Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Quatrième partie. Une science de la Sibérie : savants et voyageurs

14. L’Allemagne des Lumières et la science de la Sibérie

Michel Espagne

Texte intégral

  • 1 Il faut signaler à ce propos les importants travaux conduits par Dittmar Dahlmann jusqu’à sa derniè (...)

1L’Académie des sciences de Russie aux xviiie et xixe siècles était très largement peuplée de savants formés dans les universités allemandes. De Daniel Gottlieb Messerschmidt (1685-1735), qui s’intéresse principalement à la faune, à Wilhelm Radloff (1837-1918) qui étudie les épopées des peuples turciques, ce sont principalement des scientifiques allemands qui découvrent et décrivent la Sibérie. Parfois, leurs investigations se situent dans le cadre de grandes expéditions comme celle qui, de 1733 à 1743, réunit Gerhard Friedrich Müller (1705-1783), Johann Georg Gmelin (1709-1755), et Georg Wilhelm Steller (1709-1746) et sera complétée par Carl Heinrich Merck (1761-1799). Il est d’ailleurs intéressant d’observer qu’une des grandes expéditions en Sibérie au xxe siècle, la Jesup North Pacific Expedition (1897-1902), a été dirigée par un anthropologue germano-américain, héritier des frères Grimm et de Wilhelm von Humboldt, Franz Boas. Ils peuvent aussi intervenir comme Simon Pallas (1741- 1811) dans le cadre de grandes enquêtes lancées par Catherine II pour reconnaître les régions mal connues de l’Empire russe1. Enfin on peut aussi noter que de nombreux professeurs de l’université de Dorpat/Tartu ont écrit des travaux sur les caractéristiques de la flore ou de la faune de l’espace sibérien. On a l’impression que se crée à partir du xviiie siècle une science allemande de la Sibérie fondée sur des outils intellectuels qui ont été forgés dans les universités allemandes, mais orientée notamment sur les peuples non russes qui ont occupé cet espace. Une science se développe sur la base du regard allemand porté sur la Sibérie et les tentatives de la décrire.

  • 2 James Forsyth, A history of the peoples of Siberia. Russia’sNorth Asian Colony, Cambridge, Cambridg (...)
  • 3 Ibid., p. 23.
  • 4 Ibid., p. 175.
  • 5 Ibid., p. 326.

2L’histoire des peuples de Sibérie, contrairement à l’histoire des peuples européens, n’est pas le déploiement, dans le temps et sur un territoire défini pour l’essentiel, des virtualités culturelles correspondant à un même groupe ethnique. En Sibérie il s’agit d’une histoire de circulations, d’emprunts et de métissages. On observe par exemple chez les Khantys-Mansis, qui sont des peuples finno-ougriens, une terminologie pour désigner les textiles qui est identique à celle des Tatars2. Les Kirghizes parlent une langue turcique mais cette langue a été celle de l’élite ancienne d’une population vraisemblablement composée dans sa majorité de tribus samoyèdes ou kètes3. La colonisation russe a poussé les populations éwenkes et toungouses à s’éloigner des rives de l’Angara et de la Lena vers le nord, tandis que des Éwenkes, Kètes et Samoyèdes qui vivaient sur un territoire allant d’Irkoutsk à Krasnoïarsk se sont déplacés vers le sud pour s’assimiler dans l’espace de l’Altaï à des populations d’origine turque4. Dans la région de forêts subarctiques a pu se constituer une population à base d’intermariages entre les Éwenkes et les Iakoutes avec une utilisation prépondérante de la langue iakoute, avec des emprunts au vocabulaire éwenke et des modes d’habillement à mi-chemin des modèles iakoute et éwenke. Les Komis, peuple ouralien, ont envahi progressivement le territoire des Nenets, dont certains ont adopté le komi comme langue maternelle. Parmi ces déplacements de populations on ne peut éviter d’évoquer les près de deux millions de Russes ou de Slaves qui, entre 1896 et 1912, passent de l’ouest à l’est de l’Oural. Ce sont précisément les Russes qui assez tard se sont intéressés aux peuples sibériens. Wladimir Bogoras fait partie des premiers membres d’un comité soviétique concernant les peuples sibériens, allant jusqu’à aider à la normalisation des langues écrites. En 1930 douze journaux étaient publiés dans la langue iakoute nouvellement codifiée. Plus de 100000 Juifs furent installés au Birobidjan dans les années 1930 avec le yiddish pour langue officielle5. Il est vrai que dans cette région de Sibérie orientale les stratifications ethniques sont particulièrement complexes, puisque les Toungouses, Éwenkes, apparentés aux Mandchous, représentent un groupe largement présent mais concurrent des Nivkhs (Ghiliaks) apparentés aux Aïnous japonais. Il y a aussi d’autres ethnies régionales comme les Itelmènes du Kamtchatka. La circulation des peuples entraîne une circulation des langues mais aussi des pratiques religieuses. C’est ainsi que les Bouriates, peuple mongol converti au bouddhisme, le plus important peuple sibérien non russe, sont certes des bouddhistes lamaïstes, mais une strate antérieure de pratiques chamanistes toujours sensible est révélatrice d’une histoire plus complexe.

  • 6 Peter Hoffmann, Gerhard Friedrich Müller (1705-1783), Frankfurt am Main, Peter Lang, 2005, p. 253.
  • 7 Johann Georg Gmelin, Expedition ins unbelannte Sibirien, Sigmaringen, Thorbecke, 1999, p. 144.
  • 8 Ibid., p. 191-193.
  • 9 Ibid., p. 179.
  • 10 Ibid., p. 172-173.

3Dès le xviiie siècle l’historien Gerhard Friedrich Müller, dans ses études sur la Sibérie, faisait particulièrement porter son attention sur les processus d’assimilation à l’œuvre entre les diverses ethnies sibériennes6. Johann Georg Gmelin, toujours au xviiie siècle, note avec une attention particulière les rencontres ethniques sur le sol sibérien. Ostiaks et Tatars se rencontrent dans la région du fleuve Ienisseï7. Il observe comment les Toungouses s’adaptent à un environnement iakoute8, comment les Mongols se transforment en sujets du tsar9, comment des relations s’établissent entre Chinois et Russes le long de la frontière10.

  • 11 James Forsyth, op. cit., p. 24.
  • 12 Ibid., p. 224.
  • 13 Ibid., p. 228.
  • 14 Ibid., p. 281.
  • 15 Ibid., p. 330.

4Les imbrications ethniques ont été particulièrement fortes dans la région de l’Altaï et à Touva. Des Kètes ou des Samoyèdes ont été turquisés pour constituer la population de l’Altaï-Sayan. Mais, pour plusieurs siècles, ils ont aussi été marqués par les invasions mongoles de Gengis-Khan au xiiie siècle. L’influence mongole se marque dans le physique des habitants, et si l’emploi des langues turques l’a emporté dans la région de l’Altaï et de Touva, elles utilisent un important vocabulaire mongol11. Le khanat mongol de Dzoungarie qui contrôle l’Altaï aux xviie-xviiie siècle a adopté le terme de « Uriyangkhai » pour désigner les populations samoyèdes ou turciques locales. Il est en lutte aussi bien avec la dynastie mandchoue du côté chinois qu’avec le Tibet. Finalement, la Dzoungarie est annexée par la Chine qui considère la région de l’Altaï comme une partie périphérique de son territoire. Les Russes de l’Altaï, jusque dans les années 1860, seront quant à eux essentiellement des vieux-croyants. Puis la région est devenue une terre de missions qui ouvrent des écoles, tandis que des sectes se développent autour d’une « foi blanche » qui vise à éradiquer le chamanisme. La région de Touva voisine de l’Altaï, peuplée d’« Uriyangkhai » turcophones a donc été un territoire de Kètes ou Samoyèdes turquisés, contrôlés par un khanat mongol avant de faire partie de la Chine mandchoue et enfin de retourner à la Russie dans une stratification complexe de langues et de références religieuses12. Importation religieuse récente, le bouddhisme n’a pas évincé les pratiques chamaniques. En même temps que la Mongolie, la région de Touva a été de nouveau pour une courte période contrôlée par la Chine après 191813. Les autorités soviétiques s’attachèrent à refouler l’usage du mongol à Touva au profit du turc de Touva écrit en caractères romains14. La présence mongole dans l’ancienne Dzoungarie se poursuit jusqu’en plein xxe siècle puisqu’au milieu des années 1920 on comptait 47 monastères et environ 15000 lamas en territoire bouriate15. Au point de rencontre des empires mongol, mandchou et russe, résultant d’une stratification d’appartenances altaïques et turques, la région de l’Altaï est une invitation particulière à considérer la Sibérie et surtout la partie sud de la Sibérie du point de vue des transferts qui s’y sont opérés entre groupes ethniques, linguistiques et religieux.

  • 16 Galsan Tchinag, Mein Altai, München, A1 Verlag, 2006.

5 Dans la liste des singularités qui caractérisent les imbrications et déplacements ethniques dans l’espace sibérien, il faut ajouter un singulier rapport avec l’Allemagne. À vrai dire, ce lien singulier se poursuit jusqu’à nos jours. Un des auteurs à succès de l’Allemagne contemporaine est le mongol Galsan Tschinag. Celui-ci, qui vit à Oulan-Bator, après des études à l’université de Leipzig durant les années 1960 et un diplôme consacré à l’écrivain réaliste socialiste Erwin Strittmatter, est lui-même un chamane appartenant à la minorité turcophone des Touvains de l’Altaï-Sayan. Les romans de Galsan Tschinag, écrits directement en allemand, portent sur l’Altaï-Sayan, c’est-à-dire sur un territoire à cheval sur la Mongolie, la Russie et la Chine. Cette circulation entre les trois espaces constitutifs de l’identité de Touva définit un territoire plus culturel que géographique que Galsan Tschinag, dans un recueil destiné à faire rêver ses lecteurs allemands, désigne comme « mon Altaï16 ». Plusieurs prix littéraires allemands et un ordre de la République fédérale allemande sont venus couronner ces travaux littéraires sur l’espace sibéro-sino-mongol des Touvains.

  • 17 Il faut rappeler ici que les premières cartes de Sibérie, de Sebastian Münster à Johann Philipp Tab (...)
  • 18 Peter Simon Pallas, Reise durch verschiedene Provinzen des russischen Reiches, Zweyter Theil, Sankt (...)
  • 19 Ibid., p. 547.
  • 20 Han Vermeulen, Before Boas : The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment, (...)
  • 21 Dittmar Dahlman, op. cit., p. 134.

6La fascination allemande pour les rencontres de peuples en Sibérie est à la vérité beaucoup plus ancienne et date du xviiie siècle, quand l’Académie des sciences de Russie devient un refuge de savants allemands et plus tard quand l’impératrice d’origine allemande Catherine II confie essentiellement à des savants allemands le soin d’explorer l’Empire et d’en décrire les ressources, les ethnies et les langues17. Si la seconde phase est liée au nom de Simon Pallas, le début est plus particulièrement lié à celui de Gerhard Friedrich Müller qui fournit un peu le paradigme de l’explorateur allemand de la Russie. Peter Simon Pallas a parcouru la Sibérie et plus particulièrement l’Altaï en août 1771, s’arrêtant généralement dans la région de Zmeïnogorsk18. C’est surtout la géologie de la région entre le Schlangenberg et Barnaoul qui retient son attention, même s’il se penche aussi sur les origines des exploitations minières et s’il a visité au passage les ruines du temple bouddhiste d’Ablaikit près d’Ust-Kamenogorsk19. Müller, lui, est le fils d’un directeur de gymnase et appartient donc aux cercles les plus cultivés de l’Allemagne de son temps. Il a étudié dans une grande université allemande de l’époque, Leipzig, et a eu parmi ses professeurs l’éditeur du grand journal savant de son temps les Acta Eruditorum (Otto Mencke). Müller arrive à Saint-Pétersbourg en 1725, comme son collègue l’orientaliste et historien Gottlieb Siegfried Bayer (1694-1738). Secrétaire de l’Académie, Müller a édité les actes de cette institution, les Novi commentarii, transposant dans le contexte russe l’expérience acquise en observant les Acta eruditorum. Il s’est aussi engagé dans l’entreprise collective d’une série de mémoires sur l’histoire de la Russie. Pour Müller comme pour Bayer, l’histoire de la Russie impliquait une familiarité avec les caractéristiques géographiques et ethniques de l’espace russe. Tout se passe comme si l’histoire de l’Empire russe appelait la naissance de l’anthropologie allemande. Müller s’inscrit dans un réseau. Il a été recommandé par Mencke. Il va faire venir August Ludwig Schlözer (1735-1809), éditeur de la Chronique de Nestor et premier historien allemand de la Russie médiévale, à Saint-Pétersbourg sur la recommandation de Anton Friedrich Büsching (1724-1793), un des fondateurs de la géographie en Allemagne. Mais dans ce projet de construction d’une identité de l’Empire russe sur la base d’investigations historiques, la dimension orientale et plus particulièrement sibérienne de la Russie va prendre une importance d’autant plus sensible qu’elle correspond aussi à des soucis économiques ou à des soucis de positionnement géopolitique. L’histoire russe va devenir une histoire liée à l’Orient par le détour sibérien des savants allemands. L’exploration première de la Sibérie, qui commence en 1733 et va se poursuivre jusqu’en 1743, sera le grand moment de cette découverte des régions orientales de la Russie. Les membres de l’expédition au nombre desquels il faut inscrire Johann Georg Gmelin et Georg Wilhelm Steller disposent de questionnaires prédéterminant le regard qu’ils porteront sur les ethnies sibériennes : il s’agira d’étudier les mœurs, les arts, la religion, les langues20. Müller procède tout particulièrement à des collections de mots qui permettront de distinguer les groupes et de reconnaître leurs imbrications ; la langue est le principe de base de catégorisation des peuples rencontrés. Les explorateurs disposent de plusieurs centaines de livres qu’ils feront remplacer au plus vite quand un incendie malencontreux détruit une partie de la documentation. Müller engage une collection d’artefacts et se distingue surtout en répertoriant toutes les archives accessibles de l’espace sibérien. Johann Georg Gmelin est né à Tübingen où il devint finalement professeur, et Johann Georg Steller a été étudiant à Wittenberg avant de partir pour l’Académie de Russie. Botaniste et zoologue, ce successeur du botaniste spécialiste de la Sibérie Daniel Gottlieb Messerschmidt, lui-même venu de Halle et dont il épousa la veuve, est aussi et peut-être surtout un ethnologue, découvreur des Itelmènes du Kamtchatka. Carl Heinrich Merck, ancien étudiant en médecine de l’université de Gießen qui va explorer en particulier la région des Tchouktches au début des années 1790 s’inscrit dans une même tradition. Les savants allemands s’étaient engagés à ne pas publier les résultats de leurs explorations, leurs récits de voyage appartenant à l’Académie. Gmelin, sur le conseil d’Albrecht von Haller, fut un des rares à passer outre21. Cela explique que le monument de travaux anthropologiques réalisés n’a été connu que très progressivement, et que le phénomène d’une anthropologie allemande commanditée par la Russie à partir du terrain d’expérimentation sibérien n’a pas pu être apprécié dans toute son ampleur.

  • 22 Rappelons que Leibniz lui-même avait appelé à une exploration du Kamtchatka, préfigurant ainsi les (...)
  • 23 Georg Wilhelm Steller, Beschreibung von dem Lande Kamtschatka, Frankfurt und Leipzig, bei Johann Ge (...)

7Le travail de Georg Wilhelm Steller Beschreibung von dem Lande Kamtchatka, publié après sa mort en 1774, représente à bien des égards un modèle des curiosités des Allemands en Sibérie et du fil directeur suivi dans leurs interrogations22. Certes il s’agissait pour Steller, dans le cadre de la seconde expédition de Vitus Béring, d’étudier la distance entre le Kamtchatka et l’Amérique, mais même si son travail tient à certains égards au genre du récit de voyage, il va bien au-delà. Le territoire du Kamtchatka est d’abord envisagé d’un point de vue strictement géographique ; les fleuves, les sources, les montagnes, le climat, la végétation invitent progressivement à une extension du côté de la faune avant d’en venir aux communautés humaines, les « ostrogs » des Russes puis des Itelmènes. Steller s’interroge sur l’origine bien obscure de la population, sur sa religion, sa psychologie, sa constitution physique et son habillement, son mode de production. Il ne néglige pas la nourriture, les fêtes, la vie matrimoniale et l’éducation des enfants, l’organisation politique et les médicaments, les déplacements possibles, le commerce. Steller a joint un lexique de la langue koriak parlée dans le nord du Kamtchatka. Il observe avec une attention particulière les déplacements de population. Il ne se demande pas seulement d’où viennent les Itelmènes, repoussant l’idée même d’autochtonie, mais il s’attache aussi au peuplement de l’Amérique. Il s’attache à démontrer que les Amérindiens seraient des Koriaks : ils utilisent les mêmes embarcations, ont le même aspect physique, les mêmes outils, les mêmes vêtements, les mêmes peintures sur le visage, ils font les mêmes cadeaux aux étrangers en signe d’intentions pacifiques. Des récits tchouktches rapportent qu’en Amérique des bergers koriaks gardent des troupeaux de rennes et la distance du Kamtchatka à l’Amérique, ou de la presqu’île tchouktche au côté américain, est si faible qu’avec les îles intermédiaires comme les îles aléoutiennes la communication allait de soi23. Les théories sur le peuplement de l’Amérique par le détroit de Béring et les considérations sur les continuités linguistiques et mythiques entre la Sibérie et l’Alaska sont déjà présentes en germe chez Steller.

  • 24 Ibid., p. 268.
  • 25 Ibid., p. 274.

8Une des principales curiosités des explorateurs allemands luthériens porte sur les questions religieuses. Ils les envisagent d’un point de vue européocentrique, et Steller tente visiblement d’arracher à la cosmologie des Itelmènes des éléments qu’on puisse rapprocher du christianisme. Pourtant, Steller est de plus attentif à décrire la logique intrinsèque d’une religion des Itelmènes, à caractériser le dieu Kutka et ses pouvoirs. Les Itelmènes ne croient pas à la prédestination, mais seulement à l’homme et à la chance, considèrent que le monde est éternel et que les corps renaîtront et seront réunis aux âmes24. Steller développe dans des échanges avec eux l’idée selon laquelle les pauvres seraient riches dans un autre monde. L’au-delà serait aussi pour eux une sorte de paradis dans lequel chacun retrouverait son épouse. Ils croient en une période de déluge. Ces convergences que des dialogues avec les populations locales permettent à Steller de faire ressortir n’excluent pas des interprétations opposées. Par exemple, les Itelmènes ne veulent pas être baptisés parce qu’ils iraient alors au ciel selon la religion chrétienne alors qu’ils tiennent à leur paradis souterrain. Les Itelmènes croient à la possibilité de péchés. Mais ces péchés correspondent surtout à la violation d’interdits rituels. Gratter la neige de ses chaussures en dehors de la maison avec un couteau peut ainsi déchaîner des tempêtes, et il est aussi interdit de faire cuire dans un même récipient de la viande et des poissons25. Les Itelmènes interprètent volontiers les rêves. Avant d’avant d’avoir été baptisés ils étaient libres et après avoir rejoint l’église orthodoxe ils sont devenus les esclaves des cosaques. Steller considère la religion comme un des moments essentiels de l’identité ethnique.

  • 26 Peter Hoffmann, op. cit., p. 259.

9La forme religieuse qui attire le plus l’attention des Allemands en Sibérie est le chamanisme. En hommes des Lumières ils considèrent de prime abord le chamanisme comme une superstition, une manière de tromper des esprits fragiles. Ils comparent volontiers les chamanes à des acteurs jouant divers rôles à la fois dans une mise en scène qu’on peut comparer à celles des Lapons dans le nord de l’Europe ou des Indiens d’Amérique. Mais Müller a passé beaucoup de temps à les interroger. Un élément important des croyances qu’il discerne tient à la représentation d’un esprit qui domine un lieu et à une divinisation d’objets de la nature à laquelle même la population simple de Sibérie a pu céder26.

  • 27 Johann Georg Gmelin, op. cit p. 170.
  • 28 Ibid., p. 178.

10 Gmelin décrit sa rencontre avec un chamane toungouse qui le conduit de nuit dans la nature, se dévêt, puis prend un costume de chamane auquel sont accrochées de nombreuses pièces métalliques. Il court en cercle et prétend exprimer les avis d’un diable infaillible. Entré en transe, il affirme répondre aux questions qu’on pose par son intermédiaire mais Gmelin se déclare peu convaincu : « À la fin nous fûmes de nouveau confortés dans l’opinion que tout cela était une tromperie et nous aurions bien aimé le conduire lui et ses frères impies dans les mines d’argent d’Argun pour pouvoir les condamner à y travailler à vie27. » Au sud du lac Baïkal Gmelin a rencontré une population mêlée de Mongols et de Toungouses chez lesquels le chamanisme se combine sans difficultés avec le lamaïsme : « Dans les situations les plus importantes et les plus difficiles ils se réfugient auprès de leurs chamanes. Quand ils sont malades ils se tournent vers les lamas mongols qui dans ces occasions ne font pas peu de nouveaux convertis28. »

  • 29 Ibid., p. 154-155.

11Gmelin observe tout particulièrement la présence du lamaïsme mongol chez les Bouriates qui, parlant une langue mongole, sont tout particulièrement réceptifs au bouddhisme mongol. Gmelin s’est longuement entretenu avec un religieux lamaïste qui lui explique que si chez les Tibétains les chamanes existent mais ont une position inférieure à celle des religieux, les Bouriates restent des païens partiellement convertis29.

  • 30 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung der Tschuktschi, von ihren Gebräuchen und Lebensart » sowie wei (...)
  • 31 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch aus den Jahren 1788-1791, Göttingen, Wall (...)

12Un peu plus tard, Carl Heinrich Merck s’attachera à décrire les transes des chamanes tchouktches qui jouent du tambour, se mettent dans des états d’ivresse, et s’infligent des blessures, prétendent soigner les maladies et dire l’avenir mais n’hésitent pas à orienter les rituels de telle sorte que le patient qui a fait appel à eux ait à leur faire don du meilleur renne du troupeau30. Les chamanes tchouktches ne portent pas de costume particulier mais ils se peignent le visage. Leurs rituels sont censés offrir des prévisions sur l’issue d’une chasse, et quand un grand chamane meurt on devrait voir dans la campagne une silhouette de feu31.

  • 32 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 224-225.
  • 33 Ibid., p. 256-257.
  • 34 Ibid., p. 248-249.
  • 35 Ibid., p. 227.
  • 36 Ibid., p. 292-293.
  • 37 Ibid., p. 299.

13La religion, c’est aussi des idoles que Gmelin observe notamment chez les Iakoutes où il voit d’imposantes poupées de bois qui lui rappellent des sculptures allemandes, et il imagine que les deux traditions sont dans une relation d’imitation réciproque32. Plus tard, Merck observe ces idoles de bois traînées dans les déplacements de la tribu chez les pasteurs tchouktches. Il précise qu’elles sont faites à partir de branches figurant les pieds et mentionne les mots de la langue tchouktche pour désigner les diverses formes d’idoles. Sur les bords du Kitoi dans la région d’Irkoutsk, Müller et Gmelin ont ensemble assisté à des rituels de magiciennes jouant du tambour ou de bâtons de bois, poussant des cris indistincts, agitant les objets métalliques qui ornent leur robe de cuir et s’adonnant à une gestuelle complexe en prenant des braises à pleine main. Pour les observateurs allemands, il s’agit d’une sorte de comédie et ils affichent un grand scepticisme mais aussi une grande attention aux détails33. Dans les environs d’Irkoutsk, chez une population bouriate (Bratski), Gmelin assiste au lever du soleil à une cérémonie d’invocation des dieux par les prêtres d’idoles qui agitent un bâton de bouleau face au soleil puis sacrifient un mouton selon un rituel bien précis avant de le dévorer34. Ailleurs, chez les Iakoutes, c’est le sacrifice d’un veau qu’observe Gmelin : « Il recueillit un peu de sang et en dessina trois visages informes sur le tronc d’un pin, à la manière dont les enfants dessinent les visages, c’est-à-dire un ovale allongé, quelques cercles pour les yeux, un long trait au milieu pour le nez et un trait horizontal pour la bouche. Ensuite, tantôt le chamane tantôt les iakoutes détachaient la peau. Quand ils eurent fini ils la déployèrent sur un châssis reposant sur quatre supports et à une main de la surface du sol. Aussitôt certains déchiquetèrent la viande et brisèrent les os ; d’autres compressèrent l’estomac et les viscères du veau tué pour en extraire un peu les sucs35. » D’autres chamanes sont à l’œuvre entre Abakan et Krasnoïarsk. Là encore Gmelin affiche le plus grand scepticisme. Le pouvoir des chamanes ne va pas au delà de ce qui est parfaitement naturel. Pourtant l’intérêt porté au détail d’un vêtement surchargé de morceaux de métal, orné de crinière de cheval ou de plaques de laine rouge, l’attention manifestée à la question de l’hérédité dans la désignation des magiciens, aux sauts exécutés et aux mouvements et aux bruits produits, à la participation des spectateurs, révèlent que Gmelin, s’il ne comprend pas et met même en doute la fonction de cette vie religieuse, la met au centre de la vie des populations36. En tout cas, dès l’arrivée dans un lieu de Sibérie, par exemple à Krasnoïarsk, l’entretien avec les magiciens du lieu est une des démarches entreprises de façon prioritaire37.

14La religion intéresse les explorateurs allemands parce qu’elle correspond à un principe d’organisation de la vie humaine, même si elle ne repose pas sur les mêmes présupposés métaphysiques et traditionnels, même si elle ne dispose pas de livres saints. Un glissement de la théologie à l’anthropologie religieuse caractérise des analyses qui condamnent des superstitions mais font aussi apparaître de nouveaux systèmes d’organisation sociale.

  • 38 Peter Hoffmann, op. cit., p. 85.
  • 39 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 274.

15Espace naturel et espace religieux, la Sibérie est aussi pour les voyageurs et académiciens allemands un espace linguistique. La question des langues n’est pas liée au premier chef pour eux aux problèmes d’évangélisation qui ont fait de Halle un lieu de protoslavistique et un centre très précoce d’étude des langues orientales. Même si cet arrière-plan existe, il s’agit d’abord d’explorer la complexité du monde, et les investigations linguistiques des savants éclairés des universités allemandes relèvent plutôt des tentatives d’écrire une histoire universelle. Le répertoire des langues débouchera dans un premier temps sur l’immense collection de langues que représente le Mithridate de Johann Christoph Adelung (1732- 1806). On discerne aussi les premiers éléments d’une méfiance envers l’utilisation comme étalon d’une version du Notre-Père et la recherche d’un vocabulaire incluant Dieu, le diable, le ciel et l’enfer. La première langue à laquelle sont confrontés les Allemands au service de la Russie est tout simplement le russe. Pour tous les échanges avec les divers échelons de l’administration russe en Sibérie, Müller et Gmelin ont d’abord besoin d’un interprète. Ilja Jachontov, qui a d’abord aidé Müller dans la réalisation de ses publications savantes à l’Académie de Saint-Pétersbourg et l’a accompagné en Sibérie38, et qui s’est montré particulièrement attentif aux correspondances lexicales du russe et de l’allemand, meurt en 1739. Gmelin rédige une sorte d’éloge funèbre : « Nous pouvions nous fier à cet homme dans toutes les traductions. Nous avions bien des gens parmi nous dont certains devaient être surveillés. Le défunt était aussi apprécié de ses compatriotes que des Allemands. Tout le monde s’entendait bien avec lui et de ce fait il connaissait parfaitement les activités de chacun39. » On a bien proposé à Gmelin et Müller un remplaçant, mais ils se sont mis à partir de la mort de l’interprète à s’exprimer eux-mêmes en russe et, pour Müller, à travailler directement sur les archives sibériennes.

  • 40 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit., p. 98.
  • 41 Ibid., p. 23.

16Les langues sont manifestement nombreuses et les références à leurs spécificités pénètrent divers aspects des récits de voyage. Gmelin énumère les termes désignant des plantes que consomment volontiers les Iakoutes. Merck établit une liste de 250 mots de la langue youkaguir ou plutôt d’une variété de la langue youkaguir qui disparaît à la fin du xviiie siècle, de telle sorte que le vocabulaire établi par le voyageur allemand constitue la dernière trace d’une langue perdue40. Des éléments de cette langue empruntés à Merck se retrouvent d’ailleurs dans le Mithridate de Adelung. L’attention portée par Merck aux langues ne vise pas à les essentialiser et à souligner les différences. Il est au contraire très sensible aux rapprochements entre les langues d’où peuvent être déduits les éléments d’une histoire commune des ethnies, retracées les rencontres anciennes, les emprunts de techniques. Il s’intéresse aux différences et aussi aux ressemblances entre la langue des Tchouktches et celle des Koriaks, ce qui implique une grande attention aux ethnies qu’il est parmi les premiers à étudier41.

  • 42 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 304.
  • 43 Ibid., p. 305-306.
  • 44 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit, p. 38.

17Pour ces enquêtes linguistiques il faut encore l’aide d’un traducteur permettant d’établir un lien entre les langues sibériennes et le russe. La récolte de données linguistiques devient de plus en plus ambitieuse. À Krasnoïarsk, Gmelin a rencontré des Bouriates et s’efforce de comprendre non seulement leur langue, mais le système de leur littérature orale. « Comme j’avais aussi un interprète auprès de moi qui était expérimenté dans les langues que pratiquent les gens d’ici aussi bien que les Bouriates j’eus l’idée d’apprendre comment sont constituées la musique et la poésie de ces peuples, et s’ils ne se distinguaient pas un peu par leur goût des modèles courants chez d’autres peuples42. » Il repasse à la pratique en reproduisant, avec traduction interlinéaire, un chant d’un dialecte bouriate et un chant d’une langue turcique parlée dans la région d’Abakan. Ici encore, il s’agit des premières notations de textes dans les langues considérées. La collecte de données linguistiques se double d’une appréhension ethnomusicologique puisque Gmelin a également noté la mélodie d’accompagnement. Les premiers visiteurs anticipent sur ce que fera de façon systématique le premier turcologue Radloff, lui aussi un Allemand de Russie, plus d’un siècle plus tard43. Publiées récemment en facsimilé, les listes de mots de Merck, conservées dans les papiers Adelung (Friedrich von Adelung 1768-1843) à Saint-Pétersbourg après avoir été recueillies par Pierre Simon Pallas, sont une importante contribution à la sémantique des langues du nord-est sibérien et plus particulièrement au youkaguir, au tchouktche, au koriak. Chaque fois, ce sont plusieurs dialectes qui sont étudiés dans des tableaux synoptiques. La femme de Merck, originaire de Iakoutsk, comprenait d’ailleurs le youkaguir et une partie de sa familiarité avec les langues de Sibérie orientale pourrait aussi venir de cette circonstance biographique44. Les interactions de Gmelin, de Merck, de Pierre Simon-Pallas, de Steller et de Müller sur le terrain linguistique, leur façon de travailler selon des modèles très comparables, donnent l’impression que l’on a affaire à un véritable laboratoire allemand de recherche sur le sol sibérien.

  • 45 Georg Wilhelm Steller… p. 360.

18Au premier rang des recherches allemandes du xviiie siècle sur les langues sibériennes, il faut aussi évoquer une fois encore le travail de Steller sur les Itelmènes du Kamtchatka. Il reproduit en indiquant la mélodie jouée à la flûte deux chansons consacrées à l’évocation d’un animal mythique, le canard Aangitsch. On dispose ainsi de deux textes en langue itelmène provenant de deux régions différentes. Mais Steller va au-delà et vise surtout à indiquer la situation dans laquelle il faut replacer ses notations linguistiques. Il a observé par exemple des échanges rituels d’insultes. « Chien », « renard », « diable des bois », « charogne » sont ainsi donnés dans leur version itelmène. Il y ensuite une tentative d’expliquer l’étymologie du nom des mois : « Ils appellent janvier Syhsakoatsch, sysak signifiant ne me touche pas, noli me tangere. Car il est considéré comme un grave péché durant ce mois de boire à une source ou à un ruisseau directement avec la bouche ou grâce à une tige creuse, mais il faut prendre une grande cuillère ou un coupe de bois. La raison en est que les lèvres gèlent à cette période à cause du grand froid. […] Ils appellent mars Ahdukoatsh, Ahda signifiant le trou du toit pour la fumée parce qu’à ce moment la neige fond tout autour et que la terre apparaît45. » L’étude des particularités linguistiques est déjà un moment d’une approche anthropologique. Steller a constitué un dictionnaire de plusieurs centaines de mots de la langue koriake parlée entre deux localités (Tumana et Aklan). En choisissant parmi un ensemble de dialectes jamais normalisés des mots, Steller a le réflexe des linguistes en terrain peu exploré qui consiste a créer de manière artificielle les éléments d’une langue normalisée, d’une langue « classique ». Là encore le choix des mots permet d’observer des éléments de la structure sociale et le beau-père du côté de l’homme n’est pas désigné de la même manière que le beau-père du côté de la femme. Le corps humain, les animaux, les plantes, les moments de la vie, la numération et la division du temps sont précisés dans le vocabulaire itelmène, et Steller énumère aussi quelques formes verbales, y compris des éléments de conjugaison. La linguistique est clairement au service de l’anthropologie. On ne peut que rappeler ici que Steller est un contemporain de Herder qui, dans les collections de chants populaires, fait des traductions de chants étrangers une sorte de miroir de l’esprit des peuples et dans l’essai sur l’origine du langage étudie la manière dont se constitue une pensée.

19La transcription des mots de langues sibériennes en caractères latins, anticipant la transcription en caractères cyrilliques et contournant pour les langues mongoles l’alphabet traditionnel du mongol est déjà un phénomène de transfert culturel préparé par les contributions linguistiques des visiteurs allemands de l’époque des Lumières.

  • 46 Ibid., p. 253.
  • 47 Ibid., p. 263.
  • 48 Ibid., p. 271.

20La religion ne s’épuise pas dans des rituels mais comprend également des récits légendaires qui, par nombre de leurs aspects, peuvent aussi refléter la vie sociale des groupes concernés. Steller est peut-être le plus complet sur les mythes fondateurs des Itelmènes. Leur Dieu créateur du ciel et de la terre serait Kutka. Mais celui-ci se caractérise par sa grande bêtise : « C’est précisément pour cela qu’ils le jugent indigne de toute dévotion46. » S’il avait été intelligent il n’aurait pas créé les reliefs complexes du Kamtchatka. Kutka avait épousé une femme d’une grande intelligence, Chachy, qui corrigeait ses erreurs. Ils eurent des enfants d’où sont issus les Itelmènes. Il leur aurait tout de même enseigné les techniques de base. Sur la plage Kutka rencontre des souris près du cadavre d’un phoque. Elles cherchent à tromper Kutka qui ramène le phoque à la maison et le fait cuire mais pendant la nuit les souris ont mis à la place de la tourbe. Les souris s’ingénient à tromper Kutka, à lui faire voir des incendies imaginaires, à le rendre fou en lui mettant de faux cils durant son sommeil. Les souris ne cessent de jouer des tours à Kutka, lui obturent l’anus en y cousant un sac en peau de poisson. Chachy évente les stratagèmes des souris. Déféquant en chemin, Kutka confond ses déjections avec une femme avec laquelle il entre en dialogue. Il la ramène à la maison et veut en chasser Chachy et ses enfants puis s’unir à elle. Il se réveille au milieu des déjections dont le tire Chachy. « Ils prêtent à Chachy une si grande intelligence qu’on pourrait presque la considérer comme une magicienne. Elle a un jour tellement aveuglé Kutka qu’il l’a prise pour une iourte, le sexe étant le trou pour la fumée et le derrière le canal d’aération. Ils décrivent Kutka comme le plus ordurier des sodomites47. » Il est question d’un pseudo-Kutka que le vrai s’est acharné à démasquer. Kutka s’est retiré chez les Koriaks et les Tchouktches qui croient aussi en lui comme en un créateur. Un esprit, Mitgh, à forme de poisson, habite la mer selon les Itelmènes et pousse les poissons à remonter les rivières. Un esprit des bois à forme humaine conduit les passants à leur perte. Il existe des esprits des montagnes qui vivent au sommet des volcans mais se nourrissent de poissons. Les Itelmènes croient en des esprits des nuages, en un diable, en un prince du monde souterrain dont la femme est censée assurer l’aurore. Dans l’univers religieux des Itelmènes tout dépend des hommes. Le monde est éternel et les hommes revivront sous leur forme de chair. En lieu et place de la révélation dans les Écritures les Itelmènes se fient au témoignage du premier Itelmène remonté du monde souterrain : « Il y a dans le monde souterrain, où avec toutes les créatures nous sommes transportés corps et âme après la mort, un grand et puissant Itelmène nommé Haetsch ; c’est l’un des premiers enfants de Kutka et le premier homme mort au Kamtchatka. Il aurait vécu tout seul dans le monde souterrain jusqu’à ce que ses deux filles mortes revivent auprès de lui. Alors Haetsch a décidé de retourner dans le monde supérieur et de raconter dans le détail à ses frères ce qui s’était passé dans le monde souterrain après la mort48. » Les Itelmènes aspirent après leur mort à être dévorés par les chiens pour en posséder dans l’autre monde, et s’ils refusent de recevoir le baptême c’est notamment par crainte de devoir monter au ciel alors qu’ils souhaitent à rejoindre le monde souterrain. Steller s’efforce de reconstruire tout un ensemble de mythes servant à expliquer le monde de représentations qui accompagne la vie quotidienne de cette population.

  • 49 Johann Georg Gmelin, op. cit, p. 267.

21Du point de vue de la méthode employée, Steller est certainement celui qui opère de la façon la plus fiable l’analyse des mythes dans les populations rencontrées. Il n’est pas non plus le seul. Gmelin rapporte aussi des éléments de mythes et les met en relation avec les expériences des populations. On trouve en Sibérie les ossements d’animaux disparus, des fossiles. Il est notamment question d’une corne de narval à laquelle Gmelin rend immédiatement un arrière-plan mythique : « Ce serait la corne de la licorne dont parle l’écriture sainte en des endroits si divers en lui attribuant des forces étonnantes si bien que Moïse dit de Dieu que ses forces seraient comme celles de la licorne49. » C’est à une légende iakoute que se réfère Gmelin pour expliquer les pérégrinations de cette ethnie. On raconterait que leurs ancêtres viendraient des régions supérieures de la Lena d’où ils auraient été chassés par les Bouriates. Certains seraient restés et auraient tenté de s’opposer aux Bouriates. Ils auraient dû fuir dans des circonstances telles qu’ils ne pouvaient plus fuir dans des bateaux mais auraient descendu la Lena en s’accrochant à des poutres. Ils auraient rejoint la première vague d’émigration mais les plus pauvres d’entre eux auraient été réduits en esclavage par ce peuple belliqueux. Ne pouvant satisfaire leur besoin de pillage, les Iakoutes se seraient alors attaqués aux Toungouses, nombreux dans la région, créant ainsi une atmosphère de guerre entre Iakoutes et Toungouses. Les mythes et récits servent à évoquer la question des origines.

  • 50 Dans son journal de Sibérie, Aus Sibirien-Lose Blätter aus meinem Tagebuche (Weigel Nachfolger, Lei (...)

22Les explorateurs et voyageurs du xviiie siècle ne se sont pas véritablement intéressés à la forme la plus caractéristique de récits légendaires, celle qui est liée aux fameuses épopées des peuples turciques. La découverte de cette matière légendaire est toutefois associée à une présence scientifique allemande en Sibérie, puisqu’on doit à Radloff la collection des épopées sibériennes qui font de lui un des fondateurs de la turcologie. Or Radloff, qui a fait ses études à Iéna, a appliqué les méthodes de la philologie allemande et les tendances herdériennes à la collection des récits populaires au cas sibérien. Son travail sur la langue Iakoute montre le lien étroit entre la linguistique et l’anthropologie dans l’approche allemande des peuples sibériens. Radloff radicalise et élargit un type d’approche que l’on rencontre chez les Allemands présents en Sibérie au xviiie siècle50.

  • 51 M.K. Azadovskij, Istoriia russkoi folkloristiki, 2 vol. Moskva, RGGU, 2013.

23Si l’on poursuit la filiation ainsi établie, il conviendrait d’y intégrer le germaniste biographe de Herder Victor Jirmunski (1891- 1971). Familier des épopées du moyen âge allemand, Jirmunski a peut-être été plus particulièrement entraîné à étudier les épopées d’Asie centrale et de Sibérie à la suite de son séjour forcé à Tachkent durant la Seconde Guerre mondiale, puis à mettre en relation cette tradition de poèmes oraux avec la tradition des poèmes homériques. Il s’intéresse tout particulièrement aux avatars kirghizes des épopées turciques. Toujours est-il qu’on peut percevoir une solution de continuité entre les explorations allemandes des cultures sibériennes au xviiie siècle et la mise en place d’un comparatisme à la fois anthropologique et littéraire en Russie dont l’incarnation serait Jirmunski. Une réflexion critique sur cette continuité est d’ailleurs fournie par Mikhaïl Azadovski dans l’histoire du folklorisme russe51. Azadovki était lui-même en poste à Irkoutsk, particulièrement versé dans la bibliographie sibérienne, et il soutint la thèse selon laquelle l’étude du folklore russe devait reposer sur une imbrication de données littéraires et ethnographiques. Pour Azadovski, qui se réclame volontiers des Décabristes, il y a au sein des études folkloriques une volonté de se démarquer d’un pur collectionnisme pratiqué dans la culture allemande pour éclairer les formes de vies que le folklore, toujours en évolution, exprime. Cette idée d’un processus historique à l’œuvre est déjà discernée par Azadovski chez Herder, mais elle anime essentiellement les auteurs russes liés au mouvement décabristes. De Herder à Benfey, Steinthal ou Lazarus les outils intellectuels qui permettent à Azadovski de penser la dynamique de la « narodnost’ » sont empruntés aux sciences humaines allemandes du xixe siècle. La diffusion des légendes et leur capacité à véhiculer des données historiques deviennent centrales dans les études folkloriques telles qu’il les définit. La conscience poétique évolue en fonction de l’évolution du tout social qu’elle exprime. Grâce à Azadovski, redécouvert par Jirmunski et qui se réclame de la poétique historique d’Alexandre Veselovski (1838-1906), le folklorisme sibérien apparaît comme un élément de compréhension de l’identité culturelle et littéraire de la Russie.

  • 52 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit, p. 235.
  • 53 Ibid., p. 200-201.
  • 54 Ibid., p. 212.
  • 55 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p. 223.

24Les enquêtes anthropologiques des chercheurs allemands en Sibérie partent d’aspects religieux et linguistiques mais concernent aussi les divers aspects de la vie matérielle et sociale. Se dégageant mal des récits de voyages, on voit se dessiner des structures susceptibles d’expliquer la cohérence de sociétés dans leurs interactions avec les sociétés voisines. La culture matérielle, c’est d’abord l’habitat. Soit l’île de Kadjal que Merck visite en 1790 : « Leurs cabanes (Tzikluak) sont pareilles à celles des Aléoutiens et arrondies aux angles. Les petites sont la plupart du temps quadrangulaires avec une porte telle qu’il faut se pencher pour entrer. À l’intérieur la cabane a au centre un foyer à quatre côtés creusé dans le sol (Knehuik) avec tout autour des parois de pierre. Au sommet une ouverture en rectangle, les côtés étant surélevés52. » Les détails de la construction sont énumérés par Merck qui désigne les éléments de l’architecture dans les termes de la langue locale. Sur les îles aléoutiennes aussi Merck a l’occasion de décrire avec un grand luxe de détails les cabanes sans oublier les lieux de couchage, les réserves de nourriture, la forme des foyers ou des charpentes et la manière dont cet espace est occupé par des réunions à la lumière d’une lampe à huile, par exemple par des danses53. On apprend aussi à connaître le mobilier, le récipient qui sert à uriner et à se laver les mains, le baquet de bois où se trouve la viande de baleine qu’on porte à la bouche tout en détachant avec un couteau les morceaux54. Gmelin durant son voyage compare les iourtes d’hiver dont les interstices sont remplis de mousse mais qui maintiennent une ouverture sur le toit et les iourtes d’été, celles des Iakoutes et celles des Toungouses. Toutes ont un foyer central et un trou au toit. La nourriture est accrochée en permanence au milieu de la pièce, car on ne mange pas à heure fixe55.

  • 56 Ibid., p. 207.
  • 57 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 239- 242.
  • 58 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p. 235.

25Après l’habitat l’attention se concentre aussi sur les costumes, notamment ceux des femmes. Gmelin observe avec attention les femmes toungouses : « Les femmes avaient toutes une courte tunique de cuir fermée devant et derrière et ne descendant guère au-dessous des hanches mais alourdie vers le bas par toutes sortes de cordons auxquels pendaient des anneaux de fer et de laiton. Quand elles marchaient elles produisaient un cliquetis qui ressemblait à celui des chamanes56. » Merck décrit soigneusement les parures des femmes qu’il rencontre à l’occasion de son voyage de Sibérie en Amérique. Il descend jusqu’au niveau des coiffures, des morceaux de bois entourés de fils qui traversent le nez, des grenats rattachés à la lèvre inférieure, des peintures du visage et de la manière dont elles sont désignées57. Gmelin note que les Toungouses aiment à porter sur le visage des tatouages bleus ou noirs, de même que les Tchouktches ont souvent les joues percées par la forme décorative d’une dent de morse, tout cela ayant la même fonction que les perruques poudrées chez les Européens58. L’introduction d’un certain relativisme culturel permet de faire entrer les caractéristiques de la culture matérielle, complétées par les désignations linguistiques correspondantes, dans un système culturel doté de sa propre cohérence.

  • 59 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 208.
  • 60 Ibid., p. 239.
  • 61 Georg Wilhelm Steller, op. cit., p. 343-345.
  • 62 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit., p. 160.
  • 63 Ibid., p. 162.
  • 64 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p.. 221.

26La vie sociale commence aux rituels qui accompagnent la naissance. Un habitant des Aléoutiennes ne peut tuer à coup de bâton les animaux marins sur la plage (mais peut les abattre à coup de flèches), sous peine d’être confronté à une fausse couche de sa femme ; si celle-ci après la naissance ne veut plus de progéniture, il faut qu’elle laisse le placenta aux oiseaux de mer59. Il y a ensuite le mariage qui dans la société polygame des Aléoutiens est une négociation marchande dont Merck décrit les termes60. Dans le mariage des Itelmènes, le prétendant se met pendant des mois ou des années au service de son éventuel beau-père jusqu’à ce que celui-ci lui indique qu’il peut se lancer à la conquête de sa fille, la surprenne, la viole et soit battu par l’entourage, le droit à des relations normales n’étant lui-même que progressivement acquis61. Merck décrit des mœurs très comparables chez les Tchouktches62. Ceux-ci pratiquent au demeurant l’échange des femmes63. La nourriture est parfois évoquée et l’on apprend que les Iakoutes mangent la viande et boivent le lait des animaux domestiques mais répugnent à les abattre et attendent que les bêtes meurent de maladie ou d’accident64.

27On retiendra moins le détail des pratiques sociales, d’ailleurs variables selon les ethnies, que la froide analyse pratiquée par les observateurs allemands qui étudient les ethnies rencontrées comme des phénomènes dotés d’une cohérence naturelle propre qu’il ne s’agit pas de considérer comme par définition inférieure à leurs pratiques d’universitaires allemands. Le contact avec la Sibérie débouche sur une nouvelle appréhension du monde.

  • 65 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 205.
  • 66 Georg Wilhelm Steller, op. cit., p. 87.
  • 67 Ibid., p. 289-290.

28La sociabilité dans les sociétés sibériennes se traduit par des fêtes. La réception des hôtes aux îles Aléoutiennes obéit par exemple à des rites bien codifiés : « Après le coucher du soleil on invitait ces hôtes aux réjouissances nocturnes habituelles chez eux. Vieux et jeunes, hommes et femmes de cette seule cabane d’habitation en sortaient rapidement et se rassemblaient derrière pour faire illusion auprès des hôtes. Tous étaient plus proprement et mieux habillés que d’habitude. Et les beautés portaient encore un bandeau très noir en peau de phoque, tout autour duquel étaient cousus dix rubans blancs avec des poils de chèvre. Les beautés portaient à la main droite une longue flèche avec une vessie de phoque gonflée et dans la main gauche une même vessie. Les suivaient les hommes. Dans la main gauche le tambour65. » La suite des réjouissances est constituée de danses et de chants. Hommes et femmes portent des masques ou ont le visage peint. Certains tiennent une flamme dans un petit récipient et le jettent quand la flamme s’éteint, un geste qui signifierait que son père a donné au danseur la lumière du jour. Les pas de danse, le mouvement des corps sont décrits avec un luxe de détails qui montrent l’importance accordée par l’observateur aux manifestations de sociabilité des nations rencontrées. Les populations vues sur l’île Kadjak ne se distinguent pas dans leurs réjouissances de ce qui est décrit dans les îles Aléoutiennes et Merck contribue à éclairer la question des liens entre les tribus sibériennes et américaines, mais surtout sa perception de l’espace sibérien est éminemment comparative. Il s’agit de mettre en série pour illustrer soit des parallélismes formels, soit des formes de contamination chez les peuples décrits. Chez les Itelmènes, la sociabilité, telle qu’elle est perçue par Steller, se déploie au sein de petites implantations isolées et largement autarciques, les « ostrogs ». Il est vrai que cette forme d’établissement concerne aussi les cosaques. Chez eux comme chez les Itelmènes les réjouissances incluent des relations très dissolues avec la population féminine mais aussi des chants et des mélodies qui surprennent par leur qualité66. Steller finit par établir des comparaisons entre Itelmènes et Russes et par observer la manière dont les seconds modifient les habitudes sociales des premiers67.

  • 68 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 341.
  • 69 Johann Georg Gmelin, op. cit, p. 287.
  • 70 Ibid., p. 290.
  • 71 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit, p. 218.
  • 72 Id., « Beschreibung…, op. cit., p. 175.

29La maladie et la mort marquent le terme de l’existence sociale. Merck décrit la manière dont les Aléoutiens pratiquent la saignée sur la poitrine ou sous la langue selon le type d’affection, mais dont ils achèvent également les vieillards ou les malades trop affaiblis68. On rencontre d’abord la mort sous forme de collines mortuaires qui renvoient aux antiquités scythes, les kourganes. Les peuples locaux respectent ces sépultures mais les pillent aussi parfois car on y trouve de l’or, de l’argent et des bijoux69. On y voit aussi parfois des éperons de fer et des couteaux de forme chinoise. Gmelin distingue cinq sortes différentes de kourganes, dans une typologie qui repose sur les différences de formes de localisation et de mobilier. Il n’y a pas de tentative de datation, certains kourganes appartenant à de époques visiblement plus récentes : « Le cinquième type est désigné comme Kirgiskie Mogili parce qu’on suppose qu’il s’agirait de tombes kirghizes70. » Merck, quant à lui, rapporte que les vieillards dans les îles aléoutiennes mettent fin à leur vie en partant dans des campagnes de pêche dont ils ont l’intention de ne pas revenir71. Quant aux Tchouktches et aux Koriaks, ils brûlent leurs morts mais, quoique nomades, reviennent chaque année sur la sépulture de leurs proches pour y faire des sacrifices72. Au-delà des connaissances compilées sur le rapport des peuples sibériens à la mort, on retient surtout la place accordée aux rituels mortuaires dans la construction d’un système des cultures observées.

30Une anthropologie se met en place grâce aux visiteurs allemands de la Sibérie à l’époque des Lumières. Cette anthropologie invite à un retour sur les présupposés intellectuels, lié à un enseignement dans les universités allemandes de l’époque des Lumières, sur un climat intellectuel marqué entre autres par Herder, qui guide, indirectement, le regard des savants allemands. Certaines universités, comme celle de Göttingen, où se développe l’idée d’une histoire universelle intégrant la diversité des peuples de la terre, sont plus particulièrement marquées par l’aventure de l’Orient russe. Les Allemands décrivant la Sibérie sont au service non seulement de l’État russe qui les oblige à tenir secrets les résultats collectés, mais aussi d’une entreprise historiographique qui s’inscrit dans leur projet. Il s’agit de découvrir le soubassement historique de l’Empire, d’établir une ethnogenèse intégrant l’immense espace inconnu de la Sibérie. Alors que l’occidentalisme a longtemps prévalu en Russie, la découverte allemande des racines sibériennes de la Russie s’inscrit dans une autre perspective, celle d’une culture russe incluant les relations anciennes avec des cultures orientales. On pense aux travaux de l’historien Goumilev sur les peuples des steppes, on pense plus généralement à toutes les tendances à l’eurasisme. Ce qui est sûr aussi, c’est que la question du peuplement de l’Amérique à partir de la Sibérie, la question de la vision du monde impliquée par le chamanisme, celle des relations de l’espace russe à la Chine et à la Mongolie occupaient dès le xviiie siècle les savants allemands et que leur héritage est perceptible jusqu’au xxe siècle.

Notes

1 Il faut signaler à ce propos les importants travaux conduits par Dittmar Dahlmann jusqu’à sa dernière histoire de la Sibérie. Dittmar Dahlmann, Sibirien vom 16. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Paderborn, Schöningh 2009.

2 James Forsyth, A history of the peoples of Siberia. Russia’sNorth Asian Colony, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 13.

3 Ibid., p. 23.

4 Ibid., p. 175.

5 Ibid., p. 326.

6 Peter Hoffmann, Gerhard Friedrich Müller (1705-1783), Frankfurt am Main, Peter Lang, 2005, p. 253.

7 Johann Georg Gmelin, Expedition ins unbelannte Sibirien, Sigmaringen, Thorbecke, 1999, p. 144.

8 Ibid., p. 191-193.

9 Ibid., p. 179.

10 Ibid., p. 172-173.

11 James Forsyth, op. cit., p. 24.

12 Ibid., p. 224.

13 Ibid., p. 228.

14 Ibid., p. 281.

15 Ibid., p. 330.

16 Galsan Tchinag, Mein Altai, München, A1 Verlag, 2006.

17 Il faut rappeler ici que les premières cartes de Sibérie, de Sebastian Münster à Johann Philipp Tabbert von Strahlenberg en passant par Sigmund von Herberstein, ont été souvent l’œuvre de géographes ou cartographes allemands. Voir Dittmar Dahlman, op. cit., p. 105.

18 Peter Simon Pallas, Reise durch verschiedene Provinzen des russischen Reiches, Zweyter Theil, Sankt Petersburg, Kayserliche Akademie der Wissenschaften, 1773, p. 612.

19 Ibid., p. 547.

20 Han Vermeulen, Before Boas : The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment, Lincoln, University of Nebraska Press, 2015.

21 Dittmar Dahlman, op. cit., p. 134.

22 Rappelons que Leibniz lui-même avait appelé à une exploration du Kamtchatka, préfigurant ainsi les explorations de Steller et Merck dans le cadre de l’Académie des sciences de Russie. Voir Dittmar Dahlmann, op. cit., p. 112.

23 Georg Wilhelm Steller, Beschreibung von dem Lande Kamtschatka, Frankfurt und Leipzig, bei Johann Georg Fleischer, 1774, p. 251-252.

24 Ibid., p. 268.

25 Ibid., p. 274.

26 Peter Hoffmann, op. cit., p. 259.

27 Johann Georg Gmelin, op. cit p. 170.

28 Ibid., p. 178.

29 Ibid., p. 154-155.

30 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung der Tschuktschi, von ihren Gebräuchen und Lebensart » sowie weitere Berichte und Materialien, Göttingen, Wallstein, 2014, p. 233.

31 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch aus den Jahren 1788-1791, Göttingen, Wallstein, 2009, p. 247.

32 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 224-225.

33 Ibid., p. 256-257.

34 Ibid., p. 248-249.

35 Ibid., p. 227.

36 Ibid., p. 292-293.

37 Ibid., p. 299.

38 Peter Hoffmann, op. cit., p. 85.

39 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 274.

40 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit., p. 98.

41 Ibid., p. 23.

42 Johann Georg Gmelin, op. cit., p. 304.

43 Ibid., p. 305-306.

44 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit, p. 38.

45 Georg Wilhelm Steller… p. 360.

46 Ibid., p. 253.

47 Ibid., p. 263.

48 Ibid., p. 271.

49 Johann Georg Gmelin, op. cit, p. 267.

50 Dans son journal de Sibérie, Aus Sibirien-Lose Blätter aus meinem Tagebuche (Weigel Nachfolger, Leipzig 1893) Radloff décrit tout particulièrement une exploration du lac Teletskoe et de ses environs. Avant lui, un voyageur germanobalte avait décrit la région, le géologue Gregor von Helmersen, Reise nach dem Altai Sankt Petersburg, Akademie der Wissenschaften, 1848.

51 M.K. Azadovskij, Istoriia russkoi folkloristiki, 2 vol. Moskva, RGGU, 2013.

52 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit, p. 235.

53 Ibid., p. 200-201.

54 Ibid., p. 212.

55 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p. 223.

56 Ibid., p. 207.

57 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 239- 242.

58 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p. 235.

59 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 208.

60 Ibid., p. 239.

61 Georg Wilhelm Steller, op. cit., p. 343-345.

62 Carl Heinrich Merck, « Beschreibung…, op. cit., p. 160.

63 Ibid., p. 162.

64 Johann Georg Gmelin…, op. cit., p.. 221.

65 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 205.

66 Georg Wilhelm Steller, op. cit., p. 87.

67 Ibid., p. 289-290.

68 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit., p. 341.

69 Johann Georg Gmelin, op. cit, p. 287.

70 Ibid., p. 290.

71 Carl Heinrich Merck, Das sibirisch-amerikanische Tagebuch…, op. cit, p. 218.

72 Id., « Beschreibung…, op. cit., p. 175.

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search