Version classiqueVersion mobile

Savoirs traditionnels et pratiques magiques sur la route de la soie

 | 
Xin Yu

6. Rituels d’exorcisme à partir de figurines magiques trouvées le long de la route de la Soie

Texte intégral

Fig. 1 : figurines de la collection d’A. Stein (fonds du British Museum).

Fig. 1 : figurines de la collection d’A. Stein (fonds du British Museum).

1Il s’agit d’objets en bois de forme allongée et de fabrication grossière dont la partie supérieure figure des visages humains dessinés à l’encre et au couteau ou seulement à l’encre. Certains sont dotés d’un corps, comme les figurines funéraires en bois, d’autres sont affublés des caractères 代人 (dairen, « substitut humain ») tracés à l’encre noire ou rouge — dans le dos de certains, on peut lire, tracé à l’encre rouge, l’équivalent sogdien de ce mot. Depuis la découverte en 1907 par Stein de ces figurines en bois aux alentours des portions de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang, de nombreux autres objets similaires ont été trouvés dans des ruines de tours de guet ou des tombes de Turfan, Dunhuang, Gaotai ou encore Juyan. Les équipes d’archéologues et de chercheurs leur ont donné des appellations aussi nombreuses que variées : yi 杙 ou mujue 木橛 (petit piquet en bois), renmian mupai 人面木牌 (morceau de bois à figure humaine), renmian fu 人面符 (amulette à figure humaine), mohui ren’ou 墨繪 人偶 (poupée dessinée à l’encre), renmian xinghua 人面形畫 (dessin à figure humaine), renmian huayi 人面畫杙 (piquet en bois peint à figure humaine), taoren mupai 桃人木牌 (figurine humaine en bois de pêcher), taofu 桃符 (amulette en bois de pêcher), dairen mupai 代 人木牌 (substitut humain en bois), cuzhi mu’ou 粗製木偶 (poupée de bois grossière), bixie 辟邪 (objet exorciste) ; quant à leur nature ou fonction, personne ne s’est encore entendu dessus.

  • 1 La route de la Soie doit ici être comprise au sens large. Pour les derniers travaux sur les définit (...)

2Nous avons choisi dans cet article de les nommer « figurines » 人 形 et de les considérer comme des « objets magiques » 法器 servant à pratiquer l’exorcisme. Au cours des dix dernières années, nous avons suivi la piste de ces vestiges archéologiques et avons découvert que cet art, se jouant de toutes les contraintes géographiques, ethniques et culturelles, s’était propagé depuis le milieu de l’Oural en Asie centrale par le corridor du Hexi pour atteindre les plaines mongoles et le Japon, et ainsi rayonner dans toute l’Eurasie via la route de la Soie1. En termes temporels, il a été pratiqué pendant plus de trois millénaires, du xxe siècle avant notre ère au xiie siècle de notre ère. Qu’étaient ces objets ? Quel sens symbolique leur était-il attaché et à quoi servaient-ils ? Quelle place occupent-ils parmi les croyances chinoises de l’antiquité ? Qui s’en servait ? Comment s’en servait-on ? Comment ont-ils vu le jour et comment se sont-ils diffusés ? Toutes ces questions nous ont poussé à creuser le sujet. Nous n’avons toujours pas trouvé de réponse entièrement satisfaisante, mais nos recherches nous ont confirmé la valeur exceptionnelle de ces figurines, notamment du point de vue de la pensée et des religions des civilisations eurasiatiques de l’antiquité, ainsi que des contacts, des échanges et des résonances existant entre ces civilisations. Le cheminement même, les interrogations, les recherches effectuées se sont révélés presque plus intéressants que ce qu’aurait pu être une conclusion aisée. Nous allons dans un premier temps présenter les différents objets étudiés, avant de passer à une analyse générale et de proposer un début d’explication.

3La récente spécialisation des disciplines a contribué à un éloignement de l’histoire et de l’archéologie l’une par rapport à l’autre, enterrant ainsi durablement certains sujets de première importance. Nous déplorons cet état de fait et cherchons autant que faire se peut à le remettre en cause dans notre domaine de recherche, l’histoire. Au cours de nos recherches, nous nous attachons à analyser nos sources de la manière la plus fine possible tout en essayant de faire preuve d’une « compréhension empathique », et faisons le maximum pour participer aux fouilles ou nous rendre en personne sur les sites fouillés pour observer, mesurer et prendre en photos les objets étudiés — quand les centres d’archéologie et les musées nous y autorisent. De notre point de vue, un travail à la fois archéologique et historique doit chercher à mettre en regard les résultats obtenus par l’analyse empirique et théorique des fouilles sur le terrain et des découvertes archéologiques, et ne doit surtout pas se cantonner à la lecture de rapports archéologiques et à la contre-vérification de documents via des sources difficilement dénichées. L’archéologie devrait être une méthode pour la recherche en histoire ; cela contribuerait grandement à l’amélioration de la méthodologie de recherche en histoire des relations étrangères sous les Han et les Tang.

De Dunhuang à Kyōto : un fil continu de vestiges

1. Dunhuang 敦煌

A. Sites le long de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang

Fig. 2 : photographies des portions de la Grande Muraille autour de Dunhuang datant des Han prises par l’équipe A. Stein (Serindia 175).

Fig. 2 : photographies des portions de la Grande Muraille autour de Dunhuang datant des Han prises par l’équipe A. Stein (Serindia 175).

Fig. 3 : l’équipe d’A. Stein occupée à fouiller les ruines d’une tour de guet à T.vi.b.i (fonds de The British Library).

Fig. 3 : l’équipe d’A. Stein occupée à fouiller les ruines d’une tour de guet à T.vi.b.i (fonds de The British Library).
  • 2 Cette appellation est citée par Peter Hopkirk dans Foreign Devils on the Silk Road : The Search for (...)

4Stein a recueilli en Asie centrale et en Chine quantité d’objets incroyables et précieux, ce qui lui a valu l’appellation de « diable étranger errant sur la route de la Soie2 ». Il était un archéologue hors pair. À l’occasion de sa deuxième expédition en Asie centrale (1906-1908), il commence en mars 1907 à fouiller les sites le long de la Grande Muraille aux alentours de Dunhuang. Il est le premier à consigner la découverte de figurines, qu’il décrit en ces termes dans son célèbre ouvrage Serindia : Detailed Report of Explorations in Central Asia and Westernmost China :

  • 3 Pour les descriptions de ces figurines, cf. Aurel Stein, Serindia : Detailed Report of Explorations (...)

Leaving the points of general interest for the history and conditions of the Tun-huang Limes that are presented by the records to be discussed in Chapter XX, I may conclude this account of T. VI. b with brief references to some of the miscellaneous relics found among the refuse-heaps. They were by no means as plentiful as might have been expected from the great extent to be searched. T.vi.b.i.001- 004 (Plate LII) are wooden pegs of a curious type, which was found abundantly represented elsewhere along the line of the Limes. Its purpose has not yet been determined. The pegs resemble in shape the usual tentpeg and have a flattened triangular section ; their top is roughly cut and painted to give it the appearance of a human head. From the wear usually shown by the pointed end, it is safe to conclude that these pegs were meant to be driven into the ground ; but they are certainly not strong enough to have served as real tent-pegs, especially in a region exposed to such violent winds3 .

5Dans la liste qu’il établit des objets découverts, il écrit :

  • 4 Serindia, p. 769.

T.vi.b.i.001-004. Four wooden pegs, with top roughly cut and painted in likeness of human head. See *T. 002. T.vi.b.i.002 has been trimmed on head ; 003 has point bent, but is otherwise unworn ; 004 has no notches, but nose is indicated by line on each side of ridge ; no theeth or eyebrows are marked, and beard hangs straight from mouth as there is no chin line ; point broken.
Largest peg (003) 9”×I 58 – x 3 – 4 .002, 003, 004, Pl. LII.4

6Parmi les photos prises par l’équipe de Stein et reproduites dans Serindia et par l’International Dunhuang Project, un certain nombre touchent à notre sujet : les photos des portions de la Grande Muraille autour de Dunhuang datant des Han ; la photo où le site T.vi.b.i — où ont été trouvées des figurines — apparaît en bas à gauche d’une carte figurant les ruines de portions de la Grande Muraille autour de Dunhuang ; les photos de fouilles menées sur les ruines d’une tour de guet à T.vi.b.i ; les photos des objets T.vi.b.i.001 à T.vi.b.i.003 inclus ; etc.

  • 5 Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番 文獻知見錄 (Documents de Dunhuang (...)

7L’ouvrage de Stein mentionne, en plus des objets T.vi.b.i.001 à 004 et T. 002, les objets T. XIII.i.32, T. XIV. iii.8, T. XII.a.i.001, T. XV.a.iii.007, T. XVIII.i.001 et T. XXVII.0010. En toute logique, ceux-ci devraient être conservés au British Museum de Londres et au National Museum of India. Suite à l’acte de répartition signé entre le gouvernement indien, le British Museum et l’India Office, qui ont tous trois financé les expéditions de Stein, les peintures sur tissu, broderies, peintures sur bois, porcelaines, sculptures sur bois et pièces de monnaie ont été également réparties entre l’ancien Musée des antiquités d’Asie centrale de Delhi (qui dépend aujourd’hui du National Museum of India) et le British Museum5.

Fig. 4 : quelques-uns des vestiges exhumés par l’équipe d’A. Stein des ruines d’une tour de guet appartenant à une portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang ; en bas, les trois figurines numérotées T.vi.b.i.001-003 (Serindia, P. LII).

Fig. 4 : quelques-uns des vestiges exhumés par l’équipe d’A. Stein des ruines d’une tour de guet appartenant à une portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang ; en bas, les trois figurines numérotées T.vi.b.i.001-003 (Serindia, P. LII).

Fig. 5 : plan de T. XII. a d’où ont été exhumées des figurines et d’autres sites de ruines de tours de guet appartenant à la portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang (Serindia, 39).

Fig. 5 : plan de T. XII. a d’où ont été exhumées des figurines et d’autres sites de ruines de tours de guet appartenant à la portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang (Serindia, 39).
  • 6 D’avril à juin 2005, grâce au concours précieux de Glen Dudbridge, alors titulaire de la chaire d’é (...)
  • 7 Ōba Osamu 大庭脩, Tonkō kankan : Daiei Toshokan zō 大英圖書館藏敦煌漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant de (...)
  • 8 Nous ne cherchons nullement ici à déprécier le travail académique d’Ōba Osamu. Pour autant, sa reno (...)

8Mais la répartition n’a vraisemblablement pas été si méthodique, et nous n’avons aujourd’hui qu’une idée confuse des œuvres détenues par chacun des musées. En 2005, nous avons découvert une figurine parmi des manuscrits de Dunhuang conservés à la British Library6 ; voilà qui atteste qu’en dehors du British Museum et du National Museum of India, une partie des collections a été recueillie par la British Library. Cette figurine, aujourd’hui immatriculée Or.8211/412 (le numéro est inscrit au dos), correspond à la figurine T. XIII. i. 32 que Stein mentionne dans son ouvrage Serindia ; elle a été exhumée au pied de la Grande Muraille, non loin de Dunhuang. C’est sans doute parce qu’elle a été prise pour un manuscrit sur lattes de bambou de l’époque Han qu’elle a intégré la British Library en tant que document plutôt que le British Museum en tant qu’objet culturel. Il est amusant de noter que le grand spécialiste japonais Ōba Osamu a identifié des caractères sur cette figurine ! Il rapporte dans son livre Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang et conservés à la British Library les caractères qu’il pense lire : 單襲廿□絰廿, et précise dans une note qu’il est question de coûts de vêtements7. Force est de constater qu’il s’est trompé et a pris les traits figurants les cheveux, les sourcils et les yeux de la figurine pour des caractères8.

Fig. 6 : figurine Or.8211/412 (initialement T. XIII. i. 32) trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds de The British Library).

Fig. 6 : figurine Or.8211/412 (initialement T. XIII. i. 32) trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds de The British Library).

Fig. 7 : figurine trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds du National Museum of India, photo du Dr Imre Galambos).

Fig. 7 : figurine trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds du National Museum of India, photo du Dr Imre Galambos).
  • 9 Nous souhaitons ici remercier le docteur Imre Galambos, ancien responsable des programmes étrangers (...)

9Il semblerait que les cinq pièces conservées au National Museum of India n’aient jamais été étudiées par personne9. Elles ne figurent pas dans les annexes du rapport archéologique de Stein ; en effet, même si la figurine sur la gauche de l’illustration no 14 ressemble à s’y méprendre à T.vi.b.i.002 et 003, une observation minutieuse nous a permis d’établir qu’il s’agissait d’objets différents. Sur trois des figurines, on peut lire sous la barbe, tracés à l’encre, les caractères « substitut humain » : il doit s’agir des trois premiers spécimens de la sorte, mais nous ne savons pas où ils ont été trouvés. Le National Museum of India n’a pas encore rendu accessible l’intégralité des objets de la collection de Stein, et aucun spécialiste n’a encore procédé à une analyse fouillée de ce fonds. Il est donc possible que d’autres figurines existent en dehors des cinq mentionnées ci-dessus.

10Les objets découverts par Stein sont aujourd’hui conservés dans différents endroits. Dans de telles conditions, confronter chacun de ces objets avec les documents existants, à savoir les photos et les rapports assez simples figurant dans Serindia, relève de l’impossible. D’autant que nous ignorons si les écrits de Stein sont exhaustifs : peut-être d’autres spécimens ont-ils été découverts mais, dans la mesure où il ne les mentionne pas dans Serindia, nous n’avons aucun moyen de le savoir.

B. Site de Majuanwan 馬圈灣

  • 10 Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels (...)

11En dehors des sites fouillés par Stein, un autre situé non loin de Dunhuang a été le lieu de découvertes importantes : celui de la tour de guet de Maquanwan situé à 95 km au nord-ouest de Dunhuang, à 8 km à l’est de Houkeng, à 11 km à l’ouest de Xiaofangpancheng et à 8 km au sud du fleuve Shule. Il s’agissait d’un poste au cœur du système de défense mis en place par Han Wudi pour protéger la Chine de la menace des Xiongnu. Comme nous l’avons déjà évoqué, lors de sa deuxième expédition Stein a mené des fouilles dans cette zone, mais les bâtiments en question s’étant écroulés dès la fin des Han occidentaux, il est passé à côté du site. Entre 1914 et 1916, Stein lance sa troisième expédition en Asie centrale : il arrive en mars 1914 sur le site d’une ancienne tour de guet datant des Han, située au nord de Dunhuang, et entreprend de passer au peigne fin toute la zone qu’il a négligée lors de son passage précédent. Majuanwan lui échappe une nouvelle fois. Le site n’est découvert que le 7 juin 1979, quand une équipe de spécialistes des objets culturels de la région du Gansu entreprend de fouiller les forts datant des Han construits dans le Hexi. Le numéro D21 lui est attribué et les fouilles commencent en septembre de la même année. On y découvre d’importantes quantités d’ouvrages en lattes de bambou et d’objets culturels, dont neuf figurines que les archéologues appellent « objets d’exorcisme » et divisent en quatre catégories10 :

Fig. 8 : panorama des ruines de la tour de guet de Maquanwan (La route de la Soie des livres, planche 6).

Fig. 8 : panorama des ruines de la tour de guet de Maquanwan (La route de la Soie des livres, planche 6).

12Catégorie I, cinq figurines. Elles sont faites d’une branche de tamaris de Chine fendue par le milieu dont la partie bombée a été taillée en angle. Une des extrémités est plate, des entailles horizontales portées sur l’arête symbolisent nez et bouche et la partie inférieure est taillée en biseau. Des traits à l’encre complètent le visage : un trait épais et droit pour le front, deux traits assez fins, arqués, pour les sourcils, deux grands yeux au milieu desquels un point figure la pupille (les yeux paraissent à la fois belliqueux et ardents), un trait épais longeant l’entaille pour le nez, une bouche carrée dotée de deux points pour les dents, avec au-dessus de nombreux points symbolisant une courte moustache et dessous des traits pour la barbe. Le spécimen T12 : 036 a de grands yeux ronds et mesure 26 cm de long et 3,4 cm de large. T12 : 040 a des yeux légèrement bridés et mesure 24,2 cm de long et 1,9 cm de large.

13Catégorie II, deux figurines. Un trait épais symbolise le front, les yeux sont grands et ronds, sans pupille, un trait horizontal figure le nez et la moustache, la bouche est carrée, sans dents, et la barbe longue. Les figurines ont été réparties en deux sous-catégories, IIa et IIb. La figurine de la catégorie IIa est faite à partir d’une branche de tamaris de Chine fendue en deux dont la partie tendre a été lissée et décorée de dessins à l’encre : un seul trait symbolise les deux sourcils dont les extrémités, larges, remontent. Le spécimen T14 : 06 mesure 11,2 cm de long et 3,3 cm de large, pour une épaisseur de 2,6 cm. La figurine de la catégorie IIb est en peuplier de l’Euphrate et légèrement taillée en pointe ; ses sourcils sont figurés par un épais trait horizontal. Le spécimen T14 : 05 mesure 16 cm de long, 5,3 cm de large et 2,8 cm d’épaisseur.

14Catégorie III, une figurine. Le corps est fait d’une moitié de branche de peuplier de l’Euphrate taillée en angle dont une extrémité est plate et l’autre pointue. Des traits penchés figurent les sourcils, les yeux sont tombants, dotés d’une pupille, et dans la bouche ovale trois points figurent les dents. Les pointes de la moustache, fournie, remontent et une longue barbe couvre le menton. Le spécimen T12 : 035 mesure 9,2 cm de long, 2 cm de large pour une épaisseur d’un centimètre.

15Catégorie IV, une figurine. Bois de peuplier de l’Euphrate, une extrémité plate, le dos légèrement sculpté au couteau, le devant taillé en angle coupé d’une entaille horizontale sous laquelle s’étend une zone en V dépourvue d’arête. Trois lignes épaisses et courtes, disposées parallèlement les unes aux autres, couvrent le front ; les sourcils sont arqués et larges aux extrémités, les yeux sont ronds et tombants et leur pupille positionnée en bas. Le surplomb au-dessus de l’entaille fait office de nez, une moustache est peinte en-dessous dont les pointes remontent légèrement. La bouche est figurée par deux cercles superposés pris l’un dans l’autre qui donnent l’impression que le personnage montre les dents et tire la langue. Une barbe longue et abondante couvre le bas du visage. Le spécimen T8 : 01 mesure 36 cm de long, 3 cm de large, pour une épaisseur de 2,5 centimètres.

C. Grotte B228 située au nord du site de Mogao à Dunhuang

  • 11 Peng Jinzhang 彭金章, Wang Jianjun 王建軍, Dunhuang Mogaoku beiqu shiku 敦煌 莫高窟北區石窟 (Grottes situées au no (...)

16De 1988 à 1995, l’Académie de Dunhuang a mené des missions archéologiques dans les grottes situées au nord du site de Mogao. C’est dans la grotte B228 qu’ont été mises au jour trois « statuettes funéraires » en bois. On y a aussi trouvé un ouvrage intitulé Hexi Daliangguo Anle sannian Guo Fang suizang yiwu shu 河西大涼國 安樂三年(619)郭方隨葬衣物疏 (Registre des affaires funéraires de la tombe de Guo Fang réalisé en la troisième année de l’ère Anle [619], royaume des grands Liang de la région du Hexi), des ossements humains et d’autres objets funéraires. Les archéologues ont avancé l’idée que cette grotte avait été percée pour enterrer les défunts, sans doute peu de temps avant la troisième année de l’ère Anle, c’est-à-dire à la fin des Sui et au début des Tang11. On peut lire dans le rapport archéologique la description suivante :

Le spécimen B228 : 2 est taillé dans une fine planche de bois mesurant entre 0,7 et 1,1 cm d’épaisseur. La forme en est humanoïde : on distingue une tête, un tronc, pas de membres, une taille fine ; le bas du corps se termine en pointe. Sourcils, yeux, nez, bouche et cou sont tracés à l’encre verte ou noire, et quatre caractères de la même couleur figurent sur le ventre, 此是棺人, qui signifient « ceci est une statuette funéraire ». La figurine est longue de 25,1 cm et large de 4,8 cm.

17Les descriptions des deux autres figurines étant très similaires à celle-ci, nous avons choisi de ne pas les reproduire.

Fig. 9 : figurine en pin (les archivistes se sont trompés en lisant « statuette funéraire ») trouvée dans la grotte B228 située au nord du site de Mogao à Dunhuang (Grottes situées au nord du site de Mogao à Dunhuang, livre 3, planche en couleur 27).

Fig. 9 : figurine en pin (les archivistes se sont trompés en lisant « statuette funéraire ») trouvée dans la grotte B228 située au nord du site de Mogao à Dunhuang (Grottes situées au nord du site de Mogao à Dunhuang, livre 3, planche en couleur 27).

18Nous nous devons d’indiquer que l’interprétation des caractères nous semble erronée. Nous pensons en effet qu’il faut lire 松 人 (figurine en pin) plutôt que 棺人 (statuette funéraire). Nous avons consulté à ce sujet des figurines d’exorcisme en pin datant de la vingt-huitième année de l’ère Jianxing 建興 conservées au centre des objets culturels de l’Université chinoise de Hong Kong, et en avons conclu que les figurines trouvées dans cette grotte étaient de même nature. C’est la proximité graphique des caractères 松 et 棺 qui a sans doute conduit à cette erreur ; de plus, du point de vue des pratiques d’exorcisme, il ne peut s’agir que de figurines en pin, le terme de « statuette funéraire » n’aurait aucun sens. Pour des explications plus précises, voir la troisième partie de ce texte.

2. Gaotai 高臺

  • 12 Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels (...)
  • 13 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturel (...)
  • 14 Dunhuang yanjiuyan kaogu yanjiusuo 敦煌研究院考古研究所 (Centre des fouilles archéologiques de Dunhuang), Gao (...)

19Entre juin et septembre 2003, le centre des fouilles archéologiques du Gansu a mené une mission d’exploration des tombes situées à deux kilomètres au sud de Nanhua, dans le comté de Gaotai. La datation n’en est pas évidente, mais la structure des tombes et la forme des objets trouvés à l’intérieur incitent les archéologues à penser qu’elles dateraient de la fin des Han orientaux ou du début des Jin occidentaux. La tombe 2003GNM10 accueillait trois corps, mais les pillages à répétition n’ont permis de déterminer ni le sexe, ni la direction dans laquelle la tête était orientée, ni les rites funéraires pratiqués. Dans l’antichambre de cette tombe, quarante-cinq figurines ont été découvertes (qualifiées d’« objets d’exorcisme en bois » 木辟邪 par les archéologues), longues de 19 cm, larges de 1,7 cm et d’une épaisseur de 4 millimètres. Pourtant, seules quatre d’entre elles sont esquissées dans un bref rapport, laissant les 41 autres dans l’ombre faute d’un rapport officiel12. En juin et juillet 2001, le centre des fouilles archéologiques du Gansu a mené une mission d’investigation des vestiges et des tombes du site de Luotuocheng, situé à 20 km au sud-ouest de la ville de Gaotai, qui a révélé l’existence de six nouvelles tombes13. En juin 2003, le centre des fouilles archéologiques de Dunhuang s’est uni au musée du comté de Gaotai pour explorer sept tombes situées au sud de Luotuocheng. Ces deux missions n’ont permis d’exhumer aucune figurine14. Mais il existe autour de Luotuocheng quatre grands sites funéraires : celui de Tudun 土墩, celui du sud de Luotuocheng, celui de Wuzuoyao 五座窯 et celui de Huangjiapidai 黃家皮代, qui abritent en tout plus de trois mille tombes ; il est donc permis d’espérer que des fouilles futures mettront au jour des figurines.

Fig. 10 : Figurine trouvée dans des tombes datant des Han et des Jin situées dans le comté de Gaotai de la province du Gansu (Musée du comté de Gaotai).

Fig. 10 : Figurine trouvée dans des tombes datant des Han et des Jin situées dans le comté de Gaotai de la province du Gansu (Musée du comté de Gaotai).

3. Juyan 居延

A. Portions de la Grande Muraille datant des Han

  • 15 Bo Sommarström, Archaeological researches in the Edsen-gol region Inner Mongolia (Reports from the (...)
  • 16 Zhongguo shehui kexueyuan kaogu yanjiusuo 中國社會科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Institu (...)

20Juyan se situe tout à l’ouest de la Mongolie intérieure, dans la bannière d’Ejin, une région de plusieurs centaines de milliers de km2 et la plus grande bannière mongole. Le désert y régnant en maître, seules 20000 personnes y vivent, la reléguant au rang de zone frontière isolée. Pourtant, située au carrefour de la route de la Soie, elle hébergeait sous les Han une garnison importante et comptait autant de paysans défricheurs que de soldats voués à la protection de l’Empire. En 1930, l’expédition scientifique des provinces du Nord-Ouest de la Chine exhuma à Juyan plus de dix mille ouvrages sur lattes de bambou datant des Han. Cette découverte touchant aux civilisations orientales de l’antiquité, considérée comme une des plus importantes en la matière, connut un retentissement mondial. Plus de vingt figurines furent mises au jour. L’auteur de cette découverte, Folke Bergman, est mort en 1946, laissant derrière lui un travail inachevé. En 1951, c’est le docteur Bo Sommarström qui prit la relève ; il a publié en 1956 et 1958 deux rapports qui ont été pour nous des références précieuses. Bo Sommarström réutilise le nom donné par Stein à ces figurines, « wooden face pegs15 » (piquets en bois avec visages). C’est sur le site A8, au milieu des ruines de la Grande Muraille érigée sous les Han, que le plus grand nombre de ces objets a été exhumé (Pl. III). Pl. 15, 1 à 6 proviennent tous d’A8. Ces objets sont aujourd’hui conservés à l’Institut d’histoire et de philologie de l’Academia Sinica de Taibei, et pour certains présentés dans des musées. Sur des photos prises lors de notre passage à Taiwan en 2004, on se rend compte que les traits portés sur la figurine la plus à droite sont tous de couleur rouge. Ces figurines sont mentionnées dans Collections 1 et 2 des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Juyan, mais les photos y étant en noir et blanc16, nous n’avions pas pu identifier cette particularité.

Fig. 11 : figurines trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han de Juyan (fonds du Zhongyanyuan shiyusuo, photo de Yu Xin).

Fig. 11 : figurines trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han de Juyan (fonds du Zhongyanyuan shiyusuo, photo de Yu Xin).

21Notons tout de même que Bo Sommarström ne fait le dessin que d’une partie des figurines, la grande majorité figurant dans une liste avec en tout et pour tout une description rapide. Cette liste nous a appris qu’elles ont été trouvées sur différents sites de tours de balise. Le rapport mentionne également bon nombre d’objets en bois semi-finis, sans doute destinés à devenir des figurines ; les figurines devaient donc être fabriquées par lots et utilisées à grande échelle.

  • 17 Wei Jian 魏堅 (dir.), Ejina Han jian 額濟納漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans (...)

22Entre 1999 et 2002, le centre d’études archéologiques de Mongolie intérieure a mené des fouilles sur les anciens emplacements de tours de balise datant des Han au sein de la bannière d’Ejin, et a découvert plus de cinq cents ouvrages sur lattes de bambou datant des Han. C’est la troisième découverte archéologique la plus importante après celle réalisée dans les années 1930 par l’expédition scientifique des provinces du Nord-Ouest de la Chine et celle de Juyan dans les années 1970. Plus d’une dizaine de figurines ont été mises au jour et numérotées comme suit : 99ES16ST1 : 27, 99ES16SF1 : 7, 99ES16SF2 : 14, 99ES16SF2 : 15, 99ES16SF4 : 7, 99ES17SH1 : 71, 99ES18SH1 : 4, 99ES18SH1 : 5, 2000ES7SF1 : 76, 2000ES7SF1 : 77, 2000ES7SH1 : 23, 2000ES7SH1 : 24, 2002ES16SH1 : 7, 2002ESCSF1 : 13, etc. Les archéologues les ont dénommées « statuettes à visage humain » (人面像) selon l’appellation de Chen Pan17.

Fig. 12 : figurines 2000ES7SF1 : 77 et 2000ES7SH1 : 23 trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han dans la bannière d’Ejin (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans la bannière d’Ejin, p. 163).

Fig. 12 : figurines 2000ES7SF1 : 77 et 2000ES7SH1 : 23 trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han dans la bannière d’Ejin (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans la bannière d’Ejin, p. 163).

B. Jianshui jinguan 肩水金關

  • 18 Gansu Juyan kaogudui 甘肅居延考古隊 (Équipe archéologique de Juyan), « Juyan Handai yizhi de fajue he xin (...)

23Entre 1972 et 1976, l’équipe archéologique de Juyan réalise de nouvelles découvertes sur les sites de Juyan datant des Han. À l’emplacement F1 de Jianshui jinguan (sous l’angle sud-ouest du fort carré qui se trouvait au sud-ouest de la passe sur une pente) ont été trouvés des figurines, des sceaux et des livrets reproduisant des édits impériaux datant de la troisième année de l’ère Yongshi sous le règne de Han Chengdi18. Mais seuls les ouvrages trouvés sur les sites de Jiaqu houguan 甲渠候官et de la quatrième tour de guet de Jiaqusai 甲渠塞第四燧 ont à ce jour fait l’objet de publications. Les autres ouvrages sur lattes de bambou datant des Han et les rapports d’archéologie n’ont pas encore été publiés dans leur totalité, aussi ne disposons-nous pas de beaucoup de détails sur les vestiges trouvés à Jianshui jinguan. Parmi les ouvrages trouvés à Jianshui jinguan qui ont été publiés, il en est un, taillé en forme de figurine, qui ressemble à un laissez-passer. Cette découverte montre que les soldats se servaient de vieux documents officiels pour fabriquer leurs figurines, ce qui nous permet de mieux comprendre les matériaux qu’ils utilisaient et le processus de fabrication usité.

Fig. c13 : figurine fabriquée à partir d’un vieux laissez-passer officiel trouvée sur les ruines de Jianshui jinguan, à Juyan.

Fig. c13 : figurine fabriquée à partir d’un vieux laissez-passer officiel trouvée sur les ruines de Jianshui jinguan, à Juyan.

4. Turfan 吐魯番

A. Tombes de Khara-khoja 哈拉和卓

24Turfan se situe au nord de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, au sud des montagnes Bogda qui constituent la partie orientale des monts Tian. Du temps où elle répondait au nom de Khara-khoja, elle était une étape importante de la route de la Soie et le lieu de rencontre des cultures orientale et occidentale. Riche d’un patrimoine culturel abondant, elle constitue depuis plus d’un siècle le terrain de jeu préféré des aventuriers et des archéologues.

  • 19 Xinjiang bowuguan kaogudui 新疆博物館考古隊 (Équipe archéologique du musée du Xinjiang), « Tulufan Halahezh (...)

25En 1975, lors de la construction d’un barrage, l’équipe d’archéologues du musée du Xinjiang a été dépêchée sur le site des tombes de Khara-khoja, dans la ville même de Turfan. Ce site se trouve au sud des célèbres montagnes de Feu qui traçaient la limite nord-est de l’ancienne ville de Khara-khoja. Cinquante-et-une tombes furent mises au jour, dont onze datent de la première période (celle qui s’étend du comté de Khara-khoja pendant la période des Seize Royaumes à la Khara-khoja des Kan). Dix-sept figurines peintes des caractères « substitut humain » ont été trouvées dans ces onze tombes, que les rapports archéologiques divisent en trois catégories19 :

26Catégorie I : 4 figurines, longueur comprise entre 10,2 et 22 cm, largeur entre 1,6 et 2,8 cm, épaisseur entre 0,3 et 0,6 cm. Une des extrémités est taillée en forme de tête, l’autre en pointe ; les traits du visage sont tracés à l’encre, les sourcils sont épais, les yeux grands, la moustache en pointe ; sur le corps sont tracés les caractères « substitut humain » suivis d’une croix sur trois des quatre poupées.

27Catégorie II : 4 figurines, longueur comprise entre 12,1 et 14,2 cm, largeur entre 1,8 et 2,6 cm, épaisseur entre 0,3 et 0,8 cm, taillées en angle, avec les caractères « substitut humain » maladroitement tracés à l’encre rouge et de courts traits verticaux et horizontaux rouges barrant les caractères.

  • 20 Wali Kurban estime qu’il s’agit de göktürk et de chinois écrit en caractères sogdiens. Voir « Tuluf (...)

28Catégorie III : 9 figurines, longueur comprise entre 7,9 et 11,1 cm, largeur entre 1,9 et 3,9 cm, épaisseur entre 0,3 et 0,7 cm, taillées en angle, avec au recto les caractères « substitut humain » à l’encre rouge et au verso des caractères appartenant à des minorités ethniques, également tracés en rouge, qui seraient peut-être du sogdien20.

Fig. 14 : figurine 75TKM90 : 1 trouvée sur le site des tombes de Khara-khoja ; au recto, on peut lire en rouge les caractères chinois « substitut humain » ; au verso, l’inscription pourrait être du sogdien. Les tombes dateraient de la période qui s’étend du comté de Khara-khoja pendant la période des Seize Royaumes à la Khara-khoja des Kan (Centre de recherche en archéologie du Xinjiang).

Fig. 14 : figurine 75TKM90 : 1 trouvée sur le site des tombes de Khara-khoja ; au recto, on peut lire en rouge les caractères chinois « substitut humain » ; au verso, l’inscription pourrait être du sogdien. Les tombes dateraient de la période qui s’étend du comté de Khara-khoja pendant la période des Seize Royaumes à la Khara-khoja des Kan (Centre de recherche en archéologie du Xinjiang).

29Seize tombes appartiennent à la deuxième période, celle de la Khara-khoja des Qu. Seule une figurine portant les caractères « substitut humain » y a été retrouvée, de 9,5 cm de haut, 2,8 cm de large, 0,5 cm d’épaisseur, taillée en angle et présentant des caractères tracés à l’encre rouge. Treize tombes appartiennent enfin à la troisième période, celle de la sous-préfecture Xizhou 西州 des Tang, dans lesquelles aucune figurine n’a été retrouvée.

30On s’aperçoit donc que les figurines trouvées à Turfan se rapprochent davantage de celles trouvées à Gaotai que de celles des sites de Dunhuang et Juyan proches de la Grande Muraille : elles proviennent en effet de tombes et sont moins anciennes que celles des sites de Dunhuang et Juyan puisqu’elles datent pour la plupart de la Khara-khoja des Kan et donc de l’époque des Seize Royaumes. Cet art tomba peu à peu dans l’oubli et disparut totalement après les Tang. Sur les figurines datant de la Khara-khoja des Qu sont tracés à l’encre rouge ou noire les caractères « substitut humain » en chinois ou en sogdien, alors qu’aucun signe d’écriture n’apparaît sur les figurines trouvées à Dunhuang et Juyan.

B. Tombes d’Astana 阿斯塔那

31De nombreuses découvertes d’objets aussi bien que de documents anciens ont eu lieu ces dix dernières années sur le site de Turfan. En 2005, sous l’égide de Rong Xinjiang, professeur à l’université de Pékin, une collaboration a vu le jour entre le centre de recherches sur l’histoire antique chinoise de l’université de Pékin, l’institut de recherches sur les études de Turfan de la région autonome ouïghoure du Xinjiang et le centre de recherches en histoire et en linguistique de l’Ouest chinois de l’école confucéenne de l’université Renmin. Elle a débouché sur la création d’une « équipe d’investigation des documents nouvellement exhumés à Turfan » chargée de classer et d’étudier ces vestiges archéologiques. Nous avons eu la chance de faire partie de ce programme et d’avoir la possibilité de nous rendre sur place à trois reprises. Nous avons donc pu entrer dans les tombes en question, en observer la forme et la structure, étudier les corps et les objets funéraires, puis nous pencher sur les objets culturels et les documents originaux. Nous tenons à remercier le bureau des objets culturels de Turfan de nous avoir accordé l’autorisation de reproduire ces précieux objets dans nos articles.

Fig. 15 & 16 : recto et verso d’une figurine exhumée du tumulus d’une des tombes d’Astana à Turfan (Musée de Turfan, photo de Yu Xin).

Fig. 15 & 16 : recto et verso d’une figurine exhumée du tumulus d’une des tombes d’Astana à Turfan (Musée de Turfan, photo de Yu Xin).
  • 21 Liu Hongliang 柳洪亮, « Tulufan Asitana gumuqun xin faxian de « taoren mupai »» 吐 魯番阿斯塔那古墓群新發現的“桃人木牌” (...)

32En février 1984, une figurine a été découverte dans le tumulus d’une des tombes d’Astana, tout près de la surface. La partie supérieure de la figurine exposée à l’air libre était toute effritée mais on pouvait encore observer des traces de barbe ; sur la partie inférieure, protégée par la terre, on lisait encore clairement au recto deux lignes de caractères chinois tracés à l’encre noire, et au verso trois lignes du même style de caractères. Après en avoir étudié la calligraphie, Liu Hongliang 柳洪亮 a émis l’hypothèse que l’objet datait de la période s’étendant entre le comté de Khara-khoja et la première période du royaume de Khara-khoja21. Voici nos mesures : 21,1 cm de long, 6 cm de large et 2 cm d’épaisseur. Au recto figure le texte suivant :

Cette figurine en bois de pêcher protège la tombe de Zhang Longle, bordure est,
桃人一枚,可守張龍
勒墓舍一所,東千(阡)

33Et au verso :

□□, limite sud, limite nord, d’apparence humaine Que la prospérité règne pour ses descendants.
Traiter comme un décret.
□□,南陌,北陌,自與人相
〕使後世並昌。不得
〕如律令。

34Sur la tranche l’archéologue a indiqué la précision suivante :

Découverte le 20 février 1984 dans le tumulus de la tombe, à proximité de la surface.
1984.2.20日發現於墓頂封土中。

  • 22 Xinjiang weiwuer zizhiqu tulufan diqu wenwju 新疆維吾爾自治區吐魯番地區文物 局 (Bureau des objets culturels de Turf (...)
  • 23 Ni Run’an 倪潤安, « Qushi Gaochang guo zhi Tang Xizhou shiqi muzang chulun » 麴氏 高昌國至唐西州時期墓葬初論 (Introdu (...)

35Entre le 9 et le 12 septembre 2006, le bureau des objets culturels de Turfan a mené des fouilles dans la zone II des tombes d’Astana 阿斯塔那, visitée par les pilleurs de tombes. 06TAM607 se situe au centre de cette zone sur un terrain plat bordé à l’est par M604, et sans tumulus pour la protéger. Elle comprend une allée inclinée menant jusqu’à l’antichambre et à la tombe à proprement parler, le tout enterré. L’axe de l’allée est orienté nord-sud (185o N), avec l’ouverture donnant sur le sud. À 1,3 m de l’extrémité sud de l’allée en remontant vers le nord, au pied du mur est, a été trouvée une figurine avec quatre membres, une tête ronde et le corps brûlé sur lequel sont encore lisibles six caractères chinois tracés verticalement à l’encre noire : « ci-git Qu, fonctionnaire cangdu à la cour » 此 是麹倉督身. Deux documents en caractères chinois tracés à l’encre noire ont été trouvés dans les gravats de l’antichambre, dont un était particulièrement bien conservé. Il s’agit d’un livre de comptes consignant des stocks de céréales, daté des premières trois années de l’ère Shenlong 神龍 et de la deuxième année de l’ère Jinglong 景 龍. Au vu de ces manuscrits, l’auteur de cette découverte a estimé que la tombe datait de l’époque de la sous-préfecture de Xizhou sous les Tang, postérieure donc à 708, pendant l’âge d’or des Tang22. Ni Run’an 倪潤安 estime que les figurines « substitut humain » sont tombées dans l’oubli peu après la onzième année de l’ère Zhanghe 章 和 (541), sans doute du fait de l’essor du bouddhisme à Khara-khoja — cette période s’en ressent déjà dans les coutumes funéraires. Alors même que ces figurines n’avaient pas encore connu de quelconque développement, leur emprise sur les populations commencerait déjà à décliner23. Avec cette dernière découverte, cette hypothèse paraît néanmoins beaucoup moins fondée.

Fig. 17 : figurine trouvée dans la tombe 06TAM607 de la zone II des tombes d’Astana (fonds du musée de Turfan).

Fig. 17 : figurine trouvée dans la tombe 06TAM607 de la zone II des tombes d’Astana (fonds du musée de Turfan).

5. Changsha 長沙

  • 24 Wang Su 王素, « Changsha Dongpailou Dong Han jiandu gaishu » 長沙東牌樓東漢 簡牘概述 (Présentation des écrits su (...)
  • 25 D’après Huang Ren’er 黃人二, cette figurine devait être un dieu mineur que l’on consultait pour de pet (...)

36Les seules figurines à avoir été trouvées en Chine intérieure l’ont été dans le Hunan, sur deux sites différents : dans la tombe Han no 1 de Mawangdui 馬王堆 et dans les tombes des Han orientaux de Dongpailou 東牌樓. Chose inouïe, ces deux sites se trouvent dans la municipalité de Changsha. Nous nous arrêterons plus longuement sur Mawangdui dans la suite de ce texte ; évoquons dans un premier temps Dongpailou. D’avril à juin 2004, le centre de recherches en archéologie de Changsha a lancé des fouilles sur le site de Dongpailou, situé en plein centre-ville. Quelques documents sur lattes de bambou datant des Han orientaux ainsi que des centaines d’objets ont été mis au jour, dont une figurine assez singulière : le corps est entier, ne s’étrécit pas en pointe à l’extrémité inférieure, la partie supérieure est peinte d’un côté de sourcils, d’yeux, d’un nez, d’une bouche, d’une barbe et d’une cage thoracique et percée d’un trou circulaire, comme si elle était suspendue au bout d’une corde. Encore plus étrange, la partie inférieure et le dos sont couverts de caractères formant une lettre adressée par le défunt, Tan Chao 覃 超, aux divinités taoïstes et magiques24. Le lieu où elle a été trouvée (dans un puits), la forme (atypique) et les caractères (en un nombre jamais vu) tracés sur cette figurine l’excluent d’emblée de notre corpus25. Nous prévoyons de lui consacrer un article à part entière mais tenions à la mentionner ici pour attirer l’attention de tous sur cette découverte.

Fig. 18 : figurine en bois de pêcher trouvée dans la tombe Han no 1 de Mawangdui, à Changsha (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha, planche 200).

Fig. 18 : figurine en bois de pêcher trouvée dans la tombe Han no 1 de Mawangdui, à Changsha (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha, planche 200).

Fig. 19 : figurines trouvées dans la tombe Han de Dongpailou, à Changsha (Écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha, planche en couleur 31).

Fig. 19 : figurines trouvées dans la tombe Han de Dongpailou, à Changsha (Écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha, planche en couleur 31).

6. Gorbunovo

  • 26 Alexander Mongait, Archeology in the USSR, Moscow, Foreign Languages Publishing House, 1959, p. 100 (...)

37Quittons à présent le Sud de la Chine pour les lointains monts Oural. Entre 1926 et 1939, une figurine humanoïde grossièrement sculptée a été trouvée sur le site de la tourbière de Gorbunovo, ainsi qu’une cuillère en bois dont le manche se termine par une tête d’oiseau délicatement sculptée et des statuettes de grand cerf et de serpent. Ces objets se situaient à côté d’un bâtiment sur pilotis. Pour certains spécialistes, ce bâtiment était le lieu de cérémonies rituelles et divinatoires, et une partie de ces objets en bois sculpté devait jouer un rôle lors des cérémonies religieuses26. Le site a été répertorié comme datant de l’âge du bronze, aux environs de l’an 2000 avant notre ère, ce qui le situe bien en amont de toutes les découvertes de figurines en bois réalisées en Chine. Nous ne disposons pas de suffisamment de documents pour étudier dans le détail cette figurine de Gorbunovo, qui présente de très grandes différences avec celles découvertes en Chine, notamment en termes d’apparence et de période de confection. Aucun autre objet semblable n’ayant à ce jour été trouvé, nous n’avons aucun moyen de savoir s’il s’agit d’une simple poupée ou d’une figurine à proprement parler.

7. Nara, Kyōto et autres sites japonais

  • 27 Kokuritsu Rekishi Minzoku Hakubutsukan 國立歷史民俗博物館 (Musée national du folklore et de l’histoire) [com (...)
  • 28 Heian-kyō Chōsakai 平安京調查會 (Équipe d’investigation de Heian-kyō) [dir.], Heian-kyō ato hakkutsu chōs (...)
  • 29 Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Riben chutu mujian cailiao zhong de fangshu ji qi yanjiu » 日 本出土木簡材料中的方術及其研究 (Ét (...)
  • 30 Hiroshima-ken Kusadosengen-chō Iseki Chōsa Kenkyūjo 廣島縣草戶千軒町遺 跡調查研究所 (Centre de recherches du site (...)
  • 31 Masuo Shinichirō 增尾伸一郎 estime que les sorts en question sont très liés au classique taoïste Chi Son (...)

38Rendons-nous désormais à l’est pour considérer le cas du Japon. Le nombre de sites sur lesquels des figurines en bois ont été trouvées et la quantité de celles-ci sont considérables. Elles couvrent une période de cinq siècles : la plus ancienne provient du site Heijō-kyō nijō-ōji mizo 平城京二條大路溝 (Nara) et daterait de la neuvième année de l’ère Tianping 天平 (737)27 ; la plus récente, trouvée sur le site Heian sakyō shijō ichibō 平安左京四條一坊 (Kyōto), daterait de la fin du xiie siècle28. Au vu de chiffres publiés dans les années 1990, deux cents trente-sept figurines auraient été exhumées de cent vingt sites, pour la plupart dans la région de Kyōto. Ohira Shigeru 大 平茂 les a divisées en quatre catégories et quinze types29. D’autres découvertes de ce genre ont été réalisées dans la lointaine préfecture d’Hiroshima, notamment sur le site de Kusadosengen-chō30. Nous devons cependant souligner que ces figurines trouvées au Japon étaient principalement utilisées lors de sacrifices ou pour jeter des sorts31, fonction qui les distingue donc des figurines que nous souhaitons étudier dans ce texte. La plupart des chercheurs ne font pas cette distinction et commettent l’erreur de toutes les étudier ensemble ; nous reviendrons sur cette question au cours de l’article.

Fig. 20 : figurine trouvée sur le site Heijō-kyō nijō-ōji mizo de Nara (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsō-in, illustration no 231).

Fig. 20 : figurine trouvée sur le site Heijō-kyō nijō-ōji mizo de Nara (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsō-in, illustration no 231).

Espace, frontières et exorcisme : analyse fonctionnelle des figurines

  • 32 Lao Gan 勞幹, Juyan Han jian kaoshi : Tuban zhi bu 居延漢簡考釋 : 圖版之部 (Étude des ouvrages sur lattes de ba (...)
  • 33 Chen Pan 陳槃, Han Jin yijian shi xiao qizhong 漢晉遺簡識小七種 (Les sept types d’ouvrages sur lattes de bamb (...)
  • 34 Wang Ningsheng 汪寧生, « Naxi zu de yishi yong mupai he Handai fengsui yizhi chutu de renmian mupai » (...)
  • 35 Wang Yucheng 王育成, « Zhongguo gudai renxing fangshu ji qi dui Riben de yingxiang » 中國古代人形方術及其對日本的影響 (...)
  • 36 Liu Xuetang 劉學堂, « Shi xi Tulufan dengdi faxian de mudiao renxiang yu dairen mupai » 試析吐魯番等地發現的木雕人像 (...)

39Nous allons dans un premier temps revenir sur les différentes hypothèses formulées sur le sujet avant de procéder à une analyse des objets mentionnés ci-dessus. Comme nous l’avons déjà indiqué, Stein s’est intéressé à ces figurines sans comprendre ni ce qu’elles étaient ni ce à quoi elles servaient. Il a émis l’hypothèse qu’elles étaient des piquets de tente, avant de la rejeter, et il est par la suite resté très hésitant à leur sujet. Le célèbre historien Lao Gan 勞榦, peut-être influencé par cette première hypothèse, a repris l’idée qu’elles étaient soit des piquets de tentes, soit des torches32. Dans leurs ouvrages, Bergman et Sommarström consignent quelques notes et descriptions mais ne se risquent pas à expliquer leur usage. Le premier à avoir investi la question, Chen Pan 陳槃, consacre un chapitre entier Cuzhi mu’ou 粗製木偶 (Figurines en bois grossièrement taillées) de son ouvrage Han Jin yijian oushu zhi xu 漢晉遺簡偶述之 續 (Figurines et ouvrages sur lattes de bambou datant des Han et des Jin [suite]) à ces figurines trouvées sur le site de Juyan. Pour lui, elles pouvaient soit représenter des hommes, soit représenter des dieux, soit protéger des démons, soit servir d’objet exorciste ou d’amulette. Il choisit finalement la dernière proposition mais, tout comme Stein, il hésite, et les rattache également aux statues de la minorité Hezhe 赫哲 représentant les ancêtres, et aux tablettes votives des Mexie 麽 些33. Wang Ningsheng 汪寧生 s’inscrit dans son sillage en défendant l’idée que, comme dans les cérémonies Dongba 東巴 des Naxi 納西 du Yunnan 雲南, ces figurines en bois, objets de culte, étaient plantées dans la terre lors des cérémonies34. Wang Yucheng 王育成 les a quant à lui comparées aux divinités de la reproduction du Néolithique et aux poupées en terre, papier, pierre, plomb, bois de pêcher et de peuplier servant à jeter des sorts à l’époque des Royaumes combattants, des Qin et des Han, toutes pour lui de même nature, mais sans se poser la question des différences de forme, de fonction ou d’époque35. Dans le traitement qu’il fait de ce sujet, Liu Xuetang 劉學堂 n’a pour sa part pas opéré de distinction entre statues, objets funéraires et figurines ; il n’apporte donc pas de réponse à la question centrale qui nous occupe, à savoir celle de la nature de ces figurines36.

40Pour y répondre, le moyen le plus simple est encore de se concentrer sur les deux données fondamentales de la recherche en histoire : le lieu et l’époque. En étudiant l’endroit où ces figurines ont été trouvées, leur position et leur attitude, et en nous interrogeant sur les rapports qu’elles entretenaient avec les objets trouvés en même temps qu’elles, nous devrions pouvoir comprendre quelle était leur fonction. Une analyse historique nous permettra ensuite de comprendre les évolutions de cette fonction et de repérer les facteurs culturels qui en ont été responsables.

41La plupart des chercheurs n’ont pas tenu compte d’un fait qui nous semble significatif : les figurines les plus anciennes proviennent toutes d’un même site, celui d’une tour de guet accrochée à une portion de la Grande Muraille datant des Han. À quoi servait la Grande Muraille ? Nous savons tous qu’il s’agissait d’un dispositif militaire visant à faire barrage aux populations nomades. Pourquoi tant de figurines se trouvaient-elles à proximité d’une place forte militaire ? S’agissait-il d’une manière pour les soldats de rompre avec l’ennui en exerçant une activité créative ? Si nous n’avions retrouvé qu’une ou deux figurines, cette hypothèse aurait pu être retenue. Mais elles ont été retrouvées en si grand nombre et sur une si vaste surface qu’il ne peut s’agir d’une production artistique. Elles sont toutes de tailles, de largeurs, de formes différentes, et se distinguent également par les traits peints sur leurs visages ; en revanche, elles présentent toutes une extrémité pointue, ce qui devait servir à les planter dans le sol. Que peuvent-elles bien être ? Nous pensons qu’il pourrait s’agir d’« armes » produites en grand nombre qui ne servaient pas lors des sanglantes expéditions menées dans le désert mais possédaient un pouvoir spirituel permanent. Les soldats de l’époque étaient sans doute persuadés qu’en plantant ces figurines autour des tours de guet, ils repousseraient plus aisément les attaques ennemies. Il s’agirait donc d’une pratique de Ying Yang 陰陽, de magie, appliquée à l’art militaire et rentrant dans la catégorie des arts divinatoires de l’antiquité chinoise.

  • 37 Wilhelm Schmidt, Ursprung und Werden der Religion : Theorien und Tatsachen, Münster i. Westf. : Asc (...)
  • 38 Lin Huixiang 林惠祥, Tianfeng haitao shi yigao 天風海濤室遺稿 (Manuscrits perdus de la salle Tianfeng haitao) (...)
  • 39 Liang Zhaotao 梁釗韜 donne aux arts magiques la définition suivante : « Les premiers hommes, par assoc (...)

42Mais sans doute cette pratique n’a-t-elle pas toujours été liée au domaine militaire et prend-elle sa source dans des croyances primitives bien plus anciennes et répandues. Pour faire simple, elle serait un mixte d’anciens cultes associés au règne végétal et de pratiques exorcistes. Tous les peuples ont à une époque de leur histoire cru en un pouvoir secret des plantes. Du temps des religions primitives, de nombreux peuples croyaient que certaines plantes, de même que les os, les griffes, la queue, les plumes ou les cornes de certains animaux étaient dotés de pouvoirs magiques37. C’est ce que l’anthropologie appelle fétichisme, suowu chongbai (瑣物崇拜) en chinois d’après la traduction de Lin Huixiang38, mais que l’on peut aussi considérer comme une forme d’art magique (wushu 巫术)39.

  • 40 Les recherches de Mizukami Shizuo 水上靜夫 sur les savoirs et usages des plantes spécifiques aux popula (...)
  • 41 Ruan Yuan 阮元, Shisan jing zhushu 十三經註疏 (Commentaires des Treize classiques), Beijing, Zhonghua Shuj (...)
  • 42 Cai Yong 蔡邕, Du duan 獨斷 (Tout à propos de la gouvernance) : « Souvent, vers le mois de décembre, fo (...)
  • 43 Zhang Heng 張衡, « Dongjing fu » 東京賦 (Poème sur la ville de l’est) : « Aussi organise-t-on de superbe (...)

43Les mûriers, les ormes, les saules et les pêchers sont depuis longtemps cultivés en Chine, aussi des traditions très anciennes de culte de ces arbres et des légendes associées figurent-elles dans des ouvrages classiques et dans des pratiques quotidiennes40. Le culte le plus courant et le plus important est celui du pêcher. On peut ainsi lire dans le Zuozhuan 左傳, à l’entrée « Quatrième année de l’ère Zhaogong » 昭公四年 : « Jadis, le douzième mois de l’année était l’occasion de constituer des stocks de glace […] Quand il fallait aller en chercher, on se servait d’un arc en bois de pêcher et de flèches en bois de jujubier pour se protéger du malheur. » 古者日在北陸而 藏冰…… 其出之也,桃弧棘矢,以除其災. Du Yu 杜注 commente ainsi ce passage : « L’arc en bois de pêcher et les flèches en bois de jujubier servaient à éloigner les choses néfastes ; en effet, c’était alors les personnes d’un certain statut qui consommaient de la glace. » 桃弓棘箭,所以禳除凶邪,將御至尊故. Kong Yingda 孔穎 達 cite dans son commentaire le point de vue de Fu Qian 服虔 : « Le bois de pêcher servait à se protéger du mauvais œil. Quant au bois de jujubier, il s’agit d’un bois rouge garni d’épines dont il tire son nom [en chinois, 棘, l’ancien nom du jujubier, veut aujourd’hui dire « épine »]. Les gens qui allaient chercher de la glace suspendaient un arc en bois de pêcher et des flèches en bois de jujubier à la porte de la chambre froide afin qu’ils les protègent du mauvais sort. Les consommateurs de la glace étant des personnalités respectées, cet acte était accompli prudemment, avec le cérémoniel adéquat. » 桃, 所以逃凶也。棘矢者,棘赤有箴,取其名也。蓋出冰之時,置此弓 矢於淩室之戶,所以禳除凶邪,將御至尊,故慎其事,爲比禮也41. Cela nous prouve que dès les Qin antérieurs, une valeur magique, cultuelle était reconnu au bois de pêcher. Dans son ouvrage Tout à propos de la gouvernance, Cai Yong 蔡邕 évoque également un arc en bois de pêcher et des flèches en bois de jujubier utilisés par un sorcier pour chasser les épidémies dans un rituel d’invocation de dieux protecteurs42. Dans son « Dongjing fu » 東京賦 (Poème sur la ville de l’Est), Zhang Heng 張衡 en livre une description plus littéraire43.

  • 44 Luo Man 羅漫, « Tao, taohua yu Zhongguo wenhua » 桃、桃花與中國文化 (Pêches et fleurs de pêcher dans la cultur (...)
  • 45 Explications tirées de Liu Lexian 劉樂賢, Shuihudi Qin jian Rishu yanjiu 睡虎地秦簡日 書研究 (Étude du Livre de (...)
  • 46 Shi Daoshi 釋道世, commentaires par Zhou Shujia 周叔迦 et Su Jinren 蘇晋 仁, Fayuan zhulin jiaozhu 法苑珠林校注 (C (...)
  • 47 Explications tirées de Liu Lexian, Étude du Livre des jours en lattes de bambou datant des Qin trou (...)
  • 48 Taiping yulan 太平御覽 (Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur), livre 805, « Zhenbao bu » (...)

44Il existe dans les livres d’histoire de très nombreuses références au bois de pêcher, aux figurines en bois de pêcher, aux dieux protecteurs peints sur des planches en bois de pêcher, tous capables de chasser les démons44. Ce bois était soit porté sur soi, soit jeté à la tête des démons que l’on rencontrait pour se protéger du malheur. Dans la première partie du texte « Jiejiu pian » 詰咎篇 (Des choses néfastes) du Livre des jours en lattes de bambou datant des Qin trouvé à Shuihudi, de nombreuses lignes décrivent les usages d’alors : « Quand quelqu’un se fait harceler sans raison par un démon, c’est que le démon en question est un cegui (刺鬼). Il lui faudra s’équiper d’un arc en bois de pêcher et de flèches en bois d’une plante mâle comme le jujubier, équilibrées par des plumes de poulet, qu’il devra tirer sur le démon pour qu’il arrête de le harceler. » 人毋(無)故鬼攻之不已,是是刺鬼。以桃爲弓,牡棘爲矢,羽之 鶏羽,見而射之,則已矣45. Cette méthode n’est bien sûr pas efficace à l’encontre de ce seul type de démons, comme nous le prouve un ouvrage composé plus tardivement que le Livre des jours, intitulé Baize tu 白澤圖 (Livre illustré du marais blanc) : « Les démons des tombes, qu’on appelle aussi démons-loups, ont pour habitude de hanter les êtres humains. En leur tirant dessus avec un arc en bois de pêcher et des flèches en bois de jujubier équilibrées par des plumes de poulet, le démon disparaîtra en un coup de vent. En revanche, il ne s’en ira pas si on lui jette simplement sa chaussure à la tête. » 丘墓之精,名曰狼鬼,善與人鬬不休。爲桃棘矢,羽以鵄 羽,以射之,狼鬼化爲飄風。脫履投之,不能化也46. Outre les arcs, d’autres armes en bois de pêcher ont par la suite vu le jour, comme des bâtons ou des hallebardes. Dans le Livre des jours, il est dit que « les porcs, les vaches, les moutons, les chevaux, les poulets ou les chiens doués de parole sont des démons ayant pris forme animale ; en les frappant à coups de bâton en bois de pêcher ou en leur jetant sa chaussure à la tête, ils cesseront de parler. » 野獸若六畜逢人而 言,是票(飄)之氣,擊以桃丈(杖),繹履而投之,則已矣47. Dans le Baiyu tu 白玉圖 (Chapitre sur le jade) du Taiping yulan 太平 御覽 (Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur), on peut lire que « le démon du jade s’appelle Rou. Il prend l’apparence d’une très belle femme vêtue de teintes bleues. Ceux qui le croisent pourront l’attaquer avec leur hallebarde en bois de pêcher tout en criant son nom afin de se le concilier. » 玉之精,名曰柔,狀如美女,衣青 衣。見之,以桃戈刺之而呼其名,則可得也48.

  • 49 Cf. Yu Xin 余欣, Shendao renxin – Tang Song zhiji minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心 — 唐宋之際民生宗教社 (...)
  • 50 Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), volume III (version révisée), Be (...)

45Toutes les armes décrites ci-dessus sont des armes d’attaque ; il est également possible de fabriquer des armes de défense. Dans le manuscrit de Dunhuang P. 2661 conservé à la BNF, un texte intitulé Zhu za lüe de yaochaozi yi ben 諸雜略得要抄子一本 (Abrégé de différents ouvrages) explique que « lors du premier jour du premier mois de l’année lunaire, si l’on accroche au-dessus de sa porte une branche de pêcher ayant poussé en direction du soleil, les démons ne passeront pas le seuil » 正月一日取陽桃支著戶上,百鬼不入 門 ; on peut lire plus loin « si l’on accroche au-dessus de sa porte une branche de pêcher ayant poussé dans la direction du sud-est, les démons ne passeront pas le seuil » 取東南桃支懸戶上,鬼不 敢入舍. Le manuscrit P. 3281V, Zhenzhai fa 鎮宅法 (Art de l’installation), indique quant à lui que « ceux qui souhaitent s’installer et construire une nouvelle maison devront écrire le nom de toutes les divinités sur des planches en bois de pêcher et les planter dans le sol afin de s’attirer de bons auspices. » 凡人家鎮宅造作者,書此等神姓 名桃板上,奏本位地上,大吉. Le verbe « planter » (奏) dans « les planter dans le sol » est un terme emprunté au taoïsme qui signifie « coller » ou « planter » de manière à ce que les dieux puissent en avoir connaissance. « Les planter dans le sol » signifie planter les tablettes aux huit points cardinaux après avoir écrit dessus des sentences propitiatoires, afin que la nouvelle maison soit protégée49. Placer des objets en bois de pêcher comme des arcs, des morceaux de bois ou des planches à des endroits précis autour d’une maison ou dans une pièce pour conjurer le sort est une pratique d’exorcisme couramment utilisée par les sorciers. Elle reste à l’honneur jusque sous les Ming, comme nous le prouve cette phrase tirée de Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica) de Li Shizhen 李時珍, livre 38 du chapitre « Fu qi bu » 服器部 (Habits et ustensiles) à l’entrée « morceau de bois de pêcher » 桃橛 : « Nombreux sont ceux qui plantent des bouts de branches de pêcher taillés dans le sol de leur maison pour la protéger du malheur. Les résultats sont particulièrement probants avec du bois de pêcher vieux de trois ans. » 人 多削桃木釘於地上,以鎮家宅。三載者尤良50.

46Nous ne connaissons pas bien la sorcellerie pratiquée en Europe, mais avons été en présence de documents attestant que les sorciers de l’Europe du Moyen Âge utilisaient eux aussi des épées ou des bâtons en bois de pêcher pour chasser les esprits malins. Les célèbres vampires ne sont-ils d’ailleurs pas réduits en cendres quand on leur plante un pieu en bois dans le cœur ? Mais nous savons peu de choses des liens unissant les croyances occidentales et orientales sur le sujet.

  • 51 Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術考 (Étude des arts divinatoires chinois), version révisée, Beij (...)

47Les figures d’êtres humains ou de divinités féroces ont également le pouvoir de chasser les démons. Li Ling qualifie de rituels d’exorcisme les arts magiques qui ont pour but de chasser les démons, et leur attribue la même nature qu’à l’art de guérison « zhuyou » 祝由. Ces rituels d’exorcisme puisent non seulement à la source des arts magiques, mais également à celle de différents cultes et prières ; d’ailleurs, le caractère 禳 (rang) présent dans l’expression « cultes et prières » (禱祠祈禳 dao ci qi rang) renvoie lui aussi à un acte d’exorcisme ; toutes ces pratiques sont donc bel et bien liées. Les diagrammes et les amulettes jouent un rôle important dans ces rituels ; les premiers représentent souvent la carte du ciel tandis que les seconds sont un hommage au pouvoir des dessins et de l’écrit51. Ces différentes conclusions nous ont beaucoup éclairé dans notre étude des figurines, qui sont elles aussi vraisemblablement des objets d’exorcisme. Deux dieux protecteurs sont représentés dans P. 3358, « Huzhai shen li juan » 護宅神曆卷 (Dieux protecteurs des demeures) : le premier a pour nom Dong Zhong 董仲 et, comme l’explique la légende, sert dans les cas « où la paix ne règne pas chez soi, où pendant plus de six jours (ou plusieurs jours) d’affilée l’agitation ne cesse pas, où ses champs ou ses vers à soie ne donnent rien, où l’argent ne rentre pas, où les dieux des huit directions sont agités ; il convient alors de se saisir de planches en bois de pêcher d’un pied de long, de peindre Dong Zhong dessus, et d’accrocher les planches aux quatre coins de la maison pour la placer sous de meilleurs auspices. » 董仲神符:凡人家宅舍不安,六日某日不息,田蠶不茂, 錢財不聚,八神不安,以桃木板,長一尺,書此,玄(懸)宅四 角,大吉利. Le second, qui n’a pas de nom, est représenté avec un corps de lion ailé et un visage d’homme ; voici ce qui est dit : « Quand les fissures apparaissent dans la maison, planter des morceaux de bois de pêcher de neuf pouces de long à l’intérieur. » 家中地穴出, 桃板,長九寸,釘. Accrocher ou planter des portraits de divinités ou d’hommes aux quatre coins de sa maison est donc bel et bien censé protéger celle-ci, ainsi que le bonheur des propriétaires. Sur le principe, cette pratique est en tout point semblable à celle que nous avons pu observer avec les figurines plantées autour de la Grande Muraille.

  • 52 Certains spécialistes se sont déjà penchés sur la question, comme le prouve une publication issue d (...)

48La conception que les Chinois de l’antiquité avaient de l’espace et des frontières mérite que l’on s’y attarde quelques instants52. La Grande Muraille est, certes, un dispositif militaire mais elle occupe et délimite surtout un espace. Les figurines en bois de pêcher, si elles peuvent protéger une demeure, peuvent évidemment protéger une forteresse militaire. En fabriquant beaucoup de ces figurines et en allant les planter tout autour des tours de guet, les soldats cherchaient à user de leur force magique pour repousser leurs ennemis, à construire en quelque sorte devant la vraie Grande Muraille une « muraille magique ». La quantité de figurines retrouvées et la surface impliquée montrent qu’il ne pouvait s’agir que d’une pratique officielle, ou du moins d’une pratique tacitement admise par le commandement.

Fig. 21 : le dieu protecteur Dong Zhong dans P. 3358, Dieux protecteurs des demeures (Fonds français des documents de Dunhuang et de l’Ouest, no 23, planche en couleur 8).

Fig. 21 : le dieu protecteur Dong Zhong dans P. 3358, Dieux protecteurs des demeures (Fonds français des documents de Dunhuang et de l’Ouest, no 23, planche en couleur 8).

49Espace et frontières existent à la fois dans le monde des vivants et dans celui des morts. Il s’agit là d’un aspect important des croyances liées à la mort, aux esprits, aux cérémonies et aux coutumes funéraires. Pour les Chinois, rien ne distingue fondamentalement une maison d’une tombe : ils parlent de « demeure yang » 陽宅 dans le cas de la première et de « demeure yin » 陰宅 dans le cas de la seconde. La première accueille notre corps, la seconde notre âme. Aussi, les principes présidant à l’art de la géomancie fengshui 風水 sont-ils dans les deux cas très proches. Si les figurines peuvent servir dans des maisons et des places fortes, elles peuvent naturellement servir dans des tombes.

  • 53 Hunan shen bowuguan 湖南省博物館 (Musée du Hunan), Zhongguo kexueyuan kaogu yanjiusu 中國科學院考古研究所 (Centre d (...)

50Nous pouvons illustrer nos propos avec un exemple tiré de la tombe Han no 1 du célèbre site archéologique du Hunan, Mawangdui, situé à côté de Changsha. Trente-six figurines en bois de pêcher ont été sorties de cette tombe, puis qualifiées par le rapport des archéologues d’« objets funéraires d’exorcisme en bois » 辟 邪木俑. Trois d’entre elles, qui portaient des habits de chanvre ou de soie, étaient positionnées face à l’est, à l’ouest et au sud entre le cercueil intérieur et le troisième cercueil laqué à fond rouge. Il s’agit de bouts de bois grossièrement taillés, de 11 à 12 cm de long, de 2,5 cm de large et d’une épaisseur de un centimètre ; sur la tête, des traits rouges et noirs figurent les sourcils et les yeux. Les trente-trois autres ne portaient pas d’habits et ont été retrouvées dans le coin inférieur droit de la bannière en soie peinte qui recouvrait le cercueil intérieur. Elles mesurent entre 8 et 12 cm de long. Douze d’entre elles étaient nouées par deux cordelettes en chanvre (une pour le bas, une pour le haut) étroitement mêlées. Les onze figurines restantes étaient disposées en désordre53. Elles sont faites d’un petit morceau de branche de pêcher coupé en deux, taillé de manière triangulaire à une extrémité, avec l’arête du milieu symbolisant le nez et, de part et d’autre, des yeux et des sourcils peints à l’encre. Le reste du morceau de bois n’est pas taillé. Quelques morceaux de bois préparés mais inachevés venaient grossir les rangs de ces figurines. Seules trois d’entre elles étaient vêtues d’habits en soie ou en chanvre, et positionnées face à l’est, à l’ouest et au sud ; peut-être représentaient-elles des officiers militaires de haut rang, tandis que celles qui ne portent pas de vêtements et sont reliées entre elles par une cordelette ou disséminées un peu partout étaient des soldats. Le bois du cercueil circonscrit le corps du défunt dans quatre directions et se veut la demeure de l’âme. Ces trente-six figurines représentent une armée puissante, sur le qui-vive, dont la mission est de protéger le défunt. Le nombre trente-six est lui aussi porteur de sens : il correspond aux trente-six généraux célestes du taoïsme, et revêt donc une valeur symbolique spéciale dans l’antiquité chinoise.

51La figurine découverte en 1984 dans le tumulus de la tombe Astana à Turfan avait la même fonction que celles de Mawangdui. Mais Mawangdui est un site de tombes datant des Han occidentaux, qui auraient été creusées entre la cinquième année du règne de l’empereur Han Wendi 漢文帝 (175) et la première année de l’ère Zhonghe 中和de l’empereur Han Jingdi 漢景帝 (145) avant notre ère ; le site de Turfan daterait pour sa part de l’époque des Seize Royaumes, soit environ six cents ans plus tard. Au cours de ces six siècles, la forme des figurines a connu des changements assez importants :

52Tout d’abord, le fait que l’extrémité taillée en pointe de la figurine d’Astana soit plantée dans le tumulus de la tombe indique que c’est la zone qu’elle doit défendre, à l’inverse des figurines disposées aux quatre coins du cercueil trouvé à Mawangdui. Son champ d’action est donc plus étendu.

53Ensuite, aucun caractère n’est visible sur les figurines confectionnées sous les Han, que ce soit sur celles de Dunhuang, de Juyan ou de Mawangdui, alors qu’il y en a au dos de celles de Turfan, qui véhiculent dès lors davantage d’informations sur la culture de l’époque :

  1. « Cette figurine en bois de pêcher protège la tombe de Zhang Longle » : la mission de la figurine et le nom de son propriétaire apparaissent ici clairement.

  2. « Bordure est, □□, limite sud, limite nord », que l’on peut raisonnablement compléter ainsi « bordure est, bordure ouest, limite sud, limite nord » : il est question de l’espace compris entre ces quatre points, celui de la tombe. Cela correspond à une délimitation claire de la zone à protéger par la figurine.

  3. « Que la prospérité règne pour les descendants » : ces figurines avaient donc, outre leur mission de protection du défunt, celle de garantir aux descendants richesse et prospérité.

    • 54 Pour d’autres études de cette expression, voir Maeda Ryōichi 前田良一, « Kyūkyū nyo ritsuryō o saguru » (...)

    la dernière phrase, « traiter comme un décret » 如律令, devait se lire originellement « traiter de toute urgence comme un décret » 急急如律令 ; il s’agit d’une expression taoïste assez typique, qui s’utilisait dans de très nombreux cas54. Elle montre qu’à cette époque, l’art lié aux figurines s’était déjà mêlé de pratiques taoïstes.

  4. une autre phrase annonce « d’apparence humaine », il est donc possible qu’il s’agisse d’un substitut humain. Malheureusement, les caractères sont trop effacés, nous ne pouvons être sûr du sens.

54Les dix-sept figurines exhumées à Khara-khoja 哈拉和卓, quoique très proches de celles que nous venons de décrire sur les plans de la confection, de l’aspect et de l’utilisation, sont clairement revêtues des caractères chinois et des lettres sogdiennes formant le mot « substitut humain » : leur nature et leur fonction sont donc autres. Le terme de « substitut humain » renvoie assez directement aux pratiques exorcistes taoïstes. Il désigne celui qui doit subir un mal à la place d’un autre. Les substituts servent à trois types d’individus : aux défunts, à ceux qui restent (c’est-à-dire aux proches du défunt encore de ce monde) et enfin aux défunts et à ceux qui restent tout à la fois.

55La meilleure illustration en est la figurine trouvée en 2006 dans la tombe Astana de Turfan : les six caractères 此是麹倉督身 annoncent « ci-gît Qu, fonctionnaire cangdu à la cour » : elle est donc censé servir de substitut à Qu. Le rôle du cangdu était de gérer les registres de céréales ; dans la même tombe a été retrouvé un Gou zheng liang zhang 勾征糧帳 (Livret de compte de la perception céréalière), qui représente tout à la fois le statut et la responsabilité du défunt.

56La pratique de recourir à des substituts humanoïdes pour détourner les malheurs de soi date des Qin antérieurs, mais ne se répand vraiment dans toute la Chine que sous les Han orientaux. Les figurines en plomb étaient alors les plus communes. En 1957, dans une tombe datant des Han découverte à Sanlicun, un village situé dans le comté de Chang’an (province du Shaanxi), six vases en argile aux dessins rouges datant de l’an 147 ont été découverts, sur lesquels figurent des textes de rituels exorcistes. En voici un exemple :

  • 55 Shanxi shen wenwu guanli weiyuanhui 陝西省文物管理委員會 (Comité de gestion des objets culturels du Shaanxi), (...)

Le 14e jour du 11e mois de la première année de l’ère Jianhe, dont le premier jour était un jour dingwei, une cérémonie eut lieu pour conjurer le mauvais sort. L’émissaire de l’empereur céleste alla respectueusement officier au sein d’une famille du nom de Jia dont une fille était morte à l’âge de 24 ans. Ton nom fut inscrit sur le registre des morts. Pour ne pas que les vivants de la même année, du même mois, du même jour ou de la même heure que toi soient possédés et meurent, les différents officiers divins ainsi que le dieu présidant à la survie des descendants et les divinités funéraires furent informés. Une figurine en plomb du nom de Chichi servit donc de substitut : elle sait trier le riz, faire à manger, conduire des attelages, écrire. Il a été dit aux dieux Zhonggao et Shangyoujiao de ne pas la détruire pour les dix mille prochaines années. Les gens de l’est, de l’ouest et les vivants, la nourriture □, neuf personnes □□□□. »55
建和元年十一月丁未朔十四日解。天帝使者謹爲加氏之 家別解地下後死,婦加亡方 年二十四。等汝名借,或同歲 月重負,鉤校日死,或同日鳴重複,鉤校日死。告上司命下 司錄,子孫所屬,告墓皇使者轉相告語。故以自代鉛人,鉛 人池池能舂能炊,上車能禦,把筆能書。告於中高長伯、上 游檄,千秋萬歲永無相墜。

57La « figurine en plomb » en question désigne le personnage de plomb qui endosse à la place du défunt ses crimes, ses fautes, et qui purgera sa peine à sa place dans le monde des morts. Il est très intéressant de voir l’éloge fait des talents de la figurine : elle sait trier le riz, faire à manger, conduire des attelages, écrire, de quoi s’attirer les bonnes grâces des divinités et leur faire accepter sa qualité de substitut. Dans une des jarres en argile exhumées en même temps se trouvaient deux figurines en plomb dont l’une était vraisemblablement Chichi.

Fig. 22 : figurines en pin et ouvrages sur lattes de bois consignant des textes de rituels exorcistes et datant de l’an 28 de l’ère Jianxing (fonds du bâtiment des vestiges culturels de l’Université chinoise de Hong Kong).

Fig. 22 : figurines en pin et ouvrages sur lattes de bois consignant des textes de rituels exorcistes et datant de l’an 28 de l’ère Jianxing (fonds du bâtiment des vestiges culturels de l’Université chinoise de Hong Kong).

58Des figurines en bois de pin avaient quasiment les mêmes fonctions que les figurines en plomb. À l’Université chinoise de Hong Kong, dans le bâtiment des vestiges culturels, sont conservées des figurines d’exorcisme en pin et une figurine en pin et cyprès datant de 340 qui sont censées provenir du site de Mojuzi, à Wuwei (province du Gansu). Sur la dernière figurine, qui joint les mains en une salutation, sont peints des habits à l’encre noire ; sur son ventre apparaissent les caractères « figurine en pin ». Sur les quatre côtés de la figurine on peut lire :

  • 56 究 (Étude des ouvrages sur latte de bambou et sur soie), no 2, B
    Chen Songchang 陳松長 (dir.), Xianggang (...)

En haut : si le ciel et la terre emportent les vivants sur le livre des morts, et que ces vivants sont de la même heure, du même jour, du même mois ou de la même année que les morts ; charge aux figurines en pin et en cyprès de les remplacer.
Sur le côté droit : quand le défunt est de la même heure, du même jour et du même mois que des vivants, charge à la figurine en cyprès de les remplacer.
Sur le côté gauche : quand le défunt est de la même année que des vivants, charge à la figurine en pin de les remplacer.
En bas : un jour bingshen, le premier jour du onzième mois de la vingt-huitième année de l’ère Jianxing (340), l’émissaire de l’empereur céleste rassembla défunts et vivants, emportés car ils étaient de la même année, du même mois, du même jour et de la même heure que les défunts. Si le défunt Wangqun Luozi offense les dieux Bakui et Jiukan, contrevient à la course de la lune et du soleil lors des jours xian (premier et dernier quartiers d’une lunaison), wang (milieu d’une lunaison), hui (fin d’une lunaison) ou shuo (début d’une lunaison) et fait intrusion dans les loges lunaires Dongjing et Qixing, interdites d’accès, charge à la figurine en cyprès d’en endosser la responsabilité. S’il y a des appels, quelle que soit la direction dont ils proviennent, charge à la figurine en pin de répondre ; si le monde souterrain l’appelle, charge à la figurine en pin de répondre ; si les vivants (caractères manquants), les questions reviennent à la figurine en cyprès. Si Luozi est mort d’une maladie contagieuse, charge à la figurine en pin d’agir pour que ni son père, ni sa mère, ni ses frères, ni sa femme, ni ses enfants ne soient emportés après lui. Si c’est le cas, il ne peut en être question que devant les figurines en pin et cyprès. Traiter de toute urgence comme un décret.
Au verso : un jour bingshen et un jour dingyou, les premier et deuxième jours du onzième mois de la vingt-huitième année de l’ère Jianxing, l’émissaire de l’empereur céleste pria solennellement pour que les vivants de la famille Wang soient épargnés par le malheur. Le défunt Luozi ne mangeait plus rien en journée. En conséquence, les vivants nés le même jour que lui furent entraînés dans la mort, ce qui interféra avec les vivants. Alors, des figurines en pin et cyprès furent confectionnées pour éloigner les malheurs. L’émissaire chassa avec respect les différents démons qui hantaient l’est et reporta les calamités sur les cinq bois ; il chassa avec respect les différents démons qui hantaient l’ouest et reporta les calamités sur les cinq métaux ; il chassa avec respect les différents démons qui hantaient le sud et reporta les calamités sur les cinq feux ; il chassa avec respect les différents démons qui hantaient le nord et reporta les calamités sur les cinq eaux ; il chassa avec respect les différents démons qui hantaient le centre et reporta les calamités sur les cinq terres. Pour que la vie des frères, de la femme, des enfants, des femmes, des petits-enfants, du clan et des proches du défunt soit épargnée, pour que personne ne soit ni puni ni lié au défunt, charge à une seule personne de tout endosser. Traiter de toute urgence comme un décret.
Pour que les vivants de la même heure, du même jour, du même mois ou de la même année que le défunt ne soient pas entraînés à sa suite dans la tombe, charge à la figurine en pin de s’en occuper. Si le défunt est condamné aux travaux forcés, charge à la figurine en pin de le remplacer. Si les animaux domestiques sont forcés à travailler, charge à la figurine en pin de les remplacer. Si la figurine en pin se décharge de sa responsabilité de remplacer les frères, la femme et les enfants du défunt pour aller dans la mort à ses côtés et qu’elle ne répond pas en temps voulu, il faut lui infliger trois cents coups de fouet. Traiter comme un décret56.
松人上方記:天地拘校復重,松柏人當之。
松人右側記:日月時,拘校復重,柏人當之。
松人左側記:歲墓年命,復重拘校,松人當之。
松人下方記:建興廿八年十 — 月丙申朔,天帝使者合 同,復重拘校,八魁九坎,年(弦)望朔晦,東井七星。死 者王羣洛子所犯,柏人當之。西(四)方有呼者,松人應 之;地下有呼者,松人應之。生人□□,當問柏人。洛子 死注咎,松人當之,不得拘校復重父母、兄弟、妻子。欲復 重,須松柏人能言語。急急如律令。
背記:建興廿八年十一月丙申朔,二日丁酉,天帝使者 謹爲王氏之家解復,死者洛子,四時不食,復重拘校,與生 人相妨,故作松柏人以解咎殃。謹解東方甲乙之復鬼,令復 五木;謹解西方庚辛之復鬼,令復五金;謹解南方丙丁之復 鬼,令復五火;謹解北方壬癸之復鬼,令復五水;謹解中央 戊己之復鬼,令復五土。無復兄弟、妻子、婦女、孫息 (媳) 、宗親,無罰無負,齊一人止。急急如律令。
生人拘校復重,松人應之;死人罰謫作役,松人應之; 六畜作役,松人應之。無復兄弟,無復妻子,若松人却,不 時應對,鞭苔 (笞) 三百,如律令。

  • 57 Cf. Rao Zongyi 饒宗頤, Wei Jin Nanbeichao Dunhuang wenxian biannian xu 〈魏晉 南北朝敦煌文獻編年〉序 (Préface au Cla (...)

59On voit donc que les figurines en plomb, en étain, en pin et en cyprès pouvaient toutes servir en tant qu’objets funéraires d’exorcisme57. Cette description très précise nous permet de mieux comprendre la fonction des figurines en pin et en cyprès :

    • 58 Pour des études sur ces deux termes, en dehors des travaux de Rao Zongyi, cf. Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Ta (...)

    Éviter au défunt les catastrophes, comme dans le cas où il est appelé par les dieux de l’Ouest ou du royaume souterrain. Grâce aux caractères inscrits sur les figurines et les talismans de protection des tombes (« à posséder » ou « à hanter »), ce sont elles qui répondent et évitent ainsi aux frères, à la femme, aux enfants, aux femmes, aux descendants et aux proches de le suivre dans la mort58.

  1. Purger la peine du défunt attribuée selon les torts qu’il a causés afin d’éviter que les proches n’en souffrent.

60Les figurines trouvées à Turfan sont légèrement différentes de celles en plomb ou en pin dans la mesure où, hormis les caractères « substitut humain », elles n’arborent pas de texte plus long renvoyant à des rituels d’exorcisme. Leur forme rappelle plutôt celle des figurines protectrices de la Grande Muraille ou des tombes.

61Un autre point mérite d’être noté : les caractères sogdiens qui figurent au dos de beaucoup d’entre elles et qui sont la traduction du chinois ou du göktürk pour « homme », « substitut », ou « homme, serviteur ou femme ». On peut en déduire que ces « substituts humains » (ou morceaux de bois symboliques) n’étaient pas en vogue uniquement au sein de l’Empire, à Dunhuang ou chez les Han, mais que ces croyances et ces rites funéraires avaient peut-être déjà filtré chez les tribus sogdiennes de Khara-khoja, ce qui suggère un dialogue interculturel fourni entre la Chine et les régions de l’Ouest.

62Il nous faut également expliciter quelques autres questions :

63Les figurines dont nous parlons dans cet article appartiennent à une catégorie bien distincte de celles des objets funéraires, de celle des poupées en bois et de celle des statuettes. La raison pour laquelle aucun chercheur n’a encore réussi à bien comprendre la raison d’être de ces figurines, est que la majorité d’entre eux s’est laissée leurrer par l’apparente similitude entre ces différents objets, se contentant d’accumuler le plus de documents historiques possible, mais négligeant d’opérer une distinction concernant les représentations à l’œuvre et les techniques utilisées.

  • 59 Chen Pan, dans un de ses textes précédemment cités, parle de ces talismans en bois de pêcher et don (...)

64Si nous n’avons pas pu déterminer le matériau de chacune d’entre elles, les rapports archéologiques nous ont pour le moins permis d’identifier, en plus du bois de pêcher, du bois de tamaris de Chine et de peuplier de l’Euphrate59. C’est vraisemblablement lié à la zone géographique : dans le Nord-Ouest de la Chine, il ne devait pas être toujours facile de trouver du bois de pêcher, aussi les populations locales ont-elles recouru à d’autres bois. Cela ne devait pas avoir une réelle incidence sur le pouvoir magique de l’objet car, dans les cultes liés aux plantes, ces autres bois possédaient également une force surnaturelle.

65Intéressons-nous à l’utilisation des couleurs : la plupart des figurines sont en effet peintes à l’encre noire, certaines seulement à l’encre rouge. Peut-être un sens différent y était-il attaché ? La couleur rouge était-elle utilisée pour les figurines avec des fonctions spéciales, celles participant à un type précis de cérémonies ou celles plantées à un endroit particulier ? Nous ne disposons pas de suffisamment de matière pour apporter une réponse catégorique.

66La taille des figurines est également un sujet intéressant : elle varie énormément en fonction du lieu où ces figurines ont été trouvées et de leur époque. Des figurines trouvées au même endroit et datant de la même période présentent malgré tout des différences de taille, ce qui révèle une forte part d’aléatoire. Dans les documents traitant de ce sujet, seul le manuscrit « Hu zhai shen li juan » 護宅神 歷卷 (Dieux protecteurs des demeures) trouvé à Dunhuang donne des indications de taille : la longueur des planches accrochées ou plantées dans la terre doit être comprise entre neuf pouces et un pied. Mais les unités de mesure chinoises ont beaucoup varié : sous les Han, un pied équivalait à 23 centimètres. Si l’on prend en compte ce critère, aucune des figurines exhumées n’y souscrit. Au Japon en revanche, dans l’Engishiki (un classique de la période Heian (794- 1185) qui consigne les rites de la cour), des longueurs bien précises sont attribuées à ces figurines. Mais elles étaient utilisées comme objets de culte lors de cérémonies et sont donc différentes de celles dont nous nous occupons. On peut en déduire que la taille ne revêtait pas une importance particulière.

67Une autre question essentielle est celle de l’origine de ces figurines : cette pratique a-t-elle vu le jour en Chine ou été importée de l’étranger ? Pourraient-elles venir d’Asie centrale ? Du Nord de la Chine par le biais de populations nomades ? De la lointaine Europe ? Il est souvent extrêmement compliqué de remonter aux sources d’un sujet, quel qu’il soit. Les spécialistes de l’histoire des relations entre la Chine et le reste du monde en savent quelque chose. Nous ne pouvons ici qu’avouer notre ignorance. Si nous écoutons notre intuition d’archéologue et d’historien spécialiste de ces régions occidentales, nous n’exclurons pas la possibilité qu’elles proviennent de l’étranger, ou tout du moins que leur histoire soit liée à celle des migrations scythes. Ceci étant dit, les objets mentionnés ici sont très largement sinisés.

  • 60 Ohira Shigeru 大平茂, « Mukusei ningyō nendai kou » 木製人形年代考(上) (Étude de l’époque des figurines en boi (...)
  • 61 Cf. Wang Yucheng, Les arts divinatoires et les figurines de la Chine antique et leur influence sur (...)

68L’origine des figurines japonaises est un peu moins nébuleuse. D’après Ohira Shigeru, elles ne sont pas des formes évoluées des poupées de bois de l’ère Yayoi ou des personnages en terre de l’ère Kofun : elles s’inspirent d’originaux provenant de Chine et furent par la suite introduites dans les rites et les règlements japonais60. Le spécialiste chinois Wang Yucheng estime lui aussi que les figurines japonaises découlent des figurines chinoises, et va même jusqu’à dire que le mot de « figurine » (ningyō, « poupée » en japonais) est à la base chinois61. Nous partageons son point de vue.

Les interactions, moteur civilisationnel – échanges entre arts divinatoires orientaux et occidentaux le long de la route de la Soie

69Ces objets en bois, ces « figurines » jouent donc un rôle important dans les arts divinatoires chinois. Les pratiques auxquelles elles renvoient ont partie liée avec le culte primitif des plantes et les croyances d’exorcisme, et partagent leur origine avec l’art de l’installation appliqué aux maisons et aux tombes. Ces morceaux de bois étaient plantés dans la terre pour repousser les envahisseurs, qu’ils soient humains ou démons. Par la suite, ils ont servi à purger la peine du défunt à sa place et à endosser les malheurs à la place des proches du défunt encore vivants. Parallèlement, ils avaient une fonction exorcisante et protégeaient les tombes et les constructions, un rôle qui emprunte beaucoup aux pratiques exorcistes taoïstes. Au vu de leur répartition géographique, ils se sont propagés tout le long de la route de la Soie terrestre et maritime en dépit des barrières ethniques ou culturelles, ont gagné l’Eurasie, et ont fusionné les pratiques primitives de sorcellerie, de culte des idoles et d’exorcisme taoïste. Ces objets ont donc eu sur les croyances une influence ancienne. Ce sujet amène à examiner le rôle que la route de la Soie a joué dans les échanges intellectuels au fil de l’histoire de l’humanité. Il montre également, à travers l’étude des existences et des croyances des populations sous l’angle des interactions entre civilisations, combien celles-ci jouent un rôle d’accélérateur de progrès.

Bibliographie

Références bibliographiques

Liste des anonymes

Sans nom d’auteur, en chinois, « Dunhuang chutu zhengmuwen suojian jiechu guanyu kaoshi » 敦煌出土鎮墓文所見解除慣語考 釋 (Étude des termes en usage pour les exorcismes apparaissant dans les documents trouvés dans des tombes) à Dunhuang Tuluan yanjiu 敦煌吐魯番研究, no 3, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 1998.

Sans nom d’auteur, en chinois, Dunhuang yanjiuyan kaogu yanjiusuo 敦煌研究院考古研究所 (Centre des fouilles archéologiques de Dunhuang), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu sheng Gaotai xian Luotuocheng nan muzang 2003 nian fajue jianbao » 甘肅高臺縣駱駝城南墓葬 2003年發掘簡報 (Rapport des fouilles menées en 2003 dans les tombes situées au sud de Luotuocheng), Dunhuang yanjiu, 2006.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu Juyan kaogudui 甘肅居延考 古隊 (Équipe archéologique de Juyan), « Juyan Handai yizhi de fajue he xin chutu de jiance wenwu » 居延漢代遺址的發掘和新 出土的簡冊文物 (Documents et objets exhumés lors des fouilles des sites de Juyan datant des Han), Wenwu 文物, 1978.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Dunhuang Hanjian 敦煌漢 簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1991.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), « Gansu sheng Gaotai xian Han Jin muzang fajue jianbao » 甘肅省高臺縣漢晉墓葬發掘簡報 (Rapport des fouilles menées dans les tombes des Han et des Jin du comté de Gaotai), Kaogu yu wenwu 考古與文物, 2005.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物 館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu Gaotai xian Luotuocheng muzang de fajue » 甘肅高臺縣駱駝城墓葬的發掘 (Exploration des tombes de Luotuocheng), Kaogu 考古, 2003.

Sans nom d’auteur, en japonais, Heian-kyō Chōsakai 平安京調查 會 (Équipe d’investigation de Heian-kyō) [dir.], Heian-kyō ato hakkutsu chōsa hōkoku : Sakyō shijō ichibō 平安京跡發掘調查 報告:左京四條一坊 (Rapport de fouilles à Heian-kyō : site de Sakyō shijō ichibō), Kyōto, Heian-kyō Chōsakai, 1975.

Sans nom d’auteur, en japonais, Hiroshima-ken Kusadosengen-chō Iseki Chōsa Kenkyūjo 廣島縣草戶千軒町遺跡調查研究所 (Centre de recherches du site de Kusadosengen-chō dans la préfecture d’Hiroshima), Kusadosengen-chō Iseki : hakkutsu chōsa jūnen no seika 草戶千軒町遺跡――發掘調査十年の成果 (Site de Kusadosengen-chō : les résultats d’une décennie de fouilles), 1983.

Sans nom d’auteur, en chinois, Hunan shen bowuguan 湖南省博物 館 (Musée du Hunan), Zhongguo kexueyuan kaogu yanjiusu 中 國科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Académie des sciences de Chine) (dir.), Changsha Mawangdui yihao Han mu 長沙馬王堆一號漢墓 (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha), Beijing : Wenwu chubanshe, 1973.

Sans nom d’auteur, en japonais, Jufu no bunkashi : shūzoku ni miru Okinawa no seishin bunka 呪符の文化史:習俗に見る沖縄の精 神文化 (Histoire culturelle des amulettes : les emprunts de certaines coutumes à la culture spirituelle d’Okinawa) au chapitre 3, « L’expression consacrée “traiter de toute urgence comme un décret” », Tōkyō, Miyai shoten, 2004.

Sans nom d’auteur, en japonais, Kokuritsu Rekishi Minzoku Hakubutsukan 國立歷史民俗博物館 (Musée national du folklore et de l’histoire) [comp.], Kodai Nihon : moji no aru fūkei- kin’in kara Shōsōin monjo made 古代日本:文字のある風景――金印 から正倉院文書まで (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsō-in), Tōkyō, Asahi Shinbun sha, 2002.

Sans nom d’auteur, en chinois, Shanxi shen wenwu guanli weiyuanhui 陝西省文物管理委員會 (Comité de gestion des objets culturels du Shaanxi), « Chang’an xian Salicun Dong Han mu fajue jianbao » 長安縣三里村東漢墓發掘簡報 (Rapport archéologique des découvertes effectuées dans la tombe des Han orientaux de Sanlicun, dans le comté de Chang’an), Wenwu cankao ziliao 文物 參考資料, 1958.

Sans nom d’auteur, en chinois, Zhongguo shehui kexueyuan kaogu yanjiusuo 中國社會科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Institut de sciences sociales de Chine), Juyan Han jian jia yi bian 居延漢簡甲乙編 (Collections 1 et 2 des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Juyan), Beijing, Zhonghua shuju.

Liste par auteur

Cai Yong 蔡邕, Du duan 獨斷 (Tout à propos de la gouvernance) : « Souvent, vers le mois de décembre, fonctionnaires impériaux et enfants organisent des cérémonies d’exorcisme contre les maladies saisonnières. Ils fouillent le palais pour en chasser les esprits à l’origine de ces maladies. Munis d’arcs en bois de pêcher, de flèches en bois de jujubier et de tambours en terre, ils battent leur tambour tout le jour durant, tirent leurs flèches sur les monstres, jettent sur eux des petites boules rouges et parsèment le sol de céréales afin de détourner le malheur et de se débarrasser des maladies. » 常以歲竟十二月從百隸及童兒而時儺,以索 宮中,毆疫鬼也。桃弧、棘矢、土鼓,鼓旦射之,以赤丸、五 穀播灑之,以除疾殃. Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1990.

Chen Pan 陳槃, Han Jin yijian shi xiao qizhong 漢晉遺簡識小七種 (Les sept types d’ouvrages sur lattes de bambou datant des Han et des Jin), Taibei, Zhongyan yanjiuyuan lishi yuyan yanjiusuo, 1975.

Chen Songchang 陳松長 (dir.), Xianggang zhongwen daxue wenwu guan cang jiandu 香港中文大學文物館藏簡牘 (Ouvrages en lattes de bambou du bâtiment des vestiges culturels de l’Université chinoise de Hong Kong), Hong Kong, Xianggang zhongwen daxue wenwuguan, 2001.

Dunhuang yanjiuyan kaogu yanjiusuo 敦煌研究院考古研究所 (Centre des fouilles archéologiques de Dunhuang), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu sheng Gaotai xian Luotuocheng nan muzang 2003 nian fajue jianbao » 甘肅高臺縣駱駝城南墓葬2003年發掘簡報 (Rapport des fouilles menées en 2003 dans les tombes situées au sud de Luotuocheng), Dunhuang yanjiu, 2006.

Gansu Juyan kaogudui 甘肅居延考古隊 (Équipe archéologique de Juyan), « Juyan Handai yizhi de fajue he xin chutu de jiance wenwu » 居延漢代遺址的發掘和新出土的簡冊文物 (Documents et objets exhumés lors des fouilles des sites de Juyan datant des Han), Wenwu 文物, 1978.

Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Dunhuang Hanjian 敦煌漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1991.

Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), « Gansu sheng Gaotai xian Han Jin muzang fajue jianbao » 甘肅 省高臺縣漢晉墓葬發掘簡報 (Rapport des fouilles menées dans les tombes des Han et des Jin du comté de Gaotai), Kaogu yu wenwu 考古與文物, 2005.

Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu Gaotai xian Luotuocheng muzang de fajue » 甘肅高臺縣駱駝城墓葬的發掘 (Exploration des tombes de Luotuocheng), Kaogu 考古, 2003.

Hay, John (ed.), Boundaries in China : Critical Views, London, Reaktion Books, 1994.

Heian-kyō Chōsakai 平安京調查會 (Équipe d’investigation de Heian-kyō) [dir.], Heian-kyō ato hakkutsu chōsa hōkoku : Sakyō shijō ichibō 平安京跡發掘調查報告:左京四條一坊 (Rapport de fouilles à Heian-kyō : site de Sakyō shijō ichibō), Kyōto, Heian-kyō Chōsakai, 1975.

Hiroshima-ken Kusadosengen-chō Iseki Chōsa Kenkyūjo 廣島縣 草戶千軒町遺跡調查研究所 (Centre de recherches du site de Kusadosengen-chō dans la préfecture d’Hiroshima, Kusadosengen-chō Iseki : hakkutsu chōsa jūnen no seika 草戶千軒町遺跡――發 掘調査十年の成果 (Site de Kusadosengen-chō : les résultats d’une décennie de fouilles), 1983.

Hopkirk, Peter, dans Foreign Devils on the Silk Road : The Search for the Lost Cities and Treasures of Chinese Central Asia, London, Murray, 1980.

Huang Ren’er 黃人二, « Changsha Dongpailou Dong Han Xiping yuannian Tan Chao renxing mudu shitan » 長沙東牌樓東漢熹平 元年覃超人形木牘試探 (Enquête sur la figurine en bois de Tan Chao datant de la première année de l’ère Xiping des Han orientaux trouvée sur le site de Dongpailou à Changsha), 31 janvier 2007.

Hunan shen bowuguan 湖南省博物館 (Musée du Hunan), Zhongguo kexueyuan kaogu yanjiusu 中國科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Académie des sciences de Chine) (dir.), Changsha Mawangdui yihao Han mu 長沙馬王堆一號漢 墓 (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha), Beijing : Wenwu chubanshe, 1973.

Jiang shoucheng 姜守誠, « Xianggang suochang « songren » jiechu mudu yu hanjin muzang zhi jinji fengsu » 香港所藏“松人”解除 木牘與漢晉墓葬之禁忌風俗 (La tablette de bois gravée dédiée à une figurine en pin conservée à Hong Kong et les tabous lors des enterrements à l’époque Han-Jin), Chengda lishi xuebao 成大歷 史學報, no 31, 2006.

Kokuritsu Rekishi Minzoku Hakubutsukan 國立歷史民俗博物館 (Musée national du folklore et de l’histoire) [comp.], Kodai Nihon : moji no aru fūkei- kin’in kara Shōsōin monjo made 古代日本: 文字のある風景――金印から正倉院文書まで (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsōin), Tōkyō, Asahi Shinbun sha, 2002.

Lao Gan 勞幹, Juyan Han jian kaoshi : Tuban zhi bu 居延漢簡考釋 : 圖 版之部 (Étude des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Juyan : ouvrage avec illustrations), préface, Li Zhuang, Zhongyan yanjiuyuan lishi yuyan yanjiusuo, 1946.

Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術考 (Étude des arts divinatoires chinois), version révisée, Beijing, Oriental Press, 2001.

Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), volume III (version révisée), Beijing, Renmin weishen chubanshe, 1978.

Lian Shaoming 連劭名, « Jianxing nianba nian songren jiechu jian kaoshu » 建興廿八年松人解除簡考述 (Étude des ouvrages sur lattes de bambou consignant des textes de rituels exorcistes et figurines en pin datant de l’an 28 de l’ère Jianxing), Shijie zongjiao yanjiu 世界宗教研究, 1996.

Liang Zhaotao 梁釗韜, Zhongguo gudai wushu – zongjiao de qiyuan he fazhan 中國古代巫術――宗教的起源和發展 (Arts magiques de l’antiquité chinoise – origine et essor des religions), Guangzhou, Zhongshan daxue chubanshe, 1989.

Lin Huixiang 林惠祥, Tianfeng haitao shi yigao 天風海濤室遺稿 (Manuscrits perdus de la salle Tianfeng haitao), Xiamen, Lujiang chubanshe, 201 ?.

Liu Hongliang 柳洪亮, « Tulufan Asitana gumuqun xin faxian de « taoren mupai »» 吐魯番阿斯塔那古墓群新發現的“桃人 木牌” (Figurine en bois de pêcher trouvée dans une tombe d’Astana à Turfan), Kaogu yu wenwu 考古與文物, 1986.

Liu Lexian 劉樂賢, Shuihudi Qin jian Rishu yanjiu 睡虎地秦簡日書 研究 (Étude du Livre des jours en lattes de bambou datant des Qin trouvé à Shuihudi), Taibei, Wenjin chubanshe, 1994.

Liu Xuetang 劉學堂, « Shi xi Tulufan dengdi faxian de mudiao renxiang yu dairen mupai » 試析吐魯番等地發現的木雕人像與代 人木牌 (Proposition d’analyse des figurines en bois sculptées et des substituts humains en bois trouvés dans la région de Turfan), Tulufanxue yanjiu 吐魯番學研究, 2003.

Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Riben chutu mujian cailiao zhong de fangshu ji qi yanjiu » 日本出土木簡材料中的方術及其研究 (Étude des arts divinatoires à partir de documents sur lattes de bois trouvés au Japon), Zuixun zhonghua gudai wenming de zongji : Li Xueqin xianshenxueshu huodong wushi zhounian jinian wenji 追尋中華 古代文明的蹤跡――李學勤先生學術活動五十年紀念文集 (À la recherche des traces laissées par la civilisation chinoise antique – série publiée à l’occasion du cinquantième anniversaire de Li Xueqin), Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2002.

Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Taipingjing yu kaogu faxian de Dong Han zhenmu wen » 〈太平經〉與考古發現的東漢鎮墓文 (Le Taipingjing et les formules d’exorcisme dans les tombes des Han orientaux), Shijie zongjiao yanjiu 世界宗教研究, 1992.

Lü Zhifeng 呂志峰, Dong Han shike zhuan tao deng minsuxing wenzi ziliao cihui yanjiu 東漢石刻磚陶等民俗性文字資料詞匯研究 (Étude du vocabulaire dans les textes à caractère folklorique gravés sur briques ou sur argile sous les Han orientaux), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 2009.

Luo Man 羅漫, « Tao, taohua yu Zhongguo wenhua » 桃、桃花與 中國文化 (Pêches et fleurs de pêcher dans la culture chinoise), Zhonguo shehui kexue 中國社會科學, 1989.

Maeda Ryōichi 前田良一, « Kyūkyū nyo ritsuryō o saguru »“急々如 律令”を探る (Étude de l’expression « traiter de toute urgence comme un décret »), Fukunaga Mitsuji 福永光司 (dir.), Dōkyō to Higashi Ajia : Chūgoku, Chōsen, Nihon 道教と東アジア:中国· 朝鮮·日本 (Le taoïsme en Asie orientale : Chine – Corée – Japon), Kyōto, Jimbun shōin, 1989.

Masuo Shinichirō 增尾伸一郎 estime que les sorts en question sont très liés au classique taoïste Chi Songzi zhangli 赤松子章曆 (Almanach de maître Chi Songzi) et au sûtra bouddhiste Zhou mei jing 咒魅 經 (Conjuration des envoûtements). Cf. « Kodai « ningyō » majinaigi to sono shoi Kyōten : shumeijin no juyō o megutte » 古代“ 人形”咒儀とその所依經典――〈咒魅經〉の受容をめぐって (Classiques à l’origine des sorts de l’antiquité lancés avec des figurines – de l’acceptation du sûtra Conjuration des envoûtements), Engishiki kenkyū 延喜式研究 (Étude de l’Engishiki), no 13, 1997.

Mizukami Shizuo 水上靜夫, Chūgoku kodai no shokubutsugaku no kenkyū 中國古代の植物學の研究 (La botanique en Chine antique), Tōkyō, Kadokawa shuten, 1977.

Mongait, Alexander, Archeology in the USSR, Moscow, Foreign Languages Publishing House, 1959.

Ni Run’an 倪潤安, « Qushi Gaochang guo zhi Tang Xizhou shiqi muzang chulun » 麴氏高昌國至唐西州時期墓葬初論 (Introduction aux tombes de la période s’étendant de la Khara-khoja des Qu à la sous-préfecture de Xizhou des Tang), Zhu Yuqi 朱玉麒 (dir.), Xiyu wenshi 西域文史, no 2, Beijing, Kexue chubanshe, 2007.

Ōba Osamu 大庭脩, Tonkō kankan : Daiei Toshokan zō 大英圖書館藏 敦煌漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang et conservés à la British Library), Kyōto, Dōhōsha, 1990.

Ohira Shigeru 大平茂, « Mukusei ningyō nendai kou » 木製人形年代 考(上) (Étude de l’époque des figurines en bois, 1ère partie), Oda Fujio 小田富士雄 (dir.), Kobunka dansō 古文化談叢 (Dialogues autour de la culture antique), no 30 (milieu), Kitakyūshū-shi, Kyūshū Kobunka Kenkyūkai 九州古文化研究會 (Séminaire de recherche sur la culture antique de l’île de Kyūshū), août 1993.

Peng Jinzhang 彭金章, Wang Jianjun 王建軍, Dunhuang Mogaoku beiqu shiku 敦煌莫高窟北區石窟 (Grottes situées au nord du site de Mogao à Dunhuang), livre 3, Beijing, Wenwu chubanshe, 2004.

Rao Zongyi 饒宗頤, « Ji Jianxing nianba nian songren jiechu jian – Han “wulong xiang goujiao” shuo » 記建興廿八年“松人”解 除簡――漢“五龍相拘鉸”說 (Ouvrages sur lattes de bambou consignant des textes de rituels exorcistes et figurines en pin datant de l’an 28 de l’ère Jianxing – la phrase « emporté par le dieu Wulong »), Jianbo yanjiu 簡帛研 eijing, Falu chubanshe, 1996.

Rao Zongyi 饒宗頤, Wei Jin Nanbeichao Dunhuang wenxian biannian xu〈魏晉南北朝敦煌文獻編年〉序 (Préface au Classement par année des documents retrouvés à Dunhuang datant des Wei, des Jin et des dynasties du Nord et du Sud), Wang Su 王素, Li Fang 李 方 (dir.), Taibei, Hsin Wen Fung Publishing House, 1997.

Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番文獻知見錄 (Documents de Dunhuang et de Turfan conservés à l’étranger), Nanchang, Jiangxi renmin chubanshe, 1996.

Ruan Yuan 阮元, Shisan jing zhushu 十三經註疏 (Commentaires des Treize classiques), Beijing, Zhonghua Shuju, 1980.

Schmidt, Wilhelm, Ursprung und Werden der Religion : Theorien und Tatsachen, Münster i. Westf. : Aschendorff, 1930.

Shanxi shen wenwu guanli weiyuanhui 陝西省文物管理委員會 (Comité de gestion des objets culturels du Shaanxi), « Chang’an xian Salicun Dong Han mu fajue jianbao » 長安縣三里村東漢 墓發掘簡報 (Rapport archéologique des découvertes effectuées dans la tombe des Han orientaux de Sanlicun, dans le comté de Chang’an), Wenwu cankao ziliao 文物參考資料, 1958.

Shi Daoshi 釋道世, commentaires par Zhou Shujia 周叔迦 et Su Jinren 蘇晋仁, Fayuan zhulin jiaozhu 法苑珠林校注 (Commentaires de l’ouvrage Forêt de pierres précieuses dans le jardin de Dharma), livre 45, « Shenca pian » 審察篇 (Étude minutieuse), Beijing, Zhonghua Shuju, 2003.

Sommarström, Bo, Archaeological researches in the Edsen-gol region Inner Mongolia (Reports from the Scientific Expedition to the North-Western Provinces of China under the leadership of Dr Sven Hedin : the Sino-Swedish Expedition publication 39, 41. VII. Archaeology ; 8-9), Stockholm, Statens etnografiska museum.

Stein, Aurel, Serindia : Detailed Report of Explorations in Central Asia and Westernmost China, vol. II, Oxford, Oxford University Press, 1921.

Wali Kurban, « Tulufan chutu gongyuan wu shiji de gu tujueyu mupai » 吐魯番出土公元五世紀的古突厥語木牌 (Morceaux de bois avec inscriptions en ancien göktürk datant du ve siècle exhumées à Turfan), Wenwu 文物, 1981.

Wang Ningsheng 汪寧生, « Naxi zu de yishi yong mupai he Handai fengsui yizhi chutu de renmian mupai » 納西族的儀式用木牌和 漢代烽燧遺址出土的人面木牌 (Les figurines en bois des cérémonies Naxi et les morceaux de bois à figure humaine trouvés sur les sites de tours de balise datant des Han), in Minzu kaoguxue lunji 民族考古學論集 (Archéologie et minorités), Beijing, Wenwu chubanshe, 1989.

Wang Su 王素, « Changsha Dongpailou Dong Han jiandu gaishu » 長沙東牌樓東漢簡牘概述 (Présentation des écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha), Changsha shi wenwu kaogu yanjiusuo 長沙市文物考古研究所 (Centre de recherches en archéologie et objets culturels de Changsha), Zhongguo wenwu yanjiusuo 中國 文物研究所 (Centre de recherches en objets culturels de Chine) (dir.), Changsha Dongpailou Dong Han jiandu 長沙東牌樓東 漢簡牘 (Écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha), Beijing, Wenwu chubanshe, 2006.

Wang Yucheng 王育成, « Zhongguo gudai renxing fangshu ji qi dui Riben de yingxiang » 中國古代人形方術及其對日本的影響 (Les arts divinatoires et les figurines de la Chine antique et leur influence sur le Japon), Zhongguo lishi bowuguan guankan 中國 歷史博物館館刊, 1997.

Wei Jian 魏堅 (dir.), Ejina Han jian 額濟納漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans la bannière d’Ejin), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2005.

Xinjiang bowuguan kaogudui 新疆博物館考古隊 (Équipe archéologique du musée du Xinjiang), « Tulufan Halahezhuo gumuqun fajue jianbao » 吐魯番哈拉和卓古墓群發掘簡報 (Rapport de fouilles des tombes de Khara-khoja à Turfan), Wenwu 文物, 1978.

Yamazato Jun’ichi 山里純一, « Kyūkyū nyo ritsuryō kou »“急々如律 令”考 (Recherches sur l’expression « traiter de toute urgence comme un décret »), Nihon Tōyō bunka ronshū 日本東洋文化論 集 (Écrits sur la culture japonaise), no 5, 1999.

Yu Taishan 余太山, « Ouya lishi wenhua wenku zongxu » 歐亞歷史 文化文庫總序 (Préface générale aux ouvrages sur l’histoire et la culture eurasiatiques), Liu Wensuo 劉文鎖, Sichou zhi lu – neilu Ouya kaogu yu lishi 絲綢之路――內陸歐亞考古與歷史 (La route de la Soie – Archéologie et histoire de l’Eurasie continentale), Lanzhou Daxue chubanshe, 2010.

Yu Wanli 虞萬里, « Taofu fengsu yuanliu kao » 桃符風俗源流考 (Aux sources des pratiques liées aux amulettes), Yufangzhai xueshu lunji 榆坊齋學術論集 Recueils de Yufangzhai, Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 2001.

Yu Xin 余欣, Shendao renxin – Tang Song zhiji minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心 — 唐宋之際民生宗教社會史研究 (Voie des dieux, vie des hommes – histoire sociale des moyens d’existence des religions à Dunhuang sous les dynasties Tang et Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2006.

Zhang Zhenze 張震澤, Zhang Heng shiwen ji jiaozhu 張衡詩文集 校注 (Commentaires des poèmes de Zhang Heng), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1986.

Zhongguo shehui kexueyuan kaogu yanjiusuo 中國社會科學院考古 研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Institut de sciences sociales de Chine), Juyan Han jian jia yi bian 居延漢簡甲乙編 (Collections 1 et 2 des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Juyan), Beijing, Zhonghua shuju.

Notes

1 La route de la Soie doit ici être comprise au sens large. Pour les derniers travaux sur les définitions de la route de la Soie et de l’Eurasie, voir Yu Taishan 余太山, « Ouya lishi wenhua wenku zongxu » 歐亞歷史文化文庫總序 (Préface générale aux ouvrages sur l’histoire et la culture eurasiatiques), Liu Wensuo 劉文鎖, Sichou zhi lu – neilu Ouya kaogu yu lishi 絲綢 之路――內陸歐亞考古與歷史 (La route de la Soie – Archéologie et histoire de l’Eurasie continentale), Lanzhou Daxue chubanshe, 2010, p. 1, 1-17.

2 Cette appellation est citée par Peter Hopkirk dans Foreign Devils on the Silk Road : The Search for the Lost Cities and Treasures of Chinese Central Asia, London, Murray, 1980.

3 Pour les descriptions de ces figurines, cf. Aurel Stein, Serindia : Detailed Report of Explorations in Central Asia and Westernmost China, vol. II, Oxford, Oxford University Press, 1921, p. 649.

4 Serindia, p. 769.

5 Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番 文獻知見錄 (Documents de Dunhuang et de Turfan conservés à l’étranger), Nanchang, Jiangxi renmin chubanshe, 1996, p. 6.

6 D’avril à juin 2005, grâce au concours précieux de Glen Dudbridge, alors titulaire de la chaire d’études chinoises à l’université d’Oxford, nous avons pu profiter d’une bourse de la British Academy pour nous rendre à Londres et, avec l’aide du docteur Frances Wood, alors conservatrice du département de sinologie de la British Library, consulter la quasi intégralité des manuscrits de Dunhuang appartenant au fonds britannique. Nous souhaitons par cette note leur exprimer toute notre gratitude.

7 Ōba Osamu 大庭脩, Tonkō kankan : Daiei Toshokan zō 大英圖書館藏敦煌漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang et conservés à la British Library), Kyōto, Dōhōsha, 1990, p. 111.

8 Nous ne cherchons nullement ici à déprécier le travail académique d’Ōba Osamu. Pour autant, sa renommée ne doit pas nous empêcher de revenir sur cette erreur. Le plus grand savant n’est pas à l’abri d’une erreur ; or, nous nous occupons ici de manuscrits anciens : qui, dans cette discipline, n’a jamais confondu des documents sur lesquels figuraient des traces d’encre avec des manuscrits ? On peut appeler cela déformation professionnelle, toujours est-il qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que ce genre d’erreurs soit commis.

9 Nous souhaitons ici remercier le docteur Imre Galambos, ancien responsable des programmes étrangers au sein de l’International Dunhuang Project de la British Library, pour l’empressement avec lequel il nous a fait parvenir ces photos.

10 Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Dunhuang Hanjian 敦煌漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1991, p. 64-65. Illustration no 206.

11 Peng Jinzhang 彭金章, Wang Jianjun 王建軍, Dunhuang Mogaoku beiqu shiku 敦煌 莫高窟北區石窟 (Grottes situées au nord du site de Mogao à Dunhuang), livre 3, Beijing, Wenwu chubanshe, 2004, p. 335-338, planche en couleur 27.

12 Gansu shen wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), « Gansu sheng Gaotai xian Han Jin muzang fajue jianbao » 甘肅省高臺縣漢晉墓葬發掘簡報 (Rapport des fouilles menées dans les tombes des Han et des Jin du comté de Gaotai), Kaogu yu wenwu 考古與文物, 2005, no 5, p. 16-28.

13 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所 (Centre de recherche en archéologie et objets culturels du Gansu), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu Gaotai xian Luotuocheng muzang de fajue » 甘肅高 臺縣駱駝城墓葬的發掘 (Exploration des tombes de Luotuocheng), Kaogu 考古, 2003, no 6, p. 44-51.

14 Dunhuang yanjiuyan kaogu yanjiusuo 敦煌研究院考古研究所 (Centre des fouilles archéologiques de Dunhuang), Gaotai xian bowuguan 高臺縣博物館 (Musée du comté de Gaotai), « Gansu sheng Gaotai xian Luotuocheng nan muzang 2003 nian fajue jianbao » 甘肅高臺縣駱駝城南墓葬2003年發掘簡報 (Rapport des fouilles menées en 2003 dans les tombes situées au sud de Luotuocheng), Dunhuang yanjiu, 2006, no 3, p. 6-16. Le rapport ne mentionne pas de figurines ; nous sommes allés interroger son principal auteur, le docteur Zhang Xiaogang 張小剛, chercheur au centre d’archéologie de l’Institut des études de Dunhuang, qui nous a confirmé qu’aucune figurine n’avait été découverte dans les sept tombes fouillées.

15 Bo Sommarström, Archaeological researches in the Edsen-gol region Inner Mongolia (Reports from the Scientific Expedition to the North-Western Provinces of China under the leadership of Dr Sven Hedin : the Sino-Swedish Expedition publication 39, 41. VII. Archaeology ; 8-9), Stockholm, Statens etnografiska museum, 1956-1958.

16 Zhongguo shehui kexueyuan kaogu yanjiusuo 中國社會科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Institut de sciences sociales de Chine), Juyan Han jian jia yi bian 居延漢簡甲乙編 (Collections 1 et 2 des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Juyan), Beijing, Zhonghua shuju, collection 1 : planches 59, 62, 77, 122, 124 ; collection 2 : planches 17, 58, 59, 76, 111, 118, 120, 188, 225, 244, 245, 259.

17 Wei Jian 魏堅 (dir.), Ejina Han jian 額濟納漢簡 (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans la bannière d’Ejin), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2005, explications p. 31, illustrations p. 163.

18 Gansu Juyan kaogudui 甘肅居延考古隊 (Équipe archéologique de Juyan), « Juyan Handai yizhi de fajue he xin chutu de jiance wenwu » 居延漢代遺址的發掘和新出土的 簡冊文物 (Documents et objets exhumés lors des fouilles des sites de Juyan datant des Han), Wenwu 文物, 1978, no 1, p. 5. Les figurines sont baptisées « poupées en bois sculpté » 木刻偶像 sans qu’une description plus précise ne soit fournie. Sur la planche 20 de la page 15 figure une photo présentant deux objets en bois dont l’un ressemble à ceux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha et l’autre aux découvertes effectuées par l’expédition scientifique des provinces du Nord-Ouest de la Chine. Voici ce que dit la légende : « À gauche, poupée en bois ; à droite, piquet en bois peint à figure humaine. » 左:木偶、右:人面畫 杙. Malheureusement, la photo est en noir et blanc et assez peu claire.

19 Xinjiang bowuguan kaogudui 新疆博物館考古隊 (Équipe archéologique du musée du Xinjiang), « Tulufan Halahezhuo gumuqun fajue jianbao » 吐魯番哈拉和卓古墓群發 掘簡報 (Rapport de fouilles des tombes de Khara-khoja à Turfan), Wenwu 文物, 1978, no 6, p. 1-2.

20 Wali Kurban estime qu’il s’agit de göktürk et de chinois écrit en caractères sogdiens. Voir « Tulufan chutu gongyuan wu shiji de gu tujueyu mupai » 吐魯番出土公元五世紀的 古突厥語木牌 (Morceaux de bois avec inscriptions en ancien göktürk datant du ve siècle exhumées à Turfan), Wenwu 文物, 1981, no 1, p. 63-64. Nous avons pour notre part interrogé Yoshida Yutaka 吉田豐, professeur au département de lettres de l’université de Kyōto : il estime que le sogdien lisible au dos de 75TKM90 : 5, 13 et 15 n’est pas la transcription du mot « substitut humain », comme l’avance Wali, mais celle du mot « pierre » ; il ignore le lien qu’entretiennent ces deux mots. Les lettres utilisées lui font penser à un sogdien assez tardif qui ne semble pas dater du ve siècle mais d’une époque bien postérieure à celle de la tombe ; le mystère reste entier. Les caractères tracés sur 75TKM90 : 1 ne ressemblent pas à du sogdien, c’est même la première fois qu’il en voit de ce type, ce qu’il trouve très étrange. Si M. Yoshida ne se trompe pas, le mot « pierre » pourrait renvoyer au nom de famille d’un Sogdien, le propriétaire de la tombe, dont la figurine devrait prendre en charge les malheurs, un peu comme dans l’inscription « ci-git Qu, fonctionnaire cangdu à la cour » 此是麴倉督身 tracée sur une figurine exhumée à Turfan. Ceci n’est qu’une hypothèse de notre part.

21 Liu Hongliang 柳洪亮, « Tulufan Asitana gumuqun xin faxian de « taoren mupai »» 吐 魯番阿斯塔那古墓群新發現的“桃人木牌” (Figurine en bois de pêcher trouvée dans une tombe d’Astana à Turfan), Kaogu yu wenwu 考古與文物, 1986, n 1, p. 39-40.

22 Xinjiang weiwuer zizhiqu tulufan diqu wenwju 新疆維吾爾自治區吐魯番地區文物 局 (Bureau des objets culturels de Turfan de la région autonome ouïghoure du Xinjiang), « Chutu wenwu dengjika » 出土文物登記卡 (Carte d’enregistrement des objets culturels exhumés), « Chutu wenwu dengjibiao » 出土文物登記表 (Tableau des objets culturels exhumés).

23 Ni Run’an 倪潤安, « Qushi Gaochang guo zhi Tang Xizhou shiqi muzang chulun » 麴氏 高昌國至唐西州時期墓葬初論 (Introduction aux tombes de la période s’étendant de la Khara-khoja des Qu à la sous-préfecture de Xizhou des Tang), Zhu Yuqi 朱玉麒 (dir.), Xiyu wenshi 西域文史, no 2, Beijing, Kexue chubanshe, 2007, p. 63-64.

24 Wang Su 王素, « Changsha Dongpailou Dong Han jiandu gaishu » 長沙東牌樓東漢 簡牘概述 (Présentation des écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha), Changsha shi wenwu kaogu yanjiusuo 長沙市文 物考古研究所 (Centre de recherches en archéologie et objets culturels de Changsha), Zhongguo wenwu yanjiusuo 中國文物研究所 (Centre de recherches en objets culturels de Chine) (dir.), Changsha Dongpailou Dong Han jiandu 長沙東牌樓東漢簡牘 (Écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha), Beijing, Wenwu chubanshe, 2006, p. 69-77, planche en couleur 31.

25 D’après Huang Ren’er 黃人二, cette figurine devait être un dieu mineur que l’on consultait pour de petites demandes. Cf. « Changsha Dongpailou Dong Han Xiping yuannian Tan Chao renxing mudu shitan » 長沙東牌樓東漢熹平元年覃超人形木牘試 探 (Enquête sur la figurine en bois de Tan Chao datant de la première année de l’ère Xiping des Han orientaux trouvée sur le site de Dongpailou à Changsha), 31 janvier 2007, première publication sur le site Jianbo à l’adresse suivante : http://www.bsm.org.cn/show_article.php?id=517.

26 Alexander Mongait, Archeology in the USSR, Moscow, Foreign Languages Publishing House, 1959, p. 100-101.

27 Kokuritsu Rekishi Minzoku Hakubutsukan 國立歷史民俗博物館 (Musée national du folklore et de l’histoire) [comp.], Kodai Nihon : moji no aru fūkei- kin’in kara Shōsōin monjo made古代日本:文字のある風景――金印から正倉院文書まで (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsō-in), Tōkyō, Asahi Shinbun sha, 2002, illustration no 231.

28 Heian-kyō Chōsakai 平安京調查會 (Équipe d’investigation de Heian-kyō) [dir.], Heian-kyō ato hakkutsu chōsa hōkoku : Sakyō shijō ichibō 平安京跡發掘調查報告:左京四 條一坊 (Rapport de fouilles à Heian-kyō : site de Sakyō shijō ichibō), Kyōto, Heian-kyō Chōsakai, 1975, p. 82.

29 Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Riben chutu mujian cailiao zhong de fangshu ji qi yanjiu » 日 本出土木簡材料中的方術及其研究 (Étude des arts divinatoires à partir de documents sur lattes de bois trouvés au Japon), Zuixun zhonghua gudai wenming de zongji : Li Xueqin xianshenxueshu huodong wushi zhounian jinian wenji 追尋中華古代文明的蹤跡―― 李學勤先生學術活動五十年紀念文集 (À la recherche des traces laissées par la civilisation chinoise antique – série publiée à l’occasion du cinquantième anniversaire de Li Xueqin), Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2002, p. 119-120.

30 Hiroshima-ken Kusadosengen-chō Iseki Chōsa Kenkyūjo 廣島縣草戶千軒町遺 跡調查研究所 (Centre de recherches du site de Kusadosengen-chō dans la préfecture d’Hiroshima, Kusadosengen-chō Iseki : hakkutsu chōsa jūnen no seika 草戶千軒町遺 跡――發掘調査十年の成果 (Site de Kusadosengen-chō : les résultats d’une décennie de fouilles), 1983, p. 72.

31 Masuo Shinichirō 增尾伸一郎 estime que les sorts en question sont très liés au classique taoïste Chi Songzi zhangli 赤松子章曆 (Almanach de maître Chi Songzi) et au sûtra bouddhiste Zhou mei jing 咒魅經 (Conjuration des envoûtements). Cf. « Kodai “ningyo” majinaigi to sono shoi Kyōten : shumeijin no juyō o megutte » 古代“人形”咒 儀とその所依經典――〈咒魅經〉の受容をめぐって (Classiques à l’origine des sorts de l’antiquité lancés avec des figurines – de l’acceptation du sûtra Conjuration des envoûtements), Engishiki kenkyū 延喜式研究 (Étude de l’Engishiki), no 13, 1997, p. 1-29.

32 Lao Gan 勞幹, Juyan Han jian kaoshi : Tuban zhi bu 居延漢簡考釋 : 圖版之部 (Étude des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés à Juyan : ouvrage avec illustrations), préface, Li Zhuang, Zhongyan yanjiuyuan lishi yuyan yanjiusuo, 1946, p. 8.

33 Chen Pan 陳槃, Han Jin yijian shi xiao qizhong 漢晉遺簡識小七種 (Les sept types d’ouvrages sur lattes de bambou datant des Han et des Jin), Taibei, Zhongyan yanjiuyuan lishi yuyan yanjiusuo, 1975, p. 56-70.

34 Wang Ningsheng 汪寧生, « Naxi zu de yishi yong mupai he Handai fengsui yizhi chutu de renmian mupai » 納西族的儀式用木牌和漢代烽燧遺址出土的人面木牌 (Les figurines en bois des cérémonies Naxi et les morceaux de bois à figure humaine trouvés sur les sites de tours de balise datant des Han), in Minzu kaoguxue lunji 民族考古學論集 (Archéologie et minorités), Beijing, Wenwu chubanshe, 1989, p. 272-276.

35 Wang Yucheng 王育成, « Zhongguo gudai renxing fangshu ji qi dui Riben de yingxiang » 中國古代人形方術及其對日本的影響 (Les arts divinatoires et les figurines de la Chine antique et leur influence sur le Japon), Zhongguo lishi bowuguan guankan 中國 歷史博物館館刊, 1997, no 1, p. 32-56.

36 Liu Xuetang 劉學堂, « Shi xi Tulufan dengdi faxian de mudiao renxiang yu dairen mupai » 試析吐魯番等地發現的木雕人像與代人木牌 (Proposition d’analyse des figurines en bois sculptées et des substituts humains en bois trouvés dans la région de Turfan), Tulufanxue yanjiu 吐魯番學研究, 2003, no 2, p. 45-53.

37 Wilhelm Schmidt, Ursprung und Werden der Religion : Theorien und Tatsachen, Münster i. Westf. : Aschendorff, 1930, p.?.

38 Lin Huixiang 林惠祥, Tianfeng haitao shi yigao 天風海濤室遺稿 (Manuscrits perdus de la salle Tianfeng haitao), Xiamen, Lujiang chubanshe, 201, p. 99.

39 Liang Zhaotao 梁釗韜 donne aux arts magiques la définition suivante : « Les premiers hommes, par association d’idées ou par erreur, ont imaginé qu’il existait des choses immuables ou identiques attachées à des objets et des actions aux potentialités cachées et espéré atteindre le but fixé par le dépositaire de l’art en question au travers de cérémonies. Ce sont ces pratiques et techniques faussement scientifiques que l’on appelle arts magiques. » Cette définition renvoie à l’origine de ces pratiques, qui se sont par la suite doublées de fonctions religieuses et sociales. Liang Zhaotao divise les arts magiques en trois catégories : la magie homéopathique, la magie de contagion et la magie de résistance. Cette dernière rassemble les objets exorcistes et de conciliation du sort, qui procèdent à la fois par similitude et par contact ; rigoureusement parlant, les deux premières catégories suffisent donc. Cf. Zhongguo gudai wushu – zongjiao de qiyuan he fazhan 中國古代巫 術――宗教的起源和發展 (Arts magiques de l’antiquité chinoise – origine et essor des religions), Guangzhou, Zhongshan daxue chubanshe, 1989, p. 8-15.

40 Les recherches de Mizukami Shizuo 水上靜夫 sur les savoirs et usages des plantes spécifiques aux populations Han, notamment en lien avec les croyances religieuses, sont très intéressantes. Pour les croyances en lien avec les quatre arbres mentionnés ci-dessus, cf. Mizukami Shizuo, Chūgoku kodai no shokubutsugaku no kenkyū 中國古代の植物學の 研究 (La botanique en Chine antique), Tōkyō, Kadokawa shuten, 1977, p. 99-111, 310-312, 353-392, 420-424.

41 Ruan Yuan 阮元, Shisan jing zhushu 十三經註疏 (Commentaires des Treize classiques), Beijing, Zhonghua Shuju, 1980, p. 2034, centre de la page.

42 Cai Yong 蔡邕, Du duan 獨斷 (Tout à propos de la gouvernance) : « Souvent, vers le mois de décembre, fonctionnaires impériaux et enfants organisent des cérémonies d’exorcisme contre les maladies saisonnières. Ils fouillent le palais pour en chasser les esprits à l’origine de ces maladies. Munis d’arcs en bois de pêcher, de flèches en bois de jujubier et de tambours en terre, ils battent leur tambour tout le jour durant, tirent leurs flèches sur les monstres, jettent sur eux des petites boules rouges et parsèment le sol de céréales afin de détourner le malheur et de se débarrasser des maladies. » 常以歲竟十 二月從百隸及童兒而時儺,以索宮中,毆疫鬼也。桃弧、棘矢、土鼓,鼓旦射 之,以赤丸、五穀播灑之,以除疾殃. Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1990, p. 8, bas de page.

43 Zhang Heng 張衡, « Dongjing fu » 東京賦 (Poème sur la ville de l’est) : « Aussi organise-t-on de superbes cérémonies d’exorcisme à la fin de l’année afin de chasser les monstres responsables des épidémies. Certains se déguisent en dieu des exorcismes avec une hache à la main, d’autres en sorciers ou sorcières et brandissent un balai de roseaux tressés. De nombreux enfants, coiffés de foulards rouges et tout de noir vêtus, arrosent les lieux de flèches en bois de jujubier qu’ils tirent avec des arcs en bois de pêcher. Les flèches tombent comme une pluie de tuiles brisées ou de dés pour qu’aucun monstre ne puisse en réchapper. On passe partout et à toute vitesse avec des torches étincelantes de manière à renvoyer au loin les horribles monstres rouges. » 爾乃卒歲大儺,驅除群 癘,方相秉鉞,巫覡操茢。侲子萬童,丹首玄制,桃弧棘矢,所發無皋,飛礫 雨散,剛癉必斃。煌火馳而星流,逐赤疫於四裔. Cf. Zhang Zhenze 張震澤, Zhang Heng shiwen ji jiaozhu 張衡詩文集校注 (Commentaires des poèmes de Zhang Heng), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1986, p. 276.

44 Luo Man 羅漫, « Tao, taohua yu Zhongguo wenhua » 桃、桃花與中國文化 (Pêches et fleurs de pêcher dans la culture chinoise), Zhonguo shehui kexue 中國社會科學, 1989, no 4, p. 145-156. L’ouvrage tente d’expliquer le culte existant en Chine autour de ce bois en revenant sur sa dimension consommable, médicinale, culturelle ou encore psychologique ; malheureusement, le résultat n’est pas concluant. Pour une étude plus poussée, cf. Yu Wanli 虞萬里, « Taofu fengsu yuanliu kao » 桃符風俗源流考 (Aux sources des pratiques liées aux amulettes), Yufangzhai xueshu lunji 榆坊齋學術論集 Recueils de Yufangzhai, Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 2001, p. 813-843.

45 Explications tirées de Liu Lexian 劉樂賢, Shuihudi Qin jian Rishu yanjiu 睡虎地秦簡日 書研究 (Étude du Livre des jours en lattes de bambou datant des Qin trouvé à Shuihudi), Taibei, Wenjin chubanshe, 1994, p. 226.

46 Shi Daoshi 釋道世, commentaires par Zhou Shujia 周叔迦 et Su Jinren 蘇晋 仁, Fayuan zhulin jiaozhu 法苑珠林校注 (Commentaires de l’ouvrage Forêt de pierres précieuses dans le jardin de Dharma), livre 45, « Shenca pian » 審察篇 (Étude minutieuse), Beijing, Zhonghua Shuju, 2003, p. 1389. Le verbe « jeter » (投) dans la phrase « si on lui jette simplement sa chaussure à la tête » remplace le verbe « attraper » (捉) dans l’ouvrage original, cf. livre 14 du Tiandi ruixiang zhi 天地瑞祥志 (Traité des signes du ciel et de la terre) et livre 886 de l’Encyclopédie à relecture impériale. Cf. You Ziyong 游自勇, « Baize tu yu baize jingguai tu guanxi xilun-- baize jingguai tu yanjiu zhi er » <白澤圖>與<白澤 精怪圖>關係析論――<白澤精怪圖>研究之二 (Analyse de la relation entre le chapitre sur le jade et Esprits et démons du marais blanc – étude de l’ouvrage Esprits et démons du marais blanc, suite), 14e atelier d’études communes en histoire de la Chine antique à l’université de Fudan, salle 1901 du bâtiment Guanghua de l’université, 15 septembre 2010.

47 Explications tirées de Liu Lexian, Étude du Livre des jours en lattes de bambou datant des Qin trouvé à Shuihudi, p. 227.

48 Taiping yulan 太平御覽 (Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur), livre 805, « Zhenbao bu » (Trésors), compilé entre autres par Li Fang 李昉, Beijing, Zhonghua shuju, 1960, p. 3579, haut de page.

49 Cf. Yu Xin 余欣, Shendao renxin – Tang Song zhiji minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心 — 唐宋之際民生宗教社會史研究 (Voie des dieux, vie des hommes – histoire sociale des moyens d’existence des religions à Dunhuang sous les dynasties Tang et Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2006, p. 238.

50 Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), volume III (version révisée), Beijing, Renmin weishen chubanshe, 1978, p. 2197.

51 Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術考 (Étude des arts divinatoires chinois), version révisée, Beijing, Oriental Press, 2001, p. 71-84.

52 Certains spécialistes se sont déjà penchés sur la question, comme le prouve une publication issue de cette même collection : John Hay ed., Boundaries in China : Critical Views, London, Reaktion Books, 1994.

53 Hunan shen bowuguan 湖南省博物館 (Musée du Hunan), Zhongguo kexueyuan kaogu yanjiusu 中國科學院考古研究所 (Centre d’études archéologiques de l’Académie des sciences de Chine) (dir.), Changsha Mawangdui yihao Han mu長沙馬王堆一號漢墓 (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha), Beijing : Wenwu chubanshe, 1973, p. 100, illustration no 200.

54 Pour d’autres études de cette expression, voir Maeda Ryōichi 前田良一, « Kyūkyū nyo ritsuryō o saguru »“急々如律令”を探る (Étude de l’expression "traiter de toute urgence comme un décret"), Fukunaga Mitsuji 福永光司 (dir.), Dōkyō to Higashi Ajia : Chūgoku, Chōsen, Nihon 道教と東アジア:中国·朝鮮 · 日本 (Le taoïsme en Asie orientale : Chine – Corée – Japon), Kyōto, Jimbun shōin, 1989, p. 101-126 ; Yamazato Jun’ichi 山里純一, « Kyūkyū nyo ritsuryō kou »“急々如律令”考 (Recherches sur l’expression "traiter de toute urgence comme un décret"), Nihon Tōyō bunka ronshū 日本 東洋文化論集 (Écrits sur la culture japonaise), n° 5, 1999, p. 1-18 ; version révisée publiée dans Jufu no bunkashi : shūzoku ni miru Okinawa no seishin bunka 呪符の文化史:習 俗に見る沖縄の精神文化 (Histoire culturelle des amulettes : les emprunts de certaines coutumes à la culture spirituelle d’Okinawa) au chapitre 3, « L’expression consacrée “traiter de toute urgence comme un décret” », Tōkyō, Miyai shoten, 2004, p. 52-66.

55 Shanxi shen wenwu guanli weiyuanhui 陝西省文物管理委員會 (Comité de gestion des objets culturels du Shaanxi), « Chang’an xian Salicun Dong Han mu fajue jianbao » 長 安縣三里村東漢墓發掘簡報 (Rapport archéologique des découvertes effectuées dans la tombe des Han orientaux de Sanlicun, dans le comté de Chang’an), Wenwu cankao ziliao 文物參考資料, 1958, n° 7, p. 63.

56 究 (Étude des ouvrages sur latte de bambou et sur soie), no 2, B
Chen Songchang 陳松長 (dir.), Xianggang zhongwen daxue wenwu guan cang jiandu 香 港中文大學文物館藏簡牘 (Ouvrages en lattes de bambou du bâtiment des vestiges culturels de l’Université chinoise de Hong Kong), Hong Kong, Xianggang zhongwen daxue wenwuguan, 2001, p. 110-112. Pour des études sur le sujet, cf. Rao Zongyi 饒宗頤, « Ji Jianxing nianba nian songren jiechu jian – Han « wulong xiang goujiao » shuo » 記建興 廿八年“松人”解除簡――漢“五龍相拘鉸”說 (Ouvrages sur lattes de bambou consignant des textes de rituels exorcistes et figurines en pin datant de l’an 28 de l’ère Jianxing – la phrase « emporté par le dieu Wulong »), Jianbo yanjiu 簡帛研 eijing, Falu chubanshe, 1996, p. 390-394 ; Lian Shaoming 連劭名, « Jianxing nianba nian songren jiechu jian kaoshu » 建興廿八年松人解除簡考述 (Étude des ouvrages sur lattes de bambou consignant des textes de rituels exorcistes et figurines en pin datant de l’an 28 de l’ère Jianxing), Shijie zongjiao yanjiu 世界宗教研究, 1996, no 3, p. 116-119 ; Jiang shoucheng 姜 守誠, « Xianggang suochang « songren » jiechu mudu yu hanjin muzang zhi jinji fengsu » 香 港所藏“松人”解除木牘與漢晉墓葬之禁忌風俗 (La tablette de bois gravée dédiée à une figurine en pin conservée à Hong Kong et les tabous lors des enterrements à l’époque Han-Jin), Chengda lishi xuebao 成大歷史學報, no 31, 2006, p. 1-64.

57 Cf. Rao Zongyi 饒宗頤, Wei Jin Nanbeichao Dunhuang wenxian biannian xu 〈魏晉 南北朝敦煌文獻編年〉序 (Préface au Classement par année des documents retrouvés à Dunhuang datant des Wei, des Jin et des dynasties du Nord et du Sud), Wang Su 王素, Li Fang 李方 (dir.), Taibei, Hsin Wen Fung Publishing House, 1997, p. 2-3 ; le titre de l’article qui succède à cette préface est « Dunhuang chutu zhengmuwen suojian jiechu guanyu kaoshi » 敦煌出土鎮墓文所見解除慣語考釋 (Étude des termes en usage pour les exorcismes apparaissant dans les documents trouvés dans des tombes) à Dunhuang Tuluan yanjiu 敦煌吐魯番研究, n° 3, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 1998, p. 13-18.

58 Pour des études sur ces deux termes, en dehors des travaux de Rao Zongyi, cf. Liu Zhaorui 劉昭瑞, « Taipingjing yu kaogu faxian de Dong Han zhenmu wen » 〈太平經〉與 考古發現的東漢鎮墓文 (Le Taipingjing et les formules d’exorcisme dans les tombes des Han orientaux), Shijie zongjiao yanjiu 世界宗教研究, 1992, no 4, p. 112-115 ; Lü Zhifeng 呂志 峰, Dong Han shike zhuan tao deng minsuxing wenzi ziliao cihui yanjiu 東漢石刻磚陶等民俗 性文字資料詞匯研究 (Étude du vocabulaire dans les textes à caractère folklorique gravés sur briques ou sur argile sous les Han orientaux), Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 2009, p. 88-96.

59 Chen Pan, dans un de ses textes précédemment cités, parle de ces talismans en bois de pêcher et donne des exemples de la dimension exorcisante du pin ; il en déduit que ces substituts pouvaient être faits en pin. Un autre membre de l’Institut de recherches de Dunhuang, Yin Guangming, nous a également appris que bon nombre des figurines exhumées à Dunhuang étaient réalisées en bois de tamaris de Chine, une plante de la région.

60 Ohira Shigeru 大平茂, « Mukusei ningyō nendai kou » 木製人形年代考(上) (Étude de l’époque des figurines en bois, 1ère partie), Oda Fujio 小田富士雄 (dir.), Kobunka dansō 古文化談叢 (Dialogues autour de la culture antique), no 30 (milieu), Kitakyūshū-shi, Kyūshū Kobunka Kenkyūkai九州古文化研究會 (Séminaire de recherche sur la culture antique de l’île de Kyūshū), août 1993, p. 587.

61 Cf. Wang Yucheng, Les arts divinatoires et les figurines de la Chine antique et leur influence sur le Japon, p. 51-56.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : figurines de la collection d’A. Stein (fonds du British Museum).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 2 : photographies des portions de la Grande Muraille autour de Dunhuang datant des Han prises par l’équipe A. Stein (Serindia 175).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 3 : l’équipe d’A. Stein occupée à fouiller les ruines d’une tour de guet à T.vi.b.i (fonds de The British Library).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 4 : quelques-uns des vestiges exhumés par l’équipe d’A. Stein des ruines d’une tour de guet appartenant à une portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang ; en bas, les trois figurines numérotées T.vi.b.i.001-003 (Serindia, P. LII).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 5 : plan de T. XII. a d’où ont été exhumées des figurines et d’autres sites de ruines de tours de guet appartenant à la portion de la Grande Muraille jouxtant Dunhuang (Serindia, 39).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 6 : figurine Or.8211/412 (initialement T. XIII. i. 32) trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds de The British Library).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 7 : figurine trouvée par l’équipe d’A. Stein (fonds du National Museum of India, photo du Dr Imre Galambos).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 8 : panorama des ruines de la tour de guet de Maquanwan (La route de la Soie des livres, planche 6).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 9 : figurine en pin (les archivistes se sont trompés en lisant « statuette funéraire ») trouvée dans la grotte B228 située au nord du site de Mogao à Dunhuang (Grottes situées au nord du site de Mogao à Dunhuang, livre 3, planche en couleur 27).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 10 : Figurine trouvée dans des tombes datant des Han et des Jin situées dans le comté de Gaotai de la province du Gansu (Musée du comté de Gaotai).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Fig. 11 : figurines trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han de Juyan (fonds du Zhongyanyuan shiyusuo, photo de Yu Xin).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 12 : figurines 2000ES7SF1 : 77 et 2000ES7SH1 : 23 trouvées parmi les ouvrages sur lattes de bambou datant des Han dans la bannière d’Ejin (Ouvrages sur lattes de bambou datant des Han trouvés dans la bannière d’Ejin, p. 163).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. c13 : figurine fabriquée à partir d’un vieux laissez-passer officiel trouvée sur les ruines de Jianshui jinguan, à Juyan.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 14 : figurine 75TKM90 : 1 trouvée sur le site des tombes de Khara-khoja ; au recto, on peut lire en rouge les caractères chinois « substitut humain » ; au verso, l’inscription pourrait être du sogdien. Les tombes dateraient de la période qui s’étend du comté de Khara-khoja pendant la période des Seize Royaumes à la Khara-khoja des Kan (Centre de recherche en archéologie du Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 15 & 16 : recto et verso d’une figurine exhumée du tumulus d’une des tombes d’Astana à Turfan (Musée de Turfan, photo de Yu Xin).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 17 : figurine trouvée dans la tombe 06TAM607 de la zone II des tombes d’Astana (fonds du musée de Turfan).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Fig. 18 : figurine en bois de pêcher trouvée dans la tombe Han no 1 de Mawangdui, à Changsha (Tombe Han no 1 de Mawangdui, Changsha, planche 200).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 19 : figurines trouvées dans la tombe Han de Dongpailou, à Changsha (Écrits sur lattes de bambou datant des Han orientaux trouvés sur le site de Dongpailou à Changsha, planche en couleur 31).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 20 : figurine trouvée sur le site Heijō-kyō nijō-ōji mizo de Nara (Panorama du Japon antique : De l’écriture sur bronze aux ouvrages du Shōsō-in, illustration no 231).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Fig. 21 : le dieu protecteur Dong Zhong dans P. 3358, Dieux protecteurs des demeures (Fonds français des documents de Dunhuang et de l’Ouest, no 23, planche en couleur 8).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 22 : figurines en pin et ouvrages sur lattes de bois consignant des textes de rituels exorcistes et datant de l’an 28 de l’ère Jianxing (fonds du bâtiment des vestiges culturels de l’Université chinoise de Hong Kong).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2607/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search