Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Demopolis Quaero La constante « Tribu » 2. Les politiques tribales de l’É...

La constante « Tribu »

 | 
Hosham Dawod

Tribus, islamisme et État

2. Les politiques tribales de l’État iranien, des Qâjâr à la République islamique

Jean-Pierre Digard

Texte intégral

1Deux constats s’imposent à qui examine l’histoire des tribus en Iran : c’est, d’une part, la liaison, demeurée longtemps inévitable, presque structurelle, entre les tribus et l’État central, et en même temps, d’autre part, la diversité et la variabilité des formes et des modalités de cette liaison, celles-ci pouvant emprunter des itinéraires et des langages en apparence fort éloignés de ceux, dominants, du politique. Malgré une originalité très marquée, le fait tribal en Iran et ses rapports avec l’État ont connu des évolutions dont les enseignements à cet égard dépassent le cadre de ce seul pays.

Les traits fondamentaux de la situation iranienne

2L’Iran est, encore aujourd’hui, le pays au monde où la population tribale est la plus importante, à la fois en nombre de personnes concernées, en surface occupée, en part de la production économique nationale et même, jusqu’à une date très récente, en influence politique. Par ailleurs, tribalisme et nomadisme pastoral y sont inséparables. Même si les deux phénomènes sont aujourd’hui en recul et démographiquement minoritaires, ils ont joué un rôle déterminant dans l’histoire du pays et ont laissé sur lui une empreinte culturelle durable.

  • 1 Xavier de Planhol, Les fondements géographiques de l’histoire de l’islam, Paris, Flammarion, 1968.
  • 2 Carl G. Feilberg, Les Papis, tribu persane de nomades montagnards du Sud-Ouest de l’Iran, Copenhag (...)

3Le fait majeur est celui-ci : en Iran, pays de montagnes et de hauts plateaux au climat continental, chaud en été, froid en hiver, il n’existe quasiment pas de nomadisme chamelier de désert de type bédouin. Le grand nomadisme a été introduit et développé en Iran assez tardivement, par les envahisseurs turcs à partir du Xe siècle puis mongols à partir du XIIIe siècle1. Il s’agit d’un nomadisme cavalier, vertical, fondé sur l’utilisation saisonnière d’étages altitudinaux différents, piémonts en hiver, alpages en été – en dépit de ressemblances formelles, ce type de nomadisme ne doit pas être confondu avec la transhumance : dans le premier, tout le groupe se déplace et vit sous des tentes, alors que dans la seconde, seuls des bergers accompagnent les troupeaux2.

4Le nomadisme iranien est cantonné dans des zones où le volume des précipitations (plus de 200 mm/an) et la densité démographique (environ 7 habitants au km2) sont relativement élevés.

  • 3 Gene R. Garthwaite, Khans and shahs. A documentary analysis of the Bakhtiari, Cambridge, Cambridge (...)

5Ce cadre naturel et historique a favorisé l’émergence progressive, entre le XVIIe et le XIXe siècle, de grandes formations tribales (il, ‘ashâyer), tribus ou confédérations de tribus pouvant regrouper jusqu’à un demi-million de personnes comme chez les Bakhtyâri ou les Qashqâ’i (contre quelques dizaines de milliers dans les plus grands groupes bédouins), ainsi que de chefferies centralisées (il-khân) et hiérarchisées (khân, kalântar, kadkhodâ, rishsafid). D’abord vouées à des missions de coordination des nomadisations et de médiation, ces chefs ont peu à peu instrumentalisé leurs fonctions pour accéder à des richesses et à des pouvoirs nouveaux, grâce auxquels se sont constitués des États tribaux capables de rivaliser avec l’État central iranien et même de s’en emparer, comme cela s’est produit à plusieurs reprises dans l’histoire de l’Iran3.

La sédentarisation : quelle sédentarisation ?

  • 4 Thomas R. Stauffer, " The economics of nomadism in Iran ", Middle East Journal, vol. XIX, n° 3, 19 (...)
  • 5 Mohammed Awad, " La sédentarisation des nomades et des semi-nomades du Moyen-Orient ", Revue inter (...)

6En retour, les tribus ont la plupart du temps été perçues par l’État iranien comme une menace qu’il s’agissait d’endiguer ou de détruire. Et comme le tribalisme était inséparable du nomadisme, c’est sur ce dernier, par la sédentarisation, que la plupart des pays ont cherché à agir, créant souvent ainsi plus de difficultés qu’ils n’en résolvaient4. Mais il y a sédentarisation et sédentarisation ; le mot, en effet, est ambigu et recouvre plusieurs phénomènes différents5 :

  • 6 Fredrik Barth, Nomads of South Persia. The Basseri tribe of the Khamseh confederacy [région de Chi (...)

7La sédentarisation « spontanée » désigne le flux constant d’expulsion par la société nomade vers les zones sédentaires de son excédent démographique (excédent qui résulte de taux de reproduction humaine et animale supérieurs à ceux qui s’observent chez les sédentaires). Or, pour bien arrosées qu’elles soient, les régions tribales d’Iran n’en possèdent pas moins une capacité de charge limitée, qui n’a guère varié jusqu’à ces dernières décennies et qui correspond à quelque 2,5 millions de nomades. Vers 1900, ce chiffre représentait 1/4 de la population totale de l’Iran, qui s’élevait alors à une dizaine de millions de personnes ; il n’équivalait plus, à la veille de la Révolution islamique, qu’à 7 % du total (37 millions d’habitants). Tout excédent à cette population nomade maximum doit être évacué vers les marges sédentaires sous peine de rupture de l’équilibre entre population et ressources. Cette « sédentarisation spontanée » constitue donc un phénomène historique permanent, qui, bien loin de nuire au nomadisme pastoral, constitue au contraire l’une des conditions de sa reproduction. Les voies de la sédentarisation spontanée sont, soit l’enrichissement de nomades, qui, plutôt que de conserver un bétail trop nombreux, convertissent leur surplus d’animaux en achat de terres agricoles ou de propriétés urbaines, soit l’appauvrissement de nomades dont le cheptel est tombé en dessous du minimum nécessaire pour vivre (60 à 80 têtes de petit bétail pour une famille de cinq personnes) et qui doivent par conséquent s’exiler en ville ou en région agricole pour chercher du travail6.

8La sédentarisation « forcée » ou « encouragée » est le fait des États ou de puissances étrangères aux nomades et procède, soit par des méthodes « directes » (interposition de l’armée sur les parcours, expropriations, voire même déportations), soit par des méthodes « indirectes » (conséquences plus ou moins fortuites du tracé de frontières, de la construction d’axes routiers, de pipe-lines ou de barrages, qui perturbent, détournent ou interrompent les déplacements saisonniers).

9L’Iran offre un échantillon de ces différents phénomènes.

De la situation « traditionnelle » aux premières ruptures « modernisatrices »

  • 7 Jean-Pierre Digard, " Les nomades et l’État central en Iran : quelques enseignements d’un long pas (...)

10Sous la dynastie des Qâjâr (1787-1925), elle-même d’origine tribale turque, les tribus, malgré une réputation de pillards et de hors-la-loi, étaient intégrées au fonctionnement de l’édifice monarchique. L’administration des provinces était le plus souvent déléguée aux khân, non sans que ceux-ci se servent à l’occasion de ce pouvoir pour affronter le pouvoir central ou tenter de s’en emparer (cf. les débuts des dynasties successives et le rôle joué dans la révolution constitutionaliste de 1906-1911 par les chefs Bakhtyâri). Il en résultait une sorte d’« hostilité réglementée »7, compliquée ou menacée à plusieurs reprises du fait de l’intervention directe de puissances étrangères au sein des tribus : Anglais dans le sud de l’Iran, Russes dans le nord à partir du XIXe siècle, Allemands lors des deux conflits mondiaux. Par la suite, accusés de nuire à la sécurité et à l’unité du pays, de freiner sa modernisation et de détruire sa végétation, les nomades d’Iran ont été l’objet de multiples tentatives de sédentarisation.

  • 8 Vincent Monteil, op. cit. ; Stephanie Cronin, Tribal politics in Iran. Rural conflict and the new (...)

11Le règne de Rezâ Shâh Pahlavi (1925-1941) marqua la première grande rupture avec ce qui pouvait être considéré comme la situation « traditionnelle » des tribus nomades d’Iran. Sous prétexte de sécurité nationale et de modernisation, le nouveau souverain a en effet mené à leur encontre une triple – et brutale – action : de sédentarisation forcée, soit à l’estivage, soit à l’hivernage, avec installation de l’armée sur les itinéraires de nomadisation ; de détribalisation, par confiscation des biens, arrestation voire exécution des principaux khân ; enfin, de déculturation, par interdiction du port des costumes traditionnels et de la barbe8.

12La seconde guerre mondiale, la destitution du souverain par les Alliés pour germanophilie et la désorganisation de l’appareil d’État qui en résulta rendirent – temporairement – leur liberté aux tribus nomades.

13Après deux décennies d’hésitations et de tâtonnements, son fils Mohammad Rezâ Shâh Pahlavi s’engagea, à partir des années 1960 (sous l’influence américaine), dans une politique tribale qui ne différa guère de celle de son père que par la méthode utilisée. Ayant pris acte de l’échec du traitement de choc précédemment pratiqué, son gouvernement se lança dans l’application d’un programme de sédentarisation « indirecte », moins brutale mais au total plus efficace.

14La méthode consistait à s’attaquer, non plus – de front – au nomadisme et au tribalisme, mais – par la bande, au nom du « développement » économique et social – au pastoralisme, qui représente le pivot autour duquel s’organise toute l’activité économique, l’organisation sociale et même le système de valeurs et de représentations des tribus nomades. En fait de développement, il s’agissait plus exactement de non-développement, puisque toute cette action reposait, d’une part, sur la révolution blanche, dont les principaux points furent la réforme agraire et surtout, s’agissant du nomadisme, la nationalisation (et la fiscalisation) des pâturages (1962), et, d’autre part, sur une politique de « pôles de développement » dont les zones tribales étaient systématiquement exclues.

  • 9 Jean-Pierre Digard, " Les nomades et l’État central en Iran ", op. cit.

15Au total, ces deux politiques des souverains Pahlavi père et fils se soldèrent par des échecs de leur propre point de vue puisque, à la faveur des désordres occasionnés par la seconde guerre mondiale pour l’un, par la Révolution islamique pour l’autre, le nomadisme reprit ou continua en apparence comme par le passé, mais en réalité fragilisé, tant dans ses ressources économiques que dans son organisation sociale9.

La République islamique première manière ou la sédentarisation non programmée

16Avec la République islamique (à partir de février 1979) apparaissent de nouvelles données du problème et d’autres changements. Le contexte de 1978-1979 n’était pas celui de 1941. Bien qu’affaiblies et désorganisées, la plupart des tribus, lorsque survint la Révolution islamique, n’étaient pas sédentarisées ni passées à l’agriculture. Du fait des retards et des ratés de la nationalisation des pâturages, leur système de production restait encore à peu près intact ; cela leur permit de répondre à la demande du marché intérieur iranien lorsque les importations de viande de l’étranger furent interrompues par décision politique du nouveau régime. Par ailleurs, l’effondrement brutal de la citadelle pahlavie s’étant accompagné d’innombrables fuites d’armes, les tribus, dont le désarmement était à peu près total depuis 1967, retrouvèrent des fusils à profusion ; à quelques exceptions près (Qashqâ’i, Kurdes, Baloutches), elles ne s’en servirent pas à des fins révolutionnaires ou contrerévolutionnaires, mais simplement pour parader, chasser ou régler quelques comptes internes. De leur côté, par conviction ou par prudence, les autorités révolutionnaires ne perdirent pas une occasion de faire l’éloge des tribus, Khomeyni lui-même allant jusqu’à les qualifier de « trésors [ou, plus prosaïquement, de réserves ?] de la révolution » (zakhâ’er-e enqelâb).

17Cette lune de miel n’eut pourtant qu’un temps. Vingt ans en effet après l’instauration de la République islamique, les nomades d’Iran étaient presque entièrement sédentarisés – beaucoup de leurs déplacements ayant fait place à de simples mouvements de transhumance des troupeaux accompagnés des seuls bergers – et détribalisés – leurs institutions traditionnelles étant presque totalement détruites ou tombées en désuétude.

18Comment et pourquoi la République islamique a-t-elle pu, en deux décennies, parvenir à un résultat que le régime précédent n’avait pas réussi à atteindre – ce n’était pourtant pas faute d’avoir essayé ! – en plus d’un demi-siècle ? Plusieurs éléments de réponse peuvent être avancés, qui témoignent d’un nouveau renversement des thèses officielles iraniennes en matière de politique tribale. Déjà une première certitude : sauf pour quelques cas isolés, comme celui des Qashqâ’i entre 1979 et 1982, la coercition n’a joué en la circonstance qu’un rôle marginal. L’essentiel de l’action, presque entièrement dû, au début, à l’enthousiasme et au volontarisme d’organismes révolutionnaires comme le Jahâd-e sâzandegi (guerre sainte pour la reconstruction) et le Shurâ-ye âli-e ‘ashâyeri (conseil supérieur des tribus), s’est opéré en trois volets principaux : Mise en place de nouvelles institutions. De nouvelles institutions (comme les conseils tribaux, Shurâ-ye ‘ashâyeri) ont été mises en place à la base. Leur succès a été assuré par les jeunes et les « simples nomades » qui étaient exclus des organes du pouvoir traditionnel mais qui, pour certains d’entre eux, s’étaient illustrés à la guerre Irak-Iran (1980-1988) : ceux-ci trouvèrent dans les nouvelles instances un rôle à jouer, non, parfois, sans esprit de revanche sur les anciens et sur les chefs, kadkhodâ et kalântar.

19Revalorisation de l’élevage. L’élevage, activité dominante – presque emblématique – des tribus, a été idéologiquement revalorisé et concrètement protégé, notamment par l’interdiction de la mise en culture des terres de pacage et de parcours, l’aménagement des itinéraires de parcours des troupeaux, la protection des marchés, etc.

20Ces mesures ont fortement contribué à entraîner l’adhésion des simples nomades, qui ne pratiquaient déjà que l’élevage, et ne disposaient pour ce faire que des pâturages communs des territoires tribaux.

21Développement des services et des infrastructures. Des équipements d’ensilage furent prévus pour permettre à ceux qui avaient accès à l’agriculture de stocker leurs récoltes. Surtout, un effort sans précédent a été accompli pour développer partout, même dans les régions les plus difficiles d’accès, des écoles, des moyens de communication (routes, ponts, téléphone), des éléments de confort et de sécurité (logements, électricité, services de santé) et des facilités d’approvisionnement en biens productifs et de consommation (magasins coopératifs).

22Ces derniers points sont loin d’être anodins. On sait en effet que les pasteurs nomades consentent à ne pas capitaliser en bétail, et donc à éviter ainsi la surcharge pastorale, qu’à condition de bénéficier d’un accès facile aux céréales et à d’autres biens de consommation. Surtout, ces améliorations des conditions de la vie rurale ont, pour la première fois, fait apparaître, aux yeux des membres des tribus, la vie sédentaire comme plus attrayante que la vie nomade. Plus encore : avec l’urbanisation générale de l’Iran (depuis 1986, tournant majeur, la majorité des Iraniens habitent dans des villes), le genre de vie citadin et la condition de travailleur salarié, indûment idéalisés, exercent désormais sur les tribaux une fascination sans précédent : rares sont ceux, notamment chez les jeunes, qui souhaitent encore nomadiser, vivre sous la tente et pratiquer l’élevage dans les conditions traditionnelles.

La République islamique deuxième manière ou le retour de l’interventionnisme

23Avec le temps, commencèrent à apparaître (dans les années 1990) les premiers dégâts collatéraux de cette sédentarisation non programmée.

24En premier lieu, beaucoup de familles récemment sédentarisées en ville commencèrent à regretter leur choix. Le chômage chez les pauvres, le désœuvrement chez les riches, l’isolement voire la claustration pour les femmes, ne tardèrent pas à lézarder le miroir aux alouettes urbain. Ce désenchantement n’entraîna pas pour autant un retour au nomadisme car, à côté de l’aménagement des montagnes – ou à cause de lui –, l’état des ressources naturelles avait connu une rapide dégradation, frisant la catastrophe écologique, dans plusieurs domaines et sous plusieurs aspects.

  • 10 Jean-Pierre Digard, Techniques des nomades Baxtyâri d’Iran, Cambridge, Cambridge University Press/ (...)

25Pillage et destruction des ressources de cueillette. Le prélèvement du bois nécessaire à la construction des habitations en dur a accentué la déforestation, déjà avancée partout en Iran à l’exception des régions bordant la mer Caspienne. Partout où, grâce à la construction de routes, les voitures pouvaient se rendre, de nombreuses plantes de cueillette – céleri et ail sauvages, champignons, baies diverses, chênes à manne (gaz), etc., tous éléments de base de l’alimentation, de la pharmacopée et de l’économie nomade – ont disparu, abusivement cueillis, ramassés, arrachés et vendus par des personnes extérieures aux tribus. Enfin, les insecticides déversés sur les cultures ont tué les cochenilles qui, en parasitant les arbres à manne (gavan-e gaz, tamarix) entraînaient l’exsudation de la manne sucrée (gaz), dont la collecte et la vente en ville pour la confiserie constituaient un complément de revenus fort apprécié des nomades10.

  • 11 Ahmad-Reza Yavari, " Changements socio-économiques et dynamisme régressif de la végétation fourrag (...)

26Dégradation des pâturages. Selon les statistiques 1989-90 du ministère iranien du Plan et du budget, les 80 millions d’hectares de pâture que compte l’Iran (et qui représentent 50 % de la superficie totale du pays) se répartissaient en 15,5 % de pâtures classées assez bonnes à médiocre, 66,5 % de médiocres à pauvres et 16 % de très pauvres. Selon ces mêmes statistiques, 100 000 ha de terres sont abandonnées chaque année sans couverture végétale à l’érosion hydrique et éolienne11. Cette dégradation du couvert végétal pâturé comporte deux dimensions :

27Réduction de la qualité fourragère des pâturages par surpâturage et pâturage précoce

28La décision de la République islamique d’interrompre les importations de viande de l’étranger a entraîné une forte demande de viande sur le marché intérieur iranien et, chez les nomades, une rapide augmentation du cheptel ainsi, du même coup, qu’une excessive concentration des troupeaux dans l’espace et dans le temps. Cette surcharge des pâturages a provoqué à son tour, dans la végétation, des modifications floristiques régressives (remplacement des espèces vivaces par des espèces annuelles, dominance des espèces épineuses ubiquistes non pâturées comme l’astragalus épineux, extension des grandes ombellifères et euphorbiacées non ou peu palatales sur les pentes), ainsi qu’un tassement du sol générateur de mauvaise infiltration des eaux et donc de ravinement. La cause de cette dégradation ne réside pas seulement dans l’augmentation du cheptel, mais aussi dans la manière d’utiliser les pâturages. C’est ainsi que l’amélioration des voies de circulation, qui faisait pourtant figure de mesure de bon sens, a connu un effet aggravant : les déplacements des troupeaux entre hivernage et estivage sont facilités ; mais, du même coup, les pâturages escarpés ou éloignés des routes sont de moins en moins utilisés tandis que ceux qui les bordent le sont trop, et les troupeaux quittent plus tard l’hivernage, après y avoir brouté l’herbe jusqu’à la racine, et arrivent plus tôt à l’estivage, sans attendre une pousse suffisante de l’herbe nouvelle. Dans ce contexte de raréfaction du pâturage naturel, les animaux ont de plus en plus souvent besoin d’une nourriture complémentaire (foin, orge) qui doit être achetée à l’extérieur et qui grève lourdement les budgets des nomades.

29• Réduction de la surface pâturable par extension de la surface cultivée

  • 12 Ahmad-Reza Yavari, op. cit., pp. 36-37.

30La dégradation des pâturages a encore été accentuée par la réduction de leur superficie, du fait de la conversion inconsidérée des meilleurs pâturages en cultures vivrières de toute façon peu productives. Plus de 30 % des superficies de prairie naturelle ont ainsi été labourées depuis 1979. Dans le Zâgros central, les cultures pratiquées sur d’anciens pâturages occupent aujourd’hui 7 500 hectares, contre 4 500 en 1974 ; autrement dit, le potentiel ou la capacité pastorale actuelle de cette région ne correspond plus qu’à la moitié du potentiel envisageable pour les pâturages considérés, et au tiers pour l’espace pastoral disponible si l’on tient compte des terres qui ont été labourées12. La responsabilité de cette évolution est imputable aux mots d’ordre gouvernementaux en faveur de l’augmentation de la production agricole par doublement de la surface agricole (de 17 millions d’hectares à 30 millions dont 70 % en culture pluviale de faible rendement) et à ses agents sur le terrain, les militants islamistes du Jahâd-e sâzandegi, adeptes de la mise en application du principe musulman selon lequel la terre appartient à celui qui la cultive, contre les techniciens du ministère de l’Agriculture, stigmatisés comme « contre-révolutionnaires » (zedd-e enqelâb) parce qu’ils s’efforcent d’empêcher le labour des terrains de plus de 12 % de pente.

Détérioration des conditions sociales du nomadisme

31Les premiers signes de cette détérioration ont commencé par se manifester sur le nombre et le statut des principaux acteurs de l’élevage nomade. En bas de l’échelle sociale, le progrès de la scolarisation a entraîné une raréfaction chronique des bergers, ainsi, par voie de conséquence, qu’une augmentation de leurs salaires qui les met hors de portée de la plupart des nomades. En haut de l’échelle sociale, la répression politique ou le découragement ont éliminé ou fragilisé les chefs traditionnels (khân et autres) et, avec eux, la seule instance légitime, aux yeux des tribus, de maintien de l’ordre interne et de coordination des déplacements pastoraux, d’où l’apparition d’un individualisme générateur de désordres et de conflits d’un type inconnu jusqu’alors et d’une gravité que l’absence de solution durable ne fait qu’accentuer.

  • 13 Jean-Pierre Digard et Mohammad-Hosseyn Pâpoli-Yazdi, " Le pastoralisme mobile en Iran, ses variant (...)
  • 14 Yvon Linant de Bellefonds, " Un problème de sociologie juridique : les terres 'communes' en pays d (...)

32Cette désorganisation du pastoralisme nomade a en outre été compliquée par une altération des formes traditionnelles d’accès aux ressources naturelles du fait d’un contentieux persistant entre l’État et les tribus sur la question, équivoque et particulièrement sensible, de la propriété des terres tribales de pâturage et de parcours. Traditionnellement, en effet, et malgré des statuts variables selon les groupes et les régions13, les terres tribales sont toujours appropriées ou au moins exploitées collectivement. La République islamique n’a jamais vraiment remis en cause la réforme agraire entreprise dans les années 1960 par le régime du chah, qui avait, selon les cas, privatisé ou nationalisé les pâturages tribaux ; la nationalisation (melli kardan-e marâte’) a même été confirmée par une loi de 1986 rappelant le transfert à l’État des terres tribales, à vocation pastorale et à usage collectif (moshâ’), par opposition aux terres privées (khosusi), agricoles et/ou constructibles. Or l’application de la réforme agraire a toujours constitué une source d’incompréhension voire de conflit entre les tribus et l’État, en raison notamment d’un malentendu majeur quant au statut juridique des terres tribales. Aux yeux des premières, ces terres n’ont jamais été des terres sans propriétaires (res nullius), que chacun aurait été libre d’occuper et d’utiliser à sa guise ; au contraire, leur accès est strictement réglé par des droits d’usage stricts, transmis suivant les appartenances lignagères. Pour l’État, au contraire, il s’agit de terres dites anfâl, non appropriées puisque non vivifiées, conformément à une prescription du droit musulman d’ailleurs controversée en raison de la difficulté à distinguer terres « communes » (mushtaraka) et terres « vacantes » (mavât) ou pouvant être considérées comme telles14 ; du point de vue de l’État, donc, ces terres pouvaient être nationalisées – c’est-à-dire, en termes de droit musulman, déclarées communes (ishtirâk) à l’ensemble de la communauté nationale – et leur utilisation contrôlée par l’État. Quoi qu’il en soit du bien-fondé juridique des arguments invoqués de part et d’autre, la nationalisation des terres tribales est apparue avec le temps comme un acte dénué d’efficacité écologique – elle n’a pas permis d’enrayer la dégradation des pâturages –, mais non de portée et d’arrière-pensées politiques – en sapant les bases du nomadisme pastoral, elle a affaibli et marginalisé les tribus, non sans générer parmi celles-ci un mécontentement et des rancœurs durables.

Et maintenant ?

33Après avoir été traités, toujours par la sédentarisation, comme un problème de sécurité et d’unité nationales par des militaires, puis, par des techniciens et des politiques, comme un problème de développement économique et social, les tribus et les nomades ont-ils encore un avenir en Iran ? Pour répondre à cette question, il importe de se garder de deux attitudes également erronées et qui restent vivaces aujourd’hui, en Orient aussi bien qu’en Occident : une attitude romantique, qui considère tribalité et nomadisme comme les seules réponses culturellement et écologiquement adaptées au contexte local, et une attitude faussement rationaliste, qui les voit au contraire comme des survivances obsolètes d’un passé révolu. Assez curieusement, c’est dans ce second parti que se rangent les idéologues et les technocrates de la République islamique, pourtant peu suspects de sympathie pro-occidentale : comme pour ceux du régime du chah avant eux, leurs rêves de sédentarisation des nomades procèdent d’une conception naïve et béate de la « modernité » en fait synonyme d’« occidentalisation ». Même si l’on s’efforce plutôt, désormais, de protéger les nomades de leurs propres excès (surcharge des pâturages, épuisement du tapis végétal...), et même si les méthodes employées et les buts affichés ont évolué, les finalités n’ont, au fond, guère changé : il s’agit toujours de remplacer le système de production agricole traditionnel par un système de type capitaliste, à forts investissements et à rendements élevés, et toujours de résoudre, moins les problèmes des populations tribales et nomades elles-mêmes, que ceux qu’elles posent aux sédentaires et à l’État (contrôle de la population et de l’espace, perception de l’impôt, conscription, etc.).

Aujourd’hui, la position du problème est la suivante :

34Les tribus. Elles sont, comme on l’a vu, amputées de leurs chefs, atomisées, affaiblies, de sorte que, sauf bouleversement socio-politique imprévu, elles ne joueront plus guère de rôle politique en tant que telles ; elles ne posent plus en tout cas, actuellement, de problème de sécurité particulier.

35Le nomadisme. Il subsiste par nécessité écologique, mais recule du fait de l’attraction que de nouveaux genres de vie exercent désormais de plus en plus sur les jeunes générations.

36L’élevage. Il doit se maintenir et se développer si l’Iran veut continuer à cultiver son indépendance alimentaire. Mais pour subsister dans le contexte particulier des montagnes et des hauts-plateaux iraniens, l’élevage se doit d’être nomade, mobile en tout cas.

37Les pâturages. Condition nécessaire de l’élevage, ils sont aujourd’hui insuffisants, à la fois en superficie, rognée par les cultures, et en qualité, dégradée par le surpâturage et l’érosion.

38Dans ce contexte, la seule attitude réaliste consiste, dans les régions tribales, à prendre résolument le parti de l’élevage contre celui de l’agriculture, et à adopter pour cela des mesures radicales, à commencer par :

  1. Pratiquer une politique de soutien systématique des prix d’achat des produits animaux aux producteurs.
  2. Faciliter les déplacements des troupeaux, en favorisant la transhumance, avec contrôle des dates de départ et d’arrivée des troupeaux, et en aménageant les itinéraires de parcours, notamment au passage des cols et des cours d’eau, et les aires de stationnement des animaux et des bergers.
  3. Interdire absolument toute agriculture sur les prairies naturelles et/ou les terrains de pente égale ou supérieure à 10 %.
  4. Restaurer ce qui reste des structures tribales à des fins de gestion collective des pâturages et des parcours, ou, quand cela n’est plus possible, en prendre acte et rendre des personnes physiques ou morales (groupements de producteurs) responsables, par un système de contractualisation, du bon usage et de la rotation des pâturages.
  5. Revaloriser les métiers de l’élevage et sauvegarder les compétences traditionnelles des nomades en matière de zootechnie de terrain et d’utilisation des écosystèmes pâturés, compétences qui pourraient se révéler précieuses dans le contexte actuel de menace de réchauffement climatique et de désertification des zones arides.
  6. Favoriser, à doses expérimentales et s’il n’apparaît pas de contradiction avec les mesures précédentes, la diversification des sources de revenus des éleveurs par des activités de cueillette strictement contrôlées, par la pratique de l’artisanat (tissage notamment) et par l’ouverture à certains types de tourisme ciblés (alpinisme, randonnée pédestre et équestre, chasse et pêche, « tourisme vert »).
  7. Veiller à adapter toutes ces mesures aux spécificités locales, culturelles aussi bien que naturelles : on n’insistera jamais assez sur l’inefficacité et la nocivité des solutions standard et des panacées universelles !
  • 15 Mohammad-Hossein Pâpoli-Yazdi, Le nomadisme dans le nord du Khorassan, Téhéran, Institut français (...)

39C’est à ce prix, et à ce prix seulement que pourra être maintenue en Iran la production de viande dont le pays a besoin. Si, comme tout donne à le croire, les tribus et le nomadisme sont des conditions de cet objectif, alors ils ont encore un avenir ; l’histoire de l’Iran regorge d’ailleurs d’exemples de poussées de sédentarisation mais aussi de mouvements de retour au nomadisme en fonction des fluctuations du marché intérieur de la viande15. Sinon, les tribus continueront à s’effacer et le nomadisme à reculer, avec, pour autre conséquence majeure, la paupérisation des montagnes d’Iran qui constituent leur habitat d’élection. Le problème qu’ils posent dans l’Iran du XXIe siècle est donc, dans tous les cas, un problème de développement économique et social, qui doit être traité comme tel, dans l’intérêt du pays tout entier, et non pas seulement comme alibi ou couverture de la politique répressive d’un État iranien uniquement préoccupé de sa propre survie.

Notes

1 Xavier de Planhol, Les fondements géographiques de l’histoire de l’islam, Paris, Flammarion, 1968.

2 Carl G. Feilberg, Les Papis, tribu persane de nomades montagnards du Sud-Ouest de l’Iran, Copenhague, Nordisk Forlag, 1952 ; Jean-Pierre Digard, Techniques des nomades Baxtyâri d’Iran, Cambridge, Cambridge University Press/Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1981 ; Lois Beck, Nomad. A year in the life of a Qashqa’i tribesman in Iran [région de Chiraz], Londres, Tauris, 1991 ; Richard Tapper & Jon Thompson (eds.), The nomadic peoples of Iran, Londres, Azimuth Éditions/distribution : Thames & Hudson, 2002.

3 Gene R. Garthwaite, Khans and shahs. A documentary analysis of the Bakhtiari, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 ; Jean-Pierre Digard, "°Jeux de structures. Segmentarité et pouvoir chez les nomades Baxtyâri d’Iran°", L’Homme, n° 102 (t. XXVII, n° 2), 1987, p. 12-53.

4 Thomas R. Stauffer, " The economics of nomadism in Iran ", Middle East Journal, vol. XIX, n° 3, 1965, p. 284-302 ; Vincent Monteil, Les tribus du Fârs et la sédentarisation des nomades, Paris-La Haye, Mouton, 1966.

5 Mohammed Awad, " La sédentarisation des nomades et des semi-nomades du Moyen-Orient ", Revue internationale du Travail, vol. LXXIX, n° 1, 1959, p. 27-60.

6 Fredrik Barth, Nomads of South Persia. The Basseri tribe of the Khamseh confederacy [région de Chiraz] Oslo, Universitetsforlaget, 1961.

7 Jean-Pierre Digard, " Les nomades et l’État central en Iran : quelques enseignements d’un long passé d’'hostilité réglementée ", Peuples Méditerranéens/Mediterranean Peoples, n° 7, 1979, p. 37-53.

8 Vincent Monteil, op. cit. ; Stephanie Cronin, Tribal politics in Iran. Rural conflict and the new State, 1921-1941, Londres, Routledge, 2007.

9 Jean-Pierre Digard, " Les nomades et l’État central en Iran ", op. cit.

10 Jean-Pierre Digard, Techniques des nomades Baxtyâri d’Iran, Cambridge, Cambridge University Press/Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1981, pp. 103-104, 180.

11 Ahmad-Reza Yavari, " Changements socio-économiques et dynamisme régressif de la végétation fourragère naturelle en Iran ", mémoire de DEA, Grenoble, université de Grenoble I, 1993, pp. 5-6.

12 Ahmad-Reza Yavari, op. cit., pp. 36-37.

13 Jean-Pierre Digard et Mohammad-Hosseyn Pâpoli-Yazdi, " Le pastoralisme mobile en Iran, ses variantes, leurs déterminants et leurs conséquences pour le développement ", Études rurales, n° 180, 2007, pp. 89-102.

14 Yvon Linant de Bellefonds, " Un problème de sociologie juridique : les terres 'communes' en pays d’islam ", Studia Islamica, vol. X, 1959, pp. 111-136.

15 Mohammad-Hossein Pâpoli-Yazdi, Le nomadisme dans le nord du Khorassan, Téhéran, Institut français de recherche en Iran, 1991.

© Demopolis, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search