Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Deuxième partie. Ethnographie sibérienne et rencontre de cultures

5. Les mots du cheval qui voyagent parmi les langues altaïques d’après le dictionnaire iakoute de Pekarskij

Carole Ferret

Texte intégral

  • 1 V.I. Seroševskij, Jakuty. Opyt ètnografičeskogo issledovanija, Moskva, Rossijskaja političeskaja èn (...)
  • 2 I.A. Hudjakov, Verhojanskij sbornik. Jakutskie skazki, pesni, zagadki i poslovicy, a takže russkie (...)
  • 3 W. Jochelson, The Yakut, New York, American Museum of Natural History [Anthropological papers XXXII (...)

1L’exil en Sibérie n’eut pas que des aspects négatifs, mais il eut aussi des côtés très positifs, du moins pour l’ethnographie et en particulier pour l’étude des Iakoutes (également appelés Sakha). Ainsi au xixe siècle, la connaissance de ce peuple turcophone, établi dans les confins nord-est de l’aire altaïque après avoir migré depuis la Sibérie méridionale, a-t-elle grandement progressé grâce à des travaux majeurs écrits par des déportés politiques. Nombre d’entre eux étaient polonais, condamnés lors de la vague de répression qui suivit l’insurrection de 1863. On songe notamment à Waclav Sieroszewski (Vaclav Leopol’dovič Seroševskij, 1858-1945), auteur d’une imposante monographie1 après avoir passé douze années en Iakoutie (1880-1892). Ivan Aleksandrovič Hudjakov (1842-1876), savant populiste exilé dans cette contrée lointaine pour son implication dans un attentat manqué contre Alexandre II en 1866, compila des pièces du folklore dans son « Recueil de Verhojansk » (1890), mais sa « Brève description du district de Verhojansk » (1969) demeura longtemps inédite2. Dans la même veine peuvent être cités Vasilij Fillipovič Troščanskij (1843-1898), Vsevolod Mihajlovič Ionov (1851-1922), Sergej Vasil’evič Jastremskij (1857-1941 ?), Nikolaj Alekseevič Vitaševskij (1857-1918) et Ivan Ivanovič Majnov (1861-1936), entre autres, qui collaborèrent à la Société impériale de géographie, alors principal foyer de l’ethnographie. Parmi eux, le plus connu en Occident est sans doute Waldemar Jochelson (1855-1937) car son livre sur les Iakoutes (1933), rédigé après sa participation avec Waldemar Bogoras à la Jesup North Pacific expédition dirigée par F. Boas, puis son émigration aux États-Unis, a été publié en anglais3.

  • 4 È.K. Pekarskij, Slovar’ jakutskogo jazyka, Sankt-Peterburg-Petrograd-Leningrad, Tipografija imper. (...)
  • 5 Voir la préface de la première édition du dictionnaire.

2Eduard Karlovič Pekarskij (Edward Piekarski, 1858-1934) était un Polonais, exilé en Iakoutie entre 1891 et 1899. Forcé de vivre parmi les Iakoutes, il devait comprendre leur langue. Il se mit alors à rassembler et à noter les mots qu’il entendait. Il participa avec d’autres auteurs précités à la grande expédition financée par I.M. Sibiriakov en 1894-1896, visant à collecter des documents sur le mode de vie autochtone en Iakoutie. Sa recension systématique du lexique prit de telles proportions que quelques décennies plus tard, avec l’aide de plusieurs participants à l’expédition, elle devint une œuvre majeure, incroyablement riche : son dictionnaire de la langue iakoute compte 3800 pages. Il est paru en treize volumes, dans trois villes qui n’en font qu’une (Saint-Pétersbourg, Petrograd et Leningrad), entre 1907 et 19304. Outre les mots iakoutes, leurs variantes, leur signification et des exemples de leur emploi, il cite leurs équivalents dans d’autres langues altaïques ou en russe. Le grand turcologue Vasilij Vasil’evič Radlov (né Friedrich Wilhelm Radloff, 1837-1918), lui-même auteur d’un magistral dictionnaire comparé des langues turciques de Sibérie et d’Asie centrale, aida à sa publication au sein de l’Académie des sciences. En dépit de la croyance alors répandue, voulant que le iakoute ne comptât « que 3000 mots, au plus », Pekarskij était convaincu que cette langue était « aussi inépuisable que la mer » selon l’archiprêtre D. Popov5 et il le prouva par ce dictionnaire, auquel il consacra la moitié de sa vie.

  • 6 W. Jochelson, The Yakut, New York, op. cit., American Museum of Natural History [Anthropological pa (...)
  • 7 Voir Böhtlingk (O. Bëtlingk [Böhtlingk]), O jazyke jakutov [Über die Sprache der Jakuten], Novosibi (...)

3Auparavant, quelques explorateurs, dont le Hollandais Nicolaes Witsen (1641-1717), avaient inclus dans leurs récits de voyage des listes de mots iakoutes collectés lors de leurs expéditions. L’Allemand Otto von Böhtlingk (1815-1904) avait rédigé une grammaire du iakoute accompagnée d’un dictionnaire, la meilleure selon W. Jochelson6, bien qu’il ne connût cette langue que par l’intermédiaire d’un fonctionnaire à la retraite, A.Ja. Uvarovskij, de père russe et de mère iakoute, rencontré à Saint-Pétersbourg7. Böhtlingk créa un alphabet particulier, ensuite employé pour les travaux scientifiques, tandis que les missionnaires en utilisaient un autre, pensé par D.V. Hitrov pour les livres religieux. En 1917, un étudiant iakoute, S.A. Novgorodov, inventa un autre système, fondé sur l’alphabet phonétique international. Le iakoute s’écrivit alors en alphabet latin, au cours des années 1920 et 1930. Il fut réformé par souci d’unification des langues turciques après le premier congrès des turcologues à Bakou en 1926. Puis il revint à partir de 1939 à l’alphabet cyrillique, additionné de quelques lettres supplémentaires.

  • 8 C. Ferret, Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à un (...)

4Alors que j’écrivais ma thèse de doctorat en ethnologie sur les techniques du cheval chez les peuples turcophones de Sibérie et d’Asie centrale8, je commençai à rassembler tous les termes se référant à cet animal dans le dictionnaire de Pekarskij. Mais cette tâche s’avéra sans fin. À chaque page on y trouve plusieurs mots liés, directement ou indirectement, au monde du cheval.

  • 9 È.K. Pekarskij, op. cit. Si les termes russes sont ici transcrits suivant les règles adoptées pour (...)
  • 10 Plus précisément, l’expression badaraan’n’yt at signifie « cheval apte à marcher en terrain marécag (...)
  • 11 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 1338 ; N.V. Skrybykin, « Zametki o skotovodčeskoj leksike v sovremenno (...)
  • 12 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 1558 ; P.A. Slepcov, Jakutsko-russkij slovar’, Moskva, Izdatel’stvo «  (...)
  • 13 C. Ferret, op. cit., p. 963.

5 Un exemple parmi tant d’autres : le mot iakoute bağa, « grenouille », désigne aussi la « châtaigne » (excroissance sur la face interne de la jambe du cheval, appelée sylgy bağata) et la « fourchette » (partie charnue du pied sous le sabot, de forme triangulaire, qui sert d’amortisseur)9. Plusieurs termes très spécifiques ne peuvent être traduits que par des périphrases : par exemple, badaraan’yt, « cheval apte à marcher sur un terrain fangeux ou marécageux » (de badaraan « marais »)10; kùrùôsyt, « animal qui a pour habitude de franchir les clôtures » (de kùrùô « enclos, clôture »)11. Le verbe mèṅèḥin ou mèṅèstèr, « s’asseoir à cheval derrière un autre cavalier » ou « asseoir un deuxième cavalier derrière soi, sur la croupe de son cheval »12 est lié à l’habitude de monter à deux sur la même monture13.

  • 14 O. Bëtlingk [Böhtlingk], op. cit. ; A.F. Middendorf, Putešestvie na sever i vostok Sibiri, Č. II, S (...)

6Comme dans l’ensemble des langues turciques, le lexique iakoute des robes équines est très riche. Dans le dictionnaire de Pekarskij, ainsi que dans d’autres sources écrites ou sur le terrain14, j’ai relevé 25 noms de robes de base, une centaine de leurs nuances et plus d’une vingtaine de signes particuliers les distinguant.

7Robes de base :

  • ùrùṅ « blanc »
  • maṅan, mağan « blanc, gris clair sur une peau claire »
  • aas « blanc, blanc jaune »
  • kèrè « blanc, blanchâtre gris clair sur une peau sombre »
  • boroṅ « gris, gris foncé »
  • kôğôččôr « gris fer, gris acier, gris foncé »
  • sur « gris souris, gris cendré »
  • ulaan « louvet, café au lait, gris clair cendré »
  • arağas, araṅas « café au lait, jaune doré ou cuivré »
  • hoṅor « brun jaune, café au lait »
  • saḥarhaj, sasarhaj « jaune rouge, alezan, alezan brûlé »
  • kyḥyl (dans les ulus du nord) « alezan »
  • kugas « alezan »
  • kùrèṅ « alezan brûlé, châtain, brun rouge, café au lait »
  • saalyr, saalyyr « isabelle (jaune clair aux crins noirs) »
  • sièr « louvet, ocre, de la couleur du chevreuil »
  • monuk « robe à poils bruns avec crins blancs ou gris »
  • turağas « bai »
  • hara « noir »
  • buuluur, buluur, buulur, buurul « rouanné »
  • čuoğur « tacheté (taches sombres éclaboussées sur fond clair) »
  • èbirièn « tacheté, moucheté (couvert de petites taches) »
  • èrièn « tacheté, zébré »
  • ala « pie »
  • èlèmès « pie »

8Exemples de nuances :

  • ùùt kèrè « blanc “laiteux”, blanc à reflet jaune »
  • hara kôgôččôr « gris foncé »
  • syrdyk ulaan « café au lait clair », etc.

9Exemples de signes particuliers :

  • mağaas maṅaas « à tête blanche »
  • uraan’yktaah « fortement en tête (avec une grosse tache blanche sur le front) prolongé par liste sur le chanfrein »
  • tolbonnooh « à la croupe pommelée »
  • èlèmès atahtaah « avec balzanes haut chaussées », etc.15
  • 16 Pour plus de détails sur les nomenclatures française, russe et iakoute des robes équines, voir Ferr (...)

10Les noms de robes ou de couleurs sont particulièrement difficiles à traduire, car le système qui les décrit diffère d’une langue à l’autre, et d’une époque à l’autre. Il s’avère que la traduction n’est pas une opération symétrique dans ce cas. Ce fait est frappant lorsqu’on consulte des dictionnaires bilingues. Par exemple, dans le dictionnaire russo-français, le mot savrasaja correspond à « aubère », tandis que dans le dictionnaire franco-russe, ce même mot aubère correspond à ryže-čalaja : le traducteur ne retombe pas sur ses pieds16. Et la double traduction (du iakoute vers le russe, puis du russe vers le français) complique encore sa tâche. Autrement dit, la relation de traduction non seulement n’est pas symétrique, mais elle pèche aussi par une imparfaite transitivité. Il est alors indispensable, pour le chercheur, de vérifier de visu sur le terrain la réalité des couleurs désignées, à l’aide de photographies ou de chevaux vivants.

  • 17 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 770.
  • 18 G.V. Ksenofontov, Šamanizm. Izbrannye trudy (Publikacii 1928-1929 gg.), 1992 [1928- 929], p. 222 et (...)
  • 19 V. Dal’, Tolkovyj slovar’ živogo velikorusskogo jazyka, Moskva, Russkij jazyk, 1989-1991 [1880-1882 (...)
  • 20 Il existe bien en iakoute l’expression kynat d’ağyl, « tache en forme d’aile », mais précisément, i (...)
  • 21 E. Lot-Falck, « Les incarnations de l’ilbis yakoute » in Traditions religieuses et parareligieuses (...)

11Il convient également de se méfier de la surinterprétation, qui sévit en ajoutant une signification superflue, absente de l’original. Par exemple dans l’adaptation française de l’œuvre de G. Ksenofontov, l’expression iakoute hara d’ağyl, qui qualifie un cheval porteur d’une tache sombre réticulée sur l’épaule17— particularité fréquente chez les chevaux iakoutes — a été traduite « avec des ailes de corbeau »18. C’est un cas typique de double traduction fautive, biaisé par le passage par une langue tiers. En effet, d’une part la robe noire s’appelle voronaja, « de corbeau » en russe, d’autre part les Sibirjak, Russes de Sibérie, disent des chevaux qui ont une grande tache sur l’épaule qu’ils sont krylatye, « ailés »19. Mais dans l’original iakoute hara d’ağyl, il n’y a, à ma connaissance, nulle idée ni d’aile ni de corbeau20. Étant donné la signification symbolique du corbeau dans la culture iakoute21, une telle traduction pourrait conduire à des interprétations totalement erronées.

  • 22 N.V. Skrybykin, op. cit., p. 111.
  • 23 Information que j’ai recueillie sur le terrain dans l’ulus de Srednekolymsk en 1995.
  • 24 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2725.

12La langue iakoute est très imagée. Par exemple, un cheval ayant une tache autour des yeux s’appelle ačykylaah, « à lunettes » (formé à partir du russe očki, « lunettes ») ; celui qui a une robe claire avec une grande tache sombre sur la tête, happaaktaah (construit sur le iakoute happaak, issu du russe kolpak « bonnet »)22; celui qui a une marque à l’endroit où tombe l’étrier, iṅèḥèlèèh, « avec étrier »23 ; celui qui a le bout du nez clair, tomtoruktaah (construit sur le iakoute tomtoruk « muselière »)24, etc. Mais il ne faut pas inventer des images là où il n’y en a pas.

  • 25 La culture française a également entretenu des liens très forts avec le cheval, si bien qu’il n’y a (...)

13Je ne pourrai dévoiler ici qu’une infime partie de la richesse du lexique équin, équestre, hippique et chevalin25 présent dans le dictionnaire de Pekarskij. Elle se révèle notamment dans les dénominations des chevaux suivant leur âge et leur sexe. Éminents pasteurs, les peuples turciques de Sibérie et d’Asie centrale se distinguent par un système de dénominations du bétail à la fois précis et productif, qui partage de nombreux traits communs.

  • 26 Les sources de ce tableau sont signalées par les abréviations suivantes :
    [AEK] : Kulakovskij 1928, (...)

Dénominations iakoutes des chevaux selon l’âge et le sexe26

Dénominations iakoutes des chevaux selon l’âge et le sexe26
  • 27 P.A. Slepcov, op. cit., p. 332, mentionne sonoğos biè, « jeune jument », sonoğos désignant selon lu (...)
  • 28 A.M. Ščerbak (« Nazvanija domašnih i dikih životnyh v tjurkskih jazykah », Istoričeskoe razvitie le (...)
  • 29 P.A. Slepcov (Jakutskij literaturnyj jazyk. Formirovanie i razvitie obščenacional’nyh norm, Novosib (...)
  • 30 Le même (Jakutsko-russkij slovar’, op. cit., p. 176), précise que kôlô qualifie plus généralement l (...)
  • 31 Dans le nord de la Iakoutie, miinèr qualifie le renne de monte (P.S. Afanas’ev, M.S. Voronkin & M.P (...)
  • 32 Ces mots désignaient originellement la vieille femme ou la grand-mère, sens auxquels se restreint a (...)

Notes :27 28 29 30 31 32

  • 33 H. Takakura, (« An Institutionalized Human-Animal Relationship and the Aftermath : The Reproductive (...)
  • 34 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2968.
  • 35 Cette convention est d’ailleurs identique chez nous, notamment pour les chevaux de course, qui pren (...)

14 Cette terminologie n’est pas toujours claire ni totalement unifiée. Parmi ces dénominations se trouvent des synonymes et, à l’inverse, des variantes dialectologiques. Par ailleurs, il n’y a pas unanimité sur les significations. Selon certains de mes informateurs, kulun désigne le poulain de la naissance à six mois, pour d’autres, jusqu’à un an, tandis que pour d’autres encore, tous les poulains sont des ubaḥa dans leur première année33. En vérité, le critère déterminant est dans ce cas celui de l’alimentation : le kulun devient ubaḥa quand il peut se passer du lait de sa mère34, à partir du moment où il est nourri au foin, c’est-à-dire actuellement à son premier automne. Ce qui importe ici, plus que l’âge réel — ignorant les dates de naissance individuelles, les éleveurs font comme si tous les poulains de l’année naissaient en même temps35 —, ce sont les principales étapes de la vie équine : sevrage, changement de pâture saisonnière, castration, débourrage ou poulinage.

  • 36 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2934.
  • 37 P.A. Slepcov, Jakutskij literaturnyj jazyk. Formirovanie i razvitie obščenacional’nyh norm, Novosib (...)
  • 38 D.P. Vasil’eva, op. cit., p. 47.
  • 39 P.S. Afanas’ev, M.S.Voronkin & M.P.Alekseev, Dialektologičeskij slovar’ jakutskogo jazyka, Moskva, (...)

15Selon les sources, tyj désigne les poulains d’un an à partir de leur deuxième été ou de leur deuxième hiver36. D’après P.A. Slepcov37, kytyylyyr est un terme archaïque, qui s’appliquait autrefois à tous les jeunes chevaux jusqu’à quatre ans. Pour certains, les mots atyyr, « étalon », et biè, « jument », qui marquent le passage à l’âge adulte, ne s’emploient pas dès quatre ans, mais seulement à partir de six ans38. Il existe également des variantes régionales, tel haardah sylgy qui, dans l’ulus Gornyj, désigne l’ensemble des poulains âgés d’un an et plus39.

16En réalité, les dénominations particulières pour chaque âge n’existent véritablement que jusqu’à trois ans. Ensuite, on a recours à un chiffre pour qualifier l’âge : ùs, « trois », tùôrt, « quatre », biès, « cinq », etc. Et les deux systèmes, dénominations particulières et qualifications chiffrées, se chevauchent partiellement. La période qui va de quatre à six ans est un âge charnière, où le cheval acquiert son statut adulte définitif. À partir de ce moment-là, il n’est plus un « poulain » ou un « jeune cheval », mais soit une poulinière, soit un étalon, soit un hongre de travail. La division par sexes prend de l’importance au moment où la division par âges en perd : jusqu’à quatre ou six ans, c’est l’âge qui importe le plus, ensuite c’est le sexe. Une fois la maturité acquise, il n’y a plus de terme propre à chaque âge.

  • 40 A.E. Kulakovskij, « Vidy životnogo i rastitel’nogo carstva, izvestnye jakutam », Izvestija jakutsko (...)
  • 41 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 302.
  • 42 R.K. Maak, op. cit., p. 151 ; V.L. Seroševskij, op. cit., p. 160.

17En effet, pour les Iakoutes, l’âge d’un cheval adulte compte assez peu. Ce qu’ils apprécient, c’est la capacité de chaque équidé à remplir sa fonction. Ce critère-ci devient donc déterminant dans les dénominations. Ainsi distingue-t-on la « jument stérile » (kur èrimèh) de la « bonne poulinière » (tièrgèn tùrèğè biè)40. Le mot èrimèh est particulièrement intéressant à ce titre puisque, appliqué à une jument (ou à une femme), il signifie « stérile » et, appliqué à un hongre, il signifie « non débourré »41. Il qualifie donc précisément la non-fonctionnalité. Comme la majorité des autres peuples turcophones de Sibérie et d’Asie centrale, les Iakoutes répartissent strictement les tâches que doivent assumer les chevaux en fonction de leur sexe : juments et étalons sont voués presque exclusivement à la reproduction, et les hongres, au travail, que ce soit sous la selle, le bât ou par le trait. Il existe cependant des exceptions : si les Iakoutes montent habituellement des hongres, une jument stérile de huit ou neuf ans (appelée mèṅè) peut être considérée comme une excellente monture, particulièrement endurante42.

  • 43 Antonov, op. cit.
  • 44 Communication personnelle de Fëdor M. Zykov le 15 mars 1994 et le 10 juillet 1995 à Iakoutsk.
  • 45 N.K. Antonov, op. cit., p. 29 — Dans la région de Verhnekolymsk, kytyylyyr s’applique précisément a (...)

18La grande majorité de ces dénominations ont une origine turque et ont des équivalents dans les autres langues turciques, également dotées d’un riche système de catégorisation du bétail. N.K. Antonov43 et F. M. Zykov remarquent que les termes iakoutes concernant les chevaux ont généralement une racine turque, alors que les termes concernant les bovins ont plus souvent une racine mongole44. La seule exception relevée par le premier auteur est kytyt, « jument de moins de quatre ans » et kytyylyyr, « poulain de trois ans, mâle ou femelle », qu’il rapproche du mongol ancien hidaalan, « poulain de deux ans »45.

  • 46 G. J. Ramstedt, « Alte türkische und mongolische Titel », Journal de la société finno-ougrienne 55, (...)
  • 47 D. Sinor, « Notes on the Equine Terminology of the Altaic Peoples », Central Asiatic Journal, X, 3- (...)
  • 48 L. Bazin, Les systèmes chronologiques dans le monde turc ancien [Bibliotheca orientalis hungarica, (...)

19Un unique terme, sonoğos, ne trouve pas d’équivalent dans les langues turques actuelles. G. J. Ramstedt46 le relie au turc ancien (orkhon, tchagataï et ouïgour) « jont » — ou « yunt »47—, qui signifiait « cheval », « troupeau de chevaux » et qui est encore employé dans le calendrier des douze animaux48. Auparavant synonyme de « cheval de troupeau », ou « cheval demi-sauvage », le mot iakoute sonoğos a connu un glissement de sens vers « cheval jeune, juste débourré » et il sert maintenant à désigner les mâles jusqu’à quatre ans.

  • 49 Pour plus de détails, voir Ferret, op. cit., p. 321-326.

20Le tableau suivant décrit dans les grands traits les systèmes de dénomination des chevaux dans quelques langues turciques et mongoles49. Il permet de visualiser leurs similitudes ainsi que les déplacements sémantiques opérés d’une langue à l’autre.

Dénominations des chevaux dans quelques langues turciques et mongoles

Dénominations des chevaux dans quelques langues turciques et mongoles
  • 50 K. Uray-Köhalmi, « Zwei Systeme der Altersbezeichnungen des Viehes bei den Mongolen », Studia Mongo (...)
  • 51 R.K. Maak, op. cit., p. 151, Sankt-Peterburg, A. Tranščel’, 1887, p. 151 ; È.K. Pekarskij, op. cit. (...)
  • 52 L.P. Potapov (Očerki narodnogo byta tuvincev, Moskva, Nauka, 1969., p. 315- 341) étudie en détail l (...)
  • 53 S.M. Abramzon, Kirgizy i ih ètnogenetičeskie i istoriko-kul’turnye svjazy, Frunze, Kyrgyzstan, 1990 (...)
  • 54 S. Jacquesson, Pastoréalismes. Anthropologie historique des processus d’identification et d’intégra (...)
  • 55 C. Bawden, Mongolian-English Dictionary, London/New York, Kegan Paul International, 1997, p. 552.
  • 56 C. Ferret, « Course à la mort ou quête de respectabilité : le bäjge en Asie centrale » Ethnozootech (...)

21 K. Uray-Köhalmi50 distingue deux systèmes de dénomination des animaux domestiques : avec des numéraux indiquant l’âge, chez les Mongols de l’Est ; ou suivant la dentition, chez les Mongols de l’Ouest. Elle estime que, parmi les peuples turciques, les Iakoutes sont les seuls à user du second système. En réalité, les dénominations iakoutes actuelles ressortissent plutôt au premier, même si on peut relever des traces du second (par exemple tiṅèḥè « poulain dans sa troisième année » vient probablement de tiis, « dent », car c’est à cet âge, à l’automne, que les jeunes chevaux perdent leurs dents de lait51. Par ailleurs, les recherches menées par L.P. Potapov à Touva52 ou S. M. Abramzon53 et S. Jacquesson54 chez les Kirghizes montrent aussi des références à la dentition dans certaines dénominations locales du bétail. En outre, les pasteurs centrasiatiques sont unanimes à définir deux âges maudits dans le développement équin : quatre et sept ans, correspondant à des stades de la dentition rendant l’exploitation du cheval plus difficile. Enfin, indépendamment des dénominations, l’examen des dents (mo. šudlèh55) est couramment pratiqué pour déterminer l’âge des animaux, notamment au départ des courses de longue distance pour les poulains (taj bäjge en kazakh) comme j’ai pu le constater sur le terrain, au Kazakhstan et au Kirghizstan56.

  • 57 A.M. Ščerbak, op. cit., p. 90-91.

22 Certaines dénominations équines ont vu leur champ sémantique s’étendre progressivement, perdant en précision57. Ainsi en turkmène, bajtal désigne toutes les juments — pas seulement les jeunes qui n’ont pas encore mis bas — et taj, tous les poulains — pas seulement entre un et deux ans. Cette évolution pourrait expliquer certaines confusions dans les définitions, notamment en iakoute entre kulun et ubaḥa, ou en kazakh entre ķůlyn et žabaġy.

  • 58 Selon un de mes informateurs au Kazakhstan (région d’Almaty, district de Žambyl en 1994).
  • 59 Notamment chez les Bouriates et au nord de la Mongolie, cf. R. Hamayon, « Berceuses mongoles », Étu (...)

23Dans le cas des expressions fondées sur des numéraux, un décalage d’un an s’observe parfois entre le numéral employé et l’âge réel de l’animal. Ainsi en kazakh, bestì, construit sur bes, « cinq », désigne des chevaux âgés de quatre ans. Ce décalage trouve deux explications : soit la prise en compte de la vie intra-utérine, l’âge étant évalué à partir de la conception et non de la naissance58, comme pour certains computs mongols de l’âge des hommes59 ; soit le primat des numéraux ordinaux sur les cardinaux. En effet, à deux ans révolus, un animal est dans sa troisième année.

  • 60 P.S. Afanas’ev, op. cit., p. 111.
  • 61 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 879-880, 2115, 2439 ; Afanas’ev & L.N. Haritonov (red.), Russko-jakuts (...)

24Les Iakoutes distinguent d’yl, l’année astronomique, qui, selon les conditions météorologiques, peut être « bonne » ou « mauvaise » — d’un point de vue économique — ; syl, l’année calendaire, unité de mesure temporelle permettant de dater60 ; et saas, qui sert pour le décompte des âges et exprime donc une durée de vie. Autrement dit, les aspects qualitatifs et quantitatifs de la notion d’année sont grossièrement répartis entre d’yl et saas, syl occupant une position intermédiaire. Syl sera utilisé pour désigner les « années de guerre » par exemple, tandis que d’yl servira à qualifier une année où la récolte de foin a été bonne61.

  • 62 L. Bazin, Les Turcs, des mots, des hommes, Paris-Budapest, Arguments-Akadémiai Kiadó, 1994, p. 301.
  • 63 P.S. Afanas’ev, op. cit., p. 110-111.

25 L. Bazin a montré que, depuis l’époque médiévale des Turcs anciens, les peuples turcophones différencient l’année de temps physique (« yïl ») et l’année d’âge (« yāš »), qui correspond à une « verdure »62. Les Iakoutes quant à eux, comptent l’âge par « nombre de neiges » et non par « verdure ». C’est pourquoi les chevaux changent de catégorie à l’automne, alors que le Nouvel An se situe au printemps : mai était autrefois le premier mois de l’année pour les Iakoutes63.

  • 64 I.A. Hudjakov, op. cit., p. 137. À titre de comparaison, on peut remarquer qu’actuellement, dans le (...)

26L’affaire se corse encore si l’on considère avec Pekarskij que « pour les Iakoutes anciens, chaque année comptait double : l’année entière (tôgùrùk syl), était divisée en une “année” chaude (printemps et été) et une “année” froide (automne et hiver), qui valaient chacune pour un an ». En outre, I.A. Hudjakov a noté un curieux décompte des âges dans la région de Verhojansk. « Les Iakoutes comptent leur âge par chutes de neige. Un enfant né en mars ou en avril est censé avoir un an de plus (une “neige”) dès le mois d’octobre de la même année et ainsi jusqu’à six ans, les enfants sont dits avoir un ou deux ans de plus qu’ils n’en ont en réalité. À partir de soixante ans, chaque année compte double et ils se font toujours passer pour de vénérables vieillards, afin de jouir du respect dû aux anciens »64. Ces considérations montrent à quel point même une notion apparemment aussi simple que le comput de l’âge peut avoir une définition relative et elles expliquent pourquoi il n’est pas si simple de connaître l’âge d’un animal à partir de son nom.

  • 65 C. Ferret, Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé, de la steppe à la taïga, Paris, Beli (...)

27Ce système des dénominations équines n’est qu’un exemple parmi de nombreux autres possibles montrant toute la richesse du dictionnaire de Pekarskij. L’extraordinaire abondance du lexique iakoute lié directement ou indirectement au cheval et à son élevage démontre l’importance de cet animal dans la culture de ce peuple65.

  • 66 Böhtlingk op. cit., p. 501 ; Pekarskij, op. cit., p. 1170 ; P.A. Slepcov, Jakutsko-russkij slovar’, (...)
  • 67 W. Jochelson, op. cit., p. 47 ; C. Ferret, « Un espace à l’aune du bétail », Études mongoles et sib (...)
  • 68 Les dictionnaires de Pekarskij (op. cit., p. 1170, 1321) et de Böhtlingk (op. cit., p. 500-501, 517 (...)

28Pour finir, citons un dernier exemple de mots voyageurs parmi les langues altaïques, illustrant les déplacements sémantiques qu’accompagnent les transferts lexicaux d’une culture à l’autre. Le kôš est une unité de mesure spatiale utilisée par les pasteurs nomades dans une grande partie de l’Eurasie. Les substantifs kirghize kôč, kazakh kôš, iakoute kôs signifient « étape de nomadisation » et correspondent, pour ces deux premières langues, à la distance pouvant être parcourue en une journée, variable suivant la saison et la catégorie de bétail concernées. En iakoute, cette distance varie également, mais ses valeurs sont beaucoup plus modestes (le satyy kôs « mille de piéton », représente sept à huit kilomètres ; l’at kôs « mille équin », dix kilomètres ; et le oğus kôḥô « mille bovin », sept à huit kilomètres66. Cette différence m’a incitée à rapprocher, à la suite de Jochelson, ce mot d’un autre qui lui ressemble, kùôs, correspondant à une unité de mesure temporelle67. En effet, kùôs désigne en iakoute un récipient, mais aussi la durée nécessaire à la cuisson de l’aubier dans un tel ustensile (un peu plus d’une heure). L’association des mots kôs et kùôs68 permet donc de formuler l’hypothèse qu’en iakoute, les différents milles cités plus haut correspondent aux distances parcourues respectivement par un piéton, un cheval ou un bœuf durant une cuisson. Ainsi les mots qui mesurent l’espace et le temps peuvent-ils voir leur signification se modifier en passant d’une culture à l’autre, nomade ou sédentaire.

Notes

1 V.I. Seroševskij, Jakuty. Opyt ètnografičeskogo issledovanija, Moskva, Rossijskaja političeskaja ènciklopedija, 1993 [1896].

2 I.A. Hudjakov, Verhojanskij sbornik. Jakutskie skazki, pesni, zagadki i poslovicy, a takže russkie skazki i pesni, zapisannye v Verhojanskom okruge I.A. Hudjakovym, Irkutsk, Zapiski Vostočno-Sibirskogo otdela IRGO po ètnografii I (3) ; Id., Kratkoe opisanie Verhojanskogo okruga, Leningrad, Nauka, 1969.

3 W. Jochelson, The Yakut, New York, American Museum of Natural History [Anthropological papers XXXIII, 2], 1933.

4 È.K. Pekarskij, Slovar’ jakutskogo jazyka, Sankt-Peterburg-Petrograd-Leningrad, Tipografija imper. AN-Izdanie Rossijskoj AN-Izdanie AN SSSR, 1907- 1930. Un premier volume était paru à Iakoutsk en 1899, mais cette édition a été interrompue, faute de moyens.

5 Voir la préface de la première édition du dictionnaire.

6 W. Jochelson, The Yakut, New York, op. cit., American Museum of Natural History [Anthropological papers XXXIII, 2], 1933, p. 99.

7 Voir Böhtlingk (O. Bëtlingk [Böhtlingk]), O jazyke jakutov [Über die Sprache der Jakuten], Novosibirsk, Nauka, 1989 [1851], p. 6-7, 16, ainsi que les Vospominanija Uvarovskogo (« Souvenirs d’Uvarovskij ») publiés dans Böhtlingk (op. cit., p. 75-120), traduits en français dans la revue Tour du monde (A. Ouvarovski, « Voyage au pays des Yakoutes (Russie asiatique). 1830-1839 », Le Tour du Monde II, 1851, p. 161- 182.), et réédités dans trois langues à Iakoutsk (A.Ja. Uvarovskij / Uvarovskaj / Uwarowskij, Vospominanija/Ahtyylar/Erinnerungen, Jakutsk, Bičik, 2003 [1848]).

8 C. Ferret, Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à une anthropologie de l’action, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, Paris, 2006, 3 vol.

9 È.K. Pekarskij, op. cit. Si les termes russes sont ici transcrits suivant les règles adoptées pour cet ouvrage, les termes des langues altaïques sont, quant à eux, translittérés de l’alphabet cyrillique suivant la norme ISO9 de 1995.

10 Plus précisément, l’expression badaraan’n’yt at signifie « cheval apte à marcher en terrain marécageux » dans l’ulus d’Ust’-Aldan, et le contraire (« cheval inapte à le faire ») dans les ulus de Bulun, Njurbin et Suntar selon le dictionnaire dialectologique de Afanas’ev, Voronkin et Alekseev (P.S. Afanas’ev, M.S. Voronkin & M.P. Alekseev, Dialektologičeskij slovar’ jakutskogo jazyka, Moskva, Nauka, 1976, p. 57). Voir aussi È.K. Pekarskij, op. cit., p. 332.

11 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 1338 ; N.V. Skrybykin, « Zametki o skotovodčeskoj leksike v sovremennom jakutskom jazyke », Voprosy filologii, Jakutsk, Jakutskoe knižnoe izdatel’stvo, 1970, p. 110.

12 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 1558 ; P.A. Slepcov, Jakutsko-russkij slovar’, Moskva, Izdatel’stvo « Sovetskaja ènciklopedija », 1972, p. 249.

13 C. Ferret, op. cit., p. 963.

14 O. Bëtlingk [Böhtlingk], op. cit. ; A.F. Middendorf, Putešestvie na sever i vostok Sibiri, Č. II, Sankt-Peterburg, Tipografija Imperatorskoj AN, 1869-1877 ; R.K. Maak, Viljujskij okrug Jakutskoj oblasti, Č. III, Sankt-Peterburg, A. Tranščel’, 1887, p. 151 ; I.A. Hudjakov, Kratkoe opisanie Verhojanskogo okruga, Leningrad, Nauka, 1969 ; È.K. Pekarskij, op. cit. ; A.E. Kulakovskij, « Vidy životnogo i rastitel’nogo carstva, izvestnye jakutam », Izvestija jakutskogo otdela Gos. Ros. Geogr. Obšč., III, 1928, p. 37-38 ; P.S. Afanas’ev, Govor verhojanskih jakutov, Jakutsk, Jakutskoe knižnoe izdatel’stvo, 1965, p. 120-121 ; N.V. Skrybykin, op. cit., p. 107-108 ; N.K. Antonov, Materialy po istoričeskoj leksike jakutskogo jazyka, Jakutsk, Jakutskoe knižnoe izdatel’stvo, 1971, p. 33-34 ; P.A. Slepcov, op. cit. ; M.F. Gabyšev, Izbrannye trudy. Jakutskoe konevodstvo. Èkonomičeskie i organizacionnye osnovy konevodstva, Jakutsk, Jakutskoe knižnoe izdatel’stvo, 1972, p. 238 ; N.D. Alekseev, Sylgyny ôṅùnèn d’ùhùnnèèhiṅṅè instrukcija, Jakutsk, Sahapoligrafizdat, 2005 ; voir aussi mes enquêtes de terrain dans les ulus d’Ust’-Aldan, Verhojansk et Srednekolymsk entre 1994 et 2015.

15 Voir une liste plus complète dans ma thèse, op. cit., p. 336-341.

16 Pour plus de détails sur les nomenclatures française, russe et iakoute des robes équines, voir Ferret, ibid., p. 331-345. En outre, les progrès de la génétique ont décidé les haras nationaux à changer la nomenclature française en 1998.

17 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 770.

18 G.V. Ksenofontov, Šamanizm. Izbrannye trudy (Publikacii 1928-1929 gg.), 1992 [1928- 929], p. 222 et Id., Les chamanes de Sibérie et leur tradition orale. Suivi de Chamanisme et christianisme, Paris, Albin Michel, 1998, p. 233.

19 V. Dal’, Tolkovyj slovar’ živogo velikorusskogo jazyka, Moskva, Russkij jazyk, 1989-1991 [1880-1882], ii, p. 205.

20 Il existe bien en iakoute l’expression kynat d’ağyl, « tache en forme d’aile », mais précisément, il faut ajouter le mot kynat, « aile ». Le seul mot d’ağyl n’est pas en lui-même associé aux oiseaux, même si une telle connotation n’est pas exclue dans les représentations religieuses iakoutes (G.V. Ksenofontov, Šamanizm. op. cit., p. 103).

21 E. Lot-Falck, « Les incarnations de l’ilbis yakoute » in Traditions religieuses et parareligieuses des peuples altaïques, Paris, Puf, 1972, p. 75-76 ; Dal’, op. cit., ii, p. 205.

22 N.V. Skrybykin, op. cit., p. 111.

23 Information que j’ai recueillie sur le terrain dans l’ulus de Srednekolymsk en 1995.

24 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2725.

25 La culture française a également entretenu des liens très forts avec le cheval, si bien qu’il n’y a pas moins de quatre adjectifs courants en français pour qualifier ce qui est relatif à cet animal. Dans ma thèse, j’ai réservé équestre à ce qui relève de l’équitation, hippique aux jeux et compétitions, chevalin aux produits corporels, enfin équin à l’ensemble du cheval et de son élevage.

26 Les sources de ce tableau sont signalées par les abréviations suivantes :
[AEK] : Kulakovskij 1928, 37-38.
[À, V & A] : Afanas’ev, Voronkin & Alekseev 1976.
[CDN] : C.D. Nominhanov, « Terminy životnovodstva v tjurkskih i mongol’skih jazykah », Trudy sektora Vostokovedenija Akademii nauk KazSSR, Alma-Ata, Izdatel’stvo AN Kaz. SSR, 1959, p. 88-91.
[DPV] : D.P. Vasil’eva, Sylgy saha noruotup oloğor-d’aḥağar, Iakoutsk, Université de Iakoutsk, 1995, p. 47.
[ÈKP] : Pekarskij 1907-.
[NKA] : Antonov 1971, 32.
[NVS] : Skrybykin 1970, 107-108.
[OB] : Böhtlingk 1851.
[P & P] : N.N. Pavlov & I.N. Popov, Russko-jakutskij slovar’, Jakutsk, Knižnoe izdatel’stvo, 1948-1949, 2 t.
[RKM] : Maak 1887, 151.
[SIP], [VVO] : Entretiens de terrain, que j’ai menés dans l’ulus d’Ust’-Aldan, en 1994 et 1995.

27 P.A. Slepcov, op. cit., p. 332, mentionne sonoğos biè, « jeune jument », sonoğos désignant selon lui un jeune cheval qui vient d’être dressé. Mais pour mes informateurs, il s’agit d’un jeune cheval mâle.

28 A.M. Ščerbak (« Nazvanija domašnih i dikih životnyh v tjurkskih jazykah », Istoričeskoe razvitie leksiki tjurkskih jazykov, Moskva, Izd. AN SSSR, 1961, p. 94) cite oṅùrùmèr « cheval ou bovin dans sa quatrième année », mais Pekarskij (op. cit., p. 1953) réserve cette dénomination (synonyme de ùgùrèmèr) à l’espèce bovine.

29 P.A. Slepcov (Jakutskij literaturnyj jazyk. Formirovanie i razvitie obščenacional’nyh norm, Novosibirsk, Nauka, 1990, p. 142) signale kytyylyyr comme archaïque.

30 Le même (Jakutsko-russkij slovar’, op. cit., p. 176), précise que kôlô qualifie plus généralement les animaux de trait.

31 Dans le nord de la Iakoutie, miinèr qualifie le renne de monte (P.S. Afanas’ev, M.S. Voronkin & M.P. Alekseev, op. cit., p. 159). En altaïen, miner at signifie aussi « cheval de selle ».

32 Ces mots désignaient originellement la vieille femme ou la grand-mère, sens auxquels se restreint aujourd’hui le champ de leurs significations.

33 H. Takakura, (« An Institutionalized Human-Animal Relationship and the Aftermath : The Reproductive Process of Horse-Bands and Husbandry in Northern Yakutia, Siberia », Human Ecology, XXX, 1, 2002, p. 6) confond apparemment les significations de kulun et de uhaḥa.

34 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2968.

35 Cette convention est d’ailleurs identique chez nous, notamment pour les chevaux de course, qui prennent tous un an d’âge au 1er janvier — bien que leur date de naissance soit connue.

36 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2934.

37 P.A. Slepcov, Jakutskij literaturnyj jazyk. Formirovanie i razvitie obščenacional’nyh norm, Novosibirsk, Nauka, op. cit., 1990, p. 142.

38 D.P. Vasil’eva, op. cit., p. 47.

39 P.S. Afanas’ev, M.S.Voronkin & M.P.Alekseev, Dialektologičeskij slovar’ jakutskogo jazyka, Moskva, Nauka, 1976, p. 273.

40 A.E. Kulakovskij, « Vidy životnogo i rastitel’nogo carstva, izvestnye jakutam », Izvestija jakutskogo otdela Gos. Ros. Geogr. Obšč., III, 1928, p. 17-40, ici p. 37.

41 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 302.

42 R.K. Maak, op. cit., p. 151 ; V.L. Seroševskij, op. cit., p. 160.

43 Antonov, op. cit.

44 Communication personnelle de Fëdor M. Zykov le 15 mars 1994 et le 10 juillet 1995 à Iakoutsk.

45 N.K. Antonov, op. cit., p. 29 — Dans la région de Verhnekolymsk, kytyylyyr s’applique précisément aux jeunes bovins de trois ans (Afanas’ev, Voronkin & Alekseev, op. cit., p. 140).

46 G. J. Ramstedt, « Alte türkische und mongolische Titel », Journal de la société finno-ougrienne 55, 2, 1951 [1939], p. 66.

47 D. Sinor, « Notes on the Equine Terminology of the Altaic Peoples », Central Asiatic Journal, X, 3-4, 1965, p. 309-312.

48 L. Bazin, Les systèmes chronologiques dans le monde turc ancien [Bibliotheca orientalis hungarica, XXXIV], Paris-Budapest, Akadémiai Kiado/Éditions du CNRS, 1991.

49 Pour plus de détails, voir Ferret, op. cit., p. 321-326.

50 K. Uray-Köhalmi, « Zwei Systeme der Altersbezeichnungen des Viehes bei den Mongolen », Studia Mongolica, t. 1, fasc. 25, Ulaan baatar, 1959.

51 R.K. Maak, op. cit., p. 151, Sankt-Peterburg, A. Tranščel’, 1887, p. 151 ; È.K. Pekarskij, op. cit., p. 2686.

52 L.P. Potapov (Očerki narodnogo byta tuvincev, Moskva, Nauka, 1969., p. 315- 341) étudie en détail les dénominations des animaux chez les Touvas du sud-est, montrant une composition de ces deux systèmes.

53 S.M. Abramzon, Kirgizy i ih ètnogenetičeskie i istoriko-kul’turnye svjazy, Frunze, Kyrgyzstan, 1990 [1971], p. 96-97

54 S. Jacquesson, Pastoréalismes. Anthropologie historique des processus d’identification et d’intégration chez les Kirghiz du Tian Shan intérieur, Wiesbaden, Reichert, 2011, p. 59, 64.

55 C. Bawden, Mongolian-English Dictionary, London/New York, Kegan Paul International, 1997, p. 552.

56 C. Ferret, « Course à la mort ou quête de respectabilité : le bäjge en Asie centrale » Ethnozootechnie 82, 2008, p. 129-145.

57 A.M. Ščerbak, op. cit., p. 90-91.

58 Selon un de mes informateurs au Kazakhstan (région d’Almaty, district de Žambyl en 1994).

59 Notamment chez les Bouriates et au nord de la Mongolie, cf. R. Hamayon, « Berceuses mongoles », Études mongoles et sibériennes, 1, 1970, p. 108 ; L.L. Linhovojn, Zametki o dorevoljucionnom byte aginskih burjat, Ulan-Udè, 1972, p. 75.

60 P.S. Afanas’ev, op. cit., p. 111.

61 È.K. Pekarskij, op. cit., p. 879-880, 2115, 2439 ; Afanas’ev & L.N. Haritonov (red.), Russko-jakutskij slovar’, Moskva, Izdatel’stvo « Sovetskaja ènciklopedija », 1968, p. 111-112 ; P.A. Slepcov, Jakutsko-russkij slovar’, op. cit., p. 136, 206, 356.

62 L. Bazin, Les Turcs, des mots, des hommes, Paris-Budapest, Arguments-Akadémiai Kiadó, 1994, p. 301.

63 P.S. Afanas’ev, op. cit., p. 110-111.

64 I.A. Hudjakov, op. cit., p. 137. À titre de comparaison, on peut remarquer qu’actuellement, dans le sud du Kazakhstan, on attribue toujours une année supplémentaire au défunt, par marque de respect.

65 C. Ferret, Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé, de la steppe à la taïga, Paris, Belin, 2009.

66 Böhtlingk op. cit., p. 501 ; Pekarskij, op. cit., p. 1170 ; P.A. Slepcov, Jakutsko-russkij slovar’, op. cit., p. 182.

67 W. Jochelson, op. cit., p. 47 ; C. Ferret, « Un espace à l’aune du bétail », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 36-37, 2005-2006, p. 144-146.

68 Les dictionnaires de Pekarskij (op. cit., p. 1170, 1321) et de Böhtlingk (op. cit., p. 500-501, 517) mentionnent les deux termes, kôs et kùôs, sans les relier.

Table des illustrations

Titre Dénominations iakoutes des chevaux selon l’âge et le sexe26
Légende Notes :27 28 29 30 31 32
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Dénominations des chevaux dans quelques langues turciques et mongoles
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search