Version classiqueVersion mobile

Savoirs traditionnels et pratiques magiques sur la route de la soie

 | 
Xin Yu

1. Les travers de l’historiographie

L’héritage des ouvrages classiques : cas du Hanshu

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage classique de Jin Yufu 金毓黻, Zhongguo shixue shi 中國史學史 (Histoire de l’historiographie chino (...)
  • 2 Les confucianistes des Qing ont travaillé en ce sens ; pour des ouvrages plus récents, voir Hu Baog (...)

1Les chercheurs travaillant à partir d’ouvrages historiographiques reprennent souvent les paradigmes des chercheurs en historiographie, privilégiant de ce fait l’étude de la pensée historiographique, du développement de cette discipline, du système consacrant les historiens officiels, du style à l’honneur dans les compilations d’ouvrages historiques, des descriptions et des enquêtes menées en étude des sources historiques et en étude des chroniques et des archives historiques1. Ce cadre de recherche, dans lequel le développement de la seule discipline historiographique est pris en compte, débouche à nos yeux sur une historiographie « introvertie ». À l’inverse, on peut placer l’historiographie en regard d’autres traditions culturelles, comme l’étude des Classiques, la poésie, le roman, et mettre au jour l’influence que ces différents genres et disciplines ont pu avoir les uns sur les autres ainsi que sur les liens qu’ils ont entretenu entre eux, en s’interrogeant notamment sur la portée culturelle et politique des changements dans les méthodes d’annotation, de l’essor des compilations d’histoire individuelles, de la multiplication des théories historiques, des biographies non officielles, des registres généalogiques et des monographies locales, ainsi que sur la différence entre les pratiques historiographiques du Nord et du Sud2. Nous qualifions cette pratique-là d’historiographie « extravertie ». Il va sans dire que ces deux tendances ont chacune leur importance et qu’elles ont l’une comme l’autre donné lieu à une grande richesse de travaux.

2Reste que, fondamentalement, nous sommes partisan d’étudier les documents archéologiques de manière à embrasser du regard de nouveaux territoires et de déplacer l’axe à ce jour majoritairement orienté sur l’historiographie et la documentation vers l’étude de ce qui a été responsable de la production de connaissances, de leur diffusion et de leur utilisation.

3Notre paradigme général de recherche est celui d’une étude menée sur le thème de l’historiographie dans le cadre de l’histoire sociale et intellectuelle. Dans cet article précis, nous nous interrogerons à partir de documents et inscriptions funéraires datant des Tang exhumés à Dunhuang et Turfan sur la diffusion du Hanshu 漢 書 (Histoire des Han) et sur l’empreinte laissée par ce livre — non pour en apprendre plus sur cet ouvrage en tant que tel ou pour faire avancer l’histoire de l’historiographie chinoise, mais pour réaliser une expérience d’histoire sociale et intellectuelle sur la période médiévale chinoise et tenter de créer un cadre explicatif à partir de ce cas isolé. À l’époque des manuscrits, comment produisait-on des connaissances ? Comment les « consommait »-on ? Comment cela variait-il d’une catégorie d’ouvrage à une autre ? Comment ces savoirs intégraient-ils la scène culturelle et la vie quotidienne ? Comment des traditions intellectuelles se sont-elles formées et ont-elles évolué ? Voici ce qui nous intéresse.

Diffusion des ouvrages historiographiques : fragments du Hanshu trouvés à Dunhuang et Turfan

Histoire académique

  • 3 Luo Zhenyu 羅振玉, Mingsha shishi guji congcan 鳴沙石室古籍叢殘 (Recueil de textes anciens trouvés dans des sa (...)
  • 4 Wang Zhongmin 王重民, Dunhuang guji xulu 敦煌古籍敘錄 (Notes des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Be (...)
  • 5 Yamamoto Tatsurō, « Tonkō hakken no daisoku gan’nen seki to kansho keihō kokorozashi – Pelliot shūs (...)
  • 6 Dans un chapitre intitulé « Shiseki » 史籍 (Ouvrages d’histoire), Ozaki Yasushi 尾崎 康 présente huit co (...)
  • 7 Jiang Xuewang 江學旺, Dunhuang xieben zhengshi jijiao 敦煌寫本正史輯校 (Compilation et étude de manuscrits d’h (...)
  • 8 Zhang Gong 張弓 (dir.), Dunhuang dianji yu Tang Wudai lishi wenhua 敦煌典籍與唐 五代歷史文化 (Classiques de Dunhu (...)

4Les premiers documents découverts à Dunhuang à avoir été considérés par les chercheurs comme des ouvrages d’intérêt historiographique sont quatre ouvrages classiques, parmi lesquels figure évidemment le Hanshu. Dès 1917, Luo Zhenyu fait figurer dans son Mingsha shishi guji congcan 鳴沙石室古籍叢殘 (Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires de Mingsha) les fragments de la « Wang Mang zhuan » 王莽傳 (Biographie de Wang Mang), auxquels il joint une postface ; il s’agit là de la première étude critique de cet ouvrage3. Peu de temps après, Wang Zhongming 王重民 transcrit les manuscrits P. 3669, P. 3557, S. 2053, P. 2485, P. 2513 et P. 2793, six fragments du Hanshu appartenant aux collections française et anglaise, et procède lui aussi à une entreprise de critique textuelle4. À la suite de quoi, pendant très longtemps, personne ne s’intéresse aux copies du Hanshu trouvées à Dunhuang et Turfan, si ce n’est à P. 3669 et P. 35575, qui sont des copies du « Xingfa zhi » 刑法志 (Traité des lois pénales), incluses dans le Hanshu. En dehors de très courtes présentations, aucune publication traitant spécifiquement du sujet n’est parue6, jusqu’à ce que, très récemment, Jiang Xuewang 江學 旺 publie un remarquable travail de classement et de correction d’exemplaires du Hanshu, à ce jour inégalé ; il a fourni une base documentaire solide à nos recherches7. Peu de temps après, ce fut au tour de Li Jinxiu 李錦繡 de produire un travail méticuleux sur le sujet8.

Fig. 1 : photos du document Ch 938 et des fragments de manuscrits de Dagu exhumés à Turfan conservés à la bibliothèque nationale de Berlin, avec au recto la « Biographie de Zhang Liang » du Hanshu et au verso le « Zhongni dizi liezhuan » des Mémoires historiques (photos fournies par Rong Xinjiang).

Fig. 1 : photos du document Ch 938 et des fragments de manuscrits de Dagu exhumés à Turfan conservés à la bibliothèque nationale de Berlin, avec au recto la « Biographie de Zhang Liang » du Hanshu et au verso le « Zhongni dizi liezhuan » des Mémoires historiques (photos fournies par Rong Xinjiang).
  • 9 Édouard Chavannes, Les Mémoires Historiques, 6 vol., Adrien Maisonneuve, Paris, 1967.
  • 10 Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番 文獻知見錄 (Documents de Dunhuang (...)

5Du point de vue méthodologique, Rong Xinjiang 榮新江, qui a publié une étude sur les fragments du Hanshu exhumées à Turfan appartenant au fonds allemand, est le chercheur le plus novateur. Figurent en effet au recto du manuscrit Ch. 938 le chapitre 40 du Hanshu, « Zhang Liang zhuan » 張良傳 (Biographie de Zhang Liang), et au verso le chapitre 67 du Shiji 史記 (Mémoires historiques9), « Zhongni dizi liezhuan » 仲尼弟子列傳 (Biographies des disciples de Zhongni). La calligraphie lui a rappelé celle des planches 5 (1) et 5 (2) du Saiiki kōko zufu 西域考古圖譜 (Manuel illustré des explorations des régions occidentales), qui reproduit des illustrations d’ouvrages classiques. Malgré quelques menues différences, il lui a semblé que ces documents ne pouvaient qu’être issus d’un même manuscrit. Il les a donc fait restaurer et positionner à leur place originelle. À partir de là, il a constaté que s’il existait de nombreuses copies du Hanshu, il était extrêmement rare que figurent au recto et au verso d’un même manuscrit des extraits des Mémoires historiques et du Hanshu. De son point de vue, le fait que, depuis les dynasties des Han et des Wei, le Hanshu a la primeur par rapport aux Mémoires historiques nous donne un indice sur l’ordre dans lequel ces textes ont été copiés. La découverte de documents anciens à Kucha et Turfan prouve quant à elle que ces écrits ont bel et bien été diffusés dans l’Ouest, et revêt à ce titre une importance capitale10.

  • 11 Yu Xin, “New Perspective on HanshuHanshu : The Paradigm of Chinese Standard History and the Early C (...)

6L’excellent travail de ces chercheurs nous a permis de rédiger un article intitulé « Nouvelles perspectives sur le Hanshu », que nous avons soumis lors du colloque international sur les historiographies orientale et occidentale organisé par l’université de Salzbourg (Autriche). Nous y abordions le sujet des manuscrits du Hanshu et des documents archéologiques s’y rapportant ; cependant, contraint par le thème du colloque et le cadre linguistique, nous n’avons pas pu donner à cet item tout l’espace nécessaire11. Nous focaliserons sur lui dans le présent texte, menant l’approche du point de vue de l’histoire sociale et intellectuelle. Nous commencerons par présenter chacun des manuscrits en question et par en proposer une analyse générale.

Présentation des manuscrits

780 TBI : 001 (a) « Chronique du règne de Han Wudi », Chronique des Han (Hanji – Xiaowu huangdi ji 漢紀·孝武皇帝紀)

  • 12 Nous sommes à cet égard redevables à Zhang Yongbing 張永兵 du bureau des biens culturels de Turfan et (...)
  • 13 Liu Hongliang 柳洪亮, Xin chu Tulufan wenshu ji qi yanjiu 新出吐魯番文書及其研 究 (Documents nouvellement découve (...)

8Les résultats des découvertes effectuées entre octobre 1980 et juillet 1981 par le centre de conservation des biens culturels de Turfan lors de son travail de restauration et d’aménagement des grottes des mille Bouddhas de Bezeklik sont aujourd’hui conservés au musée de Turfan. D’après les photos en couleur originales12 et les retranscriptions de Liu Hongliang 柳洪亮13, voici ce que nous avons pu reconstituer :

  1. … les coutumes étaient proches de celles des Xi (?). Certains refusèrent…

  2. … La Bactriane n’était pas à l’époque un royaume unifié sous la bannière d’un seul souverain…

  3. … Xiumi xihou (prince), le deuxième s’appelle Shuang…

  4. … le quatrième s’appelle Zhendun xihou, le cinquième s’appelle…

  5. … □…

  1. 息同俗,其餘小眾不

  2. 大夏本無大君長,往

  3. 休密翖侯,二曰雙

  4. 四曰朕頓翖侯,五曰

  • 14 Tulufan diqu wenwu guanlisuo 吐魯番地區文物管理所 (Centre de conservation des biens culturels de Turfan), « B (...)

9Les archéologues ont vu en ce document un extrait des « Chroniques des régions occidentales » du Hanshu (Hanshu – Xiyuzhuan 漢書·西域傳)14, un avis auquel s’est rangé Liu Hongliang. Il importe ici de préciser que, si de nombreuses parties de ces chroniques semblent bien tirées du Hanshu, un style trop différent et des ellipses trop importantes plaident contre une attribution complète. Voici le texte original, dans le Hanshu, des « Chroniques des régions occidentales » :

  • 15 HanshuHanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1962, p. 3890-3891.

Les grands Yuezhi étaient un peuple nomade qui suivait ses troupeaux dans leurs migrations, dont les coutumes étaient proches de celles des Xiongnu. Capables de mettre sur pied une armée de plus de cent mille guerriers archers, sûrs de leur force, ils méprisaient ces derniers. Ils vivaient dans la région comprise entre Dunhuang et les monts Qilian. Sous le règne de Modu Chanyu, les Xiongnu vainquirent les Yuezhi ; sous le règne de Laoshang Chanyu, ils tuèrent le chef Yuezhi et firent de son crâne une coupe. Dans sa fuite, le peuple Yuezhi passa par le Dayuan puis continua vers l’ouest, où il soumit et réduisit les Bactres à l’état de vassaux et établit sa capitale sur la rive nord de l’Oxus. Certains Yuezhi refusèrent d’émigrer et se réfugièrent chez les Qiang, dans les montagnes du Sud ; ils furent par la suite appelés les « petits » Yuezhi.
La Bactriane n’était pas à l’époque un royaume unifié sous la bannière d’un seul souverain, chaque cité avait son dirigeant. Les Bactres craignant la guerre, ils se soumirent très rapidement aux Yuezhi. Les deux peuples étaient tous les deux des vassaux des Han. La Bactriane comptait cinq xihou (princes) : Xiumi, qui avait établi sa capitale à Hemo, distante de 2841 li du protectorat des régions occidentales et de 7802 li de Yangguan ; Shuangmi, qui avait établi sa capitale à Shuangmi, distante de 3741 li du protectorat et de 7782 li de Yangguan ; Guishuang, qui avait établi sa capitale à Huzao, distante de 5940 li du protectorat et de 7982 li de Yangguan ; Xidun, qui avait établi sa capitale à Bomao, distante de 5962 li du protectorat et de 8202 li de Yangguan ; et Lifu, qui avait établi sa capitale à Gaofu, distante de 6041 li du protectorat et de 9283 li de Yangguan. Ces cinq princes étaient soumis aux grands Yuezhi15.
大月氏本行國也,隨畜移徙,與匈奴同俗。控弦十餘 萬,故彊輕匈奴。本居敦煌、祁連間,至冒頓單于攻破月 氏,而老上單于殺月氏,以其頭爲飲器,月氏乃遠去,過大 宛,西擊大夏而臣之,都嬀水北爲王庭。其餘小衆不能去 者,保南山羌,號小月氏。
大夏本無大君長,城邑往往置小長,民弱畏戰,故月氏 徙來,皆臣畜之,共禀漢使者。有五翖侯:一曰休密翖侯, 治和墨城,去都護二千八百四十一里,去陽關七千八百二 里;二曰雙靡翖侯,治雙靡城,去都護三千七百四十一里, 去陽關七千七百八十二里;三曰貴霜翖侯,治護澡城,去都 護五千九百四十里,去陽關七千九百八十二里,四曰肸頓翖 侯,治薄茅城,去都護五千九百六十二里,去陽關八千二百 二里;五曰離附翖侯,治高附城,去都護六千四十一里,去 陽關九千二百八十三里。凡五翖侯,皆屬大月氏。

  • 16 Edwin. G. Pulleyblank, « Chinese Evidence for the Date of Kaniska », in A. L. Basham (ed.), Papers (...)
  • 17 Voir Jean-Pierre Drège, Les bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Pa (...)
  • 18 Les « yaochao » 要抄 sont des ouvrages composites qui ne reprennent que les éléments principaux du te (...)

10La phrase « la Bactriane n’était pas à l’époque un royaume unifié sous la bannière d’un seul souverain, chaque cité avait son dirigeant » est très clairement copiée des Mémoires historiques au chapitre « Chroniques de Dayuan » (Shiji – Dayuan liezhuan 史記· 大宛列傳). En revanche, ce texte mentionne les cinq princes et la distance séparant leurs capitales du protectorat des régions occidentales et de Yangguan, ce que ne font pas les Mémoires historiques ; du point de vue d’Edwin G. Pulleyblank, c’est parce qu’il aurait été enrichi des précisions apportées par Ban Chao 班超 après avoir été diffusé16. Quoi qu’il en soit, ce manuscrit ne provient pas d’un exemplaire complet des « Chroniques des régions occidentales » du Hanshu mais appartient à une version lacunaire. Manuscrits et ouvrages imprimés ne sont pas reproduits et diffusés de la même manière ; par exemple, il n’existe pas à l’époque de forme fixe pour les manuscrits17, ce qui n’a rien de bien surprenant. Dans le cas présent, le problème n’est pas tant que le texte présente des différences avec d’autres, mais qu’il a été l’objet de coupes et d’adaptations minutieuses ; il est donc assimilable à un de ces yaochaoben 要抄本 que nous avons déjà étudiés18. Peut-être ces yaochaoben virent-ils le jour à cause du contenu trop brouillon du Hanshu, difficile à comprendre et pour le copiste et pour le lecteur ; les versions les plus appréciées en auraient donc été des versions abrégées. Ce texte a par la suite été reproduit dans l’ouvrage Tulufan Bozekelike shiku chutu hanwen fojiao dianji 吐魯番柏孜克里克石窟出土漢文佛教典 籍 (Classiques bouddhistes en langue chinoise découverts dans les grottes de Bezeklik à côté de Turfan) avec pour intitulé « Jin xieben donghan Xun Yue Zhuan Qianhanji – Qianhan Xiaowu huangdi ji »

  • 19 Xinjiang weiwuer zizhiqu tulufanxue yanjiuyuan 新疆維吾爾自治區吐魯番學研 究院 (Centre de recherche des études de (...)

11晉寫本東漢荀悅撰《前漢紀·前漢孝武皇帝紀》 (copie manuscrite datant des Jin de la biographie de Han Wudi tirée des Chroniques des Han antérieurs de l’auteur Xun Yue, des Han orientaux)19. Voici ce que donne l’édition originale après restauration :

  • 20 Xun Yue, Han ji 漢紀 (Chroniques des Han antérieurs), Liang han ji 兩漢紀 (Chronique des Han), Zhang Lie (...)

Dans sa fuite, le peuple Yuezhi passa le Dayuan à l’ouest, puis soumit et réduisit les Bactres à l’état de vassaux. Il établit sa capitale sur les bords de l’Oxus. Les coutumes locales étaient similaires aux coutumes parthes. Certains Yuezhi refusèrent d’émigrer et se réfugièrent dans les montagnes du Sud ; ils furent par la suite appelés les « petits » Yuezhi. La Bactriane n’était pas à l’époque un royaume unifié sous la bannière d’un seul souverain, il existait de nombreux dirigeants locaux. Elle comptait cinq xihou (princes) : Xiumi, Shuangmi, Guishuang, Xidun et Gaofu20.
月氏乃遠去,西過大宛,擊大夏而臣之。國都嬀水,其 土地與安息同俗。其餘小衆不能去者,保南山,號小月氏 焉。大夏本無大君長,往往置小君長。有五翕侯:一曰( 未)〔休〕密翕侯,二曰雙靡翕侯,三曰貴〔霜〕翕侯,四 曰〔肸頓〕翕侯,五曰高附翕侯。

12Notre texte correspond très exactement à celui des Chroniques des Han. En dépit des onze caractères manquants, on peut affirmer qu’il en est une copie.

13Voici un extrait du chapitre 62 du Hanshu postérieurs, intitulé « Biographie de Xun Yue » (Hou Hanshu – Xun Yue zhuan 後漢書· 荀悅傳) :

  • 21 Hou HanshuHanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1965, p. 2062.

L’empereur Han Xiandi aimait beaucoup lire les classiques. Il trouvait cependant le style de Ban Gu, auteur du Hanshu, laborieux, et peinait à lire cet ouvrage. Il ordonna donc à Xun Yue d’écrire une chronique de trente chapitres, la Chronique des Han, dans le style du Zuozhuan. Il ordonna également à ses ministres de fournir à Xun Yue pinceaux et lattes de bambou. L’ouvrage est rédigé dans un style simple et concis et développe un argumentaire élégant et un contenu précis21.
帝好典籍,常以班固《漢書》文繁難省,乃令悅依《左 氏傳》體以爲《漢紀》三十篇,詔尚書給筆札。辭約事詳, 論辨多美。

14On peut également lire au chapitre « Monographie des livres » du Livre des Sui (Suishu – Jingji zhi 隋書·經籍志) :

  • 22 Suishu, Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 959.

Depuis l’abandon du système consacrant des historiens officiels, les historiens s’inspiraient de leurs prédécesseurs et prenaient tous pour modèle Ban Gu et Sima Qian. Han Xiandi, qui lisait beaucoup de classiques, jugeait le style de Ban Gu dans le Hanshu trop laborieux et difficile à comprendre. Il ordonna donc à Xun Yue, originaire du comté de Yingchuan, de composer une chronique des Han en trente livres dans le style du Zuozhuan. L’ouvrage, rédigé dans un style simple et concis et doté d’un argumentaire élégant et d’un contenu précis, a connu un grand succès22.
自史官放絕,作者相承,皆以班、馬爲準。起漢獻帝, 雅好典籍,以班固《漢書》文繁難省,命潁川荀悅作《春秋 左傳》之體,爲《漢紀》三十篇。言約而事詳,辯論多美, 大行於世。

  • 23 En réalité, la Chronique des Han corrige et complète le Hanshu en certains endroits. Cf. Li Shulan (...)
  • 24 Chi-yun Chen, Hsün Yüeh : The Life and Reflections of an Early Medieval Confucian. Cambridge and Ne (...)
  • 25 Hu Baoguo 胡寶國, ibid., p. 88.

15Ce que l’on désigne souvent sous le titre de Chroniques des Han est en fait une version abrégée du Hanshu23. Mais attention à ne pas être trop simpliste. Chen Qiyun 陳啟雲 invite ceux qui étudient cet ouvrage d’historiographie officielle à prêter attention à la vision de l’historiographie de Xun Yue, imprégnée d’une conception de l’univers plutôt confucéenne et d’une certaine volonté civilisatrice24. D’après Hu Baoguo 胡寶國 : « Les Han orientaux ont simplifié l’étude des classiques puis l’historiographie. Sous la dynastie des Han, l’étude des classiques est une discipline centrale, à laquelle l’historiographie est assujettie. De ce fait, la simplification de l’historiographie s’inscrit dans la suite logique de celle de l’étude des classiques25. »

16L’on doit bien sûr au hasard d’avoir découvert la Chronique des Han et non le Hanshu à Turfan. Mais peut-être cela révèle-t-il que la Chronique des Han circulait à l’époque davantage que le Hanshu. Trois raisons pourraient expliquer cela : dans un premier temps, outre la précision et la concision de la langue de cet ouvrage, c’est avant tout grâce à la puissance de son argumentation qu’il « connaît un grand succès ». À travers le corps du texte et les remarques finales filtrent clairement le parti pris du gouvernant et son projet politique. Dans un deuxième temps, bien que Gaochang soit très loin à l’ouest, l’amour d’un style concis, nourri par les traditions stylistiques antérieures, a tout de même beaucoup joué. Troisièmement, d’un point de vue pratique, la Chronique des Han était effectivement beaucoup plus facile à recopier et à lire.

  • 26 Liu Hongliang 柳洪亮, « Baizikelike shiku niandai shitan — genju Huihu gongyang renxiang dui dongku de (...)
  • 27 Li Shuhui 李樹輝, « Baizikelike shiku shijian niandai ji xiangguan shishi yanjiu » 柏孜克 里克石窟始建年代及相關史事研究(...)
  • 28 Liu Hongliang, Xin chu Tulufan wenshu ji qi yanjiu 新出吐魯番文書及其研究 (Documents officiels nouvellement dé (...)
  • 29 Pour les manuscrits de l’« Histoire des Wu » et de la « Biographie de Sun Quan » tirés des Annales (...)
  • 30 Li Yuchun 李遇春, « Tulufan chutu Sanguo zhi Weishu he fojing shidai de chubu yanjiu » 吐魯番出土〈三國志·魏書〉和佛 (...)
  • 31 Chen Guocan 陳國燦, Li Zheng李征, « Tulufan chutu de Dongjin (?) xieben Jinyangqiu canjuan » 吐魯番出土的東晋(?) (...)

17Il convient également de se pencher sur l’endroit où ce manuscrit a été retrouvé et sur l’époque à laquelle il a été copié. Liu Hongliang avance l’hypothèse que les premières grottes de Bezeklik ont été creusées sous le règne du clan Qu 麹 de Gaochang 高昌 (499-640)26. D’après Li Shuhui 李樹輝, la construction du monastère Chongfu » 崇福寺 qu’elles abritent commence en 555 ; il s’agissait du monastère de la famille royale du clan Qu. Il est édifié pour affirmer la résolution de « toujours soutenir les frontières » et témoigne à ce titre de la volonté des Qu de maintenir de bonnes relations avec leurs voisins Tujue. La vallée s’appelant Ningrong 寧戎, on parle aussi des monastères des grottes de Ningrong 寧戎窟寺, notamment quand la région prend le nom de Xizhou 西州 sous les Tang27. D’autres documents ont été exhumés en même temps que celui qui nous occupe, notamment des écrits en langues ouïgoure, sogdienne, brahmi, sanskrite ou encore tangoute, rédigés sur une période couvrant plus de onze siècles entre la dynastie des Jin 晉 (265-420) et celle des Yuan 元 (1279-1368). La plupart sont de caractère bouddhique, et quelques-uns de nature manichéiste et profane. Notre texte n’est pas daté précisément, mais Liu Hongliang estime que « son style de chancellerie, très marqué, le rapproche du manuscrit du Livre des Wu extrait des Annales des Trois Royaumes (Sanguo zhi – Wushu 三國 志·吳書) écrites sous les Jin, découvert en 1924 dans le comté de Shanshan 鄯善, ainsi que de celui de la « Biographie de Sun Quan » du même « Livre des Wu » (Sanguo zhi – Wushu Sun Quan zhuan 三國志·吳書·孫權傳), écrits à la même époque et découvert en 1965 à Turfan. Il y a donc fort à parier que ce document a été écrit sous les Jin28 ». En dehors de leur style calligraphique, ces documents se ressemblent également du point de vue de leur support, un fin papier de chanvre ligné en noir à intervalles assez serrés. Le tracé des caractères est net, et chaque colonne complète compte en moyenne 18 caractères29. Un « Livre des Wei » extrait des Annales des Trois Royaumes (Sanguo zhi – Weishu 三國志·魏書) a été exhumé en même temps que l’exemplaire de la « Biographie de Sun Quan » du « Livre des Wu ». D’après Li Yuchun 李遇春, il s’agit d’un autre vestige de la période des Jin orientaux et des Seize Royaumes, qui devait constituer avec les deux autres trouvés à cette période-là des volumes à part entière diffusés en tant que tels. Si l’on part du principe que ces manuscrits ont été copiés sous les Jin, on peut voir à quel point les contemporains de l’ère Gaochang s’intéressaient à l’histoire des Trois Royaumes30, ce que confirme également la découverte de fragments des Jin yangqiu 晉陽秋 (Printemps et Automnes des Jin) par les archéologues du musée du Xinjiang dans la tombe Astana 151 du site de Turfan, dont le style renvoie également à la période des Six Dynasties. Les chercheurs s’étant penchés sur ce document ont établi qu’il avait dû être composé sous le règne de l’empereur Xiao Wudi 孝武帝 des Jin orientaux (376 — 396) ; en effet, les 20000 foyers que l’empereur Fu Jian 苻堅 de l’État du Qin antérieur fait déplacer des plaines centrales vers Dunhuang autour de 385 deviennent, en s’installant au nord, les gardiens des manuscrits composés dans la tradition historiographique du Nord, qui passent ensuite de main en main jusqu’à la période Gaochang31.

  • 32 Pour les communications entre les Jushi du Sud et l’État du Qin antérieur, voir Wang Su, Gaochang s (...)

18Si ces hypothèses sont exactes, notre exemplaire des Chroniques des Han pourrait bien dater des Jin orientaux, voire de la fin du ive siècle, date à laquelle l’État du Qin antérieur envahit le Jushi du Sud 車師前國32. Il aurait par la suite été conservé par les fonctionnaires du clan Qu de Gaochang, qui s’intéressaient tout particulièrement à l’étude des Classiques et des ouvrages historiques. À l’entrée « Gaochang » du chapitre 97, intitulé « Chroniques des régions occidentales », du Livre des dynasties du Nord (Beishi – Xiyu zhuan 北史·西域傳), il est écrit :

  • 33 Beishi 北史 (Histoire des dynasties du Nord), Beijing, Zhonghua shuju, 1974, p. 3214-3215.

Qu Jia continuait à payer son tribut à la dynastie occupant les plaines centrales, et à envoyer des émissaires à la cour pour qu’ils délivrent leur rapport à l’empereur. Il y rappelait que son royaume s’étendant aux confins de l’Empire, il connaissait mal les décrets et les règlements impériaux, et demandait à l’empereur de bien vouloir lui faire parvenir les Cinq Classiques ainsi que des ouvrages d’histoire. Il le priait également de bien vouloir lui confier son assistant Liu Xie pour qu’il lui enseignât les Classiques. Wei Mingdi accéda à la demande de Qu Jia… Les écrits du royaume de Gaochang ont autant emprunté aux écrits de l’Empire qu’à ceux des royaumes de l’Ouest. Les commentaires de Mao Heng du Livre des Odes, Les Entretiens de Confucius et le Classique de la piété filiale y ont circulé ; le royaume a également créé des écoles pour diffuser ces connaissances. Si les sujets de Gaochang étudiaient ces ouvrages, ils les récitaient dans le dialecte de leur région.
(麴)嘉朝貢不絕,又遣使奉表,自以邊遐,不習典 誥,求借五經、諸史,並請國子助教劉燮以爲博士,明帝許 之。…… 文字亦同華夏,兼用胡書。有《毛詩》、《論語》 、《孝經》,置學官弟子,以相教授。雖習讀之,而皆爲胡 語33.

  • 34 Yu Taishan 余太山s’appuie sur la préface de Xun Yue pour avancer qu’« au moment où il composait la Chr (...)

19Qu Jia s’intéressa donc aux Cinq Classiques ainsi qu’aux différentes compilations historiques, et invita même un docteur à venir lui en transmettre le savoir. Nous ne savons pas précisément quels sont les livres d’histoire en question, mais il est possible que la Chronique des Han, qui circulait déjà à cette époque, en ait fait partie. Peut-être le contenu reproduit dans les copies justifie-t-il cet intérêt : un paragraphe traitant de la Bactriane que l’on voit figurer sous une forme abrégée, extrait du chapitre « Chroniques des régions occidentales » du Hanshu, aurait permis aux sujets du royaume de Gaochang d’en savoir plus long sur leurs voisins34. En bref, il ne s’agit pas d’un hasard si un exemplaire des Chroniques des Han copié sous les Jin et reprenant la tradition historiographique du Nord a été précieusement conservé, avant d’être découvert dans la bibliothèque d’un temple royal de Gaochang.

20M20_1455_07_01 « Biographie de Han Chengdi », Chroniques des Han (Hanji – Xiaochenghuangdiji 漢紀·孝成皇帝紀)

  • 35 Lüshun bowuguan 旅順博物館 (Musée de Lüshun), Ryūkokudaigaku 龍谷大學 (université de Ryūkoku) [dir.], Ryojun (...)

21Ce document en langue chinoise découvert dans le Xinjiang par les membres de l’expédition Ōtani est conservé au musée de Lüshun. Il a été reproduit dans la Sélection des classiques bouddhistes en langue chinoise exhumés dans le Xinjiang conservés au musée de Lüshun (Lüshun bowuguan cang Xinjiang chutu hanwen fojing xuansui) et identifié dans cet ouvrage comme une copie des Chroniques des Han35. En voici la retranscription :

  1. … la queue…

  2. pique de son bec le petit-fils de l’empereur qui…

  3. l’hirondelle, la porte en bois…

  4. Certain Zhang…

  5. Son père, Lin…

  6. □…

  1. 々尾涎 ■

  2. 啄皇々皇孫 ■

  3. 燕,木門倉 ■

  4. 張公子,爲 ■

  5. 父臨,尚 ■

  6. □ ■

22Voici ce que donne la restauration réalisée à partir du chapitre 26, « Biographie de Han Chengdi », des Chroniques des Han :

  • 36 Chroniques des Han, p. 455.

À l’époque existait la chanson suivante : « Zhang Gongzi et l’hirondelle au si beau maintien se sont rencontrés. Sur la porte en bois, des poignées de cuivre ; l’hirondelle entre en volant, pique de son bec le petit-fils de l’empereur, qui en meurt. Elle pique alors des flèches. » D’après le « Traité des Cinq éléments », « l’hirondelle de la chanson » n’est autre que Zhao Feiyan. « Sur la porte en bois, des canglanggen » désignent des poignées de cuivre des portes du palais. La chanson impliquerait donc que Zhao Feiyan voulait être anoblie. Quant au dénommé Zhang Gongzi, il s’agirait du prince Zhang Fang de Fuping. Zhang Fang était le petit-fils de Zhang Anshi. Son père, Zhang Lin, avait épousé la princesse Jingwu. Zhang Fang était donc le fils de cette princesse ; d’une grande intelligence, il était très apprécié de l’empereur Han Chengdi. À l’occasion d’une sortie chez la princesse Yang’a, l’empereur et Zhang Fang avaient rencontré Zhao Feiyan, aussi la chanson dit-elle Zhang Gongzi et l’hirondelle « se sont rencontrés »36.
初,謠曰:“燕燕尾涎涎,張公子,時相見。木門倉琅 根,燕飛來,啄皇孫,皇孫死,燕啄矢。”《本志》以爲“ 燕者,飛燕。‘木門蒼琅根’,宮門銅鋪也。言其將尊貴 也。張公子,謂富平侯張放也。”即安世之孫。父臨,尚敬 武公主。放以公主子開敏得幸。嘗與上遊醼,俱適陽阿公主 家而見飛燕,故曰時相見。

23Le texte cite ce passage des « Annales des Cinq Éléments », tiré de du Hanshu :

  • 37 Hanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1962, p. 1395.

Au temps de Han Chengdi existait la chanson suivante : « Zhang Gongzi et l’hirondelle au si beau maintien se sont rencontrés. Sur la porte en bois, des poignées de cuivre ; l’hirondelle entre en volant, pique de son bec le petit-fils de l’empereur, qui en meurt. Elle pique alors des flèches. » Lors de ses escapades en civil avec le prince Zhang Fang, l’empereur se faisait passer pour le serviteur de la maison de Fuping. À l’occasion d’une fête donnée chez la princesse He Yang, il vit la danseuse Zhao Feiyan et lui accorda ses faveurs. L’expression « l’hirondelle au si beau maintien » se rapporte donc à la beauté de Zhao Feiyan ; « Zhang Gongzi » fait référence au prince de Fuping, Zhang Fang. La « porte en bois » et les « poignées de cuivre » font référence aux poignées des portes du palais, et indiquent l’ambition de Zhao Feiyan de s’élever dans la noblesse. Par la suite, elle accéda au rang d’impératrice. L’assassinat par sa petite sœur (élevée au rang de concubine zhaoyi) du fils de concubine de l’empereur leur valut à toutes deux d’être condamnées à mort ; c’est ce que sous-entend la chanson par « l’hirondelle entre en volant, pique de son bec le petit-fils de l’empereur, qui en meurt. Elle pique alors des flèches »37.
成帝時童謠曰 : “燕燕尾涎涎,張公子,時相見。木門 倉琅根,燕飛來,啄皇孫,皇孫死,燕啄矢。”其後帝爲微 行出遊,常與富平侯張放俱稱富平侯家人,過河陽主作樂, 見舞者趙飛燕而幸之,故曰“燕燕尾涎涎”,美好貌也。張 公子謂富平侯也。“木門倉琅根”,謂宮門銅鍰,言將尊 貴也。後遂立爲皇后。弟昭儀賊害後宮皇子,卒皆伏辜,所 謂“燕飛來,啄皇孫,皇孫死,燕啄矢”者也。

  • 38 Fujieda Akira 藤枝晃, « Chūgoku Hokuchō shahon no san buki » 中國北朝寫本の三 分期 (Les trois périodes des manus (...)

24Nous ne sommes pas certain du lieu exact où ce document a été trouvé, sans doute dans la région de Turfan. Dans la mesure où nous n’avons pas pu accéder au document original, nous n’avons aucune indication quant au papier ou à l’encre utilisés. En revanche, grâce aux reproductions, nous avons pu observer un style calligraphique régulier tout à fait abouti, dans le style de Liu Gongquan, ainsi qu’une tendance à préciser les différentes variantes d’un même caractère. Fujieda Akira 藤枝晃 estime que le manuscrit38 doit dater de la dynastie des Tang et serait un vestige du viiie siècle.

25Nous ne disposons à ce jour que de ces deux fragments des Chroniques des Han, qui nous révèlent cependant à quel point cet ouvrage a circulé à Turfan entre les Jin orientaux et les Tang.

26P. 3669 + P. 3557 « Traité des lois pénales », Hanshu (Hanshu – Xingfazhi 漢書·刑法志) [version commentée de Cai Mo 蔡謨集 解本]

  • 39 Wang Zhongmin, ibid., p. 76-78.

27Le dernier titre de ces documents, « Troisième partie du Traité des lois pénales » 刑法志第三, correspond à celui du texte actuel. Dans la mesure où l’écartement des colonnes est le même, le tracé des caractères similaire et qu’au verso des deux documents figure l’inscription « Wuzhou dazu yuannian Dunhuang xian Xiaoguxiang ji » 武周大足元年燉煌縣效穀鄉籍 (Registre de recensement effectué en la première année de l’ère Dazu [701] de la dynastie des Wuzhou, village de Xiaogu, district de Dunhuang), Wang Zhongming 王重民 en a conclu qu’il s’agissait de deux fragments d’un même manuscrit, ce qui nous paraît exact. En revanche, nous sommes plus sceptique quant à l’ordre dans lequel il a imaginé qu’ils avaient été écrits et quant à son estimation de leur date de composition. Il écrit en effet que « le caractère shi 世 est converti en nian 廿 et les caractères min 民 et zhi 治 sont frappés de tabou ; la copie a donc dû être réalisée sous le règne de Gaozong […] l’annotation qu’on lit au verso, « registre de recensement effectué en la première année de l’ère Dazu, village de Xiaogu, district de Dunhuang », ainsi que les noms de lieu indiqués au raccord des feuilles ne figurent au verso que d’un document et diffèrent de ceux qui sont présents sur l’autre. Dans la mesure où aucun des nouveaux caractères de la dynastie des Wu ne figure dans les copies du Hanshu, les registres de recensement leur sont postérieurs ; les copies du Hanshu doivent donc dater du règne de Gaozong 高宗39 ». De nombreux chercheurs en sont restés là. Mais le papier et le style d’écriture des registres de recensement sont ceux de documents officiels. Or, figure au raccord des feuilles du recto la mention « document datant de la première année de l’ère Dazu, village de Xiaogu, district de Dunhuang, préfecture de Shazhou » 沙州燉煌縣效穀鄉大足元年籍, avec sur l’indication « Shazhou » la marque « sceau de Shazhou » 沙州之印 et sur « district de Dunhuang », « village de Xiaogu » et « première année de l’ère Dazu » la marque « sceau du district de Dunhuang » 燉煌縣 之印. Ces indications et ces sceaux dénotent un respect rigoureux de la procédure qui devait être la norme à l’époque. Nous estimons donc que les registres de recensement sont antérieurs aux copies du Hanshu qui furent réalisées par la suite au verso de ces documents.

  • 40 Cf. Tokiwa Daijō 常盤大定, « Bushū shinji no ichikenkyū » 武周新字の一研究 (Étude sur les nouveaux caractères d (...)
  • 41 Wang Sanqing 王三慶, 1986, p. 440.
  • 42 Jean-Pierre Drège, « Les caractères de l’impératrice Wu Zetian dans les manuscrits de Dunhuang et T (...)

28Quant à l’estimation de la date de copie, il est dangereux de ne se fier qu’aux mots taboués et à la présence ou non de nouveaux caractères. L’utilisation des nouveaux caractères de la dynastie des Wuzhou étant excessivement complexe, nous nous garderions bien de dégager des conclusions hâtives40. Wang Sanqing 王三慶 a effectué une étude statistique assez complète de l’utilisation de ces caractères dans les manuscrits de Dunhuang, dont voici la conclusion : « Sur tous les documents attestant d’un emploi des nouveaux caractères de la dynastie des Wuzhou, ceux à réellement avoir été composés à cette époque représentent environ 50 % à ± 13 du total, soit 63 % au plus et 37 % au moins. Et sur un peu moins de la moitié de documents réellement composés sous la dynastie des Wuzhou, tous n’ont pas appliqué les nouvelles règles de la même manière41. » À partir de son étude des supports papier, Jean-Pierre Drège a pu prouver que les deux tiers des manuscrits comportant ces nouveaux caractères avaient en réalité été composés lorsque Dunhuang était sous la coupe tibétaine, réduisant donc significativement le ratio avancé par Wang Sanqing42. De plus, les ouvrages classiques n’étaient pas forcément copiés dans le même style que des documents officiels tels que des registres de recensement ; aussi des manuscrits copiés sous la dynastie des Wuzhou ont-ils pu reprendre le style du document figurant au recto et ainsi s’abstenir de recourir aux nouveaux caractères. C’est pourquoi ces caractères ne sont pas une preuve suffisante pour estimer la date de composition d’un document.

  • 43 Wang Fu 王溥, Tang huiyao 唐會要 (Abrégé du système des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1991, (...)
  • 44 Ikeda On 池田溫, Chūgoku kodai sekichō kenkyū : gaikan, rokubun 中國古代籍帳 研究:概觀錄文 (Étude des documents of (...)

29Dans le « Jizhang » 籍帳 (Certificats de résidence), chapitre 85 du Tang huiyao 唐會要 (Abrégé du système des Tang), on peut lire : « Au troisième mois de la sixième année de l’ère Wude du règne de Tang Gaozu (623) fut promulgué le décret suivant : obligation de déclarer annuellement ses possessions et de se faire enregistrer tous les trois ans. Les administrations de la préfecture et du district se devaient de conserver les enregistrements sur cinq bi et le ministère des Affaires d’État sur trois bi. » (武德六年三月令:每歲一造帳, 三年一造籍,州縣留五比,尚書省留三比). On retrouve la même chose dans le « Jinglong ernian runjiuyue chi » 景龍二年閏九月敕 (Deuxième décret du neuvième mois intercalaire de la deuxième année de l’ère Jinglong [708]) : « Obligation de conserver sur cinq bi enregistrements et déclarations de richesses et de terres en date pour les administrations de la préfecture et du district ; obligation de les conserver sur neuf bi pour le ministère des Affaires d’État. Les archives plus anciennes pourront être éliminées. » (諸州縣籍、 手實、計帳當留五比,省籍留九比,其遠依次除)43. Les cinq bi en question équivalent à quinze ans. En principe, le « registre datant de la première année de l’ère Dazu (701) » aurait dû être conservé au siège administratif du comté de Dunhuang et éliminé après quinze ans — au minimum44. Le verso de ce document n’aurait donc pas pu servir de support au Hanshu avant la quatrième année du Kaiyuan 開元 du règne de Xuanzong 玄宗, mais pas beaucoup plus tard non plus. Nous pouvons donc avancer sans trop de risques qu’il s’agit d’une copie du viiie siècle.

  • 45 Wang Zhongmin, Ibid., p. 76-78.
  • 46 Michel Soymié (éd.), Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la B (...)
  • 47 Zhang Guogang 張國剛, « Lüe lun Tangdai xueshushi de shidai tezheng » 略論唐代 學術史的時代特徵 (Caractéristiques (...)

30Intéressons-nous désormais à la version du Hanshu recopiée, qui mentionne de nombreux commentateurs : Wen Ying 文穎, Ru Chun 如淳, Meng Kang 孟康, Jin Zhuo 晋灼, Li Qi 李奇, etc. D’après Wang Zhongming, « Li Qi est le plus tardif des commentateurs cités ; quant aux citations, elles sont bien moins complexes que celles de Yan Shigu 顏師古 ; après réflexion, il ne peut que s’agir du Hanshu jijie 漢 書集解 [Commentaires collectés du Hanshu] de l’écrivain Cai Mo qui vécut sous la dynastie des Jin » ; et Wang Zhongming d’ajouter : « Au début des Tang, les versions de Yan Shigu n’étaient pas très connues, l’ouvrage de Cai Mo circulait partout ; les citations qu’on trouve dans le Suoyin 索隱 et Zhengyi 正義 et dans les écrits de Li Yuan 酈元 et Li Shan 李善 proviennent souvent de l’ancienne version du livre de Cai Mo. Aussi les anciennes notes que l’on a pu trouver débordent-elles souvent du périmètre circonscrit par Yan Shigu »45. Les auteurs du Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang, Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque nationale avancent pour leur part avec prudence qu’il s’agirait d’une version annotée « antérieure à celle de Yan Shigu », sans plus de précisions46. L’hypothèse formulée par Wang Zhongming nous semble cohérente. Sous les Tang, le développement des sciences se traduit par la naissance de l’étude des commentaires. Les écrits de ce dernier (581-645) font partie des plus connus de cette discipline et de l’historiographie de cette époque47. Il reprend en fait à son compte des commentaires de penseurs antérieurs dont aucun n’a connu le succès. La version commentée par Cai Mo se retrouve violemment critiquée par Yan Shigu, qui écrit dans le Hanshu xuli 漢書叙例 (Guide des règles typographiques du Hanshu) :

  • 48 HanshuHanshu, p. 2.

Cai Mo explique l’un après l’autre les commentaires ajoutés au Hanshu par Chen Zan 臣瓚 en les insérant dans le texte. C’est dans son sillage que des exemplaires annotés du Hanshu voient le jour. Mais son travail est trop léger, sa pensée pas assez exigeante, il ne fait pas attention aux modifications et commet des erreurs dans l’agencement des entrées ; ainsi sa version comporte-t-elle de nombreuses fautes. En certains endroits, le texte original est découpé et des notes explicatives fantaisistes sont intégrées de ci de là. De ce fait, les versions originale et annotée du Hanshu différent énormément. Certaines des notes portées par Cai Mo sont pertinentes, mais dans l’ensemble, cet ouvrage n’est pas d’un grand intérêt pour les savants.
蔡謨全取臣瓚一部散入漢書,自此以來始有注本。但意 浮功淺,不加隱括,屬輯乖舛,錯亂實多,或乃離析本文, 隔其辭句,穿鑿妄起。職此之由,與未注之前大不同矣。謨 亦有兩三處錯意,然於學者竟無弘益48.

  • 49 Chen Zhi陳直, HanshuHanshu xin zheng 漢書新證 (Nouvelles preuves apportées au Hanshu), Tianjin, Tianjin r (...)
  • 50 Xu Jianwei 徐建委, « Cai Mo Hanshu yinyi kaosuo » 蔡謨〈漢書音義〉考索 (Étude de la prononciation et des sens du (...)

31Ce à quoi Chen Zhi 陳直 (1901-1980) répond : « Yan Shigu a pu rédiger sa version grâce au travail réalisé par Cai Mo. Les commentaires de Xiang Zhao 項昭, Fu Yan 伏嚴, Li Fei李斐 ou encore Liu Bao 劉寶étant vraisemblablement pour la plupart perdus sous les Tang, Yan Shigu s’est principalement inspiré de ceux de Cai Mo. Pourtant, il qualifie dans sa préface le livre de Cai Mo d’“ouvrage n’étant pas d’un grand intérêt pour les savants”. Difficile d’en juger maintenant que les commentaires de Yan Shigu ont supplanté ceux de Cai Mo49. » Des chercheurs ont récemment émis l’idée que le travail de compilation de Cai Mo aurait consisté dans le fait d’ajouter au Hanshu des extraits tirés de la Hanshu jijie yinyi 漢書集解音義 (Compilation sur la prononciation et le sens du Hanshu) de Chen Zan pour en faire une version annotée. Il a ainsi conservé le principal de la Compilation sur la prononciation et le sens du Hanshu, difficile à lire dans sa version originale, que Cai Mo aurait ainsi inséré dans le texte du Hanshu, donnant naissance à la version annotée du Hanshu la plus courante après les dynasties du Sud et des Tang. Pei Yin 裴駰, Sima Zhen 司馬貞, Zhang Shoujie 張守節, Li Xian 李賢, Yan Shigu, voire Li Shan, les chantres de l’étude du Hanshu de cette période, ont tous été nourris à différents niveaux par la « Compilation sur la prononciation et les sens du Hanshu »50. Les deux manuscrits fragmentaires du « Traité des lois pénales » nous montrent qu’on préfère à l’époque la compilation de Cai Mo à celle de Yan Shigu pour bien plus que l’existence de « certaines notes pertinentes ».

32Au terme de cette démonstration, nous pensons donc que ce manuscrit a été copié vers les années Kaiyuan et Tianbao du règne de l’empereur Xuanzong (milieu du viiie siècle). Nous pouvons en déduire que la version de Cai Mo était extrêmement populaire pendant les dynasties du Nord et du Sud, Sui et Tang, à tel point que la version de Yan Shigu ne l’a pas remplacée tout de suite. Le style d’écriture, net et régulier, laisse à penser que les documents sont bel et bien des copies qui circulaient vraisemblablement entre d’autres mains que celles du peuple.

33Дx. 3131 « Traité d’astronomie », Hanshu (Hanshu – tianwen zhi 漢書·天文志) [version abrégée]

  • 51 Jiang Xuewang, ibid., p. 44.

34Il s’agit d’un document très abîmé dont seules cinq lignes incomplètes sont encore lisibles. L’auteur des E cang Dunhuang wenxian 俄 藏敦煌文獻 (Documents de Dunhuang conservés en Russie) y voit une copie du « Traité d’astronomie » du Hanshu, ce à quoi nous souscrivons. D’importantes différences existent cependant entre cette version et le texte actuel en termes de contenu. La phrase : « [partie manquante] la position sud-ouest indique qu’il est possible de se faire des amis, la position nord-est l’inverse. » (前殘)西南曰 得朋,東北反, par exemple, n’apparaît ni dans l’original ni dans la version annotée de Yan Shigu ; Jiang Xuewang estime qu’il pourrait s’agit d’une note51. En ce cas, le texte actuel serait incomplet. Qui plus est, dans le texte actuel, un paragraphe de plusieurs centaines de caractères suit la phrase « […] impossible de savoir même avec des instructions. » 不可指而知也, paragraphe qui est absent de ce document. La piste de la détérioration n’étant pas vraisemblable, ce manuscrit doit donc être la reproduction d’une version abrégée, ce qui expliquerait pourquoi le corps du texte et les commentaires ne correspondent pas exactement au texte actuel. Nous n’avons pas de version antérieure à laquelle nous référer.

35P. 5009 « Biographie de Xiang Yu », Hanshu (Hanshu – Xiang Yu zhuan 漢書·項羽傳) [version abrégée]

  • 52 Shangwu yinshuguan 商務印書館, (ed.)., Dunhuang yishu zongmu suoyin 敦煌遺書 總目索引 (Index du catalogue des ou (...)
  • 53 Dunhuang yanjiuyuan 敦煌研究院 (Shi Pingting 施萍婷 [dir.], Tai Huili 邰惠莉), Dunhuang yishu zongmu suoyin xi (...)
  • 54 Michel Soymié (éd.), Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la B (...)
  • 55 Li Jinxiu 李錦繡, ibid., p. 361. Il ne s’agirait ici pas d’omissions mais d’ellipses voulues.

36Seules 23 lignes incomplètes subsistent. Dans le Dunhuang yishu zongmu suoyin 敦煌遺書總目索引 (Index du catalogue des ouvrages disparus de Dunhuang), il est identifié comme « Fragments de la biographie de Xiang Yu du Hanshu » 漢書項羽傳殘片 ; un commentaire précise qu’il comporte « des notes de Jin Zhuo mais pas de Yan Shigu, il doit donc s’agir de la compilation de Cai Mo52 ». La nouvelle édition de l’index relaie elle aussi cette hypothèse53. Comme un seul commentaire figure sur ce document, il est difficile d’en identifier la version. Il existe en effet énormément de versions annotées du Hanshu : plus de vingt commentateurs antérieurs à Yan Shigu ont été répertoriés, comme Jin Zhuo, Wu Shigu, etc. Il pourrait donc s’agir de la version de Cai Mo, mais rien n’est moins sûr. D’après le Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque nationale, cette copie aurait été réalisée entre les ixe et xe siècles54 ; cette estimation nous semble cohérente. Une fois encore, la copie est plus concise que le texte actuel : des coupes allant jusqu’à trois cents caractères ont été opérées en certains endroits. Peut-être s’agit-il de décisions du copiste, mais le plus vraisemblable est encore que ce dernier ait lui-même recopié une version abrégée55, auquel cas on pourrait avancer l’hypothèse que cette version était la plus courante sous le règne de l’armée Guiyi.

37P. 2973B « Biographies de Xiao He, Cao Can et Zhang Liang », (Hanshu – Xiao He Cao Can Zhang Liang zhuan 漢書·蕭何曹參 張良傳) [version abrégée]

  • 56 Wang Zhongmin 王忠民, Dunhuang guji shulu “敦煌古籍叙录 » (Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuan (...)
  • 57 Zhao Yi 趙翼, Gaiyu congkao 陔餘叢考 (Études menées pendant le temps libre que me laissait le deuil de me (...)

38Wang Zhongming remarque ceci : « Le corps du texte présente des ellipses, de très rares commentaires apparaissent, principalement de la main de Ru Chun et Wen Ying, et la version de Yan Shigu est assez peu citée. Quelques citations tirées du Suoyin 索隱 ont pu laisser penser que Yan Shigu avait, pour annoter le Hanshu, plagié Yan Youqin 顔游秦. Nous souhaitons aujourd’hui aller plus loin : si ce document n’est pas la version de Yan Shigu, pourrait-il s’agir de celle de Yan Youqin ? Les deux versions circulaient dès le début de la dynastie des Tang, mais seul Sima Zhen a puisé dans l’œuvre de Yan Youqin pour annoter les Mémoires historiques. C’est pour cette raison que ces commentaires n’ont pas intégralement disparu et que certains nous sont parvenus. À la lecture du passage sur Xiao He, nos soupçons que ce document puisse être une copie de la version de Yan Youqin ont été renforcés56. » Zhao Yi 趙翼 explique pour sa part que Yan Shigu n’a pas plagié le Hanshu jueyi 漢書决疑 (Résolutions des doutes quant au Hanshu) de Yan Youqin mais « qu’il a repris à son compte les commentaires de Yan Youqin. Dans l’antiquité, il était fréquent qu’un auteur meure dans l’anonymat et qu’un autre reprenne son travail et en récolte toute la gloire. Le cas présent n’est donc pas isolé57 ». Le « Résolutions des doutes quant au Hanshu » ayant été perdu, nous n’avons aucun moyen de connaître le fin mot de l’histoire. D’après des annales, cet ouvrage aurait été composé de douze chapitres, et aurait vraisemblablement été publié séparément du Hanshu, avant qu’une version du Hanshu faisant figurer les commentaires dans des colonnes dédoublées fût disponible. Il n’est pas encore établi de manière définitive que les commentaires figurant sur ce manuscrit soient ceux de Yan Youqin.

39Attardons-nous quelques instants sur l’écriture et les divisions opérées sur ce document. Le récit de la biographie de Xiao He est amputé du début mais ceux des biographies de Cao Can et Zhang Liang commencent sans alinéa ; une ligne est tracée entre la fin du texte sur Cao Can et le début de celui sur Zhang Liang, ligne qui doit signifier le passage d’un chapitre à un autre. Pourtant, aucun titre ne figure, non plus qu’aucun numéro ou titre de chapitre. Dans le Hanshu, les biographies de Xiao He et Cao Can figurent au chapitre 39, et celle de Zhang Liang au chapitre 40. La division de ce manuscrit est donc identique à celle de la version actuelle.

  • 58 Jiang Xuewang, Compilation et étude de manuscrits d’histoire officielle trouvés à Dunhuang, p. 48.

40Le document comporte également de nombreux caractères non standards. D’après Zhang Yongquan 張涌泉, la calligraphie est rapide ; dans la mesure où les caractères shi 世, min 民 et zhi 治 (taboués sous les Tang) sont utilisés, le manuscrit serait postérieur à l’époque des Cinq Dynasties58. Dans ce cas, l’auteur pourrait être un apprenti lettré.

41S.2053 « Biographie de Xiao Wangzhi », Hanshu (Hanshu – Xiao Wangzhi zhuan 漢書·蕭望之傳)

  • 59 Lionel Giles, Descriptive Catalogue of the Chinese Manuscripts from Tunhuang in the British Museum, (...)
  • 60 Wang Zhongmin, ibid., p. 79.
  • 61 Luo Zhenyu, Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires de Mingsha, in Cent vingt ouvrag (...)

42Cet ouvrage de 286 lignes est le plus long des Hanshu trouvés à Dunhuang. Il est écrit sur un fin papier de chanvre jaune59. Au nombre des commentateurs cités figurent Fu Qian 服虔, Wen Ying, Ying Shao 應劭, Su Lin 蘇林, Zhang Yan 張晏, Meng Kan et Ru Chun. Wang Zhongming estime là encore qu’il s’agit d’une copie de la compilation de Cai Mo ; il fonde son opinion sur la présence de mots proscrits aux alentours du règne de Gaozu 高祖60. Mais dès son époque, Luo Zhenyu 羅振玉 mettait en garde contre la « datation des manuscrits en fonction des mots taboués ; cela donne lieu à trop d’erreurs61 ». L’hypothèse de Wang Zhongming n’est donc pas avérée. La dernière phrase indique que l’ouvrage comprend 78 chapitres, soit le même nombre que le texte actuel.

  • 62 Xu Jianping 許建平, « Tang xieben Liji yin zhuzuo shidai kao », 唐寫本〈禮記音〉 著作時代考 (Étude de l’époque de c (...)

43Là encore, nous sommes en présence de beaucoup de caractères non standards mais différents de ceux auxquels Yan Shigu recourt dans son ouvrage ; ces derniers sont des caractères qu’il qualifie de « grossiers ». Tout l’ouvrage est annoté de signes de ponctuation à l’encre rouge, et un point marquant le ton est tracé au-dessus des caractères pouvant se lire de différentes manières. Au verso figure une copie de Liji ying 禮記音 (Prononciation du Livre des rites), dont seuls des fragments des chapitres 19 « Yueji » 樂記 (Sur la musique) et 33 « Ziyi » 緇衣 (Habits noirs) sont encore lisibles. Wang Zhongming estime qu’il s’agit de l’ouvrage Prononciation du Livre des rites composé par Xu Miao 徐邈 sous les Jin orientaux. Après s’être penché sur la question, Xu Jianping 許建平 a réfuté cette hypothèse et avancé l’idée que l’auteur en était Bei Fang 貝方, un contemporain du ve siècle62. Peu importe l’auteur et la date de composition, il est en soi passionnant que le Hanshu et la prononciation du Livre des rites figurent au recto et au verso d’un même support. Le Livre des rites fait partie des neuf Classiques, le Hanshu des trois grands ouvrages d’histoire : ce sont deux ouvrages fondamentaux que les lettrés devaient connaître et qui figuraient de ce fait au programme des examens impériaux. Peut-être ce document faisait-il partie du corpus de révision d’un lettré. Les annotations nous montrent qu’il pourrait s’agir d’une copie destinée à l’étude, et nous révèlent également le niveau de connaissances de son propriétaire. À partir de ce document, nous pouvons nous représenter comment les livres étaient à l’époque fabriqués et utilisés, et comprendre comment étaient produites, utilisées, lues et diffusées les connaissances d’alors. Dans la mesure où il contribue à faire avancer les recherches en histoire sociale et intellectuelle, ce manuscrit est donc d’une grande valeur.

44P. 2485 « Biographie de Xiao Wangzhi », (Hanshu – Xiao Wangzhi zhuan 漢書·蕭望之傳) [version de Yan Shigu]

  • 63 Wang Zhongmin, ibid., p. 81.
  • 64 Jacques Gernet et Wu Chiyu, éd., Catalogue des Manuscrits chinois de Touen-huang Fonds Pelliot Chin (...)
  • 65 Zhang Gong (dir.), Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq dy (...)

45La plupart des notes figurant en petits caractères commençant par « d’après Shigu » 師古曰, il ne fait aucun doute que ce document est la version de Yan Shigu. D’après Wang Zhongming, « la calligraphie régulière et le style d’écriture nous laisse à penser qu’il pourrait faire partie avec P. 2513, identifié comme la « Biographie de Wang Mang » 王莽傳, du même manuscrit63 ». Les auteurs du Catalogue des Manuscrits chinois de Touen-huang aboutissent à la même conclusion64, et Li Jinxiu également65. Mais le jugement porté sur la calligraphie est quelque peu arbitraire, et les interlignes ne sont pas tout à fait les mêmes dans les deux documents. Nous doutons donc qu’il s’agisse d’un seul et même livre. Cependant, deux Classiques bouddhistes figurent aux deux versos : le Dapusa cangjing 大菩薩藏 經 (Sūtra canonique du Grand Bouddha) pour P. 2485 et un passage du « Traité de clarification des cent dharmas du Mahāyāna », intitulé Da Cheng bai fa ming men lun Ben shi fen zhong lüe lu ming shu 大 乘百法名門論本事分中略錄名數, pour P. 2513. Or, il n’était pas à la portée du premier bouddhiste venu de recopier ces textes et, dans la mesure où il s’agit pour les deux biographies — celle de Xiao Wangzi et celle de Wang Mang — de la version annotée de Yan Shigu, si ces deux manuscrits ne proviennent pas du même livre, on peut tout de même penser qu’ils sont issus d’un seul et même lieu, et qu’ils ont par exemple pu servir à des moines dans leur étude des canons bouddhiques et des classiques chinois. Les caractères, soigneusement tracés et très réguliers, pourraient être le travail d’un copiste spécialisé dans les canons religieux.

46S.0020 « Biographie de Kuang Heng », (Hanshu – Kuang Heng zhuan 漢書·匡橫傳) [version sans annotations]

  • 66 Hao Chunwen 郝春文 (dir.), Yingcang Dunhuang shehui lishi wenxian shilu 英藏敦煌 社會歷史文獻釋錄 (Catalogue expli (...)
  • 67 Zhang Gong (dir.), Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq dy (...)

47Le texte est le même que le texte actuel du Hanshu66, sans les annotations ; c’est le seul exemplaire de la sorte. D’après Li Jinxiu, « il pourrait s’agir de la compilation de Cai Mo », car « le caractère ji 基 est utilisé, ce qui veut dire que l’ouvrage a été composé avant les années Kaiyuan67 ». Rien n’est moins sûr. La calligraphie, régulière, et l’absence de commentaires nous incitent à penser qu’un lettré pourrait l’avoir recopié dans le cadre d’un exercice de mémorisation.

48« Biographie de Kuang Heng, Zhang Yu et Kong Guang », Hanshu (Hanshu-Kuang Heng Zhang Yu Kong Guang zhuan 漢書·匡橫 張禹孔光傳)

  • 68 Luo Zhenyu, Dunhuang shishi suijin 敦煌石室碎金 (Fragments d’or des caves de Dunhuang), Tōkyō, Tōhō Gakka (...)
  • 69 Wang Zhongmin, Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang, p. 77.
  • 70 Kyōu Shooku 杏雨書屋, Tonkō hikyū : Eihen satsu 敦煌秘笈·影片冊 (Documents secrets de Dunhuang, volume photoco (...)

49Ce document a été reproduit dans Fragments d’or des caves de Dunhuang de Luo Zhenyu68. Wang Zhongming dit qu’il en a « vu l’original au British Museum69 ». En réalité, Wang Zhongming s’est trompé. Il a pris ce document pour le S.0020 que l’on vient de mentionner. En fait, l’original de ce document est conservé à la Bibliothèque de la pluie aux fleurs d’abricotier de la Fondation des sciences Takeda à Osaka. Celui-ci a été publié il y a peu70. Nous l’avons confirmé en comparant ces textes. Par ailleurs, au vu des auteurs des commentaires (Wen Ying, Su Lin, Jin Zhuo, Fu Qian, Ru Chun et Yan Shigu), le même Wang Zhongming estime qu’il s’agit de la version de Cai Mo. Nous nous rangeons à son avis. Le document daterait du début des Tang, du règne Zhenguan 貞觀 (627-649) au vu des mots proscrits, mais sans garantie. Les quelques erreurs de copie et caractères non standards nous orientent vers un livre à usage populaire.

50S.10591 « Biographie de Wang Shang, Shi Dan et Fu Xi », (Hanshu – Wang Shang Shi Dan Fu Xi zhuan 漢書·王商史丹傅 喜傳)

  • 71 Rong Xinjiang, Yingguo tushuguan cang Dunhuang hanwen fei fojiao canjuan mulu (S.6981-13677) 英國圖書館藏 (...)

51Seule est encore visible la dernière ligne : « 52e partie : Biographie de Wang Shang, Shi Dan et Fu Xi. » 王商史丹傅喜傳第五十二. Des lignes séparent les colonnes de caractères au tracé régulier ; le papier est de chanvre jaune71. Lors d’un séjour au Royaume-Uni au printemps 2005, nous sommes allé consulter l’ouvrage à la British Library : au vu de son état matériel, le document pourrait dater de la première moitié des Tang.

52P. 2513 « Biographie de Wang Mang », Hanshu (Hanshu – Wang Mang zhuan 漢書·王莽傳) [version annotée de Yan Shigu]

  • 72 Luo Zhenyu, Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires de Mingsha, in Cent vingt ouvrag (...)

53La plupart des commentaires commencent par « d’après Shigu » ; après avoir étudié les reproductions, Luo Zhenyu conclut qu’il s’agit de la version de Yan Shigu, dans une copie datant du règne de Taizong (600-649) étant donné les caractères proscrits72. Comme nous l’avons vu ci-dessus, Li Jinxiu rapproche ce document de P. 2485 au vu des mots proscrits et du tracé des caractères. Pour lui, ils seraient issus d’un même ouvrage composé sous le règne de Gaozong ; nous n’osons pas souscrire entièrement à son hypothèse.

Analyse des points principaux

54Les douze manuscrits décrits ci-dessus nous permettent de savoir comment le Hanshu a été diffusé dans les villes de Dunhuang et Turfan sous les dynasties des Wei, Jin, Sui, Tang et pendant la période des Cinq Dynasties. Voici un rapide résumé :

  1. Les « yaochaoben » 要抄本, ces versions abrégées des Chroniques des Han et d’autres ouvrages, étaient alors florissants. Peut-être étaient-ils destinés à répondre à des besoins de lecture rapide et usuelle.

  2. Les différentes versions disponibles (sans annotations, attribuées à Cai Mo, Yan Youqin, Yan Shigu ou à des commentateurs inconnus) attestent que des textes en vogue à une époque donnée présentent des caractéristiques propres à cette époque. Mais les manuscrits étant peu nombreux et leurs auteurs ne précisant jamais la date de copie, il est très difficile de réaliser une datation précise et de dessiner une frise chronologique claire.

  3. Aucun de ces documents ne présentant de préface, nous n’avons pu identifier ni les copistes, ni les utilisateurs. Nous avons tout au mieux pu avancer quelques hypothèses en fonction de l’état des documents et des textes figurant au recto et au verso. Auteurs et lecteurs ont dû être des fonctionnaires, des lettrés préparant les examens impériaux ou des moines ; au vu du niveau d’éducation moyen de l’époque, ils faisaient a priori partie de la classe des intellectuels, et rares devaient être les simples étudiants parmi eux. Le Hanshu a donc surtout circulé au sein des élites, même si des gens du peuple ont pu le lire. Étant donné le nombre de chapitres composant le Hanshu, ces derniers n’avaient vraisemblablement pas les moyens d’en posséder un exemplaire ; en outre, le contenu en étant particulièrement ardu, ce livre n’a pas pu servir de manuel d’apprentissage. Ce que les gens connaissaient du Hanshu était donc souvent le fait de discours rapportés. Nous en discuterons plus longuement dans la suite de cet article.

  • 73 Xu Jun 徐俊, Dunhuang shiji canjuan jikao敦煌詩集殘卷輯考 (Étude des recueils de poésie trouvés à Dunhuang), (...)

55Dans son étude des compilations poétiques trouvées à Dunhuang, Xu Jun 徐俊 souligne qu’à l’époque, la mode consistait à séparer les « classiques de la poésie » des « ouvrages de poésie populaire », davantage destinés à un usage personnel. « Ces textes populaires étaient recopiés par les gens instruits qui les appréciaient et ne circulaient donc que dans un cercle très restreint. Dans la mesure où ils étaient soumis à la culture littéraire, au niveau de connaissances et aux centres d’intérêt de ces personnes-là, le caractère fortuit et aléatoire de ces ouvrages de poésie, qui servaient de relais à la littérature au sein de lecteurs issus des classes défavorisées de la société d’alors, est souvent manifeste […] Ces caractéristiques, propres aux textes populaires de l’ère des manuscrits et que l’on retrouve dans ces compilations d’ouvrages poétiques exhumées à Dunhuang, ne sont pas le seul fait de ces documents-là, et reflètent donc d’une certaine manière les conditions de diffusion des recueils de poésie circulant à l’époque des Tang, des Cinq Dynasties et du début des Song73. »

  • 74 Xu Jianping, Dunhuang jingji xulu 敦煌經籍敘錄 (Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Beij (...)
  • 75 Fang Guangchang 方廣錩, Zhongguo xieben Dazangjing yanjiu 中國寫本大藏經研 究 (Étude de manuscrits reproduisant (...)

56Quoiqu’il en soit, la caractéristique des ouvrages de cette époque, quelle que soit leur forme, n’est pas tant leur appartenance à la catégorie des « ouvrages populaires » que les points communs existant entre les différents types d’ouvrages. Le copiste n’est pas une machine, aussi ajoute-t-il nécessairement à son travail une touche personnelle. Le fait est visible même dans les copies des Classiques. Appartenant à l’ensemble des ouvrages trouvés à Dunhuang, différents exemplaires des Lunyu 論語 (Entretiens) ou du Xiaojing 孝經 (Classique de la piété filiale) montrent des divergences sur le plan des caractères et du sens74. Le canon bouddhique a également été recopié à la main, ce qui rend chaque exemplaire unique et fait de lui un ouvrage changeant. Les ajouts, les suppressions, les oublis, les erreurs et les styles d’écriture varient énormément en fonction de l’exemplaire étudié. La diffusion d’un ouvrage lui fait donc subir des changements importants ; c’est de son fait que naissent les différentes variantes d’un même texte. En fonction du papier ou de l’original choisi, des manuscrits peuvent proposer un contenu identique mais une qualité ou un découpage différents. Comme des variantes de variantes servaient de modèle à de nouvelles copies, différentes éditions de mêmes livres nous sont parvenues75. Notre étude des différentes versions du Hanshu montre bien que les ouvrages historiques ont suivi ces mêmes tendances. Un même ouvrage peut donc présenter des différences d’ordre spatial, temporel, culturel, ainsi que d’autres imputables au copiste, qui se manifestent notamment par un objectif, un parti pris ou encore des habitudes de composition.

  • 76 Qian Cunxun 錢存訓 écrit dans la conclusion de son célèbre Shuyu zhu bo 書於竹帛 (Écrits sur bambou et soi (...)
  • 77 Li Ling 李零 insiste sur ce point : « Nous devrions davantage nous intéresser aux différences induite (...)
  • 78 Tomiya Itaru 富谷至, Mokkan, chikukan no kataru Chūgoku kodai : Shoki no bunkashi 木簡·竹簡の語る中国古代 : 書記の文化 (...)
  • 79 Dans le cas du Hanshu, cet effort de standardisation a été entrepris sous la dynastie des Song du N (...)

57Intéressons-nous désormais aux différences de forme76. En effet, à l’origine, tous les ouvrages étaient écrits sur des lattes de bambou77. Ils se soumettaient rarement à des formes figées et les livres d’histoire consistaient souvent en une enfilade de différents écrits mis bout à bout. Avant qu’ils ne forment une œuvre finie à proprement parler, il était donc possible d’ajouter des lattes individuelles ou des assemblages de lattes. C’est cette maniabilité des ouvrages sur lattes de bambou, propice à la constitution d’archives, qui a donné sa forme aux écrits d’avant les Han78. À partir du moment où les ouvrages ont eu pour support du papier, la forme et la circulation des livres ont subi un tournant majeur, dont quelques traces nous sont parvenues. Ce changement est très différent de celui qui eut lieu au moment de l’invention de l’imprimerie. En effet, l’imprimerie a rendu possible une reproduction à l’identique, qui a donné lieu à une standardisation des pratiques de production, de diffusion et de consommation du savoir79. À l’inverse, pendant l’âge d’or du manuscrit — qui fait la jonction entre celui des livres en lattes de bambou et celui de l’imprimerie — la diffusion des documents, par lesquels les connaissances circulent, était le fruit d’interprétations et de réorganisations personnelles. Les variantes et la richesse nées de cette absence de standardisation des contenus fournissent aux chercheurs en histoire de la composition et de la lecture des classiques un espace d’interprétation infini.

Les élites et la transmission du savoir

  • 80 Li Shibiao 李士彪, Sui Changhong 隋長虹, « Lun jingxue dui Hanshu yili de yingxiang » 論經學對〈漢書〉義例的影響 (L’in (...)
  • 81 Zhu Weizheng 朱維錚, « Shixueshi san ti » 史學史三題 (Trois sujets d’historiographie), Fudan xuebao 復旦學報, 2 (...)

58Le Hanshu devant beaucoup à l’étude des Classiques80, l’histoire devient à sa suite et grâce à lui plus orthodoxe et se prête davantage aux besoins politiques des dirigeants81. À prendre la mesure des passions que déchaînent alors l’histoire, on comprend mieux pourquoi, depuis les Wei, les Jin et les dynasties du Nord et du Sud, le Hanshu est si important, sa place si centrale et ses lecteurs si nombreux. On peut lire ceci dans les « Annales des livres » de l’Histoire des Sui (Suishu – jingjizhi 隋書·經籍志) :

  • 82 Suishu 隨書, Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 957.

Seuls les Mémoires historiques et le Hanshu sont à la source d’une véritable littérature transmise de maître à disciple visant à expliciter le sens de ces deux œuvres […] Sous la dynastie des Liang, Liu Xian et Wei Leng étaient des spécialistes du Hanshu ; sous les Chen, Yao Cha ; sous les Sui, Bao Kai et Xiao Gai. Tous étaient de grands lettrés. À l’inverse, rares étaient ceux à transmettre le savoir des Mémoires historiques.
唯《史記》、《漢書》師法相傳,並有解釋。…… 梁 時,明《漢書》有劉顯、韋稜,陳時有姚察,隋代有包愷、 蕭該,並爲名家。《史記》傳者甚微82

  • 83 Wang Liqi 王利器, Yanshi jiaxun jijie 顔氏家訓集解 (Recueil des Leçons adressées aux descendants des Yan), v (...)
  • 84 Ibid. p. 199.
  • 85 Liangshu 梁書 (Histoire des Liang), Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 401.
  • 86 Chenshu 陳書 (Histoire des Chen), Beijing, Zhonghua shuju, 1972, p. 249.
  • 87 Liangshu 梁書 (Histoire des Liang), p. 724.
  • 88 Wang Liqi, Recueil des Leçons adressées aux descendants des Liu, p. 443-444.

59En dehors des noms cités dans cette source, beaucoup de grands auteurs traitent du Hanshu. On lit ainsi dans le Yanshi jiaxun – « Shuzheng » 顔氏家訓·書證 (Explications de textes des leçons adressées aux descendants des Liu) : « Liu Xian, originaire du comté de Pei, lisait toutes sortes d’ouvrages, et connaissait particulièrement bien le Hanshu de Ban Gu, ce qui lui avait valu le titre de « plus fin connaisseur du Hanshu » de la dynastie des Liang. » 沛國劉顯,博覽經籍,偏精班《漢》,梁代謂之‘《漢》聖’83. Yan Zhitui 顔之推 cite quant à lui l’exemple de Zang Fengshi 臧 逢世 et de son étude scrupuleuse de ce livre pour en faire un modèle d’application et d’assiduité. Dans le chapitre Yanshi jiaxun – Mianxue 顔氏家訓·勉學 (Inciter à l’étude des leçons adressées aux descendants des Liu), on peut également lire : « Zang Fengshi, originaire du comté de Dongguan, venait d’avoir vingt ans quand il voulut lire le Hanshu de Ban Gu. Malheureusement, il ne pouvait pas garder longtemps l’exemplaire qu’on lui avait prêté ; il se servit donc de l’espace blanc figurant au bas des cartes de visite des invités de son beau-frère Liu Yuan pour le recopier dans son intégralité. Tous les fonctionnaires de l’administration militaire s’extasièrent devant cette ambition hors du commun. Par la suite, Zang Fengshi resta dans les mémoires un des plus fins connaisseurs du Hanshu. » 東莞臧逢世,年二十餘,欲讀班 固《漢書》,苦假借不久,乃就姊夫劉緩乞丐客刺書翰紙末, 手寫一本,軍府服其志尚,卒以《漢書》聞84. Apprendre par cœur le Hanshu à partir de copies était alors la principale méthode d’apprentissage, comme en témoigne la « Biographie de Lu Chui » dans l’Histoire des Liang (Liangshu – Lu Chui zhuan 梁書·陸倕 傳) : « Enfant, Lu Chui était curieux de tout et écrivait déjà très bien. Deux cabanes avaient été construites chez lui, dans lesquelles il passa quelques années à étudier plutôt qu’à répondre à ses obligations sociales. Il lui suffisait de lire un livre une fois pour pouvoir le réciter par cœur en entier. Un jour qu’il avait emprunté le Hanshu à quelqu’un, il en perdit le quatrième chapitre, les » Annales des Cinq Éléments » ; il recopia donc de tête la partie manquante avant de rendre l’exemplaire à son propriétaire. Son travail ne comportait quasiment aucune erreur ou omission. » 倕少勤學,善屬文。於宅 內起兩間茅屋,杜絕往來,晝夜讀書,如此者數載。所讀一遍,必 誦於口。嘗借人《漢書》,失《五行志》四卷,乃暗寫還之,略 無遺脫85. De tels exemples étant rarement recensés dans l’histoire officielle, on est libre d’imaginer jusqu’à quel point cette situation pouvait être courante sous les Wei, les Jin et la dynastie du Nord et du Sud. Un autre type d’enseignement consiste à transmettre un savoir au sein de la famille. On peut lire dans la « Biographie de Wei Zai » de l’Histoire des Chen (Chenshu – Wei Zai zhuan 陳書·韋載 傳) : « Dès son plus jeune âge, Wei Zai fit montre d’une intelligence et d’un talent extraordinaires. Non seulement il était ambitieux, mais encore il aimait apprendre. À douze ans, il partit en voyage avec son oncle Wei Leng rendre visite à Liu Xian, qui habitait dans le Pei. Liu Xian lui posa dix questions sur le Hanshu, auxquelles Wei Zai répondit sans la moindre hésitation. » 載少聰惠,篤志好學。年 十二,隨叔父棱見沛國劉顯,顯問《漢書》十事,載隨問應答,曾 無疑滯86. Lu Yungong aussi « pouvait dès cinq ans réciter par cœur Les Entretiens de Confucius et les Commentaires de Mao Heng du Livre des Odes. À neuf, il avait lu le Hanshu et en avait à peu près mémorisé le contenu. Quand son grand-père Lu Chui et Liu Xian du pays de Pei l’interrogèrent sur dix passages du Hanshu, il répondit sans commettre une seule erreur. Liu Xian, fortement étonné, le congratula chaleureusement. » 雲公五歲誦《論語》、《毛詩》 ,九歲讀《漢書》,略能記憶。從祖倕、沛國劉顯質問十事,雲公 對無所失,顯嘆異之87. Un respect sans faille des usages de l’introducteur d’un savoir familial se perpétuait souvent dans son clan, comme on le voit à propos du fils de Liu Xian, déjà cité : « Dans le Hanshu, on trouve la phrase suivante : « 田肎贺上 ». Au sud du YangTsé, cette phrase s’écrit avec le caractère 宵 à la place de 肎. […] Liu Zhen, le fils de Liu Xian, s’attacha à cultiver l’héritage intellectuel transmis par ses aînés, et continua à lire 田肎 plutôt que 田宵. Quand l’empereur Liang Yuandi lui demanda pourquoi, Liu Zhen lui répondit : « Il n’y a aucune explication rationnelle à cela, mais dans le Hanshu que j’ai hérité de mes pères, le caractère 宵 est souligné en jaune orpiment et remplacé par le caractère 肎 ». L’empereur ne put donc pas le questionner plus avant. » 《漢書》:“田肎賀 上。”江南本皆作“宵”字。…… 顯子臻,不墜家業。讀班史,呼 爲田肎。梁元帝嘗問之,答曰:“此無義可求,但臣家舊本,以雌 黃改‘宵’爲‘肎’。”元帝無以難之88.

  • 89 Lei Wen 雷聞, « Tangdai de sanshi yu sanshike » 唐代的“三史”與“三史科” (Les trois Classiques d’histoire et l’é (...)
  • 90 La valorisation des trois Classiques d’histoire par les examens impériaux s’est ressentie jusque da (...)

60Le Hanshu continue à être à l’honneur sous les Tang, époque à laquelle il est le plus étudié des trois ouvrages d’histoire de référence. Au début de cette dynastie, l’historiographie ne consiste pas encore en une discipline à part entière lors des examens impériaux. Les nombreuses mesures instaurées par l’État pour inciter les aspirants fonctionnaires à étudier l’histoire aboutissent finalement à la mise en place d’un examen sur un des grands classiques historiques, puis, sous le règne de Muzong 穆宗, à la création d’une épreuve sur les trois ouvrages historiques classiques. La première mouture, à l’origine une épreuve spéciale, finit par être intégrée au tronc commun, et sert au recrutement de fonctionnaires pour les ministères des Rites et du Personnel89. Les examens impériaux contribuent notablement à la diffusion du Hanshu90. De très nombreux documents montrent que le Hanshu a été largement étudié ; il n’est pas nécessaire d’en faire la liste ici. Nous souhaitons par contre nous pencher sur les méthodes d’apprentissage et de transmission de ce livre, et sur ceux qui en étaient les enseignants et les élèves. En d’autres termes, notre objectif est d’identifier les méthodes concrètes de transformation de ces connaissances historiographiques par les élites en un savoir individuel applicable dans la vie de tous les jours.

  • 91 Xin Tangshu 新唐書 (Nouvelle histoire des Tang), p. 4695.

61Dans le chapitre 143 du Xin Tangshu (新唐書 Nouvelle histoire des Tang), intitulé « Xi Shimei zhuan » 郗士美傳 (Biographie de Xi Shimei), on peut lire : « Xi Shimei [zi : Hefu] était originaire du canton de Jin dans la préfecture de Yanzhou. Son père, Xi Chun (zi : Gaoqing), avait participé à différentes épreuves des examens impériaux (jinshi, bacui et zhice) où il avait à chaque fois été très bien classé. Zhang Jiuling et Li Yong l’avaient maintes fois félicité. À douze ans, Xi Shimei maîtrisait les cinq Classiques, les Mémoires historiques et le Hanshu, qu’il pouvait lire de bout en bout. Xiao Yingshi, Yan Zhenqing et Liu Fang, des amis de son père, déclarèrent après avoir parlé avec lui : « Nous resterons en contact avec Xi Chun et son fils Xi Shimei ». » 郗士美,字和夫,兗州金鄉人。父純,字高卿, 舉進士、拔萃、制策皆高第,張九齡、李邕數稱之。士美年十二, 通《五經》、《史記》、《漢書》,皆能成誦。父友蕭穎士、顔真 卿、柳芳與相論繹,嘗曰:‘吾曹異日當交二郗之間矣。’91. Le père de Xi Shimei était réputé pour l’étendue de ses connaissances et notamment pour sa science du ci ; c’est sans doute auprès de lui que Shimei avait étudié les cinq Classiques, les Mémoires historiques et le Hanshu. Qu’il ait été capable de lire ces ouvrages dans leur intégralité montre que l’on faisait encore réciter les élèves à voix haute. Le fait que le Hanshu figure au même plan que les cinq Classiques et les Mémoires historiques montre sa popularité. Si Shimei connaissait le Hanshu dès douze ans, c’est que son père s’en était servi comme ouvrage didactique. On peut en conclure que dans les familles de l’élite intellectuelle, le Hanshu servait de manuel d’éducation élémentaire.

62La découverte de tablettes funéraires nous conforte dans notre hypothèse. Ainsi, d’après les inscriptions figurant sur les tablettes funéraires du seigneur Lu (Da Tang gu chaosan dafu hujun xing Huangzhou sima Lu fujun muzhi ming 大唐故朝散大夫護軍行黃州司 馬陸府君墓誌銘) :

  • 92 Zhou Shaoliang 周紹良 (dir.), Tangdai muzhi huibian 唐代墓誌彙編 (Compilation des inscriptions sur tablettes (...)

L’occupant de cette tombe s’appelle Yuangan (zi : Dali) et vient du district de Wu dans le comté de Wu. […] Son père, Lu Moudao, était en charge des affaires littéraires et de l’étiquette pour le roi Zhou des Tang. Depuis de nombreuses générations, les Lu faisaient preuve de beaucoup de talent et d’un comportement irréprochable ; les aînés ayant fait montre de belles dispositions, les descendants jouissaient de privilèges, de même que plus belle est la branche et plus ses bourgeons délicats, et que plus puissante est la vague et plus elle semble glisser sans heurt. Démissionner, refuser une charge proposée, prendre son poste ou se retirer étaient autant de vertus, de preuves de rectitude personnelle. Ceux qui avaient pour fonction d’enseigner les Classiques s’inscrivaient dans une belle continuité avec leurs prédécesseurs en parlant de confucianisme. […] Sa grande maîtrise du Hanshu de Ban Gu avait valu à Lu Moudao d’être nommé par l’empereur précepteur royal auprès du roi de Shu. Dès son plus jeune âge, Lu Yuangan avait ainsi pu profiter de ce savoir paternel, dont il ne se lassa pas même en vieillissant. C’est ce que décrit le Livre des mutations quand il enjoint à « continuer ce qui a été commencé par le père » et le Livre des Odes quand il invite à « cultiver sa vertu pour prolonger celle de ses ancêtres »92.
君諱元感,字達禮,吳郡吳人也。…… 父謀道,皇朝周 王府文學詳正學士;並茂稱奕代,餘慶資身,擢慧葉而增 芳,飛靈波而益濬;去官辭辟,語默稱賢;函席曳裾,文儒 繼美。…… 初,文學府君以善班固《漢書》,敕授舒王侍 讀。君少傳其學,老而無倦,此《易》所謂幹父之蠱,《 詩》所謂聿修厥德者也。

63Lu Yuangan a dès son plus jeune âge été le récipiendaire du savoir de son père, spécialiste du Hanshu, et ne s’en est jamais lassé ; aussi la tablette funéraire en fait-elle la mention spéciale. L’éloge moral qui suit fait la part belle à la vertu de cette famille.

  • 93 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne histoire des Tang), p. 2897.

64Si cet enseignement pouvait ainsi être délivré au sein d’une famille, il pouvait également l’être par un maître, que l’on suivait jusqu’à ce qu’il estime avoir mené à bien sa mission. Dans le chapitre 89 du Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne histoire des Tang), intitulé « Biographie de Wang Fangqing » 王方慶傳, on peut lire : « À seize ans, Wang Fangqing prenait son premier poste de fonctionnaire, celui d’aide de camp à la résidence du roi de Yue. Il avait jusque-là suivi l’enseignement d’un secrétaire du roi, Ren Xigu, qui l’avait aidé à se familiariser avec les Mémoires historiques et le Hanshu. Quand Ren Xigu devint membre de la suite de l’héritier présumé, Wang Fangqing continua à suivre son enseignement, jusqu’à ce qu’il arrive à son terme. » 方慶年十六,起家越王府參軍。嘗就記室任希古受《 史記》、《漢書》。希古遷爲太子舍人,方慶隨之卒業93.

  • 94 Ibid., p. 4932.

65L’enseignement pouvait également être dispensé par des sages de la région. On lit ainsi dans le chapitre 188 du Jiu Tangshu, intitulé « Biographie de Lu Nanjin » 陸南金傳 : « Lu Nanjin était originaire du district de Wu dans la préfecture de Suzhou. Son grand-père, Lu Shiji, avait étudié le Zuozhuan, les Mémoires historiques et le Hanshu auprès de Gu Yewang, qui vivait aussi dans le comté de Wu. » 陸南 金,蘇州吳郡人也。祖士季,從同郡顧野王學《左氏傳》,兼通《 史記》、《漢書》94. Gu Yewang 顧野王, qui vécut sous la dynastie du Sud pendant les règnes des rois Liang et Chen, était un célèbre écrivain et commentateur ; il est entre autres l’auteur du Hanshu yingyi 漢書音義 (Prononciation et sens du Hanshu). C’est à lui que Lu Shiji doit sa connaissance du Hanshu ; par la suite, cet enseignement est passé de main et main et a constitué la tradition historiographique du Sud.

66Liu Zhiji 劉知幾, l’historien professionnel (661-721), est un personnage à part. Il suit tout d’abord des cours chez lui, avant de se mettre seul à étudier le Hanshu et de se forger un savoir hors du commun. Voici ce qu’il explique dans ses « Déclarations personnelles », tirées de son ouvrage Shitong – zixu 史通·自叙 (De l’historiographie) :

  • 95 Liu Zhiji 劉知幾, De l’historiographie, commenté par Pu Qilong 浦起龍, Shitong tongshi 史通通釋 (Lecture expl (...)

J’ai très tôt suivi un enseignement privé qui m’a familiarisé avec les grands classiques. Enfant, j’ai par exemple étudié le Classique des documents dans le texte antique, dont le style complexe me donnait beaucoup de mal. J’éprouvais beaucoup de difficultés à le lire, et malgré les nombreuses punitions que j’essuyais à cause de lui, ce livre me résistait. Quand mon père enseignait le contenu du Zuozhuan à mes aînés, je laissais le Classique des documents et allais l’écouter. À la fin de sa leçon, je répétais à mes aînés tout ce qui leur avait été appris sur le Zuozhuan 左傳 Je me plaignais intérieurement : « Si seulement tous les classiques étaient comme le Zuozhuan, je serais moins paresseux dans mes études ! » Mes aspirations surprirent mon père, qui décida de m’enseigner le Zuozhuan. En un an, nous l’avions parcouru en entier et il m’en avait expliqué tout le contenu. J’avais douze ans. Je ne comprenais pas forcément toutes les subtilités de l’ouvrage, mais en maîtrisais le sens premier. Mon père et mes aînés souhaitaient que j’en étudie tous les commentaires et références afin d’approfondir la connaissance que j’en avais. Je déclinais, arguant que dans les Printemps et automnes, il n’était pas fait mention d’autres anecdotes de la biographie de Lu Aigong que celle où il chasse le qilin à quatorze ans ; ne connaissant que cet épisode de sa vie, je souhaitais parcourir d’autres ouvrages d’histoire pour en apprendre davantage. Je me mis donc à la lecture des Mémoires historiques, du Hanshu, des Annales des Trois Royaumes, cherchant à comprendre les évolutions qui avaient eu lieu depuis les temps anciens et ce qui nous avait été transmis. Je lisais tous les ouvrages traitant de ces questions et ne suivais l’enseignement d’aucun maître. À dix-sept ans, j’avais lu tout ce qui traitait de la période comprise entre l’instauration des Han orientaux par Liu Xiu et mon époque.
[…] Alors, j’avais commencé à lire les Hanshu de Ban Gu et de Xie Cheng pendant mon enfance. Je pensais que le premier ne doit pas contenir la section « Tableaux des anciens et contemporains », alors que le dernier doit substituer les biographies à cette section. Ceux qui en avaient entendu parler me réprimandaient : « que sait-il, cet enfant ? Et voilà qu’il ose faire des commentaires irréfléchis sur des anciens sages. » Leurs conclusions et les miennes allaient de pair. Je finis par conclure qu’il était difficile de s’entretenir avec des gens ordinaires et qu’en cas d’avis divergents, je me devais de dissimuler mon opinion.95
予幼奉庭訓,早遊文學,年在紈綺,便受《古文尚書》 。每苦其辭艱瑣。難爲諷讀,雖屢逢捶撻,而其業不成。嘗 聞家君爲諸兄講《春秋左氏傳》,每廢《書》而聽,逮講 畢,即爲諸兄說之。因竊嘆曰:“若使書皆如此,吾不復怠 矣!”先君奇其意,於是始授以《左氏》,期年而講誦都 畢,於時年甫十有二矣。所講雖未能深解,而大義略舉。父 兄欲令博觀義疏,精此一經,辭以獲麟已後,未見其事,乞 且觀餘部,以廣異聞。次又讀《史》、《漢》、《三國志》 ,既欲知古今沿革,歷數相承,於是觸類而觀,不假師訓。 自漢中興以降,迄乎皇家實錄,年十有七,而窺覽略周。
…… 故始在總角,讀班、謝兩《漢》,便怪《前書》不 應有《古今人表》,《後書》宜爲更始立紀。當時聞者,共 責以童子何知,而敢輕議前哲,於是赧然自失,無辭以對。 其後見張衡、范曄集,果以二史爲非,其有暗合於古人者, 蓋不可勝紀,始知流俗之士,難與之言,凡有異同,蓄諸方 寸。

67Toute sa vie durant, Liu Zhiji a été fasciné par le Hanshu. Dans le premier chapitre, intitulé « Six écoles » 六家, il écrit : « Une œuvre comme le Hanshu couvre l’intégralité des Han occidentaux jusqu’à la fin du règne du roi Liu. Un tel ouvrage, qui relate tous les épisodes historiques d’une dynastie dans une langue raffinée et avec un sens extrême du détail, a attiré de nombreux spécialistes, qui se sont chacun illustrés à sa manière dans leur étude. Le Hanshu incarne encore aujourd’hui le modèle de ce à quoi doit ressembler un ouvrage d’histoire. » 如《漢書》者,究西都之首末,窮劉氏之 廢興,包舉一代,撰成一本。言皆精煉,事甚該密,故學者尋討, 易求其功。自爾迄今,無改斯道. La première raison pour laquelle Liu Zhiji admire autant le Hanshu est qu’il souscrit totalement à son idée du « savoir encyclopédique ». Dans le chapitre 11 de son ouvrage, intitulé « Introduction des historiens officiels » 史官建置, il nous révèle en effet que « les historiens étaient alors des gens très cultivés et très complets, comme nous le prouvent Ban Gu et Chen Shou » 後來經始者,貴乎俊識通才,若班固、陳壽是. Liu Zhiji fait également l’éloge du Hanshu de manière très concrète : « Jusqu’au Hanshu de Ban Gu, les historiens écrivaient à la manière de Sima Qian dans les Mémoires historiques. Les écrits composés après l’ère Taichu du règne de Han Wudi s’inspirent massivement des ouvrages de Liu Xiang dénommés Préface nouvelle (Xinxu), Jardin des anecdotes (Shuoyuan) et Sept résumés (Qilüe), La langue de l’époque est particulièrement fleurie, le point de vue sur les évènements consignés n’est ni biaisé ni hypocrite, aussi les contemporains s’y sont-ils fiés et les générations postérieures en ont-elles consolidé la belle réputation. » 至班固《漢書》,則全同太史。自太初以後,又雜 引劉氏《新序》、《說苑》、《七略》之辭。此並當代雅言,事 無邪僻,故能取信一時,擅名千載 (« Sélection » 采撰, chapitre 5 du De l’historiographie). Dans son chapitre 4, « Lun zan » 論贊, il écrit : « Le style de Meng Jian est élégant et sa posture juste, aussi son argumentaire est-il particulièrement convaincant ; je salue tout particulièrement les textes dont le style est aussi léger et puissant que ceux de décrets impériaux, dont on n’a qu’une envie, les déclamer. » 孟堅辭惟溫雅,理多愜當;其尤美者,有典誥之風,翩翩奕奕, 良可詠也. Si Liu Zhiji admire autant Ban Gu, c’est que le Hanshu devait être son livre de chevet. Il est également l’auteur de poèmes, comme peut en témoigner l’ouvrage à propos du Hanshu :

  • 96 Pour des données sur ce poème et sur le contexte présidant à sa composition, voir Yu Xin, « Shuzhe (...)

Alors qu’il était issu du peuple, l’empereur Han Gaozu unifia très rapidement l’Empire. Il s’éleva ainsi de sa condition populaire pour commander à de nombreux héros et grands hommes. Même Han Xin et Qing Bu se soumirent à lui. Un jour, par un heureux concours du hasard, ils furent tous deux anoblis. Une fois un poisson à la main, le pêcheur oublie sa canne à pêche ; de même, dès qu’il abat un oiseau le chasseur remise son arc et ses flèches. Hélas ! Han Xin et Qing Bu furent tués avec toute leur famille. À l’inverse, l’intelligence de Zhang Liang lui permit de bien s’entendre avec tout le monde. Malgré ses hauts faits, il déclina la récompense que lui proposait le souverain, préférant partir à la recherche de Chi Songzi, l’immortel de la légende. Zhang Liang savait qu’il ne faut pas accepter trop vite les présents qu’on vous offre, de peur de subir des humiliations en retour. Dans la mesure où il ne lui était rien arrivé de désastreux, son nom fut loué. Mille ans après sa mort, les gens continuent à se souvenir de lui avec admiration96.
漢王有天下,欻起布衣中。奮飛出草澤,嘯咤馭群雄。 淮陰既附鳳,黥彭亦攀龍,一朝逢運會,南面皆王公。魚得 自忘筌,鳥盡必藏弓。咄嗟罹鼎俎,赤族無遺踪。智載( 哉)張子房,處世獨爲工,功成薄愛(爵)賞,高舉追赤 松。知止信無辱,身安道亦隆,悠悠[千]載後,擊抃仰遺 風。

  • 97 Sur les questions de compilation, de dispersion, d’auteurs du Recueil de la perle et la fleur, voir (...)

68Ces phrases ont longtemps été réputés disparues, mais ont refait surface grâce à un exemplaire des Zhuying ji 珠英集 « Recueil de la perle et de la fleur » trouvé à Dunhuang97, et nous permettent aujourd’hui de nous représenter Liu Zhiji récitant ses écrits historiques en cadence.

  • 98 Ozaki Yasushi 尾崎康, « Guseinan no teiō ryaku-ron ni tsuite » 虞世南の帝王略論につ いて (De l’ouvrage Chronique d (...)

69L’estime que les intellectuels ont pour le Hanshu n’est pas visible uniquement dans les critiques historiographiques ; elle se traduit concrètement dans la composition des ouvrages d’histoire. Au début du règne de Zhenguan, Yu Shinan 虞世南compose un ouvrage intitulé Diwang lüelun 帝王略論 (Chroniques des rois et empereurs) ; lorsqu’il en arrive à la dynastie des Han, il cite comme source historique le Hanshu plutôt que les Mémoires historiques. Ce traitement de faveur est la preuve ultime de la place qu’occupaient respectivement ces deux ouvrages dans la pensée historiographique des Sui et des Tang98.

  • 99 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne Histoire des Tang), p. 3303.

70Mais il conviendrait de ne pas oublier les élites autres qu’intellectuelles, à savoir les officiers militaires et les non-Han, marginalisés au sein de la sphère culturelle alors que leurs récits sont souvent plus proches de la vérité historique. On peut lire dans le chapitre 110 de l’Ancienne histoire des Tang, intitulé « Biographie de Li Guangbi » 李光弼傳 : « Li Guangbi était originaire de Liucheng, dans la préfecture de Yingzhou. Ses ancêtres étaient des dirigeants Khitan. Son père s’appelait Kai Luo ; il avait été vice-gouverneur militaire de Shuofang sous les ordres du général Zuo Yulin au début de l’ère Kaiyuan du règne de Tang Xuanzong. Il avait reçu le rang de duc du pays de Ji, et s’était rendu célèbre grâce à son caractère brave et batailleur. Dès son plus jeune âge, Li Guangbi se comportait de manière irréprochable. En plus d’être un cavalier habile et un très bon archer, il lisait le Hanshu de Ban Gu. Il fut très tôt formé à l’art militaire ; digne, déterminé et fin stratège, il fut dans un premier temps nommé officier zuoweilang99. » 李光弼,營州柳城人。 其先,契丹之酋長。父楷洛,開元初,左羽林將軍同正、朔方節 度副使,封薊國公,以驍果聞。光弼幼持節行,善騎射,能讀班 氏《漢書》。少從戎,嚴毅有大略,起家左衛郎. Li Guangbi est issu d’une famille d’officiers Khitan, et c’est en son sein que commence son apprentissage ; le fait que, même chez des officiers assez peu cultivés, le Hanshu soit un des premiers ouvrages étudiés nous montre la place unique qu’il occupe dans l’éducation élémentaire de l’époque.

  • 100 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne Histoire des Tang), p. 3211-3212.
  • 101 Rong Xinjiang, « Mémoires historiques et Hanshu – Notes sur les documents exhumés à Turfan (1) », p (...)

71Geshu Han 哥舒翰 nous fournit un autre exemple assez intéressant. Son tempérament « insouciant, sa serviabilité, sa fiabilité, son goût pour le jeu et l’alcool » 倜儻任俠,好然諾,縱蒲酒 et son « peu d’intérêt pour l’argent et son grand sens de la loyauté » 疏 財重氣 ont souvent été mis sur le compte de sa passion pour la lecture du Zuozhuan et du Hanshu. On peut lire dans sa biographie : « Geshu Han était un descendant des chefs Geshu, eux-même issus du peuple Tuqishi. Les peuples nomades se servent souvent de leur nom comme nom de famille ; c’était le cas pour les Geshu. Le grand-père de Geshu Han, Geshu Ju, avait servi dans l’armée des Tang en tant que général. Le père de Geshu Han, Geshu Daoyuan, avait été adjoint au protectorat d’Anxi. La famille de Geshu Han était établie depuis de nombreuses générations à Anxi. […] Geshu Han aimait lire le Zuozhuan et le Hanshu ; l’argent lui importait peu et il avait un grand sens de la loyauté, aussi les personnes éduquées se soumettaient à son autorité. » 哥舒翰,突騎施首領哥舒部落之裔也。蕃人 多以部落稱姓,因以爲氏。祖沮,左清道率。父道元,安西副都 護,世居安西。…… 翰好讀《左氏春秋傳》及《漢書》,疏財重 氣,士多歸之100. Le fait qu’il lise le Hanshu nous en dit beaucoup sur la zone de diffusion de ce livre et sur la variété de ses lecteurs. Rong Xinjiang explique à ce propos : « Quant à savoir où Geshu Han a lu le Hanshu, je pencherais pour le royaume de Khotan. Son père a en effet épousé une princesse khotan avant de devenir adjoint au protectorat d’Anxi ; il avait donc dû s’y installer. La phrase « la famille était établie à Anxi » désigne sans doute une zone assez vaste comprenant les quatre garnisons de la région et pas seulement le pays Kucha. Ce document prouve que les non-Han qui vivaient dans le protectorat d’Anxi lisaient eux aussi le Hanshu101. » On voit à quel point le Hanshu était apprécié : sa diffusion n’est entravée ni par la barrière ethnique, ni par celle des traditions culturelles, ni par celle des traditions locales.

72Nous venons de voir qui lisait le Hanshu et comment. Intéressons-nous maintenant à la manière dont les intellectuels de l’époque mettaient à profit les connaissances qu’ils tiraient de ce livre. Les annales de Dunhuang peuvent nous aider dans cette tâche. De nombreux documents se réfèrent en effet au Hanshu, comme le Shazhou dudufu tujing juan disan 沙州都督府圖經卷第三 (Troisième volume de la géographie de la garnison de Shazhou), le Shazhou tujing juan diwu 沙州圖經卷第五 (Cinquième volume de la géographie de Shazhou), les Shazhou zhi 沙州志 (Annales de Shazhou), les Shazhou Yizhou zhi 沙州伊州志 (Annales de Shazhou et Yizhou) ou encore la Shouchang xian dijing 壽昌縣地境 (Géographie du comté de Shouchang). Prenons pour exemple un passage du Troisième volume de la géographie de la garnison de Shazhou :

  • 102 Li Zhengyu李正宇, Guben Dunhuang xiangtu zhi ba zhong jianzheng古本敦煌 鄉土志八種箋證 (Huit types de commentaire (...)

Murailles d’une ville frontalière fortifiée de l’antiquité
Le texte de droite évoque les fortifications entourant Shazhou. Les plus à l’est étaient distantes de 45 li de la muraille orientale de la ville de Shazhou, les plus à l’ouest à 45 li de sa muraille occidentale, les plus au sud à sept li de sa muraille méridionale et les plus au nord à cinq li de sa muraille septentrionale. D’après le Hanshu, à la sixième année de l’ère Yuanding du règne de Han Wudi (-111), le général Zhao Ponu s’installa avec sa garnison à Lingju et créa le comté de Dunhuang dans celui de Jiuquan. C’est donc sous Han Wudi que le découpage administratif et la construction de places fortes eurent lieu. Plus tard, lors de la première année de l’ère Jingning du règne de Han Yuandi (-33), le chef des Xiongnu demanda une audience à l’empereur et lui remit un mémorandum, dans lequel il demandait que lui soit confiée la garde des places fortes Han situées aux frontières ainsi que l’union de leurs deux familles par les liens du mariage. Un ministre, Hou Ying, mécontent des demandes du Xiongnu, parla en ces termes : « Han Wudi s’est battu contre les Xiongnu, il a fait construire places fortes et tours de guet aux frontières, les a renforcés à l’aide de nouvelles forteresses et murailles et y a stationné des troupes : c’est ainsi qu’un semblant de paix a pu s’installer aux frontières de l’Empire. À peine plus d’un siècle s’est écoulé depuis les dernières constructions entreprises. » Les murailles auraient donc été édifiées à la 6e année de l’ère Yuanding. Il faut attendre la 11e année du règne de Li Hao des Liang de l’Ouest (415) pour que de nouvelles portions de muraille soient construites pour se protéger des invasions des populations nomades du Nord et du Sud. Ces murailles sont aujourd’hui en très mauvais état mais leurs fondations sont toujours bien visibles102.
古塞城
右,周迴州境。東在城東卌五里,西在城西十五里,南 在州城南七里,北在州城北五里。據《漢書》:武帝元鼎六 年,將軍趙破奴出合(令)居,析酒泉,置燉煌郡。此即開 土疆,立城廓在漢武帝時。又,元帝竟寧〔元年〕,單于來 朝,上書願保塞、和親,請罷邊戍。郎中侯應以爲不可, 曰:“孝武出軍征伐,建塞徼、起亭燧、築外城、設亭戍以 守之,邊境少安。起塞已來,百有餘年。”據此詞,即元鼎 六年築。至西凉王李皓建初十一年又修,以備南羌北虜。其 城破壞,其趾(基址)見存。

  • 103 Zhu Yuemei 朱悅梅, Li Bingcheng 李并成, « Shazhou dudufu tujing zuanxiu niandai ji xiangguan wenti kao » (...)
  • 104 Huang Shijian 黃時鑒, Gong Yingyan 龔纓晏, « Make Boluo yu wanli changcheng – jianping Make Boluo daoguo (...)

73Des études montrent que ce texte constitue la suite de la Shazhou tujing (Géographie de Shazhou) : il commence en la deuxième année de l’ère Yonghui 永徽 (651) et couvre le règne de Wu Zetian ; il est amendé à chaque nouveau décret, s’interrompt après la première année de l’ère wansui dengfeng 萬歲登封 (696) et reprend à nouveau dans les années Kaiyuan 開元 (713-741). Grâce à lui, nous avons une idée de ce à quoi ressemble une géographie des Tang enrichie de modifications et d’augmentations103. Comme des ajouts ont été opérés, l’auteur demeure mystérieux, mais il est quasiment certain qu’il s’agit d’un fonctionnaire ayant travaillé à la garnison de Shazhou pendant l’âge d’or des Tang. Pour Li Zhengyu, les premiers mots font référence à la muraille qui constitue un paravent de l’oasis autour de la capitale provinciale, tandis que pour Huang Shijian 黃 時鑒, ils font écho à une partie de la Grande Muraille construite sous les Qin et les Han104. Quoi qu’il en soit, l’auteur de ce texte parvient à dater la construction de cette muraille en menant sa propre enquête sur le terrain et en se référant au Hanshu. C’est dire l’exigence d’une méthode qui n’a rien à envier à une autre plus tardive consistant à croiser au moins deux sources. Le Hanshu sert ici à l’auteur à vérifier ses dires ; loin de ne le citer qu’en notes, il en nourrit son texte, ce qui nous montre à quel point il en était familier. Un lettré capable d’utiliser aussi librement un texte et de le citer avec autant d’à-propos devait être un réel puits de connaissance.

74Le Hanshu servait également à l’éducation morale, comme nous le montrent certaines épitaphes. Voici l’épitaphe de dame Yuanshan du clan Gongsun, ayant vécu dans la préfecture de Cizhou sous les Tang […] (Datang Cizhou […] Yuanshan qi gongsun shi muzhi大唐慈 州□□□元善妻公孫氏墓誌) :

  • 105 Zhou Shaoliang (dir.), Compilation des inscriptions sur tablettes funéraires de la dynastie des Tan (...)

Sa femme, dont le nom de famille était Gongsun, était née dans le Liaodong […] elle honorait les ancêtres avec beaucoup de respect et de solennité, et traitait généreusement les plus jeunes et les serviteurs. Elle avait une connaissance approfondie des Classiques confucéens et des livres d’histoire [mots manquants], était juste et douce dans ses rapports aux autres femmes du clan, respectait et aimait ses proches et avait à cœur la loyauté et la piété filiale. Ses parents avaient quitté ce monde l’année de ses dix-sept ans ; devant un tel malheur, [mots manquants] revenue à elle. Elle avait alors suivi l’enseignement du Livre des rites, ce qui lui avait permis de ne pas attenter à sa propre vie. À chaque fois que la souffrance la reprenait, [mots manquants] elle ne consommait plus d’alcool sucré ni de fromage, ni aucune nourriture douce et rafraîchissante ; elle ne soignait pas sa coiffure [mots manquants] aimait tellement le Hanshu qu’elle avait grand peine à le reposer. Un jour qu’elle lisait le chapitre sur la biographie de Wang Mang et le texte sur la dynastie des Xin écrit par Yang Xiong, elle décida que c’était la dernière fois qu’elle les lisait. [mots manquants] répondit calmement : « en arrivant à Chaoge, Mozi aurait fait faire demi-tour à son équipage ; la route sur laquelle il était s’appelait “surpasser sa mère”, Zengzi ne serait pas [mots manquants]. Sans compter que ses proches [mots manquants] usurpé le pouvoir, entaché et bousculé l’ordre des choses et nui à la population ; un historien consigne les faits historiques et ne peut taire ces choses-là. Mais les avoir lu une fois me suffit, pourquoi les relirais-je ? Yang Xiong [mots manquants], alors qu’il avait servi sous la dynastie des Han, n’a pas pu se résigner à donner sa vie pour la protéger, et a donc écrit Critique des Qin et éloge des Xin. Mieux vaut frôler la mort et rester droit et intègre que sacrifier sa loyauté à sa survie. [mots manquants] s’effraya à ces mots, les pleutres [mots manquants]. Je n’ai pas le cœur à lire ces choses-là, et j’espère qu’en faisant ainsi j’inciterai mes descendants à rester loyaux à leur souverain105. »
夫人公孫氏,遼東人也。…… 奉上齊莊,持下恩惠,博 覽經史,變□□典,允穆閨房,敬愛親族,忠孝二事,備其 □心。年甫十七,遂丁荼蓼,卒奉凶惡,□□後蘇,勸以《 禮經》,纔不滅性。 每一□慟,但得勝□,醴酪不嘗,鬢 髮略素,經十□□□□班白,好讀《漢書》,曾不釋手,一 披《莽傳》,爰及美新,自茲厥後,不歁窺焉。因□□□從 容應曰:竊聞邑號朝歌,墨翟以□迴駕,里名勝母,曾參於 焉不□。且彼蕃□□□聲竊位,黷亂天紀,危逼生靈,史官 記事,不可遺錄,一見已甚,其可再乎?楊□□□,仕於 漢室,不能殉命,遂作美新。越義求生,不如守死。□聞是 懼,懦夫不□,離□□人,非所忍見,亦欲以示子孫忠於君 也。

75Bien que l’inscription soit à moitié effacée, le sens en est assez clair. Dame Yuanshan est née dans une grande famille du Liaodong et a ainsi pu bénéficier d’une éducation classique. Passionnée par le Hanshu et par l’histoire, elle parvient à mettre à profit ses connaissances dans sa vie. Très attachée aux siens, elle sensibilise les jeunes de son clan à la pensée orthodoxe, à l’intégrité et à la rectitude mises à l’honneur dans le Hanshu. Nous avons ainsi l’occasion d’étudier les femmes de la Chine médiévale sous un nouvel angle, différent de ceux de leur place, de leur parcours, de leur lien avec le clan ou de leur action au sein de la société : il est ici question du rôle que la connaissance des classiques et la pensée historiographique ont joué dans la vie individuelle et sociale des Chinois de l’époque. Nous allons désormais nous attacher à détailler cette question.

Comment les connaissances historiques ont-elles imprégné la société et se sont-elles transformées en une culture de masse ?

  • 106 Il est d’autres types d’ouvrages qui citent le Hanshu, comme les manuscrits du Wwenxuan zhu 文選注 (An (...)

76Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un classique comme le Hanshu soit devenu un manuel d’éducation élémentaire servant à former les élites. En revanche, au sein du peuple, personne n’avait ni le besoin, ni les moyens de posséder un ouvrage composé d’autant de chapitres, ouvrage que sa complexité rendait par ailleurs inabordable à quiconque ne pouvait se faire aider par un maître. Dès lors, comment les connaissances tirées des classiques et une certaine conscience historique ont-elles pu intégrer les esprits et donner naissance à un savoir commun propre à un territoire et mobilisé quotidiennement ? Comment une mémoire collective a-t-elle pu voir le jour ? Comment ces savoirs ont-ils intégré les modes de pensée et de vie des gens du commun et imprégné la culture populaire, et quel rôle ont-ils joué dans les conceptions et les comportements sociaux des gens du peuple ? En faisant état de manuels d’éducation élémentaire, d’encyclopédies et d’ouvrages de littérature populaire106, nous allons essayer de mettre en lumière les effets concrets que ces changements ont pu entraîner dans la structure et la fonction du savoir, notamment dans les sphères intellectuelles et conceptuelles.

La valorisation à l’œuvre dans les manuels d’éducation élémentaire

Zachao 雜抄 (Notes diverses)

  • 107 Naba Toshisada 那波利貞, « Tō shōhon zashō kō : Tō dai shomin kyōiku shi kenkyū no ichi shiryō » 唐鈔本雜抄考 (...)
  • 108 Zhou Yiliang 周一良, « Dunhuang xieben zachao kao » 敦煌寫本雜抄考 (Étude sur le manuscrit Notes diverses tro (...)
  • 109 Zhang Zhengliang 張政烺, « Dunhuang xieben Zachao ba » 敦煌寫本雜抄跋 (Postface au manuscrit Notes diverses t (...)
  • 110 Zheng Acai 鄭阿財, Zhu Fengyu 朱鳳玉, Dunhuang mengshu yanjiu 敦煌蒙書研 究 (Étude sur les manuels d’éducation (...)

77Notes diverses est le premier des manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang à avoir attiré l’attention des spécialistes ; de nombreux exemplaires en ont été conservés. Naba Toshisada 那 波利貞 est le premier à l’avoir étudié méthodiquement et à avoir compris sa valeur pour l’« histoire de l’éducation populaire107 ». Zhou Yiliang 周一良 a également précisé qu’« il contient de nombreux documents attestant des coutumes de la société d’alors, dans lesquels les chercheurs en histoire de la société peuvent piocher à loisir108 ». Zhang Zhenglang 張政烺 a pour sa part estimé que « certaines versions abrégées des helun 何論 des Tang et des Song pourraient en quelque sorte s’apparenter aux précis d’éducation d’aujourd’hui109 ». Grâce aux travaux de leurs prédécesseurs, Zheng Acai et Zhu Fengyu ont pu mener une étude encore plus complète et détaillée, qui leur a permis de conclure que « sur la forme, les Notes diverses de Dunhuang procèdent essentiellement par questions-réponses, et mélangent différents styles (discursif, argumentatif, maximes, proverbes) ; sur le fond, l’ouvrage introduit sommairement des sujets comme l’astronomie, l’histoire, la géographie, la vie, et touche à l’éthique, à la morale, aux cérémonies et à l’étiquette. Il reflète à ce titre les coutumes, la culture, le mode de pensée à l’honneur sous les Tang, et sert de manuel préparatoire aux candidats aux examens impériaux issus du peuple en leur proposant un récapitulatif des savoirs les plus élémentaires. Ce type d’ouvrage permet de se faire une idée de la conception du monde la plus répandue à l’époque parmi les gens du peuple, ainsi que de leur sens éthique, moral, de leurs valeurs et de leur compréhension de l’histoire ». En outre, « ce manuel présente des connaissances générales très utiles dans la vie de tous les jours et mérite à ce titre l’appellation d’encyclopédie quotidienne »110. Les analyses de la nature, du contenu et de la forme de Notes diverses effectuées ci-dessus nous ont bien sûr aidé à comprendre les passages faisant référence au Hanshu. L’ouvrage est en effet cité à deux reprises, dont voici la première :

  • 111 Ibid., p. 170.

Parlons maintenant des neuf régions, des neuf classiques, des trois grands ouvrages d’histoire et des trois entités. Quelles sont les neuf régions ? Yong, Ji, Yu, Jing, Yang, Liang, Xu, Yan et Qing. Quels sont les neuf classiques ? Le Livre des documents, les Commentaires de Mao Heng du Livre des Odes, le Livre des mutations, le Livre des rites, les Rites des Zhou, le Livre de l’étiquette et des cérémonies, le Commentaire de Gongyang, le Commentaire de Guliang et le Zuozhuan. Quels sont les trois grands ouvrages d’histoire ? Les Mémoires historiques, la Chronique des Han et les Chroniques des Han de Dongguan. Que sont les trois entités ? Ciel, Terre, Homme111.
論九州、九經、三史、三才。何名九州?雍州、冀州、 豫州、荊州、揚州、梁州、徐州、兖州、青州。何名九經? 《尚書》、《毛詩》、《周易》、《禮記》、《周禮》、 《儀禮》、《公羊》、《穀梁》、《左傳》。何名三史? 《史記》、《前漢》、《東觀漢記》。何名三才?天、地、 人。

78Il s’agit donc d’un enchaînement de questions-réponses sur les neuf régions, les neuf classiques, les trois grands ouvrages d’histoire et les trois talents, sans qu’aucun lien logique ne relie ces notions entre elles. Peut-être faut-il chercher du côté des chiffres, qui se font écho (neuf – neuf, trois – trois), et qui pouvaient aider à la mémorisation. Il n’est de toute façon pas si absurde de mentionner les classiques et les ouvrages d’histoire ensemble. Ici ne sont cités que les titres ; le fait que le contenu ne soit pas évoqué est la marque d’un auteur peu éduqué et pragmatique.

  • 112 Zhou Yiliang, Étude sur le manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang, p. 275.
  • 113 Rong Xinjiang, Yu Xin, Shazhou Guiyijun chaoye xinian lu 沙州歸義軍朝野繫年錄 (Annales des dirigeants et du p (...)
  • 114 Des étudiants et de l’éducation dispensés à Dunhuang, cf. Ogawa Kanichi 小川贯弌, « Tonkō no Gaku Shirō (...)

79À la question « quels sont les trois grands ouvrages d’histoire ? », la réponse n’est pas « les Mémoires historiques, le Hanshu et le Hou Hanshu », ce qui est très étonnant. Zhou Yiliang écrit à ce propos : « Si les Chroniques des Han de Dongguan comptent parmi les trois grands ouvrages d’histoire dans Notes diverses, c’est que les documents dont ce manuel s’inspire doivent dater de peu après l’ère Kaiyuan et de bien avant l’ère Changqing 長慶112. » D’après leur état matériel, les treize versions manuscrites de Notes diverses pourraient dater du gouvernement de Guiyi. Sur deux de ces copies seulement figure un colophon : P. 3393, sur lequel on peut lire : « Note par l’étudiant Liang Liuqing du monastère Sanjie le 11e jour du 11e mois de l’an Xinsi. » 辛巳年十一月十一日三界寺學士郎梁流慶書記之也, soit la septième année de l’ère Zhenming 貞明 (921)113 ; et P. 3649, où on peut lire : « Note de l’étudiant He Anzhu du monastère de la Terre de pureté qui a copié de sa propre main et récité ce texte le 18e jour du premier mois de l’an Dingsi. » 丁巳年正月十八日凈土寺學仕郎賀安住自手書 寫讀誦過記耳. Dans la mesure où au recto de cet exemplaire figure un contrat en date de la quatrième année de l’ère Xiande 顯德 (957), on peut en déduire que l’année Dingsi correspond à l’année 957. Dans les monastères, sous le gouvernement de Guiyi, Notes diverses servait donc de manuel d’apprentissage aux étudiants114 ; c’est principalement ainsi qu’il s’est diffusé. Grâce à la précision apportée sur P. 3649, on peut savoir que les étudiants apprenaient leurs textes en les recopiant et en les récitant à voix haute.

80Voici maintenant le second passage mentionnant le Hanshu :

  • 115 Zheng Acai, Zhu Fengyu, ibid., p. 173.

Abordons maintenant les auteurs et les commentateurs des Classiques et des grands ouvrages d’histoire. Les Mémoires historiques sont de Sima Qian. Les Chroniques des Trois royaumes, de Chen Shou. Les Printemps et Automnes, de Confucius, avec une version commentée par Du Yu. Le Laozi est commenté par Heshanggong. Les Trois classiques de rites sont de la main de Confucius et commentés par Zheng Xuan. Le Livre des mutations est commenté par Wang Bi. Le Li Sao est l’œuvre de Qu Yuan. Le Liuzi, de Liu Xie. Le Erya a été commenté par Guo Pu. Les Phrases magnifiques à la salle d’examen a été écrit par Meng Xianzi. Le Zhuangzi est commenté par Guo Xiang. Le Qieyun a été écrit par Lu Fayan. Le Commentaire de Mao Heng du Livre des Odes, le Classique de la piété filiale et les Entretiens sont de la main de Confucius et annotés par Zheng Xuan. Le Jijiuzhang a été écrit par Shi You. L’Anthologie de la littérature est le travail de plusieurs lettrés convoqués par l’empereur Zhaoming des Liang, d’où son nom. Le Hanshu est l’œuvre de Ban Gu. Le Dianyan, celle de Li Delin. Le Classique des documents a été annoté par Kong Anguo. Les textes de quelles dynasties contient-il ? Des Yu, des Xia, des Shang et des Zhou. Le Livret du parc aux lièvres est de la main de Du Sixian. Le Précis d’éducation de celle de Ma Renshou. Le Classique des mille caractères de celle de Zhong Yao, annoté par Li Xian, puis mis en vers par Zhou Xingsi115.
論經史何人修撰製注。《史記》,司馬遷修。《三國誌 (志)》,陳壽修。《春秋》,孔子修,杜預注。《老子》 ,河上[公]注。《三禮》,孔子修,鄭玄注。《周易》,王 弼注。《離騷經》,屈原注(作)。《流(劉)子》,劉協 (勰)注(作)。《爾雅》,郭璞注。《文場秀句》,孟憲 子作。《莊子》,郭象注。《切韻》,六(陸)法言作。 《毛詩》、《孝經》、《論語》,孔子作,鄭玄注。《急就 章》,史猷(游)撰。《文選》,梁昭明太子召天下才子相 共撰,謂之《文選》。《漢書》,班固修。《典言》,李德 林撰之。《尚書》,孔安國注。《尚書》幾家書?虞、夏、 商、周。《兔園策》,杜嗣先撰之。《開蒙要訓》,馬仁壽 撰之。《千字文》,鐘鯀撰,李暹注,周興嗣次韵。

  • 116 Ibid., p. 191.
  • 117 Fujieda Akira 藤枝晃 souligne qu’il existe plusieurs centaines de livrets dans les documents trouvés à (...)
  • 118 Ren Bantang 任半塘, Dunhuang geci zongbian 敦煌歌辭總編 (Compilation des ci de Dunhuang), Shanghai, Shanghai (...)

81Cette bibliographie précise à la fois les titres, les auteurs et les commentateurs. L’ordre en est très chaotique, les ouvrages ne se suivant ni chronologiquement ni par degré d’importance. Zhang Acai et Zhu Fengyu estiment qu’il s’agit là « d’une liste des ouvrages utilisés à l’époque comme manuels d’apprentissage, dans les versions annotées alors préférées ; elle devait servir aux candidats aux examens impériaux et pour ceux cherchant à approfondir leurs connaissances116. » Peut-être ont-ils raison ; cependant, l’auteur de ce texte semble plutôt vouloir diffuser ces connaissances auprès du plus grand nombre que pousser son lecteur à mener des études plus approfondies. Quel qu’ait été son objectif, les étudiants ont pu avoir une toute autre idée en tête. Nous avons vu que les manuscrits dataient du gouvernement de Guiyi ; les étudiants ne pouvaient donc pas se projeter dans les examens impériaux mais pouvaient vouloir recopier ces textes dans le but de fixer ces connaissances relativement simples, sans avoir forcément dans l’idée de poursuivre leurs études plus avant. Ce besoin de connaissances est la condition indispensable à la composition et à l’existence de petites encyclopédies de ce genre. Les titres des chapitres de Notes diverses sont très imagés (1. Copie de Zhu Yu ; 2. Texte pour nourrir son intelligence ; 3. Trésor portatif), et révèlent toute l’étendue de son aspect pratique : il se veut un manuel facilement transportable et aisément consultable dans la vie de tous les jours. Le fait que P. 3906, S.5658 et S.5755 soient tous des livrets en est une preuve supplémentaire117. Du point de vue des lettrés, ce genre d’ouvrages était infiniment grossier, alors que du point de vue du peuple, ils aidaient à engranger des connaissances, à se cultiver, à gagner en prestige et à avancer sur la voie de la piété filiale. On peut lire dans le texte « Fafen changge shi’er shi » 發奮長歌 十二時 (Efforts à fournir dans l’étude des longs poèmes), un manuscrit de cycle chanté à forme fixe trouvé à Dunhuang : « À l’heure du repas, il convient de consacrer toute son énergie à l’étude ; le Trésor portatif est la malle aux trésors du lettré, à côté de laquelle jade et or ne sont rien. » 食時辰,偷光鑿壁事殷勤,丈夫學問《隨身寶》,白 玉黃金未足珍118.

82Notes diverses cite le titre et l’auteur du Hanshu sans s’appesantir sur son contenu, aussi les faits historiques consignés dans ce livre n’ont-ils pas intégré la culture populaire. En nous intéressant à d’autres manuels citant le Hanshu et en enquêtant sur le contexte de composition, les modes de citation et le rôle joué par les citations sur la structure du texte, nous avons cherché à comprendre comment, en fonction des besoins, et ce quel que soit le niveau culturel des populations concernées, les savoirs classiques ont migré depuis leurs supports textuels figés et intégré de nouvelles catégories et de nouveaux schémas d’organisation. Une fois devenus partie intégrante de la culture générale populaire, les savoirs des élites se sont chargés de nouveaux concepts et idées. Dans ce nouveau cadre, ils ont commencé à imprégner la vie quotidienne et à y exercer une influence subtile. Tout cela illustre à quel point un système de connaissances n’en finit pas de se créer, de se recréer, d’extraire et d’assimiler de nouvelles choses.

Classique des Mille Caractères commenté (Qianzi wen zhu 千字 文注)

83Le Classique des Mille Caractères est sans doute le manuel traditionnel chinois le plus diffusé et celui dont l’influence a été la plus grande. Il a fait l’objet de nombreuses études que nous ne citerons pas ici. La version annotée trouvée à Dunhuang cite de nombreux classiques, comme le Shi 詩 (Livre des Odes), le Shu 書 (Classique des documents), le Yi 易 (Livre des mutations), le Liji 禮記 (Livre des rites), le Lunyu 論語 (Entretiens), le Xiaojing 孝經 (Classique de la piété filiale), le Chunqiu 春秋 (Printemps et Automnes), le Shiji 史記 (Mémoires historiques), le Sishuo 世說 (Anecdotes contemporaines et nouveaux propos), le Xinfu 心府 (Résidence du cœur), le Zashuo 雜 說 (Écrits divers), le Shuoyuan 說苑 (Jardin des propos), le Wudu fu 吳都賦 (Prose rimée de la capitale des Wu) et Jingdu fu 京都賦 (Prose rimée de la capitale). Un seul passage mentionne le Hanshu :

  • 119 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 34. Le (...)

Pour une vaste réforme de l’éducation, la botanique doit elle aussi être enseignée.
Les Zhou n’étaient pas avares en faveurs et appliquaient en toute chose bienveillance et rectitude, et ce même à l’égard des plantes et des arbres. Aussi tous les membres du clan étaient-ils soudés, ce qui leur garantissait bonheur et richesse. Il est écrit dans le Hanshu : « Shen Feng (zi : Shengtong) était originaire de la région du Wu. Depuis qu’il avait été nommé gouverneur de la préfecture de Lingling, dans cinq de ses districts, une douce pluie tombait, favorisant la pousse de soixante-dix champignons Ganoderma. L’empereur Han Jingdi, charmé par ce spectacle, lui accorda comme une grâce et en récompense cent yi d’or et cent produits en soie. » Dans les Proses rimées de la capitale, Zhang Heng écrit : « Voici une faveur que même les insectes purent apprécier, le prestige était tel que tout en fut touché119. »
化被草木
周家惠厚,仁及草木,故能內九族,以成福祿,《漢 書》曰:“沈豐字聖通,吳人也,作冷陵太守,甘露降五 縣,芝草七十株,景帝賜黃金百溢,繒百疋。”張衡《京都 賦》曰:“澤浸昆蟲,振威八寓故也。”

  • 120 Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang ben Zhu Qianzi wen » 敦煌本〈注千字文〉注 解 (Commentaire du manuscrit trouvé à Dun (...)
  • 121 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 30.

84D’après Zhang Nali 張娜麗, l’exemplaire de Dunhuang du Classique des Mille Caractères commenté a été retravaillé sous les Tang et diffère donc de son édition originelle. Les commentaires notamment ne sont pas tous de la main de Li Xian 李暹120 : d’après Zheng Acai et Zhu Fengyu, des ajouts ont été très clairement opérés sur ceux qui portent sur les Classiques quand on les compare aux plus anciens. Du point de vue stylistique, l’ouvrage, qui lui aussi devait se réciter à voix haute, diffère de manuels un peu plus élémentaires. Au vu du nombre et de la précision des commentaires, les étudiants locaux devaient être particulièrement exigeants ; cela nous permet également de voir à quel point Dunhuang était un endroit unique en son genre121. Le passage traitant de l’histoire de Shen Feng ne figure pas dans le Hanshu mais au chapitre 19 des Chroniques des Han de Dongguan, intitulé « Biographie de Shen Feng » 沈豐傳 :

  • 122 Liu Zhen 劉珍, révisé par Wu Shuping 吳樹平, Dongguan Hanji jiaozhu 東觀漢記校 注 (Notes sur la Chronique des (...)

Shen Feng (zi : Shengda) était le gouverneur de la préfecture de Lingling. Pendant toute la durée de son mandat, il fut particulièrement mesuré en matière de châtiments. Les gens contrevenant à la loi et jugés pour la première fois n’étaient pas mis en prison ; lors d’affaires difficiles, le verdict pouvait n’être qu’oral et n’incluait que rarement des coups de fouet ou des exécutions. Quant aux fautes commises par des fonctionnaires du gouvernement, elles n’étaient pas exposées sur la place publique. Ces derniers recoururent alors à une stratégie extraordinaire, et annoncèrent à qui voulait l’entendre : « Nous avons beaucoup à apprendre du gouverneur. » Il n’était pas là depuis un an qu’une douce pluie tombait, favorisant la pousse de champignons Ganoderma122.
沈豐,字聖達,爲零陵太守,爲政慎刑重殺,罪法辭 訟,初不歷獄,嫌疑不決,一斷於口,鞭仗不舉,市無行 戮。僚友有過,初不暴揚,有奇謀異略,輒爲談述,曰: “太守所不及也。”到官一年,甘露降,芝草生。

  • 123 Xie Cheng 謝承, Hou HanshuHanshu 後漢書 (Hanshu postérieurs), Lu Xun jilu guji congbian 魯迅輯錄古籍叢編 (Collec (...)

85Les citations du Hanshu postérieurs de Xie Cheng 謝承 que l’on retrouve dans Beitang shuchao 北堂書抄 (Copies de la salle nord), le Taiping yulan 太平御覽 (Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur) et la Yiwen leiju 藝文類聚 (Collection par genres d’œuvres littéraires) ressemblent à celle-ci123, ce qui nous incite à penser que le commentateur tirait ses citations d’une encyclopédie regroupant plusieurs ouvrages ; il cite en revanche mal le Hanshu. Dans le Classique des Mille Caractères commenté, les réalisations politiques de Shen Feng telles que décrites dans le Hanshu ne sont pas mentionnées, alors que des détails ont été ajoutés comme « une douce pluie » 甘露降, « cinq comtés » 五縣, « champignons Ganoderma » 芝草生 et « soixante-dix » 七十株, ainsi que « l’empereur Han Jingdi, charmé par ce spectacle, lui offrit en récompense cent yi d’or et cent produits en soie » 景帝賜黃金百溢,繒百疋. À l’époque, le récit l’emportait donc sur la réalité historique et les exigences liées à l’éducation sur la fidélité aux Classiques, mais rares étaient les lettrés de Dunhuang à s’en inquiéter. La diffusion incroyable du Classique des Mille Caractères commenté a donc contribué au rayonnement d’un Hanshu dont on ne se souciait guère de savoir s’il s’agissait bien de l’original.

Manuel répondant au désir de la connaissance des enfants (Mengqiu 蒙求)

  • 124 Jean-Pierre Drège, « Les accordés de Touen-houang », in Michel Soymiè (éd.), Contributions aux étud (...)

86Le Mengqiu est un autre manuel très en vogue sous les Tang et les Song. Seulement trois exemplaires en ont été retrouvés à Dunhuang. Bien que la découverte des vestiges culturels soit toujours assez fortuite, on pourrait déduire de cet état de fait que cet ouvrage était moins apprécié que les deux précédents. P. 2710 est un exemplaire relié ; Dunyan 095 et P. 4877 sont reliés dans le style papillon. Dunyan 095 comporte des fragments de notes de bas de page et correspond à un format standard (22,7 cm de haut pour 15,8 cm de large) : on s’assurait déjà à l’époque qu’un ouvrage était pratique à transporter. Il est très vraisemblable que le mode de reliure ait quelque chose à voir avec l’usage qu’on entendait faire de l’ouvrage124. Les commentaires du Mengqiu mentionnent le Hanshu à dix reprises (c’est l’ouvrage qui le cite le plus). Nous n’en avons choisi qu’un exemple, assez représentatif :

  • 125 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 234.

Yang Zhen vivait dans le Guanxi, Ding Kuan dans le Guandong.
[Chronique des Han de Dongguan : Yang Zhen (zi : Boqi) connaissait à la perfection les ouvrages confucéens, notamment les Cinq Classiques, aussi était-il surnommé par ses contemporains le « Confucius du Guanxi ».]
[Hanshu : Ding Kuan (zi : Zixiang) avait beaucoup étudié le Livre des mutations, si bien que lorsqu’il partit vers l’est pour rentrer chez lui, ses disciples dirent : « le Livre des mutations s’en va à l’est. »]125
楊震關西,丁寬易東。《東觀漢記》:楊震字伯起, 儒學博通五經,時人號爲關西孔子。 《漢書》:丁寬字子 襄,善《易》,常東歸。門人曰:《易》東歸矣。

87La biographie de Ding Kuan figure au chapitre 88, intitulé « Rulin » 儒林 (Les confucéens), du Hanshu. En voici la version originale :

  • 126 Hanshu, p. 3597.

Ding Kuan (zi : Zixiang) venait du pays de Liang. Jadis, Liang Xiangsheng avait étudié le Livre des mutations auprès de Tian He ; Ding Kuan était pour sa part l’élève de Liang Xiangsheng. Il approfondit tant et si bien ses connaissances sur cet ouvrage que l’élève dépassa le maître et résolut in fine de suivre l’enseignement de Tian He. Au terme de son apprentissage, Tian He le congédia. Lorsque Ding Kuan partit vers l’est pour rentrer chez lui, Tian He dit à ses disciples : « Le Livre des mutations s’en va à l’est. »126
丁寬字子襄,梁人也。初梁項生從田何受《易》,時寬 爲項生從者,讀《易》精敏,材過項生,遂事何。學成,何 謝寬。寬東歸,何謂門人曰:“《易》以東矣。”

  • 127 Yang Shoujing 楊守敬, Riben fangshu zhi 日本訪書志 (Récit d’un chasseur de livres au Japon), édition Linsuy (...)

88On peut ainsi voir que les commentaires présents dans le Mengqiu sont très elliptiques et que de nombreuses divergences existent avec l’original. Yang Shoujing l’avait déjà souligné dans la première partie du chapitre 11 de son Récit d’un chasseur de livres au Japon, intitulé « Copies anciennes du Mengqiu » : « Les citations diffèrent largement du texte original, aussi m’est-il impossible d’en faire une liste exhaustive. Sous les Tang, cet ouvrage était sans doute essentiellement lu par des enfants ; pour les copistes, l’objectif était donc de rendre le contenu le moins ennuyeux possible, ce qui explique les nombreuses coupes réalisées127. »

89En dehors des ellipses, de nombreux ajouts sont également visibles, comme celui de la note sur « Bowang à la recherche de la source du fleuve Jaune » 博望尋河 :

Hanshu : Zhang Qian venait de Hanzhong, et fut envoyé par l’empereur comme diplomate dans les régions de l’Ouest. Il alla aussi loin que la source du fleuve Jaune avant d’être consacré marquis de Bowang par l’empereur Han Wudi. Il aurait mis la main sur la pierre et la branche de grenadier dont la Tisserande de la mythologie se sert pour tisser, que Yan Junping aurait identifiées, et aurait espéré pouvoir grâce à elles passer le Yumenguan vivant.
《漢書》:張騫,漢中人,曾奉使西域,因窮河源,武 帝封爲博望侯,得織女林 (枝) 極石、安石榴等,嚴君平識此 石也,願生入玉關也。

  • 128 Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang yanjiu yuancang Li Han Mengqiu shijie – yu Riben cang guchaoben zhi biji (...)

90Le « marquis de Bowang » n’est autre que Zhang Qian, mais les phrases « branche de grenadier » et « que Yan Junping aurait identifiées » ne figurent pas dans le Hanshu ; la proposition « espéré pouvoir grâce à elles passer le Yumenguan vivant », qui renvoie à Ban Chao 班超, est tirée du Hou Hanshu. Les notes font mention de beaucoup de personnages et d’événements ; il est à craindre qu’elles comportent des erreurs parce qu’elles ont toutes à voir avec l’Ouest chinois, à moins que ces fausses analogies soient voulues. Il nous est difficile de savoir si elles étaient présentes dans les éditions originelles ou si elles ont été ajoutées a posteriori128.

91À la lecture de la préface de Li Hua 李華, il est aisé de comprendre pourquoi les explications étaient ainsi formulées :

  • 129 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 232, 2 (...)

Li Han, originaire d’Anping, est l’auteur du Mengqiu. Il y recense les phrases et comportements des anciens, bons comme mauvais, en les faisant rimer. Son ouvrage est destiné aux enfants, aussi comporte-t-il bon nombre de notes explicatives. Ceux qui l’étudient en entier sont assurés d’avoir une bonne connaissance des événements historiques majeurs et des grands courants de pensée. Le guidage, le découpage et les explications remontant le plus possible à la source aident à l’apprentissage ; les sujets traités couvrent pour leur part un domaine très large ; voici en quoi consiste le Mengqiu ! […] Chaque ligne est accompagnée de deux commentaires ; les noms et les événements à retenir sont consignés à la suite du texte. Si ce livre n’est pas des plus élégants, il possède au moins l’avantage de pouvoir aider tout un chacun à élargir ses connaissances129.
安平李瀚著《蒙求》一篇,列古人之言行美惡,參之聲 律,以授幼童,隨而繹(釋)之,比其終篇,則經史百家之 要奧,十得其四五矣。推而引之,源而流之,易於諷習,形 於章句,不出卷知天下,其《蒙求》哉!…… 每行注兩句, 人名外傳中有別事可記者,亦比附叙之。雖不配上文,所資 廣博。

92Le Mengqiu a donc été écrit pour « recenser les phrases et comportements de nos ancêtres, bons comme mauvais, en les faisant rimer », et « est destiné aux enfants » ; il n’a pas vocation à réunir dans un seul ouvrage des extraits d’ouvrages de référence. Il n’est pas nécessaire d’avoir plus de « deux commentaires par ligne » puisque l’objectif n’est pas de citer scrupuleusement le texte original. Les variantes sont donc l’expression de la liberté et de l’adaptabilité de l’auteur, et nous renseignent sur la perception qu’il avait de la psychologie et des besoins inexprimés du consommateur de connaissances.

Le Recueil des carnets du Parc aux lièvres (Tuyuan cefu 兔園策府)

  • 130 D’après Qu Zhimin 屈直敏, le Recueil des carnets du Parc aux lièvres pourrait avoir été écrit à plusie (...)
  • 131 Sun Guangxian 孫光憲, Lin Aiyuan 林艾園 (rév.), Beimeng suoyan 北夢瑣言 (Récits du nord du lac Yunmeng), Shan (...)

93Le Recueil des carnets du Parc aux lièvres a été écrit par Du Sixian 杜嗣先130, un lettré confucéen fameux ; composé en une prose rythmée de quatre ou six pieds, il met en place des questions-réponses censées préparer à l’épreuve du ce des examens impériaux et cite en notes des ouvrages classiques afin que les étudiants puissent s’en servir lors de l’épreuve. Il n’est originellement pas destiné à l’éducation des enfants de paysans. On peut lire dans les Beimeng suoyan 北夢瑣言 (Récits du nord du lac Yunmeng) : « Les écoles de campagne des régions du nord recourent souvent au Recueil des carnets du Parc aux lièvres comme manuel pour s’en moquer. La forme en est pourtant tout sauf rudimentaire ou ennuyeuse, et reprend celle des poèmes de Xu Ling et Yu Xin. C’est parce que chaque famille dispose de cet ouvrage qu’il est souvent déprécié. » 北中村墅,多以《 兔園策》教童蒙,以是譏之。然《兔園策》乃徐庾文體,非鄙樸之 談。但家藏一本,人多賤之也131. Les mots de Sun Guangxian 孫光 憲 sont d’une grande sobriété. En effet, le Recueil des carnets du Parc aux lièvres est un très bon ouvrage, comme l’illustre une phrase du texte intitulé « Zheng lishu » 正曆數 (Calculs calendaires) :

  • 132 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 268.

Si l’on ne connaît rien aux nombres et aux signes du Livre des mutations mais qu’on s’essaie tout de même à calculer les changements dans le yin et le yang, les places du serpent et du dragon, de l’eau et du feu s’en trouveront interchangées, et des changements anormaux prendront place.
[Printemps et automnes : La multiplication des choses produit les signes. La multiplication des choses produit également les nombres. C’est tout ce qu’indique la note de Yanzhi.]
[Zuozhuan : Jupiter devait se trouver en position Xuanxiao. D’après Du Yu, « les années Chou, elle correspond à la zone occupée par l’étoile polaire et la constellation du bouvier ; les années Zi, à la zone des loges Wei et Xu. »
Le serpent chevauche le dragon. D’après Du Yu, « le serpent renvoie à Xuanwu, la tortue noire. Quand Jupiter, normalement associé à la zone de Qinglong, le dragon vert, apparaît dans les loges Xu ou Wei, il enfreint le cours normal des choses. Dans le ciel, la zone correspondant à Xuanwu est au-dessus de celle de Qinglong. »]
[ « Annales des cinq éléments », Hanshu : parfois, on voit apparaître des présages sous la forme de plantes, d’insectes, de moutons inconnus, de maladie oculaire, d’invasion, d’incendie ou de sécheresse. L’eau combat le feu. Note : le caractère 沴 se prononce comme 丽.]132
若不精窮數象,推步陰陽,則龍蛇有易度之妖,水火成 相沴之變。《春秋傳》曰:物生然後有象。象而後〔有〕 滋,滋而後有數。推注訖。《左氏傳》曰:歲在星紀而淫於 玄枵。杜云:星紀在丑,斗牛之次,玄枵在子,虛危之次。 〔又曰:〕蛇乘龍。杜云:蛇,玄武之宿。歲星爲青龍,失 次在虛〔危〕下,爲〔蛇〕所乘也。《漢書五行志》曰:時 〔則〕有草妖,時〔則〕有蠃蟲之孽,時則有羊禍,時〔則 有目痾〕,時則有赤眚赤祥。惟水沴火。注云:沴音麗。

  • 133 Guo Changcheng 郭長城, Dunhuang xieben Tuyuan cefu, yanjiu 敦煌寫本兔園策 府研究 (Étude du manuscrit trouvé à Du (...)

94Les notes sont particulièrement élaborées et obéissent à des règles très précises. Guo Changcheng 郭長城 en a étudié le style en prenant pour exemple les titres : pour les canons, seuls les titres apparaissent, pas le nom des chapitres ni celui des auteurs ; pour les trois grands ouvrages historiques, les titres des livres et des chapitres apparaissent mais pas le nom des auteurs ; pour les autres ouvrages historiques, seuls les titres apparaissent, pas le nom des chapitres ni celui des auteurs (sauf quand les titres se ressemblent beaucoup, auquel cas, pour éviter les erreurs, le nom du chapitre ou celui de l’auteur est ajouté). Pour les œuvres des maîtres, seuls les titres et le nom des auteurs apparaissent, pas le nom des chapitres ; pour les ouvrages anonymes ou pour ceux dont le nom de l’auteur sert de titre, seul le titre est mentionné. Pour les recueils divers, quand ils figurent au sein de l’Anthologie de la littérature, mention est faite du nom de l’auteur et de celui du chapitre ; quand ils figurent dans des anthologies complètes, seul le titre est mentionné et quand ils figurent dans des anthologies d’un auteur en particulier, le nom des chapitres et la nature du document sont précisés133. Les citations sont en principe très fidèles. Les notes renvoient aux chapitres du Hanshu traitant des calendriers, des cinq éléments, des cérémonies accomplies à l’extérieur de la ville et de Han Wudi ; elles sont toutes très bien organisées, ce qui distingue cet ouvrage des autres manuels d’apprentissage. On peut se demander pourquoi la postérité l’a relégué au rang d’ouvrage vulgaire. Voici ce que pense Lü Simian 呂思勉 de la question :

  • 134 Lü Simian 呂思勉, Sui Tang Wudai shi 隋唐五代史 (Histoire des Sui, des Tang et de la période des Cinq Dynas (...)

En confrontant ces différents écrits, on s’aperçoit que les lettrés accordaient à l’époque beaucoup d’importance à ce livre. Sans doute leur intérêt avait-il initialement à voir avec leur désir de bien préparer les examens impériaux, mais c’est par la suite la beauté du style qui les séduisit plus que les explications et les annotations fournies. Certains ont ainsi recopié uniquement le corps du texte sans les commentaires, ce qui a réduit l’ouvrage au tiers de sa longueur originelle. Les versions miniatures devaient pouvoir être dissimulées dans les manches. Rares étaient les élèves des campagnes à entretenir le rêve de réussir aux examens impériaux, aussi auraient-ils pu se passer d’étudier cet ouvrage ; mais, dans leur ignorance de lettrés de basse catégorie, leurs enseignants voulurent copier les aristocrates de leur temps et le leur firent quand même étudier134.
合觀諸文,知士大夫之初尚此書,初蓋以供對策之用, 然後所重者,惟在其儷語而不在其訓注,蓋有錄其辭而删其 注者?故卷帙止三之一,若寫作巾厢本,則並可藏之襟袖之 間矣。村童無意科名,本無須乎誦此,然俚儒何知,但見名 公貴人諷之,則亦以之教學童矣。

  • 135 Lionel Giles, Descriptive Catalogue of the Chinese Manuscripts from Tunhuang in the British Museum, (...)

95Quatre exemplaires du Recueil de carnets du Parc aux lièvres ont été trouvés à Dunhuang, ou plutôt trois exemplaires si l’on estime que S.1722 et P. 2573 peuvent être mis bout à bout. Celui que nous étudions et S.614 sont des versions sans commentaires : nous ne connaissons pas la date de copie du premier, mais au vu du papier et de la calligraphie, il a dû être écrit sous le gouvernement de Guiyi. Quant au second, il est dit dans la préface : « 6e jour du 4e mois de l’an Si, copie réalisée par l’étudiant Suo Guangyi. » 巳年四月六日 學生索廣翼寫了 ; cela nous incite à penser qu’il s’agit de la copie d’un étudiant réalisée sous l’empire du Tibet. Le seul exemplaire avec commentaires est S.1086, que Lionel Giles date du viie siècle135. Nous nous en tenons à cette datation. L’explication de la présence de notes sur S.1086 serait qu’il s’agissait de préparer ses lecteurs à l’examen du ce. Sous l’empire tibétain et sous le gouvernement de Guiyi, le but n’est plus de s’illustrer aux examens impériaux ; l’intérêt de ce texte réside dès lors davantage « dans sa beauté que dans ses commentaires », aussi les copistes « recopient le texte sans les notes » et seules des versions non annotées circulent à Dunhuang. Cette analyse de Lü Simian nous semble pertinente. Cela expliquerait pourquoi, alors que les citations du Hanshu présentes dans le Recueil des carnets du Parc aux lièvres sont aussi rigoureuses, si peu de copies en ont été faites.

Taigong jiajiao 太公家教 (Instructions domestiques de l’aïeul)

  • 136 Zhou Fengwu 周鳳五, Dunhuang xieben Taigong jiajiao yanjiu 敦煌寫本太公家教 研究 (Étude du manuscrit Instruction (...)
  • 137 Hanshu, p. 1396.
  • 138 You Ziyong 游自勇 a dernièrement étudié plus avant ces questions ; pour plus d’informations voir Tiand (...)
  • 139 Martin Kern, professeur en études extrême-orientales à l’université de Princeton, a abordé ce sujet (...)

96Le Taigong jiajiao est considéré comme bien plus « rudimentaire ou ennuyeux » que le Recueil des carnets du Parc aux lièvres. Ce livre est écrit dans un style assez austère et principalement composé de maximes et de proverbes ; le ton en est populaire, il se veut facile à comprendre, à lire et à mémoriser, ce qui lui vaut d’être très apprécié à Dunhuang. Nous en connaissons à cette date quarante-deux exemplaires, dont neuf annotés, pour la plupart de la main d’étudiants ayant vécu sous le gouvernement de Guiyi. Dans la préface, le livre est qualifié d’ouvrage « s’inspirant des Classiques et des grands ouvrages historiques, soumis aux rites et adapté à son époque » 依經傍史,約禮時宜 ; du point de vue de la forme, il s’en rapproche effectivement. Les Classiques dont sont tirées les citations ne sont pas mentionnés, et celles-ci sont directement insérées dans le texte après avoir été remaniées pour constituer des rimes de quatre pieds. Il s’agit principalement du Livre des rites, des Entretiens et du Classique de la piété filiale ; la majorité des citations sont assez fidèles. Les grands ouvrages historiques sont eux cités à partir de l’Anthologie de la littérature ou d’encyclopédies136. Voici un exemple de citation originellement issue du Hanshu : « Les routes qui ne sont pas droites nuisent à la fertilité d’une terre, les calomnies détruisent les gens bienveillants, les osmanthus fleurissent mais ne portent pas de fruits, les tarins font leur nid en haut des arbres. Tout ce qui était admiré jadis par nos ancêtres est aujourd’hui la source de plaintes. » 邪徑敗良田,讒口亂善人,桂樹華不實,黄爵巢其颠。故爲人所 羨,今爲人所憐137; citation qui est reproduite comme suit dans le Taigong jiajiao : « Les routes qui ne sont pas droites nuisent à la fertilité d’une terre, les calomnies détruisent les gens bienveillants. » 斜徑敗於良田,讒言敗於善人. L’original figure dans le chapitre sur les cinq éléments : il s’agit d’une ballade datant de l’époque de l’empereur Han Chengdi 漢成帝. Ce chapitre est de nos jours souvent négligé par les chercheurs, notamment les historiens, qui ne s’y arrêtent pas138. Les nombreuses citations présentes dans les manuels trouvés à Dunhuang tirées de ce chapitre montrent pourtant à quel point il était important aux yeux de ses contemporains. L’apport structurant des ballades au récit historique139 ainsi que l’idéologie et la mémoire collective qu’elles ont transmises après avoir été intégrées aux manuels nous semble pourtant un sujet passionnant.

Guxian ji 古賢集 (Recueil des anciens sages)

  • 140 Xiang Chu 項楚, Dunhuang shige daolun 敦煌詩歌導論 (Introduction à la poésie de Dunhuang), Chengdu, Bashu s (...)

97Le Guxian ji est un recueil de poèmes en heptasyllabes glorifiant les hauts faits des grands hommes de l’antiquité et destiné à encourager les enfants à étudier. Xiang Chu 項楚 en dit ceci : « À la différence des ouvrages d’histoire officielle, le Guxian ji ne démarre pas son récit par l’histoire des trois augustes et des cinq empereurs, les traditionnels Yao, Shun, Yu et Tang ; il n’énumère pas les dynasties et ne s’appesantit pas sur le rôle joué par tel empereur, tel général ou tel ministre. Les hauts faits dont il traite sont très variés : il est à la fois question de religions, de courants de pensée et de personnalités diverses, voire de personnages de la mythologie. Au-delà de leur histoire personnelle, ces personnages incarnent la conception de la vérité ou les standards moraux partagés par les gens du peuple de cette époque. Le Guxian ji est donc un manuel d’histoire populaire qui donne à voir les mentalités des membres de la classe populaire d’alors140. » En toute rigueur, le Guxian ji ne peut pas avoir aidé à la diffusion du Hanshu, parce qu’il ne le cite pas directement et qu’il est impossible de savoir si les histoires qu’il raconte sont tirées du Hanshu. En tant qu’outil de transmission d’un savoir historique et intellectuel, nous avons cependant tenu à le citer.

98Des ouvrages comme la Xinji wenci jiujing chao 新集文詞九經抄 (Nouvelle compilation des notes sur les Neuf Classiques) et Wenjiao cilin 文教詞林 (Forêt d’enseignements) citent parfois le Hanshu, mais dans la mesure où les passages en question diffèrent trop de l’original, nous n’en parlerons pas ici.

99Les manuels d’enseignement opèrent souvent des coupes brutales dans les textes qu’ils citent et transforment les citations de manière à ce qu’elles servent leur propos et forment une sorte de culture générale, afin que les modèles moraux nourrissent les habitudes sociales et que l’idéologie présentée devienne communément admise. Les Classiques ne sont rien de plus que des ressources destinées à fournir des matériaux et des thèmes variés à de nouveaux écrits. De cela émergent des connaissances qui, du fait de la sélection et de la réorganisation opérées, prennent valeur de principes. Les manuels sont des textes d’utilité pratique en même temps que des ouvrages de propagande — car ils sont avant tout des outils d’endoctrinement. Les gens peuvent bien avoir leurs règles de vie à eux, ces textes influencent forcément leur niveau de connaissances, leurs valeurs morales, leur code éthique et leurs jugements de valeur.

  • 141 Zheng Zhiming 鄭志明, Dunhuang xieben jiajiao lei de shumin jiaoyu 敦煌寫本 家教類的庶民教育 (L’éducation populair (...)

100Le travail de comparaison auquel nous venons de nous livrer avait pour visée de mettre au jour les modalités de diffusion du Hanshu. Nous n’avons pas cherché à déterminer si les citations opérées correspondent parfaitement au texte original, mais avons voulu comprendre comment le cœur de ce livre a pu, par l’entremise des manuels, imprégner en profondeur la culture populaire de l’époque médiévale chinoise. Nous comptions sur l’histoire sociale et intellectuelle pour nous aider à comprendre comment se forment et évoluent les traditions culturelles propres aux classes sociales populaires. Selon les mots de Zheng Zhiming 鄭志明, « une éducation populaire qui s’appuierait sur les Classiques et les grands ouvrages historiques : la formule est belle ! En réalité, une telle éducation consiste en une réappréciation individuelle rendue possible par une intégration du caractère prééminent des Classiques. Dans les faits, les citations sont hasardeuses, et au fur et à mesure des différentes vagues de diffusion, l’objet final devient un imbroglio de notions culturelles populaires, qui, par l’entremise d’explications lacunaires réalisées dans tel ou tel dialecte, gagne bientôt la société dans son ensemble. Il n’est pas nécessaire de confronter de tels ouvrages populaires aux sources dont ils s’inspirent, car si les phrases sont similaires, le sens, lui, n’est pas toujours au rendez-vous141 ». Voilà qui nous paraît tout à fait pertinent.

Les citations dans les encyclopédies et le phénomène d’exagération à l’œuvre dans les textes poétiques

  • 142 C’est Wang Zhongmin qui fait l’hypothèse, non encore confirmée, qu’il s’agit du Xiuwen dian yulan(...)
  • 143 Wang Sanqing 王三慶, Dunhuang leishu 敦煌類書 (Encyclopédies de Dunhuang), Gaoxiong, Liwen wenhua shiye, 1 (...)

101Les encyclopédies trouvées à Dunhuang — Xiuwen dian yulan 修文殿御覽 (Encyclopédie du palais Xiuwen relue par l’empereur) [incertain]142, Lizhong jiechao 勵忠節鈔 (Histoire des hauts faits), Leilin 類林 (Forêt des catégories), Shilin 事林 (Forêt des exploits), différentes versions du Diaoyu ji 琱玉集 (Recueil de Diaoyu), Yudui 語對 (Dialogues) — citent beaucoup le Hanshu. Véritable référence en la matière, Wang Sanqing 王三慶 recense ces citations au chapitre « Notes et commentaires » de son ouvrage Encyclopédies de Dunhuang, en spécifiant les versions dont elles sont extraites et en quoi elles se distinguent de l’édition originale143. C’est grâce à son travail, dont nous reprenons ici les idées, que nous avons pu aboutir aux remarques de forme suivantes :

1021. Les citations proviennent majoritairement de versions abrégées du Hanshu. Dans ce que nous croyons être l’Encyclopédie du palais Xiuwen relue par l’empereur, on peut lire : « « Chronique de Wudi », Hanshu : En l’an -88, Han Wudi a promulgué le décret impérial suivant en arrivant à Anding : « À l’occasion de ma tournée d’inspection des régions frontalières du nord, j’ai vu des grues faire halte. Ne disposant pas de filets, je n’ai pas pu les ramener avec moi, et ne pourrais donc pas les offrir en sacrifice au Ciel ». » 《漢書·武〔帝〕紀》曰:後元〔元〕年,帝幸安定,詔曰;‘ 朕巡北邊,見群鶴留止,不以羅網,靡所薦於泰畤’. Il s’agit d’une citation tronquée du Hanshu.

1032. Les variantes dans les citations se rapprochent de celles qui apparaissent dans d’autres encyclopédies, comme l’Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur et la Compilation de textes. On pourrait en déduire que les citations en question sont tirées de ces encyclopédies. La ligne mentionnant Huang Ba 黃霸 dans l’Histoire des hauts faits diffère ainsi sensiblement du texte du Hanshu, mais est identique à la citation que fait de ce même ouvrage le chapitre 260, « Bons gouverneurs » 良太守, de l’Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur.

1043. Certaines citations sont enrichies : l’intrigue est plus développée que dans le Hanshu, le style plus vivant, à la manière d’un roman. Voici un exemple tiré de l’Histoire des hauts faits à l’entrée « Chunyu Tiying » 淳于緹縈 :

Hanshu : Chunyu Tiying, du pays de Qi, était la fille de Chunyu Yi. Chunyu Yi avait eu cinq filles et pas un seul garçon. Il occupait les fonctions de responsable des greniers impériaux, jusqu’à ce qu’il commette une faute et soit condamné. Avant de recevoir son châtiment, il aurait soupiré : « À quoi bon n’avoir que des filles ? Elles ne vous sont d’aucune aide dans une situation critique. » Chunyu Tiying, la benjamine, avait tout juste neuf ans ; elle fit le voyage jusqu’à Chang’an en pleurant pour soumettre à l’empereur sa doléance : « Mon père est fonctionnaire impérial, et tous au pays de Qi louent son honnêteté et son impartialité. Il a été condamné à un châtiment corporel pour une faute qu’il a commise. Je viens faire plaider ici la cause des condamnés à mort : même s’ils le voulaient, comment pourraient-ils se corriger si on leur ôte la vie ? » Elle vint ainsi pleurer chaque matin devant la cour, s’offrant comme esclave pour que son père soit épargné et puisse s’amender. Tous, nobles comme gens du peuple, s’émurent de cette histoire. Quand elle parvint aux oreilles de Han Wendi, il prit en pitié la pauvre Chunyu Tiying, grâcia son père et abrogea les châtiments corporels. Il fit également ériger une stèle à la gloire de la piété filiale de Chunyu Tiying.
《漢書》曰:淳于緹縈,齊人,淳于意之女。意有五 女,而無一男。意爲太倉令,坐事,當行刑,乃嘆曰:“生 女不生男,緩急非所有。”而緹縈最小,年九歲,涕泣隨父 到長安,上書曰:“妾父爲吏,而齊國之中皆稱廉平,今坐 事當肉刑,妾傷死者不可復續,雖欲改過,其路無由。”每 日號泣於朝,願沒身爲官婢,以贖父罪,使得自新。朝野聞 之,莫不悲咽。帝知之,哀慜此女,免父之罪,並除天下肉 刑,立爲孝女門。

  • 144 Qu Zhimin 屈直敏 estime que : « L’Histoire des hauts faits est une encyclopédie rédigée à l’heure où l (...)

105Le chapitre 23 du Hanshu, « Traité des lois pénales » 刑法志, relate bien cet évènement mais de manière très différente. À la phrase : « Avant de recevoir son châtiment, il aurait soupiré. » 當 行刑,乃嘆曰 correspond dans l’original : « Juste avant de se faire arrêter, il aurait accablé ses filles. » 當行會逮,駡其女曰. Les propositions « tout juste neuf ans », « elle vint ainsi pleurer chaque matin devant la cour », « tous, nobles comme gens du peuple, s’émurent de cette histoire », « grâcia son père » et « il fit également ériger une stèle à la gloire de la piété filiale de Chunyu Tiying » n’apparaissent pas dans le texte original ni dans aucun autre texte. On pourrait qualifier ce phénomène d’« histoire où s’accumulent des couches successives », chaque rapporteur de l’histoire en question ajoutant des détails de son cru. Ces réécritures rendent le texte bien plus prenant : à la figure du père aimant répond celle de la fille dévouée ; la cour est décrite de manière très vivante ; la loyauté, l’intégrité et la piété filiale s’incarnent sous nos yeux. L’auteur semble s’être donné beaucoup de mal pour que ces différentes valeurs se fassent écho144.

  • 145 Victor H. Mair, Painting and Performance : Picture Recitation and Its Indian Genesis ?

106Mais les encyclopédies n’en demeurent pas moins des ouvrages de référence, auxquels se réfèrent des lecteurs à la recherche d’un détail précis. Elles ne sont pas faites pour être lues d’un seul tenant, et ne sont à ce titre pas très faciles à lire ; elles ne jouent donc pas dans la même cour que les ouvrages à proprement parler littéraires. À l’inverse, les bianwen 變文 (prose rimée) sont vraisemblablement les ouvrages littéraires les plus populaires et les plus influents. Ce type de spectacle vivant originaire d’Inde, qui met en scène un récit sur des images145, est très facile d’accès et prompt à faire vibrer les cœurs. Dans le cas du Hanshu, le phénomène d’exagération à l’œuvre dans ces textes revêt trois aspects : le premier, la mise à l’honneur des trois ouvrages d’histoire officiels ; le deuxième, le rattachement de bon nombre d’anecdotes à des citations du Hanshu alors qu’il ne s’agit que de légendes ; le troisième, la mode de la narration historique romanesque.

107Qiuhu Bianwen 秋胡變文 (Le bianwen de Qiu Hu) illustre parfaitement le premier aspect :

  • 146 Huang Zheng 黃征, Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang bianwen jiaozhu 敦煌變 文校注 (Commentaires sur les bianwen (...)

À ces mots, les yeux de sa mère s’emplirent de larmes, et elle s’adressa ainsi à son fils : « Avance toi et écoute ce que ta mère a à te dire : dans les ouvrages non bouddhistes, il est dit que tant que ses parents sont en vie, un fils ne doit pas trop s’éloigner d’eux. S’il souhaite malgré tout s’en aller, il doit leur dire d’où il compte partir de manière à calmer leur inquiétude. Toi qui as perdu ton père petit, que j’ai élevé seule pour que tu deviennes l’adulte que tu es, tu veux m’abandonner dans ta quête de connaissances ? Réfléchis bien. Pense que tu n’auras personne sur qui te reposer là-bas, et que tes regrets ne te serviront à rien. » Qiu Hu répondit à sa mère en ces termes : « Il paraît que Zengzi, qui était le fils le plus dévoué du monde, quitta malgré tout ses parents pour suivre l’enseignement de Confucius. Grâce à son travail acharné et son étude assidue, il a rapidement maîtrisé les trois grands ouvrages historiques et l’ensemble des classiques. Son prestige en est tout naturellement retombé sur ses ancêtres et son nom a été légué à la postérité. De la même manière, il est dit que Jiang Taigong, dont la famille était très pauvre, aurait adoré étudier, ce qui lui aurait finalement permis de faire la connaissance du roi Wen de Zhou et de devenir un des Trois seigneurs à son service. Son ex-femme eut beau regretter de ne pas l’avoir suivi, c’était trop tard ! Ce sincère désir d’étudier me vient donc de mes prédécesseurs. N’aie crainte : je serai de retour dans deux ou trois ans146 ! »
其母聞兒此語,不覺眼中流泪,喚言秋胡:“汝且近 前,聽孃一句之語:外書云:‘父母在堂,子不得遠遊,遊 必有方。’况汝少小失阿耶,孤單養汝,成立汝身。今捨吾 求學,更須審思。念汝在外摽(飄)零,子乃悔將何及。” 秋胡重啓阿孃曰:“兒聞曾參至孝,離背父母侍仲尼,無□ 懈惓,終日披尋三史,洞達九經,以顯先宗,留名萬代。又 聞太公家貧好學,卒乃得值文王,後得位至三公,前妻悔將 何及。今將身求學,勤心皆於故(古)人,三二年間,定當 歸舍!”

108La biographie de Zengzi, sa « maîtrise des trois grands ouvrages historiques et de l’ensemble des Neuf Classiques » sert donc de modèle pour ce contemporain des Tang, qui cherche à son tour à s’illustrer en étudiant les Classiques. Lorsque Qiu Hu considère comme preuve de dévouement ultime à sa famille le fait que « son prestige en [soit] tout naturellement retombé sur ses ancêtres et [que] son nom [soit] légué à la postérité », il est en tout point cohérent avec le texte « Faire preuve de piété » précédemment cité. Cet exemple nous montre bien le poids et l’influence des trois ouvrages d’histoire officiels.

109Nous pouvons nous référer au Qianhan Liujia taizi zhuan 前漢 劉家太子傳 (Histoire de Liu Taizi des Han antérieurs) pour illustrer notre deuxième point. Ce texte est écrit à la fin des Han antérieurs alors que Wang Mang 王莽 vient d’usurper le trône et que la famille impériale Liu est en fuite. Taibaixing leur vient en aide et leur donne les moyens de monter une armée et de reconquérir le trône de leurs ancêtres. À la fin, la Reine mère de l’Ouest 西王母, Song Yu 宋玉, le roi Zhao de Yan燕昭王 et Dong Xian 董賢, qui n’ont rien à voir avec cet ouvrage, se mettent à citer les Mémoires historiques, le Tongxian ji 同賢記 (Récit des mêmes vertus) et le Hanshu, mais il s’agit davantage de légendes que des textes originaux. Peut-être l’auteur a-t-il pioché ces citations dans d’autres livres pour rédiger son bianwen. Voici le passage sur le Hanshu :

  • 147 Huang Zheng, Zhang Yongquan, Dunhuang bianwen jiaozhu (Commentaires sur les bianwen trouvés à Dunhu (...)

D’après le Hanshu, Dong Xian (zi : Shengqing) venait de Yunyang. Il était grandement aimé de Han Aidi, qui s’allongeait à ses côtés même en pleine journée et lui faisait un oreiller de son bras. Quand l’empereur voulait se lever mais que Dong Xian dormait encore, pour ne pas le réveiller, il ordonnait à ses serviteurs de couper la manche de son habit avant d’oser s’en aller. Han Aidi l’avait fait commandant en chef de ses armées et prince de Gao’an. À l’occasion d’un grand conseil, il voulut le désigner comme prince héritier ; il prit alors la parole en ces termes : « Pour marcher dans les pas de l’empereur Yao, je désigne Dong Xian comme mon prince héritier ! » Wang Hong fit entendre son avis : « L’Empire appartient à Han Gaozu, pas à vous. Pendant son règne, Han Gaozu se battit de toutes ses forces contre Xiang Yu, qu’il affronta à soixante-douze reprises en neuf ans. Nous avons beaucoup enduré pour réussir à mettre sur pied l’empire actuel ; c’est à force de vertu et de travail que vous en héritez aujourd’hui. Séduit par sa belle allure, vous souhaitez aujourd’hui faire de Dong Xian votre prince héritier ; j’ai peur que la stabilité du pays ne s’en ressente et que les esprits de vos ancêtres ne vous abandonnent. » Ces mots déplurent fortement à Dong Xian ; l’Empereur interdit donc à Wang Hong de siéger au palais. À la mort de Han Aidi, l’impératrice s’en remit à Wang Mang et ordonna d’enfermer Dong Xian en prison. Ce dernier se suicida avec sa femme147.
《漢書》云:董賢,字聖卿,雲陽人也。漢哀帝愛賢, 與之日臥於殿上,以手厷(肱)枕賢頭。帝欲起,賢未覺, 憐賢不欲動之,命左右拔刀割斷袖而起。封賢爲大司馬、高 安侯。因諸臣大會,而欲捨天位與賢,而謂諸臣曰:“朕欲 法堯而禪位與賢!”王閎進諫曰:“天下者高帝之天〔下〕 ,非陛下有之。昔高帝與項相戰爭之日,九年之中,七十二 戰,身被痛毒,始定大業,積得(德)累功,爲萬〔世〕之 基。今以董賢之姿,而禪位與之,臣恐國社不安,先靈棄 之。”帝得此言,遂不得賢;自此以後,王閎不得入。會漢 哀既崩,皇后遣安〔漢〕公王莽,禁賢獄中,賢共婦俱時自 剄而死也。

110Ce passage, censé provenir de la « Biographie de Dong Xian » 董 賢傳 dans le Hanshu, inclut des récits tirés de l’histoire non officielle, voire de légendes, comme quand Wang Hong fait entendre son avis ou quand le sage et la femme se tuent chez eux et non en prison : l’épisode est largement embelli et ne correspond pas à la réalité historique. Mais la véracité historique n’est pas le souci principal d’un écrivain de bianwen.

111Pour illustrer notre troisième point, nous nous réfèrerons au Zhuo jibu zhuanwen 捉季布傳文 (Histoire de Ji Bu). Ce texte évoque dans le détail l’histoire de Ji Bu et décrit la guerre entre les royaumes de Chu et de Han. Il relate les insultes lancées par Ji Bu, général de Chu, au roi des Han qui, honteux, sonne la retraite de son armée. Après la victoire finale des Han, le roi met la tête de Ji Bu à prix ; cet énième combat qui les oppose et où tous deux redoublent d’intelligence et de courage prend fin quand Xiao He vante les mérites de Ji Bu au roi. Celui-ci, d’abord en colère, finit par entendre raison et décide d’offrir une deuxième chance à l’ancien général. Cette histoire est racontée dans le chapitre biographie de Ji Bu des Mémoires historiques, mais sans tous ces revirements de situation. À la fin du texte, on peut lire : « Tous les détails proviennent du Hanshu ; on ne pourra pas dire que les conteurs ne racontent pas la réalité. » 具 說《漢書》修制了,莫道詞人唱不真. L’auteur prétend donc bien citer le Hanshu, et n’estime pas être en train d’inventer une histoire. On voit également grâce à cet exemple à quel point le Hanshu était plus populaire que les Mémoires historiques auprès des habitants de Dunhuang.

112Des bianwen se rapportant au Hanshu comme celui sur Wang Ling, général des Han, ou sur Li Ling peuvent avoir été inspirés par le Hanshu ; aucun pont direct n’ayant encore été mis au jour, nous les laissons pour l’instant de côté.

  • 148 Li Xiaoshu 李小樹, « Zhongguo shixue de ya su fenliu yu sushixue de fuxing » 中 國史學的雅俗分流與俗史學的復興 (La dis (...)

113Li Xiaoshu 李小樹 qualifie d’historiographie élégante (ya shixue 雅史學) l’historiographie officielle et l’historiographie des lettrés ; il dit aussi qu’elle ne correspond pas à la forme initiale de l’historiographie chinoise. Pour lui, l’historiographie commune (su shixue 俗 史學), bien plus ancienne, est la source réelle de l’historiographie chinoise : la composante populaire en est évidente aussi bien dans le contenu que dans les sujets, les thèmes abordés et la conception de l’histoire. Cette historiographie-là connaît un retour en grâce sous les Song148. Si l’on considère que les bianwen traitant de sujets historiques sont eux aussi des composantes de cette historiographie, on peut même dire que ce retour en grâce s’amorce dès la fin des Tang. Mettons un instant de côté cette démarcation entre historiographie élégante et populaire : ne pourrait-on pas dire que la distance qui peut exister entre un récit historique populaire et les textes des Classiques ou de l’historiographie officielle importe peu tant que celui-ci met en scène une histoire qui se tient, plus ou moins véridique, enjolivée ou fictive, c’est-à-dire tant que la structure narrative en est cohérente et que l’intrigue en est suffisamment vivante pour susciter l’enthousiasme des auditeurs ? Pour continuer dans cette voie, ne pourrait-on pas dire que, du point de vue du narrateur aussi bien que du spectateur, ce sont précisément ces écarts et ces re-créations qui font tout le charme de ces récits ?

114Les fu sont un genre littéraire distinct de celui du bianwen, qui mérite également d’être cité au vu de son importance. La Ershi quan fu 貳師泉賦 (Prose rimée de la source d’Ershi) célèbre la prise d’Ershi par le général Li Guangli 李廣利 ; le poème raconte avec force détails et exagérations la légende qui veut que le général ait fait jaillir une source en plantant son épée dans la roche :

  • 149 Zhang Xihou 張錫厚 (annotations), Dunhuang fu hui 敦煌賦彙 (Compilation des fu de Dunhuang), Nanjing, Jian (...)

De retour d’expédition, l’armée passa par un dangereux désert ; malgré l’été brûlant, les soldats devaient avancer jour et nuit. Ils traversèrent les champs situés à l’est de Dunhuang et atteignirent, à l’ouest, un terrain hostile où le désert le disputait à de hautes montagnes. Sur la route devant eux, aucun prunier, et derrière eux, aucun point d’eau. Tous étaient assoiffés, les poils de leurs barbes comme grillés par le soleil. C’était comme si le feu menaçait de brûler ces reliefs arides et rouges. Le général Ershi se tourna vers le ciel, pris d’un élan sincère, avant de tirer son épée et d’exhorter son armée à le suivre. La scène rappelait celle de Geng Gong obtenant de l’eau après avoir prié devant un puits à sec, grâce à qui les femmes purent aller laver leurs étoffes. Quand le général perça de son épée la roche, un énorme bruit de tonnerre se fit entendre et une source jaillit de la faille. Cette ouverture dans la roche fit gronder la terre et rugir et trembler fantômes et esprits. Les bêtes sauvages hurlèrent et les serpents venimeux crachèrent de la fumée. Le site de Sanweishan trembla et une rivière se mit à couler depuis la source. Les soldats lancèrent un grand cri et se prirent à part pour se dire : « Notre général est aussi puissant qu’un dieu, il est capable de ramener à la vie des perches gardées trop longtemps hors de l’eau. » Tous allèrent boire à la source. Le débit s’en intensifiait à chaque groupe important d’hommes et de chevaux, pour ralentir dans les intervalles149.
于時迴戈天塹,朱夏方兼。經燉煌之東鄙,涉西裔之 危阽。皚皚大磧,穹隆巖巖。前無指梅之麓,後無濡漊之 霑。三軍告渴,涸困胡髯。枯山赤阪,火薄生炎。我貳師兮 精誠仰天,拔佩刀兮叱咤而前。想耿恭之拜井,思夫人之 濯綿。刺崖面而霹靂,隨刀勢而流泉。山裂地吼,鬼哭神 走+顫 — 頁。蟲狼嗥叫,毒蛇生烟。三危震而山+顯 — 頁山+ 顯 — 頁,泉水涌而潺潺。軍吏大譀,相謂而言:我將軍之神 武,使枯鱸而復鮮。一隊隊飲,一隊隊穿。人馬多而湓涌, 人馬少而涓涓。

  • 150 Le nom de Zhang Xia 張俠 n’étant recensé nulle part, Zheng Binglin 鄭炳林 estime qu’il s’agit de la même (...)
  • 151 Hanshu, p. 2700-2701.

115Le chapitre 61 du Hanshu ne mentionne pas cette histoire car il s’agit d’une légende populaire. Le paragraphe précédent, qui narre l’expédition montée par le général Ershi, de son vrai nom Li Guangli, et les victoires de son armée, diffère sensiblement du passage équivalent du Hanshu ; ce fu est donc un texte fictif inventé par des lettrés résidant à l’époque à Dunhuang. Le titre est de la main d’un docteur local, Zhang Xia 張俠, qui, après vérification, serait un certain Zhang Qiu, lettré sans poste officiel de la fin des Tang150. S’il s’agit bien de ce Zhang Qiu 張球, il aura forcément lu le Hanshu. Mais, à la lecture du fu, nous n’en sommes pas si sûr ; certes, une œuvre littéraire n’est pas tenue de reproduire fidèlement un ouvrage historique, il n’y a donc rien de si étrange. Cette légende pourrait être liée au Hanshu, d’une manière ou d’une autre. La biographie de Li Guangli relate l’expédition montée contre le royaume de Dayuan. L’armée Han recourait souvent à l’époque à la tactique visant à priver d’eau les villes : « Il n’y avait pas de puits dans l’enceinte de la capitale du royaume de Dayuan, les habitants allant habituellement puiser leur eau aux rivières alentours. Li Guangli envoya donc des artisans familiers de ce type de travaux détourner le cours des rivières passant dessous la ville, et attendit qu’elle soit à court d’eau pour l’attaquer. » 宛城中無井,汲城外流水,於是遣水 工徙其城下水空以穴其城, « En arrivant à la capitale du royaume de Dayuan, ils détournèrent le cours les rivières, ce qui mit la ville dans une situation précaire. » 乃先至宛,决其水原,移之,則宛固已憂 困151. La légende de la source d’Ershi doit donc avoir été créée à partir de l’histoire connue du général Ershi de Dunhuang. Bien que ne correspondant pas à la réalité historique, elle a intégré la mémoire collective des habitants de Dunhuang, et laissé une marque profonde dans leurs esprits. En témoigne S.5448, Dunhuang lu 燉煌錄 (Récits de Dunhuang) :

  • 152 Zheng Binglin, Dunhuang dili wenshu huiji jiaozhu 敦煌地理文書彙輯校注 (Recueil et commentaires d’ouvrages de (...)

La source d’Ershi se situe à trois relais de poste à l’est de Shazhou. Du temps des Han occidentaux, Li Guangli mena une expédition dans cette région, mais fut bientôt accablé par la soif. Il pria les dieux de la montagne et frappa la roche de son épée : aussitôt, une source en jaillit, dont les eaux allèrent se déverser dans le lac Huangcao, à quelques dizaines de li plus à l’ouest. Certains soldats assoiffés burent à la source et tombèrent morts à côté. Aussitôt, le débit de la source ralentit et l’eau ne coula plus si loin. Dès qu’il venait beaucoup de soldats, le débit s’intensifiait, pour ralentir à nouveau dans les intervalles. La source jaillissait d’autant plus vivement que les buveurs parlaient fort, phénomène encore constatable de nos jours. Un temple en l’honneur du général Ershi fut érigé à côté de la route mais est aujourd’hui à l’abandon. Il n’en reste plus que les chameaux et les chevaux en pierre. Les gens viennent y prier le destin de leur être favorable152.
貳師泉,去沙〔州〕城東三程。漢時,李廣利軍行渴 乏,祝山神,以劍劄山,因之水下,流向西數十里黃草泊。 後有將渴甚,飲水泉側而終,水遂不流,祇及平地。後來, 若人多即水多,若人少即水少,若郡(羣)衆大啖,水即猛 下,至今如然。其二(貳)師廟在路傍(旁),久廢,但有 積石駝馬,行人祈福之所。

  • 153 Yu Xin, Shendao renxin – Tang Song zhiji Dunhuang minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心――唐宋之際敦煌民生 (...)
  • 154 Xu Jun, Étude des recueils de poésie trouvés à Dunhuang, p. 161.

116Les habitants de Dunhuang construisirent donc un temple en l’honneur de Li Guangli, et ce temple devint un lieu de prière pour tous les visiteurs, bel exemple d’une légende qui, sacralisée, finit par être partie intégrante des cultes locaux153. La source Ershi s’imposa ainsi comme un site emblématique, populaire de Dunhuang, et comme, en même temps, un lieu d’inspiration pour de grands lettrés qui la célébrèrent, comme l’atteste le texte « Ershi quan yong » 貳師泉詠 (Ode à la source Ershi) des Dunhuang nian yong 敦煌廿詠 (Vingt odes à Dunhuang) : « Que Li Guangli est vertueux. Comme un général, il se battit contre les Xiongnu. Il mena son armée jusqu’à la région reculée de Sanweishan, montagneuse et aride. Il tira son épée et frappa la roche avec, sortit son arc et tira sur l’oiseau vivant dans le soleil. Sa détermination était telle qu’une source jaillit et redonna vie aux soldats et montures assoiffés. » 賢哉李廣利,爲將討凶奴。 路指三危迥,山連萬里枯。抽刀刺石壁,發矢落金烏。志感飛泉 湧,能令士馬甦154. Les figures historiques ne reposent pas toujours sur des faits historiques avérés, mais plutôt sur des « explications historiques ». En d’autres termes, elles voient le jour dans un certain contexte culturel grâce à la rencontre entre récits populaires et œuvres d’art orchestrée par les élites locales. Elles donnent ainsi naissance à une mémoire historique inspirée de faits à la fois fictifs et réels, ce dont le fu de la source Ershi est la meilleure preuve.

***

L’héritage des ouvrages classiques du point de vue de l’histoire sociale et intellectuelle

117Nous avons essayé de montrer comment, en Chine médiévale, les connaissances étaient produites, reproduites, comment elles circulaient et évoluaient. Les supports écrits et les canaux de diffusion étant à cette époque très différents d’aujourd’hui, notre tâche n’a pas toujours été des plus simples. Du point de vue des connaissances en tant que telles, ce travail a permis de dégager la conception du monde d’un certain groupe social à une époque donnée ; du point de vue de leur diffusion, on voit apparaître des logiques de pouvoir et d’ordre.

118Si nous avons choisi de nous intéresser au Hanshu, c’est parce qu’il offrait une occasion privilégiée de bâtir un cadre explicatif conforme à notre méthodologie.

119Dans la première partie de notre article, nous nous sommes surtout appuyé sur les exemplaires du Hanshu trouvés à Turfan et Dunhuang, dont nous avons étudié les modalités de copie. Ce qui pourrait en apparence passer pour un travail de documentation vise en réalité à s’exfiltrer du domaine des études de Dunhuang, assez fermé, ces documents précieux, afin qu’ils puissent être étudiés sous un angle plus sociologique. Nous avons essayé de libérer ces documents archéologiques de leur statut d’archives historiques et tenté d’intégrer la codicologie à la recherche en historiographie. En analysant ces textes, notre but était de les resituer dans un contexte historique incluant leurs modalités de production et de diffusion, et d’identifier les partis pris et les objectifs qui avaient été ceux des auteurs et des copistes afin de mettre au jour ce que ces écrits recelaient.

120Qui dit histoire sociale dit d’abord classes et milieux populaires. Est-ce une raison pour que les élites ne figurent pas dans notre champ d’étude ? Comment parler d’histoire sociale et intellectuelle si les élites ne sont pas traitées ? Aussi nous sommes-nous attaché dans notre deuxième partie à mettre en lumière les méthodes utilisées par les élites dans leur étude des Classiques, ainsi que la transformation des connaissances véhiculées par ces ouvrages en savoir-faire spécialisés et croyances, qui ont dès lors intégré les activités culturelles et le quotidien de ces populations. Nous ne nous sommes certes pas étendu sur le sujet, mais, si nous avions négligé de dresser cette ébauche rapide, le tableau historique de cette époque en serait resté trop fragmentaire.

121Nous sommes de plus en plus convaincu de l’importance du rôle que devraient jouer les manuels et les encyclopédies dans les études historiographiques. Ce sont eux qui ont permis de faire du contenu inabordable des Classiques chinois une matière narrative passionnante, qui a par la suite nourri le savoir populaire. Nous irons jusqu’à dire que ces livres longtemps méprisés ont une valeur inestimable pour les chercheurs en histoire de la pensée, des disciplines, des connaissances et de la société.

  • 155 Zheng Acai, Dunhuang tongsu duwu zhong de ziran kexueshi jiaoyu – yi Konzi beiwen shu wei li 敦煌通俗讀物 (...)
  • 156 Ge Zhaoguang 葛兆光, Zhongguo sixiang shi 中國思想史 (Histoire de la pensée chinoise), tome 2, Qi siji zi s (...)

122Certains s’étaient déjà penchés dessus, comme Zheng Acai : « Le contenu de ces ouvrages populaires est certes grossier, superficiel, peu raffiné ; mais ces œuvres engendrées par le quotidien des populations vivant sous les Tang sont le reflet le plus authentique des modes de vie et des mentalités d’alors155. » Ge Zhaoguang 葛兆 光 écrit également, à juste titre : « L’exhaustivité et l’organisation des nombreuses encyclopédies trouvées parmi les ouvrages exhumés à Dunhuang, comme celles initulées Kongzi beiwen shu 孔子備 問書 (Réponses de Confucius), Suishen bao 隨身寶 (Trésor portatif), Instructions domestiques de l’aïeul ou encore Recueil de carnets du Parc des lièvres nous donnent une idée de la forme des connaissances de l’époque et de la simplification à laquelle elles ont pu être soumises. Les manuels pour enfants — comme les Cangjie pian 蒼 頡篇 (Écrits de Cangjie), les Instructions domestiques de l’aïeul et tous les ouvrages utilisés par la suite dans les écoles privées qui sont parvenus jusqu’à nous, nous renseignent de leur côté sur le niveau moyen de connaissances à cette époque. Enfin, les copies d’examen (les essais et les réponses aux questions politiques des examens impériaux) peuvent montrer — tout comme actuellement les copies des bacheliers — le rôle du pouvoir idéologique en matière de standardisation des connaissances et de limitation de la pensée156. »

123Ces livres ont permis à beaucoup d’entrer en contact avec des connaissances superficielles et standardisées, par la suite promues au rang de « savoirs classiques » ; c’est ainsi que les vrais ouvrages classiques ont perdu leur dimension sacrée, sont devenus des corps fragmentés en des millions de morceaux qui ont fourni une matière riche pour les nouveaux ouvrages autoconstitués. Plutôt que de nous intéresser au rapport entre connaissances et pouvoir, nous avons cherché à savoir comment les populations ont fait de ces connaissances une culture générale, comment ces connaissances ont intégré leur univers quotidien, leur mode de pensée et leur comportement. Somme toute, nous sommes plus curieux de découvrir le trajet et l’effet de ces connaissances que de savoir comment elles ont été contrôlées et quelle idéologie les a affectées aussi bien sur le fond que sur la forme. Pour autant, il va de soi que nos recherches prennent en compte le rapport entre connaissances et pouvoir en fonction des époques traversées. Plus une société s’agrandit, plus les connaissances entrent dans un système de savoir public, formant une culture partagée par la plus grande partie de la population. Cela provoque une technicisation mais surtout une fonctionnalisation des connaissances, générée par les besoins propres à une société en un temps donné. Les connaissances présentes dans les ouvrages classiques et partagées par les écrivains, leur acceptation et le sens qu’elles ont revêtu auprès de populations données, ainsi que le contexte historique — tous ces facteurs jouent sur la forme que vont adopter les savoirs traditionnels, ainsi que sur leur évolution et leur re-création.

  • 157 Steven Shapin, A Social History of Truth : Civility and Science in Seventeenth-century England, Chi (...)

124Steven Shapin démontre dans son analyse sociologique des savoirs intellectuels qu’à l’époque où les sciences voient le jour, la voie qu’elles vont suivre est déterminée par les connaissances et la confiance de l’homme en autrui. Les premiers débats sur la nature et sur les connaissances s’y rapportant sont menés en lien avec la vertu et la moralité. L’élaboration et la diffusion d’une vérité dépendent avant tout de la confiance que l’on a en la société. Le modèle restrictif de l’épistémologie académique est en fait contraint par le cadre moral, qui va même le remplacer157. Nous en déduisons que si le contenu de textes populaires, bien que superficiel, a été érigé en principe, c’est en partie parce que les classiques et ces textes étaient extrêmement respectés, mais surtout parce que le consensus dans la légitimité et l’acceptation de la diffusion des connaissances était rendu possible par cette confiance fondée sur la moralité. En renversant l’équation, on peut aussi dire que les critères de valeur ne voient le jour qu’une fois établi un réseau de connaissances.

125Bien que les ouvrages d’histoire du corpus soient aujourd’hui mieux exploités que par le passé, notamment du fait de la reconnaissance pleine et entière de leur valeur, nous avons encore beaucoup à faire. Nous devons veiller à nous baser sur une analyse des textes et mener nos recherches en prenant pour point de départ le moment précis où un contenu de savoir apparaît. Nous comprenons bien sûr que les consommateurs de ces connaissances, c’est-à-dire les lecteurs, les conteurs ou les auditeurs n’ont pas eu le même souci que nous : ils construisaient en effet leur compréhension propre d’un texte sur le fond de la compréhension globale que le corps social en avait à leur époque. C’est également dans ce processus de va-et-vient que voit le jour la culture prétendument populaire. Une étude menée de manière idéale s’attacherait d’abord à la figure des spectateurs et des auditeurs, et s’essaierait à comprendre leur rôle actif dans la transmission des connaissances, qu’elle verrait comme un comportement sans cesse mouvant dans une société et une culture donnée ; elle ne partirait donc pas d’une analyse textuelle des ouvrages en question.

126Il nous faut donc amorcer le tournant qui nous amènera de cette analyse textuelle à l’étude du trajet de la diffusion et des acteurs de celle-ci. Mais il n’est pas possible, quand il est question des détails liés au récit historique et à l’étude de l’histoire, ainsi que de l’état d’esprit et du rôle effectif du lecteur (à savoir par exemple à quel point la conception du monde et le comportement des populations ont pu être influencés par ces connaissances et ces expériences), d’obtenir des documents permettant de creuser plus loin dans cette direction (nous ne parlons pas là du récit effectué sur place ni des circonstances de la représentation, notes de lecture ou réflexions suscitées par un livre ; cela serait trop demander à des documents d’histoire remontant au moyen âge). Cela étant, nous avons malgré tout voulu nous livrer à quelques suppositions. C’est là toute la difficulté de la recherche en culture et société primitives : pour savoir quel était le point de vue des populations, il faut le plus souvent s’en remettre aux rares mentions qu’en font les élites dans leurs ouvrages. Même quand l’on cherche à ajuster son point de vue et à se fondre dans tel ou tel sujet d’étude pour mieux le comprendre, on n’est jamais rien qu’un adulte essayant de retrouver sa vision d’enfant pour écrire un ouvrage de jeunesse et dont, malgré tous ses efforts, l’imagination reste celle d’un adulte.

  • 158 Peter Burke, A Social History of Knowledge : From Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity Press, 20 (...)

127Un dernier point, pour souligner l’intérêt des études comparées. Pour reprendre les mots de Peter Burke, « les lecteurs d’histoire du xvie siècle ne sont pas les mêmes qu’aujourd’hui. Ils préféraient aux faits avérés une bonne morale, et aux détails précis les points marquants de tel ou tel événement158 ». Ce que nous avons pu observer de l’époque des manuscrits grâce aux découvertes réalisées à Dunhuang présente des similitudes troublantes avec les ouvrages populaires de l’Europe de l’imprimerie. Il serait vraisemblablement tout à fait pertinent de se pencher sur la question d’un point de vue mondial. Peut-être que l’histoire sociale et intellectuelle chinoise dans le monde sera notre prochain sujet d’étude.

Bibliographie

Références bibliographiques

Liste des anonymes

Sans nom d’auteur, en chinois, Beishi 北史 (Histoire des dynasties du Nord), Beijing, Zhonghua shuju, 1974.

Sans nom d’auteur, en français, Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque Nationale, vol. V, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1995.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Cong Lizhong jiechao kan Guiyijun zhengquan daode zhixu de chongjian » 從〈勵忠節鈔〉看歸義 軍政權道德秩序的重建 (La restauration de l’ordre moral sous le gouvernement Guiyi par le prisme de l’Histoire des hauts faits), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2005. In Dunhuang xieben leishu Lizhong jiechao yanjiu 敦煌寫本類書〈勵忠節鈔〉研究 (Étude sur l’encyclopédie Histoire des hauts faits trouvée à Dunhuang), Beijing, Minzu chubanshe, 2007.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Deguo Tulufan shoujipin zhong de hanwen dianji yu wenshu » 德國“吐魯番收集品”中的漢文典 籍與文書 (Les classiques et documents en langue chinoise issus de « recueils de Turfan » conservés en Allemagne), Huaxue 華學, no 3, Beijing, Zijincheng chubanshe, 1998.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Dunhuang xueshilang tiji ji zhu » 敦煌學郎題記輯注 (Recueil des notes des étudiants de Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1987.

Sans nom d’auteur, en chinois, Henanshen wenwu yanjiusuo 河南 省文物研究所 (Centre de recherche du Henan sur les objets culturels), Henanshen luoyang diqu wenguancgu 河南省洛陽地區文 管處 (Bureau des reliques culturelles de la région de Luoyang), Qian Tang zhi zhai cangzhi 千唐誌齋藏誌 (Épitaphes du site des mille tablettes Tang), Beijing, Wenwu chubanshe, 1984.

Sans nom d’auteur, en chinois, Han shu, Beijing, Zhonghua shuju, 1962.

Sans nom d’auteur, en chinois, Hou Hanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1965.

Sans nom d’auteur, en chinois, Liangshu 梁書 (Histoire des Liang), Beijing, Zhonghua shuju, 1973.

Sans nom d’auteur, en japonais, Lüshun bowuguan 旅順博物館 (Musée de Lüshun), Ryūkokudaigaku 龍谷大學 (université de Ryūkoku) [dir.], Ryojun hakubutsukan kura Shinkyō shutsudo kanbun bukkyō sen’iki ―― Ryojun hakubutsukan zō torufan shutsudo kanbun butten dampen senkage 旅順博物館藏新疆出土漢 文佛經選粹――旅順博物館蔵トルファン出土漢文仏典断片選 影 (Anthologie des ouvrages bouddhiques en langue chinoise découverts dans le Xinjiang et conservés au musée de Lüshun – reproductions de fragments d’ouvrages bouddhiques en chinois trouvés à Turfan et conservés au musée de Lüshun), Kyōto, Hōzōkan, 2006.

Sans nom d’auteur, en chinois, Shangwu yinshuguan 商務印書館, (ed.)., Dunhuang yishu zongmu suoyin 敦煌遺書總目索引 (Index du catalogue des ouvrages disparus de Dunhuang), Beijing, Shangwu yinshuguan, 1962.

Sans nom d’auteur, en chinois, Shiji yu Hanshu – Tulufan chutu wenxian zhaji zhi yi 〈史記〉與〈漢書〉――吐魯番出土文獻札記之 一 (Mémoires historiques et Han shu – notes sur des documents découverts à Turfan), Xinjiang shifan daxue xuebao 新疆師範大學 學報, vol. 25, no 1, 2004.

Sans nom d’auteur, en chinois, Suishu, Beijing, Zhonghua shuju, 1973.

Sans nom d’auteur, en chinois, Tulufan diqu wenwu guanlisuo 吐 魯番地區文物管理所 (Centre de conservation des biens culturels de Turfan), « Baizikelike qianfodong yizhi qingli jianbao » 柏孜 克里克千佛洞遺址清理簡報 (Rapport de nettoyage des vestiges des grottes des mille Bouddhas de Bezeklik), Wenwu 文物, 1985.

Sans nom d’auteur, en japonais, Tōdai shakai bunkashi kenkyū 唐代 社會文化史研究 (Étude sur l’histoire de la société et de la culture des Tang), Tōkyō, Sobunsha, 1974.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Wu Zetian zaozi de wushi yu jiegou » 武則天造字的誤識與結構 (Idées fausses sur les nouveaux caractères de Wu Zetian et leur structure), Gugong bowuyuan yuankan 故宮博物院院刊, 1984.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Wuzhou xinzi guo zhidingde shijian – jian tan xinzi tongxing liwai » 武周新字“圀”制定的時 間――兼談新字通行時的例外 (Temps d’élaboration du nouveau caractère 圀 guo – les exceptions aux nouveaux caractères en usage), Gugong bowuyuan yuankan 故宮博物院院刊, 1991.

Liste par auteur

Burke, Peter, A Social History of Knowledge : From Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity Press, 2000.

Chen Guocan 陳國燦, Li Zheng 李征, « Tulufan chutu de Dongjin (?) xieben Jinyangqiu canjuan » 吐魯番出土的東晋(?)寫本 〈晋陽秋〉殘卷 (Fragments du manuscrit des Printemps et Automnes des Jin datant des Jin (?) trouvé à Turfan), Chutu wenxian yanjiu 出土文獻研究, no 1, Beijing, Wenwu chubanshe, 1985.

Chen Zhi 陳直, Hanshu xin zheng 漢書新證 (Nouvelles preuves apportées au Hanshu), Tianjin, Tianjin renmin chubanshe, 1979.

Cheng Ju 程俱, Zhang Fuxiang 張富祥 (rév.), Lintai gushi jiaozheng 麟臺故事校證 (Révision de l’histoire de la bibliothèque impériale), Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Chenshu 陳書 (Histoire des Chen), Beijing, Zhonghua shuju, 1972.

Chi-yun Chen, Hsün Yüeh : The Life and Reflections of an Early Medieval Confucian. Cambridge and New York, Cambridge University Press, 1975.

Dong Zuobin 董作賓, Wang Hengyu 王恒餘, « Tang Wu hou gaizi kao » 唐武后改字考 (Étude de l’évolution des caractères de l’impératrice Wu de la dynastie de Tang), Shiyusuo jikan 史語所 集刊, vol. 34, 1963.

Drège, Jean-Pierre, Les bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

Dunhuang yanjiuyuan 敦煌研究院 (Shi Pingting 施萍婷 [dir.], Tai Huili 邰惠莉), Dunhuang yishu zongmu suoyin xinbian 敦煌遺 書總目索引新編 (Nouvelle édition de l’index du catalogue des ouvrages disparus de Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Fang Guangchang 方廣錩, Zhongguo xieben Dazangjing yanjiu 中 國寫本大藏經研究 (Étude de manuscrits reproduisant le canon bouddhique chinois), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2006.

Fujieda Akira 藤枝晃, Monji no bunkashi 文字の文化史 (Histoire culturelle des textes), Tōkyō, Iwanami shoten, 1971.

Fujieda Akira 藤枝晃, « Chūgoku Hokuchō shahon no san buki » 中國北朝寫本の三分期 (Les trois périodes des manuscrits de la dynastie du Nord), Kohitsu to kokubungaku 古筆と國文學, éditions Kohitsugaku Kenkyūjo 古筆學研究所, Tōkyō, Yagi Shoten, 1987.

Gao Mingshi 高明士, « Tangdai Dunhuang jiaoyu » 唐代敦煌的教育 (Éducation à Dunhuang sous les Tang), Hanxue yanjiu 漢學研究, vol. 4, no 2, Dunhuangxue guoji yantaohui lunwen zhuanhao 敦煌 學國際研討會論文專號 (Numéro spécial à l’occasion du colloque international sur les études de Dunhuang), Taibei, Hanxue yanjiu zhongxin, 1986.

Ge Zhaoguang 葛兆光, Zhongguo sixiang shi 中國思想史 (Histoire de la pensée chinoise), tome 2, Qi siji zi shijiu siji Zhongguo de zhishi, sixiang yu xinyang 七世紀至十九世紀中國的知識、思想 與信仰 (Connaissances, pensée et croyances chinoises entre les viie et xixe siècles), Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2000.

Gernet Jacques et Wu Chiyu, éd., Catalogue des Manuscrits chinois de Touen-huang Fonds Pelliot Chinois, vol. 1. Paris, Bibliothèque nationale, 1970.

Giles, Lionel, Descriptive Catalogue of the Chinese Manuscripts from Tunhuang in the British Museum, London, The Trustees of the British Museum, 1957.

Guo Changcheng 郭長城, Dunhuang xieben Tuyuan cefu, yanjiu 敦煌 寫本兔園策府研究 (Étude du manuscrit trouvé à Dunhuang du Recueil des carnets du Parc aux lièvres), mastère de littérature chinoise réalisé à l’Université de la culture chinoise, 1985.

Guo Moruo 郭沫若, « Xinjiang xin chutu jinren xieben Sanguo zhi canjuan » 新疆新出土晋人寫本〈三國志〉殘卷 (Un nouveau manuscrit datant des Jin trouvé dans le Xinjiang : un exemplaire des Annales des Trois Royaumes), Wenwu 文物, 1972.

Hao Chunwen 郝春文 (dir.), Yingcang Dunhuang shehui lishi wenxian shilu 英藏敦煌社會歷史文獻釋錄 (Catalogue explicatif des documents traitant de société et d’histoire du fonds anglais de Dunhuang), vol. 1, Beijing, Kexue chubanshe, 2001.

Hu Baoguo 胡寶國, Han Tang jian shixue de fazhan 漢唐間史學的 發展 (Développement de l’historiographie sous les dynasties des Han et des Tang), Beijing, Shangwu yinshu guan, 2003.

Huang Shijian 黃時鑒, Gong Yingyan 龔纓晏, « Make Boluo yu wanli changcheng – jianping Make Boluo daoguo Zhongguo ma ? » 馬可·波羅與萬里長城――兼評〈馬可·波羅到過中國嗎?〉 (Marco Polo et la Grande Muraille de Chine – remarques sur Marco Polo : est-il allé jusqu’en Chine ?), Zhongguo shehuikexue 中國社會科學, 1998.

Huang Zheng 黃征, Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang bianwen jiaozhu 敦煌變文校注 (Commentaires sur les bianwen trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1997.

Ikeda On 池田溫, Chūgoku kodai sekichō kenkyū : gaikan, rokubun 中國古代籍帳研究:概觀錄文 (Étude des documents officiels de l’antiquité chinoise), Tōkyō, Tōkyō Daigaku Tōyō Bunka Kenkyūjo, 1979.

Ikeda On 池田溫, Kōza Tonkō 講座敦煌 (Conférences sur Dunhuang), vol. 5 Tonkō Kanbun bunken 敦煌漢文文獻 (Documents de Dunhuang en langue chinoise), Tōkyō, Daitō Shuppansha, 1992.

Iwamoto Atsushi 岩本篤志, « Tonkō toroban hakken Shin-shi shahon zankan kō — “Shin Yō aki” to tō Shū Shinjo to no kankei o chūshin ni » 敦煌、吐魯番發見“晉史”寫本殘卷考――〈晉陽 秋〉と唐修〈晉書〉との關係を中心に (Étude des manuscrits sur l’histoire des Jin trouvés à Dunhuang et Turfan – des relations entre l’ouvrage des Printemps et Automnes des Jin et l’Histoire des Jin révisé sous les Tang), Seihoku shutsudo bunken kenkyū 西 北出土文獻研究, no 2, 2005.

Jean-Pierre Drège, « Les accordés de Touen-houang », in Michel Soymiè (éd.), Contributions aux études de Touen-houang, Volume III, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1984.

Jean-Pierre Drège, « Les caractères de l’impératrice Wu Zetian dans les manuscrits de Dunhuang et Turfan », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 73, 1984.

Jiang Xuewang 江學旺, Dunhuang xieben zhengshi jijiao 敦煌寫本正 史輯校 (Compilation et étude de manuscrits d’histoire officielle trouvés à Dunhuang), rapport postdoctoral réalisé à l’université du Zhejiang, Hangzhou, Zhejiang daxue, 2003.

Jin Yufu 金毓黻, Zhongguo shixue shi 中國史學史 (Histoire de l’historiographie chinoise, Beijing, Shangwu yinshu guan, 2007.

Kern, Martin, « The Poetry of Han Historiography : The Use of Song in Shiji and Hanshu », Université Fudan, 24 avril 2007.

Kyōu Shooku 杏雨書屋, Tonkō hikyū : Eihen satsu 敦煌秘笈·影片 (Documents secrets de Dunhuang, volume photocopié), vol. 5, Ōsaka, Takeda Kagaku Shinkō Zaidan, 2011.

Lei Wen 雷聞, « Tangdai de sanshi yu sanshike » 唐代的“三史” 與“三史科” (Les trois Classiques d’histoire et l’épreuve sur les trois Classiques d’histoire de la dynastie des Tang), Shixueshi yanjiu 史學史研究, 2001.

Li Jining 李際寧, Fojing banben 佛經版本 (Versions d’écrits bouddhiques), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 2002.

Li Jinxiu 李錦繡, « les copies étaient le lieu de nombreuses omissions », Zhang Gong 张弓 (dir.), (Culture, histoire et Classiques de Dunhuang, 敦煌典籍与历史文化).

Li Ling 李零, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源流 (Origines et développement des ouvrages sur lattes de bambou et sur soie et des disciplines), Beijing, Sanlian shudian, 2004.

Li Shibiao 李士彪, Sui Changhong 隋長虹, « Lun jingxue dui Hanshu yili de yingxiang » 論經學對〈漢書〉義例的影響 (L’influence de l’étude des Classiques sur le fond et la forme de Hanshu), Shandong daxue xuebao 山東大學學報, 2002.

Li Shuhui 李樹輝, « Baizikelike shiku shijian niandai ji xiangguan shishi yanjiu » 柏孜克里克石窟始建年代及相關史事研究 (Étude des débuts de la construction des grottes de Bezeklik et des évènements historiques connexes), Xinjiang daxue xuebao 新疆大學 學報, vol. 34, no 1, 2006.

Li Shulan 李書蘭, « Hanji burun Hanshu liezheng » 〈漢紀〉補潤 〈漢書〉例證 (Exemples d’ajouts apportés au Han shu par la Chronique des Han), Shixueshi yanjiu 史學史研究, 1990.

Li Xiaoshu 李小樹, « Zhongguo shixue de ya su fenliu yu sushixue de fuxing » 中國史學的雅俗分流與俗史學的復興 (La distinction entre historiographie élégante et populaire au sein de l’historiographie chinoise et la renaissance de l’historiographie populaire), in Zhongguo Renmin daxue xuebao 中國人民大學學報, 2005.

Li Yuchun 李遇春, « Tulufan chutu Sanguo zhi Weishu he fojing shidai de chubu yanjiu » 吐魯番出土〈三國志·魏書〉和佛經時 代的初步研究 (Étude préliminaire sur l’époque de l’Histoire de Wei des Annales des Trois Royaumes et des sutras bouddhiques trouvés à Turfan), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1989.

Li Zhengyu, « Tang Song shidai Dunhuang xuexiao » 唐宋時代的敦 煌學校 (Les écoles à Dunhuang pendant les dynasties des Tang et Song), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 1986.

Li Zhengyu 李正宇, Guben Dunhuang xiangtu zhi ba zhong jianzheng 古本敦煌鄉土志八種箋證 (Huit types de commentaires sur les chroniques locales trouvées à Dunhuang), Taibei, Xinwenfeng, 1998.

Li Zongjun 李宗俊 s’est servi de la découverte récente de l’épitaphe de Li Wukui 李無虧 pour en réestimer la période de composition, et parvient à la même conclusion. Cf. Li Zongjun, « Shazhou dudufu tujing zhuanxiu niandai xintan » 〈沙州都督府圖經〉撰 修年代新探 (Nouvelle étude de la période de composition de la « Géographie de la garnison de Shazhou »), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2004.

Liu Hongliang 柳洪亮, « Baizikelike shiku niandai shitan — genju Huihu gongyang renxiang dui dongku de duandai fenqi » 柏孜柯 里克石窟年代試探――根據回鶻供養人像對洞窟的斷代分期 (À quelle époque remontent les grottes de Bezeklik : Périodisation des grottes basée sur les portraits des donateurs ouïghours), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 1986.

Liu Hongliang 柳洪亮, Xin chu Tulufan wenshu ji qi yanjiu 新出吐魯 番文書及其研究 (Documents nouvellement découverts à Turfan et leur étude), Urumqi, Xinjiang renmin chubanshe, 1997.

Liu Zhen 劉珍, révisé par Wu Shuping 吳樹平, Dongguan Hanji jiaozhu 東觀漢記校注 (Notes sur la Chronique des Han de Dongguan), Zhengzhou, Zhongzhou guji chubanshe, 1987.

Liu Zhiji 劉知幾, De l’historiographie, commenté par Pu Qilong 浦起 龍, Shitong tongshi 史通通釋 (Lecture explicative de « De l’historiographie »), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1978.

Lü Simian 呂思勉, Sui Tang Wudai shi 隋唐五代史 (Histoire des Sui, des Tang et de la période des Cinq Dynasties), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1984.

Luo Zhenyu, Dunhuang shishi suijin 敦煌石室碎金 (Fragments d’or des caves de Dunhuang), Tōkyō, Tōhō Gakkai, 1925.

Luo Zhenyu 羅振玉, Mingsha shishi guji congcan 鳴沙石室古籍 叢殘 (Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires/ chambres funéraires en pierre ? de Mingsha), in Dunhuang shishi yishu bainian zhong 敦煌石室遺書百廿種 (Cent vingt ouvrages trouvés dans les salles en pierre de Dunhuang), reproduction du Dunhuang congkan chuji 敦煌叢刊初集 (Premier recueil des collections de Dunhuang), Taibei, Xin wen feng chuban gongsi, 1985.

Naba Toshisada 那波利貞, « Tō shōhon zashō kō : Tō dai shomin kyōiku shi kenkyū no ichi shiryō » 唐鈔本雜抄考――唐代庶民教 育史研究の一資料 (Étude du manuscrit des Tang Notes diverses : un document d’étude de la dynastie des Tang pour l’histoire de l’éducation populaire), Shinagaku 支那學, no 10, 1942.

Ogawa Kanichi 小川贯弌, « Tonkō no Gaku Shirō ni tsuite » 敦 煌の學士郎について (Des étudiants à Dunhuang), Indogaku Bukkyōgaku kenkyū 印度學佛教學研究, vol. 21, no 2, 1973.

Ozaki Yasushi 尾崎康, « Guseinan no teiō ryaku-ron ni tsuite » 虞世 南の帝王略論について (De l’ouvrage Chronique des rois et empereurs de Yu Shinan), Shidō Bunko ronshū 斯道文庫論集, no 5, 1967.

Pulleyblank, Edwin. G., « Chinese Evidence for the Date of Kaniska », in A.L. Basham (ed.), Papers on the Date of Kaniska, Leiden, E. J. Brill, 1968.

Qian Cunxun 錢存訓, Shuyu zhu bo 書於竹帛, Shanghai, Shanghai shudian, 2002.

Qu Lindong 瞿林東, Zhongguo shixue shigang 中國史學史綱 (Panorama historique de l’historiographie chinoise, 2e édition), Beijing, Beijing chubanshe, 2005.

Qu Zhimin 屈直敏, « Dunhuang xieben leishu Lizhong jiechao de chengshu beijing » 敦煌寫本類書〈勵忠節鈔〉的成書背景 (Contexte présidant à la composition de l’encyclopédie Histoire des hauts faits trouvée à Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學 輯刊, 2005.

Qu Zhimin 屈直敏, le Recueil des carnets du Parc aux lièvres pourrait avoir été écrit à plusieurs mains même s’il est fait mention d’un seul auteur ; ce recueil doit dater au plus tard de la 17e année de l’ère Zhenguan 貞觀. Voir Qu Zhimin, « Dunhuangben Tuyuan cefu, kaobian » 敦煌本〈兔園策府〉考辨 (Étude du manuscrit trouvé à Dunhuang du Recueil des carnets du Parc aux lièvres), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 2001.

Ren Bantang 任半塘, Dunhuang geci zongbian 敦煌歌辭總編 (Compilation des ci de Dunhuang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1987.

Rong Xinjiang, Yingguo tushuguan cang Dunhuang hanwen fei fojiao canjuan mulu (S.6981-13677) 英國圖書館藏敦煌漢文非佛教殘卷 目錄(S.6981-13677) [Catalogue des fragments de manuscrits non bouddhiques chinois de Dunhuang conservés à la British Library], Taibei, Xinwenfeng chubangongshi, 1994.

Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番文獻知見錄 (Documents de Dunhuang et de Turfan conservés à l’étranger), Nanchang, Jiangxi jiaoyu chubanshe, 1997.

Shapin, Steven, A Social History of Truth : Civility and Science in Seventeenth-century England, Chicago, University of Chicago Press, 1994.

Shi Anchang 施安昌, « Cong yuancang tuoben tantao Wu Zetian zaozi » 從院藏拓本探討武則天造字 (Étude des nouveaux caractères de Wu Zetian à partir d’estampages impériaux obtenues par frottis), Gugong bowuyuan yuankan 故宮博物院院刊, 1983.

Soymié, Michel (éd.), Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque nationale, vol. IV, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

Sun Guangxian 孫光憲, Lin Aiyuan 林艾園 (rév.), Beimeng suoyan 北夢瑣言 (Récits du nord du lac Yunmeng), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1981.

Tokiwa Daijō 常盤大定, « Bushū shinji no ichikenkyū » 武周新字の 一研究 (Étude sur les nouveaux caractères de l’impératrice Wu Zetian), Tōhō Gakuhō 東方學報, vol. 6, 1936.

Tomiya Itaru 富谷至, Mokkan, chikukan no kataru Chūgoku kodai : Shoki no bunkashi 木簡・竹簡の語る中国古代 : 書記の文化史 (La Chine antique des ouvrages sur bois et lattes de bambou – histoire culturelle des supports servant à l’écriture), Tōkyō, Iwanami shoten, 2014.

Wang Fu 王溥, Tang huiyao 唐會要 (Abrégé du système des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1991.

Wang Liqi 王利器, Yanshi jiaxun jijie 顔氏家訓集解 (Recueil des Leçons adressées aux descendants des Yan), version révisée, Beijing, Zhonghua shuju, 1993.

Wang Sanqing 王三慶, « Dunhuang xiejuan zhong Wu hou xinzi zhi diaocha yanjiu » Enquête sur les nouveaux caractères de Wu Zetian au sein des manuscrits de Dunhuang français ? chinois ? si chinois mettre les caractères et la traduction en français entre parenthèses (), Études sinologiques revue chinoise. Revue française ???, vol. 4, no 2, 1986.

Wang Sanqing 王三慶, « Lun Wu hou xinzi de chuangzhi yu xingfei – jian lun wenzi de zhengsu wenti » 論武后新字的創制與興 廢――兼論文字的正俗問題 (Création, essor et déclin des nouveaux caractères de Wu Zetian – la question de la rectification dans les textes), Chengda zhongwen xuebao 成大中文學報, nà 13, 2005.

Wang Sanqing 王三慶, Dunhuang leishu 敦煌類書 (Encyclopédies de Dunhuang), Gaoxiong, Liwen wenhua shiye, 1993.

Wang Su 王素, « Tulufan suo chu Jinyangqiu canjuan shishi kaozheng ji nibu » 吐魯番所出〈晉陽秋〉殘卷史實考證及擬補 (Étude et essai de reconstitution des faits historiques consignés dans les fragments du manuscrit des Printemps et Automnes des Jin découvert à Turfan), Zhonghua wenshi luncong 中華文史論叢, 1984.

Wang Su, Gaochang shigao – jiaotong bian 高昌史稿(交通編) (Écrits historiques sur la période Gaochang : chapitre sur les communications), Beijing, Wenwu chubanshe, 2000.

Wang Zhongming 王重民, Dunhuang guji xulu 敦煌古籍敘錄 (Notes des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1979.

Wu Chi-Yu, « Quatorze Poètes du Tchou-Ying tsi », in Michel Soymié, éd., Nouvelles contributions aux études de Touen-houang, Genève, Librairie Droz, 1981.

Wu Chi-Yu, « Deux fragments du Tchou-ying tsi, Une anthologie de poèmes des T’ang (ca. 702) retrouvée à Touen-huang », in Mélanges de Sinologie offerts à Monsieur Paul Demieviller, Paris, Institut des hautes études chinoises, 1974.

Xiang Chu 項楚, Dunhuang shige daolun 敦煌詩歌導論 (Introduction à la poésie de Dunhuang), Chengdu, Bashu shushe, 2001.

Xie Baocheng 字, Zhongguo shixue shi 中國史學史 (Histoire de l’historiographie chinoise, Beijing, Shangwu yinshu guan, 2006.

Xie Cheng 謝承, Hou Hanshu 後漢書 (Hanshu postérieurs), Lu Xun jilu guji congbian 魯迅輯錄古籍叢編 (Collections de textes classiques de Lu Xun), tome 3, Beijing, Renmin wenxue chubanshe, 1999.

Xu Jianping, Dunhuang jingji xulu 敦煌經籍敘錄 (Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2006.

Xu Jianping 許建平, « Tang xieben Liji yin zhuzuo shidai kao », 唐 寫本〈禮記音〉著作時代考 (Étude de l’époque de composition d’une copie manuscrite de l’ouvrage des Tang « Prononciation du Livre des rites »), « Tang xieben suojian fangyin kao » 唐唐唐〈 禮記音〉所見方音考 (Étude des prononciations dialectales dans le manuscrit des Tang « Prononciation du Livre des rites »), « Liji yin bujiao » 〈禮記音〉補校 (Ajouts et corrections apportés à « Prononciation du Livre des rites »), in Dunhuang wenxian congkao 敦煌文獻叢考 (Étude sur les documents découverts à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2005.

Xu Jianwei 徐建委, « Cai Mo Hanshu yinyi kaosuo » 蔡謨〈漢書音 義〉考索 (Étude de la prononciation et des sens de Hanshu par Cai Mo), Guji zhenli yanjiu xuekan 古籍整理研究學刊, 2003.

Xu Jun 徐俊, Dunhuang shiji canjuan jikao 敦煌詩集殘卷輯考 (Étude des recueils de poésie trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2000.

Xun Yue, Han ji 漢紀 (Chroniques des Han antérieurs), Liang han ji 兩漢紀 (Chronique des Han), Zhang Lie 張烈 (rév.), Beijing, Zhonghua shuju, 2002.

Yamamoto Tatsurō, « Tonkō hakken no daisoku gan’nen seki to kansho keihō kokorozashi – Pelliot shūshū kanbun bunsho 3557 gō 3669 gō » 敦煌發見の大足元年籍と漢書刑法志――ペリオ蒐 集漢文文書3557號、3669號 (Ouvrages découverts à Dunhuang datant de l’an 701 et Traité des lois pénales de Han shu – documents en langue chinoise de la collection Pelliot P. 3557 et P. 3669), in Suzuki Shun Kyōju kanreki kinen Tōyō shi ronsō 鈴木俊教授 還曆記念東洋史論叢 (Essais sur les histoires orientale et occidentale publié par Suzuki Shūn à l’occasion de son soixantième anniversaire), Tōkyō, Suzuki Shun Kyōju Kanreki Kinenkai, 1964.

Yan Yaozhong 嚴耀中 (dir.), Lunshi chuanjing 論史傳經 (Histoire et classiques), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2004.

You Ziyong 游自勇, « Tangdai Chang’an de feichang shijian – yi liang Tangshu Wuxing zhi suojian eyan, chuanggong wei zhongxin » 唐代長安的非常事件――以兩〈唐書·五行志〉所見訛言、闖 宮爲中心 (Évènements surnaturels à Chang’an sous la dynastie des Tang – étude du Traité sur les Cinq éléments de l’histoire des Tang à partir de rumeurs et de violations du Palais), Tang yanjiu, vol. 12, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 2006.

Yu Taishan 余太山, « Xun Yue Hanji suojian xiyu ziliao jilu yu kaoshi » 荀悅〈漢紀〉所見西域資料輯錄與考釋 (Compilation et étude des textes se rapportant aux régions de l’Ouest dans la Chronique des Han de Xun Yue), in Liang Han Wei Jin Nanbei chao zhengshi xiyu zhuan yanjiu 兩漢魏晋南北朝正史西域傳研 究 (Étude des écrits traitant de l’histoire officielle des régions de l’Ouest sous les dynasties des Han, Wei, Jin, du Nord et du Sud), Beijing, Zhonghua shuju, 2003.

Yu Xin 余欣, Chen Hao 陳昊, « Tulufan Yanghai chutu Gaochang zaoqi xieben Yizazhan wenshu kaoshi » 吐魯番洋海出土高昌早 期寫本〈易雜占〉文書考釋 (Étude du Yizazhan, un manuscrit du début de la période Gaochang trouvé près de Yanghai dans la région de Turfan), Dunhuang Turfan yanjiu 敦煌吐魯番研究, vol. 10, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2007.

Yu Xin, « Shuzhe yu wenshi zhijian – Dunhuang ben Zhuying ji canjuan suo jian Liu zhiji yishi sanshou jianzhen » 述者與文士之 間――敦煌本〈珠英集〉殘卷所見劉知幾佚詩三首箋證 (Entre narrateur et homme de lettres – commentaires sur trois poèmes de Liu Zhiji figurant dans un manuscrit du Recueil de la perle et la fleur trouvé à Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1999.

Yu Xin, Shendao renxin – Tang Song zhiji Dunhuang minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心――唐宋之際敦煌民生宗教社 會史研究 (Voie des dieux, vie des hommes : histoire sociale religieuses de la vie du peuple à Dunhuang sous les dyanasties des Tang et des Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2006.

Zhang Gong 張弓 (dir.), Dunhuang dianji yu Tang Wudai lishi wenhua 敦煌典籍與唐五代歷史文化 (Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq Dynasties), Beijing, Zhongguo shehui kexue chubanshe, 2006.

Zhang Guogang 張國剛, « Lüe lun Tangdai xueshushi de shidai tezheng » 略論唐代學術史的時代特徵 (Caractéristiques de l’histoire académique sous la dynastie des Tang), in Shixue yuekan史 學月刊, 2003.

Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang ben Zhu Qianzi wen » 敦煌本〈注 千字文〉注解 (Commentaire du manuscrit trouvé à Dunhuang du Classique des Mille Caractères commenté), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2002.

Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang yanjiu yuancang Li Han Mengqiu shijie – yu Riben cang guchaoben zhi bijiao », 敦煌研究院藏李 翰〈蒙求〉試解――與日藏古抄本之比較 (Étude du Mengqiu de Li Han conservé à l’académie de Dunhuang – comparaison avec d’anciens manuscrits conservés au Japon), Dunhuang yanjiu 敦 煌研究, 2002.

Zhang Xihou 張錫厚 (annotations), Dunhuang fu hui 敦煌賦彙 (Compilation des fu de Dunhuang), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1996.

Zhang Zhengliang 張政烺, « Dunhuang xieben Zachao ba » 敦煌 寫本雜抄跋 (Postface au manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang), Zhou Shutao xiansheng liushi shengri jinian lunwenji 周叔弢先生六十生日紀念論文集 (Recueil des discours prononcés à l’occasion du 60e anniversaire de Zhou Shutao), 1951, première édition, Hong Kong, Longmen shuju, reproduction de 1967.

Zhao Yi 趙翼, Gaiyu congkao 陔餘叢考 (Études menées pendant le temps libre que me laissait le deuil de mes parents), Beijing, Zhonghua shuju, 1963.

Zheng Acai, « Dunhuang xiejuan dingge lianzhang ‘shi’er shi’yanjiu » 敦煌寫卷定格聯章“十二時”研究 (Étude sur les « douze shi » dans les manuscrits de cycle chanté à forme fixe trouvés à Dunhuang), in Dunhuang wenxian yu wenxue 敦煌文獻與文學 (Documents et littérature de Dunhuang), Taibei, Xinwenfeng, 1993.

Zheng Acai, Dunhuang tongsu duwu zhong de ziran kexueshi jiaoyu – yi Konzi beiwen shu wei li 敦煌通俗讀物中的自然科學史教 育――以〈孔子備問書〉爲例 (Éducation en histoire naturelle et académique dans les écrits populaires de Dunhuang – l’exemple de l’ouvrage Réponses de Confucius), actes du colloque Ershiyi siji Duhuang wenxian huigu yu zhanwang yantaohui lunwenji 二十一 世紀敦煌文獻回顧與展望研討會論文集 (Bilans et perspectives dans l’étude des documents trouvés à Dunhuang au xxie siècle), Taizhong, Zhonghua ziran wenhua xuehui, 1999.

Zheng Acai 鄭阿財, Zhu Fengyu 朱鳳玉, Dunhuang mengshu yanjiu 敦煌蒙書研究 (Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang), Lanzhou, Gansu jiaoyu chubanshe, 2002.

Zheng Binglin 鄭炳林, « Lun wan Tang Dunhuang wenshi Zhang Qiu ji Zhang Jingqiu » 論晚唐敦煌文士張球即張景球 (Zhang Qiu ou Zhang Jingqiu, lettré de Dunhuang ayant vécu à la fin des Tang) in Wenshi 文史, no 43, 1997.

Zheng Binglin 鄭炳林, Dunhuang dili wenshu huiji jiaozhu 敦煌地 理文書彙輯校注 (Recueil et commentaires d’ouvrages de géographie trouvés à Dunhuang), Lanzhou, Gansujiaoyu chubanshe, 1989.

Zheng Zhiming 鄭志明, Dunhuang xieben jiajiao lei de shumin jiaoyu 敦煌寫本家教類的庶民教育 (L’éducation populaire dans les ouvrages tels que les manuscrits d’instruction domestique trouvés à Dunhuang), Dierjie Dunhuangxue guoji xueshu yantaohui lunwenji 第二届敦煌學國際研討會論文集 (Actes du 2e colloque international sur les études de Dunhuang), Taibei, Hanxue yanjiu zhongxin, 1991.

Zhou Fengwu 周鳳五, Dunhuang xieben Taigong jiajiao yanjiu 敦 煌寫本太公家教研究 (Étude du manuscrit Instructions domestiques de l’aïeul trouvé à Dunhuang), Taibei, Mingwen shuju, 1986.

Zhou Shaoliang (dir.), Compilation des inscriptions sur tablettes funéraires de la dynastie des Tang, p. 648 ; Mao Hanguang 毛漢 光, Geng Huiling 耿慧玲, Tangdai muzhiming huibian fukao 唐代 墓誌銘彙編附考 (Étude annexe à la compilation des épitaphes de la dynastie des Tang), livre 9, Taibei, centre de recherche sur l’histoire et les langues de l’Academia Sinica, 1987.

Zhou Shaoliang 周紹良 (dir.), Tangdai muzhi huibian 唐代墓誌彙 編 (Compilation des inscriptions sur tablettes funéraires de la dynastie des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1992.

Zhou Yiliang 周一良, « Dunhuang xieben zachao kao » 敦煌寫本雜 抄考 (Étude sur le manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang), in Yanjing xuebao 燕京學報, no 35, 1948. D’après Zhou Yiliang ji 周一良集 (Anthologie de Zhou Yiliang), tome 3, Fojiaoshi yu Dunhuangxue 佛教史與敦煌學 (Histoire bouddhique et études de Dunhuang), Shenyang, Liaoning jiaoyu chubanshe, 1998.

Zhu Weizheng 朱維錚, « Shixue shi san ti » 史學史三題 (Trois sujets d’historiographie), Fudan xuebao 復旦學報, 2004.

Zhu Yuemei 朱悅梅, Li Bingcheng 李并成, « Shazhou dudufu tujing zuanxiu niandai ji xiangguan wenti kao » 〈沙州都督府圖經〉 纂修年代及其相關問題考 (Étude de la période de composition de la "Géographie de la garnison de Shazhou" et des questions s’y rapportant), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 2003.

Notes

1 L’ouvrage classique de Jin Yufu 金毓黻, Zhongguo shixue shi 中國史學史 (Histoire de l’historiographie chinoise, Beijing, Shangwu yinshu guan, 2007), celui de Qu Lindong 瞿林 東, Zhongguo shixue shigang 中國史學史綱 (Panorama historique de l’historiographie chinoise, 2e édition, Beijing, Beijing chubanshe, 2005), souvent utilisé comme manuel, ainsi que celui qui a été publié sous la direction de Xie Baocheng 字, Zhongguo shixue shi 中國 史學史 (Histoire de l’historiographie chinoise, Beijing, Shangwu yinshu guan, 2006) rentrent tous dans cette catégorie.

2 Les confucianistes des Qing ont travaillé en ce sens ; pour des ouvrages plus récents, voir Hu Baoguo 胡寶國, Han Tang jian shixue de fazhan 漢唐間史學的發展 (Développement de l’historiographie sous les dynasties des Han et des Tang), Beijing, Shangwu yinshu guan, 2003.

3 Luo Zhenyu 羅振玉, Mingsha shishi guji congcan 鳴沙石室古籍叢殘 (Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires/chambres funéraires en pierre ? de Mingsha), in Dunhuang shishi yishu bainian zhong 敦煌石室遺書百廿種 (Cent vingt ouvrages trouvés dans les salles en pierre de Dunhuang), reproduction du Dunhuang congkan chuji 敦煌叢刊初集 (Premier recueil des collections de Dunhuang), Taibei, Xin wen feng chuban gongsi, 1985, p. 461-468.

4 Wang Zhongmin 王重民, Dunhuang guji xulu 敦煌古籍敘錄 (Notes des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1979, p. 76-82.

5 Yamamoto Tatsurō, « Tonkō hakken no daisoku gan’nen seki to kansho keihō kokorozashi – Pelliot shūshū kanbun bunsho 3557 gō 3669 gō » 敦煌發見の大足元年 籍と漢書刑法志――ペリオ蒐集漢文文書3557號、3669號 (Ouvrages découverts à Dunhuang datant de l’an 701 et Traité des lois pénales du Hanshu – documents en langue chinoise de la collection Pelliot P. 3557 et P. 3669), in Suzuki Shun Kyōju kanreki kinen Tōyō shi ronsō 鈴木俊教授還曆記念東洋史論叢 (Essais sur les histoires orientale et occidentale publié par Suzuki Shūn à l’occasion de son soixantième anniversaire), Tōkyō, Suzuki Shun Kyōju Kanreki Kinenkai, 1964, p. 717-723.

6 Dans un chapitre intitulé « Shiseki » 史籍 (Ouvrages d’histoire), Ozaki Yasushi 尾崎 康 présente huit copies du Hanshu, et avance l’hypothèse que les annotations anonymes de l’une d’entre elles pourraient être de la main de Jin Zhuo 晋灼 plutôt que de Cai Mo 蔡謨. Cette hypothèse mérite réflexion. Voir in Ikeda On 池田溫, Kōza Tonkō 講座敦煌 (Conférences sur Dunhuang), vol. 5 Tonkō Kanbun bunken 敦煌漢文文獻 (Documents de Dunhuang en langue chinoise), Tōkyō, Daitō Shuppansha, 1992, p. 306-324.

7 Jiang Xuewang 江學旺, Dunhuang xieben zhengshi jijiao 敦煌寫本正史輯校 (Compilation et étude de manuscrits d’histoire officielle trouvés à Dunhuang), rapport postdoctoral réalisé à l’université du Zhejiang, Hangzhou, Zhejiang daxue, 2003, p. 35-75.

8 Zhang Gong 張弓 (dir.), Dunhuang dianji yu Tang Wudai lishi wenhua 敦煌典籍與唐 五代歷史文化 (Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq Dynasties), Beijing, Zhongguo shehui kexue chubanshe, 2006, p. 351-366.

9 Édouard Chavannes, Les Mémoires Historiques, 6 vol., Adrien Maisonneuve, Paris, 1967.

10 Rong Xinjiang 榮新江, Haiwai Dunhuang Tulufan wenxian zhijian lu 海外敦煌吐魯番 文獻知見錄 (Documents de Dunhuang et de Turfan conservés à l’étranger), Nanchang, Jiangxi jiaoyu chubanshe, 1997, p. 154-166 ; « Deguo Tulufan shoujipin zhong de hanwen dianji yu wenshu » 德國“吐魯番收集品”中的漢文典籍與文書 (Les classiques et documents en langue chinoise issus de “recueils de Turfan” conservés en Allemagne), Huaxue 華學, no 3, Beijing, Zijincheng chubanshe, 1998, p. 312-315 ; Shiji yu HanshuHanshu – Tulufan chutu wenxian zhaji zhi yi 〈史記〉與〈漢書〉――吐魯番出土文獻札記 之一 (Mémoires historiques et Hanshu – notes sur des documents découverts à Turfan), Xinjiang shifan daxue xuebao 新疆師範大學學報, vol. 25, no 1, 2004, p. 41-43.

11 Yu Xin, “New Perspective on HanshuHanshu : The Paradigm of Chinese Standard History and the Early Contacts between China and Europe”, article présenté à la conférence “Ancient Historiography East and West : An Intercultural Dialog”, université de Salzbourg, 4-7 décembre 2006.

12 Nous sommes à cet égard redevables à Zhang Yongbing 張永兵 du bureau des biens culturels de Turfan et lui adressons toute notre gratitude.

13 Liu Hongliang 柳洪亮, Xin chu Tulufan wenshu ji qi yanjiu 新出吐魯番文書及其研 究 (Documents nouvellement découverts à Turfan et leur étude), Urumqi, Xinjiang renmin chubanshe, 1997, p. 127.

14 Tulufan diqu wenwu guanlisuo 吐魯番地區文物管理所 (Centre de conservation des biens culturels de Turfan), « Baizikelike qianfodong yizhi qingli jianbao » 柏孜克里克千佛 洞遺址清理簡報 (Rapport de nettoyage des vestiges des grottes des mille Bouddhas de Bezeklik), Wenwu文物, 1985, no 8, p. 54-55.

15 HanshuHanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1962, p. 3890-3891.

16 Edwin. G. Pulleyblank, « Chinese Evidence for the Date of Kaniska », in A. L. Basham (ed.), Papers on the Date of Kaniska, Leiden, E. J. Brill, 1968, p. 247-258.

17 Voir Jean-Pierre Drège, Les bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

18 Les « yaochao » 要抄 sont des ouvrages composites qui ne reprennent que les éléments principaux du texte original en les réorganisant ; ils sont une des formes rédactionnelles majoritaires en Chine médiévale. On trouve par exemple au sein des documents trouvés à Dunhuang le Zhuza lüede yaochaozi yiben 諸雜略得要抄子一本 et au sein des manuscrits chinois trouvés au Japon le Xiang yaochao 香要抄. Cf. Yu Xin 余欣, Chen Hao 陳昊, « Tulufan Yanghai chutu Gaochang zaoqi xieben Yizazhan wenshu kaoshi » 吐魯番洋海出土高昌早期寫本〈易雜占〉文書考釋 (Étude du Yizazhan, un manuscrit du début de la période Gaochang trouvé près de Yanghai dans la région de Turfan), Dunhuang Turfan yanjiu 敦煌吐魯番研究, vol. 10, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2007, p. 57-84.

19 Xinjiang weiwuer zizhiqu tulufanxue yanjiuyuan 新疆維吾爾自治區吐魯番學研 究院 (Centre de recherche des études de Turfan de la région autonome ouïghoure du Xinjiang), Wuhan daxue san zhi jiu shiji yanjiu suo 武漢大學三至九世紀研究所 (Institut de recherche de Wuhan sur la période du iiie au ixe siècle), Tulufan Baizekelike shiku chutu hanwen fojiao dianji 吐魯番柏孜克里克石窟出土漢文佛教典籍 (Classiques bouddhistes en langue chinoise découverts dans les grottes de Bezeklik à côté de Turfan), Beijing, Wenwu chubanshe, 2007, p. 330.

20 Xun Yue, Han ji 漢紀 (Chroniques des Han antérieurs), Liang han ji 兩漢紀 (Chronique des Han), Zhang Lie 張烈 (rév.), Beijing, Zhonghua shuju, 2002, p. 203.

21 Hou HanshuHanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1965, p. 2062.

22 Suishu, Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 959.

23 En réalité, la Chronique des Han corrige et complète le Hanshu en certains endroits. Cf. Li Shulan 李書蘭, « Hanji burun Hanshu liezheng » 〈漢紀〉補潤〈漢書〉例證 (Exemples d’ajouts apportés au Hanshu par la Chronique des Han), Shixueshi yanjiu 史學 史研究, 1990, no 1, p. 12-21.

24 Chi-yun Chen, Hsün Yüeh : The Life and Reflections of an Early Medieval Confucian. Cambridge and New York, Cambridge University Press, 1975, p. 84-126.

25 Hu Baoguo 胡寶國, ibid., p. 88.

26 Liu Hongliang 柳洪亮, « Baizikelike shiku niandai shitan — genju Huihu gongyang renxiang dui dongku de duandai fenqi » 柏孜柯里克石窟年代試探――根據回鶻 供養人像對洞窟的斷代分期 (À quelle époque remontent les grottes de Bezeklik : Périodisation des grottes basée sur les portraits des donateurs ouïghours), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 1986, no 3, p. 58.

27 Li Shuhui 李樹輝, « Baizikelike shiku shijian niandai ji xiangguan shishi yanjiu » 柏孜克 里克石窟始建年代及相關史事研究 (Étude des débuts de la construction des grottes de Bezeklik et des évènements historiques connexes), Xinjiang daxue xuebao 新疆大學學 , vol. 34, no 1, 2006, p. 55-61.

28 Liu Hongliang, Xin chu Tulufan wenshu ji qi yanjiu 新出吐魯番文書及其研究 (Documents officiels nouvellement découverts à Turfan et leur étude), p. 126-127.

29 Pour les manuscrits de l’« Histoire des Wu » et de la « Biographie de Sun Quan » tirés des Annales des Trois Royaumes (Sanguo zhi – Wushu Sunquanzhuan), cf. Guo Moruo 郭 沫若, « Xinjiang xin chutu jinren xieben Sanguo zhi canjuan » 新疆新出土晋人寫本〈三 國志〉殘卷 (Un nouveau manuscrit datant des Jin trouvé dans le Xinjiang : un exemplaire des Annales des Trois Royaumes), Wenwu文物, 1972, no 8, p. 2-6, images 2 et 3.

30 Li Yuchun 李遇春, « Tulufan chutu Sanguo zhi Weishu he fojing shidai de chubu yanjiu » 吐魯番出土〈三國志·魏書〉和佛經時代的初步研究 (Étude préliminaire sur l’époque de l’Histoire de Wei des Annales des Trois Royaumes et des sutras bouddhiques trouvés à Turfan), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1989, no 1, p. 42-44. L’Histoire des Wei tirée du chapitre « Annales des livres/Traité bibliographique Jingji zhi ?? » de Jiu Tang shu 舊唐書 (l’Ancienne histoire des Tang) rentre dans la catégorie des écrits d’histoire officielle, tandis que les Histoires des Wu et des Shu rentrent dans celle des écrits annalistiques ; c’est pourquoi ces trois livres étaient jusqu’aux Song diffusés individuellement. La découverte dans l’Ouest de la Chine de volumes individuels pour chacun de ces livres en atteste.

31 Chen Guocan 陳國燦, Li Zheng李征, « Tulufan chutu de Dongjin (?) xieben Jinyangqiu canjuan » 吐魯番出土的東晋(?)寫本〈晋陽秋〉殘卷 (Fragments du manuscrit des Printemps et Automnes des Jin datant des Jin (?) trouvé à Turfan), Chutu wenxian yanjiu 出土 文獻研究, no 1, Beijing, Wenwu chubanshe, 1985, p. 152-158. Cf. Wang Su 王素, « Tulufan suo chu Jinyangqiu canjuan shishi kaozheng ji nibu » 吐魯番所出〈晉陽秋〉殘卷史實考證及 擬補 (Étude et essai de reconstitution des faits historiques consignés dans les fragments du manuscrit des Printemps et Automnes des Jin découvert à Turfan), Zhonghua wenshi luncong 中華文史論叢, 1984, vol. 2, p. 25-47 ; Iwamoto Atsushi 岩本篤志, « Tonkō toroban hakken Shin-shi shahon zankan kō — « Shin Yō aki » to tō Shū Shinjo to no kankei o chūshin ni » 敦煌、 吐魯番發見“晉史”寫本殘卷考――〈晉陽秋〉と唐修〈晉書〉との關係を中心 に (Étude des manuscrits sur l’histoire des Jin trouvés à Dunhuang et Turfan – des relations entre l’ouvrage des Printemps et Automnes des Jin et l’Histoire des Jin révisé sous les Tang), Seihoku shutsudo bunken kenkyū 西北出土文獻研究, no 2, 2005, p. 19-41.

32 Pour les communications entre les Jushi du Sud et l’État du Qin antérieur, voir Wang Su, Gaochang shigao – jiaotong bian 高昌史稿(交通編) (Écrits historiques sur la période Gaochang : chapitre sur les communications), Beijing, Wenwu chubanshe, 2000, p. 250-254.

33 Beishi 北史 (Histoire des dynasties du Nord), Beijing, Zhonghua shuju, 1974, p. 3214-3215.

34 Yu Taishan 余太山s’appuie sur la préface de Xun Yue pour avancer qu’« au moment où il composait la Chronique des Han, Xun Yue avait bien en tête de traiter des peuples frontaliers. » Voir Yu Taishan, « Xun Yue Hanji suojian xiyu ziliao jilu yu kaoshi » 荀悅〈漢紀〉所見西域資料輯錄與考釋 (Compilation et étude des textes se rapportant aux régions de l’Ouest dans la Chronique des Han de Xun Yue), in Liang Han Wei Jin Nanbei chao zhengshi xiyu zhuan yanjiu 兩漢魏晋南北朝正史西域傳 研究 (Étude des écrits traitant de l’histoire officielle des régions de l’Ouest sous les dynasties des Han, Wei, Jin, du Nord et du Sud), Beijing, Zhonghua shuju, 2003, p. 415.

35 Lüshun bowuguan 旅順博物館 (Musée de Lüshun), Ryūkokudaigaku 龍谷大學 (université de Ryūkoku) [dir.], Ryojun hakubutsukan kura Shinkyō shutsudo kanbun bukkyō sen’iki ―― Ryojun hakubutsukan zō torufan shutsudo kanbun butten dampen senkage 旅 順博物館藏新疆出土漢文佛經選粹――旅順博物館蔵トルファン出土漢文仏典 断片選影 (Anthologie des ouvrages bouddhiques en langue chinoise découverts dans le Xinjiang et conservés au musée de Lüshun – reproductions de fragments d’ouvrages bouddhiques en chinois trouvés à Turfan et conservés au musée de Lüshun), Kyōto, Hōzōkan, 2006, p. 174.

36 Chroniques des Han, p. 455.

37 Hanshu, Beijing, Zhonghua shuju, 1962, p. 1395.

38 Fujieda Akira 藤枝晃, « Chūgoku Hokuchō shahon no san buki » 中國北朝寫本の三 分期 (Les trois périodes des manuscrits de la dynastie du Nord), Kohitsu to kokubungaku 古筆と國文學, éditions Kohitsugaku Kenkyūjo 古筆學研究所 (Institut d’étude des écritures anciennes), Tōkyō, Yagi Shoten, 1987, p. 3-36.

39 Wang Zhongmin, ibid., p. 76-78.

40 Cf. Tokiwa Daijō 常盤大定, « Bushū shinji no ichikenkyū » 武周新字の一研究 (Étude sur les nouveaux caractères de l’impératrice Wu Zetian), Tōhō Gakuhō 東方學報, vol. 6, 1936, p. 5-42 ; Dong Zuobin 董作賓, Wang Hengyu 王恒餘, « Tang Wu hou gaizi kao » 唐武后改字考 (Étude de l’évolution des caractères de l’impératrice Wu de la dynastie de Tang), Shiyusuo jikan 史語所集刊, vol. 34, p. 447-476 ; Shi Anchang 施安昌, « Cong yuancang tuoben tantao Wu Zetian zaozi » 從院藏拓本探討武則天造字 (Étude des nouveaux caractères de Wu Zetian à partir d’estampages impériaux obtenues par frottis), Gugong bowuyuan yuankan 故宮博物院院刊, 1983, p. 30-38 ; « Wu Zetian zaozi de wushi yu jiegou » 武則天造字的誤識與結構 (Idées fausses sur les nouveaux caractères de Wu Zetian et leur structure), Gugong bowuyuan yuankan 故宮博物院院刊, 1984, p. 84-90 ; « Wuzhou xinzi guo zhidingde shijian – jian tan xinzi tongxing liwai » 武周新字“圀 » 制定 的時間――兼談新字通行時的例外 (Temps d’élaboration du nouveau caractère 圀 guo – les exceptions aux nouveaux caractères en usage), in Gugong bowuyuan yuankan 故宮 博物院院刊, 1991, no 1, p. 60-64 ; Wang Sanqing 王三慶, « Lun Wu hou xinzi de chuangzhi yu xingfei – jian lun wenzi de zhengsu wenti » 論武后新字的創制與興廢――兼論文字 的正俗問題 (Création, essor et déclin des nouveaux caractères de Wu Zetian – la question de la rectification dans les textes), in Chengda zhongwen xuebao 成大中文學報, no 13, 2005, p. 95-120.

41 Wang Sanqing 王三慶, 1986, p. 440.

42 Jean-Pierre Drège, « Les caractères de l’impératrice Wu Zetian dans les manuscrits de Dunhuang et Turfan », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 73, 1984, p. 339-354.

43 Wang Fu 王溥, Tang huiyao 唐會要 (Abrégé du système des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1991, p. 1559.

44 Ikeda On 池田溫, Chūgoku kodai sekichō kenkyū : gaikan, rokubun 中國古代籍帳 研究:概觀錄文 (Étude des documents officiels de l’antiquité chinoise), Tōkyō, Tōkyō Daigaku Tōyō Bunka Kenkyūjo, 1979, p. 64.

45 Wang Zhongmin, Ibid., p. 76-78.

46 Michel Soymié (éd.), Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque nationale, vol. IV, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991, p. 49, 157.

47 Zhang Guogang 張國剛, « Lüe lun Tangdai xueshushi de shidai tezheng » 略論唐代 學術史的時代特徵 (Caractéristiques de l’histoire académique sous la dynastie des Tang), in Shixue yuekan 史學月刊, 2003, no 6, p. 80-87.

48 HanshuHanshu, p. 2.

49 Chen Zhi陳直, HanshuHanshu xin zheng 漢書新證 (Nouvelles preuves apportées au Hanshu), Tianjin, Tianjin renmin chubanshe, 1979, p. 3.

50 Xu Jianwei 徐建委, « Cai Mo Hanshu yinyi kaosuo » 蔡謨〈漢書音義〉考索 (Étude de la prononciation et des sens du Hanshu par Cai Mo), Guji zhenli yanjiu xuekan 古籍整理 研究學刊, 2003, no 6, p. 48.

51 Jiang Xuewang, ibid., p. 44.

52 Shangwu yinshuguan 商務印書館, (ed.)., Dunhuang yishu zongmu suoyin 敦煌遺書 總目索引 (Index du catalogue des ouvrages disparus de Dunhuang), Beijing, Shangwu yinshuguan, 1962, p. 311.

53 Dunhuang yanjiuyuan 敦煌研究院 (Shi Pingting 施萍婷 [dir.], Tai Huili 邰惠莉), Dunhuang yishu zongmu suoyin xinbian 敦煌遺書總目索引新編 (Nouvelle édition de l’index du catalogue des ouvrages disparus de Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 332.

54 Michel Soymié (éd.), Catalogue des manuscrits chinois de Touen-houang Fonds Pelliot chinois de la Bibliothèque Nationale, vol. V, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1995, p. 477.

55 Li Jinxiu 李錦繡, ibid., p. 361. Il ne s’agirait ici pas d’omissions mais d’ellipses voulues.

56 Wang Zhongmin 王忠民, Dunhuang guji shulu “敦煌古籍叙录 » (Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), p. 82.

57 Zhao Yi 趙翼, Gaiyu congkao 陔餘叢考 (Études menées pendant le temps libre que me laissait le deuil de mes parents), Beijing, Zhonghua shuju, 1963, p. 107.

58 Jiang Xuewang, Compilation et étude de manuscrits d’histoire officielle trouvés à Dunhuang, p. 48.

59 Lionel Giles, Descriptive Catalogue of the Chinese Manuscripts from Tunhuang in the British Museum, London, The Trustees of the British Museum, 1957, p. 233.

60 Wang Zhongmin, ibid., p. 79.

61 Luo Zhenyu, Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires de Mingsha, in Cent vingt ouvrages trouvés dans des sanctuaires de Dunhuang, p. 459.

62 Xu Jianping 許建平, « Tang xieben Liji yin zhuzuo shidai kao », 唐寫本〈禮記音〉 著作時代考 (Étude de l’époque de composition d’une copie manuscrite de l’ouvrage des Tang « Prononciation du Livre des rites »), « Tang xieben suojian fangyin kao », 唐寫本 〈禮記音〉所見方音考 (Étude des prononciations dialectales dans le manuscrit des Tang « Prononciation du Livre des rites »), « Liji yin bujiao », 〈禮記音〉補校 (Ajouts et corrections apportés à « Prononciation du Livre des rites »), in Dunhuang wenxian congkao 敦煌文獻叢考 (Étude sur les documents découverts à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2005, p. 179-213.

63 Wang Zhongmin, ibid., p. 81.

64 Jacques Gernet et Wu Chiyu, éd., Catalogue des Manuscrits chinois de Touen-huang Fonds Pelliot Chinois de la Bibliothèque nationale, vol. 1. Paris, Bibliothèque nationale, 1970, p. 310.

65 Zhang Gong (dir.), Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq dynasties, p. 363.

66 Hao Chunwen 郝春文 (dir.), Yingcang Dunhuang shehui lishi wenxian shilu 英藏敦煌 社會歷史文獻釋錄 (Catalogue explicatif des documents traitant de société et d’histoire du fonds anglais de Dunhuang), vol. 1, Beijing, Kexue chubanshe, 2001, p. 26.

67 Zhang Gong (dir.), Classiques de Dunhuang, culture et histoire sous les Tang et pendant les Cinq dynasties, p. 359.

68 Luo Zhenyu, Dunhuang shishi suijin 敦煌石室碎金 (Fragments d’or des caves de Dunhuang), Tōkyō, Tōhō Gakkai, 1925.

69 Wang Zhongmin, Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang, p. 77.

70 Kyōu Shooku 杏雨書屋, Tonkō hikyū : Eihen satsu 敦煌秘笈·影片冊 (Documents secrets de Dunhuang, volume photocopié), vol. 5, Ōsaka, Takeda Kagaku Shinkō Zaidan, 2011, p. 398-403.

71 Rong Xinjiang, Yingguo tushuguan cang Dunhuang hanwen fei fojiao canjuan mulu (S.6981-13677) 英國圖書館藏敦煌漢文非佛教殘卷目錄(S.6981-13677)[Catalogue des fragments de manuscrits non bouddhiques chinois de Dunhuang conservés à la British Library], Taibei, Xinwenfeng chubangongshi, 1994, p. 167.

72 Luo Zhenyu, Recueil de textes anciens trouvés dans des sanctuaires de Mingsha, in Cent vingt ouvrages trouvés dans des sanctuaires de Dunhuang, p. 461-468.

73 Xu Jun 徐俊, Dunhuang shiji canjuan jikao敦煌詩集殘卷輯考 (Étude des recueils de poésie trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 16-18.

74 Xu Jianping, Dunhuang jingji xulu 敦煌經籍敘錄 (Annales des ouvrages classiques trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 2006, p. 16.

75 Fang Guangchang 方廣錩, Zhongguo xieben Dazangjing yanjiu 中國寫本大藏經研 究 (Étude de manuscrits reproduisant le canon bouddhique chinois), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2006, p. 25-27. Cf. Li Jining 李際寧, Fojing banben 佛經版本 (Versions d’écrits bouddhiques), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 2002, p. 15-17.

76 Qian Cunxun 錢存訓 écrit dans la conclusion de son célèbre Shuyu zhu bo 書於竹帛 (Écrits sur bambou et soie) : « La question de la nature de la relation entre la capacité des hommes à penser et la façon dont l’écrit la véhicule est suffisamment importante pour que nous continuions à l’investir. » (Shanghai, Shanghai shudian, 2002, p. 160). Quel dommage que les recherches menées sur cette question soient à ce jour si rares !

77 Li Ling 李零 insiste sur ce point : « Nous devrions davantage nous intéresser aux différences induites par les copistes. En effet, un seul manuscrit peut avoir été recopié par plusieurs personnes et ainsi présenter de grandes différences. Toute tentative de classification ou d’assemblage des lattes de bambou exhumées devrait s’établir sur cette base. Par ailleurs, certains copistes de l’antiquité étaient meilleurs que d’autres. Ainsi, les ouvrages classiques ont été autant coupés, modifiés, recopiés et complétés par les générations postérieures que par leurs contemporains. » ; voir in Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源流 (Origines et développement des ouvrages sur lattes de bambou et sur soie et des disciplines), Beijing, Sanlian shudian, 2004, p. 120.

78 Tomiya Itaru 富谷至, Mokkan, chikukan no kataru Chūgoku kodai : Shoki no bunkashi 木簡·竹簡の語る中国古代 : 書記の文化史 (La Chine antique des ouvrages sur bois et lattes de bambou – histoire culturelle des supports servant à l’écriture), Tōkyō, Iwanami shoten, 2014, p.?.

79 Dans le cas du Hanshu, cet effort de standardisation a été entrepris sous la dynastie des Song du Nord, après la vulgarisation de l’imprimerie. On peut lire dans le deuxième volume du Lintai gushi 麟臺故事 (Histoire de la bibliothèque impériale) : « Lors des années Xianping, l’empereur Song Zhenzong dit à ses ministres : “Mon prédécesseur Taizong estimait la littérature et l’histoire ; or il semblerait que les fonctionnaires chargés de confronter les différentes versions des Mémoires historiques, Hanshudu Hanshu et Hanshudu Hanshu postérieurs n’ont mené qu’une étude grossière et que des erreurs demeurent. Il faut procéder à une nouvelle relecture”. […] Il ordonna donc à Diao Kan, vice-ministre du ministère du Transport et membre du secrétariat, Chao Jiong ??, conseiller du ministère de la Droite et membre du département d’histoire, et Ding Xun de travailler à la relecture et à la correction du Hanshu et du Hou Hanshu. Après que Chao Jiong eut été nommé à la rédaction des édits, il intégra Chen Pengnian, son secrétaire et membre du département d’histoire, à l’équipe. Au 7e mois de la 2e année de l’ère Jingde (1005), le groupe de travail mené par Diao Kan rendit le rapport suivant à l’empereur : “Au fil des siècles, nombreux sont les érudits à s’être battus pour donner leur interprétation du Hanshu. Il existe donc autant de commentaires avérés qu’erronés, autant d’interprétations fallacieuses que d’interprétations pertinentes du récit figurant dans ces ouvrages d’histoire ; il est même des passages et des phrases radicalement différents les uns des autres et des personnages dont le prénom et le nom ont été intervertis. Cependant, sans preuves avérées, nous avons laissé ces questions en suspens. Pour tout le reste, nous avons passé au peigne fin les ouvrages connexes et toutes les versions Hanshudu Hanshu ; pour autant, si la réponse ne nous paraissait pas suffisamment limpide, nous n’avons pas osé exprimer notre avis à la légère. Il manque ainsi quelques clés de compréhension mais dans l’ensemble, nous n’avons rien corrigé sans fondement. Nous avons apporté en tout 349 corrections ; les notes de correction comptent plus de trois mille caractères ; six copies des manuscrits ont été réalisées ; nous vous les remettons respectueusement.” En récompense, Song Zhenzong offrit à Diao Kan et à ses collègues de beaux objets et de l’or ?? des étoffes ?? en quantités différentes. » 咸平中,真宗謂宰相曰:‘太宗崇尚文史,而三史版本如聞當時校 勘官未能精詳,尚有謬誤,當再加刊正。’…… 又命駕部員外郎直祕閣刁衎、 右司諫直史館晁迥與丁遜覆校前後《漢書》版本,迥知制誥,又以秘書丞直史 館陳彭年同其事。至二年七月,衎等上言:‘《漢書》歷代名賢競爲注釋,是 非互出,得失相參,至有章句不同,名氏交錯,茍無依據,皆屬闕疑。其餘則 博訪群書,徧觀諸本,儻非明白,安敢措辭!雖謝該通,粗無臆說。凡修改三 百四十九,簽正三千餘字,錄爲六卷以進。’賜衎等器幣有差。Cheng Ju 程俱, Zhang Fuxiang 張富祥 (rév.), Lintai gushi jiaozheng 麟臺故事校證 (Révision de l’histoire de la bibliothèque impériale), Beijing, Zhonghua shuju, 2000, p. 283-284.

80 Li Shibiao 李士彪, Sui Changhong 隋長虹, « Lun jingxue dui Hanshu yili de yingxiang » 論經學對〈漢書〉義例的影響 (L’influence de l’étude des Classiques sur le fond et la forme du Hanshu), Shandong daxue xuebao山東大學學報, 2002, no 1, p. 36-40.

81 Zhu Weizheng 朱維錚, « Shixueshi san ti » 史學史三題 (Trois sujets d’historiographie), Fudan xuebao 復旦學報, 2004, no 3, p. 3-4.

82 Suishu 隨書, Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 957.

83 Wang Liqi 王利器, Yanshi jiaxun jijie 顔氏家訓集解 (Recueil des Leçons adressées aux descendants des Yan), version révisée, Beijing, Zhonghua shuju, 1993, p. 443.

84 Ibid. p. 199.

85 Liangshu 梁書 (Histoire des Liang), Beijing, Zhonghua shuju, 1973, p. 401.

86 Chenshu 陳書 (Histoire des Chen), Beijing, Zhonghua shuju, 1972, p. 249.

87 Liangshu 梁書 (Histoire des Liang), p. 724.

88 Wang Liqi, Recueil des Leçons adressées aux descendants des Liu, p. 443-444.

89 Lei Wen 雷聞, « Tangdai de sanshi yu sanshike » 唐代的“三史”與“三史科” (Les trois Classiques d’histoire et l’épreuve sur les trois Classiques d’histoire de la dynastie des Tang), Shixueshi yanjiu 史學史研究, 2001, no 1, p. 32-42.

90 La valorisation des trois Classiques d’histoire par les examens impériaux s’est ressentie jusque dans les pays frontaliers de la Chine : elle a ainsi contribué à un certain niveau à la diffusion Hanshudu Hanshu dans la sphère éducative du Moyen-Orient. On peut lire au chapitre 10 des Samguk sagi 三國史記 (Mémoires historiques des Trois Royaumes), intitulé « Sinnabongi » 新羅本紀 (Annales de Silla), à l’entrée « 元聖王四年 » (788) : « On fixa alors les critères de sélection des lettrés de première, de deuxième et de troisième classe. Ceux qui étaient bien nés et qui pouvaient réciter par cœur le Zuozhuan, le Livre des rites ou encore l’Anthologie de la littérature tout en en comprenant le sens, et qui connaissaient en outre les Entretiens et le Classique de la piété filiale devenaient lettrés de première classe ; ceux qui pouvaient réciter les Rites divers, les Entretiens et le Classique de la piété filiale devenaient lettrés de deuxième classe ; et ceux qui pouvaient réciter les Rites divers et le Classique de la piété filiale devenaient lettrés de troisième classe. S’ils connaissaient les cinq Classiques, les trois grands ouvrages historiques et les œuvres composées sous les Qin et les Han, ils pouvaient être promus et accéder à la hors-classe. C’était autrefois sur leurs talents d’archer que l’on sélectionnait les élites, mais cette nouvelle pratique remplaça l’ancienne. » 始定讀書三品,以出身。讀《春秋左氏 傳》、若《禮記》、若《文選》而能通其義,兼明《論語》、《孝經》者,爲 上; 讀《曲禮》、《論語》、《孝經》者,爲中;讀《曲禮》、《孝經》者, 爲下。若博兼通五經三史、諸子百家書者,超擢用之。前祗以弓箭選人,至 是改之. Kim Busik 金富轼 (et al.), Samguk sagi, 首爾大學奎章閣藏本 (Kyujanggak de l’université de Séoul), livre 10, recto et verso de la p. 3.

91 Xin Tangshu 新唐書 (Nouvelle histoire des Tang), p. 4695.

92 Zhou Shaoliang 周紹良 (dir.), Tangdai muzhi huibian 唐代墓誌彙編 (Compilation des inscriptions sur tablettes funéraires de la dynastie des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1992, p. 1124-1125. La ponctuation a été modifiée.

93 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne histoire des Tang), p. 2897.

94 Ibid., p. 4932.

95 Liu Zhiji 劉知幾, De l’historiographie, commenté par Pu Qilong 浦起龍, Shitong tongshi 史通通釋 (Lecture explicative de « De l’historiographie »), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1978, p. 288-289. Voir également la version française de Chaussende, Damien. Liu Zhiji : Traité de l’historien parfait. Chapitres intérieurs. Les belles lettres, 2014.

96 Pour des données sur ce poème et sur le contexte présidant à sa composition, voir Yu Xin, « Shuzhe yu wenshi zhijian – Dunhuang ben Zhuying ji canjuan suo jian Liu zhiji yishi sanshou jianzhen » 述者與文士之間――敦煌本〈珠英集〉殘卷所見劉知幾佚 詩三首箋證 (Entre narrateur et homme de lettres – commentaires sur trois poèmes de Liu Zhiji figurant dans un manuscrit du Recueil de la perle et la fleur trouvé à Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1999, nà 1, p. 94-104.

97 Sur les questions de compilation, de dispersion, d’auteurs du Recueil de la perle et la fleur, voir Wu Chi-Yu, « Deux fragments du Tchou-ying tsi, Une anthologie de poèmes des T’ang (ca. 702) retrouvée à Touen-huang », in Mélanges de Sinologie offerts à Monsieur Paul Demieviller, Paris, Institut des hautes études chinoises, 1974, Tome, p. 361-398 ; Wu Chi-Yu, « Quatorze Poètes du Tchou-Ying tsi », in Michel Soymié, éd., Nouvelles contributions aux études de Touen-houang, Genève, Librairie Droz, 1981, p. 273-294.

98 Ozaki Yasushi 尾崎康, « Guseinan no teiō ryaku-ron ni tsuite » 虞世南の帝王略論につ いて (De l’ouvrage Chronique des rois et empereurs de Yu Shinan), Shidō Bunko ronshū 斯道 文庫論集, no 5, 1967, p. 185-224. Pour les études récentes du manuscrit des Compilations de Zhu Yu et Ying Hua trouvé à Dunhuang, cf. Li Jinxiu, « Du Dunnhuang P. 2636 diwang luelun wenshu zaji », 讀敦煌P.2636〈帝王略論〉文書札記 (Notes sur le manuscrit P. 2636 du Recueil de la perle et la fleur trouvé à Dunhuang), in Yan Yaozhong嚴耀中 (dir.), Lunshi chuanjing 論史傳經 (Histoire et classiques), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2004, p. 134-148.

99 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne Histoire des Tang), p. 3303.

100 Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne Histoire des Tang), p. 3211-3212.

101 Rong Xinjiang, « Mémoires historiques et Hanshu – Notes sur les documents exhumés à Turfan (1) », p. 42.

102 Li Zhengyu李正宇, Guben Dunhuang xiangtu zhi ba zhong jianzheng古本敦煌 鄉土志八種箋證 (Huit types de commentaires sur les chroniques locales trouvées à Dunhuang), Taibei, Xinwenfeng, 1998, p. 29.

103 Zhu Yuemei 朱悅梅, Li Bingcheng 李并成, « Shazhou dudufu tujing zuanxiu niandai ji xiangguan wenti kao » 〈沙州都督府圖經〉纂修年代及其相關問題考 (Étude de la période de composition de la « Géographie de la garnison de Shazhou » et des questions s’y rapportant), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 2003, no 5, p. 61-65. Li Zongjun 李宗俊 s’est servi de la découverte récente de l’épitaphe de Li Wukui 李無虧 pour en réestimer la période de composition, et parvient à la même conclusion. Cf. Li Zongjun, « Shazhou dudufu tujing zhuanxiu niandai xintan » 〈沙州都督府圖經〉撰修年代新探 (Nouvelle étude de la période de composition de la « Géographie de la garnison de Shazhou »), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2004, no 1, p. 53-59.

104 Huang Shijian 黃時鑒, Gong Yingyan 龔纓晏, « Make Boluo yu wanli changcheng – jianping Make Boluo daoguo Zhongguo ma ? » 馬可·波羅與萬里長城――兼評〈馬 可·波羅到過中國嗎?〉 (Marco Polo et la Grande Muraille de Chine – remarques sur Marco Polo : est-il allé jusqu’en Chine ?), Zhongguo shehuikexue 中國社會科學, 1998, no 4, p. 172-173.

105 Zhou Shaoliang (dir.), Compilation des inscriptions sur tablettes funéraires de la dynastie des Tang, p. 648 ; Mao Hanguang 毛漢光, Geng Huiling 耿慧玲, Tangdai muzhiming huibian fukao 唐代墓誌銘彙編附考 (Étude annexe à la compilation des épitaphes de la dynastie des Tang), livre 9, Taibei, centre de recherche sur l’histoire et les langues de l’Academia Sinica, 1987, p. 317 ; Henanshen wenwu yanjiusuo 河南省文物研 究所 (Centre de recherche du Henan sur les objets culturels), Henanshen luoyang diqu wenguancgu 河南省洛陽地區文管處 (Bureau des reliques culturelles de la région de Luoyang), Qian Tang zhi zhai cangzhi 千唐誌齋藏誌 (Épitaphes du site des mille tablettes Tang), Beijing, Wenwu chubanshe, 1984, p. 313. Pour les retranscriptions, voir les travaux de Zhou Shaoliang et Mao Hanguang effectués à la lumière des reproductions.

106 Il est d’autres types d’ouvrages qui citent le Hanshu, comme les manuscrits du Wwenxuan zhu 文選注 (Anthologie commentée de la littérature) trouvés à Dunhuang et Turfan ; dans la mesure où ils n’ont que peu influencé la culture de masse, nous ne les avons pas recensés ici. Quant aux épigraphes et modèles épistolaires qui peuvent également s’inspirer Hanshudu Hanshu, nous avons choisi de les laisser de côté puisque nous ne pouvons pas nous assurer qu’ils citent vraiment cet ouvrage.

107 Naba Toshisada 那波利貞, « Tō shōhon zashō kō : Tō dai shomin kyōiku shi kenkyū no ichi shiryō » 唐鈔本雜抄考――唐代庶民教育史研究の一資料 (Étude du manuscrit des Tang Notes diverses : un document d’étude de la dynastie des Tang pour l’histoire de l’éducation populaire), Shinagaku 支那學, no 10, 1942, p. 1-91. In Tōdai shakai bunkashi kenkyū 唐代社會文化史研究 (Étude sur l’histoire de la société et de la culture des Tang), Tōkyō, Sobunsha, 1974, p. 197-268.

108 Zhou Yiliang 周一良, « Dunhuang xieben zachao kao » 敦煌寫本雜抄考 (Étude sur le manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang), in Yanjing xuebao 燕京學報, no 35, 1948. D’après Zhou Yiliang ji 周一良集 (Anthologie de Zhou Yiliang), tome 3, Fojiaoshi yu Dunhuangxue 佛教史與敦煌學 (Histoire bouddhique et études de Dunhuang), Shenyang, Liaoning jiaoyu chubanshe, 1998, p. 276.

109 Zhang Zhengliang 張政烺, « Dunhuang xieben Zachao ba » 敦煌寫本雜抄跋 (Postface au manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang), Zhou Shutao xiansheng liushi shengri jinian lunwenji 周叔弢先生六十生日紀念論文集 (Recueil des discours prononcés à l’occasion du 60e anniversaire de Zhou Shutao), 1951, première édition, Hong Kong, Longmen shuju, reproduction de 1967, p. 252.

110 Zheng Acai 鄭阿財, Zhu Fengyu 朱鳳玉, Dunhuang mengshu yanjiu 敦煌蒙書研 究 (Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang), Lanzhou, Gansu jiaoyu chubanshe, 2002, p. 193-194, 184.

111 Ibid., p. 170.

112 Zhou Yiliang, Étude sur le manuscrit Notes diverses trouvé à Dunhuang, p. 275.

113 Rong Xinjiang, Yu Xin, Shazhou Guiyijun chaoye xinian lu 沙州歸義軍朝野繫年錄 (Annales des dirigeants et du peuple sous le gouvernement de Guiyi), manuscrit, à paraître.

114 Des étudiants et de l’éducation dispensés à Dunhuang, cf. Ogawa Kanichi 小川贯弌, « Tonkō no Gaku Shirō ni tsuite » 敦煌の學士郎について (Des étudiants à Dunhuang), Indogaku Bukkyōgaku kenkyū 印度學佛教學研究, vol. 21, no 2, 1973, p. 163-184 ; Li Zhengyu, « Tang Song shidai Dunhuang xuexiao » 唐宋時代的敦煌學校 (Les écoles à Dunhuang pendant les dynasties des Tang et Song), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 1986, no 1, p. 39-47 ; « Dunhuang xueshilang tiji ji zhu » 敦煌學郎題記輯注 (Recueil des notes des étudiants de Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 1987, no 1, p. 26-40 ; Gao Mingshi 高明士, « Tangdai Dunhuang jiaoyu » 唐代敦煌的教育 (Éducation à Dunhuang sous les Tang), Hanxue yanjiu 漢學研究, vol. 4, no 2, Dunhuangxue guoji yantaohui lunwen zhuanhao 敦煌學國際研討會論文專號 (Numéro spécial à l’occasion du colloque international sur les études de Dunhuang), Taibei, Hanxue yanjiu zhongxin, 1986, p. 231-270.

115 Zheng Acai, Zhu Fengyu, ibid., p. 173.

116 Ibid., p. 191.

117 Fujieda Akira 藤枝晃 souligne qu’il existe plusieurs centaines de livrets dans les documents trouvés à Dunhuang, dont la majorité date des ixe et xe siècles. Les livrets sont plus petits et plus faciles à transporter que les volumes, et traitent souvent de sujets à usage individuel. Cf. Fujieda Akira, Monji no bunkashi 文字の文化史 (Histoire culturelle des textes), Tōkyō, Iwanami shoten, 1971, p. 191.

118 Ren Bantang 任半塘, Dunhuang geci zongbian 敦煌歌辭總編 (Compilation des ci de Dunhuang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1987, p. 1288. « Fafen changge shi’er shi » 發奮長歌十二時 (Efforts à fournir dans l’étude des longs poèmes), précédé du titre général « Shi’er shi xingxiao wen » 十二時行孝文 (Faire preuve de piété) dans P. 3821. D’après Zheng Acai, « le texte fait l’éloge des hauts faits des sages de l’antiquité et devait avoir pour fonction d’encourager les étudiants dans cette voie. Alors que le titre évoque explicitement la notion de piété filiale, aucune mention n’en est faite dans le texte, sans doute parce que « pour atteindre la perfection de cette vertu, il faut prendre l’effort et exceller dans la pratique de ses devoirs, illustrer son nom et s’immortaliser, afin que la gloire en rejaillisse éternellement sur son père et sur sa mère » (cf. traduction de Pierre-Martial Cibot). Alors que ce texte ne parle pas de piété filiale, le titre général en est « Faire preuve de piété ». Cf. Zheng Acai, « Dunhuang xiejuan dingge lianzhang ‘shi’er shi’yanjiu » 敦煌寫卷定格聯章“十二時”研究 (Étude sur les « douze shi » dans les manuscrits de cycle chanté à forme fixe trouvés à Dunhuang), in Dunhuang wenxian yu wenxue 敦煌文獻 與文學 (Documents et littérature de Dunhuang), Taibei, Xinwenfeng, 1993, p. 144.

119 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 34. Les caractères utilisés pour le nom de la préfecture, 冷陵, doivent se lire 泠陵, soit 零陵.

120 Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang ben Zhu Qianzi wen » 敦煌本〈注千字文〉注 解 (Commentaire du manuscrit trouvé à Dunhuang du Classique des Mille Caractères commenté), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2002, no 1, p. 46-47.

121 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 30.

122 Liu Zhen 劉珍, révisé par Wu Shuping 吳樹平, Dongguan Hanji jiaozhu 東觀漢記校 注 (Notes sur la Chronique des Han de Dongguan), Zhengzhou, Zhongzhou guji chubanshe, 1987, p. 848.

123 Xie Cheng 謝承, Hou HanshuHanshu 後漢書 (Hanshu postérieurs), Lu Xun jilu guji congbian 魯迅輯錄古籍叢編 (Collections de textes classiques de Lu Xun), tome 3, Beijing, Renmin wenxue chubanshe, 1999, p. 104.

124 Jean-Pierre Drège, « Les accordés de Touen-houang », in Michel Soymiè (éd.), Contributions aux études de Touen-houang, Volume Ⅲ, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1984, p. 203-204.

125 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 234.

126 Hanshu, p. 3597.

127 Yang Shoujing 楊守敬, Riben fangshu zhi 日本訪書志 (Récit d’un chasseur de livres au Japon), édition Linsuyuan 鄰蘇園 de la famille Yang, 23e année du règne de Guangxu 光緒, p. 9 (verso).

128 Zhang Nali 張娜麗, « Dunhuang yanjiu yuancang Li Han Mengqiu shijie – yu Riben cang guchaoben zhi bijiao », 敦煌研究院藏李翰〈蒙求〉試解――與日藏古抄本之比 較 (Étude du Mengqiu de Li Han conservé à l’académie de Dunhuang – comparaison avec d’anciens manuscrits conservés au Japon), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 2002, no 5, p. 85.

129 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 232, 242. Le nom de l’auteur du Mengqiu s’écrit soit 瀚 soit 翰 ; malgré la confusion, il s’agirait dans les deux cas du Li Han reçu docteur à l’ère Tianbao 天寶 sous le règne de Tang Xuanzong 唐玄宗 et membre de l’académie Hanlin 翰林 sous Tang Daizong 唐代宗. Après avoir mené l’enquête sur cette question, Fu Xuancong 傅璇琮 estime qu’il s’agit de deux personnes différentes : le Li Han 李瀚 auteur du Mengqiu aurait été ministre pendant l’ère Dali du règne de l’empereur Zongzheng. Voir Fu Xuancong, « Xungen suoyuan : Mengqiu liuchuan yu zuozhe xinkao » 尋根索源:蒙求 流傳與作者新考 (Remonter à la source : nouvelle étude sur la diffusion du Mengqiu et sur son auteur), A Xungen 尋根, 2004, no 6, p. 58-64. Il ne faudrait donc pas remplacer les caractères 李瀚 par 李翰, comme ce que préconise l’Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang. Cette étude se fonde également sur les manuscrits présents dans le fonds de Dunhuang pour enjoindre à remplacer la phrase 亦比附叙之 (« sont consignés à la suite du texte ») de la préface par 亦此附之 ; le manuscrit P. 2710 du fonds français nous paraît plus approprié, nous nous appuierons donc sur lui.

130 D’après Qu Zhimin 屈直敏, le Recueil des carnets du Parc aux lièvres pourrait avoir été écrit à plusieurs mains même s’il est fait mention d’un seul auteur ; ce recueil doit dater au plus tard de la 17e année de l’ère Zhenguan 貞觀. Voir Qu Zhimin, « Dunhuangben Tuyuan cefu, kaobian » 敦煌本〈兔園策府〉考辨 (Étude du manuscrit trouvé à Dunhuang du Recueil des carnets du Parc aux lièvres), Dunhuang yanjiu 敦煌研究, 2001, no 3, p. 126-129.

131 Sun Guangxian 孫光憲, Lin Aiyuan 林艾園 (rév.), Beimeng suoyan 北夢瑣言 (Récits du nord du lac Yunmeng), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1981, p. 134.

132 Zheng Acai, Zhu Fengyu, Étude sur les manuels d’éducation élémentaire trouvés à Dunhuang, p. 268.

133 Guo Changcheng 郭長城, Dunhuang xieben Tuyuan cefu, yanjiu 敦煌寫本兔園策 府研究 (Étude du manuscrit trouvé à Dunhuang du Recueil des carnets du Parc aux lièvres), mastère de littérature chinoise réalisé à l’Université de la culture chinoise, 1985, p. 93-96.

134 Lü Simian 呂思勉, Sui Tang Wudai shi 隋唐五代史 (Histoire des Sui, des Tang et de la période des Cinq Dynasties), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1984, p. 1116.

135 Lionel Giles, Descriptive Catalogue of the Chinese Manuscripts from Tunhuang in the British Museum, p. 243.

136 Zhou Fengwu 周鳳五, Dunhuang xieben Taigong jiajiao yanjiu 敦煌寫本太公家教 研究 (Étude du manuscrit Instructions domestiques de l’aïeul trouvé à Dunhuang), Taibei, Mingwen shuju, 1986, p. 41-48.

137 Hanshu, p. 1396.

138 You Ziyong 游自勇 a dernièrement étudié plus avant ces questions ; pour plus d’informations voir Tiandao renyao – zhonggu Wuxing zhi de guiayishijie 天道人妖 — 中古 〈五行志〉的怪異世界 (Ordre divin et monstres – le monde surnaturel du Traité sur les Cinq éléments de la Chine médiévale), thèse de doctorat réalisée à l’université normale de la capitale, 2006 ; « Tangdai Chang’an de feichang shijian – yi liang Tangshu Wuxing zhi suojian eyan, chuanggong wei zhongxin » 唐代長安的非常事件――以兩〈唐書·五行志〉 所見訛言、闖宮爲中心 (Évènements surnaturels à Chang’an sous la dynastie des Tang – étude du Traité sur les Cinq éléments de l’histoire des Tang à partir de rumeurs et de violations du Palais), Tang yanjiu, vol. 12, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 2006, p. 221-243.

139 Martin Kern, professeur en études extrême-orientales à l’université de Princeton, a abordé ce sujet à l’occasion d’une conférence donnée dans le département d’histoire de l’université de Fudan. Martin Kern, « The Poetry of Han Historiography : The Use of Song in Shiji and HanshuHanshu », université Fudan, 24 avril 2007.

140 Xiang Chu 項楚, Dunhuang shige daolun 敦煌詩歌導論 (Introduction à la poésie de Dunhuang), Chengdu, Bashu shushe, 2001, p. 184.

141 Zheng Zhiming 鄭志明, Dunhuang xieben jiajiao lei de shumin jiaoyu 敦煌寫本 家教類的庶民教育 (L’éducation populaire dans les ouvrages tels que les manuscrits d’instruction domestique trouvés à Dunhuang), Dierjie Dunhuangxue guoji xueshu yantaohui lunwen ji 第二届敦煌學國際研討會論文集 (Actes du 2e colloque international sur les études de Dunhuang), Taibei, Hanxue yanjiu zhongxin, 1991, p. 139.

142 C’est Wang Zhongmin qui fait l’hypothèse, non encore confirmée, qu’il s’agit du Xiuwen dian yulan 修文殿御覽 (Encyclopédie à usage impérial du palais Xiuwen).

143 Wang Sanqing 王三慶, Dunhuang leishu 敦煌類書 (Encyclopédies de Dunhuang), Gaoxiong, Liwen wenhua shiye, 1993.

144 Qu Zhimin 屈直敏 estime que : « L’Histoire des hauts faits est une encyclopédie rédigée à l’heure où l’ordre politique traditionnel et les vertus et comportements modèles des Tang périclitent, avec pour effet une crise politique ; pour se sortir de cette épreuve et rétablir l’ordre, ses auteurs font des ouvrages classiques et de la tradition historique leur socle commun et leurs valeurs de base, et cherchent à ancrer historiquement les critères du jugement moral confucéen et à en expliciter les concepts clés ». Voir Qu Zhimin, « Dunhuang xieben leishu Lizhong jiechao de chengshu beijing » 敦煌寫本類書〈勵忠 節鈔〉的成書背景 (Contexte présidant à la composition de l’encyclopédie Histoire des hauts faits trouvée à Dunhuang), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2005, no 2, p. 12-18. Il estime également que la large diffusion de cet ouvrage est en partie due au mot d’ordre en vigueur pendant le gouvernement de Guiyi, « loyauté, piété, chasteté et rectitude », qui a contribué à restaurer la vertu, l’éthique et l’ordre confucéens. Cf. « Cong Lizhong jiechao kan Guiyijun zhengquan daode zhixu de chongjian » 從〈勵忠節鈔〉看歸義軍政權道 德秩序的重建 (La restauration de l’ordre moral sous le gouvernement Guiyi par le prisme de l’Histoire des hauts faits), Dunhuangxue jikan 敦煌學輯刊, 2005, no 3, p. 76-89. In Dunhuang xieben leishu Lizhong jiechao yanjiu 敦煌寫本類書〈勵忠節鈔〉研究 (Étude sur l’encyclopédie Histoire des hauts faits trouvée à Dunhuang), Beijing, Minzu chubanshe, 2007, p. 85-102, 150-198.

145 Victor H. Mair, Painting and Performance : Picture Recitation and Its Indian Genesis ?

146 Huang Zheng 黃征, Zhang Yongquan 張涌泉, Dunhuang bianwen jiaozhu 敦煌變 文校注 (Commentaires sur les bianwen trouvés à Dunhuang), Beijing, Zhonghua shuju, 1997, p. 232.

147 Huang Zheng, Zhang Yongquan, Dunhuang bianwen jiaozhu (Commentaires sur les bianwen trouvés à Dunhuang), p. 245.

148 Li Xiaoshu 李小樹, « Zhongguo shixue de ya su fenliu yu sushixue de fuxing » 中 國史學的雅俗分流與俗史學的復興 (La distinction entre historiographie élégante et populaire au sein de l’historiographie chinoise et la renaissance de l’historiographie populaire), in Zhongguo Renmin daxue xuebao 中國人民大學學報, 2005, no 2, p. 115-121.

149 Zhang Xihou 張錫厚 (annotations), Dunhuang fu hui 敦煌賦彙 (Compilation des fu de Dunhuang), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe, 1996, p. 287-288.

150 Le nom de Zhang Xia 張俠 n’étant recensé nulle part, Zheng Binglin 鄭炳林 estime qu’il s’agit de la même personne que Zhang Qiu 張球 ou Zhang Jingqiu 張景球. Voir Zheng Binglin, « Lun wan Tang Dunhuang wenshi Zhang Qiu ji Zhang Jingqiu » 論晚唐敦煌文士 張球即張景球 (Zhang Qiu ou Zhang Jingqiu, lettré de Dunhuang ayant vécu à la fin des Tang) in Wenshi文史, no 43, 1997, p. 111-120.

151 Hanshu, p. 2700-2701.

152 Zheng Binglin, Dunhuang dili wenshu huiji jiaozhu 敦煌地理文書彙輯校注 (Recueil et commentaires d’ouvrages de géographie trouvés à Dunhuang), Lanzhou, Gansujiaoyu chubanshe, 1989, p. 86 ; Li Zhengyu, Huit types de commentaires sur les chroniques locales trouvées à Dunhuang, p. 303.

153 Yu Xin, Shendao renxin – Tang Song zhiji Dunhuang minsheng zongjiao shehuishi yanjiu 神道人心――唐宋之際敦煌民生宗教社會史研究 (Voie des dieux, vie des hommes : histoire sociale religieuses de la vie du peuple à Dunhuang sous les dyanasties des Tang et des Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2006, p. 313-314.

154 Xu Jun, Étude des recueils de poésie trouvés à Dunhuang, p. 161.

155 Zheng Acai, Dunhuang tongsu duwu zhong de ziran kexueshi jiaoyu – yi Konzi beiwen shu wei li 敦煌通俗讀物中的自然科學史教育――以〈孔子備問書〉爲例 (Éducation en histoire naturelle et académique dans les écrits populaires de Dunhuang – l’exemple de l’ouvrage Réponses de Confucius), actes du colloque Ershiyi siji Duhuang wenxian huigu yu zhanwang yantaohui lunwenji 二十一世紀敦煌文獻回顧與展望研 討會論文集 (Bilans et perspectives dans l’étude des documents trouvés à Dunhuang au xxie siècle), Taizhong, Zhonghua ziran wenhua xuehui, 1999, p. 22-33.

156 Ge Zhaoguang 葛兆光, Zhongguo sixiang shi 中國思想史 (Histoire de la pensée chinoise), tome 2, Qi siji zi shijiu siji Zhongguo de zhishi, sixiang yu xinyang 七世紀至十九 世紀中國的知識、思想與信仰 (Connaissances, pensée et croyances chinoises entre les viie et xixe siècles), Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2000, p. 42.

157 Steven Shapin, A Social History of Truth : Civility and Science in Seventeenth-century England, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 3-41.

158 Peter Burke, A Social History of Knowledge : From Gutenberg to Diderot, Cambridge, Polity Press, 2000, p. 182.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : photos du document Ch 938 et des fragments de manuscrits de Dagu exhumés à Turfan conservés à la bibliothèque nationale de Berlin, avec au recto la « Biographie de Zhang Liang » du Hanshu et au verso le « Zhongni dizi liezhuan » des Mémoires historiques (photos fournies par Rong Xinjiang).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search