Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

7. De Julius Klaproth à Friedrich Bodenstedt

Des savants allemands des xviiie-xixe siècles découvrent le Caucase

Michel Espagne

Texte intégral

1Quand la science européenne commence à explorer l’espace du Caucase au début du XIXe siècle, elle est confrontée à un ensemble extraordinairement diversifié de langues et d’ethnies entre lesquelles elle s’efforce de répertorier des distinctions et des ressemblances pour reconnaître un système cohérent. Ces cohérences sont des constructions visant à comprendre et donc à fonder la domination russe. Paradoxalement, ce travail est toutefois majoritairement accompli par des Allemands au service de la Russie. Le travail de ces voyageurs généralement orientalistes a consisté à établir des typologies, mais aussi à les inscrire dans un devenir historique partant de l’Antiquité pour aller jusqu’à l’occupation russe. Aux échanges et passages d’une culture caucasienne à l’autre se superposent les transferts dans le temps, entre les ethnies ou religions dominantes qui ont marqué l’espace du Caucase. Soucieux de légitimer l’appartenance du Caucase à l’Empire russe, les voyageurs allemands vont aussi présenter les Russes comme des héritiers des cultures caucasiennes. De même que les Géorgiens sont un peu des Tatars, les Cosaques sont aussi un peu des Tcherkesses. Plus qu’une typologie, les récits de voyageurs mettent en évidence une dynamique de circulation.

Les explorateurs allemands du Caucase

  • 1 Julius von Klaproth, Reise in den Kaukasus und nach Georgien unternommen in den Jahren 1807 und 180 (...)

2Lorsque Catherine de Russie décida en 1767 d’envoyer à travers toutes les parties de son Empire des membres de l’Académie des sciences qui décriraient les habitants, les caractéristiques et les productions de chaque région, le Caucase et la Géorgie échurent en partage au professeur Johann Anton Güldenstädt (1745-1781)1, originaire de Riga, qui parcourut le pays entre 1769 et 1775. La mort l’empêcha de publier les résultats de son travail dont une première version fut éditée par Pierre Simon Pallas (1741-1811) en 1787 et 1791, une seconde édition complétée étant assurée par Julius Klaproth (1783-1835) en 1734. L’entreprise de Güldenstädt, qui sera régulièrement cité par tous ses successeurs, correspond à un mode traditionnel d’exploration de l’Orient russe grâce à des savants allemands au service de l’État russe. Après Güldenstädt, c’est un aventurier allemand, Jacob Reineggs (1744-1793), qui parcourt plusieurs fois le Caucase dans les années 1780, peut avoir des contacts privilégiés grâce à sa conversion à l’islam, et rassemble des notes qu’il n’éditera pas lui-même mais qui seront publiées après sa mort. L’étape suivante est représentée par le grand explorateur de la Russie, Simon Pallas, qui voyage dans les régions méridionales de l’Empire en 1793 et 1794, passe par le Caucase, mais se concentre sur une ligne au nord du Caucase qui correspond au cordon militaire de surveillance de la région. Après Simon Pallas, Jan Potocki (1761- 1815), connu dans l’histoire littéraire pour son Manuscrit trouvé à Saragosse, voyage au Caucase en 1797-1798 et rassemble des notes. Le récit de son voyage a été publié après sa mort par l’orientaliste Julius Klaproth, qui devait à Potocki de l’avoir protégé et de l’avoir encouragé à s’installer à Paris pour suivre ses travaux sur l’Orient. On en vient à Julius Klaproth lui-même, qui parcourt le Caucase en 1807-1808. Il utilise les publications de ses prédécesseurs pour nourrir ses propres remarques, entre autres les documents sur l’histoire de la Russie de Christian Anton Lehrberg, de l’Académie des sciences de Russie. On doit mentionner le voyage au Caucase du professeur de Dorpat/Tartu Friedrich Parrot (1792-1841), qui va en 1829 escalader avec le poète arménien Khatchatour Abovian (1809-1848) le mont Ararat. Ou encore, en 1826, le voyage vers la Caspienne et dans le Caucase du professeur de Vilnius Eduard Eichwald (1795-1875), qui relate les épisodes de la guerre russo-persane.

  • 2 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen, Frankfurt (...)

3Friedrich Bodenstedt (1819-1892), qui a été précepteur en Russie en 1840 dans la famille Galitzin avant d’arriver au Caucase en 1843 pour enseigner au lycée de Tiflis, s’inscrit ainsi dans une longue tradition d’Allemands de Russie curieux de ce monde mystérieux qu’est le Caucase2. Il s’inspire volontiers de ce genre de la littérature de voyage et de la littérature scientifique allemande qui atteint avec ses propres contributions son stade classique. Il consacre au moins quatre ouvrages (« Les peuples du Caucase » [Die Völker des Kaukasus], « Mille et un jours en Orient » [Tausend und ein Tag im Orient], « Souvenirs de ma vie » [Erinnerungen aus meinem Leben], Mirza Schaffy) à cette région qui le fascine et qu’il aborde moins en explorateur qu’en élève désireux d‘apprendre les langues — il connaît le russe et s’efforce d’acquérir le tatar, le géorgien et le persan — et d’enrichir la poésie allemande de la poésie qu’il a découverte au Caucase. Il se veut moins explorateur que traducteur, notamment des œuvres de Mirza Schaffy (1796-1852), mais aussi de la poésie allemande dans les langues du Caucase. Les Allemands de Russie développent au profit de l’Empire une science du Caucase qui, sur une cinquantaine d’années, se structure et correspond tant à des intérêts russes qu’à des intérêts allemands.

  • 3 Friedrich Bodenstedt, Gesammelte Schriften I, Tausend und ein Tag im Orient, Berlin, Verlag der kön (...)
  • 4 Id., Erinnerungen aus meinem Leben, Berlin, Allgemeiner Verein für deutsche Litteratur, 1888 p. 281
  • 5 Julius Klaproth, Tableau du Caucase, Paris, Ponthieu et Cie libraires, 1827, p. 139.
  • 6 Ibid.., p. 283.
  • 7 Ibid., p. 290.

4Arrivant à Tiflis, Friedrich Bodenstedt qui va tenter plus que quiconque de s’immerger dans les cultures du Caucase n’en est pas moins très attentif à la présence d’une colonie allemande de Géorgie, établie dans le quartier d’Awlabar. Il s’agit de Souabes, et Bodenstedt s’enthousiasme pour ces argonautes du Neckar aux larges épaules et aux poings puissants qui ont parcouru l’Hellespont et ont traversé les forêts de Colchide avant de s’établir dans ces vignobles lointains de Géorgie3. Ces Souabes ont leur propre auberge — l’auberge Salzmann — dans cette ville de Tiflis dont Bodenstedt évalue la population à 35000 habitants mais où il compte une quinzaine de nationalités. La colonie allemande qui porte le nom de « der Sand » comprend selon lui les meilleurs vignerons de Géorgie. Mais il y a d’autres groupes allemands comme la colonie d’Helenendorf dans le khanat de Gandja ou celle de Katharinenfeld qu’il rejoint avec un officier allemand de l’armée russe. On lui raconte de tristes histoires comme celle de la fille du maire de Katharinenfeld qui, enlevée par les Persans, a rejoint un harem de Tabriz. Des missionnaires envoyés par la maison des missions de Bâle essaient de convertir les Tatars au protestantisme4. La production du vin est un mode d’interaction entre les cultures ou plutôt les religions du Caucase, comme l’observe Klaproth : « Les possesseurs des vignobles étant musulmans, ne veulent pas s’occuper de la fabrication du vin, et vendent leur récolte en nature aux juifs et aux chrétiens. Ceux-ci font le vin, puis le revendent aux sectateurs de l’islam, dont la conscience s’effarouche de l’idée de presser le raisin et d’en faire fermenter eux-mêmes le jus5. » Katharinenfeld ressemble à un village souabe, sans rien qui rappelle l’environnement asiatique6. Bodenstedt a le sentiment d’être le seul Allemand de Tiflis soucieux des échanges entre les communautés : « J’étais à cette époque le seul Allemand de Tiflis qui s’occupait des langues orientales et je commençai par la langue tatare parce qu’elle était la plus importante dans les échanges avec la population du pays et ses nombreuses langues. On pouvait avec le tatar se faire partout comprendre lorsque le russe n’y suffisait pas. Le tatar était familier à tous les Persans et les Arméniens et la plupart des Géorgiens le comprenaient au moins un peu7. »

  • 8 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 564.

5À côté des Souabes, Bodenstedt rencontre à Tiflis une tout autre catégorie d’Allemands, les officiers de l’armée russe, généralement issus de la noblesse balte et directement impliqués dans la conquête russe du Caucase et de l’Asie centrale. Ils ont nom Grabbe, Neidhart, Kotzebue, Krusenstern et quoiqu’Allemands sont de véritables sujets de l’Empire russe8. À Tiflis Bodenstedt a, d’ailleurs, fait même la connaissance du général Kaufmann qui deviendra le premier gouverneur de l’Asie centrale russe mais aussi, à sa manière, un promoteur des cultures locales.

  • 9 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 135.
  • 10 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 153.
  • 11 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 298.

6Bodenstedt insiste dans ses souvenirs sur la présence allemande dans l’Empire russe en général. Les Allemands de Moscou ne sont pas même coupés de la vie littéraire et culturelle allemande mais peuvent suivre les dernières parutions à la « severinsche Buchhandlung9 ». Mais cette présence allemande est particulièrement visible dans les universités, qui ont toutes été fondées dans la première moitié du XIXe siècle selon un modèle allemand. C’est tout particulièrement vrai pour l’université des Allemands de la Baltique, à Dorpat, devenue plus tard Tartu, où l’intégralité du corps enseignant est allemand. On trouve dans cette université un grand nombre d’explorateurs de l’Orient russe, du Caucase à la Sibérie. L’un des plus importants pour le Caucase est Friedrich Parrot, dont les voyages au Caucase sont centrés sur l’Arménie et le mont Ararat. Ce n’est d’ailleurs pas une pure curiosité scientifique qui guide Parrot et les professeurs de Dorpat, mais une loyauté particulière vis-à-vis des stratégies politiques de la Russie. Gravir le mont Ararat avait une valeur symbolique et Bodenstedt, même s’il ne va pas jusqu’au sommet, marche sur les traces de Parrot quand il visite l’Arménie qui sort à peine à peine de la domination persane et se présente comme une juxtaposition de nationalités diverses. Il rencontre à Erevan un ancien moine d’Etchmiadzin, Abovian, qui avait étudié à Dorpat10, en avait retiré une bonne connaissance de l’allemand et du français, et avait connu Parrot durant le voyage au Caucase. Cet Abovian est désormais enseignant d’allemand dans le Caucase. Il est le seul Arménien d’Erevan connaissant l’allemand, et le seul interlocuteur local qu’il peut avoir pour parler cette langue est le commandant d’Erevan, un certain colonel von Kiel, un Allemand de la Baltique11. De la Baltique au Caucase, Bodenstedt met en évidence une sorte de forte composante allemande dans l’expansion coloniale russe ou plutôt dans ses dimensions scientifique et militaire.

Classifier les peuples

  • 12 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung der kaukasischen Länder aus seinen Papieren gänzlich umgearb (...)
  • 13 Ibid., p. 105.
  • 14 Ibid., p. 131.
  • 15 Ibid., p. 139.
  • 16 Ibid, p. 148 et 154.
  • 17 Ibid., p. 154.
  • 18 Jacob Reineggs, Allgemeine historisch-topographische Beschreibung des Kaukasus, hrsg. Von Friedrich (...)
  • 19 Ibid., p. 241
  • 20 Jacob Reineggs, Allgemeine historisch-topographische Beschreibung des Kaukasus, hrsg. Von Friedrich (...)
  • 21 Ibid., p. 76.
  • 22 Peter Simon Pallas, Voyages entrepris dans les gouvernements méridionaux de l’Empire de Russie dans (...)
  • 23 Jean Potocki, Voyage dans les steppes d’Astrakhan et du Caucase. Histoire primitive des peuples qui (...)
  • 24 Julius Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 55.
  • 25 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 163.
  • 26 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., II, p. 30.

7Lorsque des savants et voyageurs allemands sont mandatés pour étudier le Caucase, ils sont d’abord confrontés à un problème de classification. On observe cette perplexité dès les notes prises par Güldenstädt qui en Géorgie note la présence de Turcs, d’Arméniens, d’Ossètes et de Juifs et remarque que ces quatre nationalités prises ensemble pourraient dépasser le nombre des Géorgiens12. Mais surtout, les langues et les peuples sont perçus comme un inextricable mélange de groupes entre lesquels il est difficile de définir des frontières stables, d’opposer les langues mères à des dialectes. De nombreux groupes relèvent de mélanges ethnolinguistiques évidents. Güldenstädt, pour tenter de dominer cette complexité, énumère les districts et les caractéristiques, établit des registres de vocabulaire : « Une collection de mots mingréliens faite en vue de comparaisons m’a montré que la langue est un grossier dialecte géorgien mêlé à beaucoup de mots étrangers. Elle est dans la même relation au géorgien oriental que le hollandais à l’allemand13. » La langue abkhaze et la langue tcherkesse lui semblent avoir une même origine, mais celle-ci est très difficile à percevoir14. Les supputations hasardeuses se multiplient. Pour Güldenstädt, les Ossètes seraient les restes des populations polovtsiennes battues par les Russes sur le Don au XIe siècle15. Les langues lesghiennes comme le tchétchène seraient des isolats16, tandis que les Karabulaks seraient des peuples migrateurs sans assignation17 territoriale claire. La perplexité domine aussi chez Jacob Reineggs qui se demande si les Kabardes ne seraient pas les descendants de Tziganes18, et si les Tcherkesses ne sont pas un peuple trop mélangé pour qu’on puisse définir sa physionomie propre19. Les Lazes parleraient un dialecte grec pontique très corrompu20 et les Juifs ne se distinguent guère des Géorgiens au milieu desquels ils vivent.21 Simon Pallas suppose que les Kabardes qui se perçoivent comme des Arabes sont les restes des armées envoyées vers les monts Caucase par les anciens califes22 et que les Abkhazes auraient été une population originaire du nord-ouest repoussée dans les montagnes par les Tcherkesses. Potocki propose des classifications plus simples : « Je comprends dans la classe caucasienne quatre familles de peuples habitant le Caucase 1 les Lesghi, 2 les Misdjeghi 3 les Tcherkesses, 4 les Abazes23. ». Klaproth pense en retenir six, les Lesghi, les Midsdjeghi ou Kistes, les Ossètes, les Abazo-Tcherkesses, les peuples d’origine géorgienne, les tribus turques24. Les classifications ne se sont pas vraiment opérées à l’époque de Bodenstedt qui observe que les Kurdes du Caucase sont en partie chrétiens, en partie musulmans et que les Tziganes parlent selon lui un arménien corrompu25. Mais il observe avec beaucoup plus d’attention les mouvements de peuples contemporains dans un Caucase où la ville de Tiflis est un exemple de cosmopolitisme : « Après la conquête du pachalik d’Achalzig par le général Paskievitch presque tous les habitants turcs quittèrent la capitale et déménagèrent en Anatolie pour ne pas rester sous la domination des Russes. Les émigrants turcs furent en grande partie remplacés par des immigrants arméniens qui en tant que chrétiens préféraient la domination du tsar blanc à celle du représentant de Mahomet26. »

  • 27 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung, op. cit., p. 138.
  • 28 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., p. 111-112.
  • 29 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 586.
  • 30 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 236.

8L’attention se focalise sur certains peuples comme, par exemple, les Ossètes. Güldenstädt voit en eux les descendants des Turcs polovtsiens27, Potocki reconnaît en eux des descendants des Mèdes et des Alains qui auraient été refoulés vers le Caucase depuis les bords du Don où ils étaient primitivement implantés28. Klaproth reprend très volontiers cette explication qui dans un contexte où se développe l’indo-européanisme reconnaît au moins dans les Ossètes une population susceptible d’être rattachée à l’arbre indo-européen et au groupe des langues iraniennes, une filiation rassurante dans la complexité indéchiffrable du Caucase : « Les Ossètes s’appellent Ir ou Iron, ce qui dans leur langue n’a pas de signification particulière, mais leur pays s’appelle Iron-sag ou Ironistan. Cette désignation prouve qu’ils sont d’origine mède, car selon Hérodote les Mèdes s’appelaient eux-mêmes Arianoi et aujourd’hui encore leur pays et la partie de la Perse sur laquelle ils s’étaient répandus est nommée en néopersan Iran29. » Bodenstedt reprend volontiers les analyses de Klaproth sur la parenté des Ossètes et des Alains, mais dénie à ce peuple qu’il considère comme peu cultivé, soumis aux Russes, dépourvu de tradition littéraire un intérêt particulier dans la mosaïque des peuples du Caucase. En particulier les Ossètes, se soumettant toujours aux tendances dominantes, seraient facilement passés de l’islam au christianisme tout en conservant des éléments de paganisme encore largement sensibles30.

  • 31 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 148.
  • 32 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., p. 122.
  • 33 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op.. cit., II, p. 143.

9À côté des Ossètes, les Tchétchènes retiennent aussi souvent l’attention, non seulement parce qu’ils font partie des nations caucasiennes belliqueuses correspondant à une image traditionnelle des montagnes du Caucase, mais aussi en raison des difficultés à les ranger dans le tableau que les voyageurs allemands s’efforcent d’obtenir. Güldenstädt fait partie des premiers à s’en émouvoir : « La langue kiste, misdjeghienne ou comme elle s’appelle d’habitude d’après l’un des plus nobles districts la langue tchétchène n’est d’ailleurs, comme le montrent mes échantillons linguistiques, apparentée à aucune langue caucasienne et en général à aucune langue connue de moi, donc une langue tout à fait particulière31. » Potocki propose de rapprocher les Tchétchènes des Ingouches et des Karabulaks mais note qu’ils sont musulmans, alors que les deux autres peuples sont restés païens32. Klaproth, quant à lui, considère que l’on prend trop souvent les Tchétchènes pour une entité autonome alors qu’ils ne sont qu’un rameau de la famille caucasienne des Misdjeghi, mais il voit aussi en eux les plus anciens habitants connus du Caucase et récuse les hypothèses de certains prédécesseurs, Pallas et Potocki, qui ont cru discerner en eux des descendants des Alains33.

  • 34 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 157.

10Malgré la mosaïque ethnique du Caucase, les plus présents, ceux qui constituent un lien, fournissent une langue de large communication sont les Tatars, un terme qui désigne les populations turcophones du Caucase sans distinction de leurs différents dialectes. Bodenstedt considère que cette population est plus cultivée que celle des Russes. Certes, ils sont arrivés plus tard que d’autres et lorsque, accompagnés des Mongols, ils se sont répandus sur le Caucase en 1262, ils ont notamment repoussé des populations arméniennes vers la région d’Astrakhan34. Le niveau de développement culturel de certains peuples du Caucase remet en cause les représentations d’une conquête de terres peu développées liées à l’histoire du colonialisme. Au fond, le voyage dans le Caucase et notamment la confrontation avec les musulmans du Caucase est une occasion d’envisager la genèse de l’histoire culturelle russe elle-même, de s’interroger sur ses racines orientales.

  • 35 Friedrich Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 148.
  • 36 Ibid., p. 150.
  • 37 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p. 144.
  • 38 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, I, p. 173-174.
  • 39 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 469.

11Bakou est certainement la ville où les Tatars sont le plus présents, mais c’est aussi une ville qui, comme l’ensemble des villes du Caucase, comme Tiflis, reproduit sur un espace restreint la complexité des imbrications culturelles qui caractérisent le Caucase dans son ensemble. C’est précisément à Bakou que s’observe le mieux la connexion entre la culture turque et la culture persane. Klaproth observe que dans la vieille ville, où les Persans lui semblent être les plus nombreux, les maisons sont toutes pétries avec du naphte35. Dès les années 1820, la région de Bakou est perçue comme un lieu d’exploitation du pétrole : « On estime à quatre-vingt mille quintaux la récolte annuelle de naphte noir ; sur cette quantité, la Perse seule en prend plus des sept huitièmes36. » Si les voyageurs allemands remarquent bien la citadelle construite par Shah Abbas, c’est en général le pétrole qui les fascine le plus. Il est lié à la secte des adorateurs du feu qui ont fait de Bakou une ville sacrée que Reineggs considère aussi comme un lieu sacré des brahmanes indiens37. Bodenstedt établit un lien entre le zoroastrisme et le culte du feu : « Derrière la ville tatare de Bakou sur la presqu’île d’Abchéron en forme de bec se trouve le célèbre feu éternel grâce aux flammes duquel les prières des derniers disciples de Zoroastre s’élèvent dans ce pays vers le ciel38. » Mais surtout, Bakou est avec Derbend la principale ville des musulmans du Caucase, et au milieu de la dispersion des ethnies la référence à l’islam, à un islam proche des traditions du soufisme, est un facteur d’unification culturelle qui explique, aux yeux de Bodenstedt, le phénomène de l’imam Chamil, à la fois prêtre, législateur et chef de guerre : « Le peuple à la tête duquel il se trouve n’est devenu un peuple que grâce à lui et cette fusion des éléments les plus hétérogènes en une seule masse indissoluble, ce rassemblement d’une foule grâce aux mœurs, aux traditions et à la haine héritée de tribus séparées n’était pas moins difficile à diriger qu’il ne le serait de créer une Allemagne unie39. » Non seulement le moment turc dans les ethnies du Caucase opère une certaine unification sur la base de l’islam et d’un lien privilégié à la culture persane, mais cette unification pourrait servir de modèle à l’Allemagne, encore loin de s’être unifiée. Et s’il s’agit d’un espace d’expansion militaire, il s’agit tout autant, ce que le terme « tatar » en lui-même implique, d’un retour à l’une des composantes de l’histoire culturelle russe.

Les références antiques

  • 40 Johann Anton Güldenstädt, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p. 125.
  • 41 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 295
  • 42 Ibid., 226.
  • 43 Julius Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 10.
  • 44 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., II, p. 116.
  • 45 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., II, p. 259.
  • 46 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 351.
  • 47 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 63.

12Le Caucase apparaît aux savants allemands chargés d’en dresser le tableau comme un ensemble de stratifications qui suggèrent chacune des découpages particuliers. S’il y a des interférences entre les groupes ethniques, les voyageurs s’efforcent généralement de trouver une explication dans le passé, voire dans l’Antiquité. Pour Güldenstädt, le Caucase doit être analysé comme un ensemble de peuples résiduels qui lors des grandes invasions débordant sur l’Europe, se réfugièrent dans les montagnes. Certains sont d’ailleurs venus d’Europe, et on pourrait retrouver la présence de Génois dont l’implantation sur les côtes de la mer Noire date du XIIe siècle. Au niveau de chaque district on peut rencontrer une pluralité de langues et de peuples, mais aussi de formes politiques, certains habitants se concevant comme les sujets d’un despote local, d’autres vivant sans aucune forme d’autorité40. Klaproth recherche chez les Tcherkesses une tradition concernant les amazones. Alexandre le Grand aurait aussi laissé des traces, certains de ses adversaires, refoulés dans les montagnes, conservant leur mode de vie et leur religion41. On ne compte pas de façon générale les hypothèses concernant les tribus évoquées par les auteurs antiques, comme Arrien dans sa présentation du Pont-Euxin42. Car le nom même de Caucase apparaît pour la première fois dans le théâtre d’Eschyle ; le supplice de Prométhée est une des grandes légendes grecques liées au Caucase et dès le VIIe siècle avant notre ère les Milésiens ont envoyé des colonies sur les côtes orientales de la mer Noire, fondant notamment Tanaïs à l’embouchure du Don43. Sans apporter de théorie pour expliquer l’origine de l’Ibérie du Caucase, Reineggs rapporte des récits selon lesquels les descendants de Noé auraient occupé le Caucase juste après le Déluge, ou encore selon laquelle des immigrants antiques venus de la péninsule ibérique auraient apporté la technique métallurgique au Caucase44. Potocki se fait l’écho d’une légende selon laquelle les Arméniens seraient les lointains descendants d’un peuple de l’Anatolie antique, les Phrygiens45. Pour Bodenstedt, ce sont les Phéniciens qui ouvrirent pour la première fois des voies maritimes vers le Caucase et la ville de Koutaïssi, sur les bords du Phasis, devenu Rioni, aurait été le lieu de la Toison d’or : « Les ruines de la forteresse de Koutaïssi célèbre depuis les anciens temps offrent une vue particulièrement splendide, des ruines qui sur la rive droite du Phasis couronnent une montagne escarpée qui domine la ville et sur laquelle se serait élevé le palais du légendaire roi Eétès qui reçut de façon si hospitalière Jason et ses compagnons quand ils débarquèrent dans l’ancienne capitale de la Colchide Kytaia46. » Les Mingréliens seraient ainsi les descendants des compagnons de Jason47. La référence à l’Antiquité est un auxiliaire indispensable aux premières approches du Caucase où Grecs et Perses, Romains et Parthes ont été les acteurs de conflits permanents.

Croisements de peuples

  • 48 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 291.
  • 49 Ibid., p. 313.
  • 50 Ibid., 331.
  • 51 Ibid., p. 31.

13Les stratifications qui composent la population du Caucase conduisent les voyageurs allemands à observer les traces d’un groupe dans le groupe voisin. Pour Bodenstedt, la population dominante est celle des Tatars : « Les tribus turco-tatares qui sous Gengis-khan et Tamerlan inondèrent et soumirent les régions du Caucase représentent encore la plus grande partie de la population et cela explique que leur langue qu’ils désignent eux-mêmes comme la langue turque (turkidsche dil) soit restée dominante. La langue que nous avons l’habitude de désigner comme le véritable turc, s’appelle chez les Turcs la langue ottomane (osmanli dil) et a la même origine que la langue dite tatare48. » Alors que les Arméniens sous domination persane ont conservé strictement les coutumes et usages traditionnels, les Arméniens sous domination tatare se sont très largement assimilés49. La superposition des références tatares et persanes dans la population du Caucase occupe beaucoup les voyageurs allemands : « Dans la province persane d’Azerbaïdjan (Pays du feu), dont la capitale est Tabriz, les deux langues se mêlent comme le russe et le polonais en Ukraine, et la plupart des chants populaires que me chantait mon Mirza pour en faire l’objet d’une explication trouvaient leur origine en Azerbaïdjan50. » Les poètes persans sont pour les poètes tatars un modèle aussi fort que les Grecs pour les Romains51. Bodenstedt rappelle au demeurant que le turco-tatar véhicule des moments essentiels de la culture arabe, et que parmi les régions occupées par les Tatars du Terek on rencontre des villages arméniens tandis que le Karabagh est occupé selon lui par deux tiers de Tatars et un tiers d’Arméniens. Les Tatars représentent dans l’histoire culturelle du Caucase une strate globale liée aux invasions gengiskanides ou timourides et c’est par différence par rapport à cette strate qu’on distingue l’identité d’autres groupes, de même que le Caucase dans son ensemble est perçu par opposition aux implantations et aux témoignages gréco-latins.

Des strates religieuses

  • 52 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 160.
  • 53 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 151.
  • 54 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 136.
  • 55 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 48.
  • 56 Ibid., p. 88.
  • 57 Ibid., p. 89.
  • 58 Ibid., p. 151.
  • 59 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 174.

14Au moins aussi importantes que les strates linguistiques ou ethniques sont dans le Caucase, tel qu’essaient de le comprendre les voyageurs allemands, les strates religieuses. Les religions sont venues d’ailleurs : quand le roi géorgien Mirian se convertit, il fait venir avec le soutien de l’empereur Constantin un évêque qui serait Eustathe d’Antioche52. La Géorgie devient chrétienne en 320 ; l’Arménie sous le roi Tiridates dès 302. Une religion originale se constitue par rapport à ces importations. Par exemple, les Arméniens se séparent de l’Église grecque en 451 au concile de Chalcédoine53. La religion chrétienne dans le Caucase accorde notamment une importance centrale au prophète Élie, auquel sont dédiés des lieux de culte. Souvent les appartenances religieuses se modifient au cours du temps. Güldenstädt observe que les tsars russes ont obtenu la conversion des Tcherkesses à l’orthodoxie et qu’il existe sur leur territoire des églises et des croix. Si l’orthodoxie a disparu chez eux, ce n’est pas vraiment pour céder la place à une autre religion : « Actuellement la plupart des nobles sont musulmans, mais ils n’ont ni prêtres, ni mosquées, ni écoles coraniques et ils sont donc très ignorants. Le peuple vit sans religion54. » L’islam, lui, n’est pas venu seulement avec Gengis Khan au XIIIe siècle ni avec Tamerlan au XIVe siècle, mais beaucoup plus tôt : « Murwan Agarian, le général d’Omar, successeur de Mahomet traversa avec le glorieux drapeau du prophète de La Mecque les ravins du Caucase55. » Mais ce qui est beaucoup plus frappant au début du XIXe siècle, c’est la persistance de croyances païennes sous les religions monothéistes : « Comme singulier exemple de la manière dont ces petits peuples sont farouchement attachés à leur ancienne foi païenne on peut citer le fait que les Ingouches, quand en 1810 ils se soumirent au sceptre russe, prêtèrent serment de fidélité à leur idole Galjerd56. » En dehors de ce Galjerd ils auraient d’autres idoles comme Daïlé, en l’honneur duquel ils célèbrent des fêtes au printemps et en automne57. Plus que les Géorgiens, les Arméniens auraient conservé les restes d’une religion populaire qui aurait été un mélange de zoroastrisme et de mythologie grecque58. En divers lieux du Caucase, la rencontre du culte du feu avec le christianisme et le judaïsme aurait suscité des syncrétismes comme le manichéisme ou la secte de Mazdak le long de la mer Caspienne59.

  • 60 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 239-240.
  • 61 Ibid., p. 253.
  • 62 Friedrich Bodenstedt se réfère notamment au livre du Français, fonctionnaire de l’Empire russe, Fél (...)
  • 63 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 251.

15La présence dominante au moins du point de vue militaire est, dès le début du XIXe siècle, la présence russe. Mais les Allemands qui étudient l’espace du Caucase n’insistent pas sur le fait que les Russes sont des étrangers. Ils tentent au contraire de voir en eux le résultat de métissages profonds qui rendraient leur présence au Caucase plus naturelle. Les Russes, ce sont notamment les Cosaques. Or, Bodenstedt rapproche les Cosaques des Khazars. L’Empire des Khazars qui allait des côtes de la Caspienne jusqu’aux steppes du sud de la Russie était un creuset de peuples. Le terme de cosaque désigne-t-il d’ailleurs autre chose qu’un guerrier errant, libre et indépendant60 ? Peuple métissé dès l’origine, le peuple des Cosaques, comme représentant de la Russie dans le Caucase, prolongerait ce métissage jusqu’à l’époque contemporaine pour Bodenstedt : « En partie du fait des fréquents métissages avec des femmes tcherkesses enlevées, en partie du fait de leur costume et de leur mode de vie caucasiens ils sont devenus si semblables aux peuples montagnards qu’un œil non averti ne peut pas les en distinguer61. » Certes, on peut parler d’une expansion russe en Asie et même d’une tentative de rejoindre l’Inde62 par voie de terre. Mais la Russie est elle même le résultat d’un métissage. Bodenstedt se réfère à l’historiographie russe : « Dans un écrit sur la littérature russe du XIVe siècle le célèbre philologue Buslaeff appelle la Moscou de Rurik un camp à moitié tatar à partir duquel tous les pays slaves du nord-est et notamment la puissante Novgorod auraient été combattus dans l’intérêt des Mongols et avec leur aide63. » Un des premiers membres de l’Académie russe des sciences, Gerhard Friedrich Müller, publiait en 1749 un livre Origines gentis et nominis Russorum pour rappeler que les Moscovites n’étaient pas des Slaves, rejoint en 1791 par un autre membre de l’Académie, Johann Gotthelf von Stritter, dont le livre Populi antiquae Russiae reprenait la thèse d’une ascendance tatare. Les Russes, souvent dirigés par des Allemands de Russie comme le premier gouverneur de l’Asie centrale Kaufmann, peinent certes à traverser les déserts centrasiatiques ou les espaces sauvages du Caucase en allant vers l’Inde. Mais Bodenstedt dispose de toutes les garanties pour observer que les Russes, lorsqu’ils sont en Asie centrale et au Caucase, retournent pour ainsi dire vers un espace originel, celui des Mongols, des Tatars ou des Khazars. La conquête du Caucase n’est pas seulement une entreprise de colonisation. C’est aussi un retour à des origines refoulées de l’espace russe.

  • 64 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 135.
  • 65 Ibid. p. 135.
  • 66 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p 113.
  • 67 Ibid., p. 289.

16Les strates imbriquées qui caractérisent l’espace du Caucase se manifestent aussi au niveau des toponymes et ethnonymes. Il est rare qu’un peuple, une langue, un dialecte soient désignés par un seul nom. Prenons les Tcherkesses : « Les habitants s’appellent eux-mêmes et appellent leur pays Adigi, les Turcs et les Tatars Tcherkas, les Géorgiens Tscerkessiani, les Russes Tcherkessy, les Allemands Tcherkassien, mais les Ossètes l’appellent Kasach, ce qui était peut-être la dénomination commune à l’époque de Constantin64. » Dépassés par la multiplicité des groupes, les Russes parlent volontiers de peuples des montagnes, « Gorsky », ce qui devient dans la bouche des Turcs « Tawli »65. Ensemble de 647 maisons où vivent des musulmans, des Arméniens, des Géorgiens et des Juifs, la ville de Derbend, qui aurait été fondée par Alexandre est aussi appelée Darband, Derre-Deri-Durrebend, des désignations qui renvoient à l’image d’une porte fermée et correspondent à l’expression « Portae Caspiae » des Anciens66. Les noms des lieux dans leur diversité sont aussi porteurs de sens. L’Elbrouz est aussi appelé Ellborus ou Elebo-rous, mais on trouve aussi El-bourugh d’après le nom du chameau sur lequel Mahomet est parti au ciel car le profil du mont Elbrouz ressemble à un dos de chameau67. Les noms de lieux, porteurs de sens sont si divers qu’ils ne permettent pas un tableau clair des différents groupes. La montagne des langues évoquée par l’historien arabe Abul-Fida (1273-1331) est aussi pour les mêmes raisons une montagne des peuples.

Traduire le Caucase

  • 68 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 112.
  • 69 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 278.
  • 70 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., II, p. 70.
  • 71 Ibid., I, p. 127.
  • 72 Ibid., II, p. 75.
  • 73 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 331.
  • 74 Ibid., p. 303.
  • 75 Ibid., p. 313.
  • 76 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 44.

17Le Caucase est pour les voyageurs allemands un lieu qu’il faut explorer, décrire comme un système cohérent, mais il s’agit aussi d’un ensemble de traditions, de textes d’où l’on peut tirer des savoirs nouveaux, transposables à d’autres contextes. C‘est tout particulièrement la perspective de Bodenstedt. Installé à Tiflis au pied du Davidsberg, ce dernier est d’abord en admiration devant le cosmopolitisme de la ville : « À côté de la Géorgienne en tchador marche la femme de fonctionnaire russe. À côté du sauvage Kurde de l’Ararat chevauche le cosaque du Don. À côté des tuniques grises des Moscovites se poussent les Merschals (porteurs) en haillons venus d’Imérétie, d’Ossétie, du Leghistan68. » Contrairement aux voyageurs qui l’ont précédé, Bodenstedt se met en position non seulement d’observateur mais d’élève. Et son principal maître va être le poète Mirza Schaffy. Ses poèmes en langue tatare mais inspirés de modèles persans, Mirza Schaffy n’a pas même songé à les publier. Ils vivent dans la bouche des Géorgiens ou des Tatars sans que personne songe à les fixer par écrit. Bodenstedt se donne comme objectif d’en assurer tout à la fois la transmission et la traduction. Rappelons au demeurant que Bodenstedt est aussi connaisseur de la poésie russe et fait partie des premiers traducteurs des textes de Lermontov sur le Caucase. À Tiflis il a rencontré la veuve de Griboïedov, l’écrivain ami de Pouchkine assassiné à Téhéran et il se souvient à ce propos de la rencontre de Pouchkine avec le convoi funèbre69. Pour l’observateur allemand, le Caucase est évidemment un lieu privilégié de la mémoire littéraire russe. Mais Bodenstedt à Tiflis s’intéresse principalement aux poésies orientales, celles de son ami Mirza Schaffy. Au milieu du XIXe siècle il faudrait évoquer August von Platen, Friedrich Rückert comme traducteurs de la poésie persane et turque. Mais dans le cas de Bodenstedt, il s’agit de mettre aussi en scène la relation d’un maître à son disciple qui se fait expliquer les littératures de l’Orient et crée autant qu’il transpose, en publiant en allemand les poèmes de Mirza Schaffy. Qu’il s’agisse de plaintes, de la célébration du vin ou de femmes (Zuleikha, Hafifa), de tableaux de Tiflis, les poèmes de Bodenstedt, qui ont eu en leur temps un immense succès, répondent aux règles formelles de la poésie romantique allemande. Bodenstedt apprend auprès de Mirza Schaffy à distinguer la poésie des grands maîtres de l’imitation d’imposteurs : « La séance suivante du Divan de la sagesse fut consacrée à ce que Mirza Schaffy m’explique quelques-uns des plus aimables Ghazels de Hafiz qui comme d’authentiques diamants pris à la couronne du roi des poètes persans peuvent trouver ici leur place70. » Bodenstedt rappelle volontiers une habitude orientale consistant à choisir au hasard pour l’ami que l’on va quitter un passage de Saadi ou de Hafiz destiné à l’accompagner dans son voyage71. La relation au sage de Gandja ne se limite pas à publier en traduction allemande ses œuvres, mais Bodenstedt veut, dans une sorte d’échange, lui faire connaître la poésie allemande ou anglaise et s’efforce par exemple de traduire en tatar des poèmes de Heinrich Heine72. Et Mirza Schaffy prenait un plaisir particulier à la lecture des poèmes de Goethe (Connais-tu le pays où fleurissent les citronniers…) ou de Heine (Chant du pêcheur…). Et lorsque des difficultés linguistiques se présentent, Bodenstedt et Mirza Schaffy ont recours à l’aide du professeur de persan au lycée de Tiflis, un certain Budakoff, lui-même au demeurant Arménien. De façon générale, il est souvent question de traduction dans les écrits de Bodenstedt sur le Caucase. Il mentionne par exemple la traduction du Shah nameh de Firdousi parue chez Cotta alors qu’il s’efforce, avec l’aide de Mirza Schaffy, de lire le texte original73. Il s’intéresse à la traduction par Georg Rosen (1820- 1891), orientaliste de passage à Tiflis, de Dshalal-ed-din Rumi74. Auprès d’un inspecteur ukrainien du lycée de Tiflis, il a rencontré l’historien tatar originaire de Bakou Abbas Kuli-Chan qui selon le modèle des rois de Géorgie a écrit des contributions à l’histoire des peuples du Caucase et en assure la publication en russe75. Le modèle en question est certainement la grande chronique rédigée à Moscou au XVIIIe siècle par le roi de Géorgie Wachtang, dont Bodenstedt souligne que les auteurs allemands qui ont présenté l’histoire et les cultures du Caucase comme Güldenstädt et Klaproth se sont largement inspirés76.

L’orientalisme et le Caucase

  • 77 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 186.
  • 78 Ibid., II, p. 130.
  • 79 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 321.
  • 80 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 230.
  • 81 Julius Heinrich Petermann (1801-1876) enseignait la philologie orientale à Berlin.
  • 82 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 292.
  • 83 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 236.

18Apprendre du Caucase c’est écouter les conseils prodigués par Mirza Schaffy, mais c’est aussi suivre les progrès d’une science qui se développe radicalement durant la première moitié du XIXe siècle, l’orientalisme. La plupart des récits rédigés par les voyageurs allemands sont des contributions à l’orientalisme sous ses diverses formes puisqu’ils donnent un aperçu des mœurs, de l’histoire des peuples et vont souvent jusqu’à proposer des listes de mots dans les différentes langues entendues. Mais Bodenstedt recense des contributions plus savantes. Il évoque le travail de Marie Félicité Brosset (1802-1880) qui a écrit sur la littérature géorgienne, est un des fondateurs des études géorgiennes et a publié en français un premier catalogue de la bibliothèque d’Etchmiadzin77. Bodenstedt croise l’orientaliste danois Westergaardt rentrant de Perse chargé de livres que Bodenstedt lira en partie avec l’aide de Mirza Schaffy78. Il rencontre l’orientaliste britannique Henry Danby Seymour et se lie à lui79. Parfois, les travaux orientalistes reposent sur une collaboration affichée entre un Européen et un érudit caucasien comme lorsque s’élabore, grâce au Français de Saint-Pétersbourg Charmoi et au prince kabarde Murzin Nogma, une grammaire du kabarde80. Mais les orientalistes rencontrés sont surtout Allemands, et Bodenstedt se lie en particulier avec Georg Rosen venu d’Istanbul et qui incarne le mieux l’orientalisme allemand : « Georg Rosen a étudié à Berlin en 1839 le sanskrit avec Bopp, avec Rückert le persan, avec Petermann l’arménien81, puis à Leipzig l’arabe avec Fleischer. Il fit paraître en 1843 comme premier fruit de ses études ses Rudimenta persica et reçut par la suite de l’Académie des sciences les moyens d’un voyage de recherche dans le Caucase82. » Étudiant le géorgien à Tiflis, analysant les fonds de la bibliothèque d’Etchmiadzin, il publie aussi un ouvrage sur la langue des Lazes. À partir notamment du vocabulaire constitué par Klaproth, il a aussi écrit une grammaire ossète83.

  • 84 Id., Erinnerungen, op. cit., p. 302.
  • 85 Arthur Leist était rédacteur de la Kaukasische Post, mensuel des Allemands du Caucase ; le périodiq (...)
  • 86 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 298-299.
  • 87 Ibid., p. 303.

19Rosen avait été prié par le propriétaire du principal journal allemand de l‘époque de publier des articles sur son séjour, mais la rédaction de sa grammaire ossète l’empêchant d’écrire ces articles, alors qu’il fournissait des matériaux à Franz Bopp, le père de la grammaire comparée, pour étudier la partie indo-européenne des langues du Caucase, il se fit pour ainsi dire remplacer par Bodenstedt. Les premiers poèmes de ce dernier sur le Caucase sont également publiés par ce biais orientaliste : « Les poèmes devaient sur le conseil de ses amis poètes Gustav Schwab et Gustav Pfizer, qui en avaient parlé de façon très positive, paraître dans le Morgenblatt de Cotta, qui était alors le meilleur journal littéraire d’Allemagne84. » Un Allemand de Tiflis, Arthur Leist (1852-1927)85, a traduit des chants géorgiens alors que la connaissance de la littérature arménienne en Europe provient de traductions faites par les makhitaristes de San Lazzaro degli Armeni à Venise86. Les visiteurs du Caucase rencontrés à Tiflis sont parfois des spécialistes de botanique comme Karl Koch (1809-1879) de Iéna ou de minéralogie comme Hermann von Abich (1806-1886) de Dorpat, qui outre leur domaine de spécialité s’intéressent également à la culture des populations rencontrées87. Le mouvement initié par Catherine II a porté ses fruits et le Caucase est devenu au fil des contributions savantes de voyageurs, notamment de voyageurs allemands, l’objet d’une intense curiosité. Alors que l’Asie centrale est encore inaccessible, on va chercher au Caucase un nouveau savoir susceptible de transformer la perception des littératures, des langues, de l’histoire des peuples.

***

20La découverte du Caucase est contemporaine d’un modèle épistémologique lié au comparatisme entre les langues indo-européennes. Les langues et cultures caucasiennes, à l’exception des Ossètes et des Arméniens, n’entrent pas dans ce vaste tableau. Elles invitent à établir des typologies alternatives et surtout à porter l’attention moins sur les classements que sur les articulations entre les innombrables parties de cet ensemble complexe. Comme le Caucase dispose d’une profondeur historique qui remonte au mythe de Prométhée ou à l’épisode de la Toison d’or, les transferts diachroniques complètent les imbrications synchroniques dans les tentatives d’explication de la complexité de cet espace. Mais le Caucase est pour les Allemands qui le décrivent un lieu d’apprentissage : on y observe des langues difficilement classables, une histoire religieuse spécifique, des coutumes renvoyant à des temps très anciens. C’est aussi un lieu de découverte de ces poésies orientales qui ont fait la célébrité de Friedrich Bodenstedt, traducteur de Mirza Schaffy. La Russie n’est pas seulement en position de conquête de ces espaces souvent héritiers de cultures plus anciennes, elle aussi devient caucasienne.

Notes

1 Julius von Klaproth, Reise in den Kaukasus und nach Georgien unternommen in den Jahren 1807 und 1808, Halle und Berlin, In den Buchhandlungen des Hallischen Waisenhauses, p. 2.

2 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus und ihre Freiheitskämpfe gegen die Russen, Frankfurt am Mai, Verlag Hermann Johann Keßler 1848, p. VII.

3 Friedrich Bodenstedt, Gesammelte Schriften I, Tausend und ein Tag im Orient, Berlin, Verlag der königlichen Hofbuchdruckerei, 1865, p. 114.

4 Id., Erinnerungen aus meinem Leben, Berlin, Allgemeiner Verein für deutsche Litteratur, 1888 p. 281.

5 Julius Klaproth, Tableau du Caucase, Paris, Ponthieu et Cie libraires, 1827, p. 139.

6 Ibid.., p. 283.

7 Ibid., p. 290.

8 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 564.

9 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 135.

10 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 153.

11 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 298.

12 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung der kaukasischen Länder aus seinen Papieren gänzlich umgearbeitet von Julius Klaproth, Berlin, im Verlage der Stuhrschen Buchhandlung, 1834, p. 4.

13 Ibid., p. 105.

14 Ibid., p. 131.

15 Ibid., p. 139.

16 Ibid, p. 148 et 154.

17 Ibid., p. 154.

18 Jacob Reineggs, Allgemeine historisch-topographische Beschreibung des Kaukasus, hrsg. Von Friedrich Enoch Schröder, 1. Teil, Gotha und Sankt Petersburg bei Gerstenberg und Dittmar, 1796, p. 239.

19 Ibid., p. 241

20 Jacob Reineggs, Allgemeine historisch-topographische Beschreibung des Kaukasus, hrsg. Von Friedrich Enoch Schröder, 2. Teil Hildesheim und Sankt-Petersburg bei Gerstenberg und Dittmar, 1797, p. 14

21 Ibid., p. 76.

22 Peter Simon Pallas, Voyages entrepris dans les gouvernements méridionaux de l’Empire de Russie dans les années 1793 et 1794, traduit de l’allemand, t. 1, Paris Deterville et à la librairie économique, 1805, p. 427.

23 Jean Potocki, Voyage dans les steppes d’Astrakhan et du Caucase. Histoire primitive des peuples qui ont habité antérieurement ces contrées. Nouveau périple du Pont-Euxin, t. 1, Paris, Merlin, 1829, p. 18.

24 Julius Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 55.

25 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 163.

26 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., II, p. 30.

27 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung, op. cit., p. 138.

28 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., p. 111-112.

29 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 586.

30 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 236.

31 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 148.

32 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., p. 122.

33 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op.. cit., II, p. 143.

34 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 157.

35 Friedrich Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 148.

36 Ibid., p. 150.

37 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p. 144.

38 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, I, p. 173-174.

39 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 469.

40 Johann Anton Güldenstädt, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p. 125.

41 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 295

42 Ibid., 226.

43 Julius Klaproth, Tableau…, op. cit., p. 10.

44 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., II, p. 116.

45 Jean Potocki, Voyage…, op. cit., II, p. 259.

46 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 351.

47 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 63.

48 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 291.

49 Ibid., p. 313.

50 Ibid., 331.

51 Ibid., p. 31.

52 Julius Klaproth, Reise in den Kaukasus, op. cit., p. 160.

53 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 151.

54 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 136.

55 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 48.

56 Ibid., p. 88.

57 Ibid., p. 89.

58 Ibid., p. 151.

59 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 174.

60 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 239-240.

61 Ibid., p. 253.

62 Friedrich Bodenstedt se réfère notamment au livre du Français, fonctionnaire de l’Empire russe, Félix Fonton, La Russie dans l’Asie mineure, 1840.

63 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 251.

64 Johann Anton Güldenstädt, Beschreibung…, op. cit., p. 135.

65 Ibid. p. 135.

66 Jacob Reineggs, Allgemeine Beschreibung, op. cit., p 113.

67 Ibid., p. 289.

68 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 112.

69 Id., Erinnerungen…, op. cit., p. 278.

70 Friedrich Bodenstedt, Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., II, p. 70.

71 Ibid., I, p. 127.

72 Ibid., II, p. 75.

73 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 331.

74 Ibid., p. 303.

75 Ibid., p. 313.

76 Friedrich Bodenstedt, Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 44.

77 Id., Tausend und ein Tag im Orient, op. cit., I, p. 186.

78 Ibid., II, p. 130.

79 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 321.

80 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 230.

81 Julius Heinrich Petermann (1801-1876) enseignait la philologie orientale à Berlin.

82 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 292.

83 Id., Die Völker des Kaukasus, op. cit., p. 236.

84 Id., Erinnerungen, op. cit., p. 302.

85 Arthur Leist était rédacteur de la Kaukasische Post, mensuel des Allemands du Caucase ; le périodique cessa d’exister en 1922.

86 Friedrich Bodenstedt, Erinnerungen…, op. cit., p. 298-299.

87 Ibid., p. 303.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search