Version classiqueVersion mobile

La constante « Tribu »

 | 
Hosham Dawod

Tribus en zones de conflits

8. Tribus et pouvoirs en Irak : de Saddam Hussein au général Petraeus

Hosham Dawod

Texte intégral

  • 1 Il est vrai qu’il existe une importante littérature de recensement et de narration sur la vie trib (...)

1Rares sont les moments dans l’histoire contemporaine où le monde politique a eu autant besoin de la recherche pour éclairer quelques grands enjeux. Le rôle persistant et renouvelé des structures tribales et claniques est un de ces sujets qui échappent au schéma interprétatif, téléologique et évolutionniste qui marque encore certaines pensées de notre monde. L’Irak est l’un de ces champs par excellence où la recherche sur le terrain peut apporter des éclairages de grande importance pour comprendre ces facteurs essentiels qui travaillent non seulement ce pays mais aussi une bonne partie de nos sociétés d’Asie et d’Afrique. Paradoxalement, très peu d’études documentées, scientifiques et de terrain ont été menées à ce jour1.

  • 2 L’Irak n’a pas le monopole d’un certain activisme tribal. Ici et là, des formes d’agissement triba (...)

2Pour ce qui est de la terre d’Irak2, l’on ne peut que relever un mouvement qui place la tribu au centre des relations sociétales : des individus ont été enclins, encouragés ou même contraints à réaffirmer leurs appartenances tribales (réelles ou fictives). Il s’agit dès lors de chercher à comprendre le fondement de la reproduction d’un tel système. À cet égard, nous nous trouvons face à un phénomène de portée historique : la modernisation et la globalisation n’ont pas forcément provoqué la disparition des structures particularistes, mais bien au contraire les ont certainement stimulées. Les acteurs étatiques centraux et/ou internationaux ont en effet incité à leur ré-édification. Il n’est par exemple pas apparu étrange pour cette région de voir l’ancien président des États-Unis, George W. Bush, s’afficher davantage avec des chefs de tribus à Al-Anbar qu’avec le président irakien. À rebours, il est devenu aisé et normal que certains hommes de tribus communiquent de préférence avec des généraux militaires américains plutôt qu’avec les autorités régionales ou locales de leur pays.

  • 3 Voir l’article de Thomas R. Searle paru au 3e trimestre de l’année 2008 dans la revue militaire am (...)

3Il faut bien reconnaître que la stratégie américaine de ralliement des tribus sunnites dans la lutte contre Al-Qaïda à l’ouest de l’Irak s’est avérée « payante ». Une majorité d’entre elles, jusqu’au moment du retrait des troupes américaines d’Irak (décembre 2011), en était arrivée à percevoir cette armée comme un rempart possible contre les Iraniens ou tout simplement contre celles et ceux qui souhaitaient affaiblir leur assise dans la région (ainsi en allait-il d’Al-Qaïda, au nom d’un islam ultra radical). Pourtant, rapprocher les tribus de l’armée américaine n’était pas chose aisée. Il a fallu de longues années d’insurrections très violentes, mais aussi un changement stratégique profond de la part des Américains pour parvenir à un contact avec cette catégorie complexe de la population – contact que l’on doit à la violence mais aussi à la générosité des GI’s, des Marins ainsi que des Spécial Operation forces3 : aides financières, promesses de postes, intégration dans l’armée et dans l’administration irakiennes, et une certaine promotion politique dans les régions. Cependant, ce succès tardif n’était pas inédit ; il ne peut manquer de nous rappeler les rapports « mutuellement avantageux » que l’État de Saddam Hussein entretenait avec la plupart des tribus.

  • 4 Hosham Dawod, " Construction et deconstruction du pouvoir en Irak : le cas de Nouri Al Maliki ", C (...)

4L’actuel Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki (en poste depuis 2006) tente à son tour, mais avec un succès moindre, de renouveler cette dernière expérience américaine. Régulièrement, il rencontre des chefs de tribu, son cabinet distribue généreusement de l’argent et offre l’appui politique aux plus fidèles (tribus gratifiées qui portent alors le nom de Comités de soutien – Majalis al-Isnad). En retour, M. Maliki attend tout naturellement allégeance et loyauté à sa personne et à sa politique4.

5Exit donc l’image folklorique que l’on attachait au terme de tribu et qui sous-tendait : posture guerrière, razzia, solidarité sans faille, etc. Il convient désormais d’aborder ce phénomène en tant que groupe sociopolitique, qui, tout en gardant une forme prédéfinie, évolue sans cesse, voire se métamorphose.

6Cette contribution se propose d’analyser la place qu’occupe la tribu en Irak, en faisant un bref retour sur les années Saddam Hussein depuis 1980, et en s’intéressant plus largement à la période de l’occupation américaine, de 2003 à 2011. Il nous reviendra dès lors d’en comprendre sa composition sociale, son poids réel dans la vie politique du pays, et plus important encore de chercher à savoir si les tribus peuvent aujourd’hui fonctionner avec ou sans l’État. La tribu peut-elle devenir un acteur politique national au-delà du groupe local qu’elle constitue ?

Qu’est-ce qu’une tribu irakienne ?

  • 5 Il est possible d’entendre ici et là le terme qabila qui signifie pour les Irakiens une confédérat (...)
  • 6 En Irak, comme ailleurs, la même occurrence d’un mot peut avoir plusieurs significations dans diff (...)

7Deux termes sont souvent utilisés dans le monde arabe pour désigner la tribu : ‘ashira et qabila. En Irak, le terme ‘ashira est le plus usité5. Il renvoie à un ensemble d’individus et de groupes parlant une même langue voire très souvent un même dialecte. La tribu est fractionnée en de multiples sous-groupes, fakheth (clans), eux-mêmes divisés en plusieurs hamula (lignages)6, constituées de plusieurs bayt (maison-famille étendue), chaque bayt comprenant elle-même plusieurs âyla (famille). La maison (au sens lévi-straussien) constitue, dans cette société, la structure première de l’action et de la mobilisation politique.

8La tribu dans le monde arabo-musulman se caractérise également selon une descendance patrilinéaire lointaine (rares en sont les exceptions), plus souvent affirmée que réelle. Ici comme ailleurs, le recours à des manipulations dans les généalogies est chose fréquente. Ainsi, prétendre être descendant d’une lignée sainte procure non seulement respect mais aussi rang social et quelquefois entraîne la subordination du groupe. L’affirmation selon laquelle l’on descendrait donc de la lignée d’un chef de tribu ancestral (grand sheikh) crée de facto les conditions nécessaires pour succéder au statut de sheikh à son tour.

Une'ashira est composée de plusieurs fakheths, elles-mêmes composées de plusieurs hamulas, composées de plusieurs bayts puis âylas.

9L’appropriation d’un territoire revendiqué par une tribu comme sien et qu’elle se dit prête à défendre par la force (pour l’avoir hérité, conquis, obtenu du fait d’un droit d’usage ou reçu d’un pouvoir central) constitue un autre élément fondamental de la réalité tribale. Aujourd’hui, la terre commune des tribus a été individuellement appropriée, et ce même si la dévolution de ces propriétés dans les campagnes s’est faite au sein d’un même clan. L’on continue néanmoins d’attacher à un territoire la marque culturelle d’une tribu – une persistance qui a la vie longue en dépit des privatisations et segmentations inégales du territoire dans les faits. Il importe donc de considérer qu’une partie non-négligeable de la base matérielle de la tribu s’est trouvée modifiée et profondément transformée.

10La taille des tribus est variable sans que cela les détermine à une quelconque vocation politique. La tribu de Saddam Hussein (Albu Nasser) par exemple était connue pour être parmi les plus petites et a pourtant marqué durant plusieurs décennies la vie politique irakienne. Certaines tribus regroupent parfois des dizaines voire des centaines de milliers de personnes autour d’un sheikh et de sa maison. Celui-ci prétend réglementer les rapports intérieurs, représenter la totalité tribale et ses intérêts devant les autres groupes tribaux, mais aussi devant le pouvoir central ou devant une force militaire, politique ou même économique étrangère et internationale (l’armée américaine entre 2003-2011).

11Cependant, et si les tribus d’hier étaient nettement plus compactes, (vivant dans un espace partagé, agissant à travers des interdépendances réelles, avec à leurs têtes un sheikh tout puissant et respecté) de nos jours une tribu continue d’apparaître comme un groupe, avec toutefois une capacité de mobilisation et de coercition intérieure et extérieure nettement plus faible. Désormais, un individu membre d’une tribu est « libre » de ses mouvements et de ses déplacements. Il peut même se distancer de son groupe, chose difficilement imaginable non seulement lors de l’avènement de l’État moderne irakien en 1920, mais encore durant les années quarante et cinquante. Pour autant, ce même individu peut juger plus utile d’affirmer, dans certains contextes, son appartenance tribale pour bénéficier d’avantages matériels et immatériels ainsi que d’une certaine protection. Dans le tribalisme actuel, il est coutumier de constater une dimension clientéliste : accès à des postes importants, à des dividendes — ce qui explique que dans certaines provinces méridionales ou occidentales d’Irak (par exemple à Missan au Sud ou à al-Anbar à l’Ouest) la majorité des membres de la police ou de l’armée appartienne à un nombre très limité de tribus. Dès lors, le risque est grand que, dans ces parties du pays, un conflit local entre un policier et un militaire dégénère en conflit tribal, et inversement.

Tribu d’hier, tribu d’aujourd’hui

12Au-delà de la dépendance politique de la tribu à l’État ou à une puissance politico-militaire internationale, au-delà de la limitation de sa souveraineté territoriale, quelles sont les autres différences majeures entre la structure tribale irakienne d’hier et celle d’aujourd’hui ?

13La plupart des tribus d’autrefois se regroupait en grandes confédérations tribales (‘ashâi’r). À la tête de chacune d’entre elles se trouvait un sheikh al-mashâyikh qui en était le chef suprême – il s’agissait d’une sorte de chefferie. Le sheikh d’une tribu ne jouissait pas, en théorie, d’un pouvoir héréditaire : il le devenait par sa capacité guerrière et son habileté politique à maintenir l’unité de son groupe. Il jouait également le rôle d’arbitre à l’intérieur de la tribu et à l’extérieur, lorsqu’il devait agir au nom de celle-ci. Les membres d’une tribu se trouvaient associés au sheikh dans le contrôle d’un même territoire et dans l’appropriation de ses ressources. La transmission du titre de sheikh, de père en fils n’était pas interdite, pourvu que le nouveau chef fût à la hauteur de sa charge et sût se défendre contre d’éventuels rivaux. Dans le cas contraire, un homme originaire d’une même maison ou d’une autre pouvait le mettre à l’écart et s’emparer du titre. Ainsi, dès l’origine, l’existence de ce titre (le pouvoir du sheikh) a favorisé l’émergence d’une maison, celle du sheikh au détriment d’autres prétendants. La réalité des rangs sociopolitiques différents à l’intérieur de la structure tribale a mis à mal le discours segmentariste qui insistait sur l’aspect égalitaire de la tribu arabe.

14Ce caractère de différenciation s’est accentué avec les bouleversements sociopolitiques qu’a connus l’Irak depuis la fin du XIXe et durant tout le XXe siècle. L’ ashira classique (de type bédouin ou fonctionnant selon une idéologie bédouine) a déjà subi des transformations profondes depuis les réformes ottomanes du XIXe siècle. La Sublime Porte avait introduit l’obligation de l’enregistrement des terres (Tapu) et leur distribution à ceux qui les avaient exploitées pendant dix ans. Ces derniers en acquirent le droit d’usage en échange de l’acquittement d’une taxe à l’État qui s’était réservé le droit de reprendre les terres non exploitées. Cette réforme donna naissance à un régime de propriété privée paysanne et modifia profondément les rapports sociaux et politiques au sein de la tribu et ses relations avec le monde extérieur. Sous le mandat britannique, les Anglais reprirent les lois ottomanes et légiférèrent des mesures beaucoup plus radicales, particulièrement celles qui favorisèrent politiquement le pouvoir des sheikhs. Ces derniers ne furent plus élus mais s’imposèrent par leur richesse et leur alliance politique trans-locale.

15Avec l’avènement de l’État post-colonial (1958) et son développement ultérieur, les tribus ont continué d’exister tout en s’intégrant plus ou moins facilement dans le cadre de l’État qui, souvent par la violence, est devenu pluriethnique et pluri-tribal. Nous assistons depuis à un triple mouvement de l’évolution sociétale :

16Un mouvement tout d’abord contradictoire : d’un côté, un véritable processus de modernisation entamé par l’État et par un parti autoritaire, le Baas et, de l’autre, une organisation politique au sommet de l’État puisant dans les ressources de la logique tribale pour conserver le pouvoir. En effet, la société irakienne des années 1960-70 a connu des mutations importantes : domination totale et définitive des villes sur les campagnes, réforme agraire, législation limitant le pouvoir des sheikhs des tribus, généralisation de l’accès à l’éducation, essor de la classe moyenne, évolution de la famille et du type du mariage (vers davantage d’indépendance des familles nucléaires, familles monogames), affranchissement relatif des individus par rapport à leurs groupes primordiaux (tribal et clanique), participation accrue des femmes dans la vie économique, sociale et même politique, etc. Mais cette modernisation volontariste n’a pas réussi à faire disparaître la tribu du paysage social et culturel, bien qu’elle l’ait affaiblie et contrainte à se retrancher au second plan se retrouvant ainsi privée de son rôle politique. Il faut dire que l’État « jacobin » irakien ne supportait pas la subordination politique de l’individu à d’autres structures qu’à lui-même !

  • 7 Hosham Dawod, " Étatisation de la tribu et tribalisation de l’État ", Esprit, Paris, 2001, pp : 21 (...)

17Avec la guerre Irak-Iran (1980-89), une retribalisation de l’espace politique et social par le haut (c’est-à-dire par le pouvoir) a été observable. Le recrutement au sein de certaines instances de l’État et de l’armée d’élite s’est opéré fondamentalement en considération des origines tribales et régionales au point que certains corps militaires, services de police et de renseignement en sont venus à coïncider presque parfaitement au cadre-tribu dans leur ensemble. Si les années 1960-70 se caractérisaient par une phase de subordination de la tribu à l’État (que nous appelons « étatisation des tribus »), les années 1980-90 ont inauguré une « retribalisation de l’État »7 (particulièrement dans ses fonctions coercitives). Fait significatif, et pour accompagner cette tendance sociopolitique, une importante littérature partiellement scientifique a été publiée sous Saddam Hussein pour vanter le rôle des tribus.

  • 8 Hosham Dawod, " Tribalism and power in Iraq, Saddam Hussein’s’house ", in Angela Hobart & Bruce Ka (...)

18C’est véritablement à partir de la guerre du Koweït et de l’insurrection arabe chiite et kurde en 1991 que les tribus et leurs chefs ont reçu une reconnaissance publique de leur rôle. Si les années 1980 ont marqué un retour des tribus sur la scène politique, cela ne permettait pas encore d’affirmer que le fait tribal structurait l’espace public. C’est bien davantage au moment des années 1990, avec ce passage symbolique durant lequel les chefs de tribus faisaient allégeance à Saddam Hussein, que le tribalisme, ajouté à un certain Islam politisé à l’arabisme et au glorieux passé mésopotamien, a formé le quatrième pilier du régime Baas. La métamorphose du Raïs (Saddam Hussein) était telle qu’il présentait les « valeurs tribales » (honneur, courage, etc) comme faisant légitimement partie de la culture nationale arabe irakienne. En conséquence, les principaux personnages de l’État ont repris leurs noms de tribus (chose qui leur avait été interdite auparavant). Ce relâchement a permis de découvrir qu’un grand nombre des membres de la garde républicaine spéciale, des responsables des services de sécurité, des gardes du corps rapprochés du président défunt, ajoutèrent Al-Nasri à leurs noms (Al-Nasri venant de Albou Nasser, la tribu de Saddam Hussein)8.

La tribu au début de l’occupation américaine (2003-2004)

  • 9 Baram Amatzia, professeur à l’université israélienne d’Haifa, propose aux forces américaines de te (...)

19Le projet politique initial des Américains au moment de leur « débarquement » peut se résumer ainsi : démocratisation, libéralisme, modernisation. Autant dire, tout ce qui semblait s’opposer à l’idée préconçue selon laquelle la tribu rimait avec vestige du passé. Cependant, des voix à l’intérieur de l’administration civile et militaire américaine, conseillées par quelques experts, ont insisté sur « l’apport utile » des tribus comme stabilisateur de la situation sur le terrain, particulièrement dans le domaine sécuritaire9.

  • 10 William S. McCallister (major), Charles M. Kyle (capitaine), Christopher Alexander (sergent). " Th (...)

20Après quelques mois de flottement pendant lesquels l’armée américaine n’avait pas pris en compte la variable tribale, la tribu réapparut, non plus comme un outil dépassé de gouvernance, mais comme une structure socio-politique d’appui dans la stratégie militaire sur le terrain. Dès novembre 2003, c’est-à-dire avec l’arrivée des premières véritables difficultés, un premier document rédigé par l’État-major américain en poste en Irak précisait d’emblée le potentiel des tribus dans une politique de reconstruction – de manière excessive toutefois : « Au moins trois quarts de la population irakienne appartiennent à une des 150 tribus de la nation. De nombreuses grandes tribus comprennent un mélange de religions et ethnicités allant des Sunnites aux Chiites, des Kurdes aux Arabes et aux Perses. Les confédérations tribales peuvent dater de plus de milles ans ou peuvent être la création de l’instrumentalisation politique de ces dix dernières années. Si elles sont correctement abordées par la CPA et le CJTF-17, les tribus irakiennes peuvent devenir un facteur clé dans la promotion d’un environnement sécurisé en Irak. »10

  • 11 McCallister, op. cit., p. 8.
  • 12 Mohammed Bazzi, " On Their Terms ; US Soldier reaches out to understand Iraqi tribal system ", New (...)

21Ce document qui amplifie exagérément l’appartenance tribale de la population irakienne montre que les militaires américains avaient bien repéré le rôle que pouvaient jouer les tribus en les percevant comme des structures à vocation politique : « L’attachement d’un individu donné à un héritage généalogique particulier est, au niveau de la tribu, en partie un acte politique (…). En revendiquant une ascendance particulière, les gens nécessairement s’alignent à une charte politique et une stratégie particulières, qui ne peut être simplement représenté comme de la parenté. »11 À partir de fin 2003, un véritable travail d’influence de la configuration tribale a été entrepris par l’armée américaine sans que les acteurs locaux irakiens, tels que les partis islamistes (sunnites comme chiites) ou d’origine ethnique (kurde), ne mesurent d’abord l’importance de cette démarche (voir annexe I). Au sein de la Coalition Provisional Authority, le Lieutenant Colonel Alan King, un luthérien d’Arlington en Virginie, fut chargé des contacts avec les tribus12, de le faire savoir à la presse, et fut pour cela placé à la tête d’un Bureau des Affaires Tribales [officiellement nommé Office of Provincial Outreach]. Présent en Irak entre mars 2003 et juillet 2004, le Lt. Col. King a tenté d’établir par tous les moyens des relations de collaboration avec les principaux chefs tribaux de la région de Bagdad :

  • 13 Mohammed Bazzi, " On Their Terms ; US Soldier reaches out to understand Iraqi tribal system ", New (...)

Peu après son arrivée à Bagdad avec la 3e division d’infanterie au début du mois d’avril (2003), King réalisa que les sheikhs tribaux seraient l’une des clés pour gagner la confiance des Irakiens et reconstruire le pays. Les tribus irakiennes tendent à être très religieuses, nationalistes et bien armées. King a alors commencé à mémoriser des sections entières du Coran, le livre sacré des Musulmans, et à mettre en place un formidable Rolodex de contacts avec les tribus. Il a obtenu une copie du Bagdad Wilayat, un guide des tribus du pays publié par les autorités britanniques en 1918, quand elles occupaient l’Irak après les Ottomans.
Le titre actuel de King est « assistant spécial pour les affaires tribales » au 352 e Commandement des Affaires Civiles, qui est responsables pour la coordination des unités chargées des affaires civiles sur tout l’Irak. Mais il ressemble plus à un professeur-en-résidence, spécialiste des tribus.
Dans son Palm Pilot, il tient des notes sur l’histoire de chaque tribu principale et de ses sous-ensembles. Il divise ses notes par tribu, clan, branche et famille. Il prend note de la multitude de sheikhs, de sous-sheikhs de chaque tribu – afin de pouvoir repérer les « faux » sheikhs installés par Hussein pour remplacer les leaders tribaux qui s’opposaient au régime baasiste.
« J’ai rapidement réalisé que les sheikhs ont une place importante dans la société irakienne, » dit King (…) « L’idée n’est pas de contrôler des petits seigneurs de guerre, mais d’utiliser l’information que les sheikhs détiennent pour en faire bénéficier le pays. »
Les recherches de King – et la cour qu’il a fait aux sheikhs – a payé. En Juillet (2003) des contacts dans les tribus ont aidé King à capturer Mizban Khadr Hadi, un membre du Conseil de Conmmandement Révolutionnaire de l’ancien régime, n° 23 sur la liste de 55 Irakiens les plus recherchés13.

22Le but du travail de King était donc d’identifier les responsables tribaux qui pouvaient aider l’armée américaine dans son travail de pacification et de reconstruction, tout en tentant d’instaurer, dans la distribution des fonds, une représentation proportionnelle à la taille des familles (afin d’éviter la concentration du pouvoir dans quelques mains, difficilement contrôlables plus tard).

23Les tribus sont devenues dès lors une des principales variables prises en compte dans les actions politiques. Avec l’ethnie, la confession et le parti politique, elle est apparue comme un des éléments par lesquels l’Irak était décrit désormais par les autorités de la Coalition.

  • 14 Pollack, " The Coalition Provisional Authority (CPA) must reach out to the Sunni tribal community, (...)

24Le recours à l’autorité tribale a même été plus ou moins théorisé. Dans un essai largement lu et publié en plusieurs langues, Kenneth Pollak, ancien responsable de la CIA dans le Golfe arabo-persique et promoteur de longue date de la guerre d’Irak, recommandait, au début de l’année 2004, le recours aux chefs tribaux pour calmer l’insurrection en extension. « La coalition doit chercher à développer les contacts avec la communauté des tribus sunnites, pour éliminer leurs récriminations et éteindre leur soutien à l’insurrection. »14

25Au regard de leurs capacités de mobilisation ou de nuisances sur le terrain, les chefs tribaux ont été l’objet de convoitises distinctes, voire contradictoires : celles des forces de la coalition (américaine et britannique) pour assurer la sécurité, mais aussi celles de certains hommes et formations politiques irakiennes pour gagner leur appui sur le terrain, pour faire contrepoids à d’autres partis politiques concurrents, ou tout simplement comme une machine de mobilisation électorale.

26Dès 2004, plusieurs personnalités irakiennes avaient déjà eu recours à la légitimité tribale pour accéder à des postes de pouvoir au niveau national. Le premier gouvernement intérimaire irakien nommé le 1 er juin 2004 comportait ainsi plusieurs membres d’importantes tribus, on y trouvait : le président Ghazi al-Yawar (neveu du Sheikh de la puissante confédération tribale Shammar), M. Adnan al-Janabi (secrétaire d’État sans portefeuille, tribu Janabat, dont le père détenait un poste important sous Saddam Hussein), M. Malik Dohan al-Hasan (ministre de la Justice, confédération tribale Jebour), Mme Leila Abdul-Latif (ministre du Travail, de la confédération tribale al-Tamim), M. Luay Hatem (ministre des Transports, dont le père était le chef de la tribu Ors – Erris)... Outre ces origines tribales illustres, il faut reconnaître à toutes ces personnes un autre point commun : elles partagent un curriculum vitae impressionnant (titulaires de doctorat, direction d’entreprises à l’étranger, polyglotes aux carnets d’adresses bien remplis, etc). C’est dire le degré de métamorphose de la personne du sheikh : il n’est désormais plus question de la bravoure, du chevaleresque, de la capacité de razzia, mais plutôt d’un capital symbolique, mêlant traditionalisme et modernité.

La politique tribale du général Petraeus

  • 15 Beaucoup de choses ont été écrites sur ce mouvement regroupant des marginaux, des laissés-pour-com (...)

27Dès la fin du mois de juin 2004, la souveraineté fut partiellement transférée aux Irakiens. Dans le même temps, un gouvernement d’union nationale intérimaire était constitué. En juillet, une conférence nationale réunissant 1000 personnes censées être représentatives de la société irakienne comportait un pourcentage modeste de représentants des tribus (70 personnes contre 140 représentants des partis politiques, 170 intellectuels…). Parallèlement à cette évolution politique formelle, l’insurrection avait déjà regagné la majeure partie de la région arabe sunnite – sans parler de l’activisme des certaines milices chiites (sadristes en particulier15).

  • 16 Ahmed S. Hashim, Ahmed S. Hashim, Insurgency and counter-insurgency in Irak, Cornell University Pr (...)

28Pour pallier l’extension de cette crise politico-militaire, l’armée américaine dépensa dès la deuxième moitié de 2004, une énergie considérable pour mener à bien des négociations avec les principaux groupes tribaux du « triangle sunnite », en vue de reprendre le contrôle des villes au Nord et à l’Ouest de Bagdad sans avoir à intervenir militairement. Ce fut alors le pic de l’insurrection jihadiste à Fallouja, entre avril et novembre 200416.

29L’année 2005 fut, quant à elle, une année charnière dans l’histoire moderne irakienne : pour la première fois depuis des siècles, un pouvoir à domination politique chiite s’est formé à Bagdad et une constitution prenant en compte cette nouvelle donne fut approuvée par référendum – alors que la population arabe sunnite, encore abasourdie par le choc de 2003, se trouvait marginalisée et sombrait dans une insurrection aux allures de plus en plus jihadistes. Devant l’incapacité des forces armées gouvernementales irakiennes et l’enlisement de la coalition, les Américains retournèrent massivement vers les principaux groupes tribaux du triangle sunnite avant de reprendre le contrôle de cette région.

  • 17 Malgré ses quatre étoiles et son passé brillant, le général David Petraeus est tombé, en 2012, sou (...)
  • 18 David Kilcullen, The accidental guerrilla, fighting small wars in the Midst of a big one, Oxford, (...)
  • 19 Montgomery McFate, " anthropology and counterinsurgency : the strange story of their curious relat (...)
  • 20 Roberto J. Gonzales & David H. Price, " When anthropologists become Counter-Roberto J. Gonzales & (...)

30L’arrivée en 2006 du Général David Petraeus au poste du commandement en chef des forces américaines en Irak a accentué ce phénomène17. Ce militaire, ayant reçu une formation d’historien à Princeton, n’avait pas hésité à nommer auprès de lui des dizaines d’anthropologues, dont l’ancien colonel de l’armée australienne David Kilcullen18 et l’anthropologue Montgomery McFate19. Et pour la première fois depuis la guerre du Vietnam, le Pentagone créa un programme d’intégration des anthropologues sur le terrain au sein des unités combattantes, avec un budget avoisinant 40 millions de dollars par an (programme Human Terrain System)20.

  • 21 Department of Defense (foreword by, Lt. Gen. David H. Petreaus & Lt. Gen. James F. Amos), U. S. Ar (...)
  • 22 Joe Klein, " Operation Last Chance ", Time, July 9, 2007.
  • 23 De nombreux témoignages sur les exactions des tribus coopérant avec les forces US sont apparus dan (...)

31Après tant d’échecs, les Américains l’ont compris, conférer aux tribus un rôle d’acteur et d’interlocuteur politique au niveau national n’avait que très peu de sens (étant donné leurs intérêts et leurs allégeances jouant au niveau local), sauf à ce qu’elles soient utilisées en tant que relais intra-étatique dans le contrôle territorial et social : sanctuarisation des zones critiques, armement de quasi-milices, renseignement par l’infiltration de réseaux, relations directes avec les autorités locales, etc. De plus, à travers le mouvement de « réveil » tribal (Sahwa/Awakening), le Pentagone a utilisé les tribus comme réseaux de pouvoirs locaux dans sa lutte contre-insurrectionnelle (pour la distribution de l’aide de type “ winning hearts and minds ”)21. Cette politique tribale a impliqué financement, soutien et armement (appui tactique aérien et moyens de communications22) des tribus, et a eu pour contre-partie de conduire à un certain laxisme face à la criminalité (notamment contre le trafic intensif de pétrole, des vendettas et toute justice particulière fondée sur le code d’honneur23). Cela a contribué à déséquilibrer un peu plus le fragile pouvoir central, alors même que les forces de sécurité irakiennes n’étaient pas pleinement opérationnelles et que la rationalisation du système juridique peinait (et peine toujours) à s’achever.

  • 24 Ce sont les mêmes experts qui préconisent la promotion de la tribalisation des relations politique (...)

32Si certains « experts » pressés ont voulu promouvoir le rôle « stabilisateur » des tribus24, les acteurs de terrain quant à eux se sont vite trouvés confrontés aux limites et aux contradictions des stratégies de maintien du pouvoir local par les tribus. Celles-ci, très pragmatiques et centrées sur leurs intérêts économiques et politiques, ont souvent été accusées de faire « double jeu ». Il est en effet arrivé que des tribus sabotent des infrastructures et des sites anciennement sous leur protection, sous prétexte que ces infrastructures avaient été soustraites de leurs prérogatives. Pour contrecarrer ces agissements, l’armée américaine créa de multiples réseaux d’influence et d’action auprès de certaines populations en parallèle à d’autres initiatives « d’engagement » en direction des notables : businessmen, officiers en retraite, chefs religieux, chefs de quartier/de village (mukhtars), et élus.

  • 25 Voir Lt Colonel Michael Eisenstadt, US Army Reserve, “ Tribal Engagement Lessons Learned, Military (...)
  • 26 In Lt Colonel Michael Eisenstadt, US Army Reserve, “ Tribal Engagement Lessons Learned, In Lt Colo (...)

33Il leur est apparu que ce n’était pas tant le contact avec le sheikh tribal qui permettait le plus efficacement de rétablir l’ordre sur le terrain, mais parfois plus la relation qui pouvait être établie avec les imams des mosquées ou les mukhtars25. À cet égard, le bilan du mouvement de « réveil » tribal (Sahwa/Awakening) sur le plan non-sécuritaire (c’est-à-dire sur le plan social et sur celui de la reconstruction) est demeuré mitigé. Citons pour exemple, le cas de la province d’al-Anbar, où le rejet d’al-Qaïda, de son idéologie et de ses pratiques, autant que l’effet négatif de l’insurrection jihadiste sur les activités commerciales (licites et illicites) furent au fondement de l’alliance des tribus avec l’armée américaine. Le général Petraeus avait notamment fait remarquer que les tribus d’al-Anbar « avaient toutes une société de transport, une société de bâtiments, de travaux publics, et une société d’import-export ». Une certaine vitalité économique qui a fait conclure au général qu’« al-Qaïda n’était pas bon pour les affaires »26. En d’autres termes, l’alliance avec les tribus, bien que nécessaire, n’était pas déterminante à elle seule pour diminuer les combats ni pour assurer une sécurisation satisfaisante des sites administratifs, militaires et économiques du pays, car il fallait prendre en compte le fait que l’engagement sécuritaire des tribus ne pouvait parfois être autre que limité.

  • 27 Hosham Dawod, " Les réactions irakiennes à la crise syrienne ", in François BURGAT & Bruno PAOLI ( (...)

34Les limites du Sahwa tribal ont été atteintes avec la stratégie américaine de levée de milices civiles, les « Concerned Local Citizens » (CLC) comprenant de nombreux ex-insurgés, jeunes chômeurs, soldats de l’ancienne armée démobilisée, voire même des ex-criminels – soit, en tout, près de 103.000 personnes (payées, jusqu’à janvier 2009, directement par le commandement américain 10 dollars par jour). Les conseils du Sahwa et les CLC étaient géographiquement concentrés dans une zone encerclant Bagdad et dans la province d’al-Anbar et rassemblaient une grande majorité d’Arabes sunnites (80 %). Ceux-ci ont été reclus dans les « gated communities » que la Coalition créa en utilisant des barrières, murs d’enceintes (murs de sacs de sable ou de béton) et un recensement biométrique. Ici, la solution qui consistait à emmurer les villes et les quartiers était censée apporter une accalmie, mais ne s’apparentait en rien à une mesure de réconciliation. Elle participait bien plus de l’émiettement du territoire en créant des barrières dans les esprits : les Sunnites craignant d’être victimes de violences et d’endiguement économique au moment du retrait des troupes américaines, et les chiites imaginant les quartiers et villes sunnites comme des repères de terroristes salafistes. Pour autant, les conseils tribaux et les CLC ont été présentés par l’armée américaine comme de véritables mesures de sécurisation locale, de protection des infrastructures critiques et de création d’un système de contact et de recueil d’informations auprès des locaux. Cette réalisation ne fonctionne que difficilement depuis le retrait américain d’Irak pour de multiples raisons. La tendance centralisatrice du régime à Bagdad, qui accepte mal toute délégation du pouvoir au niveau régional ou un quelconque partage de la souveraineté, ainsi que l’absence d’un véritable dialogue national, et enfin la confessionnalisation des conflits non seulement à l’intérieur de l’Irak, mais aussi au niveau de la région (notamment depuis l’éclatement de la rébellion syrienne en mars 2011) sont autant de raisons qui entravent l’existence de ces organisations27.

35Aux yeux des autorités politiques et militaires en Irak, la tribu demeure localement un acteur utile ou a contrario déstabilisateur pour l’ordre local.

  • 28 Pour plus d’analyse, voir Hosham Dawod (sous la direction de), Tribus et pouvoirs en terre d’islam(...)

36Si les tribus d’aujourd’hui ont besoin de l’appui de l’État, voire même d’autres forces à dimension globale, leur légitimité et leur pouvoir se reproduisent selon des normes locales. C’est exactement cette question que des organisations islamistes jihadistes, telles qu’Al-Qaïda, n’avaient pas saisi entre 2004 et 2011. L’exemple de la province d’al-Anbar, où la stratégie du général américain David Petraeus avait partiellement fonctionné, est significatif : il avait compris qu’un émir jihadiste en Irak tentait toujours de s’imposer au nom d’un islam abstrait, global, dur et radical. Pour cet émir, la population locale n’est qu’une fraction de l’ umma qu’il se doit de mener sur la voie de Dieu, tandis que le sheikh d’une tribu tire sa légitimité de sa base locale et de ses relations avec l’État et au-delà. Dès lors, un conflit majeur d’intérêts et de légitimité était inévitable entre les tribus arabes sunnites de l’Ouest de l’Irak et les jihadistes et radicaux islamistes28.

37Cette demi-réussite de l’armée américaine dans le milieu tribal irakien n’est cependant pas allée sans contradiction. Elle utilisait les tribus dans un but exclusivement sécuritaire, or, une fois activée, la tribu aspirait naturellement à devenir un acteur sur la scène politique : elle a cessé alors de demeurer passive et est partie à la recherche d’acquis au niveau local et national. Il s’est dès lors agi de s’imposer aux autres tribus et d’exiger la primauté de ses pratiques et coutumes vis-à-vis de celles de l’État.

38Il serait erroné de considérer la société irakienne comme tribale dans sa totalité. Elle comprend certes des tribus, mais celles-ci ne possèdent plus d’autonomie propre : elles nécessitent l’appui de l’État (et/ou de forces américaines en leur temps) pour rester ou devenir des acteurs politiques agissant souvent au profit de quelques sheikhs aux ambitions locales ou nationales. Pour atteindre cet objectif, les tribus entrent souvent en conflit d’intérêts avec des partis politiques ou des représentants religieux et ethniques.

Notes

1 Il est vrai qu’il existe une importante littérature de recensement et de narration sur la vie tribale, particulièrement arabe en Irak. On peut citer quelques études, que nous considérons encore partiellement valables : Amîn Al-Hassan, Al-hâla al-ijtimâ’iyya li’al-‘ashâ’ir al-iraqiyya, (La situation sociale des tribus irakiennes), Bagdad, 1929 ; ‘Abbâs Al-‘Azzâwi, ‘Ashâ’ir al-Irâq (les tribus d’Irak), Bagdad, 1937, 3 volumes ; Alî Al-Wardî, Lamahât ijtimâiyyâ min târikh al-Iraq al-hadîth (Manifestations sociales de histoires modernes de l’Irak), Bagdad, 1972, 6 volumes ; ‘Abd Al-Jalîl At-Tahir, Al-‘Ashâ’ir al-‘iraqiyya, (Les tribus irakiennes), Bagdad, 1972 ; et ces dernières années, selon les instructions des autorités irakiennes et tout particulièrement le Ministère de l’intérieur et son Bureau des Affaires Tribales, une encyclopédie “ bien orientée ” a été publiée par un certain Thamer ‘Abedell-Hâssan al-‘Ameri, Mâwsou’at al-‘ashâ’ir al-‘iraqiyya, (encyclopédie des tribus irakiennes), en 9 volumes, Bagdad, 1992-1995. En revanche nous constatons très peu d’études scientifiques fondées. Nous n’évoquerons ici que l’intéressante et rare thèse en anthropologie sociale menée par l’anthropologue irakien, Shakir Moustafa Salim, Ech-Chibayish, an anthropoligical study of a Marsh village in Iraq, thèse de doctorat (Ph. D.) de l’université de Londres, 1955 (deux éditions de cette thèse sont déjà parues en arabe à Bagdad, l’une en 1956 et l’autre en 1970). Nous devons aussi signaler que deux monographies de deux tribus kurdes au Nord de l’Irak ont été effectuées dans les années 1940 et 1950, l’une par Edmond Leach et l’autre par Frederik Barth. Il aura fallu attendre les années 1990 et début 2000 pour constater un véritable intérêt scientifique pour l’analyse de la tribu. Nous nous permettons d’évoquer très modestement notre propre contribution, Hosham Dawod (sous la direction de), Tribus et pouvoirs en terre d’islam, Paris, Armand Colin, 2004. D’autres " chercheurs " se sont intéressés à ce même phénomène, mais souvent sous un angle plus utilitariste et fonctionnaliste que scientifique, voir notamment les écrits de Baram Amatzia.

2 L’Irak n’a pas le monopole d’un certain activisme tribal. Ici et là, des formes d’agissement tribal font irruption dans les sociétés moyen-orientales.

3 Voir l’article de Thomas R. Searle paru au 3e trimestre de l’année 2008 dans la revue militaire américaine JFQ, n° 50, p. 62-66. À part quelques données, l’article se consacre essentiellement à vanter les mérites et le savoir-faire des forces spéciales américaines dans les zones tribales d’Al-Anbar.

4 Hosham Dawod, " Construction et deconstruction du pouvoir en Irak : le cas de Nouri Al Maliki ", Carnet de l’Ifpo, oct. 2012.

5 Il est possible d’entendre ici et là le terme qabila qui signifie pour les Irakiens une confédération tribale. Ces mêmes irakiens emploient également ‘asha’ir : littéralement " des tribus " (pluriel : ‘ashira) pour désigner une seule confédération tribale. Ainsi, la confédération shammar, par exemple, est appelée ‘asha’ir shammar ou/et qabilat shammar. Dans d’autres contrées arabes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, le terme le plus fréquent est qabila pour parler d’une ‘ashira. Ces populations utilisent de la même manière d’autres termes fakheth et hamula. En revanche, elles gardent l’usage des termes âyla et bayt mais en en renversant l’ordre : pour les Irakiens, la bayt est plus importante que la âyla en termes quantitatif et politique tandis que ce sera l’inverse pour l’Afrique du Nord et autres contrées moyen-orientales.

6 En Irak, comme ailleurs, la même occurrence d’un mot peut avoir plusieurs significations dans différentes régions. Dans le Sud de l’Irak, le terme hamula signifiera « clan », alors que dans les parties centrale et nord-ouest de l’Irak c’est le terme fakhedh qui importera plus que le premier. Il faut comprendre que nous ne sommes pas simplement dans une logique de classification terminologique car très souvent à l’intérieur des grandes tribus, chaque fakhedh et chaque hamula a son propre cheikh (chef). Ce sont donc des sous-unités tribales ayant un rôle social et politique éminent.

7 Hosham Dawod, " Étatisation de la tribu et tribalisation de l’État ", Esprit, Paris, 2001, pp : 21-41.

8 Hosham Dawod, " Tribalism and power in Iraq, Saddam Hussein’s’house ", in Angela Hobart & Bruce Kapferer (ed), Contesting the State, the dynamics of resistance and control, Sean Kingston Publishing Wantage, 2012.

9 Baram Amatzia, professeur à l’université israélienne d’Haifa, propose aux forces américaines de tenir compte des tribus : " Le soutien [des groupes tribaux] pourrait être très utile aux forces de la coalition face à l’agitation d’un petit nombre de clercs chiites radicaux et aux attaques quotidiennes fomentées par des Arabes sunnites nostalgiques du régime bassiste, aigris par la perte de leurs privilèges et espérant faire revenir Saddam au pouvoir. " Il insiste sur les divisions internes aux différents groupes tribaux, divisions accentuées par les exécutions sommaires de membres influents sous Saddam : " Des membres de ces sousgroupes tribaux en colère peuvent se révéler inestimables en apportant des informations sur les armes de destruction massive, les transactions financières, les cachettes ou d’autres activités du régime bassiste. " Voir Baram Amatzia, " The Iraki Tribes and the Post-Saddam System ", Brookings Intitution : Iraq Memo n° 18, 8 juillet 2003.

10 William S. McCallister (major), Charles M. Kyle (capitaine), Christopher Alexander (sergent). " The Iraqi Insurgent Movement ", http://library.nps.navy.mil/home/ Iraqi Insurgent Movement. pdf, 14 november 2003, s. l., p. 1. Cette politique tribale est explicitement référée à l'histoire de l'immigration américaines du XIX e et du XXe siècles, les " chefs de quartiers " recevaient du pouvoir municipal des récompenses en cas de comportement de leurs affiliés, de la même manière, les troupes américaines doivent récompenser les chefs de tribus qui contribuent à la sécurité du pays, p. 7.

11 McCallister, op. cit., p. 8.

12 Mohammed Bazzi, " On Their Terms ; US Soldier reaches out to understand Iraqi tribal system ", Newsday, 21 décembre 2003, p. A05 ; Annia Ciezadlo, " A scholarly soldier steps inside the world of Iraq’s potent tribes ", Christian Science Monitor, 30 décembre 2003, p. 01 ; Patrick Graham, " Beyond Fallujah ", Harper’s Magazine, Jun. 2004, pp. 37-49 ; Gerry J. Gilmore, " Outreach Programs Point Iraqis Toward Road To Democracy ", American Forces Press Service, 17 février 2004, http://www.dod.gov/news/Feb2004/n02172004_200402172.html ; voir aussi Emily Harris, " Bridging Gap Between Iraq, Coalition Authority ", National Public Radio, 27 juin 2004, (4min. 40s.) http://www.npr.org/rundowns/segment.php?wfId=1979668

13 Mohammed Bazzi, " On Their Terms ; US Soldier reaches out to understand Iraqi tribal system ", Newsday, 21 december 2003, p. A05.

14 Pollack, " The Coalition Provisional Authority (CPA) must reach out to the Sunni tribal community, to eliminate their sense of grievance against the United States and so quell their support for the insurgency ", 2004.

15 Beaucoup de choses ont été écrites sur ce mouvement regroupant des marginaux, des laissés-pour-compte, des révoltés contre la ville et la modernité. Il est connu aussi pour sa milice, l’armée d’Al-Madhi au cœur de nombreuses préoccupations. Il est intéressant d’insister sur la diversité actuelle qui existe au sein du courant sadriste, sur ses différences au niveau régional, sa distance ou proximité avec l’Iran, au point que certains observateurs posent la question de savoir jusqu’à quel point Moqtada Al-Sadr dirige effectivement l’ensemble de son mouvement. Une chose est sûre, le mouvement sadriste est devenu omniprésent dans les rues chiites et de fait est devenu l’objet d’influences diverses. Voir, Mark Etherington, Revolt on the Tigris, The Al-Sadr uprising and the governing of Iraq, Cornell University Press, Ithaca, New York, 2005.

16 Ahmed S. Hashim, Ahmed S. Hashim, Insurgency and counter-insurgency in Irak, Cornell University Press, Ithaca, New York, 2006.

17 Malgré ses quatre étoiles et son passé brillant, le général David Petraeus est tombé, en 2012, sous le coup d’une affaire de mœurs. Après son passage remarqué en Irak, plus mitigé en Afghanistan, le général a été nommé chef de la CIA jusqu’au moment où fut assassiné par les jihadistes, à Benghazi, l’ambassadeur américain en Libye en 2012. Depuis cette date, les jours du général ont été comptés et il n’a suffit que d’une affaire de mœurs pour mettre un terme à sa carrière qui s’annonçait pourtant fulgurante. On a parlé de lui, au Pentagone, comme un des généraux les plus politiques depuis les années 1960.

18 David Kilcullen, The accidental guerrilla, fighting small wars in the Midst of a big one, Oxford, University Press, Oxford, New York, 2009 ; David Kilcullen, " Twenty-Eight Articles ", Military Review, vol. 86, n° 3, pp. 103-108.

19 Montgomery McFate, " anthropology and counterinsurgency : the strange story of their curious relationship ", Military Review, March-April, 2005 ; Montgomery McFate," the military utility of understanding adversary culture ", Joint Force Quaterly, n° 38, pp. 42-48.

20 Roberto J. Gonzales & David H. Price, " When anthropologists become Counter-Roberto J. Gonzales & David H. Price, " When anthropologists become Counter-Insurgents ", Counterpunch, Septembre 28 th, 2007 ; Roberto J. Gonzales (ed), Anthropology in the public sphere, speaking out of war, peace and American power, University of Texas Press, Austin, 2005 ; Hugh Gusterson, " Anthropology and militarism ", Annual Review, n° 36, pp. 155-175 ; Thomas E. Ricks, Fiasco, the American military adventure in Iraq, The Penguin Press, New York, 2006 ; Jackie Assayag, " L’anthropologue en guerre, Les anthropologies sont-ils tous des espions ? ", L’Homme, n° 187-188, 2008, pp. 135-168 ; Hosham Dawod, " Tribus et armée américaine en Irak ", Le Journal de l’École de Paris du management, n° 88, 2011 ; Marshal Sahlins, " Iraq, the state-of-nature effect ", Anthropology Today, vol 27, n° 3, 2011.

21 Department of Defense (foreword by, Lt. Gen. David H. Petreaus & Lt. Gen. James F. Amos), U. S. Army, Counterinsurgency handbook, Skyhorse Publishing, New York, 2007.

22 Joe Klein, " Operation Last Chance ", Time, July 9, 2007.

23 De nombreux témoignages sur les exactions des tribus coopérant avec les forces US sont apparus dans la presse, voir par exemple Peter Graff, Harsh justice where U. S. relies on Iraq tribes, Washington Post, September 4, 2007 http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/09/04/AR2007090400353.html

24 Ce sont les mêmes experts qui préconisent la promotion de la tribalisation des relations politiques dans l’ensemble du Moyen-Orient, tel l’israélien Amatzia Baran : " Si le gouvernement central à Bagdad maintient une structure solide de spécialistes des tribus, il a de bonnes chances d’être en mesure d’utiliser le système tribal pour accroître la stabilité sociale en zone rurale et de garder le pays en un seul morceau. Si au contraire il essaie d’ignorer les tribus et de démanteler le système tribal cela conduira à plus de déstabilisation et de conflits armés ", Amatzia Baram, " The Iraki Tribes and the Post-Saddam System ", Brookings Intitution : Iraq Memon° 18, 8 juillet 2003, http://www.brookings.edu/views/op-ed/fellows/baram20030708.htm.

25 Voir Lt Colonel Michael Eisenstadt, US Army Reserve, “ Tribal Engagement Lessons Learned, Military Review, September-October 2007 et le compte rendu de l’opération Alljah à Fallouja du Lt col. William F. Mullen, commandant du 2nd Battalion, 6th Marine Regiment : “ As for the awakening, that is more of a tribal thing. Tribes have little influence inside Fallujah because of how mixed up the population is “ , in Operation Alljah and the Marines of 2nd Battalion, 6th Regiment, 22 Aug 2007, http://www.captainsjournal.com/2007/08/22/operation-alljah-and-the-marines-of-2nd-battalion-6th-regiment/ ; voir aussi The Special Forces Plan for Pakistan Mistaking the Anbar Narrative, Captainsjournal. com, 26 Nov. 2007 http://www.captainsjournal.com/2007/11/26/the-special-forces-plan-for-pakistan-mistaking-the-anbar-narrative/. Par ailleurs, l’idée que l’expérience du Sahwa peut servir dans la tribale du Pakistan est mise en doute. Le New York Times a fait état d’un rapport « secret » du DOD qui prévoit d’envoyer des forces spéciales US pour organiser les tribus du Waziristan dans la lutte contre les Talibans et les Al-Qaïda (350 millions USD sur plusieurs années pour consolider un corps tribal des frontières de 85 000 hommes). Or les tribus dans cette zone sont impliquées de longue date dans des alliances et mésalliances récurrentes avec les services pakistanais et les combattants Talibans et Al-Qaïda, et contrairement aux irakiens d’Al-Anbar sont enclins à accepter le fondamentalisme de type salafiste. Voir Bill Roggio The Pakistan Problem and the Wrong Solution, Weekly Standard 11/21/2007, http://www.week-lystandard.com/Content/Public/Articles/000/000/014/383wutvv.asp et Eric Schmitt, Mark Mazzetti, Carlotta Gall, U. S. Hopes to Use Pakistani Tribes Against Al-Qaeda, New York Times, vol. 19, 2007, http://www.nytimes.com

26 In Lt Colonel Michael Eisenstadt, US Army Reserve, “ Tribal Engagement Lessons Learned, In Lt Colonel Michael Eisenstadt, US Army Reserve, “ Tribal Engagement Lessons Learned, Military Review, September-October 2007.

27 Hosham Dawod, " Les réactions irakiennes à la crise syrienne ", in François BURGAT & Bruno PAOLI (eds), Pas de Printemps pour la Syrie, Les clefs pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013), La Découverte, Paris, 2013.

28 Pour plus d’analyse, voir Hosham Dawod (sous la direction de), Tribus et pouvoirs en terre d’islam, Armand Colin, Paris, 2004.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/demopolis/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

Auteur

© Demopolis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search