuée par Amédée Jaubert, on constate que celui-ci a pris des libertés. Dans la version française, les deux princes royaux qui ont fui en Perse à cause des persécutions des Russes sont qualifiés de réfugiés, et le principal propos de leurs missives est de solliciter l’appui de Napoléon pour récupérer leur royaume, « injustement conquis » par les Russes57. Le prince royal Teimouraz qualifie Napoléon de « distributeur de couronnes » ; il se présente comme le potentiel roi de Géorgie et promet à Napoléon de le servir fidèlement s’il retrouve « ses anciens territoires58 ». Mais les événements politiques s’enchaînaient si rapidement en Europe que les princes ne disposaient pas des dernières nouvelles, et la situation des deux hommes en Perse était si difficile qu’ils ne prirent pas toute la mesure de l’échec de la mission politique du général Gardane en Perse. Les espoirs nourris par les princes Alexandre et Teimouraz, qui pensaient que Napoléon (et l’Europe chrétienne en général) aiderait la famille royale des Bagration à recouvrer leur royaume, s’avérèrent donc vains. Le prince Alexandre resta fidèle à ses convictions, mais ne parvint jamais à atteindre son but ; il mourut dans une extrême pauvreté à Téhéran en 1844. Quant au prince Teimouraz, il comprit sans aucun doute que le but de sa fuite en Perse — chasser les Russes de Géorgie afin de monter sur le trône, possiblement grâce à l’aide de Napoléon — était illusoire. Le 16 octobre 1810, Teimouraz partit pour la Russie ; il s’installa à Saint-Pétersbourg le 12 janvier 1812. Le prince Teimouraz, descendant du dernier roi de Géorgie, « Teimouraz Khan, seigneur géorgien, chef d’artillerie de l’armée d’Abbas Mirza59 », après avoir émigré de Perse en Russie, devint célèbre en Europe en tant que savant. Il fut membre correspondant de la Société asiatique de Paris à partir de 1831 et membre honoraire de l’Académie des sciences de Russie à partir de 1837. Il mourut à Saint-Pétersbourg en 1846.

  • 60 AMAE, Russie, vol. 10, doc. 24, fol. 292R, doc. 26, fol. 296r-296v.

40Le roi Salomon II d’Iméréthie (1789-1810), petit-fils du roi Héraclius II, fut emprisonné par les Russes et s’échappa en 1810. Il sollicita alors la protection de Fath Ali Chah. Celui-ci ne répondit pas favorablement à sa demande, mais lui octroya une petite pension et lui suggéra de solliciter le soutien des Ottomans. Dans ces circonstances, Salomon II envoya une lettre à Napoléon. Il avait déjà écrit à l’empereur des Français, sans obtenir de réponse. Le roi décida de faire une autre tentative. Dans cette nouvelle missive, il appelle Napoléon « l’arbitre de l’univers », et lui demande de le délivrer de l’intolérable joug de « l’empereur de Moscou » et d’accorder sa protection au royaume d’Iméréthie60. La lettre fut remise à un diplomate français, Georges Outrey. Le combat du roi Salomon contre l’occupation russe fut sans effet. Il émigra en Turquie et mourut à Trabzon, loin de sa terre natale, le 7 (19) février 1815, à l’âge de 43 ans.

***

  • 61 Sir Harford Jones Brydges, An Account of the Transactions of His Majesty’s Mission to the Court of (...)
  • 62 Mirza Abul Hassan Khan, A Persian at the Court of King George, 1809-10, traduit et édité par Margar (...)

41Au cours de la première décennie du XIXe siècle, les intérêts des plus grandes puissances — l’Angleterre, la Russie, la France — dépassèrent le cadre européen pour converger en Perse. Le traité d’alliance franco-persan, qui constituait la première alliance militaire et politique conclue entre un État européen et la Perse au début du XIXe siècle, fit de la Géorgie un enjeu international. Avec la conclusion du traité de Tilsit, la Géorgie, qui appartenait déjà à l’espace géopolitique de l’Empire russe, perdit son importance pour la France, mais pas pour la Perse. Les notes d’un membre de la mission de sir Harford Jones Brydges, datées du 28 février 1810, le prouvent. D’après cette source, lorsque le baron Wrede, lieutenant-colonel d’artillerie et émissaire russe, rappela à Mirza Bozorg que la Perse avait rompu le traité qu’elle avait conclu avec la France, le vizir rétorqua : « Ce n’est pas la Perse qui l’a rompu, mais la France, puisque l’objet principal du document était la restitution de la Géorgie à l’Iran. La France n’a pas voulu ou n’a pas pu tenir sa promesse. Nous avons alors décidé de ne pas être traités à la légère plus longtemps et de former une alliance avec l’Angleterre61 ». La question de la restitution de la Géorgie à la Perse était encore d’actualité lors des négociations menées à Londres par l’ambassadeur de Fath Ali Chah, Mirza Abul Hassan Khan, en 1809-181062.

  • 63 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 25, fol. 241v-243r.

42Trente ans plus tard, en 1839, l’historien français Lefebvre de Becours commenta ainsi la politique de l’empereur des Français : « Le traité de Finckensteïn était dirigé à la fois contre l’Angleterre et la Russie. […] La stipulation relative à la Géorgie était la plus précieuse pour la Perse, elle était même la seule qui lui fut utile, les autres ne lui imposant que des charges. […] En signant le traité de Tilsit avec la Russie, Napoléon a ignoré l’article 4 du traité de Finkenstein qui prévoyait le retour de la Géorgie à la Perse63. » La mission du général Gardane en Perse était donc vouée à l’échec dès la signature du traité de Tilsit, en raison de la politique trompeuse menée par Napoléon. À Tilsit, les objectifs politiques de l’empereur des Français ne coïncidaient plus avec les projets de Fath Ali Chah, si bien que la Perse et la Géorgie finirent en victimes du grand jeu qui opposait les empires européens. Lorsqu’il signa le traité de Finkenstein avec la Perse, Napoléon oublia de prendre en considération le fait que ses adversaires n’abandonneraient jamais leurs positions, qu’il s’agisse de la Russie dans le Caucase et sur les rives caspiennes, ou de l’Angleterre en Inde.

43(Traduit de l’anglais par Pauline Tardieu-Collinet)

Notes

1 Tiflis a toujours suscité l’intérêt des descendants d’Agha Muhammad Khan. L’unique illustration de l’ouvrage Les Rois oubliés de Soltan Ali Mirza Qadjar, feu le chef de la dynastie Qadjar, représente justement Agha Muhammad Khan lors de la prise de la capitale géorgienne. L’auteur écrit dans le prologue : « Dans la maison que nous habitions à Saint-Cloud, dans les années trente, ma grand mère, la reine de Perse Malekeye Djahan, épouse de Mohammad-Ali Shah Qadjar, avait fait peindre par un artiste iranien un immense tableau représentant le premier grand souverain de notre dynastie, Agha Mohammad Khan, à la prise de Tiflis, capitale du royaume de Géorgie. Cette peinture ne nous a jamais quittés. Je l’ai fait transporter dans ma résidence actuelle. Agha Mohammad Khan tourne la tête vers le spectateur du tableau et tous ceux qui le contemplent éprouvent l’impression que j’éprouvais moi-même dans mon enfance. » Prince Ali Kadjar, Les Rois oubliés, l’épopée de la dynastie Kadjare, Paris, Kian, 1992, p. 7. La geste de l’eunuque à cheval tendant la main vers Tiflis rappelle la célèbre posture de Bonaparte sur le tableau de David.

2 Archives du ministère des Affaires étrangères, mémoires et documents, Perse, vol. 2, doc. 29, fol. 141r-147v ; correspondances politiques, Perse, vol. 8, doc. 156, fol. 384r-384v ; doc. 157, fol. 385r-385v ; doc. 158, fol. 386r.

3 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 27, fol. 58v, 59v-60v.

4 AMAE, CP/Perse, vol. 8 doc. 133, fol. 334r-334v ; AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 5-7, 15.

5 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 41, fol. 83r-83v.

6 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 19, fol. 167r-168r.

7 AMAE, CP/Perse, vol. 8, doc. 165, fol. 399r.

8 Paul Gaffarel, La politique coloniale en France de 1789 à 1830, Paris, Félix Alcan, 1908, p. 391.

9 Guillaume-Antoine Olivier, Voyage dans l’Empire Othoman, l’Égypte et la Perse, fait par ordre du Gouvernement, pendant les six premières années de la République, Paris, H. Agasse, 1807, III, 404, 409, 420.

10 Le Moniteur, 1807, 13 janvier ; 27 janvier ; 22 février ; 23 mars ; 2 avril ; 19 avril ; 19 avril ; 31, 1807, 26 février ; 22 mars ; 27 mars ; 16 avril ; 20 avril ; 27 avril.

11 Journal de l’Empire, 1807, vendredi 10/03 ; samedi 18/03 ; samedi 6/04.

12 Jean Tulard, Napoléon ou le mythe du sauveur, Fayard, 1995, p. 35.

13 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 94, fol. 161r-163v.

14 AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 5.

15 Pierre-Amédée Jaubert, Voyage en Arménie et en Perse, fait dans les années 1805-1806, Paris, Pélicier, 1821, p. 179.

16 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 19, fol. 98v-99r.

17 « Article 3 : S. M. l’Empereur des Français, roi d’Italie, reconnaît la Géorgie comme appartenant légitimement à S. M. l’Empereur de Perse. Article 4 : Il s’engage à faire tous ses efforts pour contraindre la Russie à l’évacuation de la Géorgie et du territoire persan, et pour l’obtenir par le traité de paix à intervenir. Cette évacuation sera constamment l’objet de sa politique et de toute sa sollicitude » (AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 95, fol. 164R ; Jacob Coleman Hurewitz, The Middle East and North Africa in World Politics : A Documentary Record, Second Edition, Revised and Enlarged, New Haven et Londres, Yale University Press, 1975, vol. I, p. 184.

18 AN, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 8, p. 21-24.

19 AMAE, CP/Perse, vol. 8, doc. 64, fol. 182r-189v.

20 Jaubert, Voyage, p. 163, p. 225.

21 AMAE, CP/Perse, vol. 9, doc. 97, fol. 166r-167v.

22 AMAE, Protocoles, Copie des instructions pour M. le général Gardane, camp impérial de Finkenstein, 10 mai 1807, fol. 2-3.

23 Albert Vandal, Napoléon et Alexandre Ier, l’alliance russe sous le Premier Empire, De Tilsit à Erfurt, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1891, vol. I, p. 499-504.

24 Archives Nationales, France, AF IV, 1686, doc. 16, fol. 22.

25 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 2, fol. 50v.

26 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 25, fol. 177r-178r.

27 James Morier, A Journey Through Persia, Armenia, and Asia Minor, to Constantinople, in the Years 1808 and 1809, Londres, Longman, Hurst, Rees, Orme, and Brown, 1812, p. 30.

28 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 25, fol. 245v-246r.

29 Édouard Driault, La politique orientale de Napoléon – Les missions de Sébastiani et de Gardane, 1806-1809, Paris, Félix Alcan, 1904, p. 329.

30 Alfred de Gardane, Mission du général Gardane en Perse sous le Premier Empire, Paris, librairie de Ad. Lainé, 1865, p. 182.

31 Dumas, Un fourrier de Napoléon vers l’Inde, p. 62-63.

32 Les territoires que la Russie disputait à la Perse étaient en réalité des principautés semi-indépendantes (des khanats) peuplées de différentes ethnies musulmanes et catholiques et gouvernées par des dynasties turques (azéries) locales.

33 Gardane, Mission, p. 182-184, 186-187, 192-194.

34 Erevan était la capitale politique du khanat d’Erevan, que gouvernait une branche locale de la dynastie Qadjar. À l’époque de l’expansion russe, la majorité de la population du khanat (80 %) était musulmane (composée de Turcs azéris, de Kurdes et de Perses), tandis que les chrétiens (principalement des Arméniens) formaient une minorité. Cf. Erich Kettenhofen, George A. Bournoutian et Robert H. Hewsen, « Erevan », in Encyclopedia Iranica, vol. VIII, fasc. 5, p. 542-551. (http://www.iranicaonline.org/articles/erevan-1#ii).

35 Mohammad Ali Mirza Dolatshah (1789-1821), gouverneur des régions montagneuses du Kurdistan, du Khouzistan et du Lorestan de 1806 à sa mort en 1821, était le premier-né de Fath Ali Chah. Sa mère Zibachehr Khanum était une esclave géorgienne de la famille Tsikarishvili. Zurab Sharashenidze, Iranis shinapolitikuri vitareba da sagareo urtiertobani XIX saukunis dasackisshi, Tbilissi, Mecniereba, 1984, p. 36.

36 Actes, vol. III, doc. 836, p. 464-465 ; doc. 849, p. 475-476.

37 Journal de l’Empire, 1808, lundi 07/10 ; lundi 10/10 ; mardi 11/10 ; mercredi 12/10 ; samedi 15/10 ; dimanche 16/10.

38 . Gardane, Mission, p. 247 – 252.

39 AMAE, CP/Perse, vol. 10, doc. 220, fol. 440r – 443v ; doc. 225, fol. 450r-452r.

40 Gardane, Mission, p. 230-248.

41 AMAE, CP/Perse, vol. 11, doc. 65, fol. 110r-112r.

42 Actes, vol. III, doc. 895, p. 508-510.

43 AMAE, CP/Perse, vol. 10, doc. 279, fol. 470r.

44 AMAE, MD/Perse, vol. 6, doc. 40, fol. 221r.

45 AMAE, CP/Perse, vol. 14, doc. 289, fol. 294r-297r.

46 James Morier écrit : « Lors d’un entretien avec Mirza Bozurk au cours duquel nous discutions de l’utilité de la Géorgie pour la Perse, il fit une remarque typique d’un logicien asiatique. Il prit sa barbe et déclara : » La Géorgie ne sert à rien ; ce n’est qu’un ornement. »» James Morier, A Second Journey Through Persia, Armenia, and Asia Minor to Constantinople, Between the Years 1810 and 1816, Londres, Longman, Hurst, Rees, Orme, and Brown, 1818, p. 217.

47 Le 17 août 1809, le général Gardane écrivit au ministre Champagny qu’il avait suivi les instructions reçues à Finkenstein, mais que n’ayant reçu aucune indication concernant l’arrivée des Anglais en Perse et leur réception à la cour de Téhéran, il n’avait plus rien à faire sur place et se trouvait dans l’incapacité de « chasser les Anglais, accueillis avec enthousiasme à la cour de Perse » (AMFAE, CP/Perse, vol. 12, doc. 81, fol. 145r). À son arrivée en France le 29 septembre, il envoya une note très succincte à Champagny dans laquelle il expliquait qu’« en quittant la Perse, [il avait] servi la dignité et les intérêts de la France qui [lui] avaient été confiés » (AN, AF, 1686 IV1, doc. 11).

48 Camille Alphonse Trézel (1780-1860) fut général de division (1837), pair de France (1846) et ministre de la Guerre (1847-1848).

49 La population musulmane des territoires du Caucase du Sud que se disputaient la Russie et la Perse, bien que principalement turque, était souvent qualifiée de « persane », en référence aux puissances qui s’affrontaient à l’époque dans la région, et en raison de leur identité musulmane — principalement chiite — et des liens politiques entre les dynasties au pouvoir localement et la dynastie Qadjar qui gouvernait l’Iran. À l’époque, la communauté musulmane de Tiflis était principalement composée de Turcs azéris.

50 Il s’agit d’Anna, fille du prince Mamuka Orbéliani et épouse du roi David II d’Iméréthie (1784-1789).

51 Le fils du couple royal, le prince Constantin, participa à la Guerre patriotique de 1812 et fut décoré de l’Ordre de Saint-Vladimir. En Russie, ses fils furent appelés « Imeretinski » ou « Bagration-Imeretinski ».

52 Anton II (1764-1827), catholicos-patriarche de Géorgie orientale, l’un des fils de Héraclius II. Son nom laïc était Teimouraz Bagration. Il fut appelé en Russie en 1811 et vécut à Nijni-Novgorod, où il est enterré.

53 Cette princesse qui n’est pas nommée est probablement la princesse Teklé, la plus jeune fille du roi Héraclius II, épouse du colonel de l’armée russe Vakhtang Orbéliani.

54 Le catholicos arménien Nersès (1760-1857).

55 Château de Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), Perse 1807-1857, 1M no 1673, Cracovie, non paginé, 11 août/1809, 4/52., fol. 1.

56 Château de Vincennes, Service historique de l’armée de terre (SHAT), Notice sur la Géorgie, 1M no 1486, Russie jusqu’en 1811, non paginé, 31 mai/1809, doc. 13, fol. 32-76.

57 AMAE, CP/Perse, vol. 12, doc. 122, fol. 231r-231v.

58 AMAE, CP/Perse, vol. 11, doc., fol. 222v-222r.

59 Joseph Michel Tancoigne, Lettres sur la Perse et la Turquie d’Asie, Paris, Nepveu, 1819, vol. II, p. 165-166.

60 AMAE, Russie, vol. 10, doc. 24, fol. 292R, doc. 26, fol. 296r-296v.

61 Sir Harford Jones Brydges, An Account of the Transactions of His Majesty’s Mission to the Court of Persia, in Years 1807-1811, Londres, James Bohn, 1834, vol. I, p. xxiv-xxv.

62 Mirza Abul Hassan Khan, A Persian at the Court of King George, 1809-10, traduit et édité par Margaret Morris Cloake, introduction de Denis Wright, Londres, Barrie & Jenkins, 1988, p. 60, 64, 69, 119, 164.

63 AMAE, MD/Perse, vol. 8, doc. 25, fol. 241v-243r.

Auteur

Directrice du Département d’histoire moderne et prémoderne du Moyen-0rient, Institut d’études orientales Tsérétéli, université d’État Ilia (Géorgie).

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search