Version classiqueVersion mobile

Conférences chinoises de la rue d’Ulm

 | 
Michel Espagne
, 
Julie Gary
, 
Guangyao Jin

Première partie. Histoire, pensée politique

1. Histoire, culture et politique

Sur la formation historique et les difficultés identitaires de la « Chine »

Ge Zhaoguang

Texte intégral

1Un des problèmes majeurs auquel la Chine actuelle doit faire face depuis qu’elle connaît une expansion rapide (pour ne pas employer le terme d’« essor ») est sa relation avec l’Asie et le reste du monde, aussi bien sur le plan culturel, que sur les plans politique et économique. La Chine est aujourd’hui au cœur de nombreux conflits, comme la controverse autour de Goryeo, les différends sur la mer de Chine, les îles Diaoyu/Senkaku, la mer de Chine méridionale, les îles Paracels, les îles Spratleys, la Mongolie intérieure et extérieure, le Xinjiang (avec le mouvement du Turkestan oriental et l’islamisme), le Tibet (avec notamment le bouddhisme tibétain), Taiwan, voire la question des îles Ryukyu qui pourrait bien revenir sur le devant de la scène.

2Il va de soi que les problèmes d’ordre politique incombent aux hommes politiques, qui doivent les régler dans le respect des principes de la politique internationale. Cependant, quand ces problèmes sont liés à une histoire que les historiens eux-mêmes n’ont pas encore démêlée, certains hommes politiques sont bien en peine de séparer les problèmes relatifs aux frontières historiques de ceux qui touchent aux territoires réels, et de parvenir, par le biais de connaissances historiques, à des consensus avec les pays voisins. Les spécialistes saisis de l’enjeu de ces questions qui choisissent de rejoindre le débat sans avoir au préalable étudié l’arrière-plan historique soit souscrivent, par défaut, à tel parti pris en laissant l’idéologie politique envahir la scène et battre en brèche la raison, l’histoire et le savoir académique, soit tiennent des discours creux et ronflants sur les grandes théories et les grands concepts occidentaux, comme « empire », « État-nation », « postmodernité », « postcolonialisme », etc.

  • 1 C’est le sujet de notre livre intitulé Ici, en Chine : reconstruire le discours historique sur la C (...)

3Les questions liées aux frontières, aux groupes ethniques, aux religions, aux idées de nation et d’identité sont aujourd’hui le point de mire des universitaires chinois. En tant qu’historien, nous nous devons de nous interroger sur ce qu’est la « Chine » d’un point de vue historique1.

Quelles sont les difficultés attachées à la notion de « Chine » ?

4Qu’est-ce que la « Chine » ? Toute réponse de bon sens apparent à cette question dissimule un certain nombre de problèmes d’ordre historique.

  • 2 Dans la dernière partie du dernier chapitre de notre Histoire de la pensée chinoise (Zhongguo sixia (...)

5Après 1895, l’empire des Qing devient partie intégrante de l’Asie et du reste du monde, et la culture chinoise traditionnelle doit faire face au double assaut des modernités occidentale et japonaise. Un ordre moderne s’oppose désormais à sa représentation traditionnelle du monde, sous-tendue par la notion de tianxia (天下, « ce qui se trouve sous le Ciel ») et à son système du tribut, tandis que son organisation politique traditionnelle est remise en cause par la démocratie occidentale ; c’est le plus gros bouleversement que l’Empire ait eu à connaître en deux mille ans2. La Chine, qui avait toujours été accoutumée à « évoluer à l’intérieur de la tradition », se voit désormais contrainte d’« évoluer hors de la tradition ». Si, quand nous parlons de la Chine dans l’histoire, nous ne pouvons faire l’impasse ni sur l’Asie ni sur le reste du monde, c’est bien parce que, depuis cette date, la Chine n’est plus un monde historique autonome. Les débats sur l’histoire de la Chine doivent donc tenir compte d’un arrière-plan mondial ou asiatique, ou du moins est-asiatique.

6Les évolutions du monde à l’époque moderne et celles de l’Asie en particulier poussent de plus en plus les chercheurs à s’intéresser aux rapports et aux influences croisées, dans le cadre d’une histoire mondiale ou dans celui d’une histoire régionale. Le mouvement de l’histoire postmoderne, qui séduit beaucoup depuis quelques décennies, prône la critique du récit historique fondé sur les États-nations. L’engouement des universitaires pour l’histoire asiatique et l’histoire mondiale s’est diffusé à l’échelle internationale, débouchant sur les questionnements suivants : d’un point de vue historique, la « Chine » existe-t-elle en tant que pays doté d’une homogénéité politique et culturelle ? Pourquoi la Chine peut-elle être identifiée comme un « monde historique » et traitée comme tel ? Ces questions, après avoir fait leur entrée en Chine même, ont également eu un impact sur les autres territoires concernés.

7Ces remises en cause sont précieuses : elles nous donnent l’occasion de poursuivre ici notre réflexion sur « ce qu’est la Chine ». Selon nous, les problèmes liés à l’histoire de ce pays sont à l’origine de bon nombre de difficultés politiques ou culturelles actuelles, mais ont également fourni aux milieux universitaires, et plus précisément aux chercheurs en histoire, des sujets d’étude de dimension internationale. Pourquoi ? Parce que la nature du pays « Chine » ne peut s’apparenter à la notion d’« empire » dans son acception européenne traditionnelle, et que la définition et le concept d’« État-nation » tels que développés dans l’Europe des temps modernes ne s’appliquent pas davantage au cas chinois. Aussi bien par son territoire que par ses groupes ethniques, ses croyances, ses frontières, sa culture et la question de son identité, la situation chinoise est bien plus complexe que celle de tout autre pays au monde.

  • 3 L’expression se trouve dans le Shiji 史記 (Mémoires historiques), juan 6, « Vie de Qin Shihuang ». Da (...)
  • 4 L’expression « combiner les doctrines confucéennes et légistes » (wangba dao za zhi 王 霸道雜之) est de (...)
  • 5 Au sein des Ershisi shi 二十四史 (Vingt-quatre histoires), il faut attendre l’Histoire des Song, écrite (...)

8Si l’on reprend l’histoire chinoise, on pourra dire assez simplement qu’il a très tôt existé une Chine présentant une continuité politique et culturelle : la dynastie Qin unifie l’Empire trois siècles avant notre ère et, grâce à la puissance de son administration, met en place « une standardisation des poids et des mesures, des calibres des roues pour les véhicules et de l’écriture3 » ; un siècle plus tard, la dynastie Han combine au niveau politique les doctrines confucéennes et légistes et privilégie sur le plan intellectuel la pensée confucéenne4. C’est ainsi que, dès cette époque, se constitue un empire chinois au système politique, à la culture et à la langue quasi unifiés. La longue époque médiévale qui suit est marquée par les guerres et le morcellement du territoire : de nombreux peuples se croisent et se mélangent et différents dirigeants se succèdent sur le sol chinois. Pour autant, et ce jusque sous les dynasties Sui et Tang, l’Empire chinois maintient son influence sur l’Asie orientale et son contrôle sur les peuples présents sur son territoire. La représentation du monde en vigueur sous les dynasties Han et Tang n’admettait pas à proprement parler d’« étranger », pas plus qu’elle ne reconnaissait d’ordre « international ». Alors qu’au fil de l’histoire d’autres peuples comme les Xiongnu, les Xianbei ou encore les Köktürks se révèlent capables de rivaliser avec l’Empire, la représentation chinoise du monde5 ne se figure aucun « pays ennemi » à la mesure de la Chine, ni même de « pays étrangers ».

  • 6 Sous les Song, la Chine est entourée par de puissants voisins et voit apparaître des ennemis à sa m (...)
  • 7 Cf. « “Zhongguo” yishi zai Songdai de tuxian »“中國”意識在宋代的凸顯 (« L’apparition d’une conscience “chinoi (...)

9Ce n’est qu’à partir des Song, c’est-à-dire entre les xe et xive siècles, que les relations de la Chine avec ses voisins connaissent d’importants changements6. En effet, la Chine des Song évolue dans un environnement multinational qui la pousse à prendre conscience d’elle-même en tant que « Chine », conscience qui perdurera jusqu’à nos jours. Une connaissance très rudimentaire de l’histoire chinoise suffit pour comprendre que cette époque marque une rupture. Pourquoi tant d’universitaires adhèrent-ils à cette théorie du tournant Tang-Song, selon laquelle la dynastie Tang représente la tradition et la dynastie Song la modernité ? Les historiens japonais Naitō Konan et Miyazaki Ichisada partagent cet avis avec les historiens chinois Fu Sinian, Chen Yinke, Qian Mu et Fu Lecheng. D’après nous, si la dynastie Song marque le début de l’époque moderne, c’est parce qu’avec la forte croissance de la population urbaine, la chute des élites, le début d’une dictature impériale, la mise en place du système des examens impériaux, l’apparition d’une société nobiliaire et d’une société rurale, l’émergence de nouveaux styles littéraires et artistiques, qui sont autant d’éléments nouveaux apparus à cette époque, se fait jour et se renforce progressivement une conscience de soi en tant que « peuple » et « nation », qui est une marque de l’« époque moderne ». Insistons donc : la dynastie Song est une époque clé dans l’élaboration d’une conscience7 de ce qu’est la « Chine ».

10Il convient de souligner que passé ce premier stade, les frontières politiques et l’environnement extérieur de la Chine n’ont cessé d’évoluer. Pour autant, ce pays singulier, désormais géographiquement délimité, garde sa représentation du monde originelle — selon laquelle il est « le plus grand et sans extériorité » — ainsi que son système autocentré du tribut. C’est pourquoi de plus en plus de problèmes se posent à la Chine après les Song, malgré son homogénéité culturelle et son unité politique : d’abord, elle s’est vue envahir par les Mongols, fondateurs de la dynastie Yuan, puis par les Mandchous, fondateurs de la dynastie Qing, devenant ainsi à deux reprises un empire transfrontalier gouverné par des peuples étrangers. Ensuite, elle a été confrontée à trois autres difficultés très particulières, qui ont exacerbé sa crise identitaire, et sont à l’origine des problèmes qui se posent à elle actuellement et risquent de l’empoisonner durablement.

11De quelles difficultés s’agit-il ?

  • 8 Le Suishu 隋書 (Livre des Sui), « Histoire des Yi de l’Est et Histoire du pays de Wo [le Japon] » con (...)
  • 9 Cf. Kawazoe Shōji 1977. On y lit (p. 26-28) que cette invasion, si elle ne s’est soldée ni par une (...)

12La première correspond à l’apparition après les Song d’une tendance autocentrique dans les pays voisins (Japon, Corée, Annam). Suite à l’effondrement des dynasties Han puis Tang, la Chine a perdu sa force d’attraction et son rayonnement culturel, et ses voisins ne veulent plus dépendre d’elle à ce niveau-là ; sur le plan politique également, ils refusent de souscrire à la représentation chinoise d’un empire entouré de barbares, avec « au sud les Man, au nord les Di, à l’ouest les Rong et à l’est les Yi ». Dès les dynasties Sui et Tang, le Japon accuse une conscience de soi comparable à celle de la Chine8 ; mais les débuts d’un nippocentrisme politique, économique et culturel se font réellement jour sous la dynastie Yuan, après la tentative d’invasion manquée par les forces alliées des Mongols, des seigneurs du Jiangnan et de Goryeo, repoussées par les « vents divins » (kami kaze 神風). C’est à partir de ce moment que le Japon s’établit comme « pays des dieux » (shinkoku 神國) et qu’une culture japonaise propre commence à se développer9. Différents pays d’Asie orientale s’affirment à cette même époque : en Corée, le royaume de Goryeo devient le royaume de Joseon d’après le nom de la dynastie fondée par Yi Seong-gye, et Ashikaga Yoshimitsu unifie le nord et le sud du Japon. Forts de la nouvelle conscience nationale qui résulte généralement de l’unification d’un peuple, les pays situés autour de la Chine (Annam, Ryukyu, Corée, Japon) commencent à s’autonomiser sur le plan politique et à rivaliser avec elle sur le plan culturel. Dans un contexte géopolitique foncièrement renouvelé, l’ordre mondial centré autour de la Chine et soumis à la notion de tianxia et d’ordre rituel doit évoluer. La Chine n’a pas d’autre choix que d’accepter cette nouvelle donne politique et culturelle. La transformation de ces « régions à la périphérie de l’Empire chinois » est donc le premier défi qui se pose à la Chine.

  • 10 En l’an 11 de l’ère Zhengde du règne de Wuzong des Ming (1516), un Portugais du nom de Rafael Peres (...)

13La seconde difficulté fait son apparition sous la dynastie Ming, avec l’arrivée des Occidentaux10. Tandis que la dynastie Ming, qui a redonné au peuple Han les commandes de l’Empire, doit composer avec un monde bien plus vaste que par le passé, l’histoire chinoise doit désormais intégrer l’histoire mondiale, et la culture chinoise faire face à la civilisation européenne. La mondialisation, qui n’en est encore qu’à ses débuts, gagne rapidement en intensité. À la fin de la dynastie Qing, les Occidentaux débarquent en Chine avec « leurs vaisseaux de guerre et leurs lourds canons », et la contraignent à signer les traités inégaux. La notion de tianxia se trouve progressivement remplacée par celle d’« international ». Les Chinois voient ainsi s’imposer à eux un monde géographique, historique et culturel immense, avec lequel ils n’entretenaient par le passé que peu de relations. Dès lors, quel pays pourra prétendre imposer ses valeurs à ce monde ? Quel sera l’ordre à même de régner sur cet espace international ?

  • 11 Lynn A. Struve précise que l’empire des Ming contrôlait efficacement quinze provinces et s’inquiéta (...)
  • 12 En réalité, les huit bannières mongoles sont fondées dès l’an 9 de l’ère Tiancong (1635), et les hu (...)

14La troisième difficulté surgit sous la dynastie Qing, suite à l’élargissement du territoire chinois et aux problèmes internes qui en découlent. Les Ming, dont le territoire était composé de quinze provinces11, avaient connu assez peu de problèmes ethniques ou locaux. À partir de 1644, date à laquelle les Mandchous fondent la dynastie Qing, la Chine, gouvernée jusque-là par des Han, devient un empire gouverné par une alliance de Han et de Mandchous12. Durant la 22e année du règne de Kangxi (1683), les Qing réintègrent Taiwan au territoire chinois, et sous la 27e année (1688), soumettent les Khalkhas de Mongolie : l’Empire compte désormais en son sein la Mongolie et la Mandchourie en plus des territoires Han. Durant la 24e année du règne de Qianlong (1759), la guerre contre les Dzoungars et contre les Khojas d’Altishahr fait remporter à l’Empire un nouveau territoire, le Xinjiang. L’empire Qing unit désormais en son sein Mandchous, Han, Mongols et Hui. La politique de nomination de fonctionnaires de l’administration centrale aux postes de commandements locaux (gaitu guiliu 改土歸流), mise en place sous les Ming et pérenne jusqu’à l’ère Yongzheng, visait à se défaire des représentants locaux dans les régions Miao et Yi (situées dans le sud-ouest de la Chine) et à imposer les subdivisions des provinces (zhou 州), préfectures (fu 府), districts (xian 縣) et sous-préfectures (ting 廳). L’empire Qing compte alors en son sein des Mandchous, des Mongols, des Han, des Hui et des Miao. Des années Shunzhi jusqu’aux années Qianlong, les Panchen et Dalaï Lamas sont reçus par l’Empereur à Chengde ; durant la 57e année du règne de Qianlong (1792), la Cour envoie Fu Kang’an au Tibet pour introduire le système dit « de l’urne d’or ». La Chine devient ainsi à cette époque le pays « aux cinq peuples » (Mandchous, Mongols, Hui, Tibétains, Han) ou aux « six peuples » (si l’on compte les Miao), et s’éloigne ainsi du schéma de la superposition traditionnelle d’un peuple (les Han) sur un pays (la Chine).

  • 13 Zhao Erxun 1977, vol. 54, « Géographie 1 », p. 1891. On peut y lire que l’empire des Qing « s’étend (...)
  • 14 Tout comme Zhang Taiyan, qui a écrit sur la haine et le rejet des Mandchous, Sun Yatsen a réfléchi (...)
  • 15 Kang Youwei 康有爲 (1858-1927), grand lettré et chef de file du mouvement réformiste de 1898. Après le (...)
  • 16 Liang Qichao 梁啟超 (1873-1929) fut un éminent chef de file des lettrés réformistes chinois. Il découv (...)

15Un empire aussi gigantesque a certes toutes les raisons de s’enorgueillir de sa puissance13, mais les problèmes intérieurs dont il hérite sont sérieux. En effet, comment garder unifiée une nation aussi vaste, faire cohabiter une telle multiplicité de cultures ethniques et définir une identité commune à tous ? En 1911, année de la révolution Xinhai, l’empire est remplacé par une république. Le parti révolutionnaire use d’abord de slogans comme « chasser les Mandchous et restaurer la Chine » pour mobiliser les foules14 : cette révolution est donc bien une tentative Han de se débarrasser des Mandchous pour récupérer le pouvoir. Mais comme personne ne consent à commettre le crime de morceler le territoire, les révolutionnaires finissent par accepter le compromis avancé par des conservateurs comme Kang Youwei15 et Liang Qichao16 autour de l’idée de « nation », et reconnaissent la « république des cinq peuples » mentionnée dans l’édit impérial d’abdication promulgué par l’Empereur. Ainsi, à la république de Chine puis à la République populaire de Chine, héritières de la dynastie Qing, échoient les problèmes ethniques et régionaux latents mais bien réels de l’empire Qing, ainsi que la question de savoir comment ces six peuples peuvent s’entendre sur leur pays et sur leur identité culturelle. C’est donc là la troisième difficulté pour la Chine : réussir à gérer les différents sentiments d’identité nationale propres à chaque ethnie présente sur le sol chinois.

  • 17 Depuis 1895 et l’intégration de la Chine au sein des histoires mondiale, asiatique et est-asiatique (...)
  • 18 Un pays multiethnique divisé en plusieurs régions est-il forcément un empire traditionnel ? Ne peut (...)

16La Chine d’aujourd’hui est l’héritière des relations extérieures de la Chine des Song, du contexte international prévalant sous la Chine des Ming et de la diversité ethnique de la Chine des Qing. Dans notre Zhaizi Zhongguo (Ici, en Chine), nous insistons sur le fait que « la Chine est mouvante au cours de l’histoire ». Même si la Chine en était restée à l’époque de la « grande unité » et des « dynasties célestes », elle aurait toujours à gérer ces problèmes à la fois intérieurs, frontaliers et extérieurs17. Aussi la Chine est-elle une « nation » particulière18. Il nous faut désormais comprendre en quoi elle n’est pas (comme en Europe) passée d’un empire à un État-nation, mais a pu acquérir la notion de nation, limitée, alors qu’elle se considérait comme un empire illimité, tout en conservant, une fois devenue nation délimitée, l’imaginaire d’un empire infini ; en d’autres termes, comment un État-nation moderne issu d’un empire traditionnel centralisé a-t-il pu garder vivante cette conscience-là ? La notion européenne d’« État-nation » n’est pas forcément appropriée pour parler de la Chine. En tant que « nation » particulière, c’est à partir de son histoire qu’il faut chercher à la comprendre.

La « Chine » en question : apports et défis des nouvelles théories et méthodes

  • 19 Bai Shouyi 1978, p. 2.

17Comment comprendre cette Chine gigantesque et complexe ? De nos jours, il va de soi que plus personne ne définit le champ d’étude de la Chine historique sur la base du territoire actuel de la République populaire de Chine19. Pour autant, faut-il vraiment en revenir à l’ancien parti-pris de chercheurs japonais pour qui la Chine d’alors, « sans frontières » et « ne constituant pas un pays », devait se ramener à tout le territoire situé au sud de la Grande Muraille, et devenir un pays purement Han ? Faut-il, en accord avec la définition européenne de l’« État-nation », considérer la Chine comme un grand empire dépourvu d’homogénéité ? Faut-il, en accord avec la théorie postmoderne, considérer la Chine comme une communauté non homogène reposant uniquement sur une construction imaginaire ?

18Ces questions méritent d’être posées. Actuellement, cinq courants règnent dans le milieu international des études chinoises, qui contestent et remettent en cause le discours traditionnel où la Chine est pensée comme un monde historique.

Le courant des études régionales

  • 20 Il propose de réfléchir à quatre aspects des changements survenus en Chine pendant ces huit cents a (...)
  • 21 Skinner William 1977 (traduction chinoise p. 242-252).

19En 1982, l’universitaire américain Robert Hartwell publie Demographic, Political and Social Transformation of China, 750- 155020 ; cet ouvrage, qui défend l’approche des études régionales, a beaucoup inspiré et influencé les chercheurs américains spécialistes de la dynastie Song, comme Robert Hymes, Richard Davis, Paul Smith ou Peter Bol, à l’origine d’études sur le Fuzhou, le Sichuan, le Mingzhou et le Wuzhou entre autres. Ce ne sont bien évidemment pas les premières études régionales ou d’histoire locale menées sur la Chine : en 1977, William Skinner avait déjà amorcé le mouvement avec son travail sur les villes chinoises de l’époque moderne21. Ce courant influence par la suite à la fois les États-Unis et le Japon. Ainsi, dès après les années 1990, les spécialistes japonais de l’histoire de Chine manifestent très clairement leur intérêt pour les études régionales. Ce resserrement de la focale permet dans une large mesure d’affiner les résultats obtenus lors d’études plus générales sur la Chine. Cela se traduit à l’époque par une spécialisation de la recherche en histoire chinoise, qui s’est pendant très longtemps concentrée sur la globalité chinoise au mépris des particularités locales. Mais contre toute attente, la méthode qui sous-tend ce courant met largement en cause l’existence « d’une histoire, d’une civilisation ou d’une pensée chinoise uniques ». Certains spécialistes considèrent même qu’il est impossible de voir la Chine comme un monde historique : il faudrait diviser le pays en plusieurs régions, à étudier séparément dans le détail.

Le courant des études asiatiques ou est-asiatiques

20Considérer l’Asie ou l’Asie orientale en tant que monde historique implique que l’on accepte soit la représentation géographique et civilisationnelle occidentale, qui perçoit l’Asie ou l’Asie orientale comme une totalité, soit la représentation en vigueur dans les études asiatiques et l’orientalisme scientifique, deux disciplines qui voient le jour dans le Japon de l’ère Meiji au terme d’une histoire très complexe. Pour résumer, dès l’ère Meiji, des chercheurs commencent à se demander si la Chine peut ou non être considérée comme un État-nation et constituer un monde historique à part entière. Le milieu orientaliste japonais de l’époque, gagné aux idées occidentales et intrigué par l’intérêt de l’Occident pour la sinologie, prête une attention croissante à la Corée, à la Mongolie, à la Mandchourie, au Tibet et au Xinjiang. Dès lors, pour ces universitaires, la Chine n’est plus cette entité aux contours vagues unissant différents peuples en son sein. Si seuls les chercheurs partagent au départ cette nouvelle conception, elle gagne petit à petit la sphère politique et devient la nouvelle manière d’appréhender la Chine, ce qui se ressent dans les mesures japonaises de politique extérieure prises vis-à-vis de la Chine. Le milieu japonais de la recherche en histoire de l’avant et après Seconde Guerre mondiale s’intéresse tout particulièrement à ce sujet.

  • 22 Voir infra, p. 93. Pour la première parution, voir Ge Zhaoguang 2011.
  • 23 Des ouvrages comme Jūyonen mae no Shina bunkatsu ron 十四年前の支那分割 論 (La division de la Chine opérée il (...)
  • 24 Yano Jinichi 矢野仁一, Kindai Shina ron 近代支那論 (La Chine à l’époque moderne), 1923 ; Daitōa shi no kōzō (...)

21Nous avons déjà abordé ces questions dans un article inclus dans ce même volume22, intitulé « Bianguan he zai ? » 邊關何在? (« Où sont les frontières ? »). À partir de l’ère Meiji, et plus encore après la première guerre sino-japonaise (1894-1895), le Japon est de plus en plus exigeant à l’égard de la Chine et des territoires environnants. Certains spécialistes japonais considèrent que l’empire Qing et la Chine sont deux choses différentes, et se servent de la notion européenne d’État-nation, alors à la mode, pour réduire la Chine à ses dynasties. De leur point de vue, ces dynasties sont la marque d’un empire au sens traditionnel du terme : la Chine serait cette nation peuplée majoritairement de Han, et aurait son territoire compris entre la Grande Muraille et le Xinjiang. Les différents peuples vivant aux confins de ce territoire seraient des communautés culturellement, politiquement et ethniquement différentes, et ce qu’on appelle Mandchourie, Mongolie, Xinjiang, Tibet ou Corée seraient en fait des « territoires périphériques » extérieurs à la Chine. Ce débat, intéressant dans un cadre historique ou universitaire, nourrit bientôt des courants de pensée et des stratégies de politique extérieure. L’idée selon laquelle « la Chine doit renforcer son centre et abandonner ses territoires périphériques, et le Japon doit se battre contre l’Occident pour gagner le contrôle de ces territoires23 » voit ainsi le jour dans les milieux culturels et politiques japonais, qui partagent également à partir de là le sentiment selon lequel la Mandchourie, la Mongolie, le Xinjiang, le Tibet et la Corée sont « tout comme le territoire japonais ». En 1923, Yano Jinichi, un célèbre orientaliste japonais, explique que la Chine ne peut pas être considérée comme un État-nation et que la Mandchourie, la Mongolie, le Tibet, etc., ne font à l’origine pas partie du territoire chinois. En 1943, dans une série d’interventions qu’il fait à l’université d’Hiroshima, il défend un récit historique dont l’unité de base serait l’Asie plutôt que la Chine24.

22Ces histoires appartiennent à une autre époque. Pour autant, depuis que les milieux universitaires japonais, coréen et chinois montrent plus de réserve vis-à-vis du discours « occidental » ou américano-européen, ils sont facilement sujets à l’influence des théories postcolonialistes — notamment l’orientalisme —, tant l’espoir de pouvoir un jour sortir de l’histoire « universelle » imposée par les États-Unis et l’Europe leur est cher. Cela fait le jeu de l’asiatisme : des sujets comme « l’histoire est-orientale », « les réflexions menées du point de vue de l’Asie », « la communauté intellectuelle asiatique » sont à l’honneur, de sorte que l’Asie ou l’Asie est-orientale devient un « monde historique ». D’un certain point de vue, réaffirmer la place de l’Asie revient à aller au-delà des frontières politiques des États-nations, à repenser la représentation de l’espace politique, à abandonner l’idée d’un « pays-centre » et à lutter contre l’hégémonie occidentale. Cela étant, d’un point de vue historique, certaines questions restent à éclairer : 1. Comment l’Asie peut-elle devenir, ou à partir de quand pourrait-elle devenir une communauté à l’origine historique reconnue par tous et disposant d’une culture, de connaissances, d’une histoire voire d’un système politique où l’« autre » (Europe, États-Unis ou Occident) serait un autre commun ? 2. Si l’histoire asiatique triomphe un jour, ne contribuera-t-elle pas à renforcer l’interconnectivité et l’homogénéité de l’Asie orientale, mais également à réduire la force centrifuge et les différences séparant Chine, Japon et Corée, que cela soit le fruit d’une volonté consciente ou non ? 3. Si l’Asie devient le point de départ de toutes les réflexions, les historiens de la Chine ne risquent-ils pas de voir celle-ci s’effacer au profit de l’Asie ?

La théorie taiwanaise des cercles concentriques

23Les discussions historiographiques sur Taiwan présentent la difficulté d’être extrêmement politisées ; nous souhaitons ici aborder notre sujet d’un point de vue purement scientifique, sans émettre aucun jugement d’ordre politique. Les historiens taiwanais se sont toujours montrés prudents sur la question de la « Chine », et manifestent des réserves sur l’approche qui voudrait que les frontières du territoire politique chinois actuel déterminent les frontières de la Chine historique. Ils évitent d’inclure Taiwan dans le territoire chinois et l’histoire taiwanaise dans le discours sur l’histoire chinoise, et essaient de réaffirmer la place de Taiwan en s’élevant au-dessus de l’actuel territoire politique chinois.

  • 25 Du Zhengsheng 2002, p. 39.

24Le courant des études régionales leur offre l’occasion de revenir sur le domaine dévolu à l’histoire chinoise. Certains historiens taiwanais, dont le plus représentatif est sans doute Du Zhengsheng, sont ainsi à l’origine de la théorie des cercles concentriques : dans un texte résumant très bien la situation, Du écrit que « dans les années 1990 […], cette théorie, que je défendais, a permis de renverser la conception selon laquelle “la Chine était le corps central et Taiwan un corps annexe”25 ». Pour lui, cela revenait à s’opposer à un hégémonisme culturel et à détruire le discours traditionnel sur la « Chine ». La théorie des cercles concentriques place Taiwan au centre de différents cercles : le premier correspond à l’histoire locale, le deuxième à l’histoire de Taiwan, le troisième à l’histoire de la Chine, le quatrième à l’histoire de l’Asie, et le cinquième à l’histoire mondiale. Cette théorie repose sur la volonté de sauver Taiwan en l’extrayant de l’identité chinoise ; en effet, d’après Du, Taiwan a été intégré de force dans le discours chinois. Pour renforcer l’identité ethnique taiwanaise, la seule possibilité est de rejeter le mythe chinois d’une homogénéité culturelle ; en effet, cette prétendue homogénéité n’est possible que sous la contrainte d’un pouvoir politique aux volontés hégémoniques.

25Du point de vue du discours historique, la mise en exergue de Taiwan se traduit en creux du côté chinois. Pris dans ces tendances « centrifuges », l’argumentaire chinois, qui semblait à l’origine ne présenter aucune faille, se trouve quelque peu perturbé. Fin 2003, à l’occasion du 75e anniversaire de l’Institut d’histoire et de philologie de l’Academia sinica, Du Zhengsheng s’est prononcé en faveur d’une « histoire chinoise débordant du cadre de la Chine » et a défendu l’intérêt d’une « histoire de la Chine vue de Taiwan ». Lors d’un autre célèbre débat — qui avait à l’époque soulevé de véhémentes discussions — portant sur la cartographie, Du Zhengsheng avait émis l’idée de redessiner la carte en s’affranchissant de l’axe vertical nord-sud et de l’axe horizontal est-ouest, et en faisant pivoter les cartes de 90° vers la gauche de sorte que Taiwan soit au centre. De cette manière, Taiwan ne serait plus cet appendice du sud-est de la Chine, mais le centre d’un cercle bordé au nord par la côte chinoise, à l’est par Ryukyu et le Japon et à l’ouest par les Philippines.

26Si un récit historique et spatial de cet ordre est mis en place, pourra-t-on vraiment encore parler de « Chine » ? La même question se pose aussi implicitement pour les discours historiques du Xinjiang, du Tibet, de la Mongolie intérieure, de la Mandchourie, voire du Yunnan.

« Histoire de l’époque mongole » et « nouvelle histoire des Qing »

27Dans le discours historique traditionnel sur la Chine, la dynastie mongole des Yuan et celle de l’empire mandchou des Qing ont été les plus difficiles à intégrer à l’histoire chinoise. En effet, de leur fait, l’histoire chinoise excède le cadre de la Chine des Han, et a dû prendre en compte un grand nombre de documents défendant des points de vue divers et écrits dans différentes langues, qui mettent en scène des récits traitant d’un espace plus vaste, habité d’ethnies nombreuses et entretenant des relations complexes avec ses voisins. L’histoire chinoise traditionnelle qui s’est élaborée sur le socle des dynasties d’ethnie Han n’a pu avoir raison de la dynastie mongole, dont le territoire s’étendait « au nord jusqu’aux monts Yin, à l’ouest jusqu’aux sables mouvants, à l’est au-delà du fleuve Liao et au sud jusqu’aux montagnes Nan ». Les historiens japonais Honda Minobu et Sugiyama Masaaki ont donc émis le concept d’une « histoire de l’époque mongole ». S’ils préfèrent ce nom à celui d’« histoire des Yuan », c’est pour aider à repenser l’histoire mondiale et l’histoire chinoise, cette histoire-là appartenant davantage selon eux à la première. Nombreux sont les historiens à abonder dans ce sens : cela permet en effet d’abandonner une histoire de Chine centrée sur l’histoire de la dynastie Yuan, et d’envisager l’histoire en se plaçant dans la perspective élargie de l’espace mondial.

  • 26 Selon Richard Von Glahn, la tendance universitaire actuelle tend à faire de l’empire Qing un empire (...)
  • 27 Cf. Elliot Mark C. 2001 ; Crossley Pamela Kyle 1990 ; Millward James 2004, etc. Pour une introducti (...)

28L’histoire des Qing a connu un destin comparable : ces dernières années, une « nouvelle histoire des Qing » a vu le jour aux États-Unis. Selon ses partisans, la dynastie Qing ne fait pas partie des vingt-quatre dynasties de l’histoire chinoise : ses dirigeants — comme le grand Khan — régnaient sur les peuples mandchou, mongol, Hui, tibétain, Han et d’Asie centrale, ce qui les distingue des empereurs chinois au sens traditionnel du terme ; en outre, les Mandchous adoptèrent le confucianisme sans pour autant trahir leurs spécificités culturelles et abandonner leur identité. L’empire Qing et la Chine ne seraient donc pas synonymes, puisque le premier débordait la seconde26. À l’heure actuelle, cette nouvelle histoire des Qing est à la mode en Europe, aux États-Unis et au Japon ; elle réaffirme la singularité de la Mandchourie et de sa culture27. L’« histoire des Qing » se distingue donc radicalement de l’« histoire chinoise de la dynastie Qing », et plus encore de l’« histoire chinoise des Han ». Ce discours, tout en reprenant les termes des historiens japonais d’antan, comme « domination par un peuple étranger » ou « dynastie conquérante », mobilise de nouvelles théories, qui préconisent d’aller « au-delà de l’État-nation » et de « reconnaître l’identité propre à chaque peuple frontalier ». Hautement significatif, il préserve la conscience d’une hétérogénéité ethnique dans le discours historique, souligne l’influence qu’un peuple non Han a pu avoir en retour sur les Han dans les processus historiques, et refuse que l’histoire de la Chine s’élabore à partir des frontières de la Chine actuelle ou de la Chine de l’ethnie Han. En effet, faire l’histoire de la Chine à partir des frontières, des peuples et de la culture de la Chine actuelle revient à inclure l’histoire dans la « Chine ».

29L’histoire de l’époque mongole tout autant que la nouvelle histoire des Qing sont chacune tout à fait valables d’un point de vue scientifique. Mais, en niant qu’il y ait jamais eu ni de « hanisation » ni même de Chine, ne risque-t-on pas verser dans un autre extrême et de passer à côté du rayonnement, de l’influence et de la persistance de la culture Han, qui a joué un rôle essentiel à l’époque des dynasties mongole et mandchoue ?

Histoire postmoderne

30Le dernier défi lancé à la Chine émane de la théorie postmoderne, qui voit le jour en Europe et aux États-Unis. Dans la critique qu’il fait de la modernité, le postmodernisme met en cause la légitimité des États-nations étiquetés comme tels depuis l’époque moderne. Particulièrement depuis l’émergence de la théorie des « communautés imaginées », le doute qui a incité les historiens à repenser l’histoire à l’aune des États-nations modernes reflète la conception faussée qu’ils ont de l’idée de « nation », et montre que nous avons l’habitude d’imaginer, de comprendre et de raconter les nations des époques anciennes à partir des nations actuelles. Or, au fil de leur histoire, les nations se révèlent souvent mouvantes, l’espace qu’elles occupent change au gré des époques et leurs peuples sont tour à tour réunis ou divisés.

  • 28 Il est problématique d’étudier la Chine à partir de cette grille-là. Pour Prasenjit Duara, historie (...)

31La réflexion menée par les historiens postmodernes et les arguments dont ils se servent pour étudier les États-nations actuels se fondent sur l’expérience des anciennes colonies28, comme l’Inde, le Pakistan, le Bengale, l’Indonésie en Asie, ou la région des grands lacs en Afrique. Ils peuvent également être tirés de l’histoire européenne moderne, où la réorganisation de pays et de peuples constitue de fait un phénomène assez courant. La Chine a elle aussi connu des périodes de division au cours de l’Antiquité, mais en raison de l’aire d’influence très étendue de la culture Han, du repère commun que continuaient de représenter les ethnies pré-impériales Hua et Xia après l’unification menée par les dynasties Qin et Han, et enfin de la différence de taille existant entre centre et périphérie, Han et non-Han, la culture, les traditions et le système politique chinois ont pu se maintenir sans qu’une « renaissance » des traditions, un effondrement de l’empire ou une reconstruction du pays aient lieu. Il convient dès lors de se poser les questions suivantes : les historiens ne devraient-ils pas s’interroger sur les spécificités d’une histoire chinoise par rapport à une histoire européenne ? L’homogénéité de la Chine, et plus encore de la civilisation Han, l’uniformité de ses espaces de vie et de son espace dynastique, la longévité de ses traditions et la reconnaissance de son pouvoir politique, sont-ils donc quelque chose de « contingent » et de « discutable » ? La Chine est-elle un État-nation qui se serait progressivement mis en place uniquement au cours de l’époque moderne (selon la désignation occidentale) ?

  • 29 Duara Prasenjit 1996. Nous savons que ce travail repose sur un arrière-plan théorique et des expéri (...)

32Force est de reconnaître que ces discours, qu’ils portent sur le local ou le régional, l’Asie ou l’Asie orientale, qu’ils placent Taiwan ou le « pays du grand Khan » au centre ou défendent une histoire « entrecroisée », nous offrent de nouveaux angles aux perspectives multiples pour explorer l’histoire chinoise. Ainsi, on prend mieux conscience de la complexité de cette histoire et de la réalité de ces discours29. En acceptant ces défis et en allant au-delà de ces différents courants, il est dès lors possible de reconstruire le discours historique portant sur la Chine et de débattre paisiblement du sujet.

Chine historique, Chine culturelle et Chine politique : le défi de la Chine à la théorie occidentale moderne des États-nations

33Les différents points de vue, théories et méthodes exposés ci-dessus ont sérieusement ébranlé les milieux universitaires chinois, et nous ont conduits à nous demander si la Chine pouvait être un concept allant de soi, de pur bon sens, et s’il existait une Chine dotée d’une certaine homogénéité culturelle.

34En tant qu’historien chinois, nous insisterons sur le fait que cette Chine existe bel et bien depuis l’unification des Qin et des Han, même si elle a été la scène de nombreuses divisions et transformations. En effet :

  1. Ses frontières ont eu beau évoluer, la région centrale est demeurée relativement stable, ce qui lui a permis très tôt de former un territoire aux frontières globalement définies, au système politique, au peuple et à la culture unifiés, et de se constituer comme un monde historique.

    • 30 Pendant la Seconde Guerre mondiale, le centre de recherche japonais sur l’Asie orientale a publié u (...)

    Malgré l’existence de périodes laissées aux mains de « dynasties conquérantes » ou de « peuples étrangers » (comme les dynasties du Nord et du Sud, les Cinq Dynasties, les Yuan et les Qing), au cours desquelles différentes cultures non Han n’ont cessé de se superposer les unes aux autres, tandis que la culture Han n’a cessé d’évoluer en les intégrant, les traditions culturelles issues de la souche principale constituée par les Han se sont perpétuées30, donnant naissance à une identité culturelle et à un courant dominant bien distincts, à la base d’un corps civilisationnel à prendre en tant que tel.

  2. Toutes les dynasties ayant régné sur la Chine se sont toujours considérées comme « chinoises » et se sont légitimées en reprenant à leur compte les représentations chinoises traditionnelles (comme les cinq éléments, la science du calendrier, les styles vestimentaires). En retour, tous les documents historiques écrits en langue chinoise (comme les Vingt-quatre Histoires, le Zizhi Tongjian, le Shi tong, etc.) corroborent sur le plan culturel cette conception d’un pays inscrit dans la continuité.

  3. La représentation du monde véhiculée par l’imaginaire culturel traditionnel, établie autour d’un fort sinocentrisme, ainsi que le système du tribut, reposant sur les rites et la hiérarchie, ont contribué à renforcer, aussi bien chez les princes, les ministres, les intellectuels chinois que dans le peuple, une conscience « chinoise ».

35Nous avons déjà évoqué l’émergence d’une conscience chinoise pendant la dynastie Song : après l’âge d’or des Han et des Tang, un pays voit progressivement le jour aussi bien au niveau culturel, politique et économique qu’identitaire. C’est grâce à son environnement immédiat, à ses frontières, au commerce et à l’économie, et à l’identité par laquelle se définit son peuple, que la Chine accède peu à peu à la conscience d’être un « pays ». En effet,

361. Suite à l’apparition successive des Liao, des Xia de l’ouest, des Jin puis des Mongols, elle a pu prendre conscience de ce qu’était un « pays ennemi » à son niveau ; l’Histoire des Song sépare d’ailleurs l’histoire des pays étrangers de l’histoire des tribus barbares Man et Yi, montrant qu’il existe un étranger « intérieur » et un autre « extérieur ».

372. L’apparition du terme kanjie 勘界, « tracer les frontières », montre qu’il existe une conscience distincte de ce que sont « territoire » et « frontières ».

383. Le « commerce frontalier » et les « bureaux de douane » se développent également à cette époque-là, preuve qu’il existe des frontières économiques.

394. Le mot guoshi 國是, qui voit le jour sous les Song et désigne des « mesures politiques majeures », ainsi que le rejet des ethnies étrangères et des cultures non Han qui se traduit par un renforcement de la culture locale, ont contribué à façonner la Chine et l’identité chinoise de l’époque moderne. Même si, comme nous l’avons expliqué, la Chine d’après les Song a dû faire face à trois obstacles à l’origine de nombreux problèmes, elle disposait sans conteste d’une identité culturelle, d’une histoire commune, d’un code éthique unifié, de structures étatiques et d’un système politique bien organisés, ainsi que d’un espace administratif défini. Par conséquent, la formation de la nation chinoise à l’époque moderne n’est pas forcément liée à ce qu’on appelle la « modernité ».

40D’un point de vue culturel, la Chine d’après la dynastie Song, dont le territoire et la conscience sont liés à l’espace occupé par les Han, est un pays particulièrement précoce. À cette époque, l’État, les élites et la noblesse chinoises poussent en effet à une systématisation, une sécularisation et une popularisation du confucianisme (ou néoconfucianisme), ce qui permet à la conscience de soi en tant que civilisation, héritée de l’éthique confucéenne, de se diffuser depuis les villes jusque dans les campagnes et de gagner les classes sociales les moins privilégiées, et ce jusqu’aux marges de l’Empire ; c’est ainsi que, très tôt, la Chine constitue une civilisation unifiée. Ce « pays », qui semble aller de soi, deviendra par la suite pour les Chinois Han le fondement identitaire de leur rapport au passé, de leur représentation spatiale, de leur peuple et de leur nation.

41La voie empruntée par la Chine dans la construction de sa nation est donc tout aussi singulière que l’est celle de l’État-nation en Europe à l’époque moderne. Il est selon nous problématique de vouloir définir et expliquer l’histoire de la Chine à partir des notions et définitions européennes d’« empire » et d’« État-nation ». Depuis les Song au moins, la Chine partage à la fois les caractéristiques d’un « empire traditionnel » et celles d’un « État-nation moderne ». De ce fait, diviser l’histoire chinoise en deux périodes, celle de l’empire traditionnel et celle de l’État-nation moderne, est inapproprié ; cela ne correspond d’ailleurs pas davantage à la conscience que la Chine a d’elle-même ou à l’histoire de sa création. Cette approche ne fournit donc aucune clé de compréhension des différents phénomènes relatifs aux questions territoriales, ethniques ou nationales de la Chine actuelle.

42Nombreux sont ceux qui croient que, comme pour les modes vestimentaires, les théories les plus récentes sont toujours les meilleures. Ainsi, depuis le succès récent de la théorie occidentale qui prône de « dépasser les États-nations », beaucoup de chercheurs méprisent, à tort, l’idée d’une histoire par pays, qu’ils qualifient d’arriérée, voire de nationaliste. Mais est-il vraiment possible de comprendre l’Asie ou la Chine de la même manière que l’on comprend l’Europe ? Pourquoi doit-on sauver l’histoire des griffes du concept d’État-nation, au lieu de comprendre les États-nations au sein de l’histoire ?

***

43Trois points nous semblent éminemment importants pour reconstruire le récit historique chinois :

  • 31 Cf. Tan Qixiang, 1982. On y voit l’évolution des frontières du territoire chinois en fonction des é (...)

44Tout d’abord, d’un point de vue historique, la Chine est mouvante. En effet, non seulement les dynasties n’ont pas cessé de se succéder les unes aux autres, tour à tour divisées ou réunies, mais l’espace et les frontières tracés par le gouvernement central n’ont pas non plus cessé de se transformer. Il faut donc absolument se garder de tout déclaration simpliste du genre « tel ou tel territoire a toujours été chinois31 ».

  • 32 La Chine est forte d’une communauté culturelle depuis au moins la dynastie Song, une communauté rée (...)

45Ensuite, sur le plan de la culture, la Chine est une « communauté culturelle » d’une grande stabilité, et s’est donc construite en tant que « pays » sur cette base. Cela est particulièrement observable dans la région de peuplement Han, où la civilisation chinoise s’est développée à partir de « la standardisation des calibres des roues pour les véhicules, de l’écriture et des principes moraux », et a ainsi acquis une homogénéité culturelle. Prôner à tout prix « la déconstruction de la Chine [comme État-nation] » n’a donc aucun sens32.

46Enfin, d’un point de vue politique, le mot « Chine » bien souvent n’équivaut pas au terme « dynastie », et ne renvoie pas non plus spécifiquement à un « gouvernement ». Peut-on établir une équivalence entre un « gouvernement », c’est-à-dire un « pouvoir politique », et une « nation » ? Et une nation peut-elle être l’équivalent direct d’une « patrie » ? Ces notions demandent à être définies précisément. L’identité politique affecte souvent l’identité culturelle, et peut aller jusqu’à occulter l’identité historique. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui continuent à amalgamer « gouvernement » et « pays », ou à vouloir faire passer un pays façonné par l’histoire pour une patrie envers laquelle une loyauté indéfectible est de mise, ce qui débouche sur toutes sortes de malentendus, de ressentiments et de préjugés.

Bibliographie

Références des ouvrages cités

Bai Shouyi 1978.

Bai Shouyi 白壽彜, « Lun lishi shang zuguo guotu wenti de chuli » 論 歷史上祖國國土問題的處理 (« La gestion des problèmes territoriaux de la Chine dans l’histoire »), Guangming ribao, 1951/Pékin, Sanlian shudian, 1978.

Crossley Pamela Kyle 1990.

Crossley Pamela Kyle, Orphan Warriors : Three Manchu Generations and the End of the Qing World, Princeton University Press, 1990.

Du Zhengsheng 2002.

Du Zhengsheng 杜正勝, « Xin shixue zhi lu – jianlun Taiwan wushi nian lai de shixue fazhan » 新史學之路 — 兼論臺灣五十年來的史學發展 (« Vers une nouvelle historiographie : évolution de l’histoire taiwanaise au cours des cinquante dernières années »), in Xin shixue, Taibei, Institut d’histoire et de philologie de l’Academia sinica, vol. 13, n° 3, 2002.

Duara Prasenjit 1996.

Duara Prasenjit, Rescuing History from the Nation, Questioning Narratives of Modern China, University of Chicago Press, 1996. Traduction chinoise de Wang Xianming, Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe, 2003.

Elliot Mark C. 2001.

Elliot Mark C., The Manchu Way : The Eight Banners and Ethnic Identity in Late Imperial China, Stanford University Press, 2001.

Ge Zhaoguang 2003.

Ge Zhaoguang 葛兆光, Zhongguo sixiang shi 中國思想史 (Histoire de la pensée chinoise), Shanghai, Fudan daxue chubanshe, 2003.

Ge Zhaoguang 2011.

Ge Zhaoguang 葛兆光, Zhaizi Zhongguo : chongjian youguan Zhongguo de lishi lunshu 宅茲中國:重建有關中國的歷史論述 (Ici, en Chine : reconstruire le discours historique sur la Chine), Beijing, Zhonghua shuju, 2011/Taibei, Lianjing chuban gongsi, 2011. (Traduction coréenne : Seoul, Geulhangari Publishing, 2012.)

Kawazoe Shōji 1977.

Kawazoe Shōji 川添昭二, Mōko shūrai kenkyū shiron 蒙古襲來研究史 論 (Essai historique sur l’invasion mongole), Yuzankaku, 1977.

Lian Qingji 2004.

Lian Qingji 連清吉, Riben jindai de wenhua shixuejia : Naitō Konan 日本 近代的文化史學家:內藤湖南 (Naitō Konan : l’historien de la culture du Japon de l’époque moderne), Taipei, Xuesheng shuju, 2004.

Millward James 2004.

Millward James et al., New Qing Imperial History : The making of Inner Asian Empire at Qing Chengde, Routledge, 2004.

Nihon shoki 日本書記 (Chroniques du Japon), Nihon koten bungaku taikei, Iwanami shoten, 1965, 1987.

Rossabi Morris 1983.

Rossabi Morris (dir.), China among Equals : The Middle Kingdom and its Neighbors, 10th–14th Centuries, Berkeley, University of California Press, 1983.

Ruan Yuan 1980.

Ruan Yuan 阮元 (éd.), Shisanjing zhushu 十三經註疏 (Treize Classiques annotés et commentés), Pékin, Zhonghua shuju, 1980.

Shōsetsu nihonshi kenkyū 詳說日本史研究 (Précis d’histoire japonaise), Tokyo, Yamakawa Shuppansha, 2012.

Skinner William 1977.

Skinner William, The City in Late Imperial China, Stanford University Press, 1977. Traduction chinoise de Ye Guangting et al., Pékin, Zhonghua shuju, 2000.

Struve Lynn A. 2009.

Struve Lynn A. (dir.), Shijie shijian yu dong Ya shijian zhong de Ming Qing bianhua 世界時間與東亞時間中的明清變化 (Les changements survenus sous les dynasties Ming et Qing dans le temps du monde et de l’Asie orientale), Pékin, Sanlian shudian, 2009.

Tan Qixiang 1982.

Tan Qixiang 譚其驤 (dir.), Zhongguo lishi ditu ji 中國歷史地圖集 (Recueil de cartes historiques de la Chine), Zhongguo ditu chubanshe, 1982.

Waley-Cohen Joanna 2004.

Waley-Cohen Joanna, « New Qing History », Radical History Review n° 88, Duke University press, 2004, p. 193-206. Traduction chinoise in Qingshi yanjiu n° 1, Pékin, 2008.

Yu Fengchun 2006.

Yu Fengchun 于逢春, Zhongguo guomin guojia gouzhu yu guomin tonghe zhi licheng – yi ershi shiji shangbanye dongbei bianjiang minzu guomin jiaoyu weizhu 中國國民國家構築與國民統合之歷程 — 以20世紀 上半葉東北邊疆民族國民教育為主 (Construction du peuple et de la nation chinoise et unification nationale – un exemple d’éducation populaire ethnique menée dans la première moitié du xxe siècle à la frontière nord-est de la Chine), Ha’erbin, Heilongjiang jiaoyu chubanshe, 2006.

Zhao Erxun 1977.

Zhao Erxun 趙爾巽, Qing shi gao 清史稿 (Manuscrits pour une histoire des Qing), Pékin, Zhonghua shuju, 1977.

Zheng Hesheng 1992.

Zheng Hesheng 鄭鶴聲, Zhongguo jinshi shi 中國近世史 (Histoire de la Chine à l’époque moderne), Minguo congshu, n° 4, vol. 75, Shanghai shudian chubanshe, 1992.

Notes

1 C’est le sujet de notre livre intitulé Ici, en Chine : reconstruire le discours historique sur la Chine (Zhaizi Zhongguo : chongjian youguan Zhongguo de lishi lunshu 宅茲中國:重建有 關中國的歷史論述), paru conjointement à Pékin et à Taipei. Cf. Ge Zhaoguang 2011. La présente communication en reprend les grandes lignes, mais est également un bilan des réflexions que nous avons pu mener sur le sujet depuis sa parution.

2 Dans la dernière partie du dernier chapitre de notre Histoire de la pensée chinoise (Zhongguo sixiang shi 中國思想史), intitulé « La Chine en 1895 », nous soulignons que la première guerre sino-japonaise de 1894 et le traité de Shimonoseki signé en 1895 constituent un tournant majeur dans l’histoire tout court et dans l’histoire de la pensée chinoise. Ge Zhaoguang 2003, tome 2, p. 531-550.

3 L’expression se trouve dans le Shiji 史記 (Mémoires historiques), juan 6, « Vie de Qin Shihuang ». Dans le Zhongyong 中庸 (L’Invariable milieu), qui occupe le chapitre 31 du Liji 禮記 (Livre des Rites), cet état idéal est résumé comme suit : « Au sein de l’Empire, les calibres des roues, l’écriture et les principes moraux sont les mêmes. » Cf. Ruan Yuan 1980, p. 1634.

4 L’expression « combiner les doctrines confucéennes et légistes » (wangba dao za zhi 王 霸道雜之) est de l’empereur Xuandi des Han. Cf. Hanshu 漢書 (Livre des Han), « Vie de Xiao Yuandi ». L’expression « privilégier la pensée confucéenne » (du zun rushu 獨尊儒 術) apparaît d’abord chez Dong Zhongshu quand il s’adresse à l’empereur Wudi des Han (134 av. J.-C.) : « Aujourd’hui, aucun enseignant n’inculque la même chose, personne ne partage le même avis, chaque école de pensée se déploie dans une direction différente et il ne règne aucune intention unique ; dans de telles conditions, le prince ne peut rien unifier. […] Notre humble proposition serait de mettre un terme à l’enseignement de tout ce qui ne relève pas des six arts ou de la doctrine confucéenne, afin d’éviter que ces autres courants continuent à se développer. » Cf. Hanshu 漢書 (Livre des Han), juan 56, « Vie de Dong Zhongshu ». Cet avis, assez bien suivi par l’empereur, a participé de l’établissement d’une pensée dominante en Chine. Il sera par la suite résumé dans le mot d’ordre : « Rejetez les cent écoles et privilégiez la pensée confucéenne. »

5 Au sein des Ershisi shi 二十四史 (Vingt-quatre histoires), il faut attendre l’Histoire des Song, écrite sous les Yuan, pour que des volumes soient consacrés à l’histoire des pays étrangers et des tribus barbares Man et Yi. C’est avec l’établissement de cette distinction intérieur/extérieur qu’apparaît la conscience moderne de ce qu’est un « pays ».

6 Sous les Song, la Chine est entourée par de puissants voisins et voit apparaître des ennemis à sa mesure. Cf. Rossabi Morris 1983.

7 Cf. « “Zhongguo” yishi zai Songdai de tuxian »“中國”意識在宋代的凸顯 (« L’apparition d’une conscience “chinoise” sous les Song »), in Ge Zhaoguang 2001, chap. 1, p. 41-65.

8 Le Suishu 隋書 (Livre des Sui), « Histoire des Yi de l’Est et Histoire du pays de Wo [le Japon] » consigne une lettre japonaise de l’époque où il est écrit : « De la part du Fils du Ciel du pays où le soleil se lève au Fils du Ciel du pays où le soleil se couche, que la santé soit avec vous. » Cf. Nihon shoki, vol. 22, « Suiko Tennō », p. 189-191. Des spécialistes japonais estiment que si, pendant le règne de l’empereur Tenmu (673-686), l’appellation « tennō » (fils du Ciel) remplace celle d’« ookimi » (grand roi), c’est pour imiter l’appellation donnée aux empereurs chinois (l’empereur Gaozong des Tang se fait appeler « fils du Ciel » à partir de 674), afin de se ménager une meilleure place que celle du roi de Silla, soutenu par la Chine, et de s’affirmer en tant que pays. Cf. Shōsetsu nihonshi kenkyū 2012, p. 59.

9 Cf. Kawazoe Shōji 1977. On y lit (p. 26-28) que cette invasion, si elle ne s’est soldée ni par une conquête ni par une colonisation, a tout de même largement hanté la psyché japonaise. Aussi trouve-t-on dans les documents japonais rédigés vers 1293 toutes sortes de représentations et de légendes s’y rapportant, comme par exemple le Mōko shūrai ekotoba 蒙古襲來繪詞. Par la suite, sous l’ère Edo, un moine de l’école bouddhiste rinzai, Zuikei Shuhō 瑞溪周鳳, écrit le Zenrin koku hōki 善鄰國寶記 (complété en 1470) ; le lettré Matsushita Kenrin 松下見林 compose les trois volumes du Ishō nihonden 異稱 日本傳 (la préface, de sa main, est datée de 1688) ; Tsuda Genko 津田元顧 (? – 1784) écrit le Mōko shūrai ki 蒙古襲來記 et son fils adoptif, Tsuda Genkan 津田元貫 (1734- 1815), le Sankō Mōko nyūkōki 參考蒙古入寇記. De nombreux autres ouvrages suivront, historiques ou littéraires, comme le Genkō shimatsu 元寇始末, le Mōko kōki 蒙古寇記, le Mōko shogun ki bengi 蒙古諸軍記辨疑 ou encore le Genkō kiryaku 元寇記略. Naitō Konan a beaucoup insisté sur l’effet qu’a eu l’invasion mongole et sur le sens de l’unification réalisée par Ashikaga Yoshimitsu : pour lui, « la guerre d’Ōnin représente un tournant dans l’établissement d’une culture japonaise indépendante ». Les velléités de réforme de l’empereur Go-uda (1267-1324) et de ceux de la cour du Sud sont des facteurs internes de l’autonomisation culturelle du Japon, tandis que l’invasion mongole de la Chine et la conquête manquée du Japon, qui conforte celui-ci dans l’idée qu’en tant que « pays des dieux » il peut surpasser la Chine, sont des facteurs externes. Cf. Lian Qingji 2004.

10 En l’an 11 de l’ère Zhengde du règne de Wuzong des Ming (1516), un Portugais du nom de Rafael Perestrello arrive en Chine par bateau ; cette arrivée constitue le prélude de la présence des Occidentaux en Chine. L’historien Zheng Hesheng fait commencer l’histoire moderne chinoise l’année de l’arrivée de ce Portugais : « À la fin des Ming, avec l’ouverture des voies maritimes, la civilisation européo-américaine est soudain arrivée en Asie ; de nombreux problèmes internationaux se sont alors posés, dont les retombées ont impliqué tous les pays du monde. » Cf. Zheng Hesheng 1992, Préface au « Tableau de correspondance entre les dates de l’histoire moderne de la Chine et de l’Occident » (Jinshi Zhong Xi shi ri duizhao biao 近世中西史日對照表).

11 Lynn A. Struve précise que l’empire des Ming contrôlait efficacement quinze provinces et s’inquiétait assez peu des Mongols, des Hui, des Tibétains, des Mandchous et des Coréens ; la situation ne changera que sous les Qing. Struve Lynn A. 2009, tome II, « Introduction », p. 3.

12 En réalité, les huit bannières mongoles sont fondées dès l’an 9 de l’ère Tiancong (1635), et les huit bannières chinoises dès l’an 7 de l’ère Chongde (1642). Avant sa conquête de la Chine, l’empire des Jin postérieurs était donc déjà une alliance de Mongols, de Mandchous et de Han.

13 Zhao Erxun 1977, vol. 54, « Géographie 1 », p. 1891. On peut y lire que l’empire des Qing « s’étendait à l’est jusqu’à l’île Sakhaline, administrée par la ville de Sanxing ; à l’ouest jusqu’à Shule et au Pamir dans le Xinjiang ; au nord jusqu’aux monts Stanovoï ; au sud jusqu’à Qiongzhou et Yashan dans le Guangdong. Tous ces territoires se prosternaient devant le centre et obéissaient à cette dynastie ».

14 Tout comme Zhang Taiyan, qui a écrit sur la haine et le rejet des Mandchous, Sun Yatsen a réfléchi à la possibilité d’abandonner Mongols et Mandchous. De nombreuses études ayant déjà été publiées sur le sujet, nous ne nous étendrons pas.

15 Kang Youwei 康有爲 (1858-1927), grand lettré et chef de file du mouvement réformiste de 1898. Après les défaites de la Chine contre la France (1888) puis contre le Japon (1895) il adresse à l’Empereur trois manifestes successifs soulignant la nécessité d’adopter une ligne de réformes du gouvernement, et élaborant une série de propositions concrètes visant, dans l’esprit du mouvement d’autorenforcement, à moderniser le pays sur le modèle occidental. En 1898 il reçoit l’autorisation de mettre en œuvre son programme, esquissé avec la collaboration de Liang Qichao. Mais le coup d’État de Cixi, supportée à la cour par un important groupe de mandarins conservateurs, met un terme aux « cent jours de réforme », et Kang Youwei se réfugie à Hong Kong puis au Japon, avant de parcourir le monde durant quinze ans. Réformiste radical, il ne rallia cependant jamais les rangs des révolutionnaires : après la révolution de 1911, il critique les tentatives pour établir une constitution démocratique, et préconise de remplacer la monarchie absolue par une monarchie constitutionnelle.

16 Liang Qichao 梁啟超 (1873-1929) fut un éminent chef de file des lettrés réformistes chinois. Il découvre à Shanghai la culture occidentale à travers les traductions et, de retour à Canton avec le projet de rénover la civilisation chinoise, rencontre Kang Youwei dont il devient l’élève puis l’assistant. En 1895, il organise le premier mouvement de réforme nationaliste pour s’opposer au traité de Shimonoseki ; l’organisation est interdite l’année suivante. Il se rend alors à Shanghai où il fonde un journal réformiste, puis à Changsha une association promouvant l’établissement d’un régime démocratique, fondé sur une monarchie constitutionnelle et la souveraineté populaire. En 1898, il est appelé à la Cour avec Kang Youwei pour diriger le mouvement de réforme dit « des cent jours », qui se heurte à l’opposition de l’impératrice Cixi. Liang se réfugie au Japon où, refusant de s’allier à la cause républicaine du groupe dirigé par Sun Yatsen, il poursuit sa propagande en faveur d’une révision constitutionnelle conservant la monarchie. En même temps, l’occidentalisation croissante de sa pensée le conduit à rejeter le confucianisme et l’éloigne de Kang Youwei, qui découvre dans les classiques confucéens les principes mêmes de la réforme.

17 Depuis 1895 et l’intégration de la Chine au sein des histoires mondiale, asiatique et est-asiatique, il a fallu réfléchir à ces questions d’identité, de frontières et de groupes ethniques. Alors qu’elles ne s’étaient apparemment jamais posées avant, elles s’imposent aujourd’hui plus que jamais à une Chine désormais inscrite dans un environnement international et en proie à de grands changements sur les plans politique, culturel et économique. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons voulu nous interroger sur ce qu’est la « Chine ».

18 Un pays multiethnique divisé en plusieurs régions est-il forcément un empire traditionnel ? Ne peut-il être un État moderne ? Un système fédéral est-il préférable à un gouvernement unifié ? Ces questions méritent d’être débattues. « L’existence de la Chine multiethnique de l’époque moderne met alors en cause la logique des grandes puissances que sont l’Europe et les États-Unis et du Japon, un pays monoethnique » ; « S’il est aujourd’hui communément admis que des pays de l’époque moderne ont été multiethniques, cela n’allait pas de soi pour le monde du début du xxe siècle. » Yu Fengchun 2006, p. 7.

19 Bai Shouyi 1978, p. 2.

20 Il propose de réfléchir à quatre aspects des changements survenus en Chine pendant ces huit cents ans : le développement interne à chaque région, les migrations interrégionales, l’organisation gouvernementale, la transformation des comportements sociaux et politiques des élites. Ce faisant, il oriente la recherche en histoire chinoise vers les différentes régions de cet empire plutôt que vers sa globalité, l’angle préféré depuis les Tang jusqu’à la moitié de la dynastie Ming ; il divise également la classe des lettrés, traditionnellement indivise, en élites fondatrices (founding elite), professionnelles (professional elite) et locales, aussi appelées notables (local elite or gentry), en insistant tout particulièrement sur ces dernières.

21 Skinner William 1977 (traduction chinoise p. 242-252).

22 Voir infra, p. 93. Pour la première parution, voir Ge Zhaoguang 2011.

23 Des ouvrages comme Jūyonen mae no Shina bunkatsu ron 十四年前の支那分割 論 (La division de la Chine opérée il y a quatorze ans), de Fukuzawa Yukichi 福澤諭吉, 1898 ; Shina bunkatsu no unmei 支那分割の運命 (Le destin de la division de la Chine), de Nakajima Tan 中島端, 1912 ; Shina bunkatsu ron 支那分割論 (La division de la Chine), de Sakamaki Teiichirō 酒卷貞一郎, 1917, etc., défendent tous cette idée. Dans son fameux texte Shina ron 支那論 (La Chine) publié en 1914, Naitō Konan s’inscrit contre cette idée, mais estime malgré tout que « la république des cinq peuples » est une vue de l’esprit.

24 Yano Jinichi 矢野仁一, Kindai Shina ron 近代支那論 (La Chine à l’époque moderne), 1923 ; Daitōa shi no kōzō 大東亞史の構想 (Concevoir l’histoire de la grande Asie orientale), 1944. Cf. développement ci-après.

25 Du Zhengsheng 2002, p. 39.

26 Selon Richard Von Glahn, la tendance universitaire actuelle tend à faire de l’empire Qing un empire multiethnique et colonial fort d’une conscience nationale, opposé en cela à l’empire Ming, fermé et isolé. Le mot d’ordre est de souligner les particularités de cet empire et de réfuter toute forme de hanisation ou d’acclimatation à la culture chinoise. Cf. Struve Lynn A. 2009, introduction au tome II, p. 1.

27 Cf. Elliot Mark C. 2001 ; Crossley Pamela Kyle 1990 ; Millward James 2004, etc. Pour une introduction très claire à cette nouvelle histoire des Qing, voir Waley-Cohen Joanna 2004.

28 Il est problématique d’étudier la Chine à partir de cette grille-là. Pour Prasenjit Duara, historien américain d’origine indienne, suite à la colonisation de l’Inde par le Royaume-Uni, l’Asie du Sud a été divisée entre le Bangladesh et le Pakistan, et des régions comme le Cachemire peinent de ce fait encore aujourd’hui à déterminer leur appartenance. L’expérience indienne a poussé des spécialistes de ce pays comme Gayatri C. Spivak et Homi K. Bhabha à se réclamer du postcolonialisme. Ils ont raison de partir de leur ressenti, expérience, point de vue personnels pour expliquer la pensée et les arguments de l’histoire postmoderne sur les États-nations actuels : cette reconstruction qui a déchiré des peuples et des pays entiers a bien été le fait des États-nations occidentaux et de leur réécriture de l’histoire. Mais ces arguments ne peuvent servir dans le cas de la Chine, car cette Chine qui a réussi à perdurer est différente de l’État-nation qui voit le jour à l’époque moderne.

29 Duara Prasenjit 1996. Nous savons que ce travail repose sur un arrière-plan théorique et des expériences individuelles propres à Duara, et comprenons qu’il veuille dépasser le cadre historique des États-nations. Pour autant, quel résultat peut-on en attendre ? Est-il vraiment à même de nous éclairer sur ce qu’est la Chine ?

30 Pendant la Seconde Guerre mondiale, le centre de recherche japonais sur l’Asie orientale a publié un ouvrage intitulé Histoire de la domination étrangère sur la Chine (Yi minzu tongzhi Zhongguo shi 異民族統治中國史, trad. chinoise, Shangwu yinshuguan, ressource interne, 1964) pour fournir des précédents historiques à l’occupation japonaise de la Chine. Y sont présentés les règnes des Wei du Nord, des Liao, des Jin, des Yuan et des Qing, dont les défaites sont essentiellement imputées, du point de vue « d’un peuple étranger », au relâchement de la volonté de soumettre le peuple conquis, en d’autres termes à la hanisation des dynasties en question.

31 Cf. Tan Qixiang, 1982. On y voit l’évolution des frontières du territoire chinois en fonction des époques. C’est pourquoi il ne faut pas étudier la Chine d’autrefois au vu des frontières politiques actuelles. Goryeo n’est plus « cette région administrée par la dynastie Tang », dont le territoire n’allait pas jusqu’au Tibet ; le Dongbei et le Tibet actuels ont beau être aujourd’hui contrôlés par le gouvernement de la République populaire de Chine, historiquement ils ne faisaient pas partie du territoire chinois. Il ne faut pas non plus voir en la Chine actuelle ce qu’elle était par le passé : ce n’est pas parce que le royaume d’Annam lui était soumis, que la Mongolie était administrée par les Qing et que les Ryukyu offraient un tribut à la Cour que l’indépendance actuelle du Vietnam, la division de la Mongolie en deux et l’appartenance des Ryukyu au Japon sont intolérables ou incompréhensibles. De la même manière, le Dongbei a beau avoir été une partie de Goryeo, le fait qu’il s’agisse aujourd’hui d’un territoire chinois ne doit pas blesser le sentiment national des Nord-Coréens.

32 La Chine est forte d’une communauté culturelle depuis au moins la dynastie Song, une communauté réelle, bien loin d’être imaginée.

Auteur

Historien, il a enseigné à l’université Qinghua de Pékin, puis au National Institute for Advanced Humanistic Studies (IAHS), et actuellement au département d’histoire de l’université Fudan. Ses recherches sont consacrées à l’histoire intellectuelle, culturelle et religieuse de la Chine ancienne et moderne. On lui doit d’importantes contributions, telles que L’École du Chan et la culture chinoise (1986), Le taoïsme et la culture chinoise (1987), Histoire intellectuelle de la Chine (2 vol., 1998), Histoire de la pensée Chan du vie au xe siècle (1995), Histoire de la soumission et autres : étude sur l’histoire de la pensée taoïste des Six Dynasties aux Tang (2003) ; Dix études sur la pensée, la religion et les sciences de la fin des Qing au début de la République (2006), etc. Ses ouvrages sont traduits dans plusieurs langues étrangères, et de nombreux prix sont venus couronner ses travaux, comme le China Book Award (1988), le Yangtze Reading Award (2000), le Princeton Global Scholar (2009), etc.

© Demopolis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search