Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Première partie. Préhistoire et antiquité

3. Un sujet propre à l’art figuratif des populations de l’Asie centrale au haut Moyen Âge

Nikita Konstantinov
Traduction de Svetlana Gretsova

Texte intégral

1Depuis la nuit des temps, les steppes eurasiennes qui couvrent de larges espaces de l’ouest à l’est, de la mer Noire à la Mandchourie, constituent une sorte de passage qui assure un transfert culturel, génétique et linguistique. D’immenses groupements ethniques, ethno-sociaux et étatiques se formèrent sur ces étendues de steppes. Ils furent proches les uns des autres aux niveaux tant économique que culturel, des pasteurs nomades constituant des populations dominantes dans cette région. Au premier âge du fer des cultures scytho-sibériennes y régnèrent, plus tard un premier empire hunnique fut créé sur le même territoire. De la seconde moitié du premier millénaire jusqu’au début du deuxième millénaire — c’est-à-dire pendant le haut Moyen Âge — la création du khanat des Tujue et des États formés après sa destruction contribuèrent à la diffusion d’éléments culturels communs sur ces étendues steppiques et sur les territoires limitrophes.

  • 1 S.G Kljaštornyj, D.G. Savinov, Stepnyje imperii drevnej Evrazii, Sankt-Peterburg : Filologičeskij f (...)

2En 460, « les 500 Ashina » vinrent dans l’Altaï depuis le Xinjiang, « ils y absorbèrent des populations autochtones1 » et prirent le nom de Tujue selon les sources chinoises. Ici les Turcs se consacrèrent à la métallurgie du fer et fournirent en fer les Ruan-Ruan dominant en Mongolie à la même époque, ce qui explique la découverte d’un grand nombre d’objets en fer lors des fouilles menées dans la partie méridionale de la république de l’Altaï actuelle, notamment dans les dépressions de Kuraj et de Čjuj. Le fer étant une ressource importante à cette époque, les Turcs surent concentrer des forces militaires colossales pour abattre l’armée de leur suzerain ruanruan en 551 et pour envahir de larges territoires de la péninsule de Corée, à l’est, jusqu’à la mer Noire, à l’ouest. (Fig. 1)

Fig. 1. Khanat des Tujue en Eurasie (d’après L.N. Goumilev)

Fig. 1. Khanat des Tujue en Eurasie (d’après L.N. Goumilev)
  • 2 A.N. Muhareva, Sjužetnyje kompozicii epohi rannego srednevekovja v izobrazitel’nom iskusstve Sajano (...)

3Ces territoires unifiés par les Turcs devinrent un espace aux éléments culturels communs, ce que démontrent bien les fouilles archéologiques. Des exemples remarquables de l’art visuel des Turcs et des ethnies apparentées de la Sibérie méridionale et de l’Asie centrale ont été découverts dans le tumulus Kudyrge dans l’Altaï, dans le tumulus Kopenskij (Kopenskij čaatas) de la dépression de Minoussinsk et dans d’autres sites2 (Fig. 2-1, 2). Ces trouvailles ont servi de repère pour dater les peintures rupestres. À l’époque actuelle de nombreuses peintures pariétales, des sculptures en pierre, des objets d’arts plastiques de l’Asie centrale sont connus des chercheurs. L’art visuel représentant des histoires à travers des images est porteur de diverses informations, il mérite une attention particulière des hommes de science, et il sera traité dans cet article.

Fig. 2. Gravures turques. 1, 2 – Kudyrge, Altaï ; 3 – Sutuu-Bulak, Kirghizistan.

Fig. 2. Gravures turques. 1, 2 – Kudyrge, Altaï ; 3 – Sutuu-Bulak, Kirghizistan.
  • 3 J.-S. Hudjakov, K.Š Tabaldijev, O.S. Soltobajev, « Novyje nahodki predmetov izobrazitel’ nogo iskus (...)

4Les sujets de l’art visuel turc sont assez variés. Sont attestées des représentations de personnes agenouillées (que l’on retrouve souvent dans la partie inférieure des statues en pierre) ; des représentations d’un homme et d’une femme assis l’un à côté de l’autre ou bien des scènes d’une femme et d’un enfant (certains chercheurs y voient l’exemple d’une « idylle familiale »3) [Fig. 2-2, 3] ; des sujets animaliers et d’autres. Il est difficile de parler de la sémantique de ces scènes ; pour l’instant les chercheurs ne sont pas parvenus à un accord, et il est peu probable qu’une interprétation unique soit un jour possible.

5Il importe de noter que malgré la diversité des thèmes le personnage principal de l’art visuel en Asie centrale est un guerrier accomplissant de grandes prouesses sur le champ de bataille ou à la chasse en temps de paix, ce qui reflète les idéaux de l’époque. Le personnage principal des scènes narratives est un héros, probablement un homme réel devenu légendaire. En somme, le sujet principal de l’art visuel du haut Moyen Âge est la glorification des exploits militaires.

  • 4 N.J. Bičurin, Sobranije svedenij o narodah, obitavših v Srednej Azii v drevnije vremena. T. 1, Mosk (...)

6Les idoles de pierre, c’est-à-dire les statues que l’on retrouve dans les sites funéraires, sont les monuments les plus connus de l’art visuel turc, et ils partagent la même thématique héroïque. D’habitude, un tel site comprend une barrière, une statue et une série de piliers en pierre, des balbal. Le tumulus est bâti en l’honneur d’un guerrier turc décédé, la statue représentant son image. Une barrière carrée est un lieu d’offrandes au défunt ou un temple funéraire en miniature, les balbals érigés devant la statue symbolisent le nombre d’ennemis tués par le guerrier. Du moins une telle interprétation devient possible grâce aux sources chinoises4. La précision des détails des statues, y compris du visage, de la coiffe et de la coiffure (Fig. 3) laisse penser que chaque statue est individuelle, dédiée à un homme particulier, bien que toutes les statues soient taillées dans le même style.

Fig. 3. Statues turques en pierre. Touva (d’après L.A. Evtjuhova).

Fig. 3. Statues turques en pierre. Touva (d’après L.A. Evtjuhova).
  • 5 N.A.Konstantinov, « Sceny ohoty na rannesrednevekovyh petroglifah Gornogo Altaja », Izvestija Altaj (...)

7 D’ailleurs, il faut souligner l’importance des rites funéraires pour les Turcs : les chercheurs ont découvert des épitaphes en écriture runique taillées dans les roches ou sur les stèles. Dans ces épitaphes le défunt lui-même ou l’un de ses proches exprime le regret d’avoir quitté sa famille, son khan, parfois l’épitaphe contient des éloges. Certaines inscriptions avoisinent des peintures rupestres représentant des scènes de chasse5. À notre avis, ces représentations complètent l’inscription en montrant un épisode de la vie du défunt turc.

  • 6 M.P. Grjaznov, « Drevnejšije pamjatniki geroičeskogo eposa narodov Južnoj Sibiri », Arheologičeskij (...)
  • 7 D. Ross, V. Thomsen, « The Orkhon Inscriptions : Being a Translation of Professor Vilhelm Thomsen’s (...)

8En 1961, M.P. Grjaznov a proposé des interprétations possibles des anciennes peintures rupestres en les comparant avec le folklore des ethnies de l’Asie centrale6. Cela a poussé plusieurs chercheurs à des rapprochements à priori entre la peinture rupestre et les poèmes épiques. Pourtant, nous ne pensons pas que les pétroglyphes médiévaux soient des représentations directes des sujets épiques. Il est vrai que la littérature épique exerce une influence sur l’art visuel médiéval, et les poèmes épiques transmettent les idéaux de leur temps : ils glorifient les exploits que la société tient en estime. En effet, les guerriers turcs imprégnés des idéaux des poèmes épiques qui font partie de leur culture, veulent imiter les personnages héroïques. Ils aiment se vanter de leurs exploits puisque ceux-ci les rapprochent des héros folkloriques. Nous avons déjà mentionné plus haut la pratique la plus honorable pour un Turc qui est le combat en temps de guerre et la chasse en temps de paix. Un comportement courageux sur le champ de bataille est très important et vénéré par les Turcs. En effet, on trouve des scènes de bataille extraordinaires dans de longs textes commémoratifs dans des tumuli des khans turcs et de leurs chefs militaires7.

9Certaines scènes de bataille pariétales font écho à des inscriptions runiques rédigées en l’honneur des khans turcs (Fig. 4), comme, par exemple, ces exploits accomplis par Kjul’-Tegin, un cogouverneur du deuxième khanat des Tujue :

  • 8 El’teber est le titre du chef militaire (Ndtr)
  • 9 S.E. Malov, Pamjatniki drevnetjurkskoj pis’mennosti. Teksty i issledovanija, Moskva-Leningrad, AN S (...)

Kjul’-Tegin monta son poulain blanc de Bajyrku, se rua à l’attaque, il abattit un adversaire avec sa flèche, transperça deux hommes l’un après l’autre [c’est-à-dire, de part en part]. […] Il se rua à l’attaque, il transperça deux hommes (avec sa lance) l’un après l’autre. […] Il monta Šalčy, son cheval blanc héroïque, il se rua à l’attaque, attrapa l’el’teber8 des Az, le peuple az périt ce jour-là. […] Kjul’-Tegin monta son (cheval) az brun et se rua à l’attaque, poignarda un homme, tua en les poursuivant neuf hommes ; le peuple ediz périt ce jour-là9

Fig. 4. Scène de chasse. Čaganka, Altaï (d’après D.V. Čeremisin).

Fig. 4. Scène de chasse. Čaganka, Altaï (d’après D.V. Čeremisin).
  • 10 S.G. Kljaštornyj, Drevnetjurkskije runičeskije pamjatniki kak istočnik po istorii Srednej Azii, Mos (...)

10Selon les sources chinoises, lors de la construction du temple funéraire de Kjul’-Tegin les artistes chinois peignirent sur les murs les « scènes de bataille » auxquelles il participa, et les images étaient « tellement vraies et naturelles que [les Turcs] tous dirent qu’il n’y avait rien de semblable dans leur royaume10 ».

  • 11 N. A Konstantinov, V. I Sojenov, « Sokolinaja ohota v Gornom Altaje », in Drevnije kul’tury Mongoli (...)
  • 12 S.G. Kljaštornyj, D.G. Savinov, ibid., p. 153
  • 13 I.V. Kormušin, Tjurkskije jenisejskije epitafii : grammatika, tekstologija, Moskva, Nauka, 2008, p. (...)

11Outre la guerre, la chasse est une autre pratique vénérée par les Turcs. Il s’agit de la chasse dans ses formes « prestigieuses11 » — la fauconnerie et la vénerie, la chasse aux prédateurs et au gibier en mouvement. Il est évident que la chasse passive comme le piégeage et la chasse à l’arbalète — ayant des buts uniquement pratiques — ne peuvent pas être considérées comme des exploits guerriers. C’est la raison pour laquelle certains « succès » à la chasse sont mentionnés dans les inscriptions funéraires runiques. Selon S.G. Kljaštornyj, un jeune Turc pouvait obtenir « un nom de l’homme », c’est-à-dire accéder au statut d’homme, en accomplissant un exploit à la chasse12. Les textes runiques découverts dans la vallée de l’Iénisséi indiquent que la noblesse kirghize du haut Moyen Âge dont la culture et la langue sont proches de celles des Turcs, partagent ces mêmes valeurs. C’est ainsi que le nombre d’ennemis tués par un Kirghize était un élément essentiel pour définir ses qualités de guerrier13. De plus, certains textes runiques mentionnent les exploits à la chasse juste après le nombre d’ennemis tués : « J’ai tué 22 ennemis. J’ai tué des loups bleus (gris), des zibelines noires, des cerfs… ».

  • 14 E.F. Korol’kova, « “Svjaščennaja ohota” – motiv v izobrazitel’nom iskusstve i vozmožnoje semantičes (...)
  • 15 A.S. Surazakov, « Železnyj nož iz doliny Ačik Gorno-Altajskoj avtonomnoj oblasti », Sovetskaja arhe (...)

12En bref, la représentation de l’homme, d’un guerrier vaillant, de celui qui assure la puissance militaire des khanats turcs et d’autres États steppiques est le sujet le plus récurrent de l’art visuel des populations de l’Asie centrale à l’époque du haut Moyen Âge. Pourtant, cette tradition de mémoriser les actes héroïques remonte à l’époque précédente. Dans l’art scythique les représentations anthropomorphes furent assez nombreuses, et elles devinrent encore plus fréquentes au Moyen Âge ; l’interprétation de la plupart des sujets se fonde sur la mythologie des ethnies de type scythique. On y trouve souvent des scènes de chasse14 proches de la thématique héroïque. Pensons, par exemple, au poignard en fer trouvé dans l’Altaï : il représente un homme à pied armé d’un couteau qui fait face au sanglier15. Il est difficile de considérer cette image comme une scène de chasse, c’est plutôt un duel entre l’homme et le sanglier.

  • 16 K.V. Trever, V.G. Lukonin, Sasanidskoje serebro. Sobranije Gosudarstvennogo Ermitaža. Hudožestvenna (...)
  • 17 B.A. Litvinskij, « Baktrijcy na ohote », in Zapiski vostočnogo otdelenija Rossijskogo arheologičesk (...)
  • 18 G.A. Pugačenkova, Iz hudožestvennoj sokroviščnicy Srednego Vostoka, Taškent, Izdatel’stvo literatur (...)
  • 19 P.P. Azbelev, « Kul’turnyje svjazi stepnyh narodov predtjurkskogo vremeni (Po materialam tepsejskih (...)

13Probablement, le sujet de la chasse royale ou héroïque dans l’art des peuples steppiques du haut Moyen Âge a-t-il été emprunté à l’art de l’Iran de l’Ouest où les objets de toreutique représentèrent de nombreuses scènes classiques de la chasse royale16. On peut tracer approximativement le « chemin » suivi par ce sujet. Parmi les objets datant des premiers siècles du 1er millénaire de notre ère sur le territoire de l’Asie centrale soviétique on trouve des plaques en os représentant en gravures des scènes de combat et de chasse (Fig. 5). B.A. Litvinskij17 explique ces sujets par l’influence de l’Iran des Sassanides18. Les gravures attestées dans la culture de Tachtyk et les peintures rupestres traitant les mêmes sujets (semblables à celles de l’Asie centrale soviétique et à leur iconographie) apparaissent dans la région de l’Iénisséï, dans la dépression de Minoussinsk, un peu plus tard, à la veille de la formation du khanat turc ou bien au tout début de son existence19.

  • 20 N. Konstantinov, V. Soenov, D. Čeremišin, « Battle and hunting scenes in Turkic rock art of the ear (...)

14 Ainsi, on observe une source et un itinéraire des sujets glorifiant les exploits des hommes à la guerre et à la chasse. À l’origine, ce sujet apparu à l’Ouest est une représentation de la chasse royale, et il reproduit des images mythologiques ; plus tard dans le haut Moyen Âge, le sujet fait partie du rite funéraire et du culte des ancêtres chez les Turcs. Quant à leur genre, les scènes de combat et de chasse peuvent être considérées comme un panégyrique (au sens large du terme), c’est-à-dire un éloge des actes d’un individu20. Cela pourrait expliquer la présence des épitaphes runiques à côté des scènes de chasse.

  • 21 K. Tabaldijev, Č. Žoldošov, « Obrazcy izobrazitel’noj dejatel’nosti drevnetjurkskih plemen Tenir-To (...)
  • 22 D.G. Savinov, « Vostočnyje motivy v izobraženijah Šilovskih plastin (k istorii formirovanija drevne (...)

15Pour le dire brièvement, cette tradition se propage vers l’ouest lors des conquêtes territoriales des Turcs et elle réapparaît en Asie centrale soviétique transformée par les Turcs et devenue une partie intégrale du rite funéraire : on le voit, par exemple, dans des représentations rupestres de la fauconnerie suivies d’inscriptions funéraires runiques turques21. Des sujets similaires de représentations turques sont attestés dans le tumulus Šilovo dans la région de la Volga. Ici, lors des fouilles du kourgane 1 des pièces de monnaie byzantines datant des années 610-641 ont été trouvées, de même que des plaques en os portant en gravure des guerriers, des animaux sauvages, des chevaux, des dragons, etc.22

16En guise de conclusion, on notera que les sujets de l’art visuel turc d’Asie centrale démontrent avec une pleine évidence un transfert des images, leur transformation sur un nouveau terrain et leur retour au point d’origine sous une nouvelle forme. Cela révèle l’importance des steppes de l’Eurasie et de leurs populations qui établissent des liens culturels entre différentes régions éloignées historiquement et géographiquement.

Notes

1 S.G Kljaštornyj, D.G. Savinov, Stepnyje imperii drevnej Evrazii, Sankt-Peterburg : Filologičeskij fakul’tet SPbGU, 2005, p. 76

2 A.N. Muhareva, Sjužetnyje kompozicii epohi rannego srednevekovja v izobrazitel’nom iskusstve Sajano-Altaja (avtoref. dis. kand. ist. nauk), Kemerovo, Kemerovskij gosuniversitet, 2007, p. 12

3 J.-S. Hudjakov, K.Š Tabaldijev, O.S. Soltobajev, « Novyje nahodki predmetov izobrazitel’ nogo iskusstva drevnih tjurok na Tjan’-Šane », Rossijskaja arheologija, 3, 1997, p. 146.

4 N.J. Bičurin, Sobranije svedenij o narodah, obitavših v Srednej Azii v drevnije vremena. T. 1, Moskva-Leningrad, AN SSSR, Institut etnografii im. Mikluho-Maklaja, 1950, p. 230.

5 N.A.Konstantinov, « Sceny ohoty na rannesrednevekovyh petroglifah Gornogo Altaja », Izvestija Altajskogo gosudarstvennogo universiteta, 4-2 (76), 2012, p. 123.

6 M.P. Grjaznov, « Drevnejšije pamjatniki geroičeskogo eposa narodov Južnoj Sibiri », Arheologičeskij sbornik gosudarstvennogo Ermitaža, 3. Leningrad, Gosudarstvennyj Ermitaž, 1961.

7 D. Ross, V. Thomsen, « The Orkhon Inscriptions : Being a Translation of Professor Vilhelm Thomsen’s Final Danish Rendering », Bulletin of the School of Oriental Studies, University of London, 5 (4), 1930.

8 El’teber est le titre du chef militaire (Ndtr)

9 S.E. Malov, Pamjatniki drevnetjurkskoj pis’mennosti. Teksty i issledovanija, Moskva-Leningrad, AN SSSR, 1951, p. 41-42.

10 S.G. Kljaštornyj, Drevnetjurkskije runičeskije pamjatniki kak istočnik po istorii Srednej Azii, Moskva, Nauka, 1964, p. 57.

11 N. A Konstantinov, V. I Sojenov, « Sokolinaja ohota v Gornom Altaje », in Drevnije kul’tury Mongolii i Bajkal’skoj Sibiri, 2 (3), Ulan-Bator, Izdatel’stvo Mongol’skogo gosuniversiteta, 2012, p. 378.

12 S.G. Kljaštornyj, D.G. Savinov, ibid., p. 153

13 I.V. Kormušin, Tjurkskije jenisejskije epitafii : grammatika, tekstologija, Moskva, Nauka, 2008, p. 307, 310.

14 E.F. Korol’kova, « “Svjaščennaja ohota” – motiv v izobrazitel’nom iskusstve i vozmožnoje semantičeskoje pročtenije », in Stepi Evrazii v drevnosti i srednevekov’je. Kniga II. Materialy naučno-praktičeskoj konferencii, posvjaščennoj 100-letiju so dnja roždenija M.P. Grjaznova, Sankt-Peterburg, Izdatel’stvo gosudarstvennogo Ermitaža, 2003, p. 64-65.

15 A.S. Surazakov, « Železnyj nož iz doliny Ačik Gorno-Altajskoj avtonomnoj oblasti », Sovetskaja arheologija, 3, 1979.

16 K.V. Trever, V.G. Lukonin, Sasanidskoje serebro. Sobranije Gosudarstvennogo Ermitaža. Hudožestvennaja kul’tura Irana III-VIII ss., Moskva, Iskusstvo, 1987.

17 B.A. Litvinskij, « Baktrijcy na ohote », in Zapiski vostočnogo otdelenija Rossijskogo arheologičeskogo obščestva. Novaja serija, 1 (XXVI). Sankt-Peterburg, Peterburgskoje vostokovedenije, 2002, p. 201.

18 G.A. Pugačenkova, Iz hudožestvennoj sokroviščnicy Srednego Vostoka, Taškent, Izdatel’stvo literatury i iskusstva, 1987, p. 56-65.

19 P.P. Azbelev, « Kul’turnyje svjazi stepnyh narodov predtjurkskogo vremeni (Po materialam tepsejskih i orlatskih miniatjur) », in Severnaja Evrazija ot drevnosti do srednevekovja. Tezisy konferencii k 90-letiju so dnja roždenija M.P. Grjaznova, Sankt-Peterburg, RAN, Institut istorii material’noj kul’tury, 1992, p. 211-214.

20 N. Konstantinov, V. Soenov, D. Čeremišin, « Battle and hunting scenes in Turkic rock art of the early Middle Ages in Altai », Rock Art Research, 33 (1), 2016, p. 17.

21 K. Tabaldijev, Č. Žoldošov, « Obrazcy izobrazitel’noj dejatel’nosti drevnetjurkskih plemen Tenir-Too », in Koomduk ilimder žurnaly, 8, Biškek, « Manas » Universiteti, 2003.

22 D.G. Savinov, « Vostočnyje motivy v izobraženijah Šilovskih plastin (k istorii formirovanija drevnetjurkskoj izobrazitel’noj tradicii) », in Pervobytnaja arheologija. Čelovek i iskusstvo. Sbornik naučnyh trudov, posvjaščennyj 70-letiju J.A. Šera, Novosibirsk, IAET SO RAN, 2002, p. 182-187.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Khanat des Tujue en Eurasie (d’après L.N. Goumilev)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 2. Gravures turques. 1, 2 – Kudyrge, Altaï ; 3 – Sutuu-Bulak, Kirghizistan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 3. Statues turques en pierre. Touva (d’après L.A. Evtjuhova).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 4. Scène de chasse. Čaganka, Altaï (d’après D.V. Čeremisin).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteur

Maître de conférence à l’université de Gorno-Altaïsk, Russie.

Svetlana Gretsova (Traducteur)

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search