Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Deuxième partie. Ethnographie sibérienne et rencontre de cultures

6. Langues et ethnies turciques de l’Altaï septentrional

Surna Sarbacheva
Traduction de Ekaterina Pichugina

Texte intégral

  • 1 W. Radloff, Phonetik der nördlichen Türksprachen, Leipzig, 1882, p. 26.
  • 2 N.M. Jadrincev, « Otčet o poezdke… v Gornyj Altaj k Teleckomu ozeru i v veršiny Katuni v 1880 godu  (...)
  • 3 V.G. Moiseev, Proisoždenie uralojazyčny narodov po dannym kraniologii, Sankt-Peterburg, 1999, p. 10 (...)
  • 4 Ibid., p. 109.
  • 5 N.A. Baskakov, Dialekt černovyh tjurkskih tatar/tuba-kiži/. Teksty i perevody, 1965, p. 8.
  • 6 I.Ja. Seljutina, N.S. Urtegesev, T. R Ryzikova., I.D. Dambyra, S.V. Kecil-Ool, Faringalizacija kak (...)
  • 7 A.M. Mzlolrtko, Paleotoponimika, Tomsk Izdatelʹstvo Tomskogo universiteta, 1992.
  • 8 O.T. Molčanova, Toponimičeskij slovarʹ Gornogo Altaja, Gorno-Altajsk, Gorno-Altajskoe otdelenie Alt (...)

1Différents peuples et tribus nomades ont vécu sur le territoire de la Sibérie pendant plusieurs milliers d’années, se déplaçant à la recherche de meilleurs herbages, points d’eau et abris. Tous ces peuples avaient des noms qu’ils s’étaient donnés eux-mêmes ou qu’ils avaient reçus de tribus voisines. Dans le premier cas, on trouvait habituellement dans le nom le mot « être humain », comme il est courant chez tous les autres peuples du monde. Ainsi le mot correspondant, kiji, fait partie de l’autodésignation du groupe principal des peuples altaïens : Altaï-kiji (en fait Altaïens méridionaux), c’est-à-dire « êtres humains de l’Altaï », autrement dit, vivant sur la terre de l’Altaï, appartenant à cette terre : bou altaïdyng kijizi. Ce terme peut ainsi se rapporter à tous les représentants des familles et tribus. Pour les ethnies septentrionales on trouve les termes Koumandy-kiji (Koumandines), Tchalkandy-kiji (Tchelkanes), Touba-kiji (Toubalares). On peut aussi rencontrer comme autodésignation Tadar-kiji (Tatars), nom qui a pu être donné par les Russes auparavant. En outre, les Toubalares ont aussi comme ethnonyme Jych/Iych-kiji, qui signifie « être humain de la taïga sombre », d’après leur lieu d’habitation. De là vient aussi, dans les travaux scientifiques, leur nom de « Tatars noirâtres1 ». Les Altaïens septentrionaux n’ont été intégrés à l’État russe qu’au milieu du хviie siècle, fait mentionné dans les documents officiels en l’an 16432. Certaines distinctions générées par les destins historiques des peuples du massif de l’Altaï se retrouvent aujourd’hui dans la distinction par l’anthropologie physique entre Altaïens méridionaux et Altaïens septentrionaux. L’analyse des données craniométriques confirme que la formation de la population actuelle de la Sibérie occidentale et méridionale est le résultat d’un long processus d’interactions entre trois groupes de population aux origines distinctes : protocaucasoïde, mongoloïde et ouraloïde3. Une composante caucasoïde prononcée chez plusieurs peuples turcophones du massif des Altaï-Saïan (les Khakasses et les Altaïens septentrionaux) témoigne en faveur de la participation à leur formation d’un peuple protocaucasoïde. Quant à la composante anthropologique « ouraloïde », on la retrouve sur presque tout le territoire de la Sibérie de l’Ouest (les Khantys, les Mansis, les Nénetses, les Tatars de Tobol-Irtych (sauf Ayalyn), de Tomsk et de Barabine, les Tchoulymts et peut-être les Kètes) et partiellement dans l’Altaï septentrional (les Téléoutes et les Toubalares)4. Dans les origines mixtes des Altaïens septentrionaux, une série d’indices fait ressortir assez nettement des éléments ethniques liés à la vie d’éleveurs nomades. N.A. Baskakov suppose que des groupes de grandes associations tribales de Tolosses, Tigreches et Togous-Ogouzes ont été repoussés sur le territoire de l’Altaï et se sont mélangés avec les populations aborigènes, c’est-à-dire, des tribus de Nénetses (Samoyèdes), et ont reçu de leur part une désignation commune5. L’existence d’un substrat se confirme par les dernières études expérimentales sur la phonologie des ethnies nordiques de l’Altaï6 et par les toponymes et les hydronymes des raïons contemporains de Tourotchak et de Tchoïa de la république de l’Altaï. Le nom de la rivière Lebed’ est particulièrement intéressant. Ce cours d’eau prend sa source au sommet de la montagne Abakan, tout comme la rivière Abakan. L’étymologie de l’hydronyme Lebed’ ne pose pas problème si on pense que la rivière peut porter un nom d’oiseau (lebed’ veut dire « cygne » en russe). Mais sur les cartes géographiques d’avant le хviiie siècle, elle est indiquée sous le nom de Lebe, ce qui peut difficilement être d’origine russe. Les langues turciques ne connaissant pas de « L » initial, l’origine de cet hydronyme est à chercher dans d’autres langues non apparentées. Sur la rive gauche de la basse Ob, côté Mansis, coule la rivière Lepla, et côté Khantys, l’Aïlap, ce qui confirmerait l’hypothèse du substrat samoyède dans les langues des Altaïens septentrionaux. Lap, lop, lep veut dire « rivière », « vallée », « plaine », « branche », « affluent »7. Comme cet hydronyme était adapté à la base articulatoire des populations locales, il réapparaît dans plusieurs variations avec une prothèse : Eloubel, Elebe, Elebeguene, autant d’hydronymes du système du lac Teletskoe. Par ailleurs, tout comme l’hydronyme Biïa, Piï Souou peut être d’origine kète, puisque le mot bi en kète signifie « eau ». Dans la langue des Altaïens septentrionaux, la rivière Biïa a une autre appellation d’origine turcique : Öӧn. « L’existence du substrat kète dans la toponymie du Haut-Altaï reste pour le moment hypothétique, car les noms géographiques d’origine kète ne forment pas ici une aire compacte, comme c’est le cas, par exemple, avec la Chorie et les autres territoires turcs de la Sibérie. Quelques toponymes isolés ont pu être importés dans l’Altaï par les Samoyèdes et les Turcs qui avaient habité à côté des Kètes et utilisaient des toponymes d’origine kète8. »

2Du point de vue linguistique, on distingue cinq grands dialectes de la langue altaïque. Un dialecte méridional de l’Altaï-kiji sert de base à la langue altaïque littéraire d’aujourd’hui ; quatre autres ont le statut de langues autochtones indépendantes non écrites et ne sont toujours pas complètement décrits. On crée des dictionnaires et des abécédaires de ces dialectes, mais les versions proposées ne sont pas également satisfaisantes pour différents groupes de locuteurs.

  • 9 N.A Baskakov, « Dialekty altajskogo jazyka », in Voprosy altajskogo jazykoznanija, Gorno-Altajsk, 1 (...)
  • 10 W. Radloff, op. cit., p. 280 – 291.
  • 11 F.E. Korš, « Klassifikacija tjurkskih plemen po jazykam », in Ètnografičeskoe obozrenie, Мoskva, 19 (...)
  • 12 M. Rjasianen, « Materialy po istoričeskoj fonetike tjurkskih jazykov », Moskva, 1955, p. 28-30].
  • 13 K.H. Menges, « The Turkic Languages and Peoples. An Introduction to Turkic Studies », in Ural-Altai (...)
  • 14 N.A. Baskakov, « Dialekty altajskogo jazyka », in Voprosy altajskogo jazykoznanija, Gorno-Altajsk, (...)
  • 15 A.M. Ščerbak, Vvedenie v sravnitelʹnoe izučenie tjurkskih jazykov, Sankt-Peterburg, 1994, p. 39-40.

3 La langue des Toubalares. Les Toubalares (autodésignation : Touba, Toubalare, Jych/Jych-kiji) vivent principalement dans les raïons de Tourotchak, Tchoïa et Maïma de la république de l’Altaï, le long de la rivière Biïa et de ses affluents Sary-Kokcha et Kara-Kokcha, ainsi que le long des affluents Ouïmen et Pyja de la rivière Katoun. Selon N. A. Baskakov, en 1965, la population de Toubalares s’élevait à environ 7000 personnes ; aujourd’hui, ils sont environ 2000. Parmi les noms des clans des Altaïens méridionaux et septentrionaux, plusieurs sont identiques aux noms mentionnés dans les sources en vieux-turc (sources en alphabet de l’Orkhon provenant du bassin de l’Ienisseï) : tӧlӧs, kyrgys, tigrech, tӧrtas, ce qui confirme non seulement le lien génétique étroit des Altaïens contemporains avec les tribus de Vieux-Turcs, mais aussi le fait que la composante ethnique principale des Altaïens, ce sont des clans et tribus de Vieux-Kirghiz et Ouïgours, mêlés par la suite aux Oghouzes9. Les spécialistes divergent sur la question de la place de la langue tuba dans les classifications linguistiques. V.V. Radloff10, F.E. Korch11 et М. Riassianen12 classent le dialecte tau des Touba-kijis, tout comme ceux des Koumandines, des Lebedines (tau), des Altaïens, des Téléoutes et des Télés (tou/tu) parmi les langues de la branche nord-est des j-langues du type ouïghour. Selon K.G. Menges, tous les dialectes altaïques, sans distinction entre le sud et le nord, font partie du groupe des langues turciques sibériennes du Sud (« sibériennes à proprement parler »)13. Selon la classification généalogique des langues turciques la plus répandue et établie par N.A. Baskakov, le dialecte toubalar et les autres dialectes de l’Altaï septentrional font partie du sous-groupe khakasse du groupe ouïghour-oghouz de la branche hunnique orientale des langues turciques14. A.M. Chtcherbak considère que le dialecte touba-kiji fait partie du groupe mixte, composé des langues turciques dont la classification est problématique, tandis que les dialectes altaïques du sud font, selon lui, partie du groupe kiptchak15. Les Toubalares parlent russe pratiquement dans tous les domaines de l’utilisation de la langue. Seules les personnes âgées accordent la préférence incontestable à la langue toubalare dans la vie quotidienne et familiale. Mais malgré la perte de la plupart de ses fonctions sociales, le dialecte touba remplit encore la fonction de communication entre les membres les plus âgés de la famille et les adultes, et est utilisé par les représentants de ce groupe ethnique dans les situations de la vie courante.

4 La langue tchalkane. Dans la littérature scientifique, les Tchalkanes, Tchelkanes ou Thelkanes sont parfois désignés sous leur vieux nom de Lebedines ou Tatars de Lebed, peuple qui habite autour de la rivière Lebed (Lebe). La langue tchalkane fait partie du sous-groupe khakasse du groupe ouïghour-oghouz des langues turciques. Tout comme le qumanda et le tuba-kiji, le tchalkane avait toujours été considéré comme un dialecte de l’altaï-kiji, mais en 2000, tous les trois ont reçu le statut officiel de langues de petits peuples indigènes de la fédération de Russie et ont été répertoriés dans le « Livre rouge » des langues indigènes de la Russie. Actuellement, les Tchelkanes vivent bien groupés dans les raïons de Tourotchak et de Tchoïa de la république de l’Altaï, dans les villages de Kourmatch-Baïgol, Souranach, Maïskoïe et Tourotchak. Comme les autres groupes ethniques des Altaïens contemporains, les Tchelkanes proviennent des tribus d’origine samoyède et kète, et des tribus turciques dont la langue l’a définitivement emporté sur les composants étrangers. Dans la littérature scientifique des années 1990, la population des Tchelkanes est estimée à 2000 personnes environ. Mais les chiffres exacts sont inconnus, puisque depuis 1926, lors des recensements de la population, les Tchelkanes ont été comptés parmi les Altaïens. L’académicien V.V. Radloff a été le premier à fixer la langue tchalkane. Au xxe siècle, N.A. Baskakov a également beaucoup contribué à l’étude de la langue altaïque et de ses dialectes, dont le tchalkane, qui a été décrit par lui dans plusieurs de ses travaux scientifiques. Tous les Tchelkanes sont bilingues et parlent bien le russe qui est pour plusieurs d’entre eux la langue maternelle. Pour cette raison, le champ d’utilisation du dialecte tchalkane ne cesse de rétrécir, et il n’est plus parlé qu’en famille et au sein de petits groupes engagés dans des activités économiques traditionnelles.

  • 16 I. Ja. Seljutina, « Dentopalatogrammy kumandinskih soglasnih », in Issledovanija po fonetike sibirs (...)

5 La langue des Koumandines. Les Koumandines se désignent sous le terme qumandy/quvandy/quvanta/quvandyg/quvandyk. Mais selon I.Ia Selioutina, le terme qumandy n’est pas une autodésignation, mais le nom du clan principal que les tribus voisines ont attribué à tout le peuple. Toutes ces variantes proviennent de l’ethnonyme quman, ayant un radical turcique qu : <qub ‘pâle, jaune pâle’+ -man16.

6Pour de nombreux spécialistes, le qumanda est une langue séparée et indépendante du sous-groupe khakasse du groupe ouïghour-oghouz. Les Koumandines sont particulièrement nombreux sur le territoire du kraï de l’Altaï à Biïsk et dans les raïons de Solton et de Krasnogorskoye. Sur le territoire de la république de l’Altaï, les Koumandines vivent éparpillés, essentiellement à Gorno-Altaïsk et dans le raïon de Touratchak. Selon le recensement de 1897, la population des Koumandines atteignait 4092 personnes, et selon celui de 1926, 6334 personnes. Dans les recensements suivants, les Koumandines n’ont pas été traités comme une ethnie à part, mais compté parmi les Altaïens. Aujourd’hui, les Koumandines, tout comme les Toubalares et les Tchelkanes, font partie des petits peuples indigènes du Nord et ont été répertoriés dans le registre unique des petits peuples indigènes de la Russie. Selon les résultats préliminaires du recensement des petits peuples de la fédération de Russie en 1999, la population actuelle des Koumandines s’élèverait à 700 personnes. Selon les locuteurs eux-mêmes, ils sont au moins 2000, et selon le recensement de 2002, leur population compte 3114 personnes (1,5 fois plus). 1044 personnes parlent le qumanda. L’influence très ancienne de différents dialectes turciques se fait toujours sentir dans cette langue, ce qui provoque de nombreux débats quant à sa qualification linguistique. Une série de caractéristiques phonétiques du qumanda le rapprochent du chor et partiellement du khakasse. Il a gardé par ailleurs quelques traits spécifiques qui le distinguent non seulement des dialectes altaïques, mais aussi de toute la famille des langues turciques. Les Koumandines d’âge moyen et les seniors parlent le qumanda entre eux, les jeunes préfèrent le russe. Le russe est parlé par presque tous les Koumandines, et certains d’entre eux le considèrent comme leur langue natale.

***

7Les langues des petits peuples indigènes de la république de l’Altaï peuvent disparaître. Aujourd’hui, elles ne sont parlées que par cinquante à soixante pour cent des personnes qui se désignent comme Toubalares, Tchelkanes ou Koumandines.

8Seules la conscience de leur identité, la libre disposition et l’éducation de ces peuples peuvent prolonger la vie de leurs langues, qui sont conservées aujourd’hui grâce à la vieille génération, laquelle, comme à des milliers d’années en arrière, se rassemble toujours autour du foyer et se raconte des légendes qui célèbrent les exploits de ses vaillants ancêtres.

Notes

1 W. Radloff, Phonetik der nördlichen Türksprachen, Leipzig, 1882, p. 26.

2 N.M. Jadrincev, « Otčet o poezdke… v Gornyj Altaj k Teleckomu ozeru i v veršiny Katuni v 1880 godu », in Zapiski Zapadno-Sibirskogo otdelenija RGO, Kniga 4, 1882, p. 52.

3 V.G. Moiseev, Proisoždenie uralojazyčny narodov po dannym kraniologii, Sankt-Peterburg, 1999, p. 108.

4 Ibid., p. 109.

5 N.A. Baskakov, Dialekt černovyh tjurkskih tatar/tuba-kiži/. Teksty i perevody, 1965, p. 8.

6 I.Ja. Seljutina, N.S. Urtegesev, T. R Ryzikova., I.D. Dambyra, S.V. Kecil-Ool, Faringalizacija kak tipologičeskij priznak fonologičeskih sistem (na materiale tjurkskih jazykov Južnoj Sibiri), Novosibirsk, Izdatelʹstvo Omega Print, 2014.

7 A.M. Mzlolrtko, Paleotoponimika, Tomsk Izdatelʹstvo Tomskogo universiteta, 1992.

8 O.T. Molčanova, Toponimičeskij slovarʹ Gornogo Altaja, Gorno-Altajsk, Gorno-Altajskoe otdelenie Altajskogo knižnogo izdatelʹstva, 1979, p. 8.

9 N.A Baskakov, « Dialekty altajskogo jazyka », in Voprosy altajskogo jazykoznanija, Gorno-Altajsk, 1988, p. 3-20 ; N. A Baskakov, Dialekt černovyh tjurkskih tatar/tuba-kiži/. Teksty i perevody, 1965.

10 W. Radloff, op. cit., p. 280 – 291.

11 F.E. Korš, « Klassifikacija tjurkskih plemen po jazykam », in Ètnografičeskoe obozrenie, Мoskva, 1910, no 1-2, p. 114-127.

12 M. Rjasianen, « Materialy po istoričeskoj fonetike tjurkskih jazykov », Moskva, 1955, p. 28-30].

13 K.H. Menges, « The Turkic Languages and Peoples. An Introduction to Turkic Studies », in Ural-Altaische Bibliothek, Wiesbaden, 1968, XV, p. 60.

14 N.A. Baskakov, « Dialekty altajskogo jazyka », in Voprosy altajskogo jazykoznanija, Gorno-Altajsk, 1988, p. 74.

15 A.M. Ščerbak, Vvedenie v sravnitelʹnoe izučenie tjurkskih jazykov, Sankt-Peterburg, 1994, p. 39-40.

16 I. Ja. Seljutina, « Dentopalatogrammy kumandinskih soglasnih », in Issledovanija po fonetike sibirskih jazykov, Novosibirsk, 1976, p. 26-62.

Auteur

Directeur d’études, doyen de la chaire d’altaïstique et de turcologie de l’université de Gorno-Altaïsk, Russie.

Ekaterina Pichugina (Traducteur)

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search