Version classiqueVersion mobile

Conférences chinoises de la rue d’Ulm

 | 
Michel Espagne
, 
Julie Gary
, 
Guangyao Jin

Quatrième partie. Littérature

16. L’« histoire littéraire chinoise »

Formation et problèmes

Dai Yan

Texte intégral

Qu’est-ce que la littérature ?

  • 1 Confucius, Entretiens, « L’Étude » (Lunyu, « Xue er » 論語·學而).
  • 2 Yang Xiong, Propos modèles, « L’homme de qualité » (Fayan, « Junzi » 法言·君子).
  • 3 Les Classiques (jing 經 désigne au sens premier la trame d’une étoffe, et métaphoriquement la norme (...)
  • 4 Ici, le terme wen 文 n’a pas le sens proprement littéraire de « texte » ou « écrit », mais désigne l (...)
  • 5 Zhang Taiyan, Essais critiques sur le patrimoine national, « Synthèse sur la littérature » (Guogu l (...)

1Le terme « littérature » (wenxue 文學) existe en Chine depuis l’antiquité. Il figure dans la liste des quatre disciplines que Confucius enseignait à ses disciples, avec la vertu, l’éloquence et l’art politique. Et Confucius insistait : « S’il vous reste des forces, appliquez-les à l’étude des lettres1. » Sur ses dix meilleurs disciples, Ziyou 子游 et Zixia 子夏 passent pour avoir été les plus doués pour la littérature. Le philosophe et poète Yang Xiong 揚雄 (53 av. J.-C. à 18 ap. J.-C.) écrira ainsi plus tard : « Zi You et Zi Xia, ils ont compris ses écrits2 ! » Il entendait par là que ces derniers possédaient parfaitement la doctrine confucéenne telle qu’elle est coulée dans un certain nombre de livres fondamentaux, de « Classiques3 ». Le spectre des savoirs de Confucius était fort vaste, on dit qu’il maîtrisait tout à la fois le Livre des Mutations (Yijing 易經), le Livre des Odes (Shijing 詩經), le Livre des Documents (Shangshu 尚書), le Traité des Rites (Liji 禮記), le Livre de la Musique (Yuejing 樂經) et les Annales des Printemps et Automnes (Chunqiu 春秋) ; ces six Classiques étaient tous inclus dans la sphère du littéraire. À partir de la dynastie Han, la littérature jouit d’un statut officiel, si bien que la connaissance des classiques donne accès à divers postes de responsables éducatifs, à l’échelon préfectoral ou au niveau central. Les responsables de l’éducation au niveau local pourvus d’une bonne connaissance du système rituel et musical ainsi que des documents administratifs, pouvaient devenir préposés aux rites. C’est ainsi qu’on trouve dans le Jardin d’anecdotes (Shuoyuan 說苑) de Liu Xiang 劉向 (77-6 av. J.-C.) un chapitre intitulé « Cultiver les instances civiles » (« Xiuwen » 修文), où le terme « instances civiles » (wen 文) désigne les rites et la musique4. Cette association perdure jusqu’à la fin des Qing, comme en témoigne la proposition de Zhang Taiyan 章太炎 (1868-1936) selon laquelle « toute écriture se trouvant sur du bambou et de la soie sera appelée “écrit” ; si l’on veut parler du type dont elle relève, on l’appellera “littérature”5. » Cette conception vaste et englobante de la littérature sera qualifiée, à partir de l’époque moderne, de « littérature au sens large ».

2Durant une très longue période de l’antiquité chinoise, c’est cette vision très inclusive de la littérature qui a prévalu. Ainsi, à l’époque des Six Dynasties, le premier essai théorique sur la littérature composé par Cao Pi 曹丕 (187-226), la « Discussion sur la littérature » (« Lunwen » 論文), chapitre du Discours modèle (Dianlun 典論), énumère quatre grandes catégories de genres littéraires : les mémoires et les délibérations (zouyi 奏議), les lettres et les dissertations (shulun 書論), les inscriptions et les oraisons (minglei 銘誄), la poésie en vers ou en prose rythmée (shifu 詩賦). Quelques années après Cao Pi, Lu Ji 陸機 (261-303) énumère dans son Fu sur les lettres (Wenfu 文賦) les dix formes suivantes : la poésie (shi 詩), la poésie en prose rythmée (fu 賦), les épitaphes (bei 碑), les oraisons (lei 誄), les inscriptions gravées (ming 銘), les admonestations (zhen 箴), les eulogies (song 頌), les dissertations (lun 論), les mémoires à un supérieur (zou 奏) et les discours (shuo 說). Le monument d’érudition en matière de théorie littéraire qu’est l’Esprit de la littérature et la gravure du dragon (Wenxin diaolong 文心雕龍), composé par Liu Xie 劉 勰 (465-522), propose une vingtaine de genres, qui sont dans l’ordre : les Classiques (jing 經), les apocryphes et gloses ésotériques (wei 緯), les élégies de Chu (Chuci 楚辭), la poésie (shi 詩), la poésie chantée avec accompagnement musical d’inspiration populaire (yuefu 樂府), la poésie en prose rythmée (fu 賦), l’éloge (songzan 頌贊), le serment d’alliance (zhumeng 祝盟), les maximes gravées (mingzhen 銘箴), les inscriptions funéraires (leibei 誄碑), les oraisons funèbres (aidiao 哀 吊), les mélanges (zawen 雜文), la satire allusive (xieyin 諧隱), les biographies historiques (shizhuan 史傳), les écrits des penseurs des Royaumes combattants (zhuzi 諸子), les dissertations (lunshuo 論 說), les décrets impériaux (zhaoce 詔策), les avis publics de dénonciation justifiant une expédition punitive (xiyi 檄移), les sacrifices Feng et Shan (fengshan 封禪), les mémoires présentés à l’Empereur (zhangbiao 章表), les adresses à l’Empereur (zouqi 奏啟), les discussions (yidui 議對) et les lettres (shuji 書記). L’ensemble des quatre catégories de classement des écrits anciens que sont les Classiques (jing 經), l’histoire (shi 史), les ouvrages philosophiques (zi 子) et les collections littéraires (ji 集) est donc représenté. Li Chong 李充 (iiie siècle), dans son Discours sur la forêt des lettrés (Hanlin lun 翰林論), déclare par ailleurs : « Si l’on me demande ce que l’on peut appeler écrits littéraires, je répondrai que les lettres de Kong Rong 孔融 (153- 208) et les discussions de Lu Ji sont bien des écrits parfaits ! » Les Nouveaux propos du temps présent (Shishuo xinyu 世說新語) de Liu Yiqing 劉義慶 (403-444) reprenant les quatre branches de l’enseignement confucéen, contiennent un chapitre intitulé « Littérature », dans lequel sont consignées de nombreuses anecdotes inspirées de l’« étude du Mystère » néotaoïste (xuanxue 玄學). Si l’on regarde la composition de l’Anthologie des belles lettres (Wenxuan 文選), compilée à cette époque, sa définition du littéraire inclut la poésie et la poésie en prose rythmée, ainsi que des notices biographiques (xing-zhuang 行狀), des discours hypothétiques sous forme de dialogue (shelun 設論), des mémoires d’accusation à l’encontre de fonctionnaires (danshi 彈事), etc. Et ce en dépit du fait que Xiao Tong 蕭統 (501-531), compilateur de cette anthologie, avait délibérément choisi d’en exclure les Classiques, les ouvrages historiques et ceux des philosophes antiques.

3Cette compréhension large du littéraire a prévalu jusqu’au début du xxe siècle. Elle est celle des deux premières histoires littéraires d’envergure, l’Histoire de la littérature chinoise (Zhongguo wenxue shi 中國文學史) publiée à partir des supports de cours de Lin Chuanjia 林傳甲, et la Grande histoire de la littérature chinoise (Zhongguo da wenxue shi 中國大文學史) de Xie Wuliang 謝無量.

4En quoi consistent les supports de cours sur l’histoire littéraire de Lin Chuanjia ? À partir des guerres de l’Opium, les intellectuels chinois ont commencé à développer l’idée de l’association de la valeur fondamentale du savoir chinois et de la valeur fonctionnelle du savoir occidental pour régénérer les approches et former de nouveaux talents. À la fin de la dynastie Qing, le groupe réformateur formé par Kang Youwei 康有為 fonda une Association du renforcement du savoir de la capitale (Jingshi qiangxue hui 京師強學會), au sein de laquelle on tenait des conférences tout en discutant des affaires politiques. Peu de temps après, l’association devint une maison d’édition officielle, sur la base de laquelle fut fondée, en 1862, la Grande École métropolitaine (Jingshi daxuetang 京師大學堂), première université publique moderne chinoise. L’université fondée, un besoin pressant de supports éducatifs se fit sentir. C’est dans ce contexte que Lin Chuanjia, jeune enseignant en lettres alors âgé de vingt ans, rédigea un support de cours d’à peine plus de dix mille mots intitulé Histoire de la littérature chinoise, sur le modèle de l’Histoire de la littérature chinoise du Japonais Sasagawa Taneo (笹川種 郎) et dans le respect des « Prescriptions » (Zhangcheng 章程) officielles relatives à l’université. Après révision et approbation, elle fut officiellement publiée en 1904.

  • 6 Tang Xianzu (1550-1616) est un dramaturge de l’époque Ming. Il est l’auteur de quatre pièces inspir (...)

5Cette histoire littéraire est fort différente de celles que nous sommes habitués à compulser aujourd’hui. Tout d’abord, des chapitres liminaires sont consacrés à l’écriture, aux rimes et aux gloses des Classiques (ce qu’on appelait alors la philologie, ou étude élémentaire). Ensuite, le cœur de l’ouvrage, consacré au littéraire, l’entend en un sens encore plus large que celui que nous donnons aujourd’hui aux « essais » : il inclut les Classiques, les ouvrages historiques et ceux des philosophes antiques. Enfin, tout en affirmant prendre pour modèle l’histoire littéraire de Sasagawa, Lin Chuanjia récuse clairement son choix d’intégrer à l’histoire littéraire les bouffonneries, les pièces destinées à être jouées par des prostituées et les pièces de Tang Xianzu 湯顯祖6 ; autrement dit, il écarte le théâtre et le roman de son histoire littéraire ; d’un point de vue contemporain, cela ne laisse pas de surprendre, mais cette position fait pleinement sens replacée dans la conception du littéraire développée plus haut.

6Commençons par le choix de débuter l’ouvrage avec l’écriture, les rimes et les gloses. Comme on l’a rappelé avec les exemples de Yang Xiong et Zhang Taiyan, la littérature, dans sa conception traditionnelle, désigne les objets écrits, donc tout ce qui touche à la lettre, écriture et lecture, en est logiquement et nécessairement le premier élément. On lit ainsi dans les Rites des Zhou (Zhouli 周禮) que, lorsqu’on commence à étudier la philologie à huit ans, il convient de débuter par l’apprentissage des six procédés de formation des caractères (liushu 六書), énumérés comme suit dans le Dictionnaire étymologique des caractères (Shuowen jiezi 說文解字) : l’indication d’un état (zhishi 指事), les pictogrammes (xiangxing 象形), l’association d’un élément figuratif et d’un élément phonétique (xingsheng 形聲), l’association de sens (huiyi 會意), le transfert de signification (zhuanzhu 轉注) et l’emprunt (jiajie 假借). Ce qu’on appelle la philologie traditionnelle contient, en somme, la phonologie et la glose : les savants d’autrefois considéraient que celles-ci constituaient la base de toutes les connaissances. Cette exigence de la maîtrise des fondements de la philologie comme condition et partie intégrante de l’étude de la littérature trouve encore un écho dans l’Histoire abrégée de la littérature chinoise (Han wenxue shigang 漢文學史綱) de Lu Xun 鲁迅, qui dans les années 1930, débute par un chapitre intitulé « De l’écriture au texte » (« Zi wenzi zhi wenzhang » 自文字至文章). Il est donc normal que Lin Chuanjia ait considéré que si l’on voulait entrer dans la littérature chinoise, il fallait commencer par l’écriture.

7Mais pourquoi choisir ne pas intégrer le roman et le théâtre à l’histoire littéraire ? La raison tient à la nature des écrits, tels le Roman des Trois Royaumes (Sanguo yanyi 三國演義) ou l’Histoire de Yingying (Yingying zhuan 鶯鶯傳), que Lin Chuanjia estime avoir été composés par des « plébéiens incultes ». Certains de ces écrits mettent à mal la vérité historique, d’autres sont emplis de termes obscènes. Tout juste étaient-ils bons, pour lui, à servir de matériaux à l’étude des mœurs, mais il était hors de question de faire entrer les écrits d’auteurs de mauvais goût comme Tang Xianzu ou Jin Shengtan 金聖嘆 dans l’histoire de la littérature, au risque d’en dénaturer les catégories. Les origines d’un tel jugement sont profondes : les ouvrages que les pouvoirs politiques et les intellectuels de toutes les époques entendent bannir sont ceux qui émanent des classes populaires ou sont composés à leur intention…

8L’histoire littéraire de Lin Chuanjia et ses choix méritent d’autant plus de retenir l’attention qu’il a eu connaissance, par l’intermédiaire d’ouvrages japonais, de la conception occidentale de la littérature qui commençait dès alors à s’imposer : c’est très consciemment que Lin s’attacha à prolonger la tradition chinoise.

  • 7 Xie Wuliang (1884-1964) est un grand érudit, calligraphe et poète de la Chine moderne : on lui doit (...)
  • 8 Hu Shi (1891-1962), écrivain, philosophe et homme politique. Il étudie la philosophie aux États-Uni (...)

9Autre personnage intéressant, Xie Wuliang7. On peut le classer parmi les modernistes de l’époque. Il est l’auteur de la première histoire de la philosophie chinoise et de la première histoire de la littérature féminine chinoise. Sa Grande histoire de la littérature chinoise a été citée par Hu Shi 胡適 (1891-1962)8 et a servi de matériau de référence à Lu Xun dans la composition de son Histoire abrégée de la littérature chinoise. Profondément influencé par Zhang Taiyan, il accorde à des genres littéraires aussi différents que la critique, les avis, les proclamations officielles, les plaintes, les curriculum vitae, les catalogues et les articles de presse toute leur place dans l’histoire littéraire.

10Lin et Xie sont des personnages emblématiques d’une période de transition. Ils sont, d’une part, des émules de l’approche occidentale, les premiers de leur génération, par le simple choix d’écrire des histoires littéraires. Lin Chuanjia, est, on l’a rappelé, inspiré par le travail de Sasagawa lui-même soumis aux conceptions occidentales de l’histoire littéraire. Plus tardif, Xie Wuliang a naturellement eu accès à davantage d’ouvrages. Mais d’un autre côté, lorsque le moment vient d’opérer une sélection des œuvres devant entrer dans l’histoire littéraire, ils restent fidèles aux principes établis par les anciens, se contentant de donner un cadre nouveau à de vieilles conceptions. Le vent d’Ouest ne parvient pas encore à contrer complètement le vent d’Est…

11Quid d’ailleurs de ce vent d’Ouest, autrement dit des conceptions de la littérature venues d’Occident et se coulant dans le contexte chinois pour guider la nouvelle littérature chinoise ? Lu Xun en a donné une définition claire et concise : la nouvelle littérature ne dérive pas de Ziyou et Zixia, mais a été introduite du Japon, et correspond à la traduction du terme literature. Il importe ici de préciser que, si la signification du terme literature en Europe et aux États-Unis a pu varier à travers les âges, désignant tout à la fois l’épopée homérique, la tragédie shakespearienne, les essais de Bacon et les compositions philosophiques de Descartes, un concept de « littérature pure » est apparu à partir des xviiie et xixe siècles. Afin de le distinguer des conceptions englobantes antérieures, on a formulé un certain nombre d’exigences à l’égard de la littérature ; outre l’exigence fictionnelle, elle devait rechercher l’expression des sentiments et le beau. De nombreuses formes se sont trouvées de facto exclues de ce nouveau cadre, et la sphère littéraire s’est recentrée autour du triptyque poésie, prose et théâtre.

12Il apparaît évident aujourd’hui que les Chinois des années 1920 ont été influencés par cette nouvelle conception de la littérature. Lorsqu’ils composèrent leurs histoires littéraires, ils mirent le plus grand soin à établir une ligne de démarcation nette avec les conceptions traditionnelles de la littérature, considérant qu’il était de leur devoir de rehausser le prestige de la littérature pure à travers l’histoire chinoise. Une telle conviction perdure jusqu’à aujourd’hui. Elle se traduit de manière particulièrement visible dans la répartition des disciplines au sein des établissements d’enseignement supérieur, où une division traditionnelle des disciplines prévaut. Ainsi, on distingue la littérature, l’histoire et la philosophie. Des quatre genres littéraires institués par la tradition, les Classiques et les écrits des philosophes des Royaumes combattants sont rangés dans l’histoire de la philosophie, les écrits des historiens dans l’histoire ; à l’histoire littéraire reviennent les collections, soit la quatrième section des bibliothèques anciennes qui contient les œuvres littéraires, desquelles sont d’ordinaire ôtées les dissertations à l’Empereur, les serments d’alliance et autres écrits de ce genre. Aussi parle-t-on principalement, dans les cours d’histoire littéraire en Chine, de poésie, de prose, de roman et de théâtre.

13L’histoire littéraire contemporaine a le grand mérite d’inclure le roman et le théâtre, mais d’autres problèmes se posent car elle a, dans le même temps, éliminé un certain nombre de genres. Ainsi, si Cao Pi loue les « mémoires de remerciement, les adresses au trône et les lettres » (zhang biao shu ji 章表書記) de Ruan Yu 阮瑀 (165 ?-212) et Chen Lin 陳琳 (160-217), jugeant qu’il s’agit des « plus talentueux de leur temps », ces pièces, considérées à l’aune de nos critères modernes, ne sauraient passer pour de la littérature. En effet, selon l’étiquette en vigueur sous la dynastie Han, on appelle « mémoire de remerciement au trône » (zhang 章) l’écrit composé en remerciement d’une faveur ; « mémoire adressé au trône » (biao 表) les suppliques destinées à l’Empereur ; et « lettres » (shuji 書記) la correspondance ordinaire entre individus privés ou les missives envoyées à l’administration, soit des écrits qui ne sont caractérisés ni par l’expression de sentiments personnels, ni par une nature fictionnelle. C’est pourquoi les histoires littéraires préfèrent habituellement retenir les poèmes de ces deux auteurs, et laissent de côtés ces pièces. Mais, en procédant de la sorte, comment se faire une idée précise de ce à quoi correspondent les propos de Cao Pi ?

  • 9 Il s’agit vraisemblablement des deux premiers caractères d’un texte consacré à l’écriture chinoise (...)

14On peut citer un autre exemple. L’histoire littéraire contemporaine a mis un terme au monopole de la littérature écrite en intégrant des œuvres de la littérature orale. Toutefois, en cessant d’insister continuellement sur le lien entre littéraire et écriture, certains phénomènes deviennent difficiles à comprendre. C’est le cas des poèmes en prose rythmée de la dynastie Han, dont l’une des caractéristiques principales est d’avoir recours à des formes rares de caractères ou d’en créer de nouveaux. Quelle en est la raison ? On ne peut assurément pas la deviner si l’on ne s’intéresse qu’aux sentiments, à la nature fictionnelle ou à la dimension esthétique de ces œuvres ; il convient plutôt de revenir à l’écriture elle-même. Les deux plus grands auteurs de poèmes en prose rythmée des Han, Sima Xiangru 司馬相如 (179-117 av. J.-C.) et Yang Xiong, étaient tous deux d’éminents philologues. Sima Xiangru est l’auteur d’un ouvrage de philologie intitulé Fanjiang pian (凡將篇)9, et Yang Xiong d’une Compilation de commentaires sur Cang Jie (Cangjie xunzuan 蒼 頡訓纂) et d’un Répertoire d’expressions dialectales (Fangyan 方言). Partant, comment ne pas faire le lien entre leur formation de philologues et les poèmes qu’ils ont composés ?

Comment écrit-on l’histoire littéraire ?

15Avant que les Chinois n’écrivent eux-mêmes leur histoire littéraire, des histoires de la littérature chinoise furent composées par des Russes, des Allemands, des Anglais et des Japonais. Aussi les écrits des sinologues et historiens de la littérature étrangers ont-ils stimulé les premiers historiens chinois de la littérature tels que Lin Chuanjia et Huang Ren 黄人 (1866-1913) qui ont donc envisagé l’histoire littéraire sous un angle et en tant que réalité « moderne ». Mais cela n’implique pas que les Chinois n’aient pas, eux-mêmes et à leur manière, ordonné et raconté de longue date l’histoire de leur littérature.

16Comment les Chinois de l’antiquité la racontaient-ils ? Nous l’avons rappelé, l’Esprit de la littérature et la gravure du dragon mentionne vingt genres littéraires ; il est rendu compte de la nature, des caractéristiques, des origines et des évolutions de chacun d’eux. Prenons par exemple le passage consacré aux oraisons funèbres et aux inscriptions sur stèles. On y apprend l’origine de ces deux genres. Les premières remonteraient aux Zhou : les oraisons étaient gravées à la mort d’une personne dont on voulait exalter la vertu et les mérites. Privilège des membres de la haute noblesse dans les premiers temps, elles ont été accordées par la suite aux simples lettrés fonctionnaires, comme en témoigne celle composée par le duc Ai 哀公 en l’honneur de Confucius, et conservée dans le Commentaire de Zuo aux Printemps et Automnes (Zuozhuan 左傳) :

Le Ciel manque vraiment de miséricorde ! Il ne pouvait pas garder ce vieil homme en vie, et ainsi m’aider. Mon cœur esseulé est perclus de tristesse. Ah ! Quelle douleur ! Confucius ! Comme je suis impuissant !

17Voici ce que l’on peut appeler un modèle d’oraison funèbre. Sous les Han, Yang Xiong, Du Du 杜篤 (?-78), Fu Yi 傅毅 (?-90) et Cui Yuan 崔瑗 (77-142) ont également composé des oraisons funèbres de qualité. Dans son Oraison funèbre pour l’empereur Wen (Wendi lei 文帝 誄), Cao Zhi a enfreint les règles en consacrant, à la fin de la pièce, un long passage à une description de ses sentiments. D’autres oraisons, dans la tradition de « L’oiseau noir » figurant dans la section « Hymnes des Shang » du Livre des Odes (Shijing, « Shangsong », Xuanwu 詩經·商頌·玄鳥), remontent jusqu’à l’histoire des premiers ancêtres. On trouve dans l’Oraison funèbre pour Wang Xing de Beihaijing (Beihaijing Wang Xing lei 北海靜王興誄) de Fu Yi des phrases descriptives, reprises par les générations suivantes comme modèles de l’écriture du sentiment personnel à travers la description de paysage. Se trouve ainsi écrite par la même occasion l’histoire de l’oraison funèbre, avec une minutie qui n’exclut pas une vision globale du genre. C’est la raison pour laquelle on peut considérer que l’Esprit de la littérature et la gravure du dragon, en tant qu’œuvre théorique, est également une histoire des genres littéraires.

18Dans son Évaluation de la poésie (Shipin 詩品), le lettré Zhong Rong 鐘嶸 (468 ?-518), tenu pour l’un des premiers critiques poétiques, s’attache quant à lui à indiquer, dans une entreprise de retour aux sources historiques, les foyers d’inspiration de chaque poète dont il fait la critique. Ainsi, selon lui, les poèmes de Cao Zhi 曹植 (192-232) dérivent des « Airs des principautés » (Guofeng 國風), ceux de Liu Zhen 劉禎 (186-217) des poèmes anciens (gushi 古詩), et ceux Wang Can 王粲 (177-217) de la poésie chantée de Li Ling 李陵 (de 134 à 74 av. J.-C.) ; et ainsi de suite.

19Une telle démarche ne se limite naturellement pas à la seule poésie, et chaque anthologie peut être investie d’une vision historique. C’est ce qu’on appelle exprimer ses opinions à l’aide des textes des anciens. L’Anthologie des belles lettres, pour illustrer la catégorie des poèmes en prose rythmée traitant du désir sentimental, a choisi le Fu de Gaotang (Gaotang fu 高唐賦) et le Fu sur le Libertin lascif (Dengtuzi haose fu 登徒子好色賦) de Song Yu 宋玉 (298-222 av. J.-C.), ainsi que le Fu de la Déesse (Shennü fu 神女賦) de Cao Zhi. Ces choix manifestent la conception que se fait Xiao Tong de l’expression du désir dans l’histoire de la poésie en prose rythmée.

20Un trait constant des anciens, lorsqu’ils traitent d’histoire littéraire, est leur vénération de l’antiquité. C’est ce que Zhou Zuoren 周 作人 (1885-1967) a résumé en termes de « cyclicité de l’Histoire ». Lorsqu’ils entreprennent un retour aux sources, les anciens finissent bien souvent par en revenir aux Cinq Classiques. On trouve ainsi, dans l’Esprit de la littérature et la gravure du dragon, un chapitre intitulé « Classiques fondamentaux » (« Zongjing » 宗經), dans lequel l’auteur fait remonter l’origine de tous les textes existants aux Cinq Classiques. Les dissertations, discours, élégies (ci 辭) et préfaces viennent du Livre des Mutations ; les édits impériaux et les mémoires adressés à l’Empereur sont nés du Livre des Documents, la poésie en prose rythmée, les eulogies, chants et éloges proviennent du Livre des Odes ; les inscriptions gravées, les oraisons funèbres, les maximes et les invocations du Livre des Rites ; les commémorations, biographies, serments d’alliance et avis publics de dénonciation incitant à la guerre sont issus des Printemps et Automnes. L’auteur précise en outre que si « les cent écoles de pensées furent d’une grande vitalité, elles ne sortirent en définitive pas de ce cadre ». En d’autres termes, les Cinq Classiques sont à la fois les ancêtres et les bornes de la littérature. Les générations postérieures reprirent cette opinion à leur compte, comme peut en témoigner le célèbre Propos général sur les arts (Yigai 藝概) de Liu Xizai 劉熙載 (1813-1881), lettré de la fin de la dynastie Qing. Dans le chapitre « Enseignement sur la poésie » (« Shijiao » 詩教) de son Aperçu général de l’histoire littéraire (Wenshi tongyi 文史通義), Zhang Xuecheng 章學誠 (1738-1801) recense avec précision tous les genres littéraires des Royaumes combattants et des périodes ultérieures, affirmant que le développement de la littérature atteint son apogée durant la période des Royaumes combattants. Cette conception est restée inchangée jusqu’à Lin Chuanjia. À force de rechercher continuellement les origines des genres, l’antiquité s’est imposée comme le modèle de référence en tout, ce qui relève d’un certain fondamentalisme.

21Rien n’est plus opposé à l’évolutionnisme que la vénération de l’antiquité. Il n’est pas nécessaire ici de revenir en détail sur l’histoire de la théorie évolutionniste en Chine à l’époque moderne. L’influence la plus marquante qu’elle a exercée sur l’histoire littéraire réside dans la modification du rapport des historiens chinois de la littérature à l’antiquité, et dans l’élaboration d’une conception scientifique de l’évolution, fondée sur la recherche de la nouveauté, qui est perçue comme nécessairement bonne. Fu Sinian 傅斯年 (1896-1950), par exemple, a pensé l’évolution des genres littéraires comme celle des organismes vivants. Ainsi, le vers de quatre caractères, utilisé depuis la période des Printemps et Automnes, s’est fait de plus en plus rare avant de dépérir puis finalement disparaître sous les Han. Il s’agit là d’un exemple d’évolution d’un genre littéraire. Par la suite, on a pensé que seule l’utilisation telle quelle de ce modèle d’évolution organique pour comprendre toute la progression de la littérature chinoise permettrait d’aboutir à une histoire littéraire conforme aux règles du développement des sciences. C’est à cette époque que l’expression, forgée sous les Qing, « à chaque génération sa littérature » (yidai you yidai zhi wenxue 一代有一代之文學), commença à être utilisée.

22Dans les histoires littéraires des anciens abordées plus haut, on a vu que les critères fondamentaux retenus étaient les genres et les auteurs eux-mêmes. Sous les Qing, dans son Répertoire des genres d’écrits en prose classique (Gu wenci leizuan 古文辭類纂), Yao Nai 姚鼐 (1731-1815) recense, pour la seule prose en langue classique, treize catégories. Cette classification n’a, à l’évidence, rien en commun avec la nouvelle conception de la littérature, articulée autour du triptyque poésie, prose, et roman/théâtre ; dès lors, comment faire converger ces anciennes catégories vers les nouveaux genres ? Il convient de faire éclater la classification originelle pour combiner les catégories, certaines devant être écartées, d’autres introduites et, chemin faisant, il est nécessaire de bâtir de nouveaux repères historiques.

23La construction de ces repères entretient des liens très étroits avec la science historique moderne, qui, insistons, se veut science historique. Sa scientificité, outre le fait d’être fondée sur l’évolutionnisme, repose sur la recherche de la vérité. Cette dernière s’obtient par l’examen critique des sources textuelles. C’est pourquoi nombreux furent ceux qui reprirent le mot de Fu Sinian, « en haut jusqu’à l’éther, en bas jusqu’aux sources jaunes, toujours être en recherche », et érigèrent en règle celui de Hu Shi : « être audacieux dans ses hypothèses et méticuleux dans sa recherche de preuves ». À partir des années 1930, l’examen critique domine l’histoire littéraire, qu’il s’agisse de la vie des auteurs, de l’authenticité des œuvres, des erreurs d’édition. Chaque phrase doit nécessairement avoir une origine précise, et l’on préfère ne pas utiliser de matériaux dont l’authenticité n’a pas été établie. Prenons par exemple les nombreux poèmes anciens anonymes de la dynastie Han, comme « L’arbre merveilleux du jardin » (Ting zhong you qishu 庭中有奇樹), « Moins de cent années » (Shengnian buman bai 生年不滿百) ou « Lointaine étoile du Bouvier » (Tiaotiao qianniuxing 迢迢牽牛星). L’Anthologie des belles lettres en a conservé dix-neuf. Beaucoup d’hypothèses ont été émises par le passé sur l’identité de leur auteur et leur date de composition. L’une d’entre elles voudrait que Mei Sheng 枚乘 (?-140 av. J.-C.), des Han occidentaux, en soit l’auteur ; une autre avance qu’une partie seulement de ces dix-neuf poèmes a été composée par Mei Sheng, et qu’une autre partie est de la main de Zhang Heng 張 衡 (78-139) et de Cai Yong 蔡邕 (133 ?-192), tous deux des Han orientaux. Enfin, selon une dernière hypothèse, ces poèmes auraient été composés par Cao Cao et Wang Can sous l’ère Jian’an. Zhu Yizun 朱 彝尊 (1629-1709) des Qing, quant à lui, suspecte les auteurs de l’Anthologie de les avoir écrits eux-mêmes. Par la suite, Liang Qichao 梁 啟超 (1873-1929) consacra une longue étude critique à ces poèmes, et parvint à la conclusion définitive que, bien qu’ils ne soient pas de la main d’un seul auteur, ils datent dans l’ensemble de la fin des Han orientaux. Les historiens de la littérature purent ainsi les insérer sans crainte dans l’histoire littéraire de la dynastie Han. Il arrive à Lu Xun de moquer ces « quelques grands “sinologues” européens qui, lorsqu’ils parlent de la Chine, utilisent la Grande encyclopédie illustrée approuvée par l’Empereur (Qinding tushu jicheng 欽定圖書 集成). Voilà un jeu que, pour leur part, les tenants de l’École critique chinoise se refusent de jouer », écrit-il dans le chapitre « Collection complète en quatre volumes » (« Sikuquanshu zhenben » 四庫全書 珍本) du recueil d’essais intitulé Causeries distrayantes (Zhunfeng yuetan 準風月談). Le jugement de Lu Xun s’explique par le fait qu’il était de notoriété publique qu’en dépit de l’approbation impériale, l’édition de la Grande Encyclopédie illustrée n’était pas fiable.

24Mais l’étude critique des textes à elle seule ne suffit pas. La finalité des études historiques étant de tirer les enseignements du passé pour éclairer le présent et l’avenir, elle doit être capable d’éclairer les changements en en cherchant les causes et d’énoncer des lois d’évolution, afin de nous donner les moyens de savoir à quelles causes correspondent quels effets.

25La pensée démocratique moderne, par exemple, a exercé une très vaste influence, qui a gagné les champs historique et littéraire. Dans les études historiques, cette pensée, en s’opposant aux conceptions élitiste et héroïque de l’histoire, a rehaussé le statut du fait populaire et du peuple lui-même. Dans le champ littéraire, il s’agissait de faire émerger la vitalité et l’énergie populaires, ce qui, en matière d’histoire littéraire, revenait à montrer que la littérature populaire était la source de toutes les littératures depuis l’antiquité. L’importance accordée au champ populaire est particulièrement manifeste chez les intellectuels du 4 mai 1919. Des personnalités comme Hu Shi, Lu Xun ou Gu Jiegang 顧頡剛 (1893-1980), dans leurs mémoires, ne manquent pas d’évoquer comment, enfants, ils vivaient au contact des récits populaires, des romans et du théâtre, donnant presque le sentiment qu’ils ont commencé à éduquer leur goût pour la littérature populaire dès leur enfance. Cependant, quand on lit la « Préface » aux Discussions critiques sur l’histoire de l’Antiquité (Gushibian zixu 古史辯自序) de Gu Jiegang, on comprend que c’est une nouvelle conception de l’histoire, avec laquelle ils se familiarisèrent à peu près à l’époque du mouvement du 4 mai, qui est à l’origine de ces ressouvenirs.

26Nous sommes, de nos jours, tout à fait conscients que la littérature tire sa source du milieu populaire. Une fois passée entre les mains des intellectuels, bien qu’accédant à un statut supérieur, elle se rigidifie et finit par dépérir. Il faut alors attendre qu’une nouvelle littérature bourgeonne au sein du peuple, afin qu’elle vienne porter secours à celle des intellectuels. Ce modèle d’évolution de l’histoire littéraire est illustré par la succession des genres suivants : les élégies de Chu, la poésie en prose rythmée des Han, la poésie régulière des Tang, la poésie chantée (ci 詞) des Song, le théâtre chanté (qu 曲) des Yuan et les romans des dynasties Ming et Qing.

27Cette histoire littéraire, qui s’accorde naturellement à une conception moderne de l’histoire, scientifique et évolutionniste, tend cependant à trop simplifier un certain nombre de phénomènes historiques. Le plus frappant est l’évolution des genres littéraires eux-mêmes, qui, dans un tel modèle, devient difficile à percevoir. Ainsi, les auteurs de poèmes en prose rythmée étaient encore nombreux sous les Tang. Li Bai est ainsi l’auteur d’un Fu sur la tristesse de l’automne pur (Bei qingqiu fu 悲清秋賦), Liu Yuxi 劉禹錫 (772- 842) d’un Fu sur les harmonies automnales (Qiusheng fu 秋聲賦), Du Mu 杜牧 (803-852) d’un Fu sur le palais de E’pang (E’pang gong fu 阿 房宫賦), qui sont tous fort réussis. Et c’est le triptyque de poèmes en prose rythmée de Du Fu 杜甫 (712-770), Sacrifice au temple des ancêtres impériaux (Chaoxiang taimiao 朝享太廟), Sacrifice au faubourg du Sud (Youshi yu nanjiao 有事於南郊) et Sacrifice au palais de la grande Pureté (Chaoxian Taiqingmiao 朝献太清廟), composés sous le règne de Xuan Zong 玄宗 (712-756), qui valut à Du Fu de devenir celui qui « s’étonna d’acquérir une réputation éclatante en une seule journée ». Le grand nombre de lettrés pratiquant le fu sous les Tang s’explique par l’existence, à cette époque, de la présence d’une composition dans ce genre littéraire au programme du concours mandarinal de plus haut degré. Ma Jigao 馬積高 (1925- 2001) a recensé que plus des deux-tiers de fu conservés dans La quintessence du jardin des lettres (Wenyuan yinghua 文苑英華) étaient des poèmes de ce type, aux contraintes prosodiques strictes, avec contrepoint tonal et rimes. Or, comment pourrait-on expliquer ce phénomène en se fondant sur le type d’histoire littéraire décrit plus haut ?

Comment lire les œuvres ?

28L’une des tâches importantes de l’histoire littéraire depuis l’époque moderne est de parler des auteurs et des œuvres. Mais cette démarche n’est pas l’apanage de l’histoire littéraire, et l’histoire chinoise ancienne ne manque pas de traités sur les auteurs. S’agissant de l’histoire officielle, le Livre des Han postérieurs (Hou Hanshu 後漢書) de Fan Ye 範曄 (398-445), qui comporte un chapitre intitulé « Vies du jardin des lettres » (« Wenyuan zhuan » 文苑傳), a constitué un précédent. Ce chapitre est exclusivement consacré aux vies des hommes de lettres éminents. Les ouvrages historiques postérieurs l’imiteront tous, si bien que même l’Ébauche de l’histoire dynastique des Qing (Qing shigao 清史稿), compilée sous la direction de Zhao Erxun 趙爾巽 (1844-1927), comporte elle aussi son chapitre sur les « Vies du jardin des lettres ». Les dates de naissance et de mort, le lieu de naissance, les fonctions exercées, les fréquentations, les œuvres majeures des principaux auteurs de toutes les dynasties se trouvent ainsi consignés — si bien que lorsqu’on écrit une histoire littéraire de nos jours, il reste nécessaire de s’y référer. Cependant, les « vies du jardin des lettres » de chaque période ne s’intéressent que très peu aux œuvres en elles-mêmes. Sur ce sujet, il nous faut chercher ailleurs.

29L’Évaluation de la Poésie, par exemple, utilise une méthode purement appréciative, comme en témoigne l’analyse donnée des poèmes de Ruan Ji 阮籍 (210-263), classé par Zhong Rong parmi les poètes de première valeur :

Ils viennent des Odes mineures du Livre des Odes. On peut lire ses Poèmes intimes (Yonghuai shi 詠懷詩) pour façonner son tempérament et éveiller ses sentiments les plus subtils. Leurs mots résonnent dans nos oreilles et sont sous nos yeux, mais les émotions dont ils procèdent, elles sont encloses aux confins du monde. Quelle abondance, quelle beauté ! On retrouve les Odes. Oubliant la médiocrité environnante, on déploie ses hautes aspirations, soupirant face à l’émotion contenue dans ses vers. Lointain et profond, leur sens est difficile à entendre.

30Cette méthode a été reprise ensuite par de nombreux ouvrages de critique poétique et littéraire, comme l’atteste ce propos de Chen Shidao 陳師道 (1053-1101) dans ses Propos de Houshan sur la poésie (Houshan shihua 後山詩話) :

Lorsque je commente les poèmes de Li Bai, je suis pareil à Zhang Le dans la plaine de Dongting, sans début ni fin, refusant les règles invariables ; voilà ce que les fabricants d’encre et les graveurs de caractères seraient bien incapables de mesurer et de calculer.

31Liu Shipei 劉師培 (1884-1919) lui-même, lorsqu’il donnait ses cours de littérature ancienne à l’université de Pékin, reproduisait, dans une moindre mesure, cette approche. Il loue ainsi l’exactitude du jugement de Cang Rongxu 臧榮緒 (415-488), auteur du Livre des Jin (Jinshu 晉書), qui juge les écrits de Lu Ji « magnifiquement ouvrés ». Notons que les commentaires de Liu Shipei sur les œuvres classiques furent ceux que Lu Xun prisait le plus.

32Une autre manière de rendre compte des œuvres consiste à apprendre au lecteur, pour le mettre à même d’apprécier ces dernières, à composer soi-même des textes en prose et de la poésie, en expliquant comment ajuster les rimes d’un vers pour conserver la rime du vers précédent, trouver les sentences parallèles justes, comme on le lit dans les Propos sur le miroir des lettres des archives impériales secrètes (Wenjing mifu lun 文鏡秘府論), collationnés et édités par le moine japonais Kûkai 空海 (774-835) durant la dynastie Tang. On trouve aussi un ouvrage intitulé Nouvelles définitions des formes poétiques de maître Cui (Cuishi xinding shiti 崔氏新定詩 體), dans lequel l’auteur distingue dix critères poétiques, parmi lesquels : l’apparence formelle, le style, l’ordre, la sincérité, le raffinement, etc. Chacun de ces critères est accompagné d’exemples précis. Ainsi, concernant l’ordre, on trouve des exemples concrets de vers « dont l’épanchement sentimental est conçu pour convenir à la raison », tels que : « Les oies à la nuit tombée veulent s’en retourner, seul le voyageur n’est pas rentré » et « Tout alentour aucun voisin ne connais, la porte naturellement reste fermée ». Ma Xulun 馬敘倫 (1885-1970), né à la fin de la dynastie Qing, nous dit dans ses Mémoires d’avant mes soixante ans (Wo zai liushi sui yiqian 我在六十歲以前) qu’au début de ses études élémentaires, anticipant le concours mandarinal de bachelier auquel il comptait participer des années plus tard et qui requérait la composition de huitains pentamétriques, il a commencé par apprendre à composer des sentences parallèles correctes. Ainsi, aux « yeux en feuille de saule » (liuyan 柳眼) doivent correspondre les « joues au duvet de pêche » (taosai 桃腮) ; aux « chatons de saule flottant au vent » (feixu 飛絮), les « filaments de soie flottant sur l’eau » (yousi 遊絲), etc. En commençant par trouver une association juste entre deux caractères, on finit par trouver les correspondances pour cinq, et c’est ainsi que l’on parvient à composer un beau poème rimé, comme celui-ci, évoquant la chute des fleurs : « Rêverie de papillons en nuées » (yi tuan hudie meng 一團蝴蝶夢), auquel on peut faire correspondre « Ramages de perdrix éparpillées » (ji chu zhegu sheng 幾處鷓鴣聲).

33Ayant perdu sa raison d’être avec la suppression des concours mandarinaux, cette méthode de lecture a naturellement été mise de côté. Quant à la première méthode, qui faisait la part belle à l’expérience et à l’appréciation personnelle du lecteur commentateur, elle a fini par être jugée trop imprécise, trop peu voire antiscientifique, et, surtout, inadaptable au système éducatif démocratique moderne : elle a donc elle aussi disparu de l’enseignement.

34Reste que l’histoire littéraire doit malgré tout traiter des œuvres, et que pour ce faire, il lui faut bien disposer d’une méthode adaptée. Nul n’ignore que, depuis la période moderne, de nombreux paradigmes d’analyse littéraire occidentaux ont été introduits en Chine. Par exemple, Wang Guowei 王國維 (1877-1927) s’est référé aux théories philosophiques de Schopenhauer pour son analyse du Rêve dans le pavillon rouge (Hongloumeng 紅樓夢), ce qui l’a mené à conclure qu’il s’agit, de bout en bout, d’une tragédie. Cependant, c’est le réalisme et ses théorisations qui, en dernière instance, se sont imposés dans l’histoire littéraire. En Occident, le réalisme fut d’abord une technique d’écriture romanesque, avant de devenir un mode de réflexion répandu en histoire littéraire ; sous cet angle, il a été utilisé pour expliquer les genres littéraires chinois classiques. Si on laisse de côté les raisons politiques, cette méthode présente des avantages certains. Premièrement en Chine, dès les débuts de l’époque moderne, le roman a été particulièrement mis en avant ; il a fini par devenir un genre littéraire majeur, ce qui a favorisé le développement théorique du réalisme romanesque. Le recours unifié à une théorie unique, la théorie réaliste, au prisme de laquelle fut lue et interprétée la production romanesque, fut de rigueur dans l’enseignement et s’est imposée en histoire littéraire, en dépit du fait que le corpus restait encore essentiellement constitué d’œuvres anciennes. Deuxièmement, l’impératif pour les œuvres de fournir une peinture authentique et objective de la société s’accorde assez bien avec l’objectif de rétablir « scientifiquement » la réalité historique à la fois décrite et déformée par les œuvres, tâche à laquelle l’histoire littéraire moderne estima devoir s’atteler. Enfin, le genre romanesque occupant une place importante aujourd’hui encore, il apparaît justifié de recourir à la théorie du réalisme romanesque pour les analyser.

35Mais les avantages que présente la théorie réaliste pour l’histoire littéraire, bien qu’appréciables, ne doivent pas faire oublier que si le réalisme devait venir à constituer la seule méthode de lecture, de nombreux phénomènes nous échapperaient. En effet, comment analyser la poésie classique à l’aide de cette théorie ? On dit qu’à la fin de sa vie, Du Fu avait atteint une maîtrise consommée de la poésie, comme peuvent en témoigner les Huit poèmes sur le début de l’automne (Qiuxing bashou 秋興八首). Cependant, ces poèmes sont difficilement explicables à l’aide de la théorie réaliste. L’histoire littéraire les a mis de côté pendant un certain temps. Prenons, par exemple, le premier d’entre eux :

  • 10 Pierre sur laquelle on posait le linge pour le battre ou, ici, le recoudre. (NdT.)

La rosée d’automne accable les liquidambars flétris ; le froid glacial s’empare du mont Wu et de la gorge Wuxia.
Les vagues du fleuve jaillissent jusqu’au ciel ; aux frontières les nuages rejoignent la terre.
Par deux fois j’ai vu des bosquets de chrysanthèmes ouverts et ai pleuré les jours passés ; une barque solitaire est attachée au pays de mon cœur.
On s’affaire à rapiécer les habits d’hiver ; à Baidicheng, le bruit de la pierre à battre10 s’élève empressé dans le crépuscule.

36On ne trouve, à l’évidence, aucune trace de peinture sociale dans ce poème. Et, sans même remonter jusqu’à la poésie classique, la théorie réaliste n’est pas forcément appropriée dans toutes les circonstances pour analyser les œuvres modernes. Ainsi, le fervent réaliste qu’était Mao Dun 茅盾 (1896-1981), s’il se sert de son Sur Xu Zhimo (Xu Zhimo lun 徐誌摩論) pour disserter sur le rapport entre la poésie et la vie, ne trouve que les mots suivants lorsqu’il s’agit de parler de l’art poétique lui-même : « un style bien ordonné, une tonalité sonore et énergique ».

Notes

1 Confucius, Entretiens, « L’Étude » (Lunyu, « Xue er » 論語·學而).

2 Yang Xiong, Propos modèles, « L’homme de qualité » (Fayan, « Junzi » 法言·君子).

3 Les Classiques (jing 經 désigne au sens premier la trame d’une étoffe, et métaphoriquement la norme du cours des choses) sont les textes canoniques (cinq sous les Han, treize sous les Song) fondamentaux du confucianisme. Leurs origines remontent aux figures mythiques de la période des Zhou, de sorte que Confucius n’en serait pas l’auteur mais le compilateur ou l’éditeur. (NdT.)

4 Ici, le terme wen 文 n’a pas le sens proprement littéraire de « texte » ou « écrit », mais désigne la sphère de la culture ou de la civilisation, et les instances qui en assurent le fonctionnement. (NdT.)

5 Zhang Taiyan, Essais critiques sur le patrimoine national, « Synthèse sur la littérature » (Guogu lunheng, « Wenxue zonglüe » 國故論衡·文學總略).

6 Tang Xianzu (1550-1616) est un dramaturge de l’époque Ming. Il est l’auteur de quatre pièces inspirées des nouvelles (chuanqi) des Tang, à l’exception du Pavillon aux Pivoines (Mudanting 牡丹亭), considéré comme son chef-d’œuvre. (NdT.)

7 Xie Wuliang (1884-1964) est un grand érudit, calligraphe et poète de la Chine moderne : on lui doit plusieurs ouvrages de théorie et d’histoire de la littérature ou de la philosophie, ainsi que des études sur les classiques de la poésie chinoise, sur le bouddhisme ou la pensée politique. (NdT.)

8 Hu Shi (1891-1962), écrivain, philosophe et homme politique. Il étudie la philosophie aux États-Unis auprès de Dewey ; on lui devra un Compendium de l’histoire de la philosophie chinoise. Il cherche à réformer la civilisation chinoise en s’attaquant à la langue et à la littérature. Il se consacre à l’étude de la littérature classique et contribue à l’essor de la nouvelle poésie. (NdT.)

9 Il s’agit vraisemblablement des deux premiers caractères d’un texte consacré à l’écriture chinoise et dont quelques fragments seulement ont été conservés, rendant impossible une traduction précise de ce titre. (NdT.)

10 Pierre sur laquelle on posait le linge pour le battre ou, ici, le recoudre. (NdT.)

Auteur

Professeur de littérature classique et directrice de recherche au département de langue et littérature chinoises de l’université Fudan. Ses recherches portent sur la littérature chinoise ancienne et médiévale, la sinologie japonaise et l’histoire académique moderne. Parmi ses principaux ouvrages, on peut citer : Le style poétique de la fin des Tang (1991) ; Culture et pensée de l’époque Wei-Jin (1994) ; Introduction à la recherche sur la littérature de l’ère médiévale (2009). On lui doit encore la traduction et l’édition d’ouvrages de sinologues japonais : Nostalgie de la culture chinoise (2005) ; L’œil de l’exotisme : les essais classiques chinois de Kouzen Hiroshi (2006). La maison d’édition Zhonghua shuju lui a également confié l’édition critique de grandes anthologies poétiques de l’ère médiévale, comme les Nouveaux chants de la Terrasse de Jade ou le Recueil des Sept Maîtres de l’ère Jian’an.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search