Version classiqueVersion mobile

La constante « Tribu »

 | 
Hosham Dawod

Tribus en zones de conflits

5. Talibans, mollahs et lashkars : les dynamiques sociales des zones tribales pakistanaises depuis le 11 septembre

Mariam Abou Zahab

Texte intégral

  • 1 Les FATA se composent de sept agences tribales et six petites régions frontières, où vivaient quel (...)

1Depuis le 11 septembre 2001, tous les regards sont tournés vers les Federally administered tribal areas (FATA, zones tribales sous administration fédérale)1 situées à la frontière afghane. La majorité des attentats perpétrés au Pakistan ou en Occident mènent aux FATA, et plus particulièrement au Waziristan.

2La plupart des études traitant des zones tribales n’attribuent les événements des deux dernières décennies qu’aux seuls facteurs externes. Or, si l’importance de ces derniers ne doit pas être minimisée, ils ne peuvent cependant produire leurs effets que pour autant que l’environnement y est propice. Toute une dynamique locale doit à cet égard être prise en considération.

3Nous aborderons ici l’évolution des modèles sociologique et de leadership dans les FATA depuis l’arrivée d’al-Qaïda dans la région après le 11 Septembre. L’accent sera mis sur le Waziristan, devenu le fief d’al-Qaïda et des talibans, locaux et afghans ; ne seront donc pas traités les événements survenus dans les autres zones tribales (notamment les « agences » de Bajaur, Khyber et Kurram).

4Si le Waziristan est le principal lieu de ces évolutions fortes et de la talibanisation, c’est selon nous le fruit d’un mouvement social né dans les années 1970 chez les Waziris un mouvement qui s’est accéléré dans le contexte post-11 Septembre suite à l’émergence « d’entrepreneurs tribaux » qui ont tiré profit de l’évolution des opportunités politiques et de leur accès à des ressources pour contester le leadership tribal traditionnel. Il s’agit d’un mouvement des kashar (les jeunes, les pauvres et les tribaux issus de lignages mineurs) à l’encontre des mashar (les « anciens » au sein des structures tribales) et du Political Agent (représentant du gouvernement fédéral), mais aussi d’un mouvement des kashar à l’encontre de ceux qui trouvent un intérêt dans le statu quo, à savoir ceux que l’on appelle la « mafia des malik, des transporteurs et des contrebandiers » ; en d’autres termes, les éléments d’une sous-classe de nouveaux riches.

5De manière globale, il s’agit d’aller grâce à cette étude vers une meilleure compréhension de la dynamique interne de la société tribale pachtoune, de sa redéfinition identitaire avec subordination de l’aspiration nationale à une prééminence nouvelle du religieux.

L’évolution sociale et politique

6Les bouleversements socio-politiques observés dans la société pachtoune traditionnelle se sont accélérés au cours des vingt dernières années. L’évolution des dynamiques sociales remonte aux années 1970, au cours desquelles les tribaux ont commencé à émigrer vers Karachi et le Golfe : c’est ce qui a permis à des lignages mineurs de s’enrichir et de contester la hiérarchie du pouvoir.

7Le libéralisme économique des années 1980, l’essor de la contrebande sous le régime de Zia ul Haq et le volume considérable de fonds transférés par les émigrés, qui ont essentiellement bénéficié aux catégories défavorisées et traditionnellement subordonnées de la société rurale, ont amplifié ce mouvement et permis à des groupes tribaux émergents d’accumuler des richesses, essentiellement investies dans la construction de maisons et de magasins ainsi que dans l’acquisition de terres et d’armes.

8Les inégalités traditionnelles fondées sur les valeurs pachtounes d’hospitalité et d’honneur ont ainsi été remplacées par de nouvelles inégalités fondées sur l’argent, ce qui a transformé la société tribale en profondeur.

  • 2 Pour une analyse du changement social chez les Pachtounes, voir Inam ur Rahim et Alain Viaro, Swat (...)

9Au cours du jihad afghan des années 1980, les flux de dollars et d’armes, ainsi que la contrebande, le trafic de drogue, le trafic d’armes, les vols de voitures et les enlèvements contre rançon, se sont imposés comme des sources de revenus supplémentaires, avec pour conséquence, bien plus qu’une simple adaptation à un contexte nouveau2, des effets de destructuration et de polarisation sociales, plutôt qu’une adaptation à un contexte nouveau.

10Cette déstructuration tient également à la mise à mal de l’autorité tribale qui a débuté dans les années 1980, sous l’action des services de renseignement pakistanais : ceux-ci ont marginalisé les malik (les notables tribaux) et utilisé les mollahs pour unifier les tribus en conflit contre l’URSS. L’islam a également été considéré par les autorités pakistanaises comme un contrepoids à la menace interne que représentait le nationalisme pachtoune.

11Rappelons qu’aucun gouvernement afghan n’a jamais reconnu la ligne Durand, frontière établie en 1893 par un accord entre l’émir afghan Abdul Rehman et l’Empire britannique et qui divisait les tribus pachtounes. Après la partition de l’Empire des Indes en 1947, les gouvernements afghans qui se sont succédé ont soutenu la cause autonomiste du Pachtounistan, tout particulièrement dans les années 1950 et 1970 lorsque Mohammad Daoud Khan était au pouvoir à Kaboul comme Premier ministre de 1953 à 1963 puis comme président de 1973 à 1978. La sécession du Bangladesh en 1971 a renforcé la peur d’une désintégration du Pakistan et le gouvernement de Zulfiqar Ali Bhutto (1972-1977) a réprimé les revendications autonomistes pachtounes.

12L’affaiblissement progressif des institutions rurales traditionnelles et l’évolution de la situation politique en Afghanistan sont donc allés de pair avec l’autonomisation de groupes religieux, le gouvernement pakistanais n’étant pas en mesure d’imposer sa loi dans ces régions tribales.

  • 3 Les Deobandi sont les adeptes du mouvement réformiste basé sur la madrassa de Deoband, une ville d (...)

13En l’absence de réalité frontalière entre le Pakistan et l’Afghanistan, qui plus est, l’installation de réfugiés afghans dans la zone tribale a également affecté l’équilibre démographique et la structure de pouvoir. En outre, les camps d’entraînement et les madrasa deobandi3 financées par des donateurs arabes ont favorisé le militantisme religieux dans une société traditionnellement sécularisée.

14La société tribale pachtoune, naguère encore perçue comme une société égalitaire et sans classes, est progressivement devenue une société de classes. Quatre catégories peuvent être distinguées : en premier lieu, les notables traditionnels (mashar) – les anciens possédant des terres et les malik – qui s’étaient alliés à l’administration pour défendre leurs intérêts personnels. Ils étaient les seuls bénéficiaires du système. Ils ont perdu la confiance qu’on leur accordait, et ont été discrédités ; les anciens sont respectés, mais leurs rôle et opinions sont de plus en plus contestés.

15La seconde catégorie regroupe les nouveaux riches (les commerçants, les grossistes, les entrepreneurs, les négociants en bois de construction, les transporteurs et les trafiquants d’armes ou de drogues). La plupart d’entre eux ont acquis le statut de malik pour se présenter aux élections et se faire enregistrer en tant qu’entrepreneurs et fournisseurs de l’armée ou des autorités civiles. Ils sont les principaux bénéficiaires de l’économie de guerre.

16Les intellectuels et professions libérales (médecins, ingénieurs, enseignants du secondaire, journalistes, étudiants, employés d’ONG, militaires et bureaucrates en fonction ou retraités) composent la troisième catégorie. Ils sont opposés au statu quo et incarnent le changement social.

17Enfin, la dernière catégorie est celle des tribaux ordinaires (agriculteurs, métayers, ouvriers agricoles, artisans, travailleurs du secteur des transports, jeunes sans emploi) ; en d’autres termes, les kashar privés de droits politiques, insatisfaits de l’appareil politique et administratif existant.

La structure administrative

  • 4 Les Wazirs se sont opposés à la démarcation de la ligne Durand en 1893. Un lashkar (milice tribale (...)
  • 5 J. M. Ewart, Story of the North West Frontier Province, Lahore, Sang-e-Meel, 2000 (réimpression de (...)
  • 6 Pour plus d’informations sur le plan de réforme des FATA, le rôle du Political Agent et le disposi (...)
  • 7 Ibid.

18En janvier 1948, lors de la jirga (assemblée tribale) de Bannu, le Pakistan a accepté le caractère autonome des FATA, et continué à appliquer la politique du pouvoir colonial dans les zones tribales. La structure administrative du Waziristan a peu évolué depuis la création des agences du Nord-et du Sud-Waziristan, sous l’administration britannique4. Cette région, située géographiquement, économiquement et socialement en marge de la société pakistanaise, a toujours été indépendante de l’autorité centrale en raison de son inaccessibilité. Les Wazirs de Wana ont causé beaucoup de difficultés aux Britanniques ; en 1929, J. M. Ewart, fonctionnaire de l’administration coloniale britannique, écrit : « Leur comportement tout au long de cette période, mêlant traîtrise, anarchie et fanatisme, a été pire que celui de toutes les autres tribus de la Frontière. »5 Après la partition, le gouvernement fédéral a continué à traiter avec les malik par l’intermédiaire du Political Agent, et le système d’allocations et de subventions a été maintenu6. En 1996, le gouvernement intérimaire de Malik Miraj Khalid a introduit le suffrage universel dans les zones tribales. Un grand nombre de candidats ont contesté les élections de 1997 et d’octobre 2002 ; pourtant, ces élections ont été organisées hors participation des partis dans les zones tribales. La création d’institutions gouvernementales locales dans le cadre du plan de décentralisation (Devolution Plan) et le plan de réforme des FATA annoncé en janvier 2002 par le président Musharraf ont été ajournés en raison de la « guerre contre la terreur », le gouvernement estimant qu’une structure de commandement centralisée était préférable pour mener des opérations militaires. Les tribaux n’ont pas obtenu de représentation à l’assemblée de la North-West Frontier Province (NWFP, Province de la frontière du Nord-Ouest, renommée en avril 2010 Khyber Pakhtunkhwa en réponse à une revendication ancienne) lors des élections d’octobre 2002, le pouvoir judiciaire n’a pas été séparé du pouvoir exécutif, et les amendements à la Frontier Crime Regulations (FCR) de 1901 qui s’imposaient n’ont pas été introduits7.

  • 8 Pour plus d’informations, voir Pakistan : Countering Militancy in FATA. International Crisis Group(...)

19L’adoption d’une série de réformes a été annoncée en août 2009 ; celles-ci devaient lever les restrictions frappant les activités des partis politiques, et exclure les femmes et les enfants des la responsabilités collectives, entre autres mesures8. Ces réformes, qui devraient être un premier pas vers l’intégration des FATA, ont enfin été mises en œuvre en août 2011, date à laquelle le président Zardari a signé deux décrets introduisant des amendements à la FCR et étendant aux FATA la Loi de 2002 sur les partis politiques.

L’évolution de la structure démographique du Waziristan

20Au dernier recensement, effectué en 1998, le Nord-Waziristan comptait quelque 360 000 habitants (un chiffre en hausse de 51 % par rapport à 1981), tandis que la population du Sud-Waziristan s’élevait à 430 000 habitants (un chiffre en hausse de 39 % par rapport à 1981)9. D’après les estimations, on compterait aujourd’hui quelque 600 000 et 800 000 habitants au Nord-et au Sud-Waziristan, respectivement. Plusieurs dizaines de milliers d’habitants du Sud-Waziristan ont été déplacés par les opérations militaires.

  • 10 Les Zalikhel sont célèbres pour la résistance qu’ils ont opposée aux Britanniques. Ils ont joué un (...)
  • 11 Lors du recensement de 1981, les Mehsuds étaient 234 000, les Wazirs 61 000.

21La moitié des habitants du Nord-Waziristan appartiennent à la tribu Wazir, un tiers sont des Dawars, une tribu mineure. Cette proportion est restée stable ces trente dernières années. Au Sud-Waziristan, la situation est très différente : autrefois, les Mehsuds y représentaient 75 % de la population, les Wazirs 25 % ; le clan le plus important était celui des Zalikhels, une fraction des Ahmedzai Wazirs, qui entretiennent des liens avec les tribus afghanes de l’autre côté de la ligne Durand10. Lors du recensement de 1972, les Mehsuds étaient environ 250 000, les Wazirs 50 000 ; depuis 1981, le nombre de Mehsuds est en recul constant, alors que la population Wazir ne cesse d’augmenter11 ; elle atteint désormais la population des Mehsuds. Ces derniers ont atteint un taux d’alphabétisation impressionnant, et comptent de nombreux fonctionnaires et officiers de l’armée. Ils se sont intégrés à la société pakistanaise, et déplacés vers les districts de Tank et Dera Ismaïl Khan. Nombre d’entre eux se sont également installés à Karachi. Bien positionnés dans la hiérarchie du pouvoir de l’État, ils sont partisans de l’intégration à l’État, et ne sont pas favorables à la séparation.

22Les rivalités opposant les Mehsuds et les Wazirs, qui ont pour toile de fond le contrôle des ressources du Sud-Waziristan, remontent à la période précédant la partition. Les Mehsuds, qui étaient pourtant la plus nombreuse tribu du Sud-Waziristan, sont décrits dans la littérature coloniale comme le lignage mineur des principales tribus Wazir. Par conséquent, ils possèdent les terres les moins fertiles, et vivent dans les zones les plus surpeuplées, ce qui explique en partie leur départ vers le sud.

  • 12 Iqbal Khattak, " Wazir tribesmen want independent agency ", The Friday Times, 17-23 octobre 2003.
  • 13 " Wazir elder demands proportionate council seats  ", Daily Times, 5 décembre 2004.
  • 14 Akbar S. Ahmed. Pakistan Society. Islam, Ethnicity and Leadership in South Asia, Oxford University (...)

23Dans les années 1950, alors que les Wazirs étaient minoritaires, un accord de paix a été conclu ; l’administration politique a alors mis en place le nikat (partage des pertes et profits), un système déjà connu à l’époque coloniale, au prorata de la population : les Mehsuds se sont vu octroyer 3/4 des ressources et des fonds de développement, les Wazirs 1/412 . Le gouvernement continue toujours d’appliquer ce système, bien que la tribu Wazir réclame sa suppression. En décembre 2004, une jirga d’Ahmedzai a contesté les élections du Conseil de l’agence, les jugeant antidémocratiques (2/3 des sièges ont été alloués aux Mehsuds, et 1/3 aux Wazirs, conformément au nikat), alors que les Mehsuds défendaient le statu quo13. Indifférente à ce problème, l’administration est jugée par les Wazirs de parti-pris en faveur des Mehsuds. Ces revendications ne sont pas nouvelles : au début des années 1970, un mouvement avait été initié chez les Wazirs par Maulana Noor Mohammad, qui a « instrumentalisé l’islam pour activer une idéologie tribale spécifique et la transformer en un mouvement politique contre les Mehsuds, accusant l’administration de les soutenir ».14 En mai 1976, l’armée entra au Sud-Waziristan, et le mollah et ses principaux partisans furent emprisonnés.

24Noor Mohammad passa dix ans en prison avant de rejoindre la Jamiat-e Ulama-e Islam (JUI), et de recevoir dans les années 1980 des pays arabes les fonds et les armes qui lui permirent de fonder et développer une madrasa. Il a été élu au Parlement en 1997. Discret depuis le 11 Septembre, Noor Mohammad était perçu comme un partisan du gouvernement. Il a trouvé la mort dans un attentat-suicide perpétré dans sa mosquée en août 2010.

L’émergence d’un leadership alternatif après le 11 Septembre

  • 15 Irfan Ghauri, " Adult franchise system in FATA put clerics in Parliament : ISPR DG ", Daily Times, (...)

25L’introduction en 1996 du suffrage universel – mais sans partis politiques – avait pour finalité d’intégrer les zones tribales au sein de la société. De fait, le vote des tribaux aux élections générales de 1997 a fortement contribué à éroder le pouvoir et l’autorité des notables15.

26Auparavant, les parlementaires étaient désignés par la jirga ; les maliks jouissaient donc d’une influence politique qui leur permettait de s’enrichir. Ils occupaient une place centrale dans le système politique, dont l’efficacité était associée aux compétences du Political Agent, et dont la solidité dépendait de celle de l’institution des malik . Désormais, les malik ne sont plus les représentants des tribus. Un leadership alternatif, plus charismatique et ayant accès à des ressources considérables, a vu le jour après la guerre, et comblé le vide laissé. Les élections d’octobre 2002, qui ont coïncidé avec la réémergence des talibans, ont porté le coup de grâce à la base de pouvoir des maliks ; des mollahs liés à la Jamiat-i-Ulema-i-Islam-Fazl (JUI-F) ont été élus au Parlement.

27Après l’intervention américaine, des militants étrangers, des talibans et autres qui fuyaient l’Afghanistan ont gagné les zones tribales, et un nombre important de ces étrangers se sont installés au Waziristan, où ils ont noué des liens étroits avec les Ahmedzai Wazirs. Depuis 2003, le Waziristan, qualifié par Ahmed Rashid d’« al-Qaïda central », est de ce fait au cœur des activités militantes. Les talibans afghans et les combattants étrangers, ouzbeks pour la plupart, ont été accueillis à Wana par les Yargulkhels, un sous-clan des Ahmedzai Wazirs. Parmi les Wazirs qui leur ont ouvert les bras figurait en particulier Nek Mohammad, qui avait été recruté par les talibans afghans au milieu des années 1990 ; il avait rapidement gravi les échelons de la hiérarchie et avait été promu à la tête d’un contingent de Waziris à Bagram. Nek Mohammad avait tissé des liens avec les talibans afghans et les combattants étrangers, à qui il a garanti un passage sûr et un soutien après le 11 Septembre ; il a été généreusement récompensé par ceux qui ont gagné les FATA.

28Après l’arrivée d’al-Qaïda, des locaux sans emploi (les « entrepreneurs tribaux ») ont compris que cacher des militants étrangers pouvait être une activité très lucrative, une source de revenus supplémentaire. Ils ont loué des locaux pour servir d’abris et des camps d’entraînement, et fourni de la nourriture à des prix exorbitants, une façon d’acquérir de l’influence. Ils ont ensuite été rejoints par des délinquants, attirés par l’afflux considérable d’argent arabe : la désintégration de la structure institutionnelle leur a offert un espace libre, ils ont adopté la rhétorique des talibans et contribué à l’expansion territoriale du mouvement taliban.

  • 16 Des conflits locaux ont éclaté dans le contexte des opérations armées. Les tribus ont noué des all (...)

29Un élément de contexte favorable à ce mouvement, et de nature culturelle aura été que pratiquement toutes les tribus apportèrent leur soutien aux membres d’al-Qaïda, activement ou passivement, car ces derniers jouissaient du statut d’invités16. Aux yeux des Pachtounes, prendre le parti des faibles renforce l’honneur d’un individu.

30Mais là-aussi tout a fini par changer. Si le pashtunwali (code d’honneur) vise à protéger les membres les plus vulnérables de la tribu, pour les étrangers en revanche, les règles traditionnelles fixaient les limites : lorsqu’un étranger provoque une guerre, il est tenu de partir. Autant dire que le melmastia (hospitalité), l’une des traditions pachtounes les solidement plus ancrées, a perdu sa signification ; l’hospitalité n’est plus gratuite, mais un moyen d’obtenir richesse et influence.

31Dès 2003, après l’échec de l’approche traditionnelle (la carotte et le bâton…) et des lashkars tribaux, l’armée a mené des opérations militaires au Waziristan, soumise à une forte pression américaine. Les opérations militaires ont affaibli le pouvoir d’ores et déjà érodé des notables tribaux qui, englués dans des négociations avec l’administration politique, les ont perçues comme une trahison et une violation des traditions, et ont perdu le peu d’influence sur les tribus qu’il leur restait.

  • 17 Nek Mohammad et Baitullah Mehsud, qui ont signé les accords avec l’armée, sont l’archétype des kas (...)
  • 18 La présence des forces armées au Waziristan est décrite comme une violation de la purdah (voile) d (...)

32Ces opérations ont également favorisé l’émergence de nouveaux acteurs capables d’exercer une profonde influence sur la société : de jeunes hommes charismatiques ayant combattu en Afghanistan, n’ayant pas le statut de chefs tribaux par lignage ou voie électorale, et dont le pouvoir et la légitimité reposent non seulement sur une richesse récemment acquise – fonds arabes ou compensations exorbitantes versées par l’armée – mais aussi sur leur capacité à combattre, ont comblé le vide politique17. Ces nouveaux acteurs ont tiré parti du climat hostile associé à la présence des forces pakistanaises dans la région, considérées comme des agents des États-Unis18 . Cette dynamique est similaire à celle de l’Afghanistan dans les années 1980, au cours desquelles les mollahs ont acquis une autonomie dans les zones rurales pachtounes après l’élimination, ou la marginalisation, des khan, et grâce au manque d’emprise du gouvernement. Cela a conduit, dans les années 1990, à l’émergence des talibans en tant que mouvement social.

33La débacle de Kalusha (un village du Sud-Waziristan où l’armée pakistanaise a lancé une offensive contre des Arabes et Ouzbeks membres d’al-Qaïda) en mars 2004 a changé la dynamique, obligeant l’armée à conclure des accords de paix avec les militants dont le pouvoir était désormais légitimé. Deux accords ont été signés entre l’armée et les militants, l’un à Shakai en avril 2004, le second à Sararogha en février 2005. Les notables tribaux ont été mis à l’écart, et le Political Agent rendu caduc par l’armée.

Une dynamique en constante évolution

34Entre 2004 et 2007, le centre de gravité des talibans pakistanais s’est progressivement déplacé vers le Nord-Waziristan, les services de renseignement pakistanais essayant d’exploiter les divisions tribales traditionnelles pour diviser le front pro-étrangers et se créer des agents au sein du mouvement taliban : les allégeances tribales, qui avaient offert aux talibans un réseau inestimable pour étendre leur organisation, ont également contribué à la fragmentation de ces derniers En décembre 2007, le Tehrik-e Taliban Pakistan (TTP, Mouvement des talibans du Pakistan) est créé autour de Baitullah Mehsud. Regroupant une trentaine de groupes, cette mouvance a pour objectif de contourner le facteur tribal dans l’insurrection. Le TTP a été constitué sur la base d’un projet dépassant les divisions tribales après l’assaut contre la Mosquée rouge d’Islamabad en juillet 2007, à la suite duquel un « jihad défensif » contre l’armée pakistanaise a été proclamé.

35Peu de temps après, un nouveau groupe intitulé Maqami Taliban, qui s’était donné pour mission de « défendre les intérêts de la tribu Wazir au Nord-et au Sud-Waziristan », a été créé par les Uthmanzai Wazirs du Nord-Waziristan et les Ahmedzai Wazirs du Sud-Waziristan. Le leader de ce groupe, Maulvi Nazir, a clairement indiqué que le mouvement était opposé au « jihad défensif » de Baitullah contre l’armée pakistanaise, et continuerait à soutenir le jihad afghan depuis les FATA. Ce groupe avait été conçu par les services de renseignement pakistanais comme un intermédiaire qui pourrait être contrôlé pour enrayer le développement du TTP.

  • 19 Communication personnelle, octobre 2009.

36Les Ahmedzai Wazirs avaient tout intérêt à jouer la carte anti-Mehsud et à instrumentaliser un acteur extérieur pour contester la domination des Mehsuds. Les Wazirs restés neutres depuis le lancement, en 2009, de l’offensive contre les Mehsuds ont été récompensés pour leur soutien au gouvernement. D’après un fonctionnaire, « Les Wazirs sont satisfaits du gouvernement. » Nous avons mis en œuvre des projets de développement, et trois petits barrages sont en cours de construction. »19 . En résumé, le nikat est devenu caduc, et en manipulant un acteur politique extérieur, les Wazirs ont obtenu, du moins temporairement, ce pour quoi ils se battaient.

La redéfinition de la jirga et le nouveau statut des mollahs

37Traditionnellement, tous les membres d’une tribu peuvent participer à la jirga (le conseil des notables) et prendre la parole ; le malik préside les débats. La jirga se déroule en plein air. Les participants forment un cercle, symbole de leur égalité. Le mollah n’a pas de place attitrée ; il est assis à l’extérieur du cercle, et prie pour le succès de la jirga.

38Le concept de jirga a évolué depuis les années 1980 : devenue un outil entre les mains de l’administration politique, et gangrenée par la corruption, l’institution a perdu toute crédibilité. La jirga est désormais artificielle ; elle n’est plus égalitaire mais manipulée par l’État.

39Traditionnellement, la mosquée ne servait pas aux activités politiques tribales. Le mollah avait un statut inférieur dans la société pachtoune. Il était placé sous l’autorité des notables, détenteurs du monopole de l’activité politique menée dans la hujra, qui servait de contrepoids à la mosquée. Le mollah intervenait en tant que médiateur entre les parties en conflit, mais ne prenait pas les armes Lorsque la menace venait d’un ennemi non musulman, le mollah se rendait sur le front et appelait au jihad, mais une fois le conflit résolu, il retournait dans la mosquée. De nouvelles opportunités lui ont permis de rejeter son rôle traditionnel et de passer de la mosquée à la hujra . Les mollahs participent désormais à la jirga, et les garanties autrefois accordées par la tribu le sont désormais par ces derniers. Des jirgas, traditionnellement organisées en plein air, ont été tenues à l’intérieur de madrasa, et présidées par des mollahs.

40Dans le système traditionnel, les mollahs ne possédaient pas de moyens financiers, et ne pouvaient donc pas se constituer un réseau de clientèle politique. Ayant désormais accès à ces ressources, ils se sont créé un espace propre au sein de la société.

La talibanisation du Waziristan

  • 20 Les armes n’ont pas été confisquées mais " offertes  ", et après l’un des accords, " échangées ".
  • 21 Iqbal Khattak, " I did not surrender to the military, says Nek Mohammad ", The Friday Times, 30 av (...)

41Le changement dans la structure du pouvoir – de l’administration politique à l’armée, et des malik aux militants – ainsi que le nouveau statut des mollahs, désormais arbitres entre les tribus et l’État, ont installé les talibans locaux dans un rôle de leaders alternatifs. Les accords passés avec l’armée ont consacré le pouvoir des militants. L’accord de Shakai n’était pas une reddition : dans la tradition tribale, celui qui se rend rencontre le groupe rival sur son propre territoire20. À Shakai, l’armée est venue à la rencontre de Nek Mohammad dans une madrasa de la JUI-F : « Je ne suis pas allé chez eux, ils sont venus chez moi. Cela indique clairement qui s’est rendu à qui. »21 Les militants ont décrit l’accord comme une « réconciliation », ce qui signifie, dans le code tribal, accepter le groupe rival comme un groupe aussi puissant et légitime. En concluant des accords avec les militants, l’armée leur a donné une légitimité et leur a permis de consolider leur pouvoir. Pour résumer, leur charisme, leurs aptitudes de jihadistes et l’accès aux ressources ont compensé leur jeunesse et leur manque de légitimité tribale et religieuse.

42La société tribale s’est restructurée autour des militants qui ont réussi là où le gouvernement et les institutions traditionnelles avaient échoué, et sont parvenus à bâtir des enclaves de pouvoir alternatif. Ils ont misé sur la colère de la population face à l’anarchie généralisée et à la criminalité, et, ce faisant, sont devenus une autorité morale alternative. La structure tribale a été remplacée par une structure religieuse surimposée, elle-même fondée sur une interprétation locale de la shari’a, qui accorde une grande importance au riwaj (coutume locale). Les talibans pakistanais ont mis en place des centres alternatifs pour l’administration de la justice et le réglement des différends. Le rôle des notables tribaux a été enterré lorsque l’application de la shari’a a été annoncée en mars 2006 dans le Sud-Waziristan.

  • 22 Les talibans reçoivent un salaire mensuel de 15 000 roupies.

43Ce nouveau leadership, accessible et efficace, a bâti une base de pouvoir au sein de la population, et plus particulièrement chez les jeunes tribaux et les segments défavorisés de la société. Le chômage, le sentiment d’aliénation, la lenteur des projets de développement et les opérations militaires ont radicalisé les jeunes tribaux, qui ont rejoint les talibans pakistanais. Ils bénéficient également du soutien de certains des jeunes tribaux instruits. Qui plus est, dans une société tribale où les commerçants et fonctionnaires sont considérés comme des faibles, être talib est une activité respectable qui, outre l’attrait financier22, procure un sentiment de pouvoir, un statut, un salaire et l’accès à des armes modernes. Dans une société où l’autorité est acquise et non pas attribuée, l’accès à l’argent et aux armes est un moyen utile d’atteindre le statut de leader et de remettre en cause le leadership traditionnel.

La redéfinition de l’identité pachtoune

  • 23 Qazi Hussain, Maulana Fazlur Rehman, Maulana Sami ul Haq et, au milieu des années 1980, Allama Ari (...)

44Les talibans pakistanais ont instrumentalisé les symboles culturels pour mobiliser les tribaux. On a assisté à une reformulation de ce que signifie être pachtoune : le nationalisme pachtoune a été remplacé par un nationalisme religieux, et a pris la forme d’un islam politique. La « pachtounisation » des partis religieux, amorcée dans les années 1980, est une conséquence du jihad afghan. Depuis le milieu des années 1980, les dirigeants des principaux partis religieux23 sont des Pachtounes, et leur centre de gravité s’est déplacé vers les zones pachtounes. Ce processus s’est traduit par l’accession au pouvoir de la Muttahida Majlis-e Amal (MMA, coalition de partis religieux) dans la NWFP après les élections d’octobre 2002. De la même façon, dans les districts de la NWFP, les dirigeants nationalistes pachtounes qui n’avaient pas su percevoir la nouvelle dynamique de la politique pachtoune ont été marginalisés.

  • 24 Mushtaq Yusufzai, " Tribal elders call for raising Fata force ", The News, 14 septembre 2006.

45En accueillant les militants étrangers en tant qu’« invités » et en refusant de les livrer aux autorités, les Wazirs sont devenus de meilleurs Ppachtounes : « Dans nos coutumes et traditions, on peut mourir, mais on n’imagine même pas livrer nos invités à leur ennemi. Les tribaux ont combattu les forces de sécurité de leur pays pendant près de trois ans au Nord-Waziristan, mais ils n’ont pas fait de compromis sur leurs traditions »24. Une fois l’hospitalité offerte, la reprendre sous la pression extérieure reviendrait à dire que les Pachtounes ne maîtrisent pas les circonstances qui leur sont propres. Les accords conclus avec l’armée ne comportaient aucune clause imposant aux militants de livrer les non-Pakistanais au gouvernement. Refuser l’hospitalité sous une pression extérieure serait également perçu comme une atteinte à la liberté : « C’est notre terre, il est dans notre tradition d’offrir l’hospitalité ; rien ne doit interférer avec nos affaires. » Parallèlement, en se confrontant à l’armée pakistanaise, ils deviennent de meilleurs musulmans et de meilleurs Pakistanais : pour justifier leur prétendu jihad contre une armée musulmane, ils accusent les soldats pakistanais d’être des agents américains « utilisés par les États-Unis contre leurs frères », et le président Musharraf de s’être allié à des infidèles. Ils légitiment ainsi leur combat en affirmant se défendre contre les attaques des munafiqin (hypocrites), et être les gardiens des frontières idéologiques du Pakistan.

46À l’instar d’autres groupes islamiques radicaux, les talibans pakistanais du Waziristan constituent un mouvement identitaire.

47Le militantisme islamiste dans les FATA, ainsi que dans le sud du Penjab, reste profondément ancré dans un conflit de classes. Le contrat social tribal est rompu, et le déclin des malik est l’un des changements majeurs dans les FATA. Plusieurs centaines de malik suspectés d’espionnage pour le compte des États-Unis ou du gouvernement ont été assassinés au Waziristan depuis 2004, et de nombreux autres ont quitté la région et trouvé refuge dans les villes. Les membres des élites pachtounes qui se refusent à accepter le changement social soutiennent que le tissu social tribal est intact, et sera rétabli lorsque le modèle alternatif taliban aura été éliminé. Cette élite dirigeante représente le maintien d’un système qui aggrave la pauvreté et refuse au peuple l’accès à des opportunités d’ascension sociale. Le jihad est perçu par les jeunes tribaux marginalisés comme un moyen de faire évoluer la structure du pouvoir en place qui ne peut, selon eux, être démantelée autrement.

48Il est indispensable de susciter de l’intérêt chez les tribaux. Ceux-ci ont été aliénés et se sont tournés en quête d’inspiration et de représentation vers les talibans. Il s’agit plus particulièrement de créer de l’emploi pour réduire l’inégalité sociale et de transformer les fonctions et les rôles des institutions traditionnelles, telles que la jirga, afin de leur donner une nouvelle légitimité fondée sur des principes de représentation par le suffrage, la compétence, le mérite, la transparence et l’intégration.

  • 25 J. M. Ewart, op. cit., p. 66.

49Ainsi que l’écrivait J. E. Ewart en 192925 : « Personne ne peut dire de quoi demain sera fait. Mais après tout, ce n’est pas nouveau dans la Frontière. »

Notes

1 Les FATA se composent de sept agences tribales et six petites régions frontières, où vivaient quelque trois millions et demi de personnes selon le recensement de 1998, chiffre considéré comme sous-évalué. Les districts de Chitral, Dir et Swat, l’ancien État d’Amb et le district de Malakand sont des Provincially Administered Tribal Areas (PATA, zones tribales sous administration provinciale).

2 Pour une analyse du changement social chez les Pachtounes, voir Inam ur Rahim et Alain Viaro, Swat : An Afghan Society in Pakistan. Urbanisation and Change in a Tribal Environment, City Press, Karachi, 2002. Si les dynamiques locales de la vallée de Swat diffèrent sensiblement de celles du Waziristan, des tendances similaires peuvent néanmoins être observées en termes de transformation sociale depuis le milieu des années 1970.

3 Les Deobandi sont les adeptes du mouvement réformiste basé sur la madrassa de Deoband, une ville du Nord de l’Inde, créée en 1867 et qui a donné naissance à un réseau de madrassas présent dans toute l’Asie du Sud.

4 Les Wazirs se sont opposés à la démarcation de la ligne Durand en 1893. Un lashkar (milice tribale) dirigé par le célèbre mollah Powinda a pris d’assaut le camp militaire de Wana. Une opération punitive a été menée, et en 1895, des political agents ont été détachés à Miranshah et Wana. Le Nord-et le Sud-Waziristan ont ainsi été constitués.

5 J. M. Ewart, Story of the North West Frontier Province, Lahore, Sang-e-Meel, 2000 (réimpression de l’édition de 1929), p. 53.

6 Pour plus d’informations sur le plan de réforme des FATA, le rôle du Political Agent et le dispositif d’application de la loi, voir Pervaiz Iqbal Cheema et Maqsudul Hasan Nuri (eds). Tribal Areas of Pakistan : Challenges and Responses, Islamabad Policy Research Institute/Hanns Seidel Foundation, 2005.

7 Ibid.

8 Pour plus d’informations, voir Pakistan : Countering Militancy in FATA. International Crisis Group, 21 octobre 2009.

9 Pour obtenir des statistiques détaillées sur les FATA, voir http://www.nwfpbos.sdnpk.org/fds/2000/6.htm. D’après les estimations officielles de 2002, les populations du Nord-et Sud-Waziristan atteindraient respectivement 401 000 et 467 000 habitants.

10 Les Zalikhel sont célèbres pour la résistance qu’ils ont opposée aux Britanniques. Ils ont joué un rôle décisif dans la prise de Kaboul en 1929 par Nadir Shah, ont été utilisés pour contenir une rébellion au Kohistan afghan en 1930, et ont assiégé Khost en 1933, alors que les partisans d’Amanullah voulaient se servir d’eux pour chasser Nadir. Ils faisaient partie d’un laskhar tribal entré au Cachemire en 1948. La mémoire du jihad au Cachemire est très vive chez les Wazirs. Ils ont également soutenu l’armée pakistanaise en 1965, dans la guerre qui opposait le pays à l’Inde.

11 Lors du recensement de 1981, les Mehsuds étaient 234 000, les Wazirs 61 000.

12 Iqbal Khattak, " Wazir tribesmen want independent agency ", The Friday Times, 17-23 octobre 2003.

13 " Wazir elder demands proportionate council seats  ", Daily Times, 5 décembre 2004.

14 Akbar S. Ahmed. Pakistan Society. Islam, Ethnicity and Leadership in South Asia, Oxford University Press, Karachi, 1986, p. 77.

15 Irfan Ghauri, " Adult franchise system in FATA put clerics in Parliament : ISPR DG ", Daily Times, 27 juillet, 2006. Huit députés ont été élus, sept d’entre eux pour la première fois. Maulana Noor Mohammad a été élu dans le Sud-Waziristan.

16 Des conflits locaux ont éclaté dans le contexte des opérations armées. Les tribus ont noué des alliances opportunistes avec le gouvernement ou les militants afin de prendre le dessus dans les conflits locaux. Dans la société pachtoune, " la dualité structure l’ensemble des relations sociales. La trahison est une menace constante, et les alliances peuvent évoluer ; la mort est la seule défaite. Dans le cadre d’une alliance, les Pachtounes sont fiables jusqu’à ce qu’il soit dans leur intérêt, dans les conflits locaux, de ne plus l’être " (A. Haroon Akram Lodhi).

17 Nek Mohammad et Baitullah Mehsud, qui ont signé les accords avec l’armée, sont l’archétype des kashar contestant la hiérarchie tribale. Pour un profil intéressant de Nek Mohammad, voir Tanvir Qaisar Shahid et Naim Mustafa, " Nek Mohammad kaun tha ? ", Daily Pakistan, 19 juin 2004.

18 La présence des forces armées au Waziristan est décrite comme une violation de la purdah (voile) du territoire pachtoune. L’invasion de l’espace tribal est assimilée à une violation de l’espace privé, et constitue un affront à l’honneur tribal.

19 Communication personnelle, octobre 2009.

20 Les armes n’ont pas été confisquées mais " offertes  ", et après l’un des accords, " échangées ".

21 Iqbal Khattak, " I did not surrender to the military, says Nek Mohammad ", The Friday Times, 30 avril-6 mai 2004.

22 Les talibans reçoivent un salaire mensuel de 15 000 roupies.

23 Qazi Hussain, Maulana Fazlur Rehman, Maulana Sami ul Haq et, au milieu des années 1980, Allama Arif Hussaini, leader du parti chiite Tehrik-e Nifaz-e Fiqh-e Jaafriya.

24 Mushtaq Yusufzai, " Tribal elders call for raising Fata force ", The News, 14 septembre 2006.

25 J. M. Ewart, op. cit., p. 66.

Auteur

Chercheure en sociologie politique chargée de cours à l'INALCO (Pakistan, Afghanistan).

© Demopolis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search