Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La constante « Tribu »

 | 
Hosham Dawod

Tribus en zones de conflits

7. Des Somaliens, du clan et de la politique de la guerre (1991-2009)

Roland Marchal

Texte intégral

1Août 1991. À peine arrivé à Mogadiscio dans une ville surarmée et déjà prête à en découdre une nouvelle fois après le soulèvement contre Mohamad Siyaad Barre en janvier, nous visitions l’hôpital militaire où étaient soignés les blessés des combats qui se déroulaient alors à proximité de la ville de Gaalka’yo dans la région centrale. Nous étions accompagnés d’une amie somalienne récemment arrivée d’Italie où elle avait joué un rôle important dans la collecte de fonds pour l’opposition armée à la dictature. Dans une pièce où tout avait été pillé – comme ailleurs dans cet hôpital qui avait été l’un des meilleurs hôpitaux de la capitale – nous trouvions un jeune garçon couché sur un matelas à même le sol. Il était invalide, une balle dans la colonne vertébrale. S’il nous prêtait peu d’attention, il engageait une longue discussion avec notre amie, qui se conclut par un conseil. Il fallait quitter Mogadiscio, arrêter de financer cette guerre car l’argent était détourné par les dirigeants politiques et les chefs militaires à leurs seuls profits ; le clan, disait-il, sert juste à envoyer les gens à la guerre, mais ne se soucie guère des blessés ; il est un instrument de guerre, pas de paix.

  • 1 Jean Bazin et Emmanuel Terray (sous la dir.), Guerres de lignage et guerres d’État en Afrique, Par (...)

2La guerre civile, la stasis, est à l’origine d’un paradoxe. D’une part, elle est définie par excellence comme la guerre de tous contre tous, un moment où le lien social se défait et la vie n’est plus que le moment de l’affrontement généralisé, un modèle hobbesien rigide qui subsume la population en une somme d’individus privés de toute autre communauté que le désir de la survie1. De l’autre, elle est le moment d’un réagencement radical du social, de la polarisation identitaire, de la disparition de toute expression individualisante au profit d’identités collectives guerrières qui rendent compte et justifient la radicalisation de la société et l’unique logique qui soudain prévaut : la préservation d’un groupe au prix de la mort de l’autre.

  • 2 Savoir si ce conflit n’est que civil ne sera pas discuté dans ce texte, bien que la question mérit (...)

3La guerre civile2 en Somalie fournit un cadre particulièrement approprié pour réfléchir sur les nouvelles configurations du social et sur cette définition duale. Au-delà de cette interrogation proprement théorique, il y a également une dimension pratique dont on ne saurait faire l’économie puisqu’elle a structuré – y compris dans l’univers savant – les représentations de cette société et de la guerre qui s’y déroule depuis plus de deux décennies. Aussi le but de ce texte est moins de proposer une autre grille d’analyse que de souligner combien celle mise en avant le plus souvent est inadéquate pour mesurer les nouvelles configurations sociales qui ont émergé dans la durée de ce conflit.

  • 3 Pourtant, la présence de populations non somalies était évidente dans les zones agricoles du pays (...)

4Trop souvent, les conflits en Afrique ont été réduits à l’expression de compétitions ethniques violentes puisque ces pays étaient de jeunes États qui souffraient de frontières (forcément) artificielles et d’une construction nationale déficiente. La Somalie est un cas atypique car elle était considérée comme l’un des rares pays ethniquement homogènes sur le continent africain. Tel était le discours des nationalistes somaliens qui appelaient à une unification de toutes les populations somalies qu’elles fussent au Kenya, en Éthiopie, à Djibouti ou issues des deux colonies britannique (Somaliland ou nord-ouest de la Somalie après 1960) et italienne. Une ambition reflétée par l’étoile à cinq branches du drapeau somalien3.

  • 4 Ioan Lewis, A pastoral democracy, Londres, International African Institute, 1961.
  • 5 Ioan Lewis, Understanding Somalia and Somaliland, Londres, Hurst and Co, 2008. L’omission du Puntl (...)

5On sait le rôle que joua le modèle segmentaire construit par Evans Pritchard pour analyser les Nuer du Sud Soudan et appliqué avec talent au cas somalien par Ioan Lewis4. Cette lecture permit d’appréhender la scène politique, ses dynamiques et d’en légitimer certains fonctionnements tout en rendant compte du mode de fonctionnement du monde pastoral et en définissant un paradigme de l’identité somalie, que la guerre civile ne mettra que très partiellement en cause5.

6Le conflit armé qui débute dans les années 1980 dans le nord du pays et s’étend après 1989 dans le sud est un moment privilégié pour mesurer la valeur analytique de ce modèle segmentaire. La conclusion qui peut en être tirée – mais qui continuera à faire débat, n’en doutons pas – est que ce dernier a été incapable d’expliquer la formation et le comportement des acteurs collectifs durant ces deux dernières décennies tant ceux-ci ont été influencés par des acteurs globaux, matériels et immatériels. En effet, s’il y a une rationalité microsociologique qui mobilise le modèle segmentaire, le plus souvent, les acteurs politiques au niveau macrosociologique défient cette grille de lecture. Pour les analyser, il faut intégrer sans surprise de nouveaux paramètres. L’aide internationale, les intérêts des États occidentaux, ceux des États de la région, les migrations diasporiques, l’islam politique pour n’en citer que quelques uns sont aujourd’hui justement reconnus dans leur très grande différence comme des facteurs qui ont contribué à structurer une guerre civile d’une manière originale et ont rendu sa résolution plus difficile que si celle-ci n’avait été qu’une gigantesque vendetta comme le voudrait un certain discours universitaire maintenant la segmentarité dans un statut de deus ex machina pour expliquer tous les développements de ce conflit.

7Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, ce paradigme peut rendre compte de nombreux réagencements dans la crise somalienne, pas de tous et certainement pas des processus qui y conduisent. L’explication consiste souvent à construire une continuité entre une série d’événements en omettant de mentionner les scories des faits, les calculs et les alliances qui ont échoué, afin de faire coïncider mémoire et histoire. Cependant, la notion de clan a été questionnée de multiples manières et d’une certaine façon enrichie par la situation de conflit et il faut dépasser la simple critique du modèle anhistorique de la segmentarité.

8Le présent texte n’entend pas rentrer dans des considérations théoriques ou méthodologiques. Il se propose surtout de pointer l’importance acquise dans les années de guerre civile par l’histoire plus que les mécanismes formels de la parentèle et mettre en avant également le rôle de dynamiques souvent issues du monde extérieur qui ont incité entrepreneurs politiques ou militaires à faire preuve de créativité avec un usage insolite des traditions, inventées ou non, que le fonctionnement clanique (quelle que soit la réalité que l’on mette sous ce registre) avait transformées. Il voudrait ainsi souligner la profonde hétérogénéité des ensembles sociaux qui sont décrits sous le même vocable, le clan, considèré au même niveau de segmentation.

9Il s’agit donc d’illustrer quatre points essentiels. D’abord, il y a des différences synchroniques et diachroniques importantes entre clans somalis (considérés au même niveau de segmentation) dans la durée de la guerre. Si les clans fournissent les termes d’une langue pour décrire la guerre civile, sa grammaire ne peut en aucun cas s’appuyer sur le système généalogique. Un élément stratégique du succès ou de l’échec de la mobilisation clanique dans l’arène politique a plus à voir avec la microsociologie de la mobilisation des ressources qu’avec l’anthropologie tribale en tant que telle. Enfin, l’ascendant actuel de l’islam politique y compris dans ses déclinaisons les plus violentes illustre l’influence de la globalisation sur la société somalienne en guerre et rend compte également de l’échec des réponses structurées par le paradigme clanique apportées aux défis créés par l’environnement violent, l’insertion dans la globalisation et les acteurs extérieurs.

Le clan comme unité substantive

  • 6 Robert Patman, The Soviet Union in the Horn of Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 (...)
  • 7 Vali Jamal, " Somalia : an unconventional economy ", Development and change, n° 19, 1988 ; Massimo (...)

10Il est hors de question ici de revenir sur ce qu’on appelle les causes profondes de la guerre civile en Somalie, comme si elles se suffisaient pour éclairer la dynamique de l’affrontement et la situation qui prévaut aujourd’hui. Néanmoins, c’est le discours sur la compétition clanique qui a informé les explications de la crise et de l’effondrement de l’ordre politique et de l’État. En particulier, les effets de la guerre froide particulièrement prégnants dans cette région du continent6 ont été souvent mis hors jeu, de même que le délitement d’une économie de commande (c’est en Somalie que le FMI inaugure en 1979 sa longue liste d’interventions sur le continent africain)7 ou également l’épuisement du système de parti unique qui se manifeste également ailleurs sur le continent africain à cette époque.

  • 8 Le représentant le plus intéressant de cette école est bien sûr Ken Menkhaus : Somalia : State Col (...)

11Il ne s’agit pas ici d’opposer de meilleures causes à celles construites autour de justifications claniques. Le discours sur l’effondrement de l’État somalien qui nourrit tant la littérature8 aurait un soubassement moins journalistique s’il y avait eu une véritable analyse de la trajectoire de l’État somalien, au-delà des rappels nombreux et exacts des écarts entre la norme wébérienne et la réalité de l’État dans ce pays. Le succès de cette analyse l’a transformée en prescription puisque toute rivalité doit être perçue à l’aune de compétitions claniques. Dans la suite, on voudrait illustrer combien ces unités d’analyse sont hétérogènes donnant une assurance un peu illusoire au modèle segmentaire formel.

Histoire des clans

  • 9 Dans la littérature francophone, on pourra se reporter à Christian Bader ouvrage qui illustre tout (...)
  • 10 Lee Cassannelli in Markus Hoehne et Virginia Luling (sous la dir.),
  • 11 Francesca Declich, I Bantu della Somalia. Etnogenesi e Rituali Mviko, Milan, Franco Angeli, 2002.

12Comme le décrit le modèle segmentaire, tous les clans somalis sont inclus dans un arbre qui remonte jusqu’à des parents proches du Prophète9. Cette généalogie totale a suscité de nombreux travaux et exégèses sans qu’on puisse ici revenir sur des travaux souvent passionnants10. Classiquement, il y a quatre grandes familles claniques : les Hawiye (hégémoniques dans la région de Mogadiscio, le Haut et Bas Shabeelle, Hiiraan et une partie de Galgaduud), les Dir (surtout dans la partie occidentale du Somaliland, les zones côtières du sud de la Somalie mais aussi en de multiples zones à l’intérieur du territoire), les Rahanweyn ou Digil-Mirifle (surtout dans les régions de Baay et Bakool, mais aussi à Mogadiscio et dans les grandes villes du Nord comme où ils sont le plus souvent déplacés), les Daarood (surtout dans le Bas, Moyen Jubba, le Gedo, le Nord Est de la Somalie, la partie orientale du Somaliland, et une part de Galgaduud). À ces groupes les plus importants, il faut encore adjoindre les populations bantoues, souvent autochtones mais quelquefois issues du trafic d’esclaves du XVIIIe et XIXe siècles (Jareer, Makane, les dénominations variant suivant les zones d’installation)11. Leur nombre est sujet à caution mais elles constituent sans doute la plus importante minorité dans des régions comme le Bas Shabeelle. Mais évidemment, la marginalisation politique et économique induit souvent leur mise entre parenthèses. Enfin, il faut citer les communautés côtières issues des migrations du Golfe et de l’Inde depuis des siècles qu’on appelle Gibil Cad (« peau blanche » en Somali).

  • 12 Voir Lewis (2008) et Bader (1999).
  • 13 Par exemple dans la région du Gedo au milieu des années 1990, où l’influence des islamistes s’expl (...)

13Cette liste doit déjà être modulée par d’importantes nuances. Non seulement des contentieux existent entre certaines familles claniques : par exemple, vis-à-vis des Rahanweyn (et bien sûr les Bantous, exclus de toutes façons). Mais aussi, chaque clan inclut des groupes castés, sujets donc à certaines ségrégations liées à un épisode d’impureté dans l’histoire de leurs fondateurs12. Ces différences ont évidemment des implications sociales et politiques importantes13, notamment sur la forme de leurs élites politiques et le rôle (subalterne) joué dans un dispositif polarisé par le discours clanique traditionnel.

14La période qui précède le soulèvement contre Mahamed Siyaad Barre (Daarood/Marreehaan) et celle qui le suit ont été extrêmement violentes à Mogadiscio et ailleurs dans le pays. C’est sans doute durant ces moments que la dimension clanique de la guerre a été décisive dans les formes de violence qui ont monté aux extrêmes : des villages entiers ont alors été détruits, des populations anéanties pour cette seule raison. S’il est donc tragiquement aisé de tracer une ligne de front entre Daarood et Hawiye, il faut cependant raison garder.

  • 14 Impression d’ailleurs confortée par une visite de la ligne de front fin août 1991.

15Si les Somaliens n’ont pas le monopole de cet habitus des superlatifs, l’arithmétique de la bataille n’est pas celle du discours politique. Ainsi, dans l’épisode relaté en introduction, l’affrontement au sud de Gaalka’yo était décrit comme une guerre totale mais le faible nombre de blessés ramenés à Mogadiscio suscitait un doute sur les effectifs mobilisés et la violence des combats dans une zone rurale14. Avant le Rwanda, les termes les plus extrêmes furent utilisés sans qu’on sache bien s’ils entendaient décrire une situation de manière approximative ou s’ils relevaient du discours de guerre civile alors en Somalie.

16Plus sérieusement, il faut mesurer la résistible constitution des identités claniques dans cette période. Si aujourd’hui la très grande majorité des Somaliens retranscrirait ces événements comme un affrontement radical entre Hawiye et Daarood, cela ne fut pas un donné mais le résultat de stratégies politiques et militaires et peut-être comme souvent en Somalie la traduction d’une véritable division au sein de ces deux « camps ».

  • 15 Daniel Compagnon, “ The Somali opposition fronts ”, Horn of Africa, vol. XIII, n° 1 & 2, 1990.
  • 16 Il est caractéristique de cette bourgeoisie urbaine qui se développe à l’ombre du régime dans les (...)
  • 17 Il s’agit du Mouvement national somalien dirigé par ‘ Abdirahmaan Tuur (Somaliland), du mouvement (...)

17Dans les mois qui précédaient le soulèvement de Mogadiscio, en effet, le régime se retrouvait confronté à deux types d’opposition15. D’un côté, formé à l’initiative de la diplomatie italienne, le groupe du Manifeste qui rassemblait une grande partie de la bourgeoisie urbaine de Mogadiscio et d’hommes politiques de la période civile (1960-1969) et incluait donc Daarood et Hawiye : ces opposants appelaient à une transition politique négociée avec une démocratisation graduelle du régime et la libération des prisonniers politiques. Cette alliance composite, non dépourvue de profondes ambiguïtés, était conduite par Ali Mahdi Mohamed (Hawiye/Abgaal), un riche commerçant dont l’épouse travaillait à la présidence16. De l’autre, le régime devait faire face à une alliance d’organisations armées, présentes alors au Somaliland, dans la région centrale et dans le Bas Jubba dirigée par un triumvirat incluant un Hawiye, un Daarood et un Dir17 même si c’est le général ‘ Aydiid (Hawiye/haber Gidir/Sa’ad) qui est le plus connu à Mogadiscio. La fracture, on le voit, n’était pas clanique à ce moment là. Elle était politique et tenait fondamentalement aux formes de la transition. Fallait-il, comme le voulaient l’Italie et le Manifeste, une transition qui n’affecte que le sommet du régime sans remettre en cause ses soubassements politiques et militaires, une solution qui promouvait une continuité des élites ? Ou fallait-il mettre à bas un système qu’on estimait incapable de se réformer pour bâtir un nouvel ordre politique ?

  • 18 Roland Marchal, " Les mooryaan de Mogadiscio. Formes de la violence dans un espace urbain en guerr (...)
  • 19 Ainsi les multiples vendettas en milieu rural. Voir pour des exemples, Roland Marchal, chapitre So (...)

18Le basculement vers une opposition définie en termes claniques se fit sous l’effet de plusieurs dynamiques sans qu’on puisse indiquer la prééminence de l’une par rapport aux autres. D’abord, il y avait le rapport très particulier des élites politiques aux combattants alors recrutés presque exclusivement dans les zones rurales (souvent pastorales) ou dans les couches très récemment urbanisées18. C’est l’adéquation entre discours clanique et critique politique qui permettait la mobilisation guerrière et les deux camps utilisaient ces schèmes de mobilisation. Ensuite, la lutte pour le monopole de la représentation politique poussait les concurrents à aiguiser le registre identitaire. Ainsi, le régime isolé et affaibli par de nombreuses défections, entreprenait dès 1989 de diviser autant que faire se pouvait ses opposants19. Les services de sécurité, sciemment, crédibilisèrent l’impunité pour les Daarood et s’acharnèrent sur les Hawiye. Cette identification faisait rapidement système d’autant qu’elle était également brandie par les opposants radicaux inquiets d’une possible transition soutenue par la communauté internationale qui les mettrait hors jeu : le Manifeste n’apparaissait plus que comme le cheval de Troie des Daarood et d’un régime au bord de la chute.

19Ainsi on le voit, les agencements sociaux qui président aux alliances politiques n’ont rien de proprement mécaniques et ce discours clanique n’a réussi que de manière imparfaite à recomposer les camps politiques. De nombreux Daarood restèrent en effet dans le Manifeste et cette alliance politique ne s’effondrait réellement qu’avec l’intervention internationale de décembre 1992. De la même manière, les Hawiye restaient divisés et de novembre 1991 jusqu’en mars 1992 se firent la guerre inaugurant ces batailles de capitale qui auront lieu en Afrique dans les années 1990 (de Luanda à Freetown en passant par Brazzaville). L’analyse ici ne met pas en avant une manipulation ou une fausse conscience qui opérerait pour faire coïncider identités claniques et positionnements politiques. Elle insiste au contraire sur l’interaction entre stratégies d’acteurs désireux d’accroître leur soutien populaire et de miner celui de leurs opposants et des effets systémiques que personne ne pouvait contrôler.

20Il est intéressant contre un certain objectivisme de la « généalogie totale » des Somalis de revenir sur des dynamiques marginales qui soulignent le danger de construire un discours holiste.

21Si l’affrontement fut sanglant et releva de la guerre civile, il eut aussi des formes paradoxales. L’unité sociale stratégique chez les Somalis est le groupe qui paie collectivement le prix du sang (diyya paying group). Cependant, il n’est pas rare que celui-ci se divise sur l’opportunité de la guerre ou de la paix dans l’univers pastoral. La partie dissidente migre alors à longue distance de ses anciens parents. Il est fréquent qu’au terme de plusieurs générations, celle-ci soit intégrée dans la population locale et hérite d’une généalogie quelque peu bricolée. C’est notoirement le cas des Digil mais existe aussi marginalement dans d’autres clans. Malgré la polarisation clanique, de nombreux cas de sauvetage se produisirent simplement parce que les combattants conscients de leur double identité veillaient à ne pas tuer ceux qui, lors d’une génération antérieure, avaient été leurs proches parents.

  • 20 Pour financer la guerre, il fallait en effet faire porter l’effort financier par tous. D’où la rec (...)

22L’odyssée des Galgale est peut-être moins exceptionnelle qu’on le croît car beaucoup de clans ont eu à se réinscrire dans la généalogie totale et se sont retrouvés ainsi avec un statut qu’ils n’avaient pas auparavant20. Les Galgale étaient considérés jusqu’à l’été 1990 comme un sous-clans casté des Abgaal, le clan Hawiye le plus nombreux à Mogadiscio. Celui-ci était divisé mais fondamentalement sympathisait avec l’opposition politique civile ou armée. Le régime défia alors le sens commun et promut une généalogie alternative qui faisait de ce clan un groupe Daarood. En agissant ainsi, il escomptait gagner des forces supplétives qui connaissaient bien la capitale et pouvaient identifier et dénoncer les chefs Abgaal de l’opposition clandestine. Quant aux Galgale, ils quittaient le statut peu enviable de groupe casté pour une égalité pleine avec les autres clans somalis. Si une partie du groupe décida de combattre au côté du régime, la majorité tenta de rester extérieure au drame qui se jouait alors. Mal leur en a pris : beaucoup furent alors tués ou durent fuir vers le Sud avec les partisans du régime défaits. Mais Siyaad Barre avait gagné du temps et obligé les combattants Abgaal à se concentrer sur ces opposants potentiels plutôt que de faire la guerre à l’armée en tant que telle.

Anciens versus élites instruites

23L’arbre généalogique donne un sens d’égalité entre clans situés au même niveau de segmentation. Celui-ci est illusoire puisqu’il ne prend pas en compte, parmi d’autres aspects de la réalité, la démographie, l’urbanisation, les rôles politiques et économiques éventuels. Cela laisse de côté également les formes des élites traditionnelles ou instruites et leur insertion dans l’arène politique et économique. Par exemple, certains clans importants numériquement avaient très peu d’élites politiques (ainsi les Galje’el et les Haber Gidir/Saleebaan au sein des Hawiye) et donc ne jouaient qu’un rôle mineur dans l’arène politique alors que militairement leur poids était indéniable.

  • 21 Le début de la révolution en Éthiopie en 1974 est suivi avec attention à Mogadiscio. Dès 1974, un (...)

24Après le coup d’État d’octobre 1969, la reconnaissance du fait clanique était proscrite. Cependant, dès 1974 les chefs traditionnels étaient à nouveau mobilisés par le pouvoir pour recruter les combattants dans la guerre à venir avec l’Éthiopie ou collecter l’argent pour financer ce conflit21. Jusqu’en 1990, leur intermédiation était utilisée par le régime, répétant la logique coloniale ou innovant. La monétisation de leur influence et l’ascendant qu’exercent de façon croissante les plus nantis du clan ne datent donc pas du début de la guerre civile mais s’inscrivent dans la longue durée et ont été confirmés par la dictature.

25Lorsque la guerre civile éclatait, les anciens suivaient les miliciens vers la ville et devaient s’adapter à un environnement très différent de leur univers pastoral. En particulier, ils étaient courtisés par l’un ou l’autre camp (pour ne parler que des Hawiye ici) qui leur octroyait argent et habitation (conquise) en échange d’un appui dans la sourde compétition qui se menait alors. Rien n’y fit. Les anciens se révélèrent incapables de restaurer une unité sur la base de la proximité clanique.

  • 22 Markus Hoehne, “ Mimesis and mimicry in dynamics of state and identity formation in northern Somal (...)

26Le Somaliland fait figure d’exception car on attribue aux anciens le succès d’une réconciliation lors de la conférence de Boorama en 1993 et le maintien d’une paix civile sans commune mesure depuis avec la situation au Sud22. Pourtant, il n’est pas sûr que le cheminement des anciens au Somaliland ait été si différent de ce que s’est passé ailleurs en Somalie. Une différence stratégique cependant ne peut être niée et touche à la représentation : au niveau des groupes qui payaient ensemble la diyya dans le premier cas ; à l’avenant dans le second.

27Au Somaliland, pratiquement l’ensemble de la population (en tout cas les Isaaq qui constituent un clan majoritaire) était affectée par la guerre à partir de 1988, les élites urbaines étaient éliminées ou partaient en exil très tôt ; aussi les anciens jouèrent un rôle stratégique dans l’organisation de la guerre puis dans la décision de déclarer l’indépendance en mai 1991. Ce rôle central évoluait rapidement avec l’arrivée de Mohamed Ibraahim ‘ Igaal à la présidence du Somaliland en 1993. À partir de ce moment là, les anciens étaient réinscrits dans un dispositif tout à fait similaire à celui mis en place par Mahamed Siyaad Barre : ils furent réduits à un rôle second, durent prouver leur utilité. Dans le sud du pays, la situation était très différente car la population rentrait dans la guerre de façon très inégale, les élites urbaines demeuraient actives et la monétisation de l’influence était déjà bien passée dans les mœurs.

28Mais on pourrait aussi souligner une autre spécificité absente de la discussion bien qu’importante. Le paiement de la diyya n’est pas simplement un problème clanique, c’est aussi un problème de résidence. Si un lignage particulier n’arrive pas à s’acquitter du prix du sang en mobilisant les membres de son diyya paying group qui résident à proximité, il recourt à l’aide de la parentèle la plus proche même si celle-ci ne fait pas formellement partie du diyya paying group. Cette montée dans l’arbre généalogique va au-delà puisque les lignages sont déplacés par l’urbanisation, l’économie moderne et la guerre. Donc, l’identification au seul diyya paying group n’est pas aussi obligé qu’il l’est dans une société pastorale comme celle du Somaliland.

29Les relations entre anciens et élites instruites ont aussi été considérablement redéfinies par l’action (et le discours) des acteurs internationaux. En effet, dès l’arrivée de Mohamed Sahnoun, envoyé spécial de Boutros Boutros-Ghali en Somalie au printemps 1992, les internationaux cherchaient à diversifier leurs interlocuteurs puisque les chefs de faction étaient perçus comme des prédateurs sans aucun respect pour l’ordalie infligée à la population civile et peu capables de mettre en œuvre des accords signés au terme d’harassantes négociations. Peu importe les qualificatifs : la société civile devenait soudain synonyme de leaders coutumiers et d’anciens. Cela n’était pas forcément l’idée la plus contestable même on leur demandait d’assumer des tâches qui n’étaient plus du tout traditionnelles…

30Quid des clans qui ne disposaient pas d’un chef traditionnel « suprême » ? Ces derniers, faute d’Ugaas, de Suldaan, de Malek, n’avaient plus droit au chapitre puisqu’ils ne pouvaient être représentés que par un collectif de chefs jugé donc de moins grande prééminence. C’est ainsi que dans les années 1990, dans le sud de la Somalie, on a vu soudain apparaître des chefs traditionnels inexistants avant la guerre civile. Ce dispositif, dont la crédibilité interne était liée à la quantité de ressources soutirées aux internationaux, a été ensuite formalisé d’une manière encore plus drôle : les clans les plus impliqués en politique ont alors – selon des procédures arbitraires qui feraient rougir de honte Ioan Lewis, désigné un chef politique et un chef traditionnel. En quelque sorte, une réponse du berger à la bergère… Les élites instruites n’étaient pas disposées à abandonner aussi facilement leurs prérogatives. Les conditions de formation de ces élites et les relations développées avec l’État devraient susciter d’amples commentaires. Par exemple, certains sous-clans s étaient mieux dotés que d’autres en élites militaires. Ainsi le général Mahamed Faarah ‘Aydiid inquiétait nombre de Somaliens (y compris Hawiye) pour une double raison. D’une part, sans qu’on puisse démêler le vrai du faux, il aurait été impliqué dans plusieurs tentatives de coups d’État en 1969 et en 1979 ce qui crédibilisait l’accusation portée contre lui en 1991 de vouloir une nouvelle fois tenter un coup de force contre son concurrent civil, Ali Mahdi Mahamed. De l’autre, il appartenait à un clan où le nombre d’officiers était particulièrement élevé et faisait craindre qu’il ne s’agisse pas seulement d’un comportement individuel mais d’une logique de corps.

31Les élites modernes ont conservé une prééminence mais les élites traditionnelles se sont enrichies en dépit d’une perte de légitimité croissante. Une des raisons est la gestion de l’unité clanique. Pour conserver ou regagner une unité clanique, les anciens n’hésitèrent pas à coopter des élites modernes qui avaient appartenu à l’autre camp. En faisant cela, les premiers faisaient preuve d’un certain réalisme par rapport aux attentes de leur base sociale et paraient aux conséquences d’une opposition maintenue qui ne pourrait que croître. Ainsi, l’actuel président du Somaliland est un colonel qui a travaillé jusqu’au dernier jour du régime Siyaad Barre dans les Renseignements militaires (à l’instar de plusieurs ministres de son cabinet d’ailleurs).

32D’une manière finalement assez peu différente, lorsque était tentée la mise à l’écart des dirigeants militaires promus par la guerre lors de la conférence d’Arta au printemps 2000 à Djibouti, les représentants de la « société civile » qui se mettait en avant avaient deux caractéristiques majeures. Ils provenaient de la diaspora et/ou avaient souvent été actifs dans les structures du parti unique dans les années 1980 avant de s’éclipser au début de la guerre civile. Ce qui s’est produit depuis n’a fait qu’aiguiser encore ces singularités.

33Aujourd’hui, plus de 370 députés sur les 550 que compte le Parlement sont détenteurs d’un passeport non somalien.

Le contrôle du clan

34Si on évoque beaucoup les polarisations claniques, on s’est moins intéressé aux formes de contrôle du clan que les chefs politiques ont mis en place avec plus ou moins de succès. Ceci d’ailleurs permettrait de mieux saisir les singularités des trajectoires régionales dans la guerre civile somalienne.

35Tous les clans n’adoptèrent pas la même attitude pour contenir les différences politiques. Dans certains, peut-être à cause de leur faible capacité à mobiliser des élites modernes, ces différences ne suscitaient pas réellement de fractures, au contraire. Il valait mieux être présent partout et veiller à ce que jamais la compétition armée entre factions rivales n’ait d’effets dirimants sur les solidarités horizontales. Les Hawiye/Haber Gidir/Saleebaan sont sans doute à ce niveau un véritable paradigme.

36Au Somaliland, s’opposer à son diyya paying group était risqué. La relative rigueur de la représentation politique, l’influence aussi du mode de production pastoral rendaient une opposition frontale à une décision collective mal aisée. Mais tout est affaire de nuances. Interrogés au début des années 1990 sur les Somalilandais qui avaient continué de travailler avec Mahamed Siyaad Barre en dépit de la répression dans cette région du pays, la réponse des anciens était double. D’une part, ceux qui avaient fait un tel choix étaient quelques rares individus achetés par le régime et en aucun cas représentatifs de leur lignage ou clan. De l’autre, puisqu’ils étaient dans des positions d’autorité (relative), ils pouvaient toujours sauver l’un ou l’autre et travailler à la promotion des intérêts de leur clan…

37Dans le sud du pays, l’individuation était plus grande et donc la question de la représentation beaucoup plus difficile à gérer. Il n’était pas rare qu’un chef de faction interdise militairement des velléités de débat au sein de son propre clan tant il craignait d’être critiqué. Ce fut le cas de Mahamed Qanyere Afrah à plusieurs moments à la fin des années 1990 et au début des années 2000. De la même manière, au début des années 1990, il fallait l’imprimatur de Mahamed Faarah ‘Aydiid pour qu’une réunion de son propre clan puisse se tenir. Ce qui est important et ce dont le discours sur les « seigneurs de la guerre » ne rend absolument pas compte, c’est la quantité d’énergie, de temps et d’argent dépensée alors par les chefs politiques pour contrôler ou contraindre leurs propres clans afin d’éviter des dissensions internes.

38Ainsi, le général ‘Aydiid (Hawiye/Haber Gidir/Sa’ad arriva à Mogadiscio, les anciens Hawiye ne lui étaient pas favorables en grande majorité. Il lui fallut dix mois et trois confrontations violentes pour gagner un appui substantiel sans jamais être total de la part des Hawiye. Mais en novembre 1991, il avait par la conviction ou la crainte réussi à faire basculer des anciens Haber Gidir influents de son côté au point de pouvoir interdire toute expression d’une opposition à sa direction. Les opposants n’avaient que deux alternatives : soit quitter le pays soit aller vivre dans des zones contrôlées par ses ennemis au risque de devenir plus impopulaires encore.

39Cette situation perdura jusqu’en juillet 1993 lorsqu’un hélicoptère américain lança un missile contre la résidence où étaient réunis les anciens Haber Gidir qui le soutenaient mais débattaient des conséquences de la résolution 837 du Conseil de sécurité adoptée après l’assassinat des casques bleus en juin 1993. Cette action militaire était clairement un crime de guerre (aucune sommation ne fut faite, la réunion était civile, etc.) mais elle affaiblit stratégiquement ‘Aydiid car, à partir de ce moment là, il ne disposait plus des anciens les attachés à ses ambitions et le débat clanique allait reprendre peu à peu.

40L’exemple du général ‘Aydiid a été pris car il est sans doute le leader qui aura été le plus charismatique à un certain moment et celui dont le discours public aura été le plus national (iste). Contrairement à cette imagerie (qui reflète une part de vérité), il faut admettre qu’il avait un besoin vital d’un contrôle clanique et a vu son influence se réduire lorsqu’il n’a plus été en position de circonvenir le débat proprement clanique au sein de ses partisans.

Faire la guerre

  • 23 Roland Marchal (1993).

41La dimension clanique a également joué un rôle important dans l’appréciation du risque dans la guerre. Sans répéter ici une analyse faite ailleurs sur les conditions de la violence et sa prédictibilité23, ce sont ces règles qui ont évité une situation proprement hobbesienne en Somalie justement parce qu’à l’inverse d’autres conflits civils, le tissu social n’avait été détruit et que de nombreuses règles, dont celles de la parentèle, ont continué à fonctionner. Depuis décembre 2006 et l’intervention éthiopienne, ce sont ces règles qui se sont défaites et qui aujourd’hui semblent laisser peu de chances à une normalisation en Somalie.

42Les transformations induites par la prééminence de l’univers milicien transformaient peu à peu les paramètres du pouvoir dans la société somalienne. Mahamed Siyaad Barre avait à sa dévotion une équipe ministérielle et de hauts fonctionnaires où tous les clans se devaient d’être représentés. Ces clients servaient ensuite à identifier à l’intérieur de leurs propres clans les personnels qui devaient/pouvaient être promus pour s’assurer d’un appui. En fait, dans de très nombreux cas, ces clients avaient surtout œuvré à la consolidation du pouvoir de leur lignage stratégique au sein de leur clan. Par exemple, chez les Murosade, beaucoup d’hommes (et de femmes) d’affaires appartenaient au sous-clan de Mahamed Sheekh ‘Ismaan, un officier supérieur qui avait été de nombreuses fois ministre de l’Économie et des Finances et en avait retiré une véritable fortune. Ceci n’impliquait nullement que tous les membres de son sous-clan bénéficiaient de cette rente de situation mais les opportunités étaient plus nombreuses pour eux que pour les autres.

43Lorsque la guerre civile éclata, cette hiérarchie interne était remise en cause. Le nombre d’anciens ministres ou de hauts fonctionnaires n’avait plus grande signification dans un contexte où l’appareil d’État n’existait plus. Seuls comptaient alors le nombre de miliciens qui pouvaient être mobilisés dans la guerre et la richesse des cotisations pour subvenir à leurs besoins, acheter des armes lourdes et des munitions. D’autres sous-clans que ceux qui avaient été promus durant la dictature pouvaient être plus nombreux et plus impliqués dans la guerre. Du coup, le monopole de la représentation politique évoluait. Par exemple, le sous-clan Abgaal d’Ali Mahdi devenait beaucoup plus influent que celui de l’ancien vice-président de la république. Chez les Murosade, le sous-clan de Mahamed Qanyere Afrah n’était pas le mieux loti mais disposait d’une force combattante sans commune avec le sous-clan de Mahamed Sheekh ‘Ismaan.

44Si ce phénomène était général dans les années 1990, il n’était pas accepté de gaîté de cœur par les perdants. Sans surprise, la fameuse conférence d’Arta en 2000 a été l’un des moments où les anciennes élites ont voulu revenir sur le devant de la scène. En ce sens, l’opposition entre « société civile » et « seigneurs de la guerre » mise en avant par les donateurs était un marché de dupes (une fois de plus) : on aurait pu mettre l’accent sur la tentative de restauration qui prenait forme sous la guise d’une réconciliation contre le monde milicien.

LE CLAN COMME RELATION

45On voudrait dans cette seconde partie s’intéresser davantage aux interactions entre clans et souligner cette fois encore combien les répertoires de pratiques ont fait un usage intensif de l’histoire et d’emprunts extérieurs mais n’ont pu empêcher la continuation de la guerre.

46On voudrait également aborder des domaines qui ne figurent pas toujours dans les priorités pour saisir la crise somalienne. D’abord, le marché matrimonial car les transformations en cours auront un impact profond sur la civilité somalienne sans doute en construisant de nouvelles ségrégations bâties sur des entendements particuliers de la guerre civile. Une analyse de la situation économique intérieure somalienne montrerait combien la reconstruction politique était en retard avec la reconstitution d’un marché national, le retour des investissements et le retour d’une forte croissance économique. Las ! La guerre contre le terrorisme a profondément altéré cette donne et l’on peut considérer à certains égards qu’il faudra tout reprendre. Ceci éclaire les deux autres points abordés : la définition de la citoyenneté où les malentendus avec la communauté internationale désireuse de voir un État fédéral être mis en place sont multiples et la résurgence de l’islam politique, y compris dans ses options les plus violentes, qui constitue une critique radicale des options explorées jusqu’à aujourd’hui.

Un marché matrimonial plus limité

  • 24 Anna Simmons, Networks of dissolution. Somalia Undone, Boulder, Westview Press, 1995.

47Le mariage constitue un enjeu essentiel dans la guerre civile somalienne comme il l’avait été d’une certaine manière dans les années la précédant24. Trop souvent, en effet, on oublie que les épouses et les mères ont joué un rôle important dans les systèmes d’alliances qui se sont mis en place dans la guerre civile. En effet, si l’identité est patrilinéaire, la sociabilité est autrement plus développée avec la famille de la mère.

48L’endogamie n’est pas une pratique courante en Somalie et était rare sous la dictature de Siyaad Barre. Certes, certains sous-clans étaient connus pour entretenir des relations étroites et les mariages y demeuraient un mécanisme d’alliances particulièrement prisé. Mais dans le monde urbain, il n’était pas rare qu’il relève d’une décision d’ordre seulement familiale, d’autant plus sûrement que la classe sociale d’appartenance était élevée. La seule exception notable et reconnue de tous était constituée par les Gibil ‘Ad qui avaient un taux d’endogamie sans commune mesure avec le reste de la société somalienne.

49Cela ne signifiait pas que le marché matrimonial était dépourvu de règles strictes et relevait de décisions de sujets individuels. Chaque espace social disposait de régulations relativement explicites et, même si la période de la dictature a été de ce point de vue une période plus libérale, mieux valait s’en tenir à la norme. En particulier, malgré les efforts réels du régime, le mariage de Somalis avec des membres de groupes castés ou des Bantous demeurait une exception proprement exceptionnelle devrait-on dire.

50Lorsque la guerre civile éclata dans le Sud, les mariages furent interrompus pendant plus d’un an. Ils ne reprirent massivement qu’après l’intervention internationale en décembre 1992. Mais il devint rapidement évident que les règles avaient changé.

  • 25 Hibo Yassin, thèse de mastère en sciences politiques, université de Turin, 1997.

51D’abord, le mariage était devenu plus facile à conclure qu’auparavant. En effet, la situation générale rendait peu probable l’obtention d’un travail stable, la propriété d’une maison où le nouveau couple aurait pu/dû s’installer. La dote était donc réduite et les arrangements nombreux. La survie était le mot clé et un certain nombre de mariages de cette période témoigne de stratégies familiales très claires pour sauvegarder ce qui pouvait encore l’être. Par exemple, à Merka et à Mogadiscio, les jeunes filles issues de clans Gibil ‘Ad se mariaient avec des membres de clans puissants militairement, souvent d’ailleurs même à des miliciens, car cela donnait l’assurance d’une protection efficace du petit commerce qui maintenait leur famille25. La poésie se réfugie là où elle peut.

52Ces évolutions n’affectaient pas que les clans les plus faibles militairement et qui cherchaient donc à s’inscrire dans un champ matrimonial où la protection était un élément essentiel. Même dans des clans puissants, la politique éclairait soudain les choix amoureux. D’abord, il y eut la quête de parents proches ou éloignés des leaders qui semblaient devoir acquérir la maîtrise du pays. À un certain moment, il fallait épouser un Sa’ad (sous-clan du général ‘ Aydiid) comme avant on avait recherché un conjoint du lignage de Siyaad Barre. Réciproquement, certains Sa’ad entendaient se marier avec des membres de sous-clans Hawiye importants militairement (par exemple, Hawiye/Haber Gidir/’Ayr ou Saleebaan) afin de consolider une alliance qui pourrait un jour vaciller.

53Mais, au-delà de ces considérations affectant surtout les alliances avec les lignages des leaders politiques se manifestait de manière plus profonde une tendance plus forte qui faisait figure de leçon tirée de la période précédant la guerre civile. Dans le choix du conjoint, il fallait d’emblée anticiper la possibilité du conflit. En effet, durant les années 1970 et 1980, dans l’univers urbain, les mariages entre Daarood et Hawiye ou Daarood et Dir n’étaient pas rares. Mais lorsque l’affrontement était devenu inéluctable, les couples s’étaient quelquefois déchirés, souvent séparés dans la rancœur. Dans la mesure où aucune stabilisation crédible ne prenait forme, il fallait donc anticiper et minimiser le risque de telles crises familiales. Le marché matrimonial se rétrécissait d’autant.

54Les conséquences à moyen terme d’une telle évolution sont sans doute très négatives car les mariages demeurent des dispositifs d’alliances particulièrement significatifs. Même la guerre civile a souligné combien les couples « mixtes » pouvaient jouer un rôle important pour restaurer le minimum de confiance nécessaire à la reprise du dialogue, si ce n’est la fin de l’inimitié. Ce rétrécissement du marché matrimonial est manifeste en milieu urbain. Il n’a en apparence que peu d’incidences dans le monde rural. Cette description nécessite sans aucun doute de nouvelles recherches d’autant qu’elle apparaît aujourd’hui encore plus paradoxale, en raison de l’ampleur des déplacements de populations et aussi la transformation de la hiérarchie sociale guerrière où Rahanweyn et Bantous (pour ne prendre qu’eux) ont gravi les échelons aux dépens des clans somalis les plus forts au début de la guerre civile.

55Mais peut-être la référence islamique permettra-t-elle d’accepter pratiquement cette remise en cause radicale d’une taxinomie sociale essentielle ? Certains dirigeants jihadistes somaliens ont invité dix fois les combattants étrangers à les rejoindre dans leur guerre et leur ont promis de les laisser marier leurs filles et de leur attribuer des terres. Peut-être une façon de dire qu’ils seraient mieux accueillis que dans le triangle sunnite irakien où que seule la foi compte dans la société qu’ils veulent reconstruire. L’opinion publique somalienne a réagi diversement à ces discours, beaucoup expliquant qu’ils provenaient de Rahanweyn, un groupe qui s’est justement constitué par l’accueil des migrants. Voilà comment le révolutionnarisme des jihadistes peut être reconverti en traditionalisme clanique !

Une économie oligopolistique

  • 26 Cette section reflète les conditions d’une enquête menée en Somalie d’octobre 1995 à février 1996. (...)

56L’un des hommes d’affaires les plus proches du général ‘Aydiid en 1991 faisait preuve d’une lucidité surprenante en affirmant que ce qui se passait alors en Somalie n’était sans doute pas une révolution politique (une bonne partie de l’ancienne élite se retrouvant à nouveau dans des positions dominantes grâce aux amnésies claniques) mais très certainement une révolution sociale au sens où les milieux économiques ne seraient plus jamais ce qu’ils avaient été. En effet, la disparition de l’appareil d’État impliquait aussi celle d’une couche d’entrepreneurs qui avaient prospéré dans son ombre et s’étaient finalement comporté comme des parasites ou les prête-noms de ministres qui devaient encore faire preuve de quelque pudeur par rapport aux grands donateurs. La nouvelle situation et l’insécurité régnante mettaient également la question de la protection comme première condition de l’accumulation et dégradait ainsi l’importance du capital (d’autant que tout le système financier s’était effondré dès 1989). Surtout, la nature ayant horreur du vide, un nouveau groupe jusqu’alors dominé pouvait collectivement prétendre à remplir ce rôle : les commerçants de l’informel des années 1980 qui avaient déjà acquis une grande maîtrise dans la gestion de l’insécurité et une réelle connaissance de certains marchés d’approvisionnement comme Dubaï, Djedda et Aden26. Certes, les trajectoires des milieux d’affaires ne sont pas les mêmes suivant que l’on considère le sud de la Somalie, le Somaliland (où les grands commerçants de Djibouti contrôlent le marché et l’État, devrait-on rajouter) et le Nord-Est (Puntland) où l’économie de réexportation est l’essentiel.

  • 27 Tol iyo fardo, tol baan doortay qu’on peut traduire littéralement par " entre la richesse et mon c (...)

57Un proverbe somalien affirme qu’il n’est pas de richesse plus précieuse que le clan27. De fait, le vrai débat touche aux formes de l’économie de protection qui se met en place avec la guerre civile. La réponse trouvée est simple et fonctionnelle : les entrepreneurs protègent leurs affaires grâce au clan et doivent en échange rendre leur clan plus puissant, en finançant ses leaders politiques ou en achetant des armes lourdes qu’ils mettent à disposition en cas de confrontations importantes. Évidemment, ce raisonnement n’est pas valide sans contexte puisque aucun clan ne dispose d’une véritable suprématie régionale. Il faut donc dans le même temps penser les conditions de sa supériorité et celles de ses alliances. Cette dimension de don et de contre don est intéressante à analyser dans la variété de ses entendements.

58Par exemple, les nouveaux entrepreneurs n’étaient pas spécialement timides pour exiger le soutien de leurs parents : « utilisez ma compagnie pour que la richesse reste en notre sein » est un slogan souvent entendu dans la guerre civile. Un tel comportement était tout à fait congruent avec les origines sociales de ces opérateurs, souvent des nomades récemment urbanisés qui avaient combattu et proposaient une vision très clanique du marché. On comprend bien qu’un tel discours constitue implicitement une critique négative des autres opérateurs accusés non pas d’offrir des biens médiocres ou des services de moindre qualité, mais de n’être pas du bon clan. La Somalie fournit de ce point de vue un exemple assez rare de l’usage intensif de publicité négative. Cette logique d’action explique aussi pourquoi la compétition sur le marché n’a jamais été seulement définie par la qualité des biens ou services proposés ou par leur prix.

59Cette réalité pourtant devait elle-même prendre en compte le fait que peu d’entreprises pouvaient subsister dans le cadre étroit des territoires protégés par la parentèle et qu’il fallait donc trouver les moyens de dépasser cet espace quelque peu étriqué sans prendre des risques trop grands. Ceci a été possible grâce à la réactualisation d’un dispositif social utilisé dans la période précoloniale : les caravanes pour circuler partout se mettaient sous la protection d’un abbaan, c’est-à-dire du chef d’un lignage puissant qui affirmait ainsi que toute attaque contre la caravane serait interprétée comme une attaque contre son propre lignage qui évidemment réparerait l’insulte. Ce dispositif permettait la mise en place d’un commerce réticulaire de longue distance dans de bonnes conditions.

60C’est dans un tel cadre qu’il faut analyser le succès des compagnies de télécommunications en Somalie, compagnies basées sur l’actionnariat non seulement parce qu’il fallait diviser les risques d’un investissement coûteux mais également avoir accès à un marché le plus large possible pour pouvoir rentabiliser au plus vite l’investissement. Mais, cette logique est aussi à l’œuvre lorsqu’on évoque le commerce d’importations de biens de consommation courante et de nourriture (sucre, riz, farine). Le but est toujours celui de mutualiser les risques et d’éviter un label clanique sur des biens qui doivent atteindre toutes les localités.

  • 28 Roland Marchal, “ Illégalismes monétaires et guerre civile : le cas de la Somalie ”, in Jean-Louis (...)

61Plus paradoxalement, cette même logique a été employée lors de l’impression et de la mise sur le marché de « fausse monnaie »28. En associant des grands commerçants issus des principaux clans somaliens, les initiateurs entendaient prouver que ces nouveaux billets n’étaient pas un moyen pour un clan particulier de s’attribuer des profits considérables. D’une certaine façon, puisque les délinquants appartenaient aux grands clans somaliens, il n’y avait plus délit : les bénéfices pouvant aller indirectement à tous. Ce procédé fournissait une alternative à une manière de faire beaucoup plus centralisée et patrimoniale qui avait échoué fin 1991 et 1992 lorsque Ali Mahdi avait mis en circulation des billets de nouveaux shillings (le Na). Une nouvelle expérience semble prendre forme sous nos yeux puisqu’au printemps 2010, le gouvernement fédéral transitoire assuré du mutisme de ses soutiens occidentaux a fait imprimer de nouveaux billets qu’il essaie de mettre en circulation en dépit de l’hostilité des gouvernements du Puntland et du Somaliland et de son opposition civile et armée, sans même mentionner son propre isolement puisqu’il ne tient que cinq des 16 districts de la capitale, Mogadiscio.

62Quelle structure de marché émerge d’une telle situation ? D’abord, mais les lecteurs d’Adam Smith, n’en seront pas autrement surpris, l’absence d’État ne signifie pas une libéralisation totale de l’économie, loin de là. Sans avoir recours à Karl Polanyi on peut comprendre comment ce marché se construit comme une structure olipolistique bâtie sur la gestion de la pénurie. Les opérateurs économiques semblent réagir en utilisant successivement deux logiques extrêmes. Dans un premier temps, il s’agit d’éliminer le nouveau concurrent et il n’est pas rare que soudain les prix baissent en dessous des coûts réels : du véritable dumping. Lorsqu’il faut se rendre à l’évidence et accepter le maintien sur le marché de ce concurrent, on négocie conjointement les prix.

U dashay/Ku dashay et la reconstruction d’une nation somalienne

63La Somalie n’échappa pas à la question de l’autochtonie et à la tentation de se reconstruire à partir des clans. Evidemment, l’entendement peut être radicalement différent de qu’en attendent les donateurs occidentaux qui ont fait du modèle fédéral la solution à la crise somalienne, sans trop se demander ce que les Somaliens eux-mêmes comprenaient et mettaient sous un tel terme. Dès lors que le statut d’une personne sur un territoire donné est posé, il y a en effet une distinction forte entre U dashay et Ku dashay. Dans le premier cas, le statut est lié à l’appartenance au clan qui prétend posséder le territoire. Dans le second, au contraire est mis en avant le droit du sol : son statut est lié à son lieu de naissance, pas à son clan. La Somalie connaît deux expériences qui illustrent ces possibilités.

64Le Somaliland qui a déclaré son indépendance en 1991 justifie cette revendication par le fait colonial et quatre jours d’indépendance avant de fusionner (volontairement) avec la Somalie italienne devenue indépendante le 1 er juillet 1960. La citoyenneté y est donc attachée au droit du sol et à la naissance dans cette ancienne colonie britannique. Le problème est que les Isaaq, clan majoritaire, sont considérés par définition comme citoyens du Somaliland quand bien même ils sont nés ailleurs. Cette extension clanique de la nationalité est plus contestée quand il s’agit d’autres clans Dir (Gadabursi et ‘Iise) ou Daarood (notamment Dhulbahante et Warsangeli). De plus, la domination de l’administration par les Isaaq est telle que l’adhésion des autres groupes est souvent analysée comme une position purement tactique plus que comme un choix stratégique. Rien n’est dit sur les résidents anciens qui appartiennent à d’autres clans mais ne peuvent prétendre à des droits politiques significatifs.

  • 29 Un argument très bien finement développé par Markus Hoehne (2009).

65Le Puntland est lui aussi un cas plus ambivalent qu’il ne semble a priori. La charte du Puntland créé en 1998 définit ce territoire comme le pays des Harti (une subdivision des Daarood) mais indique aussitôt les divisions administratives (de l’ancien régime) qu’il revendique comme territoire. En est exclue une ville comme Kismaayo pour laquelle les Harti se sont battus avec déterminations au début des années 1990. Le fait d’avoir choisi comme nom Puntland laisse croire qu’un tel territoire existait à un moment donné dans l’histoire : rien de plus faux mais les dirigeants de cette région voulaient concurrencer le Somaliland sur son propre terrain d’autant qu’ils revendiquent deux régions (Sool et Sanag) constitutives du Somaliland29. Inutile de préciser que les relations entre ces deux entités sont difficiles, émaillées d’affrontements. Il s’agit donc de deux tentatives de reconstruction étatiques rivales tant en termes de territoire que de méthode. Certes, aujourd’hui, les deux sont la cible des jihadistes somaliens (et de leurs amis étrangers) et coopérent sous l’impulsion des services de renseignement occidentaux.

66Il est hors de propos ici de tirer un bilan de ces deux expériences. Force cependant est de constater que dans les deux cas la paix civile a été largement maintenue mais que la (re)construction étatique a été très limitée, au point de faire craindre un effondrement si les coups de boutoir des islamistes radicaux devaient être plus forts. Certains dans la communauté internationale voudraient voir une telle expérience être répétée au sud. Cela semble improbable non seulement parce que les conditions politiques sont notoirement différentes mais également parce que les bases sociales et économiques ne sont pas les mêmes. Au sud, il n’existe pas de clan dominant à un titre similaire à celui des Isaaq au Somaliland (et des Majeerteen au Puntland). Les clans sont dispersés et cette dispersion crée des ambitions nouvelles, questionne le statut de certains territoires, les mécanismes traditionnels de gestion de la terre. Bref, rien qu’à considérer l’urbanisation et l’agriculture commerciale, pour ne prendre que ces deux paramètres, qui ont considérablement reconfiguré les territoires claniques et, sauf à vouloir créer de nouveaux affrontements, il semble impossible aujourd’hui de créer des structures régionales avec un minimum de réalité sans d’emblée susciter des conflits. La seule alternative serait de penser autrement la frontière mais faire preuve d’une telle imagination politique est aujourd’hui improbable alors que de très nombreux Somaliens sont convaincus que leur pays est en voie de balkanisation accélérée.

  • 30 Roland Marchal, " Resilience of a city at war : territoriality, civil order and economic exchange (...)

67Mogadiscio (ou Kismaayo) est un exemple tout à fait intéressant des problèmes posés30. Ainsi en janvier 1991, dès la nomination d’Ali Mahdi comme président de la Somalie par ses proches, les anciens Abgaal ont exigé le départ des combattants Haber Gidir (du clan du général ‘ Aydiid donc) vers leur territoire (clanique) dans la région centrale. Il s’agissait évidemment de priver ce dernier de ses partisans dans la capitale et de souligner que tous les nouveaux arrivants de la région centrale n’étaient plus bien venus maintenant que le dictateur avait fui. Étaient mis sur le même pied les « combattants du dimanche » (l’insurrection dans la capitale débute le dimanche 30 décembre 1990), ceux qui étaient arrivés dans les années 1980 avec l’ouverture économique et ceux qui étaient installés dans la capitale depuis une, deux ou plusieurs générations. Cette revendication était exprimée dans un vocabulaire qui avait de profondes résonances pour les Abgaal : on demandait aux « étrangers » de quitter le goof qu’il faudrait traduire par patrie traditionnelle des Abgaal. Évidemment, cette manœuvre n’eut pour effet que de précipiter nombre de non Abgaal dans les bras du général ‘Aydiid : si la capitale du pays devenait le territoire d’un seul clan quel pouvait être l’avenir de ce pays pour lequel ils estimaient avoir eux aussi combattu ?

  • 31 Matt Bryden, " New Hope for Somalia ? The Building Block Approach ", Review of African Political E (...)

68Après l’échec de l’opération internationale en Somalie (décembre 1992-Mars 1995), la promotion de la décentralisation et du fédéralisme est devenue la nouvelle politique des donateurs. Elle s’inscrivait dans une certaine réalité politique (chaque région vivant à son rythme propre l’absence de solution politique nationale) mais elle était basée sur une théorie de reconstruction de l’État tout à fait fantaisiste qui, en privilégiant unilatéralement les régions faisait l’impasse sur l’histoire, la dialectique avec le centre et occultait complètement les dimensions économiques31. De nouveau la question de la propriété traditionnelle a été posée et à nouveau les plus grandes mystifications historiques ont pu se produire sans que la communauté internationale tout à la recherche de sa solution ne s’en inquiète. Comme dans le cas de Kismaayo, il y a souvent une histoire spécifique du monde urbain côtier (où les Gibil Cad jouent un rôle premier) et la réalité clanique de l’hinterland. À vouloir confondre démographie, histoire rurale et urbanisation redoublées chacune par les mythologies claniques, on a simplement créé les conditions pour de nouvelles compétitions guerrières.

69Par exemple, s’il se peut qu’une ville appartienne à un clan, il n’est pas sûr que Mogadiscio appartienne aux Abgaal qui y ont toujours été largement majoritaires depuis au moins la période coloniale. Régulièrement, en effet, le Reer Mataan – un sous-clans Abgaal – affirme par la voix d’un ancien récalcitrant ou d’un homme politique dûment diplômé être seul propriétaire de Mogadiscio et donc exige des positions dans l’administration, des droits particuliers etc. Mais pourquoi arrêter la dispute si rapidement ? En effet, pourquoi ignorer que les Somalis sont arrivés dans ce qui est aujourd’hui la Somalie tardivement qu’il y avait des Gibil ‘ Ad déjà installés dans ce qui n’était pas encore une capitale ou que dire des Bantous qui étaient avant tous les seuls occupants de ce sol ? Remonter dans l’histoire est possible mais il n’est pas sûr que le détour historique fournisse une solution acceptable par tous.

  • 32 Ainsi, le traité de paix Hiraab signé en janvier 1994 en dépit de l’hostilité conjointe de Mahamed (...)
  • 33 Une synthèse est fournie par André le Sage : Stateless Justice in Somalia. Formal and Informal Rul (...)

70On peut aussi considérer les accords conclus à différents moments dans l’histoire de la guerre civile et noter que certains signés par les autorités traditionnelles Abgaal reconnaissaient l’égalité des droits à d’autres Somaliens que les seuls Abgaal32. Pourquoi soudain la valeur d’un tel arrangement serait-elle remise en cause alors que le droit traditionnel somalien procède de cette même démarche incrémentale33.

71Ce débat est d’autant plus malsain qu’il a souvent été mené par des entrepreneurs politiques qui ont séjourné pendant des années en exil et ont obtenu une nouvelle nationalité. Ainsi, après avoir opté et bénéficié de la double nationalité, ces nouveaux parlementaires et ministres entendent réduire la nationalité somalienne aux acquêts. Reste une question majeure à laquelle ni le Somaliland et le Puntland dans leurs formes d’existence actuelles ne permettent de répondre : quels contours pour cette nation et cet Etat somalien dont la quête semble devoir durer ?

L’islam politique et l’épuisement (au moins temporaire) des régulations claniques

  • 34 Roland Marchal, " Islamic political dynamics in the Somali civil war " in Alex de Waal (sous la di (...)

72D’une certaine manière, aujourd’hui seul l’islam politique fournit des réponses à ces questions. Reste à mesurer jusqu’à quel point celles-ci sont acceptables pour une grande majorité de la population. Sans décrire ici les conditions relativement chaotiques dans lesquelles l’islam politique somalien a trouvé ses marques34, on peut néanmoins revenir sur quelques aspects singuliers.

73L’affirmation islamiste selon laquelle les Somaliens n’ont qu’un seul clan, l’islam, n’a visiblement pas suffi à organiser de manière unitaire les Islamistes (la fragmentation est là aussi impressionnante que pour le système factionnel « laïc » issu des débuts de la guerre civile), pas plus d’ailleurs que la population, même si (comme le système factionnel en 1991 ou 1992) ils ont semblé à certains moments être proches de cette ambition. De tels moments ont été ceux de l’ascendant des tribunaux islamiques sur une portion plus ou moins grande du territoire somalien. L’expérience des tribunaux islamiques est à peu près aussi longue que la guerre civile. Trois moments ont été importants : entre 1994 et 1997 dans la partie nord de la capitale et le Moyen Shabeelle, entre 1998 et 2000 dans la partie sud de la capitale et le Bas Shabeelle puis le second semestre 2006 dans la plus grande partie du centre sud du pays.

74Ce dernier moment a été symboliquement un tournant. Certes, la prise de contrôle de Mogadiscio en juin 2006 manifestait plus la faiblesse de leurs opposants que leur propre force et unité. Elle traduisait surtout la volonté de la population d’en finir avec un système factionnel qui avait échoué une fois de plus à réaliser ce qui était promis depuis des années : la normalisation de la vie dans la capitale, un minimum d’administration locale, la capacité de parler avec le reste du pays d’une voix unique. Elle était également le résultat paradoxal de cette guerre clandestine contre le terrorisme depuis 2002 sur le sol somalien qui avait été menée par les États-Unis et leurs alliés régionaux sans aucune considération pour les dommages collatéraux importants humains et politiques. Les chancelleries occidentales préfèrent oublier ce que les mouvements islamistes doivent à la brutalité de leur politique en Somalie. En identifiant les chefs des principales factions au camp occidental et à leur allié éthiopien, cette guerre délégitimait tous les acteurs politiques qui n’étaient pas alliés aux tribunaux islamiques et précipitaient la population dans les bras des islamistes.

75Mais la victoire des islamistes aura été leur capacité à apparaître comme les seuls véritables nationalistes après l’intervention armée éthiopienne qui balaie les tribunaux en décembre 2006. C’est fondamentalement sur cette revendication nationaliste que les groupes radicaux se sont reconstruits en 2007 et 2008. La situation pourrait sembler différente après l’élection du dirigeant des tribunaux islamiques à la présidence du gouvernement fédéral transitoire en janvier 2009. Il n’en est rien. Le GFT continue fondamentalement à fonctionner suivant des règles qui appartiennent à une période révolue de la guerre civile et, pour ces raisons, est incapable de faire face à une opposition qui le menace dans ses derniers retranchements (il est vrai protégés par des soldats de l’Union africaine). Comme ses soutiens internationaux le constatent avec impuissance au printemps 2010, il n’est que l’instrument par lequel les ressources générées par la reconnaissance internationale sont siphonnées au profit de quelques uns. Il n’a pas de projet, d’ambition particulière et n’en a sans doute pas besoin car il se sait à la fois contraint par ses mentors occidentaux et sûr de son maintien en survie puisqu’il est le seul garant juridique de la guerre menée par les services de renseignements occidentaux contre les jihadistes qui se revendiquent d’al-Qa’îdah.

76Une partie de l’opposition armée regroupée dans le Parti de l’islam (Hisbul Islaam) est l’héritière à la fois de certains courants de l’islamisme somalien des années 1990 et du système milicien factionnel qui s’est effondré en juin 2006. Comme son prédécesseur, sa réalité et sa force militaire sont fluctuantes. Un jour, on annonce sa proche disparition, son ralliement à un camp ou à l’autre, un autre elle s’active dans une région et mène un coup d’éclat (sans lendemain). Plus que les autres, ce courant de l’opposition illustre le caractère transitoire des régulations politiques et militaires actuelles : les références claniques sont omniprésentes mais n’expliquent en rien les discours tenus, les alliances faites, les décisions prises quand elles ont un impact sur la population.

  • 35 Roland Marchal, “ A tentative assessment of the Somali Harakat al-Shabaab ”, Journal of Eastern Af (...)

77L’autre partie de l’opposition bénéficie de toute l’attention internationale parce qu’elle clame son allégeance à Oussama ben Laden : Harakat al-Shabaab35. En s’appuyant sur une lecture rudimentaire et violente du salafisme, en recrutant dans les madrassas et la diaspora, en affirmant ses liens transnationaux, elle tente d’apparaître en rupture avec les autres organisations issues de la guerre civile somalienne. Jusqu’à quel point l’est elle ? Alors que les analystes occidentaux la voient comme fragmentée, il faut l’imaginer décentralisée ; alors qu’on met l’accent sur la coercition qu’elle installe, il faut regarder les biens publics qu’elle reconstruit. Elle rappelle aussi par sa violence et ses cibles que ce à quoi nous assistons aujourd’hui par le feu et le sang est une recentralisation de l’arène politique somalienne.

78La nouveauté de cette organisation est à la fois de déterritorialiser le champ de bataille et son succès à polariser les relations entre les communautés musulmanes et l’État en Afrique de l’Est devrait inquiéter les chancelleries occidentales qui se félicitent de l’impasse militaire actuelle à l’intérieur de la Somalie. Cette nouveauté est aussi sociale et, sous prétexte que ce mouvement est d’une rare brutalité et d’un dogmatisme simpliste, on aurait tort de ne pas en prendre la mesure. Il fournit un modèle à la jeunesse somalienne, heureusement il n’est pas le seul à le faire ; il offre également une option à des groupes dominés de la société somalienne qui peuvent intégrer ce mouvement pour enfin avoir leur chance de diriger ce pays. Ainsi cette organisation recrute parmi les Bantous et les Rahanweyn méprisés et laissés pour compte tout au long de ces années. Suprême preuve de modernité, cette organisation offre aussi un accès à la globalisation à la fois par l’Islam salafiste qu’elle promeut, par ses références internationales par cette continuité qu’elle construit entre la situation à l’intérieur de la Somalie et le champ diasporique.

79La Somalie est en guerre depuis plus d’une génération. Cette affirmation peut être contestée car la guerre n’a jamais été omniprésente durant ces vingt dernières années. Des régions entières ont connu le calme, une sécurité réelle ou de longs armistices. À considérer Mogadiscio aujourd’hui, on oublie qu’il y a cinq ans, un étranger pouvait y vivre sans trop de problèmes, des compagnies y faire des investissements de plusieurs millions de dollars.

80Si l’on veut analyser cette guerre civile, peut-être faut-il d’abord lui reconnaître cette discontinuité dans le temps et dans l’espace. Celle-ci nous rappelle une autre hétérogénéité : l’histoire de l’État en Somalie et la manière dont celui-ci a capturé ses populations. Il faudrait de ce point de vue aller bien au-delà de la réflexion commune sur les différences de colonisations entre Italie et Royaume-Uni pour faire sens du fonctionnement différentiel de structures sociales et symboliques comme le clan.

81Le clan a fourni un répertoire imposant de pratiques pour faire la guerre et échapper à la mort durant ces vingt dernières années. Comme ce texte a tenté de le démontrer (ou à tout le moins de le pointer), cet usage total a d’emblée été hybridé avec des entendements du fonctionnement de l’État, des normes portées par le discours international, des dynamiques de la globalisation qui ont façonné la nouvelle économie politique mais aussi le champ idéologique de la guerre civile.

82Ce qui finalement frappe un observateur averti est l’importance qu’ont acquise les trente années d’indépendance dans le fonctionnement politique des clans et les régulations politiques dans la guerre civile. C’est aussi cette indécision fondamentale, seulement résolue par les islamistes au profit d’autres paris tout aussi violents, sur des formes d’organisation qui dépasserait un champ politique structuré par la dictature et son soubassement clanique que beaucoup savent dysfonctionnel mais que personne ne veut affronter pour ce qu’il est. C’est enfin l’entêtement criminel avec lequel la communauté internationale condamne la population à n’être que le champ de bataille d’une guerre qui la concerne si peu.

Notes

1 Jean Bazin et Emmanuel Terray (sous la dir.), Guerres de lignage et guerres d’État en Afrique, Paris, éditions des archives contemporaines, 1982.

2 Savoir si ce conflit n’est que civil ne sera pas discuté dans ce texte, bien que la question méritât réflexion, compte tenu de la difficulté à reconstruire un minimum d’administration.

3 Pourtant, la présence de populations non somalies était évidente dans les zones agricoles du pays et les ségrégations au sein des Somalis eux-mêmes perceptibles.

4 Ioan Lewis, A pastoral democracy, Londres, International African Institute, 1961.

5 Ioan Lewis, Understanding Somalia and Somaliland, Londres, Hurst and Co, 2008. L’omission du Puntland (Nord-Est de la Somalie) est déjà l’indice d’un profond biais dans l’analyse que confirme la lecture du texte.

6 Robert Patman, The Soviet Union in the Horn of Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1990. ; Jeffrey Lefebvre, Arms for the Horn. US Security Policy in Ethiopia and Somalia 1953-1991, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1991.

7 Vali Jamal, " Somalia : an unconventional economy ", Development and change, n° 19, 1988 ; Massimo Tommasoli, " Aggiustamento strutturale e sviluppo in Somalia : il negoziato con le istituzioni finanziarie internazionali ", Africa (Rome), vol. 47, n° 4, 1992.

8 Le représentant le plus intéressant de cette école est bien sûr Ken Menkhaus : Somalia : State Collapse and the Threat of Terrorism, Londres, IISS/Adelphi Paper, n° 364, 2004.

9 Dans la littérature francophone, on pourra se reporter à Christian Bader ouvrage qui illustre tout à fait les travers dénoncés dans ce chapitre, Le sang et le lait. Brève histoire des clans somalis, Paris, Maisoneuve et Larose, 1999.

10 Lee Cassannelli in Markus Hoehne et Virginia Luling (sous la dir.),

11 Francesca Declich, I Bantu della Somalia. Etnogenesi e Rituali Mviko, Milan, Franco Angeli, 2002.

12 Voir Lewis (2008) et Bader (1999).

13 Par exemple dans la région du Gedo au milieu des années 1990, où l’influence des islamistes s’explique en partie par les rivalités de statut entre différents groupes, certains castés d’autres non, certains autochtones d’autres originaires de la Région centrale (Galgaduud surtout).

14 Impression d’ailleurs confortée par une visite de la ligne de front fin août 1991.

15 Daniel Compagnon, “ The Somali opposition fronts ”, Horn of Africa, vol. XIII, n° 1 & 2, 1990.

16 Il est caractéristique de cette bourgeoisie urbaine qui se développe à l’ombre du régime dans les années 1980. Son épouse, Hawiye comme lui, est une conseillère à la Présidence. Tous deux sont originaires de Mogadiscio.

17 Il s’agit du Mouvement national somalien dirigé par ‘ Abdirahmaan Tuur (Somaliland), du mouvement patriotique somalien (dans le Bas Jubba) dirigé par Ahmed ‘ Umaar Jess et du Congrès de la Somalie unifiée de Mahamed Faarah ‘ Aydiid.

18 Roland Marchal, " Les mooryaan de Mogadiscio. Formes de la violence dans un espace urbain en guerre ", Cahiers d’études africaines, n° 130, 1993.

19 Ainsi les multiples vendettas en milieu rural. Voir pour des exemples, Roland Marchal, chapitre Somalie in Roland Marchal et Christine Messiant, Les chemins de la guerre et de la paix, Paris, Karthala, 1997 ainsi que A Tentative Social Analysis of Puntland, Londres, Foreign and Commonwealth Office, 2010.

20 Pour financer la guerre, il fallait en effet faire porter l’effort financier par tous. D’où la recherche rigoureuse de la généalogie. Par exemple les Hawiye/Haskul ont été réintroduits comme sous-clan de plein droit à ce moment là alors qu’auparavant ils étaient considérés comme un groupe casté. L’histoire des Galgale n’est pas unique ; elle est simplement la plus tragique.

21 Le début de la révolution en Éthiopie en 1974 est suivi avec attention à Mogadiscio. Dès 1974, un accord de défense avec l’Union soviétique est signé ce qui permet d’accélérer la préparation militaire pour ce qui deviendra la guerre de l’Ogaden en 1977.

22 Markus Hoehne, “ Mimesis and mimicry in dynamics of state and identity formation in northern Somalia ”, Africa (Londres), vol. 79, n° 2, 2009. Voir aussi Dominik Helling, “ The role of ‘ traditional authorities’in State Building. Benevolent ‘ elders’or ‘ civil servants’of Soamliand ? ” (à paraître).

23 Roland Marchal (1993).

24 Anna Simmons, Networks of dissolution. Somalia Undone, Boulder, Westview Press, 1995.

25 Hibo Yassin, thèse de mastère en sciences politiques, université de Turin, 1997.

26 Cette section reflète les conditions d’une enquête menée en Somalie d’octobre 1995 à février 1996. Roland Marchal, The post civil war business class in Somalia, Nairobi, European Commission/Somali Unit, Septembre 1996. Une approche plus financière est tentée par Jamal Abdalla MubaraK, From Bad Policy to Chaos in Somalia, Westport, Praeger, 1996.

27 Tol iyo fardo, tol baan doortay qu’on peut traduire littéralement par " entre la richesse et mon clan, je choisis mon clan ". Fardo signifie “ chevaux ”, le prestige et la richesse par excellence.

28 Roland Marchal, “ Illégalismes monétaires et guerre civile : le cas de la Somalie ”, in Jean-Louis Briquet et Gilles Favarel-Garrigues, Milieux criminels et pouvoirs politiques, Paris, Karthala, 2008.

29 Un argument très bien finement développé par Markus Hoehne (2009).

30 Roland Marchal, " Resilience of a city at war : territoriality, civil order and economic exchange in Mogadishu " in Deborah Fahy Bryceson and Deborah Potts (sous la dir.), African Urban Economies. Viability, Vitality or Vitiation ?, New York, Palgrave Macmillan, 2006.

31 Matt Bryden, " New Hope for Somalia ? The Building Block Approach ", Review of African Political Economy, vol. 26, n° 79, March 1999.

32 Ainsi, le traité de paix Hiraab signé en janvier 1994 en dépit de l’hostilité conjointe de Mahamed Faarah ‘ Aydiid et de Ali Mahdi Mahamed.

33 Une synthèse est fournie par André le Sage : Stateless Justice in Somalia. Formal and Informal Rule of Law Initiatives, Genève, Centre du dialogue humanitaire, juillet 2005.

34 Roland Marchal, " Islamic political dynamics in the Somali civil war " in Alex de Waal (sous la dir.), Islamism and its Enemies in the Horn of Africa, Londres, Hurst and Co., 2004.

35 Roland Marchal, “ A tentative assessment of the Somali Harakat al-Shabaab ”, Journal of Eastern African Studies, vol. 3, n° 3, 2009.

Auteur

Politologue, chargé de recherche au CNRS, Centre d'études et de recherches internationales (CERI).

© Demopolis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540