Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

11. Structure et dynamique sociale de la culture tchétchène

Said Mushajiyev

Texte intégral

1La compréhension que l’on a d’une culture peut être aussi diverse que les façons dont celle-ci se manifeste ; elle dépend de l’étendue des connaissances accumulées sur la culture en question, et de la perception propre à chaque communauté. L’approche consistant à étudier une culture nationale sous différents aspects et différents angles augmente les chances d’aboutir à une vision holistique permettant de comprendre plus finement les fondations sous-jacentes de cette culture.

2La culture tchétchène dans son ensemble n’a jamais fait l’objet d’une étude universitaire. Nous l’envisagerons ici aux périodes clés de son histoire, considérées non pas comme des fragments isolés, mais dans une relation holistique au destin du peuple tchétchène, à travers le prisme du temps et du changement.

3Nous n’envisagerons pas la structure de la culture comme un ensemble de sphères (matérielle, spirituelle…), mais comme des couches culturelles et historiques variées, formant une symbiose complexe qui en quelque sorte mena le peuple tchétchène, à la veille du troisième millénaire, vers une quête douloureuse de son identité culturelle nationale.

4La formation de la structure d’une culture ne peut être dissociée de sa dynamique sociale, c’est-à-dire du processus de développement d’une culture ethnique singulière dans le temps et dans l’espace et en interrelation avec la structure et les transformations sociales.

  • 1 Yu.M. Lotman, Besedy o russkoj kul’ture, Sankt-Peterburg, 1994, p. 8.

5La culture est inextricablement liée « à l’histoire, implique toujours une continuité dans la vie morale, intellectuelle et spirituelle de l’homme, de la société et de l’humanité. Par conséquent, quand nous évoquons notre culture moderne, nous évoquons peut-être, sans en avoir conscience, la formidable façon dont elle a été transmise1. »

6Nous avons l’habitude de parler de culture spirituelle ou matérielle, de culture antique ou moderne, sans même songer au fait qu’elle ne se compose pas seulement de différents domaines de réalité, mais constitue la réalité à laquelle est confronté l’homme dans ces domaines.

7Chaque peuple, au cours des siècles, façonne non seulement sa propre culture, mais aussi la compréhension qu’il en a. La spécificité de la culture d’une nation dépend de nombreux facteurs : conditions géographiques, développement historique, attitudes mentales et ethniques.

  • 2 D. D. Mežidov, I. Y. Alirojev, Čečency : obyčai, tradicii, nravy. Social’no-filosofskij aspekt, Gro (...)

8La culture tchétchène s’articule autour de deux lexèmes, de deux mots : gillakh et ozdangalla. Traditionnellement, la notion de gillakh (« politesse, affabilité, savoir-vivre ») contient pour les Tchétchènes toute une éthique de la communication, du comportement à adopter dans les relations entre individus, entre groupes et entre peuples2. En un mot, il s’agit du pan externe de la culture, dirigé de l’individu vers la société et le monde qui l’entoure. C’est du terme ozda que vient celui d’ozdangalla (« noble, éduqué, cultivé »). Le vocable ozdangalla fait à parts égales référence à la pureté du corps, du cœur et des pensées — pureté indissociablement liée à la foi en Dieu et au monde extérieur. La culture ne se manifeste donc pas uniquement à travers le comportement et le caractère d’une personne ; elle doit avant tout résider dans l’âme et dans la conscience.

9Ce concept met en avant la dimension intérieure de la culture à l’échelle de l’individu, ainsi que sa manifestation spirituelle et morale. Si l’on prend tous ces éléments en considération, le sens de l’expression suivante devient clair : « La culture de la bonne conduite (gillakh) vient du paradis. » Ce qui signifie que les normes d’une conduite noble entre individus ont une dimension sacrée.

10 Cette idée s’exprime de façon plus détaillée dans le proverbe tchétchène suivant : « La culture de la bonne conduite vient du paradis, et elle y retournera, portée par ceux qui la perpétuent. » Cette phrase révèle la grande importance accordée par les Tchétchènes à l’éthique et à la culture. Le lien entre raison et normes éthiques est mis en avant dans une chanson religieuse tchétchène (nazma) :

On sait bien que la pomme tombe sous le pommier,
Mais y aurait-il une pomme sans pommier ?
Gillakh est un arbre qui a pour fruit un état d’esprit ;
La connaissance est-elle possible là où le gillakh n’est pas ?

11L’esprit se conforme à des normes éthiques — ce qui est toujours le cas lorsque l’on a affaire à un esprit bienveillant.

12Chaque individu, quels que soient ses capacités, ses talents ou sa force, a les mêmes responsabilités morales que ses semblables.

13Les deux concepts de gillakh et d’ozdangalla renferment la quintessence de la notion tchétchène de culture. L’« univers intérieur » et les « manifestations extérieures » sont interdépendants et complémentaires, reliés par des milliers de fils. Pour le peuple tchétchène, la culture n’est pas fondamentalement un phénomène collectif, public et impersonnel, ni même un ensemble d’accomplissements. Chez ce peuple qui tient pour valeurs supérieures la dignité, l’honneur, la conscience et la liberté, le concept de culture a et a toujours eu une dimension personnelle et individuelle concrète.

14La philosophie tchétchène de la culture apparaît comme un modèle, un code individuel régissant les rapports de chacun à la société, une sorte de norme à laquelle chaque Tchétchène doit se conformer pour être un véritable ambassadeur de la culture de son peuple.

15La culture est ainsi interprétée comme ce qui caractérise les aptitudes d’une personne dans la sphère du comportement individuel et social, y compris le tact, la dignité, le respect d’autrui, la délicatesse, la capacité à agir de façon mesurée. Il s’agit donc d’une forme de régulation des actes porteurs de sens aux niveaux personnel et social.

16La culture tchétchène, agrégation de multiples couches culturelles et historiques, est structurellement symbiotique. La première couche, archaïque et autochtone, est la culture nakh (nokhchalla), noyau fondateur de la culture tchétchène. Le deuxième composant est religieux : il s’agit de la foi islamique. Enfin, le troisième élément, l’influence russe, résulte du processus d’occidentalisation et de conquête coloniale de la Tchétchénie et du peuple tchétchène par l’Empire russe, qui a débuté au XVIIIe siècle.

17Cette synthèse culturelle à plusieurs niveaux témoigne du processus historique complexe réalisé par le peuple tchétchène. Chacune des strates historico-culturelles ou civilisationnelles a de surcroît sa propre structure hétérogène. Chacune est un amalgame de composants culturels variés.

18La strate la plus ancienne de la culture tchétchène est donc la culture nakh du Caucase du Nord. Les peuples tchétchène et ingouche constituent la culture vainakh (qui signifie « peuple » ou « notre peuple »). On situe l’antiquité nakh dans la deuxième moitié du IIIe millénaire avant notre ère c’est-à-dire à l’âge du bronze ancien ; parmi les monuments rescapés de cette époque, on peut citer les sites de peuplement se trouvant près du village de Sergen-Yurt dans le raïon de Chalinski en Tchétchénie, ou encore les tumulus (« kourganes ») à proximité du village de Bamut.

  • 3 Očerki istorii Čečeno-Ingušskoj ASSR, t. 1, Grozny, 1967, p. 12.

19Les grandes similitudes entre les artefacts du bronze ancien du nord et du sud du Caucase s’expliquent par l’existence d’un milieu ethnique unique et commun à l’ensemble de la région caucasienne au IIIe millénaire avant notre ère. La culture archéologique kouro-araxienne et celle de Maïkop nous renseignent sur la plus ancienne communauté ethnoculturelle caucasienne au moment de sa désintégration, ainsi que sur la proximité entre les différents peuples autochtones, tous locuteurs de langues nord-caucasiennes. C’est précisément au cours de l’âge de bronze ancien que les langues nakhs ont commencé à se dissocier des autres langues de la région3.

20Les artefacts archéologiques permettent d’étudier les conceptions religieuses des Nakhs de l’Antiquité. Les cultes solaires étaient associés à une cosmologie archaïque, comme l’indiquent les anneaux en pierre qui se trouvent autour des tombes des tumulus de Bamut, certains ornements en relief en forme de spirales ou encore les cercles concentriques figurant sur certaines céramiques.

21 Le panthéon nakh antique était assez conséquent. Dela en était le dieu suprême, saint patron du Soleil et du Ciel. Ce théonyme est composé de De (« le jour, la lumière ») et d’Ela (« le seigneur, le maître »). On trouve également dans les croyances vainakhs le culte de Hal, dieu du ciel semblable au dieu hourro-urartéen Khald, vénéré en Urartu et dans d’autres régions de l’Orient antique.

22Comme c’est le cas de nombreuses cultures archaïques, les croyances païennes des Vainakhs renfermaient l’idée d’une dualité du monde ; le monde terrestre, appelé Dela Malche (« lumière divine du Soleil ») s’opposait au monde souterrain, ou royaume des morts, Dela Late (« monde souterrain divin »). L’Au-delà, selon les croyances nakhs, était gouverné par une divinité nommée Elda, El faisant référence au royaume souterrain des morts, et Da désignant le père, le maître.

  • 4 Istorija Čečni s drevnejših vremën do naših dnej, t. 1, Grozny, 2008, p. 68.

23Les ancêtres des Nakhs, dans un processus d’élargissement de leur horizon et d’approfondissement de leur connaissance du monde environnant et du cosmos, opérèrent peu à peu un transfert de leurs divinités vers le ciel ; celles-ci se confondirent avec le soleil, la lune, les étoiles, le tonnerre ou encore les éclairs. Les ancêtres des Nakhs avaient compris que le soleil représentait la vie. Son lever correspond à l’éveil de la nature, à l’apparition de la vie et à la floraison. L’astre est un symbole de pureté et de beauté. Cela suffit peut-être à expliquer que la légendaire Malkh-Azni (« Soleil-beauté ») soit l’une des principales héroïnes des mythes et des légendes nakhs. L’histoire a même préservé le nom antique de la tribu ou du clan (taïp) des Nakhs, qui vénéraient le soleil avant tout : Malkhistoy (« les Melchistins »). Et les cimetières, où les morts sont aujourd’hui encore enterrés dans des cryptes en pierre, sont appelés Malkhan keshnash — « tombes solaires »4.

24Notons que la croissance et le développement des taïps — ou clans — tchétchènes, ainsi que l’essor des régions de plaines et de contreforts renforcèrent la cohésion des tribus vainakhs, ce que n’avaient pas pu réaliser des croyances mythologiques ou religieuses disparates. Celles-ci retardèrent en revanche certains processus ethnogénétiques et socio-culturels.

25 La structure sociale patriarcale du peuple nakh des montagnes, divisé en dizaines de taïps indépendants, rendait nécessaire l’intervention d’une force de rassemblement, d’un système de valeurs supérieur capable d’achever le long processus de consolidation politique des groupes vainakhs en un seul peuple. C’est l’islam qui joua ce rôle. Il fallut plusieurs siècles aux tribus nakhs pour se convertir à cette religion, qu’elles découvrirent entre le VIIIe et le IXe siècles, pour l’adopter définitivement entre le XVIe et le XVIIe siècles. Ce délai s’explique par l’absence de contrainte interne ou externe. Les missionnaires arabes n’ont pas sillonné le territoire tchétchène. Les principaux acteurs de l’islamisation furent des prosélytes locaux, qui avaient découvert l’islam grâce à des marchands, des bergers ou des mollahs du Daghestan voisin.

  • 5 M. B. Mužuhojev, Srednevekovie kul’tovie pamjatniki Central’nogo Kavkaza. (K istorii religioznyh ve (...)

26Selon l’archéologue M. B. Muzhukhoev, les monuments musulmans de la région d’Auch (la nécropole de Gachalk) remontent au début du XVIe siècle et les cimetières musulmans anciens de la Tchétchénie orientale (Nakhch-Mokhk) aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les premiers enterrements musulmans de la région montagneuse de Cheberloi (vallée de Makazhoy), non loin de la frontière avec le Daghestan, eurent lieu dès le XVIIe siècle. Muzhukhoev situe la victoire de l’islam dans les gorges de l’Argoun au XVIIIe siècle et dans les gorges de Galanchozhsky (sur les rives de la Fortang) au début du XIXe siècle ; dans les montagnes de l’Ingouchie, l’islam s’est d’après lui peu à peu affirmé au cours du XIXe siècle5.

27Cette description correspond dans l’ensemble aux informations fournies par les sources écrites, en tenant compte, comme mentionné ci-dessus, du « retard » habituel des artefacts sur les transformations spirituelles et idéologiques des sociétés.

28C’est ainsi qu’entre le XVIe et le XVIIIe siècles, l’islam s’est répandu dans les plaines, les contreforts et la majeure partie des zones montagneuses de Tchétchénie, jusqu’à devenir l’idéologie dominante de la société tchétchène, affectant tous les aspects de la vie des montagnards et déclenchant une uniformisation sans précédent d’anciennes communautés « libres », précédemment isolées et autosuffisantes. Le grand mouvement de libération nationale, à dimension religieuse, qui fut dirigé par le cheikh et imam Mansour entre 1785 et 1791 a exercé sans aucun doute une grande influence sur ce processus.

29On ne peut envisager ce mouvement sans le mettre en lien avec les modifications sociales, économiques et politiques en cours dans la société tchétchène, qui cherchait non sans mal une réponse à la menace de l’Empire russe, lequel avait repoussé ses frontières jusqu’aux rives du Terek et du Kouban. Cette réponse se présenta avec la tentative de créer un État tchétchène qui trouverait son fondement idéologique dans la religion musulmane.

  • 6 Y. Z Ahmadov., Očerk istoričeskoj geografii i etnopolitičeskogo razvitija Čečni v XVI-XVIII vekah, (...)

30Le développement d’une nouvelle conscience religieuse chez les Nakhs dans la Tchétchénie des XVIe et XVIIe siècles est lié à leur conversion à l’islam et à l’émergence de buts communs à tous les auls (villages) et à toutes les communautés ; il correspond à la genèse politique d’un nouvel État. Les transformations qui se produisirent à cette époque dans la société nakh (ou tchétchène) étaient certes le fruit d’une évolution naturelle, mais également une réaction aux défis lancés depuis trois siècles par de grandes puissances comme la Russie, l’Iran ou l’Empire ottoman6.

31L’islam dicta un système de valeurs spirituelles commun à l’ensemble de la société tchétchène, dont les principes fondamentaux étaient le monothéisme, la foi et la fraternité. L’islam s’installa peu à peu dans toutes les régions de Tchétchénie et absorba les coutumes et traditions populaires précédemment établies, sans pour autant devenir un mode de vie pour les individus.

32L’islamisation de la société tchétchène atteignit son apogée aux XVIIIe et XIXe siècles, lorsque les efforts titanesques de Mansour (fin XVIIIe), d’Udi-Mollah et de Tachav-Khadji (années 1820-1830), de l’imam Chamil et du cheikh Kunta Haji (années 1840-1860) fournirent une base musulmane solide à la structure sociale et à la vie des Tchétchènes.

33L’expansion russe dans le Caucase du Nord, qui progressa inexorablement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, encouragea dans une certaine mesure l’islamisation de la région, et de la Tchétchénie en particulier.

34La création d’un État musulman sur le territoire de l’imamat du Haut-Daghestan et de Tchétchénie marqua en quelque sorte l’institutionnalisation du mouvement de libération antirusse, qui embrassait la religion musulmane. Malgré l’échec final, cette tentative resta un repère historique majeur dans la mémoire collective tchétchène. La conquête de la Tchétchénie par l’Empire russe en 1859 fut suivie d’un durcissement progressif de la politique d’occidentalisation sur le « modèle russe ». À de nombreuses occasions, cette politique, d’économique, citoyenne et éducative — en d’autres termes, pacifique —, est devenue militaire, coloniale et agressive, allant parfois jusqu’au génocide.

***

35Après avoir survécu à deux campagnes militaires des plus rudes, le peuple tchétchène est confronté aujourd’hui à la tâche difficile de préserver une culture nationale unique, façonnée au cours de milliers d’années au gré d’influences culturelles diverses qu’il a tantôt assimilées, tantôt rejetées. Le développement futur de la culture tchétchène dépendra du degré de réalisation et de spontanéité du compromis entre tous les composants des strates civilisationnelles qui constituent cet univers ethnoculturel unique.

36(Traduit de l’anglais par Pauline Tardieu-Collinet)

Notes

1 Yu.M. Lotman, Besedy o russkoj kul’ture, Sankt-Peterburg, 1994, p. 8.

2 D. D. Mežidov, I. Y. Alirojev, Čečency : obyčai, tradicii, nravy. Social’no-filosofskij aspekt, Grozny, 1992, p. 196.

3 Očerki istorii Čečeno-Ingušskoj ASSR, t. 1, Grozny, 1967, p. 12.

4 Istorija Čečni s drevnejših vremën do naših dnej, t. 1, Grozny, 2008, p. 68.

5 M. B. Mužuhojev, Srednevekovie kul’tovie pamjatniki Central’nogo Kavkaza. (K istorii religioznyh verovanij v X-XIX vekah), Grozny, 1989, p. 165-169.

6 Y. Z Ahmadov., Očerk istoričeskoj geografii i etnopolitičeskogo razvitija Čečni v XVI-XVIII vekah, Moskva, 2009, p. 240-256.

Auteur

Maître de conférences à l’université technologique de Maïkop, république d’Adyguée.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search