Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

9. Les cultures du nord du Caucase et leurs mutations au tournant du xxe siècle

Le cas du peuple ingouche

Boris Kharsiev

Texte intégral

ILL. 1. Tour de clan. Le peuple ingouche est le peuple des tours, ainsi qu’il se dénomme lui-même (halghaï, de ghal : forteresse et ghaï – habitants). Ces tours forteresses, servant d’habitation, de refuge, de lieu de défense et de surveillance, ont été érigées par les divers clans (d’où leur nom de « tours de clan »). Il en subsiste plusieurs centaines. (Photo © CC by 3.0/Timur Ziev)

  • 1 A. V. Kostina, Nacional’naja kul’tura – etničeskaja kul’tura – massovaja kul’tura, Мoskva, Librokom (...)

1 Une ethnie ne peut généralement faire évoluer sa culture propre qu’au prix de transformations profondes et parfois contradictoires. Le processus soulève un certain nombre de questions : « Comment développer une culture qui combine des éléments universels et des éléments locaux ? Comment réaliser en pratique le principe théorique du dialogue des cultures ? Où situer la limite au-delà de laquelle l’interaction entre cultures conduit à la perte de leur identité originelle ? Comment distinguer entre influence culturelle et expansionnisme culturel ? Comment préserver les particularismes culturels tout en se montrant ouvert à la société d’information moderne ? Peut-on envisager le progrès technologique comme un progrès culturel ? Les moyens modernes de communication ont-ils un impact sur la façon de réfléchir et de percevoir, et si oui, lequel1 ? »

2Les universitaires comme les acteurs culturels s’intéressent depuis longtemps aux aspects ethniques et territoriaux du phénomène culturel. En effet, on a aujourd’hui largement pris conscience de l’existence d’ethnies différenciées. Par ailleurs, on voit de plus en plus souvent se manifester une résistance à l’uniformisation des modes de vie qui accompagne l’universalisation et la simplification générale de la culture et de ses institutions.

3Notre propos est de mettre au jour la chronologie des événements historiques qui sont à l’origine de tendances, socialement régressives ou progressistes, qui obéissent consciemment à des schémas d’intégration ou de dégradation culturelle. Il s’agira également de proposer une généralisation empirique à partir des sources primaires dont nous disposons, ce qui aidera à traiter objectivement de phénomènes similaires dans le futur.

4La culture Nakh est née dans le Caucase au moment où apparaissait l’ethnie proto-ingouche ; ses particularismes ont pu traverser les siècles. Les Ingouches (Glalgay), en tant que sujets socio-historiques, ont, à certaines époques, poursuivi des buts spécifiques liés à la mise en œuvre de leur culture et de leur société ; et, comme tout groupe ethnique, ils ont subi l’influence des bouleversements historiques.

5 Les normes culturelles sont, pour une large part, issues de la morphogenèse, c’est-à-dire du processus par lequel des formes d’interaction nouvelles sont intégrées dans la pratique sociale. Certaines de ces formes finissent par acquérir le statut de nouvelles normes qui régissent l’activité et les interactions au sein du groupe ethnique. Il peut s’agit de normes institutionnelles, avec une fonction fortement prescriptive ; de normes conventionnelles, de caractère plus permissif ; ou de normes statistiques, dont le pouvoir régulateur est moins systématique. Certaines formes, augmentées de nouveaux éléments, sont intégrées au système de construction identitaire, en particulier au niveau de microgroupes sociaux, comme la famille élargie.

6En tant que premier microgroupe social, la famille, chez les Ingouches, a joué un rôle majeur dans la formation des clans (teip), puis des communautés (shahra), et enfin de l’ethnie (kham). Les relations sociales se sont structurées suivant le même modèle : d’abord au niveau de la famille, puis au niveau de la communauté, enfin au niveau de l’État. À certaines époques, chaque communauté ingouche, dans tout le défilé montagneux, était une petite cité démocratique, laquelle avait délibérément intégré un ensemble plus large, partageant les responsabilités et les profits d’une fédération où chaque membre jouissait des mêmes droits. La structure sociale et politique de cette fédération était gouvernée avant tout par un principe de réciprocité dans les interactions sociales.

  • 2 Istorija Čečeno-Ingušetii, Grozny, 1992, p. 76.

7Jusqu’au début du XIXe siècle, le Mekhk-Khel ( « Conseil du pays » ) a joué un rôle important2. L’ensemble de la société était soumis aux décisions de cette institution civique, y compris à celles concernant l’appel des volontaires dans les corps d’armée populaires. Ces corps militaires étaient appelés au sein d’une communauté donnée et ceux qui refusaient de se rendre au rassemblement étaient sanctionnés. Dans quelques cas exceptionnels, il y a eu des corps de volontaires dans tout le pays.

  • 3 I. Popov, Sbornik statej Terskogo okruga, Vladikavkaz, 1878, vol. I., p. 262-263.
  • 4 Central’nij gosudarstvennij arhiv Respubliki Dagestan, fonds 1406, f. 294, l. 4-8
  • 5 I. M. Saidov, Obščestvenniy byt vajnahov XIX I načala XX vv, Makhatchkala, Avtoreferat kand. Disser (...)
  • 6 V. Laudajev, Čečenskoje plemja, in Sbornik svedenij o kavkazskih gorcah, no 4, Tbilissi, Tipografij (...)
  • 7 Akty Kavkazskoj Arheologičeskoj Komissii, vol. VII, p. 917-918 ; Tsentral’nij gosudarstvennyj vojen (...)
  • 8 I. M. Saidov, op. cit., p. 202.
  • 9 B. M. Kharsiyev, Ingušskiye adaty kak fenomen pravovoj kul’tury, thèse de doctorat, Rostov na Donu, (...)

8Le Mekhk-Khel réunissait les pouvoirs législatif3, judiciaire et exécutif4. Au moins deux fois par an, les représentants de diverses sociétés se retrouvaient en forum sous la direction du bachcha (« président »)5. Au sein du Mekhk-Khel, les Sages ingouches établissaient les lois concernant la propriété foncière et le fermage6 ; ils s’accordaient sur les lois régissant le comportement de chacun dans la société, et sur les sanctions réservées à ceux qui les enfreignaient. Ils prenaient la décision d’entrer en guerre ou de faire la paix ; ils régulaient le commerce extérieur7 et intérieur (par exemple en décidant des étalons de mesure, en fixant le prix du bétail, etc.), ils prenaient les dispositions nécessaires à la défense militaire, réquisitionnaient les biens matériels pour couvrir les besoins publics, et collectaient les impôts et les taxes8. Une phrase résume le pouvoir que détenait autrefois le Mekhk-Khel : « C’était un pays dont nul n’avait à se venger, mais qui ne laissait jamais impunie une attaque à son endroit9. »

  • 10 F. Y. Albakova, Sovremennije problemy nacional’no-etničeskogo soznanija na Severnom Kavkaze, http:/ (...)

9L’ethnie ingouche s’est installée sur une aire géographique spécifique du Caucase, et se caractérisait par un mode de reproduction simplement biologique. Par ailleurs, ses valeurs culturelles fondamentales se trouvaient exprimées dans l’unité externe de ses formes culturelles, dans les champs sémantiques unifiés utilisés pour communiquer et interagir, et dans les contacts symboliques et sémantiques visant à identifier et constituer le groupe ethnique en tant que tel10.

10La culture ingouche dans son ensemble touchait à tous les domaines de l’activité humaine, qu’il s’agisse de savoirs acquis, d’autoreprésentation, ou de représentations symboliques du monde extérieur. Elle structurait le groupe ethnique pour garantir son intégrité et favoriser le développement d’une organisation sociale autonome et capable de survivre à des situations diverses dans l’histoire. Les réalisations architecturales en pierre, que l’on peut encore observer aujourd’hui, nous permettent d’entrevoir certains traits de l’ancienne culture ingouche. En effet, parmi les artefacts notables de la culture matérielle ingouche, on trouve notamment des tours de pierre, des terrasses, des systèmes hydrauliques et d’autres structures, présentes dans les régions montagneuses de l’Ingouchie. Ces artefacts en pierre témoignent d’une technique architecturale très avancée. De toute évidence, ce sont bien les ancêtres des Ingouches qui ont construit ces tours, ces routes de montagne, ces terrasses très particulières servant à la culture de certaines céréales, ces moulins à eau et toutes ces réalisations, que ce soit pour protéger leurs territoires des hordes guerrières venant du nord ou du sud pour attaquer le Caucase, ou pour nourrir la population, y compris dans les zones montagneuses arides :

  • 11 G. Z. Anchabadze, « Vajnahi », in N. V. Gelašvili (éd.), http://docplayer.ru/32612080-G-z-anchabadz (...)

La production artisanale, en particulier la poterie et la métallurgie, tenait une place importante dans l’économie. On a trouvé de nombreuses poteries dans les monuments funéraires et dans les maisons, et on a découvert un certain nombre de fours à poterie. […] La métallurgie aussi a joué un rôle important. On fabriquait des armes, des outils et des ornements en métal. Les artisans locaux maîtrisaient plusieurs techniques de métallurgie : le moulage, le forgeage, le repoussé, la gravure, l’impression, l’incrustation, le tréfilage11.

11Au début du Moyen Âge, le récit épique traditionnel des Ingouches, l’épopée narte, a pris sa forme définitive au moment même où les Ingouches étaient chassés de leur territoire par les nations voisines.

12La culture matérielle et spirituelle des Ingouches est une manifestation de leur identité nationale, laquelle relève d’une axiologie des valeurs. Il nous faut étudier ces valeurs pour comprendre les évolutions historiques et culturelles observées chez les Ingouches, ainsi que toute leur philosophie sociale.

13 À partir du milieu du XVIe siècle, le nord du Caucase s’est vu intégrer dans l’orbite de Moscou, dont les aspirations géopolitiques s’étendaient. Depuis cette époque, la Russie n’a pas ménagé ses efforts pour s’adjoindre les États du Caucase.

  • 12 AVPRI DID (Archives des Affaires étrangères de l’Empire russe), L. 4180.

14La politique menée par les autorités tsaristes dans le Caucase, et les efforts des représentants des communautés ingouches fédérées, ont finalement abouti en 1770 (le 17 mars dans le calendrier grégorien) à une pétition de nobles ingouches demandant l’intégration de l’Ingouchie à l’Empire russe12.

  • 13 S. V. Kulešov, D. A. Amanžolova, P. V. Volobujev, Nacional’naja politika Rossii, Moskva, Russkij mi (...)

15Les montagnards du Caucase étaient disposés à subir patiemment le joug russe, tant qu’ils avaient la garantie de pouvoir conserver leur religion, leurs coutumes et leur mode de vie ; en d’autres termes, leurs traditions culturelles et spirituelles13. Ils exigeaient aussi, en retour, que l’État russe protège leurs intérêts matériels et moraux. C’est exactement en ces termes que la population ingouche du Caucase entendait, et acceptait, la citoyenneté russe. Les différentes parties qui signèrent ce traité historique avaient donc une compréhension différente de ce que devaient être les relations entre la Russie et le Caucase.

  • 14 I. Y. Kutsenko, « Kavkazskaja vojna i problema preemstvennosti politiki na Severnom Kavkaze, » Acte (...)

16Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’Empire russe avait besoin de forger des alliances avec les montagnards du nord du Caucase pour consolider sa position politique en Transcaucasie (sud de la région). Une fois sa domination fermement établie en Transcaucasie, la Russie ne pouvait plus revenir en arrière sur son « influence » sur les autres peuples du Caucase, dont les territoires la séparaient des terres nouvellement conquises au sud. Ainsi que le fait remarquer I. Y. Kutsenko, « il nous était indispensable de maintenir la domination russe dans le Caucase à tout prix, pour préserver notre seule voie de passage à travers les montagnes14 ».

17Les caractéristiques culturelles d’un peuple ou d’une ethnie sont directement liées à ses conditions de vie. Quand celles-ci sont modifiées, les règles qui régissent les relations entre les différentes communautés ethniques et peuples changent également. Ainsi, quand deux cultures ethniques changent leurs modes d’interaction, il leur faut trouver un nouveau compromis pour assurer le développement et la modernisation des espaces qu’elles partagent. C’est cette recherche d’interrelations positives, ainsi que des intérêts communs quant à leur autoconservation, qui amènent les différents groupes ethniques à travailler de conserve. Cependant, l’État russe s’est montré incapable d’établir une base de dialogue avec les différents peuples du Caucase, ce qui aurait permis de favoriser la paix et l’entente mutuelle entre la métropole et les régions plus éloignées.

18Dans ses relations avec de petites nations, la Russie peut adopter n’importe quelle politique d’intégration ou d’assimilation, tant que cela sert ses intérêts. En ce qui concerne les peuples du Caucase, l’Empire russe a choisi l’assimilation. Ceux qui résistaient à la russification étaient durement réprimés.

  • 15 S. Lurie, « Rossijskaja imperija kak etnokul’turnij fenomen », in Obščestvennije nauki i sovremenno (...)

19Dès les premières années où le Caucase a été « propriété » russe, des malentendus sont apparus entre les autorités russes et les montagnards. La puissance russe, habituée, du fait des traditions, au servage, ne pouvait pas comprendre et encore moins accepter la libre disposition de soi-même dans la société ingouche. En effet, les Ingouches refusaient de laisser implicitement leurs propriétés, leur fourrage et leurs bêtes à la disposition de l’armée, de rendre leurs armes personnelles ou d’obéir inconditionnellement aux ordres des nouvelles autorités russes. « Ceux qui ont mené la conquête du nord du Caucase et ont, les premiers, colonisé les territoires nouvellement occupés, n’avaient pas une idée très claire de leurs motivations ni des actions à mener pendant leur présence sur les territoires conquis. C’est là une donnée essentielle : la Russie ne s’est jamais dotée d’une doctrine coloniale claire (comme l’Angleterre l’avait fait, par exemple). On ne peut suffisamment insister sur le fait que la conscience nationale est, finalement, intimement liée à cette politique de domination par le haut15. »

20 La Russie se comportait avec les nations nouvellement conquises (ou celles qui avaient librement rejoint l’Empire) très différemment d’autres empires à la même époque (par exemple l’Angleterre et la France). Le colonialisme russe était assez spécifique. On peut dire que le colonialisme européen était de nature économique, tandis que le colonialisme russe serait d’avantage d’ordre socioculturel.

21Les métropoles européennes considéraient leurs colonies avant tout comme devant servir à la qualité de vie des résidents métropolitains et favoriser le progrès de l’économie nationale. En cette époque où les États-nations se constituaient et où s’établissaient leurs fondements historiques et culturels, la Russie, qui ne connaissait pas les frontières « étroites » de l’Europe, ne percevait pas non plus les territoires colonisés comme étant géographiquement isolés.

  • 16 V. G. Schneider, Rossija i Severnij Kavkaz v dorevoljucionnij period : Osobennosti integracionnyh p (...)

22Les colons n’ont donc pas reproduit dans un ailleurs lointain leurs traits ethnoculturels : ils les ont simplement étendus, principalement à l’est et à l’ouest de leur berceau historique, dans un continuum spatial. En perdant son territoire, un peuple perd sa culture : ce truisme est particulièrement valide dans le cas des Ingouches. Les terres, les tombes des ancêtres, les richesses minières furent confisquées et brandies comme des trophées par les occupants et, des générations après, ces trésors sont maintenant considérés comme faisant partie de l’héritage national des anciens envahisseurs. Le processus de formation d’une entité russe supra-ethnique, qui a absorbé beaucoup d’ethnies d’origine non slave, permet de bien comprendre la nature extensive du colonialisme russe. Appliquer le terme « extensif » au phénomène colonial est sujet à caution, cependant, dans la mesure où l’on peut se demander si l’expansionnisme ethnique russe et les tendances assimilationnistes à l’œuvre dans la construction d’une entité supra-ethnique sont légitimes. En d’autres termes, du point de vue européen, c’est l’aspect financier qui compte le plus dans le colonialisme, tandis que du point de vue russe, c’est le territoire, l’espace16.

23C’est en réprimant les nations tombées en disgrâce (destruction de colonies, évictions de certains groupes ethniques des terres inhabitées, promotion d’une structure de classe et de groupe dans l’ethnosphère), que les autorités tsaristes ont mené leur politique d’expansion dans le Caucase.

  • 17 A. Flier, Kul’turogenez, Moskva, Rossijskij institut kul’turologija, 1995, p. 137.

24« La culture ne peut pas être assimilée aux événements historiques eux-mêmes (phénomènes, événements, effets…), mais renvoie aux formes culturelles spécifiques qui leur sont liées17. »

  • 18 Z. A. Tabliašvili, V. E. Gorozia, « Čelovek : sootnošenije nacional’nogo i obščečelovečeskogo », in(...)

25Dans le Caucase, les valeurs étaient si différentes de celles de la métropole que les Ingouches n’avaient aucune raison de connaître une acculturation. La « culture », comme la « société », sont des concepts élastiques, à multiples facettes. La vie publique, c’est avant tout la vie intellectuelle, morale, économique, religieuse. Elle recouvre tous les aspects de la vie commune18.

26L’ensemble des valeurs, croyances, traditions et coutumes qui régissait la société ingouche et formait sa culture dominante ou prédominante, était complètement inacceptable pour le pouvoir colonial. La culture dominante peut être soit d’ordre national, soit d’ordre ethnique, selon le degré de complexité de l’organisation sociale du pays et le nombre d’habitants.

27La société ingouche, qui n’avait par exemple jamais connu l’esclavage, n’était tout simplement pas prête à accepter la domination d’un pouvoir autocratique. Les Ingouches, dans leur quasi-totalité, ne reconnaissaient au-dessus d’eux que la seule autorité divine, et considéraient que seul celui qui avait créé toute vie sur terre avait pu donner au peuple ingouche sa terre, ses lois et, à chaque homme, un cœur vaillant pour protéger le monde sacré des valeurs de l’ethnie. La mentalité des montagnards était caractérisée par une soif de liberté, soumise seulement à la foi. C’est cet ensemble de valeurs distinctives qui définissait le mode de pensée de l’ethnie ingouche.

  • 19 W. F. Stone, P. E. Schaffner, The Psychology of Politics, New York, Springer, 1988, p. 63.

28Les valeurs sont souvent considérées comme les éléments les plus structurants parmi tous les composants d’une culture ; ce sont « des idéaux abstraits […] qui ne sont pas liés à un objet ou à une situation en particulier, mais constituent une sorte de représentation humaine des modèles idéaux de comportement et des fins dernières19. »

29Le patriotisme anthropologique, ou génétique, est fondé sur la valorisation de la proximité biologique et géographique des membres d’une famille, d’une génération, d’une communauté, d’une ethnie, d’un berceau territorial. Ce patriotisme se forme à un niveau inconscient, sous la pression de traditions culturelles, et se traduit ensuite dans les valeurs, qui sont des constructions idéologiques. Pendant des siècles, les valeurs les plus hautes du peuple ingouche ont été l’amour du berceau territorial, le respect des coutumes et des traditions, la volonté et la liberté.

30Dans le Caucase, les autorités coloniales n’avaient pas besoin de rechercher un consensus ; la force brute n’est pas en mesure de produire des structures axiologiques viables.

31C’est l’Empire russe, et la politique qu’il mène depuis le début du XIXe siècle, qui est à l’origine des problèmes actuels des peuples du Caucase. Le népotisme idéologique auquel les peuples du Caucase ont été soumis a largement démontré depuis deux siècles son incapacité à promouvoir un dialogue constructif. Pourtant, il a continué d’être traditionnellement perçu comme une méthode de gouvernance fiable, et continue d’être à l’origine d’injustices criantes.

32Plusieurs publications se sont étendues sur le caractère prétendument « progressiste » de l’influence russe sur les cultures du Caucase, y compris la culture ingouche. Mais on ne peut souscrire à tous les arguments brandis par les tenants de cette thèse. Si cette politique d’humiliation, d’oppression et d’expulsion menée à l’encontre des Ingouches peut être qualifiée de « progrès », alors on peut tout à fait parler du rôle progressiste de la Russie dans le développement de la culture et de l’ethnie ingouches. Sinon, on est bien obligé de dire la vérité, et cela pour s’opposer à la politique de destruction à l’œuvre, pour favoriser le dialogue et pour finalement dépasser les problèmes les plus brûlants de la relation entre Ingouches et Russes.

33En même temps que les Ingouches apprenaient la langue russe, ils accédaient à un trésor littéraire mondial et à toute une culture technique. Le russe est devenu la langue de communication interethnique pour ceux qui vivent en Russie, et la langue officielle principale dans le système éducatif. Une ethnie est tout à fait capable de renouveler ses stratégies d’adaptation, ce qui génère de nouvelles formes culturelles et permet ainsi de résoudre les problèmes les plus urgents.

34La répression politique et militaire des Ingouches n’a pas été sans effet sur leur système de valeurs. Devant lutter constamment pour leur survie, ils ont vécu une crise de conscience. De plus en plus, des échecs dans la transmission de valeurs spirituelles, au profit de valeurs matérielles, se sont manifestés. Cela a eu un impact sur les niveaux de priorités dans le système de valeurs morales.

35On observe aujourd’hui des phénomènes nouveaux de désorientation au sein des familles, un affaiblissement de cette structure primaire et notamment de ses fondations qui, historiquement, étaient basées sur un système patriarcal. Ce qui est en cause, c’est la schizophrénie consistant à vouloir à la fois les valeurs spirituelles nationales traditionnelles, et le mode de vie moderne :

  • 20 V. V. Mironov, « Transformacija kul’tury v prostranstve global’noy kommunikacii », in Gumanitarij Y (...)

L’ancien système de valeur est soumis à une grande pression qui conduit à sa destruction. Les cadres intermédiaires d’adaptation ne permettent pas aux nouvelles générations de s’adapter aux valeurs traditionnelles. Les systèmes axiologiques et les traditions qui ont prévalu pendant des siècles sont aujourd’hui niés. Les nouvelles valeurs en cours diffèrent trop radicalement des valeurs traditionnelles pour que leur signification culturelle soit toujours évidente20.

36Pour résumer, aux XIXe et XXe siècles, les Ingouches ont connu une période d’instabilité politique et économique, une période de catastrophes et de chocs.

37Les premiers symptômes de cette crise générale sont les violations de la sphère d’identification. Lorsqu’une crise devient aiguë, des mécanismes de dégradation culturelle et de divisions intra-ethniques se mettent en place. Les seuls éléments structurants susceptibles d’apparaître demeurent temporaires ; ils ne peuvent pas assurer leur propre continuité dans le temps, et ne proposent aucun stéréotype culturel ou ethnique stable pouvant guider les comportements. Les conditions d’un conflit durable sont donc réunies, sapant les bases morales et spirituelles de l’ethnie en question, c’est-à-dire tout ce qui fait sa spécificité culturelle. Dans un tel système social, incapable de pourvoir aux besoins primaires, les individus vont se tourner vers d’autres valeurs susceptibles de répondre à leurs besoins.

38Le nouveau système moral tel qu’il est promu par les médias et la société d’information à travers le monde a bouleversé l’éthique. Tout ce qui permet de tirer profit de quoi que ce soit sans violer les lois nationales (c’est-à-dire les lois inventées par l’homme pour réguler ses activités créatrices) devient moralement acceptable. L’éthique se voit séparée à dessein de ses fondements religieux et moraux ; elle perd sa base sacrée et, donc, sa capacité à susciter une angoisse morale et spirituelle, essentielle au monde duel de tout individu.

39En négligeant des problèmes vitaux, on finit par perdre la foi dans l’homme. Celui-ci est alors confronté à sa propre insignifiance face aux grandes réalisations de la civilisation :

  • 21 V. V. Čigareva, Krizis rossijskogo obščestva i rol’ civilizacionno-kul’turnoj identičnosti v ego pr (...)

L’abondance de biens matériels et d’informations agit comme un encouragement à répondre aux besoins primaires des populations. Mais contrairement à ce qu’affirment les idéologues du libéralisme, elle ne conduit pas à une personnalisation accrue de la prise en charge des individus, mais à un renversement des bases sociales, à l’indifférence et à l’apathie. On observe une véritable désintégration sociale, qui touche au désir même de mener des activités productives, et qui ne laisse subsister que les formes les plus simples d’échanges matériels21.

40L’Ingouchie traverse en ce moment une nouvelle phase de développement culturel. Il est capital de préserver les traditions ancrées dans la culture nationale pour permettre à la famille, à la société et, finalement, à cette nation faiblement peuplée de continuer dans son entier à progresser.

41(Traduit de l’anglais par Chloé Thomas)

Notes

1 A. V. Kostina, Nacional’naja kul’tura – etničeskaja kul’tura – massovaja kul’tura, Мoskva, Librokom Publ., 2009. p. 3.

2 Istorija Čečeno-Ingušetii, Grozny, 1992, p. 76.

3 I. Popov, Sbornik statej Terskogo okruga, Vladikavkaz, 1878, vol. I., p. 262-263.

4 Central’nij gosudarstvennij arhiv Respubliki Dagestan, fonds 1406, f. 294, l. 4-8

5 I. M. Saidov, Obščestvenniy byt vajnahov XIX I načala XX vv, Makhatchkala, Avtoreferat kand. Dissertacii, Tbilisskij Gosudarstvennyj Universitet 1972, p. 202.

6 V. Laudajev, Čečenskoje plemja, in Sbornik svedenij o kavkazskih gorcah, no 4, Tbilissi, Tipografija Glavnogo Upravlenija Namestnika Kavkazskogo, 1878.

7 Akty Kavkazskoj Arheologičeskoj Komissii, vol. VII, p. 917-918 ; Tsentral’nij gosudarstvennyj vojenno-istoričeskij arhiv, fonds 26, p. 152, f. 514, l. 126-127 ; Raport generala Rtiščeva vojennomu ministru Barklaju de Tolli ot 6 oktjabrja 1811 , no 1858.

8 I. M. Saidov, op. cit., p. 202.

9 B. M. Kharsiyev, Ingušskiye adaty kak fenomen pravovoj kul’tury, thèse de doctorat, Rostov na Donu, izdatel’stvo Artem, 2003, p. 71.

10 F. Y. Albakova, Sovremennije problemy nacional’no-etničeskogo soznanija na Severnom Kavkaze, http://miris.eurac.edu/mugs2.

11 G. Z. Anchabadze, « Vajnahi », in N. V. Gelašvili (éd.), http://docplayer.ru/32612080-G-z-anchabadze-v-a-y-n-a-h-i-redaktor-n-v-gelashvili-tekst-kartoshemy-g-z-anchabadze.html,2001,p. 26.

12 AVPRI DID (Archives des Affaires étrangères de l’Empire russe), L. 4180.

13 S. V. Kulešov, D. A. Amanžolova, P. V. Volobujev, Nacional’naja politika Rossii, Moskva, Russkij mir, 1997, p. 92.

14 I. Y. Kutsenko, « Kavkazskaja vojna i problema preemstvennosti politiki na Severnom Kavkaze, » Actes du colloque Kavkazskaya voyna : uroki istorii i sovremennost’, 16-18 maja, 1994 g., Krasnodar, Rossijskij institut kul’turologii 1995, p. 55.

15 S. Lurie, « Rossijskaja imperija kak etnokul’turnij fenomen », in Obščestvennije nauki i sovremennost’1994, no 1, p. 57.

16 V. G. Schneider, Rossija i Severnij Kavkaz v dorevoljucionnij period : Osobennosti integracionnyh protsessov, Moskva, Sojuz, 2005, p. 97.

17 A. Flier, Kul’turogenez, Moskva, Rossijskij institut kul’turologija, 1995, p. 137.

18 Z. A. Tabliašvili, V. E. Gorozia, « Čelovek : sootnošenije nacional’nogo i obščečelovečeskogo », in V. V. Partsvania (ed.), Sbornik materialov meždunarodnogo simpozjuma, 19-20 maja 2004, volume 2, Sankt-Peterburg, Société philosophique de Saint-Pétersbourg, 2004, p. 243.

19 W. F. Stone, P. E. Schaffner, The Psychology of Politics, New York, Springer, 1988, p. 63.

20 V. V. Mironov, « Transformacija kul’tury v prostranstve global’noy kommunikacii », in Gumanitarij Yuga Rossii, 2012, p. 104.

21 V. V. Čigareva, Krizis rossijskogo obščestva i rol’ civilizacionno-kul’turnoj identičnosti v ego preodolenii (Avtoreferat dissertacii na soiskanije učenoj stepeni kandidata filosofskih nauk), Irkutsk, 2003, p. 4.

Table des illustrations

Légende ILL. 1. Tour de clan. Le peuple ingouche est le peuple des tours, ainsi qu’il se dénomme lui-même (halghaï, de ghal : forteresse et ghaï – habitants). Ces tours forteresses, servant d’habitation, de refuge, de lieu de défense et de surveillance, ont été érigées par les divers clans (d’où leur nom de « tours de clan »). Il en subsiste plusieurs centaines. (Photo © CC by 3.0/Timur Ziev)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteur

Directeur du Département d’ethnologie, Institut de recherche ingouche Chakh Ahriev, république d’Ingouchie.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search