Version classiqueVersion mobile

La Sibérie comme champ de transferts culturels

 | 
Michel Espagne
, 
Pavel Alexeiev
, 
Ekatarina Dmitrieva

Introduction

Ekaterina Dmitrieva, Pavel Alexeiev et Michel Espagne

Texte intégral

1L’Altaï et plus largement la Sibérie constituent un lieu privilégié de recherche sur les transferts culturels. Entre le monde russe auquel il appartient et le monde chinois ou mongol qui le bordent, cet espace immense est un trait d’union entre l’Europe et l’Asie, mais aussi un véritable conservatoire de langues, de religions, de peuples, d’ethnies dont les relations, qui concernent l’histoire locale, mais aussi celle de l’Eurasie dans la longue durée, sont encore insuffisamment explorées.

2Les phénomènes de réinterprétation, de resémantisation, liés au passage d’objets culturels d’un contexte culturel ou national à un autre, passages dans l’espace et passages dans le temps, peuvent constituer un fil directeur dans l’approche de ce territoire. Ces transferts diachroniques ou synchroniques sont d’ordre linguistique, ils concernent aussi l’histoire des cultures mises en contact, ils s’analysent à partir de la littérature, de l’histoire de l’art, de l’anthropologie, des traditions religieuses et obligent à solliciter nombre de disciplines pour comprendre un phénomène de recomposition des identités à partir de la circulation des objet culturels.

3À la région de l’Altaï correspondent plusieurs noyaux de l’histoire du continent eurasiatique dans la très longue durée. Dans l’Altaï, entre -70000 et -30000 ans, plusieurs formes appartenant à la famille humaine (Néandertaliens, Dénisoviens et sapiens) se succèdent, ou peut-être même coexistent. L’Homme de Denisova a récemment été défini par les paléoanthropologues et les biologistes moléculaires comme une forme particulière, voire une nouvelle espèce d’Homininés. On peut rattacher à l’Altaï la culture supposée iranienne d’Andronovo qui reste un autre mystère pour les préhistoriens. La région fait partie des territoires censés avoir été occupés par les Scythes. La géographie antique lui a prêté des caractéristiques légendaires mais ne l’a pas totalement méconnue. On peut lui rattacher les racines des ethnies turques dont les premières traces écrites, inscriptions runiques du viiie siècle, ont été retrouvées dans la vallée mongole de l’Orkhon. La « Jesup Expedition » organisée vers 1900 par l’anthropologue germano-américain Franz Boas s’est plus particulièrement concentrée sur les ethnies sibériennes minoritaires qui ont véhiculé des mythes et des configurations linguistiques jusque chez les peuples indiens d’Amérique du Nord. La famille des langues dites altaïques regroupe au demeurant les langues turques, mongoles et toungouses, comme le mandchou. Les mots, comme ceux qui désignent l’usage et les caractéristiques du cheval, voyagent eux-mêmes d’un peuple nomade à l’autre. L’Altaï a été une des régions originelles de la culture mongole, avant même la translation de celle-ci vers Karakorum puis vers Pékin.

4La Sibérie, dont la région de l’Altaï est une des grandes composantes, a été le théâtre de constitution des traditions chamaniques les plus fondamentales. La question de savoir comment s’épuise ou au contraire se préserve le potentiel herméneutique de ces traditions est un point important dans l’étude des ethnies sibériennes. Des épopées, incarnant la forme la plus classique de littérature orale, reflètent le mélange des cultures qui a pu s’y produire. Ces épopées continuent parfois à vivre et à se transmettre de nos jours mais avec un public et un usage transformés, et le rôle des chamanes est lui-même profondément modifié au contact des diverses sociétés qui ont occupé le territoire sibérien. Même des pratiques religieuses aussi codifiées que le bouddhisme, qui a également marqué le visage de l’Altaï et de la Sibérie en concurrence avec les traditions des vieux-croyants, donnent lieu à des syncrétismes. Dans l’étude de la Sibérie, ces derniers sont un objet d’investigation particulièrement riche pour l’anthropologie religieuse. Lorsque la Sibérie a fait l’objet d’explorations scientifiques systématiques, ce sont souvent des savants allemands qui ont contribué à la description de la région. D’importants écrits ethnographiques et archéologiques des xviiie et xixe siècles sont le fait d’auteurs étrangers, notamment germanophones, comme si la Sibérie était le résultat d’une construction internationale où l’Europe a sa part.

5 La question des voyageurs d’Europe occidentale au xixe siècle, simples curieux en quête d’émotions face à la nature vierge, ou géologue évaluant la richesse des mines, fait naturellement partie du récit des imbrications de cultures dans l’espace sibérien. Peut-être l’exploitation des richesses métallurgiques de la région dès le xviiie siècle explique-t-elle l’implantation d’artisans ou de spécialistes allemands. Toute une école d’anthropologues et ethnologues russes, parmi lesquels Waldemar Jochelson, s’est consacrée à l’étude de l’Altaï et de ses traditions, en faisant de l’Altaï un atelier pour l’étude de la formation et de l’interaction entre les cultures, et il serait temps d’envisager plus en détails les étapes de cette discipline. Du peintre Roerich à l’écrivain et cinéaste Choukchine, l’Altaï a par la suite inspiré des artistes. L’œuvre de Roerich doit beaucoup à l’inspiration du mouvement millénariste altaïen bourkhaniste (Ak Jan) qui annonçait au début du xxe le retour d’un messie mongol devant libérer les indigènes des colons et des missionnaires russes. Un éphémère gouvernement dit de Karakorum s’établit dans l’Altaï russe entre la révolution et l’arrivée de l’armée rouge, composé d’ethnologues russes illuminés et d’intellectuels altaïens indigènes. De Gogol à Dostoïevski les écrivains russes ont souvent fait au moins allusion à l’Altaï, la Sibérie ayant d’ailleurs au xxe siècle sa propre tradition littéraire. Et de Romain Rolland à Joseph Kessel, la Sibérie a aussi été au xxe siècle une référence bien présente dans la géographie mentale des écrivains français.

***

6Étudier la région de l’Altaï comme théâtre de transferts culturels dans la longue durée, c’est à la fois éclairer un des points de départ de l’expansion des cultures eurasiennes, un lieu de circulation entre les groupes ethniques sibériens et d’élaboration de traditions chamaniques, évaluer la place de cette région de Sibérie dans l’histoire russe jusqu’à son rôle de point de jonction entre mondes chinois, mongol et russe, entre orthodoxie et bouddhisme.

7Le présent volume est le résultat d’une collaboration entre le labex TransferS à l’École normale supérieure (PSL), l’Institut de littérature mondiale auprès de l’Académie des sciences de Russie et l’université de Gorno-Altaïsk qui a organisé du 12 au 17 juin 2017 une rencontre de chercheurs français et russes au bord du lac de Teletskoe. Ce colloque a permis de mesurer les travaux à entreprendre pour parvenir à une meilleure connaissance des croisements de populations qui ont produit la Sibérie et cette région paradigmatique qu’est l’Altaï, et l’urgence d’un développement adéquat de projets de recherche sur ce centre si complexe du continent eurasiatique

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search