Version classiqueVersion mobile

Savoirs traditionnels et pratiques magiques sur la route de la soie

 | 
Xin Yu

Introduction

Texte intégral

1La route de la Soie est un sujet d’étude aussi bien pour la Chine que pour l’Occident. Depuis plus d’un siècle, les nouvelles découvertes et théories ont incité les chercheurs chinois et du monde entier à exploiter tout à la fois documents, vestiges archéologiques et œuvres d’art dans leurs travaux, à mêler passé et présent, à s’intéresser aussi bien à la Chine qu’au monde occidental ; des avancées considérables ont ainsi été réalisées. Comment, à l’heure de la mondialisation des savoirs académiques, élaborer un nouveau cadre explicatif ? Comment décloisonner ? Comment partir à la recherche de nouveaux outils et réussir à en tirer parti ? Est-il possible de mener des recherches et un dialogue académique intergénérationnel à une échelle internationale ? Quelle réflexion mènent les chercheurs les plus avant-gardistes ? Comment un historien de la nouvelle génération spécialiste de la Chine médiévale doit-il se positionner par rapport à eux ? Voici quelques-unes des nombreuses questions qui nous occupent.

2Cet ouvrage vise à montrer, à partir de manuscrits et de vestiges trouvés dans l’Ouest chinois, qu’à la source de la culture chinoise médiévale figurent deux disciplines hors du commun : les arts occultes 方術 et l’histoire naturelle 博物. Il offre aussi l’occasion d’enquêter sur la culture matérielle, la diffusion des savoirs et les pratiques liées au prisme des échanges entre Orient et Occident ; et d’enrichir grâce aux différents détails et études de cas notre compréhension du rôle joué par la route de la Soie dans les interactions entre les différentes civilisations.

  • 1 Les expressions « arts étranges » 怪術 et « pratiques incroyables » 藝絕 proviennent des volumes 5 et 6 (...)
  • 2 Yu Yingshi 余英時, « Shitan Zhongguo renwen yanjiu de zai chufa » 試論中國人 文研究的再出發 (Essai de réflexion su (...)

3Si nous sommes spécialiste des études de Dunhuang et de l’histoire des relations entre la Chine et l’étranger, nous avons toujours été fasciné par les ouvrages portant sur la médecine et les arts occultes 方伎, comme les traités de pharmacopée, les traités de médecine, les ouvrages d’agronomie, les romans, les traités sur le Yin Yang et les cinq éléments ou les livres d’astrologie, qui font voyager en pensée dans les mondes merveilleux des dix continents ou des trois îles, à la découverte « d’arts étranges » et de « pratiques incroyables »1. Plusieurs années de recherche ont enfin débouché sur des avancées dans ces domaines. Outre les ouvrages et vestiges archéologiques exhumés à Dunhuang et dans l’Ouest chinois, de nouveaux documents historiques ont été découverts dans de vieux ouvrages chinois conservés au Japon : des manuscrits datant des Han qu’on pensait disparus et des notes, des commentaires, voire des ouvrages fondateurs écrits sous influence chinoise, dont bon nombre offraient de nouvelles possibilités de recherche et, selon les mots du géographe Yang Shoujing 楊守敬 (1839-1915), « corroboraient les preuves trouvées en Chine ». Ces précieuses ressources ont beau avoir été étudiées par d’éminents chercheurs, qui en ont tiré des résultats remarquables, de nombreuses zones d’ombre restent à explorer. Nous espérons ainsi qu’après cette « traversée du désert », une nouvelle carrière va s’ouvrir à eux dans le monde académique2. Mais tout cela est plus facile à dire qu’à faire. Li Bai parle dans un de ses poèmes « de gravir le mont Taihang tout enneigé » 將登太行雪滿 山 : c’est exactement ce que nous avons vécu tant notre progression s’est révélée difficile. Ce livre rassemble quelques-unes des pensées qui nous sont venues en chemin.

À l’origine de ce livre : une idée

4Nous n’avons pas voulu mener une étude générale sur la route de la Soie et les échanges entre Orient et Occident ; nous avons cherché à mettre en lumière l’« autre aspect » 異相 de cette route, celui du véhicule de savoirs et de croyances qu’elle a été à l’« époque des manuscrits » en Chine médiévale.

5Par « médiévale » 中古, nous entendons la période qui couvre les dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, Sui, Tang et l’époque des Cinq Dynasties ; on peut, à l’occasion, y inclure les Han et le début des Song. Le terme « médiéval » renvoie, depuis son entrée dans les études orientales, au postulat de Naitō Konan 内藤湖南, au cadre théorique de Chen Yinke 陳寅恪 et à la théorie de la féodalité, que chaque historien médiéviste comprend différemment, ce qui n’a de cesse de donner au terme des acceptions différentes. L’enthousiasme et l’ambition nous manquent pour proposer un nouveau découpage historique, et plus encore les capacités de créer un nouveau système discursif ou un nouveau vocabulaire ; si nous avons repris le terme « médiéval », c’est donc simplement pour faciliter notre travail et lui donner une structure grossière. Cela a surtout été possible du fait que, par un heureux hasard, cette longue période coïncide avec l’époque des manuscrits.

  • 3 Li Ling 李零, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源流 (Anciens textes sur bambou et soie et l’origin (...)
  • 4 Parmi les ouvrages sur soie trouvés à Mawangdui 馬王堆 figure un Livre de la physiognomonie du cheval (...)

6Cet « autre aspect » que nous évoquions plus haut est une expression que l’on retrouve souvent dans les arts occultes, qui l’ont eux-mêmes empruntée aux ouvrages bouddhistes. Elle renvoie à un aspect « étonnant », à un visage très particulier propre aux individus choisis par le Ciel et dont l’avenir pouvait se lire dans les traits, donc à des choses visibles. L’art occulte qu’est la physiognomonie, dont la morphoscopie (xingfa 形法) est une forme, se fonde sur les concepts de nombre et de signe3. Du point de vue des Chinois de l’antiquité, chaque chose avait une forme, et toutes ces choses disposant d’une forme avaient un visage. Les phénomènes atmosphériques sont le visage du ciel, le relief celui de la terre, la figure, les paumes de la main, le corps et le squelette celui de l’homme ; les plantes, les animaux sauvages et domestiques, les couteaux et les épées, les paysages, les habitations et les tombeaux, tout cela a un visage. De nombreux ouvrages découverts traitent de physiognomonie au sens large4, un art intimement lié à cet « autre aspect » dont nous souhaitons parler dans cet ouvrage.

  • 5 Taishō Shinshū Daizōkyō, livre 19, milieu de la page 142.

7Dans la traduction en chinois des canons bouddhistes, cet « autre aspect », le pendant de l’aspect « identique » 同相, est un des six aspects (lakshana) 六相 définis par le bouddhisme. Il est écrit dans le Lengyan jing 楞嚴經 (Śūraṅgama sūtra) : « de nombreuses différences peuvent être visibles au sein d’une même chose, et une similarité émerger malgré les différences : voilà une action qui peut être enseignée. » 則於同中,顯現群異,一一異相,各各見同,名善現行5.

8Nous avons beau mal connaître les ouvrages bouddhistes et n’en comprendre le sens que superficiellement, voici ce que nous avons malgré tout réussi à saisir : ce qui est identique, cet « aspect identique », renvoie aux notions de vérité, de réalité, et se veut l’origine de l’univers. Mais il est difficile de le dire ou de le concevoir en tant que tel, aussi a-t-il fallu l’expliquer au moyen de l’« autre aspect ». L’analogie avec les différents aspects que peuvent revêtir les gens ou les choses à différents moments permet de mieux saisir cette première notion du bouddhisme. Quelle était la réalité des savoirs, des croyances et des sociétés de la Chine médiévale ? Nous nous sentons bien peu armé face à cette question, même si, pour y répondre, nous sommes prêts à passer par des chemins de traverse et à aller chercher la similitude dans la différence et inversement. En traitant ici des arts occultes et de l’histoire naturelle et en faisant de ces disciplines extraordinairement riches et pourtant souvent négligées par nos prédécesseurs le point de départ de nos recherches, nous avons petit à petit réussi à mieux comprendre, même si ce n’est qu’indirectement, le fonctionnement d’ensemble et les particularités du monde médiéval.

9Les concepts de nombre et de signe sont tirés du Livre des mutations, et sont l’un des paradigmes essentiels pour comprendre comment les Chinois de l’antiquité percevaient le monde et le sens de la vie. Le passage le plus clair et le plus organisé sur le sujet figure dans la préface au Wuxing dayi 五行大義 (Compendium des cinq agents), un ouvrage de Xiao Ji 蕭吉 datant de la dynastie Sui :

  • 6 « La tortue représente la divination par l’interprétation des figures formées par les craquelures a (...)
  • 7 Xiao Ji 蕭吉, Wuxing dayi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō (...)

Il est difficile de saisir les signes avant-coureurs du commencement et de la fin des choses. C’est pourquoi les sages s’attachent à ce qui n’est pas encore advenu : ils établissent des paroles afin d’en circonscrire les signes, ils établissent les signes pour mettre en évidence les événements. Lorsque les événements sont en cours, nous pouvons les comprendre grâce aux signes qui s’y rapportent ; les signes en se multipliant engendrent les nombres. Grâce aux nombres, ils peuvent être ordonnés, grâce aux signes nous en avons une figuration, on peut ainsi comprendre par simulation les principes des événements. Et la compréhension par simulation relève bien des méthodes de la tortue et de l’achillée6. La tortue produisant des signes, (la série des dix) jours constitue dès lors le fondement des cinq éléments ; l’achillée produisant des nombres, (la série des douze) marqueurs en constitue alors le principe. L’alternance des levers et couchers des étoiles Shen et Chen, les cycles ascendants et descendants de la lune et du soleil, le grondement du tonnerre et l’apparition d’arcs-en-ciel, le mouvement des nuages et le déploiement des pluies, voilà quels sont les signes du ciel. Les vingt-huit étapes, les constellations internes et externes, les sept luminaires, les trois sortes d’astres lumineux, les régions stellaires et les douze mansions, voilà ce que sont les nombres du ciel. Les montagnes, les fleuves, l’eau et la terre, hauteurs et dépressions, plaines et marais, la stabilité des montagnes et la circulation des fleuves, les vents tournants, la rosée et les vapeurs, voilà ce que sont les signes de la terre. Les huit confins, les quatre mers, les trois fleuves et les cinq lacs, les neuf régions et les cent préfectures, les mesures de distance et de superficie, voilà pour les nombres de la terre. Les rites servant à contrôler les événements, la musique à tempérer les élans du cœur, les rangs, les emblèmes, les insignes, les étendards, l’usage des châtiments pour conduire au bien, voilà pour les signes de l’homme. L’établissement des cent offices pour l’administration, l’accomplissement de tous les êtres humains, les quatre enseignements qui forment les lettrés, les sept vertus qui régissent l’art militaire, voilà pour les nombres de l’homme. Ainsi, par les signes et les nombres, on connaît le commencement et la fin des cinq éléments. Grâce à la tortue et l’achillée, on discerne le faste et le néfaste du Yin et du Yang. Les événements simulés par les signes sont connus, les choses en se conformant à des nombres sont déterminées7.
原始要終,靡究萌兆。是以聖人體於未肇,故設言以筌 象,立象以顯事。事既懸有,可以象知;象則有滋,滋故生 數。數則可紀,象則可形。可形可紀,故其理可假而知。可 假而知,則龜筮是也。龜則爲象,故以日爲五行之元;筮則 爲數,故以辰爲五行之主。若夫參辰伏見,日月盈虧,雷動 虹出,雲行雨施,此天之象也。二十八宿,內外諸官,七曜 三光,星分歲次,此天之數也。山川水陸,高下平汙,嶽鎮 河通,風回露蒸,此地之象也。八極四海,三江五湖,九州 百郡,千里萬頃,此地之數也。禮以節事,樂以和心,爵表 章旗,刑用革善,此人之象也。百官以治,萬人以立,四 教修文,七德閱武,此人之數也。因夫象數,故識五行之始 末;藉斯龜筮,乃辨陰陽之吉凶。是以事假象知,物從數 立。

  • 8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, Paris, Armand Colin, 1952, p. 13- (...)
  • 9 Formulation empruntée à Shen Weirong 沈衛榮, « Wo de xin zai nali » 我的心在哪裡 (Où mon âme se trouve-t-ell (...)
  • 10 Chen Yinke 陳寅恪, « Feng Youlan zhongguo zhexueshi shangce shencha baogao » 馮友蘭中國哲學史上冊審查報告 (Rapport c (...)

10Les concepts de nombre et de signe ne pourraient-ils pas nous permettre de poser un regard neuf sur les textes et la méthodologie historiques ? De notre point de vue, les documents historiques ne doivent pas servir à rétablir une réalité historique objective (si tant est qu’elle existe). On ne peut rien affirmer en histoire ; tout ce qu’on peut faire, c’est tenter d’esquisser. Les sources que nous parvenons à retrouver ne sont rien de plus que des fragments issus de lieux et d’époques reculés ; comment savoir si elles se recoupent et si leur message peut être décodé ? Aussi trouvons-nous très juste l’affirmation de Marc Bloch : la recherche en histoire est bien cet art de l’historien, cet artisanat à proprement parler8. Pour que son âme s’exprime dans sa pratique, encore faut-il que son âme soit présente9, son âme au sens de son parti pris, de sa sensibilité historique et des techniques maîtrisées. Loin de nous l’idée de réfuter la valeur de la recherche de l’objectivité et des preuves concrètes en histoire ; bien au contraire, nous cherchons à souligner comment, « avec le regard et l’esprit de l’artiste appréciant une peinture ou une sculpture10 », nous pouvons exploiter au mieux l’extrême richesse et les infinies potentialités des documents historiques pour élaborer une réflexion complète.

  • 11 Le premier manuscrit sur papier a été trouvé sur le site de Xuanquan 懸泉, à Dunhuang. Il daterait du (...)
  • 12 Jean-Pierre Drège, Les Bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Paris, (...)
  • 13 Xiao Dongfa 蕭東發 (dir.), Cong jiaguwen dao E-publications – kuayue sanqian nian de Zhongguo chuban(...)

11L’« époque des manuscrits », plus précisément des manuscrits sur papier, désigne l’époque à laquelle, dans l’histoire chinoise de l’écrit, le moyen le plus utilisé pour relayer des informations fut le livre papier. Elle correspond à peu près aux dynasties Wei, Jin, du Nord et du Sud, Sui, Tang et à l’époque des Cinq Dynasties11. Cette dénomination est en fait assez peu usitée par les chercheurs chinois ; la majorité des spécialistes des études de Dunhuang la connaissent cependant grâce à l’ouvrage de Jean-Pierre Drège, Les Bibliothèques en Chine au temps des manuscrits12. En sinologie comme dans les « études nationales » 國學, l’histoire des documents et de la culture sont très à la mode depuis quelques années ; c’est ainsi que cette dénomination a, elle aussi, connu une avancée de popularité. Elle a par exemple fait une apparition sur les panneaux de présentation d’une exposition d’anciens documents chinois très précieux, ainsi que dans des textes d’ouvrages généraux traduits en plusieurs langues visant à « donner au monde une idée précise du développement de l’histoire et de la culture de l’édition et de la civilisation chinoises13 ».

Fig. 2 : manuscrit trouvé dans la bibliothèque murée d’une des grottes de Mogao, à Dunhuang, photo d’Aurel Stein (1862-1943) 327/127 (587).

Fig. 2 : manuscrit trouvé dans la bibliothèque murée d’une des grottes de Mogao, à Dunhuang, photo d’Aurel Stein (1862-1943) 327/127 (587).

12En chinois, le mot xueshu 學術 (discipline, savoir) se compose des mots xue (étude) et shu (technique). Il y a un siècle, le journaliste Liang Qichao 梁啟超 (1873-1929) publiait un texte intitulé « Xue yu shu » 學與術, que l’on pourrait traduire par « Théories et techniques ». Il y écrivait ceci :

  • 14 Liang Qichao 梁啟超, « Xue yu shu » 學與術 (Théories et techniques), Guofeng bao 國風 報, 16 juin 1911. Lian (...)

En Chine, les mots xue et shu, combinés, donnent xueshu. Il n’y a que dans le Hanshu 漢書 (Livre des Han), dans le livre intitulé » Biographie de Huo Guang » (Huo Guang zhuan zan 霍光傳贊), que l’on met en relation ces deux termes : « sans théorie, pas de technique » 不學 無術. À l’époque moderne, les connaissances des Occidentaux ont connu un vigoureux essor ; c’est seulement alors que les intellectuels ont tracé une séparation claire entre les champs théorique et technique, chacun s’efforçant de son côté de mettre son travail au service du peuple. Ceux qui cherchaient à expliquer les principes des choses et les observaient pour découvrir les lois qui régissaient leur existence furent qualifiés de théoriciens, tandis que ceux qui utilisaient ces lois furent rangés du côté des techniciens. […] C’est ainsi qu’a vu le jour l’idée selon laquelle la théorie est l’essence de la technique et la technique la fonction de la théorie, et que l’une ne peut exister sans l’autre. Une théorie qui ne puisse être appliquée et transformée en technique ne sert à rien ; de même, une technique qui ne repose pas sur une vérité scientifique est fallacieuse14.

  • 15 Pour les concepts et connotations liés aux arts occultes, cf. Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術 (...)

13Le xue et le shu auquel nous faisons référence ici ne prolongent pas ces notions propres à l’époque agitée de la fin des Qing et de l’occidentalisation. Nous proposons de nous attacher à un autre sens : par xue, nous entendons l’étude des classiques et de l’histoire naturelle ; par shu, les arts occultes. C’est sous l’influence du Qilüe 七略 (Sept sommaires) et du « Traité sur les arts et les lettres » du Hanshu que nous avons eu l’idée de cette division, par laquelle nous prolongeons l’organisation du système de connaissances en vigueur depuis les Han, système dans lequel les six arts, les philosophes et la poésie correspondaient au xue et les arts occultes, les ouvrages de médecine et les traités militaires au shu15.

Culture des manuscrits, conscience de l’histoire et tradition du savoir

14Quelles sont les caractéristiques d’écriture et de diffusion des ouvrages datant de l’époque des manuscrits ?

  • 16 Voici quelques ouvrages de référence particulièrement intéressants sur le sujet : Qian Cunxun錢存訓, S (...)
  • 17 Wang Yiliang 王貽樑, Mutianzi zhuan huijiao jishi 穆天子傳匯校集釋 (Explications et notes sur Chronique du roi (...)

15Premièrement, ils sont encore marqués par les habitudes de rédaction des ouvrages sur lattes de bambou, et sont donc d’une grande valeur pour l’étude de la transition entre des ouvrages écrits sur soie ou bambou et des ouvrages constitués en volumes16. Comme l’écrit Xun Xu 荀勖 (? – 289) dans sa préface au Mutianzi zhuan 穆天 子傳 (Chronique du roi Mu), « la soie qui reliait les lattes de bambou entre elles était de couleur blanche. Si l’on mesure la longueur des lattes des derniers ouvrages exhumés en nous référant au pied standard que j’ai établi à l’aide d’autres ouvrages, ils mesurent deux pieds et quatre pouces. Les caractères sont tracés à l’encre noire, chaque latte en comporte une quarantaine. […] L’administration du comté de Ji n’a pas fait du très bon travail en recueillant ces manuscrits car de nombreuses lattes ont été détruites ou perdues. Ces ouvrages ont beau ne pas être de grands classiques, leur valeur en tant qu’ouvrages anciens est inestimable. Je remets avec déférence à votre vigilance ma retranscription de ces ouvrages sur des feuilles de papier jaune longues de deux pieds. Quand les troubles qui agitent le pays de Wu se seront apaisés, peut-être pourrez-vous faire passer ces ouvrages anciens ainsi que leur retranscription au bibliothécaire impérial pour qu’il les fasse copier et en conserve des exemplaires dans la bibliothèque du palais et dans les archives du bibliothécaire impérial, du responsable des documents administratifs et de l’historiographe. » 皆竹簡素絲編。以臣勗前所製定古尺度此簡,長二尺 四寸。以墨書一簡四十字。…… 汲郡收書不謹,多毀落殘缺。雖 其言不典,皆是古書,頗可觀覽。謹以二尺黃紙寫上,請事平, 以本簡書及所新寫,並付秘書繕寫,藏之中經,副在三閣17. Cette

  • 18 Fujieda Akira 藤枝晃 défendait déjà cette idée dans son Monji no bunkashi 文字の文 化史 (Histoire culturelle (...)

16source montre que les manuscrits furent copiés à partir des ouvrages sur lattes de bambou, dont on essayait de conserver la forme autant qu’il se pouvait. Nous avons eu de nombreuses occasions après 2001 d’étudier des originaux de Dunhuang ; cela nous a permis de mieux comprendre la filiation des manuscrits par rapport aux ouvrages sur lattes de bambou, en termes de forme et de structure : les feuilles de papier mesurent un pied de long (26 cm), c’est-à-dire l’exacte longueur des lattes de bambou, et elles sont divisées en colonnes par des traits noirs, qui reproduisent là encore les lattes de bambou une fois liées entre elles18. Les ouvrages recopiés avec le plus de soin vont jusqu’à reproduire le style de calligraphie des ouvrages sur lattes de bambou. Les documents écrits, même après l’abandon des lattes de bambou au profit du support papier, imitent donc encore largement le style des anciens, au moins formellement. À noter également que lorsqu’on retrouve des ouvrages sur lattes de bambou, les cordelettes qui liaient les lattes entre elles ont souvent disparu : il est donc difficile de remettre ces lattes dans le bon ordre. Des erreurs dans l’ordre de collage des pages ont également pu être commises, pour une raison semblable, dans les manuscrits de Dunhuang, aussi faut-il parfois en repenser l’agencement.

17Deuxièmement, les manuscrits comportent de nombreuses erreurs, formes non standard et variantes de caractères, ce qui peut laisser à penser qu’ils regorgent de fautes. Mais ces variantes véhiculent en réalité des données historiques précieuses : elles nous permettent de mieux comprendre l’évolution des caractères et de la phonologie chinoise et sont une trace des particularités de copie, d’adaptation, de lecture et de réception propres à un individu ou à une époque, très utiles de ce fait aux chercheurs spécialisés en histoire de l’écrit et en histoire sociale et intellectuelle de la Chine antique.

18Troisièmement, les manuscrits consistent souvent en des condensés de différents ouvrages dont ils reprennent les points les plus importants, comme en attestent les zachao 雜抄 (notes diverses) et les yaochaoben 要抄本 (ouvrages composites), un type d’écrit important en Chine médiévale. Ces textes sont souvent assez peu fidèles à l’original, les auteurs ne rechignant pas à supprimer ou à modifier des passages. Les règles suivies et le style d’écriture sont très révélateurs de l’intention de l’auteur et des supposées préférences des lecteurs. Le processus de création et les voies de diffusion de ces ouvrages pourraient constituer un thème de recherche important.

19Quatrièmement, ces manuscrits sont aussi l’occasion de voir à quoi ressemblaient des documents de visée plus pratiques tels que modèles épistolaires, recueils de vœux, ou contrats. De telles sources sont indispensables à qui veut comprendre la société, la vie, les pratiques religieuses et la transmission des savoirs à cette époque. Au sein des documents exhumés à Turfan et conservés à la East Asian Library et dans la Gest Collection de l’université de Princeton, on trouve un certain nombre de cahiers d’écriture d’un étudiant du nom de Qiao Min 橋敏, sur lesquels on peut lire des questions sur des extraits et des commentaires des Lunyu 論語 (Entretiens), du Shijing 詩經 (Livre des Odes) ou du Shangshu 尚書 (Classique des documents). Les corrections de l’enseignant, très imagées, y figurent, encore lisibles, ce qui fait de ces documents une source remarquable pour les chercheurs en histoire sociale et intellectuelle.

Fig. 3 : Questions sur le Classique des documents, document exhumé à Turfan et conservé à la East Asian Library et à la Gest Collection de l’université de Princeton, photo de Yu Xin.

Fig. 3 : Questions sur le Classique des documents, document exhumé à Turfan et conservé à la East Asian Library et à la Gest Collection de l’université de Princeton, photo de Yu Xin.
  • 19 En s’appuyant sur des études et analyses menées sur des manuscrits originaux, Sasaki Satoshi佐佐木聰 a (...)
  • 20 Rong Xinjiang 榮新江s’est appuyé sur trois exemplaires du manuscrit du Lanting 蘭 亭 (Pavillon des orchi (...)

20Cinquièmement, les titres, calligraphie, modes de reliure et découpage en chapitres sont autant d’indices précieux quant à la nature, la fabrication, la genèse et la diffusion des textes19 ; ces indices peuvent aider à fixer l’époque à laquelle un manuscrit a été écrit, comme à éclairer le processus d’élaboration d’un livre, l’organisation des disciplines, voire la diffusion de la culture chinoise à l’Ouest20.

21On a longtemps cru que les réflexions menées sur l’« histoire des ouvrages » ou la « période des manuscrits » émanaient des milieux sinologues non chinois, mais il n’en est rien. Le courant de la recherche textuelle s’est de tout temps intéressé à l’influence que les évolutions du médium de l’écrit et des modes d’écriture pouvaient avoir eu sur les traditions intellectuelles chinoises. Sun Yirang 孫詒 讓 (1848-1908), loué comme le « dernier grand maître des Qing en étude des classiques et en critique textuelle », l’a ainsi exprimé dans son célèbre Zhayi 札迻 (Notes) :

  • 21 Sun Yirang孫詒讓, Zhayi 札迻 (Notes), annotations de Liang Yunhua梁運華, Beijing, Zhonghua shuju, 1989, pré (...)

Ces textes ont été copiés et recopiés à partir d’ouvrages sur lattes de bambou ou sur soie et imprimés tant et plus à l’aide de planches sculptées de poirier et de jujubier ; ainsi ont-ils beaucoup évolué. Sous les dynasties Xia, Shang et Zhou, les caractères formés par emprunt étaient un phénomène courant ; entre les dynasties Qin et Han, le style sigillaire laissa la place au style de chancellerie ; sous les Wei et les Jin apparurent les styles régulier et cursif, qui allèrent presque jusqu’à se confondre ; pendant la période des Six Dynasties et sous les Tang vit le jour un style populaire, et sous les Song, les Yuan et les Ming, de nombreuses corrections furent apportées aux plaques d’impression gravées qui servaient à reproduire les textes. Nous voilà donc tel le berger ayant perdu un mouton et ne sachant pas où aller le chercher. Pour réussir à lire et à expliquer les très vieux ouvrages chinois, il faut leur consacrer beaucoup de temps et de réflexion, contre-vérifier chaque texte et remonter à sa source21.
復以竹帛棃枣,鈔刊屢易,則有三代文字之通叚,有 秦、漢篆隶之變遷,有魏晉正艸之辊淆,有六朝、唐人俗書 之流失,有宋、元、明校槧之羼改,逵徑百出,多歧亡羊, 非覃思精勘,深究本原,未易得其正也。

  • 22 Le terme « bibliographie » (書誌學 en chinois), s’il est surtout utilisé par les chercheurs japonais, (...)
  • 23 Jean-Pierre Drège, « La mise en texte des manuscrits chinois », présenté à l’occasion des Rencontre (...)

22À l’époque, l’étude des manuscrits laissait de côté deux dimensions : le contenu des textes et leur aspect matériel. L’étude de la forme des manuscrits relevait alors, en effet, du domaine de la codicologie, voire de la bibliographie22. Suite aux avancées enregistrées dans cette discipline, les spécialistes en codicologie se sont progressivement intéressés à ce qui unit ces deux dimensions, à leur relation intrinsèque. Jean-Pierre Drège, figure mondialement connue de l’archéologie des ouvrages écrits, a montré que la majorité des compilations chinoises portant sur l’histoire des ouvrages écrits a limité son attention à la période de l’imprimerie ; pour lui, la prise en considération des ouvrages sur soie et lattes de bambou des Qin et des Han et des manuscrits de Dunhuang pourrait compléter cette histoire. Mais l’objectif premier de la recherche est davantage de comprendre le rapport entre ouvrages et supports de savoir — comment les textes ont-ils été fabriqués, organisés, lus et reçus — que de combler les trous dans la chronologie. Dans la mesure où l’étude des ouvrages sur lattes et soie et celle des manuscrits furent initialement séparées, différents manques auxquels il faut pallier sont récurrents dans les articles écrits concernant ces deux types de support ; il reste donc à reconstruire le lien et la continuité historique entre ces deux études. Drège explique encore que les manuscrits sont loin d’être tous les mêmes : certains sont annotés, d’autres organisés en chapitres, d’autres encore sont précédés d’un sommaire… Il est donc particulièrement intéressant d’analyser les méthodes d’organisation, d’annotation, la taille des caractères, les choix de ponctuation, ainsi que les illustrations et les légendes qui peuvent y figurer23.

  • 24 D. F. McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, Cambridge, Cambridge University Press, 200 (...)

23Il est possible que Drège ait été influencé dans ses recherches par sa lecture de l’ouvrage La bibliographie et la sociologie des textes de D. F. McKenzie (1931-1999). Pour ce dernier, les livres sont un mode d’expression, et la forme matérielle d’un texte joue un rôle crucial sur la création, la diffusion et la reproduction d’un contenu, voire détermine le sens d’un texte. La forme matérielle d’un texte renvoie au support utilisé, ainsi qu’aux formes d’expression fonctionnelles, comme le format, le style de calligraphie, la division en chapitres, les titres, la ponctuation24, etc. Quoi qu’il en soit, l’article de Drège en question, qui n’eut qu’une présentation de circonstance à l’occasion d’une conférence, est très éclairant d’un point de vue méthodologique.

  • 25 Pour plus de précisions, cf. Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu xinyang yu shehui(...)

24Si les spécialistes en histoire des livres ont depuis quelques années revu leurs priorités de recherche, l’étude des manuscrits a également gagné à sa cause l’histoire intellectuelle et sociale et l’histoire des savoirs académiques chinois25. Mais si nous regardons de plus près et tentons de faire la part des choses entre les différentes disciplines, l’on s’aperçoit sans peine que cette tendance fut présente dès la création des études de Dunhuang.

25Le célèbre artiste japonais Nakamura Fusetsu 中村不折 (1866- 1943), également collectionneur de goût, écrivait dans son livre sur les origines de la calligraphie publié en 1927 :

  • 26 Nakamura Fusetsu 中村不折, Uiki shutsudo bokuhou shohou genryuukou 禹域出 土墨寶書法源流考 (Étude de l’origine des (...)

Aujourd’hui, le progrès dans les savoirs académiques touche à la sphère de la calligraphie, dont les traces passées nous amènent aux régions frontalières chinoises. Dans les grottes et les tombes du Gansu et du Xinjiang, de nombreuses traces d’encre ont été retrouvées datant pour les plus anciennes des Han et des Wei et pour les plus tardives de la période des Cinq Dynasties, des Zhao et des Song, soit de plus d’un millénaire. Ces nombreux vestiges sont tous plus précieux les uns que les autres. En les recopiant encore et encore, j’ai fait l’expérience de ce qu’était la vie sous les Wei ou les Jin, et ai beaucoup appris sur la sensibilité de Wang Xizhi 王羲之et Zhong Yao 鍾繇26.

26Mais ses recherches ne se limitent pas à l’art de la calligraphie. Nakamura remarque par exemple que, dans l’exemplaire du Fahua jingfang bianpin 法華經方便品 (Saddharmapuṇḍarīka : Upaayakausalyaparivartah) datant du 6e mois de la 2e année du règne de Chengxuan 承玄de Beiliang (429) trouvé à Tuyugou 吐峪溝 :

  • 27 Ibid., p. 36.

Les variantes sont nombreuses pour un même caractère et mériteraient que des spécialistes de ces questions les étudient ; quelle erreur de penser qu’il s’agit de fautes et de ne pas s’y intéresser ! La forme des caractères a évolué avec le temps, et ne s’est stabilisé, pour la plupart, qu’au début des Tang27.

27À la lecture de l’exemplaire du Foshuo pusa cangjing 佛說菩薩藏 經 (Karmāvaraṇapratipraśrabdhi) datant de la 15e année du règne de Chengping (457) trouvé dans le quartier de Sanbao à Turfan, il souligne également que :

  • 28 Ibid., p. 37.

La calligraphie est belle et puissante, sans pour autant être exagérément dure ou rigide. Il s’agit d’un style de chancellerie qui emprunte quelque peu au style bafen 八分. Le style dont il se rapprocherait le plus est celui observable sur la stèle de Cuan Baozi 爨寶子碑. Cette stèle se trouve dans le Yunnan et fut dressée lors de la première année de l’ère Yixi 義熙 sous l’empereur Andi des Jin orientaux, soit cinquante et quelques années avant la rédaction de notre manuscrit. Sans les importants échanges qui existaient alors entre le Sud et le Nord de la Chine, ce style de calligraphie n’aurait pas pu voir le jour28.

  • 29 Tang Changru 唐長孺, « Nanbeichao qijian xiyu yu Nanchao de ludao jiaotong » 南北 朝期間西域與南朝的陸道交通 (Communi (...)
  • 30 Rong Xinjiang 榮新江, « Kanshi Gaochang wangguo yu Rouran, xiyu de guanxi » 闞氏 高昌王國與柔然、西域的關係 (Les rela (...)
  • 31 Yu Xin余欣, « Tulufan yanghai chutu Gaochang zaoqi xieben Yizazhan yanjiu » 吐魯 番洋海出土高昌早期寫本〈易雜占〉研究 (Ét (...)

28L’historien Tang Changru 唐長孺 (1911-1994) a quant à lui minutieusement analysé les relations entre Gaochang 高昌 et les dynasties du Sud sous le règne de Juqu Anzhou 沮渠安周 à partir d’indications figurant sur les copies d’ouvrages bouddhistes exhumées à Turfan, une découverte qui eut un grand retentissement au début du xxe siècle29. Plus récemment, Rong Xinjiang 榮新江 a mis au jour les liens diplomatiques existant entre la dynastie Liu-Song et les Rouran 柔然 grâce à un nouveau document trouvé à Turfan intitulé « Yongkang jiunian, shinian songshi wenshu » 永康九年、 十年送使文書 (Liste des émissaires envoyés les 9e et 10e années de l’ère Yongkang [474 et 475]). Rong Xinjiang propose également une lecture éclairante des interactions entre les très nombreuses ethnies et donc de la situation internationale d’alors : dans la deuxième moitié du ve siècle de notre ère, l’Asie centrale fut en proie aux pires troubles qu’elle ait jamais connus. Le khaganat rouran tint alors une place prépondérante dans la vie politique de cette région du monde ; la découverte à Gaochang d’une liste des émissaires envoyés là-bas montre la position géographique stratégique qu’elle occupait alors dans les échanges nord-sud et est-ouest, et prouve aussi que sous le clan Kan 闞氏, Gaochang, vassale du khaganat, n’en a pas moins joué un rôle clé dans les communications nord-sud pendant la domination des régions occidentales de la Chine par les Rouran30. Nous avons étudié le Yi za zhan 易雜占 (Divination à partir de notes sur le Livre des mutations) figurant au recto de la liste des émissaires et avons réfléchi aux différentes écoles d’interprétation du Livre des mutations et à l’éventualité d’une source commune aux cultures et savoirs du Nord et du Sud à l’époque de la Gaochang des Kan31. À revenir aujourd’hui sur les déductions de Nakamura Fusetsu, qui n’étaient basées que sur son étude des styles de calligraphie, on s’aperçoit qu’elles abordaient déjà la question de la circulation des savoirs et des cultures dans le temps de la division entre les dynasties du Nord et du Sud. En confirmant l’historicité de la copie de livres bouddhistes par des émissaires de la dynastie du Sud, les « wuke » 吳客, au bénéfice du grand dirigeant de Gaochang, le roi de Liang, Juqu Anzhou lui-même, Tang Zhangru et Rong Xinjiang ont donné à voir que les croyances religieuses ont, dans un contexte complexe, servi d’agent de consolidation des relations politiques et aidé à établir des liens diplomatiques entre deux puissances.

29Si les déductions de Nakamura Fusetsu sont avant tout perçues comme de simples observations, ne constituant que de premiers tâtonnements en histoire des savoirs académiques chinois, Ikeda On 池田溫 s’appuie lui sur des arguments scientifiques qui font mouche pour souligner le sens qu’ont ces manuscrits en histoire intellectuelle et sociale, même s’il ne l’exprime pas ainsi. Il explique que :

  • 32 Ikeda On 池田溫, « Tonkō » 敦煌, in Seikai no rekishi 世界の歴史 (Histoire mondiale), no 6, Higashi Ajia no h (...)

Les documents trouvés à Dunhuang nous ont permis de nous faire une idée des savoirs communément détenus par les populations vivant à cette époque, de leurs modes de réflexion et de leurs modes de vie grâce à la sublimation opérée par les œuvres d’art sur des détails saisissants ou à l’ordonnancement de ces données au sein de récits historiques abstraits32.

30Lui aussi est persuadé de la valeur unique de ces manuscrits pour la recherche sur la production, la diffusion et la consommation de savoirs dans la Chine médiévale :

  • 33 Ikeda On, Tonkō monjo no sekai, p. 12.

Les différents types des manuscrits en usage dans les classes populaires, qui pouvaient comporter des caractères formés par emprunt ou des signes de ponctuation, nous aident grandement à comprendre les modalités de transmission de la culture chinoise par l’écrit. Au nombre de ces caractères formés par emprunt et communément utilisés à Dunhuang figurent notamment 於 (餘), 教 (交), 止 (指), 感 (敢), 第 (地), 事 (是) ou encore 豈 (氣), qui sont un véritable casse-tête pour les chercheurs habitués à se fier à la forme et au sens des caractères pour déchiffrer un texte. Mais dès que l’on lit ces textes à voix haute, leur compréhension en devient bien plus aisée. Pour en revenir à la ponctuation, on considère souvent que le manuscrit du xiie siècle Yue Ke xiangtai jiashu kan jingshu 岳珂相臺家塾 刊經書 (Ouvrage d’étude des classiques en caractères d’imprimerie de l’école privée du chancelier Yue Ke) est pionnier dans l’usage qu’il en fait ; pourtant, de nombreux manuscrits trouvés à Dunhuang, ouvrages bouddhistes et documents officiels confondus, sont eux aussi ponctués. Avec la vulgarisation et l’utilisation de ces ouvrages comme supports d’enseignement, le recours à la ponctuation s’est fait tout naturellement. Par ailleurs, le corps du texte des ouvrages confucéens et des traités de pharmacopée était écrit à l’encre rouge et les notes à l’encre noire, ce qui rendait les choses extrêmement claires. Que ceux qui trouvent les versions annotées très difficiles à lire se réfèrent aux ouvrages opérant cette distinction chromatique : ils comprendront que les textes originaux étaient bien plus lisibles que leurs versions ultérieures33.

31Nous avons compris à l’occasion d’un travail de classement des nouveaux documents découverts à Turfan ce qu’Ikeda On voulait dire quand, il y a cinquante ans, il parlait de « deux ou trois points souvent négligées par le monde de la recherche ». Voici une phrase tirée du Yi za zhan :

Quand le trigramme zhen devient le trigramme gen, cela annonce un malheur pour les pères de famille, qui tomberont malades, ou pour les neveux, qui connaîtront un désastre lié au langage.
震化爲艮,家憂父病,若侄兒,有言語爲妖。

  • 34 Liu Tao 六韜 (Six arcanes stratégiques), réimpression en fac-similé d’un manuscrit datant des Song ti (...)

32Les propos étranges et mauvais peuvent ainsi être à l’origine de désastres, ce qu’explique le volume 3 du Liu Tao 六韜, qui porte sur les opérations militaires : « Désastres et présages liés aux langues » 言語祅祥34. Le caractère yao 妖 était initialement écrit 幽 you, à côté duquel figurait un signe signifiant qu’il fallait le supprimer. C’est pour cela qu’Ikeda On propose de dire plutôt que de lire ces textes pour les comprendre. Dans le dictionnaire Guangyun 廣韻, le caractère yao 妖 est décrit comme se prononçant comme le début du caractère ying 影 pour sa consonne et comme la fin du caractère 宵 xiao pour ses voyelles, tandis que le caractère you 幽 se prononce comme le début du caractère ying 影 pour sa consonne et comme la fin du caractère you 幽 pour ses voyelles. La prononciation des consonnes est donc équivalente mais celle des voyelles différente ; le copiste avait dû mal entendre, d’où cette erreur, qu’il corrigea malgré tout rapidement au vu de la marque apposée à côté. En lisant plus d’originaux que de passages rapportés dans des ouvrages postérieurs, on découvre à quel point ces cas sont nombreux. Ces signes de ponctuation et ces marques de correction permettent ainsi de confronter les différentes versions existantes et sont une source d’une grande richesse pour les phonologues et les chercheurs en élaboration des textes.

  • 35 Mori Shikazō 森鹿三, « Jin’no hon he shosai yakuhin ni tsuite » 神農本經所載藥 品について (Sur les remèdes présent (...)
  • 36 Yao Chongxin 姚崇新 s’est lui aussi intéressé au Bencao jing jizhu trouvé à Dunhuang et Turfan, et a m (...)
  • 37 Mark Edward Lewis, Writing and Authority in Early China, New York, State University of New York Pre (...)

33Sur la question de la couleur de l’encre, Mori Shikazō 森鹿三 a depuis longtemps montré qu’avec le développement des éditions imprimées vers le xe siècle, la différenciation entre le rouge du corps du texte et le noir des notes a été abandonnée, ce qui a brouillé l’aspect original des manuscrits. Les spécialistes en recherche textuelle ont vainement, à partir de la dynastie des Ming, essayé de retrouver cet aspect premier35. En 2001, alors que nous faisions nos premiers pas dans le domaine de la recherche en histoire naturelle, notre étude de nombreux traités de pharmacopée nous a fait prendre conscience de l’extrême importance de cette question. Malgré cela, nous n’avons écrit qu’un article sur le sujet, consacré à l’étude de l’exemplaire du Bencao jing jizhu 本草經集注 (Annotation des traités de pharmacopée) trouvé à Dunhuang et Turfan, dans lequel nous avons davantage exploré l’histoire des savoirs académiques qu’étudié dans le détail le rapport entre la forme des ouvrages et la transmission de connaissances médicales36. Nous nous sommes souvent demandé si la découverte d’exemplaires complets de classiques (y compris d’ouvrages bouddhistes) et de traités de pharmacopée n’aiderait pas à mieux comprendre la distinction entre les notions de « corps du texte » 經文et de « notes » 注疏 et la mise en place progressive du système d’annotation, et donc la transformation de ces textes en classiques faisant autorité dans le domaine de la pensée — condition indispensable pour devenir un classique37. De là, il ne resterait plus qu’à analyser les modalités d’accession des textes au rang de classiques et à étudier l’explicitation et l’utilisation qui ont été les leurs.

  • 38 On appelle souvent itsuzonsho 佚存書 les ouvrages anciens qui n’existent plus en Chine mais subsistent (...)
  • 39 Une copie de cet ouvrage datant de la troisième année de l’ère Jōkyō (1686) figure au Maeda Ikutoku (...)
  • 40 You Ziyong 游自勇 explique qu’« en comparant les tables des matières des ouvrages Traité des présages (...)
  • 41 Grâce au financement direct du comité national des universités présidant à la collation des livres (...)
  • 42 Par « préface », on entend ici « exposé » 啟, qui est un genre littéraire précis. Dans son dictionna (...)

34On peut également s’intéresser à d’autres manuscrits que ceux de Dunhuang et Turfan, comme par exemple à ceux qui ont été retrouvés au Japon. Le Tiandi ruixiang zhi 天地瑞祥志 (Traité des présages du ciel et de la terre) est le meilleur exemple d’Itsuzonsho 佚存書38. Écrit pendant la troisième année du règne Linde 麟德 des Tang (666) par l’astronome Sa Shouzhen 薩守真, il constitue un ouvrage spécialisé traitant de présages, de catastrophes naturelles, d’astrologie et d’autres formes de divination39. La table des matières mentionne un troisième rouleau traitant de la divination par la planète Mercure, qui a depuis été perdu ; même sans disposer du texte, au vu des liens unissant le Traité des présages du ciel et de la terre, le Tianwen yaolu 天文要錄 (Essentiel sur l’astrologie) et le Kaiyuan zhanjing 開元占 經 (Traité d’astrologie de l’ère Kaiyuan), on peut penser qu’il devait s’agir d’un texte du même genre40. Cet ouvrage n’existe aujourd’hui plus en Chine, et n’est mentionné ni dans le Jingji zhi 經籍志 (Annales des livres) du Jiu Tangshu 舊唐書 (Ancienne histoire des Tang), ni dans le Yiwen zhi 藝文志 (Traité sur les arts et les lettres) du Xin Tangshu 新唐書 (Nouvelle histoire des Tang), ni dans les tables des matières d’ouvrages privés transmis au sein de familles. Mais il figure à la 34e entrée de la catégorie « astronomes » 天文家 du Nihonkoku genzaisho mokuroku 日本國見在書目錄 (Liste des ouvrages figurant à ce jour au Japon), et est également mentionné à la 170e entrée de la partie « Présages mensuels » 月令部 du Tsūken nyūdō zōsho mokuroku 通憲入道藏書目錄 (Liste des ouvrages du Tsūken nyūdō). Un exemplaire de neuf rouleaux en est aujourd’hui conservé au Maeda Ikutokukai Sonkeikaku Bunko 前田育德會尊 經閣文庫 de Tōkyō ; y sont recensés de très nombreux textes issus de manuscrits aujourd’hui perdus, qui fournissent des ressources uniques aux chercheurs médiévistes, comme par exemple des références à de précieux manuscrits des Tang aujourd’hui disparus41. Le manuscrit du Sonkeikaku a beau avoir été copié dans la troisième année de l’ère Jōkyō 貞亨 (1686), les caractères correspondent à ceux qui furent utilisés dans les manuscrits de Dunhuang de l’époque des Tang et des Cinq Dynasties, comme le montrent les mots 刺, 因, 開 ou encore 淵 du premier rouleau, de facture quasi identique à celle des manuscrits de Dunhuang. Cette copie a donc beau avoir été réalisée tardivement, elle a pour original un manuscrit datant des Tang, sans doute hérité d’une des puissantes familles onmyōdō 陰陽道de l’entourage de l’empereur, les Tsuchimikado 土御門. Dans sa préface42, Sa Shouzhen explique que « maintenant que j’en ai recopié l’idée centrale, on peut dans les grandes lignes se fier à cet ouvrage » 今鈔 撰其要,庶可從□(之)也. Le style du passage qui s’étend jusqu’à la phrase « j’ai également écrit sur la divination par le ciel, la terre et les catastrophes naturelles » 並修天地災異之占 est très similaire à celui du Tianwen zhi 天文志 (Traité d’astronomie) du Jinshu 晉書 (Histoire des Jin), dont il reprend et étoffe les notions principales. Dans l’antiquité, il était courant qu’un écrivain se serve d’écrits antérieurs sans citer clairement le nom de leurs auteurs. On peut voir à côté du caractère 要 une petite note figurer à l’encre noire, expliquant que « d’autres versions font apparaître le caractère 之 plutôt que 要 » ; c’est donc que le copiste disposait de deux originaux qu’il pouvait comparer. Nous n’énumérerons pas davantage d’exemples ici, mais cet ouvrage est véritablement une mine d’or aussi bien du point de vue de son style que de son processus d’élaboration.

  • 43 À l’instar de Yang Shoujing 楊守敬 et Dong Kang 董康 — les fondateurs de cette tradition de pensée —, le (...)

35Non content d’abriter des manuscrits d’origine chinoise depuis longtemps disparus en Chine, le Japon est également le lieu d’une littérature spécialisée en études chinoises extrêmement riche (recueils, exégèses, créations…). La culture japonaise est devenue progressivement, surtout après l’ère Heian (794-1185), bien plus créative que par le passé et les Japonais se sont progressivement détournés de la culture chinoise, qu’ils imitaient jusqu’alors scrupuleusement, pour se réinventer. Cette tendance a certes permis de « corroborer les preuves trouvées en Chine » (selon les mots de Yang Shoujing 楊 守敬) mais a surtout largement façonné la culture et le caractère japonais. De ce fait, nous ne pouvons pas nous borner à étudier ces « ouvrages chinois trouvés à l’étranger »43.

  • 44 Pour le texte et les commentaires, cf. Yamazaki Makoto 山崎誠, Jōren’in Ken’i sen Hōyōshō ni tsuite 成蓮 (...)
  • 45 Yu Xin, « Assembling the Precious Bits : Knowledge of Minerals in the Manuscript Houyoushou », comm (...)

36L’encyclopédie Hōyōshō 寶要抄 est un exemple de compilation manuscrite réalisée par des lettrés japonais44. Ce document date de la deuxième année de l’ère Kyūan 久安 (1146) ; il est aujourd’hui conservé à la bibliothèque Kyō’u shōku 杏雨書屋 d’Osaka et considéré par le ministère de l’Éducation, de la Science et de la Culture japonais comme « un important trésor culturel ». Son sommaire s’organise en quatre rubriques (or, argent, verre et perle) ; il traite de plus d’une centaine de textes chinois ou japonais, ouvrages bouddhistes, textes philosophiques, ouvrages d’histoire, chroniques locales, encyclopédies, traités de pharmacopée, romans, poésie et autres. La valeur historique de cette compilation et de ses nombreuses citations est incomparable ; beaucoup de passages et d’illustrations rappelant ceux de la Taiping yulan 太平 御覽 (Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur) et de la Zhenglei bencao 證類本草 (Traité de pharmacopée classé), il est possible d’en vérifier les sources documentaires et le style de compilation45.

  • 46 Shizunaga Takeshi 靜永健, « Cong guchaojuan lai kan Ping’an wenren dui hanji de yuedu fangshi » 從古抄卷來看 (...)

37Comment les aristocrates lettrés et les femmes de la cour du Japon de l’ère Heian lisaient-ils et récitaient-ils ces ouvrages d’origine chinoise ? Voilà une question qui passionne les chercheurs en histoire de la diffusion des ouvrages chinois en Asie orientale et en histoire de la réception de la culture Han au Japon, à laquelle il convient d’apporter une réponse. Shizunaga Takeshi 靜永健 montre dans ses travaux qu’il était dans les habitudes d’étude et d’appréciation des contemporains de l’ère Heian 平安d’écrire en caractères chinois et de lire les poèmes chinois en respectant leur prononciation originelle. Les éléments d’aide à la lecture et les schémas d’initiés figurant sur ces ouvrages, qui sont le fruit du travail de compilation et de révision des copistes, permettent d’en savoir plus sur l’interprétation qui en était faite à l’époque et donc d’améliorer notre connaissance du chinois d’alors. Les différentes annotations pour un même mot ont considérablement enrichi le vocabulaire issu du japonais ancien ; quant aux indications de tons 聲點, elles permettent de reconstituer la prononciation en vigueur sous la dynastie Tang, dont on n’a aujourd’hui plus de trace en Chine. Ces annotations permettent donc d’éclaircir les origines sémantiques du japonais ancien, mais sont également le fidèle témoin de la compréhension que les populations vivant sous les Tang en avaient ; elles représentent à ce titre un savoir commun à la classe lettrée de cette dynastie. Les caractères effacés, eux, fournissent souvent des indices de taille sur l’histoire de la transmission de ces documents46.

  • 47 Très peu d’articles comparant d’anciens manuscrits chinois et japonais ont été écrits. Cf. Miyake T (...)

38Le copiste de l’exemplaire du Tiandi ruixiang zhi du Sonkeikaku est un onmyōji de la famille impériale vivant à l’ère Edo ; les compilateurs et copistes du Hōyōshō sont quant à eux des moines du bouddhisme tantrique de l’époque Kamakura 鐮倉 (1185-1333). Tous ont recopié ces manuscrits datant des Tang à l’identique. On peut ainsi retrouver les mêmes exemples de caractères non standards, de symboles de répétition de caractère ou de remplacement de caractères par d’autres proches par le son ou la graphie que dans les documents de Dunhuang. La question des caractères effacés qu’évoque Shizunaga Takeshi mérite également d’être approfondie. Les chercheurs en manuscrits d’Asie orientale de l’époque médiévale intéressés à la fois par le contenu des textes et la codicologie, non contents d’avoir de nouveaux champs à explorer, ont désormais les moyens concrets de le faire47. Le chapitre dans lequel nous traitons de l’Histoire des Han est une simple tentative de délimiter ce qu’il peut y avoir à explorer ; la recherche en bonne et due forme attendra que se lance une étude complète en histoire culturelle de l’écrit.

  • 48 De nombreux travaux ont été réalisés du point de vue de l’histoire des documents et de l’histoire d (...)

39Mais par « histoire culturelle de l’écrit », il faut comprendre autre chose qu’« histoire de l’écrit48 ». Il faut considérer comme ensemble des livres le « champ unifié » des récits (textes ou images), des documents intermédiaires, des réalités, des mémoires et des expériences historiques. Il ne s’agit donc pas d’étudier uniquement des textes documentaires issus d’ouvrages historiques et leurs modalités de production et de diffusion, mais aussi de s’intéresser à la façon dont, du point de vue social et intellectuel, les modes d’écriture et de lecture ont pu jouer sur les connaissances.

40Au sens large, tout document écrit à la main précédant l’invention de l’imprimerie devrait être considéré comme un manuscrit. Mais nous parlons ici de manuscrits au sens étroit du terme, c’est-à-dire d’ouvrages composé au moyen âge sur du papier. Nous recourons à l’expression d’« époque manuscrite » mais cela ne signifie pas que nous pensions qu’il existe un fossé infranchissable entre ouvrages manuscrits et imprimés, ni que nous condamnions l’étude des autres formes d’écrits, qui nous a au contraire beaucoup appris.

41Nous devons absolument garder en tête l’influence que l’évolution des documents écrits et des modes de lecture a eue sur les structures et les formes textuelles ainsi que sur les modes de diffusion des connaissances. Déjà en son temps, à la fin de la dynastie Qing, le grand spécialiste Yu Yue 俞樾 (1821-1907) recommandait la plus grande vigilance et exhortait les chercheurs à ne pas juger les anciens manuscrits à l’aune de leur époque. Voici un extrait de la préface à son Gushu yiyi juli 古書疑義舉例 (Doutes que l’on peut avoir face à des ouvrages anciens) :

  • 49 Yu Yue 俞樾, Gushu yiyi juli 古書疑義舉例 (Doutes que l’on peut avoir face à des ouvrages anciens), in Yu Y (...)

Les dynasties Zhou, Qin, des Han occidentaux et orientaux sont très éloignées de nous. Expliquer les textes de ces époques en s’aidant des habitudes de langue actuelles revient à essayer de décrire la grandeur et la magnificence des palais Ganquan et Jianzhang à quelqu’un vivant au fin fond de la montagne. La calligraphie a connu le style grand sceau, puis petit sceau, puis de chancellerie, puis régulier ; les lattes de bambou ont été remplacées par des pièces de soie puis par le papier, avec de nombreuses variantes entre temps. Croire que la forme d’un manuscrit original et d’un exemplaire issu de multiples réimpressions est la même est aussi absurde que manger les lattes composant sa natte de bambou après avoir entendu dire que les pousses de bambou étaient comestibles.
夫周、秦、兩漢,至於今遠矣。執今人尋行數墨之文 法,而以讀周、秦、兩漢之書,譬猶執山野之夫,而與言甘 泉、建章之巨麗也。夫自大小篆而隸書,而真書,自竹簡而 縑素,而紙,其爲變也屢矣。執今日傳刻之書,而以爲是古 人之真本,譬猶聞人言筍可食,歸而煮其簀也49

  • 50 Edward Shaughnessy, Rewriting Early Chinese Texts, New York, State University of New York Press, 20 (...)

42Le sinologue américain Edward Shaughnessy, après son étude minutieuse de l’exemplaire sur lattes de bambou du pays de Chu du chapitre « Zi yi » 緇衣 conservé au musée de Shanghai, a prolongé le constat de Yu Yue en soulignant un point fondamental : tous les ouvrages chinois classiques écrits sur des lattes de bambou ou de la soie ont été, au fur et à mesure de longs processus de diffusion, réassemblés à de nombreuses reprises avant de former les ouvrages imprimés aujourd’hui présents dans nos bibliothèques et librairies. Nous ne devons pas oublier que leur forme actuelle n’a rien à voir avec celle de jadis ; c’est là une donnée cruciale50.

43La forme matérielle d’un ouvrage écrit est fondamentale dans le sens où elle est déterminante dans la formation et la diffusion du sens de cet ouvrage. En d’autres termes, elle est un des facteurs majeurs de la « fixation » des ouvrages écrits.

  • 51 Feng Shengjun 馮勝君, « Chutu cailiao suojian xianqin gushu de zaiti yiji goucheng he chuanbu fangshi  (...)

44De manière générale, les documents écrits datant de la période des Qin antérieurs ont pour support des lattes de bambou, la soie servant principalement à d’éventuelles illustrations en annexe ou à des documents au format spécial. Des matériaux durs comme la pierre ou l’or ne servaient à l’époque que rarement ; dans la mesure où ils ne facilitaient ni la copie ni la diffusion des ouvrages, ils ne sont jamais devenus un support principal. Chaque support a influencé à sa manière le style de composition et les processus d’élaboration, de compilation, de copie et de diffusion des ouvrages51.

45L’historien Li Ling 李零 a repris chez l’historien de l’art Wu Hung 巫鴻 les notions de « matériaux durs » et de « monumentalité », qui se révèlent très utiles pour comprendre la relation entre support matériel et propriétés d’un texte :

  • 52 Li Ling, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu, p. 42-43.

Quel rôle un texte joue-t-il ? Principalement deux : un rôle documentaire et un autre monumental. Le premier est souvent le plus connu, mais le second est tout aussi important. En effet, quand des chercheurs occidentaux présentent un ouvrage ancien, ils disent souvent d’un texte ou d’un document qu’il est « monumental ». Il est très important de comprendre ce que sont, en Chine, ces « textes monumentaux ». Il existe une différence entre « documentaire » et « monumental ». Ce qui est monumental est censé durer à jamais, et recourt donc à des supports durs : c’est le cas d’inscriptions sur des édifices ou sur de la vaisselle cérémonielle. Visibles dans l’espace public, elles ont un effet visuel manifeste pour que ceux qui le voient ne puissent jamais les oublier. Ce qui est documentaire sert à consigner quelque chose pour le garder secret (« dans les bibliothèques impériales » 藏之府庫), et est donc souvent consigné sur des supports mous. Seules des copies et des reproductions le font passer à la postérité, quand il ne s’agit pas de documents censés demeurer secrets, auxquels on se réfère si besoin mais qui sont détruits le cas échéant. En Chine, ce genre de textes est surtout consigné sur des lattes de bambou ou des pièces de soie, tandis que les textes monumentaux sont écrits sur du métal ou de la pierre (à noter que pendant les Royaumes combattants et les dynasties Qin et Han, les artisans devaient graver leur nom sur leur production, ce qui relève davantage du rôle documentaire malgré un support dur ; mais il s’agit là d’un autre sujet). Les textes monumentaux types sont les écrits sur du métal datant des Zhou et les stèles gravées datant des Qin et des Han52.

  • 53 Ibid., p. 198.
  • 54 Lai Guolong 來國龍, « Lun Zhanguo Qin Han xieben wenhua zhongwen ben de liudong yu guding » 論戰國秦漢寫本文化中 (...)

46À l’époque des manuscrits, la caractéristique première des ouvrages anciens est la mutabilité des textes. Li Ling a à ce propos une métaphore éclairante : « les ouvrages datant des Royaumes combattants, des Qin ou des Han sont gazeux : ils diffèrent énormément, et en type et en organisation, de leurs versions ultérieures ; les ouvrages datant des Sui et des Tang sont plutôt liquides : ils ont beau ne pas être encore très stables, leur type et leur structure ne sont pas si éloignés ; les ouvrages d’après les Song sont pour leur part solides : leur forme est fixe et les modifications sont uniquement dues à des erreurs de copie ou d’impression53. » L’archéologue Lai Guolong 來國龍 poursuit en expliquant que les études menées sur les ouvrages sur lattes de bambou et soie consistaient auparavant à lire ces documents et à en extraire des ressources abstraites portant sur la culture et la pensée de l’époque, et que personne ne s’intéressait vraiment aux différents supports matériels et aux habitudes de lecture des ouvrages exhumés. Avant l’invention de l’imprimerie, la mutabilité des documents se manifestait de quatre manières : dans le texte où, la liberté étant la règle, les nombreux mots vides à la fonction uniquement grammaticale pouvaient varier considérablement ; dans la diffusion, car les voies préférés étant celles de la copie ou du bouche-à-oreille, le texte subissait d’importantes modifications ; dans les habitudes de lecture ; et dans les règles de composition, qui prévoyaient à l’origine des chapitres autonomes avant, au fur et à mesure, de donner naissance à l’objet « livre » qu’on connaît. La transformation de ces ouvrages anciens en classiques a eu pour effet de limiter cette mutabilité et de donner le jour, après de nombreuses relectures et réorganisations, à des ouvrages à forme plutôt fixe54.

  • 55 Li Mengtao 李孟濤, « Shitan shuxiezhe de shizi nengli ji qi dui liuchuan wenben de yingxiang » 試探書寫者的識 (...)
  • 56 Jin Bingjun 金秉駿, « Ruhe jiedu Zhanguo Qin Han jiandu zhong judou fuhao ji qi yu yuedu guocheng de g (...)
  • 57 Feng Shengjun 馮勝君, « Cong chutu wenxian kan chaoshou zai xian Qin wenxian chuanbu goucheng zhong su (...)

47Une série de questions très concrètes exposées dans le no 4 de la revue Jianbo 簡帛 nous a aidé à mieux comprendre les liens entre auteur, lecteur et texte. D’après Li Mengtao 李孟濤, ce sont l’intention du copiste et son niveau d’instruction qui jouent le plus sur la diffusion d’un texte55. Pour l’historien coréen Kim Byung-Joon 金秉 駿, les différents modes de notation des signes de ponctuation sont un indice important pour savoir comment ces textes étaient lus à l’époque, y compris par les nobles. L’auteur de ces marques est le lecteur, qui les intègre à la lecture en fonction de ses besoins personnels ; il ne s’agit donc pas d’une étape intervenant lors de la rédaction du texte. Ces marques nous donnent une idée de ce qui intéresse le lecteur, et peuvent donc nous renseigner jusqu’à un certain point sur son statut, l’intérêt direct qu’il en retire, ainsi que sur l’époque et le lieu où il vivait56. Feng Shengjun 馮勝君 nous explique que les ouvrages datant des Qin antérieurs et des Han sont passés de main en main mais n’ont pas été transmis oralement ni de mémoire avant d’être copiés. Le rôle que joue le copiste dans la diffusion d’un ouvrage est donc de première importance. En effet, son style personnel, les habitudes qu’il laisse transparaître en recopiant un ouvrage étranger en termes de forme écrite et d’utilisation du papier, les erreurs qu’il commet en recopiant, son statut, s’il est copiste de profession, etc., sont autant de facteurs d’influence57. Les articles cités ci-dessus ont déjà fourni pléthore d’analyses détaillées, mettant à jour bon nombre de sujets passionnants, dont la recherche en manuscrits médiévaux pourrait largement s’inspirer.

48De nombreux travaux ont également été effectués concernant la contribution des ouvrages imprimés aux civilisations et savoirs humains. On peut se référer, par exemple, à la réflexion menée par Lucien Febvre (1878-1956), un des fondateurs de l’école des Annales, qui en explique ainsi la doctrine dans L’apparition du livre :

  • 58 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 13 de la pré (...)

Définir l’enjeu de cette partie ; établir comment et pourquoi le livre imprimé a été tout autre chose qu’une réalisation technique commode et d’une ingénieuse simplicité — la mise au point d’un des instruments les plus puissants dont ait pu disposer la civilisation d’Occident pour concentrer la pensée éparse de ses représentants, donner toute son efficacité à la médiation individuelle des chercheurs en la transmettant aussitôt à d’autres chercheurs ; réunir, à la convenance de chacun, et sans délai, ni peine, ni frais, ce concile permanent de grands esprits dont a parlé Michelet en termes impérissables ; lui procurer ainsi une vigueur centuplée, une cohérence toute nouvelle, et, par là même, une puissance incomparable de pénétration et de rayonnement ; assurer dans un minimum de temps la diffusion des idées à travers tout le domaine dont les obstacles d’écriture et de langue ne leur interdisent pas l’accès ; créer de surcroît, chez les penseurs et par-delà leur petit cercle, chez tous les usagers de la pensée, des habitudes nouvelles de travail intellectuel ; bref, montrer, dans le Livre, l’un des moyens les plus efficaces de cette maîtrise sur le monde — tel est le but de cet ouvrage — telle sera, nous l’espérons, sa nouveauté58.

  • 59 Voir par exemple Lucille Chia, Printing for Profit : The Commercial Publishers of Jianyang, Fujian (...)
  • 60 Stephen Owen, « The Manuscript Legacy of the Tang : The Case of Literature », HJAS, Vol. 67, No. 2  (...)
  • 61 Christopher Nugent, Manifest in Words, Written on Paper : Producing and Circulating Poetry in Tang (...)

49De nombreux chercheurs se sont intéressés à la production de connaissances et de textes depuis l’invention de l’impression xylographique, et à l’influence que celle-ci a eue sur les populations, l’économie et les sociétés59. En revanche, rares sont ceux qui se sont livrés à ce type de travail sur l’époque des manuscrits. La majorité des chercheurs occidentaux à s’être récemment intéressés à la « culture des manuscrits » sont des spécialistes américains de la littérature des Tang. Pour Stephen Owen et son disciple Christopher Nugent, les plus connus d’entre eux, ce n’est qu’en repensant les aspects matériels et culturels des manuscrits, comme la nature et les caractéristiques de l’écriture littéraire ainsi que les voies de circulation et les modalités d’influence des textes, qu’il est possible de juger plus finement de l’arrière-plan et de l’influence d’œuvres importantes. Dans leurs publications sur le sujet, ils soulignent à quel point les habitudes de création d’œuvres littéraires et la circulation des textes sous les Tang sont méconnues60. C’est le point de départ pour Christopher Nugent d’une analyse de recueils de poésie trouvés à Dunhuang ; il y souligne que, faute de comprendre les processus de création, d’expérimentation et de copie de la poésie des Tang, nous risquons de passer à côté d’éléments aussi fondamentaux que le rôle joué par la mémoire et la copie dans la diffusion de ces poèmes ou encore le rôle actif parfois joué par le lecteur dans la création d’un texte61.

  • 62 Lu Yang 陸揚, « Xifang Tangshi yanjiu gaiguan » 西方唐史研究概觀 (Aperçu des études occidentales sur l’histoi (...)
  • 63 Yu Xin, 余欣, « Tang Song zhi ji Dunhuang funü jieshe yanjiu – yi yi jia nürenshe shetiao wenshu kaos (...)

50Comme Lu Yang 陸揚 a pu le montrer, Xu Jun 徐俊 explique dans la préface à son Dunhuang shiji canjuan jikao 敦煌詩集殘卷輯 考 (Étude des fragments de recueils de poésie trouvés à Dunhuang) que les caractéristiques des textes datant de l’époque des manuscrits tiennent dans une très large mesure aux contraintes exercées par les modes de fabrication et de diffusion. La prise de conscience des chercheurs étrangers spécialistes de la littérature des Tang est ainsi en grande partie due aux travaux de Xu Jun sur les recueils littéraires trouvés à Dunhuang62. Nous avons beaucoup étudié les rapports entre la structure des connaissances, la forme des écrits, les pratiques ou encore l’usage effectif de l’écriture d’un point de vue historique. Nous avons parlé de « manuscrit non fixé » pour expliquer la mutabilité des textes à l’époque des manuscrits, et avons étudié les écrits de la société des femmes de Dunhuang et les notes prises sur le Yogācārabhūmi-śāstra 瑜伽師地論 (Traité des terres du Yogācāra), en nous intéressant au rapport entre le processus de composition des œuvres, les croyances religieuses, la société d’alors et la transmission des disciplines63. Dans le présent livre, nous procéderons à une étude poussée de manuscrits du Hanshu, en nous intéressant à la fabrication sociale des ouvrages classiques, en nous efforçant de replacer celui-ci dans le contexte historique ayant présidé à sa création et à sa circulation et en prenant en compte le parti pris et l’objectif des auteurs des différentes copies afin de mettre au jour les éléments figurant entre les lignes. Nous nous interrogerons également sur les pratiques d’enseignement et d’apprentissage des élites à travers leur acquisition et leur utilisation des connaissances, sur l’usage effectif de ce livre dans la transmission des disciplines et sur ses fonctions morales et éducatives dans la vie de tous les jours. Notre analyse de manuels élémentaires, d’encyclopédies ou encore de textes de littérature populaire nous a aidé à comprendre comment les connaissances et la conscience historique émanant de classiques en viennent à former un savoir effectif, quotidien et local, voire une mémoire collective participant de la vie quotidienne et de la pensée d’individus moyens, et deviennent in fine une culture populaire et une compétence réelle. Comment les connaissances évoluent-elles en fonction du type du texte ? Comment les connaissances de l’époque des manuscrits ont-elles été créées, reproduites, modifiées, diffusées et consommées ? Comment une œuvre classique se diffuse-t-elle au sein d’une société et intègre-t-elle le système des connaissances communes, la culture et la vie quotidienne ? Comment les traditions intellectuelles se forment-elles et évoluent-elles ?

51Nous trouvons important à l’heure actuelle de chercher, en histoire sociale des livres, comment relier la recherche sur les manuscrits à celle sur les ouvrages imprimés. Joseph P. McDermott a sur le sujet un avis éclairant :

  • 64 Joseph P. McDermott, A Social History of the Chinese Book : Books and Literati Culture in Late Impe (...)

Mais dans ce monde dans lequel a grandi tout historien du livre, les livres ne seraient rien de plus qu’un médium parmi d’autres servant à diffuser des informations. Il découvrira donc sans peine que la méthode la plus sensée est de s’extraire de l’analyse des différences entre manuscrits et ouvrages imprimés ou entre ouvrages imprimés et images et d’étudier du plus près possible l’influence que les évolutions croisées de ces techniques et ces modes de communication ont eue sur la culture, la société et la pensée. Les livres, en tant que sujet, ne sont dès lors plus simplement une marchandise ou un véhicule informatif, mais peuvent être perçus comme un moyen d’organiser les informations et les points de vue, un cadre aidant à agencer des structures et des groupes sociaux, qui profite davantage à l’élaboration de tel ou tel type d’expression ou de démonstration64.

52Mais ses recherches portent essentiellement sur la période de la fin de la restauration impériale chinoise et il n’étudie pas directement les modalités de mise en place d’un nouveau cadre. Il nous faudra rassembler de nombreuses études de cas avant d’atteindre cet objectif.

  • 65 Roger Bagnall, Reading Papyri, Writing Ancient History, London, New York, Routledge, 1995, p. 17-31

53Les avancées réalisées en histoire des livres dans de nombreux domaines, comme les études portant sur les papyrus égyptiens, les parchemins européens, les ouvrages musulmans en couleur, etc., nous ont beaucoup apporté. Dans le cas des papyrus, le contexte historique a beau être différent, les quatre éléments déterminants dans l’analyse des données véhiculées ne sont pas si différents de ceux étudiés pour les manuscrits chinois : langue et style de calligraphie, type d’ouvrage et mode de production (qui a écrit quoi), conditions et voies de conservation du texte, restauration et usage des fragments65… La question centrale en étude des manuscrits médiévaux est de savoir comment ces éléments ont façonné le socle de notre réflexion.

  • 66 H. L. Pinner, The World of Books in Classical Antiquity, Leiden, A. W. Sijthoff, 1958, p. 14-18.

54Les documents datant de l’antiquité occidentale classique sont des spécimens très intéressants pour qui s’intéresse aux questions de l’état matériel des manuscrits et de leurs conditions de lecture et de stockage. Les feuilles et les rouleaux de papyrus étaient le support littéraire le plus utilisé en Grèce antique puis sous l’Empire romain. Les rouleaux mesuraient le plus souvent trente pouces de long et de neuf à dix pouces de larges ; le recto était découpé en colonnes qui figuraient les pages et le texte se lisait de gauche à droite ; des blancs étaient laissés entre chaque page, en haut et en bas. Le titre pouvait figurer au début du rouleau mais apparaissait le plus souvent à la fin ; un parchemin était souvent joint au rouleau, sur lequel figurait le titre de l’ouvrage. Les bords du rouleau étaient polis à la pierre ponce et pouvaient être décorés et colorés ; le rouleau s’enroulait autour d’un bâton qui en marquait la fin. Pour les rouleaux de qualité supérieure, les bâtons étaient réalisés en ébène, en ivoire voire en or et conservés dans des sacoches en cuir violet. Pour lire un rouleau, il suffisait de le tenir et d’enrouler au fur et à mesure les pages lues de la main gauche, et de dérouler ce qui restait à lire de la main droite. Ce lexique nous rappelle instantanément les manuscrits de Dunhuang : rouleaux, papier, raccord, en-tête, bas de page, colonnes, format, titres de début et de fin, étiquette, sacoches66

Fig. 4 : fresque de Pompéi représentant une jeune fille en train de lire le rouleau qu’elle tient à la main.

Fig. 4 : fresque de Pompéi représentant une jeune fille en train de lire le rouleau qu’elle tient à la main.
  • 67 H. L. Pinner, The World of Books in Classical Antiquity, p. 17-18.

55De nombreuses scènes de lecture sont représentées dans les sculptures et les peintures romaines : on peut ainsi voir sur un relief romain trouvé dans une berge de la Moselle à Neumagen et perdu depuis un homme venant d’emprunter un rouleau dans une bibliothèque. Une fresque de Pompéi représente également une jeune fille vêtue d’un péplos jaune et d’un manteau vert ajusté à la taille, tellement absorbée par sa lecture qu’elle en a oublié d’enrouler son parchemin et le laisse pendre. Sur une autre fresque de Pompéi figure une belle jeune fille blonde vêtue de vert et de rouge, debout sur sa terrasse et tenant dans ses mains un rouleau qu’elle lit67. Il est regrettable qu’aucune fresque de ce type n’ait été découverte à Dunhuang, ce qui nous laisse un espace imaginaire infini comparable à celui qui enveloppait le monde romain pour Ban Chao, un monde qu’il n’aura étudié que depuis « la rive ouest de la mer Noire ». Voilà qui devrait réjouir les chercheurs en histoire comparée spécialistes des cultures écrites orientale et occidentale.

Arts occultes et histoire naturelle : une route des connaissances et des croyances parallèle à la route de la Soie ; apparition de nouvelles conceptions du monde

  • 68 Depuis quelques années, les chercheurs en histoire des sciences préconisent de ne pas essayer de co (...)
  • 69 Li Jianmin 李建民, « Fangshu shi yanjiu chuyi » 方術史研究芻議 (Mon humble avis sur la recherche en histoire (...)
  • 70 Selon Gu Jiegang 顧頡剛, « pour moi, ce qui est au centre de l’étude des classiques pratiquée sous les (...)

56Avant l’apparition de la science moderne, les arts occultes et l’histoire naturelle occupaient une place centrale et singulière dans le système de connaissances, le monde des croyances et les pratiques des sociétés traditionnelles68. Ils étaient pour les anciens le moyen d’observer les choses, de comprendre le monde extérieur, de se connaître soi et les autres, le moyen de relier croyances et impressions pour faire face à l’imprévu ; ils permettaient d’écrire et d’exprimer sa vision de l’univers, de la nature et de l’être humain. Les arts occultes et l’histoire naturelle sont donc deux éléments fondamentaux indissociables de la structuration des connaissances dans la Chine traditionnelle. Les origines de ces disciplines remontent aux Qin antérieurs, leur essor et leur évolution s’étant effectués au moyen âge chinois. Sous les dynasties Zhou et Qin, les arts occultes connaissent un tournant majeur ; pendant la période des Printemps et Automnes et des Royaumes combattants, ils se développent et parviennent à maturité, comme l’attestent une terminologie et un format de plus en plus fixes dans les textes divinatoires69. À la fin de la dynastie Han, de plus en plus de confucéens se mettent à l’alchimie et vice versa, à tel point que les deux courants n’en forment plus qu’un à la fin des Han occidentaux ; à une époque cette quasi-fusion, alors même que fleurissait une infinité d’écoles de pensée et d’arts, doit être gardée en tête70. Les notions du Yin Yang et des cinq éléments, les écrits prophétiques 讖緯, la théorie des présages 災異, celle des présages bons, changeants et anormaux 禎祥變怪 ainsi que différentes techniques et doctrines pour choisir la bonne divination ont grossi les rangs des arts occultes et sont devenus partie intégrante de l’orthodoxie de l’époque. De son côté, le Shanhai jing 山海經 (Livre des montagnes et des mers) a donné le la à la tradition de l’histoire naturelle, qui s’est développée sous les dynasties Wei et Jin et a connu son heure de gloire sous les Sui et les Tang. Ses adeptes, pour qui « rien n’était plus honteux que l’ignorance », s’intéressaient à tout, notamment aux endroits les plus éloignés, réfléchissaient à tous les sujets, aux tenants comme aux aboutissants, en espérant que cela leur donnerait des clés pour comprendre le monde et accéder au principe ultime. Voici la raison pour laquelle des ouvrages comme le Bowu zhi 博物志 (Histoire naturelle), le Yiwu zhi 異物志 (Des choses étrangères), le Yuzhu baodian 玉燭寶典 (Canon de la bougie de jade) ou encore le Youyang zazu 酉 陽雜俎 (Miscellanées de Youyang) virent le jour. Arts occultes et histoire naturelle sont des disciplines très liées qui se recoupent en de nombreux endroits. Loin d’être complètement exclues de la culture dominante, centrée autour des classiques confucéens, elles sont en quelque sorte les deux ailes de cette « doctrine officielle », et représentent la soif inextinguible de la connaissance pure, des techniques et des arts utiles et du détachement absolu des lettrés. C’est cette même soif qui a donné au présent ouvrage son ossature.

57Le chapitre sur les arts occultes du Hou Hanshu 後漢書·方術列 傳 en retrace synthétiquement l’origine et les évolutions :

  • 71 Hou Hanshu 後漢書 (Histoire des Han postérieurs), rouleau 82 (1), Beijing, Zhonghua shuju, 1965, p. 27 (...)

Confucius disait du Livre des mutations (Yijing 易經) qu’il décrivait les quatre chemins par lesquels un homme pouvait devenir un honnête homme 君子, mais que les devins et oracles le vénéraient pour ses prédictions. La divination était cet art auquel recouraient les rois des dynasties passées pour juger de la dimension faste ou néfaste des choses ; elle les aidait à prendre une décision en cas de problème complexe, leur attachait la protection des dieux, et s’essayait à prédire l’avenir. De nombreuses mentions de savoirs liés au Yin Yang ou aux mouvements des astres figurent dans les ouvrages classiques. À l’inverse, les savoirs portant sur l’étrange, consignés sur des ouvrages en lattes de jade reliés par des cordelettes dorées, étaient enfermés dans les coffres-forts des dieux ou scellés sur les autels, loin de la vue des mortels. Les textes et illustrations du Hetu 河圖 (Diagramme du Fleuve) et du Luoshu 洛書 (Écrit de la rivière Luo), apportés respectivement par le cheval-dragon et l’esprit-tortue, la théorie des cinq éléments consignée par Jizi 箕子 dans le Hongfan 洪範 (La grande règle), le célèbre ouvrage éponyme du maître Yin Yang Shi Kuang 師曠, les écrits prophétiques et les ouvrages de stratégie militaire servent tous à explorer plus avant ces mystères, à mieux comprendre les voies de ce monde, même s’ils relaient parfois des on-dit. Différentes branches existent dans les arts occultes : l’aéromancie, la divination par les branches cachées (遁甲 dunjia), l’astrologie qizheng 七 政, la divination du souffle originel (yuanqi 元氣), la divination par les six jours et les sept parties (liuri qifen 六日七分), la divination des rencontres (fengzhan 逢占), la divination des jours auspicieux (rizhe 日者), la divination par le bambou (tingzhuan 挺專), la divination basée sur les changements (xuyu 須臾) ou encore la divination par les branches manquantes (guxu 孤虛). L’observation des phénomènes climatiques doit permettre de déduire la dimension faste et néfaste des choses ou de prédire le destin des hommes. Mais ces arts sont tellement mystérieux et leurs secrets tellement bien gardés que les sages ne parlent ni de l’étrange, ni des démons ou des dieux, ni de nature 性 ou de destin 命. Ils peuvent en dévoiler parfois quelques manifestations sans en révéler l’essence, ou les évoquer à demi-mot pour que le sens apparaisse de lui-même, afin de « guider le peuple sans pour autant qu’il comprenne ce qui se passe ».
仲尼稱《易》有君子之道四焉,曰“卜筮者尚其占”。 占也者,先王所以定禍福,決嫌疑,幽贊於神明,遂知來物 者也。若夫陰陽推步之學,往往見於墳記矣。然神經怪牒、 玉策金繩,關扃於明靈之府、封縢於瑤壇之上者,靡得而窺 也。至乃《河》、《洛》之文,龜龍之圖,箕子之術,師曠 之書,緯候之部,鈐決之符,皆所以探抽冥賾、參驗人區, 時有可聞者焉。其流又有風角、遁甲、七政、元氣、六日七 分、逢占、日者、挺專、須臾、孤虛之術,乃望雲省氣,推 處祥妖,時亦有以效於事也。而斯道隱遠,玄奧難原,故聖 人不語怪神,罕言性命。或開末而抑其端,或曲辭以章其 義,所謂“民可使由之,不可使知之”71

  • 72 Yamada Toshiaki 山田利明, « Tankai fukei no seishi : Gokanjo « hōjutsuden » no tetsugaku » 誕怪不經の正史:〈後漢書 (...)
  • 73 Ngo Van Xuyet, Divination, magie et politique dans la Chine ancienne, Paris, Puf, 1976.
  • 74 Sakede Yoshinobu 坂出祥伸, « Hōjutsu-den no seiritsu to sono seikaku » 方術傳の 成立とその性格 (L’écriture du chap (...)

58Ce chapitre sur les arts occultes a longtemps été perçu comme un texte de l’histoire officielle, certes, mais assez fantasque dans son traitement de l’étrange72. Or, l’étude et la traduction commentée qu’en fait Ngo Van Xuyet montrent bien que les arts occultes furent une composante clé du système et de la culture de la Chine antique ; ils font particulièrement sens pour la compréhension des traditions intellectuelles chinoises liées au savoir et au politique73. Sakade Yoshinobu 坂出祥伸 explique également que le chapitre figurant dans le Hou Hanshu (Livre des Han postérieurs) a pour ainsi dire fixé la forme de celui qui figure dans l’histoire officielle. Le fait que les compilateurs expliquent la divination par les nombres à la lumière du système des rites révèle leur volonté d’intégrer cet art au système de domination politique74.

  • 75 Jao Tsung-I 饒宗頤, « Lishijia dui samanzhuyi ying chongxin zuo fansi yu jiantao – wu de xin renshi » (...)
  • 76 Liang Qichao 梁啟超, « Yinyang wuxing shuo zhi laili » 陰陽五行說之來歷 (Histoire de la doctrine du Yin Yang e (...)
  • 77 Mo Junqing 莫俊卿, « Yuewu jibu yuanliu kao » 越巫雞卜源流考 (Étude des origines de la divination par les os (...)

59Il est aujourd’hui encore difficile de remonter à la source de la divination chinoise et de comprendre les rapports qu’elle a entretenus avec les peuples de langue indo-européenne75. Mais il est incontestable que quatre « écoles » ont grandement contribué au développement des arts occultes en Chine : celle des pays de Yan et de Qi 燕齊, celle de Chu 楚, celle de Yue 越 et celle de Hu 胡. La consolidation et la diffusion des doctrines du Yin Yang et des cinq éléments opérées par les devins de Yan et de Qi ont fourni aux arts occultes leur base théorique. De nombreux intellectuels s’y sont intéressés, comme Liang Qichao 梁啟超, qui écrivit à ce sujet : « il était très peu question de la doctrine Yin Yang et des cinq éléments avant la période des Royaumes combattants ; les quelques mentions existantes n’y attachent rien de remarquable, et ces deux notions sont d’ailleurs évoquées indépendamment l’une de l’autre. Ni les Classiques, ni Confucius, Laozi, Mozi, Mengzi, Xunzi, non plus que Han Feizi ne touchent un mot de ces notions. Quel est donc celui qui a inventé cette doctrine fallacieuse pour les hommes ? Au tout début, des hommes versés dans les arts occultes originaires du pays de Yan et de Qi ; si la doctrine s’est étoffée et diffusée, c’est principalement du fait de trois hommes : Zou Yan 鄒衍 (-305 ; -240), Dong Zhongshu 董仲舒 (-179 ; -104) et Liu Xiang 劉向 (-77 ; -6)76. » La divination du pays de Chu a également beaucoup suscité l’intérêt des chercheurs, du fait de la prévalence de la culture de ce pays ; en revanche, celles des pays de Yue et de Hu n’ont donné lieu qu’à quelques rares travaux, notamment par manque de ressources historiques sur la question77. Rares également sont les écrits reposant sur des documents exhumés et étudiant spécifiquement les arts occultes de l’antiquité et du moyen âge, et notamment leurs origines ainsi que l’effet de ces « arts » sur la vie en société. De ce fait, l’époque visée dans les chapitres de ce livre traitant des arts occultes a beau être le moyen âge, nous en avons profité pour remonter aux périodes des Royaumes combattants, des Qin et des Han, voire des Shang. Ainsi, nous avons découvert en consultant les ouvrages sur l’aéromancie exhumés à Turfan qu’on y pratiquait également la divination sur os et carapaces et que des liens pouvaient être envisagés avec la divination du pays de Yue.

60De notre point de vue, les intellectuels du moyen âge étaient pour la plupart des confucéens adeptes des arts occultes qui maîtrisaient des domaines de connaissances très variés. La divination par les nombres, à son apogée pendant les Royaumes combattants, les Qin et les Han, continue à s’enseigner et se transmettre pendant tout le moyen âge. Les confucéens en haut chapeau et amples robes savent alors juger de la dimension faste ou néfaste des choses comme les maîtres de la doctrine Yin Yang ; nombreux sont également les citadins et les paysans à s’essayer à la divination. Cette passion chinoise gagne bientôt les confins de l’Empire : les non-Han s’y mettent avec beaucoup d’enthousiasme et les différentes pratiques se nourrissent les unes les autres, donnant lieu à un magnifique tableau. C’est dans les grottes de Dunhuang et près du lac de Juyan — là où convergent les eaux orientales du fleuve Edzin, deux endroits loin de tout hantés par les renards et les bêtes sauvages — que l’on a retrouvé des ouvrages consignant les pratiques liées au Zhouyi et aux trigrammes, au chant et aux comportements des oiseaux, à l’hémérologie, aux angles du vent. Que plusieurs exemplaires d’ouvrages aussi précieux, traitant des classiques et de connaissances extrêmement variées, consignant des pratiques divinatoires chinoises et étrangères, aient été découverts dans ces régions lointaines témoigne de la diffusion inouïe de ces arts occultes. Ne devons donc nous pas accorder tout notre intérêt à cet « autre aspect » qui transparaît dans les échanges entre la Chine et l’étranger ?

61L’histoire naturelle, également aux sources du savoir chinois, est un élément constitutif de la structuration des connaissances et des croyances de la Chine antique. Pour simplifier, l’histoire naturelle réunit les connaissances générales, les paradigmes de recherche et les expériences intellectuelles menées sur les choses extérieures à l’Homme et les rapports entre ces choses et l’Homme. Elle est la manière la plus simple pour des traditions intellectuelles et une compréhension du monde de se constituer en système. À travers elle, les hommes cherchent à prendre la mesure du monde dans son ensemble ; elle est, dans les âges préscientifiques, une façon de comprendre le monde, distincte des représentations et du mode de pensée des « religions scientifiques ». Réexaminer la tradition de l’histoire naturelle présente en Chine antique à partir des paradigmes fondateurs mobilisés pour observer le monde à l’époque préscientifique a pu permettre de découvrir et de reconstituer une nouvelle représentation du monde hors du mode de pensée des « sciences mathématiques ».

62Les débuts de la tradition antique de l’histoire naturelle chinoise remontent au Shanhai jing 山海經 (Livre canonique des montagnes et des mers). Voici une explication assez claire du concept d’histoire naturelle, rédigée sous les Han occidentaux par Liu Xiu 劉秀dans son Shang Shanhai jing biao 上山海經表 (Tableau du Livre des montagnes et des mers) :

  • 78 Yuan Ke 袁珂 (notes), Shanhai jing jiaozhu 山海經校注 (Version révisée et annotée du Livre des montagnes e (...)

Lors de ses expéditions, l’empereur Yu voyageait en calèche sur la terre, en bateau sur la mer, en traîneau sur les marécages, en chaise à porteur en montagne. Il fit planter des poteaux en bois en haut des montagnes pour les recenser et classa montagnes et fleuves. Yi et Boyi étaient en charge de chasser les bêtes sauvages, de nommer montagnes et fleuves, de créer des catégories pour les différentes plantes, de délimiter les régions et les fleuves ; ils furent aidés dans leur tâche par les princes. Ce travail s’étendit à tout le territoire, jusque dans les endroits reculés où rares sont les gens et les véhicules à s’aventurer. On différencia ainsi les montagnes intérieures des cinq directions et les mers extérieures des huit directions ; furent également consignés les trésors de l’époque, les productions étrangères, les paysages, les plantes, les oiseaux, les animaux, les insectes et même les créatures merveilleuses comme les qilin ou les phénix, ainsi que les présages favorables cachés voire la description de pays situés au-delà des mers intérieures et de peuples étranges. Le grand Yu délimita neuf provinces en fonction de l’état de leur sol, de leur production, de la taxe foncière payée et des objets offerts en tribut et apprit aux populations à distinguer le bon du mauvais en toute chose. Le Livre canonique des montagnes et des mers est un recueil de textes composés par de grands lettrés, et un des plus grands classiques de son temps. […] La plupart des fonctionnaires impériaux s’émerveillent de cet ouvrage, et tous ceux suffisamment cultivés l’ont étudié. Ceux qui le maîtrisaient étaient capables d’interpréter les présages et de comprendre les coutumes de pays lointains et des populations locales. Il est dit dans le Livre des mutations que ceux-là « pouvaient parler sans confusion des choses du monde les plus mystérieuses et secrètes ». L’homme aux connaissances nombreuses échappe à la confusion.
禹乘四載,隨山刊木,定高山大川。益與伯翳主驅禽 獸,命山川,類草木,別水土,四岳佐之,以周四方,逮人 跡所希至,及舟輿之所罕到。內別五方之山,外分八方之 海,紀其珍寶奇物,異方之所生,水土草木禽獸昆虫麟鳳之 所止,禎祥之所隱,及四海之外絕域之國,殊類之人。禹別 九州,任土作貢,而益等類物善惡,著《山海經》,皆聖 賢之遺事,古文之著明者也。…… 朝士由是多奇《山海經》 者,文學大儒皆讀學,以爲奇可以考禎祥變怪之物,見遠國 異人之謠俗。故《易》曰:‘言天下之至賾而不可亂也。’ 博物之君子其可不惑焉78

63Du point de vue de Liu Xiu, l’histoire naturelle englobe donc les montagnes, les fleuves, les régions, les plantes, les animaux, les insectes, les créatures mythiques, les tributs, les produits étrangers, les trésors, les présages, les régions lointaines, les peuples et coutumes étrangers ; elle sert de cadre à l’élaboration d’une image du monde extérieur. Il nous semble particulièrement intéressant de relever le rapport qui est fait entre les présages et le système de connaissances de l’histoire naturelle : les présages sont en effet partie intégrante de l’histoire naturelle et représentent une dimension importante de l’usage pratique des savoirs de cette discipline. Mais la découverte de ces présages et l’ajout de cette catégorie ont également beaucoup joué sur la vision de la nature façonnée par les grands ouvrages d’histoire naturelle.

  • 79 Bien que la table des matières date de la dynastie Ming, les catégories de l’œuvre reproduisent dan (...)

64Cette vision a été perpétuée et étoffée par les spécialistes de l’histoire naturelle des époques suivantes. La structure de l’œuvre la plus connue de Zhang Hua 張華 (232-300), Bowu zhi 博物志 (Histoire naturelle), nous en donne une idée : elle est divisée en parties traitant de la géographie physique (montagnes et fleuves), des populations et des objets produits, des pays et coutumes étrangères, des animaux, des propriétés et lois physiques, des remèdes et des soins, des pratiques des hommes versés dans les arts occultes, des rites, de la musique et de la littérature, de l’habillement et des outils, ainsi que des on-dit de l’histoire officieuse. Ce livre traite donc de tout, entreprise des plus louables79… Voilà ce qu’est véritablement pour nous l’histoire naturelle traditionnelle.

  • 80 Selon Hu Baoguo 胡寶國, l’intérêt des populations vivant sous les dynasties Han et Jin pour les choses (...)
  • 81 Zhu Yuanqing 朱淵清, « Wei Jin bowuxue » 魏晉博物學 (L’histoire naturelle sous les Wei et les Jin), Huadong (...)
  • 82 Pour comprendre la représentation de la nature consignée dans le Beihulu à partir du lien entre pré (...)

65Grâce à la mode des romans traitant du surnaturel empreints de références aux arts occultes écrits sous les Wei et les Jin et des ouvrages comme le Yiwu zhi 異物志 (Des choses étrangères)80, la tradition d’histoire naturelle établie depuis les Royaumes combattants, les Qin et les Han, qui comprend en son sein l’étude des présages, a contribué à l’expansion et à la consécration du système de connaissances et de l’imaginaire des sciences naturelles81, dont héritent le Youyang zazu et le Beihu lu 北户錄 (Récits des Beihu) des Tang82. Il est très intéressant de s’arrêter sur le rôle des hommes versés dans les arts occultes dans la mise en place du système des sciences naturelles et sur les interactions entre arts occultes et histoire naturelle. Wang Yao王瑤 (1914-1989) écrit à ce sujet :

  • 83 Wang Yao 王瑤, « Xiaoshuo yu fangshu » 小說與方術 (Romans et arts occultes), in Zhonggu wenxue shilun 中古文學 (...)

Du temps où les déplacements n’étaient pas aisés, les montagnes, les fleuves et les régions lointaines étaient enveloppés d’un grand mystère et d’une immense aura ; ils en devenaient dans l’imaginaire le séjour idéal des divinités. En s’intronisant spécialistes de ces régions éloignées et désertes et en faisant étalage de leurs trésors pour être prises au sérieux, l’histoire naturelle et la géographie sont devenus le domaine de spécialité des hommes versés dans les arts occultes. Le Livre des montagnes et des mers, déjà connu sous les Han mais particulièrement apprécié sous les Wei et les Jin, fut annoté par Guo Pu 郭璞 puis par Jiang Guan 江灌, qui y ajoutèrent notamment des poèmes ; ces spécialistes aimaient à s’y référer. La curiosité et l’incompréhensible attrait de l’homme pour le mystère transformèrent en arts occultes ce que la géographie et l’histoire naturelle qualifiaient jusque-là d’« étrange ». C’est ce qu’il faut comprendre quand on lit que Zhang Hua « maîtrisait un grand nombre d’écrits prophétiques et de livres de divination » 多 通圖緯方伎之書et que l’« étendue de ses connaissances n’avait pas d’égal sur Terre » 博物洽聞,世與無比83.

  • 84 Cf. Murakami Yōichirō 村上陽一郎, « Kōjō kara mōichido gekijō e » 工場から もう一度劇場へ (Une nouvelle fois, de l’ (...)
  • 85 Takayama Hiroshi 高山宏, « Shibutsu no kagaku » 死物の科學 (La science des choses mortes), Gendai shisō 現代思 (...)

66Ainsi, pour nous, l’histoire naturelle (bowu xue 博物学) qui voit le jour dans l’antiquité en Asie orientale se distingue fondamentalement, aussi bien du fait de ses origines que des tendances accusées, de l’histoire naturelle (ziran shi 自然史) qui voit le jour après l’établissement progressif des sciences modernes. Elle se distingue également des études sur la culture matérielle, même si leurs domaines de recherche peuvent se recouper. C’est peut-être depuis l’époque Ming et du fait du passage par le japonais que l’on fait correspondre bowu xue et ziran shi. En japonais, « histoire naturelle » se dit shizenshi (自然史/ 自然志) ; cette discipline est définie comme « la somme des connaissances obtenues par l’étude de la nature » et est considérée comme une « éducation sentimentale visant à cultiver en soi la beauté de la nature »84. Le développement de l’histoire naturelle s’explique par ailleurs en Occident par le besoin, après les grandes découvertes géographiques du xve siècle, de mieux connaître les relations unissant les espèces du vieux et du nouveau continent. Certains spécialistes, très critiques, estiment que cette époque n’est pas celle du triomphe de l’histoire naturelle mais bien de la mise à mort du monde des choses, les livres d’histoire naturelle joliment illustrés servant un colonialisme politique et culturel85. De notre point de vue, l’histoire naturelle chinoise et l’histoire naturelle occidentale sont très différentes, aussi bien en termes de contenu que d’argumentaires ou de centres d’intérêt. Traduire bowu xue par « histoire naturelle » n’est pas du tout approprié, mais aucun mot des langues occidentales de l’époque ne correspondait vraiment à ce que proposait cette science chinoise. Nous avons donc essayé de remonter à ses origines, d’en redéfinir le concept et de la penser comme un mode de réflexion cherchant à comprendre le monde ; nous avons tenté de faire de l’« histoire naturelle dans l’antiquité en Asie orientale » un paradigme de recherche en histoire et de l’utiliser de manière expérimentale.

  • 86 L’histoire naturelle est souvent définie comme la science décrivant les espèces, la répartition, la (...)
  • 87 Joseph Needham a pour sa part traduit le mot bencao 本草en « the “pandects” of pharmaceutical natural (...)
  • 88 Dans sa dernière œuvre, Chen Yuanpeng 陳元朋 aborde les méthodes qu’utilisaient les anciens pour étudi (...)
  • 89 L’expression « histoire naturelle vivante » (逸脫的博物學) provient des recherches de Takeda Masaya 武田雅哉s (...)

67Ces vingt dernières années, de grands bouleversements ont ébranlé la recherche en histoire chinoise, aussi bien dans l’identification des problèmes que dans la méthodologie. De nouvelles disciplines ont vu le jour, qui ont donné lieu à des résultats significatifs. Seule la recherche en histoire naturelle de l’antiquité n’en a pas été affectée. Auparavant, les recherches menées sur ce sujet dans les milieux non chinois recoupaient souvent des disciplines comme la documentation, l’histoire littéraire ou l’histoire des sciences et des techniques ; il n’existait aucune étude extensive menée du point de vue de l’histoire naturelle. Pourquoi cela ? Sans doute parce que l’histoire naturelle est souvent perçue comme un ramassis de connaissances et de techniques grossières précédant l’établissement des sciences, ou comme une discipline hybride s’intéressant à la faune et à la flore86, voire comme la science des plantes87. Rares sont ceux qui sont convaincus de la valeur qu’elle avait dans la société traditionnelle et savent qu’elle était « une méthode d’observation du monde »88 ; cela explique pourquoi elle n’a jamais été très bien considérée. En tant que science s’intéressant à tous les domaines du savoir humain, l’authenticité et la joie qu’apporte cette « histoire naturelle vivante » sont réelles89. Mais, avec la sur-spécialisation des savoirs modernes, c’est là quelque chose que ne permet d’expérimenter aucune science actuelle.

68Aussi avons-nous fait de l’analyse en histoire sociale et intellectuelle le fil rouge de cet ouvrage. Les arts occultes ne furent pas la chasse gardée des hommes versés dans ce domaine, pas plus que l’histoire naturelle ne fut un plaisir réservé aux lettrés. Cette dernière permettait en effet de vérifier par la pratique les lois scientifiques, d’élargir sa vision du monde, de réjouir celui qui la pratique ; elle offrait notamment la possibilité de « davantage connaître de noms d’animaux et de plantes » mais aussi, pour les gens du commun, de s’enthousiasmer pour de merveilleuses images, à mi-chemin entre réalité et imaginaire. Ces connaissances obtenues par les expériences, par les on-dit ou par la recherche se sont diffusées via les ouvrages spécialisés mais aussi, et surtout, via les dictionnaires, les prescriptions, les modèles épistolaires, les encyclopédies, les notes diverses, les manuels élémentaires et l’oral ; elles se sont ensuite progressivement fixées avant de constituer une sorte de savoir commun, d’anecdotes figées. S’intéresser à la diffusion, à l’évolution et à l’influence des arts occultes et de l’histoire naturelle durant le moyen âge chinois est très précieux pour qui veut comprendre la formation des connaissances, leur processus de diffusion et de nombreux autres aspects de la pensée et du monde de l’antiquité. C’est aussi pourquoi, dans chaque chapitre de ce livre, nous nous sommes donc efforcés de mener notre analyse en histoire sociale et intellectuelle à partir d’une étude de documents.

69Un autre de nos partis pris élémentaires est d’avoir considéré ces savoirs sur les « choses » et ces techniques de « sélection » comme autant d’éléments constitutifs de la représentation du monde d’alors, plutôt que comme des objets ou des méthodes expérimentales isolés. C’est à travers ce prisme que nous avons tenté de comprendre les arts occultes et l’histoire naturelle, que nous avons observé « le monde des choses » et « le monde des hommes », que nous avons retracé l’évolution de ces disciplines pour mettre au jour une représentation du monde au moyen âge nuancée en fonction des régions. Nous nous sommes efforcé de déployer les outils de l’histoire du savoir et de la pensée et de l’histoire sociale et intellectuelle pour mieux comprendre l’épistémologie de la nature, de la société et de la matière, l’histoire conceptuelle de l’altérité (régions, populations, objets, coutumes, arts étrangers), l’histoire de la création du système des connaissances et l’histoire du développement de modes de réflexion de la société traditionnelle. Nous avons ainsi pu établir un cadre explicatif général pour les arts occultes et l’histoire naturelle et espérons que notre entreprise aidera la recherche en histoire sociale et religieuse et en histoire des échanges culturels entre la Chine et l’étranger.

  • 90 Ludwig Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 2006, sections 94, 95, 162, 167 et 233, p.  (...)
  • 91 Martin Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard, 1992, p. 116-119.

70C’est le philosophe Ludwig Wittgenstein (1889-1951) qui invente la notion d’image du monde, de « manière d’observer le monde » dans son De la certitude. De son point de vue, nous nous sociabilisons par le jeu et la mise en pratique du langage ; nos actions, y compris nos connaissances scientifiques, prennent leur source dans une image du monde appartenant à une sorte de mythologie. Nous n’avons pas notre image du monde parce que nous sommes convaincus de sa justesse, mais parce qu’elle est la toile de fond sur laquelle nous distinguons le vrai du faux et le soubassement de nos recherches et affirmations. Ainsi, à l’origine de toutes nos actions se trouvent nos croyances ou nos images du monde90. Martin Heidegger, quant à lui, explique la chose différemment dans le chapitre « L’époque des “conceptions du monde” » des Chemins qui ne mènent nulle part. Pour lui, l’idée de « conception du monde » (Weltbild) exprime l’étant dans sa totalité. Ce dernier ne se réduit pas au Cosmos ou à la Nature. L’Histoire et la Nature, les deux se pénétrant réciproquement en se dépassant l’une l’autre, font aussi partie du monde, ainsi que le monde en son principe. Dans son essence, une conception du monde ne signifie donc pas une idée du monde, mais le monde lui-même saisi comme ce dont on peut « avoir-idée ». Là où le monde devient image conçue, la totalité de l’étant est fixée dans son essence. L’être de l’étant est désormais cherché et trouvé dans l’être représenté de l’étant. Partout où l’étant n’est pas interprété en ce sens, le monde ne peut devenir image conçue, il ne peut y avoir de Weltbild et l’étant ne peut entrer dans l’époque des conceptions du monde. Ces conceptions peuvent être différentes, voire difficilement comparables91.

71Le cadre théorique de ce livre s’inspire de ces réflexions philosophiques sans chercher à les restituer d’un bloc ni à les transplanter. Les règles internes à la recherche en histoire sont incompatibles avec une dérivation thématique à partir de notions philosophiques ; nous avons emprunté et nous sommes inspirés partiellement des méthodes d’expression et d’analyse notionnelles, et avons cherché à créer une réflexion à partir de documents historiques chinois et de notre pratique de l’histoire chinoise. De notre point de vue, il est possible de laisser derrière nous l’existentialisme et la métaphysique moderne et d’intégrer la théorie de la conception du monde à la recherche en histoire médiévale chinoise.

72Il est dit dans la préface au 185e rouleau du Tongdian 通典 (Documents généraux) de Du You 杜佑, un auteur de la dynastie Tang, intitulé « Bianfang dian » 邊防典 (Défense des frontières) : « Dans l’espace qu’englobent le ciel et la terre et qu’illuminent le soleil et la lune, les Huaxia occupent le milieu de la terre ; tous les êtres vivants qui vivent là baignent dans un souffle pur. » 覆載之內,日月所臨,華夏 居土中,生物受氣正. Une note explique à ce sujet :

  • 92 Du You 杜佑, Tongdian 通典 (Documents généraux), notes de Wang Wenchu 王文楚, Beijing, Zhonghua shuju, 198 (...)

D’après Li Chunfeng, huit écoles parlent de la structure du ciel et de la terre, de ses mécanismes et de ses mouvements ; sept d’entre elles, dont les écoles Ganshi et Shishi, défendent l’idée d’un ciel « tout autour ». Grâce à des calculs et mesures, ces écoles avancent que la Chine se trouve au centre du ciel et de la terre. Des ouvrages historiques rapportent que le Japon, alors appelé Yamato, se situait à l’est de la Chine ; le pays de Fusang se trouvait quant à lui à l’est du Japon, à 30000 li des côtes chinoises, à côté de l’endroit où le soleil se lève. Pendant les années Zhenguan sous la dynastie Tang, les Kurykans offraient des chevaux en tribut ; d’après les historiens, leur pays se situait à 20000 li au nord-ouest de Xi’an. Les nuits y étaient courtes et les jours longs : si l’on mettait à cuire de la viande de mouton au crépuscule, elle était à peine prête que le jour se levait déjà, pour la bonne et simple raison que le pays des Kurykans était très proche de l’endroit où le soleil se couche. De nos jours, il suffit de prendre un bateau à Yazhou et de naviguer vers le sud pendant une dizaine de jours avec des vents porteurs pour atteindre le pays Chitu. Là-bas, au mois de mai, à midi pile, les ombres s’étendent vers le sud ; on y fait trois repas par jour, et les aliments doivent être recuits à chaque fois sans quoi ils pourrissent et sentent mauvais. Cette chaleur est due au fait que l’endroit est relativement proche du soleil. Dans les endroits qui en sont très éloignés règne un froid glacial. Le gnomon inventé à Luoyang, appelé tugui, est donc manifestement planté au centre de l’univers. Seul le bouddhisme conçoit autrement l’univers et les astres, mais les absurdités qu’il professe sont un vrai charabia.
李淳風云,談天者八家,其七家,甘氏、石氏、渾天之 類。以度數推之,則華夏居天地之中也。又歷代史,倭國一 名日本,在中國直東﹔扶桑國復在倭國之東,約去中國三萬 里,蓋近於日出處。貞觀中,骨利幹國獻馬,使云,其國在 京師西北二萬余里,夜短晝長,從天色暝時煮羊胛,纔熟而 東方已曙,蓋近於日入處。今崖州直南水行便風十餘日到 赤土國,其國到五月,亭午物影卻在南,一日三食,飯皆旋 炊,不然,逡巡過時,即便臭敗。熱氣特甚,蓋去日較近。 其地漸遠轉寒,蓋去日稍遠。則洛陽告成縣土圭居覆載之中 明矣。唯釋氏一家論天地日月,怪誕不可知也92

Fig. 5 : la représentation circulaire du monde dans le Grand dictionnaire göktürk

Fig. 5 : la représentation circulaire du monde dans le Grand dictionnaire göktürk

73Dans le chapitre « Beibian » 贝編 du Youyang zazu, qui date à peu près de la même époque, Duan Chengshi 段成式 recense bon nombre de conceptions du monde et de notions géographiques bouddhistes. Dans le chapitre « Jingyi » 境異, il reproduit néanmoins la théorie du « monde aux quatre points cardinaux » 四方世界說 héritée du Livre des montagnes et des mers :

  • 93 Duan Chengshi 段成式, Fang Nansheng (notes), Youyang zazu 酉陽雜俎 (Miscellanées de Youyang), Beijing, Zho (...)

Les populations vivant à l’est ont un gros nez ; tous leurs orifices sont connectés à leurs yeux et elles disposent d’une grande puissance musculaire. Celles vivant au sud ont une grande bouche, et tous leurs orifices sont connectés à leurs oreilles. Celles vivant à l’ouest ont un visage large, un petit cou et tous leurs orifices sont connectés à leurs organes reproducteurs. Pour celles vivant au centre, leurs orifices sont connectés à leur bouche.
東方之人鼻大,竅通於目,筋力屬焉。南方之人口大, 竅通於耳。西方之人面大,竅通於鼻。北方之人竅通於陰, 短頸。中央之人竅通於口93

74Dans l’ouvrage de géographie perse datant de la fin du xe siècle intitulé Régions du monde, le monde est décrit comme suit :

  • 94 Hudūd al-’Ālam, « The Regions of the World » : A Persian Geography, 372 A.H.-982 A.D., 2e ed., trad (...)

Pour les Grecs, le monde se divisait en trois aires cultivées : la première s’étendait à l’est jusqu’à l’océan oriental et jusqu’aux confins du territoire des Toghuzghuz et des Kirghizes ; au sud jusqu’à la grande mer et au Qulzum ; à l’ouest jusqu’à la Syrie, au sultanat de Roum et au détroit de Constantinople ; au nord jusqu’à Saqlab et jusqu’aux confins des aires cultivées. Cette partie du monde fut appelée « grande Asie ». Elle occupait les deux tiers des aires cultivées du Nord. La deuxième commençait à l’est en Égypte et s’étendait de l’équateur à la mer de Roum : elle était comprise entre, au sud, le désert séparant le Maghreb du Soudan ; à l’ouest, l’océan occidental et au nord la mer de Roum. Cette partie-là s’appelait Libye et représentait 1/12e du territoire des aires cultivées du nord. La troisième s’étendait à l’est jusqu’au détroit de Constantinople, au sud jusqu’à la mer de Roum, à l’ouest jusqu’à l’océan occidental et au nord jusqu’aux confins des aires cultivées du Nord. Cette partie fut appelée Europe et occupait un tiers de la surface totale des aires cultivées94.

  • 95 Zhang Guangda 張廣達, « Daoli Bangguozhi qianyan » 道里邦國志前言 (Introduction au Livre des Routes et des Ro (...)
  • 96 Fujii Jōji 藤井讓治, Sugiyama Masaaki 杉山正明, Kinda Akihiro 金田章裕 (dir.), Daichi no shōzō : ezu, chizu ga (...)
  • 97 Hanwu dongming ji 漢武洞冥記 (Hanwudi à l’épreuve des arcanes) : « en l’an 3 de l’ère Yuanfeng (108 avan (...)
  • 98 Le concept de « complexe des frontières » 邊鄙情結 a été inventé par Chen Jinhua 陳金華 dans ses recherche (...)

75L’influence de la Géographie de Ptolémée sur la géographie arabe fut considérable — son titre fut d’ailleurs traduit en chinois par « Images de la terre95 ». Il y a quelques années, un livre a été publié aux presses de l’université de Kyōto, dont l’auteur cherchait à retracer la conception du monde des anciens en étudiant de vieilles cartes ; le sous-titre, littéralement « portrait de la Terre » (大地的肖 像), explicitement tiré de cet ouvrage, est bien plus parlant. Le premier texte, « Conceptions du monde pendant l’antiquité et le moyen âge » renvoie aux notions des « quatre directions » 四方, des pays voisins 周邦, des « neuf provinces » 九州 et des « mers intérieures » 海内, ainsi qu’aux cartes Gujin huayi quyu zongyaotu 古今華夷區域 總要圖 (Carte générale des régions chinoises et barbares), Hunyi jiangli lidai guodu zhi tu 混一疆理歷代國都之圖 (Carte des territoires unifiées des pays et villes historiques) et Wu Tianzhu tu 五天 竺圖 (Carte des cinq États indiens)96, et s’interroge sur la distinction Chinois/barbares, la répartition est-ouest du monde, les lieux sacrés et l’idée de centre du monde ; il a de ce fait grandement excité notre imagination. Quel était le « portrait de la Terre » au moyen âge ? Comment comprendre le récit historique selon lequel l’Empire romain aurait fourni des vaches en tribut à Han Wudi97 ? En d’autres termes, comment différentes conceptions du monde ont-elles vu le jour, se sont-elles interpénétrées et ont-elles évolué ? Comment le sinocentrisme et le « complexe des frontières » sont-ils apparus et se sont-ils adaptés98? Comment des particularités locales ont-elles rayonné à l’extérieur ? Quelle conception de l’étranger ou du monde les populations de différentes ethnies avaient-elles à différentes époques ? Quelle influence cela a-t-il eu sur les prises de position et les comportements dans les sociétés, les cultures, les mentalités et les entités politiques locales, voire sur l’émergence de l’individualité ? En quoi les textes et les notions extraits de manuscrits trouvés dans des régions frontalières peuvent-ils remettre en question les explications et les écrits orthodoxes communément admis traitant des représentations du monde, et ainsi nous ouvrir de nouveaux horizons ?

Fig. 6 : illustration du Livre des Merveilles du Monde représentant un acéphale, un sciapode et un géant avec un œil, habitants du royaume d’Erginul (à l’ouest du Gansu). Il s’agit d’un cas typique de représentation du monde à la croisée entre réalité et imaginaire reproduite dans un livre de géographie/d’histoire naturelle (Paris, Bibliothèque Nationale, 2810, fol. 29 v.)

Fig. 6 : illustration du Livre des Merveilles du Monde représentant un acéphale, un sciapode et un géant avec un œil, habitants du royaume d’Erginul (à l’ouest du Gansu). Il s’agit d’un cas typique de représentation du monde à la croisée entre réalité et imaginaire reproduite dans un livre de géographie/d’histoire naturelle (Paris, Bibliothèque Nationale, 2810, fol. 29 v.)
  • 99 Voir également Yamada Keiji 山田慶兒, « Zengen » 前言, « Honzō ni okeru bunrui no shisō » 本草における分類の思想 (La (...)

76Yamada Keiji 山田慶兒 souligne que les traités de pharmacopée, loin d’être seulement des œuvres de pharmacologie chinoise, sont une branche de l’histoire naturelle qui s’intéresse aux espèces voisines des hommes (animales, végétales, minérales) au prisme des drogues. La catégorisation à l’œuvre dans les encyclopédies et ces traités de pharmacopée montre la vision du monde que partageait traditionnellement la classe lettrée chinoise ; elle est donc une des illustrations de l’image qu’elle se faisait du monde. Cette structuration du domaine des activités humaines nous révèle la vie et l’organisation de la production sous une domination bureaucratique, l’organisation de la société chinoise afin de maintenir l’ordre, et la connaissance que les lettrés traditionnels avaient d’eux-mêmes99.

  • 100 Takeda Tokimasa 武田時昌, « Shisōshi teki apurōchi ni yoru Chūgoku hakubutsugaku kenkyū no kokoromi » 思 (...)

77Kobayashi Seiichi 小林清市, mort dans la fleur de l’âge, a consacré sa vie à la recherche en histoire naturelle ; son ami Takeda Tokimasa 武田时昌 résume sa philosophie en ces termes : « il était spécialiste d’histoire naturelle chinoise mais au sens large du terme ; il s’intéressait plus généralement à l’histoire de la pensée chinoise ». Il cherchait ainsi à fusionner l’histoire naturelle et l’histoire de la pensée, avec l’histoire naturelle comme approche pour aborder l’histoire de la pensée100.

  • 101 Ge Zhaoguang 葛兆光, « Sixiangshi shiye zhong de kaogu yu wenwu » 思想史視野 中的考古與文物 (Archéologie et biens (...)
  • 102 Ge Zhaoguang, « Zuowei sixiangshi de guyutu » 作爲思想史的古輿圖 (Les anciennes cartes des lieux carrossable (...)
  • 103 Ge Zhaoguang, « Sixiangshi shiye zhong de tuxiang » 思想史視野中的圖像 (Les images en histoire de la pensée) (...)
  • 104 Ge Zhaoguang, « Shenme keyi chengwei sixiangshi de ziliao » 什麼可以成爲思想 史的資料 ? (Quelles sources peuven (...)
  • 105 Ge Zhaoguang, « Shanhaijing, Zhigongtu he lüxingji zhong de yiyu jiyi – Li Madou laihua qianhou Zho (...)

78La création d’un domaine de recherche en histoire de la pensée nous a permis des avancées remarquables en termes de résultats et de méthodologie, notamment sur le sujet des imaginaires de cultures non chinoises reconstruits à partir d’objets. D’après Ge Zhaoguang 葛 兆光, à chaque époque correspond une vision du monde différente : les cartes du monde révèlent beaucoup de choses sur les peuples, les pays, le monde, les connaissances et le pouvoir, autant de sujets pertinents en histoire de la pensée. En effet, le tracé d’une carte géographique en dit long sur la vision, le ressenti et la perception de l’histoire du cartographe. Au fil de l’histoire, l’évolution des cartes a fait changer les mentalités : quand l’art de la cartographie s’est figé, sa rationalité a pris le pas sur les habitudes des populations et une supposée culture générale s’est ainsi constituée. Le rapport des individus à leur « nation » et à l’histoire a dès lors reposé sur l’espace tel qu’il était représenté sur ces cartes, et la différence entre « centre » et « frontières » s’est faite plus claire101. C’est la valeur de ces cartes en histoire de la pensée plutôt qu’en géographie que met en avant Ge Zhaoguang102. Il a également écrit sur la meilleure façon d’utiliser les images dans la recherche en histoire de la pensée103. Ces travaux lui ont permis de réaliser une autre avancée, qu’il décrit dans d’autres publications : les zhigong tu 職貢圖 (Illustrations des tributs) et les miaoman tu 苗蠻圖 (Illustrations des minorités), les couleurs, le positionnement et les fluctuations de taille des territoires qu’on voit sur les cartes, la calligraphie et la composition des cartes célestes, les points communs et les différences apparaissant dans les imaginaires de différents pays et civilisations, le positionnement du « moi » et de « l’autre », du « centre » et des « frontières » qu’on voit dans certaines illustrations révèlent sur l’imaginaire des pays et des peuples étrangers une pensée et des idées fascinantes104. Nous résumons ici un seul point qu’il développe au moyen de nombreux exemples105.

  • 106 Liu Yuan-ju 劉苑如, « Yuwang chenshi/jingnei penglai – Shiyiji de Zhongguo tuxiang » 欲望塵世/境內蓬萊──〈拾遺記〉的 (...)
  • 107 Liu Yuan-ju, Chaoxiang shenghuo shijie de wenxue shuanshi – Liuchao zongjiao xushu de shenti shijia (...)

79Liu Yuan-ju 劉苑如 a pour sa part étudié le contexte de composition, de lecture et de circulation du Shiyi ji 拾遺記 (Récits perdus). Elle en a ainsi déduit des informations sur son auteur, Wang Jia 王 嘉, sur la région de Longxi à cette époque, sur l’essor de l’école taoïste Louguandao 樓觀道 et sur les relations entre l’empereur et les prêtres. Elle a également deviné à partir d’ouvrages historiques les coordonnées et les frontières culturelles chinoises de l’époque, et a ainsi entrepris de brosser le portrait de cette Chine construite sur l’opposition entre Han et barbares et sur la mythisation des pays lointains. Elle a aussi montré comment, à partir du moment où la Chine est perçue comme un « lieu », elle se dote de spécificités propres à un lieu, et a explicité la signification culturelle à laquelle renvoyait sa structure spatio-temporelle. Elle estime que l’image de la Chine visible dans le Shiyi ji reflète non seulement la façon dont Wang Jia concevait l’existence, mais renseigne également sur la structure psychologique des intellectuels de Longyou et sur les nouveaux voyages spirituels et religieux désormais possibles106. Dans une œuvre récente, elle apparente son modèle de recherche à « une exégèse littéraire vers le monde du vivant » : elle se sert de récits littéraires pour étudier le bouddhisme, le taoïsme et les croyances populaires de l’époque, pour faire le point sur ce que l’on entendait alors par « religieux » et pour comprendre, à partir de l’expérience du temps et de l’imaginaire spatial d’alors, tout ce à quoi renvoyait le « monde signifiant »107.

  • 108 Wang Mingming 王銘銘, « Zuowei shijie tushi de tianxia » 作爲世界圖式的“天 下 » (La notion de tianxia comme sch (...)

80Les approches de la sociologie et de l’anthropologie sont également captivantes. Dans un long article, Wang Mingming 王銘銘 met en lumière ce fait que le « tianxia » 天下 est un concept central dans la représentation chinoise du monde. Il voit le jour dans un système où politique et société entretiennent historiquement des liens, liens qui deviennent indissociables avec l’avènement du pouvoir central et d’un système à la fois d’empire et de tribut ; il continue alors à jouer un rôle en tant que modèle politique, économique, rituel et d’« histoire naturelle ». Wang souligne que le concept de tianxia renvoie en filigrane à un schéma du monde, et essaie ainsi, par-delà les évolutions du système politique, de synthétiser le rôle des cérémonies et des écrits dans l’élaboration d’une certaine vision de l’univers pour que transparaissent les spécificités du schéma du monde propre à l’antiquité chinoise108.

  • 109 D’après Li Jianguo 李劍國, avant le Hanwu dongming ji, rares étaient les récits de l’étrange à mention (...)

81Les travaux de ces chercheurs nous ont beaucoup apporté sur le plan de la réflexion ; ils nous ont permis de prendre conscience que chercher à retrouver la conception du monde primant à l’époque médiévale est non seulement un sujet riche mais aussi que sources et méthodologie peuvent être remises en question. Nous avons ainsi essayé, dans une étude transdisciplinaire, de mettre sur pied un cadre explicatif distinguant « science » 學 et « art » 术, afin d’en apprendre davantage sur le système de connaissances et les représentations du monde élaborés à l’époque médiévale et de mettre en lumière les idéologies, les jugements de valeur, les sens symboliques et les contenus culturels attachés à cette notion d’« altérité » façonnée par les multiples relations entre connaissances, pouvoir et société. Ce que nous entendons ici par représentation du monde renvoie à une idée générale du monde qui intègre celles que l’on se fait de l’univers, de la nature, de l’histoire, de la culture, des mentalités, ainsi que les interactions entre ces différentes idées ; cela renvoie également à une certaine vision de la finalité du monde. Cette « altérité » n’existe ni matériellement ni objectivement, il s’agit d’une « altérité culturelle » qui existe parce qu’elle est objectivée. De ce point de vue, les images du monde et les descriptions subjectives et peu réalistes présentes dans les documents d’histoire naturelle ne sont pas des métaphores tout droit sorties de l’imagination de leurs auteurs : elles dérivent ou sont le résultat, couche après couche, du développement des rapports entre l’Homme et les choses, de la multiplication des contacts avec le monde extérieur (notamment sous les Tang), d’une émulation continue entre réel et virtuel et d’une connaissance réaffirmée des valeurs de sa propre culture au contact d’autres cultures par le biais de questionnements, d’explications et de polissages incessants109. D’où notre intérêt pour le vrai et le faux repérables dans les images du monde présentées dans les ouvrages d’histoire naturelle ; nous avons aussi cherché à comprendre comment les valeurs, le ressenti et la mentalité d’un écrivain se transposent dans les connaissances, les expériences et les imaginaires chinois et non chinois mobilisés dans ses écrits, et comment ils donnent naissance à différentes images du monde qui constituent une composante essentielle de la structure intellectuelle et sociale et de la mémoire collective d’une époque.

82Les objectifs de recherche définis ci-dessus mobilisent entre autres les questions suivantes :

  • Les conditions sociales peuvent-elles influer sur la perception qu’ont les populations des représentations du monde ? Comment les Chinois du moyen âge observaient-ils le monde depuis leur société mouvante ?

  • Comment les représentations du monde changent-elles au gré de l’évolution de l’environnement naturel, de la société, de l’économie, de la politique et de la culture ? Comment identifier ce qui relève du changement et ce qui relève de la permanence ?

  • Y a-t-il de l’intertextualité entre les représentations du monde de différentes civilisations ?

  • Quels arrangements psychologiques et analogies y a-t-il à l’origine de la représentation de l’univers et des modèles géographiques véhiculés par les connaissances en histoire naturelle ?

  • Le phénomène d’exagération de tout ce qui est étranger reflète-t-il une conscience prégnante de l’idée de sinité par opposition à celle de barbares ? Est-il lié à une identification de son ordre social, de ses standards éthiques et de ses idéaux culturels, inconnus alors que quotidiens ? Correspond-il à une aspiration à un monde rêvé inaccessible ?

  • Comment les représentations chinoises et étrangères du monde convergent-elles ? Peuvent-elles trahir des erreurs de positionnement ou des écarts spatio-temporels ?

  • Comment les sphères culturelles se sont-elles servies de leur mainmise sur les connaissances pour fabriquer des représentations du monde et y ajouter la dimension du rapport des humains aux choses ?

  • À quel niveau la culture en tant qu’usage culturel devient-elle une possibilité rationnelle ?

83Nous avons intégré ces nombreuses réflexions à notre travail et nous sommes interrogé sur la coexistence de représentations du monde réalistes, instrumentales, mentales et symboliques dans des écrits d’histoire naturelle empruntant à la fois au réel et à l’imaginaire, ainsi que sur le passage d’un espace culturel extérieur à un refuge mental intérieur. L’histoire des échanges culturels entre la Chine et le monde extérieur nous a permis de découvrir les différents moyens de communication entre les civilisations en fonction des représentations du monde adoptées.

84L’histoire naturelle et les arts occultes sont donc deux éléments structurants des connaissances et des croyances de la Chine traditionnelle. Il faut bien comprendre les acceptions fondamentales auxquelles ils renvoient :

  1. L’histoire naturelle chinoise n’est pas une sous-catégorie scientifique : c’est une tradition intellectuelle instaurée en système, qu’il est impossible de chercher à comprendre ou à commander par la science. En d’autres termes, l’histoire naturelle est foncièrement différente des sciences, et ce n’est pas parce qu’elle étudie les animaux, les plantes ou encore les minéraux qu’elle doit être considérée comme un produit inachevé de l’époque préscientifique. Ceux qui essayent de comprendre l’histoire naturelle à partir de la science font l’erreur de vouloir comprendre le passé à partir du présent. À l’heure actuelle, la science représente ce qui se fait de mieux et ses admirateurs sont la norme ; seules la science et l’analyse scientifique semblent être justes. Alors que nous disons de l’histoire naturelle qu’elle n’est pas une science mais une tradition intellectuelle non scientifique autosuffisante, elle est au mieux perçue comme une « pseudo-science », une valeur pour le moins douteuse. Nous estimons à l’inverse que la « non-scientificité » de la réflexion menée par cette discipline lui donne toute sa valeur. De ce fait, si le nouveau travail mené sur l’histoire de l’histoire naturelle dans une option de réécriture de l’histoire scientifique nous semble ouvrir de très riches perspectives, nous nous interrogeons sur la nécessité d’intégrer l’histoire naturelle à l’histoire des sciences. Ne pourrait-elle pas garder son indépendance et disposer de son propre système linguistique ?

  2. Il y a plusieurs millénaires de cela, l’histoire naturelle et les arts occultes ont donné naissance à une civilisation symbiotique complexe et sont devenus le fondement des savoirs chinois. Pour résumer notre vision globale, avant la déferlante des sciences modernes, les arts occultes et l’histoire naturelle ont été deux éléments essentiels dans le processus de création d’un cadre de connaissances et de croyances et d’une organisation sociale. Ils occupaient une place fondamentale aussi bien dans le système des connaissances que dans le monde des croyances ou dans le domaine de l’expérience. Ils permettaient aux populations d’alors d’observer les choses, de comprendre le monde, de connaître « l’autre » et de se connaître soi, de faire face aux dangers imprévisibles et de faire le lien entre les croyances et les différentes émotions ; ils leur permettaient également d’écrire, d’exprimer et de s’approprier leur vision de l’univers, de la nature et de la vie.

  3. L’histoire naturelle n’est pas un simple système de connaissances : elle est un outil qui sert à comprendre le monde. Si nous utilisons ici le verbe « comprendre » plutôt que « connaître », c’est pour mettre l’accent sur le fait que l’histoire naturelle n’est pas seulement une discipline de la connaissance. Dans la mesure où elle est liée aux activités humaines et à la société, sa compréhension du monde, mâtinée de données liées aux croyances et aux sentiments, en devient une compréhension « empathique ». La classification, la description et l’explication des choses naturelles en histoire naturelle chinoise renvoie ainsi dans une très large mesure à une notion d’ordre s’articulant autour de l’idée de tianxia, de l’opposition chinois/barbare et de relations humaines spécifiquement chinoises. Nous avons veillé, dans chacun de nos travaux, à restituer les notions structurant les connaissances en question, comme par exemple le rôle des « dix mille signes » dans la société traditionnelle, les mentalités et les symboliques apparaissant en sous-texte dans les écrits, l’apparition et l’influence des rites religieux et des croyances, le rôle des ressentis individuels et des habitudes de réflexion sur la production de connaissances, etc.

  4. En histoire naturelle, le plus important, ce n’est ni « les choses », ni les connaissances se rapportant aux phénomènes naturels ; l’important est de faire communiquer entre elles les dimensions céleste, humaine et matérielle et d’étudier la manière dont les hommes se comprenaient, comprenaient et expérimentaient la vie et le monde, apprenaient de leur ressenti. Les Chinois de l’antiquité, si nombreux à s’être passionnés pour cette discipline, furent poussés par leur curiosité et leur soif de connaissance, par leur volonté de tout savoir sur tout et de briller, mais aussi et surtout par leur enthousiasme et leurs sentiments. De ce point de vue, l’histoire naturelle n’est pas par essence une science des choses, mais une science de l’humain, qui aide à comprendre les relations entre les humains et les choses.

***

85Nous avons donc voulu avec ce livre commencer par une étude de documents historiques, procéder à une étude de cas fouillée, puis construire une analyse théorique à caractère général. Nous avons cherché à revenir sur les origines et les évolutions subies au long de la route de la Soie par les arts occultes et l’histoire naturelle à l’époque médiévale, ainsi qu’à en donner une explication cohérente. Voici en quoi se distinguent notre exploitation des ressources choisies et notre méthode de recherche :

86Tout d’abord, nous avons confronté, vérifié et annoté tous les manuscrits étudiés afin que cela puisse nous servir dans nos recherches futures.

  • 110 Nous avons recensé toutes ces sources dans la publication « Assembling the Precious Bits : Knowledg (...)

87Nous avons veillé à recourir à des documents traditionnels ou exhumés et à des vestiges archéologiques dont l’existence était confirmée par des documents étrangers, et nous nous sommes efforcé de faire dialoguer textes et images, dans l’idée que cela servirait non seulement à l’avancée de nos travaux, mais aussi à la mise en place d’un fonds de documentation mondial de documents et d’images chinois. Les documents dont nous nous sommes servis proviennent principalement de Dunhuang et de Turfan, mais nous avons également recouru à des ouvrages chinois trouvés à l’étranger, comme des encyclopédies, des notes diverses, des dictionnaires, des récits, des chroniques, des notes sur des classiques, des œuvres littéraires et des traités sur l’onmyōdō japonais, des copies de manuscrits datant pour la plupart des époques de Nara, de Heian et de Kamakura, ainsi qu’à des ouvrages, rares, copiés plus tardivement mais présentant l’avantage d’avoir été composés à l’époque médiévale. Ces sources ne figurent pas toutes dans nos écrits mais ont joué un rôle significatif dans notre réflexion110.

  • 111 Les travaux japonais portant sur l’histoire naturelle sont également une bonne source de référence, (...)

88Nous nous sommes également inspiré du travail de chercheurs japonais sur le bouddhisme, le taoïsme, l’onmyōdō et l’histoire naturelle afin de mieux comprendre les arts occultes et l’histoire naturelle de l’antiquité chinoise111.

  • 112 Il va de soi que de nombreux documents traditionnels n’ont pas encore été classés ou exhumés. Les r (...)

89Les ouvrages historiques en question rassemblent ouvrages trouvés à l’étranger, documents nouvellement exhumés et documents traditionnels. Nous avons rassemblé des documents d’histoire officielle et officieuse, des traités agricoles, de médecine, des chroniques locales, des récits de voyages, des notes, des romans, des encyclopédies112 ; des ouvrages sur soie et sur lattes de bambou, des documents de Dunhuang, des ouvrages découverts dans les régions occidentales, des stèles gravées, des documents en langue chinoise trouvés à l’étranger et des ouvrages étrangers, ainsi que des peintures, des cartes, des vestiges culturels archéologiques, que nous avons étudiés pour montrer l’intérêt qu’il y a à croiser les sources. Nous espérons pouvoir ainsi mettre sur pied un nouveau domaine de recherche et élargir le champ des « sources historiques ».

90Enfin, après avoir recueilli des informations de nature documentologique au contact de documents de première main, nous nous sommes tournés vers l’historiographie et la théorie pour, à partir de faits établis, engager une étude spécialisée, affiner notre tentative d’explication universalisante et reconstituer ce qu’étaient les arts occultes et l’histoire naturelle pendant la période médiévale. Nous avons voulu mettre en regard les résultats obtenus par des disciplines aussi différentes que les « études primaires » 小學 traditionnelles que sont la science des noms, l’historiographie, l’archéologie, la linguistique et les sciences modernes, afin d’aboutir à une étude complète. Dans le même temps, nous avons voulu, autant que faire se peut, mettre un terme au fossé creusé entre les différentes disciplines en élaborant un paradigme de recherche conciliant arts occultes – histoire naturelle – histoire religieuse et sociale – histoire intellectuelle et sociale – histoire des relations entre la Chine et l’extérieur. Notre étude des arts occultes et de l’histoire naturelle à l’époque médiévale nous a permis de suivre les complexes évolutions de la pensée, des croyances et des savoirs visibles dans les écrits et, à partir de cette focale, de fusionner les expériences et les découvertes sociales et historiques pour comprendre tous les aspects et évolutions que donne à voir la répartition entre « science » et « art » à cette époque. Nous espérons ainsi aller au-delà du cadre borné des études strictement documentologiques ou historiographiques ; nous avons voulu mener une réflexion multidimensionnelle pour tenter d’élaborer un outil théorique de description, de récit et d’argumentation complexe et pour mettre au point un nouveau paradigme de recherche en histoire à même d’en élargir l’horizon méthodologique.

Contenu de cet ouvrage

91Outre la présente introduction, ce livre se compose de six chapitres. Fort de notre étude de documents exhumés à Dunhuang, Turfan et Heishui, nous nous interrogerons sur les modalités d’intégration des classiques, des ouvrages d’histoire et de divination dans la vie quotidienne des populations. L’histoire des savoirs académiques, des arts occultes, de la pensée, de la culture, de la société, des échanges entre la Chine et l’Occident nous ont permis d’accéder en profondeur à leur richesse et de repérer les traces des contacts, des influences, des mélanges et des recréations entre différentes civilisations, nous évitant ainsi de retomber dans le sempiternel paradigme de recherche de la diffusion et de l’influence de la culture Han dans les régions frontalières.

92Dans le premier chapitre, il est question de la diffusion et de l’influence du Hanshu à partir d’ouvrages exhumés à Dunhuang et Turfan et de stèles datant des Tang. Nous n’avons pas souhaité mener une étude documentologique ni souscrire à une approche historiographique ; nous avons voulu inscrire ce travail dans l’histoire intellectuelle et sociale de l’époque médiévale et établir un cadre explicatif à partir de cette étude de cas. Nous nous sommes d’abord assuré que les manuscrits étudiés étaient bien des extraits du Hanshu et du Hanji avant d’analyser les conditions de leur copie. Notre objectif était d’intégrer la codicologie au champ de la recherche en histoire sociale, d’étudier ces documents en tant qu’ouvrages classiques façonnés par la société de leur temps et non uniquement en tant que documents historiques. Une analyse textuelle nous a permis de les replacer dans le contexte historique de leur production et de leur circulation, tandis qu’une étude des partis pris et objectifs des auteurs et copistes dont le nom figurait au dos des manuscrits nous a permis d’accéder à de nouveaux niveaux de compréhension. Nous nous sommes ensuite intéressé à ce que l’acquisition et l’utilisation des connaissances nous apprenait de la transmission du Hanshu par les élites, et avons étudié les méthodes d’apprentissage d’historiographes officiels, de généraux, d’étrangers et de femmes, avant de chercher à mettre au jour l’utilisation pratique du Hanshu dans les activités intellectuelles et sa fonction morale et éducative dans la vie des populations. Dans la troisième partie, nous avons essayé, à travers l’analyse de manuels élémentaires, d’encyclopédies et d’ouvrages de littérature populaire, de montrer comment les connaissances tirées des classiques et de l’histoire forment une mémoire intellectuelle et collective concrète, une mémoire locale et mobilisée quotidiennement, et comment elles intègrent les mentalités et les vies des gens du commun et finissent par former une culture populaire. Comment l’héritage des classiques se fait-il du point de vue social et intellectuel ? Comment les connaissances tirées de ces ouvrages évoluent-elles en fonction du type d’écrits qui les véhiculent ? Comment, à l’époque des manuscrits, les connaissances ont-elles été créées, copiées, transformées, diffusées et consommées ? Comment, à travers leur diffusion dans la société, ont-elles intégré le corps commun des connaissances ? Comment ont-elles fait leur apparition dans la culture et la vie quotidienne ? Comment les traditions intellectuelles voient-elles le jour et évoluent-elles ? Voici les principales questions auxquelles ce chapitre s’efforce de répondre.

93Le cœur de la recherche en histoire naturelle et des études sur la route de la Soie n’est pas de dresser des inventaires mais de mettre au point des paradigmes de recherche. L’objectif n’est pas de s’assurer de ce que sont les objets trouvés, de les mettre en ordre, de connaître leur nom, leur forme, leur lieu d’origine, leur parcours de diffusion et leur utilisation à Dunhuang et dans la médecine traditionnelle chinoise, dans l’agriculture, dans la vie quotidienne et dans les croyances populaires pour le plaisir. Bien plutôt, l’objectif est de tirer tous ces fils pour comprendre la valeur de ces objets sur le plan intellectuel et culturel et percevoir les précieuses traces d’interaction entre les civilisations.

94Dans le deuxième chapitre, consacré au « zhujunda », nous avons recouru à des documents exhumés, à des traités de médecine, à des notes et à des encyclopédies et emprunté aux approches de la linguistique et de l’histoire naturelle pour comprendre ce qu’était cet aliment et dégager le sens qu’il a revêtu en histoire de la vie et de la société à l’époque médiévale et en histoire des échanges culturels entre Orient et Occident. Voici notre conclusion préliminaire : l’introduction en Chine de la blette et de la betterave s’est vraisemblablement faite par la Perse. La première, qui a été introduite sous les Sassanides, tire son nom, « junda » 軍達 ou 莙薘, du moyen-perse, tandis que la deuxième, introduite au moment de la conquête arabe de l’Iran et de son islamisation, tire son nom, « zhujunda » 諸軍達, du persan moderne. Le zhujunda a commencé à être échangé au début du xe siècle, ce qui peut être mis en lien avec la période de prospérité que connaît à cette époque la dynastie des Samanides. Les objets et idées originaires d’Iran qui ont été introduits en Chine ainsi que les termes utilisés pour les désigner ont contribué à enrichir la civilisation médiévale chinoise. Ce chapitre, s’il porte sur des écrits traitant d’un légume, ne se veut pas une étude spécialisée sur ce légume ; le « zhujunda » est un prétexte pour étudier les relations sino-iraniennes et tout ce qu’elles sous-tendent. Nous ne nous en sommes donc remis ni à l’histoire agricole, ni à l’histoire de la culture culinaire, ni à l’histoire de la culture matérielle, pourtant très à la mode actuellement, et avons préféré étudier les ouvrages sur soie et lattes de bambou, les documents trouvés à Dunhuang et Turfan, les découvertes archéologiques ou encore les documents trouvés à l’étranger pour mettre en commun les résultats d’études menées sur des traités agricoles, des traités de pharmacopée, des ouvrages d’histoire officielle, des récits, des poèmes et, plus récemment, en botanique et en agronomie et ainsi mener notre réflexion à partir du cadre de l’histoire naturelle telle que pratiquée dans l’antiquité chinoise. Nous avons cherché à dépeindre de la manière la plus réaliste possible le magnifique arrière-plan de la vie et de la société de l’antiquité chinoise et de l’histoire des échanges culturels entre Orient et Occident, ainsi que les résultats que nous avons obtenu. La linguistique historique, qui s’accorde bien avec la logique historique, nous a fourni la toile de fond intellectuelle et a permis aux différentes composantes du sujet, en fournissant un tableau général de la société de l’époque, de gagner en matière. La différence la plus visible entre notre travail et ceux qui ont été menés par le passé en science des noms est qu’il s’intéresse aussi bien au nom qu’à l’objet, et cherche à élargir au maximum l’idée d’« image ».

95Le troisième chapitre, « L’imaginaire culturel entourant les objets qiuci 龜茲 », témoigne de notre volonté de partir de l’étude d’un objet et d’en arriver à l’étude de sa symbolique culturelle. Nous y recensons les trésors d’origine qiuci (ou kucha) encore existants et les documents empruntant largement à l’imaginaire qui mentionnent des trésors Kucha fictifs. Nous avons étudié dans le détail cinq objets, à savoir des cruches, du bois, du cristal doré, des poluo 頗羅 en argent et un oreiller des demeures d’immortels, et avons essayé de recouper des sources historiques traditionnelles, des documents exhumés, des vestiges archéologiques et des ouvrages Han trouvés à l’étranger. Nous avons voulu mener une étude à la croisée des « études primaires », de la science des noms, de l’historiographie, de l’archéologie et de la linguistique afin de montrer le sens emblématique de ces trésors en tant que symboles d’une autre culture. Cet article n’est qu’une partie d’un travail sur les objets étrangers mené dans le cadre de l’histoire naturelle à l’époque de l’antiquité chinoise. Nous avons constaté que les récits portant sur ces objets étrangers et sur les pays qui en étaient producteurs sont souvent tirés de sources historiques, de légendes et de mythes bien réels, et que leur dimension de plus en plus fictionnelle nous en dit long sur ces cultures étrangères et sur les idées et les mentalités des populations de l’époque. Travailler à reconstituer par le biais de la culture et des mentalités l’image du monde que se faisaient les populations à l’époque médiévale et enquêter sur son élaboration et ses évolutions peut révolutionner notre connaissance et notre appréciation de l’histoire. Ce qui semble être en apparence une étude de quelques trésors originaires du pays Kucha, loin à l’ouest, et s’inscrire dans la droite ligne de la réflexion menée par l’anthropologue Berthold Laufer (1874-1934) et le sinologue E.H. Schafer (1913-1991) sur les civilisations étrangères sous les Han et les Tang est en fait une nouvelle réflexion qui relie histoire naturelle et représentation du monde à l’époque médiévale. Il est à noter que les « objets étrangers » trouvés « ailleurs » sont qualifiés d’« étrangers » parce qu’ils sont rares mais surtout parce qu’un imaginaire étranger et une aura religieuse leur sont attachés. Les « connaissances » et « légendes » qui entourent ces trésors sont à l’origine de leur aura étrangère bizarre et fantastique, et d’une image du monde nourrie de ces vérités et fictions. Nous avons recouru à bon nombre de nouvelles sources archéologiques ainsi qu’à des « ouvrages superficiels de tradition populaire » 俗間 所傳淺妄之書 comme le Kaiyuan tianbao yishi 開元天寶遺事 (Récits des années Kaiyuan et Tianbao). Il n’existe pour nous ni tabou ni malentendu entre la recherche en échanges entre Chine et Occident et l’explication théorique de notions culturelles ; bien au contraire, en s’entrecroisant et en se complétant, elles permettent de recréer le paysage d’alors.

96Dans notre quatrième chapitre, « Physiognomonie du cheval », nous nous sommes efforcés de mettre au jour le lien existant entre différents traités de physiognomonie sur soie ou lattes de bambou et sur les évolutions et le développement de cet art après l’antiquité. La physiognomonie du cheval est un domaine majeur de l’art divinatoire xingfa 形法 pratiqué dans l’antiquité chinoise. Le xingfa était une technique pratique qui recourait à l’observation pour juger de la dimension propice ou non des choses ; il servait également aux populations d’alors de paradigme de base dans leur compréhension du monde. Plusieurs ouvrages de physiognomonie ont dernièrement été exhumés, qui montrent à quel point cet art occupait une place conséquente dans les connaissances, les croyances et la société de la Chine traditionnelle. Pour les besoins de cet article, nous avons étudié des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han obtenus par Aurel Stein à Dunhuang lors de sa deuxième expédition en Asie centrale, un livre sur soie exhumé à Mawangdui, des manuscrits datant des Qin découverts à Shuihudi, d’autres datant des Han découverts à Dunhuang et Xuanquan, des documents trouvés dans la grotte des sûtras ainsi que les dernières découvertes en date de vestiges culturels et de peintures murales traitant de la physiognomonie du cheval. Nous les avons confronté à des ouvrages passés à la postérité comme le Qimin yaoshu 齊民要術 (Principales techniques pour le bien-être du peuple) afin d’étudier les origines et le développement de la physiognomonie du cheval pendant les dynasties des Han et des Tang. Nous espérons que notre étude aidera à mieux connaître l’art du xingfa tel qu’il était pratiqué en Chine médiévale et à comprendre le développement des arts occultes chinois et le rapport les unissant au quotidien des populations.

97Le cinquième chapitre traite de l’aéromancie. À l’occasion d’un séjour à Berlin au printemps 2005, nous avons pour la première fois pu consulter les ouvrages exhumés à Turfan et conservés sous verre dans la bibliothèque nationale ; l’originalité de leur forme et de leur contenu a aiguisé notre intérêt. Nous avons alors entrepris de juger lesquels traitaient d’aéromancie, sans nous douter que l’entreprise serait aussi complexe : la représentation de l’univers, la notion de qi 氣, l’éthique politique, l’étiologie, la théorie musicale, les prédictions concernant les récoltes et les catastrophes naturelles, les neuf palais, les huit trigrammes, la divination par les oiseaux et leur attitude, la correspondance des sons nayin 納音, la divination dunjia 遁甲, tout cela formait un joyeux mélange. Si certaines questions restent à ce jour irrésolues, au moins ce chapitre souligne-t-il l’originalité de la découverte de ces documents dans les régions de l’Ouest chinois.

98Le sixième chapitre aborde l’art divinatoire usant de figurines magiques. Nous y étudions de petits objets en bois en forme de coin assez banals, sur lesquels sont peints ou gravés des traits humains. Stein découvre les premiers en 1907 sur des sites autour de la Grande Muraille. De nombreux autres ont été exhumés de ruines de tours de balise ou de tombes situées aux alentours de Dunhuang, Turfan et Juyan, sans que personne ne s’y intéresse, ce qui explique que nous n’ayons aucune explication logique concernant leur nature et leur fonction. Cet art partage son origine avec l’art de l’installation appliqué aux maisons et aux tombes et est intrinsèquement lié avec les croyances primitives de cérémonies destinées aux dieux de la terre pour conjurer le mauvais sort 解土鎮厭. Ces coins plantés dans le sol servaient à purger la peine du défunt à sa place et à endosser les malheurs à la place des proches du défunt encore vivants. Parallèlement, ils avaient une fonction exorcisante et protégeaient les tombes et les constructions. En dépit des barrières ethniques ou culturelles, cet art s’est propagé sur un territoire immense s’étendant du sud de la Sibérie à la ville de Nara au Japon, et a fusionné les pratiques primitives de sorcellerie, de culte des idoles et d’exorcisme taoïste. Ce sujet ouvre sur le rôle que la route de la Soie a joué dans les échanges intellectuels au fil de l’histoire de l’humanité. Il donne également à voir un nouvel exemple des vies et des croyances des populations étudiées depuis l’angle de la diffusion interculturelle.

99Avec ce livre, nous avons voulu reconstituer la scène des arts et des sciences de l’époque médiévale et tenter, à partir des différentes phases d’élaboration d’une tradition intellectuelle (création, copie, adaptation, consommation et régénération des connaissances, moyens de diffusion et de contrôle des connaissances, psychologie culturelle et symbolique culturelle dans le choix des textes pour les compilations, propagation et influence des rituels religieux, notions imprégnant les croyances et l’idéologie, rôle du ressenti et de la réflexion individuels sur la production des connaissances) de mener une nouvelle réflexion sur le sens des arts occultes et de l’histoire naturelle en histoire sociale, en histoire intellectuelle et en histoire civilisationnelle, notamment sur le rapport entre l’élaboration des connaissances, la forme des écrits, les pratiques d’écriture et l’utilisation pratique de ces textes. Nous avons souhaité mettre en lumière les références croisées existant d’une source à l’autre, qu’il s’agisse de documents exhumés, d’ouvrages traditionnels, d’objets archéologiques ou d’ouvrages trouvés à l’étranger. Nous avons également cherché à faire dialoguer les écrits et les images en invoquant dans notre analyse les traditionnelles « études primaires » — la science des noms, l’historiographie, l’archéologie et la linguistique — ainsi que les résultats fournis par la science moderne. Nous avons voulu mener une étude englobante pour dissiper les malentendus existant entre les différentes sciences et pour, en plus de faire avancer un domaine de connaissance précis, révolutionner notre approche méthodologique.

  • 113 Tiré de Wu Hong 巫鴻 ; Zheng Yan 鄭巖, Wang Rui 王睿 (dir.), Liyi zhong de meishu – Wu Hong Zhongguo guda (...)
  • 114 Tiré de Rong Xinjiang 榮新江, Sui Tang Chang’an : xingbie, jiyi ji qita 隋唐長安:性 別、記憶及其他 (La Chang’an so (...)
  • 115 “從周邊看中國 » (« Examiner la Chine depuis ses marges ») est une expression de Ge Zhaoguang 葛兆光 et une d (...)
  • 116 Pour plus d’explications sur la méthode « aux confins de la Chine des Hua et des Xia » et sur les « (...)
  • 117 L’idée d’un « patrimoine génétique culturel » est celle de Shi Zhouren 施舟人 (Kristofer Schipper), «  (...)

100La Chine médiévale était un pays absolument merveilleux. Les ouvrages exhumés, ceux qui ont été trouvés à l’étranger, les ruines archéologiques et les vestiges peuvent-ils nous faire à nouveau goûter cette splendeur perdue ? Existe-t-il d’autres moyens de comprendre « par l’empathie » la société médiévale chinoise que dans le cadre « de l’ethnie et de la culture » 種族與文化 préconisé par Chen Yinke 陳寅恪 ? Peut-on adopter des dimensions de réflexion autres que « Beaux-arts dans les rituels » 禮儀中的美 術113, « Mémoire historique de la Chang’an des Sui et des Tang » 隋 唐長安的歷史記憶114 et « La Chine depuis ses marges » 從周邊看中 國115 ? L’extrait « Aux confins de la Chine des Hua et des Xia » 華夏 邊緣116, qui nous montre une civilisation mêlant Han et non-Han, peut-il servir d’endoscope pour connaître le « patrimoine génétique culturel » 文化基因庫117 d’une époque ? Nous avons essayé, en partant de preuves avérées, de répondre à ces questions, en espérant que nos réponses trouveront un écho.

101Ce travail en histoire naturelle et sur la route de la Soie représente à la fois un tournant dans la méthodologie historique et un renouvellement de notre vision personnelle de l’histoire. La recherche en histoire est-elle capable de faire autre chose que la peinture générale des évènements, ce à quoi prétend la recherche en histoire politique, économique et culturelle, comme par exemple d’entrer en contact et de percevoir les signes et les pulsations d’une époque ? Pour nous, la recherche en histoire doit chercher à se rapprocher des expériences individuelles des populations de l’antiquité, doit révéler nos différents niveaux de compréhension et de réflexion par rapport à l’histoire et doit chercher à saisir l’esprit et l’aspect d’une époque. Les historiens ont la responsabilité de réfléchir aux expériences et aux vies passées des hommes, une réflexion qui, loin d’être uniquement théorique et spéculative, doit être perceptible, physique, et s’ancrer dans la compréhension de la vie contemporaine. En d’autres termes, « celui qui sait observer l’eau observe d’abord ses vagues ». L’eau, toujours changeante, ne revêt pas de forme permanente et ne montre aucun signe de croissance. Peut-être une analogie avec les veines du bois serait plus appropriée. La forme et les motifs d’un bout de bois sont autant de marques que la vie lui a laissées ; toutes ces cicatrices, plus ou moins anciennes, nous en disent long sur la nature, les hommes, l’histoire, ses dispositions. Avec son amour des lettres et son goût pour l’histoire, l’historien est celui qui, à partir d’une seule feuille morte, enquête et cherche à reconstituer un bois dense. Mais peut-être cela lui permet-il de s’interroger de manière plus vivante sur « l’univers dans une coquille de noix » et sur « les causes présidant aux imperceptibles changements des voies du destin ».

***

102Les articles qui sont à l’origine de ce livre sont tirés d’une série de conférences que j’ai données entre les mois de janvier et mars 2015, alors que j’étais professeur invité à l’École des hautes études en sciences sociales et à l’École normale supérieure. Je tiens à remercier Cléo Carastro et Michel Espagne pour m’avoir invité à donner ces conférences, Christian Lamouroux pour les avoir présidées, Étienne de la Vaissière, Antonella Romano, Stéphane Dugast, Éric Trombert pour l’organisation minutieuse qu’ils ont mise en place, ainsi qu’Alain Arrault, Christine Mollier et Liying Kuo pour leur aide enthousiaste. C’est Michel Espagne, directeur du labex TransferS, qui s’est chargé de trouver traducteur et éditeur pour mes articles ; c’est grâce à son soutien sans faille que ces derniers ont pu être traduits du chinois et publiés en français. Entre 2016 et 2017, en tant que membre du Starr Foundation East Asian Studies Endowment Fund, j’ai passé une année inoubliable sur le beau et tranquille campus de l’Institute for Advanced Study, où j’ai pu procéder à la révision des traductions dans une atmosphère universitaire empreinte de rigueur et de grâce. Je souhaite à ce propos exprimer ma sincère reconnaissance à l’East Asian Studies Group de Nicola Di Cosmo, qui s’efforce d’être un paradis pour universitaires garantissant une liberté intellectuelle totale. L’application soutenue de la traductrice, Lucie Modde, pendant toute la durée de ce travail m’a profondément touché ; sans cet effort concerté, jamais la version française de ce livre n’aurait pu paraître en si peu de temps. Le professeur Alain Arrault, le docteur Wu Nengchang 巫能昌et le doctorant Zhong Wumo 鍾無末 m’ont pour leur part suggéré de nombreuses corrections. Ce livre n’aurait pu voir le jour sans leur aide, pour laquelle je les remercie tous trois solennellement.

103La carte inédite qui se trouve en début d’ouvrage a été réalisée par Zhong Chong and Sun Changqilin.

104Je tiens également à remercier Julie Gary et Romain Lefebvre pour leur contribution intensive à l’édition de cet ouvrage et l’acuité de leur regard ; l’absolue fidélité de cette version française à l’original leur doit beaucoup.

Bibliographie

Références bibliographiques

Liste des anonymes

Sans nom d’auteur, en chinois, « Fusang liuzhen : Ricang Liuchao Suitang Hanji jiuchaoben yicun chukao » 扶桑留珎:日藏六 朝隋唐漢籍舊鈔本佚存初考 (Trésor resté au Japon : étude préliminaire des anciens manuscrits chinois de l’époque des Six Dynasties, des Sui et des Tang trouvés au Japon ; deux annexes »), Guoji Hanxue yanjiu tongxun 國際漢學研究通訊, no 2 Beijing, Zhonghua shuju, 2011.

Sans nom d’auteur, en japonais, « Hakubutsushi itsubun hosei (ue, ka) » 博物志佚文補正(上、下) (Version complétée et révisée du Bowuzhi [deux tomes]), Gakurin 學林, no 12, 1989.

Sans nom d’auteur, en japonais, Hakubutsugakusha retsuden 博 物學者列傳 (Biographies de chercheurs en histoire naturelle), Tōkyō, Yasakashobō, 1991.

Sans nom d’auteur, en japonais, Hakubutsushi Kenkyū han 博物 志研究班 (Groupe de recherche sur le Bowuzhi), « Hakubutsushi kōsen » (1) 博物志校箋 (1) [Commentaires revus sur le Bowuzhio, Tōhō gakuhō 東方學報, no 59, 1987.

Sans nom d’auteur, en chinois, Hou Hanshu 後漢書 (Histoire des Han postérieurs), rouleau 82 (1), Beijing, Zhonghua shuju, 1965.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Jiuchaoben guleishu Mifulüe canjuan zhong suojian Donguanhanji yiwen jikao » 舊鈔本古 類書〈秘府略〉殘卷中所見〈東觀漢記〉佚文輯考 (Étude des passages du livre perdu Chronique des Han de Dongguan dans les fragments de la copie de l’encyclopédie Mifulüe), Gudian wenxian yanjiu 古典文獻研究, no 13, Nanjing, Fenghuang chubanshe, 2010.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Liuchao houqi Jiangnan yishuti Yi xue jianlun – yi ricang hanji jiuchaoben Jiang Zhouyi shulunjia yiji canjuan wei zhongxin » 六朝後期江南義疏體〈易〉 學譾論 — — 以日藏漢籍舊鈔本〈講周易疏論家義記〉殘卷爲中 心 (Essai sur les études sur le Livre des mutations composées en style yishu dans le Jiangnan de la fin de l’époque des Six Dynasties — notamment sur les fragments de l’exemplaire du Jiang Zhouyi shulunjia yiji trouvé au Japon), Shiyusuo jikan 史語 所集刊, no 81, partie ii, 2010.

Sans nom d’auteur, en japonais, Ōta Shōjirō chosakushū 太田晶 二郎著作集 (Œuvres d’Ōta Shōjirō), vol. I, Tōkyō, Yoshikawa kōbunkan, 1991.

Sans nom d’auteur, en japonais, « Shiko teiyō no Hakubutsushi hyōka ni tsuite » 〈四庫提要〉の〈博物志〉評價について (Remarques sur le Bowuzhi incluses dans l’abrégé de la Collection complète en quatre recueils), Gakurin 學林, no 11, 1988.

Sans nom d’auteur, en chinois, « Suitang shidai zhongceng xuewen shijie yanjiu xushuo – yi Jingdu daxue yingyin jiuchaoben Wenxuan jizhu wei zhongxin » 隋唐時代“中層學問世界” 研究序說 — — 以京都大學影印舊鈔本〈文選集注〉爲中心 (Introduction à une recherche sur le monde des connaissances moyennes sous les Sui et les Tang au travers de la reproduction de l’université Kyōto d’une copie du Wenxuan jizhu), Gudian wenxian yanjiu 古典文獻研究, no 14, Nanjing, Fenghuang chubanshe, 2011.

Liste par auteur

Bagnall, Roger, Reading Papyri, Writing Ancient History, London, New York, Routledge, 1995.

Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, Paris, Armand Colin, 1952.

Bo Shuren 薄樹人 (dir.), Zhongguo kexue jishu dianji tonghui – tianwen juansi 中國科學技術典籍通匯·天文卷四 (Circulation des ouvrages scientifiques et techniques chinois – Astronomie, vol. 4), Zhengzhou, Henan jiaoyu chubanshe, 1993.

Brokaw, Cynthia J., Printing and Book Culture in Late Imperial China, Berkeley, University of California Press, 2005.

Chen Yinke 陳寅恪, « Feng Youlan zhongguo zhexueshi shangce shencha baogao » 馮友蘭中國哲學史上冊審查報告 (Rapport critique du premier volume de l’histoire de la philosophie chinoise de Feng Youlan), Jinmingguan conggao erpian 金明館叢稿二編 (Deuxième recueil de Jinmingguan), Beijing, Sanlian shudian, 2001.

Chen Yuanpeng 陳元朋, « Chuantong bowu zhishi li de zhenshi yu xiangxiang : yi xijiao yu xiniu wei zhuti de ge’an yanjiu » 傳統 博物知識裡的“真實”與“想象”:以犀角與犀牛爲主體的個 案研究 (Réalité et imaginaire dans les connaissances traditionnelles en histoire naturelle : le cas de la corne du rhinocéros et du rhinocéros), Guoli zhengzhi daxue lishi xuebao 國立政治大學 歷史學報, no 33, mai 2010.

Chia, Lucille and De Weerdt, Hilde (ed.), Knowledge and Text Production in an Age of Print : China, 900-1400, Leiden, Brill, 2011.

Chia, Lucille, Printing for Profit : The Commercial Publishers of Jianyang, Fujian (11th-17th Centuries), Cambridge, Harvard University Asia Center, 2003.

Chu Ping-yi 祝平一 (dir.), Zhongguoshi xinlun – keji yu Zhongguo shehui fence 中國史新論──科技與中國社會分冊 (Nouvelle histoire chinoise – fascicule sur les sciences et techniques et la société chinoise), Taibei, Academia sinica, Lianjing chuban gongsi, 2010.

Drège, Jean-Pierre, Les Bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

Du You 杜佑, Tongdian 通典 (Documents généraux), notes de Wang Wenchu 王文楚, Beijing, Zhonghua shuju, 1988.

Duan Chengshi 段成式, Fang Nansheng (notes), Youyang zazu 酉陽 雜俎 (Miscellanées de Youyang), Beijing, Zhonghua shuju, 1986.

Duan Chengshi 段成式, édition révisée de Fang Nansheng 方南生, Beijing, Zhonghua shuju, 1981.

Febvre, Lucien, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999.

Feng Shengjun 馮勝君, « Cong chutu wenxian kan chaoshou zai xian Qin wenxian chuanbu goucheng zhong suo chansheng de yingxiang » 從出土文獻看抄手在先秦文獻傳佈過程中所產生的 影響 (L’influence des écrivains sur la diffusion des documents datant des Qin antérieurs et des Han à partir de documents exhumés), Jianbo 簡帛, no 4.

Feng Shengjun 馮勝君, « Chutu cailiao suojian xianqin gushu de zaiti yiji goucheng he chuanbu fangshi » 出土材料所見先秦古書 的載體以及構成和傳佈方式 (Supports et modes d’élaboration et de diffusion des ouvrages avant les Qin à partir de documents exhumés), Centre de recherche en textes anciens et documents exhumés de l’université Fudan (dir.), Chutu wenxian yu gu wenzi yanjiu 出土文獻與古文字研究, no 4, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011.

Fujieda Akira 藤枝晃 défendait déjà cette idée dans son Monji no bunkashi 文字の文化史 (Histoire culturelle de l’écrit), Tōkyō, Iwanami shoten, 1971.

Fujii Jōji 藤井讓治, Sugiyama Masaaki 杉山正明, Kinda Akihiro 金 田章裕 (dir.), Daichi no shōzō : ezu, chizu ga kataru sekai 大地の 肖像:絵圖·地圖が語る世界 (Portrait de la Terre : le monde tel que décrit par les peintures et les cartes), Kyōto, Kyōto Daigaku Gakujutsu Shuppankai, 2007.

Gai Shanlin 蓋山林, « Wu Huwu yinshan yanhua zuozhe » 巫·胡 巫·陰山岩畫作者 (Les wu, les wu chez les barbares, les artistes des images pariétales des monts Yin), Neimenggu shiyuan xuebao (zhexue shehui kexueban) 內蒙古師院學報(哲學社會科學版), no 4, 1982.

Ge Zhaoguang 葛兆光, « Sixiangshi shiye zhong de kaogu yu wenwu » 思想史視野中的考古與文物 (Archéologie et biens culturels en histoire de la pensée), Wenwu 文物, 2000.

Ge Zhaoguang, « Shanhaijing, Zhigongtu he lüxingji zhong de yiyu jiyi – Li Madou laihua qianhou Zhongguoren guanyu yiyu de zhishi ziyuan ji qi bianhua » 山海經、職貢圖和旅行記中的異 域記憶──利瑪竇來華前后中國人關於異域的知識資源及其變 化 (Traces de l’étranger au travers du Livre des montagnes et des mers, des Illustrations des tributs et des récits de voyageurs – les sources liées à la représentation chinoise mentale de l’étranger et ses évolutions à l’époque de l’arrivée de Matteo Ricci en Chine) in Gudai Zhongguo de lishi, sixiang yu zongjiao.

Ge Zhaoguang, « Shenme keyi chengwei sixiangshi de ziliao » 什 麼可以成爲思想史的資料 ? (Quelles sources peuvent servir de matériaux pour l’histoire de la pensée ?), Kaifang shidai 開放時 代, 2003.

Ge Zhaoguang, « Sixiangshi shiye zhong de tuxiang » 思想史視野 中的圖像 (Les images en histoire de la pensée), Zhongguo shehui kexue 中國社會科學, 2002.

Ge Zhaoguang, « Zuowei sixiangshi de guyutu » 作爲思想史的古輿 圖 (Les anciennes cartes des lieux carrossables en histoire de la pensée), in Gudai Zhongguo de lishi, sixiang yu zongjiao 古代中 國的歷史、思想與宗教 (Histoire, pensée et religions dans l’antiquité chinoise), Beijing, Beijing shifan daxue chubanshe, 2006.

Greatrex, Roger, The Bowu Zhi : An Annotated Translation (Skrikfter utgivha av Föreningen für Orientaliska Studier 20), Stockholm, 1987.

Heidegger, Martin, Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard, 1992.

Hu Baoguo 胡寶國, Han Tang jian shixue de fazhan 漢唐間史學的 發展 (Le développement de l’histoire entre les Han et les Tang), Beijing, Shangwu yinshuguan, 2003.

Hu Xinsheng 胡新生, « Lun Handai wugushu de lishi yuanyuan » 論 漢代巫蠱術的歷史淵源 (Les origines historiques de l’art des wu sous les Han), Zhongguo shi yanjiu 中國史研究, 1997.

Huang Huazhen 黃華珍, Riben Naliang Xingfusi cang liang zhong guchaoben yanjiu : fu Jiang Zhouyi shulunjia yiji, Jingdian shiwen, canjuan shuying 日本奈良興福寺藏兩種古鈔本研究:附〈講周 易疏論家義記〉、〈經典釋文〉殘卷書影 (Étude de deux copies anciennes trouvées dans le Kōfukuji de Nara : fragments imprimés du Jiang Zhouyi shulunjia yiji et du Jingdian shiwen), Beijing, Zhonghua shuju, 2011.

Hudūd al-ʿĀlam, « The Regions of the World » : A Persian Geography, 372 A.H.-982 A.D., 2e ed., traduit (du perse) et expliqué par V. Minorsky, London, Luzac, 1970.

Ikeda On 池田溫, « Tonkō » 敦煌, in Seikai no rekishi 世界の歴史 (Histoire mondiale), no 6, Higashi Ajia no henbō 東アジア世界 の變貌 (Les changements à l’œuvre en Asie orientale), Tōkyō, Chikuma shobō, 1961, initialement in Tonkō monjo no sekai 敦 煌文書の世界 (Le monde des documents de Dunhuang), Tōkyō, Meicho Kankōkai, 2003.

Isono Naohide 磯野直秀, Nihon hakubutsushi nenpyō 日本博物 志年表 (Chronologie de l’histoire naturelle japonaise), Tōkyō, Heibonsha, 2002.

Jao Tsung-I 饒宗頤, « Lishijia dui samanzhuyi ying chongxin zuo fansi yu jiantao – wu de xin renshi » 歷史家對薩滿主義應重 新作反思與檢討──“巫”的新認識 (Les historiens devraient repenser et réexaminer le shamanisme – pour une nouvelle compréhension des wu), Zhonghua whenhua de guoqu xianzai yu weilai – Zhonghua shuju chengli bashi zhou nian lunwen ji 中華 文化的過去現在與未來──中華書局成立八十周年紀念論文集, Beijing, Zhonghua shuju, 1992.

Jao Tsung-I, Fuhao, chuwen yu zimu – Hanzi shu 符號·初文與字 母──漢字樹 (Signes, premiers caractères et lettres – l’arbre des caractères chinois), Shanghai, Shanghai shudian chubanshe, 2000.

Jin Bingjun 金秉駿, « Ruhe jiedu Zhanguo Qin Han jiandu zhong judou fuhao ji qi yu yuedu guocheng de guanxi » 如何解讀戰 國秦漢簡牘中句讀符號及其與閱讀過程的關係 (Comment comprendre les signes de ponctuation sur les ouvrages sur lattes de bambou datant des Royaumes combattants, des Qin et des Han et leur rapport avec la lecture), Jianbo 簡帛, no 4.

Jin Chengyu 金程宇, Yuwai Hanji congkao 域外漢籍叢考 (Étude des ouvrages chinois découverts à l’étranger), Beijiing, Zhonghua shuju, 2007.

Jin Chengyu 金程宇, Xijian Tang Song wenxian congkao 稀見唐宋文 獻叢考 (Étude de documents rares datant des Tang et des Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2009.

Junjirō, Takakusu, and Watanabe Kaigyoku. « Taishō shinshū daizōkyō. » Taishō Issaikyō Kankōkai, 1932.

Kai-wing Chow, Publishing, Culture, and Power in Early Modern China, Stanford, Stanford University Press, 2005.

Kalinowski, Marc, Cosmologie et divination en Chine ancienne. Le Compendium des cinq agents (Wuxing dayi, vie siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991.

Kawase Kazuma 川瀨一馬, Shoshigaku nyūmon 書誌學入門 (Rudiments de bibliographie).

Koizumi Enjun 古泉圓順, Hōyōshō 寶要抄 (Le Hōyōshō), version avec explications, Kyō’u 杏雨, no 5, 2002.

Lai Guolong 來國龍, « Lun Zhanguo Qin Han xieben wenhua zhongwen ben de liudong yu guding » 論戰國秦漢寫本文化中文本的 流動與固定 (Mutabilité et permanence des textes chinois issus de la culture écrite des Royaumes combattants, des Qin et des Han), Jianbo 簡帛, no 2, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2007.

Lewis, Mark Edward, Writing and Authority in Early China, New York, State University of New York Press, 1999.

Li Dehui 李德輝, « Lun Han Tang liang Song hingji de yuanyuan liubian » 論漢唐兩宋行記的淵源流變 (Le changement des origines des récits de voyage datant des Han, des Tang et des Song), Zhonghua wenshi luncong 中華文史論叢, 2010.

Li Dehui 李德輝, Jin Tang liang Song xingji jijiao 晉唐兩宋行記輯校 (Compilation révisée de récits de voyage datant des Jin, des Tang et des Song, Shenyang, Liaohai chubanshe, 2009.

Li Jianguo 李劍國, Tangqian zhiguai xiaoshuo shi 唐前志怪小說史 (Histoire des romans fantastiques avant les Tang, édition révisée), Tianjin, Tianjin jiaoyu chubanshe, 2005.

Li Jianmin 李建民, « Fangshu shi yanjiu chuyi » 方術史研究芻議 (Mon humble avis sur la recherche en histoire des arts occultes), in Fangshu yixue lishi 方術·醫學·歷史 (Arts occultes, médicine, et histoire), Taibei, Nantian shuju, 2000.

Li Ling 李零, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源流 (Anciens textes sur bambou et soie et l’origine et le développement de la discipline concernée), Beijing, Sanlian shudian, 2004.

Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術考 (Étude des arts occultes chinois, version révisée), Beijing, Dongfang chubanshe, 2001.

Li Mengtao 李孟濤, « Shitan shuxiezhe de shizi nengli ji qi dui liuchuan wenben de yingxiang » 試探書寫者的識字能力及其 對流傳文本的影響 (Essai sur la littératie des écrivains et son influence sur la diffusion des ouvrages), Jianbo 簡帛, no 4.

Liang Qichao 梁啟超, « Xue yu shu » 學與術 (Théories et techniques), Guofeng bao 國風報, 16 juin 1911.

Liang Qichao 梁啟超, « Yinyang wuxing shuo zhi laili » 陰陽五行說 之來歷 (Histoire de la doctrine du yinyang et des cinq éléments), Gushi bian 古史辨, volume 5, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1982.

Liu Yuan-ju 劉苑如, « Yuwang chenshi/jingnei penglai – Shiyiji de Zhongguo tuxiang » 欲望塵世/境內蓬萊──〈拾遺記〉的中國 圖像 (Les désirs du monde d’ici-bas/d’un paradis sur terre – les images de la Chine dans le Shiyiji), Li Fengmao 李豐楙, Liu Yuan-ju (dir.), Kongjian, diyu yu wenhua – Zhongguo wenhua kongjian de shuxie yu chanshi 空間、地域與文化──中國文化空間的 書寫與闡釋 (Espace, lieux et culture : écriture et explication de l’espace culturel chinois), Taibei, Zhongyanyuan Zhongguo wenzhe yanjiusuo, 2002.

Liu Yuan-ju, Chaoxiang shenghuo shijie de wenxue shuanshi – Liuchao zongjiao xushu de shenti shijian yu kongjian shuxie 朝 向生活世界的文學詮釋──六朝宗教敘述的身體實踐與空間書 寫 (Exégèse littéraire en direction du monde des vivants – la pratique corporelle et l’écriture de l’espace dans le récit religieux sous les Six Dynasties), Taibei, Xinwenfeng chubanshe, 2010.

Lu Yang 陸揚, « Xifang Tangshi yanjiu gaiguan » 西方唐史研究概 觀 (Aperçu des études occidentales sur l’histoire des Tang), in Zhang Haihui 張海惠 (dir.), Beimei zhongguoxue yanjiu — gaishu, zhuanti ji ziyuan 北美中國學──研究概述與文獻資源 (Sinologie en Amérique du Nord – recherches et ressources documentaires), Beijing, Zhonghua shuju, 2010.

Luo Guowei 羅國威, « Riben xinchu guchao Wenxuan jizhu — Nandu fu canjuan kao » 日本新出古鈔〈文選集注·南都賦〉殘 卷考 (Étude des fragments d’un exemplaire découvert au Japon d’une version annotée de l’Anthologie de la littérature — Fu de Nandu), Wenshi 文史, 2006.

Mair, Victor H., « Old Sinitic *Mᵞag, Old Persian Maguš, and English “Magician” », Early China, Vol. 15, 1990.

Matsumoto Yukio 松本幸男, « Resshi no setsuwa to Chō Ka Hakubutsushi » 〈列子〉の說話と張華〈博物志〉 (Les histoires du Liezi et le Bowuzhi de Zhang Hua), Ritsumeikan bungaku 立命 館文學, no 508, 1988.

McDermott, Joseph P., A Social History of the Chinese Book : Books and Literati Culture in Late Imperial China, Hong Kong, Hong Kong University Press, 2006.

McDermott, Joseph P., A Social History of the Chinese Book : Books and Literati Culture in Late Imperial China, trad. He Chaohui 何朝 暉, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 2009.

McKenzie, D. F., Bibliography and the Sociology of Texts, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Minaguchi Motoki 水口幹記, Nihon kodai kanji juyō no shiteki kenkyū 日本古代漢籍受容の史的研究 (Étude de l’histoire de la réception des ouvrages chinois dans l’antiquité japonaise), Tōkyō, Kyūkoshoin, 2005.

Minaguchi Motoki, Chen Xiaofa 陳小法, « Riben suochang tangdai yishu tiandi ruxiang zhi lueshu » 日本所藏唐代佚書〈天地瑞祥 志〉略述 (Description de l’ouvrage des Tang Traité des présages du ciel et de la terre disparu en Chine et conservé au Japon), Wenxian 文獻, 2007.

Miyake Tetsujō 三宅徹誠, 〈Gengukyō〉 sho hon hikaku kenkyū ─ ─ Tonkō hon to Nihon ko shakyō hon o chūshin ni 〈賢愚經〉 諸本比較研究──敦煌本と日本古寫經本を中心に (Étude comparée du Sûtra du sage et de l’idiot – exemplaire de Dunhuang et ancien ouvrage japonais), Bokyō bunken to bungaku 佛教文獻 と文學 (Documents et littérature bouddhistes), Tōkyō, Kokusai Bukkyōgaku Daigakuin Daigaku Gakujutsu Furontia Jikkō Iinkai, 2008.

Mo Junqing 莫俊卿, « Yuewu jibu yuanliu kao » 越巫雞卜源流考 (Étude des origines de la divination par les os de poulet de la région du Yue), Zhongnan minzu xueyuan xuebao (shehui kexue) 中南民族學院學報(社會科學), 1986.

Mori Shikazō 森鹿三, « Jin’no hon he shosai yakuhin ni tsuite » 神農 本經所載藥品について (Sur les remèdes présentés dans le Traité de pharmacopée de Shennong), initialement in Tōhō gakuhō 東 方學報, no 25, 1954. Nous nous sommes ici appuyés sur la version publiée dans Honzōgaku kenkyū 本草學研究 (Étude des traités de pharmacopée), Ōsaka, Takeda kagaku shinkō zaidan Kyō-u shōku, 1999.

Murakami Yōichirō 村上陽一郎, « Kōjō kara mōichido gekijō e » 工 場からもう一度劇場へ (Une nouvelle fois, de l’usine au théâtre), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすすめ (Hors-série : recommandations de lecture en histoire naturelle), février 1985.

Nakamura Fusetsu 中村不折, Uiki shutsudo bokuhou shohou genryuukou 禹域出土墨寶書法源流考 (Étude de l’origine des styles d’antiques calligraphies exhumées en Chine), tome 1, Tōkyō, Tōzai Shobō, 1927. trad. Li Defan, Beijing, Zhonghua shuju, 2003.

Nakamura Keiko 中村桂子, « Seibutsugaku wa honshitsu ni hakubutsugaku » 生物學ほ本質に博物學 (La biologie est fondamentalement de l’histoire naturelle), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすす め, 1985.

Nakamura Shōhachi 中村璋八, « Tenchi zuisho shi ni tsuite » 天 地瑞祥志について (Du Traité des présages du ciel et de la terre), Nihon onmyōdō sho no kenkyū 日本陰陽道書の研究 (Étude des ouvrages japonais sur l’onmyōdō) [version augmentée], Tōkyō, Kyūkoshoin, 1985.

Ngo Van Xuyet, Divination, magie et politique dans la Chine ancienne, Paris, Puf, 1976.

Nishibayashi Shōichi 西林昭一 (rév.), Groupe d’étude sur les traces écrites dans l’Ouest chinois 西域書跡考察團, Hon no Shiruku Rōdo 書のシルクロード (La route de la Soie des livres), Kyōto, Ryūen shoten, 1997.

Nugent, Christopher, « Literary Collections in Tang Dynasty China », T’oung Pao, Vol. 93, 2007.

Nugent, Christopher, Manifest in Words, Written on Paper : Producing and Circulating Poetry in Tang Dynasty China, Cambridge, Harvard University Asia Center, 2011.

Ōba Osamu 大庭修, trad. Xu Shihong 徐世虹, « Mujian zai shijie geguo de shiyong yu Zhongguo mujian xiang zhi de bianhua » 木簡在世界各國的使用與中國木簡向紙的變化 (L’utilisation des lattes en bois dans différents pays du monde et le passage en Chine des lattes en bois au papier), Chutu wenxian yanjiu 出土文 獻研究, no 4, Beijing, Zhonghua shuju, 2001.

Okada Jō 岡田讓 (et al., dir.), Bunkazai kōza — Nihon no bijutsu 文 化財講座 日本の美術 (Conférences sur les biens culturels – les beaux-arts japonais), no 15, Tenseki 典籍 (Anciens livres) II, Tōkyō, Daiichi Hōki Shuppan Kabushiki Kaisha, 1983.

Okazaki Hisaji, dir., Tōkyō, Yūshōdō, 2001.

Ōta Shōjirō 太田晶二郎, « Tenchi zuishō shi ryakusetsu -- tsuke tari, sho hiku no tōrei itsubun » 〈天地瑞祥志〉略說 — — 附けたり、 所引の唐令佚文 (Sur le Traité des présages du ciel et de la terre – usage et citation des manuscrits perdus composés sous les Tang), originellement publié dans Tōkyō Daigaku Shiryō Hensanjo hō 東 京大學史料編纂所報, no 7, 1972.

Owen, Stephen, « The Manuscript Legacy of the Tang : The Case of Literature », HJAS, Vol. 67, No. 2, 2007.

Pinner, H. L., The World of Books in Classical Antiquity, Leiden, A. W. Sijthoff, 1958.

Qian Cunxun, Shu yu zhubo : Zhongguo gudai de wenzi jilu, 2006.

Qian Cunxun 錢存訓, Shu yu zhubo : Zhongguo gudai de wenzi jilu 書 於竹帛:中國古代的文字記錄 (Écrire sur des lattes de bambou et de la soie : les traces écrites en Chine ancienne), Shanghai, Shanghai shudian chubanshe, 2006.

Rochat de La Vallée, Élisabeth, La symbolique des nombres dans la Chine traditionnelle. Desclée de Brouwer, 2018.

Rong Xinjiang 榮新江, « Cong Hetian chutu Lanting muben kan Zhongguo wenhua zai xiyu de liuchuan » 從和田出土<蘭亭>摹 本看中國文化在西域的流傳 (La diffusion de la culture chinoise dans les régions occidentales au prisme des exemplaires du Pavillon des orchidées exhumés à Khotan »), 4e conférence des recherches menées sur la Chine médiévale à l’université Fudan, département d’histoire de l’université de Fudan, 5 novembre 2010.

Rong Xinjiang 榮新江, « Kanshi Gaochang wangguo yu Rouran, xiyu de guanxi » 闞氏高昌王國與柔然、西域的關係 (Les relations entre le royaume de Gaochang des Kan, les Rouran et les régions occidentales), Lishi yanjiu 歷史研究, 2007.

Rong Xinjiang 榮新江, Jiuzhou xuekan 九州學刊, vol. 6, no4, Dunhuangxue zhuanhao 敦煌學專號 (Numéro spécial sur les études de Dunhuang), 1995.

Rong Xinjiang 榮新江, Sui Tang Chang’an : xingbie, jiyi ji qita 隋唐 長安:性別、記憶及其他 (La Chang’an sous les Sui et les Tang : sexe, mémoire et autres), Hong Kong, Sanlian shudian, 2009.

Rong Xinjiang 榮新江, Yu Xin 余欣, « Tonkō shahon shingi benbetsu ― Hōjin no kōjita “yugashidjiron” no gakusei ni yoru hikki o chūshin to shite » 敦煌寫本真偽弁別示例──法成の講じた〈 瑜伽師地論〉の學生による筆記を中心として (Vérification de l’authenticité des manuscrits de Dunhuang : étude des notes d’un élève sur le Yogacarabhumi sastra expliqué par le moine Facheng), Ishizuka Harumichi Kyōju Taishoku Kinenkai 石塚晴 通教授退職紀念會, Nihongaku, Tonkōgaku, kanbun kundoku no shintenkai 日本學·敦煌學·漢文訓讀の新展開 (Nouvel essor des études japonaises, des études de Dunhuang et de l’étude de la prononciation des caractères chinois), Tōkyō, Kyūkoshoin, 2005.

Sakede Yoshinobu 坂出祥伸, « Hōjutsu-den no seiritsu to sono seikaku » 方術傳の成立とその性格 (L’écriture du chapitre sur les arts occultes et sa nature), Yamada Keiji 山田慶兒 (dir.), Chūgoku no kagaku to kagakusha 中國の科學と科學者 (Les sciences et les scientifiques chinois), Kyōto, Kyōto Daigaku Jinbun Kagaku Kenkyūjo, 1978.

Sakede Yoshinobu 坂出祥伸, version révisée in Chūgoku kodai no senpō : gitsutsu to jujutsu no shūhen 中國古代の占法――技術 と咒術の周邊 (La divination en Chine antique : techniques et envoûtements), Tōkyō, Kenbun Shuppan, 1991.

Sasaki Satoshi 佐佐木聰, « P. 2682 Baize jingguai tu zaikao » P. 2682 <白澤精怪圖>再考 (P. 2682 – nouvelle étude sur Livre illustré des esprits et démons du marais blanc), 17e atelier d’études communes en histoire de la Chine antique à l’université de Fudan, 3 novembre 2010.

Shaughnessy, Edward, Rewriting Early Chinese Texts, New York, State University of New York Press, 2006.

Shen Weirong 沈衛榮, « Wo de xin zai nali » 我的心在哪裡 (Où mon âme se trouve-t-elle ?), Xizang lishi he fojiao de yuwenxue yanjiu 西藏歷史和佛教的語文學研究 (Étude linguistique de l’histoire et du bouddhisme tibétain), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2010.

Shi Zhouren 施舟人 (Kristofer Schipper), « Wenhua jiyinku – guanyu wenshixue de zuoyong yu qianjing » 文化基因庫──關於 文史學的作用與前景 (Dépôt génétique culturel – le rôle et les perspectives des recherches sur la littérature et l’histoire), in Zhongguo wenhua jiyinku 中國文化基因庫, Beijing daxue chubanshe, 2002.

Shizunaga Takeshi 靜永健, « Cong guchaojuan lai kan Ping’an wenren dui hanji de yuedu fangshi » 從古抄卷來看平安文人對漢籍 的閱讀方式 (Les indices que donnent les copies anciennes sur la lecture des ouvrages chinois par les lettrés de l’ère Heian), in Shizunaga Takeshi, Chen Chong 陳翀, Hanji dong jian ji Ricang guwenxian lin kaogao 漢籍東漸及日藏古文獻論考稿 (Essai sur le voyage vers l’est des ouvrages chinois et sur les documents anciens trouvés au Japon), Beijing, Zhonghu shuju, 2011.

Sun Yirang 孫詒讓, Zhayi 札迻 (Notes), annotations de Liang Yunhua 梁運華, Beijing, Zhonghua shuju, 1989.

Suzuki Masahiro 鈴木正弘, Dan kōji sen Kitado roku ni tsuite -- tō makki no reinan ni kansuru hakubutsugaku teki chojutsu 段公 路撰〈北戸録〉について — — 唐末期の嶺南に關する博物學的 著述 (Récits des Beihu par Duan Gonglu : écrits d’histoire naturelle du Lingnan à la fin des Tang), Risshō shigaku 立正史學 no 79, 1996.

Takayama Hiroshi 高山宏, « Shibutsu no kagaku » 死物の科學 (La science des choses mortes), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすすめ, 1985.

Takeda Masaya 武田雅哉 sur le travail de Berthold Laufer. Cf. « Itsudatsu o yoru ko bu hakubutsugaku » 逸脫をよるこぶ博物 學 (En partant d’une histoire naturelle élémentaire), Berthold Laufer ベルトルト・ラウファー, Sai to ikkakujū サイと一角 獣 (Rhinocéros et licorne), traduction de Takeda Masaya, Tōkyō, Hakuhinsha, 1992.

Takeda Tokimasa 武田時昌, « Shisōshi teki apurōchi ni yoru Chūgoku hakubutsugaku kenkyū no kokoromi » 思想史的ア プロ-チによる中國博物學研究の試み (Approche de l’histoire naturelle chinoise par l’histoire intellectuelle), Kobayashi Seiichi 小林清市, Chūgoku hakubutsugaku no sekai : Nanpou soumokujou, seimin youjutsu o chuushin ni 中國博物學の世界:<南方草木 狀>、<齊民要術>を中心に (Le monde vu par l’histoire naturelle chinoise : étude concentrée sur Catalogue des plantes du Sud et Principales techniques pour le bien-être du peuple), Tōkyō, Nōsan gyoson bunka kyōkai, 2003.

Tang Changru 唐長孺, « Nanbeichao qijian xiyu yu Nanchao de ludao jiaotong » 南北朝期間西域與南朝的陸道交通 (Communication terrestre entre les régions occidentales chinoises et les dynasties du Sud pendant la période des dynasties du Nord et du Sud), in Wei Jin Nanbeichao shilun shiyi 魏晉南北朝史論拾遺 (Ajouts à l’histoire des dynasties Wei, Jin et du Nord et du Sud), Beijing, Zhonghua shuju, 2011.

Tomiya Itaru 富谷至, Mokkan, chikukan no kataru Chūgoku kodai : shoki no bunkashi 木簡·竹簡の語る中國古代:書記の文化史 (La Chine antique des ouvrages sur bois et lattes de bambou : histoire culturelle des supports servant à l’écriture), Tōkyō, Iwanami shoten, 2014.

Tong Ling 童嶺, « Liuchao shidai guleishu Diaoyu ji canjuan kao » 六朝時代古類書〈琱玉集〉殘卷考 (Étude des fragments de l’encyclopédie Diaoyu ji datant de l’époque des Six Dynasties), Yuwai Hanji yanjiu jikan 域外漢籍研究集刊, no 6, Beijing, Zhonghua shuju, 2010.

Tsien Tsuen-hsuin, Science and Civilisation in China, vol. 5, Chemistry and Chemical Technology, part I : Paper and Printing, Cambridge University Press, 1985.

Ueno Masuzō 上野益三, Nihon hakubutsugakushi 日本博物學史 (Histoire des sciences naturelles au Japon, édition complétée), Tōkyō, Heibonsha, 1986.

Ueno Masuzō, Hakubutsugakushi ronshū 博物學史論集 (Série sur l’histoire des sciences naturelles), Tōkyō, Yasakashobō, 1984.

Wang Guoliang 王國良, Hanwu dongming ji yanjiu 漢武洞冥記研究 (Étude de Hanwudi à l’épreuve des arcanes), Taibei, Wenshizhe chubanshe, 1989.

Wang Mingming 王銘銘, « Zuowei shijie tushi de tianxia » 作爲 世界圖式的“天下” (La notion de tianxia comme schéma du monde), in Xixue Zhongguohua de lishi kunjing 西學“中國化” 的歷史困境 (Les difficultés historiques liées à la « sinisation » des sciences occidentales), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2005.

Wang Yao 王瑤, « Xiaoshuo yu fangshu » 小說與方術 (Romans et arts occultes), in Zhonggu wenxue shilun 中古文學史論 (De l’histoire de la littérature en Chine médiévale), Beijing, Beijing daxue chubanshe, 1986.

Wang Yiliang 王貽樑, Mutianzi zhuan huijiao jishi 穆天子傳匯校 集釋 (Explications et notes sur Chronique du roi Mu), Shanghai, Huadong shifan daxue chubanshe, 1994.

Wang Zijin 王子今, « Liang Han de yuewu » 兩漢的“越巫” (Les wu de la région du Yue sous les deux dynasties des Han), Nandu xuetan (Renwen shehui kexue xuebao) 南都學壇(人文社會科學 學報), no 25-1, 2005.

Wang Zijin, « Xi Han Chang’an de Huwu » 西漢長安的“胡巫” (Les wu-barbares à Chang’an sous les Han occidentaux), Minzu yanjiu 民族研究, 1997.

Wittgenstein, Ludwig, De la certitude, Paris, Gallimard, 2006.

Xiao Dongfa 蕭東發 (dir.), Cong jiaguwen dao E-publications – kuayue sanqian nian de Zhongguo chuban 從甲骨文到 E-publications──跨越三千年的中國出版 (Des inscriptions sur os et écailles aux e-publications – trois mille ans d’histoire de l’édition chinoise), Beijing, Waiwen chubanshe, 2009.

Xiao Ji 蕭吉, Wuxing da yi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō taigi kōchū 五行 大義校註 (Notes sur le Compendium des cinq agents), ouvrage de la collection Honokuni bunko 穂久邇文庫, Tōkyō, Kyūko sho’in, rééd. augmentée, 1998.

Xu Qianshi 徐前師, Tang xieben Yupian jiaoduan zhuben shuowen 唐 寫本玉篇校段注本說文 (Réviser le Shuowen annoté par Duan au regard du Yupian manuscrit des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2008.

Yamada Keiji 山田慶兒, « Zengen » 前言, « Honzō ni okeru bunrui no shisō » 本草における分類の思想 (La catégorisation à l’œuvre dans les traités de pharmacopée), Yamada Keiji (dir.), Higashi Ajia no honzō to hakubutsugaku no sekai 東アジアの本草と博 物學の世界 (Les traités de pharmacopée de l’Asie orientale et le monde selon l’histoire naturelle), Kyōto, Shibunkaku, 1995.

Yamada Toshiaki 山田利明, « Tankai fukei no seishi : Gokanjo “hōjutsuden” no tetsugaku » 誕怪不經の正史:〈後漢書〉方術 傳の哲學 (Des annales très étranges : la philosophie derrière le chapitre sur les arts occultes de l’Histoire des Han postérieurs), Chūgoku kenkyū shūkan 中國研究集刊, no 21, 1997.

Yamazaki Makoto 山崎誠, Jōren’in Ken’i sen Hōyōshō ni tsuite 成蓮 院兼意撰〈寶要抄〉について (Le Hōyōshō du moine Ken’i du monastère Jouren’in), version avec traduction, Hiroshima jōshi daigaku bungakubu kyō 廣島女子大學文學部紀要, no 22, 1986.

Yao Chongxin 姚崇新, « Tangdai Xizhou de yixue jiaoyu yu yiliao shijian – Tangdai Xizhou de jiaoyu zhi san » 唐代西州的醫學 教育與醫療實踐──唐代西州的教育之三 (Éducation médicale et pratique des traitements médicaux à Xizhou sous les Tang – l’éducation à Xizhou sous les Tang (III)), in Zhonggu yishu zongjiao yu xiyu lishi lungao 中古藝術宗教與西域歷史論稿 (Essai sur l’art et la religion à l’époque médiévale et sur l’histoire des régions occidentales), Beijing, Shangwu yinshuguan, 2011.

You Ziyong 游自勇, « Qian yan » 前言 (Préface), Xijian Tangdai tianwen shiliao san zhong 稀見唐代天文史料三種 (Trois rares documents historiques datant des Tang et traitant d’astronomie), Beijing, Guojia tushuguan chubanshe, 2011.

Yu Xin 余欣, Zhong Wumo 鍾無末, « Bowuxue de zhongwan Tang tujing : yi Beihulu de yanjiu wei zhongxin » 博物學的中晚唐圖 景:以〈北戶錄〉的研究爲中心 (L’histoire naturelle au milieu et à la fin des Tang à partir d’une étude du Beihulu), Zhonghua wenshi luncong 中華文史論叢, 2015.

Yu Xin, 余欣, « Tang Song zhi ji Dunhuang funü jieshe yanjiu – yi yi jia nürenshe shetiao wenshu kaoshi wei zhongxin » 唐宋之際敦 煌婦女結社研究──以一件女人社社條文書考釋爲中心 (Étude des sociétés féminines existant à Dunhuang sous les Tang et les Song – le cas d’un texte émanant d’une de ces sociétés), Renwen xuebao 人文學報 (Journal de sciences humaines de l’université Toritsu de Tōkyō), no 325, 2002.

Yu Xin 余欣, « Tulufan yanghai chutu Gaochang zaoqi xieben Yizazhan yanjiu » 吐魯番洋海出土高昌早期寫本〈易雜占〉研 究 (Étude du manuscrit Divination à partir de notes sur le Livre des mutations datant du début de la période Gaochang trouvé dans le quartier de Yanghai à Turfan) [co-écrit avec Chen Hao 陳 昊], Dunhuang Tulufan yanjiu 敦煌吐魯番研究, vol. 10, Shanghai Shanghai guji chubanshe, 2007.

Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu xinyang yu shehui 中古異相:寫本時代的學術、信仰與社會 (Signes extraordinaires en Chine médiévale : érudition, croyance et société à l’époque des manuscrits), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011.

Yu Yingshi 余英時, Wenshi chuantong yu wenhua chongjian 文史傳 統與文化重建 (Reconstruire les traditions littéraire et historique et la culture), Beijing, Sanlian shudian, 2004.

Yu Yue 俞樾, Gushu yiyi juli 古書疑義舉例 (Doutes que l’on peut avoir face à des ouvrages anciens), in Yu Yue et al., Gushu yiyi juli wuzhong 古書疑義舉例五種, Beijing, Zhonghua shuju, 1956.

Yuan Ke 袁珂 (notes), Shanhaijing jiaozhu 山海經校注 (Version révisée et annotée du Livre des montagnes et des mers), Chengdu, Bashu shushe, 1993.

Zhang Guangda 張廣達, « Daoli Bangguozhi qianyan » 道里邦國志 前言 (Introduction au Livre des Routes et des Royaumes), Ibn Khordadbeh 伊本·胡爾達茲比赫, trad. Song Xian 宋峴, Daoli Bangguo zhi 道里邦國志 (Livre des Routes et des Royaumes), Beijing, Zhonghua shuju, 1991.

Zheng Yan 鄭巖, Wang Rui 王睿 (dir.), Liyi zhong de meishu – Wu Hong Zhongguo gudai meishu shiwen bian 禮儀中的美術 — — 巫 鴻中國古代美術史文編 (Beaux-arts dans les rituels – Recueil de Wu Hong sur l’histoire des beaux-arts dans l’antiquité chinoise), Beijing, Sanlian shudian, 2005.

Zhu Yuanqing 朱淵清, « Wei Jin bowuxue » 魏晉博物學 (L’histoire naturelle sous les Wei et les Jin), Huadong shifan daxue xuebao (zhexue shehui kexuebao) 華東師范大學學報(哲學社會科學 版), vol. 32 no 5, septembre 2000.

Notes

1 Les expressions « arts étranges » 怪術 et « pratiques incroyables » 藝絕 proviennent des volumes 5 et 6 du Youyang zazu 酉阳杂俎 (Miscellanées de Youyang) de Duan Chengshi 段成式 (édition révisée de Fang Nansheng 方南生, Beijing, Zhonghua shuju, 1981).

2 Yu Yingshi 余英時, « Shitan Zhongguo renwen yanjiu de zai chufa » 試論中國人 文研究的再出發 (Essai de réflexion sur le nouveau départ de la recherche chinoise en humanités), in Wenshi chuantong yu wenhua chongjian 文史傳統與文化重建 (Reconstruire les traditions littéraire et historique et la culture), Beijing, Sanlian shudian, 2004, p. 510-544. Ce texte a non seulement ouvert notre réflexion sur notre discipline mais nous a également donné le courage de rompre l’enfermement qui était le nôtre.

3 Li Ling 李零, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu 簡帛古書與學術源流 (Anciens textes sur bambou et soie et l’origine et le développement de la discipline concernée), Beijing, Sanlian shudian, 2004, p. 423-424.

4 Parmi les ouvrages sur soie trouvés à Mawangdui 馬王堆 figure un Livre de la physiognomonie du cheval (Xiangma jing 相馬經) ; parmi ceux sur lattes de bambou datant des Han découverts à Shuanggudui 雙古堆, un Livre de la physiognomonie du chien (Xianggou jing 相狗經) ; parmi ceux sur lattes de bambou datant des Han découverts à Yinqueshan 銀雀山 une Méthode de physiognomonie du chien (Xianggou fang 相狗方) ; dans le document P. 2526 trouvé à Dunhuang, anciennement intitulé Encyclopédie du palais Xiuwen (Xiuwendian yulan 修文殿御覽), un Livre sur la physiognomonie de la grue (Xianghe jing 相鹤經) que l’on peut comparer avec les extraits que cite l’Encyclopédie de l’ère Taiping relue par l’empereur (Taiping yulan 太平御覽) et dans ceux sur lattes de bambou découverts à Juyan 居延 un Livre de la physiognomonie de l’épée (Xiang lishan daojian 相 利善刀劍). Ces différents ouvrages portant sur la physiognomonie mériteraient chacun une étude approfondie, ce que nous essaierons de faire à l’avenir.

5 Taishō Shinshū Daizōkyō, livre 19, milieu de la page 142.

6 « La tortue représente la divination par l’interprétation des figures formées par les craquelures apparaissant sur les carapaces de tortue chauffées. L’achillée représente la divination par les hexagrammes, résultant des manipulations de cinquante tiges d’achillée et des calculs faits sur les nombres ainsi obtenus. » cf. De La Vallée, Élisabeth Rochat, La symbolique des nombres dans la Chine traditionnelle. Desclée de Brouwer, 2018.

7 Xiao Ji 蕭吉, Wuxing dayi 五行大義 (Compendium des cinq agents), voir Nakamura Shōhachi 中村璋八, éd., Gogyō taigi kōchū 五行大義校註 (Notes sur le Compendium des cinq agents), ouvrage de la collection Honokuni bunko 穂久邇文庫, Tōkyō, Kyūko sho’in, rééd. augmentée, 1998, p. 6-8. Cette traduction, avec quelques modifications, se base sur celle de Marc Kalinowski, Cosmologie et divination en Chine ancienne. Le Compendium des cinq agents (Wuxing dayi, vie siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991, p. 139-140.

8 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, Paris, Armand Colin, 1952, p. 13-14.

9 Formulation empruntée à Shen Weirong 沈衛榮, « Wo de xin zai nali » 我的心在哪裡 (Où mon âme se trouve-t-elle ?), Xizang lishi he fojiao de yuwenxue yanjiu 西藏歷史和佛 教的語文學研究 (Étude linguistique de l’histoire et du bouddhisme tibétain), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2010, p. 1-9.

10 Chen Yinke 陳寅恪, « Feng Youlan zhongguo zhexueshi shangce shencha baogao » 馮友蘭中國哲學史上冊審查報告 (Rapport critique du premier volume de l’histoire de la philosophie chinoise de Feng Youlan), Jinmingguan conggao erpian 金明館叢稿二編 (Deuxième recueil de Jinmingguan), Beijing, Sanlian shudian, 2001, p. 279.

11 Le premier manuscrit sur papier a été trouvé sur le site de Xuanquan 懸泉, à Dunhuang. Il daterait du règne de Han Wudi et Han Zhaodi. Pourtant, jusque sous les Wei et les Jin, on utilisait papier et lattes de bambou. Cf. Ōba Osamu 大庭修, trad. Xu Shihong 徐世虹, « Mujian zai shijie geguo de shiyong yu Zhongguo mujian xiang zhi de bianhua » 木簡在世界各國的使用與中國木簡向紙的變化 (L’utilisation des lattes en bois dans différents pays du monde et le passage en Chine des lattes en bois au papier), Chutu wenxian yanjiu 出土文獻研究, no 4, Beijing, Zhonghua shuju, p. 4-11. Mais le papier était de plus en plus utilisé. Le conflit dura tant que l’imprimerie en était à ses débuts, mais s’apaisa dès après la période des Cinq Dynasties et la généralisation du procédé. Aussi associe-t-on souvent l’époque des manuscrits à celle qui s’étend des dynasties Wei et Jin à la période des Cinq dynasties.

12 Jean-Pierre Drège, Les Bibliothèques en Chine au temps des manuscrits (jusqu’au xe siècle), Paris, École française d’Extrême-Orient, 1991. Voir le compte-rendu de lecture de Rong Xinjiang 榮新江, Jiuzhou xuekan 九州學刊, vol. 6, no 4, Dunhuangxue zhuanhao 敦 煌學專號 (Numéro spécial sur les études de Dunhuang), 1995, p. 171-173 ; in Bianwei yu cunzhen : Dunhuangxue lunji 辨偽與存真:敦煌學論集 (Distinguer ce qui est fallacieux et conserver le vrai : Recueil sur les études de Dunhuang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2010, p. 325-328.

13 Xiao Dongfa 蕭東發 (dir.), Cong jiaguwen dao E-publications – kuayue sanqian nian de Zhongguo chuban 從甲骨文到 E-publications ──跨越三千年的中國出版 (Des inscriptions sur os et écailles aux e-publications – trois mille ans d’histoire de l’édition chinoise), Beijing, Waiwen chubanshe, 2009.

14 Liang Qichao 梁啟超, « Xue yu shu » 學與術 (Théories et techniques), Guofeng bao 國風 報, 16 juin 1911. Liang Qichao n’était pas le seul à défendre ce point de vue, cf. Yan Fu嚴復, etc.

15 Pour les concepts et connotations liés aux arts occultes, cf. Li Ling 李零, Zhongguo fangshu kao 中國方術考 (Étude des arts occultes chinois, version révisée), Beijing, Dongfang chubanshe, 2001, p. 19-27, 35-36, 301.

16 Voici quelques ouvrages de référence particulièrement intéressants sur le sujet : Qian Cunxun錢存訓, Shu yu zhubo : Zhongguo gudai de wenzi jilu 書於竹帛:中國古代 的文字記錄 (Écrire sur des lattes de bambou et de la soie : les traces écrites en Chine ancienne), Shanghai, Shanghai shudian chubanshe, 2006 ; Nishibayashi Shōichi 西林昭一 (rév.), Groupe d’étude sur les traces écrites dans l’Ouest chinois 西域書跡考察團, Hon no Shiruku Rōdo 書のシルクロード (La route de la Soie des livres), Kyōto, Ryūen shoten, 1997 ; Tomiya Itaru 富谷至, Mokkan, chikukan no kataru Chūgoku kodai : shoki no bunkashi 木簡·竹簡の語る中國古代:書記の文化史 (La Chine antique des ouvrages sur bois et lattes de bambou : histoire culturelle des supports servant à l’écriture), Tōkyō, Iwanami shoten, 2014.

17 Wang Yiliang 王貽樑, Mutianzi zhuan huijiao jishi 穆天子傳匯校集釋 (Explications et notes sur Chronique du roi Mu), Shanghai, Huadong shifan daxue chubanshe, 1994, préface de Xun Xu, p. 1-2.

18 Fujieda Akira 藤枝晃 défendait déjà cette idée dans son Monji no bunkashi 文字の文 化史 (Histoire culturelle de l’écrit), Tōkyō, Iwanami shoten, 1971, p. 151. Mais il est difficile de percevoir dans toute sa profondeur ce « respect du manuscrit » que décrit Fujieda sans en avoir soi-même eu entre les mains.

19 En s’appuyant sur des études et analyses menées sur des manuscrits originaux, Sasaki Satoshi佐佐木聰 a avancé l’idée que Baize jingguai tu 白澤精怪圖 (Livre illustré des esprits et démons du marais blanc) et Baize tu 白澤圖 (Livre illustré du marais blanc) étaient deux livres différents ; c’est un cas remarquable de contestation du lien entre deux textes, établi par les premiers spécialistes du sujet, par un jeune chercheur en étude des manuscrits. Cf. Sasaki Satoshi, « P. 2682 Baize jingguai tu zaikao » P. 2682 <白澤精怪圖> 再考 (P. 2682 – nouvelle étude sur Livre illustré des esprits et démons du marais blanc), 17e atelier d’études communes en histoire de la Chine antique à l’université Fudan, 3 novembre 2010.

20 Rong Xinjiang 榮新江s’est appuyé sur trois exemplaires du manuscrit du Lanting 蘭 亭 (Pavillon des orchidées) exhumés à Khotan 和田 pour étudier l’influence de la culture chinoise sur les régions occidentales chinoises sous la dynastie Tang. Pour lui, le Pavillon des orchidées est le modèle le plus élémentaire de ce qu’était la culture chinoise véhiculée par la calligraphie ; le fait que des copies en aient été trouvées dans la région de Khotan montre à quel point la culture traditionnelle chinoise s’était diffusée dans l’Ouest. Sous les Tang, des documents calligraphiés sont laissés dans ces régions (comme l’atteste la découverte de nombreux documents officiels) ; ils reflètent les traditions calligraphiques populaires de l’époque et nous permettent de combler les lacunes de la recherche en calligraphie chinoise. Des fragments d’ouvrages calligraphiés du type du Pavillon des orchidées ont également été trouvés : ils sont très importants du point de vue de l’histoire de la culture chinoise. Rong Xinjiang 榮新江, « Cong Hetian chutu Lanting muben kan Zhongguo wenhua zai xiyu de liuchuan » 從和田出土<蘭亭>摹本看中國文化在西域 的流傳 (La diffusion de la culture chinoise dans les régions occidentales au prisme des exemplaires du Pavillon des orchidées exhumés à Khotan »), 4e conférence des recherches menées sur la Chine médiévale à l’université Fudan, département d’histoire de l’université de Fudan, 5 novembre 2010.

21 Sun Yirang孫詒讓, Zhayi 札迻 (Notes), annotations de Liang Yunhua梁運華, Beijing, Zhonghua shuju, 1989, préface, p. 4.

22 Le terme « bibliographie » (書誌學 en chinois), s’il est surtout utilisé par les chercheurs japonais, trouve également quelques utilisateurs en Chine. Shoshigaku nyūmon 書誌學 入門 (Rudiments de bibliographie), de Kawase Kazuma 川瀨一馬 (Okazaki Hisaji, dir., Tōkyō, Yūshōdō, 2001) est un ouvrage assez général ; voici le titre de certains chapitres : « spécificités de l’époque des manuscrits » ; « juger d’un manuscrit » ; « les manuscrits des journaux intimes ». Il parle principalement de manuscrits japonais mais inclut également des exemples chinois.

23 Jean-Pierre Drège, « La mise en texte des manuscrits chinois », présenté à l’occasion des Rencontres franco-chinoises sur les études de Dunhuang : Actualité de la recherche et publications récentes, organisées par l’UMR 8155 et l’équipe Bouddhisme de l’EFEO, Paris, 14-16 juin 2011.

24 D. F. McKenzie, Bibliography and the Sociology of Texts, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 9-53.

25 Pour plus de précisions, cf. Yu Xin 余欣, Zhonggu yixiang : xieben shidai de xueshu xinyang yu shehui 中古異相:寫本時代的學術、信仰與社會 (Signes extraordinaires en Chine médiévale : érudition, croyance et société à l’époque des manuscrits), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011, introduction : « Semblances et dissemblances » 同相與 異相, p. 1-26.

26 Nakamura Fusetsu 中村不折, Uiki shutsudo bokuhou shohou genryuukou 禹域出 土墨寶書法源流考 (Étude de l’origine des styles d’antiques calligraphies exhumées en Chine), tome 1, Tōkyō, Tōzai Shobō, 1927, p. 2 (recto et verso), trad. Li Defan, Beijing, Zhonghua shuju, 2003, p. 2.

27 Ibid., p. 36.

28 Ibid., p. 37.

29 Tang Changru 唐長孺, « Nanbeichao qijian xiyu yu Nanchao de ludao jiaotong » 南北 朝期間西域與南朝的陸道交通 (Communication terrestre entre les régions occidentales chinoises et les dynasties du Sud pendant la période des dynasties du Nord et du Sud), in Wei Jin Nanbeichao shilun shiyi 魏晉南北朝史論拾遺 (Ajouts à l’histoire des dynasties Wei, Jin et du Nord et du Sud), Beijing, Zhonghua shuju, 2011, p. 190-194.

30 Rong Xinjiang 榮新江, « Kanshi Gaochang wangguo yu Rouran, xiyu de guanxi » 闞氏 高昌王國與柔然、西域的關係 (Les relations entre le royaume de Gaochang des Kan, les Rouran et les régions occidentales), Lishi yanjiu 歷史研究, 2007, no 2, p. 4-14.

31 Yu Xin余欣, « Tulufan yanghai chutu Gaochang zaoqi xieben Yizazhan yanjiu » 吐魯 番洋海出土高昌早期寫本〈易雜占〉研究 (Étude du manuscrit Divination à partir de notes sur le Livre des mutations datant du début de la période Gaochang trouvé dans le quartier de Yanghai à Turfan) [co-écrit avec Chen Hao 陳昊], Dunhuang Tulufan yanjiu 敦煌 吐魯番研究, vol. 10, Shanghai Shanghai guji chubanshe, 2007, p. 57-84.

32 Ikeda On 池田溫, « Tonkō » 敦煌, in Seikai no rekishi 世界の歴史 (Histoire mondiale), no 6, Higashi Ajia no henbō 東アジア世界の變貌 (Les changements à l’œuvre en Asie orientale), Tōkyō, Chikuma shobō, 1961, initialement in Tonkō monjo no sekai 敦煌文書 の世界 (Le monde des documents de Dunhuang), Tōkyō, Meicho Kankōkai, 2003, p. 13.

33 Ikeda On, Tonkō monjo no sekai, p. 12.

34 Liu Tao 六韜 (Six arcanes stratégiques), réimpression en fac-similé d’un manuscrit datant des Song tiré de la bibliothèque Tiejian tongqin 鐵劍銅琴 de la famille Qu 瞿 de Changshu 常熟, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1990, p. 14.

35 Mori Shikazō 森鹿三, « Jin’no hon he shosai yakuhin ni tsuite » 神農本經所載藥 品について (Sur les remèdes présentés dans le Traité de pharmacopée de Shennong), initialement in Tōhō gakuhō 東方學報, no 25, 1954. Nous nous sommes ici appuyés sur la version publiée dans Honzōgaku kenkyū 本草學研究 (Étude des traités de pharmacopée), Ōsaka, Takeda kagaku shinkō zaidan Kyō-u shōku, 1999, p. 35-36.

36 Yao Chongxin 姚崇新 s’est lui aussi intéressé au Bencao jing jizhu trouvé à Dunhuang et Turfan, et a montré qu’avant la publication sous les Tang de la Xinxiu bencao 新修本草 (Nouvelle édition du Traité de pharmacopée), cet ouvrage était la référence en matière de médecine et d’acupuncture. Il n’a d’ailleurs pas immédiatement été remplacé, aussi, dans les régions frontalières du Nord et de l’Ouest de la Chine, ces deux ouvrages se sont-ils côtoyés pendant environ 700 ans. Cf. Yao Chongxin 姚崇新, « Tangdai Xizhou de yixue jiaoyu yu yiliao shijian – Tangdai Xizhou de jiaoyu zhi san » 唐代西州的醫學教育與醫 療實踐──唐代西州的教育之三 (Éducation médicale et pratique des traitements médicaux à Xizhou sous les Tang – l’éducation à Xizhou sous les Tang (III)), in Zhonggu yishu zongjiao yu xiyu lishi lungao 中古藝術宗教與西域歷史論稿 (Essai sur l’art et la religion à l’époque médiévale et sur l’histoire des régions occidentales), Beijing, Shangwu yinshuguan, 2011, p. 471-473. Il est regrettable que nous ne puissions pas nous étendre sur le lien existant entre la forme de ce manuscrit et la formation médicale ; ce sujet mériterait d’être développé ultérieurement.

37 Mark Edward Lewis, Writing and Authority in Early China, New York, State University of New York Press, 1999, p. 301-302.

38 On appelle souvent itsuzonsho 佚存書 les ouvrages anciens qui n’existent plus en Chine mais subsistent encore au Japon (littéralement, « ouvrages perdus puis retrouvés »). Pour une réflexion générale sur les caractéristiques et l’évolution de la conservation des itsuzonsho et de la diffusion des livres chinois au Japon, cf. Okada Jō 岡田讓 (et al., dir.), Bunkazai kōza — Nihon no bijutsu 文化財講座 日本の美術 (Conférences sur les biens culturels – les beaux-arts japonais), no 15, Tenseki 典籍 (Anciens livres) II, Tōkyō, Daiichi Hōki Shuppan Kabushiki Kaisha, 1983, p. 28-84.

39 Une copie de cet ouvrage datant de la troisième année de l’ère Jōkyō (1686) figure au Maeda Ikutokukai Sonkeikaku Bunko 前田育德會尊經閣文庫 de Tōkyō ; nous avons pu nous en assurer à l’épreuve de l’original. Cf. les études de nos prédécesseurs sur le sujet : Ōta Shōjirō 太田晶二郎, « Tenchi zuishō shi ryakusetsu -- tsuke tari, sho hiku no tōrei itsubun » 〈天地瑞祥志〉略說 — 附けたり、所引の唐令佚文 (Sur le Traité des présages du ciel et de la terre – usage et citation des manuscrits perdus composés sous les Tang), originellement publié dans Tōkyō Daigaku Shiryō Hensanjo hō 東京大學史料編纂 所報, no 7, 1972, p. 1-15, puis dans Ōta Shōjirō chosakushū 太田晶二郎著作集 (Œuvres d’Ōta Shōjirō), vol. I, Tōkyō, Yoshikawa kōbunkan, 1991, p. 152-182 ; Nakamura Shōhachi 中村璋八, « Tenchi zuisho shi ni tsuite » 天地瑞祥志について (Du Traité des présages du ciel et de la terre), Nihon onmyōdō sho no kenkyū 日本陰陽道書の研究 (Étude des ouvrages japonais sur l’onmyōdō) [version augmentée], Tōkyō, Kyūkoshoin, 1985, p. 503- 509 ; Minaguchi Motoki 水口幹記, Nihon kodai kanji juyō no shiteki kenkyū 日本古代漢籍 受容の史的研究 (Étude de l’histoire de la réception des ouvrages chinois dans l’antiquité japonaise), Tōkyō, Kyūkoshoin, 2005, p. 177-406 ; Minaguchi Motoki, Chen Xiaofa 陳小 法, « Riben suochang tangdai yishu tiandi ruxiang zhi lueshu » 日本所藏唐代佚書〈天 地瑞祥志〉略述 (Description de l’ouvrage des Tang Traité des présages du ciel et de la terre disparu en Chine et conservé au Japon), Wenxian 文獻, 2007, no 1, p. 165-172 ; Bo Shuren 薄樹人 (dir.), Zhongguo kexue jishu dianji tonghui – tianwen juansi 中國科學技 術典籍通匯·天文卷四 (Circulation des ouvrages scientifiques et techniques chinois – Astronomie, vol. 4), Zhengzhou, Henan jiaoyu chubanshe, 1993, identification proposée au début de l’ouvrage par Sun Xiaochun孫小淳.

40 You Ziyong 游自勇 explique qu’« en comparant les tables des matières des ouvrages Traité des présages du ciel et de la terre, Essentiel sur l’astrologie et Traité d’astrologie de l’ère Kaiyuan, [il a] découvert à [sa] grande surprise que le dernier synthétise le contenu des deux premiers et que son organisation et sa structure sont bien plus claires et détaillées que celles des précédents. » Cf. You Ziyong, « Qian yan » 前言 (Préface), Xijian Tangdai tianwen shiliao san zhong 稀見唐代天文史料三種 (Trois rares documents historiques datant des Tang et traitant d’astronomie), Beijing, Guojia tushuguan chubanshe, 2011, p. 13-14.

41 Grâce au financement direct du comité national des universités présidant à la collation des livres anciens, un travail d’annotation et de recherche a pu être entrepris lors d’ateliers d’études communes en histoire de la Chine médiévale à l’université Fudan. Des résultats sont attendus dans trois catégories : reproduction, ressources et recherche. Le groupe chargé de la reproduction étudie la taille et la couleur originales des documents ; celui qui travaille sur les ressources s’occupe de la révision et des notes de manuscrits, y compris du Tenchi zuishō shi du Sonkeikaku, ainsi que de la compilation et des notes des ouvrages historiques s’y rapportant ; le groupe chargé de la recherche travaille quant à lui sur toute une série de questions de documentation et d’histoire. L’objectif dernier de ce classement et de cette étude détaillée des textes est d’en faire des sources fiables et précises à même d’intégrer les corpus de recherche et d’être utilisées par les universitaires comme point de départ de leur travail.

42 Par « préface », on entend ici « exposé » 啟, qui est un genre littéraire précis. Dans son dictionnaire Tongsuwen 通俗文, Fu Qian 服虔 explique que les 啟 sont des documents officiels.

43 À l’instar de Yang Shoujing 楊守敬 et Dong Kang 董康 — les fondateurs de cette tradition de pensée —, les chercheurs chinois continuent aujourd’hui encore à percevoir les anciens manuscrits japonais comme des « copies d’ouvrages chinois ». Voici quelques-uns des principaux textes sur la question : Luo Guowei 羅國威, « Riben xinchu guchao Wenxuan jizhu — Nandu fu canjuan kao » 日本新出古鈔〈文選集注·南都賦〉殘卷考 (Étude des fragments d’un exemplaire découvert au Japon d’une version annotée de l’Anthologie de la littérature — Fu de Nandu), Wenshi 文史, 2006, no 1, p. 241-244 ; Jin Chengyu 金程宇, Yuwai Hanji congkao 域外漢籍叢考 (Étude des ouvrages chinois découverts à l’étranger), Beijiing, Zhonghua shuju, 2007 ; Xijian Tang Song wenxian congkao 稀見唐宋文獻叢考 (Étude de documents rares datant des Tang et des Song), Beijing, Zhonghua shuju, 2009 ; Xu Qianshi 徐前師, Tang xieben Yupian jiaoduan zhuben shuowen 唐寫本玉篇校段注 本說文 (Réviser le Shuowen annoté par Duan au regard du Yupian manuscrit des Tang), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2008 ; Huang Huazhen 黃華珍, Riben Naliang Xingfusi cang liang zhong guchaoben yanjiu : fu Jiang Zhouyi shulunjia yiji, Jingdian shiwen, canjuan shuying 日本奈良興福寺藏兩種古鈔本研究:附〈講周易疏論家義記〉、〈經 典釋文〉殘卷書影 (Étude de deux copies anciennes trouvées dans le Kōfukuji de Nara : fragments imprimés du Jiang Zhouyi shulunjia yiji et du Jingdian shiwen), Beijing, Zhonghua shuju, 2011 ; Tong Ling 童嶺, « Liuchao shidai guleishu Diaoyu ji canjuan kao » 六朝時 代古類書〈琱玉集〉殘卷考 (Étude des fragments de l’encyclopédie Diaoyu ji datant de l’époque des Six Dynasties), Yuwai Hanji yanjiu jikan 域外漢籍研究集刊, no 6, Beijing, Zhonghua shuju, 2010, p. 445-491 ; « Liuchao houqi Jiangnan yishuti Yi xue jianlun – yi ricang hanji jiuchaoben Jiang Zhouyi shulunjia yiji canjuan wei zhongxin » 六朝後期江南義疏體 〈易〉學譾論 — 以日藏漢籍舊鈔本〈講周易疏論家義記〉殘卷爲中心 (Essai sur les études sur le Livre des mutations composées en style yishu dans le Jiangnan de la fin de l’époque des Six Dynasties — notamment sur les fragments de l’exemplaire du Jiang Zhouyi shulunjia yiji trouvé au Japon), Shiyusuo jikan 史語所集刊, no 81, partie 2, 2010, p. 411-465 ; « Jiuchaoben guleishu Mifulüe canjuan zhong suojian Donguanhanji yiwen jikao » 舊鈔本 古類書〈秘府略〉殘卷中所見〈東觀漢記〉佚文輯考 (Étude des passages du livre perdu Chronique des Han de Dongguan dans les fragments de la copie de l’encyclopédie Mifulüe), Gudian wenxian yanjiu 古典文獻研究, no 13, Nanjing, Fenghuang chubanshe, 2010, p. 377-387 ; « Fusang liuzhen : Ricang Liuchao Suitang Hanji jiuchaoben yicun chukao » 扶桑 留珎:日藏六朝隋唐漢籍舊鈔本佚存初考 (Trésor resté au Japon : étude préliminaire des anciens manuscrits chinois de l’époque des Six Dynasties, des Sui et des Tang trouvés au Japon ; deux annexes »), Guoji Hanxue yanjiu tongxun 國際漢學研究通訊, no 2 Beijing, Zhonghua shuju, 2011, p. 101-124 ; « Suitang shidai zhongceng xuewen shijie yanjiu xushuo – yi Jingdu daxue yingyin jiuchaoben Wenxuan jizhu wei zhongxin » 隋唐時代“中層學問 世界”研究序說 — 以京都大學影印舊鈔本〈文選集注〉爲中心 (Introduction à une recherche sur le monde des connaissances moyennes sous les Sui et les Tang au travers de la reproduction de l’université de Kyōto d’une copie du Wenxuan jizhu), Gudian wenxian yanjiu 古典文獻研究, no 14, Nanjing, Fenghuang chubanshe, 2011, p. 88-144.

44 Pour le texte et les commentaires, cf. Yamazaki Makoto 山崎誠, Jōren’in Ken’i sen Hōyōshō ni tsuite 成蓮院兼意撰〈寶要抄〉について (Le Hōyōshō du moine Ken’i du monastère Jouren’in), version avec traduction, Hiroshima jōshi daigaku bungakubu kyō 廣 島女子大學文學部紀要, no 22, 1986, p. 92-75 ; Koizumi Enjun 古泉圓順, Hōyōshō 寶要 抄 (Le Hōyōshō), version avec explications, Kyō’u 杏雨, no 5, 2002, p. 1-114, illustrations, préambule p. 1.

45 Yu Xin, « Assembling the Precious Bits : Knowledge of Minerals in the Manuscript Houyoushou », communication faite à « The 12th International Conference on the History of Science in East Asia », Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland, 14-18 juillet 2008 ; Yu Xin, « The Structure of Knowledge in Medieval East Asia : New Perspectives on Manuscripts Pertaining to ‘Natural History’ », communication faite au « An International Colloquium on Ways of Knowing and Forms of Knowledge in Ancient Greece with a Comparative Perspective on Ancient China », Fudan University, Shanghai, 11-13 novembre 2011.

46 Shizunaga Takeshi 靜永健, « Cong guchaojuan lai kan Ping’an wenren dui hanji de yuedu fangshi » 從古抄卷來看平安文人對漢籍的閱讀方式 (Les indices que donnent les copies anciennes sur la lecture des ouvrages chinois par les lettrés de l’ère Heian), in Shizunaga Takeshi, Chen Chong 陳翀, Hanji dong jian ji Ricang guwenxian lin kaogao 漢籍 東漸及日藏古文獻論考稿 (Essai sur le voyage vers l’est des ouvrages chinois et sur les documents anciens trouvés au Japon), Beijing, Zhonghu shuju, 2011, p. 91-101.

47 Très peu d’articles comparant d’anciens manuscrits chinois et japonais ont été écrits. Cf. Miyake Tetsujō 三宅徹誠, 〈Gengukyō〉 sho hon hikaku kenkyū – Tonkō hon to Nihon ko shakyō hon o chūshin ni〈賢愚經〉諸本比較研究──敦煌本と日本古寫經本を中心 に (Étude comparée du Sūtra du sage et de l’idiot – exemplaire de Dunhuang et ancien ouvrage japonais), Bokyō bunken to bungaku 佛教文獻と文學 (Documents et littérature bouddhistes), Tōkyō, Kokusai Bukkyōgaku Daigakuin Daigaku Gakujutsu Furontia Jikkō Iinkai, 2008, p. 39-64.

48 De nombreux travaux ont été réalisés du point de vue de l’histoire des documents et de l’histoire des sciences. Les plus représentatifs sont ceux de Qian Cunxun, Shu yu zhubo : Zhongguo gudai de wenzi jilu, 2006 ; Tsien Tsuen-hsuin, Science and Civilisation in China, vol. 5, Chemistry and Chemical Technology, part I : Paper and Printing, Cambridge University Press, 1985.

49 Yu Yue 俞樾, Gushu yiyi juli 古書疑義舉例 (Doutes que l’on peut avoir face à des ouvrages anciens), in Yu Yue et al., Gushu yiyi juli wuzhong 古書疑義舉例五種, Beijing, Zhonghua shuju, 1956, préface figurant avant la table des matières.

50 Edward Shaughnessy, Rewriting Early Chinese Texts, New York, State University of New York Press, 2006, p. 263.

51 Feng Shengjun 馮勝君, « Chutu cailiao suojian xianqin gushu de zaiti yiji goucheng he chuanbu fangshi » 出土材料所見先秦古書的載體以及構成和傳佈方式 (Supports et modes d’élaboration et de diffusion des ouvrages avant les Qin à partir de documents exhumés), Centre de recherche en textes anciens et documents exhumés de l’université Fudan (dir.), Chutu wenxian yu gu wenzi yanjiu 出土文獻與古文字研究, no 4, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2011, p. 195-214.

52 Li Ling, Jianbo gushu yu xueshu yuanliu, p. 42-43.

53 Ibid., p. 198.

54 Lai Guolong 來國龍, « Lun Zhanguo Qin Han xieben wenhua zhongwen ben de liudong yu guding » 論戰國秦漢寫本文化中文本的流動與固定 (Mutabilité et permanence des textes chinois issus de la culture écrite des Royaumes combattants, des Qin et des Han), Jianbo 簡帛, no 2, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2007, p. 515-527.

55 Li Mengtao 李孟濤, « Shitan shuxiezhe de shizi nengli ji qi dui liuchuan wenben de yingxiang » 試探書寫者的識字能力及其對流傳文本的影響 (Essai sur la littératie des écrivains et son influence sur la diffusion des ouvrages), Jianbo 簡帛, no 4, p. 395-402.

56 Jin Bingjun 金秉駿, « Ruhe jiedu Zhanguo Qin Han jiandu zhong judou fuhao ji qi yu yuedu guocheng de guanxi » 如何解讀戰國秦漢簡牘中句讀符號及其與閱讀過程 的關係 (Comment comprendre les signes de ponctuation sur les ouvrages sur lattes de bambou datant des Royaumes combattants, des Qin et des Han et leur rapport avec la lecture), Jianbo 簡帛, no 4, p. 403-410.

57 Feng Shengjun 馮勝君, « Cong chutu wenxian kan chaoshou zai xian Qin wenxian chuanbu goucheng zhong suo chansheng de yingxiang » 從出土文獻看抄手在先秦文獻 傳佈過程中所產生的影響 (L’influence des écrivains sur la diffusion des documents datant des Qin antérieurs et des Han à partir de documents exhumés), Jianbo 簡帛, no 4, p. 411-424.

58 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999, p. 13 de la préface.

59 Voir par exemple Lucille Chia, Printing for Profit : The Commercial Publishers of Jianyang, Fujian (11th-17th Centuries), Cambridge, Harvard University Asia Center, 2003 ; Cynthia J. Brokaw, Printing and Book Culture in Late Imperial China, Berkeley, University of California Press, 2005 ; Kai-wing Chow, Publishing, Culture, and Power in Early Modern China, Stanford, Stanford University Press, 2005 ; Joseph P. McDermott, A Social History of the Chinese Book : Books and Literati Culture in Late Imperial China, Hong Kong, Hong Kong University Press, 2006 ; Lucille Chia and Hilde De Weerdt ed., Knowledge and Text Production in an Age of Print : China, 900-1400, Leiden, Brill, 2011.

60 Stephen Owen, « The Manuscript Legacy of the Tang : The Case of Literature », HJAS, Vol. 67, No. 2 (2007), p. 295-326 ; Christopher Nugent, « Literary Collections in Tang Dynasty China », T’oung Pao, Vol. 93 (2007), p. 1-52.

61 Christopher Nugent, Manifest in Words, Written on Paper : Producing and Circulating Poetry in Tang Dynasty China, Cambridge, Harvard University Asia Center, 2011.

62 Lu Yang 陸揚, « Xifang Tangshi yanjiu gaiguan » 西方唐史研究概觀 (Aperçu des études occidentales sur l’histoire des Tang), in Zhang Haihui 張海惠 (dir.), Beimei zhongguoxue yanjiu — gaishu, zhuanti ji ziyuan北美中國學──研究概述與文獻資 源 (Sinologie en Amérique du Nord – recherches et ressources documentaires), Beijing, Zhonghua shuju, 2010, p. 100-101.

63 Yu Xin, 余欣, « Tang Song zhi ji Dunhuang funü jieshe yanjiu – yi yi jia nürenshe shetiao wenshu kaoshi wei zhongxin » 唐宋之際敦煌婦女結社研究──以一件女人社社條 文書考釋爲中心 (Étude des sociétés féminines existant à Dunhuang sous les Tang et les Song – le cas d’un texte émanant d’une de ces sociétés), Renwen xuebao 人文學報 (Journal de sciences humaines de l’université Toritsu de Tōkyō), no 325, 2002, p. 177-200 ; Rong Xinjiang 榮新江, Yu Xin 余欣, « Tonkō shahon shingi benbetsu ― Hōjin no kōjita « yugashidjiron » no gakusei ni yoru hikki o chūshin to shite » 敦煌寫本真偽弁別示例 ──法成の講じた〈瑜伽師地論〉の學生による筆記を中心として (Vérification de l’authenticité des manuscrits de Dunhuang : étude des notes d’un élève sur le Yogacarabhumi sastra expliqué par le moine Facheng), Ishizuka Harumichi Kyōju Taishoku Kinenkai 石塚晴通教授退職紀念會, Nihongaku, Tonkōgaku, kanbun kundoku no shintenkai 日本學·敦煌學·漢文訓讀の新展開 (Nouvel essor des études japonaises, des études de Dunhuang et de l’étude de la prononciation des caractères chinois), Tōkyō, Kyūkoshoin, 2005, p. 61-72.

64 Joseph P. McDermott, A Social History of the Chinese Book : Books and Literati Culture in Late Imperial China, trad. He Chaohui 何朝暉, Beijing, Beijing daxue chubanshe, 2009, préface chinoise (la version anglaise est dépourvue de préface), p. II-III.

65 Roger Bagnall, Reading Papyri, Writing Ancient History, London, New York, Routledge, 1995, p. 17-31.

66 H. L. Pinner, The World of Books in Classical Antiquity, Leiden, A. W. Sijthoff, 1958, p. 14-18.

67 H. L. Pinner, The World of Books in Classical Antiquity, p. 17-18.

68 Depuis quelques années, les chercheurs en histoire des sciences préconisent de ne pas essayer de comprendre les sciences et techniques de l’antiquité chinoise à partir de leur équivalent d’aujourd’hui, mais de les considérer comme une « culture étrangère ». Les chercheurs actuels devraient ainsi, à l’instar des anthropologues, faire leur cette culture étrangère, réapprendre la « langue », la culture et les connaissances des gens de l’époque, sans quoi il leur serait impossible de comprendre le lien entre les connaissances scientifiques et techniques et la société et la culture d’alors. Cf. Chu Ping-yi 祝平一 (dir.), Zhongguoshi xinlun – keji yu Zhongguo shehui fence 中國史新論──科技與中國社會 分冊 (Nouvelle histoire chinoise – fascicule sur les sciences et techniques et la société chinoise), Taibei, Academia sinica, Lianjing chuban gongsi, 2010, p. 8-9.

69 Li Jianmin 李建民, « Fangshu shi yanjiu chuyi » 方術史研究芻議 (Mon humble avis sur la recherche en histoire des arts occultes), in Fangshu yixue lishi 方術·醫學·歷史 (Arts occultes, médicine, et histoire), Taibei, Nantian shuju, 2000, p. 143-146.

70 Selon Gu Jiegang 顧頡剛, « pour moi, ce qui est au centre de l’étude des classiques pratiquée sous les Han est la création d’“une religion gouvernant le collectif” — une religion dans laquelle l’identité du gouverneur est masquée. Qu’importe que l’entité supérieure soit Dieu ou les cinq éléments puisque les empereurs ont tous le moyen de prouver qu’ils sont le fils du ciel, dont ils détiennent le mandat (真命天子). Les confucéens et les fonctionnaires, en bons disciples des disciples de Confucius, aident donc l’empereur à reproduire la voie du Ciel sur terre. L’empereur se sert des confucéens pour créer une religion lui profitant, et vice versa. À chaque fois que l’empereur manifeste un besoin, les confucéens y répondent. Ces différentes réponses, dont on peut penser à première vue qu’elles émanent toutes des classiques confucéens et de leurs exégèses, empruntent en réalité aux arts occultes. Pourquoi les hommes versés dans les arts occultes disparaissentils du paysage après Han Wudi ? Parce que les confucéens se sont tellement inspirés de ces arts que leurs spécialistes se sont fondus dans leurs rangs dans leur quête de pouvoir politique. » (Hommes versés dans les arts occultes et lettrés confucéens sous les Qin et les Han), Shanghai, Qunlian, 1955, p. 9.

71 Hou Hanshu 後漢書 (Histoire des Han postérieurs), rouleau 82 (1), Beijing, Zhonghua shuju, 1965, p. 2703.

72 Yamada Toshiaki 山田利明, « Tankai fukei no seishi : Gokanjo « hōjutsuden » no tetsugaku » 誕怪不經の正史:〈後漢書〉方術傳の哲學 (Des annales très étranges : la philosophie derrière le chapitre sur les arts occultes de l’Histoire des Han postérieurs), Chūgoku kenkyū shūkan 中國研究集刊 no 21, 1997, p. 1-15.

73 Ngo Van Xuyet, Divination, magie et politique dans la Chine ancienne, Paris, Puf, 1976.

74 Sakede Yoshinobu 坂出祥伸, « Hōjutsu-den no seiritsu to sono seikaku » 方術傳の 成立とその性格 (L’écriture du chapitre sur les arts occultes et sa nature), Yamada Keiji 山田慶兒 (dir.), Chūgoku no kagaku to kagakusha, 中國の科學と科學者 (Les sciences et les scientifiques chinois), Kyōto, Kyōto Daigaku Jinbun Kagaku Kenkyūjo, 1978, p. 627-641 ; version révisée in Chūgoku kodai no senpō : gitsutsu to jujutsu no shūhen 中國古代の占 法――技術と咒術の周邊 (La divination en Chine antique : techniques et envoûtements), Tōkyō, Kenbun Shuppan, 1991, p. 23-44.

75 Jao Tsung-I 饒宗頤, « Lishijia dui samanzhuyi ying chongxin zuo fansi yu jiantao – wu de xin renshi » 歷史家對薩滿主義應重新作反思與檢討──“巫”的新認 識 (Les historiens devraient repenser et réexaminer le shamanisme – pour une nouvelle compréhension des wu), Zhonghua whenhua de guoqu xianzai yu weilai – Zhonghua shuju chengli bashi zhou nian lunwen ji 中華文化的過去現在與未來──中華書局成立八十 周年紀念論文集, Beijing, Zhonghua shuju, 1992, p. 396-412 ; Jao Tsung-I, Fuhao, chuwen yu zimu – Hanzi shu 符號·初文與字母──漢字樹 (Signes, premiers caractères et lettres – l’arbre des caractères chinois), Shanghai, Shanghai shudian chubanshe, 2000, p. 81-116 ; Victor H. Mair, « Old Sinitic *Myag, Old Persian Maguš, and English ‘Magician’ », Early China, Vol. 15, 1990, p. 27-47.

76 Liang Qichao 梁啟超, « Yinyang wuxing shuo zhi laili » 陰陽五行說之來歷 (Histoire de la doctrine du Yin Yang et des cinq éléments), Gushi bian 古史辨, volume 5, Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1982, p. 353.

77 Mo Junqing 莫俊卿, « Yuewu jibu yuanliu kao » 越巫雞卜源流考 (Étude des origines de la divination par les os de poulet de la région du Yue), Zhongnan minzu xueyuan xuebao (shehui kexue) 中南民族學院學報(社會科學), 1986, numéro supplémentaire, p. 147- 154 ; Wang Zijin 王子今, « Liang Han de yuewu » 兩漢的“越巫” (Les wu de la région du Yue sous les deux dynasties des Han), Nandu xuetan (Renwen shehui kexue xuebao) 南都學壇(人文社會科學學報), no 25-1, 2005, p. 1-5 ; Gai Shanlin 蓋山林, « Wu Huwu yinshan yanhua zuozhe » 巫·胡巫·陰山岩畫作者 (Les wu, les wu chez les barbares, les artistes des images pariétales des monts Yin), Neimenggu shiyuan xuebao (zhexue shehui kexueban) 內蒙古師院學報(哲學社會科學版), no 4, 1982, p. 95-102 ; Wang Zijin, « Xi Han Chang’an de Huwu » 西漢長安的“胡巫” (Les wu-barbares à Chang’an sous les Han occidentaux), Minzu yanjiu 民族研究, 1997, no 5, p. 64-70 ; Hu Xinsheng 胡新生, « Lun Handai wugushu de lishi yuanyuan » 論漢代巫蠱術的歷史淵源 (Les origines historiques de l’art des wu sous les Han), Zhongguo shi yanjiu 中國史研究, 1997, no 3, p. 60-66.

78 Yuan Ke 袁珂 (notes), Shanhai jing jiaozhu 山海經校注 (Version révisée et annotée du Livre des montagnes et des mers), Chengdu, Bashu shushe, 1993, p. 540-541.

79 Bien que la table des matières date de la dynastie Ming, les catégories de l’œuvre reproduisent dans l’ensemble la structure des connaissances existant à l’époque. Pour plus de lectures sur le Bowuzhi 博物志, cf. : Matsumoto Yukio 松本幸男, « Resshi no setsuwa to Chō Ka Hakubutsushi » 〈列子〉の說話と張華〈博物志〉 (Les histoires du Liezi et le Bowuzhi de Zhang Hua), Ritsumeikan bungaku 立命館文學, no 508, 1988, p. 1-25 ; « Shiko teiyō no Hakubutsushi hyōka ni tsuite » 〈四庫提要〉の〈博物志〉評 價について (Remarques sur le Bowuzhi incluses dans l’abrégé de la Collection complète en quatre recueils), Gakurin 學林, no 11, 1988, p. 80-112 ; « Hakubutsushi itsubun hosei (ue, ka) » 博物志佚文補正(上、下) (Version complétée et révisée du Bowuzhi [deux tomes]), Gakurin 學林, no 12, 1989, p. 77-106 et no 13, p. 62-94 ; Hakubutsushi Kenkyū han 博物志研究班 (Groupe de recherche sur le Bowuzhi), « Hakubutsushi kōsen » (1) 博 物志校箋(1) [Commentaires revus sur le Bowuzhio, Tōhō gakuhō 東方學報, no 59, 1987, p. 463-590 ; Roger Greatrex, The Bowu Zhi : An Annotated Translation (Skrikfter utgivha av Föreningen für Orientaliska Studier 20), Stockholm, 1987.

80 Selon Hu Baoguo 胡寶國, l’intérêt des populations vivant sous les dynasties Han et Jin pour les choses étranges tenait peut-être à la faveur pour l’étrange qui sévissait à l’époque. Cf. Han Tang jian shixue de fazhan 漢唐間史學的發展 (Le développement de l’histoire entre les Han et les Tang), Beijing, Shangwu yinshuguan, 2003, p. 167-170. La faveur pour l’étrange peut avoir été un facteur, mais ne saurait expliquer à elle seule de manière satisfaisante le pourquoi de cette tendance.

81 Zhu Yuanqing 朱淵清, « Wei Jin bowuxue » 魏晉博物學 (L’histoire naturelle sous les Wei et les Jin), Huadong shifan daxue xuebao (zhexue shehui kexuebao) 華東師范大學學 報(哲學社會科學版), vol. 32, no 5, septembre 2000, p. 43-51. Cette œuvre magistrale présente l’histoire naturelle à partir des traditions intellectuelles chinoises. Il y est expliqué que l’essor de l’histoire naturelle sous les Wei et les Jin est le résultat de l’accumulation des connaissances. Aux origines de cette discipline, la science des noms 名物學, des chroniques locales 地志學, l’agronomie, l’étude des plantes 本草學, la cartographie 圖 學, etc. La dimension pratique, l’attrait pour l’étrange et l’accumulation de connaissances dont témoigne l’histoire naturelle sous les Wei et les Jin forment une page cruciale dans l’histoire chinoise du progrès intellectuel.

82 Pour comprendre la représentation de la nature consignée dans le Beihulu à partir du lien entre présages et phénomènes étranges, cf. Suzuki Masahiro 鈴木正弘, Dan kōji sen Kitado roku ni tsuite -- tō makki no reinan ni kansuru hakubutsugaku teki chojutsu 段公 路撰〈北戸録〉について — 唐末期の嶺南に關する博物學的著述 (Récits des Beihu par Duan Gonglu : écrits d’histoire naturelle du Lingnan à la fin des Tang), Risshō shigaku 立 正史學 no 79, 1996, p. 27-28 ; Yu Xin 余欣, Zhong Wumo 鍾無末, « Bowuxue de zhongwan Tang tujing : yi Beihulu de yanjiu wei zhongxin » 博物學的中晚唐圖景:以〈北戶錄〉 的研究爲中心 (L’histoire naturelle au milieu et à la fin des Tang à partir d’une étude du Beihulu), Zhonghua wenshi luncong 中華文史論叢, 2015, no 2, p. 313-336.

83 Wang Yao 王瑤, « Xiaoshuo yu fangshu » 小說與方術 (Romans et arts occultes), in Zhonggu wenxue shilun 中古文學史論 (De l’histoire de la littérature en Chine médiévale), Beijing, Beijing daxue chubanshe, 1986, p. 110.

84 Cf. Murakami Yōichirō 村上陽一郎, « Kōjō kara mōichido gekijō e » 工場から もう一度劇場へ (Une nouvelle fois, de l’usine au théâtre), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすすめ (Hors-série : recommandations de lecture en histoire naturelle), février 1985, p. 44-47 ; Aramata Hiroshi 荒俁宏, Hakubutsugaku : Yami ni tōjita hikari ni ukabu zō 博物學:闇に投じた光に浮 かぶ像 (Histoire naturelle : ce que révèlent les images surgies du noir), ibid., p. 50-63.

85 Takayama Hiroshi 高山宏, « Shibutsu no kagaku » 死物の科學 (La science des choses mortes), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすすめ, p. 64-79.

86 L’histoire naturelle est souvent définie comme la science décrivant les espèces, la répartition, la nature et le milieu des animaux, des plantes et des minéraux. Après que chacun de ces domaines se fut constitué en une discipline indépendante, l’histoire naturelle et sa transversalité n’ont plus eu aucun sens ; aussi est-elle progressivement tombée dans l’oubli à partir de la deuxième moitié du xixe siècle. Certains biologistes estiment aujourd’hui que la biologie est le cœur de l’histoire naturelle. Nakamura Keiko 中村桂子, « Seibutsugaku wa honshitsu ni hakubutsugaku » 生物學ほ本質に博物學 (La biologie est fondamentalement de l’histoire naturelle), Gendai shisō 現代思想, vol. 13, no 2 Tokushū : Hakubutsugaku no susume 特集:博物學のすすめ, p. 48-49.

87 Joseph Needham a pour sa part traduit le mot bencao 本草en « the “pandects” of pharmaceutical natural history » (les « digests » de l’histoire naturelle et pharmaceutique) ; Joseph Needham, ed., Science and Civilization in China, Vol. 6, Biology and Biological Technology, Part I, Botany, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 220.

88 Dans sa dernière œuvre, Chen Yuanpeng 陳元朋 aborde les méthodes qu’utilisaient les anciens pour étudier les espèces et la nature avec l’exemple de la corne du rhinocéros et du rhinocéros lui-même. Il essaie de comprendre la méthode de superposition des images dans les connaissances traditionnelles de l’histoire naturelle, et pourquoi cette méthode a persisté jusqu’à nos jours. Cf. Chen Yuanpeng, « Chuantong bowu zhishi li de zhenshi yu xiangxiang : yi xijiao yu xiniu wei zhuti de ge’an yanjiu » 傳統博物知識裡的“真實“與“想象 »:以犀 角與犀牛爲主體的個案研究 (Réalité et imaginaire dans les connaissances traditionnelles en histoire naturelle : le cas de la corne du rhinocéros et du rhinocéros), Guoli zhengzhi daxue lishi xuebao 國立政治大學歷史學報, no 33, mai 2010, p. 1-82.

89 L’expression « histoire naturelle vivante » (逸脫的博物學) provient des recherches de Takeda Masaya 武田雅哉sur le travail de Berthold Laufer. Cf. « Itsudatsu o yoru ko bu hakubutsugaku » 逸脫をよるこぶ博物學 (En partant d’une histoire naturelle élémentaire), Berthold Laufer ベルトルト·ラウファー, Sai to ikkakujū サイと一角獣 (Rhinocéros et licorne), traduction de Takeda Masaya, Tōkyō, Hakuhinsha, 1992, p. 244-245.

90 Ludwig Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 2006, sections 94, 95, 162, 167 et 233, p. 41, 58, 59, 60 et 72.

91 Martin Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle part, Paris, Gallimard, 1992, p. 116-119.

92 Du You 杜佑, Tongdian 通典 (Documents généraux), notes de Wang Wenchu 王文楚, Beijing, Zhonghua shuju, 1988, p. 4978-4979.

93 Duan Chengshi 段成式, Fang Nansheng (notes), Youyang zazu 酉陽雜俎 (Miscellanées de Youyang), Beijing, Zhonghua shuju, 1986, p. 31-38, p. 44.

94 Hudūd al-’Ālam, « The Regions of the World » : A Persian Geography, 372 A.H.-982 A.D., 2e ed., traduit (du perse) et expliqué par V. Minorsky, London, Luzac, 1970, p. 83-84.

95 Zhang Guangda 張廣達, « Daoli Bangguozhi qianyan » 道里邦國志前言 (Introduction au Livre des Routes et des Royaumes), Ibn Khordadbeh 伊本·胡爾達茲比赫, trad. Song Xian 宋峴, Daoli Bangguo zhi 道里邦國志 (Livre des Routes et des Royaumes), Beijing, Zhonghua shuju, 1991, p. 2.

96 Fujii Jōji 藤井讓治, Sugiyama Masaaki 杉山正明, Kinda Akihiro 金田章裕 (dir.), Daichi no shōzō : ezu, chizu ga kataru sekai 大地の肖像:絵圖·地圖が語る世界 (Portrait de la Terre : le monde tel que décrit par les peintures et les cartes), Kyōto, Kyōto Daigaku Gakujutsu Shuppankai, 2007, p. 16-114.

97 Hanwu dongming ji 漢武洞冥記 (Hanwudi à l’épreuve des arcanes) : « en l’an 3 de l’ère Yuanfeng (108 avant notre ère), l’empereur romain offrit des vaches à l’empereur des Han. Elles étaient tachetées, mesuraient six pieds de haut, leur queue pouvaient faire le tour d’un homme, leurs cornes étaient charnues et leurs sabots avaient la forme d’une fleur de lotus ; c’était de bonnes marcheuses et des bêtes puissantes. (Comme elles se nourrissaient de feuilles de magnolia, Han Wudi demanda à un pays vassal de lui en envoyer en tribut. Ces vaches mangeaient peu, une feuille de magnolia suffisait à les nourrir pour de longs mois.) L’empereur les attela aux chariots convoyant les métaux et la pierre nécessaires à la construction du palais Wangxian. Elles laissèrent dans la pierre l’empreinte en forme de fleur de lotus de leurs sabots, aussi existe-t-il à l’extérieur de Yangguan un gué portant le nom de « Gué des vaches tachetées ». Une pierre extraordinaire, longue de dix pieds et large de trois, fut installée dans le palais et baptisée « pierre Longzhong ». Pendant les dernières années du règne de Han Wudi, la pierre s’enfonça dans le sol, si bien qu’elle n’affleura bientôt plus qu’à peine : on l’appelle encore aujourd’hui « queue du dragon ». 元封 三年,大秦國貢花蹄牛。其色駮,高六尺,尾環繞,角端有肉,蹄如蓮花,善 走,多力。〔飴以木蘭之葉,使方國貢此葉。此牛不甚食,食一葉,則累月不 饑〕。帝使輦銅石,以起望仙宮,跡在石上,皆如花形,故陽關之外〔有〕花 牛津。時得異石,長十丈,高三丈,立於望仙宮,因名龍鐘石。武帝末,此石 自陷入地,唯尾出土上,今人謂龍尾墩〔是〕也。 Wang Guoliang 王國良, Hanwu dongming ji yanjiu 漢武洞冥記研究 (Étude de Hanwudi à l’épreuve des arcanes), Taibei, Wenshizhe chubanshe, 1989, p. 67-68.

98 Le concept de « complexe des frontières » 邊鄙情結 a été inventé par Chen Jinhua 陳金華 dans ses recherches en histoire du bouddhisme en Asie orientale pour tenter de mettre de l’ordre dans des évènements qui avaient jusque-là été négligés ; la structure des différentes écoles du bouddhisme s’en trouve considérablement clarifiée. Chen Jinhua, « Dongya fojiao zhong de bianbi qingjie yu zongpai xipu de jiangou » 東亞佛教中的邊 鄙情節與宗派系譜的建構 (Complexe des frontières et structure des différentes écoles du bouddhisme en Asie orientale), petit séminaire de recherche de l’institut de littérature et d’histoire de l’université Fudan (27e), 16 novembre 2010.

99 Voir également Yamada Keiji 山田慶兒, « Zengen » 前言, « Honzō ni okeru bunrui no shisō » 本草における分類の思想 (La catégorisation à l’œuvre dans les traités de pharmacopée), Yamada Keiji (dir.), Higashi Ajia no honzō to hakubutsugaku no sekai 東ア ジアの本草と博物學の世界 (Les traités de pharmacopée de l’Asie orientale et le monde selon l’histoire naturelle), Kyōto, Shibunkaku, 1995, p. 2, p. 3-42.

100 Takeda Tokimasa 武田時昌, « Shisōshi teki apurōchi ni yoru Chūgoku hakubutsugaku kenkyū no kokoromi » 思想史的アプロ-チによる中國博物學研究の試み (Approche de l’histoire naturelle chinoise par l’histoire intellectuelle), Kobayashi Seiichi 小林清市, Chūgoku hakubutsugaku no sekai : Nanpou soumokujou, seimin youjutsu o chuushin ni 中 國博物學の世界:<南方草木狀>、<齊民要術>を中心に (Le monde vu par l’histoire naturelle chinoise : étude concentrée sur Catalogue des plantes du Sud et Principales techniques pour le bien-être du peuple), Tōkyō, Nōsan gyoson bunka kyōkai, 2003, p. 393- 422.

101 Ge Zhaoguang 葛兆光, « Sixiangshi shiye zhong de kaogu yu wenwu » 思想史視野 中的考古與文物 (Archéologie et biens culturels en histoire de la pensée), Wenwu 文物, 2000, n° 1, p. 79-80.

102 Ge Zhaoguang, « Zuowei sixiangshi de guyutu » 作爲思想史的古輿圖 (Les anciennes cartes des lieux carrossables en histoire de la pensée), in Gudai Zhongguo de lishi, sixiang yu zongjiao 古代中國的歷史、思想與宗教 (Histoire, pensée et religions dans l’antiquité chinoise), Beijing, Beijing shifan daxue chubanshe, 2006, p. 48-70.

103 Ge Zhaoguang, « Sixiangshi shiye zhong de tuxiang » 思想史視野中的圖像 (Les images en histoire de la pensée), Zhongguo shehui kexue 中國社會科學, 2002, n° 4, p. 74-83.

104 Ge Zhaoguang, « Shenme keyi chengwei sixiangshi de ziliao » 什麼可以成爲思想 史的資料 ? (Quelles sources peuvent servir de matériaux pour l’histoire de la pensée ?), Kaifang shidai 開放時代, 2003, n° 4, p. 62.

105 Ge Zhaoguang, « Shanhaijing, Zhigongtu he lüxingji zhong de yiyu jiyi – Li Madou laihua qianhou Zhongguoren guanyu yiyu de zhishi ziyuan ji qi bianhua » 山海經、職貢 圖和旅行記中的異域記憶──利瑪竇來華前后中國人關於異域的知識資源及其 變化 (Traces de l’étranger au travers du Livre des montagnes et des mers, des Illustrations des tributs et des récits de voyageurs – les sources liées à la représentation chinoise mentale de l’étranger et ses évolutions à l’époque de l’arrivée de Matteo Ricci en Chine), communication présentée lors d’un séminaire international sur la conscience de soi et la société dans la littérature et les mentalités sous les Ming et les Qing, Taibei, Zhongyang yanjiuyuan Zhongguo wenzhe yanjiusuo, 20-22 octobre 2002, in Gudai Zhongguo de lishi, sixiang yu zongjiao, p. 71-87.

106 Liu Yuan-ju 劉苑如, « Yuwang chenshi/jingnei penglai – Shiyiji de Zhongguo tuxiang » 欲望塵世/境內蓬萊──〈拾遺記〉的中國圖像 (Les désirs du monde d’ici-bas/d’un paradis sur terre – les images de la Chine dans le Shiyiji), Li Fengmao 李豐楙, Liu Yuan-ju (dir.), Kongjian, diyu yu wenhua – Zhongguo wenhua kongjian de shuxie yu chanshi 空 間、地域與文化──中國文化空間的書寫與闡釋 (Espace, lieux et culture : écriture et explication de l’espace culturel chinois), Taibei, Zhongyanyuan Zhongguo wenzhe yanjiusuo, 2002, p. 237-284.

107 Liu Yuan-ju, Chaoxiang shenghuo shijie de wenxue shuanshi – Liuchao zongjiao xushu de shenti shijian yu kongjian shuxie 朝向生活世界的文學詮釋──六朝宗教敘述的身 體實踐與空間書寫 (Exégèse littéraire en direction du monde des vivants – la pratique corporelle et l’écriture de l’espace dans le récit religieux sous les Six Dynasties), Taibei, Xinwenfeng chubanshe, 2010, p. 1.

108 Wang Mingming 王銘銘, « Zuowei shijie tushi de tianxia » 作爲世界圖式的“天 下 » (La notion de tianxia comme schéma du monde), in Xixue Zhongguohua de lishi kunjing 西學“中國化”的歷史困境 (Les difficultés historiques liées à la « sinisation » des sciences occidentales), Guilin, Guangxi shifan daxue chubanshe, 2005, p. 214-288.

109 D’après Li Jianguo 李劍國, avant le Hanwu dongming ji, rares étaient les récits de l’étrange à mentionner les légendes provenant de l’Ouest chinois. Après que Han Wudi eut conquis l’Ouest, l’horizon des Chinois s’élargit et ces légendes commencèrent à apparaître. Pour les Chinois, les intrigues étrangères étaient tout à fait mystérieuses ; après toutes sortes de déformations et exagérations littéraires, des légendes ont vu le jour ; quand les spécialistes des arts occultes et les oracles ont mis la main dessus, ils y ont ajouté leurs techniques d’immortalité, de lévitation et de transformation. Cf. Li Jianguo, Tangqian zhiguai xiaoshuo shi 唐前志怪小說史 (Histoire des romans fantastiques avant les Tang, édition révisée), Tianjin, Tianjin jiaoyu chubanshe, 2005, p. 160.

110 Nous avons recensé toutes ces sources dans la publication « Assembling the Precious Bits : Knowledge of Minerals in the Manuscript Houyoushou », une communication originellement prévue pour la 12th International Conference on the History of Science in East Asia, Johns Hopkins University, Baltimore, Maryland, 14-18 juillet, 2008.

111 Les travaux japonais portant sur l’histoire naturelle sont également une bonne source de référence, comme par exemple Ueno Masuzō 上野益三, Nihon hakubutsugakushi 日本博物學史 (Histoire des sciences naturelles au Japon, édition complétée), Tōkyō, Heibonsha, 1986 ; Ueno Masuzō, Hakubutsugakushi ronshū 博物學史論集 (Série sur l’histoire des sciences naturelles), Tōkyō, Yasakashobō, 1984 ; Hakubutsugakusha retsuden 博物學者列傳 (Biographies de chercheurs en histoire naturelle), Tōkyō, Yasakashobō, 1991 ; Isono Naohide 磯野直秀, Nihon hakubutsushi nenpyō 日本博物志年表 (Chronologie de l’histoire naturelle japonaise), Tōkyō, Heibonsha, 2002.

112 Il va de soi que de nombreux documents traditionnels n’ont pas encore été classés ou exhumés. Les récits de voyages datant de la dynastie Tang sont par exemple un très bon point de départ pour qui veut étudier les représentations médiévales du monde, mais il en existe malheureusement très peu. Le travail de compilation de Li Dehui 李德輝, Jin Tang liang Song xingji jijiao 晉唐兩宋行記輯校 (Compilation révisée de récits de voyage datant des Jin, des Tang et des Song, Shenyang, Liaohai chubanshe, 2009) ; « Lun Han Tang liang Song hingji de yuanyuan liubian » 論漢唐兩宋行記的淵源流變 (Le changement des origines des récits de voyage datant des Han, des Tang et des Song), Zhonghua wenshi luncong, 中華文史論叢, 2010, no 3, p. 317-342 facilitera grandement celui des chercheurs qui se pencheront à l’avenir sur le sujet. D’autres travaux de ce type sont nécessaires de toute urgence.

113 Tiré de Wu Hong 巫鴻 ; Zheng Yan 鄭巖, Wang Rui 王睿 (dir.), Liyi zhong de meishu – Wu Hong Zhongguo gudai meishu shiwen bian 禮儀中的美術 — 巫鴻中國古代美術史 文編 (Beaux-arts dans les rituels – Recueil de Wu Hong sur l’histoire des beaux-arts dans l’antiquité chinoise), Beijing, Sanlian shudian, 2005.

114 Tiré de Rong Xinjiang 榮新江, Sui Tang Chang’an : xingbie, jiyi ji qita 隋唐長安:性 別、記憶及其他 (La Chang’an sous les Sui et les Tang : sexe, mémoire et autres), Hong Kong, Sanlian shudian, 2009.

115 “從周邊看中國 » (« Examiner la Chine depuis ses marges ») est une expression de Ge Zhaoguang 葛兆光 et une direction explorée par l’un des principaux programmes de recherche de l’institut de littérature et d’histoire de l’université Fudan. Elle consiste à observer et étudier les traditions et culture chinoises à partir des textes trouvés dans les régions frontalières de la Chine, culturellement différentes. Différents domaines de recherche ont été définis : l’étude des documents (surtout ceux en langue chinoise) trouvés à l’étranger (notamment au Japon, en Corée du Nord, en Mongolie, au Vietnam et dans d’autres pays frontaliers) ou composés à l’étranger portant sur l’histoire, la culture, la pensée, les religions chinoises ; l’étude des documents occidentaux abordant l’imaginaire, les légendes et les savoirs chinois ainsi que leurs évolutions.

116 Pour plus d’explications sur la méthode « aux confins de la Chine des Hua et des Xia » et sur les « études des régions frontalières », cf. Wang Mingke 王明珂, Huaxia bianyuan – lishi jiyi yu zuqun rentong 華夏邊緣──歷史記憶與族群認同 (Aux confins de la Chine – mémoire historique et identification ethnique), Taibei, Yunchen wenhua, 1997.

117 L’idée d’un « patrimoine génétique culturel » est celle de Shi Zhouren 施舟人 (Kristofer Schipper), « Wenhua jiyinku – guanyu wenshixue de zuoyong yu qianjing » 文化基因庫 ──關於文史學的作用與前景 (Dépôt génétique culturel – le rôle et les perspectives des recherches sur la littérature et l’histoire), in Zhongguo wenhua jiyinku 中國文化基因 庫, Beijing daxue chubanshe, 2002, p. 9-28.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 : manuscrit trouvé dans la bibliothèque murée d’une des grottes de Mogao, à Dunhuang, photo d’Aurel Stein (1862-1943) 327/127 (587).
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 3 : Questions sur le Classique des documents, document exhumé à Turfan et conservé à la East Asian Library et à la Gest Collection de l’université de Princeton, photo de Yu Xin.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 4 : fresque de Pompéi représentant une jeune fille en train de lire le rouleau qu’elle tient à la main.
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 5 : la représentation circulaire du monde dans le Grand dictionnaire göktürk
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 6 : illustration du Livre des Merveilles du Monde représentant un acéphale, un sciapode et un géant avec un œil, habitants du royaume d’Erginul (à l’ouest du Gansu). Il s’agit d’un cas typique de représentation du monde à la croisée entre réalité et imaginaire reproduite dans un livre de géographie/d’histoire naturelle (Paris, Bibliothèque Nationale, 2810, fol. 29 v.)
URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/2577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Demopolis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search