Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

8. L’histoire singulière de la communauté grecque pontique

L’hellénisme russe, du Pont au Caucase

Servanne Jollivet

Texte intégral

« J’ai déploré ma race éternellement crucifiée, de nouveau mise en péril sur le mont prométhéen du Caucase. Ce n’était pas Prométhée, c’était la Grèce du Caucase, clouée par l’État et la Violence — telle était sa croix — et on entendait son cri. Elle criait aux gens, à ses enfants de la sauver. »
Nikos Kazantzakis,
Lettre au Greco, « Caucase »

  • 1 Cette synthèse s’appuie sur les travaux qui ont déjà été menés, du côté français notamment par Mich (...)

1L’expédition « la Toison d’or » (Xryssomallo Deras), organisée in extremis par l’État grec le 16 août 1993 s’inscrit dans la mémoire des exodes successifs d’une communauté longtemps diasporique. Ce rapatriement, qui permit à près de 15 000 Grecs pris en étau dans la guerre qui déchirait alors la Géorgie, dans la région caucasienne de Soukhoumi, de rejoindre la Grèce, liait ainsi l’époque la plus récente à l’histoire mythologique de l’hellénisme, faisant des derniers membres survivants de cette vaste communauté les « nouveaux argonautes » contraints à l’exil. En lien avec les noms de Prométhée, et des Argonautes, la mythologie grecque regorge en effet de héros provenant de ces régions, attestant très clairement l’appartenance du Caucase à la cartographie de l’hellénisme le plus ancien. Originaires des rivages et vallées montagneuses du pourtour oriental de la mer Noire, les Grecs originaires du Pont-Euxin, dits Pontioi — parfois qualifiés de Romaioi, Rum, Urum, Ellinopontioi, Kafkasioi ou Mikrasiates — forment à cet égard une communauté singulière, qui se trouva, à mesure des exodes et déplacements, en première ligne des multiples bouleversements qui secouèrent la région du Caucase, zone charnière comme fut celle du Pont durant les deux derniers siècles. Son récit est celui de l’histoire extrêmement mouvementée et complexe, souvent tragique — liée aux exodes, persécutions et déportations — d’une population dont l’identité s’est constituée dans l’adversité, mais également celui d’une diaspora qui n’a eu de cesse, même ultérieurement dispersée dans le monde entier, de réaffirmer sa provenance et son appartenance dans la vaste histoire de l’hellénisme1.

De l’origine pontique au Caucase

2La situation charnière du Caucase en fait assurément une des régions les plus composites sur le plan ethnique, aussi bien que confessionnel. Territoire qui s’étend du sud de l’actuelle Russie à la Turquie, de la Géorgie au Daghestan, jusqu’à l’Arménie, le Caucase rassemble en effet une extrême diversité de populations, des Géorgiens aux Tchétchènes, en passant par les Abkhazes, Ingouches, Tcherkesses, les peuples du Daghestan (Avars, Lezghiens…), les Arméniens, les Russes, les Juifs, les peuples d’origine iranienne (Kurdes, Ossètes), mais également venus d’Asie centrale (Azéris, Koumyks, Karatchaïs, Balkars…). On y recense plus d’une centaine de langues, principalement caucasiennes, mais également sémitiques, indo-européennes et turco-mongoles, hétérogénéité qui se traduit par une véritable mosaïque confessionnelle, avec coexistence des religions juive, chrétienne sous diverses variantes (Russes, Géorgiens, Arméniens), musulmane chiite (Azerbaïdjan), sunnite et même dans le passé bouddhiste.

  • 2 Patrick Counillon, « Les Grecs du Pont dans le royaume de Mithridate. Le témoignage des géographes (...)

3Dans ce creuset montagneux, qui s’étend au carrefour des mondes turc, iranien et russe, dans un environnement ethnique extrêmement complexe, la population grecque, originairement installée sur le pourtour de la mer Noire, constitue, avec les communautés juive et arménienne, une des communautés « autochtones » les plus anciennes. L’installation des Grecs dans cette région, principalement concentrés autour du Pont, constitue en effet un phénomène qui remonte à l’Antiquité. Atteint par les navigateurs grecs de Milet, au VIIIe siècle avant notre ère, le pourtour de la mer Noire est jalonné de nombreuses colonies issues de la cité ionienne (Sinope, Irakleia, Amisos, Kerasous, Trébizonde… )2. Suite aux conquêtes menées par Mithridate au IIe siècle avant notre ère, la présence grecque s’étend ensuite plus largement dans les deux principales régions que sont le « Pont micrasiatique », dit Pont-Euxin, et la presqu’île de Crimée, ensemble régional où la présence grecque est attestée depuis près de trois millénaires. Elle a été favorisée par la succession des grands empires, byzantin jusqu’à la chute de Constantinople — à travers l’ancien royaume de Trabzon (Trébizonde), lié aux Comnènes, dernier État grec-orthodoxe conquis par les Ottomans en 1461 —, l’Empire ottoman, pendant près de quatre siècles, l’Empire tsariste, puis l’État soviétique, avant de tomber sous la coupe du nouvel État kémaliste au sortir de la Première Guerre mondiale.

  • 3 On nommait alors « acritiques » — de akra qui renvoie à la notion de frontière — les soldats instal (...)
  • 4 Michel Bruneau, « Les Grecs pontiques, du Pont au Caucase, à la Grèce et à la diaspora », in Revue (...)

4De par sa situation géographique frontalière, passage et carrefour entre Orient et Occident, voie commerciale majeure en mer Noire, la région du Pont se situe au carrefour des zones d’influence des grands empires, sise sur la ligne de front entre de grands espaces culturels, parfois antagonistes, au croisement du monde slave oriental, de la péninsule anatolienne et du Caucase. Peuple des montagnes, la communauté grecque pontique doit ainsi sa spécificité à son caractère initialement « acritique3 » qui en font un véritable « peuple des frontières4 ». C’est cette position « acritique », qui scelle la particularité de cette communauté traditionnellement prise en étau entre différents empires, et qui n’a cessé de subir, en sa longue histoire, les conquêtes et offensives, de part et d’autre d’une ligne de frontière qui n’a cessé de se déplacer, exacerbée par les revendications nationalistes durant les deux derniers siècles, du Pont au Caucase et, plus récemment, aux territoires méridionaux de l’ex-Union soviétique.

  • 5 Sur l’installation des Grecs dans la région du Kars, voir Elefterios Charatsidis, « Les Grecs d’Arm (...)

5Hormis l’ancienne communauté grecque cosmopolite « phanariote » installée en Crimée ou à Odessa, et les migrants métallurgistes venus de Chaldia, de la région d’Argyroupoli et de Theodosioupoli (Erzerum) en Géorgie au XVIIIe siècle après le déclin économique des installations minières du Pont, la quasi-totalité de la population grecque installée dans la région pontique et plus particulièrement dans le Caucase est originaire des zones montagneuses et du littoral de la mer Noire. Son installation dans le Caucase proprement dit est relativement tardif, épousant les flux et reflux, avancées et reculs de l’armée russe contre les Ottomans dans une zone charnière où l’enjeu était alors d’attirer les populations chrétiennes, grecques, mais également arméniennes pour repeupler des espaces quasiment déserts, notamment au sud de Tbilissi et dans la région de Kars-Ardahan. Sous la pression des Ottomans, très vite, le Caucase tend ainsi à devenir un espace de repli vers la Russie, entraînant les mouvements migratoires inverses des populations musulmanes (Circassiens, partiellement Abkhazes, Tchétchènes…). Lors de l’avancée russe dans la région au XIXe siècle, des centaines de milliers de musulmans sont ainsi contraints à l’exode, repoussés à leur tour vers le nord de la Turquie et les montagnes du Caucase septentrional. Entamée au XVIIe siècle, l’avancée russe dans le Caucase est très tôt marquée par l’annexion de la Géorgie orthodoxe en 1801, suite à sa demande de protection face l’avancée ottomane. Il faut néanmoins attendre le début du XIXe siècle et la succession des guerres russo-turques pour expliquer l’installation massive des populations grecques dans la région du Caucase, jusqu’à l’installation définitive des Russes dans la région à partir de 1864. Après la première guerre russo-turque en 1828-29, la région passe en effet sous la tutelle russe, entraînant le premier exil des Grecs de Trébizonde qui dans le sillage de l’armée russe s’installent dans les territoires arméniens, mais également dans la région de Kars et celle de Tsalka dans l’actuelle Géorgie5. Durant tout le XIXe siècle, l’Empire russe, soucieux de repeupler des zones montagneuses et peu accessibles, fut ainsi à même d’offrir à la communauté grecque pontique des conditions de vie favorables dans un contexte particulièrement troublé, entraînant progressivement le déplacement massif d’une grande partie de la communauté du Pont dans le Caucase. Le cas de la famille Gurdzieff est ainsi emblématique de ces exils successifs, une famille qui quitte en 1874 la ville d’Argyropoli située dans la région du Pont pour Alexandroupoli, en Arménie, avant de rejoindre la ville de Kars, située dans le sud du Caucase et l’est de la Turquie actuelle. Comme Georges Gurdzieff le rappelle dans ses mémoires :

  • 6 Georges Gurdzieff, Rencontres avec des hommes remarquables, Paris, « J’ai lu », 2008, p. 62.

Mon père était d’origine grecque. Ses ancêtres avaient vécu dans l’Empire byzantin, qu’ils quittèrent après la prise de Constantinople par les Turcs pour échapper aux poursuites… Ils s’installèrent ensuite sur les côtes orientales de la mer Noire, dans la région d’Argyroupoli. Plus tard, avant la dernière guerre russo-turque, ils migrèrent en Géorgie chassés par les Turcs6.

6Suite à la première guerre russo-turque et pendant les décennies suivantes, un grand nombre de familles grecques du Pont se réfugient ainsi dans le Caucase, à mesure que les conditions de vie des non musulmans se détériorent. On constate ainsi le déplacement de villages entiers du Pont, scandé par les différentes guerres russo-turques. Sont ainsi fondés 43 villages au sud de Tiflida en 1828, 77 villages dans la région du Kars et de l’Abkhazie, en Géorgie. Une première vague de migrants s’installe dans les vallées montagneuses de Tsalkas et de Tetri-Tskaro au sud de Tbilissi après la guerre russo-turque de 1828-29. Une seconde vague, suite à la guerre de Crimée (1853-56), entraîne l’installation de 60 000 Grecs du Pont dans les régions de Kouban et de Stavroupoli. Pendant la guerre russo-turque de 1876-78, on assiste à une fuite massive du Pont de Grecs en pro venance des régions nord et est d’Argyroupoli et de Chaldia, qui débouche sur la création de 50 villages supplémentaires à Tiflida. Durant le XIXe siècle, ce sont ainsi des centaines de milliers de Grecs qui s’établissent dans les régions de Terek, Stavroupoli, Sosoumi, Batoumi (villages d’Achalsion, de Koronistav, Askova, Takova, Kvirikas). En 1880, près de 100 000 Grecs s’étaient déjà implantés en Crimée et dans le Caucase. Cette installation fut favorisée dans les vallées du Caucase au sud de Tbilissi et dans la région steppique de Kars-Ardahan, sur le plateau arménien de l’Anti-Caucase, annexé par la Russie entre 1878 et 1918. Le seul XIXe siècle est ainsi marqué par l’arrivée de 300 000 Grecs venus du Pont, dont 15 000 à Bakou en Azerbaïdjan, 20 000 à Stavroupoli ou encore 40 000 en Crimée.

7S’élevant à 150 000 personnes au début du XXe siècle, la population grecque installée dans le Caucase constitue une communauté extrêmement soudée et relativement homogène. Si la première vague de Grecs qui arrivent dès la fin du XVIIIe dans les régions minières du Caucase sont principalement des métallurgistes issus de la région montagneuse d’Argyropoli, mettant à profit leur savoir-faire dans le travail artisanal des métaux et dans la sidérurgie — notamment dans leur contribution à la construction du chemin de fer transsibérien —, les deux tiers sont des agriculteurs et viticulteurs, spécialisés dans la polyculture et l’arboriculture fruitière, ainsi que dans la culture du tabac, dans les régions de Kars, Sourangkel, Soganlouk, Olti et de Kagisman, ou éleveurs dans les régions montagneuses d’Ardachan et de Kiolas. Le dernier tiers est principalement composé de commerçants, artisans et marins, fait dû à l’important réseau grec de navigation et de commerce, de blé et autres produits agricoles, dans la région du Pont et dans les ports russes de la mer Noire (Odessa, Kertch, Rostov, Novorossiisk, Batoumi).

  • 7 Voir Georges Drettas, « La langue pontique comme objet identitaire. Questions de représentations », (...)

8Comme pour les diasporas juive, arménienne ou assyro-chaldéenne, la langue et la religion constituent sans conteste les éléments d’identification déterminants pour la population grecque de la région. Le maintien de la langue grecque, dite « pontique » a en effet été facilité dans l’Empire byzantin, puis dans les empires tsariste et ottoman, notamment en raison de la structuration de ce dernier en milleti. La relative autonomie des communautés a ainsi permis, pendant des siècles, la préservation de la langue grecque, à travers le dialecte vernaculaire pontique, conservé au sein des familles, et un enseignement en langue démotique à travers l’école et la religion. Le maintien de la langue, ou des langues du Pont, ce qu’on appelle le pontiaka, transmis de manière orale, constitue ainsi le principal ciment de cette communauté soumise à un exil permanent ; il est pour une grande part le phénomène explicatif de la continuité multimillénaire de la langue grecque dans la région du Pont, puis dans les régions reculées du Caucase ou de Russie7. Quant au réseau d’enseignement local en langue grecque, par des professeurs formés au lycée de Trébizonde (Frontistirio), il assurait à la population grecque un niveau d’alphabétisation (80 % des hommes) nettement supérieur au taux moyen du reste de la Russie ; une éducation qui sera systématiquement étendue aux femmes après 1900.

  • 8 Pour un approfondissement, voir Michel Bruneau, « Lieux de mémoire, hauts lieux et diaspora : Sanda (...)

9Soudée également par une forte empreinte religieuse, la communauté pontique dispose d’un dense réseau ecclésiastique, avec un clergé formé à Trébizonde et dans les nombreux monastères fortifiés construits dans la région du Pont, puis dans les différentes régions du Caucase. Transmis de génération en génération, de nombreux rites, religieux et autres, viennent également resouder périodiquement la communauté. Le culte de la Vierge Soumela (Panagia Soumela) constitue, notamment, l’un des cultes fondateurs de l’imaginaire pontique : il s’est transmis de génération en génération, avec ceci d’intéressant qu’il s’est lui-même « déplacé » à mesure des exils successifs de la population. Initialement localisé dans la région pontique de Trabzon, où une icône de la vierge aurait été trouvée à flanc de falaise, lieu d’édification de l’impressionnant monastère de Sumela au VIIIe siècle, ce culte, avec cérémonies et pèlerinages, se perpétue ensuite dans les régions de pérégrination des Pontiques, dans les monastères du Caucase et de Russie, dont le très célèbre monastère Athona situé dans la région abkhaze de Géorgie ; on le retrouve ensuite implanté dans le cadre du centre religieux pontique de Panagia Sumela en Macédoine, faisant ainsi de Kastania où il est installé une nouvelle Soukhoumi, dans la continuité directe du culte initié à Trébizonde pendant la période byzantine8.

  • 9 Sur l’installation des Pontiques en Macédoine, voir Artémis Xanthopoulou-Kyriakou, « Émigration d’é (...)

10De la fin du XIXe siècle jusqu’en 1918, le mouvement migratoire se poursuit, marqué par l’arrivée de 70 000 Grecs et la création de 74 villages dans la région de Kars-Ardahan dans l’Anti-Caucase. Mais, suite au « traité d’amitié et de fraternité » signé en 1921 entre les bolchéviques et le nouvel État kémaliste, la rétrocession de la région de Kars à la Turquie est marquée par un nouvel exode face à l’avancée des troupes ottomanes. La population grecque se réfugie alors autour de Tbilissi et dans le nord du Caucase, puis à Batoumi où des navires envoyés par le gouvernement grec les rapatrient en 1920- 1921 : ces réfugiés s’installent principalement au nord de la Grèce, en Macédoine et en Thrace, plus particulièrement à Kilkis, Florina, Drama, Imathia, Serres, dans une région balkanique montagneuse aux frontières de la Yougoslavie : encore une fois donc, en position charnière et « acritique »9.

11Les migrations sont motivées par les nombreuses persécutions subies de la part des Jeunes-Turcs, mais également par le désir d’éviter les contraintes du service militaire dans l’armée turque. Pour la seule année 1913, le nombre de Grecs trouvant refuge dans le Caucase avait dépassé les 150 000 individus. La communauté grecque dut à cette époque faire face, en contrepartie, au risque accru d’assimilation forcée du côté russe : en cause la montée en puissance du mouvement panslaviste qui tentait d’imposer uniformément dans l’ensemble du territoire impérial l’apprentissage de la langue russe comme langue d’enseignement obligatoire, et la mise sous tutelle de l’enseignement et des églises grecques, jusqu’ici relativement autonomes. La période qui suit la chute de l’Empire russe est en revanche marquée, jusqu’à la fin des années 1930, par un regain d’autonomie et une reviviscence des communautés dites « minoritaires », notamment à travers la réouverture des écoles, la multiplication des associations culturelles, organes de presse et fêtes collectives. La communauté grecque se trouve ainsi dans une situation quelque peu paradoxale, se revendiquant localement comme « grecque », mais sans obtenir encore de reconnaissance de la part du nouvel et jeune État grec : l’hellénisme russe ne s’inscrivait pas encore, de par l’éloignement géographique, dans le projet expansionniste hellénique, jusque là entièrement concentré sur le Pont et la côte micrasiatique.

  • 10 ΙΑΜ, ΓΔΜ, dossier 64, bulletin du 12 juillet 1914.

12Au sortir de la guerre, la révolution russe et la chute de l’Empire tsariste offrent aux territoires caucasiens l’occasion de revendiquer leur indépendance, avec la République démocratique de Géorgie, suivie des républiques démocratiques d’Arménie et d’Azerbaïdjan, qui formeront l’éphémère République démocratique fédérative de Transcaucasie, membre de l’Union soviétique. Sur ce modèle, la question de la fondation d’une république grecque du Pont ne manqua pas de se poser, après l’effondrement de l’Empire ottoman. Mais le contexte n’était pas favorable, marqué par la défaite de l’armée grecque en Asie mineure et la concession de la région par le pouvoir soviétique au nouvel État kémaliste. Un premier congrès panpontique eut néanmoins lieu en 1918 à Bakou puis, l’année suivante, un second eut lieu à Thessalonique en présence des autorités grecques. Dès 1913-14, un vaste programme de rapatriement des Grecs originaires du Caucase et du Pont avait été mis en place par le gouvernement, marquant ainsi le début de l’ingérence de l’État grec en faveur de ces populations. Sur les 230 000 réfugiés du Pont et d’Asie Mineure, au fil des délocalisations, 130 000 s’installèrent ainsi en Thrace et en Macédoine, notamment dans la région de Kilkis, principalement des commerçants et agriculteurs, parmi lesquels 36 000 venus de Bulgarie, 70 000 de Thrace orientale, 20 000 d’Asie mineure, et 4 000 du Caucase, soit quelques 853 familles, selon les chiffres avancés par le comité d’installation des réfugiés10. Dix ans plus tard, ce mouvement de « rapatriement » s’intensifia suite au traité de Lausanne (1923) qui stipulait, suite à la défaite grecque, l’échange de populations avec l’arrivée massive de populations grecques en provenance d’Asie Mineure et du Pont. Sur un total de 1 200 000 réfugiés enregistré alors, plus de 200 000 étaient originaires du Pont, et environ 30 000 du Caucase. Ces rapatriements furent extrêmement bien organisés, du côté grec, avec l’envoi de nombreux bateaux, accompagnés par la mise en place d’une politique systématique de repeuplement de la zone frontalière balkanique, en grande partie vidée de ses populations musulmanes ou chrétiennes slavophones.

  • 11 Sur la « question pontique », voir notamment les travaux de Konstantinos Fotiadis ; voir également (...)

13Il faut rappeler un élément important de ce contexte : alors que la Russie occupait depuis près de cinquante ans la moitié orientale du Pont, ainsi que la région de Trébizonde, le retrait des troupes russes en 1917, décidé par les bolchéviques, entraîna une vague migratoire, formée par une grande partie de la population grecque de la région, soit près de 85 000 personnes. Comme le rappelle Michel Bruneau, 60 000 Grecs de Kars-Andachan se réfugièrent alors dans les villes portuaires de Batoumi (Batoum) et de Novorossiisk. La répression de la population arménienne et grecque demeurée dans cette région, comme celle d’Asie Mineure, déboucha sur les massacres que l’on sait, perpétrés par les Jeunes-Turcs puis par l’État kémaliste, qui se soldèrent par l’extermination de la moitié de cette population entre 1919-23. Sur quelque 600 000 personnes, plus de la moitié furent anéanties, déportées ou emprisonnées, ce qui autorise à parler d’un véritable génocide, « génocide de l’hellénisme pontique » — qui ne sera reconnu que tardivement par l’État grec, en février 1994, sous la pression des associations pontiques11.

Du Caucase à la Sibérie : un peuple en exil permanent

14La période charnière des XIXe-XXe siècles a été marquée par les revendications nationalistes qui rompent l’équilibre précaire des anciens Empires ; elle constitue une période d’instabilité extrême, qui se traduit dans le Caucase et les Balkans par des échanges et exodes permanents de populations, des nettoyages ethniques de part et autre, du génocide de la population grecque et arménienne du Pont par les kémalistes aux déportations dans les goulags de Sibérie. Principalement marquée par les trois grandes vagues que sont l’échange de population après 1923-24, l’exil suite aux purges staliniennes des années 1930 et 1940 et la dissolution de l’Union soviétique après 1991, l’arrivée en Grèce des réfugiés pontiques fait ainsi figure de véritable exode massif.

  • 12 Sur cette période, voir Vlassis Agtsidis, « Les déplacements forcés : Asie centrale et Sibérie ; te (...)

15La période stalinienne dans l’ex-URSS marque un nouveau tournant pour les populations installées dans le Caucase et dans le sud de la Russie. Suite aux tentatives d’insurrection fomentées par les Allemands pour soulever les populations du Caucase et s’emparer des réserves pétrolifères, Staline s’engage dans une vaste opération de déportation des populations non « russes » dans les steppes d’Asie centrale12. La volonté d’éradiquer toute velléité nationaliste et séparatiste entraîne des persécutions, assassinats et déportations massives de nombre de populations, dont les Grecs. À partir de 1936 et jusqu’à la fin de Seconde Guerre mondiale, la majeure partie de la population grecque, désormais officiellement stigmatisée comme « ennemis du peuple », ennemis de l’intérieur, est ainsi mise au ban de l’Union soviétique, les personnalités politiques exécutées sans aucune forme de procès, les hommes d’âge adulte arrêtés et l’ensemble de la population déporté. Dès 1938, la fermeture définitive des écoles grecques, l’interdiction de toute association et rassemblement collectif, jointe à l’imposition obligatoire de la langue russe en vue de « soviétiser » la population, rendent les conditions particulièrement difficiles pour les communautés minoritaires implantées dans le Caucase. Ce mouvement trouve son acmé dans les années 1937-1938, puis reprend en intensité à la fin de la guerre, entre 1944 et 1949, années au terme desquelles la quasi-totalité de la population grecque d’Union soviétique, soit près de 200 000 personnes aura été chassée, déportée vers les camps sibériens et les kolkhozes d’Asie centrale. Les Grecs de Crimée furent principalement dispersés dans les régions d’Ouzbékistan et du Kazakhstan, tandis que ceux de Géorgie, soit plus de 40 000, sont envoyés principalement en Asie centrale et dans le Sud de la Sibérie. Selon les chiffres avancés par la communauté pontique, ce seraient près de 47 000 Grecs qui disparurent pendant cette période, exécutés ou victimes de mauvais traitements durant leur déportation. Les Grecs qui en réchappent, soit par assimilation tardive ou qui ne disposaient pas alors de passeport grec ou non répertoriés, se retrouvent une nouvelle fois contraints de fuir.

16Si le processus se poursuit au début des années 1950, il faut attendre la mort de Staline en 1954, et notamment la période de « dégel » amorcée sous Khrouchtchev, pour que les populations déportées aient l’autorisation de rentrer au pays et soient réhabilitées, avec reconnaissance des massacres perpétrés, comme dans le cas du village grec de Kouma (Abkhazie), où la totalité des hommes, soit une centaine furent massacrés. Le contexte turc n’étant pas favorable, marqué par les pogroms anti-grecs et anti-chrétiens de 1955, le retour dans la région du Pont restait impossible : beaucoup de Grecs se réinstallèrent dans le Caucase. Toutefois, 20 000 Grecs de Géorgie parvinrent à rejoindre la Grèce, malgré les difficultés imposées par la guerre froide, les rapports de force politiques, et également la non reconnaissance par l’État grec des populations russophones se réclamant de l’hellénisme. C’est seulement après 1985, avec l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev et la période de la Perestroïka, puis, après 1991, que la situation commence à se détendre, avec le rapatriement d’une grande partie des Grecs vers la Grèce.

  • 13 Plus spécifiquement sur les Grecs de Russie, nous renvoyons aux travaux de Konstantinos Fotiadis, n (...)
  • 14 Cf. M. Bruneau, « Territoires de la diaspora grecque pontique », op. cit., p. 204.

17L’effondrement du bloc soviétique et la remise en cause de la domination russe dans la région qui s’ensuit, marquent en effet un nouveau tournant pour la communauté grecque13. Le recensement de 1989 indiquait encore la présence de près d’un demi-million de Grecs en Union soviétique, entre 358 000 et 600 000, citoyens soviétiques pour la plupart selon les chiffres cités par Michel Bruneau, un million si l’on prend en compte les mariages mixtes14, population principalement localisée sur les bords de la mer Noire, en Russie du sud et dans le nord du Caucase, en Moldavie (Chisinau), en Ukraine (Odessa, Mariupol, Crimée) et en Géorgie (Abkhazie, Adjarie, Tbilissi). Près de 100 000 Grecs étaient ainsi recensés en Géorgie, 90 000 dans le nord du Caucase, 60 000 au sud du Kazakhstan (Tchimkent, Kentaou) et en Ouzbékistan (Tachkent). En 1989, ils représentaient encore trois pour cent de la population totale de l’Abkhazie, région qu’ils seront néanmoins amenés à quitter quelques années plus tard pendant la guerre civile.

18L’instabilité dans la région, alimentée par les revendications séparatistes, notamment pendant la guerre en Ossétie du Nord en 1992, les deux guerres de Tchétchénie en 1994-1995 et 1999- 2000, puis en Ossétie du Sud en 2008, ajoutée à l’antagonisme russo-ukrainien, en font une zone de conflits qui contraignent de nouveau la population grecque à fuir, entraînant la fermeture des écoles grecques, les violences et bombardements, un climat général d’insécurité et une forte crise économique. C’est dans ce contexte d’instabilité extrême, alimenté par les velléités séparatistes qui suivent l’effondrement du bloc soviétique que l’État grec prend la décision d’aider à rapatrier les derniers Grecs présents dans le Caucase. Plus de la moitié de la population grecque choisit alors de s’exiler. La région de Tsalkas, en Géorgie centrale, et ses trente villages grecs furent ainsi quasiment vidés de leur population, seules 20 000 personnes firent le choix de rester. Sous la pression de manifestations à Athènes, une opération de grande envergure mise en place en 1993 par l’État grec permit ainsi de rapatrier 15 000 concitoyens ; l’opération « Toison d’or » (Xryssomallo Deras) reste emblématique. Le 16 août 1993, un bateau affrété par la Grèce put ainsi rapatrier près d’un millier de Grecs de Soukhoumi pris en étau dans la guerre entre Abkhazes et Géorgiens. La population grecque de Sotchi fut quant à elle rapatriée par bus, celle de Tiflida par avion. Sous le feu des projecteurs et suivies par les médias grecs, ces opérations de sauvetage ont indéniablement servi la cause pontique et favorisé la reconnaissance par l’opinion publique de l’hellénisme « russe » en provenance des régions éloignées du Caucase. Prise en charge par les autorités grecques à leur arrivée et bénéficiant des réseaux pontiques préexistants, l’installation des réfugiés a ainsi pu être grandement facilitée par la promulgation d’une « loi du retour » favorables aux « Russo-Pontiques » (Russopontioi), par les programmes de rapatriement mis en place par les pouvoirs publics, et notamment par la fondation d’un « centre d’implantation et d’installation territoriale » (ethniko Idrima Ipodokis kai apokatastasis) qui voit le jour en 1990 pour organiser le peuplement des zones marginalisées du nord de la Grèce.

19Au total, ce sont 170 000 nouveaux réfugiés qui s’installèrent en Grèce, principalement dans la banlieue athénienne, en Thrace et en Macédoine, où les réseaux pontiques étaient déjà particulièrement denses. Ce mouvement migratoire s’accélère après 1992 avec l’arrivée de 30 000 à 40 000 nouveaux réfugiés en provenance du Caucase. Rejoignant les vagues de migration précédentes, la population d’origine pontique s’élevait alors à 850 000 personnes installées en Grèce, principalement dans la banlieue athénienne, 600 000 en Macédoine, 50 000 en Thrace, et 30 000 à Chypre. Pour beaucoup, l’arrivée en Grèce ne marqua néanmoins pas une installation définitive. Un grand nombre de ces réfugiés pontiques firent ensuite partie des grandes vagues migratoires, à destination, dès le milieu des années 1950 et jusqu’aux années 1970, de l’Australie puis de l’Allemagne, principalement pour des raisons économiques. Quelque 55 000 migrants d’origine pontique s’installèrent durant cette période en Australie, principalement à Melbourne, et quelque 90 000 en Allemagne, principalement dans le Bade-Wurtemberg, où réside près d’un tiers de la population grecque émigrée dans ce pays.

Le « retour » en Grèce de la communauté pontique

20Pour la communauté grecque pontique en provenance du Caucase, qui rejoint les réfugiés du Pont arrivés après 1923, le rapatriement en Grèce, toujours contraint et imposé, est moins vécu comme un « retour », que comme un véritable exil et arrachement. Tout comme pour les micrasiatiques, c’est avant tout la perte du territoire d’origine, et l’exode permanent qui s’en est suivi, qui soudent cette communauté qui, si elle est socialement relativement homogène, dut apprendre à s’adapter et à s’intégrer dans des régions culturellement et linguistiquement très variées. Les expériences collectives traumatisantes que furent les persécutions, déportations et massacres subis sous le régime stalinien, mais également dans l’Empire ottoman et sous le régime kémaliste constituèrent à cet égard un important élément de cohésion pour une communauté qui n’aurait pu survivre sans un ciment social et culturel extrêmement fort, souvent rendu possible et facilité par la densité des réseaux grecs, familiaux et plus élargis, à travers le maintien de voisinages souvent reproduits à mesure des déplacements et ré-enracinements. Force est de constater pourtant que ce ne sont pas tant les persécutions ni l’ostracisation dont cette communauté a été victime que la référence commune à l’hellénicité profonde qui est le plus souvent mise en avant. S’ils rencontrent de réelles difficultés d’adaptation et d’intégration à leur arrivée en Grèce, les Grecs « caucasiens » (Kavkasioi), comme les nomme parfois la population locale, sont en effet loin de se considérer comme de simples réfugiés ou migrants. Se qualifiant eux-mêmes parfois de trandellines (« trente fois plus grecs »), ils se réclament eux-mêmes d’une hellénicité ancestrale héritée en droite ligne de l’Antiquité, qui leur permet d’inscrire leur histoire singulière dans le grand roman national et de réclamer une place privilégiée dans l’histoire plus vaste de l’hellénisme. La dynamique identitaire est ainsi davantage fondée sur un processus de revendication que sur la victimisation de cette communauté, comme le souligne de manière fort juste Hervé Georgelin :

  • 15 Hervé Georgelin, présentation dans le cadre du séminaire de Méropi Anastassiadou, Département d’étu (...)

Les Pontiques ont été pris dans une dynamique d’affirmation de soi dans le système symbolique politique grec. Ils ne sont pas passifs dans cette dynamique […] Être Pontique, s’affirmer descendant de Grecs qui peuvent, pour la plupart, revendiquer, selon les schèmes classiques du nationalisme, une continuité d’hellénophonie avec l’Antiquité, une pérennité étatique plus longue que celle de Byzance, le vrai point de fuite de l’histoire grecque précédent juste la Renaissance et les Temps modernes occidentaux, une pugnacité contre l’Empire ottoman puis la nouvelle Turquie kémaliste, voilà qui pose un groupe venu d’ailleurs au beau milieu du récit national grec moderne15.

21C’est initialement sur cet élément territorial premier, à travers la référence au Pont comme terre d’origine ancestrale, référence commune à une population désormais installée aux quatre coins du monde, que se sont cristallisées les revendications de la communauté pontique, notamment à travers le projet de création d’un territoire autonome grec sur les bords de la mer Noire, en référence explicite à l’ancien Empire de Trébizonde (1204-1461), périodiquement revendiqué après la Conférence de la paix de 1919, à l’issue de la Première Guerre mondiale et reprise après la chute de l’Union soviétique. Défendu par les représentants des Grecs d’URSS, Union fédérant les associations grecques alors présidée par Gavriil Popov, Grec pontique devenu maire de Moscou en 1990-1992, et proche collaborateur d’Eltsine, le projet d’établir une « République du Pont » est ainsi présenté au Congrès de Moscou en 1989.

  • 16 Sur cette reviviscence, voir A. M. Bryer, « The Pontic revival and the new Greece », in A. Bryer (é (...)

22Si les initiatives pour constituer un État autonome débouchent sur un échec, les efforts de la communauté vont désormais se tourner vers des revendications, non plus tant territoriales que mémorielles, dont l’une des conquêtes sera la récente reconnaissance par l’État grec, en février 1994, du « génocide des Grecs pontiques par les néoturcs et kémalistes, rendus responsables des crimes commis pendant la période 1916-1923 ». L’affirmation identitaire se nourrit désormais de la reconnaissance d’une histoire singulière, transformant ainsi le territoire perdu en un territoire de la mémoire dont les frontières ne sont plus territoriales, mais désormais élargies aux lieux de passage de cette communauté diasporique et à ses lieux de mémoire. L’identité pontique elle-même s’enracine, ce faisant, dans la seule capacité qu’a eue cette communauté de garder vivante la mémoire de sa patrie d’origine. L’extrême dynamisme des organisations associatives, en Grèce et à l’étranger, l’organisation de réunions et de fêtes collectives, la multiplication des études et recherches consacrées aux Pontiques, la restauration de monuments et les pèlerinages collectifs attestent de la force et de la reviviscence d’une communauté qui constitue une composante bien vivante de la diaspora hellénique16.

***

23Se nourrissant de l’imaginaire hellénique le plus ancien, n’hésitant pas à puiser dans la mythologie et l’héritage antique, puis byzantin, la communauté « pontique » ou d’origine pontique a ainsi pu se maintenir, même en sa forme diasporique, grâce à un capital symbolique plurimillénaire qui lui offre une place, sinon mythifiée, au moins de premier rang dans l’histoire grecque. La communauté pontique constitue ainsi ce faisant une des diasporas les plus anciennes de l’hellénisme, dont la particularité est d’avoir vécu plusieurs déracinements, du Pont au Caucase, en passant par les steppes sibériennes puis, le « retour » en Grèce, en Macédoine et, pour un grand nombre, l’exil en l’Allemagne ou en Australie. Si la référence au territoire est constante, la dimension diasporique est ici constitutive d’une identité qui s’est à mesure construite, au fil des derniers siècles, sur d’incessantes vagues de migrations, succession de déracinements et de ré-enracinements successifs, de persécutions et d’assimilation. Constituée de près de deux millions de personnes diversement répartis, la diaspora pontique incarne bien le phénomène d’une communauté « transnationale », proche en cela de la communauté kurde ou arménienne, qui a su relier diverses communautés de réfugiés et migrants originaires du Pont, dans le Caucase et en Russie, puis en Grèce, et désormais dans le monde entier.

Notes

1 Cette synthèse s’appuie sur les travaux qui ont déjà été menés, du côté français notamment par Michel Bruneau, Hervé Georgelin, du côté grec par Vlassis Agtsidis, Konstantinos Fotiadis, également Anthony Bryer. Le volume collectif édité par Michel Bruneau constitue à cet égard le travail le plus abouti en langue française : Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires, CNRS Histoire, Paris, CNRS Éditions, 1998. Nous nous référons également à Michel Bruneau, « Territoires de la diaspora grecque pontique », in Espace géographique, 1994, volume 23, no 3, p. 203- 216 ; Vlassis Agtsidis, Pontiakos Ellenismos [L’hellénisme pontique], Thessalonique, 1991 ; V. Agtsidis (éd.), Οι άγνωστοι Έλληνες του Πόντου [Les Grecs inconnus du Pont], Athènes, Société d’études sur l’histoire grecque, 1995 ; Konstantinos Fotiadis, Iakovos Michelidis (éd.), Pontos : O Pontiakos ellinismos Athènes, Demokratia, 2011. Nous souhaitons ici tout particulièrement remercier Hervé Georgelin pour les indications de lecture qui ont guidé ce travail.

2 Patrick Counillon, « Les Grecs du Pont dans le royaume de Mithridate. Le témoignage des géographes antiques », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 41-50.

3 On nommait alors « acritiques » — de akra qui renvoie à la notion de frontière — les soldats installés par les Romains, puis Byzantins pour défendre la frontière orientale de l’empire. Le poème épique de Diogenis Akritas, dont un manuscrit datant du XVIe siècle aurait été découvert dans le monastère de Panagia Soumela dans la région de Trébizonde, et édité à la fin du XIXe siècle, en chante les exploits.

4 Michel Bruneau, « Les Grecs pontiques, du Pont au Caucase, à la Grèce et à la diaspora », in Revue de géographie alpine, 101-2, 2013, p. 2.

5 Sur l’installation des Grecs dans la région du Kars, voir Elefterios Charatsidis, « Les Grecs d’Arménie et de Kars aux XIXe et XXe siècles », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 143-156.

6 Georges Gurdzieff, Rencontres avec des hommes remarquables, Paris, « J’ai lu », 2008, p. 62.

7 Voir Georges Drettas, « La langue pontique comme objet identitaire. Questions de représentations », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques… op. cit., p. 71-88.

8 Pour un approfondissement, voir Michel Bruneau, « Lieux de mémoire, hauts lieux et diaspora : Sanda et Soumela dans la diaspora grecque pontique », in L’Espace Géographique, 2, 1995, p. 124-134 ; Maria Vergeti, « L’identité pontique en Grèce. Le lien des générations avec leurs territoires de référence », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 201-212.

9 Sur l’installation des Pontiques en Macédoine, voir Artémis Xanthopoulou-Kyriakou, « Émigration d’émigrants. Du Caucase russe à la Macédoine », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 179-188 ; Pery Lafazani, Myron Myridis, « L’installation des Grecs du Pont en Macédoine. Le cas du département de Kilkis », in M. Bruneau, op. cit., p. 189-200 ; Gerassimos Notaras, « État et société helléniques face au problème pontique », in M. Bruneau, op. cit., p. 229-240.

10 ΙΑΜ, ΓΔΜ, dossier 64, bulletin du 12 juillet 1914.

11 Sur la « question pontique », voir notamment les travaux de Konstantinos Fotiadis ; voir également M. Charalampidis, To Pontiako Zitima simera, Athènes, Idrima Mesogiakon Meleton, 1992.

12 Sur cette période, voir Vlassis Agtsidis, « Les déplacements forcés : Asie centrale et Sibérie ; territoires de la déportation », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 157-175.

13 Plus spécifiquement sur les Grecs de Russie, nous renvoyons aux travaux de Konstantinos Fotiadis, notamment O Pontiakos Ellenismos tis Sovietikis Enosis, Thessalonique, 1991 ; Ο ellinismos tis Rôsias ke tis Sovietikis Evôsis Athènes, Herodote, 1999. Voir également Spyros Kofidis, « E metanastevsis tôn Ellinopontiôn is Rôssian kata ton 19on aiôna », in Pontiaki Estia, vol. 34, juillet-août 1980, p. 267-271 ; « Les Grecs de l’ex-URSS, genèse d’une diaspora », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires, op. cit., p. 51-70 ; Vladimir Kolossov, Tamara Galkina, Alexei Krindatch, « Les Grecs du sud de la Russie et du Caucase. Peuplement, répartition, territorialité », in M. Bruneau, Les Grecs pontiques…, op. cit., p. 91-112 ; Vitaly Belozorov, Tamara Galkina, Vladimir Kolossov, Pavel Touroun, « Les diasporas arménienne et grecque dans la mosaïque ethnique du Caucase du Nord », Revue européenne des migrations Internationales, vol. 14, no 3, 1998, p. 103-125.

14 Cf. M. Bruneau, « Territoires de la diaspora grecque pontique », op. cit., p. 204.

15 Hervé Georgelin, présentation dans le cadre du séminaire de Méropi Anastassiadou, Département d’études turques et ottomanes, École des hautes études en sciences sociales : « Le Pont, sujet de l’historiographie et élément de perception de soi dans la Grèce contemporaine. Le Pont et les Pontiques : altérité grecque-orthodoxe en Grèce contemporaine », Paris, 12 mai 2010. Nous remercions vivement l’auteur de nous avoir permis de prendre connaissance de cette présentation.

16 Sur cette reviviscence, voir A. M. Bryer, « The Pontic revival and the new Greece », in A. Bryer (éd.), The Empire of Trebizond and the Pontos, Londres, Variorum Reprints, 1980, p. 171-190 ; P. Fann, « The Pontic myth of homeland : cultural expressions of nationalism and ethnicism in Pontos and Greece, 1870-1990 », in Journal of Refugee Studies 4, 1991, p. 340-355.

Auteur

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search