Version classiqueVersion mobile

La Montagne des langues et des peuples

 | 
Michel Espagne
, 
Hamlet Isaxanli
, 
Shalin Mustafayev

Introduction

Michel Espagne, Hamlet Isaxanli et Shahin Mustafayev

Texte intégral

1Les cultures du Caucase sont trop souvent envisagées comme une juxtaposition de constructions identitaires, de nations et de langues. Les Géorgiens ne sont pas des Azerbaïdjanais ni des Ossètes. Les Arméniens ne sont pas des Tchétchènes. Mosaïque de langues et de nations attachées à leurs traditions, l’espace du Caucase peut aussi être abordé, dans la très longue durée, du point de vue des imbrications entre cultures créatrices de nouvelles formes. Même si l’état de la protohistoire n’autorise pas encore de réponse définitive, il est clair que des liens ont existé entre les cultures de la Mésopotamie et le Caucase. Une rencontre organisée à l’université Khazar de Bakou a servi de point de départ à l’étude des métissages caractéristiques de l’espace caucasien dans la longue durée, de l’Antiquité à la fin de la période soviétique. Le royaume de Géorgie a repris à l’administration persane ses catégories administratives. S’il n’est pas faux de dire que les Azerbaidjanais sont un peu héritiers de la culture persane, que les Arméniens et les Géorgiens ont eu longtemps une histoire commune et que beaucoup de cosaques ont une ascendance tcherkesse, tatare, caucasienne, que les peuples du Nord-Caucase ont été tantôt musulmans, tantôt chrétiens orthodoxes, tantôt adeptes de religions païennes, que des implantations de populations juives ou kurdes ont toujours joué aussi un rôle important, ces métissages ne peuvent-ils être l’objet d’une histoire spécifique, un biais pour aborder la complexité de la région ? Si l’on observe chacune des nations du Caucase ou de façon plus réaliste un éventail de ces cultures, dont certaines, comme les Oubykhs chers à Georges Dumézil, ont disparu, on remarque qu’elles font toutes apparaître, même celles qui semblent avoir misé longtemps sur un isolement dans les montagnes comme les Tchétchènes ou les Ingouches, des relations structurantes avec leurs voisins ou avec les nations qui ont, des Byzantins aux Persans, des Grecs aux Mongols occupé un temps le Caucase. Le Caucase a été l’un des itinéraires empruntés par la « route de la Soie » et se trouve de ce fait marqué par cette voie d’échanges. Il a été en partie peuplé par les Khazars et les Seldjoukides puis par des populations venues d’Asie centrale, envoyées par Gengis Khan ou Tamerlan. Il a fait partie du mystérieux Empire khazar et a connu l’ordre de l’Empire mongol. Envahis par les Grecs, les Romains, les Byzantins, par des Mongols turcisés hésitant longtemps entre christianisme et islam, avec quelques épisodes bouddhistes moins importants, la région a combiné les nombreuses strates culturelles dont elle est héritière. Mais la patrie de Prométhée et de Médée, la Colchide dépositaire de la Toison d’or, a aussi été un domaine de pénétration de l’hellénisme et relève de ce que l’on peut désigner comme l’hellénisme pontique. Si l’étude du Caucase du point de vue des transferts diachroniques implique une relation à la mythologie antique, elle implique aussi de garder à l’esprit une strate zoroastrienne qui perdure jusqu’au XIXe siècle. Les simples dépôts de monnaies anciennes révèlent la complexité des échanges commerciaux dont le Caucase a été le théâtre depuis l’Antiquité.

2Parler des transferts culturels dans le Caucase suppose bien sûr de prendre d’abord une perspective linguistique. La soixantaine de langues parlées dans ces montagnes correspondent à autant de groupes ethniques et se constituent notamment sur la base d’emprunts, de contaminations qui suggèrent des rapprochements tantôt avec les anciennes langues anatoliennes, tantôt avec la Mésopotamie, tantôt avec le monde persan. C’est en référence aux langues caucasiennes que le linguiste officiel de l’Union soviétique, originaire de Koutaïssi, Nicolas Marr, développa l’idée des « langues japhétiques » pré-indo-européennes. Ce musée linguistique a d’ailleurs fasciné des générations de savants, notamment allemands, et cette fascination peut elle-même devenir un objet d’étude. Il existe une strate antique voire préhistorique dans l’étude du Caucase qui oblige à sortir de son espace propre pour observer sa valeur de substrat possible. Le hatti, le urartéen, le hourrite sont des langues véhiculant des cultures dont on suit l’extension à travers l’Anatolie et jusqu’en Mésopotamie sans pouvoir exclure, même si la profondeur historique doit inciter à une grande prudence, la possibilité d’un lien avec le Caucase.

3Le Caucase est particulièrement important pour l’imaginaire littéraire russe de Lermontov à Pouchkine, ou de Griboïedov en passant par Tolstoï jusqu’à Mandelstam et à Tynianov ou à Sergueï Essenine, le poète qui a laissé son nom à l’un des sommets du Grand Caucase. Ses poètes comme le Géorgien Roustaveli ou l’Azerbaïdjanais écrivant en persan Nizami sont eux-mêmes au confluent de plusieurs littératures et Nizami a livré des modèles littéraires à la plupart des cultures de l’Eurasie. L’itinéraire de Lev Nussimbaum, alias Essad Bey, montre la persistance de l’internationalisme littéraire de Bakou au XXe siècle.

4Une histoire transculturelle du Caucase peut être envisagée du point de vue des lieux de mémoires croisées : ses villes cosmopolites comme Bakou, l’une des villes musulmanes où a vécu une forte minorité juive ou Tbilissi/Tiflis, la géorgienne, qui du califat abbasside aux Persans, des Séfévides aux Ottomans connut d’innombrables occupants avant de devenir sous l’Empire russe une capitale administrative et intellectuelle du Caucase. Nous ne proposons évidemment pas ici d’histoire générale du Caucase, elle exigerait entre autres d’aborder la question complexe des conflits récents qui, de l’Abkhazie à l’Ossétie en passant par le Karabagh ou la Tchétchénie, ont ensanglanté la région ; il s’agit de se concentrer strictement sur les phénomènes de transferts historiques, littéraires, linguistiques, archéologiques et esthétiques comme principe de structuration de cet espace dans une histoire longue, antérieure à la disparition de l’URSS et à des conflits qui, en l’absence de distance historique, sont difficiles à traiter. Les limites de l’espace désigné par le terme de Caucase ne sont elles-mêmes pas du tout claires. L’Albanie du Caucase allait très loin vers le sud, l’Empire khazar très loin vers le nord. La région de Tabriz est une partie intégrante de l’espace culturel azéri. Le traité de San Stefano a rattaché à l’Empire russe et au Caucase une part importante de l’Anatolie orientale, perdue après le traité de Brest-Litovsk, et nous ne parlons même pas ici des diasporas de nations caucasiennes à Moscou, Jérusalem ou Paris.

5L’enjeu est ici d’appliquer un mode nouveau d’approche d’une aire culturelle à la complexité paradigmatique, en utilisant, de l’histoire des sciences humaines à la linguistique en passant par l’histoire des villes ou l’archéologie, les divers outils disponibles et les compétences de spécialistes reconnus issus aussi des régions concernées.

6Tenter de parler des transferts culturels dans le Caucase oblige à relativiser la représentation de la périphérie en histoire. Croisement des cultures, le Caucase n’est pas à la périphérie du monde russe ou turc, de l’Europe ou du Proche-Orient. Il est lui-même un centre. Comment ne pas situer au centre du développement industriel de la Russie et d’une histoire européenne les puits de pétrole de Bakou, à l’origine aussi de l’enrichissement de la famille Nobel. Comment ne pas situer au centre des drames politiques du XXe siècle la région qui a été un lieu d’intense fermentation bolchevique, a vu naître Staline, Géorgien d’ascendance ossète et Beria, Mingrélien d’Abkhazie, ou encore le dernier ministre des Affaires étrangères de l’Union soviétique Édouard Chevardnadze ? Et il ne faut pas oublier non plus l’Azerbaidjanais Nariman Narimanov, responsable du Proche-Orient au commissariat pour les Affaires étrangères, son adversaire le Géorgien Grigory Ordjonikidze, membre du Bureau politique, l’Arménien Anastase Mikoyan, qui devint président du Présidium du soviet suprême, Heydar Aliyev vice-Premier Ministre de l’URSS. Car Bakou et Tbilissi ont été très tôt des métropoles cosmopolites dont même Napoléon n’ignorait pas l’importance dans les stratégies qui le poussaient à imaginer la conquête de l’Inde.

7Depuis le milieu du XVIIIe siècle, le Caucase a aussi fasciné les voyageurs et savants européens qui ont cherché à comprendre les mystères d’un territoire aussi complexe, la genèse de ses langues et de ses nationalités. Beaucoup étaient allemands comme Friedrich Bodenstedt, singulièrement oublié de nos jours, dont les traductions-réinventions des œuvres d’un poète azerbaïdjanais installé à Tiflis, Mirza Schaffy, ont rencontré un immense succès en Allemagne et dont les travaux ethnographiques ont contribué à éclairer la compréhension de la région. Comprendre le Caucase ce n’est pas seulement publier des récits de voyage ou des descriptions littéraires à la manière d’Alexandre Dumas dans son Voyage au Caucase ou d’Arthur de Gobineau dans sa « Danseuse de Shamakha ». Depuis le milieu du XIXe siècle on cherche à en fixer les images sur des photographies, qui servent tant à organiser les postes militaires dans un vaste ensemble russe incluant aussi l’Asie centrale qu’à reconnaître les spécificités des mœurs et modes de vie locaux.

8Il est bien clair que cet ouvrage sur les transferts culturels dans le Caucase ne prétend à aucune forme d’exhaustivité. Toutes les nations composant le puzzle caucasien ne seront pas évoquées, et moins encore toutes les possibilités d’interactions souvent pacifiques, mais très souvent aussi belliqueuses qui jalonnent leur histoire. Nous souhaitions seulement rappeler l’intérêt pour presque toutes les disciplines des sciences humaines d’un champ de recherche dont on peut suivre les caractéristiques de la préhistoire jusqu’au XXe siècle et tester la fiabilité d’un fil directeur, celui des transferts culturels, pour l’aborder.

Auteurs

Fondateur de l’université Khazar de Bakou, comité des directeurs et membre fondateur de l’Académie eurasienne.

Prof. Dr, directeur adjoint de l’institut d’études orientales Z.M. Buniyatov, Académie des sciences de l’Azerbaïdjan.

© Demopolis, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search