Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Deuxième partie. Croisement des langues et nations du Caucase

6. Classification génétique et aréale des langues en Anatolie et dans le Caucase

Daniel Petit

Texte intégral

1La classification des langues a toujours posé un problème redoutable aux linguistes, tout particulièrement pour les langues qui ne sont qu’insuffisamment documentées ou pour lesquelles nous ne pouvons que spéculer sur leur localisation à date préhistorique ou parfois même historique. Pour l’Antiquité, nous avons des informations étendues sur les cultures grecque et latine et des sources relativement détaillées sur les cultures bordant la mer Méditerranée ainsi que sur le Proche-Orient et l’Anatolie ancienne, mais notre degré d’information sur des aires plus éloignées, comme le Caucase ancien, sont beaucoup plus limitées. Intuitivement, nous avons tendance à localiser les langues là où elles sont parlées aujourd’hui, à moins de disposer d’informations sur des migrations dans leur passé, et à transposer notre vision des langues modernes sur les périodes antérieures de l’histoire. Par ailleurs, si nous savons que différentes langues appartiennent à la même famille linguistique, nous construisons souvent un scénario pré-écrit à partir de ce que nous pouvons appréhender de la diffusion de l’ensemble de la famille. L’objet de cet article est de discuter des éléments qui nous permettent de comprendre la diffusion des langues dans l’Anatolie et le Caucase anciens. Mon domaine de recherche à proprement parler est celui des langues indo-européennes, mais je m’efforcerai d’aborder le problème dans une perspective plus large.

2Tout d’abord, il convient d’attirer l’attention sur une difficulté préliminaire quand on étudie les proximités linguistiques, celle de déterminer la part relative à attribuer aux héritages communs en termes de classification génétique et la part qui est à attribuer aux convergences intensives en termes de contact linguistique. Ce défi est particulièrement difficile à affronter pour l’Anatolie et pour le Caucase dans la mesure où l’on a souvent admis que chacune de ces deux régions appartenait à une « aire linguistique » distincte. La notion d’« aire linguistique » (en allemand Sprachbund) renvoie au fait que des langues voisines, mais sans parenté linguistique présentent des traits phonologiques, morphologiques et syntaxiques comparables. L’idée d’un Sprachbund caucasique a été défendue par différents savants et fait toujours l’objet de discussions actuellement. D’un autre côté, la découverte des archives de l’Empire hittite au début du XXe siècle nous a rendu plus familières les langues de l’Anatolie ancienne, et l’on a vite noté des ressemblances frappantes entre le hittite, langue indo-européenne ancienne, et les autres langues de son environnement. D’une manière plus hypothétique, des tentatives ont été faites de reconstruire un lien organique entre les aires linguistiques du Caucase, d’une part, et de l’Anatolie, d’autre part. Plusieurs savants ont ainsi soutenu que certains des traits qui caractérisent la langue arménienne actuelle dérivent de l’impact de traits anatoliens anciens, la langue ourartéenne ayant servi de chaînon intermédiaire. On a aussi prétendu qu’il existait des liens entre le hourrite et le hatti, deux langues parlées dans l’Anatolie ancienne, d’une part, et les familles caucasique de l’Est ou kartvélienne, d’autre part. La question que posent ces hypothèses est celle de l’extension des contacts linguistiques entre l’Anatolie et le Caucase et plus généralement celle de l’évolution des langues attestées dans les régions du Caucase au sens large.

3L’anatolie ancienne a une histoire complexe évoluant autour de trois cultures dominantes dans l’Antiquité. Au second millénaire avant notre ère, nous avons d’abord l’Empire hittite avec sa capitale Hattušaš. La Langue hittite était une langue indo-européenne appartenant à la sous-famille appelée « anatolienne » ; elle ne survécut pas à l’effondrement de l’Empire hittite autour du XIIIe siècle avant notre ère. Une langue apparentée était le louvite, parlé pour l’essentiel sur les marges occidentales et méridionales de l’Anatolie en tant que tel ou à travers ses représentants plus récents jusqu’au Ier millénaire avant notre ère (lycien, lydien, carien, pisidien et sidétique). Une autre langue indo-européenne parlée en Anatolie, mais extérieure à la famille anatolienne, le phrygien, nous est connue sous deux formes et à deux époques différentes (paléophrygien et néophrygien) en Anatolie occidentale. Aucune de ces langues n’a survécu après les premiers siècles de l’ère chrétienne. D’autres langues parlées dans l’Anatolie ancienne n’appartiennent pas à la famille indo-européenne. Ce sont (a) le hatti, langue isolée d’affiliation incertaine, parlée dans les mêmes zones que le hittite et qui n’est documentée que par quelques mots et phrases dispersés dans les textes hittites ; (b) le hourrite, parlé au sud-est de l’Anatolie et au nord de la Mésopotamie (principalement dans la région du Mitanni) et qui a été rapproché par certains savants du protocaucasique de l’est ; et (c) l’ourartéen, qui paraît appartenir à la même famille que le hourrite (au sein d’une famille hourro-ourartéenne) et qui était parlé dans la région du lac de Van, en Anatolie orientale. Au sud de l’Anatolie, nous rencontrons des langues sémitiques, l’ougaritique, l’assyrien et l’éblaïte, ainsi que le sumérien, une langue isolée sans apparentement connu, parlée en Irak du sud. Ce panorama pourrait être complété par d’autres langues qui n’ont eu qu’une présence plus limitée en Anatolie, le grec ancien (sur les côtes de l’Asie Mineure et en Pamphylie) ainsi que l’indien ancien (sporadiquement attesté dans la région du Mitanni). Partant de ce panorama ancien, nous arrivons à l’Anatolie actuelle à travers deux événements linguistiques et culturels majeurs. Tout d’abord, il faut mentionner l’arrivée de populations iraniennes, probablement à partir d’Asie centrale, durant le second millénaire avant notre ère et la création d’empires iraniens étendus, en particulier de l’Empire perse, qui culmina durant la période achéménide (550-330 avant notre ère) dans ce qui forme aujourd’hui la Turquie et l’Iran, puis sur des territoires plus vastes. Le second événement majeur a été l’apparition des langues turques : originaires d’Asie centrale (voire de plus loin encore), elles conquirent une large partie de l’Anatolie au cours du Moyen Âge (entre les VIe et XIe siècles de notre ère).

4Nous disposons de beaucoup moins d’informations sur la situation linguistique dans le Caucase ancien. La langue ancienne du royaume de Colchide (gr. Κόλχις Kólkhis), qui est mentionné par plusieurs auteurs grecs à partir du Ve siècle avant notre ère en rapport avec la légende de la Toison d’or, nous est inconnue, mais plusieurs auteurs ont supposé qu’elle devait appartenir à la famille kartvélienne, voire représenter une forme précoce de géorgien. Nous avons de nombreuses mentions des Arméniens durant l’Antiquité, notamment autour de la dynastie des Orontides (VIe-IIe siècles avant notre ère), mais la langue arménienne elle-même ne nous est connue que plus tardivement, à partir du Ve siècle de notre ère. Diverses sources anciennes remontant au premier millénaire avant notre ère nous renseignent sur d’autres peuples et langues, les Albaniens du Caucase, ancêtres linguistiques de la langue oudi moderne dans l’Azerbaïdjan actuel (ils sont appelés Ardhan dans les sources parthes), les Ibériens du Caucase dans la Géorgie actuelle (ils parlaient probablement une forme ancienne de géorgien). Enfin, il faut mentionner les Cimmériens, une population de langue iranienne, située autour de la mer Noire ; leur localisation précise est mal définie, allant jusqu’à l’Ukraine actuelle et incluant différentes régions du Caucase.

  • 1 J. Catford, « The classification of Caucasian languages », in S. M. Lamb, E. D. Mitchell (ed.). Spr (...)

5Si l’on se tourne maintenant vers le Caucase moderne, il convient d’abord de rappeler que cette région est célèbre pour être un cas d’école de diversité linguistique. Dès le Xe siècle de notre ère, un voyageur arabe, Ibn Haukal, signalait l’existence de 360 langues dans le Caucase, ce qui est très certainement une exagération, mais donne malgré tout l’idée d’une réelle diversité linguistique1.

6Il existe dans le Caucase au moins cinq familles linguistiques : (a) le kartvélien (géorgien, laze, mingrélien et svane) ; (b) le caucasique du nord-est ou nakho-daghestanien (nakh, tchétchène, avar-andique, tsézique, lak, dargi, lezgi et khinalugh) ; (c) le caucasique du nord-ouest ou abkhazo-adyghéen (abkhaze, abaza, circassien et la langue oubykh, maintenant éteinte) ; (d) les langues turques (azéri, kumik) ;(e) les langues indo-européennes (arménien et différentes variétés d’iranien comme l’ossète, le kurde ou le tat). D’autres familles de langues sont également représentées de manière plus sporadique, comme les langues sémitiques (néo-araméen) et les langues mongoles (kalmyk). Des langues de superstrat dans certaines régions sont le turc, le persan, et plus récemment le russe. Tout cela est bien connu et je n’ai répété ces données que pour que chacune ait une vision claire de la diversité linguistique de cette région.

7Ce qui résulte de cette présentation est la grande diversité linguistique de l’Anatolie ancienne, à quoi s’ajoutent des langues d’implantation plus récente (principalement iraniennes ou turques), et la diversité linguistique encore plus grande du Caucase moderne.

  • 2 Calvert Watkins, « An Indo-European linguistic area and its characteristics : Ancient Anatolia. Are (...)

8À la fois pour l’Anatolie ancienne et pour le Caucase moderne, de manière distincte, l’existence d’une aire linguistique a été postulée et l’attention s’est portée sur un nombre important de particularités linguistiques partagées par les langues de ces aires en dépit de leur affiliation génétique différente. La notion de Sprachbund, qui fut d’abord formulée dans les années 1930 pour l’aire balkanique, a été transposée par certains savants aux deux aires qui nous occupent ici. L’hypothèse d’un Sprachbund anatolien a été développée en particulier par Calvert Watkins (2008)2. Parmi les particularités partagées par le hittite et d’autres langues non-indo-européennes parlées dans l’Anatolie ancienne on peut relever les faits suivants :

  • 3 M. Pozza, La grafia delle occlusive intervocaliche in Ittito. Verso una Riformulazione della Lex St (...)
  • 4 E. A. Speiser, Introduction to Hurrian, Eugene (Oregon), The American Schools of Oriental Research, (...)

91. Désonorisation des consonnes en position initiale absolue de mot : l’opposition des consonnes sourdes et sonores (par ex. T/D), probablement réalisée comme une opposition entre consonnes tendues et consonnes relâchées (par ex. TT ou DD/T ou D), a été éliminée au début du mot au profit du membre fort ou sourd (T-, ni *TT-, ni *D-, ni *DD-). Ce trait apparaît en hittite et en louvite (deux langues indo-européennes) ainsi qu’en hourrite (langue non-indo-européenne). En hittite3, les occlusives sourdes de l’indo-européen sont notées par des occlusives sourdes géminées, les occlusives sonores de l’indo-européen par des occlusives sourdes non-géminées (loi de Sturtevant), c’est-à-dire qu’on a tt [d], mais t [t] ; cependant, en début de mot, nous n’avons que t, et cela ne résulte pas seulement d’une convention graphique du syllabaire cunéiforme, mais d’une authentique distribution phonétique, comme le montre le lycien, qui utilise un alphabet dérivé du grec (lyc. tideimi « fils, enfant » < indo-européen *dhi-dheh1-, cf. hittite tēta- « poitrine, sein », louvite cunéiforme tītan- « poitrine, sein », titaimma/i- « tétant »). Nous avons exactement la même distribution en hourrite4 ; la situation en hatti et en ourartéen n’est pas claire.

102. Consonnes laryngales : la conservation de l’une des consonnes laryngales de l’indo-européen en hittite (consonne tendue ḫḫ ou relâchée < indo-européen *h2) trouve un parallèle dans l’existence d’un type de consonnes comparables en hatti (par ex. ḫukur- « observer, voir », šaḫaw « dieu »), en hourrite (par ex. ḫaš- « entendre », paḫi « tête ») et en ourartéen (par ex. ḫini- « fils », naḫu « apporter »).

  • 5 H.-J. Thiel, « Phonematik und grammatische Struktur des Hurrischen «, in W. Haas (ed.). Das hurrito (...)

113. Lien entre quantité vocalique et accent : il existe une corrélation forte entre quantité vocalique et accent, partagée par le hittite, le hourrite et le hatti : les voyelles accentuées sont allongées, les voyelles inaccentuées sont abrégées. L’écriture cunéiforme du hittite, suivant une convention akkadienne, note la quantité vocalique et l’accent au moyen de ce qu’on appelle la scriptio plena « écriture pleine », à savoir l’usage d’un signe vocalique distinct, alors même que la voyelle est déjà indiquée par le signe syllabique précédent, cf. hitt. ne-e-pi-iš « ciel » [nḗbis] à partir de l’indo-européen *nebh-es-. Le même lien entre quantité vocalique et accent s’observe en hourrite5 et en hatti ; il en allait probablement de même en ourartéen.

124. Ergativité : le sujet des verbes transitifs est marqué différemment du sujet des verbes intransitifs, qui, pour sa part, est marqué de la même manière que l’objet des verbes transitifs. Le hourrite, l’ourartéen et le hatti sont des langues ergatives. Les langues anatoliennes (hittite, louvite) sont des langues à ergativité dite « scindée » (en anglais split-ergative languages) en fonction du genre grammatical : les noms de genre commun (non-neutre) ont un alignement syntaxique de type nominatif-accusatif (qui prédomine dans les autres langues indo-européennes), tandis que les noms de genre neutre ont une forme ergative spéciale qui reçoit le genre commun (hittite -anza, louvite -antis) et fonctionne comme sujet des verbes transitifs.

135. Développement de chaînes de particules enclitiques en seconde position de phrase : la seconde position dans la phrase est généralement remplie par des chaînes de particules enclitiques ; ce trait est prédominant en hittite, en hatti et en hourrite. Par ailleurs, en hatti, le verbe occupe la position initiale, mais on peut également utiliser une particule de phrase de position initiale pala/bala, qui fournit un parallèle fonctionnel frappant avec la particule hittite nu.

  • 6 S. Luraghi, « Possessive constructions in Anatolian, Hurrian, Urartian and Armenian as evidence for (...)

146. Constructions possessives et copie casuelle (en anglais case copying)6 : dans les groupes nominaux à fonction possessive, il existe une tendance forte à copier la finale du mot-tête sur la forme au génitif, ce qui a pour effet de la transformer en adjectif possessif. Cette tendance s’est imposée en louvite cunéiforme, par ex. zaššinDUMU-aššaššin annin « la mère de cet enfant » (où le nom renvoyant au possesseur « cet enfant » a adopté la finale du mot-tête « mère ») ; la copie casuelle est également régulière en hourrite et en ourartéen.

  • 7 G. Wilhelm, « Suffixaufnahme in Hurrian and Urartian », in F. Plank (ed.), Double Case, Oxford, Oxf (...)

157. Vocabulaire : l’existence de relations d’emprunt lexical entre le hittite, le hatti, le hourrite et l’ourartéen est indiscutable. Le hittite présente ainsi de nombreux emprunts au hatti (par ex. daḫanga- « sanctuaire », tabarna- « chef », purulli- « terre ») et au hourrite (par ex. zurki- « sang [offert] », ḫuprusḫi- « ustensile, sorte de vaisselle », et puḫugari- « substitut », dont la source ultime est l’akkadien pūḫu)7. Noter qu’il existe entre le hourrite et l’ourartéen un stock important de mots communs apparentés, remontant à la période hourro-ourartéen (par ex. hourrite ar- = ourartéen ar- « donner », hourrite pab (a) ni = ourartéen babani « montagne »).

16Ces convergences linguistiques ont été exploitées comme un appui à l’hypothèse d’interactions linguistiques intensives entre les différentes langues de l’Anatolie ancienne, mais elles soulèvent un problème fondamental. Comme on l’observe avec d’autres cas d’école tels que l’aire balkanique ou l’aire méso-américaine, l’hypothèse d’une aire linguistique se fonde en général sur du matériel de nature positive en termes de traits partagés, mais les divergences entre les langues considérées sont le plus souvent laissées de côté et passées sous silence. Or, on ne peut nier que les langues parlées dans l’Anatolie ancienne présentent par ailleurs des structures typologiques nettement différentes : pour ne prendre qu’un exemple, le hittite est une langue à suffixes, alors qu’une bonne partie de la morphologie hatti s’appuie sur des préfixes. Cette différence de perspective, privilégiant les convergences positives au détriment des divergences négatives, doit toujours être prise en compte.

  • 8 Op. cit, p. 241.
  • 9 V. Polák, « La position linguistique des langues caucasiennes », in Studia Linguistica, 4, 1950, p. (...)
  • 10 K. Tuite‚ « The myth of the Caucasian Sprachbund : the case of ergativity », in Lingua, 108,1999 p. (...)
  • 11 G. A. Klimov (ed.), Strukturnye obščenosti kavkazskih jazykov. Moskva, Akademia Nauk, 1978.
  • 12 J. Catford, op. cit., p. 241 et suiv.
  • 13 J. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », in P. Muysken (ed.), From Linguistic Area (...)

17Revenons au Caucase. La reconstruction d’une « aire linguistique caucasique » est ancienne, mais demeure controversée. Dès le XIXe siècle, le caucasologue russe Peter von Uslar (1816-1875) relevait des similarités frappantes entre les différentes langues de la région caucasique8 et l’hypothèse d’un Sprachbund caucasique fut clairement proposée au cours du XXe siècle par différent savants, par exemple par Polák9, mais elle fut rejetée tout aussi clairement par d’autres savants, par exemple par Tuite (1999)10. Le matériel cité à l’appui d’une aire linguistique caucasique a été rassemblé par Klimov (1978)11, Catford (1991)12 et Chiribka (2008)13; il pourrait rassembler les traits suivants :

  • 14 J. Catford, op. cit, p. 242-248.
  • 15 Ibid., p. 242-243 et J. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund’ », in P. Muysken (ed.) (...)
  • 16 J. Chiribka, ibid.

181. Système extrêmement riche de consonnes, caractérisé en particulier par l’existence de consonnes glottaliques14 : il existe 29 consonnes en géorgien et jusqu’à 80 consonnes dans la langue oubhyk, qui est maintenant éteinte, voire 110 consonnes en abkhaze de Sadz15. Chiribka (2008)16 parle de langues à type consonantique (consonant-type languages). À côté des consonnes attendues de la série des occlusives labiales, dentales, vélaires et uvulaires (par ex. p, t, k, q) et de deux affriquées (ts et tſ) il existe dans l’aire linguistique caucasique un nombre impressionnant de fricatives alvéolaires, postalvéolaires et uvulaires, ainsi que des nasales bilabiales et dentales, des approximantes bilabiales ou labiodentales, des semi-voyelles palatales, des approximantes latérales. Ce qui frappe en particulier est l’existence de consonnes occlusives glottaliques (par ex. t’) opposées à des occlusives sonores et sourdes : des occlusives glottalisées sont partagées par les langues indigènes du Caucase ainsi que par l’arménien oriental, l’ossète (langues indo-européennes), quelques dialectes de l’azéri, le kumyk (langues turques) et même les dialectes néo-araméens du Caucase (sémitique).

19 2. Morphologie agglutinante : prédominante dans les langues turques, avec extension vers l’arménien oriental et l’ossète (langues indo-européennes à l’origine flexionnelles).

  • 17 Ibid., p. 55.
  • 18 V. I. Abaev, A Grammatical Sketch of Ossetic, Bloomington, Indiana University, 1964, p. 124.

203. Flexion de groupe : dans des groupes de mots syntaxiquement associés, seul l’un d’entre eux est marqué morphologiquement, par ex. laze didi ǯal-epe-s « aux grands arbres » (« grand arbres-PL-DAT’)17. La même caractéristique apparaît en ossète et en arménien moderne, alors qu’elle est à l’origine étrangère à la morphologie indo-européenne, cf. ossète mæ zærond fyd « mon vieux père » (nominatif singulier) et mæ zærond fyd-æn « à mon vieux père » (datif singulier, avec la marque de datif -æn exprimée seulement une fois à la fin du groupe)18.

214. Ordre des marques morphologiques : les marques du nombre précèdent les marques du cas, par ex. lezgi ruš-ar-iz « aux filles » (« fille-PL-DAT »), turc köy-ler-in « des villages » (« village-PL-GEN »). Cet ordre s’est implanté en ossète et en arménien moderne, en contraste avec l’ordre inverse normal dans les langues indo-européennes (cas + nombre). Comparer sur ce point l’arménien ancien (ban-iw-k‛ « par les choses » < « chose-INSTR-PL ») et l’arménien moderne (ban-er-ow « par les choses » < « chose-PL-INSTR »).

  • 19 B. Comrie, M. Polkinski, « The great Daghestanian case hoax », in A. Siewierska & J. J. Song (ed.), (...)

225. Haut degré de polysynthétisme : un trait frappant des langues du Caucase est leur richesse en « cas » (ou « morphèmes liés »). On a par exemple proposé que le tabassaran possédait plus de 50 cas et que le tsez (caucasique du nord-est) monte jusqu’au nombre extrême de 126 cas. Toutefois, ces nombres élevés peuvent être contestés, d’une part parce qu’ils incluent un système riche de cas locatifs postpositionnels et, d’autre part, parce que les différentes marques casuelles peuvent être combinées les unes aux autres, ce qui augmente considérablement le nombre des formes possibles ; Comrie & Polkinski (1998)19 n’attribuent au tabassaran que 14 ou 15 cas et au tzez que 18 cas. Quoi qu’il en soit, il reste que la morphologie liée est particulièrement riche dans la région du Caucase. À titre de comparaison, le géorgien a 7 cas, le svane 6 cas, le mingrélien 9 cas (langues kartvéliennes) ; l’azéri (langue turque) a 6 cas, comme le turc. Il est frappant que les langues indo-européennes du Caucase soient précisément celles qui ont le mieux gardé la richesse du système casuel indo-européen (7 cas en arménien moderne) ou même ont développé de nouveaux cas (9 cas en ossète, certains d’origine postpositionnelle). Noter, cependant, qu’il n’existe que 3 cas en oubykh et 2 cas en abkhaze (langues caucasiques du nord-ouest).

  • 20 Exemple emprunté à V. Chiribka, Abkhaz, München, Lincom, 2003, p. 252.
  • 21 Voir V. Chiribka, « Evidential category and evidential strategy in Abkhaz », in A. Y. Aikhenvald, R (...)

236. Catégorie de l’évidentialité : un marquage morphologique de l’évidentialité, exprimant l’attitude du locuteur vis-à-vis de l’information ou donnant une indication sur sa source, est attesté dans presque toutes les langues du Caucase (caucasique du nord-est, caucasique du nord-ouest, kartvélien) ; on le trouve également en arménien moderne, mais pas en ossète. Comparer en abkhaze jə-s-z-aj + lə-m-k’+aa-jt’« je ne l’ai pas compris » et jə-s-z-aj + lə-m-k’+aa-zaap’« apparemment je ne l’ai pas compris »20. On suppose souvent que le développement de l’évidentialité dans la zone caucasique est dû à une influence turque, mais le phénomène est attribuable au proto-abkhaze, donc à une époque où il n’y avait aucun contact avec les langues turques21. À la fois en géorgien et en arménien, l’évidentialité est limitée au temps du parfait (évidentialité scindée, en anglais split evidentiality), ce qui n’est pas le cas en svane, en mingrélien ou en laze.

  • 22 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., p. 52. Sur les causatifs du Cau (...)

247. Verbes potentiels : l’existence de formes verbales spéciales pour exprimer la capacité de produire une action, par ex. abkhaze də-z twa-wa-m « il (elle) ne peut pas s’asseoir », tchétchène kxossa-vala « être capable de sauter » ou mingrélien a-č’ar-e (-n) « il (elle) peut l’écrire »22. En archi (caucasique du nord-est), la forme potentielle du verbe est dérivée de la forme évidentielle suivie de χoqi.

258. Ergativité : presque toutes les langues du Caucase sont ergatives, ou présentent des traits ergatifs, à l’exception du dialecte mingrélien de Zan. En kartvélien, l’ergativité apparaît contextuellement limitée et réalisée comme une ergativité scindée.

  • 23 M. Haspelmath, A Grammar of Lezgian, Berlin, New York, De Gruyter, 1993, p. 165.

269. Marquage synthétique de la causativité : des causatifs synthétiques apparaissent dans beaucoup de langues caucasiques. En lezgi (caucasique du nord-est), par exemple, la causativité peut être marquée par une formation suffixale spécifique (par ex. kwax̂un « être perdu » → kwadarun « perdre »)23; de manière comparable, le tchétchène (caucasique du nord-est) a un causatif suffixal (par ex. dada « courir, fuir » → daduo « voler, dérober » < « faire courir »). En géorgien (kartvélien), les causatifs de verbes intransitifs sont formés par l’ajout d’un préfixe a- et d’un suffixe -eb- (par ex. duγ-s « il boud » → a-duγ-eb-s « il fait bouillir »), les causatifs de verbes transitifs par l’ajout d’un préfixe a- et d’un suffixe -in-eb- (par ex. cer-s « il écrit » → a-cer-in-eb-s « il fait écrire »). Cf. aussi azéri ye « manger » → ye-dir « nourrir, faire manger » (avec un causatif secondaire ye-dir-t « faire nourrir »). Un marquage synthétique de la causativité se rencontre également en arménien oriental moderne : jeral « bouillir » (intrans.) → jerac‛nel « bouillir, faire bouillir (trans.) ». Noter, cependant, que l’ossète a un causatif non synthétique, mais périphrastique, qui recourt à un auxiliaire kənιn « faire » (+ inf.).

  • 24 Ibid., p. 167 et 171.
  • 25 B. G. Hewitt, Georgian. A Structural Reference Grammar. Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 1995, (...)

2710. Usage de préverbes directionnels et orientationnels : des préverbes locatifs sont abondamment attestés dans presque toutes les familles de langues dans le Caucase. Ils sont prolifiques en lezgi (caucasique du nord-est), par ex. aq̃-udun « sortir quelque chose », ag-udun « approcher », al-udun « enlever », ak-udun « emporter », xk-udun « emporter », k-udun « commencer », g-udun « scinder », gal-udun « détacher », kak-udun « placer dessous », q̃aq̃-udun « enlever », hal-udun « couvrir », agal-udun « appuyer », acal-udun « remplir »24. Cf. aussi géorgien (kartvélien) : mi-di-is « il va », mi-mo-di-s ‘il va et vient », mo-dis « il vient », a-di-s « il va en montant », a-mo-di-s « il vient en montant », ga-di-s « il va en sortant », ga-mo-di-s « il vient en sortant », gada-di-s « il va en traversant », gad-mo-di-s « il vient en traversant », še-di-s « il va en entrant », še-mo-di-s « il vient en entrant », ča-di-s « il va en descendant à l’intérieur », ča-modi-s « il vient en descendant à l’intérieur », da-di-s « il va/descend régulièrement »25. Il y a cependant des langues avec un groupe minimal de préverbes (par ex. oubykh) ou pratiquement sans aucun préverbe (arménien).

  • 26 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., ici p. 53.
  • 27 B. G. Hewitt, Abkhaz : A Descriptive Grammar, London, Routledge, 2000.
  • 28 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., p. 53.
  • 29 J. Dum-Tragut, Modern Eastern Armenian, Amsterdam, Benjamins, 2009, p. 300.

2811. Postpositions : par ex. géorgien mta-ze « sur la montagne » (< « montagne = à »)26, abkhaze (caucasique du nord-ouest) s-q̣ənṭ « de moi » (< « moi = de »), yə-qənṭ « de lui » (< « lui = de »)27. L’arménien et l’ossète, langues à l’origine prépositionnelles, ont perdu un grand nombre de leurs prépositions et les ont remplacées par des postpositions, cf. arménien moderne jeṙk‛i meǰ « dans la main » (< « main dans »)28, im ēnkeroǰ het « avec mon ami » (< « mon ami avec »)29, ossète xæʒar-y sær « sur le toit » (< « toit sur »). Dans certains des cas rencontrés, la préférence pour des postpositions peut être due à leur origine nominale (par ex. arm. het « pas », oss. sær « tête »), mais une influence aréale n’est jamais à exclure.

  • 30 M. Haspelmath, op. cit., p. 327.
  • 31 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op cit., ici p. 53.

2912. Double coordination : coordination attachée aux deux membres de la structure coordonnée, par ex. lezgi zi buba-ni bubadin buba-ni « mon père et le père de mon père » (« mon père = et du père le père = et »)30, abkhaze war-g’ə sar-g’ə « toi et moi » (< « toi = et moi = et »), tchétchène vaša a jiša a « frère et sœur » (< « frère = et sœur = et »), svane m-i s-i « toi et moi » (< « moi = et toi = et »)31.

3013. Ordre des mots SOV (sujet-objet-verbe) : attesté de manière prédominante dans toutes les langues du Caucase.

  • 32 Ibid.

31Cette liste, fondée sur Chiribka (2008)32, ne donne qu’une collection représentative de traits considérés par certains savants comme significatifs pour la reconstruction d’un Sprachbund pancaucasique. Il va sans dire qu’une présentation à large spectre comme celle qui vient d’être faite prête le flanc à la critique, pour au moins trois raisons. La première raison est qu’elle ignore les différences fines qui existent entre les langues en se concentrant sur des paramètres définis de manière trop large sans prendre en compte la diversité de leurs réalisations individuelles. La seconde raison est qu’une vue panoramique d’une aire linguistique ne donne pas une image claire des multiples interactions culturelles qui existent, à échelle plus réduite, entre les langues. Par exemple, on sait que les langues du groupe tsez ont été influencées par leur contact avec le géorgien. Il existe des relations spéciales entre le géorgien et l’arménien. Il existe un substrat caucasique du nord-ouest en ossète, et probablement en kartvélien occidental (mingrélien, laze) ; etc. Le degré de polylinguisme a toujours été très élevé dans la région du Caucase au sens large. Tous ces contacts linguistiques particuliers, réalisés à différentes époques et selon des contextes différents, sont négligés par les présentations générales de l’aire linguistique caucasique. La troisième raison qui fait douter de la pertinence de cette présentation est que les traits sélectionnés sont de valeur inégale, certains étant trop élémentaires pour pouvoir être exploités utilement dans le cadre de la reconstruction d’une aire linguistique.

32 À ce point, j’ai présenté ce qui a été reconstruit comme deux aires linguistiques distinctes, l’aire linguistique anatolienne, d’une part, et l’aire linguistique caucasique, de l’autre. Sans surprise, étant donnée leur proximité géographique, des tentatives ont été faites de reconstruire un lien organique entre ces deux aires linguistiques. Ces tentatives sont d’emblée confrontées à de sérieux problèmes. Un premier problème est dû au décalage chronologique important qui sépare les données de chacune de ces aires. L’aire linguistique anatolienne est reconstruite sur la base de langues anciennes du second ou du premier millénaire avant notre ère, alors que l’aire linguistique caucasique est attestée beaucoup plus récemment : le géorgien et l’arménien sont documentés à partir du Ve siècle de notre ère, et nous disposons de textes albaniens de la même période ; nous avons des textes azéris depuis le XVIe siècle ; mais la majorité des langues du Caucase n’est connue que depuis une époque très récente (XIXe, voire XXe siècle). Toute comparaison entre l’Anatolie et le Caucase doit prendre en considération cette différence chronologique. En outre, certaines des langues parlées maintenant dans la région du Caucase s’y sont implantées de manière récente et n’ont été affectées par les traits aréaux que dans une moindre mesure. Une seconde difficulté provient de la formation des linguistes qui ont proposé ces comparaisons. En fonction de leur degré de compétence dans les différentes familles de langues, ils peuvent être tentés de survaloriser la position de la famille de langues qu’ils connaissent le mieux ou, pis encore, de déformer les données des langues qu’ils connaissent le moins. Un troisième problème est que les contacts linguistiques impliquent souvent des hypothèses plus ou moins explicites sur l’extension territoriale ou la migration des populations, ce qui ouvre la porte à toutes sortes de déformations idéologiques. Les conflits politiques entre pays du Caucase peuvent conduire à minimiser la présence des « langues ennemies » sur un territoire disputé ou à exagérer l’implantation de sa propre langue sur des zones plus larges qu’elles n’occupent en réalité. Cela est peut-être compréhensible d’un point de vue psychologique, mais la linguistique n’a rien à voir avec la psychologie.

  • 33 S. L. Nikolayev, S. A. Starostin, A North Caucasian Etymological Dictionary, Moskva, Asterisk Publi (...)
  • 34 I. M. Diakonoff, S. A. Starostin, Hurro-Urartian as an Eastern Caucasian language. Münchener Studie (...)
  • 35 Sources : pour le hourrite, voir E. A. Speiser, Introduction to Hurrian, Eugene (Oregon), The Ameri (...)

33Un dernier problème est la distinction entre relations génétiques et relations aréales. Les deux types de relations ont été invoquées dans la bibliographie secondaire entre l’Anatolie ancienne et le Caucase moderne. Un premier pas dans cette direction est fait par les savants qui ont supposé l’unité originelle de toutes les familles de langues indigènes du Caucase (kartvélien, caucasique du nord-ouest, caucasique du nord-est) — une supposition qui est difficile à prouver avec certitude. Même l’hypothèse d’une origine commune de la famille caucasique du nord-ouest et de la famille caucasique du nord-est demeure controversée, en dépit de sa cristallisation dans le North Caucasian Etymological Dictionary de Nikolayev et Starostin (1994)33. Un exemple extrême de cette perspective a été donné par Nikolaï Marr (1864-1934) avec sa théorie « japhétique », qui postule une origine commune pour le « caucasique » défini comme un ensemble unique, le sémitique et le basque. Plus modestement, on a parfois supposé que le hourrite et l’ourartéen, deux membres de l’aire linguistique anatolienne ancienne, sont liés, d’une manière ou d’une autre, avec les langues caucasiques du nord-est ; cette opinion a été soutenue récemment par Diakonoff et Starostin (1986)34. Tout cela est très incertain. À titre d’illustration, comparons le système des numéraux dans quelques langues de l’Anatolie ancienne et dans quelques langues modernes du Caucase35 :

  • 36 V. Blažek, « Hurrian numerals’ », in T. M. Nikolaeva (ed.), Issledovanija po lingvistike i semiotik (...)

34 Dès le premier regard, on voit qu’il n’y a apparemment rien de commun entre les numéraux de ces différentes langues. Toutefois, une telle comparaison n’a pas beaucoup de sens, car elle se fonde sur une sélection de langues particulières et non pas sur les proto-langues intermédiaires de chacun des groupes, comme cela devrait être le cas. En conséquence, on ne peut rien faire d’autre que s’appuyer sur des ressemblances superficielles, et non sur des correspondances régulières ; ce n’est pas de cette façon qu’on pratique efficacement la méthode comparative. Afin d’illustrer les problèmes posés par les comparaisons lexicales incontrôlées de ce type, on peut examiner un exemple extrême, à savoir la manière dont Blažek (2010)36 explique l’origine des numéraux de ces langues. Cet auteur opère dans le cadre de l’hypothèse d’une unité caucasique du nord et propose la comparaison suivante entre le hourrite et d’autres langues, comprenant des langues caucasiques :

35(1) Hourro-ourartéen *šu-, vs. caucasique du nord *cHə̆.

36 (2) Hourrite šin (a), vs. caucasique du nord *šina-. Mais cf. aussi éblaïte (sémitique) šina.

37(3) Hourrite ki-, vs. nakh’*qo-, obl. tchétchène qaɂa-, bats qay-. Blažek ajoute l’étrusque ci.

38(4) Hourrite tumni < *tamu (-) ni-. Une relation est proposée avec le sémitique *tamānáy- « 8 » (cf. ougaritique tmn, syriaque təmāne)

39(5) Hourrite nariy (a), vs. caucasique du nord *ɂrä̅nƛΕ ‘6’ (d’un composé *ɂrä̅n- « 5 » + *ƛΕ d’un verbe *äƛËw « poser, mettre », avec le sens « six » = « (un) placé sur cinq »)

40(6) Hourrite šeže, emprunt à l’akkadien (šeššet)

41(7) Hourrite šindi de *šin- et *na- « 2+5 »

42(8) Hourrite kira/i de *ki- et *nariy (a) « 3+5 »

43(9) Hourrite tamri/a de *tum- (< *tamu- ?) et *nariy (a) « 4+5 »

44(10) Hourrite eman. Blažek compare le basque hamar « 10 » ou, alternativement, spécule sur un nom signifiant « main », qui apparaît en caucasique du nord *mēɦwV (lak kwi-jama « poignée », akusha meh « creux de la main, poignée », oudi aIm « bras, aile », abkhaze *ma dans a-ma-cvá « doigt », a-ma-χwár « doigt ») ou *mHŏχi (tsez *mɔχV « poignée », lezgi *χ : am « main, poignée, paume de la main »)

  • 37 Ibid., p. 122.

45Comme le souligne lui-même Blažek37, la relation hourro-ourartéo-caucasique ne serait visible que dans quelques-uns de ces numéraux ; la plupart auraient une étymologie différente, soit interne, soit externe. Il est clair, je crois, que des étymologies à large spectre comme celles-ci sont complètement invalidées par leur recours précipité à du matériel linguistique incontrôlé et par l’absence dont elles témoignent de méthode comparative précise.

  • 38 V. G. Ardzinba, « Some notes on the typological affinity between Hattian and North-West Caucasian ( (...)
  • 39 V. V. Ivanov, « On the relationship of Hattic to the Northwest Caucasian languages », in B. B. Piot (...)
  • 40 H. Mészáros, Die Päkhy-Sprache, Chicago, Chicago University Press, 1934.
  • 41 Voir Z. Simon, Untersuchungen zur hattischen Grammatik, dissertation, Budapest, University of Budap (...)
  • 42 Cf. Z. Simon Untersuchungen…, op.cit., p. 224.
  • 43 V. V. Ivanov, « On the relationship… », op. cit.
  • 44 Voir la discussion par Z. Simon Untersuchungen…, op. cit., p. 228-229.

46De la même manière que le hourro-ourartéen a parfois été rapproché du caucasique du nord-est, le hatti a parfois été rapproché, voire considéré comme un ancêtre, du caucasique du nord-ouest. Plusieurs savants se sont ralliés à cette hypothèse, Ardzinba (1974)38, Ivanov (1985)39 et, avant eux, Mészáros (1934)40, mais elle ne repose que sur un petit nombre de convergences lexicales de valeur douteuse. La langue hattie est trop mal connue pour pouvoir se prêter à une macrocomparaison étymologique ; nous ne disposons même pas d’un dictionnaire descriptif fiable de la langue41. Des préfixes parallèles ont été attribués au hatti et au caucasique du nord-ouest — par ex. hatti a- (démonstratif) vs. abkhaze a- (article) — mais leur forme est trop banale pour posséder la moindre valeur. Un exemple souvent mis en avant pour appuyer l’hypothèse d’un rapport entre le hatti et le caucasique du nord-ouest est le nom de « Dieu », hatti wa-šḫaw comparé au circassien (tcherkesse) uas‘ho « Dieu » (mot archaïque), mais en réalité on a pu montrer que cette équation est fausse : le mot hatti est un collectif de a-šḫab et doit avoir signifié à l’origine « tonnerre » (d’où « dieu du tonnerre, dieu »), alors que le circassien uas‘ho a dû avoir comme sens premier « ciel » et donc remonter à une préhistoire différente42. D’autres équations proposées par Ivanov (1985)43 sont les suivantes44 :

  • Hatti ḫerta « cacher », vs. oubykh qarda « id. »
  • Hatti kuwa « saisir », vs. oubykh q’oa « id. »
  • Hatti ḫun « large », vs. proto-abkhaze *šxoa-, *čxoa- « id. »
  • Hatti šepšep « chaussures », vs. proto-abkhaze *c’ : ā qa « id. » (en fait a-coá « cuir »)
  • Hatti bu- « faire », vs. abkhaze (a-) u-ra « id. »
  • Hatti štib « porte », vs. abkhaze a-šǝ « id. »
  • Hatti tauwaa tupi « peur, horreur », vs. kabardien štajudagǝe « peur »
  • Hatti izzi- « bon », vs. kabardien fIy, adyghe šIu « id. »

47Ces comparaisons sont plus qu’incertaines : elles ne reposent pas sur des correspondances phonétiques régulières, mais sur des ressemblances superficielles. En outre, certaines des données produites à l’appui de cette hypothèse se révèlent peu fiables, voire complètement fausses. Il n’y a aucune preuve solide en faveur d’une parenté entre le hatti et le caucasique du nord-ouest.

  • 45 Cf. Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit., p. 249 et suiv.
  • 46 G. Deeters, « Die kaukasischen Sprachen », in G. R. Solta, V. Inglisian (ed.), Armenisch und kaukas (...)
  • 47 C. Girbal, Beiträge zur Grammatik des Hattischen, Frankfurt-am-Main, Bern, New York, Peter Lang, 19 (...)
  • 48 S. Gabeskiria, « Hattiler, Hatti ve Hitit Dilleri Bazı Düşünceler », in S. Alp, A. Süel (ed.), III. (...)
  • 49 Cf. Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit., p. 251-252.

48D’un autre côté, l’idée d’une relation entre le hatti et le kartvélien a aussi été évoquée dans la littérature45. L’un des premiers à l’avoir proposée fut Deeters (1963)46, se fondant sur la comparaison entre deux préfixes pluralisants du hatti le- et še- et des préfixes correspondants du géorgien (sa-) et du svane (la-, le-), mais on a montré, depuis lors, que ces préfixes ont des valeurs sémantiques différentes. Girbal (1986)47 et Gabeskiria (1998)48 ont défendu la même hypothèse en produisant une liste de mots supposés apparentés49 :

  • Hatti tette « grand », vs. géorgien didi « id. »
  • Hatti tuḫḫukuru « voir », vs. géorgien q’ur « id. »
  • Hatti šama « entendre », vs. protokartvélien *sm- « id. »
  • Hatti tumail « pluie », vs. géorgien c’vima « id. »
  • Hatti šawaat « pommier », vs. géorgien vašli « arbre »
  • Hatti karam « vin », vs. géorgien kvevri « cuve pour faire fermenter le vin »
  • 50 Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit.

49Cependant, Simon (2015)50 a montré que ces comparaisons souffraient de défauts irrémédiables, soit du côté hatti, soit du côté kartvélien, soit des deux. Il n’y a pas de preuve décisive d’une parenté entre le hatti et le kartvélien.

  • 51 W. M. Austin, « Is Armenian an Anatolian language ? », in Language, 18, 1942, p. 22-25.
  • 52 A. Kerns, B. Schwartz, « On the placing of Armenian », in Language, 18, 1942, p. 226-228.
  • 53 J. A. C. Greppin, « Hittite loan words in Armenian (synopsis) », in M. Mayrhofer, M. Peters, O. E. (...)

50Indépendamment de la question de la parenté génétique, l’hypothèse de contacts linguistiques entre les aires linguistiques de l’Anatolie et du Caucase a souvent été formulée et cette hypothèse s’est le plus souvent concentrée sur les emprunts lexicaux potentiels. On a parfois défendu l’idée que la langue arménienne possédait un certain nombre de mots empruntés au hittite, au hatti ou au hourro-ourartéen. Historiquement, c’est d’abord l’hypothèse d’emprunts hittites en arménien qui a été proposée, d’abord par Austin (1942)51, vite contredit par Kerns et Schwartz (1942)52; plus récemment, la même idée a été répétée à de nombreuses reprises par John A. C. Greppin (1980)53. Les exemples censés soutenir cette idée sont les suivants :

  • Arménien targal « cuillère » < hittite taru̯-āli- « pilon »
  • Arménien ołoł- « inondation » < hittite alalam (m) a- « courant (d’une rivière) »
  • Arménien hasteay « sorte de pâte » < hittite ḫaz (z) ita- « sorte de gâteau »
  • Arménien brut « potier » < hittite purut- « argile »
  • Arménien hazar « laitue » < hittite ḫašuššara- « légume potager »
  • Arménien towp‘ « boîte, coffre » < hittite tuppi- « arche, récipient »
  • 54 Z. Simon, « Die These der hethitisch-luwischen Lehnwörter im Armenischen : eine kritische Neubetrac (...)
  • 55 I. M. Diakonoff, « Hurro-Urartian borrowings in Old Armenian », in Journal of the American Oriental (...)

51Les données ont été récemment soumises à un examen critique par Simon (2013)54, qui n’a reconnu qu’un nombre limité d’emprunts anatoliens en arménien, et seulement d’origine louvite. Le dossier est très fragile. Des ressemblances ont été aussi signalées dans le domaine phonétique entre l’anatolien et l’arménien, comme la préservation de la seconde laryngale indo-européenne comme h à la fois en hittite (ḫanna- « grand-mère », ḫuḫḫa- « grand-père ») et en arménien (han « grand-mère », haw « grand-père ») ; mais le statut du h- initial de l’arménien est disputé et certainement pas comparable sans réserves avec celui du hittite ḫ-. L’hypothèse de relations d’emprunt entre le hourro-ourartéen et l’arménien paraît plus prometteuse ; elle se fonde souvent sur l’idée d’un lien de continuité entre l’ourartéen et l’arménien, parlés dans la même zone. Un des défenseurs de cette thèse a été Diakonoff (1985)55, qui donne les exemples suivants d’emprunts hourro-ourartéens en arménien :

  • Arménien astem « révéler sa famille » < hourrite ašte « épouse »
  • Arménien caṙay « esclave » < hourrite sarre « prisonniers de guerre, captifs »
  • Arménien owłt « chameau de Bactriane » < ourartéen ulṭu
  • Arménien xnjor « pomme (pommier) » < hourrite ḫinz-orə « pomme »
  • Arménien caṙ « arbre » < hourrite sar-me « bois », ourartéen ṣârə « verger »
  • Arménien cov « mer » < ourartéen ṣûə « mer (intérieure) »
  • Arménien xarxarem « je détruis » < ourartéen ḫarḫar- « être détruit »

52Diakonoff a aussi postulé des emprunts dans la direction inverse, de l’arménien vers l’ourartéen, ce qui paraît très surprenant si l’on songe à la date précoce des données ourartéennes :

  • Ourartéen Arṣibə, nom d’un cheval, peut-être ‘aigle’< arménien arcowi « aigle »
  • Ourartéen burg-ana- « colonne (?) » < arménien burgn « tour » (< indo-européen *bhṛĝh-)
  • Ourartéen ulgušə « santé, vie » < arménien olǰ « tout, complet »
  • Ourartéen me (i) négation < arménien mi négation prohibitive (< indo-européen *meh1)
  • 56 Exemples venant de J. A. C. Greppin et I. M. Diakonoff, « Some effects of the Hurro-Urartian people (...)

53Certaines des convergences proposées pourraient avoir des apparentements ultérieurs dans des langues du Caucase56 :

  • Arménien art « champ », vs. hourrite arde, ourartéen ardi-ne « ville », vs. tchétchène urd « parcelle de terrain d’un paysan », ingouche urd « district »
  • Arménien kowt « grain », vs. hourrite kade « orge », vs. lezgi gad « grain », lak č : ati « nourriture faite de semences de lin », andi, tindi ĉĉeṭu- « lin »
  • Arménien maxr, dial. marx « conifère résineux, pin », vs. hourrite maḫri « sapin, genévrier », vs. tchétchène max « tremble », ingouche mixa « tremble », avar maxx « bouleau », dargwa maq « bouleau », tabassaran murx « bouleau », budukh märx « bouleau »

54Reste la question épineuse des liens entre arménien et hatti. L’identification du nom indigène des Arméniens, Hayk‘, avec le nom des Hattis, a donné lieu à un débat purement émotionnel et peut difficilement passer pour généralement accepté. Une poignée de mots hattis ont été supposés en arménien, mais leur plausibilité n’est pas très élevée : l’un d’entre eux serait l’arménien kamowrǰ « pont », rapproché du hatti ḫamuru (wa) « voûte », mais la comparaison est faible et l’on pourrait préférer de rapprocher le mot arménien avec le grec γέφυρα géphura « pont » (ce qui, à vrai dire, ne peut pas être admis sans difficultés non plus).

55Le mieux que l’on puisse dire à propos de ces comparaisons est qu’elles peuvent contenir un peu de vérité, mais le problème est que nous ne pouvons les évaluer correctement dans la mesure où nous ne savons pour ainsi dire rien sur les relations entre l’Anatolie ancienne et l’Arménie. Les comparaisons suggérées entre toutes ces langues sont souvent dénuées de tout sens critique, éloignées de la méthode comparative habituelle, parfois même du bon sens tout simplement. Un problème qui se pose est que ces comparaisons sont en général limitées à du matériel lexical, qui se révèle peu approprié dans la mesure où les lexèmes partagés peuvent refléter ou bien des héritages communs (en termes d’affiliation génétique), ou bien des relations d’emprunt linguistique (en termes de proximité géographique et culturelle). Il s’ensuit que, si nous trouvons entre le hatti et le caucasique du nord-ouest par exemple des convergences lexicales, nous ne sommes pas capables de déterminer si ces convergences sont dues à une origine commune de ces langues ou à des contacts linguistiques entre deux langues non apparentées. De surcroît, nous ne sommes même pas sûrs que les contacts linguistiques, s’il y en a eu, ont réellement eu lieu directement entre les deux langues considérées et non pas à travers l’intermédiaire d’une troisième langue, inconnue. Dans mon champ de recherche, le domaine des langues indo-européennes, des progrès n’ont pu avoir lieu qu’après que l’attention s’est tournée vers la comparaison du matériel grammatical, moins sujet à l’emprunt et donc plus utile pour la comparaison génétique.

56Une dernière question est celle de savoir s’il peut exister un lien organique entre l’aire linguistique anatolienne et l’aire linguistique caucasique. Dans la linguistique génétique, on peut observer de nombreuses tentatives d’établir des formes distantes de parenté entre des familles linguistiques clairement définies, comme entre l’indo-européen et l’ouralique (conduisant à la reconstruction de macrofamilles), bien évidemment avec une part d’incertitude d’autant plus élevée que la date de la langue commune supposée doit avoir été très ancienne. Il est, en tout cas, bien plus difficile de procéder de la sorte avec les aires linguistiques et, d’une manière générale, il n’y a aucune possibilité de reconstruire des macro-aires linguistiques réunissant deux aires linguistiques bien délimitées. La raison en est probablement qu’une aire linguistique est un réseau de traits partagés qui se sont formés à une époque particulière de l’histoire et dans un lieu particulier, en raison d’un environnement culturel spécifique, ce qui exclut l’existence d’aires linguistiques étendues (macro-aires). Ce qui frappe ici, c’est que les traits considérés comme probants pour l’établissement des aires anatolienne et caucasique sont complétement différents et qu’il n’y pas de trait général partagé par les deux aires. Les seules particularités potentiellement partagées sont l’ergativité et l’existence de postpositions, mais elles sont banales et ne peuvent en tout cas fournir d’arguments en faveur d’un lien entre les aires linguistiques de l’Anatolie et du Caucase. Pis encore, il y a dans chacune de ces deux aires linguistiques des traits qui sont complètement absents de l’autre : par exemple, la catégorie de l’évidentialité, qui est répandue à travers tout le Caucase et se trouve également en turc, n’apparaît nulle part dans l’Anatolie ancienne. Il a pu exister des interactions culturelles entre l’Anatolie ancienne et le Caucase, sources de proximités linguistiques, mais nous ne pouvons pas établir la moindre connexion entre les aires linguistiques de l’Anatolie et du Caucase sur la base de traits partagés, et par ailleurs, dans l’état actuel de nos connaissances, l’existence de relations linguistiques entre ces deux régions, en termes de parenté ou de contact linguistique, ne peut être affirmée sans le moindre doute. Ce qui doit être fait à l’avenir est d’établir aussi précisément que possible la préhistoire linguistique de chacun des sous-groupes attestés dans les deux régions, et cela implique une stricte application de la méthode comparative et une bonne dose d’esprit critique. Ensuite, nous devons étudier toutes les formes de contact linguistique réellement observables à date historique. Pour cette tâche, la linguistique historique ne suffit pas, mais elle doit s’appuyer sur d’autres sciences comme l’archéologie et l’histoire : seule une approche transversale fondée sur toutes les données disponibles peut apporter une perspective nouvelle sur la préhistoire linguistique de l’Anatolie ancienne et du Caucase.

Notes

1 J. Catford, « The classification of Caucasian languages », in S. M. Lamb, E. D. Mitchell (ed.). Sprung from Some Common Source : Investigations into the Prehistory of Languages, Stanford, Stanford University Press, 1991, p. 232-268, ici p. 233.

2 Calvert Watkins, « An Indo-European linguistic area and its characteristics : Ancient Anatolia. Areal diffusion as a challenge to the comparative method ? ». in A. Y. Aikhenvald, R. M. W. Dixon (ed.). Areal Diffusion and Genetic Inheritance, Problems in Comparative Linguistics. Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 43-63.

3 M. Pozza, La grafia delle occlusive intervocaliche in Ittito. Verso una Riformulazione della Lex Sturtevant, Roma, Il Calamo, 2011.

4 E. A. Speiser, Introduction to Hurrian, Eugene (Oregon), The American Schools of Oriental Research, 1940-1941, p. 35-36.

5 H.-J. Thiel, « Phonematik und grammatische Struktur des Hurrischen «, in W. Haas (ed.). Das hurritologische Archiv des Altorientalischen Seminars der Freien Universität Berlin. Berlin, Altorientalistisches Seminar, 1975, p. 98-239, ici p. 99.

6 S. Luraghi, « Possessive constructions in Anatolian, Hurrian, Urartian and Armenian as evidence for language contact », in B. J. Collins, M. R. Bachvarova, I. C. Rutherford (ed.), Anatolian Interfaces, Hittites, Greeks and their Neighbours. Proceedins of an International Conference on Cross-Cultural Interaction, September, 17-19, 2004. Emory University, Atlanta, GA., Oxford, Oxbow Books, 2008, p. 143-151.

7 G. Wilhelm, « Suffixaufnahme in Hurrian and Urartian », in F. Plank (ed.), Double Case, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 113-135.

8 Op. cit, p. 241.

9 V. Polák, « La position linguistique des langues caucasiennes », in Studia Linguistica, 4, 1950, p. 94-107.

10 K. Tuite‚ « The myth of the Caucasian Sprachbund : the case of ergativity », in Lingua, 108,1999 p. 1-29.

11 G. A. Klimov (ed.), Strukturnye obščenosti kavkazskih jazykov. Moskva, Akademia Nauk, 1978.

12 J. Catford, op. cit., p. 241 et suiv.

13 J. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », in P. Muysken (ed.), From Linguistic Areas to Areal Linguistics, Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 2008, p. 25-94.

14 J. Catford, op. cit, p. 242-248.

15 Ibid., p. 242-243 et J. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund’ », in P. Muysken (ed.), From Linguistic Areas to Areal Linguistics. Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 2008, p. 25-94, ici p. 43.

16 J. Chiribka, ibid.

17 Ibid., p. 55.

18 V. I. Abaev, A Grammatical Sketch of Ossetic, Bloomington, Indiana University, 1964, p. 124.

19 B. Comrie, M. Polkinski, « The great Daghestanian case hoax », in A. Siewierska & J. J. Song (ed.), Case, Typology and Grammar : In Honor of Barry J. Blake, Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 1998, p. 95-114, ici p. 105.

20 Exemple emprunté à V. Chiribka, Abkhaz, München, Lincom, 2003, p. 252.

21 Voir V. Chiribka, « Evidential category and evidential strategy in Abkhaz », in A. Y. Aikhenvald, R. M. W. Dixon (ed.), Studies in Evidentiality, Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 2003, p. 243-272, ici p. 266.

22 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., p. 52. Sur les causatifs du Caucase, voir plus d’informations chez B. G. Hewitt, « The causative : Daghestanian variations on a theme », in B. Comrie (ed.), Studies in the Languages of the USSR, Edmonton, Linguistic Research, p. 173-204.

23 M. Haspelmath, A Grammar of Lezgian, Berlin, New York, De Gruyter, 1993, p. 165.

24 Ibid., p. 167 et 171.

25 B. G. Hewitt, Georgian. A Structural Reference Grammar. Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 1995, p. 148-149.

26 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., ici p. 53.

27 B. G. Hewitt, Abkhaz : A Descriptive Grammar, London, Routledge, 2000.

28 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op. cit., p. 53.

29 J. Dum-Tragut, Modern Eastern Armenian, Amsterdam, Benjamins, 2009, p. 300.

30 M. Haspelmath, op. cit., p. 327.

31 V. Chiribka, « The problem of the Caucasian Sprachbund », op cit., ici p. 53.

32 Ibid.

33 S. L. Nikolayev, S. A. Starostin, A North Caucasian Etymological Dictionary, Moskva, Asterisk Publishers, 1994.

34 I. M. Diakonoff, S. A. Starostin, Hurro-Urartian as an Eastern Caucasian language. Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, Beiheft 12,1986, Dettelbach.

35 Sources : pour le hourrite, voir E. A. Speiser, Introduction to Hurrian, Eugene (Oregon), The American Schools of Oriental Research, 1940-1941, p. 82. ; G. Wilhelm, « Hurrian », in R. D. Woodard (ed.), The Cambridge Encyclopedia of the World’s Ancient Languages, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 95-118, ici p. 115. ; V. Blažek, « Hurrian numerals », in T. M. Nikolaeva (ed.), Issledovanija po lingvistike i semiotike. Sbornik stateï k jubilejo V. V. Ivanova, Moskva, Akademia Nauk, 2010, p. 117-123, ici p. 118. Pour le lezgi, voir M. Haspelmath, A Grammar of Lezgian, Berlin & New York, De Gruyter, 1993, ici p. 230. Pour l’abkhaze, voir V. Chiribka, Abkhaz, München, Lincom, 2003, p. 34. Pour le géorgien, voir B. G. Hewitt, Georgian. A Structural Reference Grammar, Amsterdam & Philadelphia, Benjamins, 1995, p. 29-30. Voir aussi H. Van den Berg, « The East Caucasian language family », in Lingua, 115, 2005 p. 147-190, ici p. 166. Noter la distinction en abkhaze entre numéraux non humains et humains.

36 V. Blažek, « Hurrian numerals’ », in T. M. Nikolaeva (ed.), Issledovanija po lingvistike i semiotike. Sbornik statej k jubileju V. V. Ivanova, Moskva, Akademia Nauk, 2010, p. 117-123.

37 Ibid., p. 122.

38 V. G. Ardzinba, « Some notes on the typological affinity between Hattian and North-West Caucasian (Abkhazo-Adygian) languages », in Internationale Tagung der Keilschriftforscher der sozialistischen Länder, Budapest, 23.-25. April 1974, Zusammenfassung der Vorträge, Budapest, ELTE, 1974, p. 10-15.

39 V. V. Ivanov, « On the relationship of Hattic to the Northwest Caucasian languages », in B. B. Piotrovskij, V. V. Ivanov, V. G. Ardzinba (ed.), Drevnjaja Anatolija, Ancient Anatolia. Moskva, Akademia Nauk, 1985, p. 26-59.

40 H. Mészáros, Die Päkhy-Sprache, Chicago, Chicago University Press, 1934.

41 Voir Z. Simon, Untersuchungen zur hattischen Grammatik, dissertation, Budapest, University of Budapest, 2015, p. 212.

42 Cf. Z. Simon Untersuchungen…, op.cit., p. 224.

43 V. V. Ivanov, « On the relationship… », op. cit.

44 Voir la discussion par Z. Simon Untersuchungen…, op. cit., p. 228-229.

45 Cf. Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit., p. 249 et suiv.

46 G. Deeters, « Die kaukasischen Sprachen », in G. R. Solta, V. Inglisian (ed.), Armenisch und kaukasische Sprachen, Leiden, Köln, Brill, 1963, p. 1-79.

47 C. Girbal, Beiträge zur Grammatik des Hattischen, Frankfurt-am-Main, Bern, New York, Peter Lang, 1986.

48 S. Gabeskiria, « Hattiler, Hatti ve Hitit Dilleri Bazı Düşünceler », in S. Alp, A. Süel (ed.), III. Uluslararasι Hititoloji Kongresi Bildirileri. Çorum 16-22 Eylül 1996. Acts of the IIIrd International Congress of Hittitology. Çorum, September 16-22, 1996, Ankara, Uyum Ajans, 1998, p. 223-231.

49 Cf. Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit., p. 251-252.

50 Z. Simon, Untersuchungen…, op. cit.

51 W. M. Austin, « Is Armenian an Anatolian language ? », in Language, 18, 1942, p. 22-25.

52 A. Kerns, B. Schwartz, « On the placing of Armenian », in Language, 18, 1942, p. 226-228.

53 J. A. C. Greppin, « Hittite loan words in Armenian (synopsis) », in M. Mayrhofer, M. Peters, O. E. Pfeiffer (ed.), Lautgeschichte und Etymologie : Akten der VI. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft, Wiesbaden, Reichelt, 1980, p. 203-207.

54 Z. Simon, « Die These der hethitisch-luwischen Lehnwörter im Armenischen : eine kritische Neubetrachtung », in International Journal of Diachronic Linguistics and Linguistic Reconstruction, 10 février 2013, p. 97-135.

55 I. M. Diakonoff, « Hurro-Urartian borrowings in Old Armenian », in Journal of the American Oriental Society, 105/4 1985, p. 597-603.

56 Exemples venant de J. A. C. Greppin et I. M. Diakonoff, « Some effects of the Hurro-Urartian people and their languages upon the earliest Armenians », in Journal of the American Oriental Society, 111/4, 1991 p. 720-730, ici p. 724.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/3287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteur

Prof. Dr., École normale supérieure & École pratique des hautes études, Paris.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search