Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Quatrième partie. Une science de la Sibérie : savants et voyageurs

16. « … S’est illustré par nombre de découvertes »

Histoire des expéditions du scientifique français Eugène Louis Melchior Patrin dans l’Altaï

Larissa Moukaeva
Traduction de Olessia Koudriavtseva-Velmans

Texte intégral

  • 4 Pismo k Pallasu ot Patrena o putešestvii ego po severo-zapadnoj časti Altajskih gor v Sibiri iz Bar (...)
  • 5 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Èlektronnaja biblioteka « Naučnoe nasledie Sibiri, Ed (...)
  • 6 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Inostrannye členy Rossijskoj Akademii nauk XVII-XXI v (...)

1L’un des chercheurs les plus remarquables à avoir travaillé au xviiie siècle sur les richesses naturelles de l’Altaï est le scientifique naturaliste et éminent géologue minéralogiste Eugène Louis Melchior Patrin. Il est né le 3 avril 1742 et mort le 15 décembre 1815. D’après un biographe qui publia en 1824 une vie du chercheur, Patrin voit le jour à Lyon dans une famille aisée, et malgré le souhait de ses parents qui envisageaient pour leur fils une formation juridique et une carrière de fonctionnaire, il se lance dans des études de sciences physiques et d’histoire naturelle4. Après la fin de ses études à Paris, le futur scientifique part pour l’étranger afin de compléter ses connaissances et d’établir sa propre vision scientifique de naturaliste. Mais, d’après la notice biographique rédigée par E.L. Minina pour le site de la bibliothèque en ligne Héritage scientifique de la Russie (Naučnoe nasledie Rossii), Eugène Louis Melchior Patrin est né à Mornand près de Lyon dans une famille de notaires. Cédant au désir de ses parents, Patrin réussit sa formation juridique et s’installe comme avocat auprès du Parlement de Paris — la plus haute instance juridique de l’époque5. La carrière d’avocat, écrit E.L. Minina, attirait peu Patrin qui depuis sa jeunesse était intéressé par les sciences naturelles. À Paris, il fréquentait le jardin botanique royal, étudiait les collections et les travaux des naturalistes6. C’est alors qu’il se passe un grand changement dans sa vie et qu’il décide, sans retour, de se consacrer aux sciences naturelles et part pour l’étranger.

  • 7 Pismo k Pallasu ot Patrena…, op. cit., p. 229.
  • 8 Ibid., p. 232.
  • 9 Ibid., p. 229 ; N. N Shijan, L.V. Zav’jalova, O.M. Optasjuk Gerbarij Žana Èmmanuèlja Žilibera, Kiev (...)
  • 10 Ibid., p. 13.

2Patrin a voyagé en Allemagne, en Autriche et dans les pays de l’Europe de l’Est : Bohême, Hongrie, Pologne7. C’était un homme humble, modeste et ouvert, ce qui l’aidait à se faire de nombreux amis qui l’épaulaient dans les diverses étapes de sa vie8. En Pologne, il rencontre son compatriote, le scientifique de Lyon Jean-Emmanuel Gilibert qui travaillait sous contrat, d’abord pour l’École royale de médecine de la ville de Grodno de 1775 à 1777 et ensuite à partir de 1781 comme professeur de sciences naturelles et de botanique à l’École principale de la principauté de Lituanie à Vilno9. Malheureusement, la date de la rencontre de ces deux célèbres scientifiques lyonnais reste inconnue. Nous pouvons dater cet événement approximativement à 1779. Gilibert, à cette époque, était déjà un scientifique reconnu qui avait des relations solides avec l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Il correspondait avec les académiciens russes : Peter Simon Pallas, Ivan Ivanovitch Lepehin, Johann Anton Güldenstädt et recevait de Saint-Pétersbourg des plantes pour le jardin botanique de l’École royale de médecine. À son tour, Gilibert envoya les manuscrits de ses travaux scientifiques sur le monde minéral et végétal de la Biélorussie ; l’un d’eux a été publié en 1780 dans les Nouvelles académiques10.

  • 11 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 230.

3 Patrin, désireux de poursuivre son voyage vers l’Est pour recueillir des données sur l’histoire naturelle, obtint par le truchement de Gilibert des lettres de recommandation pour l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Dans la capitale de la Russie, Patrin fut très chaleureusement accueilli par les académiciens pétersbourgeois, surtout par Pallas, l’éminent naturaliste et grand connaisseur de la Sibérie et de l’Altaï11. En 1779, Patrin fut élu membre correspondant de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Probablement attiré par les récits de Pallas sur le grand potentiel d’explorations scientifiques et les richesses naturelles inépuisables de la région sibérienne, Patrin prend la décision d’effectuer un grand voyage en Sibérie pour comprendre divers problèmes des sciences naturelles. Soutenu par l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, et avant tout par Pallas, le naturaliste français reçut la permission officielle et les moyens nécessaires pour son exploration de la Sibérie. De cette expédition, il rapporta pour l’Académie des collections de minéraux, minerais, plantes, fossiles, autrement dit de ce qui présentait un intérêt pour la recherche en sciences naturelles.

  • 12 Ibid.
  • 13 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Inostrannye členy Rossijskoj Akademii nauk XVII-XXI v (...)

4Ainsi, Patrin est le premier naturaliste français à avoir visité la Sibérie et jeté les bases des relations scientifiques franco-russes dans le domaine de l’étude des richesses naturelles de la plus intéressante de toutes les régions sibériennes, l’Altaï. Il débute son voyage en 1780, accompagné d’un officier assistant. L’expédition durera huit ans, au cours desquels il aura exploré l’Altaï, la région du lac Baïkal et rassemblé de grandes collections de minéraux et de plantes. Au cours de son voyage en ces terres sibériennes peu amènes, il perdit sa santé et, à la fin de 1787, s’en retourna à Saint-Pétersbourg. Il remit une grande partie de sa collection à l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg et à Pallas en personne12. (À cause de cette collection, il eût un différend avec Pallas : Patrin trouvait que l’académicien s’était approprié les meilleurs exemplaires de minéraux et de plantes que le Français lui avait envoyés depuis la Sibérie13.)

  • 14 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 230.
  • 15 E.L. Minina, op. cit., p. 34.
  • 16 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 231.

5 Finalement, en 1788 ou en 1789, après dix ans d’absence, Patrin s’en retourne en France et s’établit à Paris14. Dans ces années-là, la France tombe sous l’emprise de la Révolution, la société ne s’intéresse guère à la science, et quand Patrin propose à la direction du Museum d’histoire naturelle sa collection de minerais et de minéraux, il essuye un refus. Ce refus ne s’explique pas par l’absence de moyens, mais plutôt par le trop grand volume des pièces de la collection, qui pesait près de deux tonnes15. Patrin ne participa pas au mouvement révolutionnaire, comme l’a remarqué son biographe ; il « évitait la révolution », mais les habitants de sa ville natale de Lyon le choisirent pour député à la Convention. Sa seule action — tièdement — révolutionnaire est d’avoir voté la destitution de Louis XVI. Se retrouvant sur les listes de proscrits sous la Terreur, il dut se cacher de la justice révolutionnaire16.

6Après la Révolution, pendant quelques années, il travailla comme inspecteur dans la fabrique d’armes de Saint-Étienne. En 1804, il fut nommé directeur de la bibliothèque du Conseil des mines auprès du ministère de l’Intérieur. Il tint ce poste pratiquement jusqu’à la fin de sa vie et légua sa riche collection minéralogique à l’école des Mines.

  • 17 E.L. Minina, op. cit., p. 35.
  • 18 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 232.

7Toujours très actif, Patrin continua ses recherches et publications17. Ressentant une dégradation de son état de santé, il retourna pour peu de temps dans sa petite patrie près de Lyon — Saint-Vallier-sur-Rhône, où il mourut le 15 décembre 181518.

  • 19 E. L. Minina, op. cit., p. 34 ; Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 232.

8Pour ses mérites scientifiques, il fut élu, comme nous l’avons mentionné plus haut, membre correspondant de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, correspondant de l’Institut national des sciences et des arts dans la section Histoire naturelle et minéralogie, membre de la Société parisienne d’agriculture et d’autres organismes scientifiques19. Il a formulé des théories et des hypothèses qui furent très célèbres dans le monde scientifique européen de la fin du xviiie et du xixe siècles, concernant les origines des montagnes, des minéraux, des minerais et des volcans.

9Ses écrits, fondés sur ses travaux de terrain, furent publiés dans la Revue de physique, dans les Chroniques d’études des minerais de la Bibliothèque Britannique, dans le Nouveau dictionnaire de l’histoire naturelle. En 1800-1801, paraît en France son ouvrage en cinq volumes intitulé Histoire naturelle des minéraux, contenant leur description, celle de leur gîte, la théorie de leur formation, leurs rapports avec la géologie ou histoire de la Terre, le détail de leurs propriétés et leurs usages, leur analyse chimique, etc., accompagné d’une quarantaine de tableaux. L’ouvrage inclut un dictionnaire des termes minéralogiques et chimiques, les descriptions des roches et des minéraux comprenant leurs caractéristiques et les informations sur leurs analyses chimiques, ainsi que sur leur utilisation pratique ; s’y trouvent aussi des descriptifs des caractéristiques des métaux et de leurs minerais, ainsi que de leurs emplacements. L’ouvrage intègre également des théories sur les origines des volcans et sur la formation des minéraux et des roches.

10Malheureusement, en quasi-totalité, les travaux de Patrin publiés en français et en allemand sont restés pour ainsi dire inconnus des lecteurs russes, et cela complique beaucoup l’appréciation de l’héritage scientifique de ce naturaliste français en Russie. Son unique texte publié en russe, Pismo k Pallasu ot Patrena o putešestvii ego po severo-zapadnoj časti Altajskih gor v Sibiri iz Barnaula 10 fevralja 1782 g. (« Lettre de Patrin à Pallas sur son voyage dans la partie nord-ouest des montagnes de l’Altaï en Sibérie. Depuis Barnaoul, le 10 février 1782 ») a été publié par l’historien et éditeur sibérien G.I. Spasskij dans la revue Messager sibérien (Sibirskij vestnik) en 1825.

  • 20 Pismo k Pallasu, op. cit., p. 233.
  • 21 Ibid., p. 229-290.

11Il s’agit de la traduction par un conseiller auprès de la cour, S.S. Petrov, qui vivait à Barnaoul, d’un original français intitulé Relation d’un voyage aux monts d’Altaïce en Sibérie, fait en 1781 — publié par Pallas, ce travail faisant office de rapport sur l’expédition dans la partie ouest de l’Altaï en 178120. La Relation… compte 40 pages, alors que la version russe, qui comprend une succincte présentation biographique de Patrin, placée dans les commentaires, compte 61 pages21.

  • 22 E.L. Minina, op. cit., p. 236.

12Pismo k Pallasu… reproduit fidèlement en russe un texte original rédigé dans une langue vive et littéraire. Il y a beaucoup de descriptions expressives de la nature, du monde végétal, des guides et des habitants de la région, comme les cosaques, les ouvriers des mines ; il y a des observations fines de scientifique, des parallèles pittoresques, des définitions précises des objets étudiés qui offrent une caractérisation d’ensemble des plus vivantes. Dans la narration, l’exactitude des observations ciblant des phénomènes de la nature de cette région montagneuse s’allie à une très grande imagination. Il y a aussi les marques d’une fine ironie, des moqueries fréquentes, y compris de l’auteur sur lui-même. Le texte atteste que Patrin, de caractère plutôt bon et gentil, était une personne optimiste. Son credo, qui stimulait sa persévérance dans son travail, était : « Tous mes échecs servent pour mon bien ; je ne m’en décourage pas, mais j’éprouve encore plus d’enthousiasme22 ».

13 Pismo k Pallasu… a une grande valeur historique. Dans plusieurs parties de l’ouest de l’Altaï, Patrin est le premier et souvent l’unique scientifique étranger à avoir fait incursion. Il décrit des phénomènes naturels qui par la suite ont disparu ; son œuvre permet notamment de préciser des faits importants dans l’histoire des mines de l’Altaï.

14L’itinéraire du voyage commence à Barnaoul à l’été 1781 ; Patrin est passé par les lieux suivants : Zmeïnogorsk — les monts de Kolyvan’ — la crête de Tiguirek. La lettre le précise, s’agissant de certains des lieux parcourus, il n’a pas disposé du temps suffisant pour les étudier en détail. Patrin était accompagné par des guides, ses fidèles « drabants », notamment un soldat sibérien, étudiant en médecine, qui suivait le scientifique français dans tous ses voyages et qui devint son camarade.

  • 23 Pismo k Pallasu, op. cit., p. 238.
  • 24 Ibid., p. 239.

15En sortant de Barnaoul par la route de Zmeïnogorsk, le naturaliste s’est tout de suite intéressé à la rive gauche de l’Ob ; elle se présente comme un haut ravin abrupt. Une fois calmée une forte pluie, Patrin grimpe sur cette haute côte afin de bien l’étudier23. À l’observation, il conclut que cette falaise est composée de roches poreuses divisées en couches régulières et parallèles d’une hauteur de deux à trois pouces, se distinguant les unes des autres par leur couleur24. Ces couches donnaient à penser que la rive gauche de l’Ob’, à cette hauteur, avait été formée par l’eau, à l’époque où il y avait ici une mer ancienne.

  • 25 Ibid., p. 240.
  • 26 Ibid., p. 241.
  • 27 Ibid., p. 242-243.
  • 28 Ibid., p. 244-245.

16En poursuivant par la voie de Zmeïnogorsk dans la direction du sud, il traverse une vaste plaine couverte de nombreux terrains salifères25. Il y avait tant de sel qu’il suppose que ses particules faisaient partie de la composition des roches de granit. Il émet même l’hypothèse selon laquelle de nombreuses steppes et terrains salins de la Sibérie sont des vestiges d’anciennes chaînes de granit. Progressivement, la steppe serait devenue un territoire vallonné. Il remarque de nombreuses collines, en pente côté nord et escarpées côté sud26. D’abord, il se figure que les collines sont constituées d’une matière poreuse comme le ravin de l’Ob, mais ensuite il constate qu’elles sont en schiste. Les autres emplacements rocheux étaient constitués de calcaires. À travers les collines de schiste et de calcaire, Patrin gagne Zmeïnogorsk, qui se trouve dans une combe entourée de monts pas très hauts de schiste et de calcaire. Le plus haut d’entre eux s’appelle Karaoulnaïa ; Patrin se livre à une inspection méticuleuse. Le chercheur remarque l’escarpement de ses côtés est et ouest. Le constituant principal de ces monts est le schiste rouge-brun avec des inclusions de petits cubes de pyrite qui se divisent en parallélépipèdes27. Sur le côté est du mont Karaoulnaïa, il rencontre un phénomène étrange : un grand tas de colonnes de pierre, d’une longueur de quatre à cinq pieds, cassées dans certains endroits de telle façon qu’elles semblaient être des pierres à affûter. Ces colonnes de forme pentagonale d’un diamètre de cinq à six pouces pouces, semblent n’avoir que quatre côtés : le cinquième est beaucoup plus petit. Par leur composition, ces colonnes apparaissent être de la même roche que le mont, c’est-à-dire composées de schiste rougeâtre avec des inclusions de pyrite. Sur le côté ouest du mont Karaoulnaïa, Patrin tombe sur un même amas de colonnes en pierre, couchées horizontalement dans la direction nord-ouest-sud-ouest à la même distance du sommet de la montagne, elles faisaient de dix à douze sagènes [une sagène est égale à 2,13 mètres] de longueur et pas plus de trois sagènes de hauteur. D’après le chercheur, ce tas de colonnes est « encore plus merveilleux que l’autre »28.

  • 29 Ibid., p. 247, 250.
  • 30 Ibid., p. 247.
  • 31 Ibid., p. 248-249.

17De Zmeïnogorsk, Patrin se dirige vers les montagnes de la chaîne de l’Altaï (et plus précisément de Kolyvan’), situées à peu près à 80 verstes de Zmeïnogorsk [une verste est égale à 1,06 km]. Il est accompagné de cinq guides. Déjà à la moitié du chemin, le voyageur aperçoit le plus haut sommet de la chaîne de Kolyvan’ — le mont Sinukha, qu’il désigne comme contrefort de l’Altaï. « Sinukha, écrivait-il, est le promontoire le plus éloigné de l’ouest de la chaîne altaïenne et il se relie avec elle par une suite de rochers et de défilés qui font les contreforts de l’Altaï et vont dans la direction ouest29. » Patrin évalue la hauteur du mont à 2587 pieds30. Naturellement, le scientifique qu’il est ne peut pas passer à côté de ce mont remarquable. Il effectue l’ascension du Sinukha, qui se révèle une entreprise difficile. L’ascension sur les rochers abrupts et les rocs dure plusieurs heures. Arrivé au sommet, Patrin observe deux pointes en pierre. En montant avec beaucoup de peine sur la plus haute des deux, il découvre avec étonnement une énorme croix en bois, couchée par terre et faisant huit pieds de hauteur et la taille d’un homme en largeur. Les guides qui l’accompagnent lui expliquent que la croix sur le Sinukha est apparue il y a quarante ans, à l’époque des Dimidov. Le voyageur s’étonne qu’on ait pu monter une croix aussi grande et lourde sur les rochers et à une telle hauteur. De toute évidence, la croix a dû à l’origine être d’une façon ou d’une autre fixée sur la pointe en pierre [on note donc que dans les temps de Patrin cette croix était déjà tombée]. De la hauteur de la pointe, le chercheur étudie attentivement la structure de l’autre pointe ; elle a la forme d’une pyramide divisée en grosses plaques qui s’élargissent vers la base de la pyramide. Et comme Patrin le remarque, les hautes plaques « couvraient celles qui sont basses, comme des tuiles »31.

  • 32 Ibid., p. 251.
  • 33 Ibid., p. 253.

18 En ce qui concerne la structure géologique du mont, il note que le Sinukha est composé de deux types de granits : des granits de gros grains composés de feldspath et de mica d’un pouce de taille, qui se désagrègent facilement, et comportent, d’après les conclusions du scientifique, des particules de sel qui favorisent une décomposition plus rapide, ainsi que du granit rougeâtre d’un grain fin qui est plus solide et qu’on rencontre plus rarement32. Au pied du mont Sinukha, un « magnifique » lac rond avec une île « charmante » au milieu attire l’attention de Patrin. Il suppose que le lac Béloé s’est formé dans un cratère de volcan, et que l’île située au milieu du lac est le sommet d’une nouvelle montagne33.

  • 34 Ibid., p. 254-256.
  • 35 Ibid., p. 257.

19Patrin s’arrêta dans le village de Kolyvanskaïa, où on lui servit une soupe de brochets et de perches « de grandeur incroyable » qui avaient été pêchés dans le lac Béloé. Du village de Kolyvanskaïa, le chemin du voyageur passait par la chaîne de Tiguirek sur une quarantaine de verstes. D’abord, les voyageurs avancèrent entre les montagnes, puis par la côte étroite de quinze verstes de long de la rivière Ouskoutchevka qu’ils traversent quarante fois34. Dans les dépôts présents sur les rives de l’Ouskoutchevka, le naturaliste trouve des fossiles anciens. Enfin, les voyageurs atteignent le village de Tchesnokovka sis au pied des monts de Tiguirek, que le naturaliste français désigne comme « les grandes montagnes », car ils lui ont fait une grande impression35. D’ici, la voie passe sur la rivière Tiguirek par une route très mauvaise ; l’expédition avec beaucoup de peine avance tantôt à pied à travers un fourré impénétrable, tantôt à travers des rochers abrupts.

  • 36 Ibid., p. 258.
  • 37 Ibid., p. 259.

20Patrin a eu l’impression que les monts de Tiguirek étaient très hauts. Ces paysages montagneux l’ont vraiment impressionné. Il écrit : « Difficile d’imaginer quelque chose d’aussi triste et d’aussi terrible. » Quand il avance entre les débris de roches, il fixe du regard « les sommets d’une hauteur terrifiante, coupés jusqu’à leur pied ». Dans les roches de granit découpées, il imagine des murs anciens et des tours de guet. Les énormes tas de grandes pierres rondes lui semblent être les restes de constructions faites par des géants36. Au pied du mont Rossypnaïa, il fait la remarque que « ces rochers étaient jadis couverts de forêts détruites par des incendies » ; « de ces forêts, il restait les arbres, qui dans leur majorité étaient calcinés et se trouvaient couchés par terre ». L’entassement des arbes secs blanchis par le temps avec leurs branches écartées donnait l’impression de gigantesques tas d’ossements de géants dispersés par terre. La forte imagination du scientifique lui fait dire que si quelqu’un après un long sommeil se réveillait dans cet endroit, « il aurait pu penser qu’il avait vécu les funérailles du monde entier37 ».

  • 38 Ibid., p. 263.

21Dans les monts de Tiguirek, Patrin passe quatre jours à observer scrupuleusement les éboulements gigantesques de pierres. Les voyageurs ont établi leur camp sur une grande hauteur, car de là, il est plus facile d’accéder aux neiges éternelles qui couvrent les sommets des montagnes. Le camp a été placé près d’un grand rocher de granit composé de plaques horizontales d’une longueur de deux à trois pieds et d’une largeur de trois à quatre pouces pourvues d’extrémités arrondies. Ce rocher évoque à Patrin une grande pile de coussins plats et larges. « Les coussins en granit ne sont pas aussi moelleux et tendres que ceux en duvet », écrit-il — « je peux en témoigner38 ».

  • 39 Ibid., p. 261, 265.
  • 40 Ibid., p. 261.

22Au deuxième jour de son séjour dans la chaîne de Tiguirek, le naturaliste fait l’ascension du mont Rossypnaïa, aussi appelé Rossypnoï kamen’[littéralement « la pierre dispersée »]. Ce mont, d’après les descriptions de Patrin, est fait d’un grand tas de fragments de roches montant « jusqu’au ciel ». La plus grande partie des plaques de granit est en forme de losange d’une longueur de cinq à six pieds et d’une largeur de trois à quatre pieds. Certaines d’entre elles atteignaient quarante, voire cinquante pieds de long39. Ces entassements de pierres gigantesques sont habituellement appelés kouroum [du vieux-turcique gorum — « entassements de pierres »]. Ces kouroum apparaisssent constitués de deux types de granit. Le premier, qu’on trouve le plus souvent, est à gros grain et est composé de feldspath et de mica, alors que le deuxième est solide et de couleur gris foncé. Le granit à petit grain rappelle au scientifique celui qui était extrait dans les alentours de Lyon pour la fabrication des poêles40.

  • 41 Ibid., p. 264.

23Au milieu des débris du kouroum, Patrin découvre un gisement de béryls et d’aigues-marines. Pour être exact, l’ingénieur des mines Philipp Ridder avait déjà identifié ce gisement de pierres précieuses : il avait déjà visité la chaîne de Tiguirek à la tête d’expéditions d’extraction des cristaux et des béryls. Mais Patrin, ayant décrit sa découverte en détail, y a gagné d’être considéré dans le monde scientifique comme le premier à avoir fait cette découverte. Il décrit les béryls de Tiguirek et les aigues-marines comme « des tringles larges de quartz cristallisé de couleur aigue-marine ». « Les cristaux d’une couleur verdâtre et bleuâtre », écrit-il, « se trouvent dans des morceaux de quartz de la couleur de la carnation et du quartz fissuré41 ».

  • 42 Ibid.

24Les guides qui accompagnaient Patrin récupèrent cent pouds [un poud = 16,38 kg] de quartz, mais il n’y a pas un seul cristal pur. Ridder avait réussi à trouver un bloc de quartz comportant un grand cristal de roche, approximativement de la taille d’un pied et de bonne qualité ; ce bloc avait été transmis au minéralogiste Hans Michael Renovantz qui, à son tour, en avait cédé au naturaliste français « un petit morceau42 ».

  • 43 Ibid., p. 262.
  • 44 Ibid.

25Dans un bloc de granit, Patrin a découvert des particules blanchâtres, grandes comme la main et qui comportaient des grains de quartz. Dans un autre bloc de granit à petit grain de couleur gris clair, il lui est apparu un phénomène étrange : de la surface régulière de la pierre « s’est distinguée une autre pierre arrondie de couleur noire, elle faisait un pied de diamètre et neuf à dix pouces en hauteur […] Ce corps étranger semblait être une sorte de jaspe avec de vifs éclats43 ». Il a voulu le détacher, mais malgré les efforts de ses deux guides les plus robustes, qui en ont même cassé un marteau, ils ne sont pas parvenus à en séparer « un petit morceau ». Le gisement de ce cristal étonnant, il l’a défini de la façon suivante : « Ces deux blocs remarquables se trouvent côte à côte, dans un lieu où commence la grande pointe rocheuse44. »

  • 45 Ibid., p. 259.
  • 46 Ibid., p. 260.
  • 47 Ibid., p. 260-261.
  • 48 Ibid., p. 267.
  • 49 Ibid., p. 268.
  • 50 Ibid., p. 268.

26Mais tous les minéraux trouvés par le scientifique français comportaient des fissures et étaient opaques. Pour trouver un bon exemple d’aigue-marine pour Pallas, Patrin décide de monter sur le sommet du mont Rossypnaïa, en fait un rocher très abrupt situé à douze à quinze verstes du camp de l’expédition. L’angle de la pente dépassait les 70 degrés45. La hauteur du mont, d’après les mesures de Philipp Ridder, était de 4252 pieds, mais le jeune ingénieur des mines n’avait pas pu accéder au sommet. Pallas qui avait été dans cet endroit dix ans avant le naturaliste français, n’avait pas pu, lui non plus, monter sur le mont Rossypnaïa. Le premier qui ait effectué cette ascension est donc bien Patrin46. La montée se révéla très difficile, puisqu’il fallait se déplacer sur un énorme kouroum. Dans son rapport, Patrin écrit : « Toute la chaîne, d’une longueur de six à sept verstes, n’est rien d’autre qu’un tas de blocs de granit de très grande taille, qui sont placés les uns sur les autres jusqu’à une très grande hauteur47. » Le scientifique est obligé de sauter comme un écureuil d’un bloc à l’autre pour pouvoir atteindre l’étendue des neiges éternelles qui couvre, selon son expression, « comme avec un crâne de neige » presque tout le sommet de la montagne. Contrairement à Pallas, qui dans son temps ne s’était pas risqué à monter sur les blocs de pierre glissants du mont Rossypnaïa, Patrin, ignorant toute réflexion sur sa propre sécurité, « comme un vrai étourneau », décide de marcher sur la neige située au sommet de la montagne. La neige s’enfonçait sous ses pieds, et c’est pourquoi il se mit à quatre pattes en s’accrochant à la neige avec ses doigts et avec les bouts de ses chaussures. De cette manière, il avança de 25 pas, mais la neige était si glissante que le scientifique fît un faux pas, et une chute de 60 pas ; pour son grand bonheur il fut retenu par une pierre, sur laquelle il se heurta et se blessa. Il était de nouveau obligé d’avancer à quatre pattes. À grand peine, il escala le sommet couvert d’immenses plaques de granit48. Et là, le scientifique se compare à « un faucon qui s’est envolé du plus haut bloc mesurant de huit à dix sagènes »49. D’ici, devant ses yeux, s’ouvre le vaste panorama de la chaîne montagneuse qui se déploie sur des dizaines de verstes. Ces vues ne furent pas « réjouissantes », car partout où Patrin regardait, il voyait « des tas de débris et de blocs de pierres d’une taille terrifiante. Ce tableau, il l’appela « la destruction du nord50 ». Sur le sommet de la montagne, il ne découvre ni cristaux transparents de béryl, ni cristal de roche, ni d’autres minéraux.

  • 51 Ibid., p. 267.
  • 52 Ibid., p. 270.

27La descente sur la neige et à travers le gigantesque kouroum se révéla si difficile et si dure que le scientifique fut plusieurs fois à deux doigts de mourir, et « se crut mort ». Pendant la descente, Patrin était tellement épuisé que ses guides furent obligés de le porter jusqu’à la « pile de coussins en granit », là où se trouvait le camp. Fatigué et épuisé, après un bref repos, le naturaliste entreprit de nouveau ses recherches de schorls et de cristal de roche, essayant de trouver un cristal semblable à celui de Ridder, mais en vain51. Durant les deux jours suivants, il s’occupa de l’étude des plantes, testées sur lui-même, et le résultat fut qu’il s’intoxiqua avec « la racine de saïga » qui était probablement de la leuzée ; cela ne l’empêche pas de décrire cette plante comme médicinale52.

  • 53 Ibid., p. 269.
  • 54 Ibid., p. 269-270.

28La conclusion du scientifique à propos de l’étude de la structure géologique de la chaîne de Tiguirek, ainsi que des gisements d’aigues-marines et du cristal de roche du mont Rossypnaïa, est très intéressante : « De si tristes et désagréables montagnes doivent donner au géologue une occasion importante de réflexion, et cet endroit est sans doute l’un de ceux qui permet d’étudier au mieux la structure géologique53. » D’après Patrin, « si on étudie ce lieu sacré et sauvage, il révèlera à celui qui a l’œil sensible, une multitude de ses secrets54 ».

  • 55 Ibid., p. 263.

29 Descendu de la chaîne de Tiguirek vers le village de Tchesnokovka, il bifurque par la route qui mène à l’avant-poste de Tiguirek. Du côté droit, ce sont des montagnes de granit qui l’accompagnent, et à gauche, des montagnes de calcaire. En ce qui concerne l’origine de ces dernières, Patrin émet l’hypothèse que le calcaire est apparu quand ce lieu était un fond marin55. Dans l’avant-poste de Tiguirek, il s’arrête quelques jours afin d’étudier les collines de calcaire et les montagnes de schiste. C’est ici, en étudiant les environs, qu’il rassemble le matériel pour la confirmation de sa théorie de la génération des montagnes, d’après laquelle la roche la plus ancienne est le granit.

  • 56 Ibid., p. 276.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid., p. 276-278.
  • 59 Ibid., p. 280.

30L’attention du scientifique était attirée, non seulement par la géologie, mais aussi par la botanique. Dans la Lettre ont été fixées des données précieuses sur la vie des cosaques de l’avant-poste de Tiguirek. D’après le chercheur, y vivaient près de trente cosaques. Tous assez aisés, ils pratiquaient la chasse, le commerce des chevaux et des bovins, chacun ayant sa propre maison. Patrin lui-même s’est installé dans la maison spacieuse et bien située d’un cosaque prospère, possesseur d’un énorme cheptel de brebis, de plus de trente têtes de bovins et d’autant de chevaux. En vrai Français, Patrin ne peut s’empêcher de mentionner les quatre filles du maître de maison, toutes belles et bien élevées56. Tiguirek, affirme le scientifique, est l’un des lieux les plus remarquables pour les amateurs d’histoire naturelle. « La flore d’ici », écrit-il – « est magnifique. […] Mais si le botaniste s’y trouve comme au paradis, le géologue y trouvera aussi matière à beaucoup de recherches pour son plus grand plaisir57. » Les roches et la structure géologique de la chaîne de Tiguirek, les pierres des rivières et les roches erratiques des rivières Tiguirek et In’, les fossiles divers qui se trouvent en grande quantité dans le calcaire — tout cela fournit un très considérable et précieux matériel géologique pour satisfaire d’innombrables et « très curieuses observations58 ». Dans les montagnes calcaires environnantes, le naturaliste a découvert un grand nombre de grottes constituant des labyrinthes entiers. Dans certains d’entre-eux, Patrin s’est engagé. Mais circuler à l’intérieur des grottes s’est révélé difficile pour lui, « car dans tous ces souterrains, il a vite remarqué qu’il serait très facile de se casser le cou59 ».

  • 60 Ibid., p. 280-281.
  • 61 Ibid., p. 281.

31Le naturaliste produit des descriptions détaillées des roches qui constituent les montagnes environnantes. D’après ces descriptifs, les montagnes de calcaire avec leurs sommets arrondis forment une longue chaîne située à proximité, dans les creux de laquelle se remarque une pierre blanche. Les montagnes de schiste se trouvent à une certaine distance l’une de l’autre, chacune d’elles se termine par un promontoire rocheux constitué de schiste rougeâtre solide qui se divise en plaques de forme cubique. D’après les observations de Patrin, les montagnes de schiste étaient couvertes par la forêt jusqu’à leurs sommets, comme le mont Tchaïnaïa sopka, mentionné par Hans Michael Renovantz ; celui-ci est tout entier composé de shornblende60. Les montagnes de granit étaient visibles de loin, pas tellement à cause de leur hauteur, mais surtout à cause de leurs formes étranges et de leur relief extraordinairement pointu et découpé par les diverses « merveilleuses formations qui livraient un étrange spectacle surtout au crépuscule ». Patrin écrit qu’il est possible de « donner la liberté à l’imagination et voir une multitude de personnages comiques ou tristes ». Il croit suivre « le divertissement des jeux italiens burlesques ; de tous les côtés regardaient sans fin des visages avec des barbes et des nez61. »

32Dans la Lettre, Patrin décrit les principales mines de l’ouest de l’Altaï. En se référant à l’explorateur Renovantz qui avait découvert dans la mine de Zmeïnogorsk et dans ses environs près de dix nouveaux roches et minéraux, Patrin remarque que le plus intéressant d’entre eux est un minerai d’argent pâle avec une odeur désagréable, qui se manifeste après frottement. Au moment de la visite de l’Altaï de l’ouest, il essaye d’obtenir des exemples de minerais et de minéraux pour sa collection.

  • 62 Ibid., p. 280-281.

33 En retournant à Kolyvan’, Patrin passe par la mine de Kléopine avec l’intention d’obtenir des cristaux de roche verts et bleus, dont il avait déjà envoyé quelques exemplaires à Pallas. Mais cette fois-ci, il ne peut enrichir sa collection. La situation en ce qui concerne le recueil des pièces de collection dans la mine de Kléopine était typique des mines altaïennes : trente ouvriers travaillaient dans la mine, et ils avaient déjà « récupéré62 » le meilleur de tout ce qu’ils avaient déjà excavé et trié.

  • 63 Ibid., p. 283.

34Patrin se plaint, car en ce qui concerne la minéralogie, il est « totalement malchanceux ». Après la mine de Kléopine, il se rend à celle de Lokot’, en espérant y trouver des minéraux et d’autres spécimens, toujours pour sa collection. Mais il arrive à la la mine à un moment très défavorable pour lui, celui du changement de service entre les deux agents travaillant dans la mine. Les deux agents se trouvent à l’intérieur de la mine, où il se surveillent l’un l’autre. Cela ne fait pas l’affaire de Patrin qui, de plus, se retrouve sous les yeux des « argus » — c’est ainsi qu’il appelle ces agents qui le « surveillaient aussi attentivement que s’il s’agissait d’une mine de diamants ». Le résultat, c’est qu’il n’obtient avec beaucoup de peine que deux ou trois spécimens d’un minerai ordinaire63.

  • 64 Ibid., p. 288.
  • 65 Ibid.

35Depuis Zmeïnogorsk, il effectue quelques voyages à la mine de Tcherepanov, située en altitude et entourée de hautes montagnes. À propos de cette mine, il communique des données intéressantes. Sur la mine, des recherches superficielles ont eu lieu, effectuées grâce à la découpe. Ici, le minerai principal est composé de grands morceaux de roche solide de quartz mélangés avec de la terre ferreuse. Depuis les souterrains, on pouvait extraire « plusieurs morceaux de quartz, ou mieux encore, des blocs ronds de rhodonite »64. La manière dont s’est formé l’amas de ces pierres, Patrin n’a pas pu l’expliquer, pour lui cela est resté une énigme géologique. Il conclut que ces pierres erratiques ont été formées par une concrétion minérale ou le dépôt d’une substance vitrée semblable à l’albâtre résultant du dépôt des particules de chaux. En suivant sa logique, il extrapole : des montagnes entières peuvent être considérées comme des concrétions minérales65.

  • 66 Ibid., p. 289.
  • 67 Ibid.

36Du point de vue économique, la mine de Tcherepanov, écrit Patrin, est plus riche que celle de Zmeïnogorsk. En effet, d’après les données qu’il recueille, il y était extrait 114042 pouds [un poud = 16,38 kg] de minerai dans lequel d’après les tests, en partant de la concentration dans un poud de 12 ½ zolotniks [un zolotnik = 4,26 g] d’argent, on comptait 370 pouds, 37 livres russes [une livre russe = 409,5124 g] et 123 zolotniks d’argent66. Dans le minerai polymétallique de Tcherepanov, la concentration d’or, d’après Patrin, était plus haute que dans la mine de Zmeïnogorsk. La haute concentration d’or de la mine de Tcherepanov, d’après le scientifique, s’explique par le fait que la roche mère est composée de quartz. L’explorateur a vu de ses propres yeux des morceaux de quartz grands comme le poignet contenant des pépites d’or « d’une couleur superbe ». Mais le destin ne lui a pas permis d’en obtenir, « même une miette ». Et il n’a pas réussi à enrichir sa collection avec le minerai d’argent corné non plus, qui est devenu une rareté aussi bien dans la mine de Tcherepanov que dans les autres mines67.

  • 68 Ibid.

37Potrin a rapporté des faits intéressants concernant la découverte dans la région de Kouznetsk (Salaïr) de minerai d’argent dans une roche de spath qui par sa constitution ressemblait tellement à celui de Zmeïnogorsk, qu’au début, les responsables de la mine avaient soupçonné que ces premiers exemplaires de minerai de Salaïr avaient été amenés à Barnaoul de la mine de Zmeïnogorsk. La réaction des autorités bureaucratiques à la découverte du minerai d’argent de Salaïr, Patrin l’a caractérisée ainsi : « Ils en ont un grand espoir68. »

  • 69 Ibid., p. 283-284.
  • 70 Ibid., p. 284.
  • 71 Ibid.

38Lors de son voyage dans l’Altaï de l’Ouest, notre explorateur a visité les lacs salés, où il avait déjà réussi à aller lors de son dernier séjour. En s’approchant de l’un de ces lacs, il voit un groupe de huit personnes à l’aspect étrange, habillées malgré la chaleur de manteaux en fourrure de chèvre et armées de carabines. Il conclut que c’est des Kazakhs et se dit : « Mon pauvre ! Tu vas rester longtemps en Sibérie », car il présume « qu’ils vont l’inviter sans aucune courtoisie à garder leurs brebis, comme ils le font souvent avec les Russes69 ». Mais en même temps, la perspective de devenir berger pendant de longues années ne lui faisait guère peur. Il demande à son guide fidèle et médecin qui était « sans aucune peur comme un grenadier prussien » de voir qui sont ces gens. Ce dernier « s’est envolé en un éclair et est revenu tout de suite », il a rapporté que c’était des fugitifs et qu’il était vain d’en avoir peur, car il venait lui-même de faire soigner deux d’entre eux à l’hôpital militaire de la mine de Zmeïnogorsk, quand ils travaillaient tous là-bas. Sur le lac, les ouvriers fugitifs des mines se livraient à l’extraction du sel amer, qu’ils échangeaient ensuite contre du bétail, de la nourriture et du sel. Le guide dit aux fugitifs que Patrin est un médecin célèbre venu ramasser des plantes contre « la maladie française », la syphilis70. Au final, un traité de paix est conclu : et quand Patrin passe devant ces « braves gars », ils s’inclinent devant lui en signe de respect. À son tour, Patrin leur donne de la vodka, dont ils se montrent très contents, et tout le monde se quitte comme de bons amis. Le scientifique se met à récolter des plantes, tandis que les fugitifs quittent le lieu peu de temps après71.

  • 72 Ibid., p. 285-287.

39Patrin a très méticuleusement observé le lac à la fois amer et salé. Il était asséché et une croûte solide de sel couvrait son fond. En enlevant cette couche de sel apparaissait une vase noire avec une odeur de moisissure noire. Le scientifique a remarqué que quand la croûte de sel se dissolvait, les habitants des environs commençaient à tomber malades. C’est à l’action nocive du sel, à la fois amer et salé, que le naturaliste a attribué l’épidémie de l’automne 1781 ; il s’agissait d’une maladie dangereuse de la gorge qui s’était diffusée dans toute la région de Kolyvan’. Patrin envoie à Pallas un exemple du sel extrait dans les lacs Borovyé72.

  • 73 Ibid., p. 289-290.

40 En février 1782, Patrin rend compte de ses futurs projets à Pallas. En avril, il planifie l’exploration des parties sud et est de la région de Kolyvan’, qui va d’Oust’-Kamenogorsk jusqu’à Tomsk. À l’automne, il veut passer chez son bon « vieillard de compatriote », le colonel de Villeneuve qui le pressait beaucoup de venir le voir et lui « a fait toutes les offres de service imaginables ». En même temps, le naturaliste français voulait sentir « quelques petites parcelles de l’air natal ». Il paraît qu’il avait déjà accumulé une fatigue du voyage dans la rude Sibérie. En hiver, il avait l’intention de faire une expédition chez les Chinois et de passer deux ans au moins sur les frontières73.

  • 74 Ibid., p. 290.

41À la fin de sa Lettre, il se plaint de ne pas avoir voyagé en Sibérie sous le regard de Pallas. En s’adressant à ce dernier, il écrit qu’il regrettait de ne pas avoir pu profiter « de vos lumières en présence des objets même. Si mon bon génie avait eu le sens commun, il aurait dû m’amener quatorze ans plutôt en Russie74. »

***

42Ainsi, le scientifique français Eugène Louis Melchior Patrin, membre correspondant de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, a-t-il effectué un voyage de plusieurs années en Sibérie et joué un rôle important dans l’étude des ressources minérales de l’Altaï de l’ouest. Le chercheur a révélé des données considérables sur la structure géologique des minerais, sur la contenance des métaux dans les minerais des mines de Zmeïnogorsk, de Tcherepanov, de Lokot’et de Kléopine. Patrin a été un des premiers explorateurs des pierres précieuses de Tiguirek.

43Les conclusions du scientifique concernant la structure géologique des montagnes de l’Altaï méritent une pleine attention scientifique et historiographique. Le bilan de son travail de recherche est devenu la Lettre de Patrin à Pallas sur son voyage dans la partie nord-ouest des montagnes de l’Altaï en Sibérie. Depuis Barnaoul, le 10 février 1782, publié dans la revue Le Messager sibérien, tandis que d’autres nombreux travaux du scientifique demeurent peu accessibles pour le grand public et pour le monde scientifique russes. En tant que source historique, la lettre a une grande valeur, car Patrin est à l’origine d’une coopération franco-russe significative dans l’étude des richesses naturelles de l’Altaï.

Notes

4 Pismo k Pallasu ot Patrena o putešestvii ego po severo-zapadnoj časti Altajskih gor v Sibiri iz Barnaula 10 fevralja 1782 g. [Sibirskij vestnik], 1824. č. 4. Peterburg, Tipografija Departamenta narodnogo prosveščenija, 1925, p. 229.

5 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Èlektronnaja biblioteka « Naučnoe nasledie Sibiri, Edinoe Naučnoe Informacionnoe prostranstvo http://e-heritage.ru/ras/view/person/history.html?id=43329248

6 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Inostrannye členy Rossijskoj Akademii nauk XVII-XXI vv, p. 33.

7 Pismo k Pallasu ot Patrena…, op. cit., p. 229.

8 Ibid., p. 232.

9 Ibid., p. 229 ; N. N Shijan, L.V. Zav’jalova, O.M. Optasjuk Gerbarij Žana Èmmanuèlja Žilibera, Kiev, Alterpres, 2013, p. 13-14.

10 Ibid., p. 13.

11 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 230.

12 Ibid.

13 E.L. Minina, « Patren Èžen Lui Mel’hior », in Inostrannye členy Rossijskoj Akademii nauk XVII-XXI vv, p. 34.

14 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 230.

15 E.L. Minina, op. cit., p. 34.

16 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 231.

17 E.L. Minina, op. cit., p. 35.

18 Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 232.

19 E. L. Minina, op. cit., p. 34 ; Pismo k Pallasu ot Patrena, op. cit., p. 232.

20 Pismo k Pallasu, op. cit., p. 233.

21 Ibid., p. 229-290.

22 E.L. Minina, op. cit., p. 236.

23 Pismo k Pallasu, op. cit., p. 238.

24 Ibid., p. 239.

25 Ibid., p. 240.

26 Ibid., p. 241.

27 Ibid., p. 242-243.

28 Ibid., p. 244-245.

29 Ibid., p. 247, 250.

30 Ibid., p. 247.

31 Ibid., p. 248-249.

32 Ibid., p. 251.

33 Ibid., p. 253.

34 Ibid., p. 254-256.

35 Ibid., p. 257.

36 Ibid., p. 258.

37 Ibid., p. 259.

38 Ibid., p. 263.

39 Ibid., p. 261, 265.

40 Ibid., p. 261.

41 Ibid., p. 264.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 262.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 259.

46 Ibid., p. 260.

47 Ibid., p. 260-261.

48 Ibid., p. 267.

49 Ibid., p. 268.

50 Ibid., p. 268.

51 Ibid., p. 267.

52 Ibid., p. 270.

53 Ibid., p. 269.

54 Ibid., p. 269-270.

55 Ibid., p. 263.

56 Ibid., p. 276.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 276-278.

59 Ibid., p. 280.

60 Ibid., p. 280-281.

61 Ibid., p. 281.

62 Ibid., p. 280-281.

63 Ibid., p. 283.

64 Ibid., p. 288.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 289.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 283-284.

70 Ibid., p. 284.

71 Ibid.

72 Ibid., p. 285-287.

73 Ibid., p. 289-290.

74 Ibid., p. 290.

Auteur

Maître de conférence à l’université de Gorno-Altaïsk, Russie.

Olessia Koudriavtseva-Velmans (Traducteur)

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search