Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Cinquième partie. Littératures : la Sibérie imaginaire

21. « Sauvage et merveilleux Altaï… »

D’après les documents d’archives de G.A. Viatkine à l’Institut de littérature russe (Maison Pouchkine – Pouchkinski dom)1

Alexandre Doubrovski
Traduction de Michel Espagne

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement le petit-fils de l’écrivain Andrej Evegenevič Zubarev pour son aide durant l’é (...)
  • 2 Voir à son propos : Russkie pisateli 1800-1917 : dictionnaire biographique, t. 1, Moskva, Sov. Ènci (...)

1Au département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (Maison Pouchkine) auprès de l’Académie des sciences de Russie sont conservées depuis 1974 les archives de Kapitolina Vassilevna Viatkina, première femme du poète sibérien Georgi Andreevitch Viatkine (1885-1938)2 dont le nom, de la première révolution russe de 1905 jusqu’à la révolution d’Octobre de 1917, résonna bien au-delà des limites de la Sibérie. Dans ce fonds no 742 d’une ampleur relativement limitée (120 pièces) sont regroupés, en même temps que des documents personnels et des correspondances de K. Viatkina, des brouillons, des lettres, des photographies et des livres de son mari.

2Ces deux personnes qui se retrouvèrent, chacune à sa manière, au croisement de différentes cultures, eurent un destin remarquable.

Éléments de la vie de G.A. Viatkine : notoriété et fin tragique

3Fils d’un sous-officier musicien à la stanitza cosaque d’Omsk et descendant de cosaques G.A. Viatkine fréquente l’école normale de Tomsk. Il publie sa première pièce en vers, « Ne sois pas triste accablé de souffrance… », en 1900 dans le journal La vie sibérienne (Sibirskaja žizn’) alors qu’il n’a pas plus de quatorze ans. À quinze-seize ans il travaille comme enseignant de village dans le gouvernement de Tomsk. En 1902, il entre à l’institut pédagogique de Kazan — mais en est exclu parce que politiquement suspect.

4En 1901, il entre à L’observateur sibérien (Sibirskij nabljudatel’), en 1903 au Messager de Sibérie (Sibirskij vestnik) puis, à partir de 1905, il remplit au plus important journal de Tomsk, La vie sibérienne (Sibirskaja žizn’) les fonctions de correcteur, de reporter et de critique. Il collaborera en outre à une série de journaux sibériens et aux revues L’écho sibérien (Sibirskie otgoloski), La pensée sibérienne (Sibirskaja mysl’) et La jeune Sibérie (Molodaja Sibir’).

  • 3 Grigorij Nikolaevič Potanine (1835-1920), géographe, ethnographe, folkloriste, botaniste, publicist (...)

5Viatkine s’exerça dans différents genres — poésie, prose, recensions, théâtre. Il rêvait de théâtre, de la scène. Quelques unes de ses pièces connurent un certain succès à Tomsk où il participa même au travail des cercles dirigés par G.N. Potanine3.

6D’habitude, les travaux consacrés à Viatkine le caractérisent comme un homme proche du mouvement politique hors parti des régionalistes sibériens, mais qui n’allait pas jusqu’à partager leurs idées séparatistes. En 1905-1907, il fut poursuivi plusieurs fois pour « subversion et atteinte à l’ordre établi ».

  • 4 « Mercredi » est un cercle littéraire moscovite actif de 1899 à 1922. Les membres de ce cénacle (Go (...)

7À partir de 1905, Viatkine fut imprimé dans presque toutes les revues littéraires de Russie : Le messager de l’Europe (Vestnik Evropy), La fortune russe (Russkoe bogatstvo), Les Annales (Letopis’), Le champ (Niva), La pensée russe (Russkaja mysl’), Le cygne (Lebed’), etc. Il se rendit souvent à Moscou, prenant part au travail du groupe littéraire du Mercredi (Sredy) de N.D. Telechev ainsi qu’aux travaux du groupe Jeune mercredi (Molodaja sreda).4

  • 5 G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, Omsk 2007, p. 268-271 et 274-281.

8Le cercle de ses relations à Moscou et Saint-Pétersbourg était large : on y trouvait I.A. Bounine, A.I. Kouprine, A.A. Blok, A.N. Tolstoï, B.K. Zaïtsev, A.M. Gorki, V.Ia. Chichkov, V.V. Veresaev, V.D. Bontch-Brouevitch, F.D. Batiouchkov, V. Ia Brioussov, A.S. Serafimovitch, L.N. Andreev, VF. Komissarjevskaia… On a conservé sa correspondance avec Bounine et Gorki5, qui appréciait ses poèmes sibériens, et d’autres acteurs connus de la culture russe.

9Les premiers recueils de vers de Viatkine parurent à Tomsk en 1907, 1909 et 1912. En janvier 1910, on y fêta les dix ans de sa vie littéraire : il n’avait pas plus de 25 ans ! La même année, il reçut un prix au concours Gogol des jeunes écrivains pour la meilleure nouvelle ; c’est son récit La fête qui fut ainsi récompensé.

  • 6 Les contes de l’Altaï de G.A. Viatkine furent publiés à Novosibirsk en 1926.

10Avant la Première Guerre mondiale il vient plusieurs fois dans l’Altaï, collecte les contes locaux, et écrit à la suite de ces voyages des vers, de la prose, diverses esquisses6. Au début de 1914, il est nommé correspondant du journal Le Matin (Outro, de Kharkov) et part pour le front en Pologne.

11En janvier 1915, il se marie à Moscou avec Kapitolina ‘Vasil’evna Iourganova, chercheuse et ethnographe :

  • 7 A.E. Zubarev, G.A. Vjatkin, Portez la Russie dans votre cœur. D’un aimable lointain…, p. 63.
  • 8 Ibid., p. 60.

Il était encore jeune — 29 ans — mais déjà un écrivain connu. De taille moyenne, un mince jeune homme blond avec de petites moustaches et des yeux bleus expressifs. Une teinte grise du côté droit de sa moustache donnait à son extérieur un aspect piquant… Son discours pétillant et brillant, il était plein de vivacité et avait un extérieur lumineux. Une profonde érudition en tous domaines. On devinait partout le poète7.
[…] Dans ma vie il y a un petit changement — j’ai épousé Georgij Andreevitch Viatkine ; cet été si on ne l’envoie pas à la guerre nous nous préparons à partir en Mongolie, nous souhaitons nous y rendre de nouveau et entreprendre un travail considérable8.

12Voilà ce qu’écrivait Kapitolina Iurganova à son maître G.N. Potanine, en 1915.

13En octobre 1915, Viatkine fut appelé dans un bataillon sanitaire. Il fut bientôt à la tête du transport sanitaire et du service des informations du front nord (1916). Il est curieux de noter qu’il fit son service avec le poète Sacha Tchorny, qu’un destin tout différent mènerait plus tard à l’exil, en France.

14À la fin de 1917, Viatkine fut démobilisé ; il retourna d’abord à Tomsk puis au printemps 1918 regagna sa ville natale d’Omsk. Cette année-là, il publia d’un seul coup trois livres dont deux à Petrograd (La joie attristée, poèmes ; Les feuilles dorées, roman) et un livre intitulé Altaï (de la poésie) à Omsk.

15Altaï reçut de bons comptes rendus :

  • 9 Fedor Fedorovič Filimonov (1862-1920), poète, fut rédacteur et éditeur du journal de l’Armée rouge (...)
  • 10 G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, tome 5 (complémentaire), Omsk, p. 505.

Je lis actuellement un nouveau petit recueil de vers du poète sibérien G.A. Viatkine — écrivit un de ses critiques, F.F. Filimonov9 — Il faut écrire une recension de ce recueil. Il m’est apparu difficile et étrange. Une femme magnifique a souri. Écrivez, s’il vous plaît, une recension sur le sourire d’une très belle femme. Un aimable enfant bouclé a ri très fort. Et je me suis senti brusquement joyeux et de bonne humeur… Écrivez, s’il vous plaît, une recension sur ce rire sonore… d’un aimable enfant. G.A. Viatkine est le meilleur poète sibérien… Et c’est particulièrement précieux maintenant alors que toute la vie est couverte d’un voile de grossièreté et de sauvagerie10.

16Viatkine n’accepta pas la révolution bolchevique, proche qu’il était des socialistes révolutionnaires. Après le soulèvement du corps tchécoslovaque et le mouvement massif contre les bolcheviques, il se mit au service du bureau de presse du gouvernement provisoire sibérien à Omsk.

  • 11 Le directoire d’Oufa se voulut le gouvernement provisoire de toute la Russie. Il fut formé le 23 se (...)

17Après l’entrée en scène du directoire d’Oufa11, il administra le service de la presse du gouvernement de l’amiral Koltchak, collabora aux journaux publiés à Omsk (ainsi qu’à d’autres journaux sibériens) et aux revues La Russie unie (Edinaja Rossija), La Patrie (Rodina), La Renaissance (Vozrojdenie). Il accompagna Koltchak, gouverneur général de la Russie, dans son voyage sur le front de Tobolsk à l’automne 1919.

  • 12 Les « Archives de la guerre » furent fondée à la fin de 1914 auprès de la section de Sibérie occide (...)

18En 1919 sortit à Ekaterinbourg son livre La Russie blessée (Ranenaja Rossija). Viatkine prit à l’époque une part active aux travaux des « Archives de la guerre » puis des « Archives de la guerre et de la révolution »12. Il prononça des conférences publiques de littérature dans la section sibérienne de la société géographique russe.

19Après la défaite de Koltchak et la prise d’Omsk en 1919, il se retrouva à Irkoutsk, ville bientôt occupée par l’Armée rouge.

20À partir de ce moment débute une période largement mystérieuse, à ce jour non éclaircie, de sa biographie. Hier encore partisan de Koltchak, il trouve rapidement du travail : il devient responsable du service de presse du comité gouvernemental de l’approvisionnement d’Irkoutsk, et collabore au journal d’Irkoutsk L’Action (Delo) et à d’autres publications — il fallait bien vivre et nourrir sa jeune épouse.

21Il est vrai que le 22 mai 1920, on l’arrêta sur dénonciation et on l’achemina à Omsk où le 5 août 1920 il fut condamné par le tribunal révolutionnaire d’Omsk à seulement trois années de privation de ses droits d’électeur et à la « dégradation publique » (vraisemblablement, ce verdict « bénin » fut l’effet de l’amnistie de mai et aussi de ses relations avec B.D. Bontch-Brouevitch, avec lequel il put renouer au moment de l’instruction à Omsk). En outre, bien que condamné à la « dégradation publique », Viatkine n’en resta pas moins actif dans la presse. Il travaille comme chroniqueur au journal La voie du travailleur (Rabočij put’, Omsk). Il organise la publication de la revue L‘art (Iskusstvo) [Omsk, 1921-1922] et entre au présidium de l’association des poètes et des écrivains d’Omsk.

  • 13 Sur cette question, voir la contribution de Marina Arias-Vikhil dans le présent volume. Le Congrès (...)

22À l’automne 1923, après avoir divorcé de K. Iourganova, Viatkine se remarie presque immédiatement à Omsk avec la fille d’un médecin, Maria Nikolaevna Afonskaja ; le 2 juin 1925 ils ont une fille, Tatiana. À partir de la fin de 1925 Viatkine travaille à la rédaction de la revue Les feux de Sibérie (Sibirskie ogni) ; il est publié dans les revues Sibérie (Sibir’) et Camarade (Tovarišč) ; il est un des initiateurs du Congrès des écrivains de Sibérie13. Il se déplace à Novossibirsk.

23En 1927 on le voit membre actif de la section sibérienne de la Société géographique russe, ainsi que de la Société d’étude de la Sibérie et de ses forces productives.

  • 14 L’Encyclopédie de la Sibérie soviétique est une publication encyclopédique sur la Sibérie, l’Extrêm (...)

24Au début de 1930, Viatkine est l’un des rédacteurs de l’Encyclopédie de la Sibérie soviétique — dont d’autres collaborateurs sont accusés de collusion avec les Blancs (P.K. Kazarinov, G.I. Tcheremi, V.G. Boldyrev, etc.). Tous les articles de la période 1933-1937 conservés dans les archives de la rédaction portent son paraphe14.

25Après l’interruption en 1937 des travaux de l’Encyclopédie sibérienne, Viatkine est exclu de la section sibérienne de l’Union des écrivains soviétiques. Le 16 décembre 1937, le NKVD procède à son arrestation pour participation à l’organisation contre-révolutionnaire « Parti des paysans travailleurs » (Trudivaja krestjanskaja partija) et à d’autres activités contre-révolutionnaires (non explicitées dans les documents du NKVD). Après deux interrogatoires il fut condamné par trois juges à être fusillé et à la confiscation de ses biens.

26Le 8 janvier 1938 on le fusilla.

27Viatkine, comme beaucoup, fut réhabilité en juin 1956. On cacha à sa famille la véritable cause de sa mort ; il était supposé avoir décédé d’artériosclérose en 1941. Ce n’est qu’en 1990 qu’on donna à la fille de Viatkine un certificat véridique sur la mort de son père. Cause de sa mort : le peloton d’exécution. Morte entre-temps, sa veuve n’aura pu apprendre la vérité…

  • 15 Voir A.B. Burlešin, « My vstretimsja vnov’. Ja verju… » (recension de G.A. Vjatkin, Sobranie sočene (...)

28Comme de juste, en 1938, on cessa de publier Viatkine, et son nom fut rejeté dans l’oubli pour de longues années ; ses papiers furent perdus. Ce n’est qu’au début des années 2000 et principalement grâce aux efforts du petit-fils de l’écrivain Andrei Evgen’evitch Zoubarev que s’engagea chez les érudits d’Omsk l’étude des œuvres laissées par Viatkine, et la recherche de sources le concernant dans les archives de Sibérie, de Moscou et de Saint-Pétersbourg. En 2007, on publia à Omsk ses œuvres choisies, en cinq tomes15. En 2012 parut un tome supplémentaire. Dans cette publication furent aussi intégrés en partie les matériaux de l’Institut de littérature russe, auxquels est consacrée la présente contribution. En 2016 fut imprimé à Omsk l’ouvrage Prenez la patrie dans votre cœur, rédigé par A.E. Zoubarev : c’est une biographie de l’écrivain et une présentation des productions de ses dernières années. En 2017 parut aussi à Omsk Poésie de la Capitale blanche (Poèmes de 1918-1919 de poètes d’Omsk ; parmi eux des poèmes de Viatkine).

Kapitolina Vasiljevna Viatkina

  • 16 K.V. Jurganova, Ot Udaly do Othan-Hairhana (Putevoj dnevnik), [Préface de G. Potanin], Tomsk, 1912, (...)
  • 17 Copie de l’attestation de fin d’étude datée du 14 mars 1918. Département des manuscrits de l’Instit (...)

29Arrêtons nous maintenant brièvement sur la personnalité de la première femme de Viatkine, dans les papiers de laquelle sont conservés des documents — peu nombreux hélas — qui donnent des informations complémentaires et souvent inattendues sur la vie de Viatkine de la fin de 1910 au début de 1920. Kapitolina Vasiljevna Viatkina (née Iourganova ; 1892-1973) naquit et passa son enfance en Mongolie occidentale dans une petite localité proche d’Uliasy-taï (Uliastaï) ; son père était un des premiers marchands-colons russes. Durant son éducation au lycée de filles de Biisk elle apprit à la perfection la langue mongole. En 1910, elle fit la connaissance du célèbre voyageur, chercheur sur la Sibérie et l’Asie centrale G.N. Potanine (1835-1920) et devint son élève. C’est en collaboration avec ce dernier que fut publié sa première étude : D’Ulala à Otkhan-Khairkhan (journal de voyage)16. Mais ensuite, pour des raisons mal connues, Iourganova refusa de fréquenter l’établissement d’enseignement supérieur pour femmes ouvert à Tomsk en 1910 avec la participation active de Potanine ; elle partit pour Saint-Pétersbourg où elle fréquenta le cours Bestujev (Bestouževskie koursy). La raison en est peut-être qu’en 1910 l’institut Bestujev avait reçu le statut de formation d’enseignement supérieur et que l’attestation de fin de cursus, attestation que Iourganova obtint en 1918, équivalait à un diplôme universitaire17.

  • 18 Voir S. D. Miliband, Vostokovedy Rossii, XX- Načalo XXI veka : bibliografičeskij slovar’, t. 2, Mos (...)

30Elle avait déjà fait la connaissance de G.A. Viatkine à Tomsk, chez Potanine. Leur mariage eut lieu le 14 janvier 1915 à Moscou dans la cathédrale Sainte-Sophie ; ses études au cours Bestujev terminées, elle retourna à Omsk avec son mari et y travailla au collège médical. Après son divorce en 1922 elle s’installa à Petrograd, entra au service de la commission d’étude des ethnies de la population russe, rebaptisée par la suite Institut d’étude des nationalités de l’URSS (actuellement Institut ethnographique), et prit part à des expéditions scientifiques. Viatkina a produit plus de quarante travaux scientifiques et a été candidate en sciences historiques (1935, sans soutenance)18. En juillet 1944, pour avoir sauvé dans les musées des objets précieux lors du blocus de Leningrad, elle fut décorée de « l’Insigne d’honneur ». Durant le blocus, elle devint la présidente du syndicat des organismes scientifiques de Leningrad affiliés à l’Académie des sciences de l’URSS.

31À la différence des archives de son mari qui après 1938 furent détruites en même temps que sa bibliothèque unique (contenant des livres avec autographes de personnalités russes et étrangères bien connues et un portrait de Gogol avec une dédicace manuscrite), les archives de K.V. Viatkina furent conservées. Comme nous l’avons signalé, elles furent incorporées au département des manuscrits de la maison Pouchkine (IRLI) après sa mort en décembre 1974.

  • 19 « Tel un portier se dresse depuis des temps immémoriaux
    Le Bobyrgan au pied des montagnes.
    Seul et (...)

32Les pièces conservées dans le fonds en question jettent une nouvelle lumière non seulement sur les événements de sa vie, mais aussi sur la situation politique durant ces années. Outre ses lettres, sont conservées dans le fonds des vers de Viatkine des années 1915-1922 dédiés à sa femme et parmi eux un cycle « Altaï » écrit à l’époque de son voyage de l’été 1915. Le recueil de pièces lyriques, composé de dix-sept textes s’ouvre par un poème « Bobyrgan » dont une ligne à servi de point de départ à ma contribution : « Sauvage et merveilleux Altaï19… ». Pour les lecteurs qui n’ont jamais été dans l’Altaï l’auteur éclaire en note la toponymie : « Le Bobyrgan est une montagne qui se dresse solitaire à l’entrée de l’Altaï du côté de la plaine de Biïsk ». Viatkine révèle aussi une autre signification, morale, de cette image. Le Bobyrgan, comme un chevalier altaïen, accueille les amis et déverse tempêtes et menaces sur les ennemis. Et si l’Altaï est « sauvage et merveilleux », « le droit et sévère Bobyrgan est le souverain des vents ».

Viatkine dans le fonds Iourganova

  • 20 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op. 1, no 93-98.

33Les recueils poétiques de Viatkine, sous différents titres, forment six ensembles de volume différent20.

  • « Altaï ». « Dédié à ma femme ». Douze pièces de vers. 1915. Tapé à la machine. Dédicace et signature autographes. « Eté 1915… village de Tchemal ».
  • « Altaï. Lyrisme ». Sur la feuille 2 : « Je le dédie à ma femme ». Dix-sept poèmes. [1915] Écrit à la machine
  • Couronne de sonnets. Quinze poèmes. Sur la feuille 1 de la main de l’auteur : « à K.V. Viatkina ». Écrit à la machine. 1921, 29 mai.
  • « Cycle du soleil ». Six poèmes. Autographe mis au net. Mai 1922
  • Emprunté au cycle « Sur d’autres berges ». Cinq poèmes. Écrit à la main avec des corrections. Base de données
  • « Vers sur Lina et autres vers facétieux ». B.d.
  • 21 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 99.
  • 22 Vjačeslav Jakovlevič Ščiškov (1873-1945) est un écrivain russe et soviétique, ingénieur. Lauréat du (...)

34Outre les documents énumérés est conservée une lettre confession de Viatkine à sa sœur cadette Elizaveta Andreevna Viatkina, envoyée de Moscou à Tomsk et datée du 21 février 191421, de même que des photos et des livres de la bibliothèque personnelle de Viatkine avec des notes marginales de S.A. Essenine, M.M. Zochtchenko, V.A. Chichkov22 et d‘autres.

  • 23 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 26.
  • 24 Après février 1917 entre en action le mouvement nationaliste altaïen, dont les dirigeants liés au r (...)

35Les quinze lettres conservées (v. supra) de Viatkine à sa femme, écrites entre novembre 1916 et mars 192323 présentent un intérêt particulier (il s’agit de l’époque la plus compliquée sur le plan biographique comme nous l’avons déjà vu). Dans ces lettres ressurgit non seulement l’histoire des échanges entre deux personnes lumineuses, mais encore leurs liens sociaux et même leur relation aux événements en cours. En particulier, les déclarations de Viatkine sur les événements de Petrograd rapportés jusqu’en Sibérie sont particulièrement intéressantes, comme ses déclarations sur les tentatives de fondation d’une république bolchévique de l’Altaï24.

  • 25 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op. 1, no 26, L. 2- (...)

[…] « De façon générale nous ne savons rien sur ce qui se passe dans la capitale de la Neva mais il est difficile de juger d’après les sources bolcheviques. Maintenant il est déjà tard et on dit obstinément que Petrograd est prise. Connaissant les conditions sur le front du nord je n’y crois pas, mais pourquoi les bolcheviques on-ils pris la fuite ? Tout est confus, étrange et effrayant. […] A Tomsk la situation est relativement calme et tranquille. La ville est entre les mains des bolcheviques, mais en même temps paraît tous les jours un journal des sociaux-révolutionnaires de droite, La voie de la nation (Put’ naroda), où s’est déplacée la moitié des signataires d’articles et une part des collaborateurs de La vie sibérienne. J’ai moi aussi publié quelque chose : 2 articles sur la guerre et quelques vers. J’ai gagné 100 roubles — un gain unique pour toute cette époque. Le journal d’Omsk Libre cosaque (Vol’nyj kasak) m’a invité à participer à sa rédaction, avec un salaire de 400 roubles, mais je n’étais pas d’accord car vu la confusion actuelle je ne veux pas prendre de responsabilité politique correspondant aux orientations du journal […] À ce propos, sur La joie attristée (Opečalennaja radost’) Bakhmetev a publié dans le journal bolchevique Étendard de la Révolution (Znamja revoljuzii) un très beau compte rendu — tout le feuilleton. Lilia Vatman est devenue bolchevique : On dit la même chose de Grebenchtchikov, est-ce vrai ? Anutchin soutient le pouvoir soviétique dans l’Altaï où est déjà en projet une république bolchevique autonome. Intègrent cette république de l’Altaï russe, l’Altaï mongol, les terres des minorités Urian-khaï et Djoungarie. Assemblée constituante le 28 juin à Koch-Agatch Anutchin a été élu président provisoire. Quel roublard ! » [… >]25 Lettre de Tomsk du 2/15 mars [[1917]) —

36Les lettres de Viatkine corrigent des stéréotypes bien établis. Ainsi, dans toutes les approches biographiques concernant l’écrivain et journaliste altaïen Dmitrievitch Grebenchikov (1883-1964), on insiste sur le fait qu’il ne prit pas part à la révolution d’Octobre. La lettre de Viatkine, comme nous pouvons le voir, atteste du contraire ou en tout cas d’une hésitation. À la même époque, Viatkine s’arrête sur l’idée qui court de fonder un État bolchevique des Oïrot de l’Altaï, exprimant des critiques sur la personnalité de l’ethnographe sibérien Vasili Ivanovitch Anutchin (1875-1943) auquel le congrès (altaïen des montagnes) d’Ulala confia d’engager des discussions avec les présidents de tous les États intéressés. Ce projet aventureux de fonder un État altaïen souverain s’effondra. Anutchin retourna à Tomsk où il poursuivit son activité d’expert sur les ethnies aborigènes de la région. C’est à lui que revient l’idée d’une nouvelle religion universelle fondée sur le chamanisme.

  • 26 Apportant témoignage d’un lien étroit de Vjatkin avec Bahmetev, il y a bien plus tôt une lettre à s (...)

37Il n’est pas sans importance de mentionner également ici la figure de Bakhmetev (1885-1963), un prosateur, publiciste et journaliste de Tomsk, arrêté en 1915 pour propagande pacifiste. Après la révolution il fut rédacteur du journal du Parti Le travailleur de Sibérie (Sibirskij rabočij), servit comme commissaire à l’Instruction publique de la Sibérie occidentale puis fut rédacteur d’une des meilleures revues soviétiques des années 1920, L’innovation rouge (Krasnaja nov’). Quasiment chaque numéro du journal bolchevique L’étendard de la révolution (Znamja revoljuzii) publié à Tomsk, comprenait un article portant sa signature : « Bl. Matveitch ». Le feuilleton dont parle Viatkine est la recension dans ce journal, par Makhmetev, de son recueil poétique La joie attristée26.

38Citons aussi une lettre de Viatkine à sa femme, envoyée d’Omsk le 8 juin 1920 à un moment où il avait été arrêté et attendait le jugement du tribunal de guerre révolutionnaire ; la lettre a été écrite en hâte au crayon sur un bout de papier :

  • 27 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 26, l. 6 (...)

Chère Kapelka, aujourd’hui je suis conduit sous escorte à la commission extraordinaire.
Il est possible que l’affaire soit grossie et qu’il faille purger une peine de longues années en prison, dans un camp ou aux travaux forcés. Il n’y a pas beaucoup d’espoir de libération rapide. Je ne réussirai vraisemblablement pas à écrire avant le jugement et il est difficile, dit-on de rencontrer quiconque. Il faut s’armer de patience et de calme. L’état d’esprit n’est pas bon27 […].

39On trouve aussi dans le fonds cette lettre de Viatkine du 30 décembre 1922, écrite à la suite des événements dramatiques qui se sont déroulés dans l’ancienne capitale de la Sibérie lors de l’installation du pouvoir soviétique :

  • 28 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op.1, no 26, l. 21  (...)

[…] À Omsk il y a quelques nouvelles parmi lesquelles de tristes nouvelles. Nikolaï Kalmykov, le jeune poète, a été tué. Il rentrait de la gare le soir à pied et il est tombé sur des brigands.
Dans le journal La voie du travailleur il y a un nouveau rédacteur (V. I. Kouzmin, ancien prêtre maintenant communiste), et un nouvel économe. Omelkov a déjà été arrêté il y a longtemps. Il s’est trouvé qu’il servait dans les services de contre-espionnage de Koltchak28.

40Nikolaï Alekseevitch Kalmykov (1904-1922), un poète de dix-huit ans qui avait travaillé comme correcteur à l’imprimerie locale, fut en effet tué la nuit du 24 novembre 1922 dans la banlieue d’Omsk dans des circonstances non éclaircies. Viatkine lui a consacré une nécrologie, publiée le 26 novembre 1922 dans La voie du travailleur (Rabočij put’). Dans la lettre ci-dessus est aussi soulignée la carrière politique du nouveau rédacteur de ce journal : un prêtre missionnaire était à l’arrivée du pouvoir soviétique devenu un journaliste communiste… Pour ce qui concerne M.F. Omelkov, il a effectivement été arrêté par les bolcheviques après la fin de la guerre civile pour avoir préparé une émeute antisoviétique en 1918. Il réussit à prouver qu’il n’avait pris aucune part à ces événements et à ressortir libre. La mention du contre-espionnage de Koltchak dans la lettre de Viatkine est tout à fait curieuse. Viatkine en est étonné… mais nous nous souvenons qu’il a été lui-même proche du gouvernement de Koltchak.

Dans d’autres fonds

  • 29 Voir sur internet : Ju P. Zarodova, « épistoljarnoe nasledie G.A. Vjatkina v fondah Instituta russk (...)

41Le contrepoint à l’échange de correspondance de Viatkinе avec sa femme est constitué par sa correspondance avec les écrivains, critiques, éditeurs, une correspondance dispersée dans d’autres fonds du Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI)29, correspondance qui se rapporte à la période prérévolutionnaire.

42Jeune collaborateur de la La vie sibérienne, Viatkine avait à cette époque essayé de s’imposer dans le monde littéraire de Saint-Pétersbourg et Moscou. Parmi ses destinataires et correspondants on trouve le critique littéraire et critique de théâtre, membre de la rédaction du journal La pensée russe Iu. I. Aichenvald ; M.P. Artsybachev, l’écrivain, dramaturge auteur du roman à sensation Sanine ; l’écrivain traducteur K. P. Mill ; le poète Fedorov ; l’éditeur M.V. Averianov ; l’actrice dramatique V.F. Komissarjevskaia et d’autres.

43Viatkine prêta une attention attentive à l’opinion du populiste (narodnik) P.F. Iakubovitch, qui après son retour du bagne collaborait à la section de poésie du journal La richesse russe. Iakubovitch écrit ce qui suit à Viatkine le 3 octobre 1905 :

  • 30 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), R. III, op. 2, no 385.

Vous avez fait un grand pas en avant par comparaison avec les vers que vous écriviez il y a un an et demi ou deux ans et que j’ai lus. Mais même maintenant ne vous imaginez pas que vous êtes sur un chemin solide, que vous avez quelque chose en propre avec quoi vous avez le droit de vous tourner vers le public et de publier. Autant qu’on puisse en juger par ces trois pièces, il n’y a encore rien qui vous soit propre, ni dans la forme ni dans le contenu. Vous avez encore beaucoup de travail devant vous, — et surtout il faut vous soucier du développement général. Le reste, vu les dons naturels que vous avez sans aucun doute, vous sera donné par la vie30.

  • 31 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 266 (arch. de la revue (...)

44Parmi les poèmes dont il était question dans la lettre, Iakubovitch a choisi un poème proche de son état d’esprit : « Illuminé par l’éclat du jour prochain… » (Ozarennyj sijan’em grjaduščego dnja). Avec une correction de sa main dans la dernière strophe, il a été publié dans La richesse russe (Russkoe bogatstvo) ; Viatkine l’incluera dans le recueil Pièces de vers (Stihotvorenija, Tomsk 1907), avec une dédicace à Iakubovitch. Viatkine apprit la nouvelle de la mort de ce dernier à Tomsk en mars 1911 ; il y réagit par une lettre ouverte à La richesse russe31.

45Le 3 novembre 1907, Viatkine se tourna vers l’écrivain et critique littéraire Alexander Alekseevitch Izmaïlov, sans le connaître personnellement et en le priant d’évaluer objectivement son œuvre :

  • 32 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 3, no 74, G.A. (...)

[…] Comme j’ai la plus grande estime pour vous comme auteur de talent et critique sensible je vous prie avec la plus grande humilité de me donner ne serait-ce qu’une évaluation très courte des sept poèmes et récits que j’ai joints.
Faut-il continuer à écrire en prenant en compte ce qui existe aujourd’hui et en tenant compte de mon âge — 22 ans ? Bien que je publie parfois dans des organes solides comme La richesse russe, La joie du travail, Niva, etc., l’idée que je manque de don m’effraie et me lie les mains… Mais je fais confiance sans réserve et totalement à votre évaluation quelle qu’elle puisse être parce qu’en lisant vos articles critiques je vois en eux une pleine, impartiale et effective intuition artistique. [… ]32

46La réponse reçue de la part du vénérable critique encouragea le jeune poète à poursuivre son œuvre :

  • 33 Ibid., O.I., op. 2, no 382.

Bien sûr il faut continuer à travailler coûte que coûte et à dominer l’obscurité et l’indifférence inévitables au début. Au demeurant il est sûr que vous ne le regretterez pas puisque vous êtes déjà reconnu par les rédactions33.

47On a conservé deux lettres de Viatkine à l’écrivain et traducteur K. R. Mill. L’une du 23 juin 1907, où il l’informe de ses affaires littéraires :

  • 34 Ibid., fonds 123 (arch. A.E. Burceva), op. 2, no 13, L. 1-2.

Je travaille bien : pendant une semaine j’ai écrit un assez long récit (il faut bien d’une manière ou d’une autre s’acquitter des avances !) et deux pièces de vers. [… ]34

48Avec l’aide de Mill, Viatkine escomptait faire partie des collaborateurs de la revue littéraire et artistique Le cygne, qui fut publiée à partir de 1908 à Moscou. On lit ceci dans une lettre de Viatkine à Mill du 18 septembre 1908 :

  • 35 Ibid., L. 3.

[…] Je participe avec plaisir au Cygne et dans le futur proche je vous enverrai 3-4 pièces de vers de sorte que vous puissiez mettre mon nom au nombre des collaborateurs si cela vous convient.
Je vis passablement. Je travaille, pour l’essentiel, au journal La vie sibérienne. Cet hiver, je serai vraisemblablement à Moscou et donc auprès de vous.
Dites-moi, je vous en prie tout ce qu’il y a de neuf à propos du Cygne35.

49À cette époque, Viatkine avait des relations étroites avec l’éditeur M.V. Averianov, chez lequel, on l’apprend dans la correspondance, il séjournait fréquemment lors de ses séjours à Saint-Pétersbourg, et auprès duquel il recueillait des nouvelles sur « les coulisses de la vie littéraire » ; il recherchait son avis sur ses poèmes et n’hésitait pas à lui emprunter de l’argent quand il avait épuisé les maigres honoraires des rédactions. L’été 1908, Viatkine qui se reposait de son travail de journaliste dans la station finnoise de Ganga (actuellement Hanjo) sur la mer Baltique, écrit ceci à Averianov (lettre du 12 juin 1908) :

  • 36 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 428 (arch. M.V. Aberjan (...)

Durant la première moitié de la journée je travaille. J’écris des choses (quantitativement) importantes et il ne me reste presque plus de force ni de temps pour mon travail de journaliste et pour les poèmes. […]
À propos, écrivez votre opinion sur mon recueil et soyez sévère, car je regarde moi-même mon propre petit livre comme quelque chose de tout à fait lamentable. J’arrêterai bientôt complètement d’écrire, il faudrait être Balmont ou à tout le moins A.M. Fedorov. La prose est une chose plus facilement accessible. Donc j’attends votre lettre, j’espère que d’une manière ou d’une autre vous allez me répondre. [… ]36

50L’année 1910 fut importante pour Viatkine. En janvier, comme nous l’avons dit plus haut, on célébra le dixième anniversaire de l’activité littéraire du jeune écrivain. Peu de temps après il fut jugé digne du prix Gogol au concours littéraire Gogol, concernant toute la Russie pour sa nouvelle La fête. Cet heureux événement fut précédé par une lettre (carte postale du 29 mars 1910) de Viatkine à la critique littéraire E.A. Koltonovska, d’une récente promotion du cours Bestujev. Ne la connaissant pas personnellement (dans l’adresse de la carte postale le numéro de l’appartement n’est pas indiqué), le jeune collaborateur de La vie sibérienne s’adresse à elle en la priant d’écrire une recension de sa nouvelle La fête qui devait paraître dans l’un des prochains numéros de la Nouvelle revue pour tous :

  • 37 Ibid., fonds 629 (arch. E.A. Koltonovskoj), no 8, G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 293.

Quand ce récit paraîtra auriez vous l’amabilité de me dire ce que vous en pensez ? (Dans un « commentaire de revue » ou dans une lettre personnelle, c’est indifférent.) Plus votre jugement sera sévère et mieux ce sera. Mais pour moi c’est très important, et c’est pourquoi sans avoir l’honneur de vous connaître j’ai l’audace de vous importuner. [… ]37

  • 38 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 528 (arch V.P. Kranihfe (...)

51Viatkine ne connaissait pas personnellement le rédacteur de la revue Le monde actuel, V.M. Kranikhfeld. Proposant le 28 février 1911 deux poèmes à la rédaction : « Sonnet » et « Pas de bonheur… », il s’assure de l’appui de V.V. Smilovitch (Veresaev), accompagnant la lettre de l’auteur d’une recommandation.38

52Venant souvent à Saint-Pétersbourg Viatkine recherchait toutes les possibilités de collaborer à des maisons d’édition. Ayant appris l’intention de V.S. Miroliubov, rentré à Saint-Pétersbourg après l’amnistie liée au 300e anniversaire de la maison Romanov, de publier une revue (« revue mensuelle de littérature, science et vie publique », Viatkine le 21 octobre 1913 s’adresse à lui :

Très honoré Victor Sergeevitch
J’ai appris que vous avez l’intention de publier une revue à Saint-Pétersbourg. Pour cette raison je me permets de me tourner vers vous avec la même demande que je vous ai jadis présentée. N’avez-vous pas quelque place libre (à l’exception de celle de caissier et de comptable) rapportant 60 à 70 roubles par mois ?

  • 39 Ibid., fonds 185 (arch. Miroljubova), op. 1, no 390, G.A. Vjatkin, Œuvres complètes, t. 5, p. 291.

53La revue débute-t-elle bientôt ? Rassemblez-vous des matériaux ? Quels sont vos jours et heures de réception ? [… ]39

54En octobre 1915, Viatkine partit pour le front. Depuis l’armée, il envoya entre novembre 1915 et avril 1917 diverses lettres au bureau de la maison d’édition « Ogni », à E.A. Liatski plus précisément, lui adressant ses vers, apportant des corrections d’épreuves et s’intéressant de façon insistante à la publication la plus rapide possible de ses livres. Nous nous permettons de donner ci-dessous des extraits de ces lettres qui décrivent bien non seulement les relations de deux hommes de lettres mais aussi l’époque elle-même :

  • 40 RO IRLI, fonds 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, L. 1.
  • 41 Ibid., op. 2, no 134, l. 1, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 295.
  • 42 Ibid., op. 2, no 134, l. 4.
  • 43 RO IRLI, fonds 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, l. 5.
  • 44 Ibid., op. 2, no 134, l. 8.
  • 45 RO IRLI, F. 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, l. 9-10.

Très honoré Evgeni Alexandrovitch, voici pour vous mes matériaux — pour deux petits livres — vous pouvez les combiner comme il vous convient. [… ]40
Très honoré Evgeni Alexandrovitch (Je vous envoie mes salutations de l’armée en opération. Cela fait déjà des semaines que je travaille dans une unité médicale avancée en qualité de fondé de pouvoir. […] Qu’y a-t-il de nouveau chez vous ? Avez-vous lu mes textes littéraires41 ? […]
Je vous prie de me dire où en est la publication de mon livre Feuilles d’or42. […]
Très honoré Evgeni Alexandrovitch
J’ai reçu une carte postale, mais pas encore les épreuves. À propos des poèmes il faut dire que 200 roubles, de nos jours, sont bon marché. En Sibérie, où l’on me connaît on m’a longtemps proposé 300 roubles. Mais il faut publier des vers à Saint-Pétersbourg43. […]
Soyez assez aimable pour m’informer du destin de mon récit Comment les enfants ont cherché le Croquemitaine (Kak deti Buku iskali). A-t-il été accepté pour publication et si oui à quelles conditions ?
J’ai reçu La joie attristée en cinq exemplaires. Combien y a-t-il chez vous d’exemplaires d’auteur ? Je suppose pas moins de 25, et je vous prie de faire en sorte qu’on m’envoie le reste.
Sur le livre je ne sais pourquoi il n’y a pas le prix. Qu’en est-il des nouvelles ? Pourquoi avez vous publié Grebentschikov et pas mes textes44 ? […]
Très honoré Evgeni Alexandrovitch
Ayez l’amabilité de transmettre les deux poèmes que je vous ai proposés à la revue Monde contemporain, là-bas je ne connais personne à part vous.
J’ai regardé les épreuves des nouvelles et j’ai été terrifié : 10 pages (de la p. 53 à la p. 64) ne sont pas correctement disposées, dieu sait pour quelle raison. C’est pourquoi il faut faire partout les corrections suivante : p. 80 et 106 supprimer le sous-titre « nouvelle » ; p. 111 relever la 10e et la 11e ligne. P. 113 il faut rabaisser la seconde ligne. P. 128 dans le titre à la place de « village » — « petit village ». P. 156 supprimer le sous-titre « nouvelle de G. Viatkine » et la note mais entre le titre et le début mettre : « primé au concours Gogol de l’association des auteurs de presse périodique et de littérature à Moscou ». Merci de transmettre ces observations à l’imprimerie pour correction. Vous m’obligeriez beaucoup en concourant à une sortie très rapide du livre
Votre G. Viatkine45

55Est aussi d’un grand intérêt la lettre de Viatkine à Batiouchkov du 13 avril 1917. Elle touche la question du statut de membre du conseil des écrivains russes constitué en mars 1917 et fermé en décembre 1918 pour activités antigouvernementales. Batiouchkov occupait à la direction du conseil les fonctions de président :

  • 46 Ibid., F. 709 (arch. A.M. Redko) no 2 1L., G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 281.

Très honoré Fedor Dmitrievitch
Je vous prie de me considérer comme un des membres fondateurs de l’association des écrivains. […]
Me connaissent personnellement et peuvent me recommander A.M. Pechkov, E.A. Liatskij, V.C. Miroliubov, D.N. Ovsianniko-Kulikovskij, A.A. Lukianov46. […]

  • 47 Ibid., R. III, op. 2, no 379, RO IRLI, F. 62 (arch. Vejnberga), op. 5, no 13, G.A. Vjatkin, t. 5., (...)
  • 48 Ibid., R. II, op. 2, no 380.
  • 49 Ibid., no 381.
  • 50 Ibid., F. 62 (arch. Veinberga), op. 5, no 27, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 302.
  • 51 Ibid., R. III, op. 2, no 383.

56Parmi les correspondances envoyées en réponse il faut noter, outre ce qui a été rappelé plus haut, des lettres de Iu.I. Aichenvald47, M. P. Artsybachev48, N.N. Zlatovratskij49, B.K. Zaïtsev50, V.F. Komissarjevskaia.51

***

57En conclusion nous voudrions souligner que le cas Viatkine, un parmi bien d’autres, n’en est pas moins notable à bien des égards. Comme homme et écrivain, se trouvant, pour ainsi dire, entre diverses cultures, impliqué dans les événements historiques, il se situe entre les partis et les camps politiques. Les questions que pose l’étude de son œuvre et qui, en dépit des efforts de nombreux chercheurs, restent indécises à ce jour pourraient se ramener aux points suivants :

  1. L’histoire d’un jeune écrivain soviétique qui commence à écrire dans l’esprit du mouvement « narodnik » tardif (ce qui plaisait beaucoup à Gorki) et qui au début réagissait vivement aux « manifestations d’ultra-décadence comme [au] délire d’une âme perverse » (il s’agit de la poésie de Balmont et Zinaida Hippius), et qui, tombé dans l’atmosphère et les cercles littéraires de Moscou et Saint-Pétersbourg, commence à écrire des poèmes symbolistes (ce qui déjà cesse de plaire à Gorki). Le cas Viatkine permet aussi de poser le problème de la littérature sibérienne non pas d’un point de vue thématique (ou génétique — l’écrivain est originaire de Sibérie) mais avant tout d’un point de vue poétologique comme s’il s’agissait d’une vision du monde et d’un style d’écriture particuliers. En ce sens il serait important d’analyser trois ouvrages poétiques qui, comme je l’ai déjà rappelé, sont sortis pratiquement la même année à Omsk et à Saint-Pétersbourg. Peut on étudier en eux grâce à Viatkine l’horizon d’attente différent d’un lecteur sibérien et d’un lecteur de la partie européenne de la Russie ?
  2. D’un autre côté, il y a la biographie politique de Viatkine qui dissimule beaucoup de points obscurs. Son engagement au côté de Koltchak, transformé en une collaboration assez active avec le pouvoir bolchevique après la défaite de Koltchak oblige à réfléchir sur une série d’autres questions. Ce virage était-il conjoncturel ou profondément ressenti ? Ce changement (intérieur ou extérieur, peu importe) a-t-il influencé les vues politiques de Viatkine sur le passé, le présent mais surtout le futur de la Sibérie ?

58Ces questions, on peut le penser, s’éclaireront à la suite d’une exploration minutieuse des matériaux concernant Viatkine encore insuffisamment explorés, en particulier dans les archives de Moscou et de Saint-Pétersbourg.

Notes

1 Je remercie vivement le petit-fils de l’écrivain Andrej Evegenevič Zubarev pour son aide durant l’élaboration de cet article.

2 Voir à son propos : Russkie pisateli 1800-1917 : dictionnaire biographique, t. 1, Moskva, Sov. Ènciklopedija, 1989, p. 506-507 (par V.P. Truskina) — Očerki russkoj literatury Sibiri : 2 vol. ANSSSR, Sib. Otd-nie., ist., filol i filos, rédacteur A.P. Okladnikov, Novosibirsk, Nauka 1982, t. 1, p. 551-555 ; E.I. Belen’kij, Pisateli moej zemli, Novosibirsk, 1967, p. 111-140 — E.I. Belen’kij, Iz sibirskoj tetradi, Novosibirsk, 1978, p. 160-218 — A.E. Zubarev, G.A. Vjatkin, Nosite Rodiny v serdce. Iz milogo daleka…, Omsk, 2016.

3 Grigorij Nikolaevič Potanine (1835-1920), géographe, ethnographe, folkloriste, botaniste, publiciste, personnalité publique, est l’un des idéologues et fondateurs du courant politique régionaliste sibérien. Ses principales contributions à la recherche scientifique auront été les expéditions scientifiques en Asie centrale et orientale, régions encore peu connues et étudiées, qu’il dirigea pour le compte de la Société russe de géographie entre 1876 et 1899. Outre la réunion de nombreuses observations, il constitua un vaste herbier et des collections géologiques. Il rassembla des matériaux précieux sur la culture et le mode de vie traditionnels des peuples habitant la Sibérie, l’Asie centrale et la Chine.

4 « Mercredi » est un cercle littéraire moscovite actif de 1899 à 1922. Les membres de ce cénacle (Gorki, L.N. Andreev, F.I. Ščaliapin, I.A. Bounine, E.N. Tchirikov, et d’autres) se rassemblaient tous les mercredis, au départ dans des résidences privées (comme la maison de l’écrivain N.D. Telešov). Ils lisaient leurs œuvres encore non publiées. C’est ainsi que Gorki lut pour la première fois sa pièce Au fond (Na dne), et Bounine sa nouvelle L’homme de San-Francisco (Tchelovek iz San-Franzisko). En 1911, ce qu’on appelle le « jeune mercredi » vit le jour avec à sa tête Iulius Bunin, frère d’Ivan Bunin (comme les membres de l’ancien « mercredi », ils se fédéraient autour d’une maison d’édition). Rejoignirent le « jeune mercredi » non seulement les écrivains Ivan Ščmelev, Boris Pil’niak, Aleksej Tolstoj et d’autres, mais aussi le peintre Apollinarij Vasnecov et le poète Mihail Gal’perin. Les réunions des participants se tenaient dans l’un des bâtiments du cercle des écrivains et artistes.

5 G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, Omsk 2007, p. 268-271 et 274-281.

6 Les contes de l’Altaï de G.A. Viatkine furent publiés à Novosibirsk en 1926.

7 A.E. Zubarev, G.A. Vjatkin, Portez la Russie dans votre cœur. D’un aimable lointain…, p. 63.

8 Ibid., p. 60.

9 Fedor Fedorovič Filimonov (1862-1920), poète, fut rédacteur et éditeur du journal de l’Armée rouge La Sibérie libre (Svobodnaja Sibir’) ; il fut fusillé en mars 1920 à Krasnoïarsk sous l’accusation d’avoir collaboré à un organe de presse de Koltchak.

10 G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, tome 5 (complémentaire), Omsk, p. 505.

11 Le directoire d’Oufa se voulut le gouvernement provisoire de toute la Russie. Il fut formé le 23 septembre 1918 lors de la conférence nationale d’Oufa en résultat d’un compromis forcé et extrêmement instable de diverses forces antibolcheviques actives à l’est de la Russie. Le directoire arrêta ses travaux dans la nuit du 17 au 18 novembre 1918 quand le pouvoir passa entre les mains de l’amiral Koltchak.

12 Les « Archives de la guerre » furent fondée à la fin de 1914 auprès de la section de Sibérie occidentale de la Société impériale russe de géographie pour rassembler documents et matériaux sur la Première Guerre mondiale. Après la révolution de février, elles furent reconfigurées en « Archives de la guerre et de la révolution ».

13 Sur cette question, voir la contribution de Marina Arias-Vikhil dans le présent volume. Le Congrès des écrivains sibériens se tint du 21 au 24 mars 1926 dans un bâtiment du club des chasseurs de Novossibirsk. Y participaient 44 délégués venus d’Omsk, Novosibirsk, Barnaoul, Biisk, Kemerovo, Kuznetsk, Tomsk, Ačinsk, Krasnojarsk, Irkutsk. Lors du congrès furent définies la plateforme et la charte de l’association des écrivains sibériens (SSP) où figurait au premier plan l’exigence de sincérité de classe et de foi dans la révolution. Le congrès proclamait comme l’une des tâches fondamentales la création d’une littérature accessible aux larges masses.

14 L’Encyclopédie de la Sibérie soviétique est une publication encyclopédique sur la Sibérie, l’Extrême-Orient et l’est de l’Oural, sur leur géographie, leur situation sociopolitique régionale et sur les implantations de population locales. La question de la nécessité d’une encyclopédie sibérienne fut soulevée en 1919 par l’Institut de recherche sur la Sibérie lors d’un congrès à Tomsk ; la réalisation du programme s’engagea en 1920 avec le soutien de Koltchak, et s’interrompit avec l’arrivée du pouvoir soviétique. Le travail fut repris en avril 1927 avec un collectif de rédaction comprenant les principaux savants de Sibérie. Dans la période 1929-1932, trois tomes furent publiés à Novosibirsk ; trois encore étaient prévus, deux pour les informations de base et un tome complémentaire, mais leur parution fut ajournée. Alors qu’ils travaillaient sur les matériaux du tome 2, de nombreux collaborateurs furent incarcérés sous des prétexte fallacieux d’entente avec la garde blanche ; plusieurs furent fusillés. En lieu et place du collectif des rédacteurs fut nommé un rédacteur en chef parachuté de Mocou, B. Z. Ŝumjackij. Le quatrième tome prévu n’a été publié qu’en 1992 à New York à partir de microfilms conservés et d’exemplaires d’épreuves remis à l’époque aux membres du collectif de rédacteurs. Les matériaux pour le tome cinq, d’informations de base, et pour le tome six, complémentaire, étaient prêts également mais dans le contexte des répressions staliniennes et de la liquidation du collège des rédacteurs qui intervint en mai-juin 1937, ils restèrent sous forme manuscrite et furent remis au archives d’État de Novossibirk.

15 Voir A.B. Burlešin, « My vstretimsja vnov’. Ja verju… » (recension de G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, 5 T., Omsk, 2005-2006, in Novoe literaturnoe obozrenie, 2007, no 87.

16 K.V. Jurganova, Ot Udaly do Othan-Hairhana (Putevoj dnevnik), [Préface de G. Potanin], Tomsk, 1912, Trudy Tomskogo obščestva izyčenija Sibiri ; t. 2, fascicule 2.

17 Copie de l’attestation de fin d’étude datée du 14 mars 1918. Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 84.

18 Voir S. D. Miliband, Vostokovedy Rossii, XX- Načalo XXI veka : bibliografičeskij slovar’, t. 2, Moskva, Vost. Lit-ra, 2008, p. 261.

19 « Tel un portier se dresse depuis des temps immémoriaux
Le Bobyrgan au pied des montagnes.
Seul et revêche, grand et puissant
Il s’élance de son sommet vers les nuées.
Devant lui la régularité de la steppe que le regard ne peut embrasser
Et derrière lui le désert montagneux
Seulement des montagnes — proches et lointaines
Comme les soupirs gelés de la terre.
Son front s’obscurcit, il regarde fixement autour de lui
« Qui es tu étranger ? Ennemi ou ami ?
Es-tu un ami, suis ton chemin dans la lumière et le calme
Dans tes vagabondages sans fin.
Es-tu ennemi, que les menaces et les souffles de la tempête
Noircissent l’azur sur ta tête
Sauvage et merveilleux Altaï. Sincère et austère
Bobrygan, toi qui commandes aux vents

20 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op. 1, no 93-98.

21 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 99.

22 Vjačeslav Jakovlevič Ščiškov (1873-1945) est un écrivain russe et soviétique, ingénieur. Lauréat du prix Staline de premier degré (1946, à titre posthume). Pendant quinze ans il a dirigé chaque année des expéditions sur les rivières Irtych, Ob, Bija, Katun, Eniseï, Tchylym, Lena, basse Tunguska et Angara. Depuis 1911, Ščiškov était un visiteur régulier des jeudis de Potanine où se retrouvait l’intelligentsia de Tomsk. En 1915, il déménagea à Saint-Pétersbourg où il se rapprocha de Gorki. En 1916 sortit en collaboration avec ce dernier son premier recueil de nouvelles, Contes de Sibérie. À Petrograd, la Sibérie et particulièrement l’Altaï restèrent le seul sujet véritable de son œuvre. Le sommet de la prose sibérienne de Ščiškov est représenté par ses romans Vataga (1923, sur la guerre civile) et Ugrjum-reka (1933, sur la vie en Sibérie autour de 1900). Le fruit de plusieurs années de travail dans l’Altaï comme ingénieur chargé des routes fut le recueil d’impressions de voyage Sur la route de Tchouisk et le recueil de nouvelles Nous étions de Tchouisk.

23 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 26.

24 Après février 1917 entre en action le mouvement nationaliste altaïen, dont les dirigeants liés au régionalisme sibérien posaient avec de plus en plus d’insistance le problème de l’autodétermination nationale des Altaïens et de la séparation de Gorno-Altaïsk dans une configuration administrative et territoriale autonome. Du 1er au 6 juillet 1917 eut lieu à Biïsk un congrès de soixante délégués de mandataires extérieurs des districts de Biïsk et de Kuznetsk décidés à reconnaître « l’autodétermination des étrangers de l’Altaï » et à accepter leur séparation dans un territoire autonome. L’organe central du gouvernement était la chambre des représentants des montagnes de l’Altaï présidée par G.I. Gurkin et localisée à Biïsk. Le congrès reconnut comme membre d’honneur de la chambre G.N. Potanine. En janvier 1918, la chambre déménagea dans le village d’Ulala où du 4 au 12 mars se tint l’assemblée constituante du territoire de Gorno-Altaïsk sous la présidence de V.I. Anyčin. Par décision du congrès, la partie montagneuse de l’Altaï fut séparée du gouvernement de l’Altaï et de Tomsk pour constituer une entité administrative particulière — le cercle du Karakorum et de l’Altaï — dont le pouvoir exécutif fut le Conseil du cercle du Karakorum-Altaï présidé par G. I. Čoros-Gurkin. Peu après l’installation du pouvoir exécutif du cercle et de ses organes locaux dans les villages de l’Altaï des montagnes, les soviets devinrent actifs. Ils furent chassés durant l’été 1918. À la fin de l’été 1919 l’Altaï montagneux se transforma en un important foyer de partisans. La grande majorité était composée de paysans russes. À l’été 1920 fut établi dans la région le pouvoir soviétique. Mais cela n’arrêta pas la guerre civile. L’insatisfaction de la population locale face à la politique d’approvisionnement des bolcheviques fut la cause d’un mouvement massif et armé contre les soviets qui ne put être écrasé qu’à l’automne 1922.

25 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op. 1, no 26, L. 2-3, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 309-310.

26 Apportant témoignage d’un lien étroit de Vjatkin avec Bahmetev, il y a bien plus tôt une lettre à sa femme : « Bonjour de Tomsk. Je suis arrivé le 2 au soir, les trains, bien sûr, circulent avec beaucoup de retard. Tous les nôtres sont heureux de me voir et soupirent seulement que Kapa ne soit pas venue. […] J’ai vu Grigori Nikolaevič : Sa première question a été : « Vous êtes venu seul ? Et pourquoi Kapočka n’est-elle pas venue ? » J’étais à la rédaction, j’étais chez les Bahmetev, ils me demandent de te saluer de leur part. […] Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op.1, no 26, L.1., G.A. Vjatkin, t. 5, p. 308).

27 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 1, no 26, l. 6-606, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 311.

28 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fond 742, op.1, no 26, l. 21 OB, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 316.

29 Voir sur internet : Ju P. Zarodova, « épistoljarnoe nasledie G.A. Vjatkina v fondah Instituta russkoj literatury (Puškinskij Dom) », in Materialy naučno-praktičeskoj konferencii « Literaturnoe nasledie Sibiri », Omsk, 2007.

30 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), R. III, op. 2, no 385.

31 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 266 (arch. de la revue Russkoe Bogacvo), op. 4, no 641, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 287.

32 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 742, op. 3, no 74, G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 293.

33 Ibid., O.I., op. 2, no 382.

34 Ibid., fonds 123 (arch. A.E. Burceva), op. 2, no 13, L. 1-2.

35 Ibid., L. 3.

36 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 428 (arch. M.V. Aberjanova), no 26, l. 2-20b. G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 288.

37 Ibid., fonds 629 (arch. E.A. Koltonovskoj), no 8, G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 293.

38 Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 528 (arch V.P. Kranihfelda), op.1, no 561, G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 292.

39 Ibid., fonds 185 (arch. Miroljubova), op. 1, no 390, G.A. Vjatkin, Œuvres complètes, t. 5, p. 291.

40 RO IRLI, fonds 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, L. 1.

41 Ibid., op. 2, no 134, l. 1, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 295.

42 Ibid., op. 2, no 134, l. 4.

43 RO IRLI, fonds 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, l. 5.

44 Ibid., op. 2, no 134, l. 8.

45 RO IRLI, F. 163 (arch. E.A. Ljackogo), op. 2, no 134, l. 9-10.

46 Ibid., F. 709 (arch. A.M. Redko) no 2 1L., G.A. Vjatkin, Sobranie sočenenij, t. 5, p. 281.

47 Ibid., R. III, op. 2, no 379, RO IRLI, F. 62 (arch. Vejnberga), op. 5, no 13, G.A. Vjatkin, t. 5., S. 307.

48 Ibid., R. II, op. 2, no 380.

49 Ibid., no 381.

50 Ibid., F. 62 (arch. Veinberga), op. 5, no 27, G.A. Vjatkin, t. 5, p. 302.

51 Ibid., R. III, op. 2, no 383.

Auteur

Directeur de recherche, conservateur des manuscrits de Pouchkine, Institut de littérature russe (Pouchkinski Dom), Moscou.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search