Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Cinquième partie. Littératures : la Sibérie imaginaire

22. Le discours de bienvenue de Romain Rolland adressé au Congrès des écrivains de Sibérie (1928)

Marina Arias-Vikhil
Traduction de Svetlana Gretsova

Texte intégral

1Les lettres de Romain Rolland écrites en avril 1928 et adressées aux écrivains sibériens sont peu connues, mais elles restent néanmoins très importantes pour l’histoire des relations entre Romain Rolland et l’URSS. Cette adresse aux écrivains sibériens est sa façon de répondre à la demande que Maxime Gorki lui a faite dans sa lettre du 23 mars 1928. Cette lettre comme celles que Romain Rolland a rédigées ensuite sont lourdes de connotations idéologiques et propagandistes particulières.

2La fin de l’année 1923 et le début 1928 ont scandé le divorce définitif entre Romain Rolland et les écrivains russes réfugiés à Paris. Pour ces derniers, Romain Rolland représentait la « conscience » de l’Occident. Le prix Nobel avait une autorité morale infaillible à leurs yeux, il défendait les valeurs humanistes de la démocratie occidentale, il était un ennemi de la guerre et un opposant à toute forme de la violence sociale ; il véhiculait en Occident les idées de la paix formulées par le Mahatma Gandhi ; Romain Rolland partageait aussi les idées de Léon Tolstoï et celles de la résistance pacifiste. Plusieurs écrivains russes exilés entrés en relation avec lui pour renouer des contacts culturels et artistiques comptaient sur son impartialité au moins face à leur condition d’exilés, privés de leur patrie. Romain Rolland lui-même n’avait-il pas été un exilé, persécuté pour son pacifisme et sa « trahison de sa nation » ? Lors de la Première Guerre mondiale, son militantisme pacifiste avait abouti à son départ pour la Suisse. Rolland était en correspondance avec Konstantin Balmont, Ivan Chmeliov, Ivan Bounine et d’autres. Il avait, de fait, beaucoup de compassion pour eux, il appréciait vivement leurs œuvres, et il les aidait à entrer en contact avec les magazines littéraires et les maisons d’édition. Il suivait de près les nouvelles traductions ; à travers leurs créations, les écrivains russes étaient pour lui les gardiens des traditions de « la sainte littérature russe » (Thomas Mann) ; Rolland prenait aussi une part active dans la présentation de dossiers au prix Nobel. Pourtant, en août 1927 un scandale éclate, mettant en évidence des divergences profondes entre Romain Rolland et les écrivains exilés, clarifiant aussi sa position envers l’URSS.

  • 1 « Les dernières nouvelles ».
  • 2 « La Renaissance ».
  • 3 Segodnja, 1927, 257, le 13 novembre, p. 4 ; repris dans Za svobodu ! 1927, 267, le 20 novembre, p.  (...)
  • 4 Vozroždenije, 1927, 779, le 21 juillet, p. 2.

3Depuis août 1927, une campagne contre la politique de l’URSS à laquelle il est reproché d’anéantir la culture et la littérature russes a été lancée dans la presse française. Elle a été déclenchée dans l’Avenir par la publication d’un appel anonyme Aux écrivains du monde signé du « Groupe d’écrivains russes. Russie, mai 1927 ». Poslednije novosti1 et Vozroždenije2, les journaux de l’émigration russe les plus influents, ont repris cet Appel. Dans ce texte, les Soviets sont tenus pour responsables de la mort des meilleurs poètes et écrivains russes (Blok, Goumilev, Essenine, Sologoub et autres), et pour coupables de mesures sévères et répressives contre la presse : les écrivains n’avaient pas la possibilité de se faire publier, leurs œuvres étaient censurées, les livres confisqués dans les bibliothèques, etc. Le 29 août 1927, Ély Halpérine-Kaminsky, célèbre écrivain et traducteur d’origine russe, appelle dans le quotidien L’Avenir les écrivains français à soutenir leurs confrères russes. Les mois suivants, L’Avenir publie les réactions des écrivains russes de l’émigration (Bounine, Zaïtsev, Kouprine, Merejkovski parmi d’autres) à cet Appel venu de la Russie des soviets. En octobre 1927, Balmont envoie une longue lettre ouverte (« une prière hurlante ») à Knut Hamsun3. Ivan Chmeliov soutint ses compatriotes dans un article paru dans Vozroždenije4. Pourtant, l’Occident ne réagit guère à ces efforts pour attirer l’attention sur l’oppression de la liberté de pensée en URSS.

4Et surtout : à l’automne 1927, au beau milieu du scandale, Romain Rolland envoie en URSS un télégramme de félicitations à l’occasion du dixième anniversaire de la révolution d’Octobre. Cet acte l’éloigne encore des écrivains émigrés, violemment indignés par son double jeu, et peu disposés à lui pardonner ce geste de conciliation et de soutien envers les bolchéviques haïs.

  • 5 Tiré de la lettre à I.S. Chmeliov du 9 décembre 1927. Cité par K.M.Azadovskij, G.M. Bongard-Levin, (...)

5Balmont lance « une malédiction noblement furieuse aux Européens en les réunissant dans la figure de Romain Rolland5 » :

  • 6 Za svobodu ! 1927, 289, le 17 décembre, p. 3. Cité par K.M. Azadovskij, G. M. Bongard-Levin, (éd.), (...)

Moi, Chmeliov, Merejkovski, Bounine, Kouprine, Zaïtsev et d’autres, et d’autres écrivains russes très connus, pourquoi avons-nous quitté la Russie, à votre avis ? Croyez-vous que c’est à cause des querelles politiques et littéraires locales que nous avons quitté la Patrie, — comme vous l’avez fait —, pour tenir le rôle de la conscience de l’humanité dans votre charmante solitude ? Croyez-moi, nous ne sommes pas des vagabonds par nature comme cela pourrait vous sembler. Nous avons quitté la Russie pour avoir la possibilité ici, en Europe, de crier au secours afin de sauver notre Mère mourante, crier dans les oreilles sourdes des endurcis et des indifférents qui ne pensent qu’à eux-mêmes6.

6 L’Avenir publie le 12 janvier 1928 un autre appel de Balmont à Romain Rolland visant à le pousser à répondre, lui, Rolland, qui « avait la prétention d’être la sentinelle dans sa haute tour, celui qui garde allumé le flambeau de la conscience humaine » ; dans le même numéro de L’Avenir paraît un appel similaire de I.A. Bounine.

  • 7 A.D. Mihajlov (réd.) et al., M. Gor’kij i Romain Rolland. Perepiska (1916-1936), Moskva, Nsledije, (...)
  • 8 Ibid., p. 151
  • 9 La lettre a été publiée en russe dans le quotidien Segodnja, 1928, 52, le 23 février, p. 12.
  • 10 Vestnik inostrannoj literatury, 1928, 3, p. 133-137.

7Romain Rolland s’était dès lors adressé à Maxime Gorki pour lui demander des éclaircissements. Ce dernier résidait à Sorrente à ce moment-là, mais suivait de près la situation littéraire en Russie soviétique. Rolland, impliqué dans le scandale et obligé de répondre à ses opposants, demande à Gorki de lui envoyer la liste des écrivains qui « résident en Russie d’aujourd’hui, écrivent, se font publier et sont contents de leur vie7 ». Gorki accorde une longue réponse à Rolland, et les mois suivants, revient régulièrement sur le sujet, avançant chaque fois de nouveaux arguments pour repousser les opinions antisoviétiques exposées dans la presse française par les écrivains russes exilés. Gorki produit des témoignages du bien-être culturel et littéraire « de tous les hommes de toutes les nationalités8 » en URSS. En se fondant sur ces informations fournies par Gorki, Rolland répond à Balmont dans sa célèbre lettre, publiée dans Europe le 15 février 1928, intitulée Romain Rolland et la Russie soviétique. Ma réponse à Konstantin Balmont et Ivan Bounine9. La Lettre de Rolland ne manqua pas d’être reprise dans la presse soviétique10. Un article de A.V. Lounatcharski sur la « falsification » inventée par la presse émigrée est publié dans le même numéro de Vestnik où elle fut publiée. Quant à Rolland, dans sa lettre, il fait référence aux succès de la littérature soviétique invoqués par Gorki, qui avait confirmé la position officielle de la presse soviétique : le texte de l’Appel des écrivains russes sur la condition lamentable des littérateurs en URSS était une falsification.

8Cette position prosoviétique de Rolland provoque une nouvelle vague d’indignation. Dans sa lettre à I.S. Chmeliov, Balmont écrit : « Rolland, cette tête dure, m’a donné l’une des plus bêtes réponses, et Poslednije novosti — quel charmant journal — s’est précipité à reprendre ses âneries. J’ai envoyé une lettre tranchante et insultante à leur rédacteur. Hier j’ai rédigé une réponse volcanique à Rolland, et je l’ai envoyée à Halpérine-Kaminsky, justement Buré [Émile Buré, rédacteur de L’Avenir parisien, Ndlr] me l’avait demandée. J’écris aussi à Bounine à ce moment. Capbreton. 1928, le soir du 20 février. ».

  • 11 Publiée en russe dans Segodnja, 1928, 78, le 21 mars, p. 2.

9Balmont rédige une nouvelle lettre ouverte (Novoje pis’mo K.D. Bal’monta Romenu Rollanu), publiée le 16 mars 1928 dans L’Avenir11.

  • 12 A.D. Mihajlov, (réd.) et al., M. Gor’kij i Romain Rolland. Perepiska (1916-1936), Moskva, Nsledije, (...)
  • 13 Ibid., p. 130.
  • 14 Ibid., p. 180.

10 Dans sa réponse à Rolland, Gorki lui demande d’adresser quelques paroles aux écrivains de Sibérie, puis il continue : « Balmont vous a de nouveau ennuyé avec sa lettre très absurde, je pense12. » Gorki faisait allusion à la réaction de Balmont provoquée par la position de Rolland. Balmont avait réfuté les arguments de Rolland sur la politique soviétique, cette politique qui avait pour objectif d’opprimer la liberté de pensée et la liberté artistique. Durant les années 1921-1925, dans ses lettres à Rolland, Gorki lui-même s’était révolté contre l’extinction de l’intelligentsia — qui travaillait comme un cheval pour préserver la culture —, contre la politique littéraire des bolchéviques (« La liberté d’expression est violée d’une façon ignoble, les honoraires sont misérables, les livres se vendent mal, le nouveau lecteur n’est pas encore nombreux mais l’ancien, le lecteur cultivé, n’est plus, il est mort, exilé13. »), contre le « nettoyage » des bibliothèques, contre la destruction des livres écrits en orthographe d’avant la révolution, contre l’interdiction du libre accès à la littérature philosophique, religieuse, classique russe dans les bibliothèques. Pourtant, vers 1928, Gorki fit peau neuve : il n’alla pas en Russie pour célébrer le dixième anniversaire de la révolution d’Octobre mais il prit l’initiative de défendre la politique nationale de l’URSS et d’organiser sa nouvelle culture prolétarienne. Et Rolland d’appuyer cette ambition de Gorki, ce projet qu’il endosse de devenir « un chef sévère et attentionné de la jeune intelligentsia prolétarienne14 ».

11Rolland aurait dû croire sur parole un interlocuteur si calé en idéologie révolutionnaire… Mais à partir de ce moment, presque chaque lettre de Rolland contient des questions « gênantes », gênantes à tel point qu’un jour Gorki décide de ne plus écrire, et l’annonce à Rolland qui pensait qu’au nom de la justice, il avait, lui Rolland, le droit de « donner des leçons » aux autorités soviétiques.

12Néanmoins, la demande de Gorki de rédiger un discours de bienvenue aux écrivains sibériens fut satisfaite ; bien que la ville de Novossibirsk, le lieu où allait se tenir le Congrès, ne figurât pas dans l’atlas allemand de Rolland (la ville de Novonikolaïevsk n’a été renommée qu’en 1925).

13Le 23 mars 1928, pour expliquer sa demande, Gorki, qui était à Sorrente, a écrit à Rolland :

  • 15 Ibid., p. 157.

Je tiens à vous parler d’un phénomène qui pourrait vous paraître peu important mais qui est très significatif pour moi. Il s’agit de l’évolution rapide de la littérature non russophone en Russie. Comme vous le savez, sans doute, pendant les dix dernières années les langues de toutes les ethnies finnoises, mongoles et turco-finnoises en URSS sont devenues des langues écrites. Les ethnies résidant dans la région de la Volga — Tchouvaches, Mordves, Tchérémisses — ainsi que les ethnies du Caucase et de la Sibérie ont déjà leur presse écrite, ouvrent des écoles de musique, des musées, des maisons d’édition, mettent en scène littéraire des écrivains et des poètes issus de leur communauté… En gros, la fusion avec la culture russe avance à grands pas. Le 20 avril un Congrès des écrivains sibériens — des Russes, des Iakoutes, des Bouriates et d’autres ethnies — aura lieu à Novossibirsk. Cher Rolland, pourriez-vous adresser quelques mots de bienvenue à ces gens-là ? Je ne peux pas vous exprimer quelle joie sera pour eux de recevoir votre lettre, vous qui êtes prophète de la fraternité humaine. Vous pouvez envoyer votre lettre directement à Novossibirsk, à la rédaction du magazine Sibirskije Ogni, au nom de Vladimir Zazubrin, un jeune écrivain très doué, il s’est fait publier récemment dans un magazine parisien ; ou bien adressez-moi votre lettre, je pourrai la leur envoyer moi-même. Je vous en remercie infiniment15.

14Rolland s’exécute et écrit une lettre à Zazoubrine ; il lui demande de transmettre son discours de bienvenue au Congrès des écrivains sibériens. Vladimir Jakovlevitch Zazoubrine (Zubkov de son vrai nom, 1895-1937, mort victime des répressions politiques) était secrétaire de l’Union des écrivains sibériens à ce moment ; il était réellement l’un des auteurs sibériens les plus remarquables et les plus originaux. En octobre 1923, sur la décision du bureau sibérien du PCR, il était devenu l’un des dirigeants de la maison d’édition Sibkrajizdat, secrétaire de rédaction et président du magazine Sibirskije ogni.

15Gorki avait suivi et beaucoup apprécié le travail de Sibirskije ogni. Le 12 janvier 1928, Gorki qui était à Sorrente avait écrit ceci à son secrétaire P.P. Kroujkov, concernant la situation littéraire en Sibérie :

  • 16 Giz, gosudarstvennoje izdatel’stvo : la maison d’édition d’État.
  • 17 « Le Nouveau Monde ».
  • 18 « Les Nouvelles rouges ».
  • 19 « La jeune garde ».
  • 20 « Bibliothèque bon marché ».
  • 21 Gor’kij, M. Neizdannaja perepiska, Tom XIV, Moskva, Nauka, 1976, p. 476-477.

Giz16 devrait s’intéresser davantage aux œuvres littéraires des Sibériens. Le magazine Sibirskije ogni — ils ont une approche très créative — fait publier des œuvres très intéressantes. À part Karavajeva et Nina Smirnova, toutes les deux parues chez Giz, ils ont bien d’autres talents. Pour éviter les tendances « séparatistes » le centre devrait leur prêter plus d’attention. Il faut que Novyj mir17, Krasnaja nov’18 ou Molodaja gvardija19 donnent un article substantiel sur « Les dix années de la littérature sibérienne ». Plusieurs poètes et écrivains sibériens méritent des louanges. En tout cas, il faut les empêcher de se replier sur eux-mêmes. Certaines nouvelles, je pense à Hao- Čan de A. Sorokin, — parue dans Sibirskije ogni, no 2, 1927 — devraient entrer dans la collection Deševaja biblioteka20. En l’an 27 Sibirskije ogni a célébré son cinquième anniversaire, il paraît que les magazines nationaux n’en ont pas parlé21.

16Le premier numéro de Sibirskije ogni était sorti cinq années plus tôt, en mars 1922, à Novossibirsk. S’agissant du concept, V.P. Pravdukhin, le rédacteur en chef à la maison d’édition Sibgosizdat, avait écrit à la fin de l’année 1921 : « Le magazine devra réunir les maisons d’édition nationales : Gosizdat, Sibpečat’, Lito, le département des dessinateurs. Il devra attirer des hommes de lettres et de science de toute la Sibérie. Il devra être une pépinière pour les écrivains débutants ». Son épouse, L.N. Sejfoullina, une femme de lettres très connue, avait pu engager des écrivains talentueux à Omsk, l’ancienne capitale sibérienne : P. Dravert, A. Sorokine, G. Viatkine, A. Olenitch-Gnenenko. Krasnaïa nov’, le premier magazine littéraire soviétique, fondé en 1921 par le critique littéraire A.K. Voronski avec le soutien de Lénine, Lounatcharsky et Gorki, avait été pris pour modèle. À la fin de 1921, Pravdukhin avait multiplié les déplacements à Moscou en vue de consultations : le nouveau magazine sibérien devait être à la hauteur de la presse nationale, de la presse moscovite, quant à son contenu, sa forme et son avenir. Bref, c’était une aventure notable et réussie qui pouvait être mise au crédit du nouveau régime.

  • 22 R. Rolland, « Privetstvije R. Rollana sibirskim pisateljam ». Sibirskije ogni, 1928, 3, mai-juin. N (...)
  • 23 Voir Literaturnaja stolica Sibiri in : A.F. Kosenkov (réd.), Istorija goroda : Novonikolajevsk-Novo (...)

17 Le discours de bienvenue de Rolland fut publié dans Sibirskije ogni22 bien que le Congrès des écrivains sibériens n’ait pas eu lieu (En revanche, fin avril 1928, une réunion régionale des représentants de l’association des écrivains prolétariens fut organisée. Une Association sibérienne des écrivains prolétariens (ASEP) fut fondée à son issue. Grâce à l’ASEP, en mai 1928, une branche sibérienne de la Fédération des groupements d’écrivains soviétiques FGES fut créée, l’Union sibérienne des écrivains en étant l’un des membres23.)

18À Zazoubrine, Rolland écrit :

Villeneuve, 2 avril 1928
Cher Vladimir Zazoubrine,
J’espère que ces pages vous arriveront à temps, pour votre Congrès. Qu’elles vous portent à tous mon salut fraternel !
Veuillez me tenir au courant des discussions de votre assemblée, et, pour la suite, de vos travaux.
À vous cordialement
Romain Rolland
Par malheur, je ne lis point en russe, mais si vous pouvez m’écrire en français, allemand, anglais, italien ou espagnol, je me ferai traduire ce que vous m’enverrez.

19Cette lettre atteste de la ferme intention de Rolland de poursuivre ses relations avec les écrivains sibériens. Il dit nettement qu’il espère recevoir un rapport du congrès, être mis au fait de l’état des débats, être informé de la situation littéraire en Sibérie. Il ne semble pas que Rolland ait reçu de réponse… C’est en tout cas ce que avons pu constater en nous fondant sur les documents du fonds Romain Rolland de Bibliothèque nationale de France.

20Le discours de bienvenue adressé au Congrès des écrivains sibériens était joint à la lettre mentionnée ci-dessus :

  • 24 La première publication de la lettre s’est faite dans : E.D. Gal’cova (réd.), Postiženije Zapada. I (...)

Villeneuve (Vaud – Suisse) 2 avril 1928
Chers amis Sibériens
Maxime Gorki m’apprend que, pour la première fois, se réunit à Novossibirsk un Congrès d’écrivains Sibériens de toutes races, et il m’engage à vous écrire.
Je salue avec joie votre assemblée. Dans le printemps de la vieille terre, j’entends monter un puissant concert de voix nouvelles, un chœur de peuples, qui se sont tus pendant le morne hiver des siècles. Que de trésors de l’âme, que de secrets du Cœur se sont accumulés dans le silence, et vont maintenant se répandre, à toute volée, sous le ciel clair !
Européen d’Occident, français d’une province du centre celtique, aux temps lointains de mon enfance solitaire, où je m’essayais sur ma petite flûte nivernaise, j’avais déjà l’oreille aux écoutes, et je rêvais d’une immense symphonie de la terre, où tous les peuples, toutes les races mêleraient leurs joies, leurs peines, leurs espoirs et leur foi, en des accords riches et multiples comme la mer.
Le jour vient. Le jour est venu !
Votre assemblée en est le témoin vivant. Elle commence à tresser la splendide corbeille des pensées et de l’Europe et de l’Asie.
J’y mêle mes doigts de travailleur, les pailles de mes chants de France, les joncs flexibles de mes rivières nivernaises.
Vous souvenez-vous, mes amis, du beau mythe chrétien ? — Après que le Fils de l’Homme fut mort et ressuscité, vers cette époque de l’année où la Nature réveillée est en fleur, le vent souffle sur l’assemblée des hommes du peuple, des simples disciples de l’Homme que les publicains, les pharisiens et les prêtres avaient mis en croix et qui était sorti du tombeau. Des langues de feu descendirent du ciel et se posèrent sur leurs têtes. Et ils furent remplis de l’Esprit nouveau. Et ils se mirent, enivrés, à chanter en toutes les langues le chant de joie et de vie.
Mes amis, la Pâque de sang du peuple russe est passée. Le peuple russe est ressuscité. Et vous célébrez aujourd’hui sa Pentecôte, l’hymne aux millions de langues de feu de la Liberté !
Je le chante avec vous, et je vous étreins, dans le même amour de l’Humanité !
Romain Rolland24.

21La symbolique de Rolland est très significative. Le discours est riche en métaphores musicales (« un puissant concert de voix nouvelles, un chœur de peuples », « une immense symphonie de la terre », « des accords riches et multiples comme la mer », « chanter le chant de joie et de vie », « l’hymne aux millions de langues de feu de la Liberté »), cela traduit le dilemme que Rolland devait résoudre dans sa jeunesse : devenir musicien ou écrivain ? Sans doute, on entend la musique de la Révolution au sens de Rolland qui écrivait toujours la Révolution avec un R majuscule. Le ton du discours est élevé, il correspond à l’arrivée du printemps et à son humeur, c’est une métaphore du renouveau de la Nature créatrice, le renouveau qui s’étend jusqu’à la vie sociale. Le printemps, symbole du renouvellement de la vie, est aussi un synonyme de la Révolution par opposition à « l’hiver mortel » des siècles précédents.

  • 25 Trad. d’après la version, orthodoxe, de Serafim Slobodski.

22Mais l’image la plus frappante est celle de la venue du Saint-Esprit sous forme des langues de feu, du Saint-Esprit emplissant tous ceux qui célèbrent la fête. Voici la description de cet événement dans les Actes des Apôtres25 :

C’était le dixième jour après l’assomption de Jésus-Christ : c’était le cinquantième jour après la résurrection du Christ. Ce jour-là les Juifs célébrèrent la grande fête de la Pentecôte au souvenir de la remise des Tables de la Loi à Sinaï. Tous les apôtres, la mère de Dieu, des disciples du Christ et d’autres croyants furent dans la chambre haute à Jérusalem. […] Il y eut des tonnerres venant du ciel, du vent fort, ils remplirent toute la maison où les disciples du Christ s’étaient installés. Des langues de feu apparurent et se posèrent (se fixèrent) sur chacun d’eux. Tous furent remplis du Saint-Esprit et se mirent à glorifier Dieu en différentes langues qu’ils n’avaient pas connues avant. […]
Ayant entendu le bruit, une immense foule accourut vers la maison des disciples du Christ. Tous s’étonnaient et se demandaient les uns aux autres : « Ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment les entendons-nous dans notre langue maternelle ? Comment peuvent-ils parler dans notre langue des merveilles de Dieu ? » Et ils dirent ébahis : « Ils ont bu du vin doux ».
Alors, l’apôtre Pierre se leva avec les onze apôtres, et dit qu’ils n’étaient pas ivres mais que le Saint-Esprit était venu sur eux comme l’avait annoncé le prophète Joël, et que Jésus-Christ crucifié par les Juifs avait ressuscité, s’était élevé au ciel et les avait remplis du Saint-Esprit. […] Le discours de Pierre impressionna beaucoup les gens, et plusieurs crurent en Jésus. […] Ceux qui crurent en Jésus furent baptisés de bon cœur, ils furent près de trois mille personnes ce jour-là. Ainsi, le Royaume de Dieu, c’est-à-dire la sainte Église de Jésus-Christ, commença à s’installer sur terre.
Depuis la venue du Saint-Esprit la foi chrétienne se répandit vite grâce à Dieu, le nombre de ceux qui crurent en Jésus-Christ augmenta chaque jour. […] Au début les apôtres prêchèrent aux Juifs, puis ils partirent aux quatre coins du monde pour professer la parole de Dieu à tous les peuples […] [Actes des pôtres, 2 : 14, 2 : 23].

23Nous pouvons constater que Rolland reprend avec précision tous les détails de cet événement capital pour le monde chrétien. Sa comparaison est très convaincante : le Feu et le Vent de la Révolution ont apporté un Nouvel Esprit au monde, ceux qui y ont cru se sont mis à construire un nouveau Royaume de Dieu sur terre en s’appuyant sur les principes proches du christianisme basé sur le sacrifice. L’image du Feu, des langues de feu devient un miroir mythologique de la Révolution, qui est la naissance d’un nouveau cosmos, d’un nouvel univers. Rolland se joint aux voix qui chantent cet événement en toutes langues. Et selon Rolland, le destin de la nouvelle foi prêchée par les apôtres de la Révolution est de se répandre dans le monde entier.

  • 26 La célébration de la Trinité a lieu le dimanche qui suit la Pentecôte dans l’Église romaine, le len (...)

24Brodant sur cette si convaincante référence — directement chrétienne — Rolland utilise aussi l’image du réveil de la nature, bref, renvoie à la dimension « païenne » du moment de l’année qui correspond au Jour de la Trinité26, fête héritière d’un substrat antérieur. Rolland mêle les dimensions, ce qui dut sans doute, peut-être inconsciemment, lui paraître plus convaincant en la circonstance et pour faire passer son message. Le Jour de la Trinité marque la transition du printemps à l’été, symbolise l’épanouissement de la flore : la fête a ainsi un caractère initiatique. L’initiation marque une nouvelle étape dans l’évolution, elle comprend des cérémonies collectives qui symbolisent une transition de l’enfance ou de l’adolescence à l’âge adulte, c’est une expérience symbolique de la mort et de la renaissance. Typologiquement l’image de la Pâque de Sang y est liée, c’est à la fois le symbole de la mort (le sang) et de la résurrection (Pâques). La mort mystique et la résurrection sont une impressionnante recréation de la Cosmogonie, de l’histoire sacrée de l’Univers.

25Pour Rolland, la cérémonie d’initiation est aussi liée à la voie et au destin particuliers de la Russie. La mort lors de l’initiation signifie à la fois la fin de l’enfance, de l’ignorance et de l’état du non-initié. Ce qui revient à dire que la Russie devait passer des épreuves pour se faire reconnaître en tant qu’un membre responsable de la communauté, c’est-à-dire un adulte ayant ses droits et ses obligations envers la communauté. La Russie est au tout début de son chemin, c’est la conviction profonde de Rolland. Cette idée est le cœur de sa vision de la révolution russe, celle-ci ouvrant pour la Russie la possibilité de suivre un chemin propre mais devant la rapprocher de la civilisation européenne, des valeurs européennes.

26« La splendide corbeille des pensées de l’Europe et de l’Asie » reflète une conviction intime de Rolland : la sagesse de l’Asie devrait compléter la culture européenne, l’Europe devrait assimiler les connaissances de l’Orient qui sont plus anciennes que les siennes. La Sibérie qui occupe une position intermédiaire entre l’Europe et l’Asie, devient un médiateur dans la transformation souhaitable de l’Europe : avec l’aide de l’Asie.

27Nous constatons donc que le discours de Rolland adressé aux écrivains sibériens est plein de symboles et de métaphores ; il est très précis, et véhicule des idées concrètes et des vœux. Les écrivains sibériens l’ont-ils trouvé utile ?

Zazoubrine, l’un de ces écrivains auxquels s’adressait Rolland

  • 27 « Les deux mondes ».
  • 28 « Une miette ».
  • 29 La publication du manuscrit laissé aux archives dut attendre 1989. On la doit au magazine Sibirskij (...)
  • 30 « Le feu s’éteint ».
  • 31 La maison d’édition des œuvres littéraires.
  • 32 « Le Kolkhozien ».

28Vladimir Zazoubrine, homme de lettres et interlocuteur de Rolland, n’était pas originaire de Sibérie. C’est la raison pour laquelle son point de vue sur la Sibérie et ses transformations révolutionnaires est très important. Zazoubrine a fait ses études à l’école des cadets à Irkoutsk ; pendant quelque temps il servit dans l’armée de l’amiral Koltchak, puis il changea de camp au profit des Rouges — presqu’en même temps il contracta le typhus. À Kansk où il était en convalescence dans la maison de sa future épouse, il écrivit son premier roman Dva mira27 qui reçut une critique favorable de Lénine et de Gorki. Le roman offre une série de tableaux sur la guerre civile, qu’on en vint à lire à haute voix dans différentes unités militaires. Il contient plusieurs scènes de violence particulièrement dramatiques, des symboles et des contrastes saisissants ; l’Armée blanche est représentée « selon la doctrine du parti ». La nouvelle Ščepka28 (1923), son œuvre majeure suivante, parle de la vie quotidienne d’un comité régional de la Tcheka et de la Terreur rouge29. En 1927, à Paris, La Revue européenne (no 9) publia un extrait de Dva mira (Ogon’ potuhajet30) ; Rolland l’aura probablement lu. Zazoubrine resta secrétaire de rédaction de Sibirskije ogni pendant six ans (jusqu’en 1928). Il a beaucoup contribué au progrès de la littérature soviétique en Sibérie, il a aussi effectué beaucoup de déplacements dans la région pour étudier la situation littéraire sur place, pour connaître la vie des gens ordinaires. À partir de 1928, Zazoubrine fut employé à Moscou pour le Goslitizdat31 et le magazine Kolhoznik32, sur la recommandation de Gorki.

  • 33 « Les montagnes ».

29C’est à Moscou qu’il écrit et fait publier son roman Gory33, consacré à la collectivisation dans l’Altaï. Il parut d’abord dans le magazine Novyj mir (1933) ; une publication distincte du roman eut lieu un an plus tard. L’une des idées essentielles que Zazoubrine a voulu transmettre à travers son œuvre est la suivante : les populations locales sont également indifférentes envers les Rouges, les Blancs, envers toutes sortes de transformations révolutionnaires, les gens ont leurs soucis quotidiens et leur « sagesse » — les traditions ancestrales. L’image de l’Altaï-khan a frappé Zazoubrine : c’est la quintessence de la vision du monde de ces populations ; c’est la Nature qui détermine leur existence. Les transformations révolutionnaires s’estompent devant la grandeur de l’Altaï-khan, elles ne sont pas nécessaires pour survivre dans le climat sévère de l’Altaï. Les hommes s’appuient sur les connaissances de leurs ancêtres, transmises de génération en génération, et non pas sur les conquêtes révolutionnaires imposées aux populations par les anciens officiers de l’Armée rouge. Les scènes les plus frappantes du roman sont liées à la vie quotidienne des Sibériens altaïques : la chasse à l’ours, la fête du Printemps et l’offrande de la jumelle blanche. Les rituels altaïques n’ont rien à voir avec le monde chrétien, ici règne le chamanisme. Le chamane est la personne la plus importante dans le village altaïque. Les communistes russes ne le sont pas ; et bien qu’ils vivent côte à côte avec les populations autochtones, ils leur restent toujours étrangers.

***

30Quoique adressé aux écrivains de « toutes les nationalités », le discours de Rolland prend sa source dans les valeurs européennes. Loin de la vie sibérienne, Rolland pouvait-il dans ces limites mettre en avant des points communs entre la culture des peuples et ethnies de Sibérie et la culture russe, elle-même appréhendée quelque peu à contresens du moment historique ? L’Orient de Rolland était l’Inde et la Chine ; l’Asie telle qu’elle a été représentée par Zazoubrine lui était inconnue.

Notes

1 « Les dernières nouvelles ».

2 « La Renaissance ».

3 Segodnja, 1927, 257, le 13 novembre, p. 4 ; repris dans Za svobodu ! 1927, 267, le 20 novembre, p. 5.

4 Vozroždenije, 1927, 779, le 21 juillet, p. 2.

5 Tiré de la lettre à I.S. Chmeliov du 9 décembre 1927. Cité par K.M.Azadovskij, G.M. Bongard-Levin, (éd.), « Vstreča : Konstantin Bal’mont i Ivan Šmelev : Pis’ma K.D. Bal’monta I.S. Šmelevu », in Naše Nasledije, (2002), p. 61. Repris de http://www.nasledie-rus.ru/podshivka/6117

6 Za svobodu ! 1927, 289, le 17 décembre, p. 3. Cité par K.M. Azadovskij, G. M. Bongard-Levin, (éd.), op. cit. Repris de http://www.nasledie-rus.ru/podshivka/6117

7 A.D. Mihajlov (réd.) et al., M. Gor’kij i Romain Rolland. Perepiska (1916-1936), Moskva, Nsledije, 1995, p. 146.

8 Ibid., p. 151

9 La lettre a été publiée en russe dans le quotidien Segodnja, 1928, 52, le 23 février, p. 12.

10 Vestnik inostrannoj literatury, 1928, 3, p. 133-137.

11 Publiée en russe dans Segodnja, 1928, 78, le 21 mars, p. 2.

12 A.D. Mihajlov, (réd.) et al., M. Gor’kij i Romain Rolland. Perepiska (1916-1936), Moskva, Nsledije, 1995, p. 157.

13 Ibid., p. 130.

14 Ibid., p. 180.

15 Ibid., p. 157.

16 Giz, gosudarstvennoje izdatel’stvo : la maison d’édition d’État.

17 « Le Nouveau Monde ».

18 « Les Nouvelles rouges ».

19 « La jeune garde ».

20 « Bibliothèque bon marché ».

21 Gor’kij, M. Neizdannaja perepiska, Tom XIV, Moskva, Nauka, 1976, p. 476-477.

22 R. Rolland, « Privetstvije R. Rollana sibirskim pisateljam ». Sibirskije ogni, 1928, 3, mai-juin. Novosibirsk, p. 223-224.

23 Voir Literaturnaja stolica Sibiri in : A.F. Kosenkov (réd.), Istorija goroda : Novonikolajevsk-Novosibirsk (istoričeskije očerki). T. 1. Novosibirsk, Izdatel’skij dom ‘Istoričeskoje nasledije Sibiri’, 2005, p. 505-564.

24 La première publication de la lettre s’est faite dans : E.D. Gal’cova (réd.), Postiženije Zapada. Inostrannaja kul’tura v sovetskoj literature, iskusstve i teorii, Moskva, IMLI RAN, 2015, p. 59-151.

25 Trad. d’après la version, orthodoxe, de Serafim Slobodski.

26 La célébration de la Trinité a lieu le dimanche qui suit la Pentecôte dans l’Église romaine, le lendemain de la Pentecôte chez les orthodoxes ; ces derniers ont coutume d’appeler la Pentecôte « dimanche de la Trinité », liant ainsi les deux événements de manière beaucoup plus intime que les catholiques ; le second jouant aussi le rôle qu’a dans le catholicisme la Toussaint, qui, chez les orthodoxes, est donc incluse dans le temps pascal dont elle marque l’aboutissement en somme cosmique.

27 « Les deux mondes ».

28 « Une miette ».

29 La publication du manuscrit laissé aux archives dut attendre 1989. On la doit au magazine Sibirskije ogni. En 1992, la nouvelle a été adaptée au cinéma par A. Rogojkine : Le tchékiste, production russe et française.

30 « Le feu s’éteint ».

31 La maison d’édition des œuvres littéraires.

32 « Le Kolkhozien ».

33 « Les montagnes ».

Auteur

Directeur de recherche à l’Institut de littérature mondiale, Académie des sciences, Moscou.

Svetlana Gretsova (Traducteur)

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search