Version classiqueVersion mobile

Conférences chinoises de la rue d’Ulm

 | 
Michel Espagne
, 
Julie Gary
, 
Guangyao Jin

Troisième partie. Études religieuses

14. Xujiahui – Tushanwan

Parmi les sources de la culture shanghaienne moderne

Li Tiangang

Texte intégral

Les origines de Xujiahui

  • 1 « Le vénérable Xu Quangqi, ancien Grand Protecteur, ministre des rites et secrétaire du pavillon We (...)

1La prononciation shanghaienne de Xujiahui, retranscrite selon la méthode de la Compagnie de Jésus, donne « Zi Ca We ». Sous la dynastie Ming, les descendants de Xu Guangqi 徐光啟, ancien grand secrétaire du pavillon Wenyuan, s’installent à cet endroit pour pouvoir entretenir le tombeau familial. Comme s’y rencontrent les rivières Zhaojiabang 肇家浜 et Fahuajing 法華涇, l’endroit prend, au cours de la dynastie Qing, le nom de Xujiahui 徐家匯 (littéralement « propriété de la famille Xu où convergent deux rivières »). D’autres noms ont également cours à cette période, comme Xujiashe 徐家厙 (she 厙 ayant le sens de « village ») ou Xujiawan 徐家灣 (wan 灣 ayant le sens de « méandre »). De son vivant, Xu Guangqi avait mené des expériences agronomiques à cet endroit, la famille Xu ayant une résidence secondaire dans la région. En 1641, l’empereur Chongzhen 崇禎 accorde à son grand secrétaire et académicien d’y être enterré ; la famille achète les terres longeant les rivières et y fait construire un tombeau, où reposeront par la suite Xu Guangqi, son épouse et quatre de leurs cinq petits-fils (Erjiao 爾覺, Erjue 爾爵, Erdou 爾斗 et Ermo 爾默) avec leurs épouses1.

  • 2 Cf. « Tombeaux des soixante-douze grands secrétaires », in Xu Guangqi 2008, p. 36.

2En Chine, où les pilleurs de tombe ont toujours été un fléau, le tombeau des Xu semble en avoir été préservé. L’histoire veut qu’au début de la dynastie Qing, l’armée ait entrepris de saccager le tombeau de Xu Guangqi pour le punir de s’être opposé à l’avènement de cette dynastie ; les Shanghaiens auraient réussi à en empêcher les soldats en recourant à toutes sortes de ruses2. En 1903, à l’occasion du 300e anniversaire du baptême de Xu Guangqi, le diocèse catholique de Shanghai érige une croix sur son tombeau en signe de commémoration. En 1933, pour le 300e anniversaire de sa mort, des personnalités de tout horizon, comme Zhang Yuanji 張元濟, Liu Yazi 柳亞子, Lin Sen 林森, Jiang Zhongzheng 蒋中正, Song Ziwen 宋子文, Sun Ke 孫科, Kong Xiangxi 孔祥熙 ou Feng Yuxiang 馮玉 祥 rendent hommage au « scientifique d’avant-garde » qu’il était. Après 1949, son tombeau fait toujours l’objet de mesures de protection et se voit inclure dans le parc Nandan 南丹. Malgré cela, il n’échappe pas en 1966 à la Révolution culturelle et subit son lot de détériorations. En 1983 est célébré dans toute la ville de Shanghai le 350e anniversaire de la mort de Xu Guangqi : une stèle et une statue sont ajoutées au tombeau et le parc prend le nom de parc Guangqi. En 1988, le tombeau de Xu Guangqi devient un site historique national à protéger en priorité. En 2003, à l’occasion du quadricentenaire du baptême de Xu, le gouvernement populaire du quartier de Xujiahui et le comité en charge des objets culturels de Shanghai entreprennent de restaurer le tombeau pour lui redonner l’apparence qu’il avait en 1903.

3En 1839, à la faveur de la réinstallation de la Compagnie de Jésus en Europe, Louis Marie de Besi, père missionnaire de la congrégation de propaganda fide et évêque administrateur du diocèse de Nankin, incite les chrétiens du Jiangnan à écrire une lettre au Vatican pour demander au pape d’envoyer des missionnaires jésuites en Chine. En 1842, le Saint-Siège prend en considération la demande des chrétiens du Jiangnan et confie au centre jésuite de Paris l’évangélisation de la région. Le 12 juillet 1842, les pères Claude Gotteland, François Estève et Benjamin Brueyre du centre jésuite de Paris arrivent à Shanghai. Les historiens s’en sont toujours tenus à la version selon laquelle l’Église chrétienne a profité des traités inégaux pour s’installer de force en Chine et diffuser sa doctrine. Mais il faut ici faire la différence entre Églises chrétiennes et Église catholique : cette dernière est en effet présente en Chine depuis longtemps. Le traité de Nankin est signé le 29 août 1842 par le Royaume-Uni et la Chine, et celui de Huangpu le 24 octobre 1844 par la France et la Chine. À ces dates, les trois jésuites français étaient déjà arrivés à Jinjiaxiang 金家巷, dans le quartier shanghaien de Pudong 浦東 ; il est donc peu plausible qu’ils se soient installés de force en Chine grâce à ces traités, même s’il est établi qu’ils ont emprunté les lignes maritimes mises en place pendant la guerre ; ainsi, ils ont embarqué sur un vapeur anglais à Dinghai. Mais c’est bien suite à la demande des chrétiens du Jiangnan qu’ils ont été missionnés en Chine. Leur arrivée est donc orchestrée par des missionnaires déjà présents sur le territoire chinois, qui se servent de voies mises en place par l’Église catholique dès la fin des Ming.

  • 3 Cf. La Servière Joseph de, 1914.
  • 4 Ibid., p. 112.

4En mars 1847, le père Mathurin Lemaître achète les premiers terrains à Xujiahui grâce aux dons de la famille Liu, des chrétiens de longue date3, qui souhaitent ainsi témoigner de l’indéfectible soutien à l’Église des chrétiens du Jiangnan. Il y fait construire une résidence pour les jésuites, qui envisagent initialement de se loger à Dongjiadu 董家渡, où se trouve l’église Saint-François-Xavier de Shanghai. Mais monseigneur de Besi préfère les envoyer à Hengtang 横塘, dans la lointaine banlieue de Qingpu 青浦. Le transport fluvial y étant très développé et le reste du Jiangnan facile d’accès, Hengtang constitue un bon emplacement. Mais le père Gotteland se plaint d’être « trop loin de Shanghai » à l’heure où celle-ci se trouve « au cœur de la mission de l’Église4 », et demande à retourner en ville au prétexte que le climat est trop humide là où il se trouve et que lui et ses compatriotes risquent de succomber aux épidémies. Plutôt que Dongjiadu, il doit se résigner à s’installer en périphérie de Shanghai, à Xujiahui. Une dizaine de li séparent alors les portes Sud et Xieqiao 斜橋 de la vieille ville de Shanghai, de Xujiahui et Tushanwan 土山灣, situés à l’ouest de la ville. Les jésuites font construire deux routes, celle de Xujiahui et celle de Xietu 斜土, pour relier leur campagne à la ville ; ce sont les premières constructions culturelles réalisées dans la région de Shanghai par les jésuites. La suite nous montre que le père Gotteland a bien fait d’accepter de s’installer à Xujiahui. L’endroit, proche de Shanghai tout en restant à une certaine distance, bénéficie d’un calme quasi monacal ; il est en outre très accessible et permet de rayonner dans tout le Jiangnan, voire au-delà. Situé en rase campagne, où les terrains sont peu chers, il lui est possible de s’étendre et d’entreprendre différentes actions culturelles. Entre 1847 et 1949, plus de cent bâtiments de belle taille ont été construits sur une surface de plus de 1700 mu. Grâce aux jésuites et au soutien des chrétiens et des notables du Jiangnan, de nombreuses actions culturelles ont pu se développer à Xujiahui et Tushanwan ; cet endroit est ainsi devenu l’organisme d’actions culturelles privé le plus important d’Extrême-Orient.

5C’est principalement grâce à deux jésuites que Xujiahui se développe autant. Le Français Claude Gotteland (1803-1856) arrive à Shanghai par voie terrestre (la ville n’a pas encore de port) en juin 1842. Responsable du diocèse catholique de Shanghai, il fonde en 1844 à Hengtang un séminaire jésuite, conformément à ce qui lui a été demandé. Le lieu étant particulièrement humide, nombreux sont les pères à tomber malades ; Gotteland demande alors en 1847 à déplacer la résidence à Xujiahui, ce à quoi il est autorisé. Il devient ainsi le premier jésuite de Xujiahui. Sous son mandat sont construites l’église et la bibliothèque (1847) ainsi que le collège Saint-Ignace (1849), puis d’autres structures qui contribuent à établir les bases d’une action culturelle à Xujiahui. Le père Gotteland y meurt de maladie en 1856. Un deuxième jésuite français, Mathurin Lemaître (1816-1863), de son nom chinois Zhengxin 正心, est l’autre père fondateur de Xujiahui. Il arrive à Shanghai en 1846, et est dans un premier temps trésorier du diocèse du Jiangnan, en charge des questions immobilières et financières et gestionnaire des biens de l’Église de Dongjiadu et Xujiahui. Entre 1855 et 1862, il est le supérieur du séminaire jésuite, et en 1856 le représentant provisoire du supérieur des jésuites du diocèse du Jiangnan ; en 1862, il devient le représentant de l’évêque du diocèse. En 1847, il organise une collecte de fonds auprès des chrétiens du Jiangsu pour pouvoir acheter des terrains à Xujiahui et commencer la construction de ce qui deviendra un nouveau centre jésuite. Il est à ce titre un des pionniers de la culture de la région de Xujiahui. Adrien Languillat (1808-1878) et Agnello della Corte (18 ??-18 ??) ont également beaucoup contribué au développement de Xujiahui et Tushanwan.

Construction de Tushanwan

6Ce lieu, qui se prononce « Tou Se We » en dialecte shanghaien, se trouve au sud de Xujiahui. À partir du moment où l’orphelinat installé par les jésuites se développe en atelier d’artisanat, il devient le berceau de l’art chinois de l’époque moderne. Selon des documents d’époque,

  • 5 Jiangnan yuyingtang ji : Yesuhui Luoma dang’an guan Ming Qing tianzhujiao wenxian 江 南育嬰堂記:羅馬耶穌會檔案館明 (...)

Tushanwan est situé à un demi li au sud de Xujiahui, sur le 6e tu du 28ebao du district de Shanghai. À cet endroit, la rivière Zhaojiabang fait un coude et un monticule de terre de deux toises de haut et de plus d’une dizaine de toises de long s’élève, d’où le nom de Tushanwan [littéralement « le coude à la montagne de terre »]5.

7Tushanwan se situe donc à trois cents mètres au sud de Xujiahui. À l’endroit où les rivières Puhuitang et Zhaojiabang font un coude, un monticule de terre dragué au milieu de la dynastie Qing s’élève, qui a valu son nom au lieu. En 1864, la Compagnie de Jésus achète ici des terres, fait aplanir le tertre et bâtit un orphelinat qui sera par la suite connu comme l’orphelinat de Tushanwan. Il se situe aujourd’hui au 448 de la rue Puxi, où il dispense depuis près d’un siècle une formation artistique tout en entretenant une activité d’atelier de production. Y sont fabriquées de superbes et très nombreuses pièces d’artisanat renommées à Shanghai et dans le Jiangnan, et exportées dans toute l’Asie du Sud-Est. Tushanwan est indiscutablement un point de repère culturel dans le paysage du sud-ouest shanghaien.

8L’orphelinat de Tushanwan voit le jour grâce à l’aide apportée par l’Église du Jiangnan à la région sinistrée. En 1849, alors que la famine fait rage, Paulo Pacelli, un jésuite italien en charge de l’office à l’église de Qingpu, recueille quatre cents orphelins dont deux cent cinquante garçons et cent cinquante filles, auxquels s’ajoutent les soixante protégés recueillis au village de Hengtang (commune de Sijing 泗涇 dans la circonscription de Songjiang 松江) par un Chinois du Shandong, le père Guo Xianggong 郭相公, et un jésuite français, Alexandre Roze. C’est alors que se décide la construction d’un orphelinat. En 1850, il est déplacé à Caijiawan 蔡家灣, qui dépend de Xujing 徐涇 dans le district de Qingpu. Le prêtre jésuite Luigi Sica est en charge de la construction de l’établissement, le père Guo en a la responsabilité effective. En 1860, les régions situées au sud-ouest de Shanghai se font attaquer par l’armée des Taiping ; de nombreuses familles sont séparées ou décimées, aussi l’orphelinat est-il rapatrié à Dongjiadu, lieu plus sûr qui héberge la demeure de l’évêque de Shanghai. En 1864, le diocèse catholique de Shanghai décide d’installer durablement à Xujiahui et Tushanwan un orphelinat, dont il lance la construction. Pendant tout le siècle suivant, cet orphelinat s’impose comme l’œuvre de bienfaisance la plus importante de Shanghai et de toute la Chine. Grâce à l’ajout ultérieur d’un atelier, les créations, les conceptions, la production et les ventes réalisées sur place contribuent à l’échange entre les cultures chinoise et occidentale et au développement de la culture shanghaienne pendant toute l’époque moderne.

  • 6 Chroniques de l’orphelinat du Jiangnan, Documents catholiques datant des Ming et des Qing tirés des (...)

9D’après les Chroniques de l’orphelinat du Jiangnan, le révérend père de la Compagnie de Jésus dans la région, Joseph Gonnet (né en 1815 et arrivé en 1844 à Shanghai) achète en 1863 plus de dix mu d’excellente terre au nord-ouest de Tushanwan. Après avoir fait aplanir un monticule, il lance la construction de l’orphelinat et y installe des enfants recueillis par les orphelinats de Hengtang et de Dongjiadu. En 1864, le bâtiment principal est terminé. Chef d’œuvre de solidité et très belle bâtisse, il rappelle ces constructions que l’on ne voit à l’époque que dans les concessions de Shanghai. Si autant de soins ont été accordés, c’est qu’une tempête vient de faire s’écrouler le collège Saint-Ignace, causant la mort d’un élève ; les jésuites décident donc d’améliorer la solidité de leurs constructions. Ils sont aidés en cela par l’armée des Taiping, qui sévit alors dans les environs de Suzhou et Yangzhou et pille de nombreuses riches demeures, leur fournissant indirectement des matériaux de construction abondants et bon marché. Avec ses belles pierres et son cadre enchanteur — les rivières Puhuitang et Zhaojiabang (qui coulent en direction de Songjiang et de Suzhou) passent à ses pieds —, le bâtiment est tout simplement magnifique6. Il accueillera par la suite l’atelier de peinture et les presses de Tushanwan.

10L’orphelinat de Tushanwan sera jusque dans les années 1950 une œuvre de bienfaisance unique en son genre, à la fois école et atelier. La formation scolaire consiste en quatre années de cours primaire élémentaire, une année de cours primaire supérieur et deux années de stage. Les quarante élèves les plus prometteurs du cours primaire élémentaire peuvent bénéficier d’un complément de formation à l’école normale de Xujiahui. Le cours primaire supérieur combine études et formation artisanale en atelier. Les stagiaires, eux, passent leurs journées à travailler en tant qu’« apprentis ». Le système scolaire et les emplois du temps à l’orphelinat sont calqués sur ceux des écoles primaires et des collèges laïcs, de manière à ce que les niveaux d’éducation correspondent. L’école primaire de l’orphelinat s’appelle ainsi école primaire Ciyun 慈雲 et les élèves en apprentissage ont le niveau de collégiens. Ce système, qui combinait œuvre de bienfaisance catholique, éducation laïque et apprentissage professionnel, devait faciliter l’insertion des orphelins, apprentis, artisans et artistes dans le monde culturel shanghaien de l’époque et leur donner les moyens de mener leurs projets à bien, de manière autonome en dépit de la concurrence.

  • 7 Certains noms de cette liste sont perdus et impossibles à retrouver, ce qui oblige à les donner ici (...)
  • 8 Selon l’ordre donné dans Histoire de la mission du Kiang-nan.
  • 9 Zhang Hua s.d.

11Les directeurs de l’orphelinat sont des jésuites, espagnols pour la plupart passées les premières années. En voici la liste : 1849-juin 1850, Paulo Pacelli ; juillet 1850-janvier 1851, Pellicia et Schettino ; février 1851, Francisco Giaquito ; 1853-1854, Giaquito et Luigi Sica ; 1855-1856, Giaquito et Luigi Massa ; 1856-1857, Giaquito et Massa ; 1858-1859, Massa ; 1860-1864 Giaquito et Emile Chevreuil ; 1864-1868, Chevreuil et Gabriel Palâtre ; 1868-1870, Chevreuil et [?] Yao Jibai7 ; 1870-1871, Antonius Femiani et Yao Jibai ; 1871-1872, Palâtre ; 1872-1873, Chevreuil ; 1873-1875, Chevreuil et Stanislas Bernier ; 1875-1876, Chevreuil et [?] Shi Fangli ; 1876-1877, Chevreuil et [?] Pang Chao ; 1877-1878, Charles Sedille et Shen Zekuan ; 1878- 1879, Shen Zekuan8 ; 1941-1947, Lü Daomao ; 1948-1953, Joseph Verdier et Ding Fei ; après 1953, Dong Guimin9.

Les réalisations culturelles de la « voie académique »

  • 10 Connu également sous le nom de « mouvement des affaires occidentales » (Yangwu yundong 洋務運動), le mo (...)
  • 11 Sur la « Mission scientifique du Kiang-nan », voir Li Tiangang 1994.

12La Compagnie de Jésus cherche à évangéliser les lettrés chinois depuis la dynastie Ming. Les jésuites installés à Tushanwan, à Xujiahui et à Shanghai perpétuent la « voie confucéenne » de Matteo Ricci : c’est sur la culture scientifique qu’ils fondent leurs rapports avec la noblesse de Shanghai, du Jiangnan et de l’arrière-pays. Leur enseignement s’apparente dans un premier temps à l’enseignement confucéen traditionnel dispensé dans les écoles chinoises. Ils préparent ainsi leurs jeunes élèves (comme ceux du collège Saint-Ignace par exemple) à passer les examens impériaux afin qu’ils puissent devenir fonctionnaires à Pékin. Mais après la révolte des Taiping, le pouvoir des Qing décline et le « mouvement d’autorenforcement10 » qui gagne tout le Jiangnan met à l’honneur les « arts et les sciences occidentales ». Depuis la fin de la dynastie Ming, c’est la deuxième fois que les populations du Jiangnan se passionnent pour la culture occidentale. La Compagnie de Jésus instaure donc entre 1872 et 1876 la « mission scientifique du Kiang-nan » et expérimente à Xujiahui une voie nouvelle, qualifiée d’« académique », visant à diffuser les sciences, les techniques et la culture occidentales et à édifier une nouvelle culture chinoise11.

13En août 1872 est créé le « Comité scientifique du Kiang-nan », nécessaire à la mise en place de la mission scientifique. Grâce à ce comité, de nombreux scientifiques viennent séjourner à Xujiahui et Tushanwan ; des dons abondants sont récoltés dans le Jiangnan et en Europe puis reversés à Shanghai. Une série de personnalités culturelles œuvrent à faire de Xujiahui un haut-lieu de la culture chinoise de l’époque moderne et le cœur de la culture scientifique en Asie orientale. En voici les principales figures :

14Henri le Lec : fondateur de la mission scientifique du Kiang-nan ;

15Pierre Heude (1836-1902) : biologiste français arrivé en 1868 à Shanghai, père de la biologie moderne en Chine. Il monte cinq expéditions en Chine centrale et recueille une grande quantité de spécimens biologiques (plantes et animaux) dans le bassin du Yangtze. Il fonde le muséum d’histoire naturelle de Xujiahui, le premier de Chine. Le fruit de ses recherches est publié dans l’ouvrage Mémoires concernant l’histoire naturelle de l’Empire chinois, une référence dans le monde chinois de la recherche en biologie ;

16Augustin Colombel : scientifique français arrivé en 1868 à Shanghai et membre de la mission scientifique du Kiang-nan. Il est en charge de la construction de l’observatoire de Xujiahui et devient ainsi le père de l’astronomie chinoise moderne. Le 1er décembre 1872 sont effectuées les premières observations, et l’observatoire est achevé un an plus tard. Colombel est également un spécialiste de l’histoire du catholicisme en Chine, et rédige à ce titre l’Histoire de la Mission du Kiang-nan, lithographié et publié par les presses de Tushanwan ;

17Angelo Zottoli (1826-1902) : sinologue italien arrivé en 1848 à Shanghai, il est enseignant puis principal du collège Saint-Ignace, et forme notamment Ma Xiangbo 馬相伯 et Li Wenyu 李 問漁. Il traduit des classiques confucéens en latin et écrit le Cursus Literaturae Sinicae (1879-1888) ;

18Louis Pfister (1833-1891) : sinologue français arrivé à Xujiahui en 1867 et membre de la mission scientifique du Kiang-nan. Il étudie l’histoire de la Compagnie de Jésus et les échanges culturels entre Chine et Occident. Il écrit en 1869 un livre intitulé Relation sur la mission du Kiangnan et publie en 1932 aux presses de Tushanwan le fruit de ses recherches sous le titre Notices biographiques et bibliographiques sur les jésuites de l’ancienne mission de Chine, 1552-1773 ;

19Pasquale d’Elia (1890-1963) : sinologue italien, spécialiste de la question des échanges culturels entre Chine et Occident. Il se consacre par la suite à sinologie avec d’autres résidents de Xujiahui.

20La mission scientifique du Kiang-nan forme un petit groupe de savants chinois, tous issus de Xujiahui, tous frères ou pères jésuites formés dès leur plus jeune âge et souhaitant consacrer leur vie à une discipline ou à un travail culturel. Si certains de ces personnages ont par la suite quitté l’Église, tous ont joué un rôle important dans le mouvement d’autorenforcement et dans l’instauration d’une nouvelle culture chinoise. Il s’agit de : Huang Bolu 黄伯祿 (S.J., 1830-1909), originaire de Haimen 海門 (Jiangsu), scientifique et traducteur ; Li Wenyu (S.J., 1840-1911), originaire de Nanhui 南匯 (Jiangsu), scientifique et traducteur ; Ma Xiangbo (S.J., 1840-1939), originaire de Danyang 丹陽 (Jiangsu), occidentaliste et activiste ; Ma Jianzhong 馬建忠 (S.J., 1845-1900), originaire lui aussi de Danyang, occidentaliste et homme politique.

21Les programmes de culture scientifique mis en œuvre au fil des décennies à Xujiahui et Tushanwan ont souvent été une première pour Shanghai, voire pour la Chine. Le collège Saint-Ignace est ainsi le premier établissement secondaire à l’occidentale à voir le jour sur le sol chinois. Pendant la famine de 1850, de nombreuses familles du Jiangnan envoient leurs enfants à Xujiahui. L’évêque sélectionne les plus prometteurs d’entre eux, auxquels il fait dispenser une éducation. La réputation de l’école gagne tout le Jiangnan et les enfants affluent (Ma Xiangbo et Li Wenyu en font partie) : un modèle est né. Dans un premier temps, le collège prépare ses élèves aux examens impériaux ; aussi l’accent est-il mis sur l’enseignement des classiques chinois. Par la suite, la Chine témoignant d’un désir d’occidentalisation, l’enseignement de savoirs occidentaux supplante celui des savoirs chinois et l’école devient occidentale. En 1878 est construit un bâtiment de trois étages sur le modèle de ceux du quartier latin de Paris, auquel un quatrième étage est rajouté pour servir de dortoir. En 1918, un nouveau dortoir magnifique construit dans le style des édifices religieux du quartier latin voit le jour ; il deviendra par la suite l’emblème de Xujiahui. Au collège Saint-Ignace, les langues, les arts et les sciences sont à l’honneur : on y donne des cours de chinois, de latin, de français et d’anglais ; de musique, de beaux-arts et d’artisanat ; de mathématiques, de physique et de chimie. La renommée de l’établissement est telle que de nombreuses familles de Shanghai y envoient leurs enfants en pension, et que les talents y fleurissent. En 1940, l’école accueille cinq cents élèves, dont certains intègrent par la suite l’université l’Aurore (Zhendan daxue 震旦大學), l’institut Aurore des belles-lettres et des sciences pour les femmes (Zhendan nüzi wenli xueyuan 震旦女子文 理學院) ou encore de prestigieuses universités françaises.

22La bibliothèque de Xujiahui est la première bibliothèque de style occidental implantée sur le sol chinois. En 1847, la Compagnie de Jésus transfère la bibliothèque de Hengtang à Xujiahui et l’agrandit. Jusqu’en 1944, on y trouve entre autres de précieux ouvrages classiques en latin, grec, français, anglais, allemand, espagnol, portugais et italien et des manuscrits en langues occidentales datant d’avant le xxe siècle, soit en tout plus de 80000 ouvrages. Côté chinois, la bibliothèque compte quelque 120 000 ouvrages classiques, dont 2100 précieuses annales. D’autres bibliothèques coexistent à Xujiahui : celles de la résidence, de l’observatoire, des grand et petit séminaires, de l’école normale et du collège Saint-Ignace, ce qui monte à 300000 le nombre d’ouvrages chinois et occidentaux présents sur place. La bibliothèque orientale des Presses commerciales (comportant 460000 ouvrages) ayant été détruite lors des événements du 28 janvier 1932, le fonds de Xujiahui est à l’époque aussi bien en nombre qu’en qualité le plus beau de Shanghai. La grande salle de la bibliothèque de Xujiahui fait en 1897 l’objet de travaux et gagne à cette occasion un deuxième étage. Les ouvrages occidentaux sont rangés à l’étage supérieur, conçu sur le modèle de la bibliothèque du Vatican, tandis que les ouvrages chinois occupent l’étage inférieur, qui se veut une réplique du pavillon Tianyi de Ningbo. La bibliothèque jouxte la résidence des jésuites, construite en 1867 et rénovée en 1931 en un bâtiment à arcades haut de quatre étages avec un toit en pente, dans le style du quartier latin. Le lieu étant réservé à la communauté jésuite, seuls les frères et les pères peuvent consulter les ouvrages ; aussi est-il plus juste de parler de fonds privé que de bibliothèque.

23Le muséum Heude de Xujiahui est le premier muséum d’histoire naturelle moderne construit en Chine. C’est en 1867 que Pierre Heude, un jésuite français, en lance la construction. Physicien, botaniste et zoologue, il s’est intéressé longuement à la faune et à la flore de la vallée du Yangtze et est devenu expert en matière d’espèces asiatiques. Il consigne sa découverte du cerf du père David et ses recherches dans son Catalogue des cerfs tachetés, une découverte très remarquée par ses confrères à l’époque.

24L’observatoire de Xujiahui a été construit en 1872 selon les termes de la mission scientifique du Kiang-nan. Il s’agit des premiers observatoire et station de prévisions climatiques et météorologiques modernes chinois. L’astronomie pratiquée à Xujiahui a ouvert la voie à l’astronomie contemporaine chinoise. En octobre 1926, la société d’astronomie internationale se base sur la longitude de l’observatoire de Xujiahui (situé sur la colline Sheshan 佘山) et sur deux autres pour mesurer le temps. Les premières observations climatiques réalisées à Xujiahui (les tout premiers relevés asiatiques en la matière) remontent à 1873. En 1884, la concession internationale de Shanghai invite l’équipe de l’observatoire de Xujiahui à faire construire sur le Bund une tour météorologique : il s’agit de la première d’Asie extrême-orientale, qui restera célèbre pendant un siècle et deviendra un des emblèmes du Bund.

25Dans le domaine de l’enseignement général secondaire, d’autres écoles que le collège Saint-Ignace ont vu le jour à Xujiahui et Tushanwan : en 1867, l’école Jingyan (Jingyan xuexiao 經言學校), en 1884, l’école primaire normale (Hui shi xiaoxue 匯師小學), en 1898, l’école pour filles Chongde (Chongde nüxiao 崇德女校), en 1904, le collège pour filles Qiming (Qimig nüzhong 啟明女中) et en 1914 l’école primaire Leisi (Leisi xiaoxue 類思小學) ; toutes sont de célèbres écoles de la région.

26Xujiahui et Tushanwan ont également été l’un des berceaux de l’enseignement supérieur chinois de l’époque moderne. L’université l’Aurore est fondée en 1903 par Ma Xiangbo, en collaboration avec les jésuites français, et devient rapidement une grande université catholique. L’université Fudan (Fudan daxue 復旦大學), privée à l’origine, est quant à elle créée en 1905, toujours à l’initiative de Ma Xiangbo et de fonctionnaires chinois ; elle devient publique en 1940 et établissement clé pour le ministère de l’éducation en 1953, d’où son surnom de « premier institut du Jiangnan ».

  • 12 Xu Beihong 1943.

27L’atelier des orphelins de Tushanwan est, pour sa part, le berceau de l’artisanat chinois de l’époque moderne. D’après Xu Beihong 徐悲 鴻, peintre et enseignant d’art, « cet endroit (Xujiahui) a joué un rôle précieux dans les échanges culturels entre la Chine et l’Occident. C’est dans l’atelier de peinture de Tushanwan qu’a émergé la peinture chinoise dite occidentale12 ». La vocation artistique de Tushanwan tient aux nombreuses églises construites à l’époque en Chine, qu’il fallait équiper en statues de saints, peintures sacrées, objets de culte, etc. Par la suite, le marché shanghaien s’est tourné vers l’art moderne et l’atelier s’est mis à la peinture à l’huile, à l’aquarelle, à la sculpture, à la gravure sur bois, à la confection de mobilier, à la photographie, à l’art du vitrail, à la métallurgie, à l’imprimerie, etc., et a diversifié sa production en réalisant des œuvres d’art profanes.

  • 13 Xuhui jilüe 徐匯紀略 (Chroniques de Xuhui).

28D’après les Chroniques de Xuhui (Xuhui jilüe 徐匯紀略), l’atelier de Tushanwan comptait une « salle de dessin, prévue pour la réalisation de travaux à l’aquarelle, au croquis, à la peinture à l’huile. Une vingtaine d’œuvres, au sein desquelles des peintures de végétaux, d’êtres humains, des fac simile et des portraits ont ainsi été primées lors de l’exposition industrielle de Nanyang en 1910. L’art du vitrail est venu s’adjoindre à ces différentes techniques ; il consistait à peindre des figures humaines ou animales sur du verre, qu’il fallait ensuite passer au four pour que la couleur le pénètre et s’y fixe durablement. Les verres peints chinois étaient alors des produits de grande qualité13. » En 1868, les responsables de l’atelier invitent le frère Lu Bodu 陸伯都 à venir enseigner la peinture aux orphelins ; s’ouvre ainsi la vocation artistique du lieu. En 1870, le frère Liu Bizhen 劉必振 prend la suite du frère Lu. En 1872, l’atelier de peinture de Xujiahui emménage à Tushanwan et devient officiellement l’atelier de l’orphelinat. Initialement conçu pour fournir des peintures religieuses aux églises du Jiangnan et de Chine, l’atelier se met rapidement à produire des œuvres profanes, pour répondre à la demande croissante en œuvres d’art de style occidental émanant des concessions de Shanghai.

29Joannes Ferrer (1817-1856), un jésuite espagnol, reçoit le premier la charge de la création artistique à Xujiahui. Il arrive en Chine en 1847 et est aussitôt chargé par le père Adrien Languillat de la conception de l’église de Dongjiadu. En 1851, il imagine les plans de l’église Saint-Ignace de Xujiahui, et établit un atelier à l’intérieur. L’atelier de peinture de Xujiahui devient bientôt une école d’artisanat qui dispense des cours à dimension artistique et enseigne l’art du croquis, de la sculpture et de la peinture. Dans les premiers temps, les cours de peinture à l’huile sont très influencés par le style du peintre napolitain Nicolas Massa (1815-1867), qui a été le premier à introduire la peinture à l’huile à Shanghai : arrivé en 1846, il enseigne dans l’atelier de Ferrer dès 1851 et s’occupe à partir de 1857 de la section de création artistique à Xujiahui. L’atelier fusionne par la suite avec celui de l’orphelinat de Tushanwan.

  • 14 Xuhui jilüe 徐匯紀略 (Chroniques de Xuhui).

30L’imprimerie de Tushanwan est une autre composante importante de cette structure : « On y faisait des lithographies, des typographies, des impressions en couleurs, et les ouvrages chinois et occidentaux qui en sortaient étaient au goût de tous14. » En 1867, la Compagnie de Jésus déplace à Tushanwan son atelier d’imprimerie de Caijiawan, dans lequel elle recourait aux techniques d’impression xylographiques traditionnelles et pratiquait la reliure à la chinoise. En 1874, l’atelier de Tushanwan acquiert à Shanghai un atelier d’impression typographique et commence ainsi à imprimer selon les procédés modernes. Après la fermeture des presses shanghaiennes de la Société missionnaire de Londres, Tushanwan devient la plus grosse imprimerie moderne de la ville. La même année, l’atelier importe d’Europe l’équipement nécessaire à la lithographie, et l’année suivante la technique de la phototypie : c’est la première fois que ces techniques sont utilisées en Chine. En 1894 est créé un atelier d’impression photomécanique, où l’on pratique, également pour la première fois en Chine, le procédé d’impression offset. Jusque dans les années 1930, plus de 130 personnes travaillent à l’imprimerie, qui publie plus de cent revues et magazines divers par an. En 1958, les équipements très modernes des presses de Tushanwan intègrent la Chung Hwa Printing Factory.

  • 15 Ibid.

31L’institution compte aussi un atelier de menuiserie, dans lequel sont « fabriqués des objets en bois chinois et occidentaux, des sphères armillaires, des figurines et des animaux et végétaux sculptés et des ustensiles vernis, dorés ou argentés aux magnifiques couleurs ». Quant à l’atelier de photographie, il est « le premier de Shanghai à utiliser des plaques de zinc, de cuivre et de verre, à réaliser des photos de sujets en couleurs, et à confectionner des plaques et des tirages d’une telle qualité ». Dans l’atelier de métallurgie, on fabrique « des cloches pour les églises, on fait des alliages ; les procédés du plaqué or et argent sont particulièrement bien maîtrisés15 ». En 1886, le banquier allemand Exner écrit après avoir visité les lieux :

  • 16 Exner A. H. 1889.

L’orphelinat de Xujiahui est dirigé par un père missionnaire, aidé dans sa mission par quatre frères — deux Européens et deux Chinois. Les deux Européens s’occupent des ateliers de dessin, de décalquage, de chantournage et de reliure. Les deux Chinois sont quant à eux en charge des ateliers de peinture, de couture et de cordonnerie. Ils ont une centaine de disciples sous leurs ordres, dont la plupart étudie la menuiserie. L’atelier produit donc la grosse majorité des articles en bois nécessaires à l’ameublement d’une église, comme les autels, les confessionnaux, les bancs d’église, etc. Il en produit en quantité suffisante pour que la plupart des églises catholiques du nord de la Chine, de la Mongolie et de la Corée du Nord s’y approvisionnent. Les œuvres produites dans l’atelier de peinture n’ont rien à envier aux originaux européens dont elles s’inspirent, que ce soit du point de vue de la qualité intrinsèque ou de l’apparence extérieure. Les techniques de sculpture chinoises sont les mêmes que les techniques européennes, si ce n’est que les sculpteurs chinois réalisent les mêmes pièces que leurs homologues européens en moitié moins de temps, ce qui explique pourquoi les prix sont aussi avantageux. Les madones, Ecce Homo et cadres produits dans l’atelier rivalisent de beauté avec les meilleures pièces européennes16.

32Les milieux scientifiques, culturels et artistiques de France, d’Espagne et d’Italie siècles ont établi aux xixe et xxe siècles un vaste réseau d’échanges avec les résidents de Xujiahui. Au sein des sciences et des arts européens, l’astronomie, la biologie, l’histoire naturelle, la sinologie, l’art classique du portrait, la peinture impressionniste, l’aquarelle, la sculpture, l’art du vitrail, les procédés d’imprimerie, le chant choral, la musique classique et l’art de l’ameublement intérieur se sont un à un mélangés avec les arts traditionnels du Jiangnan, donnant naissance à ce style hybride de l’époque connu sous le nom de « style shanghaien » (Haipai 海派). Le meilleur exemple est sans doute celui de la peinture : Ren Bonian 任伯年, grand maître de l’École de Shanghai (Haishang huapai 海 上畫派), a étudié les techniques picturales occidentales pratiquées à Tushanwan, dont on retrouve l’influence dans les personnages, les lignes et les couleurs de sa peinture chinoise. Il occupe de ce fait une place à part dans le cercle artistique de Shanghai et y insuffle un certain renouveau. Par la suite, d’autres artistes shanghaiens très connus comme Zhou Xiang 周湘, Liu Haili 劉海粟, Xu Beihong et Zhang Chongren 張充仁, qui deviendront également des grands maîtres de la peinture chinoise, seront à leur tour largement influencés par l’activité artistique de Xujiahui.

Le « quartier latin de Shanghai » sur la carte de la culture chinoise

33Shanghai est dès les xixe et xxe siècles une ville « mondialisée ». Des immigrés anglais, américains, français, allemands, portugais, espagnols, russes, juifs, japonais, coréens, vietnamiens, indiens venus d’Europe occidentale, d’Asie orientale ou d’Asie du sud s’y installent massivement, ce qui favorise l’émergence d’une culture pluri-ethnique plus riche encore qu’à Paris ou à Londres. Du fait du statut légal des concessions internationales, dont la française, la culture occidentale à Shanghai est surtout représentée par les cultures anglophone et francophone ; l’esprit commerçant anglo-américain et la culture classique du vieux continent trouvent ainsi tous deux à s’exprimer. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’extérieur des concessions, une culture très liée au catholicisme se développe à Tushanwan et Xujiahui au fur et à mesure que l’évangélisation catholique progresse. Tushanwan et Xujiahui passent ainsi rapidement du statut de banlieue rurale à celui de haut-lieu de la culture religieuse pour toute la région de Shanghai et même tout l’Est asiatique. Des jésuites français, espagnols, italiens, allemands, irlandais et américains y véhiculent une « culture latine ». C’est le siège français de la Compagnie de Jésus qui a la charge des missions d’évangélisation et de diffusion de la culture sur place : la plupart des pères débarqués dans cette région sont donc de langue latine (français entre autres), ce qui explique pourquoi la culture des peuples latins est à l’honneur. Dans les rues de Xujiahui, beaucoup d’élèves apprennent la musique, la danse, la peinture, la gymnastique françaises, et beaucoup considèrent que savoir le français est un gage d’élégance. Tous les pères qui y vivent parlent le latin et aiment à mettre à profit leurs connaissances et leurs techniques. Les Shanghaiens en visite à Tushanwan et Xujiahui ressentent donc avec force cette atmosphère latine, semblable à celle qui règne à Paris le long de la rive gauche de la Seine, dans ce haut-lieu de la culture religieuse qu’est encore le quartier latin.

34Shanghai baigne dans la culture européenne dès le xixe siècle ; Xujiahui et Tushanwan, qui se situent bien loin des concessions, baignent davantage dans la culture catholique européenne. Les peuples latins que sont les Français, les Italiens, les Espagnols et les Portugais partagent, au-delà de leur foi catholique, un amour de l’art et de la vie ; ils sont à ce titre très avancés dans le domaine des sciences, de la littérature, des arts, de l’architecture, de l’artisanat, de la musique, de la danse et de la conception artistique, tandis que leurs voisins protestants anglais, américains et allemands se révèlent souvent meilleurs dans ce qui touche au commerce et aux techniques. Aussi les visiteurs occidentaux de Xujiahui apprécient-ils autant ce lieu. Un journaliste berlinois écrit par exemple :

  • 17 Zabel Eugen 1903.

Les pères jésuites de Xujiahui sont les chantres d’un esprit moderne, libéré de toute contrainte, et rajeunissent à mesure qu’ils accomplissent leur mission. Cette structure modèle établie sur la côte orientale chinoise d’après des critères européens a peu à peu acquis une place capitale. La Compagnie de Jésus ne s’est pas contentée de donner une éducation scientifique à des jeunes Chinois, elle a également renforcé sa présence sur cette région en bordure de l’océan Pacifique.
Il est admirable d’avoir réussi à créer dans l’Empire de Chine une structure dont la forme et les objectifs sont exactement les mêmes que son modèle allemand17.

  • 18 Le prêtre jésuite Ma Xiangbo (1840-1939), issu d’une famille de lettrés convertis au catholicisme e (...)

35Les installations culturelles et scientifiques présentes à Xujiahui et Tushanwan ont été créées à partir des dernières découvertes et avancées européennes de l’époque. Mais elles ne sont pas pour autant une simple copie de celles du quartier latin de Paris, et s’en distinguent par l’intégration des spécificités culturelles du Jiangnan. La culture qui voit le jour à Tushanwan et Xujiahui est donc bien la création commune des jésuites, de l’Église catholique de Shanghai et des populations chinoises. Après son transfert de Caijiawan, l’orphelinat de Xujiahui combine ainsi le fonctionnement de temples du Jiangnan et celui d’associations caritatives européennes ; après son transfert de Hengtang, la bibliothèque de Xujiahui emprunte autant au modèle latin de celle du Vatican qu’à celle du pavillon Tianyi ; le collège Saint-Ignace propose enfin un enseignement alliant études classiques chinoises et connaissances occidentales. C’est cette heureuse combinaison de la culture latine et de celle du Jiangnan qui a donné naissance à des penseurs et acteurs de la fusion des cultures, ancienne et moderne, chinoise et étrangère, comme Ma Xiangbo18.

36Un exemple de ce mariage réussi : les ouvrages réalisés par l’atelier de Tushanwan pour représenter la Chine à l’occasion de l’Exposition universelle (San Francisco, 1915) sont les dignes représentants du « style shanghaien ». Ce style combine en effet influences classiques et modernes, chinoises et occidentales, et se distingue aussi bien du pur style religieux du quartier latin de Paris que de styles chinois attachés à des dynasties ou à des régions précises. Heureux mélange des traditions artistiques de l’Europe et du Jiangnan, il est aujourd’hui le symbole de la culture shanghaienne des xixe et xxe siècles.

  • 19 Les toiles originales sont aujourd’hui conservées au centre de recherches en histoire culturelle si (...)

37En 1915, les peintres de Tushanwan présentent quatre tableaux à l’exposition universelle « Panama-Pacific » de San Francisco, qui mettent respectivement en scène Xu Guangqi, Matteo Ricci, Johann Adam Schall von Bell et Ferdinand Verbiest. Ils souhaitent ainsi symboliser la richesse des échanges culturels entre la Chine et l’Occident19. Ces peintures empruntent à la fois aux techniques chinoises et occidentales : chinoises par le trait, occidentales par les couleurs et les proportions. Les quatre personnages représentés ont tous joué un rôle crucial dans l’histoire des échanges culturels entre la Chine et l’Occident. Les peintres chinois qui les ont réalisées, formés à Tushanwan, signent On Tsing Ze et On Zeng Sun. C’est Ma Xiangbo qui rédige l’éloge des personnages représentés et Xia Dingyi 夏鼎 彝 qui le calligraphie. Les portraits, réalisés en 1914, sont exposés en 1915 à San Francisco. Après avoir découvert ces quatre toiles, le directeur de l’institut Ricci de San Francisco, Edward Malatesta, les fait restaurer et exposer sur le mur nord de la salle de lecture de la bibliothèque Del Santo du campus Lone Mountain. De par leur sujet, leur intention et leur style, elles sont en effet le témoin de la naissance d’un nouvel art chinois, qui puise aux racines de l’art chinois traditionnel et le prolonge.

  • 20 Après avoir fait son apparition aux expositions universelles de San Fransisco, Chicago et New York, (...)

38Un portique chinois réalisé par l’atelier de menuiserie de Tushanwan, haut de 5,8 m et large de 5,2 m, est sélectionné en 1914 par le comité de l’exposition industrielle de Nanyang pour faire partie des œuvres exposées dans le pavillon chinois lors de l’exposition universelle « Panama Pacific » à San Francisco. Le travail en est admirable et l’esprit de l’œuvre particulièrement vivant. Elle est achetée par un étranger et à nouveau présentée lors des expositions universelles20 de Chicago (1933, « A Century of Progress ») et de New York (1939, « Monde de demain »). Ce portique, symbole à la fois de la république et de l’art chinois, représente à ce titre pour les spectateurs occidentaux « la porte chinoise » par excellence. Les artisans de Tushanwan ont également confectionné pour les besoins de l’exposition de San Francisco les modèles réduits de 86 pagodes chinoises, dont les grande et petite pagodes de l’oie sauvage (Dayan ta 大雁塔, Xiaoyan ta 小雁塔) à Xi’an, celle de Baochu (寶菽塔) à Hangzhou, celle de Huqiu (虎丘塔) à Suzhou, celle en bois du comté de Ying (Shanxi), celle du temple Shaolin et celle de Songshan. Avec la diffusion d’ouvrages comme l’Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine de Matteo Ricci et La Chine illustrée d’Athanase Kircher, les pagodes sont en effet devenues un symbole important de la culture chinoise pour les Occidentaux, qui en admirent la beauté et la majesté. En 1915, Tushanwan devient le premier atelier où sont reproduites en modèle réduit ces fameuses pagodes chinoises ; le reste du monde est enfin en mesure d’en apprécier la beauté. Voilà qui fait avancer la renommée de l’art bouddhiste et de l’architecture chinoise.

***

39Xujiahui et Tushanwan sont donc ce « quartier latin de Shanghai » sur la carte de la culture chinoise de l’époque moderne. Façonné par la Compagnie de Jésus, ce lieu a partie liée avec le catholicisme chinois. Mais il est aussi le produit du Shanghai de l’époque, avec sa population internationale et ses riches ressources culturelles : il est donc indissociable de la culture shanghaienne d’alors, et relève aussi bien de cette « culture shanghaienne » (Haipai wenhua 海派文化) que, par extension, de la « culture chinoise » (Zhonghua wenhua 中華文化) en général. Il est surtout un pan de cette magnifique culture que fait émerger la « mondialisation » dès les xixe et xxe siècles, et appartient de ce fait à un patrimoine culturel mondial. Il est la preuve que des personnes de nationalité différente ont pu se rassembler dans une ville mondialisée, Shanghai, et créer ensemble une « nouvelle culture », celle de l’avenir de l’humanité.

Bibliographie

Références des ouvrages cités

Exner A.H. 1889.

Exner A. H., China, Skizzen Von Land und Leuten, Leipzig, 1889.

Jiangnan yuyingtang ji : Luoma Yesuhui dang’an guan Ming Qing tianzhujiao wenxian 江南育嬰堂記羅馬耶穌會檔案館明清天主教文獻 (Chroniques de l’orphelinat du Jiangnan, Documents catholiques datant des Ming et des Qing tirés des archives romaines de la Compagnie de Jésus).

Kang Xi 康熙, Shanghai xian zhi 上海縣志 (Annales du district de Shanghai).

La Servière Joseph de 1914.

La Servière Joseph de, Histoire de la mission du Kiang-nan, Zika-wei, Impr. de l’Orphelinat, 1914. Édition chinoise : Jiangnan chuanjiao shi 江南 傳教史, Shanghai yiwen chubanshe, 1983.

Li Tiangang 1994.

Li Tiangang 李天綱, « Xin Yesu huishi yu Xujiahui wenhua shiye » 新耶 穌會士與徐家匯文化事業 (« Les nouveaux jésuites et l’œuvre culturelle de Xujiahui »), in Jidujiao yu jindai wenhua 基督教與近代文化 (Le christianisme et la culture moderne), Shanghai renmin chubanshe, 1994. Xu Beihong 1943.

Xu Beihong 徐悲鴻, « Xin yishu yundong zhi huigu yu qiandan » 新藝術 運動之回顧與前瞻 (« Rétrospective et perspectives sur le mouvement de l’art nouveau »), Shishi xinbao, Chongqing, 15/03/1943.

Xu Guangqi 2008.

Xu Guangqi, Xuesheng kewai yuedu jiaocai 徐光啟,學生課外閱讀教材 (Xu Guangxi, manuel de lecture extra-scolaire), édité par le Bureau de protection du patrimoine culturel non-matériel et le service culturel du quartier Xuhui de Shanghai, 2008.

Zhang Hua (s.d.).

Zhang Hua 張化, Shanghai tianzhujiaohui de zhongyao jigou – Tushanwan gu’er gongyiyuan 上海天主教會的重要機構 — 土山灣孤兒工藝院 (Les principales structures de l’Église catholique à Shanghai – L’orphelinat et les ateliers de Tushanwan) (non publié).

Zabel Eugen 1903.

Zabel Eugen, Transsibirien — Mit der Bahn durch Russland und China, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1903.

Annexes

Annexe : liste des pères dirigeant la Compagnie de Jésus à Shanghai entre 1841 et 1955 (issue des Annales religieuses de Shanghai) :

Nom

Nationalité

Dates

Date d’arrivée en Chine

Durée de la mission

Claude Gotteland

français

1803-1856

1842

15/04/1841-15/04/1848

Auguste Poissemeux

français

1804-1854

1846

15/04/1848-15/04/1851

Nicolas Broullion

français

1816-1855

1848

15/04/1851-08/18/1854

Mathurin Lemaître

français

1816-1863

1846

21/11/1855-23/11/1862

Joseph Gonnet

français

1815-1884

1844

23/11/1862-06/05/1866

Agnello della Corte

italien

1819-1896

1848

06/05/1866-07/02/1873

Auguste Foucault

français

1826-1887

1866

07/02/1873-30/10/1876

Louis Chauvin

français

1834-1903

1868

30/10/1876-06/09/1882

Charles Sédille

français

1853-1917

1863

06/09/1882-10/09/1893

Prosper Paris

français

1846-1931

1883

10/09/1893-23/07/1900

Ding Zhaoming

français

1855-1907

1882

23/07/1900-31/08/1907

Ni Ruluo

français

1865-1903

1897

05/01/1908-04/05/1919

Joseph Verdier

français

1877- ?

1906

04/05/1919-29/06/1925

Han Zongtai

français

1878 - ?

1903

29/06/1925-06/01/1932

Pierre Lefevre

français

1880 - ?

1912

06/01/1932-08/12/1937

Yves Henry

français

1880 - ?

1904

15/08/1937-08/12/1946

Fernand Lacretelle

français

1902-1989

1927

08/12/1946-15/06/1953

Aloysius Jin Luxian

chinois

1916-2013

15/06/1953-07/09/1955

Notes

1 « Le vénérable Xu Quangqi, ancien Grand Protecteur, ministre des rites et secrétaire du pavillon Wenyuan, fut enterré dans le 28e bao de Xujiawan ; les rites funéraires furent à la charge de l’Empire pendant sept ans. » Kang Xi 康熙, Shanghai xian zhi 上海縣志 (Annales du district de Shanghai).

2 Cf. « Tombeaux des soixante-douze grands secrétaires », in Xu Guangqi 2008, p. 36.

3 Cf. La Servière Joseph de, 1914.

4 Ibid., p. 112.

5 Jiangnan yuyingtang ji : Yesuhui Luoma dang’an guan Ming Qing tianzhujiao wenxian 江 南育嬰堂記:羅馬耶穌會檔案館明清天主教文獻 (Chroniques de l’orphelinat du Jiangnan, Documents catholiques datant des Ming et des Qing tirés des archives romaines de la Compagnie de Jésus).

6 Chroniques de l’orphelinat du Jiangnan, Documents catholiques datant des Ming et des Qing tirés des archives romaines de la Compagnie de Jésus. Il est regrettable que ce bâtiment, symbole de Tushanwan, ait été détruit après la Révolution culturelle pour que puisse être agrandie la route Puhuitang.

7 Certains noms de cette liste sont perdus et impossibles à retrouver, ce qui oblige à les donner ici en pinyin. (NdT.)

8 Selon l’ordre donné dans Histoire de la mission du Kiang-nan.

9 Zhang Hua s.d.

10 Connu également sous le nom de « mouvement des affaires occidentales » (Yangwu yundong 洋務運動), le mouvement d’autorenforcement (ziqiang yundong 自强運動) est un mouvement de réformes institutionnelles qui vit le jour à la fin de la dynastie des Qing, dans un contexte d’affaiblissement de la Chine devant les puissances étrangères (1861-1895). Ses principaux maîtres d’œuvre, Li Hongzhang, Zeng Guofan et Zhang Zhidong, visaient un renforcement avant tout économique et militaire du pays face à l’Occident, basé sur une modernisation qui fît la distinction entre les traditions chinoises, fondement constitutif à sauvegarder, et les techniques occidentales, à emprunter pour leur aspect fonctionnel. (NdT.)

11 Sur la « Mission scientifique du Kiang-nan », voir Li Tiangang 1994.

12 Xu Beihong 1943.

13 Xuhui jilüe 徐匯紀略 (Chroniques de Xuhui).

14 Xuhui jilüe 徐匯紀略 (Chroniques de Xuhui).

15 Ibid.

16 Exner A. H. 1889.

17 Zabel Eugen 1903.

18 Le prêtre jésuite Ma Xiangbo (1840-1939), issu d’une famille de lettrés convertis au catholicisme et membre de la Compagnie de Jésus, enseigne au collège Saint-Ignace où il a fait ses études. Il contribue à la fondation de la bibliothèque de Xujiahui. Devenu traducteur, puis haut fonctionnaire, il voyage au Japon, en Corée et en Europe — notamment en France, afin d’étudier le système des pays occidentaux pour moderniser la Chine. Il sera le cofondateur de l’université l’Aurore en 1903, puis le fondateur de l’université Fudan en 1905. (NdT.)

19 Les toiles originales sont aujourd’hui conservées au centre de recherches en histoire culturelle sino-occidentale de l’institut Ricci de San Francisco. En 2005, le directeur du centre, Wu Xiaoxin, a aidé à leur reproduction et à leur exposition dans le mémorial de Xu Guangqi, situé à côté de son mausolée.

20 Après avoir fait son apparition aux expositions universelles de San Fransisco, Chicago et New York, le portique chinois de Tushanwan est acheté par un collectionneur privé, puis vendu et revendu. Chacune de ses parties est par la suite mise en vente séparément, avant d’échoir à une fondation privée suisse. Un collectionneur de biens culturels chinois résidant à l’étranger et au fait du projet de fonder un musée à Tushanwan, l’a finalement vendu au service des affaires culturelles de Xujiahui à un prix raisonnable, offrant une fin heureuse à la belle histoire entre Tushanwan et les expositions universelles. Le portique a fait l’objet d’une exposition spéciale en 2010, date à laquelle le musée de Tushanwan a ouvert.

Auteur

Enseigne à la faculté de philosophie de l’université Fudan, dont il dirige la section d’études religieuses. Il est également directeur de l’Institut du dialogue Xu-Ricci et vice-président de l’Association des études religieuses de Shanghai. Intéressé par l’histoire culturelle et intellectuelle de la Chine, l’histoire des échanges culturels entre Orient et Occident et l’histoire du christianisme chinois, il mène actuellement ses recherches sur l’histoire de l’Église catholique en Chine, la religion confucéenne ou encore les religions populaires en Chine. Parmi ses nombreuses publications, on peut citer : L’interprétation interculturelle : la rencontre des études sur les classiques confucéens et de la théologie ; Chronique de Xu Guangqi ; La Querelle des rites chinois : histoire, documents et signification ; Shanghai culturelle ; Shanghai humaniste ; Impression sur les villes de l’Empire Qing. Il a également édité les Œuvres complètes de Xu Guangqi, les Œuvres de Ma Xiangbo, etc.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search