Version classiqueVersion mobile

Savoirs traditionnels et pratiques magiques sur la route de la soie

 | 
Xin Yu

4. La physiognomonie du cheval sous les Han et les Tang (IIIe siècle de notre ère – Xe siècle)

Texte intégral

  • 1 Site archéologique datant des Han occidentaux, près de la ville de Changsha, dans la province du Hu (...)
  • 2 Divination par la lame de l’épée.

1La physiognomonie du cheval est un domaine majeur de l’art divinatoire de la « morphoscopie » (xingfa 形法), pratiqué dans l’antiquité chinoise. Le xingfa était une technique qui recourait à l’observation pour juger de la dimension propice ou non des choses ; il servait également aux populations d’alors de paradigme de base dans leur compréhension du monde. Plusieurs ouvrages traitant de la physiognomonie ont dernièrement été exhumés, dont un ouvrage sur soie à Mawang dui 馬王堆1 intitulé Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經) et trois ouvrages sur lattes de bambou datant des Han intitulés Livre de la physiognomonie du chien (Xianggou jing 相狗經), Méthode de physiognomonie du chien (Xianggou fang 相狗方) et Livre de la spathomancie2 (Xiang lishan daojian 相利善刀劍), découverts respectivement à Shuanggu dui 雙古堆, Yinque shan 銀雀山 et Juyan 居延. Le nombre et la variété de ces livres laissent à penser que la physiognomonie occupait une place conséquente dans les connaissances, les croyances et la société de la Chine traditionnelle. Mais les recherches menées sur ce sujet sont encore largement incomplètes. Pour les besoins de cet article, nous avons étudié des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han découverts à Xuanquan 懸泉 (Dunhuang), d’autres datant des Qin à Shuihudi 睡虎地, le livre sur soie au sujet de la physiognomonie du cheval exhumé à Mawang dui, des manuscrits venant des grottes de Mogao obtenus par Stein à Dunhuang lors de sa deuxième expédition en Asie centrale, ainsi que les dernières découvertes en date de vestiges culturels et de peintures murales traitant de la physiognomonie du cheval. Nous les avons confronté à des ouvrages passés à la postérité comme le Qimin yaoshu 齊民要術 (Principales techniques pour le bien-être du peuple) afin d’étudier les origines et le développement de la physiognomonie du cheval pendant les dynasties des Han et des Tang. Nous espérons que notre étude aidera à mieux connaître l’art du xingfa tel qu’il était pratiqué en Chine ancienne et médiévale.

I

2Du point de vue des Chinois de l’antiquité, chaque chose avait une forme (xing 形), et toutes ces choses disposant d’une forme avaient un visage ou une physionomie (xiang 相). Les phénomènes atmosphériques sont le visage du ciel, le relief celui de la terre, la figure, les paumes de la main, le corps et le squelette celui de l’homme ; les plantes, les animaux sauvages et domestiques, les couteaux et les épées, les paysages, les habitations et les tombeaux, tout cela a un visage. On appelle aussi « physiognomonie » (xiangshu 相術) la « morphoscopie » (xingfa 形法), un des grands arts divinatoires chinois. En chinois, le sens premier du terme « physiognomonie » renvoie à l’idée suivante : obtenir des informations sur l’objet en observant son aspect, étudier ses traits extérieurs pour en apprendre davantage sur ses qualités intérieures, dans le but d’émettre des hypothèses sur ce qui se cache derrière tel ou tel phénomène. L’explication condensée au plus haut degré figurant dans le « Traité sur les arts et les lettres » (« Yiwenzhi » 藝文志) du Livre des Han (Han shu 漢書) est le texte de référence en matière de xingfa :

  • 3 Hanshu 漢書, « Yiwen zhi » 藝文志, Beijing, Zhonghua shuju, version révisée de 1964, p. 1775. Li Ling 李零 (...)

Celui qui pratique le xingfa se fonde sur son examen des formes des Neuf Continents pour construire villes et habitations, sur son évaluation de la forme du squelette humain et animal et sur l’aspect des objets pour en déterminer le caractère, la qualité noble ou vile et la dimension propice ou néfaste. De la même manière qu’en musique où il existe différentes hauteurs de tubes musicaux, qui produisent chacun des sons afférents, cela n’est pas le fait de puissances divines mais bien de la nature même des choses. Aspect (xing 形) et nature (qi 氣) sont donc intrinsèquement liés ; il arrive pourtant que la nature de certaines choses ne corresponde pas à leur aspect ou que leur aspect ne corresponde pas à leur nature et vice versa, mais qu’une différence subtile existe3.
形法者,大舉九州之勢,以立城郭室舍;形人及六畜骨 法之度數、器物之形容,以求其聲氣貴賤吉凶。猶律有長 短,而各徵其聲,非有鬼神,數自然也。然形與氣相首尾, 亦有有其形而無其氣,有其氣而無其形,此精微之獨異也。

  • 4 Li Ling a repéré ces nouveaux textes et les a brièvement étudiés. Cf. Li Ling, Zhongguo fangshu kao(...)

3La théorie qui se trouve au fondement de la physiognomonie repose sur les concepts de « nombre » (shu 數) et de « signe » (xiang 象). Loin de ne faire que deviner, cet art obéit à une méthode déterminée par l’observation (guan 觀) et l’appréciation (xiang 相) ; c’est donc un art divinatoire important qui s’est créé son propre système4. Les concepts de « nombre » et de « signe » trouvent leur origine dans le Livre des mutations (Yijing 易經), et forment pour les Chinois de l’époque le paradigme de base de leur compréhension du monde et de sa raison d’être. L’explication la plus claire et la plus systématique de cette théorie que l’on puisse trouver dans des ouvrages de l’époque médiévale figure dans la préface du « Compendium des cinq agents » (Wuxing dayi 五行大義) composée par Xiao Ji 蕭吉 (vie siècle) sous les Sui :

  • 5 Ce qu’on entend par « méthode de la tortue » correspond à la scapulomancie. Il est question de divi (...)
  • 6 Xiao Ji 蕭吉, Wuxing da yi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō (...)

Il est difficile de saisir les signes avant-coureurs du commencement et de la fin des choses. C’est pourquoi les sages s’attachent à ce qui n’est pas encore advenu : ils instituent des paroles afin d’en circonscrire les signes, ils établissent les signes pour mettre en évidence les événements. Lorsque les événements sont en cours, nous pouvons les comprendre grâce aux signes qui s’y rapportent ; les signes en se multipliant engendrent les nombres. Grâce aux nombres, ils peuvent être mis en ordre, grâce aux signes nous en avons une figuration, on peut ainsi comprendre par simulation les principes des événements. Et la compréhension par simulation relève bien des méthodes de la tortue et de l’achillée5. La tortue produisant des signes, [la série des dix] jours constitue dès lors le fondement des cinq éléments ; l’achillée produisant des nombres, [la série des douze] marqueurs en constitue alors le principe. L’alternance des levers et couchers des étoiles Shen et Chen, les cycles ascendants et descendants de la lune et du soleil, le grondement du tonnerre et l’apparition d’arcs-en-ciel, le mouvement des nuages et le déploiement des pluies, voilà quels sont les signes du ciel. Les vingt-huit étapes, les constellations internes et externes, les sept luminaires, les trois sortes d’astres lumineux, les régions stellaires et les douze mansions, voilà ce que sont les nombres du ciel. Les montagnes, les fleuves, l’eau et la terre, hauteurs et dépressions, plaines et marais, la stabilité des montagnes et la circulation des fleuves, les vents tournants, la rosée et les vapeurs, voilà ce que sont les signes de la terre. Les huit confins, les quatre mers, les trois fleuves et les cinq lacs, les neuf régions et les cent préfectures, les mesures de distance et de superficie, voilà pour les nombres de la terre. Les rites servant à contrôler les événements, la musique à tempérer les élans du cœur, les rangs, les emblèmes, les insignes, les étendards, l’usage des châtiments pour conduire au bien, voilà pour les signes de l’homme. L’établissement des cent offices pour l’administration, l’accomplissement de tous les êtres humains, les quatre enseignements qui forment les lettrés, les sept vertus qui régissent l’art militaire, voilà pour les nombres de l’homme. Ainsi, par les signes et les nombres, on connaît le commencement et la fin des cinq éléments. Grâce à la tortue et l’achillée, on discerne le faste et le néfaste du Yin et du Yang. Les événements simulés par les signes sont connus, les choses en se conformant à des nombres sont déterminées6.
原始要終,靡究萌兆。是以聖人體於未肇,故設言以筌 象,立象以顯事。事既懸有,可以象知;象則有滋,滋故生 數。數則可紀,象則可形。可形可紀,故其理可假而知。可 假而知,則龜筮是也。龜則爲象,故以日爲五行之元;筮則 爲數,故以辰爲五行之主。若夫參辰伏見,日月盈虧,雷動 虹出,雲行雨施,此天之象也。二十八宿,內外諸官,七曜 三光,星分歲次,此天之數也。山川水陸,高下平汙,嶽鎮 河通,風回露蒸,此地之象也。八極四海,三江五湖,九州 百郡,千裏萬頃,此地之數也。禮以節事,樂以和心,爵表 章旗,刑用革善,此人之象也。百官以治,萬人以立,四 教修文,七德閱武,此人之數也。因夫象數,故識五行之始 末;藉斯龜筮,乃辨陰陽之吉凶。是以事假象知,物從數 立。

4Il est bien plus facile d’appréhender ce que l’on entend par l’« aspect des choses » (wuxiang zhi xing 物象之形) et les « méthodes de physiognomonie » (xiangwu zhi fa 相物之法) en partant des concepts des signes et des nombres.

  • 7 Li Ling a repéré ces nouveaux textes et les a brièvement étudiés. Cf. Li Ling, Zhongguo fangshu kao (...)

5À ce jour, un certain nombre de manuscrits exhumés traitent de la physiognomonie : l’ouvrage sur soie intitulé Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經) trouvé à Mawang dui et les trois ouvrages sur lattes de bambou datant des Han intitulés Livre de la physiognomonie du chien (Xianggou jing 相狗經), Méthode de physiognomonie du chien (Xianggou fang 相狗方) et Livre de la spathomancie (Xiang lishan daojian 相利善刀劍), découverts respectivement à Shuanggu dui 雙古堆, Yinque shan 銀雀山 et Juyan 居延, sont de ceux-là, et tous méritent une étude approfondie7. Nous nous servirons ici de l’exemple de la physiognomonie du cheval pour étudier l’évolution de l’art du xingfa dans la Chine médiévale.

II

  • 8 Xie Chengxia 謝成俠, Zhongguo yangma shi 中國養馬史 (Histoire de l’élevage équin en Chine), Beijing, Kexue (...)
  • 9 You Xiuling 游修齡, « Qimin yaoshu chengshu beijing xiaoyi » 齊民要術成書背景小 議 (Contexte présidant à la comp (...)

6La physiognomonie du cheval est le plus important des arts divinatoires consacrés aux animaux domestiques ; elle mobilise la somme des connaissances acquises depuis les débuts de l’élevage. Pour les spécialistes, ce n’est pas parce que le Livre sur la physiognomonie du cheval de Bole (Bole xiangma jing 伯樂相馬經) a depuis longtemps disparu qu’il n’a jamais existé. Dans le « Traité sur les arts et les lettres » du Livre des Han (Han shu, « Yiwen zhi ») est mentionné la Physiognomonie des six animaux domestiques (Xiang liuchu 相六 畜) en trente-huit chapitres, qui devait comprendre le Livre de la physiognomonie du cheval ; cet ouvrage a donc été conservé au moins jusqu’aux Han de l’Est (25-220). On doit ce que l’on connaît actuellement du Livre de la physiognomonie du cheval à l’ouvrage des Principales techniques pour le bien-être du peuple (Qimin yaoshu 齊 民要術), qui en cite de nombreux passages8. Les techniques pratiques et éprouvées de physiognomonie et d’élevage équins qui y figurent diffèrent grandement de celles mentionnées dans les copies de livres anciens retrouvées dans des traités agricoles postérieurs9. Nous avons donc décidé de faire des Principales techniques pour le bien-être du peuple notre ouvrage de référence ; en dehors de ce manuscrit passé à la postérité, la découverte des documents traitant de physiognomonie équine que sont l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval de Mawang dui, et les ouvrages sur lattes de bambou datant des Qin (221-207) et des Han de Shuihudi 睡虎地, de Xuanquan 懸泉 à Dunhuang 敦煌, qui furent ramenés par Stein lors de sa deuxième expédition en Asie centrale, nous ont permis d’approfondir nos connaissances en la matière tout en nous offrant la possibilité de tirer au clair l’origine, les évolutions et les différentes formes de la physiognomonie du cheval sous les dynasties des Han et des Tang.

  • 10 Pour plus de détails sur l’exhumation de ces manuscrits, se référer au rapport de Stein intitulé Se (...)
  • 11 Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein dans les sables du Turkestan or (...)
  • 12 Voir Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein, p. 88. Ce manuscrit corre (...)
  • 13 Cf. Zhang Guangda 張廣達, « Chavannes — « Diyiwei quancai de hanxuejia »» 沙畹 — “第一位全才的漢學家” (Chavannes  (...)

7En 1907, avant de passer par les grottes de Mogao莫高窟 pour y acquérir des documents, Aurel Stein exhume des ruines d’une ancienne tour de guet de la Grande Muraille située au nord-ouest de Dunhuang de nombreux ouvrages sur lattes de bambou datant des Han10. Édouard Chavannes les classe et publie en 1913 aux presses de l’université d’Oxford Les documents chinois découverts par Aurel Stein dans les sables du Turkestan oriental11. Au nombre de ces documents figure un manuscrit sur bambou incomplet qui traite de la physiognomonie du cheval12 (fig. 1). Aux prises avec des morceaux de phrases et des caractères effacés, Chavannes commet de nombreuses erreurs de lecture et de ponctuation qui faussent son jugement : il voit ainsi dans ce texte non pas un traité de physiognomonie équine, mais un ouvrage médical portant sur le traitement des maladies de l’estomac et des intestins. À force de chercher à décrypter des caractères à moitié effacés, Chavannes, le « premier sinologue complet13 », s’abîme durablement la vue. Voici ce qu’il écrit dans l’avant-propos de l’ouvrage :

  • 14 Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein, p. 170.

Mieux valait, fût-ce au prix de nombreuses erreurs, livrer au monde savant la totalité des trouvailles de M. Stein ; ce qui importe, en effet, c’est que les travailleurs aient accès à tous les matériaux que j’ai eus moi-même entre les mains et qu’ils puissent, par des efforts répétés, améliorer les résultats que j’ai obtenus. Je me suis rendu compte mieux que personne des risques que j’encourais en assumant la tâche que M. Stein m’avait dévolue ; aussi n’est-ce point par présomption que je m’en suis acquitté ; j’ai simplement fait ce que j’ai pu et je me réjouirai de toutes les rectifications qui seront proposées par les érudits soucieux de collaborer au développement de nos connaissances sinologiques14.

8Malgré des erreurs éventuelles, les véritables savants contribuent toujours à leur discipline ; une faute n’effaçant pas une vie de vertu, rien ne doit venir entacher la réputation d’Édouard Chavannes. Au vu de ce qu’a dû être sa tâche il y a maintenant plus de cent ans et de la peine qu’il s’est donné pour ouvrir la voie aux recherches sur Dunhuang, son erreur mérite pour le moins « compréhension et compassion » de notre part.

Fig. 1 : latte de bambou de la Méthode de physiognomonie du cheval (Xiang ma fa 相馬法), retrouvée par A. Stein à Dunhuang, British Museum, Or. 8211/395. Photo International Dunhuang Project (voir http://idp.bnf.fr/​database/​oo_scroll_h.a4d?uid=46572640716 ; recnum = 15746 ; index = 1)

Fig. 1 : latte de bambou de la Méthode de physiognomonie du cheval (Xiang ma fa 相馬法), retrouvée par A. Stein à Dunhuang, British Museum, Or. 8211/395. Photo International Dunhuang Project (voir http://idp.bnf.fr/​database/​oo_scroll_h.a4d?uid=46572640716 ; recnum = 15746 ; index = 1)
  • 15 Luo Zhenyu 羅振玉, Wang Guowei 王國維, Liusha zhui jian 流沙墜簡 (Lattes de bambou retrouvées dans les sables (...)

9En 1912, Chavannes envoie ses épreuves corrigées à Luo Zhenyu 羅振玉 (1866-1940) et Wang Guowei 王國維 (1877-1927), ce qui a pour effet d’attirer l’attention de ces derniers sur le manuscrit dont il est question. Ils l’incluent dans leur livre Lattes de bambou retrouvées dans les sables (Liusha zhuijian 流沙墜簡) en commentant : « Il a été très difficile de déchiffrer la plupart des textes figurant sur les lattes de bambou de droite ; une étude approfondie nous a permis de comprendre qu’ils décrivaient les méthodes de physiognomonie appliquées au cheval. » Ils s’appuient en cela sur des citations de la Méthode de physiognomonie du cheval par l’étude des cinq viscères (Xiangma wuzang fa 相馬五臟法) trouvées dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple, et de la Méthode de physiognomonie du cheval de Bole (Bole xiangma fa 伯樂相馬法) figurant dans l’Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur (Taiping yulan 太平御覽)15. Il n’existe à ce jour ni meilleure analyse ni citations plus pertinentes ; on ne peut qu’admirer les deux savants pour la justesse de leur vision et l’étendue de leur savoir. Cependant, alors que cet ouvrage est le premier du genre à avoir été découvert et publié, il est étonnant que les spécialistes du domaine ne s’y soient pas intéressés. Même après que la découverte à Mawang dui dans un tombeau datant des Han d’un exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval eut fourni une référence solide, l’ouvrage sur bambou n’a jamais été cité.

  • 16 Zhonguo jiandu jicheng bianji weiyuan hui 中國簡牘集成編輯委員會, éd., Zhongguo jiandu jicheng 中國簡牘集成 (Recueil (...)

10Certes, ce document étant fragmentaire, sa lecture en est par définition malaisée, d’autant plus que les Anciens ne ponctuaient pas leurs textes. Les auteurs du Recueil complet des textes sur lattes de bambou et planchettes de bois en Chine (Zhongguo jiandu jicheng 中國簡牘集成) s’essayent à le ponctuer pour la première fois, mais commettent de nombreuses erreurs16. Nous avons essayé de le ponctuer différemment :

  • 17 Gansu sheng Wenwu kaogu yanjiu suo, éd., Dunhuang Han jian, 1991, planche no 165, commentaires p. 3 (...)

Zhouxia dit : « Petits intestins : [Les chevaux] à petits intestins sont [des chevaux] dont le ventre est plat. [Les chevaux] à petite rate sont pour leur part [des chevaux] obéissants. Les oreilles [d’un cheval] obéissant sont positionnées bas, ses yeux haut placés, et l’espace entre les deux doit mesurer quatre pouces ; [de tels chevaux] sont capables de parcourir six cents li par jour »17.
緅下 : 腸小,所胃腸小者,腹下平。脾小,所胃脾小 者,聽,耳寓聽,耳欲卑,目欲高,間本四寸,六百里.

  • 18 Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu 馬王堆漢墓帛書整理小組, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shi (...)
  • 19 Xie Chengxia 謝成俠, « Guanyu Changsha Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing de tantao » 關於長沙馬王堆漢墓帛書相馬經 (...)

11En 1973, un texte portant sur la physiognomonie du cheval est découvert dans un manuscrit sur soie trouvé dans la tombe Han no 3 du site de Mawang dui (qui se trouve à côté de Changsha). Le rouleau mesure 48 cm de haut ; le texte se compose de 77 lignes et d’environ 5200 caractères (fig. 2). Le no 8 de la revue Wenwu (Vestiges culturels) de l’année 1977 reproduit les conclusions auxquelles aboutit un groupe de chercheurs ; si le manuscrit est intitulé Livre de la physiognomonie du cheval, l’équipe souligne les divergences tant sur le fond que sur la forme qui existent entre cette version et les versions courantes. Du style de composition du manuscrit, proche de la « prose rimée » fu 賦, et de sa mention de toponymes comme Nanshan 南山, Hanshui 漢水 ou Jiangshui 江水, on peut déduire qu’il a probablement été écrit par un habitant de l’État de Chu à l’époque des Royaumes combattants (481-221)18. Wenwu publie à la même période un article de Xie Chengxia 謝成俠 qui avance que l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval est une copie du livre originel dont la trace a été perdue depuis longtemps. La copie a beau être imparfaite et ne pas révéler pleinement ce en quoi consistait la physiognomonie du cheval dans l’antiquité, il s’agit d’un document unique puisqu’il traite de la physiognomonie des animaux domestiques ; il revêt à ce titre une valeur toute particulière pour les spécialistes de l’histoire de l’élevage en Chine. Ce livre sur soie fait référence à des ouvrages sur le sujet datant du début de la dynastie des Han ainsi qu’à des documents remontant à la période des Royaumes combattants. Il est fort possible que cet exemplaire du Livre de la physiognomonie du cheval soit une copie de l’ouvrage Physiognomonie des six animaux domestiques, enrichi des savoirs en la matière du puissant État de Chu, situé au sud de la Chine et riche en chevaux19.

12En 1975, de nombreux livres sur lattes de bambou datant des Qin sont découverts dans le district de Yunmeng à Shuihudi, dont le Livre des jours (Rishu 日書) ; malheureusement, on ne s’intéresse que tardivement à cet ouvrage. Un texte intitulé « Cheval » (« Ma » 馬) figure dans la première des deux versions du Livre des jours, dont on pense qu’il est la transcription des invocations en usage lors du culte à la divinité du Cheval. Le voici :

  • 20 Shuihudi Qin mu zhujian zhengli xiaozu, éd., Shuihudi Qin mu zhujian 睡虎地秦墓竹簡 (Textes sur bambou tro (...)

Sacrifice à la divinité du Cheval :
L’invocation dit : « Il faut offrir un sacrifice à la divinité du Cheval un jour bing avant la mise en pâture. » À l’est et au sud, on place sur chacun de ces points cardinaux un cheval [caractères manquants] au milieu la terre, pour faire le sacrifice à la divinité du Cheval, on traverse le mur de l’écurie et au milieu on installe l’autel ; par trois fois sont faites des libations et on déambule sur les quatre côtés de l’écurie. Le maître de cérémonie fait d’abord venir la divinité sur la natte ; aujourd’hui est un bon jour, il apporte un cochon gras, de l’alcool et du petit mil et se rend à la demeure du maître. Si celui-ci souhaite protéger le cheval, il expulse les malfaisances, il écarte la malchance. Il fait en sorte de lui donner ce que sa bouche aime boire, ce que sa bouche aime manger, alors à ses ordres le cheval obéira : sans le guider il ira de lui-même, sans le cravacher il sortira de lui-même. Il fait en sorte que son nez sente de bonnes odeurs, que ses oreilles entendent bien et que ses yeux voient clairement ; sa tête est dans le prolongement de son corps, sa colonne vertébrale en est la partie robuste, ses pieds [caractères manquants], sa queue efficace pour chasser [caractères manquants], son ventre est un sac aux mille herbes, ses quatre membres marchent bien. Le maître de maison le force à boire et à manger, pendant toute l’année nous ne l’oublierons pas20.
馬禖:
祝曰:“先牧日丙, 馬禖合神。”·東鄉(嚮)、南鄉 (嚮)各一馬□□□□□中土,以爲馬禖,穿壁直中,中三 腏,四廄行。大夫先兕席,今日良日,肥豚清酒美白粱,到 主君所。主君笱屏詷馬,敺(驅)其央(殃),去一五七背其 不羊(祥),令其口耆(嗜)□,口耆 (嗜) 飲,律律弗御自 行,弗敺(驅)自出,令其鼻能糗(嗅)鄉(香),令耳悤 (聰)目明,令一五八背頭爲身衡,脊力(脊)爲身剛, 腳爲身 □,尾善敺(驅)□,腹爲百草囊,四足善行。主君勉飲勉 食, 吾一五九背歲不敢忘一六〇背

  • 21 He Runkun 賀潤坤, « Zhongguo gudai zuizao de Xiangma jing – Yunmeng Qin jian Rishu pian » 中國古代最早的相馬經 — (...)

13Selon He Runkun 賀潤坤, le corps du texte consiste en une prière adressée à la divinité du Cheval par un éleveur, qui souhaite que ses bêtes deviennent des chevaux accomplis selon les critères de l’époque. L’intérêt de cette prière réside en ce que les critères pour chacune des parties du corps de l’animal (tête, oreilles, yeux, dos, ventre, membres, queue, etc.) correspondent exactement à ceux de la physiognomonie du cheval pratiquée dans l’antiquité. Un document aussi simple que celui-ci permet ainsi d’antédater les livres traitant de la physiognomonie du cheval21.

  • 22 Wang Shujin 王樹金, « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing yanjiu sanshi nian » 馬王堆漢墓帛書相馬經研究三十年 (Trent (...)
  • 23 Zhao Kuifu 趙逵夫, « Mawang dui Han mu chutu Xiangma jing « Daguang po zhang » guxun zhuan fawei » 馬王堆 (...)

14Pour autant, ce texte ne traite pas à proprement parler de la physiognomonie du cheval, aussi les recherches sur le sujet reposent-elles principalement sur l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé à Mawang dui. Les opinions avancées dans les deux articles publiés par Wenwu, précédemment cités, ont toujours fait l’unanimité et ont donc été largement relayées. Cependant, de nouvelles avancées ont été réalisées sur le sujet au cours des trente dernières années : ainsi, la théorie défendue par Zhao Kuifu 赵逵夫, qui a beaucoup fait parler d’elle, est aujourd’hui communément admise22. D’après lui, l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval, qu’on considérait jusqu’alors comme une seule entité, peut en fait être divisé en trois parties : le corps du texte (jing 經), les commentaires (zhuan 傳) et les exégèses (guxun 故訓). Si nous parvenons à percer à jour la structure de ce texte, les règles présidant à sa composition ainsi que la relation qui unit ces trois parties, il nous sera possible de corriger les erreurs de copie, de reconstituer les parties manquantes, d’accéder au sens de termes spécialisés figurant dans le corps du texte, et donc de le comprendre dans son intégralité. D’après Zhao Kuifu, les quatre premiers caractères du corps du texte, « daguang po zhang » 大光 破章, en sont le titre. Daguang 大光 désigne les yeux, po 破 est soit utilisé dans le sens de « clarifier » (ming 明) [selon l’ancienne prononciation de ces deux caractères, leur première consonne était très proche], soit dans le sens d’analyser. « Daguang po zhang » signifie donc « Chapitre sur comment juger à partir des yeux » : le texte ne traite d’ailleurs que des yeux dans la physiognomonie du cheval, aussi ne déroge-t-il pas à son titre. La partie intitulée « Exégèses », qui commence à la phrase « you yue chu qi shang » 有月出其上, explicite le corps du texte mais pas les quatre caractères daguang po zhang, ce qui confirme l’hypothèse de Zhao Kuifu. Le corps du texte n’est donc qu’un chapitre du Livre de la physiognomonie du cheval, celui qui traite des yeux ; le style des titres donnés sous les Han de l’Ouest (206-9 AEC), tels que les Commentaires et exégèses de Mao Heng sur le Livre des Odes (Mao Shi guxun zhuan 毛詩故訓 傳), voudrait qu’il s’intitule Livre de la physiognomonie du cheval – « Commentaires et exégèses du Chapitre sur comment juger à partir des yeux » (Xiangma jing – « Daguang po zhang » guxun zhuan 相馬經. 大光破章故訓傳)23. L’hypothèse de Zhao Kuifu a beaucoup contribué au progrès des recherches sur le Livre de la physiognomonie du cheval ; elle a également fait la lumière sur la structure des ouvrages composés à cette époque, et présente donc un intérêt méthodologique certain pour le milieu chinois de la recherche en histoire des disciplines, des sociétés et des savoirs.

Fig. 2 : le Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經), support en soie, découvert à Mawang dui, Musée du Hunan. Extrait de Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng 長沙馬王堆漢墓帛書集 成 (Recueil complet des livres sur soie exhumés de la tombe des Han de Mawang dui à Changsha), vol. 2, Beijing, Zhonghua shuju, 2014, p. 32.

Fig. 2 : le Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經), support en soie, découvert à Mawang dui, Musée du Hunan. Extrait de Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng 長沙馬王堆漢墓帛書集 成 (Recueil complet des livres sur soie exhumés de la tombe des Han de Mawang dui à Changsha), vol. 2, Beijing, Zhonghua shuju, 2014, p. 32.

15Nous estimons pour notre part que le manuscrit fragmentaire sur lattes de bambou datant des Han découvert par Stein à Dunhuang est une partie des « Exégèses » du Livre de la physiognomonie du cheval originel et est probablement le travail d’exégètes ayant étudié le corps du texte de ce même livre, reproduit sur l’exemplaire sur soie de Mawang dui. On peut en effet y lire le caractère wei 胃, qui est l’ancienne forme de wei 謂 (dire), les expressions momo 某某 (untel) et suo wei momo zhe 所謂某某者 (d’après untel) ; grâce à ces marqueurs, qui introduisent les passages difficiles du corps du texte et les explicitent, il semble évident que ce texte est un commentaire. Les différences de contenu et de style qui existent entre les commentaires de l’ouvrage sur lattes de bambou et ceux de l’exemplaire sur soie révèlent l’existence de différents courants dans l’interprétation du Livre de la physiognomonie du cheval, chaque physiognomoniste obéissant à la sienne. Voici l’explicitation des mots et phrases déchiffrés sur le manuscrit sur lattes de bambou.

16Luo Zhenyu et Wang Guowei ont également trouvé les expressions « petits intestins » et « petite rate » dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple :

Le ventre doit être plein, les lombes (qian 膁, s’écrit aussi qiang 腔) de petite taille. Le ventre doit être plat et plein pour que le cheval soit un bon coureur : on l’appelle alors « xiaqu » 下渠 et il peut parcourir trois cents li en une journée.
腹欲充,腔欲小。(腔,膁)…… 腹下欲平滿,善走, 名曰‘下渠’,日三百里。
Le dessous du ventre doit être plat et ressembler au caractère « huit » (ba 八) ; à cet endroit, les poils doivent être implantés vers l’avant. Le ventre doit être gros, tombant et compact, très vascularisé. Le grand muscle (da dao jing 大道筋) doit être long et droit (par « grand muscle » il faut comprendre les muscles pectoraux et abdominaux). L’implantation des poils sous le ventre est dans le sens inverse de celle devant les parties génitales ; un cheval dont ces poils recouvrent la ceinture abdominale peut parcourir mille li par jour ; si ces poils ne sont longs que d’un pied, cinq cents li.
腹下欲平,有‘八’字;腹下毛,欲前向。腹欲大而垂 結,脈欲多;‘大道筋’欲大而直。(‘大道筋’,從腋下 抵股者是。)腹下陰前,兩邊生逆毛入腹帶者,行千里;一 尺者,五百里。

  • 24 Jia Sixie 賈思勰, Qimin yaoshu jiaoshi 齊民要術校釋 (Les Principales techniques pour le bien-être du peuple, (...)

17Miao Qiyu 繆啟愉 commente ainsi ce passage : « Le ventre ne doit être ni trop ramassé, ni trop tombant, ni trop gros : il doit être plein. C’est ce que décrivent les passages « le ventre doit être plein, les lombes de petite taille » et « le ventre doit être plat et plein pour que le cheval soit un bon marcheur ». J’explique dans ma note le caractère qiang 腔, qui est une autre graphie de qian 膁, « lombes ». Un cheval dont les lombes sont de petite taille a un bas du dos étroit, ce qui est la marque d’un cheval fort. »« Si l’on change la ponctuation de la proposition « le ventre doit être gros, tombant et compact, très vascularisé », on peut obtenir : « le ventre doit être gros et tombant, avec un réseau dense de veines ». Cependant, un ventre gros et tombant n’est pas du tout souhaitable ; ainsi, « tombant et compact » nous semble plus juste, le ventre devant légèrement tomber mais être surtout plein et tendu. Cela fait d’ailleurs écho aux extraits ci-dessus : « le ventre doit être plein » et « le ventre doit être plat et plein ». Les veines auxquelles il est fait allusion sont celles présentes sur la paroi abdominale, qui doivent apparaître clairement ; cela est de première importance pour les juments. Le « grand muscle » désigne l’état des pectoraux et du grand droit de l’abdomen, duquel dépendent la tonicité et la tenue du ventre24. »

  • 25 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 387.

18L’expression « petite rate » trouve un écho dans la Méthode de physiognomonie du cheval par l’étude des cinq viscères consignée dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple : « Le cheval doit avoir une petite rate ; un cheval avec des flancs de petite taille aura une petite rate, et sera particulièrement facile à élever25. » Aussi, quand on lit le caractère ting 聽 (écouter, obéir) dans l’ouvrage sur lattes de bambou, cela signifie que les humeurs de sa rate étant peu abondantes, il est peu colérique, mais plutôt docile et obéissant.

19« Er yu bi » 耳欲卑 signifie que les oreilles doivent être petites. On lit dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple :

Les oreilles du cheval doivent être proches, petites, épaisses et pointer vers l’avant. [caractère manquant] d’un pouce, le cheval peut parcourir trois cents li par jour ; de trois pouces, mille li. Les oreilles doivent être petites et pointer vers l’avant. Si les oreilles sont courtes, taillées en pointe c’est un bon cheval ; droites, un mauvais cheval ; il en va de même si elles sont petites et longues. Les oreilles doivent être petites et resserrées, et leur forme ressembler à celle d’un tube de bambou coupé. Un cheval aux oreilles de forme carrée peut parcourir mille li par jour ; un cheval aux oreilles en forme de tube de bambou coupé, sept cents li ; un cheval aux oreilles en forme d’ergot de coq, cinq cents li.
馬耳欲得相近而前豎,小而厚。□一寸,三百里;三 寸,千里。耳欲得小而前竦。耳欲得短,殺者良,植者駑, 小而長者亦駑。耳欲得小而促,狀如斬竹筒。耳方者千里; 如斬筒,七百里;如雞距者,五百里。

  • 26 Ibid., p. 386, 397.

20On lit encore : « Quand un cheval a de petites oreilles, son foie est également de petite taille ; ces chevaux-là comprennent les intentions de l’homme. » 耳小則肝小,肝小則識人意26.

21La phrase « mu yu gao » 目欲高 apparaît également dans l’exemplaire sur soie de Mawang dui. Cet ouvrage explique en effet uniquement comment juger d’un cheval en observant ses yeux ; cela a fortement perturbé l’équipe de chercheurs en charge du manuscrit, comme le laisse entendre la remarque suivante : « Le texte aborde en tout et pour tout les yeux, les cils et l’arcade sourcilière du cheval. S’agit-il vraiment de l’intégralité du Livre de la physiognomonie du cheval ? Voilà pour les chercheurs un sujet à creuser ». Xie Chengxia estime lui aussi que ce texte décrit principalement les méthodes de physiognomonie liées à la tête du cheval, et notamment aux yeux, mais qu’il est bien trop précis pour être un exemplaire du Livre de la physiognomonie du cheval. Ce problème a été résolu grâce à l’hypothèse de Zhao Kuifu selon laquelle ce texte est en fait seulement le chapitre sur les yeux de ce livre. Le fait qu’un chapitre entier, et très documenté, soit exclusivement consacré aux yeux montre le degré de spécialisation et de théorisation qu’avait à l’époque atteint l’art de la physiognomonie du cheval. Le texte Commentaires sur le Livre de la physiognomonie du cheval – chapitre sur comment juger à partir des yeux – est assez long, et le sens de certains caractères nous échappe encore. Voici le seul paragraphe dont nous sommes actuellement sûrs :

  • 27 Gao Yizhi 高一致 ne se prononce pas quant à savoir si le jiao des dix jiao 十焦 est en rapport avec les (...)
  • 28 Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shiwen », 1977, (...)

Les chevaux examinés par Bole sont tous des chevaux dignes d’un gentilhomme : les méridiens entourant leurs yeux sont tirés au cordeau, leurs dispositions sont à l’équerre. Les mandibules sont longues, les joues petites et sont dans un rapport de trois cinquièmes. Le méridien yin est léger, le méridien yang prononcé, et ils se recoupent en deux endroits. Partant du méridien yang et disparaissant dans le méridien yin, les trois os autour des yeux se tiennent les uns sur les autres. Les orbites sont carrées, avec un regard profond ; la couleur des yeux est claire, leur aspect est du genre vigoureux. Si, devant, les os du crâne sont visibles, s’ils forment, derrière, une ligne, l’intérieur doit renfermer un trésor. Si les membres sont maigres et puissants, ces chevaux-là tombent rarement malades. Si l’on peut avec assurance savoir l’un de ces points, on pourra saisir tous les autres. Dès que les mesures sont établies, des bénéfices en naîtront, les souffles seront accordés, comme la lumière de la lune au septième jour du mois…
Les principes généraux d’observation des yeux : les yeux doivent être haut placés et ressortir, le haut de l’œil présenter les dix jiao27. Si le regard a l’air triste, il n’y a pas de poils autour des yeux, et les pupilles sont pleines. Si au milieu des yeux, il y a de fines lignes, leurs motifs ont une forme de bambous coupés. Si les congestions sont débloquées, la lueur des yeux est comme celle d’une chandelle. Si en bas les yeux sont tirés au cordeau et qu’en haut ils sont bien droits, et que les cils montent vers le ciel, il s’agit alors d’un excellent coursier28.
伯樂所相,君子之馬:陰陽受繩,曲直中矩。長頤短 頰,乃中參伍。削陰刻陽,糾角有兩。起陽沒陰,三骨相 輔。方眼深視,五色精明,其狀類怒。前有顱首,後有從 軌,中有藏寶。得薄與轉,馬乃少患。信能知一,百節盡 關。知一之解,雖多不煩。尺也成,利乃生,氣乃并,如月 七日在天。……
凡相目:高以復,上有十焦。盶慼慼,環無毛,當爲 肉,其中有細線,其理若斬竹。雍塞笱當,燭其明。下受 繩,上【正方】,睫薄薄天,駿是當。

22Ce passage énonce un principe général, à savoir que les yeux doivent être haut placés sur une même ligne et animés. La suite donne plus de détails sur ce à quoi doit ressembler le coin de l’œil, ou canthus :

  • 29 Qiu Xigui éd., Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng, vol. 5, p. 174.

Le canthus doit être long et resserré, fin et élevé ; les muscles du dessus de l’œil doivent être visibles sans chair molle et doivent être anguleux. C’est pourquoi le canthus d’un cheval est long plutôt que court, resserré plutôt qu’étiré, fin plutôt que gros, élevé plutôt qu’abaissé, les muscles visibles sans chair molle plutôt qu’épais et recouverts de poils, anguleux plutôt qu’arrondis. Il existe quatre types de motifs dans les plis du canthus : la craquelure de la carapace de tortue brûlée, la roue de char, l’équerre, le sabot de cerf, qui sont la marque infaillible d’un cheval de premier ordre. Le cheval dont le canthus est caché l’est également. De même en va-t-il pour le cheval dont le canthus resserré est caché et qui, jusqu’en dessous de l’oreille, forme comme une bosse de la taille d’une pêche. Les chevaux dont les muscles de derrière l’œil affleurent en une excroissance de la taille d’un ver à soie ont un bon destin ; ceux dont ces muscles affleurent en une excroissance de la taille d’un jujube sont des « trésors nationaux » ; ceux dont ces muscles affleurent en une excroissance de la taille d’un noyau de jujube sont rares dans le monde. Un cheval dont les muscles situés derrière l’œil forment une coupure est un bon cheval ; à deux coupures, c’est encore un bon cheval, mais fougueux ; à trois coupures, c’est un cheval qui sera vraisemblablement difficile à maîtriser ; s’ils affleurent comme les ergots d’un coq, la bête sera du matin au soir difficile à maîtriser. Les chevaux dont les muscles autour de l’œil sont creux et sans chair ne sont pas de bons coursiers. Quand le canthus d’un cheval est resserré, il peut l’être près de l’oeil, ce qui donne des yeux « en pointe », ou loin de l’œil, ce qui donne lieu à la croissance des muscles situés derrière l’œil. Les chevaux dont le canthus n’est pas resserré sont des chevaux de mauvaise qualité d’un premier type ; ceux dont le canthus est grand et arrondi, des mauvais chevaux d’un deuxième type, et ceux dont le canthus ressemble à des branches en forme de serres d’oiseau sont un troisième type de mauvais chevaux.
On peut juger de la qualité, de la capacité, de la vitesse et de l’endurance d’un cheval en observant ses orbites et ses canthus. Si ses orbites sont longues, saillantes, et se resserrent horizontalement, ces trois qualités réunies en font un cheval de premier ordre. Les chevaux aux orbites profondes et longues sont puissants ; ceux aux orbites saillantes ont de bonnes qualités ; on peut confier sa vie à ceux dont les orbites se resserrent. Les chevaux dont les orbites sont profondes plutôt que plates, longues plutôt que courtes, visibles, saillantes plutôt qu’arrondies et resserrées horizontalement plutôt que verticalement, dont les orbites sont hautes plutôt que rabaissées, resserrées plutôt qu’élargies (sont donc meilleurs). Les chevaux dont les orbites sont peu profondes et courtes sont de mauvaises bêtes de premier type ; ceux dont les orbites sont resserrées verticalement et ne saillent pas sont des mauvaises bêtes de deuxième type ; ceux dont les orbites se courbent sans se resserrer sont des mauvaises bêtes de troisième type29.
角欲長欲約,欲細欲危;陰欲裎無肉,欲廉。故長殺 短,約殺不約,細殺大,危殺不危,裎無肉殺厚革遂毛,廉 殺不廉。角成卜者、車輪者、距者、麋蹄者,此四章得一 物,皆國馬也。角或沒不見者,國馬也。或約不見,至耳 下乃起如桃者,亦國馬也。陰危如繭,則命善;如棗,爲國 寶;如棗覈,天下弗得。·陰或壹絕者,良馬也;再絕者, 良怒馬也;三絕者,怒恐不可止矣。·陰之生如雞踞者,朝 至暮怒不可止。陰陽間虛無肉者,馬不走。角有約束,其 約近目,殺目。其約束遠目者,陰乃生。·角不約者,一駑 也;大而不廉者,二駑也;爪枝者,三駑也。
·凡眶角所以相材久及肢能下節徐疾及徵表也。眶能 博長裎廉,橫約盡具,此三材具矣,國馬也。博長者,力 也,裎【廉】者,材氣也;橫約者,死生也。故博勝淺,長 勝短,裎勝不裎,廉勝不廉,橫勝縱,高前勝伏,約勝不 約。·眶淺而短者,一駑也;縱而不廉者,二駑也;曲而不 約者,三駑也。

23Le texte explique également comment les cils, la taille et le brillant de l’œil peuvent aider à déterminer si un cheval est un bon coureur :

  • 30 Ibid., p. 175.

La règle énonce que si les yeux d’un cheval sont très bombés, le cheval sera un bon coureur ; s’ils ne le sont que relativement, le cheval sera un coureur moyen. Si les yeux d’un cheval sont très bombés mais qu’il court mal, qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’ils sont trop bombés et globuleux. S’ils ne sont ni trop bombés ni globuleux mais qu’il court quand même mal, qu’est-ce que cela veut dire ? Que les yeux ne peuvent pas bouger avec vivacité dans les orbites. S’ils peuvent bouger avec vivacité, mais qu’il court quand même mal, qu’est-ce que cela veut dire ? Que la lueur des yeux n’est pas saine et que les yeux bougent plutôt lentement. Si la lueur est saine et que les yeux bougent avec vivacité, mais qu’il court quand même mal, qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’il ne peut pas cligner des yeux et voir la racine de ses cils. S’il peut cligner des yeux et voir la racine de ses cils, mais qu’il ne peut pas courir, qu’est-ce que cela veut dire ? Que les poils autour de ses orbites ne forment pas un cercle. Si les poils forment un cercle, mais qu’il ne peut pas courir, qu’est-ce que cela veut dire ? Que les poils sont enroulés sans laisser passer le moindre filet de lumière, que les yeux sont entiérement cachés derrière les poils, que les veines du blanc des yeux ne cessent de palpiter et que les yeux ne peuvent se fermer à moitié.30
法曰:眼,大盈大走,小盈小走。〔大盈〕而不走,何 也?是溢而暴者也。不溢不暴而不走者,何?前不能大扜, 眼不能後傅者也。大扜後【傅】而不走者,何也?是光澤不 善,而動搖遲者也。有光澤動搖疾而不走者,何也?是【 眼】不能反復,時見睫本者也。能反復,時見睫本,而不能 走者,何也?是毛不能環涂。環涂而不走者,【何也?毛】 糾不能纖,匿垌均竟後怒,狄筋不躁動,不能半復眼者也。

24Les interprétations complètent les explications données ci-dessus en abordant en quoi la hauteur des yeux et les dessins formés par la peau ou les poils autour donnent une idée de l’endurance d’un cheval ; ils restent cependant très mystérieux :

  • 31 Ibid., p. 179-180.
  • 32 Au sujet de tuan 團 et fang 方, ici respectivement traduits par « arrondi » et « régulier », voir Zha (...)

Les yeux d’un cheval doivent être haut placés ; s’il en est ainsi, le cheval sera de qualité. Si à l’intérieur les orbites sont profondes et résistantes et qu’à l’extérieur elles sont serrées, il est inévitable que la plénitude des yeux persiste longtemps. Le vent sortant de la caverne fait s’envoler les fleurs qui se transforment en fruits ; les fleurs volant pendant mille li, les fruits poussent vigoureusement, de même il faut que les muscles dirigent, les yeux bougent alors, et si c’est ainsi, c’est un bon coureur. Si les tendons des yeux ne bougent pas, sa résistance sera grande. […] Si sur le bord des yeux, il y a un dessin de diagramme, et que ce diagramme est long comme une aiguille, le cheval sera de qualité. Comme l’eau des rivières qui coulent, et qui disparaît sans laisser de traces, il faut que les yeux fermés ne laissent paraître aucun indice ; s’il n’y a pas d’indice, la résistance du cheval sera grande. S’il y a de plus sur le bord des yeux une bosse élevée telle un tumulus, et que la partie arrière est la plus grande possible, et qu’à l’extérieur elle est la plus haute possible, qu’en verticale elle est la plus droite possible, que la partie arrondie est la plus régulière possible, tout cela désigne le canthus. Il faut que le canthus soit comme la forme de la craquelure de la carapace de tortue brûlée, qu’il soit régulier et qu’autour les branches soient nombreuses ; plus nombreuses elles sont, plus ce sera un excellent coursier. Si le canthus est régulier, le cheval pourra aller au devant des faveurs et éviter les malheurs. Il faut donc que le canthus soit régulier, s’il est humide, ce sera un excellent coursier31.
目欲高,高有材。中甚深固,外甚周密者,欲眼之盈堅 久。風穴然動,飛華轉實,華飛千里,實怒乃起者,欲陽上 挈,千眼乃搖,搖善走。眼節不搖,堅久。…… 欲目旁有 卦,卦長如箴,有材。江水流行,滅而無形者,欲目闉而 無朕,無朕堅久。旁有危封,後不厭高,外不厭聳,立不 厭直,團不厭方32──此皆角也。角欲如書卜,方而數,數 絕善行。壇曼平者,善走。方可馳福,可以逃凶者,欲角方 有,有雨,善行。

25On peut confronter ce texte avec les passages qui traitent du même sujet dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple :

  • 33 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 396-397.

Les yeux d’un cheval doivent être haut placés, et ses orbites régulières. Les os orbitaires doivent former un triangle, les prunelles, pourpres, brillantes et pleines d’éclat, ressembler à des clochettes suspendues. Un cheval dont les yeux ne sont pas uniformément pleins et dont la lèvre inférieure est serrée reste à distance des hommes ; si elle est de plus mince, le cheval ne mange pas suffisamment. Un cheval dont la pupille est traversée par une ligne blanche peut parcourir cinq cents li par jour ; si cette ligne traverse la pupille de bas en haut, il peut parcourir mille li. Un cheval avec des cils en bataille peut causer des blessures (à son cavalier). Un cheval aux yeux petits et présentant beaucoup de blanc s’effraye facilement. Un cheval avec peu de chair autour des pupilles est méchant. Un cheval dont les poils forment comme des tourbillons au-dessus des orbites peut vivre jusqu’à quarante ans ; s’ils se situent au milieu des os orbitaires, il peut vivre jusqu’à trente ans ; s’ils se situent sous les orbites, jusqu’à dix-huit ans ; sous les yeux, il ne durera pas longtemps. Un cheval dont on ne voit pas le blanc des yeux quand il regarde vers l’arrière avance en cercles et non en ligne droite. Un cheval doit avoir la prunelle des yeux jaune, les yeux grands et luisants, les paupières épaisses. Un cheval dont la partie supérieure du blanc de l’œil est sillonnée de nervures horizontales peut parcourir cinq cents li par jour ; un cheval dont les yeux en haut et en bas sont parcourus de nervures horizontales mille li. Un cheval dont les yeux présentent des lignes blanches est le fils d’un vieux cheval. Un cheval aux yeux rouges et aux cils en bataille est prompt à mordre. Un cheval dont les cils pointent vers l’intérieur de l’œil prend facilement le mors et peut causer des blessures [à son cavalier]. Un cheval dont les poils sous les yeux poussent à l’horizontale n’est pas bénéfique pour l’homme. Un cheval dont on peut lire le caractère « feu » (火) dans l’œil peut vivre jusqu’à quarante ans. Un cheval dont les paupières sont longues d’un pouce peut parcourir trois cents li par jour. Un cheval doit avoir de grands yeux étirés. Si les poils sous les yeux d’un cheval forment des tourbillons, on dit qu’ils sont « prêts à recevoir des larmes », ce qui n’est pas bénéfique pour l’homme. Un cheval dans les yeux duquel on peut distinguer les cinq couleurs réunies peut parcourir cinq cents li par jour et vivre jusqu’à quatre-vingt-dix ans. Les yeux d’un bon cheval sont à dominante rouge, du fait du sang ; ceux d’un mauvais cheval sont à dominante sombre, du fait du foie ; ceux d’un cheval rapide sont à dominante jaune, du fait des intestins ; ceux d’un cheval intelligent sont à dominante blanche, du fait des os ; ceux d’un [caractères manquants] sont à dominante noire, du fait des reins. Avec un mauvais cheval, il faut un fouet pour le conduire. Un cheval blanc aux yeux noirs n’est pas bénéfique pour l’homme. Un cheval dont l’œil présente beaucoup de blanc et qui adopte un regard de refus est craintif et s’effraye d’un rien33.
馬眼欲得高,眶欲得端正,骨欲得成三角,睛欲得如懸 鈴、紫豔光。目不四滿,下唇急,不愛人;又淺,不健食。 目中縷貫瞳子者,五百里;下上徹者,千里。睫亂者傷人。 目小而多白,畏驚。瞳子前後肉不滿,皆凶惡。若旋毛眼眶 上,壽四十年;值眶骨中,三十年;值中眶下,十八年;在 目下者,不借。睛卻轉後白不見者,喜旋而不前。目睛欲得 黃,目欲大而光,目皮欲得厚。目上白中有橫筋,五百里; 上下徹者千里。目中白縷者,老馬子。目赤,睫亂,齧人。 反睫者,善奔,傷人。目下有橫毛,不利人。目中有“火” 字者,壽四十年。目偏長一寸,三百里。目欲長大。旋毛在 目下,名曰“承泣”,不利人。目中五采盡具,五百里,壽 九十年。良,多赤,血氣也;驽,多青,肝氣也;走,多 黃,腸氣也;材知,多白,骨氣也;材□,多黑,腎氣也。 驽,用策乃使也。白馬黑目,不利人。目多白,卻視有態, 畏物喜驚。

26Le Recueil des préposés à l’élevage des étalons (Simu anji ji 司牧 安骥集) des Tang est moins complexe, car il privilégie une approche pratique. En voici le début du premier chapitre, intitulé « Traité sur l’art de juger d’un bon cheval » (« Xiang liang ma lun » 相良馬論) :

  • 34 Li Shi 李石 et al., Simu anji ji jiaozhu 司牧安驥集校注 (Recueil des préposés à l’élevage des étalons), édit (...)

Les yeux des chevaux doivent être haut placés, pleins et luisants, grands et brillants et doivent être de plus allongés. Un cheval aux grands yeux a un grand cœur, il peut fournir un effort intense et n’est pas craintif. Les pupilles doivent être comme des clochettes suspendues, être de plus jaunes, brillantes et d’un éclat pourpre. Les flancs d’un cheval doivent être de petite taille et réguliers. L’encolure doit être courbe comme un arc, les jambes droites. Les os des orbites doivent former un triangle, les paupières doivent être épaisses34.
馬眼欲得高,又欲得滿而澤,大而光,又欲得長大。目 大則心大,心大則猛利不驚。目睛欲得如垂鈴,又欲得黃, 又欲得光而有紫豔色。箱欲小,又欲得端正,上欲得弓曲, 下欲直。骨欲得成三角,皮欲得厚.

  • 35 Yu Benyuan 喻本元, Yu Benheng 喻本亨, Zhongguo nongye kexue yuan zhongshou yi yanjiu suo 中國農業科學院中獸醫研究所 (C (...)

27Comme les yeux sont un indice important dans l’identification d’un bon cheval, un texte rimé sur le traitement des maladies de l’œil intitulé « Dix poèmes sur les symptômes des yeux » (« Yan hou shi shou » 眼候十首) est consigné dans ce même chapitre. Les textes sur les yeux ont été utilisés et complétés jusque sous les Ming (1368- 1644), ce qu’atteste le Recueil de traitements des maladies équines des frères Yu, Yuan et Heng (Yuan Heng liaoma ji 元亨療馬集)35.

  • 36 Luo Zhenyu, Wang Guowei, Liusha zhui jian, p. 95.

28Luo Zhenyu et Wang Guowei disent de l’expression jianben 間本, utilisée sur la latte de bambou de la fig. 1 : « Nous ne savons pas de quelle partie du cheval il s’agit. On trouve dans l’Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’Empereur (Taiping yulan 太平御覽, vol. 896) la citation suivante, tirée du Livre de la physiognomonie du cheval (Bole xiangma jing 伯樂相馬經) : “Un cheval dont le suxia est distant de quatre pouces de son feimeng peut parcourir mille li par jour”. Jianben serait-il le terme utilisé pour désigner la partie entre suxia et fanlian ? Ou bien, si l’on lie cette phrase aux deux qui précèdent, il pourrait s’agir de la partie entre les yeux et les oreilles36. » Nous estimons que leur deuxième hypothèse est la plus pertinente.

29Pour résumer grossièrement le message du manuscrit sur lattes de bambou, un cheval aux « petits intestins », au « ventre plat », aux oreilles et à la rate petites, aux yeux haut placés, et dont l’intervalle entre les yeux et les oreilles fait environ quatre pouces est un bon coureur qui peut parcourir six cents li par jour, en plus d’être un animal doux et compréhensif.

  • 37 Dunhuang Han jian, planche 81, commentaires p. 251.
  • 38 Fu Junlian 伏俊璉, Yang Xiaohua 楊曉華, « Dunhuang wenxue de shangyuan » 敦煌 文學的上源 (En amont de la littéra (...)

30On peut lire dans le manuscrit sur lattes de bambou no 843 datant des Han et découvert à Dunhuang : « Bole avait sa façon de faire (xing 刑) pour observer et juger les chevaux ; un cheval de quatorze-quinze ans n’a plus de couronne dentaire sur ses dents de la mâchoire inférieure37. » Les spécialistes en littérature estiment qu’il s’agit d’un document consignant des dictons populaires ; celui-ci décrirait les règles en vigueur chez les paysans en matière de physiognomonie du cheval38. Nous pensons pour notre part qu’il s’agit d’un vers tiré du Livre de la physiognomonie du cheval. Le caractère xing 刑 (règle, modèle) utilisé dans ce vers peut aussi s’écrire xing 形, ce qui rattache cette pratique au xingfa ; cela ne faisait aucun doute pour les gens d’alors. La phrase « n’a plus de couronne dentaire sur ses dents de la mâchoire inférieure » s’éclaire à la lumière des Principales techniques pour le bien-être du peuple :

  • 39 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 397-398.

Un cheval dont les dents ne sont pas d’aplomb n’est pas facile à diriger. Un cheval dont les dents sont écartées ne tient pas longtemps une allure rapide. Un cheval dont les dents ne sont ni pleines ni épaisses ne peut pas galoper longtemps. […] Chez un cheval de douze ans, les couronnes des deux dents du milieu de la mâchoire inférieure sont complètement lisses ; de treize ans, les couronnes des quatre dents du milieu de la mâchoire inférieure sont complètement lisses ; de quatorze ans, les couronnes des six dents du milieu de la mâchoire inférieure sont complètement lisses ; de quinze ans, les deux dents du milieu de la mâchoire supérieure sont creusées ; de seize ans, les quatre dents du milieu de la mâchoire supérieure sont creusées (l’observation des dents de la mâchoire supérieure doit toujours s’accompagner d’une observation des dents de la mâchoire inférieure). Chez un cheval de dix-sept ans, les six dents du milieu de la mâchoire supérieure sont creusées ; de dix-huit ans, les couronnes des deux dents du milieu de la mâchoire supérieure sont complètement lisses ; de dix-neuf ans, les couronnes des quatre dents du milieu de la mâchoire supérieure sont complètement lisses ; de vingt ans, les couronnes des six dents du milieu de la mâchoire supérieure sont complètement lisses39.
齒,左右蹉不相當,難御。齒不周密,不久疾;不滿不 厚,不能久走。…… 十二歲,下中央兩齒平;十三歲,下中 央四齒平;十四歲,下中央六齒平。十五歲,上中央兩齒 臼;十六歲,上中央四齒臼;若看上齒,依下齒次第看。十 七歲,上中央六齒皆臼。十八歲,上中央兩齒平;十九歲, 上中央四齒平;二十歲,上下中央六齒平。

31Dans la bouche d’un cheval de quatorze-quinze ans, les six dents du milieu de la mâchoire inférieure sont donc lisses. La durée de vie moyenne d’un cheval se situant entre trente et trente-cinq ans, un cheval est en pleine maturité à quatorze-quinze : c’est l’âge auquel sa condition physique et sa force sont à leur apogée. La physiognomonie doit donc permettre de repérer de bons chevaux se situant dans cette tranche d’âge-là.

  • 40 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, Gansu sheng bowu guan 甘肅省博物馆, Wenhua bu gu wenxian y (...)

32Nous avons également découvert dans l’ouvrage Nouveaux textes sur lattes de bambou de Juyan (Juyan xin jian 居延新簡) le fragment suivant, tiré du texte E.P.T59 : 893B : « Memorandum à l’attention des préposés […] en charge de l’évaluation des chevaux » (« qiu xiangma cao shi » 求相馬.曹示)40. Le terme « memorandum » (shi 示) est la marque d’un document officiel, ce qui prouve que la physiognomonie n’était pas une pratique populaire bas de gamme mais qu’elle servait également dans l’armée ou dans les services des administrations locales chargés de l’équipage et de l’élevage des chevaux.

  • 41 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所, « Gansu Dunhuang Handai Xuanquan zhi yizhi fajue jian (...)
  • 42 Zhongguo wenwu yanjiu suo 中國文物研究所, éd., Dunhuang Xuanquan Yueling zhaotiao 敦煌懸泉月令詔條 (Règles impéria (...)
  • 43 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian neirong gaishu » 敦煌懸泉漢簡 (...)
  • 44 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian shiwen xuan » 敦煌懸泉漢簡釋文選 (...)
  • 45 Cf. Hao Shusheng 郝樹聲, Zhang Defang 張德芳, Xuanquan Han jian yanjiu 懸泉漢 簡研究 (Étude des textes sur latt (...)
  • 46 Pour plus de précisions sur l’histoire des connaissances concernant Xuanquan, cf. Ma Zhiquan 馬智全, « (...)

33Entre 1990 et 1993, le Centre de recherches archéologiques du Gansu a mené de nombreuses fouilles à Xuanquan, un site qui date de la dynastie des Han et qui se trouve à côté de Tianshui jing 甜水井 à Dunhuang : ont ainsi été mis au jour de très nombreux documents, dont 23000 sur lattes de bambou et planchettes de bois, mais aussi des écrits sur soie, sur papier, ainsi que des inscriptions murales41. En dehors des Règles impériales d’ordonnances mensuelles (Yueling zhaotiao月令詔條) qui ont été publiées42, les textes sur lattes et planchettes n’ont eu droit qu’à une présentation d’ensemble43 ; seule une partie d’entre eux ont été expliqués44, quelques-uns ont fait l’objet de recherches publiées45. Malgré la quantité de documents exhumés46, les vingt dernières années n’ont pas suffi à ce qu’ils soient publiés dans leur intégralité. Un exemplaire du Livre de la physiognomonie du cheval pourrait en faire partie, mais nous ne disposons malheureusement pas de plus amples précisions.

34Les passages du manuscrit sur lattes de bambou cités ci-dessus ont beau n’être que des fragments, le fait qu’ils aient été trouvés à Dunhuang est très significatif : cela révèle qu’en tant que dernier avant-poste chinois avant le grand Ouest, Dunhuang était le lieu de passage obligé des soldats et des marchands ; leur outil de travail étant leurs montures, on comprend mieux pourquoi l’art de l’élevage et la physiognomonie du cheval y étaient particulièrement développés.

III

35Si très peu de documents historiographiques ont à ce jour été découverts à Dunhuang, les bribes de textes de divination sur les choses de la haute antiquité ont en revanche trouvé un écho dans les recueils de vœux et de textes rituels et dans des ouvrages encyclopédiques plus tardifs. La valeur de ces documents est extrêmement précieuse du point de vue des chercheurs : ils leur ont en effet permis de comparer les pratiques de physiognomonie appartenant à des époques différentes. Les trois textes de modèles pour l’expression de vœux intitulés « Cheval » (ma 馬), « Bœuf » (niu 牛) et « Chien » (quan 犬) sont consacrés au deuil de ces animaux. Ils figurent respectivement dans P. 2547, P. 3545 et S.5637 et offrent un contenu très similaire malgré un style quelque peu différent : on peut en déduire qu’ils proviennent tous originellement du même livre. Les trois manuscrits dans lesquels ils apparaissent ont été composés entre les viiie et xe siècles, époque à laquelle ce type de textes était le plus en vogue. Huang Zheng 黃徵 a annoté S.5637 et l’a intitulé « Modèles de textes à la mémoire de parents décédés » (Wang kaobi wen fanben deng 亡考妣文範本等). Ces trois textes sont mentionnés dans le sixième chapitre d’Écrits divers (Zhu zapian di liu 諸雜篇第六) et étoffés d’un sous-titre, ce qui nous a aidé dans notre quête des traces laissées par la physiognomonie des animaux domestiques dans le Dunhuang de l’époque médiévale. En effet, ce n’est pas parce qu’aucun document postérieur à la dynastie des Han du type du Livre de la physiognomonie du cheval n’a à ce jour été découvert à Dunhuang que la physiognomonie du cheval y avait disparu à l’époque médiévale. Citons tout d’abord le texte de vœux intitulé « Cheval » :

  • 47 « Orner » traduit le terme chinois zhuangyan 莊嚴, qui désigne le transfert de mérites, acquis pendan (...)
  • 48 S.5637, voir Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉, Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文 集 (Recueil de vœux de Dunhuang), C (...)

De nos jours, le souhait qu’exprime le commanditaire présentant un brûle-encens devant l’autel est le suivant : l’excellent destrier dont il s’est longtemps servi venant de mourir, il souhaite organiser une cérémonie propitiatoire pour lui obtenir des mérites. Il pense humblement qu’il est loyal et sage, bienveillant et charitable, qu’il chérit de la même manière nobles et roturiers, a la même compassion pour les riches et les pauvres. Son cheval marchait sur les traces des excellents et rapides coursiers, doté d’un bon caractère ; sa robe était couleur fleur de cerisier, ses yeux brillants comme des miroirs suspendus ; sa crinière se dressait fièrement, son poitrail était large, son nombril petit, son ventre plat. Sa colonne élevée rappelait la crête d’une montagne, ses côtes étaient serrées comme des tresses. Quand on lui laissait les rênes sur les hauts plateaux, il galopait à son aise, tel un nuage dérivant dans le ciel ; si, dans les plaines, on levait son fouet pour qu’il accélère, on aurait dit une étoile filante fendant le brouillard ; il émettait un bruit sourd sur la grande voie filant vers l’Est et hennissait à pleins poumons face au vent du Nord. Il était attaché à son maître qu’il voyait comme un personnage d’une grande sagesse ; il considérait sa bienfaisance comme celle d’un bon seigneur. Soudain, les occasions de galoper deviennent rares, de mettre les rênes peu fréquentes ; son âme s’en est allée avec les éclairs pour ne plus revenir, son ombre s’est évanouie à jamais avec le vent léger. Il a disparu, semblable aux traces d’un dragon ; il ne reste plus rien, qu’une forme semblable à un cerf. Son maître se souvient comme il l’emmenait loin au galop et se rapelle les souffrances qu’il a endurées pour lui. On ne fait plus les louanges de ce nuage sans ombre filant dans le ciel, la porte de Wu perd ainsi son nuage annonciateur de victoire ; la voiture à cheval courant comme une eau vive est aujourd’hui immobile. Mais, tout comme les fleurs de Wei qui ont un parfum incomparable ne souffrent plus d’autres fleurs, son maître sait qu’il ne trouvera jamais aussi bon cheval. Même si ce qu’il a enduré pour lui a rapidement disparu, son maître éprouve de la nostalgie ; c’est cette tristesse profonde qui l’a incité à organiser cette cérémonie. C’est pourquoi en ce jour nous avons préparé ce rituel, disposé des mets sacrificiels et brûlé de l’encens, autant de richesses qui lui serviront dans son voyage dans le monde obscur.
Que les mérites de cette cérémonie, les excellentes causes innombrables soient offertes et utilisées pour orner47 le changement de conscience du défunt cheval. Nous prions pour qu’il soit à jamais séparé des trois mauvaises conditions de renaissance (enfer, animal, esprit affamé), qu’il dise pour toujours adieu aux huit difficultés (empêchant l’illumination) ; qu’il puisse voir le protecteur Maitreya et assumer sa nature originelle de Bouddha, entendre le dharma et se libérer du cycle des renaissances ; qu’il puisse revêtir une forme parfaite et qu’il se trouve dans le monde de l’« ainsité » (Tathatā). Qu’il puisse dépasser immédiatement les six voies de la renaissance afin d’atteindre au plus tôt la porte unique ; qu’il surpasse les quatre modes de naissance et qu’il atteigne rapidement [la nature de Bouddha sous l’arbre] des fleurs de Dragon. De plus que ces excellents mérites soient secondairement utilisés pour orner, etc.48
厥今坐前齋主捧爐啓願所申意者,奉爲駿馬日久,今已 之亡,設齋祈願諸(之)福會也。伏惟齋主宿懷忠惠(慧) ,素葉仁慈;愛育洽於高卑,哀慜(愍)談於貴錢(賤)。 其馬乃神蹤駿驟,性本最良;色類桃花,目如懸鏡;鬃高臆 闊,臍小腹平。從(聳)骨起而成峰,長肋密其如辯(辮) 。騁高原以縱辔,狀浮雲之飏天;馳豐草以飛鞭,等流星之 入霧;陵東道而潛響,望北風而長嘶;戀主比於賢良,識恩 同於義公。忽以驅馳失候,檢馭乖常;魂蹑電而不還,影逐 風而莫返。已絕如龍之迹,空留似鹿之形;裔(憶)其致遠 之功,念以代勞之效。不謂浮雲滅影,吾(吳)門無曳練之 徵;流水停車,魏花絕尋香之智。既而代勞以速,便生念惜 之情;怆悼逾深,遂發壇那之會。故於是日,以建齋筵;列 饌焚香,用資幽路。以斯設齋功德、 無限勝因,總用莊嚴 亡馬轉識:惟願永離三途,長辭八難;觐慈尊而窮本性,聞 政(正)法以稽無生;共圓寶相之姿,等會真如之境。頓超 六道,早登不二之門;因越四生,速德(得)龍花之首。又 持勝福,次用莊嚴(云云)

  • 49 Danielle Eliasberg 艾麗白, « Shanggu he zhonggu shidai Zhongguo dongwu de sangzang huodong » 上古和中古時代中國 (...)

36Danielle Eliasberg a cité ce texte pour évoquer les pratiques funéraires et sacrificielles liées aux animaux49, sans aller plus loin. Nous nous intéresserons quant à nous à la partie traitant de la physiognomonie du cheval. Le maître de cérémonie dont il est question, afin d’exprimer à quel point le « sentiment de perte » à l’égard du cheval mort est « profond et douloureux », fait tout un panégyrique de son allure et de son caractère. Pour autant, et malgré l’emphase adoptée, ce discours est parfaitement fondé et chaque mot a sa place : la preuve en est dans les livres traitant de la physiognomonie du cheval. C’est ce que nous allons maintenant étudier.

  • 50 Pour la question de la couleur des animaux sacrifiés au cours des cérémonies et des pratiques divin (...)
  • 51 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 386, 389.
  • 52 Simu anji ji jiaozhu, p. 29-30.
  • 53 Yang Shiqiao 楊時喬, Xinke ma shu 新刻馬書 (Nouvelle édition du livre sur les chevaux), commentaires de Wu (...)

37La robe d’un cheval est une donnée cruciale pour juger de la qualité d’un cheval. Dans d’anciennes inscriptions trouvées à Yin Xu 殷墟 (dynastie des Shang, ca 1300-1046) figurent des augures obtenus un jour wuwu 戊午 (binôme sexagésimal no 55), faisant état de l’influence, sur les résultats de la chasse, de la robe et du type de chevaux attelés au char du roi50. Dans le sixième chapitre des Principales techniques pour le bien-être du peuple, on peut lire : « Les chevaux bais, ceux aux épaules noires, ceux avec le pelage d’un cerf, avec [caractère manquant], avec des taches rondes grises et blanches, avec un poil blanc à crins sombres sont de bons chevaux ». Le commentaire de Miao Qiyu à ce propos précise : « Il existait des noms différents pour chaque robe et chaque emplacement de taches blanches dès l’époque du Livre des Odes (Shijing 詩經). Robe et condition physique sont liées. De nos jours, on considère encore que les robes noires, alezanes ou baies sont les plus belles, que les chevaux alezans et noirs sont les plus puissants et que « les chevaux noirs vivent vieux »51. » Si la robe n’est pas belle, qu’elle présente des défauts ou des motifs non auspicieux pour le propriétaire du cheval, on parle de maobing 毛病, littéralement « défaut de robe » ; ce mot, qu’on utilise aujourd’hui au sens figuré pour parler de défaut, d’imperfection ou de vice, tire donc son origine de la physiognomonie du cheval. Le Recueil des préposés à l’élevage des étalons présente un texte rimé sur les défauts de robe les plus classiques, intitulé « Dix défauts de robe », qui a un intérêt pratique évident52. Dans la Nouvelle édition du livre sur les chevaux (Xinke ma shu 新刻馬書), composée sous les Ming et conservée jusqu’à ce jour53, il est expliqué que la robe a toujours été le premier sujet de préoccupation de la physiognomonie du cheval. Ainsi, lorsque dans le texte « Cheval » du Livre des jours de Shuihudi il est question d’une robe « couleur fleur de cerisier », il s’agit d’un éloge, qui implique que le cheval en question disposait d’une excellente condition physique et ne présentait aucun défaut de robe.

38Dans le même texte on peut lire « ses yeux brillants comme des miroirs suspendus », ce qui veut dire que ce cheval avait des yeux vifs et brillants. Les yeux étaient un autre critère prépondérant pour la physiognomonie ; tous les livres, quelle que soit leur date de composition, insistent amplement sur ce point. Grâce aux citations précédentes, on peut faire le lien avec les yeux « brillants comme des miroirs suspendus » du texte de Dunhuang sur le rituel funéraire dédié à un cheval, les yeux « haut placés » du manuscrit sur lattes de bambou des Han, « les orbites sont carrées, le regard profond, et la couleur des yeux claire » de l’exemplaire sur soie des Commentaires sur le Livre de la physiognomonie du cheval – « Chapitre sur comment juger à partir des yeux », « les yeux d’un cheval doivent être haut placés […], les prunelles pourpres, brillantes et pleines d’éclat, semblables à une clochette suspendue » des Principales techniques pour le bien-être du peuple. On peut ainsi voir que les yeux sont un critère à part entière depuis très longtemps.

39Les phrases « sa crinière se dressait fièrement, son poitrail était large, son nombril petit, son ventre plat. Sa colonne élevée rappelait la crête d’une montagne, ses côtes serrées comme des tresses » reprennent chacune différents points évoqués dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple.

40« Sa crinière se dressait fièrement » (zong gao 鬃高) : on lit dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple : « La crinière doit être déployée et l’os central haut de trois pouces. Crinière et os central sont la même chose. » Miao Qiyu a ajouté ici : « La crinière doit protéger le crâne ; « déployée » veut dire que la crinière doit bien tout recouvrir. »

41« Son poitrail était large » (yi kuo 臆闊) correspond dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple à la phrase : « La poitrine doit ressortir, et le poitrail être large. » Yi désigne la partie supérieure du poitrail. Les Principales techniques pour le bien-être du peuple donnent à un autre endroit les mensurations idéales du ying 膺 ou partie inférieure du poitrail :

Le ying doit être large ; s’il est large de plus d’un pied, on l’appelle « xiechi » 挾尺 (xie peut être aussi fu 扶), « large d’un pied », c’est le signe d’un cheval endurant. La nuque doit être carrée, les machoires avancées. La gorge doit être courbe et profonde. La poitrine doit être droite et saillante.
膺下欲廣一尺以上,名曰“挾一作扶尺”,能久走。“ 鞅”欲方。頰前。喉欲曲而深。胸欲直而出。

42Miao Qiyu note ici : « Ying désigne la partie inférieure du poitrail […], qui doit être large. Les chevaux satisfaisant à ce critère (au ying « large de plus d’un pied ») ne galopent pas vite mais longtemps (« c’est le signe d’un cheval endurant »). »

43Nous avons déjà développé l’expression « ventre plat » (fu ping 腹平). « Sa colonne élevée rappelait la crête d’une montagne » fait peut-être référence à la phrase : « La colonne doit se dresser et ressortir comme les tiges tressées d’une corbeille » des Principales techniques pour le bien-être du peuple. À l’instar de l’observation des yeux, dont traite spécifiquement le « Chapitre sur comment juger à partir des yeux », l’observation du squelette est une branche de la physiognomonie du cheval. On peut lire dans le vingt-quatrième chapitre du Hou Hanshu 後漢書 (Livre des Han postérieurs) intitulé « Biographie de Ma Yuan » (« Ma Yuan zhuan » 馬援傳) :

  • 54 Hou Hanshu 後漢書, Beijing, Zhonghua shuju, édition révisée, 1965, p. 840-841.

Ma Yuan aimait beaucoup monter à cheval, et savait repérer les chevaux de bonne réputation. À Jiaozhi, la population nommée Luoyue lui donna des tambours de bronze, qu’il fit fondre en formes de chevaux. Quand il revint à la cour, il les offrit à l’empereur. Pour cette raison, son mémoire présenté au trône disait : « Dans les cieux, nul ne peut rivaliser avec le dragon ; sur terre, nul ne peut rivaliser avec le cheval. Les chevaux sont ce sur quoi reposent les troupes et sont d’une grande utilité pour le pays. Par temps de paix, le cheval permet de faire la distinction entre vils et nobles ; en période troublée, il permet d’aplanir les difficultés dans les endroits reculés. Jadis, en présence d’un excellent coursier capable de parcourir mille li par jour, Bole, en le voyant, le reconnaissait sans le moindre doute. Plus récemment, un personnage nommé Zi Yu, qui venait de Xihe, connaissait lui aussi parfaitement les techniques de la physiognomonie. Il les transmit à Yi Changru de Xihe, qui les transmit à son tour à Ding Jundu, originaire de Maoling, qui les transmit à Yang Zi’a, de Chengji, que votre sujet a pris comme maître et qui ainsi a appris les techniques d’observation d’un cheval par son squelette. On se rend compte en pratiquant cette technique qu’elle est éprouvée et efficace. Votre misérable sujet estime qu’il vaut mieux voir de ses propres yeux que de s’en remettre aux on-dit, qu’il vaut mieux observer la forme de l’objet original que regarder son ombre. Si l’on veut observer les formes à partir d’un cheval vivant, la technique du squelette est difficile à mettre en œuvre, et de plus il n’est pas possible de la transmettre aux générations postérieures. Du temps de l’empereur Xiaowu vivait un homme du nom de Dong Menjing, qui excellait dans l’art de juger de la qualité d’un cheval ; il fit fondre des chevaux en bronze et les offrit à l’empereur. Un ordre impérial les fit installer à l’extérieur de la porte Lu Ban, qui fut rebaptisée Porte des chevaux de bronze. En s’appuyant respectueusement sur les enseignements de sieur Yi sur le licol, de sieur Zhongbo sur la bouche et les dents, de sieur Xie sur les lèvres et la crinière et de sieur Ding sur le tronc, votre sujet a réuni les observations du squelette de toutes ces écoles pour en faire une méthode. » Ses chevaux de bronze mesuraient trois pieds et cinq pouces de haut, et quatre pieds et cinq pouces de long. Un ordre impérial les fit placer devant le palais Xuande, estimant qu’il s’agissait-là des modèles de bons chevaux54.
援好騎,善別名馬,於交阯得駱越銅鼓,乃鑄為馬式, 還上之。因表曰:“夫行天莫如龍,行地莫如馬。馬者甲兵 之本。國之大用。安寧則以別尊卑之序,有變則以濟遠近之 難。昔有騏驥,一日千里,伯樂見之,昭然不惑。近世有西 河子輿,亦明相法。子輿傳西河儀長孺,長孺傳茂陵丁君 都,君都傳成紀楊子阿,臣援嘗師事子阿,受相馬骨法。考 之於〔行〕事,輒有驗效。臣愚以為傳聞不如親見,視景不 如察形。今欲形之於生馬,則骨法難備具,又不可傳之於 后。孝武皇帝時,善相馬者東門京鑄作銅馬法獻之,有詔立 馬於魯班門外,則更名魯班門曰金馬門。臣謹依儀氏 ,中 帛氏口齒,謝氏脣髻,丁氏身中,備此數家骨相以為法。” 馬高三尺五寸,圍四尺五寸。有詔置於宣德殿下,以為名馬 式焉。

  • 55 Gu Tiefu 顧鐵符, « Benma – Xiwu – Mashi » 奔馬·“襲烏”·馬式 (Chevaux au galop — Xiwu – Modèles de chevaux), K (...)
  • 56 Hu Pingsheng 胡平生, « « Mata feiniao » shi xiangma fashi »“馬踏飛鳥”是相馬法 式 (Les « chevaux galopant comme (...)
  • 57 Zhang Tinghao 張廷皓, « Xi Han liujin tong ma de kexue jiazhi » 西漢鎏金銅馬的科 學價值 (La valeur scientifique d (...)

44De très nombreux courants existaient donc dans l’art de l’observation du squelette, que défendaient fermement leurs partisans ; aussi, la transmission de cet art s’est faite très méthodiquement. L’enseignement qu’a reçu Ma Yuan (14 ACE – 49 CE) de la bouche de Zi’a appartient au courant dit de Ziyu de Xihe. Ce n’est pas Ma Yuan qui eut l’idée de se servir de chevaux de bronze comme modèle, ainsi que l’atteste l’histoire faisant intervenir l’empereur Xiaowu 孝 武帝 (157-87) ; il l’emprunta à des prédécesseurs et l’étoffa. En 1969, une tombe du site Leitai 雷臺 à Wuwei 武威 dans le Gansu révéla des statuettes en bronze de « chevaux galopant comme des oiseaux en vol » (mata feiniao 馬踏飛鳥). Gu Tiefu 顧鐵符 estime que ce sont les modèles de référence dont se servaient les physiognomonistes, et très probablement des répliques des chevaux de bronze forgés par le célébrissime général des Han Ma Yuan55. S’il manifeste son soutien à cette théorie, Hu Pingsheng 胡平生 n’est pas certain qu’il s’agisse de répliques des modèles fondus par Ma Yuan : elles seraient plutôt les répliques de modèles ayant servi à d’autres branches de la physiognomonie56. Zhang Tinghao 張廷皓 avance quant à lui qu’il devait exister deux types de ces modèles : le premier, statique, servant à s’assurer de la bonne croissance de chacune des parties du corps du cheval, et le deuxième, en mouvement, à s’assurer de sa capacité de résistance à l’effort du cheval. Les figurines de bronze et d’or datant des Han de l’Ouest exhumées à l’est de Maoling 茂陵 correspondraient au type statique ; le type dynamique serait pour sa part illustré par les « chevaux galopant comme des oiseaux en vol ». Il existe de plus les paravents de terre gravés du mausolée de Tianma 天馬 en Corée du Nord ornés de chevaux marchant, d’autres dessins datant des Han gravés sur pierre dans le tombeau de Wu Liang 武梁 (province du Shandong) et des peintures funéraires murales datant de la période des Seize Royaumes découvertes à Dingjia zha 丁家閘 (district de Jiuquan 酒泉 dans le Gansu), représentant des chevaux s’élevant dans les airs. Tous ces dessins s’inspirent des allures des meilleurs chevaux du Royaume des territoires de l’Ouest, Dayuan 大宛57.

***

45Nous espérons que la présente étude aidera à mieux comprendre les documents et les objets relatifs à la physiognomonie du cheval. Les modèles sont sans nul doute un indicateur de la standardisation des pratiques liées à cet art. C’est probablement parce que les pratiques d’observation du squelette et des yeux étaient arrivées à un très haut niveau de spécialisation, ce qu’atteste en premier lieu l’apparition de modèles, que le texte « Cheval » de Shuihudi insiste fortement sur ces deux parties du corps (Fig. 3).

Fig. 3 : statue de bronze du « cheval galopant comme un oiseau en vol », exhumé d’une tombe de Leitai à Wuwei (province du Gansu), Musée du Gansu.

Fig. 3 : statue de bronze du « cheval galopant comme un oiseau en vol », exhumé d’une tombe de Leitai à Wuwei (province du Gansu), Musée du Gansu.

46« Ses côtes serrées comme des tresses » tend à indiquer que plus les côtes d’un cheval sont nombreuses et denses, plus il est endurant. On peut lire dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple :

  • 58 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 398-404.

En partant de la queue, si l’on compte dix côtes, le cheval est ordinaire ; onze, il peut parcourir cinq cents li par jour ; douze, il peut parcourir mille li par jour ; plus de treize, c’est un « cheval céleste », mais seul un sur plus de dix mille peut y prétendre. Il est aussi dit qu’un cheval présentant treize côtes peut parcourir cinq cents li par jour, et quinze côtes plus de mille »58.
從后數其脅肋,得十者凡馬;十一者,五百里;十二 者,千里;過十三者,天馬,萬乃有一耳。一云:十三肋五 百里,十五肋千里也。

  • 59 Li Quan 李筌, Shenji zhi di Taibai yin jing 神機制敵太白陰經 (Livre secret de Vénus des procédés divins pour (...)
  • 60 Han E 韓鄂, Sishi zuanyao jiaoshi 四时纂要校释 (Commentaires sur les Principales activités liées à chaque s (...)

47La dynastie des Tang voyait d’un autre œil le rapport entre le nombre de côtes et l’endurance d’un cheval. Dans le troisième chapitre du Livre secret de Vénus des procédés divins pour vaincre les ennemis (Shenji zhi di Taibai yin jing 神機制敵太白陰經), une section intitulée « Section 32 : Livre de la physiognomonie du cheval » (« Xiangma pian di san shi’er » 相馬篇第三十二) dit : « De manière générale, peu importe qu’un cheval soit grand, petit, gras ou maigre, s’il a douze ou treize côtes, il peut parcourir quatre cents li par jour ; quatorze ou quinze côtes, il peut en parcourir cinq cents59. » Dans les Principales activités liées à chaque saison (Sishi zuanyao 四時纂要) on peut lire : « Dans le Livre du cheval […] si l’on compte le nombre de côtes d’un cheval, dix est la marque d’un cheval ordinaire, onze d’un cheval pouvant parcourir cinq cents li par jour, treize d’un cheval pouvant parcourir mille li par jour, plus de treize d’un « cheval céleste »60. » Les différents livres abordant ce sujet se font donc chacun l’écho d’un avis différent ; pour autant, tous déclarent que « les côtes doivent être serrées », et que plus un cheval en a meilleur il est. C’est la raison pour laquelle le texte « Cheval » accentue le trait et mentionne des côtes « ressemblant à des tresses ».

  • 61 Xu Jian 徐堅 et al., Chuxue ji 初學記 (Traité des connaissances élémentaires), Beijing, Zhonghua shuju, (...)

48En plus de nous fournir une description physique d’un cheval fondée sur le Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing), le texte « Cheval » témoigne également d’une littérarisation des figures de style. Des documents datant d’avant les Qin tels que les Rites des Zhou (Zhou li 周禮) ou le Classique des montagnes et des mers (Shanhai jing 山海經) usent déjà de figures comparant le cheval à un dragon ou à un cerf. Il est question « de traces semblables à celles d’un dragon » et de corps « semblable à celui d’un cerf », des citations qui pourraient être tirées d’encyclopédies. À partir de la période allant des Wei aux Jin (220-420), de nombreuses encyclopédies recensant les citations littéraires dignes d’être reprises par les poètes voient le jour ; le genre encyclopédique est également très en vogue à Dunhuang durant la période des Tang et des Cinq Dynasties (907-960). Dans le chapitre vingt-neuf du Traité des connaissances élémentaires (Chuxue ji 初學記), dans une section intitulée « Bêtes », la partie « Comparaisons » mentionne « tel un dragon » et « comme un cerf » ; dans le Livre des Han postérieurs, on peut lire : « Après que l’impératrice Ma eut passé la porte Zhuolong, elle vit les siens lui présenter leurs hommages, tandis que sa voiture filait comme l’eau, traînée par des chevaux forts comme des dragons. » Dans le Hanfei zi 韓非子, Wei Sijun 衛嗣君 dit : « Les chevaux qui ressemblent à des cerfs valent mille onces d’or. Nous avons de tels chevaux mais pas un seul cerf valant une once d’or, pourquoi en est-il ainsi ? Parce que l’homme utilise le cheval et non le cerf61. » Dans ce même chapitre, on trouve une phrase quasi identique à une autre présente dans l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval et dans les Principales techniques pour le bien-être du peuple, si ce n’est qu’elle est retranscrite sous forme rimée : « Bole dit : La tête d’un cheval doit être comme un roi, droite et carrée ; les yeux comme un ministre, brillants ; la colonne comme un général, puissante ; le ventre comme une muraille, saillant ; les jambes comme un magistrat, grandes. » Le style et le langage diffèrent sensiblement de ceux de l’exemplaire sur soie, ce qui confirme qu’il ne s’agit pas de l’original du Livre sur la physiognomonie du cheval de Bole, composé avant les Qin, mais d’un ouvrage écrit pendant la période des Wei aux Jin et intitulé d’après ce texte. Les encyclopédies étant à la mode à Dunhuang, il doit exister des ouvrages semblables à ce Traité des connaissances élémentaires ; les différents sujets abordés appartenant tous à la même catégorie, les citations littéraires ont été elles aussi incluses.

  • 62 Yong Rong 永瑢 et al., Siku quanshu zongmu tiyao 四庫全書總目提要 (Notices bibliographiques du catalogue géné (...)

49Dans les bibliographies traditionnelles, les livres sur la physiognomonie des six animaux domestiques et des oiseaux sont traditionnellement rangés dans la catégorie « agriculture ». Conscients de cet état de fait, les fonctionnaires s’occupant de l’Anthologie impériale des Quatre Entrepôts (Siku quanshu 四庫全書) ont expliqué pourquoi les ouvrages agricoles étaient aussi nombreux et disparates : « C’est avant tout par contamination : le Livre sur la physiognomonie du bœuf (Xiangniu jing 相牛經) traite en effet de questions agricoles. Comme il s’apparente de par sa forme au Livre sur la physiognomonie du cheval, au Livre sur la physiognomonie de la grue (Xianghe jing 相鶴經), au Livre sur les éperviers (Ying jing 鷹 經), aux Notes sur les crabes (Xie lu 蟹錄), voire au Livre sur la physiognomonie des coquillages (Xiangbei jing 相貝經), ceux-ci ont donc également été intégrés dans cette catégorie ; l’Album sur les parfums (Xiang pu 香譜) et l’Album sur les monnaies (Qian pu 錢譜) ont subi le même sort. Comme les céréales font partie du domaine de l’agriculture, les ouvrages traitant de plantes potagères ont également fait leur entrée dans la catégorie, suivis de près par ceux portant sur les fleurs, les arbres fruitiers, les plantes en général, comme l’Album sur les bambous (Zhu pu 竹譜), l’Album sur les lychees (Lizhi pu 荔枝 譜), l’Album sur les oranges (Ju pu 橘譜), ainsi que l’Album sur les abricotiers du Japon (Mei pu 梅譜), l’Album sur les chrysanthèmes (Ju pu 菊譜), les Discours sur la fleur du Barringtonia asiatica de la princesse Tangchang (Tangchang yurui bianzheng 唐昌玉蕊辯證) et l’Album sur la fleur Hydrangea hortensia de Yangzhou (Yangzhou qionghua pu 揚州瓊花譜). Les agriculteurs s’intéressant particulièrement à l’élevage des vers à soie, le Classique du thé (Cha jing 茶 經) s’ajouta à cette liste, ce qui conduisit à y voir figurer l’ouvrage Histoire de l’alcool (Jiu shi 酒史), l’Album sur le sucre (Tangshuang pu 糖霜譜), l’Album sur les légumes (Shushi pu 蔬食譜) ainsi que des livres traitant de cuisine et de diététique comme les Recettes de Yi Ya (Yi Ya yi yi 易牙遺意) et les Principes d’une diète saine (Yin shan zhengyao 飲膳正要) »62. Nous ne nous poserons pas ici la question de savoir si la classification établie par les Notices bibliographiques des entrées de l’Anthologie impériale des Quatre Entrepôts (Siku zongmu tiyao 四庫總目提要) est pertinente, l’explication citée ci-dessus nous paraît trop forcée. Elle nous fournit, quoi qu’il en soit, l’occasion de « repenser » la chose sous un autre angle : si, de par leur nature, ces livres sur la physiognomonie mêlent bien concepts liés au xingfa et données relevant de l’histoire naturelle, n’oublions pas qu’au sens large, ils peuvent également être considérés comme des ouvrages agricoles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Liste des anonymes

Sans nom d’auteur, en chinois, « Cong Yunmeng Qin jian Rishu kan Qinguo de liuchu siyangye » 從雲夢秦簡日書看秦國的六畜飼養 業 (L’art Qin de l’élevage des six animaux domestiques à partir du manuscrit sur lattes Rishu de Yunmeng), Wenbo, no 6, 1989.

Sans nom d’auteur, en chinois, Dunhuang Han jian 敦煌漢簡 (Textes sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Dunhuang), Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肃省文物考古研究所 éd., Beijing, Zhonghua shuju, 1991.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian neirong gaishu » 敦煌懸泉漢簡内容概述 (Présentation du contenu des textes sur lattes de bambou datant des Han découvert à Xuanquan, Dunhuang), Wenwu, no 5, 2000.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian shiwen xuan » 敦煌懸泉漢簡釋文選 (Extraits commentés du contenu des textes sur lattes de bambou datant des Han découverts à Xuanquan, Dunhuang), Wenwu, no 5, 2000.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, Gansu sheng bowu guan 甘肅省博 物馆, Wenhua bu gu wenxian yanjiu shi 文化部古文獻研究室, Zhongguo shehui kexue yuan lishi yanjiu suo 中國社會科學院 歷史研究所, éds., Juyan xin jian – Jiaqu Houguan yu di si sui 居延 新簡 — 甲渠候官與第四燧 (Nouveaux textes sur lattes de bambou de Juyan. Jiaqu Houguan et la quatrième tour de guet), Beijing, Wenwu chubanshe, 1990.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng Wenwu kaogu yanjiu suo, éd., Dunhuang Han jian, 1991.

Sans nom d’auteur, en chinois, Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所, « Gansu Dunhuang Handai Xuanquan zhi yizhi fajue jianbao » 甘肅敦煌漢代懸泉置遺址發掘簡報 (Rapport des textes sur bois exhumés du site de Xuanquan datant des Han, Dunhuang, Gansu), Wenwu, no 5, 2000.

Sans nom d’auteur, en chinois, Hanshu 漢書, « Yiwen zhi » 藝文志, Beijing, Zhonghua shuju, version révisée de 1964.

Sans nom d’auteur, en chinois, Hou Hanshu 後漢書, Beijing, Zhonghua shuju, édition révisée, 1965.

Sans nom d’auteur, en chinois, Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu 馬王堆漢墓帛書整理小組, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shiwen » 馬王堆漢墓帛書相馬經釋文 (Commentaires de l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé dans une tombe des Han de Mawang dui), Wenwu 文物, no 8, 1977.

Sans nom d’auteur, en chinois, Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shiwen », 1977.

Sans nom d’auteur, en chinois, Shuihudi Qin mu zhujian zhengli xiaozu, éd., Shuihudi Qin mu zhujian 睡虎地秦墓竹簡 (Textes sur bambou trouvés dans une tombe des Qin à Shuihudi), Beijing, Wenwu chuban she, 1990.

Sans nom d’auteur, en chinois, Zhongguo wenwu yanjiu suo 中國文 物研究所, éd., Dunhuang Xuanquan Yueling zhaotiao 敦煌懸泉月 令詔條 (Règles impériales d’ordonnances mensuelles retrouvées à Xuanquan, Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2001.

Sans nom d’auteur, en chinois, Zhonguo jiandu jicheng bianji weiyuan hui 中國簡牘集成編輯委員會, éd., Zhongguo jiandu jicheng 中國簡牘集成 (Recueil complet des textes sur lattes de bambou et planchettes de bois en Chine), tome 3, Gansu sheng/ juan shang 甘肃省·卷上 (Premier livre : province du Gansu), Lanzhou, Dunhuang wenyi chubanshe, 2001.

Liste par auteur

Chavannes, Édouard, Les documents chinois découverts par Aurel Stein dans les sables du Turkestan oriental, Oxford, imprimerie de l’université, 1913.

Eliasberg, Danielle, « Pratiques funéraires animales en Chine ancienne et médiévale », Journal asiatique, vol. 280, no 1-2, 1992.

Eliasberg, Danielle 艾麗白, « Shanggu he zhonggu shidai Zhongguo dongwu de sangzang huodong » 上古和中古時代中國動物的喪 葬活動, trad. Yu Xin 余欣, Chen Jianwei 陳建偉, in Faguo hanxue 法國漢學, vol. V, Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Fu Junlian 伏俊璉, Yang Xiaohua 楊曉華, « Dunhuang wenxue de shangyuan » 敦煌文學的上源 (En amont de la littérature de Dunhuang), Heilongjiang shehui kexue 黑龍江社會科學, no 3, 2011.

Gao Yizhi 高一致, « Mawang dui boshu Xiangma jing chu du » 馬王堆帛 書相馬經初讀 (Premières lectures du Livre de la physiognomonie du cheval sur soie de Mawang dui), Jianbo wang 簡帛網 (site web des Lattes et de la soie), http://www.bsm.org.cn/show_article.php?id=2280, août 2015.

Gu Tiefu 顧鐵符, « Benma – Xiwu – Mashi » 奔馬·“襲烏”·馬 式 (Chevaux au galop — Xiwu – Modèles de chevaux), Kaogu yu wenwu 考古與文物, no 2, 1982.

Han E 韓鄂, Sishi zuanyao jiaoshi 四时纂要校释 (Commentaires sur les Principales activités liées à chaque saison), commentaires de Miao Qiyu 繆啟愉, Beijing, Nongye chubanshe, 1981.

Hao Shusheng 郝樹聲, Zhang Defang 張德芳, Xuanquan Han jian yanjiu 懸泉漢簡研究 (Étude des textes sur lattes de bambou de Xuanquan), Lanzhou, Gansu wenhua chubanshe, 2009.

He Runkun 賀潤坤, « Zhongguo gudai zuizao de Xiangma jing – Yunmeng Qin jian Rishu pian » 中國古代最早的相馬經 — 雲夢秦 簡日書篇 (Le plus ancien Livre sur la physiognomonie du cheval de la Chine antique – Rishu, le texte écrit sur lattes de Yunmeng à l’époque des Qin), Xibei nongye daxue xuebao 西北農業大學學 報, livre 17, no 3, 1989.

Hu Pingsheng 胡平生, « « Mata feiniao » shi xiangma fashi »“馬踏 飛鳥”是相馬法式 (Les « chevaux galopant comme des oiseaux en vol » sont les modèles de référence de la physiognomonie équine), Wenwu, no 6, 1989.

Hu Pingsheng 胡平生, Zhang Defang 張德芳, éd., Dunhuang Xuanquan Han jian shicui 敦煌懸泉漢簡釋粹 (Compilation de commentaires sur les textes sur lattes de bambou datant des Han découverts à Xuanquan, Dunhuang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2001.

Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉, Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文集 (Recueil de vœux de Dunhuang), Changsha, Yuelu shushe, 1995.

Jia Sixie賈思勰, Qimin yaoshu jiaoshi 齊民要術校釋 (Les Principales techniques pour le bien-être du peuple, édition corrigée et expliquée), commentaires de Miao Qiyu 繆啟愉, Beijing, Nongye chubanshe, 1998.

Kalinowski, Marc, Cosmologie et divination en Chine ancienne. Le Compendium des cinq agents (Wuxing dayi, vie siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

Li Ling 李零, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源 流 (Anciens textes sur bambou et soie et l’origine des savoirs), Beijing, Shenghuo – Dushu – Xinzhi Sanlian shudian, 2004.

Li Ling 李零, Lantai wanjuan : du Hanshu Yiwen zhi 蘭臺萬卷︰讀 《漢書·藝文志》 (Dix mille volumes à Lantai : une lecture du « Traité sur les arts et les lettres » du Livre des Han), Beijing, Shenghuo — Dushu – Xinzhi Sanlian shudian, 2011.

Li Ling, Zhongguo fangshu kao (xiuding ben) 中國方術考(修訂 本, (Étude sur les techniques ésotériques chinoises) Beijing, Dongfang chubanshe, édition révisée 2001.

Li Quan 李筌, Shenji zhi di Taibai yin jing 神機制敵太白陰經 (Livre secret de Vénus des procédés divins pour vaincre les ennemis), Shanghai, Shangwu yinshuguan, 1937.

Li Shi 李石 et al., Simu anji ji jiaozhu 司牧安驥集校注 (Recueil des préposés à l’élevage des étalons), édition commentée par Zou Jiezheng 鄒介正 et He Wenlong 和文龍, Beijing, Nongye chubanshe, 2001.

Luo Zhenyu 羅振玉, Wang Guowei 王國維, Liusha zhui jian 流沙墜 簡 (Lattes de bambou retrouvées dans les sables), réimpression en fac-similé, Beijing, Zhonghua shuju, 1993.

Ma Zhiquan 馬智全, « Jin ershi nian Dunhuang Xuanquan Han jian yanjiu zongshu » 近20年敦煌懸泉漢簡研究綜述 (Résumé des vingt dernières années de recherches sur les textes sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Xuanquan, Dunhuang), Sichou zhi lu 絲綢之路, no 16, 2011.

Qiu Xigui 裘錫圭, éd., Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng 長沙馬王堆漢墓帛書集成 (Recueil complet des livres sur soie exhumés de la tombe des Han de Mawang dui à Changsha), vol. 5, Beijing, Zhonghua shuju, 2014.

Stein, Aurel, Serindia : Detailed Report of Explorations in Central Asia and Westermost China, vol. 2, Oxford, Oxford University Press, 1921.

Teiser, Stephen, « Ornamenting the Departed : Notes on the Language of Chinese Buddhist Ritual Texts », Asia Major 22.1, 2009.

Wang Shujin 王樹金, « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing yanjiu sanshi nian » 馬王堆漢墓帛書相馬經研究三十年 (Trente ans de recherches sur l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé dans une tombe des Han de Mawang dui), in Hunan sheng bowuguan guankan 湖南省博物館館刊, no 5, 2008.

Wang Tao 汪濤, « Yanse yu jisi : Zhongguo gudai wenhua zhong de yanse hanyi tanyou » 顏色與祭祀:中國古代文化中的顏色涵義 探幽 (Couleur et sacrifice : étude sur le sens caché des couleurs dans la culture chinoise de l’antiquité), trad. Zhi Xiaona 郅曉娜, Shanghai guji chubanshe, 2013.

Wang Tao, « Shang ritual animals : color and meaning », part 1, Bulletin of SOAS, 70, 2, 2007.

Xiao Ji 蕭吉, Wuxing da yi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō taigi kōchū 五行 大義校註, ouvrage de la collection Honokuni bunko 穂 久 邇 文 庫, Tokyo, Kyūko sho’in, rééd. augmentée, 1998.

Xie Chengxia 謝成俠, Zhongguo yangma shi 中國養馬史 (Histoire de l’élevage équin en Chine), Beijing, Kexue chubanshe, 1959.

Xie Chengxia 謝成俠, « Guanyu Changsha Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing de tantao » 關於長沙馬王堆漢墓帛書相馬 經的探討 (Étude de l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé à Manwangdui, Changsha), Wenwu, no 8, 1977.

Xu Jian 徐堅 et al., Chuxue ji 初學記 (Traité des connaissances élémentaires), Beijing, Zhonghua shuju, 1962.

Yang Shiqiao 楊時喬, Xinke ma shu 新刻馬書 (Nouvelle édition du livre sur les chevaux), commentaires de Wu Xuecong 吳學聰, Beijing, Nongye chubanshe, 1984.

Yao Minghui 姚明煇, Hanshu « Yiwen zhi » zhujie 漢書藝文志注解, Shanghai, Dazhong shuju, réed. 1933.

Yong Rong 永瑢 et al., Siku quanshu zongmu tiyao 四庫全書總目提 要 (Notices bibliographiques du catalogue général de l’Anthologie impériale des Quatre Entrepôts).

You Xiuling 游修齡, « Qimin yaoshu chengshu beijing xiaoyi » 齊 民要術成書背景小議 (Contexte présidant à la composition des Principales techniques pour le bien-être du peuple), Zhongguo jingji shi yanjiu 中國經濟史研究, no 1, 1994.

Yu Benyuan 喻本元, Yu Benheng 喻本亨, Zhongguo nongye kexue yuan zhongshou yi yanjiu suo 中國農業科學院中獸醫研究所 (Centre d’études vétérinaires de l’Institut des sciences agricoles de Chine), éd., Yuan Heng liaoma ji xuan shi 元亨療馬集選釋 (Extraits commentés du Recueil de traitements des maladies équines des frères Yu, Yuan et Heng), Beijing, Nongye chubanshe, 1984.

Zhang Guangda 張廣達, « Chavannes — « Diyiwei quancai de hanxuejia »» 沙畹 — “第一位全才的漢學家” (Chavannes — le « premier sinologue complet »), in Zhang Guangda wenji — shijia, shixue yu xiandai xueshu 張廣達文集 — 史家、史學與現代學術 (Œuvres de Zhang Guangda – L’historien, l’histoire et les disciplines académiques modernes), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2008.

Zhang Tinghao 張廷皓, « Guanyu Handai de mashi » 關於漢代的馬 式 (Les modèles de référence équins sous les Han), Nongye kaogu, no 1, 1986.

Zhang Tinghao 張廷皓, « Xi Han liujin tong ma de kexue jiazhi » 西 漢鎏金銅馬的科學價值 (La valeur scientifique des chevaux de bronze et d’or datant des Han occidentaux), Nongye kaogu 農業 考古, no 1, 1985.

Zhang Zhuanguan 張傳官, « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing jiaodu zhaji » 馬王堆漢墓帛書相馬經校讀札記 (Notes de révision du Livre de la physiognomonie du cheval sur soie exhumé de la tombe des Han de Mawang dui), in Hunan sheng bowu guan, Fudan daxue chutu wenxian yu guwen yanjiu zhongxin et Zhonghua shuju éd., « Changsha Mawang dui Han mu jianbo jicheng » xiuding guoji yantao hui lunwenji 《長沙馬王堆漢墓簡 帛集成》修訂國際研討會論文集 (Actes du colloque international de révision du Changsha Mawang dui Han mu jianbo jicheng), 2015.

Zhao Kuifu 趙逵夫, « Mawang dui Han mu chutu Xiangma jing « Daguang po zhang » guxun zhuan fawei » 馬王堆漢墓出土相馬 經·大光破章故訓傳發微 (Étude des commentaires et exégèses sur le Livre de la physiognomonie du cheval – « Chapitre sur comment juger à partir des yeux »), Wenxian, no 4, 1989.

Notes

1 Site archéologique datant des Han occidentaux, près de la ville de Changsha, dans la province du Hunan.

2 Divination par la lame de l’épée.

3 Hanshu 漢書, « Yiwen zhi » 藝文志, Beijing, Zhonghua shuju, version révisée de 1964, p. 1775. Li Ling 李零 montre dans le Lantai wanjuan : du Hanshu Yiwen zhi 蘭臺萬卷︰ 讀“漢書·藝文志” (Dix mille volumes à Lantai : une lecture du « Traité sur les arts et les lettres » du Livre des Han), Beijing, Shenghuo — Dushu – Xinzhi Sanlian shudian, 2011, p. 198, que la ponctuation de la Zhonghua shuju est erronée, et s’appuie sur les Commentaires du « Traité sur les arts et les lettres » du Livre des Han (Hanshu « Yiwen zhi » zhujie 漢書藝文志注解, Shanghai, Dazhong shuju, réed. 1933, p. 259) de Yao Minghui 姚 明煇 (1881-1961) pour la corriger. Nous souscrivons dans cet article à la version de Yao.

4 Li Ling a repéré ces nouveaux textes et les a brièvement étudiés. Cf. Li Ling, Zhongguo fangshu kao (xiuding ben) 中國方術考(修訂本, (Étude sur les techniques ésotériques chinoises) Beijing, Dongfang chubanshe, édition révisée 2001, p. 84-87.

5 Ce qu’on entend par « méthode de la tortue » correspond à la scapulomancie. Il est question de divination sur carapaces de tortue. Les extrémités des brins d’achillée sont brûlés (achilléomancie) puis placés contre la carapace de tortue. Une forme apparaît ainsi à sa surface et est interpétée par le devin qui annonce au souverain le faste ou le néfaste d’une action (le jour, le mois, le lieu, l’objet, le résultat).

6 Xiao Ji 蕭吉, Wuxing da yi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō taigi kōchū 五行大義校註, ouvrage de la collection Honokuni bunko 穂久邇文庫, Tokyo, Kyūko sho’in, rééd. augmentée, 1998, p. 6-8. Cette traduction, avec quelques modifications, se base sur celle de Marc Kalinowski, Cosmologie et divination en Chine ancienne. Le Compendium des cinq agents (Wuxing dayi, vie siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991, p. 139-140 (Nde).

7 Li Ling a repéré ces nouveaux textes et les a brièvement étudiés. Cf. Li Ling, Zhongguo fangshu kao (xiuding ben) 中國方術考(修訂本), (Étude sur les techniques ésotériques chinoises) Beijing, Dongfang chubanshe, édition révisée 2001, p. 84-87.

8 Xie Chengxia 謝成俠, Zhongguo yangma shi 中國養馬史 (Histoire de l’élevage équin en Chine), Beijing, Kexue chubanshe, 1959, p. 48-49.

9 You Xiuling 游修齡, « Qimin yaoshu chengshu beijing xiaoyi » 齊民要術成書背景小 議 (Contexte présidant à la composition des Principales techniques pour le bien-être du peuple), Zhongguo jingji shi yanjiu 中國經濟史研究, no 1, 1994, p. 156.

10 Pour plus de détails sur l’exhumation de ces manuscrits, se référer au rapport de Stein intitulé Serindia : Detailed Report of Explorations in Central Asia and Westermost China, vol. 2, Oxford, Oxford University Press, 1921, p. 591-599, 632-721.

11 Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein dans les sables du Turkestan oriental, Oxford, imprimerie de l’université, 1913. Malgré son titre, les documents consignés dans cet ouvrage n’ont pas tous été trouvés dans le Xinjiang 新疆 : les textes sur planchettes de bois datant des Han (no 1-709) et les textes sur papier datant des Tang (no 710-720) ont été exhumés dans la région de Dunhuang, au pied de tours de guet de la Grande Muraille ou sur le site de Yumen guan 玉門關.

12 Voir Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein, p. 88. Ce manuscrit correspond au Or.8211/395 (site : T. XVII 8) de Stein, au no 395 de Chavannes et au no 2094 de Dunhuang Han jian 敦煌漢簡 (Textes sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Dunhuang), Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肃省文物考古研究所 éd., Beijing, Zhonghua shuju, 1991, p. 301.

13 Cf. Zhang Guangda 張廣達, « Chavannes — « Diyiwei quancai de hanxuejia »» 沙畹 — “第一位全才的漢學家” (Chavannes — le « premier sinologue complet »), in Zhang Guangda wenji — shijia, shixue yu xiandai xueshu 張廣達文集 — 史家、史學與現代 學術 (Œuvres de Zhang Guangda – L’historien, l’histoire et les disciplines académiques modernes), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2008, p. 134-175

14 Édouard Chavannes, Les documents chinois découverts par Aurel Stein, p. 170.

15 Luo Zhenyu 羅振玉, Wang Guowei 王國維, Liusha zhui jian 流沙墜簡 (Lattes de bambou retrouvées dans les sables), réimpression en fac-similé, Beijing, Zhonghua shuju, 1993, p. 95.

16 Zhonguo jiandu jicheng bianji weiyuan hui 中國簡牘集成編輯委員會, éd., Zhongguo jiandu jicheng 中國簡牘集成 (Recueil complet des textes sur lattes de bambou et planchettes de bois en Chine), tome 3, Gansu sheng/juan shang 甘肃省·卷上 (Premier livre : province du Gansu), Lanzhou, Dunhuang wenyi chubanshe, 2001, p. 287.

17 Gansu sheng Wenwu kaogu yanjiu suo, éd., Dunhuang Han jian, 1991, planche no 165, commentaires p. 301. Il est possible d’obtenir des photos couleurs de qualité via le site web de l’International Dunhuang Project, voir http://idp.bl.uk/database/large.a4d?recnum=15746&imageRecnum=17672, octobre 2015, et pour une reproduction, voir fig. 1.

18 Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu 馬王堆漢墓帛書整理小組, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shiwen » 馬王堆漢墓帛書相馬經釋文 (Commentaires de l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé dans une tombe des Han de Mawang dui), Wenwu 文物, no 8, 1977, p. 17-22. On peut aujourd’hui remettre en cause cette hypothèse : le fait que cet exemplaire ait été trouvé dans une tombe de Mawang dui nous montre qu’il était en effet en circulation dans le pays de Chu, mais le statut particulier de l’occupant de la tombe — un ministre du roi du pays de Changsha — ne nous permet pas de connaître son niveau de diffusion. Il est encore plus difficile d’en connaître l’auteur et l’origine.

19 Xie Chengxia 謝成俠, « Guanyu Changsha Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing de tantao » 關於長沙馬王堆漢墓帛書相馬經的探討 (Étude de l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé à Manwangdui, Changsha), Wenwu, no 8, 1977, p. 23-26.

20 Shuihudi Qin mu zhujian zhengli xiaozu, éd., Shuihudi Qin mu zhujian 睡虎地秦墓竹簡 (Textes sur bambou trouvés dans une tombe des Qin à Shuihudi), Beijing, Wenwu chuban she, 1990, p. 227-228.

21 He Runkun 賀潤坤, « Zhongguo gudai zuizao de Xiangma jing – Yunmeng Qin jian Rishu pian » 中國古代最早的相馬經 — 雲夢秦簡日書篇 (Le plus ancien Livre sur la physiognomonie du cheval de la Chine antique – Rishu, le texte écrit sur lattes de Yunmeng à l’époque des Qin), Xibei nongye daxue xuebao 西北農業大學學報, livre 17, no 3, 1989, p. 9. Du même auteur, « Cong Yunmeng Qin jian Rishu kan Qinguo de liuchu siyangye » 從 雲夢秦簡日書看秦國的六畜飼養業 (L’art Qin de l’élevage des six animaux domestiques à partir du manuscrit sur lattes Rishu de Yunmeng), Wenbo, no 6, 1989, p. 65-66.

22 Wang Shujin 王樹金, « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing yanjiu sanshi nian » 馬王堆漢墓帛書相馬經研究三十年 (Trente ans de recherches sur l’exemplaire sur soie du Livre de la physiognomonie du cheval trouvé dans une tombe des Han de Mawang dui), in Hunan sheng bowuguan guankan 湖南省博物館館刊, no 5, 2008, p. 241-248.

23 Zhao Kuifu 趙逵夫, « Mawang dui Han mu chutu Xiangma jing « Daguang po zhang » guxun zhuan fawei » 馬王堆漢墓出土相馬經·大光破章故訓傳發微 (Étude des commentaires et exégèses sur le Livre de la physiognomonie du cheval – « Chapitre sur comment juger à partir des yeux »), Wenxian, no 4, 1989, p. 262-268. L’idée de Zhao Kuifu selon laquelle « daguang po zhang » désignerait un titre de chapitre ou de paragraphe nécessiterait d’être à nouveau examinée. En effet, si zhang 章 à l’époque des Qin et antérieurement est bien un spécificatif pour la musique et la poésie, dans la littérature courante et les œuvres sur lattes et soie exhumées il n’existe aucun exemple de l’usage de zhang dans un titre. S’il s’agissait d’un titre ajouté à l’époque des Han, il devrait y avoir le signe graphique typique de l’indication d’un chapitre, or il n’en est rien. De plus, zhang a aussi le sens de « rendre clair » ; si « daguang po zhang » est effectivement un titre et que po 破 signifie bien, comme zhang, « clair », il faudrait donc comprendre que cette expression désigne la lueur claire et brillante des yeux du cheval, et zhang ne désignerait donc pas un titre.

24 Jia Sixie 賈思勰, Qimin yaoshu jiaoshi 齊民要術校釋 (Les Principales techniques pour le bien-être du peuple, édition corrigée et expliquée), commentaires de Miao Qiyu 繆 啟愉, Beijing, Nongye chubanshe, 1998, 2e édition, p. 391, 399, 404.

25 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 387.

26 Ibid., p. 386, 397.

27 Gao Yizhi 高一致 ne se prononce pas quant à savoir si le jiao des dix jiao 十焦 est en rapport avec les trois jiao 三焦 (les trois « cuiseurs ») de la médecine traditionnelle chinoise. Mais ici le passage porte à l’évidence sur les yeux du cheval et leur pourtour : il est donc probable que les dix jiao désignent un détail physique des yeux. Voir Gao Yizhi, « Mawang dui boshu Xiangma jing chu du » 馬王堆帛書相馬經初讀 (Premières lectures du Livre de la physiognomonie du cheval sur soie de Mawang dui), Jianbo wang 簡帛網 (site web des Lattes et de la soie), http://www.bsm.org.cn/show_article.php?id=2280, août 2015.

28 Mawang dui Han mu boshu zhengli xiaozu, éd., « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing shiwen », 1977, p. 17-18. L’établissement de ce texte suit l’édition qui en a été faite par Qiu Xigui 裘錫圭, éd., Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng 長沙馬王堆漢墓帛 書集成 (Recueil complet des livres sur soie exhumés de la tombe des Han de Mawang dui à Changsha), vol. 5, Beijing, Zhonghua shuju, 2014, p. 169-181. Il en va de même pour les passages mentionnés ci-dessous.

29 Qiu Xigui éd., Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng, vol. 5, p. 174.

30 Ibid., p. 175.

31 Ibid., p. 179-180.

32 Au sujet de tuan 團 et fang 方, ici respectivement traduits par « arrondi » et « régulier », voir Zhang Zhuanguan 張傳官, « Mawang dui Han mu boshu Xiangma jing jiaodu zhaji » 馬王堆漢墓帛書相馬經校讀札記 (Notes de révision du Livre de la physiognomonie du cheval sur soie exhumé de la tombe des Han de Mawang dui), in Hunan sheng bowu guan, Fudan daxue chutu wenxian yu guwen yanjiu zhongxin et Zhonghua shuju éd., « Changsha Mawang dui Han mu jianbo jicheng » xiuding guoji yantao hui lunwenji 《長沙馬王堆漢 墓簡帛集成》修訂國際研討會論文集 (Actes du colloque international de révision du Changsha Mawang dui Han mu jianbo jicheng), 2015, p. 279-280.

33 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 396-397.

34 Li Shi 李石 et al., Simu anji ji jiaozhu 司牧安驥集校注 (Recueil des préposés à l’élevage des étalons), édition commentée par Zou Jiezheng 鄒介正 et He Wenlong 和文 龍, Beijing, Nongye chubanshe, 2001, p. 3.

35 Yu Benyuan 喻本元, Yu Benheng 喻本亨, Zhongguo nongye kexue yuan zhongshou yi yanjiu suo 中國農業科學院中獸醫研究所 (Centre d’études vétérinaires de l’Institut des sciences agricoles de Chine), éd., Yuan Heng liaoma ji xuan shi 元亨療馬集選釋 (Extraits commentés du Recueil de traitements des maladies équines des frères Yu, Yuan et Heng), Beijing, Nongye chubanshe, 1984, p. 8.

36 Luo Zhenyu, Wang Guowei, Liusha zhui jian, p. 95.

37 Dunhuang Han jian, planche 81, commentaires p. 251.

38 Fu Junlian 伏俊璉, Yang Xiaohua 楊曉華, « Dunhuang wenxue de shangyuan » 敦煌 文學的上源 (En amont de la littérature de Dunhuang), Heilongjiang shehui kexue 黑龍江 社會科學, no 3, 2011, p. 82-85.

39 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 397-398.

40 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, Gansu sheng bowu guan 甘肅省博物馆, Wenhua bu gu wenxian yanjiu shi 文化部古文獻研究室, Zhongguo shehui kexue yuan lishi yanjiu suo 中國社會科學院歷史研究所, éds., Juyan xin jian – Jiaqu Houguan yu di si sui 居延新簡 — 甲渠候官與第四燧 (Nouveaux textes sur lattes de bambou de Juyan. Jiaqu Houguan et la quatrième tour de guet), Beijing, Wenwu chubanshe, 1990, p. 413.

41 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所, « Gansu Dunhuang Handai Xuanquan zhi yizhi fajue jianbao » 甘肅敦煌漢代懸泉置遺址發掘簡報 (Rapport des textes sur bois exhumés du site de Xuanquan datant des Han, Dunhuang, Gansu), Wenwu, no 5, 2000, p. 4-20.

42 Zhongguo wenwu yanjiu suo 中國文物研究所, éd., Dunhuang Xuanquan Yueling zhaotiao 敦煌懸泉月令詔條 (Règles impériales d’ordonnances mensuelles retrouvées à Xuanquan, Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2001.

43 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian neirong gaishu » 敦煌懸泉漢簡内容概述 (Présentation du contenu des textes sur lattes de bambou datant des Han découvert à Xuanquan, Dunhuang), Wenwu, no 5, 2000, p. 21-26.

44 Gansu sheng wenwu kaogu yanjiu suo 甘肅省文物考古研究所, « Dunhuang Xuanquan Han jian shiwen xuan » 敦煌懸泉漢簡釋文選 (Extraits commentés du contenu des textes sur lattes de bambou datant des Han découverts à Xuanquan, Dunhuang), Wenwu, no 5, 2000, p. 27-45. Hu Pingsheng 胡平生, Zhang Defang 張德芳, éd., Dunhuang Xuanquan Han jian shicui 敦煌懸泉漢簡釋粹 (Compilation de commentaires sur les textes sur lattes de bambou datant des Han découverts à Xuanquan, Dunhuang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2001.

45 Cf. Hao Shusheng 郝樹聲, Zhang Defang 張德芳, Xuanquan Han jian yanjiu 懸泉漢 簡研究 (Étude des textes sur lattes de bambou de Xuanquan), Lanzhou, Gansu wenhua chubanshe, 2009.

46 Pour plus de précisions sur l’histoire des connaissances concernant Xuanquan, cf. Ma Zhiquan 馬智全, « Jin ershi nian Dunhuang Xuanquan Han jian yanjiu zongshu » 近20年敦 煌懸泉漢簡研究綜述 (Résumé des vingt dernières années de recherches sur les textes sur lattes de bambou datant des Han exhumés à Xuanquan, Dunhuang), Sichou zhi lu 絲綢 之路, no 16, 2011, p. 45-51.

47 « Orner » traduit le terme chinois zhuangyan 莊嚴, qui désigne le transfert de mérites, acquis pendant la cérémonie, sur le bénéficiaire du rituel. À ce sujet, voir Stephen Teiser, « Ornamenting the Departed : Notes on the Language of Chinese Buddhist Ritual Texts », Asia Major 22.1, 2009, p. 201-237 (Nde).

48 S.5637, voir Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉, Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文 集 (Recueil de vœux de Dunhuang), Changsha, Yuelu shushe, 1995, p. 242-243. Des modifications ont été apportées à l’extrait.

49 Danielle Eliasberg 艾麗白, « Shanggu he zhonggu shidai Zhongguo dongwu de sangzang huodong » 上古和中古時代中國動物的喪葬活動, trad. Yu Xin 余欣, Chen Jianwei 陳建偉, in Faguo hanxue 法國漢學, vol. V, Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 127- 149. Les références du texte original sont les suivantes : D. Eliasberg, « Pratiques funéraires animales en Chine ancienne et médiévale », Journal asiatique, vol. 280, no 1-2, 1992, p. 115- 144.

50 Pour la question de la couleur des animaux sacrifiés au cours des cérémonies et des pratiques divinatoires sous la dynastie des Shang, cf. Wang Tao 汪濤, « Yanse yu jisi : Zhongguo gudai wenhua zhong de yanse hanyi tanyou » 顏色與祭祀:中國古代 文化中的顏色涵義探幽 (Couleur et sacrifice : étude sur le sens caché des couleurs dans la culture chinoise de l’antiquité), trad. Zhi Xiaona 郅曉娜, Shanghai guji chubanshe, 2013, p. 116-190. Pour le texte original, voir Wang Tao, « Shang ritual animals : color and meaning », part 1, Bulletin of SOAS, 70, 2, 2007, p. 364-365.

51 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 386, 389.

52 Simu anji ji jiaozhu, p. 29-30.

53 Yang Shiqiao 楊時喬, Xinke ma shu 新刻馬書 (Nouvelle édition du livre sur les chevaux), commentaires de Wu Xuecong 吳學聰, Beijing, Nongye chubanshe, 1984, p. 61-62.

54 Hou Hanshu 後漢書, Beijing, Zhonghua shuju, édition révisée, 1965, p. 840-841.

55 Gu Tiefu 顧鐵符, « Benma – Xiwu – Mashi » 奔馬·“襲烏”·馬式 (Chevaux au galop — Xiwu – Modèles de chevaux), Kaogu yu wenwu 考古與文物, no 2, 1982, p. 81-87.

56 Hu Pingsheng 胡平生, « « Mata feiniao » shi xiangma fashi »“馬踏飛鳥”是相馬法 式 (Les « chevaux galopant comme des oiseaux en vol » sont les modèles de référence de la physiognomonie équine), Wenwu, no 6, 1989, p. 75-83. Hu Pingsheng précise en annexe que la tombe de Leitai, dont la construction est estimée remonter à la fin de la dynastie des Han orientaux, lui semble plus récente. He Shuangquan partage cet avis, et ajoute que la forme des vestiges culturels trouvés lors de fouilles menées dans des tombes à Wuwei, parmi lesquels se trouvaient des textes sur lattes de bambou datés des Liang antérieurs (320-376), était très proche de celle des vestiges trouvés à Leitai. La date de construction de la tombe Leitai devrait être estimée en fonction de ces découvertes. C’est Ma Menglong 馬孟龍 qui a aiguillé nos recherches sur cette annexe, nous souhaitons ici l’en remercier.

57 Zhang Tinghao 張廷皓, « Xi Han liujin tong ma de kexue jiazhi » 西漢鎏金銅馬的科 學價值 (La valeur scientifique des chevaux de bronze et d’or datant des Han occidentaux), Nongye kaogu 農業考古, no 1, 1985, p. 137-143 ; « Guanyu Handai de mashi » 關於漢代 的馬式 (Les modèles de référence équins sous les Han), Nongye kaogu, no 1, 1986, p. 379.

58 Qimin yaoshu jiaoshi, p. 398-404.

59 Li Quan 李筌, Shenji zhi di Taibai yin jing 神機制敵太白陰經 (Livre secret de Vénus des procédés divins pour vaincre les ennemis), Shanghai, Shangwu yinshuguan, 1937, p. 64-65.

60 Han E 韓鄂, Sishi zuanyao jiaoshi 四时纂要校释 (Commentaires sur les Principales activités liées à chaque saison), commentaires de Miao Qiyu 繆啟愉, Beijing, Nongye chubanshe, 1981, p. 91.

61 Xu Jian 徐堅 et al., Chuxue ji 初學記 (Traité des connaissances élémentaires), Beijing, Zhonghua shuju, 1962, p. 703.

62 Yong Rong 永瑢 et al., Siku quanshu zongmu tiyao 四庫全書總目提要 (Notices bibliographiques du catalogue général de l’Anthologie impériale des Quatre Entrepôts), p. 852.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : latte de bambou de la Méthode de physiognomonie du cheval (Xiang ma fa 相馬法), retrouvée par A. Stein à Dunhuang, British Museum, Or. 8211/395. Photo International Dunhuang Project (voir http://idp.bnf.fr/​database/​oo_scroll_h.a4d?uid=46572640716 ; recnum = 15746 ; index = 1)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 2 : le Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經), support en soie, découvert à Mawang dui, Musée du Hunan. Extrait de Changsha Mawang dui Han mu boshu jicheng 長沙馬王堆漢墓帛書集 成 (Recueil complet des livres sur soie exhumés de la tombe des Han de Mawang dui à Changsha), vol. 2, Beijing, Zhonghua shuju, 2014, p. 32.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 3 : statue de bronze du « cheval galopant comme un oiseau en vol », exhumé d’une tombe de Leitai à Wuwei (province du Gansu), Musée du Gansu.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search