Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Quatrième partie. Une science de la Sibérie : savants et voyageurs

18. Une lady dans « l’espace sauvage de la Sibérie »

D’après les Souvenirs des steppes tartares et de leurs habitants de Lucy Atkinson

Maria Ostanina et Tatiana Shastina
Traduction de Marie-Christine Chantegreil

Texte intégral

  • 1 I. Zavaličin, Opisanie zapadnoj Sibiri, Moskva, 1862, p. 1.
  • 2 А.М. Маloletko, Geografičeskaja onomastika, 2-е izd. Tomsk, Izd-vо ТGU, 2001, p. 56.
  • 3 Encyclopedia Britannica, vol. 3., 1771, p. 887.
  • 4 Ibid., vol. 10, 1997, p. 776.

1Encore au début du xixe siècle (mais aussi après) la Sibérie était présentée dans les publications russes comme une terre inconnue. « La Sibérie n’est pas connue de l’Europe et peu connue en Russie. L’éloignement de ce territoire, les incompréhensions à son sujet, l’absence de descriptions populaires accessibles à la majorité des lecteurs, en étaient la cause1. » Dans les publications étrangères, la Sibérie est restée cette Tartarie exotique (la Tartarie comme Biélovodié, considérée dans la toponymie comme un pays n’ayant jamais existé2). Dans la première édition de l’Encyclopedia Britannica la Tartarie est un concept géographique3, dans les éditions suivantes, un concept ethnologique (Tartarie/Tatars) ; la Sibérie dans cette encyclopédie est un territoire qui s’étend de l’Oural à l’océan Pacifique, des rives de l’océan Arctique aux frontières de la Mongolie et de la Chine)4.

  • 5 Thomas W. Atkinson, Oriental and Western Siberia. A Narrative of seven years explorations and adven (...)
  • 6 Cross A. Russia through the Eyes of Foreigners http://www.brill.com/sites/default/files/ftp/downloa (...)
  • 7 E.A. Kulakova, « Sočinenija britancev o putešestvijah v Rossiju vtoroj četverti 19 veka », in Dialo (...)

2L’image d’une Sibérie exotique dans les livres racontant le voyage de Saint-Pétersbourg vers l’Oural, en 1848-1853, des Anglais Thomas et Lucy Atkinson (Thomas Witlam Atkinson, 1799-1861 ; Lucy Atkinson, 1818-1893)5 se situe dans ces limites territoriales. C’était à la mode chez les Britanniques des xviiie-xixe siècles de parcourir le monde et de raconter leurs impressions dans des lettres, des journaux intimes, des récits ; les livres des Atkinson ont leur place dans l’ensemble des œuvres de voyageurs européens ayant visité l’Empire russe du xvie siècle jusqu’en 1917, livres rassemblés par Anthony Cross6. Différentes motivations animaient les personnes voyageant en Russie, au rang desquelles le souhait de fournir à leurs lecteurs une image du pays — image qui, comme le remarque E. Kulakova, se formait de manière ou d’une autre à travers le prisme de la perception britannique du voyageur et était liée aux stéréotypes ayant cours à cette époque dans la conscience européenne sur la « barbare » Russie7.

  • 8 V. Vedernikov, « V sedle i na balu », in Altaj, 2012, no 2, p. 124-137.
  • 9 Ibid., p. 131-137.
  • 10 Lucy Atkinson, Vospominanija o Tatarskih stepjah : pis’ma iz Barnaul / per.s.angl. N.C. Volkova, Ba (...)
  • 11 Nick Fielding, South to the Great Steppe : the travels of Thomas and Lucy Atkinson in Eastern Kazak (...)
  • 12 V. Proskurin, « Томаs Атkinson v Kazahstane », in Prostor 2014, no 1. [Èlektronnij resurc] URL : ht (...)

3Aujourd’hui, les livres des Atkinson sont occasionnellement étudiés dans les travaux sur le régionalisme sibérien8. Natalia Volkova a popularisé dans l’Altaï l’œuvre des Atkinson en donnant les premières traductions de fragments de lettres de T. Atkinson9 et de sa compagne de voyage10. Par ailleurs, le journaliste anglais Nick Fielding a édité à Londres un livre sur les Atkinson11, une étude de la partie kazakh du voyage du couple12.

  • 13 Ènciklopedičeskij slovar’. Т.2. (Аrago-Аutka), Sankt Peterburg, F. А. Brokgauz, I. А. Еfron. 1890, (...)
  • 14 N.A. Еrofeev, Тumannij Al’bion. Аnglija i anglčane glazami russkih. 1825-1853, Мoskva, Nauka, 1982. (...)
  • 15 « Atkinsona putešestvie po Vostočnoj Sibiri », in Irkutskie gubernskie vedomosti, 1858, no 18, p. 8
  • 16 А.А. Orlov, « Teper’vižu vblizi… » : Britanija i britancy v predstavlenijah rossijan o mire i o seb (...)
  • 17 Dioneo (I.V. Šklovskij), Anglijskie siluèty, Sankt Peterburg, red. Žurn, « Russkoe bogastvo », 1905 (...)
  • 18 V. Tekkerej, « Anglijskie turisti/per A. Butanov », in Otečectvennye zapiski, 1851, no 6, Otd VIII, (...)

4 Les premières mentions de Thomas Atkinson, comme peintre, se trouvent dans le dictionnaire de Brokgauz et d’Efron, où il est notamment remarqué que « […] sur les routes où jusqu’à présent aucun Européen n’était passé [il] a pénétré à l’intérieur de la Mongolie13 ». Dans cet article d’encyclopédie, l’idée de pionnier correspond aux représentations habituelles parmi les contemporains russes d’Atkinson sur les Anglais (sur la formation de ces stéréotypes, voir N. Egofeev14). L’une d’entre elles est perceptible dans l’introduction à la première publication des fragments du livre d’Atkinson en Russie, en 1858 : « Les Anglais sont des touristes classiques, audacieux : beaucoup d’entre eux sont prêts à subir toutes les privations possibles et tous les dangers pour se trouver là où personne n’a été et cela sans aucun but d’exploration, sans aucune utilité pour la science, mais simplement pour écrire un journal de voyage : j’étais et j’ai vu, ou par sa signature anglaise graver son nom anglais sur un rocher15. » Une autre représentation va de pair : les Anglais sont des originaux et des excentriques16, « des gens bizarres17 ». Une dernière représentation, sans aucun doute, se fonde sur un réflexe anglais connu en Russie et exprimé ainsi : « Il se peut que nos bêtises et notre originalité insolente nous aient rendus aussi connus en Europe que le ton élevé que nous pensons posséder. Peut-être la société européenne se moque-t-elle de nous et nous hait-elle, quand nous parcourons l’Europe d’un air hautain, mais qui parmi nous voudrait se couper de sa nationalité ? Qui ne voudrait pas être Anglais18 ? »

  • 19 « Atkinsona putešestvie po Vostočnoj Sibiri », art. cit, p. 9.

5 Si la Sibérie intéressait les Atkinson, le regard des Anglais intéressa les Sibériens pour autant que « […] l’étranger nous regarde, regarde notre pays et tout ce qui est nôtre avec son point de vue étranger, c’est-à-dire d’un point de vue que personne d’entre nous ne peut avoir ; il est toujours curieux de savoir quelle vision donne tout ce que nous sommes si on regarde d’une nouvelle manière inexplorée19 ». « Inconnu pour les habitants d’Irkoutsk était le personnage même du touriste, c’est-à-dire d’« un voyageur de son plein gré », car au « pays des neiges », dans « le royaume de l’hiver éternel et des ténèbres », ainsi que les Européens se représentent la Sibérie, il est peu probable que quelqu’un vienne délibérément…

  • 20 B.V. Struve, Vospominanija o Sibiri : 1848-1854 gg., Sankt-Peterburg.

6Si le personnage du touriste anglais à Irkoutsk éveillait la curiosité des habitants, pour les officiels, il représentait un problème : les expéditions et créations de colonies russes dans l’embouchure de l’Amour donnaient lieu alors à une controverse politique d’enjeu international, où l’intérêt adverse des Anglais était manifeste. Les Atkinson à Irkoutsk, « le touriste candide » Gil et « le zélateur scientifique innocent » — le géologue Austin, furent soupçonnés d’espionnage, ils « humaient » et « prospectaient ». « Les Anglais pénétreront partout, ils traqueront tout, apprendront tout pour atteindre leurs buts explicitement définis et obstinément poursuivis20 », résumait B.V. Struve, chargé de mission auprès du général gouverneur de la Sibérie orientale Nikolaï Mouraviov (le futur Mouraviov-Amourski).

  • 21 « Atkinsona putešestvie », art. cit., p. 8
  • 22 P.A. Tchikhatchov, Voyage scientifique dans l’Altaï oriental et les parties adjacentes de la fronti (...)

7Le journal d’Irkoutsk du 1er mai 1858 annonce que se trouve en ville un exemplaire unique, sorti en Angleterre au début de l’année, du livre d’Atkinson, rappelant que ce dernier avait passé l’hiver 1851/52 à Irkoutsk et qu’il y avait fait beaucoup de connaissances. Depuis les Décabristes, le public d’Irkoutsk, attentif au livre, était informé des parutions britanniques et même s’y connaissait en édition anglaise : « Cette œuvre est publiée avec un luxe inhabituel pour des éditions londoniennes, elle est décorée de vingt lithographies en couleur et de trente-deux dessins sculptés sur bois ; y est ajoutée une carte des pays où est passé le voyageur21 ». Le journal soulignait le but purement pacifique du voyage d’Atkinson, « dessiner des vues, des esquisses de la nature sibérienne, pratiquement inconnue des Européens » (une précision cependant : des vues de l’Altaï, dessinées par le paysagiste Egor Mejero, illustrent l’édition parisienne du travail du géographe, géologue et explorateur russe d’expression française P.A. Tchikhatchov [Pierre de Tchihatcheff], rendant compte de sa participation à une mission d’exploration de l’Altaï en 184222).

  • 23 « Atkinsona putešestvie », art. cit., p. 8-9.
  • 24 K. Ritter, Zemlevedenie Azij T. 4. Dopolnenie k.t. 3 : Altajcko-sajanskaja gornaja sistema v predel (...)

8La longueur du voyage d’Atkinson enchante les habitants d’Irkoutsk (le journal ne mentionne pas une seule fois sa femme ni le fait qu’il voyageait avec tout le confort possible, avec une podorojnaja [laisser-passer] et en compagnie d’un détachement de cosaques), au total 60000 verstes et finalement près de 560 endroits visités. « […] Il a eu la chance d’aller dans des lieux où aucun savant n’est allé et vraisemblablement aucun chrétien, dans les tribus nomades qui sans doute n’avaient jamais vu d’Européen. Si l’on en croit ses paroles […], il a réussi à parcourir dans plusieurs directions la Dzoungarie, tout le pays entre les monts Célestes (Tian Shan) et la frontière sud de la Sibérie23. » Si l’on en croit ses paroles : le fait est que le géographe réputé P.P. Semionov (Tian-Chanski24) mettait en doute la véracité du parcours réalisé et l’originalité des descriptions.

  • 25 Putešestvie po Sibiri i prilegajuščim k nej stranam Central’noj Azii : po opisanijam T.U.Atkinsona, (...)

9La deuxième tentative de familiariser le lecteur russe avec les récits de voyage des Atkinson est une curieuse compilation des textes d’étrangers sur la Sibérie. Sur la base de cette compilation, un livre fut élaboré et traduit en russe par des Allemands (à la différence des touristes anglais, les Allemands étaient connus et reconnus en Sibérie comme explorateurs) en 1865 ; sur la couverture est indiqué : « Voyage dans les steppes et montagnes de Sibérie et les terres voisines d’Asie centrale ». Dans cette édition, les remarques et observations de l’artiste anglais sont complétées par des extraits des travaux de savants (un manque de scientificité était ainsi compensé, manque dont se plaignaient les habitants d’Irkoutsk). Une grande introduction, comprenant cinq parties, remplit pratiquement le tiers du livre : un aperçu général, les véritables relations entre la Sibérie et l’Asie centrale, la population de Sibérie et des territoires des steppes, les berges de l’Amour et leur population, l’histoire des découvertes en Asie centrale et dans la région de l’Amour. Cette introduction dévoile un point de vue étranger sur la Russie : « Les yeux de toute l’Europe sont fixés sur la Russie avec curiosité, sur ce géant qui semble être pour les uns un colosse-épouvantail prêt à avaler les nains méprisables de l’Europe de l’Ouest, pour les autres, il représente un Eldorado incompréhensible25… ».

  • 26 Ibid., p. 4-5.

10La vision allemande de l’artiste anglais voyageur est romantique et héroïque : « Atkinson souvent a jeté sur le papier des vues de lieux que personne avant lui n’a tenté d’explorer […] souvent cependant il s’est exposé à un tel ensemble de dangers que sa mort semblait imminente ; la mort le menaçait presque à chaque pas, soit par des hordes de sauvages nomades, soit par des fuyards condamnés au bagne […], soit en escaladant des falaises rocheuses26. » Comme nous le voyons, les traducteurs ne s’interdisaient pas les stéréotypes coloniaux sur la Sibérie, mettant la présentation du livre de T. Atkinson en résonance avec l’image la plus répandue de la contrée, celle du trou perdu (litt., de la « terre de l’ours »).

  • 27 L. Poltorackaja, « Poezdka po kitajskoj granice ot Altaja do Tarbagataja », in Russkij Vestnik., 18 (...)
  • 28 Putešestvie po Sibiri…, op. cit., p. 153.
  • 29 Ibid., p. 154.

11Les Allemands — méticuleux — avaient retrouvé le livre de Lucy Atkinson ; ils rendent hommage au courage de l’anglaise qui a effectué avec son mari un voyage dangereux (d’entre les voyageuses dans l’Altaï et les steppes kazakhes, on peut la comparer seulement à L.K. Poltoraskaia, fille du populaire écrivain de romans historiques K.P. Masalsky, qui a laissé une description haute en couleur de son voyage27). Lucy « depuis l’enfance est habituée à s’adapter à toutes les circonstances de la vie, possédant la rare capacité de remarquer le bon côté des choses, même quand il lui est arrivé de se trouver dans une situation difficile et désagréable. Sa santé était tellement affermie et elle était si adepte de l’eau froide qu’elle n’avait même pas peur de casser la glace pour se rafraîchir. Elle montait à cheval et sur un chameau28 » et « avec un art sans pareil savait se préoccuper de la cuisine, de la table et mettre elle-même de l’ordre dans ses vêtements29 ». Cette description correspond exactement aux détails du voyage et à l’émotion contenus dans le livre de Lucy Atkinson, fière de son statut de première femme anglaise en Sibérie.

  • 30 Lucy Atkinson, Recollection of the Tartar Steppes and Their Inhabitants, Taylor & Francis, 1972, 35 (...)

12Les lettres de Lucy sont une véritable source pour étudier l’aspect du genre dans l’histoire du transfert de la culture anglaise. Dans la préface de l’édition de 197230, le professeur É. Kross montre que Lucy écrivait des lettres réalistes à ses amis (dans cet article nous nous arrêterons seulement sur la description des impressions de voyage sur le territoire sauvage de Gorno-Altaïsk). Le mélange des genres de ce document personnel (lettres/souvenirs) témoigne de l’accentuation de la distance spatio-temporelle, éloignant l’expéditeur et le destinataire d’une part, l’événement et sa mise en texte d’autre part.

13Lors de la publication, les noms des destinataires ont été enlevés ; par cela même le potentiel d’action était redirigé vers le lecteur européen désabusé, familiarisé avec la vie de l’Europe civilisée et la vie culturelle à Saint-Pétersbourg et Moscou, mais absolument pas avec la vie des peuples d’Asie centrale et de Sibérie. De cela témoignent les inclusions assez fréquentes dans les textes anglais de mots français, tribut à la mode régnant dans la société cultivée. Dans le texte les mots français sont la plupart de temps écrits en italique et peuvent être appréciés comme un signe de mondanité :

  • 31 Lucy Atkinson, Recollections of the Tartar Steppes and Their Inhabitants, London, J. Murrаy, 1863, (...)

14My little protégé was taken for a sacred animal (mon petit protégé [il s’agit d’un faon] est reconnu comme animal sacré)31; The perquisite of the femme de chambre (les honoraires de la femme de chambre) [p. 217] ; You would doubtless be surprised to hear that my son has made his début in the great world. He has been to a bal costumé dressed à la Kirghis (« Sans aucun doute, vous serez étonnés d’entendre que mon fils a fait ses débuts dans le grand monde. Il était à un bal costumé habillé à la kirghize ») [p. 213].

  • 32 O.U. Solodjankina, « Inostrannye nastavniki v dvorjanskom vospitanii v Rossii (vtoraja polovina XVI (...)
  • 33 A.I. Makarova-Mirskaja, Altajskie rasskazy, Har’kov, Mirnjj trud., 1912, 211 p.

15Les inclusions dans le texte de mots russes (shube, somervar, sucarees, zavod) et turcs (aoul, yourt, taboon) ou de répliques translittérées en russe : Rarely has a Cossack the slightest idea of anything of the kind, for when the question is put to one of them as to what weather we shall have, the answer invariably is, « Bogh Yevo znai ! » (God knows), (« Il est très rare qu’un Cosaque ait la moindre idée, si on le lui demande, du temps qu’il va faire ; il dira « Dieu seul le sait ! ») [p. 66], sont un marqueur de description d’un objet exotique. Lucy, contrairement à son mari, maîtrisait bien le russe, car pendant huit ans, elle avait été gouvernante à Saint-Pétersbourg dans la famille du général Mouraviev32. Le livre comprend une liste de 59 « termes russes et tatars ». Cet élément supplémentaire est caractéristique des livres décrivant les autochtones de Sibérie. (Par exemple, A.I. Makarova-Mirskaä inclut un dictionnaire semblable dans « les Récits de l’Altaï », beau livre unique qui a été dédié au sacre de l’héritier du trône russe33.)

16Dans l’introduction, Lucy Atkinson montre que le but de ses écrits est de faire comprendre la perception par une femme civilisée de la nature sauvage de la Sibérie et de ses populations exotiques. Il s’agit pour elle de transmettre en tant qu’Anglaise — an Englishwoman — ayant été en Sibérie et Tartarie, « pays si éloignés et si inhospitaliers pour ceux qui sont habitués à vivre dans le luxe » (countries so remove and so uninviting to those attached merely to the luxuries of life, p. V). Accordant le droit de publier les travaux de son défunt mari (remarquons qu’il était polygame, raison pour laquelle, pas une seule fois, il ne parle de Lucy comme d’une compagne fidèle), elle commente : Mister Atkinson a présenté la vie des Sibériens d’un point de vue masculin et en tant que savant et artiste, mais il y a dans l’ouvrage peu de souvenirs des aventures qu’ils ont vécues en chemin et il ne parle pas des circonstances difficiles qu’ils ont supportées ensemble.

17À l’analyse des titres des livres britanniques sur les voyages (réels ou inventés) sortis à Londres entre 1750 et 1880, on peut affirmer que l’emploi des termes recollections (« souvenirs »), explorations (« explorations ») et adventures (« aventures »), choisis par Lucy et Thomas Atkinson pour les dénominations de genre de leurs livres, est fréquents. On découvre aussi la tendance à désigner les voyages dans des terres explorées et bien étudiées ou des « territoires » civilisés par le mot tour (voyage) : cela concerne les voyages sur le territoire de l’Empire britannique, le pays de Galles, l’Écosse, l’Irlande ; dans des parties et des pays d’Europe (Europe du Nord, France, Allemagne, Italie, détroit de Gibraltar, Turquie), et dans les territoires de la Russie de l’Ouest (Crimée, Kouban). En revanche, le mot travel dans le sens de « voyage » s’emploie prioritairement pour désigner les voyages dans des territoires peu connus du lecteur britannique et présentant donc un intérêt significatif par leur exotisme.

18Pour décrire des voyages dans des contrées lointaines et inconnues est utilisé le plus souvent le terme adventure (« aventure »). Aux xviiie et xixe siècles sont édités à Londres des livres consacrés aux voyages au pôle Sud, dans l’océan Austral, l’Arctique, la Laponie, l’Alaska, les Alpes, la Crimée, la Sibérie, le Kamtchatka, l’Orient, l’Asie centrale, l’Afrique et autour du monde.

19Dans les titres de ces livres, travel (« voyage ») est souvent au même rang qu’adventure (« aventure »), travel and adventure (en Alaska, Orient, Turquie, Perse, Crimée, Caucase). Dans les livres consacrés à la Sibérie, on utilise plus souvent les mots life (vie), exploration (« exploration »), journey (« voyage »), recollections (« souvenirs »), discovery (« découverte »), narrative (« récit »), record (« mention »), anecdotes (« anecdotes »). Plus rarement, on rencontre les termes view (« regard »), route (itinéraire), view of the Russian empire (« regard sur l’Empire russe »), the Siberian overland route (« la route terrestre sibérienne »). La combinaison des mots « explorations » et « aventures » dans le titre du livre de T. Atkinson peut être considérée comme exceptionnelle.

20Ainsi, le voyage de la première Anglaise en Sibérie a commencé à la mi-février 1848, en traîneau ; ce moyen de locomotion devait amener un petit groupe (Thomas Atkinson, Lucy, un certain Nicolas, les cochers) jusqu’à Barnaoul. Avant de partir pour la Sibérie, Lucy dit en quelque sorte au revoir à un monde qu’elle connaît bien et entame un voyage totalement inconnu qui va la conduire dans la « sauvage Sibérie » (the wilds of Siberia), « pays de glace et de neige » (land of ice and snow), expression caractéristique pour décrire les voyages russes en Sibérie. « Quand nous sommes partis, il m’a semblé que je disais adieu au monde… » (As we passed through, I seemed to be bidding farewell to the world, p. 5). Sortir de Moscou équivaut pour elle à ouvrir « la porte de la Sibérie » (portal on their way to Siberia), les premiers à l’avoir fait ayant été les nombreux criminels déportés.

21Sur « la grande route de Sibérie » (the great Siberian road) l’Anglaise remarque beaucoup de nouveauté et de sauvagerie (novel and wild) : dans la forêt russe, il y a des sapins aux branches déployées, jetant de l’ombre ; des loups et des ours apparaissent, prêts à leur tomber dessus. Elle arrive dans « un pays de forêts » (a wooded country), dont il est impossible de décrire la beauté et qui n’est pas moins beau la nuit que le jour ; les paysages éveillent dans l’imagination toutes les images fantastiques possibles.

22Au début du voyage, le froid, les secousses sur la route, l’ivrognerie des cochers, les tentatives faites pour tromper les étrangers (leur vendre cher des cartes des lieux, prendre leurs chevaux) accablent et effraient Lucy ; visage et lèvres abîmés par le vent, elle doit affronter l’absence de literie confortable durant plusieurs semaines. Mais au fur et à mesure qu’elle s’enfonce en Sibérie, ses réactions changent. Apparaît une nouvelle image de la voyageuse anglaise, celle d’une femme courageuse, combative, pas du tout capricieuse, curieuse, cherchant l’aventure.

  • 34 O.U. Solodjankina, « Inostrannye nastavniki v dvorjanskom vospitanii v Rossii… », op. cit.

23Elle ira là où ira son mari, non pas parce qu’elle doit l’aider, mais parce que c’est la seule possibilité d’être là où elle n’a pas encore été, de ressentir son propre courage, de prendre des risques, de démontrer à tous (aux hommes en premier lieu) qu’elle est forte et habile. Et, en même temps, tout ce qu’elle veut démontrer ne correspond pas à l’image « de la lady anglaise » (cette image, selon les observations d’O. Solodjankina, s’est formée sous l’influence des romans de S. Richardson et des sœurs Brönte34). Lucy se désigne souvent comme « lady », soulignant son propre niveau culturel. Le monde « sauvage » de la Sibérie lui donne les traits d’une femme combattante. Peu à peu, dans les lettres, commencent à se combiner les « vrais » traits d’une lady et des traits « acquis » ; elle est persuadée que les uns et les autres doivent la distinguer des autres femmes : il est important pour elle d’être unique.

24Il lui faut un lit propre à une véritable lady, elle doit paraître belle, recevoir des fleurs de la part des hommes ; elle a sa propre selle et c’est une cavalière agile. Sentant ses particularités (elle mentionne souvent que les femmes la jugent, la percent du regard), elle veut de plus en plus être une autre — et être mieux que les autres femmes. Les femmes sont ses concurrentes. Les vaincre signifie paraître meilleure aux yeux des hommes. Elle y parvient non par une beauté saillante, mais par son agilité, son énergie. Dans ses courtes descriptions de femmes rencontrées, Lucy se permet de rabaisser leurs qualités personnelles. Par exemple, la femme d’un hôte lui parut « être une femme très bonne mais absolument pas une compagne pour son mari (intellectuellement parlant) » (a very good woman, but no companion [intellectually speaking] for her husband, p. 24). Lucy reconnaît que, par miracle, elle ne s’est pas moquée de la maîtresse de maison qui la reçut chaleureusement, quand elle a vu que celle-ci était de petite taille (cette femme était infirme), ce qui ne l’a nullement empêchée d’en rire après être partie (p. 21). À Tomsk, une femme tatare « au visage difforme et jaune sombre » (the ugly tawny-faced Tatar) a soigné Lucy qui avait pris froid ; elle lui aurait préféré « une de ces paysannes russes authentiques aux joues roses et potelées » (one of the good-natured Russian peasants, with her rosy, chubby cheeks, p. 39).

25 Arrivé à Barnaoul en juin, Mister Atkinson part en excursion sur le lac Altyn-Kël’ (le lac Teletskoe). Son épouse l’accompagne, bien que tout un chacun l’aie découragée de faire ce voyage. En route vers le lac, à Biisk, les voyageurs séjournent dans la propriété de la femme de celui qui s’occupait d’organiser la partie montagnarde de leur itinéraire, veillait aux provisions et traduisait. Lucy se retrouve au milieu de l’attention féminine. Elle décrit en détails la toilette improvisée, « pas de style anglais » (p. 51) qu’elle portait lors du « bal » (ball). La description des femmes de la compagnie se limite à la mention du fait que chacune d’entre elles avait une coupe de pignons qu’en silence elles cassaient sans interruption. Lucy gage que sa visite serait un thème de conversation pour ces femmes pendant de longs mois.

26Lorsqu’elle partit de Biisk, toutes les femmes sortirent l’accompagner, essayant une fois de plus de la faire renoncer à poursuivre le voyage dans les montagnes. Une femme, les larmes aux yeux, l’avertit qu’« aucune femme auparavant n’était partie pour un tel voyage » (p. 53), ce qui sûrement flatta Lucy. Celle-ci était prévenue que plus loin ne vivaient plus que des femmes kalmoukes (de l’Altaï). Elle se réjouit d’être la seule femme dans ce voyage, de n’être accompagnée d’aucune personne du cru dans ce périple à travers les montagnes, territoire de sauvages nomades.

27Décrivant les longs passages dans les montagnes, les traversées de rivières, les passages à cheval sur d’étroits sentiers le long des falaises côtières, Lucy souligne qu’elle a supporté stoïquement tous les dangers et, grâce à son adresse, su rester vivante, saine et sauve. Elle est fière de bien savoir diriger un cheval : « Je devais faire en sorte que les Kalmoukes m’admirent parce que ce sont de très bons cavaliers et c’est une grande satisfaction d’être félicitée par ceux qui peuvent juger » (I was to have gained the admiration of the Kalmuks, because they are splendid riders and it is satisfactory to be praised by those who are capable of judging, p. 56).

28Les souffrances physiques du voyage ne détournent pas l’attention de la voyageuse des paysages romantiques. Le bon poisson de rivière l’enthousiasme (elle n’en avait jamais goûté auparavant), et de même l’odeur des baies, les fleurs éclatantes. L’exaltation la mène à se baigner dans la rivière trois fois par jour, à passer les soirées au bord de la Bii, sous les étoiles, comme quand on chasse les loups, deux peaux d’ours sur le dos pour ne pas sentir l’humidité. « Bien sûr, je me couche sans me déshabiller. C’est un sentiment étrange ; tu dors dans la forêt, l’eau murmure à tes pieds et autour de toi seulement des hommes » (I lay down, of course, without undressing. The feeling was a strange one ; sleeping in a forest, the water rippling at my feet, and surrounded by men alone, p. 55).

  • 35 T. W. Atkinson, Travels in the regions of the upper and lower Amoor, and the Russian acquisitions o (...)

29Dans un village kalmouke, quand Lucy se baigne, des jeunes filles arrivent : « Elles ont surtout le souhait de toucher chaque vêtement qui leur tombe sous la main » (but one of their principal objects is to handle every article of clothing they can come near, p. 56). « Dans ces calmes petits villages kalmoukes, loin des luttes de notre monde, se déroulent les mêmes scènes mais elles ont une forme plus grossière que celles que nous observons chez nous : la jalousie, l’amour et le suicide sont connus de ces incultes enfants de la nature » (uncultivated daughters of nature, p. 56). Remarquons que Thomas Atkinson, son mari, a utilisé de temps en temps dans ses livres des expressions bien plus abruptes pour souligner son trouble d’Européen civilisé confronté aux rites de ces peuples nomades de Sibérie qui, à son avis, sont « des traditions inhumaines d’une époque barbare » (the inhuman customs of a barbaric age), « c’est une scène de la vie asiatique dont on ne trouvera aucun parallèle en Europe » (a scene in Asiatic life which finds no parallel in Europe)35.

30Lucy, non sans ironie, décrit comment elle a été témoin une fois de la fuite d’une jeune fille loin d’un fiancé non souhaité et de ses tentatives de noyade dans la Bii. Elle donne un autre exemple de ces mœurs sauvages : une mère kalmouke doit choisir parmi six « candidats amoureux, la main sur le cœur » de sa fille, lequel ferait un mari digne. Durant cette scène, la jeune fille est debout à côté, « s’agrippant au noisetier ». La mère demande à Mister Atkinson de choisir et ce dernier échange avec les fiancés par l’intermédiaire du traducteur. Atkinson demande à la jeune fille lequel elle voyait comme son mari et celle-ci répond qu’elle n’en aime aucun.

31 Voici le lac de montagne Altyn-Kël’. Ce lac doré dont le nom géographique est lac Teletskoe a frappé Lucy. Les voyageurs y sont arrivés le soir, quand « l’eau était calme et brillait comme de l’or coulé dans lequel les rochers, la forêt, les montagnes se reflétaient comme dans un miroir, renforçant la beauté du paysage » (the water was calm and shining like molten gold, in which the rocks, trees, and mountains were reflected as in a mirror, redoubling the beauty of the scene, p. 62). Sur une petite barque, le groupe alla jusqu’à un petit hameau kalmouk. Quelques maisons étaient construites en bois et recouvertes d’écorce de bouleau. Ils entrèrent dans l’une d’entre elles et virent seulement des ustensiles de cuisine et une ou deux malles pour conserver les richesses (treasures) des habitants qui sans doute étaient très pauvres. Le feu était au centre de la pièce, une ouverture dans le toit permettait à la fumée de sortir. Les Kalmoukes offrirent à Lucy un grand bouquet d’oignons qui est utilisé en grandes quantités par les Kazakhs et les « sauvages tribus locales » (wild tribes).

32La contemplation du lac éveilla chez les voyageurs anglais un accès de romantisme : au bord du lac même, le réservé Mister Atkinson joua de la flûte dont les sons frappèrent les habitants locaux, « les nouveaux amis » de nos voyageurs ; plus tard, le lac déchaîné rappela à Lucy quatre vers de Lord Byron (p. 65), dont elle ne comprit le sens, dit-elle, qu’en voyant la tempête sur Altyn-Kël’ (dans le livre n’est pas mentionnée la source, « Le pèlerinage de Lord Byron »).

Tonnerre au firmament
Emplissant tout : défilés, gouffres, escarpements
Aux monts, comme au ciel donnant langue vivante, Dissidente, impétueuse et puissante…

33Lucy découvre ainsi ce que montagne signifie chez Byron dans un de ces beaux endroits de l’Altaï escarpé, traditionnellement comparé dans la littérature aux Alpes, mais elle ne continue pas la citation :

  • 36 En russe : D. G. Bajron, Palomničestvo Čajl’d Garol’da/per. s angl.V. Levika, Moskva, Èksmo, 2014, (...)

Les Alpes sont enchantées en ce moment terrible
Et Jura dans la nuit dans le brouillard leur hurla sa réponse. Quelle nuit36 !

34 Lucy qualifie les habitants de la taïga de la région du lac Teletskoe « de gens au cœur simple » (simple-hearted people), « très pauvres » (so very poor), car ils devaient payer leur tribut à deux empereurs, le chinois et le russe ; entièrement dépendants de la chasse, « exceptionnellement bienveillants » (extremely good-natured), les hommes ont l’air « sauvage », sont « demi-nus » (wild-looking fellows, half naked), le corps « sale » (greasy), « musclé » (muscular), « puissant » (brawny), « presque noir à force d’être exposé au vent et au soleil » (nearly black from exposure to the air and sun) ; leurs cheveux sont attachés en queue de cheval (pigtails) comme ceux des Chinois, l’expression de leur visage est « austère » (fierce) et le devient encore plus lors d’une discussion. Par exemple, les Kalmouks commencent à se disputer à cause de quelques rubans et d’un morceau de soie que Lucy a offert à ceux qui l’accompagnaient. Ils nouent ces rubans rouges à leur cou. « C’était véritablement saugrenu de voir ces hommes grands et forts retirer du plaisir de choses qui chez nous n’auraient ravi qu’un enfant. Et cependant je ne sais si cela vaut la peine de regarder cela avec mépris ; dans un pays civilisé il y a tellement d’hommes qui s’apprêtent avec fierté pour paraître beaux et ces simples créatures (simple creatures) faisaient la même chose mais plus grossièrement ! » (p. 68).

35Quand Lucy tire sur un écureuil (c’est la première fois de sa vie), un Kalmouk lui donne une tape sur l’épaule en signe d’admiration et lui demande l’autorisation de manger cet écureuil : elle est d’accord à condition que la peau lui revienne. Elle remarque que « ces gens ne semblent pas accorder d’importance à ce qu’ils mangent ; « quand Mister Atkinson tua un lynx, ils le mangèrent également » (These people seem not to care what they eat ; whenever Mr. Atkinson shot a lynx, they always consumed it, p. 67). Au cours de ce voyage dans l’Altaï, il y eut des jours où la faim faisait manger des corbeaux.

36Lucy se montra prête à tirer même sur un ours, quand l’un d’eux entra dans le camp pendant la nuit. L’incident avec l’écureuil l’avait tellement enthousiasmée qu’elle ne remarqua pas, selon ses propres mots, l’ineptie de cette pensée. Son fusil était près d’elle au cas où l’ours reviendrait mais le « miracle » ne se reproduisit pas. Le Kalmouk resté au camp était stupéfait qu’elle s’apprête à tenir tête à un ours (p. 67-68).

37 Dans les lettres, on retrouve le thème du chamanisme, traditionnel pour un récit de voyage dans l’Altaï aux xviiie et xixe siècles. Dans un village de haute montagne, il y eut un rite de sacrifice, tout était prêt pour le début du « festin » et de « l’allégresse », auquel Atkinson mit fin après avoir réalisé un portrait du chamane (priest). Devant l’effroi du chamane, Lucy écrit : « Avant notre départ, le vieillard a soulevé son tambour, et en frappant avec force dessus, prononça une prière qui, selon ses mots, devait nous permettre de rentrer indemnes chez nous… Le malheureux eut très peur quand son portrait fut fait, pensant que M. Atkinson aurait maintenant toujours du pouvoir sur lui. » (p. 80).

38Le deuxième voyage dans les montagnes depuis Barnaoul supposait la visite du mont Belukha, le point culminant de l’Altaï russe. Lucy et ses compagnons admirèrent uniquement de loin la beauté de ce mont, il ne leur fut pas donné de s’approcher, Mister Atkinson ayant pris la décision de ne pas prendre de risque. Mais l’audacieuse voyageuse écrit qu’elle tenterait bien l’ascension, décidée à provoquer l’admiration de son mari.

39Les rencontres dans les contreforts du Belukha intéressèrent beaucoup la voyageuse, du fait du contraste qu’elle remarque entre le développement de la population locale et celui de celle de la taïga autour du lac Teletskoe. Une précision : les uns et les autres avaient le statut de non-Russes de Russie, mais les collines de la rivière Koksa et de la Katuna supérieure depuis le xviiie siècle étaient les lieux de vie des vieux-croyants kerjaki. Lucy, par ses affirmations, suscita beaucoup d’intérêt chez les jeunes filles et les femmes locales ; « Jamais des femmes d’autres endroits n’étaient venues les voir et elles n’avaient aucune idée de ce qu’était une Anglaise » (they had never had a visit from one of their countrywomen, but an Englishwoman was an object they had no conception of, p. 77). Elle fut littéralement assaillie de questions qui aurait pu remplir plusieurs tomes. Ce qui dominait était l’intérêt porté à la personne de l’empereur russe.

40Il y eut des questions sur la famille du tsar, sur les princesses. Lucy tira la conclusion suivante : ce « peuple simple mais bienveillant » (simple-minded but kind-hearted people) se représente la famille de l’empereur comme « quelque chose de divin » (something divine, p. 77). L’envie de connaître le mode de vie des habitants de cet espace de haute montagne (dans lequel est traditionnellement localisé le mythe Biélovodié) s’amplifie dans la représentation de cet endroit comme d’un pays dans le pays : ici se trouvent les territoires imaginaires Ujmonija et Katunija.

  • 37 J. D. Cochrane, Narrative of a pedestrian journey through Russian and Siberian Tartary : from the f (...)
  • 38 Ibid., p. VI

41En analysant les lettres de Lucy Atkinson, nous en arrivons à penser qu’elle avait pour objectif de présenter au lecteur son voyage comme unique, presque inimitable. Remarquons que John Cochrane, trente ans auparavant, avait traversé l’Empire russe de Saint-Pétersbourg au Kamtchatka puis était revenu à Saint-Pétersbourg ; il espérait, lui, que son livre serait « utile aux voyageurs qui ont besoin de leçons » (useful, and travellers, necesssary lesson)37 ; parmi d’autres facteurs attrayants propres à disposer à une visite « ignorante et non civilisée » de la Russie, où vivent « les gens les plus hospitaliers et les plus amicaux », il citait le facteur économique, important pour un voyageur européen, c’est-à-dire la possibilité de prévoir pour le voyage une somme misérable : « mes dépenses pour le voyage de Moscou à Irkoutsk étaient de moins d’une guinée (the expenses of my journey from Moscow to Irkutsk certainly fell short or a guinea)38.

42Après avoir présenté son voyage comme une expérience de vie fascinante, unique et inimitable dans une région belle mais sauvage, Lucy insiste : seule une femme avec un courage particulier peut avoir une telle démarche : elle doit être prête à s’adapter à l’inconfort quotidien dans un monde non civilisé où l’existence d’un homme ressemble davantage à celle « d’un animal ».

  • 39 A. Cross, In the Land of the Romanovs : An Annotated Bibliography of First-hand English-language Ac (...)

43La présentation par les époux anglais des détails culturels et ethnographiques et de leurs émotions personnelles telles que ressenties pendant leur voyage en Sibérie et dans les territoires adjacents, ont sans nul doute conforté les représentations d’époque de la Sibérie comme territoire de glaces éternelles, d’intelligentsia exilée et de nomades sauvages. Selon les mots d’E. Cross « le triangle inévitable » (unavoidable) formé dans les esprits européens — la Sibérie, les neiges éternelles, les exilés39 — était posé comme le fondement géographique et culturel de la représentation de l’espace sibérien par les voyageurs, à la curiosité exploratrice l’emportant sur les possibles dangers du wild space.

44À la différence de son mari-peintre, Lucy Atkinson endosse le rôle d’artiste littéraire et remplit son livre de couleurs vives et d’éclats de contes de fées. Les recours d’expression implicites et explicites abondent, notamment dans la partie du livre consacrée à l’été passé dans les montagnes de l’Altaï. Lucy conclut que les esquisses des paysages du lac Teletskoe qu’elle regarde après son retour la plongent dans les souvenirs « d’un conte joyeux et des dangers auxquels il a fallu échapper » (Even now, as I glance at the sketches, each one has a tale to tell of joy, or dangers escaped, p. 71). Miss Atkinson se présente dans son livre comme l’héroïne d’une aventure pleine de dangers et de difficultés ; de temps en temps, sa vie tient à un fil, et seul un miracle et ses extraordinaires capacités l’aident à éviter une fin dangereuse et à continuer le voyage dans une Sibérie encore extraordinaire, sauvage jusqu’à l’exotisme pour une Anglaise.

Notes

1 I. Zavaličin, Opisanie zapadnoj Sibiri, Moskva, 1862, p. 1.

2 А.М. Маloletko, Geografičeskaja onomastika, 2-е izd. Tomsk, Izd-vо ТGU, 2001, p. 56.

3 Encyclopedia Britannica, vol. 3., 1771, p. 887.

4 Ibid., vol. 10, 1997, p. 776.

5 Thomas W. Atkinson, Oriental and Western Siberia. A Narrative of seven years explorations and adventures in Siberia, Mongolia, the Kirgiz Steppes, Chinese Tartary and Part of the Central Asia, with a map and numerous illustrations. London, 1858. 611 p. – Lucy Atkinson, Recollections of the Tartar Steppes and Their Inhabitants. London, J. Murrаy, 1863, 356 p.

6 Cross A. Russia through the Eyes of Foreigners http://www.brill.com/sites/default/files/ftp/downloads/32011_Titlelist.pdf

7 E.A. Kulakova, « Sočinenija britancev o putešestvijah v Rossiju vtoroj četverti 19 veka », in Dialog s vremenem. 2012, Vyp. 39, p. 79-93.

8 V. Vedernikov, « V sedle i na balu », in Altaj, 2012, no 2, p. 124-137.

9 Ibid., p. 131-137.

10 Lucy Atkinson, Vospominanija o Tatarskih stepjah : pis’ma iz Barnaul / per.s.angl. N.C. Volkova, Barnaul, 2013. 160 p.

11 Nick Fielding, South to the Great Steppe : the travels of Thomas and Lucy Atkinson in Eastern Kazakhstan, 1847-1852, London, First, 2015, 160 p.

12 V. Proskurin, « Томаs Атkinson v Kazahstane », in Prostor 2014, no 1. [Èlektronnij resurc] URL : http://www.centrasia.ru/newsA.php?st=1392758280(consulté le 20 septembre 2017).

13 Ènciklopedičeskij slovar’. Т.2. (Аrago-Аutka), Sankt Peterburg, F. А. Brokgauz, I. А. Еfron. 1890, p. 424.

14 N.A. Еrofeev, Тumannij Al’bion. Аnglija i anglčane glazami russkih. 1825-1853, Мoskva, Nauka, 1982. p. 304-310.

15 « Atkinsona putešestvie po Vostočnoj Sibiri », in Irkutskie gubernskie vedomosti, 1858, no 18, p. 8.

16 А.А. Orlov, « Teper’vižu vblizi… » : Britanija i britancy v predstavlenijah rossijan o mire i o sebe (vtoraja pol. 18 – pervaja pol. 19 vv.), Očerki, Мoskva, « Giperboreja », « Kučkovo pole », 2008. p. 67-74.

17 Dioneo (I.V. Šklovskij), Anglijskie siluèty, Sankt Peterburg, red. Žurn, « Russkoe bogastvo », 1905, p. 36-67.

18 V. Tekkerej, « Anglijskie turisti/per A. Butanov », in Otečectvennye zapiski, 1851, no 6, Otd VIII, p. 127.

19 « Atkinsona putešestvie po Vostočnoj Sibiri », art. cit, p. 9.

20 B.V. Struve, Vospominanija o Sibiri : 1848-1854 gg., Sankt-Peterburg.

21 « Atkinsona putešestvie », art. cit., p. 8

22 P.A. Tchikhatchov, Voyage scientifique dans l’Altaï oriental et les parties adjacentes de la frontière de Chine, fait par ordre de S.M. l’empereur de Russie, Paris, Gide, 1845.

23 « Atkinsona putešestvie », art. cit., p. 8-9.

24 K. Ritter, Zemlevedenie Azij T. 4. Dopolnenie k.t. 3 : Altajcko-sajanskaja gornaja sistema v predelah Russkoj imperii i po kitajskoj granice po nobejšim svedenijam 1832-1876 goda / sost. P.P. Semenov i G.N. Potanin, Sankt Peterburg, Tip.V.Bezobrazova i K, 1877, p. 8.

25 Putešestvie po Sibiri i prilegajuščim k nej stranam Central’noj Azii : po opisanijam T.U.Atkinsona, A.T. Fon-Middendorfa, G. Radde i dr./ Sost. A. Fon-Étcel’i G. Vagner/ Per. s nemeckogo N. Deppiša, Sankt Peterburg, M.O. Vol’f, 1865, p. 1.

26 Ibid., p. 4-5.

27 L. Poltorackaja, « Poezdka po kitajskoj granice ot Altaja do Tarbagataja », in Russkij Vestnik., 1871, t. 93, p. 580-661.

28 Putešestvie po Sibiri…, op. cit., p. 153.

29 Ibid., p. 154.

30 Lucy Atkinson, Recollection of the Tartar Steppes and Their Inhabitants, Taylor & Francis, 1972, 351 p.

31 Lucy Atkinson, Recollections of the Tartar Steppes and Their Inhabitants, London, J. Murrаy, 1863, p. 151.

32 O.U. Solodjankina, « Inostrannye nastavniki v dvorjanskom vospitanii v Rossii (vtoraja polovina XVIII-pervaja polovina XIXv) », dissertacija-doktora istoričeskih nayk, 07.00.02., Moskva, 2008, p. 374.

33 A.I. Makarova-Mirskaja, Altajskie rasskazy, Har’kov, Mirnjj trud., 1912, 211 p.

34 O.U. Solodjankina, « Inostrannye nastavniki v dvorjanskom vospitanii v Rossii… », op. cit.

35 T. W. Atkinson, Travels in the regions of the upper and lower Amoor, and the Russian acquisitions on the confines of India and China : with adventures among the mountain Kirghis, and the Manjours, Manyargs, Tougouz, Tousemtz, Goldi, and Gelyaks : the hunting and pastoral tribes ; with a map and numerous illustrations. London, Hurst and Blackett, 1860, p. 81-82.

36 En russe : D. G. Bajron, Palomničestvo Čajl’d Garol’da/per. s angl.V. Levika, Moskva, Èksmo, 2014, p. 132

37 J. D. Cochrane, Narrative of a pedestrian journey through Russian and Siberian Tartary : from the frontiers of China to the frozen sea and Kamtchatka : performed during the years 1820, 1821, 1822, and 1823, vol. 1, 3d edition. London, 1825. p. 409.

38 Ibid., p. VI

39 A. Cross, In the Land of the Romanovs : An Annotated Bibliography of First-hand English-language Accounts of the Russian Empire (1613-1917). Cambridge, UK : Open Book Publishers, 2014. http://dx.doi.org/10.11647/OBP.0042. p. 46.

Auteurs

Maître de conférence à l’université de Gorno-Altaïsk, Russie.

Maître de conférence à l’université de Gorno-Altaïsk, Russie.

Marie-Christine Chantegreil (Traducteur)

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search