Version classiqueVersion mobile

Savoirs traditionnels et pratiques magiques sur la route de la soie

 | 
Xin Yu

2. À propos du zhujunda

L’épopée d’un légume le long de la route de la Soie

Texte intégral

  • 1 Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉 (révision), Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文集 (Recueil de vœux de Dunhuang), Chan (...)
  • 2 Cf. Zhou Shaoliang 周紹良, « Dunhuang wenxue Er lang wei bing ba » 敦煌文學〈兒郎 偉〉並跋 (Le Er lang wei dans l (...)
  • 3 Ville de l’actuelle province du Gansu.
  • 4 Cf. Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏晉南北朝時期 的蔬菜 (Les légumes pendant la pér (...)

1Dans le manuscrit Pelliot 3468, intitulé Er lang wei 兒郎偉, se trouve une prière assez amusante qui demande « que les tiges des céréales soient plus larges que le tour de taille des bœufs et que les navets soient moins chers que le pourpier1 ». Le Er lang wei servait de référent lors des rituels d’exorcisme qunuo 驅儺2. Derrière cette citation, on entend le vœu émis par les paysans d’obtenir une bonne récolte l’année suivante. Le pourpier (Portulaca oleracea L.) était à l’époque une plante sauvage qu’il fallait ramasser ; souhaiter que « les navets soient moins chers que le pourpier » revenait à espérer une récolte de navets abondante en même temps que de bas prix. Le fait que le navet (Brassica rapa L.) fasse pendant aux céréales, qui constituent la base de l’alimentation de l’époque, est très évocateur de l’importance que ce légume revêt dans la région de Dunhuang3 à la fin de la dynastie des Tang (618-907) et au début de la période des Cinq Dynasties (907-960). Cela atteste également de la place cruciale qu’occupait la culture des légumes, notamment des melons, et des fruits dans la vie des paysans, une place comparable à celle de la culture céréalière. Cet état de fait s’observe à partir de la période des Six Dynasties (220-581), époque durant laquelle la Chine connaît un fort développement économique et voit ses villes prospérer : la culture légumière ne cesse de se développer, la taille des exploitations connaît une augmentation constante, des variétés de plus en plus nombreuses de légumes sont cultivées et la qualité de la production s’améliore. Tout cela explique que les légumes occupent une place de plus en plus importante dans la vie des populations4.

  • 5 Cf. Gao Qi’an 高啟安, Tang Wudai Dunhuang yinshi wenhua yanjiu 唐五代敦煌飲食文 化研究 (Étude sur la culture gast (...)

2Les documents de Dunhuang traitant des légumes ont été étudiés surtout sous les deux angles de l’histoire culinaire et de l’histoire économique et sociale5. Or, l’histoire naturelle nous offre de nouveaux horizons d’étude : la vérification des noms et caractéristiques des légumes, à la manière du Guang bowu zhi 廣博物志 (Extension du traité de la connaissance des choses) ; la mise en évidence des connaissances et de la vie sociale que traduit le mode de classement usité ; la recension des variétés cultivées et les données relatives à leur production et à leur circulation ; l’étude du nom donné aux légumes étrangers et les traces laissées par ces variétés non locales dans les échanges entre Orient et Occident ; l’enquête sur l’utilisation des légumes dans les domaines de la religion, des arts divinatoires et de la médecine.

3Il faut tout d’abord préciser que l’acception du terme « légume » était à l’époque plus large qu’aujourd’hui ; nous entendrons donc par « légume » les espèces définies par la classification actuelle des plantes cultivées, mais aussi les alliacées, les cucurbitacées et les légumineuses.

4Nous n’avons pas découvert à Dunhuang de traité agricole ni de manuel pratique détaillant la culture légumière : les sources utilisées pour cette étude ne sont que des fragments tirés d’ouvrages variés. La plupart des considérations théoriques sont tirées de la section « légumes » de dictionnaires ou de commentaires terminologiques portés sur des encyclopédies et des manuels élémentaires ; les données sur les variétés cultivées proviennent principalement de livres de comptes ; enfin, nous avons pu nous faire une idée des utilisations plus spécifiques des légumes en puisant dans des écrits bouddhiques, des livres de divination ou des traités de médecine.

5Certains des documents de Dunhuang pourraient être appelés des « dictionnaires de caractères usuels » : en effet, ils témoignent du vocabulaire couramment utilisé par les populations d’alors. On peut organiser ces dictionnaires populaires en trois catégories selon leur fonction, éducative, classificatrice ou pratique. Les chercheurs se sont jusqu’à présent surtout intéressés à l’étude du vocabulaire et de la phonétique, et ont un peu dédaigné les documents ayant trait à l’histoire naturelle, qui recensent surtout des noms. Pourtant, ces dictionnaires, dont la forme rédactionnelle et stylistique obéit à des règles bien précises, donnent à voir les choses les plus courantes et les plus importantes dans la production et la vie de l’époque.

  • 6 Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang jingbu wenxian heji 敦煌經部文獻合集 (Recueil des classiques confucéens de Dun (...)

6Le manuscrit P. 3391, qui fait partie de la collection Pelliot de la Bibliothèque nationale de France, est précisément de ceux-là. Au recto figure un dictionnaire dans lequel les choses usuelles ont été regroupées par catégorie, avec des rubriques intitulées « légumes », « objets pratiques », « objets précieux », « médicaments » ; Zhang Yongquan 张涌泉 a donné à ce manuscrit le nom de Zaji shiyao yongzi (Grand dictionnaire de caractères usuels) numéro 36. Dans la rubrique « légumes » sont listées les principales variétés de l’époque :

  • 7 Le caractère she 蛇 était réputé manquant dans le Dunhuang jingbu wenxian jihe 敦煌 經部文獻合集. Or il ne l (...)

Radis (Raphanus sativus L.). Navet (Brassica rapa L.). Ail (Allium sativum L.). Ciboule de Chine (Allium chinense). Échalote (Allium ascalonicum). Chrysanthème des jardins (Chrysanthemum coronarium L.). Menthe des montagnes (Caryopteris incana [Thunb.] Miq.). Polygonum criopolitanum. Laitue (Lactuca sativa L.). Mauve crépue. Moutarde brune. Moutarde à fines feuilles. Moutarde blanche (Sinapis alba L.). Pak-choi (Brassica rapa L. var. oleifera DC.). Capsella bursa-pastoris (L.) Medik. Brassica integrifolia. Ixeris (Ixeris polycephala Cass.). Sonchus brachyotus. Laitue sauvage (Lactuca seriola Torner). Zhujunda (Beta vulgaris L.). Jeunes feuilles de gingembre. Aubergine (Solanum melongena L.). Allium mongolicum. Luru. Naidong. Épiaire (Stachys japonica Miq.). Menthe (Mentha canadensis L.). Huidiao. Tuodiao. Courge Han. Patole (Trichosanthes anguina L.). Concombre (Cucumis sativus Linn.). Calebasse (Lagenaria siceraria [Molina] Standl.). Courge cireuse (Benincasa hispida [Thunb.] Cogn). Estragon (Artemisia dracunculus L.). Ase fétide (Ferula L.).
蘿蔔。蔓菁。葱蒜。韮薤。胡葱。茼蒿。蘭香。萑蓼 子。莴苣。葵芥。细葉。胡芥。蕓薹。荠。苦芥。苦荬。甜 苣。野莴苣。諸軍達。苛姜葉。茄子。沙葱。鹿乳。奈冬。 水蘇。蔔荷。灰調。驼調。汉苽。蛇苽7。胡苽。葫蘆。冬 苽。椒蒿。阿魏。

  • 8 Nous avons consacré un de nos écrits à l’explicitation de ce que sont la menthe des montagnes, le P (...)
  • 9 Zheng Binglin et Gao Qi’an ont également mené des études sur les fruits et légumes de Dunhuang, mai (...)

7La plupart des plantes répertoriées ci-dessus font partie des légumes que les Chinois cuisinent toujours régulièrement ; on peut retracer l’origine des rares d’entre elles qui ne le sont plus à l’aide d’anciens traités sur l’agriculture ou d’ouvrages sur la médecine8. Un seul nom surprend et résiste à notre compréhension, celui de zhujunda ; on se demanderait presque s’il ne s’agit pas d’une erreur de copie9. Au terme de recherches minutieuses, nous avons découvert qu’il ne s’agissait ni d’une semblable erreur de copie ni d’une erreur de classification : derrière ce mot se cache toute une histoire d’échanges culturels entre la Chine et l’Iran à l’époque médiévale.

Origine de la chose et du nom

8Pour faire simple, nous estimons que le zhujunda est un type de betterave, tandis que le junda, avec lequel il a souvent été confondu du fait de la proximité qui existe entre ces deux plantes appartenant à l’espèce Beta vulgaris et à la famille des Chenopodiaceae, serait plutôt un type de blette.

9Nous devons donc nous poser d’abord la question de savoir si junda et blette sont bel et bien un seul et même légume.

  • 10 Zhao Zhijun 趙志軍, Zhang Juzhong 張居中, « Henan Wuyang Jiahu yizhi fuxuan jieguo fenxi baogao » 河南舞陽賈湖遺 (...)
  • 11 Feng Yuhuan 酆裕洹, dir., Gongyuanqian woguo shiyong shucai de zhonglei tantao 公 元前我國食用蔬菜的種類探討 (Étude (...)

10La famille des Chenopodiaceae comprend une centaine de genres et plus de 1400 espèces, qui sont largement répandues dans le Nord et le Nord-Ouest de la Chine. Sur le site archéologique de Jiahu 賈湖 (7000 à 5800 AEC), situé en amont du fleuve Huai dans l’actuel comté de Wuyang (province du Henan), on a découvert 129 graines de cette famille ; cela prouve qu’en Chine, ce type de plante est cultivé depuis très longtemps10. Il est regrettable que les variétés précises n’aient pas été identifiées. Dans la section « Xiaoya » 小雅 (Odes pour les cérémonies ordinaires) du Shijing 詩經 (Livre des Odes), on peut lire dans l’ode 172 « Nanshan you tai » 南山有台 (Il y a des carex sur les monts du Sud) la phrase : « Il y a des vératres sur les monts du Nord » 北山有萊 ; dans le Zhuangzi et le Hanfeizi, il est fait mention de « potage de chénopode », vraisemblablement de chénopode blanc de l’espèce li 藜 (Chenopodium album L.) ; on peut en déduire que les légumes de cette famille étaient régulièrement consommés dès avant la dynastie des Qin11.

  • 12 S. J. Kays, Cultivated Vegetables of the World : A Multilingual Onomasticon, Wageningen, Wageningen (...)

11La betterave (Beta vulgaris L.) et l’épinard (Spinacia oleracea L.) sont les représentants de cette famille les plus connus de l’homme, mais ils ne poussèrent initialement pas en Chine. On donne généralement comme origine à la betterave les côtes méditerranéennes ; on lui prête également de très nombreuses variétés, que l’on peut classer en fonction du fait qu’elles sont potagères ou sucrières ou en fonction de leurs parties comestibles, avec les variétés à feuilles comestibles, celles à racine et feuilles comestibles et celles à racine comestible. En latin, la distinction se fait entre le groupe Cicla (Beta vulgaris L. Cicla) et le groupe Crassa (Beta vulgaris L. Crassa)12.

  • 13 Zhang Pingzhen 張平真, « Caiyong tiancai mingcheng kao » 菜用菾菜名稱考 (Étude sur les noms de la blette), Zh (...)
  • 14 Cf. Ren Jiyu 任繼愈, dir., Daozang tiyao 道藏提要 (Notices bibliographiques du Canon taoïste), Beijing, Zh (...)
  • 15 The Taoist Canon : A Historical Companion to the Daozang (Daozang tongkao 道藏通 考), édité par Kristof (...)
  • 16 Cf. Chen Guofu 陳國符, Daozang yuanliu kao 道藏源流考 (Étude sur les origines du Canon taoïste), Beijing, Z (...)

12Les spécialistes de l’histoire agricole estiment généralement que junda et blette sont une seule et même plante. C’est dans le Mingyi bielu 名醫別錄 (Recueil compilé par des médecins célèbres) de Tao Hongjing 陶弘景 que l’on voit apparaître la première occurrence du terme « blette » ; on peut en déduire que ce légume a été introduit en Chine pendant la période des dynasties du Nord et du Sud13. Cependant, le Mingyi bielu n’établit pas d’équivalence entre blette et junda. C’est à partir des dynasties des Song et des Yuan que l’on commence à penser que le nom « blette » est un autre nom donné au junda, ce qu’atteste le Gengdao ji 庚道集 (Recueil sur l’alchimie). On ne connaît pas bien ni l’auteur ni la date de composition de ce texte, mais on peut lire dans la préface du premier chapitre : « rédigé par l’ermite Meng Xuan le 15 du 7e mois de l’an Shaoxing (1144) » 蒙軒 居士書於紹興甲子中元. Selon l’auteur du Daozang tiyao 道藏提要 (Notices bibliographiques du Canon taoïste), les données nécessaires à la composition de ce texte ont été recueillies par des taoïstes vivant sous les Song du Sud (1127-1279)14. D’après l’auteur du The Taoist Canon, le texte en lui-même aurait été rédigé entre les Song du Sud et les Yuan, et éventuellement complété sous les Ming15. D’après Chen Guofu, le Gengdao ji aurait été compilé sous les Yuan ou sous les Ming, mais les méthodes alchimiques qu’il recense dateraient plutôt des Tang et des Song16. De ce fait, nous pouvons le considérer comme un document datant des Song. Dans le sixième chapitre est décrit le procédé de fixation du chlorure d’ammonium :

  • 17 Zhang Jiyu 張繼禹, dir., Zhonghua daozang 中華道藏 (Le Canon taoïste de la Chine), vol. 18, Beijing, Huaxi (...)

Quelle que soit la quantité de chlorure d’ammonium choisie, presser suffisamment de junda, aussi appelé « blette », pour en recueillir deux bols de jus. Mettre le jus à bouillir, y ajouter le chlorure d’ammonium préalablement empaqueté dans un morceau de soie. Quand tout le jus se sera évaporé, tapisser le fond d’une tasse des restes de pulpe de junda, extraire le chlorure d’ammonium de son emballage, le verser à son tour dans la tasse puis le recouvrir d’une nouvelle couche de pulpe de junda. Porter le mélange sur le feu jusqu’à ce que les restes de junda soient carbonisés. Récupérer le chlorure d’ammonium, y ajouter du soufre, du réalgar et de l’orpiment et mettre le tout à fondre à feu vif ; le résultat obtenu est un médicament qui pourra se conserver longtemps17.
硇不以多少,用莙薘菜,一名菾菜,取自然汁两碗,煮 硇砂,用絹帛包,悬胎煮汁盡。去絹包,入建盞内煅,用菜 滓铺頭蓋底,煅得滓焦黑,取硇分胎 了三黃,作匱用也。

13Sous les Yuan, Jia Ming écrivit dans son Yinshi xu zhi 飲食須知 (Connaissances élémentaires en matière d’alimentation) :

  • 18 Jia Ming 賈銘, Yinshi xuzhi 飲食須知 (Connaissances élémentaires en matière d’alimentation), vol. 3, phot (...)

La blette est un légume sucré et amer, de nature froide, favorisant les émissions nocturnes, qui répond également au nom de junda et que les taoïstes excluent de leur régime alimentaire. Si on en brûle la tige et que l’on fait passer de l’eau sur ces cendres on obtient de la soude, qui peut servir à laver le linge et à lui redonner une blancheur immaculée. Sa consommation fait naître chez les individus présentant une fragilité de la rate et de l’estomac l’impression d’un gaz circulant dans leur abdomen, tandis que chez les personnes enrhumées ou souffrant de maux de ventre du fait d’un estomac fragile, elle entraîne douleurs abdominales ou diarrhées18.
菾菜,味甘,苦,性寒滑,即甜菜,一名莙薘菜,道家 忌之。其莖燒灰淋汁,洗衣,白如玉色。胃寒人食之,動氣 發洩,先患腹冷人食之,必破腹。

  • 19 Le premier caractère qui compose le mot « blette » en chinois se prononce tian et est l’homophone d (...)
  • 20 Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), édition annotée, Beijing, Renmin (...)
  • 21 De nombreux livres de référence, dont le dictionnaire Ci yuan 辭源 (Origine des mots), continuent à r (...)
  • 22 Wu Qijun 吳其濬, Zhiwu mingshi tu kao 植物名實圖考 (Étude illustrée sur les noms et les caractéristiques des (...)

14Cela confirme que les noms junda et « blette » désignent le même légume ; pourtant, cette preuve n’est pas véritablement décisive. Li Shizhen conserve sur la question une attitude prudente : dans son Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), il reconnaît que « blette et junda sont une seule et même chose », mais il précise que « si la blette doit son nom à son goût sucré19, le sens du mot junda reste obscur20 ». Son ouvrage est devenu une telle référence que, par la suite, aucun savant ne s’est risqué à le contredire21. Pourtant, cette équivalence peut être fautive ; en son temps, Wu Qijun 吴其濬 (1789-1847) avait émis des doutes quant aux écrits de Li Shizhen, mais avait dû s’y tenir faute de preuves suffisantes22.

  • 23 Cf. Zhang Xiancheng 張顯成, Jianbo yao ming yanjiu 簡帛藥名研究 (Étude sur les noms de médicaments figurant (...)
  • 24 Les Principales techniques pour le bien-être du peuple recensent principalement des variétés de lég (...)
  • 25 Yu pian 玉篇 (Chapitres de jade), vol. 13, « Caobu » 艸部 (Chapitre sur les herbes) : « le caractère 菾 (...)

15Dans les livres de médecine écrits sur soie ou sur lamelles de bambou comme dans les registres consignant les habitudes de vie et d’alimentation datant de la période située entre celle des Royaumes combattants et la dynastie des Han, on ne trouve aucune occurrence du terme « blette »23. On ne trouve rien non plus dans l’un des principaux traités sur l’agriculture de la période des Six Dynasties, intitulé Qimin yaoshu 齊民要術 (Principales techniques pour le bien-être du peuple)24. À ce jour, la première explicitation écrite précisant que « blette » est le nom d’un légume se trouve dans le Yu pian 玉篇 (Chapitres de jade), un ouvrage composé par Gu Yewang 顧野王 en 54325. Après la disparition précoce du Mingyi bielu, les seuls livres qui continuent à mentionner ce nom sont les matières médicales rédigées à la fin des Tang. Dans l’une d’entre elles, Xinxiu Bencao 新 修本草 (Nouvelle édition des materia medica), on peut lire :

  • 26 Shang Zhijun 尚志鈞, Tang xinxiu bencao 唐新修本草 (Nouvelle édition des Tang des materia medica) [éd. Corr (...)

La blette est un légume sucré et amer, de nature froide. Sa principale vertu curative est de réguler une température trop élevée qui ne s’accorde ni à la saison ni au climat : elle soigne ainsi les symptômes induits par la combinaison « vent-chaleur ». Elle entre aujourd’hui dans la composition du plat zha qui est constitué principalement de poisson haché ou macéré dans la farine de riz et la saumure. Le premier caractère de son nom se lit tian. Pour ceux qui souffrent de fièvre liée aux saisons, dès qu’ils l’attrapent le jus de blette est un bon remède. [Note] : La variété de blette décrite ici ressemble aux pousses de Cimicifuga foetida, que les Chinois du Sud consomment en potage ou cuites à la vapeur et dont le goût est exquis26.
菾菜,味甘、苦,大寒。主時行壮熱,解風熱毒。即今 以雜作鲊蒸者。菾,作甜音,亦作忝。時行熱病初得,便搗 飲汁皆除差。[謹案]此菾菜似升麻苗,南人蒸炮又作羹食 之,亦大香美也。

16Plusieurs points méritent d’être soulignés :

  1. Cette Xinxiu Bencao 新修本草 (Nouvelle édition des materia medica) ne précise pas que blette et junda sont une seule et même chose. Or, les règles de présentation de ce type d’ouvrage imposent de lister les noms les plus courants en usage pour une même plante ; l’ouvrage aurait donc dû préciser « aussi appelé junda ».

  2. Le caractère 菾 qui compose en chinois le mot « blette » signifie « végétation abondante ». Su Jing 蘇敬 (un pharmacien célèbre, 599-674) précise qu’il se lit tian, que c’est un idéo-phonogramme qui peut également s’écrire 忝 (les deux caractères se prononcent de la même manière). Il réfute donc l’idée de Li Shizhen, pour qui ce nom avait à voir avec le goût sucré du légume.

    • 27 Pour une étude sur les potages, cf. Huang Jingui 黃金貴, « Geng, tang biankao »“羹” 、“湯”辨考 (Étude sur l (...)
    • 28 Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏晉南北朝時期的 蔬菜 (Les légumes pendant la période (...)

    Selon Tao Hongjing, « elle entre aujourd’hui dans la composition du plat zha zheng » : il doit s’agir d’un potage à base de poisson et de légumes27. D’après le commentaire de Su Jing, la blette ressemble aux pousses de Cimicifuga foetida, que les habitants du Sud de la Chine consomment sautées, cuites à la vapeur ou en potage. Zhang Zexian en a conclu que la blette était un des légumes les plus consommés par les Chinois du Sud pendant la période des Six Dynasties28. En analysant minutieusement les descriptions faites des caractéristiques de ces deux plantes et des modes de cuisson utilisés, blette et junda seraient deux choses différentes.

  3. Les commentaires donnent à voir que la culture et la consommation de la blette étaient très répandues dans le Sud de la Chine, ce qui s’inscrit en faux contre le parti pris communément adopté par les spécialistes de l’histoire agricole, pour qui son aire de culture principale est le Nord-Ouest de la Chine.

17Aussi sommes-nous encore bien en peine de savoir si la plante appelée « blette » dans les matières médicales d’avant les Tang est la même que celle identifiée à la fin des Song et des Yuan, et si « blette » et junda sont deux noms différents pour une seule et même chose. Si l’on se focalise sur l’apparition tardive du caractère 菾 — aucune mention n’en est faite ni dans le Shuowen jiezi 說文解 字 (Dictionnaire d’explication et d’analyse des caractères) ni dans aucun livre écrit sur soie ou sur lattes de bambou — ainsi que sur les premières occurrences du mot « blette » dans des manuscrits datant des Six Dynasties, il n’est pas exclu qu’à la suite de l’introduction en Chine de nouveaux produits, de nouveaux mots aient été formés.

Étude sous l’angle de la philologie et de l’histoire naturelle

  • 29 Xu Shen 許慎 (auteur), Duan Yuzai 段玉裁 (comment.), Shuowen jiezi zhu 說文解字 注 (Notes sur le Dictionnaire (...)
  • 30 Cf. chapitre 3.
  • 31 Duan Chengshi 段成式 (auteur), Fang Nansheng 方南生 (éditeur), Youyang zazu 酉陽 雜俎 (Miscellanées de Youyan (...)
  • 32 Comme Duan Chengshi connaissait de nombreuses choses d’origine perse, il décrit avec minutie dans s (...)

18D’après le Shuowen jiezi, le caractère jun 莙 désigne à l’origine une variété d’algues29, tandis que le caractère da 薘 apparaît plus tardivement, voire a pu être créé pour les besoins du mot junda. Nous n’avons pas trouvé d’occurrence des deux caractères constituant un nom de plante avant la dynastie des Tang. Dans la section « Plantes » du dix-neuvième chapitre de son Youyang zazu 酉陽雜 俎 (Miscellanées de Youyang)30, Duan Chengshi 段成式 compare les feuilles des tricyrtides à celles du junda : « Les feuilles des tricyrtides, tout comme celles du junda, présentent des tâches noires symétriques31. » La logique veut qu’on se serve de choses que l’on connaît bien pour décrire des choses que l’on connaît mal ; nous pouvons donc déduire de cette comparaison que la plupart des gens vivant vers le milieu de la dynastie des Tang connaissait bien le junda32.

  • 33 Laufer Berthold, Sino-Iranica : Chinese Contributions to the History of Civilization in Ancient Ira (...)
  • 34 Duan Chengshi 段成式 (auteur), Imamura Yoshio 今村与志雄 (traducteur et annotateur), Yuyo zasso 酉陽雜俎, vol. (...)
  • 35 E.H. Schafer, The Golden Peaches of Samarkand, A Study in T’ang Exotics, Berkeley, University of Ca (...)
  • 36 A Soup for the Qan : Chinese Dietary Medicine of the Mongol Era as Seen in Hu Szu-Hui’s Yin-shan Ch (...)

19Berthold Laufer s’intéressa lui aussi à ce sujet et fit remarquer à juste titre que le mot moyen-perse à l’origine de cette translittération vers le chinois apparue sous les Tang était manifestement gundar ou gundur, un mot qui avait vraisemblablement été introduit à cette époque-là par les Arabes en même temps que la chose qu’il désignait33. En revanche, quand Laufer traduit junda par « sugar beet », il commet une erreur due à la confusion entre blette et betterave sucrière. Dans les traductions et annotations du Youyang zazu par Imamura Yoshio, le terme junda est explicité entre parenthèses par « betterave », et décrit comme désignant un légume dont les feuilles sont comestibles et dont la racine sert à produire du sucre ; l’erreur commise est la même que chez Laufer34. Dans The Golden Peaches of Samarkand, E. H. Schafer évoque succinctement le junda et seulement pour rapporter le point de vue de Laufer35. Dans la traduction anglaise nouvellement parue du Yinshan zhengyao 飲膳正 要 (Principes de l’alimentation saine), les notes explicatives se font également l’écho de ce point de vue36.

Fig. 1 : Chujunda’er (Hu Sihui, Principes de l’alimentation saine, vol. 3, édition royale de la 7e année du règne Jingtai [1456], p. 53).

Fig. 1 : Chujunda’er (Hu Sihui, Principes de l’alimentation saine, vol. 3, édition royale de la 7e année du règne Jingtai [1456], p. 53).

20Si les caractères jun et da que nous avons étudiés sont d’un grand raffinement, d’autres graphies existent et ont continué à être utilisées même après que celle qui est détaillée ci-dessus ait été adoptée. Dans la liste des denrées produites en Chine établie par Du Huan au chapitre « Molu guo » de son Jingxing ji 經行記 (Carnets de voyage), on peut lire :

  • 37 Du Huan 杜環 (auteur), Zhang Yichun 張一純 (annotateur), Jingxing ji jianzhu 經行記 箋注 (Notes sur les Carne (...)

On y voit les légumes suivants : le navet (Brassica rapa L.), le radis (Raphanus sativus L.), le poireau (Allium fistulosum L.), l’oignon (Allium cepa), le pak-choi (Brassica rapa L. var. oleifera DC.), le concombre (Cucumis sativus L.), le gelan (une variété de vigne dont les feuilles sont comestibles), le junda, le fenouil (Foeniculum vulgare Mill.), l’ail (Allium sativum L.), la ciboule de Chine (Allium cinense), la calebasse (Lagenaria siceraria (Molina) Standl.) et surtout le raisin (Vitis vinifera L.) » 菜有蔓菁、蘿蔔、長葱、顆葱、蕓薹、胡苽、葛藍、 軍達、茴香、韮薤、瓠蘆,尤多蒲萄37.

21C’est parce qu’il figure dans cette liste et qu’il est l’un des principaux légumes consommés par les habitants de Merv que Laufer en déduit que le junda a été introduit en Chine par les Arabes. Or, si Merv, initialement perse, a bien été par la suite conquise par les Arabes, sa population était encore majoritairement perse sous les Tang, pour ne pas compter les nombreux marchands et émissaires perses qui vivaient alors en Chine ; il n’est donc pas exclu que le junda ait été directement introduit par les Perses.

  • 38 Xuanzang 玄奘, Bianji 辨機 (auteurs), Ji Xianlin 季羡林 (annotateur), Da Tang Xiyu ji jiaozhu 大唐西域記校注 (Not (...)
  • 39 Huilin 慧琳, Yiqiejing yinyi 一切經音義 (Son et sens du Tripitaka), Zheng xu yiqiejing yinyi 正續一切經音義 (Son (...)

22En se penchant sur des documents bouddhiques, on observe que d’autres caractères que ceux qui composent le mot junda sont utilisés ; ils se prononcent huntuo 葷陁. Dans le deuxième chapitre du Da Tang Xiyu ji 大唐西域記 (Récits portant sur les contrées occidentales à l’époque Tang) se trouve la liste des denrées produites en Inde : « Parmi les légumes se trouvent le gingembre (Zingiber officinale Rosc.), la moutarde (Brassica juncea [L] Czern. et Coss.), la courge, la calebasse (Lagenaria siceraria [Molina] Standl. var. depressa [Ser.] Hara), le huntuo, etc. » 蔬菜則有姜、芥、瓜、瓠、葷陁菜等. Dans sa version annotée, Ji Xianlin 季羡林 rapporte l’information suivante : « Le légume que Xiang Da appelle huntuo est le même que la blette mentionnée par Li Shizhen dans son Compendium de materia medica ; il répond également au nom de junda ». Il précise, dans une autre note, que « le mot sanskrit à l’origine de la translittération en huntuo est kandu ou kanda38 ». Le mot huntuo apparaît également dans le quatre-vingt-deuxième chapitre du Yiqiejing yin yi 一切經音 義 (Son et sens du Tripitaka) de Huilin 慧琳, avec la note explicative suivante : « connu en Chine sous le nom de junda39 ». Le mot huntuo, qui est une translittération du sanskrit, doit lui aussi tirer son origine du moyen-perse.

23Le mot junda est largement utilisé dans les matières médicales datant des Tang et de la période des Cinq Dynasties : il figure notamment dans le Shiliao bencao 食療本草 (Materia medica de la diététique), le Bencao shiyi 本草拾遺 (Complément au materia medica), le Ri huazi bencao 日華子本草 (Materia medica compilé par Ri Huazi) ainsi que dans le Shixing bencao 食性本草 (Materia medica de plantes comestibles) ; l’entrée du Jiayou bencao 嘉祐本草 (Materia medica compilé à l’ère Jiayou [1056-1063]) reprend les textes de différents auteurs :

  • 40 Chen Cangqi 陳藏器 (auteur), Shang Zhijun 尚志钧 (annotateur), Bencao shiyi 本 草拾遺 (Complément aux materia (...)

Le junda a une action douce ; il présente une très faible toxicité, est bon pour la rate et l’estomac dont il régule le fonctionnement, favorise la circulation des énergies, calme les maux de têtes et sert à combattre le froid dans les organes. Une consommation trop importante de ce légume peut entraîner l’apparition de gaz dans l’estomac. Chez les individus enrhumés ou à l’estomac fragile, sa consommation peut entraîner douleurs abdominales et diarrhées. Si on en brûle la tige et que l’on fait passer de l’eau sur ces cendres on obtient de la soude, qui peut servir à laver le linge et à lui redonner une blancheur immaculée40.
莙薘,平,微毒,補中,下氣,理脾氣,去頭風,利五 臟冷氣。不可多食,动氣,先患腹冷,食必破腹。莖灰淋 汁,洗衣白如玉色。

24Le junda n’a pas seulement des vertus curatives, il sert aussi d’agent de blanchiment. On peut donc supposer qu’il a été largement cultivé et récolté, ce qui a permis d’en découvrir les différentes fonctions.

25C’est sous la dynastie des Yuan que la culture du junda se développe considérablement. Le Nongsang jiyao 農桑輯要 (Précis d’agriculture et de sériciculture), un ouvrage compilé par le ministère de l’Agriculture d’alors, décrit en détails la méthode de culture du junda :

  • 41 Nongsang jiyao 農桑輯要 (Précis d’agriculture et de sériciculture), vol. 5, ministère de l’Agriculture (...)

[Ajout] junda : délimiter des parcelles comme pour la culture du radis et y planter les graines.
Procéder aux semis au deuxième mois du printemps. Opérer une transplantation au 4e mois de l’été. Le junda se récolte à la saison la plus pauvre en légumes.
Pour obtenir des graines de junda, laisser en terre le surplus de production et le déterrer seulement quand le sol aura gelé. Entreposer les spécimens dans un endroit où il fait bon. Au printemps suivant, les replanter et en ramasser les graines41.
【新添】莙薘:作畦下種,亦如蘿蔔法。
春二月種之。夏四月移栽。園枯則食。
如欲出子,留食不盡者,地凍時出,於暖處收藏。來年 春透,可栽。收種。

26Sous les Yuan, le ministère de l’Agriculture dépend du gouvernement central et gère les affaires relatives à l’agriculture et aux travaux d’irrigation. Dans l’entrée ci-dessus, la mention « ajout » indique que cette donnée ne figurait pas au sein des Principales techniques pour le bien-être du peuple. Ce paragraphe dévoile l’importance du junda dans la production agricole, ainsi que dans la vie quotidienne d’alors.

  • 42 Jiading Chicheng zhi 嘉定赤城志 (Monographie du Chicheng compilée à l’ère Jiading), édition phototypique (...)
  • 43 Yu Xilu 俞希魯 (compilateur), Yang Jiqing 楊積慶, Jia Xiuying 賈秀英 (annotateurs), Zhishun Zhenjiang zhi 至順 (...)

27Dans des monographies locales datant des Song et des Yuan, ce légume est mentionné à de nombreuses reprises. Dans le trente-sixième chapitre « Coutumes et production locales » (fengtu men 风土门) du Jiading Chicheng zhi 嘉定赤城志 (Monographie du Chicheng compilée à l’ère Jiading [1208-1224]), le junda figure au rang des « espèces de légumes produites localement » ; une note précise en outre que « si on en brûle la tige et que l’on fait passer de l’eau sur ces cendres on obtient de la soude, qui peut servir à laver le linge42 ». Dans le quatrième chapitre « Production locale » (tuchan 土產) du Zhishun Zhenjiang zhi 至顺镇江志 (Monographie du Zhenjiang compilée à l’ère Zhishun [1330-1333]), Yu Xilu 俞希魯, lettré qui a vécu sous les Yuan, écrit : « Le junda a un goût sucré, favorise les émission nocturnes, et répond aussi au nom de « blette »» 味 甘而滑,又名甜菜43. Cela nous montre qu’après les Song du Sud, ce légume est encore plus cultivé qu’avant et que, dans les régions du Jiangsu et du Zhejiang, on a oublié son origine étrangère : il est considéré comme un produit local.

  • 44 La première version de ce texte a été soumise au colloque international de littérature occidentale (...)

28D’après Laufer, « betterave sucrière » se dit čugundur ou čugonder en persan moderne. Le gundar ou gundur du moyen-perse s’est donc transformé en čugundur ou čugonder en persan moderne44. Si Laufer a raison, notre découverte d’un passage tiré du Zaji shiyao yongzi P. 3391 mentionnant le mot zhujunda est incroyable. Voici pourquoi :

  • 45 Liu Yingsheng 劉迎勝, « Tang Yuan shidai Zhongguo de Yilang yuwen yu bosi yuwen jiaoyu » 唐元時代中國的伊朗語文與波 (...)
  • 46 Rong Xinjiang 榮新江, « Yi ge rushi Tangchao de bosi jingjiao jiazu » 一個入仕唐朝的 波斯景教家族 (Un clan perse ne (...)
  • 47 Frye R. N. ed., The Cambridge History of Iran, vol. 4, The Period from the Arab Invasion to the Sal (...)

29Le moyen-perse est une des plus importantes langues iraniennes, qui appartiennent à la famille des langues indo-européennes ; elle disposait de son propre système d’écriture, le pehlevi, et servait de langue officielle sous l’empire sassanide. Parmi les sociétés perses présentes en Chine sous les Tang figuraient des associations œuvrant à l’enseignement de la langue pehlevi ; les Han qui croyaient au manichéisme ou au zoroastrisme avaient également été initiés à la langue et à l’écriture iraniennes45. En 651, quand les Sassanides sont vaincus par les Arabes, la Perse subit une islamisation rapide. Le roi Péroz III et son fils se réfugient en Chine avec tout leur entourage, composé de nombreux membres de la cour, de la famille royale et de l’aristocratie. Sous les Tang, beaucoup de marchands perses vivaient en Chine ; l’implantation durable du roi Péroz et de sa suite a assuré à l’astronomie, à la science des calendriers et aux croyances religieuses perses une influence considérable sur cette dynastie46. Après le ixe siècle, le califat arabe établit sa cour impériale dans le sud-est de la Perse ; c’est ainsi qu’un des dialectes parlés par les tribus de la région du Fars, située au sud de la Perse, devient la langue officielle. Le moyen-perse s’écrit désormais en lettres arabes et assimile de nombreux termes arabes : le persan moderne est en train de naître47. Il joue le rôle de lingua franca dans le monde musulman des ixe et xe siècles.

  • 48 Ning Ke 寧可, Hao Chunwen 郝春文, éd., Dunhuang sheyi wenshu jijiao 敦煌社邑 文書輯校 (Édition critique des docu (...)
  • 49 Rong Xinjiang 榮新江, Yu Xin 余欣, Shazhou Guiyijun chaoye xi nianlu 沙州歸義軍朝 野繫年錄 (Annales de l’armée Gui (...)
  • 50 Xu Xuya 許序雅, Zhongya Saman wangchao shi yanjiu 中亞薩曼王朝史研究 (Étude sur l’histoire de la dynastie des S (...)

30On ne connaît ni la date de la compilation ni celle de la copie du Zaji shiyao yongzi ; cependant, au verso du manuscrit P. 3391, figure un texte intitulé « Dingyou nian zhengyue chunqiu juxi zhuantie » 丁酉年正月春秋局席轉帖 (Circulaire d’invitation du premier mois de l’année dingyou pour les réunions organisées au printemps et en automne). D’après Hao Chunwen, l’année dingyou mentionnée ici correspond à l’an 93748, comme nous l’avons appris dans les annales de l’armée Guiyi dans la région de Shazhou49. La copie du Zaji shiyao yongzi qui figure au recto du P. 3391, n’a donc vraisemblablement pas pu être réalisée avant la fin du ixe siècle. C’est à cette période que le persan moderne atteint sa maturité et qu’il devient une langue parlée par de très nombreux locuteurs. Au cours de la première moitié du xe siècle, la dynastie des Samanides en Asie centrale, au sommet de sa puissance, jouit d’une renommée sans précédent ; de nombreux liens l’unissent à la région nord-ouest de la Chine, tissés par l’action de missionnaires, de diplomates ainsi que par des mariages50. Il y a peu de chance que la copie ait été réalisée après cette époque-là.

31Si la première syllabe de čugundur ou čugonder est voisée, on obtient le zhujunda du chinois médiéval. Si Laufer ne s’est pas trompé en formulant son hypothèse, ce document atteste une étape importante de la transition entre moyen-perse et persan moderne ; le vocabulaire du persan moderne a été introduit très rapidement en Chine, ce que prouvent certains manuscrits de Dunhuang.

32Cette théorie est véritablement passionnante ; pourtant, on découvre à la lecture de documents postérieurs que, loin qu’il s’agisse d’une évolution linguistique, il se pourrait qu’on ne parle pas du même légume…

  • 51 Song Xian 宋峴, ‘Huihui yaofang’kaoshi 回回醫方考釋 (Commentaires sur l’ouvrage » Prescriptions de l’ethnie (...)
  • 52 Song Xian 宋峴, Gudai Bosi yixue yu Zhongguo 古代波斯醫學與中國 (La médecine en Perse antique et la Chine), Be (...)
  • 53 Tang Shenwei 唐慎微 (auteur), Ai Sheng 艾晟 (réviseur), Shang Zhijun 尚志鈞 (annotateur), Daguan Bencao 大觀本 (...)

33Les matières médicales chinoises ne renseignent pas précisément sur les techniques utilisées pour la fabrication des médicaments ; c’est dans le célèbre ouvrage de médecine arabe Huihui yaofang 回 回藥方 (Prescriptions de l’ethnie Hui) que nous avons découvert une piste intéressante. Il y est en effet fait mention d’un « jus de feuilles de junda’er ». Song Xian 宋峴 remarque que le mot arabe retranscrit junda’er en chinois est la translittération du mot persan chondar qui veut dire betterave (et peut d’ailleurs également se dire choghodar51). Alors que Song Xian ne fait pas la distinction entre junda’er et chujunda’er, l’auteur du Huihui yaofang, lui, l’effectue : en écrivant « jus de feuilles de junda’er », il laisse entendre que junda et blette sont sans nul doute possible une seule et même chose puisque le jus est préparé à base de feuilles et non de racines charnues. D’après Song Xian, en médecine chinoise traditionnelle, on prescrivait généralement des soupes ; la médecine perse introduit de nouvelles formes galéniques, dont les jus52. Une grande partie des exemples que l’on connaît consistent cependant en des jus à base de racines d’herbes médicinales, auxquels aurait pu être ajouté le jus de feuilles de légumes. Nous ne savons toujours pas si junda et blette sont un seul et même légume ; dans la Xinxiu Bencao 新修本草 (Nouvelle édition des materia medica), on peut pourtant lire : « Faire immédiatement boire du jus de blette aux individus venant d’attraper une maladie épidémique saisonnière et la guérison ne se fera pas attendre » (cette phrase est tirée du Mingyi bielu). Le Bencao shiyi et le Shiliao bencao mentionnent des traitements par voie orale, mais également des traitements en application externe et des comprimés à sucer (obtenus par décoction de jus). On retrouve dans le Daguan bencao 大觀本草 (Materia medica compilés à l’ère Daguan [1107-1110]) une citation de l’herbier de Chen Cangqi 陳藏器 : « la consommation de jus de blette permet de guérir fièvre et dysenterie, d’arrêter les saignements et de favoriser la croissance musculaire. Chez les hommes et les animaux, appliquer de la pulpe de blette écrasée sur des blessures en accélère la cicatrisation. » 菾菜,搗絞汁服之,主冷熱痢,又止血生肌。人 及禽兽有伤折,傅之立愈ainsi que de Meng Shen 孟詵 : « Le jus de blette permet de guérir des maladies épidémiques saisonnières. Pour faire tomber la fièvre des enfants, blanchir les blettes, les broyer afin d’en extraire le jus et donner celui-ci à faire en gargarismes. » 菾菜, 又,搗汁與時疾人服,差。子,煮半生,捣取汁,含,治小儿熱53. Il est donc difficile de savoir si les jus sont bien une nouvelle forme de prescription introduite par les Perses.

  • 54 Hu Sihui 忽思慧, Yinshan zhengyao 飲膳正要 (Principes de l’alimentation saine), vol. 3, édition royale de (...)
  • 55 Hu Sihui 忽思慧 (auteur), Shang Yanbin 尚衍斌, Sun Lihui 孫立慧, Lin Huan 林歡 (annotateurs), Yinshan zhengyao (...)
  • 56 Ye Jingyuan 叶静渊, « Woguo gencai lei zaipei shi lüe, xu » 我國根菜類栽培史略( 續) (Histoire de la culture des (...)
  • 57 Huang Shijian 黃時鑒, « Bosiyu zai Yuandai Zhongguo » 波斯語在元代中國 (Le perse dans la Chine des Yuan), in D (...)
  • 58 Huang Shijian 黃時鑒, « Xiandai hanyu zhong de Yilang jieci chutan – jian cong yi he cemian kan Zhongg (...)

34Dans le troisième chapitre du Yinshan zhengyao, on peut lire : « Le junda a un goût sucré, est de nature froide, n’est pas toxique, favorise la circulation des énergies, calme les maux de têtes, a une action bénéfique sur les organes. » 莙薘,味甘,寒,無毒,調 中下气,去頭風,利五臟 ; la gravure illustrant cette description figure un légume à feuilles. La page suivante décrit le chujunda’er 出莙薘兒 : « sucré, d’action douce, non toxique. Il favorise une bonne circulation du sang et des énergies et aide au relâchement du diaphragme. » 味甘,平,無毒,通經脈,下氣,開胸膈 ; une ligne de petits caractères précise qu’il s’agit de la racine du junda, ce qu’illustre l’image adjacente qui reproduit une racine charnue54. L’auteur du Yinshan zhengyao se sert de cette même méthode dissociative dans le cas du navet : il présente d’abord ce dernier, puis un légume appelé shajimu’er, en précisant en note qu’il s’agit de la racine du navet. Le premier dessin montre les feuilles du légume et le deuxième, en couleurs, sa racine. Shang Yanbin 尚衍斌 n’est pas le seul à estimer que, sous les Yuan et les Ming, les savants savaient pertinemment que junda et betterave n’étaient qu’un seul et même légume, que la betterave sucrière était le chujunda’er de Hu Sihui 忽 思慧, et que les feuilles tendres de la betterave sucrière, appelées jundacai, pouvaient être consommées comme légume55. Cette théorie selon laquelle différents noms désignent différentes parties d’un même légume ne fait aucun cas de la distinction entre blette et betterave ; elle ne nous semble pas appropriée. D’après Ye Jingyuan 葉靜淵, « les Mongols avaient l’habitude de donner un nom aux racines de ce qu’ils considéraient comme légumes » ; il en déduit que « la betterave est peut-être cultivée en Chine depuis la période des Six Dynasties, à moins qu’elle ne soit le produit de l’amélioration de la blette, introduite plus tôt sur le sol chinois et longtemps cultivée dans la région nord-ouest ; cela expliquerait pourquoi les Mongols l’appellent junda’er, « racine du junda » en chinois56 ». Huang Shijian 黃時鑒 précise pour sa part que, sous les Yuan, le persan était une des langues étudiées et en usage à la cour, en plus d’être la lingua franca de l’époque57. Des mots persans sont présents dans beaucoup de manuscrits chinois de cette période ; junda serait un exemple parmi tant d’autres58. Aussi Ye Jingyuan a-t-il raison quand il explique que la langue mongole opère une distinction très précise entre le nom des légumes consommés pour leurs feuilles et celui des légumes consommés pour leurs racines. Pourtant, cette distinction n’a rien à voir avec la langue mongole, elle tire son origine du persan, qui reproduit d’ailleurs là un trait de la langue arabe. Ses conjectures quant à une possible amélioration de la blette, dans la mesure où elles reposent sur cette affirmation-là, sont donc difficiles à vérifier.

  • 59 Les idées développées ici sont la mise en forme de notes et de souvenirs liés à la rencontre organi (...)

35Pour en avoir le cœur net, nous nous sommes tournés vers le professeur Borjigidai Uyunbilig 烏雲畢力格 : pour lui, le mot mongol a vraisemblablement été influencé par le persan. Si on écrit le mot chujunda’er en mongol, sa première syllabe n’est pas accentuée, on obtient donc čügüntar ; si cette même syllabe est voisée, on obtient jügüntar, qui correspond exactement à zhujunda tel que prononcé en Chine centrale59.

  • 60 Daotai 道泰, Zhijing 智鏡, Chanlin leiju 禪林類聚 (Encyclopédie du Chan), 3e année de l’ère Yanbao 延寶 (1675 (...)
  • 61 Il n’en existe aucune trace ni dans la liste des livres chinois rares ni dans celle des ouvrages pu (...)

36Nous avons trouvé d’autres exemples de voisements survenus sous les Yuan. Le Chanlin leiju 禪林類聚 (Encyclopédie du Chan) compilé par les moines bouddhiques Daotai 道泰 et Zhijing 智鏡 est une encyclopédie du bouddhisme Chan : elle reprend les enseignements et les biographies d’éminents moines Chan présentés dans les recueils des paroles des maîtres Chan, ainsi que dans les annales de transmission de la lampe de l’école Chan. Le dix-huitième chapitre traite de l’alimentation dans les temples : dans la section « légumes » est posée la question : « Que mange-t-on comme légume aujourd’hui ? Des épinards ou du zhujunda sautés ? » 今日喫甚菜? 自炒菠棱、著莙薘60. Les caractères utilisés pour écrire le mot zhujunda ne sont pas les mêmes que celui utilisé dans le Zaji shiyao yongzi de P. 3391, ce qui confirme qu’il s’agit d’une translittération dont la graphie a évolué au fil des époques. Le Chanlin leiju fut publié pour la première fois en 1307 (onzième année de l’ère Dade) à Yangzhou61, alors que le Yinshan zhengyao fut présenté à l’empereur en 1330 (troisième année de l’ère Tianli) ; les dates de publication de ces deux ouvrages sont donc singulièrement proches. Le premier parle de zhujunda et le second de chujunda’er : au sein d’une même époque, deux prononciations peuvent donc coexister, comme ici où la première syllabe est soit non accentuée soit voisée. Il convient de souligner un autre point : sous les Yuan, la culture du zhujunda était très répandue dans les monastères Chan, on consommait ce légume autant que l’épinard et une des façons les plus courantes de l’accommoder était de le faire sauter.

Les objets et idées originaires d’Iran qui ont été introduits en Chine

37Au vu des différents points abordés ci-dessus, nous pouvons aboutir à la conclusion suivante : l’introduction en Chine de la blette et de la betterave s’est vraisemblablement faite par la Perse. La première aurait été introduite sous les Sassanides, et les différents noms sous lesquelles elle a été désignée en Chine — junda ou, sous l’influence du sanskrit, huntuo — sont probablement tirés du moyen-perse. La betterave aurait quant à elle fait son apparition en Chine au moment de l’invasion arabe de l’Iran et de son islamisation subséquente ; son nom, zhujunda, viendrait donc du persan moderne et aurait commencé à être utilisé en Chine au début du xe siècle, ce qui peut tenir au fait que la dynastie des Samanides connaît à cette époque une période de prospérité qui se traduit par de nombreux échanges avec la Chine. Les objets et idées originaires d’Iran qui ont été introduits en Chine ainsi que les termes utilisés pour les désigner ont contribué à enrichir la civilisation médiévale chinoise.

Remarques supplémentaires : partir en quête des bribes de mots et d’objets laissés en Chine médiévale par des civilisations étrangères

38C’est faire preuve de grande ambition que de vouloir redessiner le panorama de l’histoire naturelle en Chine médiévale ; pourtant, nous avons essayé de ne pas nous enfermer dans un cadre théorique peu réaliste et nous sommes bien gardés de traiter l’intégralité des connaissances et traditions de l’époque. Notre objectif était plutôt de nous faire une idée de ce qu’était alors cette discipline par l’étude d’un cas pratique. Peu d’études croisant les angles de l’histoire naturelle et de la linguistique ont à ce jour été menées sur les origines d’un légume et de son nom. Notre étude rentre parfaitement dans le cadre de l’histoire naturelle et de l’histoire des sociétés et des connaissances de la Chine médiévale ; en outre, il s’agit d’un sujet académique offrant de nombreuses perspectives.

  • 62 Cf. Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu, xinyang yu shehui 中古 異相:寫本時代的學術、信仰與社會 (Si (...)

39De notre point de vue, les chercheurs en histoire naturelle doivent s’intéresser en priorité aux facteurs fondamentaux situés à l’origine de la structure du système de connaissances existant dans la Chine traditionnelle. L’histoire naturelle doit être une discipline combinant connaissances générales, paradigmes et appréhension des choses et des relations des hommes aux choses. Pour nos ancêtres, l’histoire naturelle était une science de l’observation : grâce à elle, ils ont appris à connaître le monde dans lequel ils vivaient, à comprendre le « moi » par rapport à « l’autre », à faire face aux risques, voire à s’intéresser aux différents types de croyances et de sentiments. Ils ont ainsi laissé des traces écrites de la conception qu’ils se faisaient de l’univers, de la nature ou de la vie. L’étude d’un cas pratique ne doit donc pas se focaliser sur la description encyclopédique de l’objet en question : elle doit élargir son approche aux échanges entre les cultures orientales et occidentales et aux pratiques religieuses ; elle doit viser à établir des paradigmes de recherche pluridimensionnels ; elle doit chercher le sens de l’objet pour la société et la culture en question ainsi que les traces dignes d’intérêt qu’il a pu laisser dans les interactions entre différentes civilisations. En aucun cas un seul/même paradigme ne doit servir à l’étude de différents objets62.

  • 63 Tang shi 糖史 (L’histoire du sucre) de Ji Xianlin 季羡林, in Ji Xianlin wenji 季羡林文 集 (Recueil des œuvres (...)

40Dans cette étude portant sur le zhujunda, nous n’avons pas voulu battre en brèche les théories traditionnelles avancées par la recherche en histoire agricole, en histoire culturelle et culinaire ou en histoire culturelle des objets, qui sont actuellement des disciplines à la mode. Nous n’avons pas non plus voulu fonder notre étude sur la seule observation des échanges entre Orient et Occident ; au contraire, nous sommes partis d’un nouveau concept, celui d’une histoire naturelle au sens large, pour réfléchir à des questions concrètes. On ne saurait concevoir d’objectifs plus différents. Nous tenons à souligner que nous n’avons pas cherché à étudier une chose, mais que nous nous sommes servis d’une chose afin de nous interroger sur son sens pour une société et une culture donnée, et afin de trouver les traces qu’elle a laissées dans les interactions entre différentes civilisations63. Bien sûr, dans la mesure où la région d’origine du zhujunda, son nom, ses caractéristiques sont concernés, il nous a fallu vérifier ces différentes données, mais il ne s’agit pas là du cœur du problème, loin s’en faut. Nous sommes partis à la recherche des traces encore visibles laissées par le zhujunda dans l’histoire des civilisations orientale et occidentale. Nous avons procédé à une analyse phonologique, un type d’analyse que connaît bien la recherche en histoire des relations entre la Chine et le monde extérieur ; pourtant, là encore, notre objectif n’était ni le progrès de la linguistique historique, ni la confirmation que les informations sur cet objet étaient véridiques. Nous avions en tête d’obéir au but fixé par une étude des manuscrits de Dunhuang placée sous l’angle de l’histoire naturelle et de mettre en confrontation différents documents historiques, ce que nous avons réussi à mettre en œuvre par l’entremise d’une valeur intermédiaire solide, efficace et pertinente.

  • 64 Sorenson John L., Johannessen Carl L., « Biological Evidences for Pre-Columbian Transoceanic Voyage (...)

41L’origine et la diffusion des objets datant d’avant l’époque des grandes découvertes, ainsi que leur influence sur l’histoire des civilisations, est un sujet passionnant. L’article « Biological Evidences for Pre-Columbian Transoceanic Voyage » constitue une étude remarquable dans ce domaine pendant les dernières années : en s’appuyant sur de nombreux documents et découvertes archéologiques, l’auteur démontre que les premiers contacts entre l’Ancien et le Nouveau Continent eurent lieu bien avant le xve siècle. En effet, de nombreux objets que l’on pensait avoir été introduits en Europe après la découverte des Amériques ont été retrouvés sur des sites archéologiques ou dans des documents chinois, indiens et égyptiens antérieurs au ive siècle64. Dans notre étude sur le zhujunda, plutôt que nous intéresser à l’histoire des échanges culturels et matériels entre la Chine médiévale et une région précise (qu’il s’agisse de l’Asie centrale, de l’Asie du Sud ou de ce qu’on appelle le « monde extrême-oriental »), nous avons choisi comme approche les échanges entre civilisations orientale et occidentale. Cela doit pour nous être la structure méthodologique de base en histoire naturelle moderne.

  • 65 Rong Xinjiang 榮新江, Duan Qing 段晴, « Jushideyu kao » 據史德語考 (Étude sur la langue jushide), Zhongya xue (...)

42Dans l’Étude sur la langue jushide, ouvrage des professeurs Rong Xinjiang et Duan Qing, on apprend que ce que les milieux universitaires internationaux appellent depuis toujours « dialecte Tumshuq » devrait en fait s’appeler jushide65. Ce texte peut sembler avoir pour seule ambition la rectification d’un nom ; en réalité, il a eu une portée considérable sur la sphère chinoise des études iraniennes. Pour nous, toute avancée, qu’elle soit de taille ou pas, survenant dans une discipline donnée laisse forcément sa marque dans l’histoire des disciplines. De ce fait, il ne serait pas inintéressant de partir en quête des bribes de mots et d’objets laissés en Chine médiévale par des civilisations étrangères.

Bibliographie

Références bibliographiques

Liste des anonymes

Sans nom d’auteur, en anglais, A Soup for the Qan : Chinese Dietary Medicine of the Mongol Era as Seen in Hu Szu-Hui’s Yinshan Cheng-Yao. Introduction, traduction, commentaires et texte chinois par Paul D. Buell et Eugene N. Anderson, London and New York, Kegan Paul International, 2000.

Sans nom d’auteur, en chinois, Daozang yuanliu xukao 道藏源流 續考 (Suite de l’étude sur les origines du Canon taoïste), Taipei, Ming wen shuju, 1983.

Sans nom d’auteur, en chinois, Jiading Chicheng zhi 嘉定赤城志 (Monographie du Chicheng compilée à l’ère Jiading), édition phototypique, in Song Yuan fangzhi congkan 宋元方志叢刊 (Collection de monographies locales compilées sous les Song et les Yuan), vol. 7, Beijing, Zhonghua shuju, 1990.

Sans nom d’auteur, en chinois, Nongsang jiyao 農桑輯要 (Précis d’agriculture et de sériciculture), vol. 5, ministère de l’Agriculture 大司農司 (éditeur), Miao Qiyu 繆啟愉 (annotateur), in Yuan ke ’nongsang jiyao’ jiaoshi 元刻農桑輯要校釋 (Précis d’agriculture et de sériciculture des Yuan : notes et explications), Beijing, Nongye chubanshe, 1988.

Sans nom d’auteur, en chinois, Songben Yupian 宋本玉篇 (Chapitres de jade des Song), Beijing, Zhongguo shudian, 1983.

Sans nom d’auteur, en chinois, Tang shi 糖史 (L’histoire du sucre) de Ji Xianlin 季羡林, in Ji Xianlin wenji 季羡林文集 (Recueil des œuvres de Ji Xianlin), livres 9 et 10, Nanchang, Jiangxi jiaoyu chuban she, 1998.

Liste par auteur

Chen Cangqi 陳藏器 (auteur), Shang Zhijun 尚志钧 (annotateur), Bencao shiyi 本草拾遺 (Complément aux materia medica), Hefei, Anhui kexuejishu chubanshe, 2002.

Chen Guofu 陳國符, Daozang yuanliu kao 道藏源流考 (Étude sur les origines du Canon taoïste), Beijing, Zhonghua shuju, 1963.

Du Huan 杜環 (auteur), Zhang Yichun 張一純 (annotateur), Jingxing ji jianzhu 經行記箋注 (Notes sur les Carnets de voyage), Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Duan Chengshi 段成式 (auteur), Fang Nansheng 方南生 (éditeur), Youyang zazu 酉陽雜俎 (Miscellanées de Youyang), Beijing, Zhonghua shuju, 1981.

Duan Chengshi 段成式 (auteur), Imamura Yoshio 今村与志雄 (traducteur et annotateur), Yuyo zasso 酉陽雜俎, vol. 3, Tokyo, Heibonsha, 1981.

E.H. Schafer, The Golden Peaches of Samarkand, A Study in T’ang Exotics, Berkeley, University of California Press, 1963.

Feng Yuhuan 酆裕洹, dir., Gongyuanqian woguo shiyong shucai de zhonglei tantao 公元前我國食用蔬菜的種類探討 (Étude sur les variétés de légumes consommées en Chine avant l’ère commune), Beijing, Nongye chubanshe, 1960.

Frye R. N. ed., The Cambridge History of Iran, vol. 4, The Period from the Arab Invasion to the Saljuqs, Cambridge, Cambridge University Press, 1975.

Gao Mingqian 高明乾, dir., Zhiwu guhanming tu kao 植物古漢名圖 考 (Étude sur les noms des plantes en chinois ancien), Zhengzhou, Daxiang chubanshe, 2006.

Gao Qi’an 高啟安, Tang Wudai Dunhuang yinshi wenhua yanjiu 唐 五代敦煌飲食文化研究 (Étude sur la culture gastronomique de Dunhuang pendant la dynastie des Tang et la période des Cinq Dynasties), Beijing, Minzu chubanshe, 2004.

Gao Qi’an 高啟安, Tang Wudai Dunhuang yinshi wenhua yanjiu.

Hu Sihui 忽思慧 (auteur), Shang Yanbin 尚衍斌, Sun Lihui 孫立慧, Lin Huan 林歡 (annotateurs), Yinshan zhengyao zhushi 飲膳正要 注釋 (Commentaires sur les Principes de l’alimentation saine), Beijing, Zhongyang minzu daxue chuban she, 2009.

Huang Jingui 黃金貴, dir., Jiewu shiming 解物釋名 (Explications des choses et des noms), Shanghai, Shanghai cishu chubanshe, 2008.

Huang Shijian 黃時鑒, « Bosiyu zai Yuandai Zhongguo » 波斯語在 元代中國 (Le perse dans la Chine des Yuan), in Dongxi jiaoliu shi lungao 東西交流史論稿 (Essai sur l’histoire des relations Orient-Occident), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1998.

Huang Zheng 黃徵, « Dunhuang yuanwen Er lang wei jikao » 敦煌願 文〈兒郎偉〉輯考 (Étude sur le Er lang wei du recueil de vœux de Dunhuang), Jiuzhou xuekan 九州學刊, livre V, no 4, 1993.

Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉 (révision), Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文集 (Recueil de vœux de Dunhuang), Changsha, Yuelu shushe, 1995.

Huilin 慧琳, Yiqiejing yinyi 一切經音義 (Son et sens du Tripitaka), Zheng xu yiqiejing yinyi 正續一切經音義 (Son et sens du Tripitaka, suite), 1986.

Jia Ming 賈銘, Yinshi xuzhi 飲食須知 (Connaissances élémentaires en matière d’alimentation), vol. 3, photocopie, Taibei, Guangwen shuju, 1969.

Laufer Berthold, Sino-Iranica : Chinese Contributions to the History of Civilization in Ancient Iran, with Special Reference to the History of Cultivated Plants and Products, Chicago, Field Museum of Natural History, 1919.

Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), édition annotée, Beijing, Renmin weisheng chubanshe, 1982.

Liu Yingsheng 劉迎勝, « Tang Yuan shidai Zhongguo de Yilang yuwen yu bosi yuwen jiaoyu » 唐元時代中國的伊朗語文與波 斯語文教育 (Enseignement de la langue et de la littérature iraniennes et perses en Chine pendant les dynasties des Tang et des Yuan), Xinjiang Daxue xuebao 新疆大學學報 (Zhexue shehui kexue ban 哲學社會科學版), vol. 19, no 1, 1991.

Liu Yucai 劉玉才, « Chanlin leiju de banben yuanliu yu yuankanben de jiazhi – yingyin yuankanben chanlin leiju qianyan » 禪林類 聚的版本源流與元刊本的價值 — 影印元刊本禪林類聚前言 (Les origines de l’édition de l’Encyclopédie du Chan et la valeur des ouvrages publiés sous les Yuan – préface à l’édition en fac-similé de l’Encyclopédie du Chan), Banben muluxue yanjiu 版本目錄學 研究 (Ètude bibliographique des éditions), vol. 3, Beijing, Guojia tushuguan chubanshe, 2011.

Liu Zenggui 劉增貴, « Juyan Hanjian suojian Handai bianjing yinshi shenghuo » 居延漢簡所見漢代邊境飲食生活 (Étude des livres sur lamelles de bambou de Juyan traitant des traditions gastronomiques aux frontières de l’Empire sous la dynastie des Han), Gujin lunheng 古今論衡, no 3, 1999.

Ning Ke 寧可, Hao Chunwen 郝春文, éd., Dunhuang sheyi wenshu jijiao 敦煌社邑文書輯校 (Édition critique des documents concernant les associations à Dunhuang), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1997.

Ren Jiyu 任繼愈, dir., Daozang tiyao 道藏提要 (Notices bibliographiques du Canon taoïste), Beijing, Zhongguo shehuikexue chubanshe, 1991.

Rong Xinjiang 榮新江, « Yi ge rushi Tangchao de bosi jingjiao jiazu » 一個入仕唐朝的波斯景教家族 (Un clan perse nestorien servant à la cour des Tang), Zhonggu Zhongguo yu wailai wenming 中古 中國與外來文明 (La Chine médiévale et les civilisations étrangères), Beijing, Sanlian shudian, 2001.

Rong Xinjiang 榮新江, Duan Qing 段晴, « Jushideyu kao » 據史德語 考 (Étude sur la langue jushide), Zhongya xuekan 中亞學刊, no 5, Wulumuqi, Xinjiang renmin chubanshe, 2000.

Rong Xinjiang 榮新江, Yu Xin 余欣, Shazhou Guiyijun chaoye xi nianlu 沙州歸義軍朝野繫年錄 (Annales de l’armée Guiyi dans la région de Shazhou), à paraître.

S. J. Kays, Cultivated Vegetables of the World : A Multilingual Onomasticon, Wageningen, Wageningen Academic Publishers, 2011.

Shang Zhijun 尚志鈞, Tang xinxiu bencao 唐新修本草 (Nouvelle édition des Tang des materia medica) [éd. Corrigée], Hefei, Anhui kexuejishu chubanshe, 1981.

Song Xian 宋峴, ’Huihui yaofang’ kaoshi 回回醫方考釋 (Commentaires sur l’ouvrage « Prescriptions de l’ethnie Hui »), Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Song Xian 宋峴, Gudai Bosi yixue yu Zhongguo 古代波斯醫學與中國 (La médecine en Perse antique et la Chine), Beijing, Jingji ribao chuban she, 2001.

Sorenson John L., Johannessen Carl L., « Biological Evidences for Pre-Columbian Transoceanic Voyage », Victor H. Mair, éd., Contact and Exchange in the Ancient World, Honolulu, University of Hawai’i Press, 2006.

Tang Shenwei 唐慎微 (auteur), Ai Sheng 艾晟 (réviseur), Shang Zhijun 尚志鈞 (annotateur), Daguan Bencao 大觀本草 (Materia medica compilés à l’ère Daguan), Hefei, Anhui kexue jishu chuban she, 2002.

The Taoist Canon : A Historical Companion to the Daozang (Daozang tongkao 道藏通考), édité par Kristofer Schipper et Franciscus Verellen. Chicago, University of Chicago Press, vol. 2, 2004.

Wang Chunhang 王淳航, Li Tianshi 李天石, « Lun Liuchao shiqi de shucai zhongzhi yu liuzhuan » 論六朝時期的蔬菜種植與流傳 (La culture et la circulation des légumes pendant la période des Six Dynasties) Nanjing Shida xuebao (Shehui kexue ban) 南京師大學 報(社會科學版), no 5, 2011.

Wang Chunhang, Li Tianshi, « Lun Liuchao shiqi de shucai zhongzhi yu liuzhuan ».

Wu Qijun 吳其濬, Zhiwu mingshi tu kao 植物名實圖考 (Étude illustrée sur les noms et les caractéristiques des plantes), Beijing, Shangwu yinshuguan, 1957.

Xu Shen 許慎 (auteur), Duan Yuzai 段玉裁 (comment.), Shuowen jiezi zhu 說文解字注 (Notes sur le Dictionnaire d’explication et d’analyse des caractères), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1988.

Xu Wenkan 徐文堪, « Gudai shijie de wenhua lianxi he jiaoliu – san ben zhongying wenlun zhu duhou » 古代世界的文化聯繫和交 流 — 三本中英文論著讀後 (Relations et échanges culturels dans le monde de l’antiquité – réflexions après lecture de trois textes sino-anglais), Chuantong zhongguo yanjiu jikan 傳統中國研究集 刊 (Recueil d’articles sur la Chine traditionnelle), no 1, Shanghai renmin chuban she, 2006.

Xu Xuya 許序雅, Zhongya Saman wangchao shi yanjiu 中亞薩曼王朝 史研究 (Étude sur l’histoire de la dynastie des Samanides en Asie centrale), Guiyang, Guizhou renmin chubanshe, 2000.

Xuanzang 玄奘, Bianji 辨機 (auteurs), Ji Xianlin 季羡林 (annotateur), Da Tang Xiyu ji jiaozhu 大唐西域記校注 (Notes sur les Mémoires sur les contrées de l’Ouest des grands Tang), Beijing, Zhonghua shuju, 1985.

Ye Jingyuan 叶静渊, « Woguo gencai lei zaipei shi lüe, xu » 我國根菜 類栽培史略(續) (Histoire de la culture des légumes-racines en Chine, suite), Gujin nongye 古今農業, no 4, 1995.

Yu Xilu 俞希魯 (compilateur), Yang Jiqing 楊積慶, Jia Xiuying 賈秀英 (annotateurs), Zhishun Zhenjiang zhi 至順鎮江志 (Monographie du Zhenjiang compilée à l’ère Zhishun), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1999.

Yu Xin 余欣, « Yuancai guogua zhumiliang : Dunhuang shucai bowuzhi » 園菜菓瓜助米糧:敦煌蔬菜博物志 (Légumes, fruits, courges et céréales : une histoire naturelle des légumes de Dunhuang), Dunhuang xue jikan 敦煌學輯刊, no 11, 2013.

Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu, xinyang yu shehui 中古異相:寫本時代的學術、信仰與社會 (Signes extraordinaires en Chine médiévale : érudition, croyance et société à l’époque des manuscrits), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011.

Zhang Jiyu 張繼禹, dir., Zhonghua daozang 中華道藏 (Le Canon taoïste de la Chine), vol. 18, Beijing, Huaxia chubanshe, 2004.

Zhang Pingzhen 張平真, « Caiyong tiancai mingcheng kao » 菜用菾 菜名稱考 (Étude sur les noms de la blette), Zhongguo shucai 中國 蔬菜, no 5, 1992.

Zhang Xiancheng 張顯成, Jianbo yao ming yanjiu 簡帛藥名研究 (Étude sur les noms de médicaments figurant sur des livres sur bois et sur soie), Chongqing, Xi’nan shifan daxue chubanshe, 1997.

Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang jingbu wenxian heji 敦煌經部文 獻合集 (Recueil des classiques confucéens de Dunhuang), tome VIII, « Xiaoxue leizishu zhi shu » 小學類字書之屬 (Chapitre sur les encyclopédies utilisées en primaire), Beijing, Zhonghua shuju, 2006.

Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏 晉南北朝時期的蔬菜 (Les légumes pendant la période des Six Dynasties), Wenshi 文史, vol. 44, 1998.

Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏 晉南北朝時期的蔬菜 (Les légumes pendant la période des Six Dynasties), Wenshi 文史, no 44, 1998.

Zhao Zhijun 趙志軍, Zhiwu kaoguxue : lilun, fangfa he shijian 植物 考古學:理論、方法和實踐 (Archéologie des plantes : théorie, méthodes et pratique), Beijing, Kexue chubanshe, 2010.

Zheng Binglin 鄭炳林, « Wan Tang Wudai Dunhuang yuanyou jingji yanjiu » 晚唐五代敦煌園囿經濟研究 [Étude sur l’économie des jardins de Dunhuang à la fin de la dynastie des Tang et pendant la période des Cinq Dynasties], Dunhuang Guiyijun shi zhuanti yanjiu 敦煌歸義軍史專題研究 (Étude sur l’histoire de l’armée Guiyi de Dunhuang), Lanzhou, Lanzhou daxue chubanshe, 1997.

Zheng Binglin 鄭炳林, « Wan Tang Wudai Dunhuang yuanyou jingji yanjiu ».

Zhou Shaoliang 周紹良, « Dunhuang wenxue Er lang wei bing ba » 敦煌文學〈兒郎偉〉並跋 (Le Er lang wei dans la littérature de Dunhuang et postface), Chutu wenxian yanjiu 出土文獻研究, vol. 1, Beijing, Wenwu Chubanshe, 1985.

Notes

1 Huang Zheng 黃徵, Wu Wei 吳偉 (révision), Dunhuang yuanwen ji 敦煌願文集 (Recueil de vœux de Dunhuang), Changsha, Yuelu shushe, 1995, p. 954.

2 Cf. Zhou Shaoliang 周紹良, « Dunhuang wenxue Er lang wei bing ba » 敦煌文學〈兒郎 偉〉並跋 (Le Er lang wei dans la littérature de Dunhuang et postface), Chutu wenxian yanjiu 出土文獻研究, vol. 1, Beijing, Wenwu Chubanshe, 1985, p. 173-185 ; Huang Zheng 黃徵, « Dunhuang yuanwen Er lang wei jikao » 敦煌願文〈兒郎偉〉輯考 (Étude sur le Er lang wei du recueil de vœux de Dunhuang), Jiuzhou xuekan九州學刊, livre V, no 4, 1993, p. 51-85.

3 Ville de l’actuelle province du Gansu.

4 Cf. Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏晉南北朝時期 的蔬菜 (Les légumes pendant la période des Six Dynasties), Wenshi 文史, vol. 44, 1998, p. 97-113 ; Wang Chunhang 王淳航, Li Tianshi 李天石, « Lun Liuchao shiqi de shucai zhongzhi yu liuzhuan » 論六朝時期的蔬菜種植與流傳 (La culture et la circulation des légumes pendant la période des Six Dynasties) Nanjing Shida xuebao (Shehui kexue ban) 南 京師大學報(社會科學版), no 5, 2011, p. 66-72.

5 Cf. Gao Qi’an 高啟安, Tang Wudai Dunhuang yinshi wenhua yanjiu 唐五代敦煌飲食文 化研究 (Étude sur la culture gastronomique de Dunhuang pendant la dynastie des Tang et la période des Cinq Dynasties), Beijing, Minzu chubanshe, 2004, p. 34-39 ; Zheng Binglin 鄭 炳林, « Wan Tang Wudai Dunhuang yuanyou jingji yanjiu » 晚唐五代敦煌園囿經濟研究 [Étude sur l’économie des jardins de Dunhuang à la fin de la dynastie des Tang et pendant la période des Cinq Dynasties], Dunhuang Guiyijun shi zhuanti yanjiu敦煌歸義軍史專題研 究 (Étude sur l’histoire de l’armée Guiyi de Dunhuang), Lanzhou, Lanzhou daxue chubanshe, 1997, p. 317-324.

6 Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang jingbu wenxian heji 敦煌經部文獻合集 (Recueil des classiques confucéens de Dunhuang), tome VIII, « Xiaoxue leizishu zhi shu » 小學類 字書之屬 (Chapitre sur les encyclopédies utilisées en primaire), Beijing, Zhonghua shuju, 2006, p. 4166. L’extrait qui suit est tiré de ce livre : nous avons adopté la graphie simplifiée standard pour les caractères non fixés, et altéré l’extrait en fonction des commentaires.

7 Le caractère she 蛇 était réputé manquant dans le Dunhuang jingbu wenxian jihe 敦煌 經部文獻合集. Or il ne l’est absolument pas : une observation minutieuse nous livre le caractère 虵, une variante écrite de 蛇. La patole a beaucoup de noms, comme « patolle », « serpent végétal », « courge végétale ». La patole comestible appartient à la famille des Cucurbitaceae et au genre Trichosanthes ; c’est une plante grimpante annuelle. Elle est originaire de l’Inde et de l’Asie du Sud-est ; aucune mention précise n’est faite de la date de son introduction en Chine. On estimait par le passé que sa culture ne remontait pas très loin dans le temps ; ce texte prouve qu’elle était cultivée à Dunhuang pendant l’époque médiévale, et elle a donc dû être introduite par la route de la Soie.

8 Nous avons consacré un de nos écrits à l’explicitation de ce que sont la menthe des montagnes, le Polygonum criopolitanum, la mauve, la moutarde, la moutarde à fines feuilles, la moutarde blanche, la Capsella bursa-pastoris, les jeunes feuilles de gingembre, l’Allium mongolicum, le huidiao, le tuodiao, la courge Han, la calebasse, etc. Nous avons publié d’autres articles spécialisés et leur exégèse sur le sujet, voir Yu Xin 余欣, « Yuancai guogua zhumiliang : Dunhuang shucai bowuzhi » 園菜菓瓜助米糧:敦煌蔬菜博物志 (Légumes, fruits, courges et céréales : une histoire naturelle des légumes de Dunhuang), Dunhuang xue jikan 敦煌學輯刊, no 11, 2013, p. 18-30.

9 Zheng Binglin et Gao Qi’an ont également mené des études sur les fruits et légumes de Dunhuang, mais n’ont tenu compte ni de cet ouvrage ni des questions s’y rapportant. Cf. Zheng Binglin 鄭炳林, « Wan Tang Wudai Dunhuang yuanyou jingji yanjiu », p. 317-324 ; Gao Qi’an 高啟安, Tang Wudai Dunhuang yinshi wenhua yanjiu, p. 34-39.

10 Zhao Zhijun 趙志軍, Zhang Juzhong 張居中, « Henan Wuyang Jiahu yizhi fuxuan jieguo fenxi baogao » 河南舞陽賈湖遺址浮選結果分析報告 (Rapport d’analyse des résultats obtenus par flottation sur le site de Jiahu à Wuyang dans le Henan), initialement publié dans le no 10 de la revue Kaogu (2009), tiré ici de Zhao Zhijun 趙志軍, Zhiwu kaoguxue : lilun, fangfa he shijian 植物考古學:理論、方法和實踐 (Archéologie des plantes : théorie, méthodes et pratique), Beijing, Kexue chubanshe, 2010, p. 90-108.

11 Feng Yuhuan 酆裕洹, dir., Gongyuanqian woguo shiyong shucai de zhonglei tantao 公 元前我國食用蔬菜的種類探討 (Étude sur les variétés de légumes consommées en Chine avant l’ère commune), Beijing, Nongye chubanshe, 1960, p. 33.

12 S. J. Kays, Cultivated Vegetables of the World : A Multilingual Onomasticon, Wageningen, Wageningen Academic Publishers, 2011, p. 122-123. Il s’agit d’un livre de référence qui recense les noms propres de plantes cultivées en différentes langues ; junda figure parmi les noms chinois cités dans la catégorie Beta vulgaris L. Cicla group.

13 Zhang Pingzhen 張平真, « Caiyong tiancai mingcheng kao » 菜用菾菜名稱考 (Étude sur les noms de la blette), Zhongguo shucai 中國蔬菜, no 5, 1992, p. 31-32.

14 Cf. Ren Jiyu 任繼愈, dir., Daozang tiyao 道藏提要 (Notices bibliographiques du Canon taoïste), Beijing, Zhongguo shehuikexue chubanshe, 1991, p. 436.

15 The Taoist Canon : A Historical Companion to the Daozang (Daozang tongkao 道藏通 考), édité par Kristofer Schipper et Franciscus Verellen. Chicago, University of Chicago Press, vol. 2, 2004, p. 867.

16 Cf. Chen Guofu 陳國符, Daozang yuanliu kao 道藏源流考 (Étude sur les origines du Canon taoïste), Beijing, Zhonghua shuju, 1963, p. 391 ; Daozang yuanliu xukao 道藏源流續 考 (Suite de l’étude sur les origines du Canon taoïste), Taipei, Ming wen shuju, 1983, p. 346.

17 Zhang Jiyu 張繼禹, dir., Zhonghua daozang 中華道藏 (Le Canon taoïste de la Chine), vol. 18, Beijing, Huaxia chubanshe, 2004, p. 512,

18 Jia Ming 賈銘, Yinshi xuzhi 飲食須知 (Connaissances élémentaires en matière d’alimentation), vol. 3, photocopie, Taibei, Guangwen shuju, 1969, p. 89

19 Le premier caractère qui compose le mot « blette » en chinois se prononce tian et est l’homophone de l’adjectif « sucré ». (N.D.T.)

20 Li Shizhen 李時珍, Bencao gangmu 本草綱目 (Compendium de materia medica), édition annotée, Beijing, Renmin weisheng chubanshe, 1982, p. 1646.

21 De nombreux livres de référence, dont le dictionnaire Ci yuan 辭源 (Origine des mots), continuent à relayer cette opinion. Cf. Gao Mingqian 高明乾, dir., Zhiwu guhanming tu kao 植物古漢名圖考 (Étude sur les noms des plantes en chinois ancien), Zhengzhou, Daxiang chubanshe, 2006, p. 305.

22 Wu Qijun 吳其濬, Zhiwu mingshi tu kao 植物名實圖考 (Étude illustrée sur les noms et les caractéristiques des plantes), Beijing, Shangwu yinshuguan, 1957, p. 81.

23 Cf. Zhang Xiancheng 張顯成, Jianbo yao ming yanjiu 簡帛藥名研究 (Étude sur les noms de médicaments figurant sur des livres sur bois et sur soie), Chongqing, Xi’nan shifan daxue chubanshe, 1997 ; Liu Zenggui 劉增貴, « Juyan Hanjian suojian Handai bianjing yinshi shenghuo » 居延漢簡所見漢代邊境飲食生活 (Étude des livres sur lamelles de bambou de Juyan traitant des traditions gastronomiques aux frontières de l’Empire sous la dynastie des Han), Gujin lunheng 古今論衡 no 3, 1999, p. 2-18.

24 Les Principales techniques pour le bien-être du peuple recensent principalement des variétés de légumes cultivées dans le Nord. Pour les variétés cultivées dans le Sud et la consommation qui en était faite pendant la période des Six Dynasties, voir les commentaires de Guo Pu 郭璞 (276-324) aux dictionnaires Er ya et Fangyan 方言 (Dialectes), Cui Bao 崔 豹 (activité iiie siècle), Gujin zhu 古今注 (Notes sur les temps anciens), Guo Yigong 郭義 恭 (activité iiie siècle), Guang zhi 廣志 (Monographie augmentée [des choses]), Gu Yewang 顧野王 (519-581), Yupian 玉篇 (Chapitres de jade), etc. Cf. Wang Chunhang, Li Tianshi, « Lun Liuchao shiqi de shucai zhongzhi yu liuzhuan », p. 66-68.

25 Yu pian 玉篇 (Chapitres de jade), vol. 13, « Caobu » 艸部 (Chapitre sur les herbes) : « le caractère 菾 se prononce tian et désigne un légume », in Songben Yupian 宋本玉篇 (Chapitres de jade des Song), Beijing, Zhongguo shudian, 1983, p. 264.

26 Shang Zhijun 尚志鈞, Tang xinxiu bencao 唐新修本草 (Nouvelle édition des Tang des materia medica) [éd. Corrigée], Hefei, Anhui kexuejishu chubanshe, 1981, p. 469.

27 Pour une étude sur les potages, cf. Huang Jingui 黃金貴, « Geng, tang biankao »“羹” 、“湯”辨考 (Étude sur la distinction entre geng et tang), Zhejiang daxue xuebao 浙江大 學學報, no 1 (1ère édition), 2005, tiré ici de Huang Jingui 黃金貴, dir., Jiewu shiming 解物釋 名 (Explications des choses et des noms), Shanghai, Shanghai cishu chubanshe, 2008, p. 302-317.

28 Zhang Zexian 張澤咸, « Weijin Nanbeichao shiqi de shucai » 魏晉南北朝時期的 蔬菜 (Les légumes pendant la période des Six Dynasties), Wenshi 文史, no 44, 1998, p. 108.

29 Xu Shen 許慎 (auteur), Duan Yuzai 段玉裁 (comment.), Shuowen jiezi zhu 說文解字 注 (Notes sur le Dictionnaire d’explication et d’analyse des caractères), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1988, p. 28, haut de page.

30 Cf. chapitre 3.

31 Duan Chengshi 段成式 (auteur), Fang Nansheng 方南生 (éditeur), Youyang zazu 酉陽 雜俎 (Miscellanées de Youyang), Beijing, Zhonghua shuju, 1981, p. 189.

32 Comme Duan Chengshi connaissait de nombreuses choses d’origine perse, il décrit avec minutie dans son recueil les caractéristiques propres aux plantes et animaux en question et traduit leur nom perse. Il écrit par exemple : « wushizi 無石子 (une variété de galle du chêne, N.D.T.) : originaire de Perse, d’où vient son nom, muzak ». Son intérêt pour l’histoire naturelle est à la base de tout, aussi ses connaissances dépassent-elles de loin le niveau moyen de l’époque. Cependant, dans la mesure où il apparente le junda à la famille des Tricyrtis, on peut en déduire que ce légume n’est pas connu que des spécialistes d’histoire naturelle.

33 Laufer Berthold, Sino-Iranica : Chinese Contributions to the History of Civilization in Ancient Iran, with Special Reference to the History of Cultivated Plants and Products, Chicago, Field Museum of Natural History, 1919, p. 399-400.

34 Duan Chengshi 段成式 (auteur), Imamura Yoshio 今村与志雄 (traducteur et annotateur), Yuyo zasso 酉陽雜俎, vol. 3, Tokyo, Heibonsha, 1981, p. 314.

35 E.H. Schafer, The Golden Peaches of Samarkand, A Study in T’ang Exotics, Berkeley, University of California Press, 1963, p. 147.

36 A Soup for the Qan : Chinese Dietary Medicine of the Mongol Era as Seen in Hu Szu-Hui’s Yin-shan Cheng-Yao. Introduction, traduction, commentaires et texte chinois par Paul D. Buell et Eugene N. Anderson, London and New York, Kegan Paul International, 2000, p. 544-546.

37 Du Huan 杜環 (auteur), Zhang Yichun 張一純 (annotateur), Jingxing ji jianzhu 經行記 箋注 (Notes sur les Carnets de voyage), Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 60. Le mot 韮薤 est écrit 茇薤 dans le Xin Tang shu新唐書, « Xiyu zhuan » 西域傳 ; 韮薤 dans le livre 196 du Tong zhi 通志 et 英薤 dans le Jingxing ji jianzhu. Grâce au Zaji shiyao yongzi 雜集時要 用字 exhumé à Dunhuang, on sait qu’il est l’équivalent de 韮薤.

38 Xuanzang 玄奘, Bianji 辨機 (auteurs), Ji Xianlin 季羡林 (annotateur), Da Tang Xiyu ji jiaozhu 大唐西域記校注 (Notes sur les Mémoires sur les contrées de l’Ouest des grands Tang), Beijing, Zhonghua shuju, 1985, p. 214.

39 Huilin 慧琳, Yiqiejing yinyi 一切經音義 (Son et sens du Tripitaka), Zheng xu yiqiejing yinyi 正續一切經音義 (Son et sens du Tripitaka, suite), 1986, Shanghai guji chubanshe, réimprimé d’après l’édition de la Shishigatani-Byakurensha, vol. 28, dos de la page 7.

40 Chen Cangqi 陳藏器 (auteur), Shang Zhijun 尚志钧 (annotateur), Bencao shiyi 本 草拾遺 (Complément aux materia medica), Hefei, Anhui kexuejishu chubanshe, 2002, p. 302. Jiayou Bencao 嘉祐本草 (Materia medica compilés à l’ère Jiayou) étant un ouvrage très confus, il est impossible de retrouver d’où sont issus les emprunts qu’il fait ; c’est ce qu’explique Shang Zhijun dans ses notes.

41 Nongsang jiyao 農桑輯要 (Précis d’agriculture et de sériciculture), vol. 5, ministère de l’Agriculture 大司農司 (éditeur), Miao Qiyu 繆啟愉 (annotateur), in Yuan ke ‘nongsang jiyao’jiaoshi 元刻農桑輯要校釋 (Précis d’agriculture et de sériciculture des Yuan : notes et explications), Beijing, Nongye chubanshe, 1988, p. 348.

42 Jiading Chicheng zhi 嘉定赤城志 (Monographie du Chicheng compilée à l’ère Jiading), édition phototypique, in Song Yuan fangzhi congkan 宋元方志叢刊 (Collection de monographies locales compilées sous les Song et les Yuan), vol. 7, Beijing, Zhonghua shuju, 1990, p. 7564, bas de page.

43 Yu Xilu 俞希魯 (compilateur), Yang Jiqing 楊積慶, Jia Xiuying 賈秀英 (annotateurs), Zhishun Zhenjiang zhi 至順鎮江志 (Monographie du Zhenjiang compilée à l’ère Zhishun), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1999, p. 143.

44 La première version de ce texte a été soumise au colloque international de littérature occidentale et d’Asie centrale (Zhongyang minzu daxue, Beijing, 23-25 novembre 2012). À cette occasion, Nicholas Sims-Williams (SOAS, université de Londres) a avancé que Laufer aurait pu inventer ce mot moyen-perse, qui ne figure d’après lui dans aucune autre inscription ni aucun texte moyen-perse ou sogdien.

45 Liu Yingsheng 劉迎勝, « Tang Yuan shidai Zhongguo de Yilang yuwen yu bosi yuwen jiaoyu » 唐元時代中國的伊朗語文與波斯語文教育 (Enseignement de la langue et de la littérature iraniennes et perses en Chine pendant les dynasties des Tang et des Yuan), Xinjiang Daxue xuebao 新疆大學學報 (Zhexue shehui kexue ban 哲學社會科學版), vol. 19, no 1, 1991, p. 18-20.

46 Rong Xinjiang 榮新江, « Yi ge rushi Tangchao de bosi jingjiao jiazu » 一個入仕唐朝的 波斯景教家族 (Un clan perse nestorien servant à la cour des Tang), Zhonggu Zhongguo yu wailai wenming 中古中國與外來文明 (La Chine médiévale et les civilisations étrangères), Beijing, Sanlian shudian, 2001, p. 238-257.

47 Frye R. N. ed., The Cambridge History of Iran, vol. 4, The Period from the Arab Invasion to the Saljuqs, Cambridge, Cambridge University Press, 1975, p. 1-56.

48 Ning Ke 寧可, Hao Chunwen 郝春文, éd., Dunhuang sheyi wenshu jijiao 敦煌社邑 文書輯校 (Édition critique des documents concernant les associations à Dunhuang), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1997, p. 148.

49 Rong Xinjiang 榮新江, Yu Xin 余欣, Shazhou Guiyijun chaoye xi nianlu 沙州歸義軍朝 野繫年錄 (Annales de l’armée Guiyi dans la région de Shazhou), à paraître.

50 Xu Xuya 許序雅, Zhongya Saman wangchao shi yanjiu 中亞薩曼王朝史研究 (Étude sur l’histoire de la dynastie des Samanides en Asie centrale), Guiyang, Guizhou renmin chubanshe, 2000, p. 107-111.

51 Song Xian 宋峴, ‘Huihui yaofang’kaoshi 回回醫方考釋 (Commentaires sur l’ouvrage » Prescriptions de l’ethnie Hui »), Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 177.

52 Song Xian 宋峴, Gudai Bosi yixue yu Zhongguo 古代波斯醫學與中國 (La médecine en Perse antique et la Chine), Beijing, Jingji ribao chuban she, 2001, p. 177.

53 Tang Shenwei 唐慎微 (auteur), Ai Sheng 艾晟 (réviseur), Shang Zhijun 尚志鈞 (annotateur), Daguan Bencao 大觀本草 (Materia medica compilés à l’ère Daguan), Hefei, Anhui kexue jishu chuban she, 2002, p. 790.

54 Hu Sihui 忽思慧, Yinshan zhengyao 飲膳正要 (Principes de l’alimentation saine), vol. 3, édition royale de la 7e année du règne Jingtai 景泰 (1456), p. 50-53.

55 Hu Sihui 忽思慧 (auteur), Shang Yanbin 尚衍斌, Sun Lihui 孫立慧, Lin Huan 林歡 (annotateurs), Yinshan zhengyao zhushi 飲膳正要注釋 (Commentaires sur les Principes de l’alimentation saine), Beijing, Zhongyang minzu daxue chuban she, 2009,p. 323.

56 Ye Jingyuan 叶静渊, « Woguo gencai lei zaipei shi lüe, xu » 我國根菜類栽培史略( 續) (Histoire de la culture des légumes-racines en Chine, suite), Gujin nongye 古今農業, no 4, 1995, p. 55. Le titre initial comportait le caractère lai 萊 au lieu de cai 菜.

57 Huang Shijian 黃時鑒, « Bosiyu zai Yuandai Zhongguo » 波斯語在元代中國 (Le perse dans la Chine des Yuan), in Dongxi jiaoliu shi lungao 東西交流史論稿 (Essai sur l’histoire des relations Orient-Occident), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1998, p. 172-184.

58 Huang Shijian 黃時鑒, « Xiandai hanyu zhong de Yilang jieci chutan – jian cong yi he cemian kan Zhongguo wenhua xinli » 現代漢語中的伊朗借詞初探 — 兼從一個側 面看中國文化心理 (Étude préparatoire sur les mots empruntés à l’Iran dans le chinois moderne – pour une observation de biais de la psychologie de la culture chinoise), in Dongxi jiaoliu shi lungao, p. 185-199.

59 Les idées développées ici sont la mise en forme de notes et de souvenirs liés à la rencontre organisée par l’Institut japonais de recherche sur l’humanité et la nature, le 21 mars 2009, entre le professeur Borjigidai Oyunbilig 烏雲畢力格 et nous-même. Nous sommes seul responsable en cas d’erreur ou d’approximation.

60 Daotai 道泰, Zhijing 智鏡, Chanlin leiju 禪林類聚 (Encyclopédie du Chan), 3e année de l’ère Yanbao 延寶 (1675), édition ponctuée avec postscript, p. 50.

61 Il n’en existe aucune trace ni dans la liste des livres chinois rares ni dans celle des ouvrages publiés sous les Yuan. La nouvelle édition en fac-similé qu’est censée publier la National Library of China Press n’est pas encore parue. Se rapporter à Liu Yucai 劉玉才, « Chanlin leiju de banben yuanliu yu yuankanben de jiazhi – yingyin yuankanben chanlin leiju qianyan » 禪林類聚的版本源流與元刊本的價值 — 影印元刊本禪林類聚前言 (Les origines de l’édition de l’Encyclopédie du Chan et la valeur des ouvrages publiés sous les Yuan – préface à l’édition en fac-similé de l’Encyclopédie du Chan), Banben muluxue yanjiu 版本目錄學研究 (Ètude bibliographique des éditions), vol. 3, Beijing, Guojia tushuguan chubanshe, 2011, p. 245-252.

62 Cf. Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu, xinyang yu shehui 中古 異相:寫本時代的學術、信仰與社會 (Signes extraordinaires en Chine médiévale : érudition, croyance et société à l’époque des manuscrits), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011, p. 1-26, 189-247.

63 Tang shi 糖史 (L’histoire du sucre) de Ji Xianlin 季羡林, in Ji Xianlin wenji 季羡林文 集 (Recueil des œuvres de Ji Xianlin), livres 9 et 10, Nanchang, Jiangxi jiaoyu chuban she, 1998, nous a fait prendre conscience que des objets en apparence insignifiants pouvaient être les témoins d’échanges complexes et riches entre des civilisations. L’œuvre de Ji Xianlin est une source d’inspiration à bien des égards.

64 Sorenson John L., Johannessen Carl L., « Biological Evidences for Pre-Columbian Transoceanic Voyage », Victor H. Mair, éd., 2006, Contact and Exchange in the Ancient World, Honolulu, University of Hawai’i Press, p. 238-298. Pour une présentation de cet ouvrage, voir Xu Wenkan 徐文堪, « Gudai shijie de wenhua lianxi he jiaoliu – san ben zhongying wenlun zhu duhou » 古代世界的文化聯繫和交流 — 三本中英文論著讀後 (Relations et échanges culturels dans le monde de l’antiquité – réflexions après lecture de trois textes sino-anglais), Chuantong zhongguo yanjiu jikan 傳統中國研究集刊 (Recueil d’articles sur la Chine traditionnelle), no 1, Shanghai renmin chuban she, 2006, p. 107-109. Cet ouvrage a énormément contribué à la recherche en histoire des échanges dans l’antiquité, même si, comme l’a d’ailleurs signalé une critique, les échanges n’ont pas nécessairement été réalisés par voie maritime, ce que sous-entend le titre. Peter C. Perdue est l’auteur de cette critique, Journal of Chinese Studies, no 47, 2007, p. 520-521.

65 Rong Xinjiang 榮新江, Duan Qing 段晴, « Jushideyu kao » 據史德語考 (Étude sur la langue jushide), Zhongya xuekan 中亞學刊, no 5, Wulumuqi, Xinjiang renmin chubanshe, 2000, p. 9-21.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Chujunda’er (Hu Sihui, Principes de l’alimentation saine, vol. 3, édition royale de la 7e année du règne Jingtai [1456], p. 53).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search