Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

10. L’imam Chamil, un Caucasien héroïque vu du Daghestan

Haji Murad Donogo

Texte intégral

  • 1 Voir par ex. Muhammad Tahir al-Karahi, « Hronika Muhammada Tahira o dagestanskih vojnah v period Ša (...)
  • 2 Voir par ex. Gadž i-Ali, « Skazanije očevidtsa o Šamile », in Sbornik svedenij o kavkazskih gortsah(...)

1Le premier jour du mois de mouharram de l’an 1212 de l’Hégire (1797), un garçon naît à Guimry, village avar du Daghestan. C’est d’habitude avec cet événement que commencent les récits élogieux de la vie de l’imam Chamil1. D’autres biographies s’ouvrent comme suit, captivant le lecteur dès les premières lignes : « Ainsi est né Chamil — pauvre montagnard dont le nom est aujourd’hui connu dans le monde entier et dont le destin était de remplir plus d’une page dans l’histoire de la Russie2… ».

2Son enfance est marquée par des maladies chroniques et des circonstances particulières, et il change son nom d’Ali pour celui de Chamil, ou plus exactement « Shamuil », pratique très rare à l’époque : tous ces éléments ont contribué à entourer d’un certain mystère le futur imam. Il faut bien reconnaître, même si l’on met de côté tous les aspects mystiques entourant sa naissance, que l’année 1797 marque le début d’un destin extraordinaire. Cette année est aussi celle de la naissance du compositeur autrichien Franz Schubert, de Guillaume II, futur roi de Prusse et empereur d’Allemagne, de Ferdinand von Wrangel, navigateur russe et explorateur des régions polaires, d’Alexandre Bestoujev, écrivain, critique et décabriste russe exilé au Caucase où il participe aux batailles contre le premier imam du Daghestan, Mohammed Ghazi. Il est probable que le décabriste et Chamil se sont rencontrés sur le champ de bataille, car ce dernier était un fidèle compagnon de Mohammed Ghazi. Bestoujev trouve la mort au Caucase occidental en 1837 alors que Chamil, devenu imam du Daghestan, est déjà bien installé au pouvoir. Face à lui, l’administration tsariste est de plus en plus mal à l’aise et, la même année, elle veut l’obliger à faire allégeance à l’empereur Nicolas Ier durant la visite du souverain au Caucase.

31797 est par ailleurs une année riche en événements politiques majeurs. En Europe, Bonaparte est particulièrement heureux : cinq divisions autrichiennes prennent le chemin des hauteurs de Rivoli en plein hiver et perdent la bataille qui donne aux troupes françaises le contrôle du nord de l’Italie. Le futur empereur accumule les succès militaires dans toute l’Europe et au-delà.

4Cette même année, de nouveaux monarques, présidents ou encore ministres font également leur entrée sur la scène politique : Frédéric-Guillaume III, alors âgé de 27 ans, s’installe sur le trône de Prusse ; John Adams succède à George Washington et devient le deuxième président des États-Unis ; le 16 juillet, Talleyrand est nommé ministre des Affaires étrangères de la France ; Paul Ier est couronné à Moscou. Ce dernier rédige la loi de succession au trône de Russie tandis que, à Saint-Pétersbourg, débute la construction du palais Saint-Michel (ou château des Ingénieurs), que Chamil visitera soixante-deux ans plus tard.

  • 3 Istorija Dagestana s drevnejših vremen do našihx dnej, t. 1, Moskva, Nauka, 2004, p. 453.
  • 4 Archives de la politique étrangère de l’Empire russe [Arhiv vnešnej politiki Rossijskoj imperii], F (...)
  • 5 « Šamhaly Tarkovskije », in Sbornik svedenij o kavkazskih gortsah, vol. I, Tiflis, 1868, p. 62
  • 6 V. G. Gadžijev, Rol’Rossii v istorii Dagestana, Moskva, 1965, p. 173.

5Cette année-là, que se passe-t-il dans le Caucase, et au Daghestan en particulier ? Avec la mort de Catherine II, Paul Ier, son successeur, adopte une nouvelle politique vis-à-vis de la région en mettant fin aux campagnes menées par Zoubov et en en retirant les troupes russes. Profitant de cette occasion, Agha Mohammad Shah envahit le Caucase et occupe Chouchi. Mais très vite, il est victime d’une conspiration et assassiné. Les troupes iraniennes se retirent à leur tour. En janvier 1797, Saint-Pétersbourg décide de créer une co-alliance sous protectorat russe réunissant le Daghestan et l’Azerbaïdjan, la politique de l’empire en Transcaucasie reposant désormais sur cette fédération de territoires tournés vers la Russie3. Ainsi, le 2 mai 1797, les lettres de créance du tsar sont remises au souverain tabasaran Rustam-Kadiy pour le remercier de sa loyauté envers l’empire durant l’invasion du Caucase par Agha Mohammad Shah. Par ailleurs, Mehti-bek de Tarki reçoit le titre de chamkhal4. L’été de cette même année, celui-ci prête allégeance à la Russie, jurant « de la servir et de lui obéir toujours fidèlement et unilatéralement5 ». Cependant, cela ne fonctionne pas au niveau de la fédération : « Dans ces conditions historiques particulières, les forces politiques du Caucase oriental n’étaient pas en mesure de réagir collectivement et étaient tiraillées par des contradictions internes.6 »

6Le siècle touche à sa fin. Le suivant débute en Russie par un régicide et l’avènement d’Alexandre Ier. L’ère napoléonienne s’achève moins glorieusement qu’elle n’avait commencé. Les décabristes connaissent quelques succès avant de voir la flamme de l’insurrection s’éteindre.

  • 7 A. Berže (ed.), Acty Sobrannye Kavkazskoi Arheografičeskoi Komissiei, vol. I, Tiflis, Typografia Gl (...)

7Pendant ce temps, le Caucase occupe de plus en plus de place dans la réalité et la pensée politiques russes : en 1801, Alexandre Ier signe un manifeste en faveur du rattachement de la Géorgie à l’Empire. L’année suivante, à la Monnaie de Saint-Pétersbourg, on frappe une médaille pour les membres de l’expédition menée par le comte Moussine-Pouchkine, qui avait pour mission de repérer des « minerais d’or dans les montagnes du Caucase et de l’Ararat7 ». En février 1804, une unité des troupes tsaristes ravage une douzaine de villages (aouls) dans la région de Piatigorsk et réprime les insurrections locales, l’événement étant lui aussi célébré par la frappe d’une médaille d’argent. En 1816 commencent les exactions du « proconsul » (ainsi que se désignait lui-même le général Alexis Iermolov), qu’on appelait alors aussi le « conquérant du Caucase ». Malgré les esprits anéantis et les campements dévastés que Iermolov laisse sur son passage, il ne parvient pas à éteindre le feu qui couve et qui sera ravivé lors de la longue lutte pour la libération nationale.

8Après son voyage dans le Caucase en 1820, Alexandre Pouchkine compose « Le prisonnier du Caucase », un poème tout empreint de sa passion pour la région et que les officiers du corps des cadets envoyés au Caucase lisent en cachette. Au même moment, la jeunesse s’enflamme pour Ammalat-Bek, Mulla Nur ou encore les Lettres du Daghestan du décabriste Bestoujev-Marlinski. La région montagneuse est au centre de toutes les attentions.

  • 8 K. Sultanov, « Čelovek-legenda », in Novoje delo, 48, 1997, p. 8.

9Mais, comme le souligne justement Kasbek Sultanov, « l’intérêt immense, durable et toujours renouvelé pour le Caucase pénétra la culture russe précisément sous le règne de Chamil, dont le combat, selon une perspective historique et culturelle, était perçu comme un message à l’humanité, une étape véritablement cruciale, un indicateur précis des problèmes vitaux des nations mineures. L’idée de liberté qui se répandit alors dans les consciences russe et européenne prit des accents de plus en plus caucasiens8 ».

10En 1834, Chamil se voit offrir l’occasion de devenir commandant en chef, mais il refuse face à une responsabilité qu’il juge trop grande. Mais le destin s’obstine et, après plusieurs refus, il accepte de devenir imam. Alors débute la grande épopée du Caucase.

11Pendant longtemps, chercheurs, écrivains et poètes se sont intéressés de très près à cette période. Un grand nombre de documents provenant d’archives et de collections privées témoignent ainsi de la lutte héroïque des peuples du Caucase et des changements majeurs qui affectèrent ces sociétés.

12La vie de Chamil se divise en deux parties. La première s’achève en août 1859 et correspond à son ascension en tant que guerrier, leader et figure publique. Chamil est véritablement l’incarnation de cette époque tragique et héroïque à la fois. La seconde, qui commence à Gounib et se termine en Arabie, est plus personnelle : elle est pour lui l’occasion de réfléchir au passé, à l’avenir de sa famille et à la perte de ses proches, d’entretenir des relations « diplomatiques » avec Saint-Pétersbourg et, surtout, de viser son objectif principal, faire le pèlerinage (haji). C’est la période de sa vie où Chamil effectue en quelque sorte un retour sur lui-même, alors que son nom est depuis longtemps déjà entré dans l’histoire.

13Si l’on connaît bien la première partie de sa vie, la seconde est quant à elle souvent délaissée. Ses contemporains l’ont évoquée dans leurs mémoires ; mais dans la littérature scientifique, elle se trouve réduite à une peau de chagrin. Comment expliquer cette absence d’intérêt pour la période russe de la vie de Chamil, qui ne dura pas moins de onze ans ?

14L’historiographie daghestanaise, en particulier, accorde peu de place à cette période de la vie de l’imam. En outre, les historiens amateurs locaux sont rarement prêts à admettre l’épisode de la capture de Chamil. Ils qualifient sa rencontre avec le général Bariatinsky sur les hauteurs de Gounib le 25 août 1859 de « conclusion d’accord » et son séjour à Kalouga de simple « contrainte ».

15On pourrait ainsi avoir l’impression que sa captivité, son exil forcé et le serment d’allégeance que l’imam prêta volontairement à la Russie ne sont qu’une simple série d’événements dans la vie de Chamil. On pourrait ainsi en rester là et ne pas s’interroger davantage sur la portée politique de ces épisodes, qui eurent pourtant un impact décisif sur le destin des peuples du Daghestan et sur la construction de l’État du Daghestan.

16Les partisans obsessionnels d’une vision simpliste de la vie de Chamil n’ont cessé de suggérer que l’imam aurait dû mourir à Gounib, ce qui aurait été une solution facile. Mais l’imam, y compris dans ces moments dramatiques, pense à son peuple, à son destin et prend alors une décision : céder devant le cours du monde et sauver le Daghestan !

  • 9 R. M. Magomedov, Dva stoletija s Šamilem, Makhatchkala, 1997, p. 3.

17On s’accorde alors aisément avec Rasul Magomedov lorsqu’il affirme que : « Dire la vérité historique, quand bien même elle serait amère, permet de libérer les tensions et d’apaiser les souffrances. La vérité doit nous servir, afin que nous apprenions ces leçons par nous-mêmes9. »

18 Cependant, quiconque penserait que la période russe du prisonnier Chamil masquerait un épisode honteux ou indigne de la vie de l’imam se tromperait grossièrement. Chamil traversa bien des situations délicates et en apparence désespérées, mais jamais il ne discrédita son nom. Au contraire, il fit face aux épreuves de la guerre et de la captivité. Il perdit beaucoup en chemin, fut témoin de nombreuses injustices et, dans le même temps, ne cessa de fasciner compagnons et partisans, opposants et rivaux, par la sagesse profonde de ses décisions.

19Après le mois d’août 1859, Chamil traverse une profonde crise psychologique et fait l’expérience du passage à un monde radicalement différent, celui des machines à vapeur et des fonderies, des grandes villes et des palais resplendissants, des étendues illimitées, sur terre et sur mer. Tout cela incite le montagnard de Guimry à changer sa vision du monde. Face au constat que le bonheur ne peut résulter de la guerre, l’imam tente à plusieurs reprises de trouver des accords pacifiques mais n’est pas écouté par l’autocratie. Il serait donc absolument faux de dire que Chamil n’aspirait qu’au combat armé.

20En Russie, nombreux furent ceux qui, dans l’entourage de l’imam, cherchèrent à déceler sur son visage des expressions de surprise et d’admiration pour tout ce qui s’offrait à son regard. Mais l’imam savait masquer ses émotions, son excitation et ses sentiments. Si on pouvait avoir accès à ses sentiments, nul doute qu’ils nous en diraient long.

21Certains font de Chamil le sujet de panégyriques affectueux, d’autres de diffamations soi-disant objectives. C’est là le propre des personnages historiques importants : ils suscitent des perceptions extrêmement variées, et leurs actes sont difficiles à expliquer car ils ne correspondent pas aux sentiments éthiques ordinaires. Un individu mérite le qualificatif d’« historique » à partir du moment où il refait surface à chaque nouvelle génération, non pas comme un invité venant de loin, mais directement comme un maître de vie.

22Dans tous les cas, la dignité et les faiblesses de cette personnalité brillante ne peuvent se mesurer que d’un point de vue historique global.

  • 10 H. M. Donogo, Imam Shamil’. Poslednij put’, Makhatchkala, 2016, p. 5.

23 Chamil ne s’est pas seulement imposé en étant placé sur un haut piédestal. Le meilleur monument qu’on puisse lui consacrer serait d’adhérer à ses enseignements et à ses engagements. « Il reflétait, tel un verre convexe, les vertus et les défauts des transformations du monde tel qu’il était tout particulièrement appelé à se former dans le Caucase10. »

24Pathos et drame de la guerre du Caucase… Triomphe et tragédie de Chamil…

25(Traduit de l’anglais par Camille Joseph)

Notes

1 Voir par ex. Muhammad Tahir al-Karahi, « Hronika Muhammada Tahira o dagestanskih vojnah v period Šamilja », Moskva/Leningrad, 1941 ; S. K. Bušuyev, « Bor’ba gortsev za nezavisimost’ pod rukovodstvom Šamilja », Leningrad, 1939 ; A. Y. Halilov, « Nacional’no-osvoboditel’noje dviženije gortsev Severnogo Kavkaza pod predvoditel’stvom Šamilja », Makhatchkala, 1991.

2 Voir par ex. Gadž i-Ali, « Skazanije očevidtsa o Šamile », in Sbornik svedenij o kavkazskih gortsah, vol. VII, Tiflis, 1873 ; M.N. Šišagova, Šamil’na Kavkaze i v Rossii, Saint-Pétersbourg, 1889 ; V. V. Bartol’d, « Šamil’ », in Sobranije sočinenij v 9 tomah, vol. II, part I, Moskva, Izdatel’stvo vostočnoj literatury, 1963.

3 Istorija Dagestana s drevnejših vremen do našihx dnej, t. 1, Moskva, Nauka, 2004, p. 453.

4 Archives de la politique étrangère de l’Empire russe [Arhiv vnešnej politiki Rossijskoj imperii], F. 77. Op. 77/6. 1791-1800 gg. D. 472. L. 195.

5 « Šamhaly Tarkovskije », in Sbornik svedenij o kavkazskih gortsah, vol. I, Tiflis, 1868, p. 62

6 V. G. Gadžijev, Rol’Rossii v istorii Dagestana, Moskva, 1965, p. 173.

7 A. Berže (ed.), Acty Sobrannye Kavkazskoi Arheografičeskoi Komissiei, vol. I, Tiflis, Typografia Glavnogo Upravlenija Namestnika Kavkazskogo, 1866, p. 313.

8 K. Sultanov, « Čelovek-legenda », in Novoje delo, 48, 1997, p. 8.

9 R. M. Magomedov, Dva stoletija s Šamilem, Makhatchkala, 1997, p. 3.

10 H. M. Donogo, Imam Shamil’. Poslednij put’, Makhatchkala, 2016, p. 5.

Auteur

Docteur en sciences historiques, directeur adjoint du musée national de la République du Daghestan.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search